Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'abbaye de Maillezais

 | 
Mathias Tranchant
, 
Cécile Treffort

1re partie. Maillezais, centre de culture écrite

La bibliothèque de Maillezais à la fin du xiie siècle

Hervé Genton

Texte intégral

  • 1 Thompson (J. W.), The médiéval library, Chicago, 1939, ou Samurin (E. I.), Geschichte der biblio- (...)
  • 2 Derolez (A.), Corpus catalogorum Belgii : De middeleeuwse bibliotheekscatalogi der Zuidelijke Nede (...)
  • 3 Mittelalterliche Bibliothekskataloge Deutschlands und der Schweiz, 4 vol., Munich, 1918-1979.
  • 4 Nous adressons nos plus vifs remerciements à M. Jean-François Genest, directeur de la section de c (...)

1Lorsqu'un chercheur s'intéresse à l'histoire des bibliothèques en Occident, il dispose de plusieurs grandes synthèses1, de revues spécialisées comme la Zentralblatt fur Bibliothekswesen ainsi que de répertoires qui dressent l'inventaire des anciennes bibliothèques par pays2 ou par région linguistique3. Le chercheur de langue française dispose d'un instrument supplémentaire : l'Institut de Recherche et d'Histoire des Textes, qui possède une section d'histoire des bibliothèques occidentales et de codicologie4 et à qui l'on doit un répertoire fondamental : Bibliothèques de manuscrits médiévaux en France : relevé des inventaires du viie au xviie siècle. Ouvert à la page 130, le relevé présente la notice suivante :

2MAILLEZAIS, SAINT-PIERRE

3Il existerait donc deux états différents du catalogue de la même bibliothèque (celle de Maillezais), copiés à cinq siècles d'écart : un catalogue médiéval édité et un autre, inédit, du xviie siècle. Il apparaît donc possible, dans ces conditions, d'étudier l'évolution de la bibliothèque de Maillezais entre ces deux dates, en terme d'enrichissement ou de perte de volumes -en relevant la présence éventuelle d'imprimés -, avant de pouvoir étudier les enjeux de son contenu. Toutefois, face à un document, le réflexe primordial d'un historien est d'en vérifier l'authenticité. Or, si le premier inventaire nous renseigne sans équivoque sur le contenu de la bibliothèque de Maillezais, le second ne semble pas provenir de cette abbaye, comme nous le démontrons dans la première partie de notre étude. L'article se concentrera ensuite sur le catalogue dressé à la fin du xiie siècle, que nous publierons de manière critique après avoir étudié la place matérielle qu'occupaient les livres à Maillezais au Moyen Âge.

Un catalogue faussement attribué à Maillezais

  • 5 L'ensemble est composé des manuscrits latins nos 13068 à 13072. La description, sommaire, de L. De (...)
  • 6 Leclerq (H.), " Montfaucon, Dom Bernard de ", DACL, t. XI, 2e partie, Paris, 1934, col. 2660- 2662
  • 7 On note une seule exception : le ms. lat. 3316.
  • 8 Nous adopterons par commodité l'appellation " Bibliothèque nationale " pour cette bibliothèque qui (...)
  • 9 Omont (H.), Concordances des numéros anciens et des numéros actuels des manuscrits latins de la Bi (...)

4Le manuscrit conservé à la Bibliothèque nationale de France sous la cote ms. lat. 13069 correspond au deuxième volume des cinq dossiers collectés par le mauriste Bernard de Montfaucon5 pour la réalisation de sa Biblio- theca bibliothecarum nova, recueil de catalogues de manuscrits classés par lieu de conservation publié en 1739. Les dossiers se présentent comme une collection brute de catalogues recueillis par Bernard lui-même ou communiqués par des érudits pendant près de quarante ans6. Le catalogue dit de Maillezais remplit les folios 169 à 180 v° et a été copié par deux mains différentes, l'une de la première moitié et l'autre de la fin du xviie siècle. Pour les vingt-huit volumes, chaque notice est structurée de la même façon, avec en tête une série de quatre chiffres 7qui correspond à la cote du fonds regius de la Bibliothèque nationale8. Une fois cette série de chiffres décryptée, il était très facile de trouver la cote actuelle avec la table de concordance publiée par H. Omont9. Immédiatement placé sous la cote, figure un autre nombre composé de deux à trois chiffres. Il s'agit de l'âge du manuscrit en années estimé à rebours par les catalographes. Par exemple, " 150 " signifie ancien de 150 ans à partir de la date du catalogage. Enfin, suit le contenu de chaque manuscrit. Les catalographes mentionnent le titre et l'incipit de l'œuvre (souligné) à la ligne suivante, accompagnés de courtes remarques catalographiques.

  • 10 Catalogue général des manuscrits latins de la Bibliothèque nationale, 12 vol. avec tables, Paris, (...)

5Le tableau suivant, réalisé grâce aux notices codicologiques publiées par la Bibliothèque nationale10, permet d'avoir une idée assez claire de l'ensemble :

  • 11 Balayé (S.), " La naissance de la Bibliothèque du Roi, 1490-1664 ", dans Jolly (Cl.), Histoire des (...)

6Note11

  • 12 Cf. fichier des possesseurs de manuscrit(s) en libre accès à l'IRHT.

7Note12

  • 13 Pellegrin (É.), La bibliothèque des Visconti et des Sforza, Paris, 1955, p. 309.

8Note13

  • 14 Ibid., p. 9.

9Note14

  • 15 Balayé (S.), op. cit. n. 11, p. 210.

10Note15

  • 16 Cf. Blasselle (Br.), La Bibliothèque nationale, Paris, 2e édition, 1993 (Que sais-je n° 2496), p. (...)

11Note16

  • 17 Jacques Mentel (voir ci-dessous).

12Note17

  • 18 Cf. fichier des possesseurs de manuscrit(s) en libre accès à l'IRHT.

13Note18

  • 19 Ce manuscrit est-il arrivé alors que François Ier était roi de France? D'après Balayé (S.), op. ci (...)

14Note19

  • 20 Cf. fichier des possesseurs de manuscrit(s) en libre accès à l'IRHT.

15Note20

  • 21 Le catalogue de N. Clément donne comme précédent possesseur: ".. .ufr 92 ", nous pensons qu'il s'a (...)

16Note21

  • 22 Toutes les cotes sont actuelles, sauf indication contraire.
  • 23 Omont (H.), op. cit. n. 9, p. XXII. La bibliothèque Mazarine, de son côté, a conservé les doubles (...)
  • 24 Il a été un savant et un médecin français, 1597-1671.
  • 25 Blasselle (B.), op. cit. n. 16, p. 13.

17Un des problèmes les plus intéressants soulevé par ce second catalogue est celui de sa date. Pour le manuscrit latin 683022, les catalographes disent : " 40 est approbatus 1642 ", ce que nous comprenons par " ce manuscrit a été écrit voici 40 ans car il est prouvé qu'il est de 1642 ", ce que confirme notre identification. Or, 1642 + 40 nous donnent la date de 1682, date à laquelle Nicolas Clément, bibliothécaire de la Bibliothèque royale, rédigea un catalogue contenu dans le ms. nouv. acq. fr. 5402. 1682 est donc un terminus a quo pour la rédaction du catalogue dit de Maillezais. L'auteur de ce dernier ne peut être N. Clément, dont l'écriture est très différente. Toutefois, selon H. Omont23, " [N. Clément] eut soin enfin d'ajouter, en regard des numéros d'ordre, la mention sommaire de la cote ancienne ou de la provenance de chaque volume ". Or la majeure partie des manuscrits provient de la bibliothèque Mazarine par le biais de l'échange auquel fit procéder Colbert en 1668 par arrêt du Conseil d'État : la bibliothèque royale échangea alors des volumes qu'elle possédait en double avec la bibliothèque Mazarine qui dut céder, en retour, de remarquables manuscrits italiens. D'autre part, en regard des manuscrits regii 5685 et 5689, le scribe de N. Clément indique : " Ment. " que nous restituons par " Mentel, Jacques24 ", dont les livres arrivèrent à la bibliothèque royale en 167025. Ainsi, nous nous retrouvons avec un fonds de manuscrits entrés à la bibliothèque royale entre 1668 et 1670, pour la plupart d'entre eux catalogués ensemble à partir de 1682.

  • 26 Il s'agit des mss. lat. 939, 3196, 3201, 3370, 3399, 3400 et 3402.
  • 27 Pellegrin (É.), op. cit. n. 13, Paris, 1955.
  • 28 Toscano (G.), Les Rois bibliophiles. Enlumineurs à la cour d'Aragon à Naples (1442-1495) : les man (...)
  • 29 Catalogue général des manuscrits latins, op. cit. n. 10, t. V, Paris, 1996, p. 342.

18Collection composite à l'origine, cet ensemble de livres ne paraît pas avoir de liens particuliers avec la bibliothèque de Maillezais, et ce pour plusieurs raisons. Il faut tout d'abord relever des problèmes de chronologie. L'abbaye de Maillezais ayant été en partie détruite pendant les Guerres de religion (1559-1598), les manuscrits contemporains ou postérieurs à cette période troublée26 ont peu de chance d'en provenir : il est par exemple douteux qu'au cours de ces troubles, les manuscrits autographes de Guillaume Postel (mss. lat. 3399, 3400 et 3402) se soient trouvés à Maillezais. D'autre part, la provenance des manuscrits mentionnés dans la liste est pour le moins étonnante. En effet, E. Pellegrin mentionne le ms. lat. 4589 comme ayant appartenu à la bibliothèque des Visconti et des Sforza27. Les mss. lat. 4083 et 4558 proviendraient, d'après G. Tascano28, de la bibliothèque des rois aragonais de Naples (avant d'aller à la bibliothèque Mazarine puis à la royale). Le ms. lat. 3395 a, quant à lui, appartenu à Gilles de Viterbe puis à Catherine de Médicis29. Enfin, en ce qui concerne les mss. lat. 4665 et 4665,2, force est de constater que leur contenu concerne davantage le diocèse de Vienne que celui de Poitiers. L'argument décisif est fourni par le catalogue lui-même. Si les livres venaient effectivement de Maillezais, les catalographes auraient placé la mention " Catalogus librorum ex abbatia Malleacensi " au-dessus de la cote regius du ms. lat. 4892. En plaçant cette mention en dessous, les catalographes indiquent au contraire sans équivoque que le catalogue des livres de Maillezais se trouve à l'intérieur du manuscrit en question, arrivé en 1668 à la bibliothèque royale en passant par la bibliothèque de Mazarin.

19La liste de livres contenue dans le ms. lat. 13090 n'a donc aucun lien avec la bibliothèque de Maillezais, et il est temps désormais de se consacrer aux manuscrits et au seul catalogue qui en proviennent réellement.

Le fonds de Maillezais

Aspect concret du fonds

  • 30 D'après Lesne (E.), Les livres, scriptoria et bibliothèques du commencement du viiie à la fin du x (...)
  • 31 Ibid, p. 492.
  • 32 Nous devons ces renseignements à la section de codicologie de l'IRHT.
  • 33 À notre connaissance, il n'existe pas d'autres traces de ce travail.

20On sait que les catalogues de bibliothèques monastiques ne recensent que rarement la totalité des livres30. Le catalogue de Maillezais ne fait vraisemblablement pas exception puisqu'il présente la collection principale31 sans mentionner les livres conservés en des lieux dispersés dans le monastère (comme la sacristie ou le logement de l'abbé). Parmi les cent-neuf volumes recensés, quatre manuscrits subsistent aujourd'hui 32qui portent une inscription sur la page de garde avec le numéro de l'armoire dans laquelle le manuscrit était placé et un index du contenu du manuscrit33.

  • Leyde, Bibliothèque universitaire, ms. BPL 108, f. 1 : " Va armaria hylarius de trinitate 36 ".
  • Leyde, Bibliothèque universitaire, ms. BPL 111, 1, f. 2° : " Octava armaria. Liber p(ri)mus de p(ri)matu Romane ecclesie. Liber secu(n)dus de sacratissimo pontificatu romano. Liber tercius de pontificali autoritate et regali potestate. Liber quartus de quatuor principalib(us) conciliis. XVII. " et f. 127° : " Décréta pontificum tercia armaria ".
  • Leyde, Bibliothèque universitaire, Fonds Scaliger, ms. 38, f. 1 : " XVIa armaria [...]. Spera 34 Pictagore. Disputatio Albinis cum Pipino. Astrologia [...]. Astrolabium Arithmetica. De signis solis et celi. Ciclus Paschei magnus. Kalendarium versi- flactum35. ".
  • Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. lat. 4892, f. 1° : " XIIa armaria. Julius Floris. Deuastatio monasterii Malleacensis factaper Gauffridii de Lezigniaco. Liber de itinere de Jheruzalem. Liber de Jheruzalem et de locis sanctis. De orbe et situ orbis. Constructio monasterii Malleacensis. Et translatio sancti Rigomeri. ".
  • 36 Peut-être dans la galerie du cloître. Cf. Clark (John W.), The care ofbooks, Cambridge, 1909, p. 7 (...)
  • 37 Nebbiai-Dalla Guarda (D.), " Les inventaires de bibliothèques médiévales ", dans Glénisson (J.), L (...)
  • 38 Leroquais (V.), Les sacramentaires et les missels manuscrits des bibliothèques publiques de France (...)
  • 39 Nebblai-Dalla Guarda (D.), " Classification et classement ", dans Vernet (A.), Histoire des biblio (...)
  • 40 Becquet (J.), " Le coutumier clunisien de Maillezais ", Revue Mabillon, t. LV, 1965, p. 1-31, en p (...)
  • 41 Patrologie Latine (abrégé en PL), t. CLXVI, 1057-60 ; et t. CLXVI, 1059-62.
  • 42 L'échange épistolaire se trouve, avec une allusion à Cicéron, dans PL, t. CLXVI, col. 1057-62.
  • 43 En outre, pouvons-nous déduire de l'inscription du folio 13 : " Ista Dionisii est abbatispagina do (...)

21Ces mentions montrent clairement que les manuscrits étaient entreposés dans des armoires, probablement de bois36. Les inscriptions des mss. Scaliger 38 et lat. 4892 sont de la même main et datent du xve siècle ; elles correspondent vraisemblablement à un travail de catalogage accompli à l'abbaye à cette époque. Le deuxième dépôt se trouvait peut-être dans le chœur de l'église ou la sacristie 37 car le missel de Maillezais (Paris, BNF, ms lat. 9435), qui date de la fin du xie siècle, a échappé au premier catalogage. Cependant, la disparition des onze premiers feuillet 38 empêche de savoir si ce missel était encore utilisé au xve siècle ou s'il avait été remplacé et donc conservé dans les armoires, bénéficiant ainsi du second catalogage. L'abbé disposait enfin de livres dans son logement {in caméra sua39) comme en témoigne le coutumier de Maillezais40. C'est probablement là que Pierre, abbé de Maillezais de 1100 à 1128, conservait l'Historia Hierosolymitana que Baudri, abbé de Bourgueil puis archevêque de Dol en 1107, lui avait dédié41. Baudri lui envoya son œuvre et lui demanda en échange les gloses sur le Pentateuque qu'il avait entendu lire lors de son passage à Maillezais42 ; Pierre les conservait-il " dans son logement ? " En tous les cas, elles ne figurent pas dans l'inventaire43.

  • 44 Becquet (J.), op. cit. n. 40, p. 16.
  • 45 En attendant la publication de la suite des notices codicologiques des manuscrits latins déposés à (...)
  • 46 Kappeli (Th.), o. P., " Martinus Oppaviensis ", Scriptores Ordinis Praedicatorum Medii Aevi, t. II (...)

22La bibliothèque pouvait s'enrichir de livres donnés par divers bienfaiteurs comme l'atteste le coutumier44 ; ainsi, la Bibliothèque nationale de France conserve un manuscrit du xive siècle qui a appartenu à Saint-Pierre de Maillezais, le ms. lat. 50 1 945. Ce dernier contient la Chronique de Martin le Polonais, o. P., et ne porte pas la marque du second catalogage46.

23Il reste sept manuscrits de l'abbaye de Saint-Pierre de Maillezais répartis comme suit :

  1. Leyde, Bibliothèque de l'université, BPL 108, xiiie siècle (" V47), n° 10 (CPL 433).
    La notice codicologique attribue ce manuscrit à Maillezais : " Videtur fuisse in bibl. Abbatiae Malleacensis48 ". Mais elle est imprécise, car nous ignorons comment la BPL a eu connaissance que le manuscrit provenait de Maillezais ; serait-ce une inscription de la main de J.-J. Scaliger ?
  2. Leyde, Bibliothèque de l'université, BPL 111, 1, xiie siècle, n° 6549. L'attribution de ce manuscrit à la bibliothèque de Maillezais ne fait aucun doute à cause de I'ex-libris contenu au folio 127 : " Hic est lib(er) s(an)c(t)i Pet(ri) Malliacensis50 ".
  3. Leyde, Bibliothèque de l'université, Fonds Scaliger 38, xie siècle51. Ce manuscrit n'a pas d'ex-libris et l'attribution à Maillezais se fait par la mention du numéro d'armoire que la même main a écrite dans les trois autres manuscrits52.
  4. Paris, Bibl. nationale de France, ms. lat. 9435, fin xie siècle (missel de l'abbaye53).
    Ce missel, aux 228 folios de parchemin, est attribué à Maillezais sur la base de la mention de saint Rigomer au folio 224 v. En effet, l'abbaye possédait depuis 101054 les reliques de ce saint.
  5. Paris, Bibl. nationale de France, ms. lat. 4892, xiie siècle.
    Au vu du titre du catalogue, la bibliothèque de Maillezais est sans conteste dépositaire de ce manuscrit.
  6. Paris, Bibl. nationale de France, ms. lat. 5019, xiiie siècle.
    La mention suivante attribue ce manuscrit à Maillezais : " Anno domini 1272, Philippus, Rex Franciae, die Veneris ante passionem Domini, venit apud Malle- ziacum invitatus a reverendo pâtre domino Radulpho, tune temporis abbate dicti loci, ibidemque manducavit etpernoctavit, in crastinoque reeessit. "55
  7. Paris, BNF, Lat. 964 (fin xve-début xvie siècle)
    L'attribution à notre bibliothèque de ce manuscrit se fait par la liste des vocables des églises du diocèse de Maillezais (f. 4) et par les armes de Jacques, ou son neveu Henri, d'Escoubleau, qui furent évêques de Maillezais au xve siècle56.

Le catalogue

  • 57 Nous emploierons indifféremment " liste, catalogue, inventaire ", pour désigner notre catalogue en (...)
  • 58 La notice codicologique a d'abord été établie par J. Verdon pour son édition de la Chronique de Sa (...)
  • 59 " Voilà les livres de Saint-Pierre de Maillezais ".

24Le fonds principal de la bibliothèque de Saint-Pierre de Maillezais est connue par le catalogue 57 copié dans le ms. lat. 4892 de la Bibliothèque nationale de France, au r° du 1er folio58. C'est l'usage le plus fréquent car les manuscrits se conservent mieux que les feuillets détachés. L'absence, dans l'inventaire, du manuscrit dans lequel la liste est rédigée peut s'expliquer par le fait que le manuscrit était déposé ailleurs que dans le fonds inventorié. Le titre (Isti sunt libri Pétri Malleacensis59), qui chapeaute la première colonne, attribue sans équivoque les livres énumérés à l'abbaye de Maillezais. Les items sont présentés sur deux colonnes avec un passage à la ligne après la mention du nombre de volume(s).

  • 60 Bourgain (p.), " Le tournant littéraire du milieu du xiie siècle ", dans Gasparri (Fr.), Le Xlf si (...)
  • 61 Nebbiai-Dalla Guarda (D.), dans Gasparri (Fr.), op. cit. n. 60, p. 216.
  • 62 Gallia Christiana, t. II, col. 1367 : " Guillemus [...] de Reyssia [...] Malliacensis coenobii cur (...)

25Si l'écriture ne permet pas de préciser la datation, attribuée au xiie siècle, la mise en page du texte sur deux colonnes atteste en revanche que le catalogue date d'après 115060. En outre, l'œuvre la plus récente qu'il contient, YHistoria scolastica, a été rédigée par Pierre Comestor qui la dédie à Guillaume aux Blanches-Mains, archevêque de Sens de 1168 à 1176 ; donc notre catalogue date de 1168 au plus tôt. À côté de ces critères internes, l'histoire de l'abbaye permet d'avancer un autre argument. L'inventaire daterait d'après 118461. À cette date en effet, alors que Guillaume II de Reyssia est le onzième abbé, le monastère reçoit une importante donation de " Richard, fils du roi d'Angleterre, comte de Poitou "62, qui abandonne à l'abbaye de Maillezais tout ce qu'il avait en entier dans le fief de Coulonges- sur-l'Autize. Cette donation aurait permis une réorganisation du monastère dont l'établissement d'un inventaire de ses livres représenterait un des aspects. Ainsi, trois moyens différents de datation convergent pour dater notre catalogue de la seconde partie du douzième siècle, voire plus précisément vers le dernier quart. On peut désormais étudier en détail le fonds de la bibliothèque de Maillezais à cette date, en se reportant à l'édition critique donnée en annexe.

Étude du fonds de Maillezais

26Le chapitre IX de la règle bénédictine prescrit aux moines de lire. La bibliothèque de Maillezais était assez riche pour répondre à cette obligation. On peut s'interroger en revanche sur la nature et le rôle des ouvrages qu'ils avaient à leur disposition.

Les livres, une nécessité pour les moines

  • 63 Leclercq (J.), L'amour des lettres et le désir de Dieu, Paris, 1957, p. 70.
  • 64 Munk Olsen (B.), " Maillezais, Saint-Pierre ", dans L'étude des auteurs classiques latins aux xie (...)
  • 65 Vandenbroucke (F.), " La lectio divina du xi au xiv siècle ", Studia monastica, t. VIII, 1966, p. (...)
  • 66Omni die diluculo postquam pueri très psalmos, ut moris est, perlegerint, continua venitad eos u (...)
  • 67 Leclerq (J.), op. cit. n. 63, p. 183.
  • 68 Ibid., p. 67.

27La mission des moines bénédictins est magistralement résumée dans la formule Ora et labora, et la présence de livres dans les monastères s'explique également par le fait qu'ils doivent aider les frères à remplir la première partie de leur mission, orare, qui est aussi la plus importante. Pour bien prier, les livres nécessaires sont de trois types, énumérés dans l'ordre hiérarchique : la Bible, bien évidemment, la tradition patristique et la littérature classique 63 (dont Maillezais ne disposait d'aucun auteur64). Cet ensemble, dont les deux premiers éléments sont fondamentaux, forme ce que l'on peut appeler à la suite de Jean Leclercq la culture monastique. Avant de bien savoir prier, c'est-à-dire d'avoir acquis une bonne culture monastique, le futur moine doit faire l'apprentissage des lettres. Trois cas sont alors possibles. Il a reçu soit une bonne formation dans les lettres humaines et divines, soit une formation médiocre dans ces matières, ou alors acquis seulement des rudiments de grammaire65. L'abbaye de Maillezais, à en croire son coutumier66, entretient une école intérieure à la clôture qui dispense les bases de la grammaire. La théorie est mise en pratique publiquement puisque la lecture s'y fait sous la houlette du maître des enfants, de l'abbé et de Xarmarius. Une fois acquise la maîtrise de la lecture et de l'écriture, le novice reçoit une culture monastique de nature contemplative67. Autrement dit, la littérature monastique est une littérature destinée à développer et à transmettre le désir de Dieu et qui s'adresse à chaque moine ; sa vocation est toute eschatologique68.

  • 69 Vandenbroucke (F.), op. cit. n. 65, p. 269.
  • 70 Leclercq (J.), op. cit. n. 63, p. 88. J. Leclercq cite et traduit Guillaume de Saint-Thierry, PL, (...)
  • 71 Ibid., p. 90.
  • 72 Ibid., p. 96.

28Les moines de Maillezais avaient les moyens de répondre directement aux exigences de la règle bénédictine et de préparer ainsi leur salut avec les livres dont ils disposaient à la fin du xiie siècle. Ils disposaient effectivement de la Bible latine (nos 1-3, 8, 9), en extrait sans commentaire (n° 3), ou en entier et commentée secundum historiam ou secundum litteram69 (n° 1). Les oeuvres de Josèphe (nos 4-6) et d'Isidore de Séville (n° 51), auxquelles il faut ajouter le glossaire (n° 82), aident les moines à saisir la Bible dans son sens littéral. Nécessairement liés à la Bible, tous les commentateurs de l'Écriture sainte, orientaux d'abord, occidentaux ensuite. Comme la règle bénédictine entretient la nostalgie du monachisme oriental, " la lumière de l'Orient70 " vient éclairer l'Occident par l'intermédiaire de traductions. Les auteurs " les plus souvent traduits et les plus répandus sont [...] les plus monastiques71 " : Ephrem (n° 61), Jean Chrysostome (n° 50) et Origène (n° 7). Il faut ajouter les textes historiques que sont les œuvres de Fl. Josèphe (n° 4-6), de Sozomène (n° 48) et d'Eusèbe (n° 12). Les textes d'Ephrem et les Vies de Pères (n° 58) sont tels quels utiles aux lectures monastiques, comme les œuvres, latines en l'occurrence, de Smaragde (n° 60) et de Julien Pomère (n° 62). Les pères latins sont bien représentés aussi, avec deux traités d'Hilaire, sept œuvres de Jérôme, apprécié pour son interprétation philologique de l'Écriture sainte72.

  • 73 Ibid., p. 96.
  • 74 Ibid., p. 97.
  • 75 Banniard (M.), Genèse culturelle de l'Europe (v-viiie siècle), Paris, 1989, p. 138.
  • 76 Vandenbroucke (F.), op. cit. n. 65, p. 270.
  • 77 Maillezais se distingue en ne possédant pas de traités sur l'Ancien Testament d'Ambroise.

29Les œuvres d'Augustin offrent un modèle de prose où la maîtrise de la langue sert l'enthousiasme chrétien73 et ses principales œuvres sont disponibles à Maillezais (nos 24, 27, 28, 33, 38, 40). Ce sont ses œuvres pastorales, ses sermons (n° 40), ses lettres (n° 24) et ses commentaires bibliques (n° 38, par exemple) qui sont les plus copiés74. L'évêque d'Hippone relate dans ses Confessions son itinéraire, de l'adolescence à la conversion. Il développe pour ses lecteurs dans la Cité de Dieu le véritable sens de l'histoire humaine75. Le De doctrina christiana et le De Ciuitate Dei sont lus pour dépasser le sens littéral et atteindre les sens allégorique et moral76 de la Bible77.

  • 78 Leclercq (J.), op. cit. n. 63, p. 33.
  • 79 Ibid., p. 33.
  • 80 Banniard (M.), op. cit. n. 75, p. 151.
  • 81 Leclercq (J.), op. cit. n. 63, p. 17.
  • 82 Voir Catalogus codicum manuscriptorum Bibliothecae regiae, Pars IIIa, t. IV, Paris, 1744.

30L'œuvre de Grégoire le Grand est essentielle pour les moines parce qu'il livre à travers ses textes son expérience de vie spirituelle78, son expérience de moine - la vente de ses biens hérités lui permet de fonder six monastères et de transformer son palais en un monastère - ; son expérience d'homme cultivé lui permettra de décrire sa souffrance. Comme infirme, il ressent très vivement la misère humaine, " les séquelles du péché d'origine79 ". Il livre encore son expérience de contemplatif condamné à l'action dans son Registre de lettres (n° 44), fruit de quatorze années de pontificat80. Maillezais dispose de tous les grands textes de Grégoire comme le commentaire historique, allégorique et moral du livre de Job (n° 41). Cet enseignement religieux est complété par les vingt-deux homélies sur Ézéchiel (n° 42) et les quarante homélies sur l'Évangile (n° 43). Il faut mentionner encore la Vie de saint Benoît narrée dans le Livre II des Dialogues de Grégoire. Ce texte a eu une influence " décisive, constante, universelle81 " sur le développement de la culture monastique. Il raconte comment Benoît a étudié avant de se convertir ; il laisse donc entendre que les moines se doivent de maîtriser la grammaire mais qu'il faut s'orienter rapidement vers la prière qui seule conduit à Dieu. Maillezais comprenait donc les Dialogues de Grégoire (n° 45) et sa Règle pastorale (n° 46) mais pas la Règle de Benoît. La Vie de Benoît se retrouvera au xiiie siècle dans le ms. latin 501982.

  • 83 Leclercq (J.), op. cit. n. 63, p. 155.

31La bibliothèque possédait encore des récits hagiographiques (nos 88 à 94) écrits en vue du culte ou de la promotion d'un saint, ou bien encore ils fournissaient des lectures à lire (legenda) pendant l'office divin. Ils affichaient deux buts : non seulement instruire et exhorter les moines par le rappel de grandes actions chrétiennes, mais aussi glorifier Dieu dans l'acte même du culte où le texte est lu83.

32Ainsi, la bibliothèque de Maillezais a toutes les œuvres nécessaires à la pratique de la lectio divina, de la Bible aux Pères, avec même des condensés d'œuvres patristiques (nos 76 & 77), un bon ensemble d'œuvres ascétiques (nos 59 à 68) complété par un large éventail de récits agiographiques.

Maillezais, une activité intellectuelle bénédictine typique

  • 84 Nebbiai-Dalla Guarda (D.), dans Gasparri (Fr.), op. cit. n. 60, p. 205-256, en part. p. 206 (n. 7)
  • 85 Becquet (J.), op. cit. n. 40, p. 14 (app. de la n. 41).
  • 86 Cf. Munk Olsen (B.), " Les bibliothèques bénédictines... ", dans Vernet (A.), op. cit. n. 39, p. 3 (...)

33On peut s'interroger sur la présence d'une école extérieure à Maillezais. À l'époque, en effet, bien des monastères bénédictins, comme ceux de Corbie, Luxeuil, Mont-Cassin, Fulda, Le Bec-Helluin, etc.84 ferment leur école extérieure et cessent d'enseigner à des enfants étrangers à leur communauté. Pour Maillezais, les manuscrits subsistant ne permettent pas de trancher la question ; le coutumier consacre bien le chapitre XVI aux enfants et à leur maître mais il n'est pas fait mention de livres scolaires ou d'enseignement de la lecture dans la partie originale de ce texte. Cet apprentissage correspondait à une école intérieure qui dispensait un savoir élémentaire à en juger par les lignes consacrées à la lecture des enfants dans le chapitre De armario85. Une réponse définitive peut être apportée par l'absence notable des classiques latins dans le catalogue étudié ; en effet, un fonds scolaire bien fourni contient principalement trois types de livres : les ouvrages des auctores païens ou chrétiens, les manuels qui sont utilisés pour l'étude des arts libéraux et les commentaires qui expliquent tous ces textes86. Or Saint-Pierre de Maillezais n'a pas un seul de ces trois types de livres. Il faut en conclure que Maillezais n'a jamais entretenu d'école extérieure.

  • 87 Garaud (M.), " Les écoles et l'enseignement à Poitiers du ive à la fin du xiie siècle ", Bulletin (...)
  • 88 " Instruit, avide de connaissance et bibliophile, Guillaume était plein de déférence pour les sava (...)
  • 89 Lesne (É.), Les écoles de la fin du viiie à la fin du xiie siècle, Lille, 1940, p. 78-79.

34Bien plus, en quittant le cloître de Maillezais pour observer la situation scolaire du Poitou aux xie et xiie siècles, il apparaît que les écoles se trouvaient essentiellement à Poitiers où un enseignement plus complet s'était développé grâce à Guillaume le Grand et à Fulbert de Chartres († 102887). Comme Guillaume ne put pas convaincre ce dernier de venir à Poitiers, il lui conféra la plus haute dignité reconnue en Poitou, celle de trésorier du chapitre de Saint-Hilaire de Poitiers (car l'abbé, laïque, de Saint-Hilaire est le comte lui-même), après la mort de Géraud, évêque de Limoges. Resté à Chartres, Fulbert nomma à Poitiers Hildegaire à la gestion du trésor de Saint-Hilaire. Hildegaire était érudit en médecine, en dialectique et en musique et c'est lui qui restaura l'étude des disciplines profanes à Poitiers. Ainsi, Guillaume V88 redonne vie aux études en Poitou après la fin de l'école publique romaine. Ce renouveau de l'école monastique de Saint- Hilaire entraîne une émulation avec l'école cathédrale. À côté de ces deux écoles, il y en eut d'autres à Poitiers, Saint-Cyprien et Sainte-Radegonde89.

Un goût pour l'histoire

  • 90 Nebbiai-Dalla Guarda (D.), dans Gasparri (Fr.), op. cit. n. 60, p. 207.
  • 91 Ibid., p. 207.
  • 92 Id„ p. 211-212.
  • 93 Verdon (J.), op. cit. n. 58, p. XXIII.
  • 94 Theodosii,De situ terrae sanctae ", éd. Geyer (P.), Itineraria et alia geographica, CCSL, t. CL (...)
  • 95 Verdon (J.), op. cit. n. 58, p. XXVI, n. 4.
  • 96 Ibid.

35Cependant la fermeture ou l'absence d'une telle école n'empêche pas pour autant une activité intellectuelle dans les monastères. À la fin du xiie siècle, l'activité intellectuelle se manifeste par " un mouvement de réflexion que les communautés religieuses ont entrepris sur elles-mêmes afin de réexaminer leur statut et leur mission90 ". Trois types de documents historiques élaborés par ces communautés fondent cette remarque : les annales, les cartulaires historiques et les chroniques. Et l'élaboration de ces documents s'est faite à la suite de " campagnes de réorganisation des fonds d'archives, qui ont également concerné les bibliothèques91 ". " Les rapports ayant existé, au xiie siècle, entre la préparation et la rédaction de travaux historiques et les bibliothèques apparaissent dans le cas d'une [...] abbaye bénédictine, Maillezais92 [...] " puisque le catalogue est copié au premier folio du manuscrit latin 4892. Celui-ci ne contient que des textes historiques, excepté le catalogue, un extrait de Smaragde au folio 106 b93, des extraits de Visions aux folios 161 d, 176, 180, le texte de Théodose94 et des sermons95. Toutes ces exceptions sont mineures en regard du nombre de folios qu'elles occupent par rapport aux oeuvres historiques qui sont les suivantes96 :

  • Fréculphe de Lisieux, Chronique ;
  • Pseudo-Callisthène, Res gestae Alexandri Macedonis ;
  • Paul Orose, Historiarum aduersum paganos libri VII ;
  • Eusèbe de Césarée, Historia ecclesiastica ;
  • Cassiodore, Historia tripartita ;
  • Explanatio uel origo gentium Francorum ;
  • Aimon de Fleury, De gestis regum Francorum ;
  • Jordanès, De summa temporum uel origine actibusque gentis Romanorum ;
  • Grégoire de Tours, Historiarum libri X ;
  • un résumé des Gesta Dagoberti ;
  • Paul Diacre, Historia Langobardum ;
  • un résumé de Frédégaire (Chronicarum quae dicuntur Fredegarii scholas- tici libri IV) ;
  • Bède, Historia ecclesiastica ;
  • Éginhard, Vita Karoli ;
  • Chronique de Saint-Maixent ;
  • Deuastatio monasterii Malleacensis ;
  • Pierre Tudebode, Historia de hierosolymitano itinere ;
  • De Jherusalem et de locis sanctis ;
  • [...]
  • Pierre de Maillezais, Qualiter fuit constructum Malliacense monasterium [...].
  • 97 Leclercq (J.), op. cit. n. 63, p. 149.
  • 98 Ibid., p. 149.

36Ce manuscrit réunit un florilège de textes historiques de portée variable. Tous manifestent le goût caractéristique des moines pour l'histoire. Il est dû au fait que le genre historique existait depuis l'Antiquité classique. Des modèles avaient subsisté et ils étaient lus à l'école. Plus tard, ils devenaient une source d'inspiration97. En outre, les moines accordaient une valeur considérable à la tradition et voulaient préserver les acquisitions du présent. En effet, ils avouent dans leurs œuvres leur amour du passé et la volonté de le voir fixé dans l'écriture 98.

  • 99 Id„ p. 152.
  • 100 Id.
  • 101 Sur les récits de fondation monastique en France, voir Remensnyder (A. G.), Remembering Kings Past (...)

37Le premier témoignage en est la Chronique du moine Pierre de Maillezais. Ce témoignage est un enseignement religieux 99 dans le sens où Pierre raconte la toute-puissance de Dieu qui se manifeste quand la troupe de chasseurs découvre un ancien autel, quand le chasseur blessé est guéri miraculeusement à la suite des prières d'Emma, quand le trésor de l'abbaye s'enrichit des reliques, par exemple. De plus, ce texte considère les événements politiques du point de vue de leur incidence religieuse100quand Théode- lin obtient d'Hugues qu'il lui fournisse des reliques, alors que l'abbé est en droit d'exiger d'Hugues qu'il rende des terres précédemment données à l'abbaye, par exemple. Le titre de l'œuvre confirme, si besoin était, l'orientation toute religieuse du texte de Pierre : " Qualiter fuit constructum Malla- cense monasterium et corpus sancti Rigomeri translatum (Comment le monastère de Maillezais a été construit et comment le corps de saint Rigomer y a été amené101) ". Cette orientation religieuse explique aussi pourquoi le texte est muet à propos de la vie de la bibliothèque.

  • 102 Guenée (B.), Histoire et culture historique dans l'Occident médiéval, Paris, 1980, p. 250-251. Les (...)

38Les lectures des moines témoignent encore de leur intérêt pour l'histoire. Pour l'essentiel, ces textes sont de l'Antiquité chrétienne et de l'époque carolingienne avec une portée universelle. Tous les écrivains mentionnés dans le manuscrit latin 4892 ou listés dans le catalogue sont en tête de la liste des auteurs que B. Guenée102 a établie sur la base du nombre de manuscrits subsistants : Orose, Flavius Josèphe, Bède, Cassiodore, Eginhard, le Liber pontificalis, Grégoire de Tours et, un peu plus loin dans ce relevé, Fréculphe de Lisieux et Aimon de Fleury.

  • 103 Ibid, p. 248-299.
  • 104 Pon (G.), " La dévastation de l'abbaye de Maillezais (v. 1225-1232) par Geoffroy II de Lusignan, d (...)

39La présence de Flavius Josèphe n'est en aucun cas exceptionnelle comme le prouve l'étude de B. Guenée103. La présence de trois volumes, d' " auteurs différents ", peut paraître plus intéressante mais certainement pas extraordinaire puisque Saint-Riquier (831, Becker 11) et l'abbaye du Bec (1142- 64, Becker 86) possédaient les œuvres de Flavius Josèphe en entier. Grâce à l'édition de la Devastatio, on sait que ces œuvres-ci ont été lues104.

40Si nous prenons en compte les manuscrits subsistants sous l'angle chronologique, nous constatons que pour Flavius Josèphe, Orose et Cassiodore, le siècle d'or est le xiie. Et c'est normal car leurs œuvres ont disposé de tout le temps nécessaire à leur diffusion. De ces trois auteurs, Cassiodore est le seul à figurer et dans le manuscrit et dans le catalogue, c'est dire le succès de l’Historia tripartita aux xie et xiie siècles et plus généralement le caractère commun des textes déposés à Maillezais.

  • 105 Bourgain (P.), dans Gasparri (Fr.), op. cit. n. 60, p. 303-324.
  • 106 Guenée (B.), op. cit. n. 102, p. 273.

41Constitué principalement d'auteurs patristiques et d'auteurs carolingiens, le fonds n'offre qu'un seul texte de la fin du xiie siècle, l'Historia nova, un instrument de travail exégétique, car la présence du psautier commenté de Gilbert de la Porrée (t 1154) n'est qu'une hypothèse. Il manque les " grands " textes historiques du xiie siècle comme l'Histoire des rois de Bretagne de Geoffroy de Monmouth ou Y Histoire de Charlemagne du Pseudo-Turpin, mais en plus, aucun des auteurs " du tournant littéraire du milieu du xiie siècle105 " n'est catalogué, qu'il soit religieux, et clunisien de surcroît, comme Pierre le Vénérable (t 1156), ou scolaire comme Hugues de Saint- Victor (f 1141) dont la chronique connut un succès rapide au xiie siècle106. L'absence des œuvres de Bernard de Clairvaux n'est évidemment pas une surprise puisqu'il est en conflit avec Gilbert de la Porrée.

  • 107 Nebbiai-Dalla Guarda (D.), dans Gasparri (Fr.), op. cit. n. 60, p. 207.

42Comment interpréter l'absence de ces textes ? Elle confirme les conclusions de Mme Dalla Guarda. La communauté monastique de Maillezais n'a que faire de ces " grands " textes. Ce n'est pas la vocation des moines, et encore moins leur priorité, de lire ces œuvres historiques. À l'heure du réexamen de leur mission, les moines de Maillezais trouvent un bien plus grand bénéfice spirituel à posséder une des œuvres du Magister historiarum. Et ce réexamen n'est certainement pas un repli 107 puisque l'œuvre du Comestor sort du milieu scolastique parisien, appelé à se développer encore plus au cours du xiiie siècle.

  • 108 Verdon (J.), op. cit. n. 58, p. ix.
  • 109 Pon (G.), op. cit. n. 104.

43Le réexamen se manifeste ainsi par le type de textes copiés dans le même manuscrit. Tous historiques, les anciens sont de portée universelle. Les plus récents sont listés en gras et leur point commun n'est certainement pas l'époque de leur rédaction puisque la Chronique de Pierre date de 1060, la Chronique de Saint-Maixent a été compilée vers 1126 108 et la Devastatio narre des événements de 1225-1232109. En revanche, il faut souligner leur portée locale. Ainsi, à la fin du xiie siècle, en lisant le manuscrit, un moine avait entre les mains des pages de l'histoire du monde, un aperçu de l'histoire de sa région (sans la Devastatio) et en tête du manuscrit le catalogue des livres.

Formes et fonctions de l'inventaire de la bibliothèque de Maillezais

44L'inventaire de Maillezais se veut administratif. Il doit permettre de vérifier si les volumes présents dans la bibliothèque correspondent bien aux volumes présumés y figurer. Il s'intéresse à l'objet matériel en identifiant un volume de façon à éviter toute confusion avec un autre. Le détail du contenu n'est pas fourni comme le prouve la notice du manuscrit BPL 108 qui signale qu'après le De synodis d'Hilaire, le manuscrit contient un choix {excerpta) de divers auteurs ecclésiastiques. Peut-être mentionne-t-il le nombre d'exemplaires de la même œuvre (n° 61, par exemple) mais assurément il signale le nombre de volume(s) que compte une œuvre (n° 27). Lorsque la notice textuelle est incomplète, le frère catalographe - Xarma- rius ? - ne juge pas utile de mentionner ce qui lui paraît évident (n° 86).

  • 110 Nous renvoyons au répertoire de Becker (G.), op. cit., pour la commodité du lecteur, tout en sach (...)
  • 111 Buchwald (W.) et al., " Hilaire de Poitiers ", Dictionnaire des Auteurs Grecs et Latins de l'Antiq (...)
  • 112 Genest (J.-Fr-) " " Types de livres et de lecteurs en Occident ", dans Glénisson (J.), op. cit. n. (...)
  • 113 Parks (M.), " Lire, écrire, interpréter le texte [...] ", dans Cavallo (G.) et Chartier (R.) éd., (...)

45Le plan de l'inventaire en question est très commun dans son ensemble avec, cependant, une particularité notable. Il présente en première partie la Bible mais sans sous-titre, comme nombre d'autres catalogues (Becker110 68, Toul, avant 1084 [1 à 8] ; Becker 69, Allerheiligen, 1083-1096 [1 à 5] ; Becker 72, Lindesfarne, 1095 [1,2] ; Becker 76, Trêves, xiie s., [1 à 9]) et en deuxième partie les Pères de l'Église. L'ordre de présentation de ces derniers est remarquable car saint Hilaire est placé en tête. C'est donc un hommage appuyé que reçoit Hilaire évêque de Poitiers, " premier grand théologien latin111". Venance Fortunat, résidant à Poitiers comme prêtre, est placé, lui, en fin de catalogue : 84e titre sur 91. En général, c'est Augustin qui occupe la première place dans les inventaires immédiatement après la Bible (Becker 76, église de Saint-Maximin de Trêves, xiie s. ; Becker 77, Saint-Bertin, xiie s. ; Becker 79, Corbie (II), xiie s. ; Becker 86, abbaye du Bec, 1142-64, etc.). Après la cinquième et ultime section qui énumère les livres de saint Grégoire " viennent des auteurs ecclésiastiques mineurs ou plus récents112 " énumérés sans sous-titre mais non sans classement. Les œuvres de Bède sont listées à la suite (nos 52 à 57), pour autant qu'elles soient toutes de lui. Les textes en vers sont aussi regroupés (nos 84, 85 et 86). L'énumération se termine par des vies de saints données à la suite. Le classement matière est donc bien hiérarchique : en tête la Bible, en fin les vies de saints, modèles que les moines doivent imiter. Ce classement reflète une priorité du moine, celle de lire (legere) pour le salut de son âme113.

  • 114 D'après nebbiai-dalla guarda (D.), dans Gasparri (Fr.), op. cit. n. 60, p. 223.
  • 115 Ibid.

46Comparons la bibliothèque de Maillezais avec les conclusions de Mmc Dalla Guarda114. Le nombre d'articles recensés à Maillezais, à savoir quatre-vingt-quatre, compte vingt-six articles de moins que la moyenne. Maillezais possède aussi un nombre de gloses bibliques (nos 1, 7, 8, 47, 75) supérieur à la Bible (nos 2, 3, 9). Et ces gloses bibliques sont justement les nouvelles acquisitions de la bibliothèque (nos 1, 8, 75). Notre fonds se place encore en dessous de la moyenne qui est de 8,23 % avec un nombre d'œuvres hagiographiques et de règles (nos 72, 88 à 94) qui ne s'élève qu'à 7,44 % du total des œuvres (9 + 94). Aucune comparaison n'est possible avec la progression d'œuvres philosophiques puisque notre bibliothèque n'en compte aucune. En revanche, Maillezais est une des bibliothèques qui " confirme les nouveaux intérêts pour l'historiographie religieuse115 ".

Conclusion

  • 116 Munk olsen (B.), dans Vernet (A.), op. cit. n. 39, p. 35.

47Les moines de la communauté de Maillezais ont disposé tôt après la fondation de l'abbaye des livres nécessaires à l'office puisque le missel conservé date de la fin du xie siècle. Quant aux livres théologiques, ils n'ont sûrement pas manqué à cette période mais aucun renseignement à leur sujet ne nous est parvenu parce que les manuscrits subsistants sont postérieurs au xiie siècle. La bibliothèque s'est enrichie au fil des ans par des dons et peut-être par d'autres moyens, mais l'absence de multiples doublets laisse supposer que l'abbaye n'a pas reçu de très nombreux livres116. Dans la seconde partie du xiie siècle, les liens spirituels qui ont uni Maillezais à Cluny n'ont pas laissé de trace évidente dans la bibliothèque de Maillezais. À la fin du xiie siècle, à l'instar d'autres communautés bénédictines, l'abbaye n'échappe pas à une remise en question de sa mission. Par les œuvres récentes qu'elle contient, la bibliothèque montre que la communauté de Maillezais a fait siennes les nouvelles orientations de la réflexion spirituelle. La bibliothèque de l'abbaye de Maillezais n'en fait pas un centre monastique qui se démarque des autres par une activité intellectuelle ancienne ou par une place de choix dans l'histoire de la transmission des idées. Dans la bibliothèque, telle qu'elle se présente à nous à la fin du xiie siècle, les textes sont abondants, avec cent neuf volumes manuscrits, et essentiellement théologiques et monastiques. Les collections sont complètes, à l'exception du commentaire des Psaumes de Cassiodore (n° 47). Les candidats à la vie monastique recevaient un enseignement primaire, les hommes à la foi mûre y trouvaient les moyens de rendre grâce à Dieu et de raffermir chaque jour un peu plus leur foi. La vocation de la collection entière est de permettre à ces hommes animés du désir de Dieu de vivre sa sainte Parole.

Annexes

ANNEXE

Édition critique du catalogue de la bibliothèque de Maillezais

Abréviations utilisées :

Becker = Becker (G.), Catalogi (saeculo) bibliothecarum antiqui, Bonn, 1885.

BHL = Société des Bollandistes, Bibliotheca Hagiographica Latina, Bruxelles, t. I, 1898-1899, t. II, 1900-1901, supplément, 1911.

BHM = Lambert (B.), Bibliotheca Hieronymia manuscripta, Steenbrugis, 4 t. en 6 vol., 1969-1972.

CPL = Dekkers (E.), Clavispatrum latinorum, Turnhout, 1995.

CPG = Geerard (M.) éd., Clavis patrum graecorum, Turnhout, 1974-2003.

PL = Patrologie latine.

RB = Stegmüller (Fr.), Repertorium biblicum medii aevi, Madrid, 6 vol., 1950-1958.

Édition critique

Une telle étude ne pouvait se faire sans une réédition du catalogue et des notices catalographiques, en identifiant le plus précisément possible textes et auteurs ; toutefois, n'ont été développées dans cette édition que les notices concernant des auteurs peu connus ou des titres et œuvres difficiles à identifier. La graphie originale a été respectée et la ponctuation restituée. Pour faciliter la lecture, nous avons ajouté un numéro en regard de chaque unité ; le signe // signifie le passage à la seconde colonne.

Isti Sunt Libri Sancti Pétri Malleacensis

1. Hystoria noua liber I.

= Pétri Comestoris, Historia scolastica.

Aucune œuvre ne porte exactement ce titre mais divers éléments laissent à penser qu'il s'agit là de Y Histoire scolastique, le terme Historia désignant en effet la Bible complète117. En outre, Pierre Comestor est un célèbre commentateur de la Bible, surnommé le " Maître des histoires " (Magister historia- r " w118). Enfin, Nova indique une copie récente, car l'apparition de Bibles en un seul volume est due à des progrès techniques (parchemin plus fin, petite écriture dense et abrégée119) qUi n'apparaissent pas avant la seconde moitié du xiie siècle. MHistoria scolastica jouit d'une grande diffusion au xiie siècle120 et il ne serait donc guère étonnant de la trouver à Maillezais.

2. Genesis liber I.

= Biblia sacra, Liber Genesis (Livre de la Genèse).

3. Regum liber I.

= Biblia sacra, Liber Regum (Livre des Rois).

Il est possible que ces deux manuscrits contiennent d'autres livres bibliques dont seul le premier est mentionné par le catalographe en guise de titre121.

4. Josephus De antiquitate liber I.

= Flauii Josephi, De Antiquitate Judaeorum (dans la traduction de Cassiodore122).

5. Josippus liber I.

Cet item laconique ne permet pas de savoir quel est l'ouvrage de Flavius Josèphe qui est désigné. En effet, seule la mention de la division des livres de l'œuvre permettrait de connaître le titre de celle-ci123.

6. Egisippus liber I.

= Flauii Josephi, De Antiquitate Judaeorum.

Ce nom est une déformation de celui de Flavius Josèphe (qu'il ne faut pas confondre avec Hégésippe, écrivain ecclésiastique hellénophone du iie siècle) dans la traduction du Pseudo-Ambroise.

7. Liber I Omelie Origenis super uetus Testamentum.

Il s'agit d'une série d'homélies sur l'Ancien Testament rédigées par Origène. En l'absence de données supplémentaires, il est impossible de déterminer s'il s'agit ici de la traduction de Jérôme, de Rufin ou d'Hilaire.

8. Epistole Pauli glosate liber I.

Ce volume et les deux suivants contiennent des textes du Nouveau Testament qui complètent les livres de l'Ancien Testament placés aux numéros 2 et 3. La glose des Epîtres de Paul est une des parties qui composent la Glossa ordinaria. Deux indices laissent penser que Gilbert de la Porrée en est l'auteur. Achevées avant 1141 et diffusées dès les années 1140124, ses œuvres furent copiées en très grand nombre aux xiie et xiiie siècles ; surtout, Gilbert de la Porrée est évêque de Poitiers de 1142 à 1154, année de sa mort. À côté des gloses sur les Épitres, Gilbert a aussi glosé le Psautier, ce que le frère catalographe mentionne peut-être par " super Psalterium " au n° 75. Bien que Pierre Lombard, enseignant à Paris dans les années 1140- 1150, impose sa glose personnelle des Psaumes et des Épîtres pauliniennes et que ces dernières supplantent celles d'Anselme dans les écoles125, nous pensons qu'il ne faut pas les retenir. En effet, P. Stirnemann a repéré quatre manuscrits d'apparat des commentaires de Gilbert sur les Psaumes et les Épîtres datant du troisième quart du xiie siècle qui ont été conçus en Aquitaine, peut-être sous l'impulsion de Gilbert126 et renforce l'idée de la présence de ce texte à Maillezais.

9. Aliarum epistolarum libri duo.

Elles sont dites Épîtres catholiques. Ce sont les sept épîtres qui n'ont pas été rédigées par Paul. La brièveté de ce texte laisse supposer une suite.

LIBRI SANCTI HYLARII

10. Hylarius de Trinitate liber I.

= Hilarii episcopi Pictaviensis, De Trinitate, CPL 433.

Cet ouvrage est conservé (Leyde, Bibliothèque de l'université, BPL 108).

11. De sinodis liber I.

= Hilarii, De Sinodys, CPL 434.

LIBRI SANCTI IERONIMI

12. Hystoria ecclesiastica liber I.

= Eusebii Caesar, Historia ecclesiastica, CPG 3495.

Rufin est le traducteur de cette Historia mais sa traduction a circulé sous le nom de Jérôme, d'où sa présence dans les Libri sancti Ieronimi. Jérôme, lui, a traduit la seconde partie de la Chronique, l'autre ouvrage historique d'Eusèbe127.

13. Super psalterium liber I.

= Hieronymi presbiteri, Tractatus LlX in psalmos, CPL 592 (BHM 220).

14. Super Isaiam liber I.

= Hieronymi, Commentarius in Isaiamprophetam, CPL 584.

15. Explanatio Ieremie liber I.

= Hieronymi, Commentarius in Ieremiamprophetam, (In Hieremiamprophetam l. vi), CPL 586.

16. Super Mat[h]eum liber I.

= Hieronymi, Commentarius in euangelium Matthaei, CPL 590.

17. De profectu anime liber I.

= Commonitiuncula adsororem, BHM 362, (Hieronymi, epistola supposita 62).

18. Super epistolas Pauli liber I.

= Hieronymi, Commentarii in rvepistulas Paulinas (ad Galatas, adEphesios, adTitum, adPhilemonem), CPL 591.

19. Epistole Ieronimi et Augustini I.

Volume probablement composite réunissant des extraits de la correspondance échangée entre Augustin et Jérôme (Epistulae Augustini, CPL 262 ; et les Epistulae Hieronymi, CPL 620.). Chacun des deux Pères a publié ses propres lettres et les réponses reçues. La confrontation des collections révèle que Jérôme a fait disparaître les parties blessantes de la lettre numérotée 73 qu'Augustin lui a adressée128. L'absence du manuscrit ne permet pas de savoir si les frères de Saint-Pierre de Maillezais lisaient la version hiérony- mienne ou augustinienne.

20. Super Danielem liber I.

= Hieronymi, Commentarii in prophetam Daniel, CPL 588.

21. Explanatio Aimonis super Isaiam liber I.

= Haymonis Autissiodorensis, Commentarius in Isaiam, RB 3066 et 3083. Il existe deux recensions de ce commentaire. La première, imprimée à Cologne en 1531 et reprise par Migne, date d'après 875 ; la deuxième, imprimée également à Cologne la même année, est attestée seulement à partir de 1100129. En l'absence du manuscrit, nous ignorons quelle version du texte lisaient les moines à Maillezais. Beaucoup plus délicate encore est la question de savoir pourquoi ce commentaire d'Haymon a été inséré dans la section des livres de Jérôme. Pour l'instant, aucun cas similaire à Maillezais n'est connu.

LIBRI SANCTI AMBROSII

22. De officiis liber I.

= Ambrosii episcopi Mediolanensis, De officiis ministrorum, CPL 144.

23. Super Lucam liber I.

= Ambrosii, Expositio euangelii secundum Lucam, CPL 143.

24. Epistole sancti Ambrosii liber I.

= Ambrosii, Epistulae, CPL 160.

LIBRI SANCTI AUGUSTINI

25. Super Iohannem liber I.

= Augustini episcopi Hipponensis, In evangelium Iohannis tractatus, CPL 278.

26. De uerbis Domini liber I.

= Augustini, De uerbis Domini et de uerbis apostoli : in " Enarationes " in psalmos, CPL 283.

27. Super psalterium libri très.

= Augustini, Enarationes in psalmos, CPL 283.

28. De Ciuitate Dei libri duo.

= Augustini, De Ciuitate Dei, CPL 313.

29. De uidendo Deo liber I.

= Augustini, Epistola n° 147, De uidendo Deo adPaulinam.

30. De doctrina christiana liber I.

= Augustini, De doctrina christiana, CPL 263.

31. De nuptiis liber I.

= Augustini, De nuptiis et concupiscentia, CPL 350.

32. De Trinitate liber I.

= Augustini, De Trinitate, CPL 329.

33. De confessione liber I.

= Augustini, Confessiones, CPL 251.

34. Canticum graduum liber I.

Ce volume contenait vraisemblablement un extrait des Enarationes in psalmos sur les psaumes 120-134 dans la numération hébraïque, 119-133 selon le découpage de la Vulgate 130

35. Commonitorius liber I.

Il s'agit soit de la lettre n° 148 (Commonitorium sancto fratri Fortunatio) d'Augustin, soit du Commonitorium de errore Priscillianistrarum et Origi- nistrarum de Paul Orose, CPL 573.

36. Spéculum liber I.

= Augustini, Spéculum " Quis ignorât ", CPL 272, ou Ps. Augustini, Liber de diuinis Scripturis, CPL 384131.

37. Encheridion liber I.

= Augustini, Enchiridion adLaurentium, seu de fide, spe et caritate, CPL 295.

38. Genesis ad litteram liber I.

= Augustini, De Genesi ad litteram l. XII, CPL 266.

39. Contra mendacium liber I.

= Augustini, Contra Mendacium, CPL 304.

40. De diuersis liber I.

En l'absence du manuscrit, il est impossible de fournir des précisions, nonobstant le traité intitulé De diuersis quaestionibus ad Simplicianum (CPL 290) écrit par Augustin. Cette œuvre a très peu circulé même s'il en subsiste quatorze manuscrits du xiie siècle132.

LIBRI SANCTI GREGORII

41. Moralia lob in très libros.

= Gregorii Magni, Moralia siue Expositio in lob, CPL 1708.

42. Super Iezechielem liber I.

= Gregorii I, Homiliae in Hiezechielem, CPL 1710.

43. Quadraginta omeliarum liber I.

= Gregorii I, Homiliae XL in Euangelia, CPL 1711.

44. Register liber I.

Gregorii I, Registrum epistularum, CPL 1714.

45. Dialogus cum uitis patrum liber I.

= Gregorii I, Dialogui de uita et miraculis Patrum italicorum seu Dialogo- rum libri IV, CPL 1713.

46. Pastoralis liber I.

= Gregorii I, Régula pastoralis, CPL 1712.

47. Psalterium Cassiodori libri duo.

= Cassiodori, Expositiopsalmorum, CPL 900.

48. Hystoria tripartita liber I.

= Cassiodori, Historia ecclesiastica uocata tripartita, CPG 6028, 6030, 6222 et 7502.

49. Gregorius Nazanzenus liber I.

Il s'agit vraisemblablement de la traduction d'une partie des discours de Grégoire de Naziance par Rufin d'Aquilée133. Le traité Defi.de [CPL 551) n'est pas de Grégoire mais il a circulé avec ses œuvres. Les neuf discours restants sont le Liber apologeticus, le De epiphaniis, le De luminibus, le De pentecoste et de spiritu sancto avec le De agro reuersum, le De Ieremia, le De reconciliatione et unitate monachorum, le De grandinis uastatione et le De Arianis. Maillezais possédait très probablement cette collection134.

50. Iohannes Os aureum super multiphariam liber I.

Il s'agit de la traduction des XXXIV homélies de Jean Chrysostome sur l'Épître aux Hébreux (" multiphariam " étant le premier mot de cette épître).

51. Isidorus Ethimologiarum et super II uetus Testamentum libri duo.

= Isidori episcopi Hispalensis, [Etymologiarum siue] Originum l. XX, CPL 1186, et Mysticorum expositiones sacramentorum seu quaestiones in uetus Testamentum, CPL 1195.

52. De edificatione Templi liber I.

= Beda uenerabilis, De templo Salomonis, CPL 1348.

53. Beda super epistolas canonicas liber I.

= Beda, Expositio super Epistolas catholicas, CPL 1362.

54. Gesta Anglorum liber I.

= Beda, Historia ecclesiastica gentis Anglorum, CPL 1375.

55. Triginta omeliarum liber I.

= Beda, Quaestiones xxx in libros Regum, CPL 1347 ? Sur la base du chiffre trente et de la place qu'occupe ce titre dans le catalogue, nous proposons les Trente questions sur les livres des Rois de Bède, mais cette identification reste hypothétique, car les homélies ne sont pas des questions. Toutefois, la consultation de différents volumes consacrés aux homéliaires 135 montre qu'aucune collection connue ne contient aussi peu d'homélies.

56. Exposiciones euangeliorum liber I.

= Beda, In Marci Euangelium exposito, CPL 1355, et In Lucae Euangelium exposito, CPL 1356.

D'après la liste des manuscrits subsistants donnée par le RB (Marc 1613 et Luc 1614), il ne fait aucun doute que le manuscrit contenait soit des extraits des deux expositiones, ce qui explique le pluriel, soit l'une des deux œuvres, car elles sont trop volumineuses pour tenir toutes les deux en un seul volume.

57. Liber miraculorum liber I.

= Beda, Vita et miracula Cutheberti, CPL 1381 ?

Plus de deux cents œuvres pourraient porter ce titre136 ; la place de ce titre - directement après les œuvres de Bède - incite à lui en attribuer la paternité.

58. Vitas patrum libri duo.

Il s'agit d'une collection de vies de saints qui apparaît en latin vers le vie siècle et dont le noyau est formé par la traduction latine de l'Historia monacho- rum in Aegypto effectuée par Rufin (BHL 6524). La tradition littéraire de cette collection est extrêmement compliquée car plusieurs types de textes ont circulé sous ce nom, parmi lesquels des vies de pères mais aussi des recueils de leurs paroles, connus sous le nom de Verba seniorum appelés maintenant Adhortationes sanctorumpatrum (celles-ci constituent les livres V-VII des dix livres des légendes latines de saints). Le nom de Vitas patrum provient d'une citation sortie d'une collection du vie siècle qui se retrouvera dans les Libri IVdialogorum de Grégoire le Grand aussi connus sous le titre De uitispatrumper Italiam commorantium (voir n° 45137).

59. Paradisus liber I.

= Palladii episcopi Hellenopolitani, Historia Lausiaca, (ou Heraclidis liber qui dicitur Paradisus de uitis patrum, ou De uita siue exemplis sanctorum qui etiam Paradisus nuncupatur, ou Paradisus de exemplis patrum138)i BHL 6532 {CPG 6036).

60. Diadema liber I.

= Smaragdi, Diadema monachorum, PL Cil, 593-690.

61. Effrem libri duo.

= " Ephraem latinus ", CPL 1143.

62. Vita contemplatiua liber I.

= Iuliani Pomerii, presbyteri Arelatensis, De uita contemplatiua, CPL 998.

63. Iohannes Eleimona libri duo.

Il s'agit sûrement de la Vie de Jean L'Aumônier écrite par Léonce, évêque de Néapolis de Chypre et traduite par Anastase le Bibliothécaire au ixe siècle. La bibliothèque de Maillezais ne pouvait pas posséder une autre œuvre, qu'elle soit de Jean ou qu'elle raconte sa vie, parce que la biographie d'Anas- tase est le seul texte relatif à Jean L'Aumônier qui a été traduit en latin (BHL nos 4388-4391139).

64. Castrimargia liber I.

= Cassiani abbatis Massiliensis, De institutis coenobiorum et de octo princi- palium uitiorum remediis, CPL 513140.

65. Décréta pontifïcum liber I.

Ce manuscrit (Leyde, Bibliothèque de l'université, BPL 111,1) est un recueil en quatre livres de décisions pontificales ; c'est une source de grandes collections canoniques composées à partir du ixe siècle141.

66. Collaciones patrum liber I.

= Cassiani abbatis Massiliensis (360-435), Conlationes, CPL 512.

67. Gesta pontifïcum liber I.

= Liberpontificalis, CPL 1568.

68. Institucionuum liber I.

= Cassiani abbas Massiliensis, De institutis coenobiorum, CPL 513.

69. Bruchardus liber I.

= Burchard de Worms (1026), Decretorum, PL CXL, 537-1058.

70. Athanasius de Trinitate liber I.

= Eusebii episcopi Vercellensis, De Trinitate, CPL 105.

Ce texte a effectivement circulé sous le nom d'Athanase mais l'attribution

à Eusèbe, évêque de Verceil, est encore discutée.

71. Expositio Apocalipsis libri duo.

= Beatus de Liebana, RB 1597.

72. Expositio régulé liber I.

= Smaragdi, Expositio in Regulam S. Benedicti.

73. Epistole Cipriani liber I.

= Cypriani episcopi Carthaginensis, Epistulae, CPL 50.

74. Hildefons142 liber I.

= Ildefonsus episcopus Toletanus, CPL 1247-1256.

Peut-être s'agit-il du Liber de uiris illustribus, mais le laconisme de la mention interdit d'en être sûr.

75. Super psalterium liber I.

L'auteur de ce traité est vraisemblablement Gilbert de la Porrée. Placé avant Taius et Paterius, il forme, par la réunion de ces trois glossateurs, un groupe homogène. Plusieurs abbayes en possèdent copie au xiie siècle143.

76. Taius liber I.

= Taio Caesaraugustani episcopi, Sententiarum libri V, CPL 1268144.

77. Paterius liber I.

= Liber testimoniorum ueteris testamenti quem Paterius ex opusculi S. Gregorii excerpi curauit, CPL 1718.

78. Amalarius 145 liber I.

= Amalarii archiepiscopi Trevirensis, Liber Officialis.

79. Benedictiones episcopales liber I.

= Benedictiones Gallicanae, CPL 1921 a.

80. Epistole Sidonii liber I.

= Sidonii Apollinaris, Epistulae, CPL 987.

81. De summa pace liber I.

Il s'agit du seul texte que nous n'avons pas pu identifier146. Toutefois, nous avons observé que le ms. lat. 4892 contient deux auteurs qui figurent aussi dans le catalogue (Bède n° 54 et Cassiodore n° 48) ; c'est pourquoi nous proposons avec une très grande réserve Jordanès, De summa temporum uel origine actibusquegentis Romanorum, CPL 912. Ce texte est aussi copié très partiellement dans le manuscrit latin 4892 (f. 152). Cette hypothèse est cependant fragile, d'autant plus que l'édition ne présente aucune variante du titre et, en outre, que ce titre inconnu rappelle une œuvre plutôt religieuse qu'historique.

82. Glosarius liber I.

Nombreuses sont les bibliothèques bénédictines qui comptent du xie au xive siècle un tel outil de travail147, mais la nature précise du glossaire présent à Maillezais reste impossible à déterminer.

83. Ordo romanus liber I.

= " Ordines romani ", CPL 1998-2007a.

Le catalogue, laconique, ne permet pas plus de précision malgré l'érudit travail de M. Andrieu148.

84. Fortunatus liber I.

= Venantius Fortunatus episcopus Pictauiensis, CPL 1033-1044a. De Venance Fortunat, Maillezais possédait certainement les Carmina (CPL 1033), ce qui justifierait sa place juste avant les poésies de Juvence et de Prudence. Sinon le frère catalographe n'aurait pas manqué de placer les nombreuses Vies de saints écrites par Fortunat dans la " rubrique " hagiographique (BHL 234, 3468, 3885-7, 5248, 5624, 6477, 7652 et 7048) qui compose la dernière rubrique du catalogue.

85. Iuuencus cum Prudentio hymnorum liber I.

= Iuuenci presbiteri, Euangeliorum l. IV, CPL 1385, et Prudenti, Catheme- rinon liber (CPL 1438) siue Peristefanon (CPL 1443)…

86. Medicinalis liber I.

La présence d'un livre de médecine à Maillezais n'a rien d'étonnant 149 mais son identification est plus difficile150. Si le titre de l'œuvre est rendu avec une parfaite précision (ce que nous n'avons cependant pas rencontré souvent dans notre catalogue), nous aurions ici l'ouvrage intitulé Liber medicinalis, Quinti Sereni Sammonici151. Composé de mille cents hexamètres et placé immédiatement après les poésies de Juvencus et de Prudence dans notre catalogue, ce Liber medicinalis pourrait être le troisième texte en vers déposé à la bibliothèque. Dans les sept manuscrits conservés dans les bibliothèques publiques de France, datés entre la seconde moitié du ixe siècle et le xe siècle, le Liber medicinalis est en effet souvent placé en tête des manuscrits, qui comprennent en général, vue la brièveté du texte, au moins une autre œuvre - comme c'était sans doute le cas à Maillezais152.

87. Consuetudines libri quatuor.

Ces quatre livres des Consuetudines font sans doute référence au Coutumier clunisien dont J. Becquet a édité la troisième partie153.

88. Passionalis uirginum liber I.

Il s'agit d'un manuscrit hagiographique qui commence l'ultime groupe cohérent des manuscrits listés. Comme ce manuscrit était catalogué dans notre inventaire, ce n'est vraisemblablement pas un lectionnaire, conçu en vue de l'usage liturgique. En effet, si tel avait le cas, il aurait été déposé avec le missel de Maillezais dans la sacristie pour l'office ou pour la messe. Ce manuscrit est donc plus sûrement un légendier, consacré " au moins principalement, à des Passions et à des Vies de saintes femmes ou à des récits les concernant154 ".

89. Vita sancti Egidii liber I.

= Vita sancti Egidii, ab. in Occitania, BHL 93-96.

90. Vita sancti Marcialis liber I.

= Vita sancti Martialis, ep. Lemvicensis, BHL 5551.

91. Vita sancti Martini liber I.

= Sulpitii Severi, Vita Martini Turonensis, CPL 475. Il s'agit plus probablement de la Vie de saint Martin (t 391 ou401) écrite par Sulpice Sévère que de la Vie de Martin de Vertou (vil " s.), BHL 5667- 5670155, car cette seconde œuvre est très courte (si l'on en croit les éditions présentées dans la BHL), à moins que le manuscrit ait contenu d'autres Vies.

92. Vita sancti Nicolai liber I.

= Othloni S. Emmerammi (nni) monachi, Vita S. Nicolai, BHL 6126 ; ou Iohannes Neapoliti, Vita s. Nicolaus ep. Myrensis, BHL 6104.

93. Vita sancti Elegii liber I.

Vita S. Elegii, episcopi Nouiomensis, BHL 2474.

94. Vita sancti Tillonis liber I.

= Vita sancti Pauli Tillonis, BHL 8291-8292.

Notes

1 Thompson (J. W.), The médiéval library, Chicago, 1939, ou Samurin (E. I.), Geschichte der biblio- thekarisch-bibliographischen Klassification, Leipzig, 1964.

2 Derolez (A.), Corpus catalogorum Belgii : De middeleeuwse bibliotheekscatalogi der Zuidelijke Neder- landen, vol. I, Bruxelles, 1966 ; Ker (N. R.), Medieval libraries of Great Britain : A list of surviving books, Londres, 19642.

3 Mittelalterliche Bibliothekskataloge Deutschlands und der Schweiz, 4 vol., Munich, 1918-1979.

4 Nous adressons nos plus vifs remerciements à M. Jean-François Genest, directeur de la section de codicologie et d'histoire des bibliothèques occidentales à l'IRHT. M. Genest n'a ménagé ni sa peine ni son temps pour nous fournir une aide précieuse. Bien évidemment, nous assumons sans partage la responsabilité de ce travail. MM. les professeurs R. Delort et J.-Y. Tilliette ont dirigé le mémoire de maîtrise, soutenu en 1997, dont est issu cet article. Qu'ils trouvent ici l'expression de notre vive gratitude !

5 L'ensemble est composé des manuscrits latins nos 13068 à 13072. La description, sommaire, de L. Delisle dit : " Catalogues de mss., notes et extraits divers. Ce recueil a servi de base à la Bibl. bibl. de Montfaucon ", d'après Delisle (L.), Inventaire des manuscrits latins conservés à la B.N. sous les numéros 8823-18613, Paris, 1863-1871, p. 87.

6 Leclerq (H.), " Montfaucon, Dom Bernard de ", DACL, t. XI, 2e partie, Paris, 1934, col. 2660- 2662.

7 On note une seule exception : le ms. lat. 3316.

8 Nous adopterons par commodité l'appellation " Bibliothèque nationale " pour cette bibliothèque qui fut d'abord privée, " royale " puis " impériale ", avant de devenir " nationale ".

9 Omont (H.), Concordances des numéros anciens et des numéros actuels des manuscrits latins de la Bibliothèque nationale, Paris, 1903, p. 1-37.

10 Catalogue général des manuscrits latins de la Bibliothèque nationale, 12 vol. avec tables, Paris, 1939- 1991.

11 Balayé (S.), " La naissance de la Bibliothèque du Roi, 1490-1664 ", dans Jolly (Cl.), Histoire des bibliothèques françaises: les bibliothèques sous l'Ancien Régime 1530-1789, Paris, 1988, p. 77.

12 Cf. fichier des possesseurs de manuscrit(s) en libre accès à l'IRHT.

13 Pellegrin (É.), La bibliothèque des Visconti et des Sforza, Paris, 1955, p. 309.

14 Ibid., p. 9.

15 Balayé (S.), op. cit. n. 11, p. 210.

16 Cf. Blasselle (Br.), La Bibliothèque nationale, Paris, 2e édition, 1993 (Que sais-je n° 2496), p. 13.

17 Jacques Mentel (voir ci-dessous).

18 Cf. fichier des possesseurs de manuscrit(s) en libre accès à l'IRHT.

19 Ce manuscrit est-il arrivé alors que François Ier était roi de France? D'après Balayé (S.), op. cit. n. 11, p. 78.

20 Cf. fichier des possesseurs de manuscrit(s) en libre accès à l'IRHT.

21 Le catalogue de N. Clément donne comme précédent possesseur: ".. .ufr 92 ", nous pensons qu'il s'agit du fonds de Trichet du Fresne entré à la Bibliothèque royale en 1662 ; d'après Balayé (S.), op. cit. n. 11, p. 210.

22 Toutes les cotes sont actuelles, sauf indication contraire.

23 Omont (H.), op. cit. n. 9, p. XXII. La bibliothèque Mazarine, de son côté, a conservé les doubles des catalogues dressés lors de cet échange forcé. Ils ont été dressés par François de la Potterie, " Bibliothécaire du Collège fondé par Monseigneur le Cardinal Mazarini " ; et par Pierre de Carcauy. Cf. Blasselle (B.), op. cit. n. 16, p. 13.

24 Il a été un savant et un médecin français, 1597-1671.

25 Blasselle (B.), op. cit. n. 16, p. 13.

26 Il s'agit des mss. lat. 939, 3196, 3201, 3370, 3399, 3400 et 3402.

27 Pellegrin (É.), op. cit. n. 13, Paris, 1955.

28 Toscano (G.), Les Rois bibliophiles. Enlumineurs à la cour d'Aragon à Naples (1442-1495) : les manuscrits de la Bibliothèque Nationale, Th. Dactyl., univ. Paris IV-Sorbonne, 1992.

29 Catalogue général des manuscrits latins, op. cit. n. 10, t. V, Paris, 1996, p. 342.

30 D'après Lesne (E.), Les livres, scriptoria et bibliothèques du commencement du viiie à la fin du xie siècle, Lille, 1938, p. 491.

31 Ibid, p. 492.

32 Nous devons ces renseignements à la section de codicologie de l'IRHT.

33 À notre connaissance, il n'existe pas d'autres traces de ce travail.

34 Sic pour " Sphera " !

35 Pour la notice exacte et complète, voir Bibliotheca Universitatis Leidensis, Codices manuscripti : codices Bibliothecaepublicae latini, t. II, Leyde, 1912, sub loco fds Scaliger 38.

36 Peut-être dans la galerie du cloître. Cf. Clark (John W.), The care ofbooks, Cambridge, 1909, p. 70- 72.

37 Nebbiai-Dalla Guarda (D.), " Les inventaires de bibliothèques médiévales ", dans Glénisson (J.), Le livre au Moyen Âge, Paris, 1988, p. 90.

38 Leroquais (V.), Les sacramentaires et les missels manuscrits des bibliothèques publiques de France, Paris, t. I, 1924, n " 81, p. 184-185.

39 Nebblai-Dalla Guarda (D.), " Classification et classement ", dans Vernet (A.), Histoire des bibliothèques françaises : les bibliothèques médiévales, Paris, 1989, p. 377.

40 Becquet (J.), " Le coutumier clunisien de Maillezais ", Revue Mabillon, t. LV, 1965, p. 1-31, en part. p. 15.

41 Patrologie Latine (abrégé en PL), t. CLXVI, 1057-60 ; et t. CLXVI, 1059-62.

42 L'échange épistolaire se trouve, avec une allusion à Cicéron, dans PL, t. CLXVI, col. 1057-62.

43 En outre, pouvons-nous déduire de l'inscription du folio 13 : " Ista Dionisii est abbatispagina domni [cette page appartient au seigneur abbé Denis] " que le manuscrit Scaliger 38 se trouvait dans le logement de l'abbé ? (Bibliotheca Universitatis Leidensis, op. cit. n. 35). Malheureusement, la liste des abbés n'en mentionne aucun prénommé Denis.

44 Becquet (J.), op. cit. n. 40, p. 16.

45 En attendant la publication de la suite des notices codicologiques des manuscrits latins déposés à la BNF, on se renseignera par le Catalogus codicum manuscriptorum Bibliothecae regiae, Pars III", t. IV, Paris, 1744.

46 Kappeli (Th.), o. P., " Martinus Oppaviensis ", Scriptores Ordinis Praedicatorum Medii Aevi, t. III, Rome, 1980, p. 114-123 (n " 2974).

47 Il faut rester prudent face aux datations des manuscrits apportées par les catalogues du début du siècle, 1912, en l'occurrence Bibliotheca Universitatis Leidensis, op. cit. n. 35, t. III, p. 56. Le manuscrit ne peut dater que d'avant le catalogage, donc d'avant la fin du xiiie siècle.

48 Bibliotheca Universitatis Leidensis, op. cit. n. 35, p. 56.

49 Ibid., p. 57.

50 Id, p. 57.

51 Id., t. II, sub loco fds Scaliger 38.

52 Sur la base des renseignements fournis par A. Th. Bouwman, conservateur à la Bibliothèque universitaire de Leyde, il semblerait que les deux mss. BPL soient arrivés à Leyde après 1607 et avant 1623. En effet, le catalogue publié en 1607 (" Rariorum Bibliothecae Academiae Lugduno Batavae Catalogus compositus a P.G.F.P.N. Merula Icto et historiarum in Acad. Lugd. Bat. professore et ibidem biblio- thecario anno 1607 ", publié dans Molhuysen (Ph. Ch.), Codices Bibliothecae Publicae Latini, Leyde, 1912, p. vii-xv) ne mentionne aucun d'entre eux alors que le catalogue de 1623 (Catalogus Bibliothecae Publicae Lugduno-Batavae, Lugduni-Batavorum : Ex officina Isaaci Elzevirii, 1623) contient un " Hilarius de Trinitate " et un " Pontificale in iv librispartitum " sous la rubrique " Libri aliquot manuscripti aut cum mss. collatipromiscue ". Il est douteux que ces deux manuscrits aient appartenu à J.-J. Scaliger - éminent philologue calviniste -, car, si tel avait été le cas, ils auraient porté une cote Scaliger... et non BPL... Par contre, il est fort probable que J.-J. Scaliger les ait emportés en quittant le Poitou en juillet 1593, tout comme le ms. Scaliger 38 ; les donna-t-il lors de son vivant à la Bibliothèque de l'université entre 1607 et 1609, année de sa mort ? Cf. Plattard (J.), " Le séjour de Joseph-Juste Scaliger en Poitou ", Bulletin philologique et historique, 1926-1927, p. 107-118.

53 En tête du manuscrit latin 9435, nous avons lu au Cabinet des manuscrits : " Musique de messes, manuscrit du temps de Gui d'Arezzo appartenant à M. Monteil ". Guido Tarlati était évêque d'Arezzoen 1312 {Lexikon des Mittelalters, t. VIII, col. 477).

54 Leroquais (V.), op. cit. n. 38, no 81, p. 184-185.

55 Catalogus codicum manuscriptorum Bibliothecae regiae, Pars IIIa, t. IV, Paris, 1744, sub numéro. - Traduction : " En 1272, Philippe [IV le Bel], Roi de France, le vendredi avant la passion du Seigneur, vint à Maillezais, invité par le respecté père Radulphe, alors à l'époque abbé du dit lieu, et mangea au même endroit et passa la nuit, et s'en alla le lendemain. " 56. Datation d'après la décoration. Cf. Leroquais (V.), Les pontificaux manuscrits des bibliothèques publiques de France, t. II, Paris, 1937, p. 82-83, n° 112. Nous remercions M. le professeur E. Palazzo qui nous a informé de l'existence de ce manuscrit et qui lui a consacré une communication dans ce volume.

56 Datation d'après la décoration. Cf. Leroquais (V.), Les pontificaux manuscrits des bibliothèques publiques de France, t. II, Paris, 1937, p. 82-83, n° 112. Nous remercions M. le professeur E. Palazzo qui nous a informé de l'existence de ce manuscrit et qui lui a consacré une communication dans ce volume

57 Nous emploierons indifféremment " liste, catalogue, inventaire ", pour désigner notre catalogue en suivant Derolez (A.), Les catalogues de bibliothèques, Turnhout, 1979, n. 4, p. 15.

58 La notice codicologique a d'abord été établie par J. Verdon pour son édition de la Chronique de Saint-Maixent [Verdon (J.), " Introduction ", La chronique de Saint-Maixent, Paris, 1979, p. xx- xvii] puis par G. Pon dans sa présentation à l'édiuon du récit de fondation de l'abbaye [Pierre de Maillezais, La fondation de l'abbaye de Maillezais, éd. et trad. Y. Chauvin et G. Pon, La Roche-sur- Yon, 2001, p. 9-12]. Ce manuscrit contient principalement de nombreux extraits de textes historiques. Il partit de la bibliothèque de Maillezais pour passer dans les mains de Jean Besly en 1613 puis, en 1644, dans celles des frères Pierre et Jacques Dupuy à qui le Père Labbe l'emprunta pour en publier une partie. L'avant-dernière étape de son parcours fut la bibliothèque de Mazarin avant d'arriver finalement à la bibliothèque du roi.

59 " Voilà les livres de Saint-Pierre de Maillezais ".

60 Bourgain (p.), " Le tournant littéraire du milieu du xiie siècle ", dans Gasparri (Fr.), Le Xlf siècle : Mutations et renouveau en France dans la première moitié du xiie siècle, Paris, 1994, p. 317.

61 Nebbiai-Dalla Guarda (D.), dans Gasparri (Fr.), op. cit. n. 60, p. 216.

62 Gallia Christiana, t. II, col. 1367 : " Guillemus [...] de Reyssia [...] Malliacensis coenobii curam agebat anno MCLXXXIVquo Ricardus régis Angliae filius, Pictaviensis cornes, concessit abbatiae Malliacensi pro commutatione obedientiae S. Remigii de Haya, quidquid habebat ex integro in feodo de Colongiis. [...] " (Guillaume de Reyssia prenait soin du monastère de Maillezais en 1184 - année pendant laquelle Richard, fils du roi d'Angleterre, comte de Poitou, a concédé à l'abbaye de Maillezais par changement d'obédience de Saint-Remi de Haya tout ce qu'il possède en entier dans le fief de Coulonges).

63 Leclercq (J.), L'amour des lettres et le désir de Dieu, Paris, 1957, p. 70.

64 Munk Olsen (B.), " Maillezais, Saint-Pierre ", dans L'étude des auteurs classiques latins aux xie et xiv esiècles, Paris, 1987, p. 150-151.

65 Vandenbroucke (F.), " La lectio divina du xi au xiv siècle ", Studia monastica, t. VIII, 1966, p. 269.

66Omni die diluculo postquam pueri très psalmos, ut moris est, perlegerint, continua venitad eos ut puer qui lecturus est in capitulo audiat lectionem " soit : " Quotidiennement, au point du jour, après que les enfants auront lu jusqu'au bout trois psaumes, selon l'usage, [Varmarius] arrive régulièrement vers eux pour que l'enfant sur le point de lire devant le chapitre écoute la lecture. " dans Becquet (J.), op. cit. n. 40, p. 14 (app. de n. 41).

67 Leclerq (J.), op. cit. n. 63, p. 183.

68 Ibid., p. 67.

69 Vandenbroucke (F.), op. cit. n. 65, p. 269.

70 Leclercq (J.), op. cit. n. 63, p. 88. J. Leclercq cite et traduit Guillaume de Saint-Thierry, PL, t. CLXXXIV, col. 309.

71 Ibid., p. 90.

72 Ibid., p. 96.

73 Ibid., p. 96.

74 Ibid., p. 97.

75 Banniard (M.), Genèse culturelle de l'Europe (v-viiie siècle), Paris, 1989, p. 138.

76 Vandenbroucke (F.), op. cit. n. 65, p. 270.

77 Maillezais se distingue en ne possédant pas de traités sur l'Ancien Testament d'Ambroise.

78 Leclercq (J.), op. cit. n. 63, p. 33.

79 Ibid., p. 33.

80 Banniard (M.), op. cit. n. 75, p. 151.

81 Leclercq (J.), op. cit. n. 63, p. 17.

82 Voir Catalogus codicum manuscriptorum Bibliothecae regiae, Pars IIIa, t. IV, Paris, 1744.

83 Leclercq (J.), op. cit. n. 63, p. 155.

84 Nebbiai-Dalla Guarda (D.), dans Gasparri (Fr.), op. cit. n. 60, p. 205-256, en part. p. 206 (n. 7).

85 Becquet (J.), op. cit. n. 40, p. 14 (app. de la n. 41).

86 Cf. Munk Olsen (B.), " Les bibliothèques bénédictines... ", dans Vernet (A.), op. cit. n. 39, p. 34.

87 Garaud (M.), " Les écoles et l'enseignement à Poitiers du ive à la fin du xiie siècle ", Bulletin de la Société des Antiquaires de l'Ouest, t. XIV, 1946, p. 82-98.

88 " Instruit, avide de connaissance et bibliophile, Guillaume était plein de déférence pour les savants. " et " S'il apprenait, nous informe Adhémar de Chabanne, qu'un clerc était pourvu de savoir, il l'honorait grandement. " cité par Garaud (M.), op. cit. note précédente, p. 90 et 91.

89 Lesne (É.), Les écoles de la fin du viiie à la fin du xiie siècle, Lille, 1940, p. 78-79.

90 Nebbiai-Dalla Guarda (D.), dans Gasparri (Fr.), op. cit. n. 60, p. 207.

91 Ibid., p. 207.

92 Id„ p. 211-212.

93 Verdon (J.), op. cit. n. 58, p. XXIII.

94 Theodosii,De situ terrae sanctae ", éd. Geyer (P.), Itineraria et alia geographica, CCSL, t. CLXXV, vol. 1, Turnhout, 1965, p. 113-125. Le ms. Paris, BNF, lat. 4892 est parmi les consensus codicum (b).

95 Verdon (J.), op. cit. n. 58, p. XXVI, n. 4.

96 Ibid.

97 Leclercq (J.), op. cit. n. 63, p. 149.

98 Ibid., p. 149.

99 Id„ p. 152.

100 Id.

101 Sur les récits de fondation monastique en France, voir Remensnyder (A. G.), Remembering Kings Past- Monastic Foundation Legends in Medieval Southern France, Ithaca-Londres, 1995 ; sur le récit de fondation de Maillezais, voir l'article d'E. Bozóky dans le présent volume.

102 Guenée (B.), Histoire et culture historique dans l'Occident médiéval, Paris, 1980, p. 250-251. Les trois exemples qu'il donne à la p. 249 se retrouvent dans la bibliothèque de Maillezais.

103 Ibid, p. 248-299.

104 Pon (G.), " La dévastation de l'abbaye de Maillezais (v. 1225-1232) par Geoffroy II de Lusignan, dit Geoffroy à la Grand Dent ", Mémoires de la Société des Antiquaires de l'Ouest, 5' série, t. XII, p. 252-255, pour le paragraphe sur la culture monastique à Maillezais. Les auteurs lus par le rédacteur de la Devastatio sont Augustin, Flavius Josèphe et Grégoire le Grand.

105 Bourgain (P.), dans Gasparri (Fr.), op. cit. n. 60, p. 303-324.

106 Guenée (B.), op. cit. n. 102, p. 273.

107 Nebbiai-Dalla Guarda (D.), dans Gasparri (Fr.), op. cit. n. 60, p. 207.

108 Verdon (J.), op. cit. n. 58, p. ix.

109 Pon (G.), op. cit. n. 104.

110 Nous renvoyons au répertoire de Becker (G.), op. cit., pour la commodité du lecteur, tout en sachant qu'il existe pour certaines bibliothèques des éditions critiques plus récentes.

111 Buchwald (W.) et al., " Hilaire de Poitiers ", Dictionnaire des Auteurs Grecs et Latins de l'Antiquité et du Moyen Âge, Turnhout, 1991, p. 409.

112 Genest (J.-Fr-) " " Types de livres et de lecteurs en Occident ", dans Glénisson (J.), op. cit. n. 37, p. 95-108, en part. p. 96.

113 Parks (M.), " Lire, écrire, interpréter le texte [...] ", dans Cavallo (G.) et Chartier (R.) éd., Histoire de la lecture dans le monde occidental, Paris, 1997, p. 110.

114 D'après nebbiai-dalla guarda (D.), dans Gasparri (Fr.), op. cit. n. 60, p. 223.

115 Ibid.

116 Munk olsen (B.), dans Vernet (A.), op. cit. n. 39, p. 35.

117 Petimengin (P.), " La Bible à travers les inventaires de bibliothèques médiévales ", dans Riché (P.) et Lobrichon (G.), Le Moyen Âge et la Bible, Paris, 1984, p. 48. Voir également Bogaert (P- M.), " Adaptations et versions de la Bible en prose (langue d'oïl) ", dans Les genres littéraires dans les sources théologiques et philosophiques médiévales : définition, critique et exploitation, Louvain-la- Neuve, 1982, p. 260.

118 Guênée (B.), Histoire et culture historique dans l'Occident médiéval, Paris, 1980, p. 305.

119 Gasparri (Fr.), op. cit. n. 60, p. 104.

120 Buchwald (W.) et al., op. cit. n. 111, " Pierre Comestor ", p. 685. Par exemple : Saint-Maximin de Trêves, xiis. (Becker 76,49) ; Prufening, 1158 (Becker 95,81) ; Peterborough, XII's. (Becker 116,14) ; Durham, 1195, bibliothèque de l'évêque Hugo (Becker 125,32 et 66).

121 Comme à Mûri, par exemple (Becker 50,2).

122 Siegmund (A.), Die Oberlieferung dergriechischen christlichen Literatur in der lateinischen Kirche bis zum zwôlfien Jahrhundert, Munich, 1949, p. 102.

123 Ainsi, la division en sept livres recouvre le De bello Judaico traduit par le Pseudo-Rufin, en cinq livres, la traduction est du Pseudo-Ambroise.

124 Stirnemann (P.), " Où ont été fabriqués les livres de la glose ordinaire dans la première moitié du xiie siècle ? ", dans Gasparri (Fr.), op. cit. n. 60, p. 270 et n. 51, p. 282.

125 Lobrichon (G.), " Les gloses de la Bible ", dans Riché (P.) et Lobrichon (G.), op. cit. n. 117, p. 95-114.

126 Ibid., p. 276.

127 Verschaffel (C.), " Eusèbe de Césarée ", Dictionnaire de théologie catholique, t. V, Paris, col. 1527-1532.

128 De Bruyne (D.), " La correspondance échangée entre Augustin et Jérôme ", Zeitschrift fur die neutestamentliche Wissenschaft, t. XXXI, 1932, p. 233-248. À l'appui de cette thèse, on lira : Pasquali (G.), Storia delle tradizione e critica des testo, Florence, 1934, p. 455-456 ; Vaccari (A.), Scritti, t. II, p. 216, n. 1, s'oppose à cette thèse.

129 Iogna-Prat (D.) et al., L'École carolingienne d'Auxerre de Muretbach à Remi (830-908), Paris, 1991, p. 159, 163-164.

130 Commentaire dans Rondet (H.), " Saint Augustin et les psaumes des montées ", Revue d'ascétique et de mystique, t. XLI, 1965, p. 3-18.

131 Identification d'après Verschaffel (C.), op. cit. n. 127, p. 278-279 ; voir également De Bruyne (D.), " Étude sur le Liber de diuinis scripturis ", Revue bénédictine, t. XLIII, 1931, en part, p. 124.

132 Il ne faut en tout cas pas penser aux Sermones de diuersis car cette appellation a été donnée au xvil' siècle par les religieux de Saint-Maur, comme en témoigne leur édition d'Augustin. Cf. PL, t. XXXIX, col. 1493-1638.

133 Thelamon (Fr.), " Rufin d'Aquilée ", Dictionnaire de spiritualité, t. XIII, Paris, 1988, col. 1107- 1117, en part. col. 1111, complété par Rousse (J.), " Saint Grégoire de Naziance ", ibid., t. VI, Paris, 1967, col. 967 ; l'auteur rappelle la pénétration de Grégoire de Naziance dans les milieux monastiques en France d'après l'inventaire de Lesne (É.), op. cit. n. 30, 1938.

134 Siegmund (A.), op. cit. n. 73, p. 82-83, rappelle que la tradition manuscrite française ne connaît que huit des neuf oraisons authentiques.

135 Gregoire (R.), Les homéliaires du Moyen Âge, Rome, 1966, et Barré (H.), Les homéliaires carolingiens de l'école d'Auxerre, Città dei Vaticano, 1962.

136 Sigal (P.-A.), L'homme et le miracle dans la France médiévale : xi-xiie siècle, Paris, 1985, p. 317- 332.

137 Batlle (C. M.), " Einfiihrung. Die Adhortationes sanctorum patrum (Verba seniorum) im lateini- schen Mittelalter ", Beitràge zur Geschichte des alten Mônchtums unddes Benediktinerordens, t. XXXI, 1972, p. 1-15.

138 Identification d'après Nebbiai-Dalla Guarda (D.), " Les listes médiévales de lectures monastiques : contribution à la connaissance des anciennes bibliothèques bénédictines ", Revue bénédictine, t. XCV, 1986, p. 323.

139 Stiernon (D.), " Jean L'Aumônier ", Dictionnaire de spiritualité, t. VIII, 1, Paris, 1972, col. 267- 269.

140 Dans le catalogue de Maillezais, c'est le seul cas qui présente non pas le titre d'une oeuvre mais son incipit- " idestprimumgastrimargia, ".

141 Bride (A.), " Décrétales (collection de) ", Catholicisme, Paris, 1952, t. III, col. 515-517.

142 Delisle (L.), op. cit. n. 5, lit Hildefonsus.

143 Par exemple l'église de Durham (XH<= s., Becker 117, 144-145), l'abbaye du Bec (XIK s„ Becker 127, 152) ou celle de Corbie (±1200, Becker 136,116).

144 Cet ouvrage et le suivant fournissent une systématisation doctrinale des Moralia qui restent un répertoire facile à consulter pour les théologiens. À ce propos, voir Wasselynck (R.), " Les compilations des Moralia in Job du viie au xiie siècle ", Revue de théologie ancienne et médiévale, t. XXIX, 1966, p. 9-10.

145 Le A est gratté.

146 En profitant de la Patrologie latine sur disque compact, nous avons pensé que ce titre pouvait être non pas le titre d'une œuvre mais celui d'un chapitre ou d'une partie d'une œuvre. Cela n'a pas été le cas

147 Nebbiai-Dalla Guarda (D.), " Les glossaires et les dictionnaires dans les bibliothèques médiévales ", dans Hamesse (J.) éd., Les manuscrits des lexiques et glossaires de l'Antiquité tardive à la fin du Moyen Age, Louvain-La-Neuve, 1996, p. 192.

148 Andrieu (M.), Mordines Romani du haut Moyen Âge, 5 vol., Louvain, 1930-1961.

149 Dubreuil-chambardel (l.), Les médecins dans l'Ouest de la France, Paris, 1914, et Pierre de Maillezais, op. cit. n. 58, p. 111.

150 Le lecteur intéressé à lire ces textes trouvera les références bibliographiques dans Sabbah (G.) éd., Bibliographie des textes médicaux latins, Saint-Étienne (PU), 1987.

151 Éd. Vollmer (Fr.), Leipzig et Berlin, 1916, et éd., trad. et com. de pépin (R.), Paris, 1950.

152 Wlckersheimer (E.), Manuscrits latins de médecine du haut Moyen âge dans les bibliothèques de France, Paris, 1966, ce sont les mss XLV, XLVI, LU, LXVII, LXVIII, LXXII et XCI.

153 Becquet (J.), op. cit. n. 40.

154 L'absence du manuscrit nous empêche d'exploiter l'article de Dolbeau (F.), " Notes sur l'organisation interne des légendiers latins ", dans Hagiographies, culture et société, ive-xiie s., Paris, 1981, p. 11-31.

155 La venue de Martin de Vertou en Bas-Poitou y fit se développer le christianisme. Cf. Coutansais (Fr.), " Les monastères du Poitou avant l'an mil ", Revue Mabillon, t. LIII, 1963, p. 5.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540