Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'abbaye de Maillezais

 | 
Mathias Tranchant
, 
Cécile Treffort

1re partie. Maillezais, centre de culture écrite

Les inscriptions médiévales de Maillezais

Robert Favreau

Texte intégral

  • 1 Adhémar de Chabannes, Chronique, éd. J. Chavanon, Paris, 1897 (Collection de textes pour servir à (...)
  • 2 La fondation de l'abbaye de Maillezais. Récit du moine Pierre, éd. et trad. G. Pon, Y. Chauvin, ss (...)
  • 3 La Chronique de Saint-Maixent..., op. cit. n. 2, p. 116-117 et 118-119.
  • 4 La fondation de l'abbaye..., op. cit. n. 2, p. 197-198.
  • 5 Guérin (P.), Recueil des documents concernant le Poitou contenus dans les registres de la chancell (...)

1La jeune abbaye de Maillezais avait, dans les premières décennies de sa fondation, accueilli les sépultures de personnalités poitevines, l'évêque de Poitiers Gislebert après mars 10191 ; les comtes de Poitou-ducs d'Aquitaine Guillaume le Grand en 1030 2 et ses fils Guillaume le Gros et Eudes en 1038 et 10393. Le récit de fondation de Maillezais par le moine Pierre indique que Guillaume le Grand fut enterré dans le cloître mais une addition du xve siècle situe sa sépulture dans le chœur. Le fait que Pierre de Maillezais indique l'âge du duc peut conduire à penser qu'il s'est référé à une épitaphe gravée sur le tombeau4, et c'est peut-être de son tombeau qu'il est question en 1346, lorsque l'évêque Jean de Marconnay, partisan du roi anglais, à ses yeux légitime successeur des ducs d'Aquitaine, « fait recouvrir d'un drap d'or et entourer de cierges ardents la tombe d'un duc d'Aquitaine qui se trouve dans son église5 ». Mais il ne nous est rien parvenu des probables épitaphes de ces grands personnages.

  • 6 Arnauld (Ch.), Histoire de Maillezais depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, Niort e (...)

2On aurait pu attendre au moins d'avoir quelques épitaphes des abbés qui se sont succédé jusqu'à l'érection de Maillezais en siège épiscopal en 1317. En fait, il ne nous en est rien parvenu, à l'exception de ce qui concerne l'abbé Goderan (1060-1072). Des fouilles menées en 1834 ont, en effet, permis de retrouver sa tombe entre les deux derniers piliers de la nef de la cathédrale du côté sud. Il s'agissait d'un gisant représentant un évêque en chape, avec mitre et crosse. Sur l'un des côtés de cette tombe, peints en rouge, étaient « inscrits de précieux caractères... Mais dans un instant tout fut lavé, tout périt », nous dit Charles Arnauld, un des membres de l'équipe de fouille6. Dans le tombeau on trouva, avec des ossements, une plaque de plomb inscrite, un anneau anépigraphe, les restes d'une crosse en bois avec douille d'argent portant une inscription. Le gisant, la plaque de plomb et l'inscription de la crosse sont conservés au Musée de Niort (fig. 1). Sur la plaque de plomb, de 22,6 cm de haut pour 9,2 cm de marge, on peut lire, en neuf lignes :

3VIII M IDUS AUGUSTI OBIIT GODERA NNUS SAN TONENSIS EPISCOPUS HUJU QUE LOCI ABBAS PIIS SIMUS

Fig- 1 Épitaphe de Goteran, évêque de Saintes, abbé de Maillezais (CESCM, cliché Jean Michaud)

Fig- 1 Épitaphe de Goteran, évêque de Saintes, abbé de Maillezais (CESCM, cliché Jean Michaud)
  • 7 Ibid., p. 82 ; Corpus des inscriptions de la France médiévale, 3, éd. R. Favreau, J. Michaud, Poit (...)

4« Le huit des ides d'août (6 août) mourut Goderan, évêque de Saintes et abbé très pieux de ce monastère7 ».

  • 8 Acta sanctorum, Avril, t. 3, Paris, p. 653 et 664.
  • 9 Lacurie (A.), Histoire de l'abbaye de Maillezais depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jou (...)
  • 10 La fondation de l'abbaye..., op. cit. n. 2, p. 132-133 et p. 16-17.
  • 11 Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. 14, Paris, 1877, p. 84, 151 ; Cartulaire de (...)
  • 12 La Chronique de Saint-Maixent..., op. cit. n. 1, p. 140-141.
  • 13 Documents historiques bas-latins, provençaux et français concernant principalement la Marche et le (...)
  • 14 Cartulaires saintongeais de la Trinité de Vendôme, éd. Ch. Métais, Saintes, 1893 (Archives histori (...)

5D'abord moine à Hautvilliers puis à Saint-Remi de Reims, Goderan se rendit ensuite à Cluny pour y trouver une discipline plus stricte. Il y fit l'admiration de l'abbé Hugues en se communiant avec une hostie vomie par un lépreux8. Il fut élu en 1060 abbé de Maillezais, en présence de l'abbé Hugues9, et c'est sur son ordre que le moine Pierre rédigea le récit de la fondation de Maillezais10. En 1067, sans doute au concile de Bordeaux de mars-avril auquel assista Hugues, abbé de Cluny, il fut ordonné évêque de Saintes11. Il n'en conserva pas moins sa charge abbatiale et à sa mort, il fut enterré à Maillezais. La date de son obit est confirmée par la Chronique de Saint-Maixent12 et par l'obituaire de Saint-Martial de Limoges13. Il a dû mourir en 1072 car son successeur comme évêque de Saintes, Boson, est cité à cette date14

  • 15 Favreau (R.), « Les inscriptions sur plomb au Moyen Âge », Inschrift und Material Inschrift und Bu (...)
  • 16 Dimier (M.-A.), « Le mot locus dans le sens de monastère », Revue Mabillon, t. 58, 1972, p. 133- 1 (...)
  • 17 La fondation de l'abbaye..., op. cit. n. 2, p. 90-91.
  • 18 Recueil des documents relatifs à l'abbaye de Montierneuf de Poitiers (1076-1319), éd. Fr. Villard, (...)

6Le plus souvent l'inscription de la plaque de plomb placée dans le cercueil 15 est plus brève que l'épitaphe placée sur le tombeau. Ici, elle est sous forme d'obituaire, c'est-à-dire avec le quantième du mois placé en tête, date à laquelle on faisait mémoire du défunt. Elle comporte la double fonction d'évêque et d'abbé assurée simultanément par Goderan au moment de sa mort. Le mot employé pour le siège épiscopal est Santonensis, c'est- à-dire la forme que l'on trouve exclusivement jusqu'au début du xiie siècle, date à laquelle elle sera employée concurremment avec celle de Xantonen- sis, seule en usage à partir du dernier tiers du xiie siècle. La référence à Maillezais est donnée par hujus loci abbas. Le mot locus est régulièrement employé dans le sens de monastère16 ; les épitaphes en présentent des dizaines d'exemples. Le qualificatif de piissimus est lui, très particulier, et souligne la grande vertu du prélat. Le moine Pierre, en dédiant à son abbé son récit de fondation le dit prestantissimus17, c'est-à-dire « très remarquable », et c'est aussi le qualificatif que reprendra le moine Martin dans son récit « de la construction de Montierneuf » à Poitiers18. L'inscription de la douille de la crosse est fort simple :

7VIRGA PASTORA/LIS GODERANNI/SANTONENSIS.

  • 19 Par exemple dans le rituel de l'ordination épiscopale, cf. Le pontifical romano-germanique du dixi (...)
  • 20 Patrologie latine, t. 144, col. 144.
  • 21 Geoffroy de Vendôme, Œuvres, éd. et trad. G. Giordanengo, Paris et Turnhout, 1996 (Sources d'histo (...)

8Le terme habituel pour désigner la crosse est alors baculus19. L'expression virgapastoris, employée dans le Lévitique (xxvii, 32) et le psaume xxiii (xxii), est une prière au Seigneur, le bon pasteur, dont « le bâton et la houlette sont là pour consoler », virga tua et baculus tuus ipsa me consolata sunt. La Bible emploie à diverses autres reprises le terme de virga, et on trouve la virga pastoralis mentionnée dans la Vie de saint Pierre Damien, mort la même année que Goderan20, l'anulus vel virga cités par Geoffroi, abbé de Vendôme21.

  • 22 « Recueil des dessins archéologiques à la Bibliothèque municipale de Niort : Deux-Sèvres, régions (...)

9La médiathèque de Niort conserve les précieux dessins d'un architecte du xixe siècle, Arthur Bouneault, qui ont fait l'objet d'un répertoire en 19 1 422. On y trouve le dessin d'une inscription sur « une pierre provenant de la démolition de l'ancienne aumônerie » de Maillezais (pl. 1976).

10+ ALTARE IN HONO
RE SANCTI MICHAELIS
ET OMNIUM SANCTORUM
SACRATUM VIIDUS MAII

11« Autel consacré en l'honneur de saint Michel et de tous les saints le 6 des ides de mai (10 mai) ».

  • 23 Michaud (J.), Les inscriptions de consécration d'autels et de dédicaces d'églises en France du vii (...)

12La forme parfaitement classique des lettres, l'absence d'onciales, l'espacement entre chaque mot conduisent à placer cette inscription fin xie-début xiie siècle. On la verrait plutôt située à l'origine dans l'église abbatiale. Dans la dizaine d'inscriptions d'autel en France (viiie-xiiie siècle) où paraît le patronage de saint Michel23, on ne trouve pas d'association de Michel et de tous les saints. On sait qu'Odon, abbé de Cluny, est l'initiateur de la fête de la commémoration de tous les fidèles défunts le 2 novembre. Peut- être y a-t-il dans cette association une influence clunisienne ?

  • 24 Vincent (J.), Abbaye de Maillezais. Inhumations, s. l., septembre 1998, multigraphie, 158 p.
  • 25 Eygun (Fr.), « Trouvailles récentes à l'abbaye de Maillezais », Revue du bas-Poitou, 70e année, n° (...)

13Jean Vincent a fait, en 1998, une précieuse mise au point sur les inhumations en l'abbaye de Maillezais24. De 1956 à 1958 les sols du cloître, le long du mur sud de la nef, ont été mis au jour et six tombeaux y ont été examinés. Toutes les tombes étaient couvertes et avaient un aménagement pour la tête ; les éléments de datation renvoient soit à la période romane, soit au xiiie siècle. Les sépultures sont anépigraphes. En 1958-1959, dix- sept pierres tombales ont été découvertes dans les galeries nord-ouest et sud du cloître, spécialement dans l'angle nord-ouest. Cette fois plusieurs sont pourvues d'inscriptions. En avril 1959 le chanoine Tonnelier, curé de Saint- André-de-Lidon (Charente-Maritime), bien connu pour son intérêt pour les inscriptions médiévales, relève les textes par estampage et fournit une lecture pour huit inscriptions. Les pierres servaient de dallage dans les promenoirs du cloître, d'où des degrés parfois importants d'usure, de cassures. Neuf, parmi les plus intéressantes, ont été enlevées en 1962 par les Monuments historiques et replacées, verticalement, dans le réfectoire de l'hôtellerie où l'on peut toujours les voir. François Eygun, à l'époque directeur de la circonscription archéologique de Poitiers, a publié une première synthèse sur ces fouilles et donné le texte de plusieurs des inscriptions25. Jean Vincent, en 1998, a donné un relevé complet des textes, y compris des fragments utilisés ça et là en réemploi. Certaines des lectures doivent à l'évidence être reprises, mais plutôt que de refaire ici un travail de Corpus, qui impliquerait encore la résolution de plusieurs incertitudes paléographiques, je voudrais ici présenter des observations générales sur ces épitaphes.

  • 26 Poitiers, Médiathèque François Mitterrand, coll. Dom Fonteneau, vol. 66 ; Lacurie (A.), op. cit. n (...)

14En premier lieu on constate que ce sont des moines chargés des différents offices de l'abbaye qui sont concernés : prévôt, aumônier, pitancier, prieurs. Que l'on prenne la liste des dignités donnée par dom Fonteneau, celle dressée par l'abbé Lacurie ou l'ordre de présentation du coutumier de Maillezais26, il est clair que les principaux offices, à commencer par ceux de prieur claustral et de sous-prieur, ne sont pas représentés dans les inscriptions recueillies à ce jour. On notera aussi que l'érection de Maillezais en siège épiscopal n'a pas modifié l'organisation monastique de Maillezais : dans toutes les épitaphes les défunts sont dits « frères ». Deux pierres tombales concernent des prévôts, l'une du début du xive siècle, avec une inscription très détériorée dont subsiste au moins clairement le mot prepositus, l'autre au texte intégralement conservé, de frère Simon Vilain en 1318. Le prévôt moine a, d'après le coutumier, charge de recevoir les hôtes et de les approvisionner en vivres, fourrage, chandelles ; il fournit les cordes pour les trois puits et la viande aux serviteurs, donats et religieuses aux vigiles des principales fêtes. Aucune silhouette n'est gravée sur la dalle de 1,99 m sur 0,73 m, d'une épaisseur de 26 cm, autour de laquelle est gravée l'épitaphe de Simon Vilain (fig. 2) :

15HIC. JACET. FRATER. SYMON. VI/LANI. PREPOSITUS.
MALLEACENSIS. QUI. OBIIT III [D] US DECENBRIS.
ANNO DOMINI MILLESIMO CC°C/XVTII : CUJUS ANIMA.
PER. MIS/ERICORDIAM. DEI. SINE. FINE. REQUIESCAT. IN.
PACE. AMEN. PATER NOSTER.

Fig. 2 Épitaphe de Simon Vilain, prévôt de Maillezais mort le 12 décembre 1318 (CESCM, cliché Jean-Pierre Brouard)

Fig. 2 Épitaphe de Simon Vilain, prévôt de Maillezais mort le 12 décembre 1318 (CESCM, cliché Jean-Pierre Brouard)
  • 27 L'épitaphe de J. Bichon pose beaucoup de problèmes. Le texte, exceptionnellement, commence en bas (...)

16Il n'y a pas non plus de gravure du défunt dans le champ de la dalle de frère Guillaume Belet, aumônier (1,89 m x 0, 68 m, sur 20 cm d'épaisseur), non datée mais qui semble être de la fin du xive siècle, pas plus que, au début du xve siècle, pour frère J. Bichon (2,05 m x 1,03 m sur 20 cm d'épaisseur), le cellérier ou pitancier, chargé de fournir de vivres le réfectoire des moines. Le terme pour l'office de ce dernier, est celui d'aquaticus, qui paraît propre à Maillezais car les dictionnaires de latin médiéval le traduisent par « un droit d'utiliser l'eau ». La fonction d'aquaticus fait l'objet d'un paragraphe du coutumier de Maillezais ; il doit fournir fèves, anguilles, poissons, œufs, poivre, selon la période de l'année et les principales fêtes. L'emploi du terme d'aquaticus dans le sens de pitancier traduit sans doute le contexte géographique et la facilité de s'approvisionner en poissons. Par la suite on trouve le terme de pitanciarius. Une autre dalle, qui représente la silhouette du défunt, serait celle de Jean Boseau ou Bourseau, autre aquaticus, de 1404, mais je n'ai pu en suivre la lecture donnée par J. Vincent, même si un frère Jean Bourseau aquaticus est cité sur la dalle de J. Bichon de 141027. Quant à l'aumônier sa fonction est d'assurer l'aumône aux pauvres, orphelins, veuves, infirmes, malades, pauvres femmes. Lui ou son adjoint doit chaque semaine parcourir la ville pour s'enquérir des pauvres malades ; il visitera les hommes, mais se tiendra sur le seuil des femmes à qui il fera remettre pain, vin et autres vivres les meilleurs possible. Il accompagne l'abbé au synode et assure l'aumône aux pauvres en cours de route.

  • 28 L'Hermenault, ch.-l. c., arr. Fontenay-le-Comte, Vendée. La dalle mesure 1,95 m sur 0,70 pour une (...)

17Sont encore représentés sur ces pierres tombales trois prieurs des prieurés extérieurs à l'abbaye, avec le défunt représenté en fine gravure dans le champ pour les deux premiers. Il manque le début de la plus ancienne épitaphe, celle du prieur de l'Hermenault (fig. 328), mais on peut aisément y suppléer :

18[+ HIC JACET FRATER] HUGO. DE. RIPER/LA. CONDAM PRIO [R DE] ERMENAUDO. CUJ [U] S. ANIMA. REQUIESCAT. IN PACE. AMEN. OBIIT/[S] EXTO IDUS/SEPTEMBRIS. ANNO. DOMINI. MILLESIMO. TRECENTESIMO SEPTIMO [PATER NOSTER]

Fig. 3 Épitaphe d'Hugues de la Rivière, prieur de l'Hermenault, mort le 8 septembre 1307 (CESCM, cliché Jean-Pierre Brouard)

Fig. 3 Épitaphe d'Hugues de la Rivière, prieur de l'Hermenault, mort le 8 septembre 1307 (CESCM, cliché Jean-Pierre Brouard)

Fig. 4 Épitaphe de Jean de Curzay, prieur de Ligugé, mort le 21 janvier 1342 n.s. (CESCM, cliché Jean-Pierre Brouard)

Fig. 4 Épitaphe de Jean de Curzay, prieur de Ligugé, mort le 21 janvier 1342 n.s. (CESCM, cliché Jean-Pierre Brouard)
  • 29 Poitiers, Médiathèque François Mitterrand, cliché n° 6512 (Vendée F2/Maillezais). La dalle fait 1, (...)

19Elle a été publiée par François Eygun en 1959 avec une photographie où on lit la date mieux que sur l'original en son état actuel. Il en est de même pour la suivante, pour laquelle on peut trouver dans les collections de la Médiathèque de Poitiers29 la photographie de François Eygun d'octobre 1958, qui permet de lire le nom de Ligugé, aujourd'hui presque totalement disparu du fait de brisures de la pierre dues sans doute à son installation dans le réfectoire de l'hôtellerie (fig. 4) :

  • 30 Manque un mot. Eygun a transcrit... MA. On lit plutôt une finale en... IS.

20+ HIC : JACET : FRATER : J : DE CU/[RZAYO]...30 PRIOR DE LEGUDIACO QUI OBIIT XII/KALENDAS : FEBRUARII : ANNO : D [OMINI] : M°CCCXL° : PRIMO : CUJUS ANIMA SINE FINE REQUIESCAT IN PACE AMEN.

Fig. 5 Épitaphe de Simon de Becellen, prieur de Saint- Pierre-le-Vieux, mort le 19 août 1516 (CESCM, cliché Jean-Pierre Brouard)

Fig. 5 Épitaphe de Simon de Becellen, prieur de Saint- Pierre-le-Vieux, mort le 19 août 1516 (CESCM, cliché Jean-Pierre Brouard)
  • 31 Canton de Maillezais, arr. Fontenay-le-Comte, Vendée.

21La dernière dalle, une des plus imposantes (2,25 m sur 0,925 m, avec une épaisseur de 26,5 cm), est aussi la plus récente. J. Vincent donne la traduction : « Ici repose l'homme religieux frère Stéphane Becellen aumônier de Maillezais. Il mourut le 19 août 1516. Son âme et les autres âmes des défunts reposent en paix. Amen », et ajoute : « Sans autre commentaire du chanoine Tonnelier ». On peut donner une lecture complète en recti- fiant la fonction du défunt, qui était, en fait, non pas aumônier mais prieur de Saint-Pierre-le-Vieux31 (fig. 5).

22HIC JACET RELIGIOSUS VIR FRATER STAPHANUS/BECELLEN

23QUONDAM PRIOR SANCTI PETRI VETERIS QUI OBIIT DIE

24XIXa MENSIS AUGUSTI ANNO/MILLESIMO QUINGENTESIMO

25DECIMO SEXTO/ANIMA EJUS ET ANIME DEFUNCTORUM

26REQUIESCANT IN PACE AMEN.

Fig. 6 Épitaphe de Guillaume Belet, aumônier de Maillezais vers fin xive siècle (CESCM, cliché Jean-Pierre Brouard)

Fig. 6 Épitaphe de Guillaume Belet, aumônier de Maillezais vers fin xive siècle (CESCM, cliché Jean-Pierre Brouard)

27Au vu de ces trois tombes de religieux chargés de prieurés extérieurs à l'abbaye, on peut se demander si à cette date ces prieurs ne résidaient pas ordinairement en l'abbaye, se contentant de toucher les revenus desdits prieurés. C'est le prieur claustral qui « envoie et change les moines dans les prieurés, quand il lui paraît bon. Les prieurs placés hors de l'abbaye sont sous les ordres du prieur claustral quand ils sont dans le cloître ». Le coutumier réserve une mention particulière au prieur de Ligugé (§ 8). Seul de tous les frères dont on a les épitaphes frère Etienne Becellen est qualifié de religiosus vir, mais il est mort plus d'un siècle après tous les autres.

28Ces épitaphes sont aussi intéressantes pour l'évolution de l'écriture. Elles sont en capitales jusqu'à la fin du xive siècle. Les E, M, N sont ordinairement onciaux, les D et T le sont rarement (D dans Hugo de Riperia \ les T dans l'épitaphe très détériorée d'un prepositus... presentet). Les E onciaux, les C sont le plus souvent fermés par un trait délié. On rattachera à cette période les inscriptions fragmentaires d'un prepositus, de Joannes Boseau ou Bourseau, d'un frater B... plutôt que Ro dont la proposition de lecture est trop hasardeuse. En fin de cette première période se place l'épitaphe non datée de l'aumônier Guillaume Belet (fig. 6). Le petit côté supérieur et la moitié du long côté droit sont en capitales :

29+ HIC : JACET : F RATER :/GUILLERMUS [ :] BELET : HELEMO- SINARIUS : MALLEACENSIS :

30avec une ponctuation par trois points verticaux entre chaque mot qu'on ne trouve pas dans les inscriptions précédentes. Puis brusquement l'épitaphe se poursuit en minuscules, avec des lacunes ou des parties en mauvais état qui rendent la lecture incertaine, même si le sens général est clair. L'épitaphe de frère J. Bichon où figure la date de 1410, est elle aussi en minuscules (fig. 7), de même que l'épitaphe de l'évêque de Maillezais Thibaud de Lucé à Saint-Martin de Tours en 1453, et celle de frère Etienne Becellen en 1516. La lecture des inscriptions en minuscules gothiques est bien plus difficile que celle des inscriptions en capitales, et la gravure des textes est aussi moins aisée. Il y a donc eu un peu avant 1400 un changement de mode d'écriture, qui s'observe de façon générale en France à cette date, et que l'on saisit à Maillezais de façon éclairante avec ce passage de la capitale à la minuscule sur la même dalle.

Fig. 7 Épitaphe de Jean Bichon, pitancier (aquaticus) de Maillezais, début xve siècle (CESCM, cliché Jean-Pierre Brouard)

Fig. 7 Épitaphe de Jean Bichon, pitancier (aquaticus) de Maillezais, début xve siècle (CESCM, cliché Jean-Pierre Brouard)

31La troisième observation porte sur la façon de donner la date. Dans les épitaphes de 1306, 1318, 1341 on suit le calendrier romain des calendes et des ides. Dans l'épitaphe de Guillaume Belet où l'on passe de la capitale à la minuscule une datation est donnée en fonction de l'année liturgique, ici festum de corpore Christi, c'est-à-dire la Fête-Dieu, instituée, pour toute l'Église, par le pape Urbain IV en 1264. Puis à partir de l'épitaphe de J. Bichon de 1410 la date est donnée à la façon moderne par le quantième du mois, ce qui est aussi le cas en 1453 et 1516.

  • 32 Schumann (O.), Lateinische Hexameter-lexikon, dichterisches Formelgut von Ennius bis zum Archi- po (...)

32Si en dernier lieu on regarde les formules employées, on peut dire qu'elles ne recherchent pas l'originalité. À peu près toutes les épitaphes commencent par un hicjacet, et comportent une prière inspirée de la liturgie des funérailles, anima ejus requiescat in pace, « Que son âme repose en paix ». Au xive siècle, selon une formule qui apparaît à l'extrême fin du xiie siècle, on dit plutôt cujus anima requiescat in pace, ce qui est le cas dans les épitaphes de Maillezais de 1306, 1318, 1341. On enrichit la formule par un per misericordiam Dei, un sine fine. Le « par la miséricorde de Dieu », qui vient de la liturgie des funérailles, apparaît dans les inscriptions en France à partir de 1244 ; le sine fine se trouve déjà dans Ovide et est souvent employé par les poètes tels Arator, Venance Fortunat, Eugène de Tolède, Alcuin, etc.32. L'épitaphe du prévôt Simon Vilain en 1318 combine les deux expressions : cujus anima per misericordiam Dei sine fine requiescat in pace, amen. Pater Noster, celle du prieur de Ligugé Jean de Curzay en 1341 se contente d'un cujus anima sine fine requiescat in pace, amen. Il y avait sans doute un Pater noster à la fin de l'épitaphe d'Hugues de La Rivière en 1306.

33L'épitaphe de l'aumônier Guillaume Belet pose aussi problème en sa formulation. Après un départ classique en capitales et en prose, elle passe aux minuscules et à la métrique, avec trois ou peut-être quatre hexamètres dont l'un au moins doit être léonin riche, hoc Deus in mundo facienti ( ?) corde jocundo. La dernière épitaphe, celle de 1516 se termine par une prière pour le défunt et tous les défunts, inspirée de la liturgie des funérailles : Anima ejus et animae omnium fidelium defunctorum per misericordiam Dei requiescant in pace.

  • 33 Adhemar (J.), Dordor (G.), « Les tombeaux de la collection Gaignières, dessins d'archéologie du xv (...)

34On mettra en vis-à-vis la seule épitaphe connue d'un évêque de Maillezais de ce temps, conservée dans un dessin de la collection Gaignières33.

35Elle était en cuivre et se trouvait contre un pilier du côté de l'évangile (côté nord) vis-à-vis du grand autel dans le chœur de l'église Saint-Martin de Tours. L'évêque y était représenté à côté de Martin à cheval partageant son manteau avec un infirme. Le texte se lisait en dessous, sur onze lignes, en minuscules.

36Hicpropejacet bone memorie nobilis vir reverendus in/Christo pater domi- nus Theobaldus de Luceyo utriusque juris doctor condam/Malleacensis episco- pus regisque consiliarius, qui fundavit et ordinavit/in presenti ecclesia quatuor an [n] iversaria an [n] ualiter celebrari cum/ordine et magna pulsatione quo [d] libet an [n] iversarium de XXJlibris turonensibus manualiter distribuen- dis videlicet unum/an [n] iversarium die se [cun] da mensis januarii aliudpro domini Guillelmo delLuceyo suofratre etpredecessore Malleacensi episcopo XIIII mensis mardi/tercium XXVIII mensis junii et quartum XVI mensis septembris 1/qui obiit die penultima mensis decembris anno Domini millesimo/CCCCLIIII anima ejus requiescat in pace amen.

37« Près d'ici gît noble homme, de bonne mémoire, révérend père en Christ le seigneur Thibaud de Lucé, docteur en l'un et l'autre droit, jadis évêque de Maillezais et conseiller du roi. Il a fondé et ordonné en la présente église quatre anniversaires à célébrer chaque année, avec ordre et grande sonnerie de cloche, chaque anniversaire de 20 livres tournois à distribuer manuellement, à savoir un anniversaire le deuxième jour du mois de janvier, un autre pour le seigneur Guillaume de Lucé son frère et prédécesseur comme évêque de Maillezais, le 14 du mois de mars, le troisième le 28 du mois de juin, et le quatrième le 16 du mois de septembre. Il mourut l'avant-dernier jour du mois de décembre l'an du Seigneur 1454. Que son âme repose en paix, amen ».

38Guillaume de Lucé avait été conseiller et premier maître de la Chambre des comptes avant d'être évêque de Maillezais. Thibaud, docteur en droit civil et canon, conseiller du roi à la pension de 100 livres par an, avait lui- même été maître clerc de la Chambre des comptes de Paris. L'essentiel de l'épitaphe est destiné à rappeler la fondation de quatre anniversaires que le clergé de Saint-Martin de Tours devra célébrer chaque année. La demande de prière finale occupe moins d'une ligne. On devine le fossé qu'il pouvait alors y avoir entre les moines de l'abbaye de Maillezais au cœur du marais poitevin et l'évêque du siège de Maillezais, universitaire, fonctionnaire royal, probablement plus présent dans l'entourage du roi qu'à Maillezais ou dans son diocèse.

39Malgré leur petit nombre les inscriptions de Maillezais apportent ainsi leur éclairage sur l'histoire de l'abbaye à la fin du Moyen Âge.

Notes

1 Adhémar de Chabannes, Chronique, éd. J. Chavanon, Paris, 1897 (Collection de textes pour servir à l'étude et à l'enseignement de l'histoire), p. 174 : Gislebertus quoque, Pictavino episcopo reverentis- simo, diem claudente et Malliacensi episcopo inhumato.

2 La fondation de l'abbaye de Maillezais. Récit du moine Pierre, éd. et trad. G. Pon, Y. Chauvin, ss la dir. d'E.-R. Labande (+), La Roche-sur-Yon, 2001, p. 166-168 ; La Chronique de Saint-Maixent 751- 1140, éd. et trad. J. Verdon, Paris, 1979 (Les Classiques de l'Histoire de France au Moyen Âge, 33), p. 114-115.

3 La Chronique de Saint-Maixent..., op. cit. n. 2, p. 116-117 et 118-119.

4 La fondation de l'abbaye..., op. cit. n. 2, p. 197-198.

5 Guérin (P.), Recueil des documents concernant le Poitou contenus dans les registres de la chancellerie de France. II (1334-1348), Poitiers, 1883 (Archives historiques du Poitou, t. 13), p. XXXII-XXXIII.

6 Arnauld (Ch.), Histoire de Maillezais depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, Niort et Paris, 1840 (Bibliothèque poitevine, 4), p. 81.

7 Ibid., p. 82 ; Corpus des inscriptions de la France médiévale, 3, éd. R. Favreau, J. Michaud, Poitiers, 1977, p. 140, fig. 105-106. Ces objets sont conservés au Musée du Donjon à Niort.

8 Acta sanctorum, Avril, t. 3, Paris, p. 653 et 664.

9 Lacurie (A.), Histoire de l'abbaye de Maillezais depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours..., Fontenay-le-Comte et Saintes, 1852, p. 18 et 209-210.

10 La fondation de l'abbaye..., op. cit. n. 2, p. 132-133 et p. 16-17.

11 Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. 14, Paris, 1877, p. 84, 151 ; Cartulaire de l'abbaye royale de Notre-Dame de Saintes de Tordre de Saint Benoit, éd. Th. Grasilier, Niort, 1871 (Cartulaires inédits de la Saintonge, 2), n° 12, p. 22-23.

12 La Chronique de Saint-Maixent..., op. cit. n. 1, p. 140-141.

13 Documents historiques bas-latins, provençaux et français concernant principalement la Marche et le Limousin, éd. A. Leroux, E. Molinier, A. Thomas, Limoges, I, 1883, p. 74.

14 Cartulaires saintongeais de la Trinité de Vendôme, éd. Ch. Métais, Saintes, 1893 (Archives historiques de la Saintonge et de lAunis, 22). Il est peu probable que Goderan soit redevenu moine en 1072 pour mourir en 1074 (date donnée par la Chronique de Saint-Maixent, op. cit. n. 1, p. 140- 141), sinon l'épitaphe ne le dirait sans doute pas évêque de Saintes. Son successeur comme abbé apparaît en 1073.

15 Favreau (R.), « Les inscriptions sur plomb au Moyen Âge », Inschrift und Material Inschrift und Buchschrifi. Fachtagung fur mittelalterliche und neuzeitliche Epigraphik Ingolstadt 1997, Munich, 1999 (Bayerische Akademie der Wissenschaften), p. 45-63.

16 Dimier (M.-A.), « Le mot locus dans le sens de monastère », Revue Mabillon, t. 58, 1972, p. 133- 154.

17 La fondation de l'abbaye..., op. cit. n. 2, p. 90-91.

18 Recueil des documents relatifs à l'abbaye de Montierneuf de Poitiers (1076-1319), éd. Fr. Villard, Poitiers, 1979 (Archives historiques du Poitou, 59), p. 428.

19 Par exemple dans le rituel de l'ordination épiscopale, cf. Le pontifical romano-germanique du dixième siècle, éd. C. Vogel, R. Elze, Cité du Vatican, 1963 (Studi e testi, 226), p. 221-222.

20 Patrologie latine, t. 144, col. 144.

21 Geoffroy de Vendôme, Œuvres, éd. et trad. G. Giordanengo, Paris et Turnhout, 1996 (Sources d'histoire médiévale publiées par l'Institut de recherche et d'histoire des textes), p. 306-307.

22 « Recueil des dessins archéologiques à la Bibliothèque municipale de Niort : Deux-Sèvres, régions voisines », Mémoires de la Société historique et scientifique des Deux-Sèvres, t. 10, 1914, p. 201-417.

23 Michaud (J.), Les inscriptions de consécration d'autels et de dédicaces d'églises en France du viiie au xiiie siècle. Epigraphie et liturgie, Poitiers, th. 3e cycle, dactyl., 1978-1979.

24 Vincent (J.), Abbaye de Maillezais. Inhumations, s. l., septembre 1998, multigraphie, 158 p.

25 Eygun (Fr.), « Trouvailles récentes à l'abbaye de Maillezais », Revue du bas-Poitou, 70e année, n° 1, 1959, p. 11-15.

26 Poitiers, Médiathèque François Mitterrand, coll. Dom Fonteneau, vol. 66 ; Lacurie (A.), op. cit. n. 9, p. 351 ; Becquet (J.), « Le Coutumier clunisien de Maillezais », Revue Mabillon, 55e année, 1965, n° 219, p. 1-31 (manuscrit de la fin du xve siècle).

27 L'épitaphe de J. Bichon pose beaucoup de problèmes. Le texte, exceptionnellement, commence en bas du long côté gauche et sans croix initiale, avec une formulation très brève : HIC FRATER J. BICHON... AQUATICI [R] EQUIESCAT [IN PACE AMEN,]. La lecture du petit côté supérieur faite jusqu'ici, AQUATICU... TRII. AGERIACEN INHATUR paraît trop douteuse. Le ANTE lu ensuite en début du long côté droit est en fait un EST, la suite ne faisant pas difficulté, EST CORPUS FRATRIS JOHANNIS BOURSAU AQUATICI ECCLESIE MALLEACENSIS (petit côté inférieur) QUI OBIIT DIE II FEB [RUARII] ANNO D [OMINI] MCCCCX. La date très resserrée par manque de place n'est vraiment sûre que pour les centaines. Y aurait-il une inscription faite en deux temps, côté supérieur, long côté droit, petit côté inférieur, avec ensuite le nom de J. Bichon sur le long côté gauche ?

28 L'Hermenault, ch.-l. c., arr. Fontenay-le-Comte, Vendée. La dalle mesure 1,95 m sur 0,70 pour une épaisseur de 19,5 cm.

29 Poitiers, Médiathèque François Mitterrand, cliché n° 6512 (Vendée F2/Maillezais). La dalle fait 1,96 m sur 0,83 m pour une épaisseur de 18 cm. Ligugé, c. et arr. Poitiers, Vienne.

30 Manque un mot. Eygun a transcrit... MA. On lit plutôt une finale en... IS.

31 Canton de Maillezais, arr. Fontenay-le-Comte, Vendée.

32 Schumann (O.), Lateinische Hexameter-lexikon, dichterisches Formelgut von Ennius bis zum Archi- poeta, Munich, 1982 (M.G.H., Hilfsmittel, 4), t. 5, p. 169-181.

33 Adhemar (J.), Dordor (G.), « Les tombeaux de la collection Gaignières, dessins d'archéologie du xviie siècle », Gazette des Beaux-Arts année, juillet-août 1976, p. 14, n° 1155.

Table des illustrations

Titre Fig- 1 Épitaphe de Goteran, évêque de Saintes, abbé de Maillezais (CESCM, cliché Jean Michaud)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18520/img-1.png
Fichier image/png, 955k
Titre Fig. 2 Épitaphe de Simon Vilain, prévôt de Maillezais mort le 12 décembre 1318 (CESCM, cliché Jean-Pierre Brouard)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18520/img-2.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Fig. 3 Épitaphe d'Hugues de la Rivière, prieur de l'Hermenault, mort le 8 septembre 1307 (CESCM, cliché Jean-Pierre Brouard)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18520/img-3.png
Fichier image/png, 3,2M
Titre Fig. 4 Épitaphe de Jean de Curzay, prieur de Ligugé, mort le 21 janvier 1342 n.s. (CESCM, cliché Jean-Pierre Brouard)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18520/img-4.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Fig. 5 Épitaphe de Simon de Becellen, prieur de Saint- Pierre-le-Vieux, mort le 19 août 1516 (CESCM, cliché Jean-Pierre Brouard)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18520/img-5.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Fig. 6 Épitaphe de Guillaume Belet, aumônier de Maillezais vers fin xive siècle (CESCM, cliché Jean-Pierre Brouard)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18520/img-6.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Fig. 7 Épitaphe de Jean Bichon, pitancier (aquaticus) de Maillezais, début xve siècle (CESCM, cliché Jean-Pierre Brouard)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18520/img-7.png
Fichier image/png, 1,4M

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540