Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'abbaye de Maillezais

 | 
Mathias Tranchant
, 
Cécile Treffort

1re partie. Maillezais, centre de culture écrite

Agrippa d'Aubigné à Maillezais. Un poète au désert

Alexandre Tarrete

Texte intégral

1Le 31 décembre 1588, Agrippa d’Aubigné s'empare de la place forte de Maillezais à la tête d'un petit détachement. Henri de Navarre, qui se trouve alors à Saint-Jean-d'Angély, récompense son fidèle écuyer en le nommant aussitôt « gouverneur de l'Isle et du chasteau de Maillezais » (janvier 1589). Dans le contexte des guerres de Religion, la pérennité d'une telle charge était rien moins qu'assurée : Maillezais avait changé plusieurs fois de mains en quelques années, au gré des mouvements de troupes. C'est donc contre toute attente que la présence d'Aubigné à Maillezais allait s'étendre au total sur trois décennies, excédant même le règne de celui qui lui avait accordé ce gouvernement. D'Aubigné s'acquitta correctement de sa mission : il défendit la place jusqu'à la fin de la huitième guerre de Religion et, une fois la paix revenue et l'édit de Nantes signé, il continua à fortifier le site qui faisait désormais partie du réseau des places de sûreté concédées aux protestants. Mais après la mort d'Henri IV, d'Aubigné se sentit moins astreint à la fidélité vis-à-vis de la couronne de France. Il édifia un second fort, sur l'île voisine du Dognon, pour compléter le dispositif défensif, il renforça la garnison et se laissa pour finir tenter par l'aventure du second soulèvement de Condé, en 1615. Cette compromission acheva sa disgrâce. Privé depuis 1613 - en raison de son insoumission - des pensions royales nécessaires à l'entretien de la troupe de Maillezais, d'Aubigné se vit bientôt forcé de vendre ses places fortes au duc de Rohan (en 1619) et il s'exila l'année suivante à Genève, où il passa les dix dernières années de sa vie.

2D'Aubigné présida ainsi pendant trente ans aux destinées de la place forte de Maillezais. Ces années occupent une place centrale dans l'histoire de sa vie : après l'époque des combats et des premières amours (vouées à Diane Salviati, l'inspiratrice du Printemps) viennent des années consacrées à la mise en valeur de ses domaines, à la vie de famille et à l'écriture. D'Aubigné avait épousé en 1583 Suzanne de Lezay et il partage désormais son temps entre le château de Mursay, près de Niort, qui appartenait à la famille de sa femme, et le palais épiscopal de Maillezais d'où il a d'emblée délogé l'évêque, monseigneur Escoubleau de Sourdis. Il perd sa femme en 1595 et poursuit seul l'éducation de deux filles (Marie et Louise) et d'un fils (Constant). Pendant ces années, d'Aubigné poursuit des travaux d'écriture de longue haleine : alors que la période des guerres se clôt, il veut faire œuvre d'historien en composant deux gigantesques récits consacrés aux persécutions dont l'Église réformée fut victime : l'un en vers, les Tragiques (1616), et l'autre en prose, l' Histoire Universelle (1616-1620).

3Ces années fructueuses sont aussi marquées par l'engagement politique d'Aubigné, toujours ardent à défendre les intérêts de la cause réformée (c'est à cette période qu'il rédige le célèbre pamphlet intitulé la Confession catholique du sieur de Sancy). Le poète est resté fidèle à ses origines huguenotes et il a vécu l'abjuration d'Henri IV (en 1593) comme une trahison. Après cette date, d'Aubigné marchande ses apparitions à la cour et affecte de se replier dans un exil volontaire sur ses terres poitevines. Maillezais, place forte conquise de haute lutte au plus fort des guerres de Religion, devient ainsi le mémorial des combats où le roi et le poète avaient soudé leur amitié avant que la politique ne les sépare. Mais le lieu n'est pas seulement tourné vers le passé : en le fortifiant méthodiquement, d'Aubigné prépare une possible prise d'armes, au cas où les intérêts vitaux de l'Église réformée seraient à nouveau menacés. Dans l'attente de cette reprise hypothétique des combats, d'Aubigné trouve à Maillezais une terre de retraite et de solitude qui contraste à ses yeux avec la corruption de la cour où triomphent les réformés convertis. Comme le désert de la Bible, Maillezais est un lieu solitaire voué à la pureté et à la vérité — un lieu idéal pour la composition d'un poème prophétique comme les Tragiques.

4Il serait trop long d'évoquer ici en détail la vie d'Aubigné pendant les trente années où Maillezais fut sa résidence officielle. Nous tenterons simplement de retracer comment Maillezais a rapidement changé de visage à ses yeux : enjeu stratégique et symbolique pendant les guerres, l'abbaye perdue dans les marais est devenue pour le poète, résigné malgré lui à la paix, un désert inspiré et fertile, avant qu'il ne soit forcé de s'en défaire et de s'enfuir hors de France.

Une place forte âprement disputée

  • 1 Voir sur la question le numéro 2 de la revue Albineana (Niort, 1990) qui rassemble les actes du co (...)
  • 2 Voir dans le présent recueil le texte de Didier Poton.
  • 3 Sur cet épisode, voir le récit D'agrippa d'aubigne dans l'Histoire universelle, éd. A. Thierry, Ge (...)

5En 1588, d'Aubigné combat déjà depuis une vingtaine d'années, avec quelques intermittences, dans les rangs des armées réformées du Poitou. La place forte de Maillezais fait partie du décor familier des différentes campagnes qu'il a menées1. Il s'agit d'un lieu stratégique d'où il est possible d'exercer un contrôle sur la Sèvre. Placée entre Niort, Saint-Maixent et Fontenay-le-Comte, la forteresse s'intègre dans le réseau des places fortes du Poitou dont la maîtrise est âprement disputée par les deux partis2. Maillezais change de mains à plusieurs reprises dans les années 1586-1588, tandis que d'Aubigné combat dans la région. En novembre 1586, un incident vient cristalliser l'opposition des deux partis autour de ce lieu3. Catherine de Médicis était descendue en Poitou pour parlementer avec Henri de Navarre. Les troupes protestantes venaient de reprendre Maillezais. Elle ne voulut pas engager de pourparlers avec son adversaire en position de faiblesse, et elle envoya donc à Malicorne, le gouverneur du Poitou, ces instructions pressantes :

  • 4 Lettres de Catherine de Médicis, éd. Baguenault de Puchesse, Paris, Imprimerie nationale, 1880-190 (...)

« Dénichez de Maillezais ceux qui s'en sont saisiz, et leur faictes paroistre que nous ne sommes si faibles que nous nous voullions laisser battre, puisqu'ils font ainsi les mauvais garsons4 ».

6Maillezais prend alors l'allure d'un enjeu plus symbolique encore que stratégique, farouchement disputé entre protestants et catholiques. Les troupes royales reprirent rapidement la forteresse et Malicorne décida de porter à la reine mère les drapeaux dérobés aux compagnies protestantes. D'Aubigné intervint pour reprendre ces trophées, mais l'embuscade qu'il tendit aux troupes de Malicorne échoua. Catherine fit pourtant rendre les trophées aux protestants peu de temps après, sur la demande expresse d'Henri de Navarre.

  • 5 Voir Aubigne (A. d'), Histoire Universelle, op. cit. n. 3, livre xi, chap. 13, t. VII, p. 105.
  • 6 Ibid., livre XI, chap. 14, t. VII, p. 113.

7Cet épisode est révélateur de l'importance symbolique que Maillezais revêt déjà aux yeux d'Aubigné avant qu'il ne s'en empare quelques mois plus tard. Dans l'intervalle, Maillezais fut d'abord repris par les troupes protestantes, et Henri de Navarre y plaça Chastillon d'Availle comme gouverneur5. Mais quelques mois plus tard, les troupes du duc de Joyeuse s'emparèrent à leur tour de Maillezais en même temps que de Saint- Maixent6. C'est au terme de cette série de batailles et de reconquêtes que se situe l'offensive d'Aubigné contre la place de Maillezais, qui venait donc de retomber une fois de plus aux mains des catholiques.

La prise de Maillezais par d'Aubigné

  • 7 Ibid., livre XII, chap. 15, t. VIII, p. 15-16.
  • 8 Pierre Matthieu (Histoire des derniers troubles de France, Lyon, Estienne Bonaventure, 1597), Simo (...)
  • 9 Voir sur cet épisode l'article d'Eric Surget, « La prise de Niort par Agrippa d'Aubigné. 27-28 déc (...)
  • 10 Histoire Universelle, op. cit. n. 3, livre XI, chap. 14, t. VII, p. 107-115- De même, lors du réci (...)

8Dans l'Histoire Universelle, dAubigné a donné un récit assez circonstancié de la nuit du 31 décembre 1588 au 1er janvier 1589 pendant laquelle il s'empara presque sans coup férir de la place forte dont il devait ensuite être nommé gouverneur7. On sent que l'historien prend à cœur de rendre compte d'un épisode que les mémorialistes qui l'ont précédé ont passé sous silence8 ; il tient aussi à se rendre justice en soulignant discrètement l'importance de son rôle lors de la conduite des opérations. L'épisode se situe immédiatement après la prise de Niort, à laquelle d'Aubigné a pris part également9. Dans son récit, Agrippa insiste sur son rôle dans la conduite tactique des opérations : il a pris les devants sur le gros des troupes pour s'emparer du passage de Bouillé et du Courtiou, ce qui a permis de dégager le passage par la « porte de l'Isle ». Lorsque le siège de la forteresse se met en place, c'est d'Aubigné qui prend l'initiative d'appeler le commandant de la place à négocier : François de Liniers, seigneur de Saint-Pompain, se trouvait être un de ses lointains cousins, ce qui favorisa la confiance nécessaire aux négociations. Après quelques pourparlers, Saint-Pompain préféra se rendre dans des conditions acceptables plutôt que d'endurer un siège. Dans ce récit, d'Aubigné met discrètement en avant son rôle de négociateur : sa faculté de persuasion lui permet de s'emparer de Maillezais sans effusion de sang inutile. Le contraste est grand, pour le lecteur, avec les massacres gratuits commis par le duc de Joyeuse quelques mois auparavant et rapportés au livre précédent10.

  • 11 Ibid., livre XII, chap. 15, t. VIII, p. 16.
  • 12 Voir Schrenck (G.), « Agrippa d'Aubigné gouverneur d'Oléron. De l'histoire au mythe », Albi- neana(...)

9Lorsqu'il relate la prise de Niort, au début du même chapitre, d’Aubigné prend soin de mettre en valeur son action lors de telle ou telle phase de l'assaut. Quant à la prise de Maillezais, il s'en attribue sans partage le bénéfice. Cette présentation lui permet de justifier la décision d'Henri de Navarre de lui confier le gouvernement de la place forte qu'il vient de faire tomber. Pourtant, cette récompense est évoquée sur un mode extrêmement laconique, par cette seule phrase : « Maillezais demeura à son preneur11 ». Il est significatif que le roi n'apparaisse pas nommément : le mémorialiste s'abstient soigneusement de toute manifestation de gratitude. Lorsqu'il écrit ces lignes, au début du xviie siècle, d'Aubigné tient quelque rigueur à Henri IV d'avoir embrassé le catholicisme et de mal défendre les intérêts de ses anciens coreligionnaires. De plus, d'un point de vue plus personnel, d'Aubigné estimait que sa loyauté avait été jusque-là fort mal récompensée par le roi de Navarre. Car ce n'était pas la première fois qu'il obtenait une charge de gouverneur. Deux ans auparavant, il s'était emparé de l'île d'Oléron et il avait porté le titre de gouverneur pendant quelques mois, avant de tomber prisonnier de Saint-Luc dans une embuscade12. Il avait échappé de peu à la mort et avait attribué au roi de Navarre une part de responsabilité dans cette mésaventure. Du point de vue de d'Aubigné, qui estimait que le roi l'avait insuffisamment aidé à défendre son premier gouvernement, l'octroi d'une nouvelle charge venait en quelque sorte combler une injustice.

Une récompense ambiguë ?

10La froideur du poète à l'égard de son ancien maître devient encore plus manifeste dans le récit autobiographique tardif que d'Aubigné a donné sous le titre de Sa vie à ses enfants. Ce texte fut dicté autour de 1629, alors que le poète avait quitté Maillezais depuis longtemps pour se réfugier à Genève. Ces circonstances expliquent le ton amer et désabusé des lignes qui évoquent la gratification royale de 1589 :

  • 13 Aubigné (A. d'), Sa vie à ses enfants, éd. G. Schrenck, Paris, STFM/Nizet, 1986, p. 151.

« Vous avez au chapitre 16 du 2e livre [de l'Histoire Universelle] les prises de Niort et de Maillezais, où Aubigné demeura Gouverneur au regret de son maistre, qui lui ordonna le plus miserable estât qu'il peut, pour le faire desmordre : mais il estoit trop las de courir13 ».

  • 14 Voir Garnier (A.), op. cit. n. 3, t. II, p. 38-47.

11D'Aubigné, comme à son habitude, manie volontiers l'hyperbole. L'amertume qui éclate ici exprime surtout sa déception envers le monarque dont il désapprouve par anticipation la trahison envers la cause réformée. Sur le moment, toutefois, le geste du roi de Navarre n'avait rien qui dût déplaire à son fidèle écuyer. La charge de gouverneur de Maillezais était une mission de confiance, en des temps où la menace catholique n'était que provisoirement écartée. D'Aubigné se verra d'ailleurs confier l'année suivante une mission particulièrement délicate : le cardinal de Bourbon, proclamé roi de France par la Ligue, sera secrètement détenu durant un mois à Maillezais, pendant son transfert de Chinon à Fontenay-le-Comte14. Cette tâche ne pouvait être confiée qu'à un homme dont le roi était particulièrement sûr.

12En contrepartie de ces missions d'importance, la charge de gouverneur de Maillezais n'avait rien d'un état « miserable ». Une fois la paix revenue, cette situation révèlera tous ses avantages. Agrippa tirait des pensions royales et des bénéfices ecclésiastiques qu'il avait confisqués à l'évêque de Maillezais de quoi entretenir une garnison et de quoi financer les travaux nécessaires pour améliorer les fortifications du site, mais ces moyens financiers lui apportaient aussi de quoi maintenir un train de vie confortable, en sus des revenus qu'il tirait de ses propres terres et de celles dont sa femme avait l'usufruit.

13La charge dont hérite d'Aubigné ne mérite donc pas tant d'amertume. Malgré tout, il est probable que la décision de fixer d'Aubigné à Maillezais présentait pour le roi l'avantage d'éloigner pour un temps son ancien écuyer, dont l'intransigeance et le franc-parler l'importunaient souvent. En lui confiant la défense d'une place forte encore sous la menace d'une contre- offensive catholique, Henri de Navarre trouvait un prétexte tout prêt pour renvoyer d'Aubigné dans son fief. C'est ce que donne à entendre l'auteur de Sa vie à ses enfants dans une anecdote d'apparence cocasse - le roi et son serviteur auraient eu simultanément l'idée du même bon tour à se jouer l'un à l'autre, en faisant croire que Maillezais était attaqué :

  • 15 Ibidem, t. II, p. 152.

« Le Roy qui estoit demeuré malade à la Motte, voulant rire à sa guerison, avoit fait preparer un billet d'une grande entreprise sur Maillezais ; mais le Gouverneur en avoit fait un tout pareil à ses gens, pour se despetrer du Roy à telle occasion. Comme donc l'advis arrivoit, le Roy luy dit, Nous pensions vous donner l'alarme à faux, mais il est venu un advertissement vray, qu'il faut que vous retourniez à vostre place promptement15 ».

14La « place » de d'Aubigné est bien désormais à Maillezais et non aux côtés du roi en campagne. Cette anecdote laisse ainsi entendre que le poète et le roi ne sont dupes ni l'un ni l'autre : si le roi est ravi de pouvoir fixer un moment son écuyer à Maillezais, ce dernier prétend trouver dans cet éloignement un repos bienvenu et auquel il aspire depuis longtemps. Il le déclare sans ambages ensuite :

  • 16 Ibid.

« Ceste retraite faite en riant fut le premier repos, ou plustost le premier intervalle de labeurs que cest homme eust essayé despuis l'aage de quinze ans jusques à trente sept ou environ qu'il avoit lors, pouvant dire avec verité que hormis les temps des maladies et des blessures, il ne s'estoit point veu quatre jours de suite sans courvée16 ».

15Pour le regard rétrospectif du mémorialiste, la gratification reçue à Maillezais a donc une saveur ambiguë : la récompense débouche sur une forme de relégation, qui ne fera que se confirmer à mesure que l'évolution politique du roi l'éloignera du protestantisme. Henri tourne à présent ses regards vers la couronne de France ; sur le chemin de l'abjuration et du sacre, il a décidé de ne pas s'encombrer de son intransigeant serviteur. Le roi craignait-il inconsciemment les reproches de celui qui se rappellera ensuite obstinément à sa mémoire comme la mauvaise conscience du converti ? En tout cas, le récit autobiographique donne rétrospectivement à deviner que les deux hommes se sont compris à demi-mot. Maillezais symbolise à la fois l'aboutissement des campagnes d'Aubigné dans le Poitou et un virage important dans les rapports du poète et du roi, qui deviendront plus distants, sans toutefois que leur orageuse amitié ne soit réellement remise en cause.

16Pendant le règne d'Henri IV, d'Aubigné interrompt parfois sa retraite pour venir à la cour ou pour se rendre aux assemblées protestantes ; il s'y fait remarquer par sa fermeté inflexible et par son don pour les formules bien frappées. Par contraste avec les cercles du pouvoir, où il voit l'emporter la compromission et l'intérêt, les solitudes marécageuses qui entourent Maillezais lui apparaissent comme un havre de pureté : comme le désert de la Bible, où le juste subit la tentation et réaffirme son amour de la vérité, Maillezais s'oppose dans la géographie imaginaire d'Aubigné à l'univers corrompu de la cour.

Maillezais et l'imaginaire du désert

17L'Histoire Universelle, dont le premier tome, daté de 1616, fut achevé d'imprimer en 1618, porte l'adresse de Maillé. D'Aubigné, qui espérait encore obtenir un privilège royal pour son livre, n'a pas dissimulé son identité. Dans la postface aux deux premiers tomes, il souligne l'isolement dans lequel il a composé son œuvre pour s'excuser des lacunes de sa documentation :

  • 17 « Attache aux deux premiers tomes », Histoire Universelle, op. cit. n. 3, t. VI, p. 315.

« [...] Regardez d'où est datté le livre : c'est d'un desert, refuge ordinaire de la pauvreté, comme de la verité. Là il a falu travailler sans pupitre, sans conseil de Doctes, avec peu de mémoires et peu exprès17 ».

18Dans ce codicille, d'Aubigné pose clairement l'équivalence qu'il établit entre le lieu de sa retraite (à cette date, Maillé, et plus précisément sans doute, le fort voisin du Dognon) et un lieu imaginaire, emblématique de sa condition d'exilé : le désert. Sur la page de titre des Tragiques (dont la première édition paraît, anonyme, en 1616), l'identification était plus abrupte encore, puisqu'elle portait cette seule adresse : « Au Dezert ». Pour ce pamphlet beaucoup plus virulent que l' Histoire Universelle, le toponyme fictif avait pour avantage de brouiller les pistes de la censure et de déjouer les poursuites à l'encontre de son auteur et de son imprimeur.

  • 18 Recueil des lettres-missives de Henri IV, éd. Berger de Xivrey, Paris, Imprimerie Nationale, 1843, (...)

19Employé comme un nom commun, le terme de « désert » désigne au xvie siècle un espace rural ou sauvage, éloigné des villes et peu densément peuplé. Henri de Navarre l'emploie en ce sens dans la fameuse lettre où il décrit le pays de Marans : « Parmi ces déserts mille jardins où Ton ne va que par bateau18 ». Le terme convient donc naturellement pour désigner les paysages du Marais poitevin, en partie sous eau, en partie asséché et laissé en friche, ailleurs encore mis en culture ou en pâture. Mais d'Aubigné retravaille et approfondit considérablement le sens premier du mot en lui redonnant ses résonances bibliques.

  • 19 Voir sur cet aspect de la notion l'article de Bost (H.), « Le désert des Huguenots : une poétique (...)
  • 20 Voir l'article de Soulie (M.), « Y a-t-il une symbolique du Désert au xvie siècle ? », Bulletin de (...)

20Le terme de « désert » sera surtout employé, dans l'histoire du protestantisme, après la révocation de l'édit de Nantes (1685) : il renverra alors à la clandestinité forcée et aux persécutions qui seront à nouveau le triste lot des réformés de France19. Dès le xvie siècle cependant, la notion revêt une certaine importance dans la pensée protestante, et l'œuvre d'Aubigné lui fait une place notable20. Plusieurs passages de la Bible sont régulièrement sollicités pour donner au désert toutes ses résonances symboliques et mystiques. Dans l'épisode de la sortie d'Égypte (Exode, 14-17), la fuite au désert est traditionnellement interprétée comme un temps d'épreuve et de purification du peuple élu. Dans l'optique des protestants du xvie siècle, qui relisent leur propre histoire à la lumière de l'épopée des anciens Hébreux, le passage de la mer Rouge représente les massacres des guerres de Religion. La fuite au désert opère une séparation entre les Hébreux et les Égyptiens, les élus et les païens, les réformés et les catholiques. À cette première séparation succède une période d'épreuve qui achève de distinguer les élus des réprouvés. Durant le franchissement du désert, les croyants les plus ardents ont foi en la grâce divine ; les tièdes au contraire regrettent l'Égypte et le confort servile dont ils jouissaient là-bas. Le désert est donc un temps d'ascèse et de purification, qui précède l'arrivée en Terre promise. Dans les Évangiles, le Christ affronte lui aussi ce temps d'épreuve au désert : il doit résister aux tentations de Satan (Marc, 1 ; Luc, 4 ; Mathieu, 4).

21En publiant les Tragiques « au Désert », d'Aubigné exprime le choix qu'il a fait de lier son sort à celui de son Église qui, à ses yeux, et malgré l'édit de Nantes, est toujours opprimée et meurtrie. L'exil dans lequel il s'est réfugié à Maillezais doit être le signe pour ses lecteurs qu'il a refusé de pactiser avec l'ennemi et qu'il a décidé de vouer sa vie à la vérité, c'est-à-dire à la foi réformée. Et une œuvre vouée à la vérité s'écrit forcément au désert, loin de la corruption des villes et des cours :

  • 21 Aubigne (A. d'), Les Tragiques, éd. Fr. Lestringant, Paris, Gallimard, coll. « Poésie », 1995, Pré (...)

« [...] la vérité a coutume
D'accoucher en un lieu secret21 ».

22D'Aubigné rejoint ici un autre passage des Écritures où l'image du désert intervient : il s'agit du chapitre 12 de l'Apocalypse où apparaît une femme enceinte qui se réfugie dans le désert pour enfanter. Un dragon la pourchasse et tente de la noyer en crachant un fleuve d'eau : mais le désert l'entoure et la protège ; elle accouche alors d'un garçon qui prendra la tête du peuple. Cette femme est traditionnellement interprétée comme une figure de l'Église persécutée. Dans les Tragiques, d'Aubigné identifie le désert où il s'est retiré à celui de l'Apocalypse :

  • 22 Ibidem, Préf., v. 164-168, p. 69.

« La vérité m'allait menant
Aux lieux où celle qui enfante,
De peur de se perdre, se perd,
Et où l'Église qu'on tourmente
S'enferma d'eau dans le désert22 ».

23D'Aubigné joue sur une série d'analogies pour fondre les images : les îles de Maillezais et du Dognon, enserrées par le réseau des canaux, sont assimilées au désert de la Bible : le désert entoure la femme enceinte et la protège du fleuve vomi par le dragon, tout comme les îles du marais protègent le poète travaillant à l'élaboration de son œuvre. L'image convenue du désert se renverse alors - infertile et hostile aux yeux des impies, il est accueillant et fertile aux yeux du croyant :

  • 23 Ibid., Préf., v. 169-178, p. 70.

« O Désert, promesse des cieux,
Infertile mais bienheureux !
Tu as une seule abondance,
Tu produis les célestes dons,
Et la fertilité de France
Ne gît qu'en épineux chardons.
Tu es circuit, non surpris,
Et menacé sans être pris.
Le dragon ne peut et s'essaie :
Il ne peut nuire que des yeux23 ».

24Mais l'expérience du désert est ambiguë : celui qui accepte de s'y retirer doit traverser la mort pour pouvoir renaître. Le poète, en se consacrant à la vérité, endure une forme de mort :

  • 24 Ibid., Livre II, v. 162-164 et 171-172, p. 120-121.

« [...] la vérité bannie,
Meurtrie et déchirée, est aux prisons, aux fers,
Ou égare ses pas parmi les lieux déserts.
[...]
Je l'ai prise aux déserts, et la trouvant au bord
Des Iles des bannis, j'y ai trouvé la mort24 ».

25Les îles du Marais poitevin évoquent, pour le poète, les îles où les empereurs romains envoyaient les opposants en exil : Sénèque, dont d'Aubigné a médité le stoïcisme, fut ainsi envoyé en Corse par l'empereur Claude. La mort qui lui échoit n'est que l'autre nom du bannissement, mort au monde, mort « civile » - comme l'appelle d'Aubigné - qui marque en fait le début d'une renaissance :

  • 25 Ibid., Préf., v. 91-94, p. 67.

« Aujourd'hui abordé au port
D'une douce et civile mort
Comme en une terre seconde
D'autre humeur je fais d'autres vers25 [...] ».

26Les rivières et les canaux du marais se confondent avec les eaux des fleuves infernaux, qui séparent le monde des vivants et celui des morts. Mais la mort dont il est question ne s'oppose pas à la vie, elle mène au contraire à la renaissance, une fois passée l'épreuve de l'exil et du renoncement :

  • 26 Ibid., Livre VI, v. 53-57, p. 274.

« Que si d'entre les morts, Père, tu as envie
De m'éveiller, il faut mettre à bas l'autre vie
Par la mort d'un exil, fais-moi revivre à toi,
Séparé des méchants, sépare-moi de moi ;
D'un saint enthousiasme appelle aux cieux mon âme26 ».

27Celui qui veut trouver la vérité doit accepter l'épreuve de l'exil et du dénuement. Et d'Aubigné dépeint sa modeste demeure en des termes empruntés à la pastorale et qui en soulignent la pauvreté :

  • 27 Ibid., Préf., V. 133-140 et v. 181-186, p. 69-70.

« Je cherchais de mes tristes yeux
La vérité aux âpres lieux,
Quand de cette obscure tanière
Je vis resplendir la clarté,
Sans qu'il y eût autre lumière :
Sa lumière était sa beauté.
J'attache le cours de mes ans
Pour vivre à jamais au-dedans.
[...]
Quel château peut si bien loger ?
Quel roi si heureux qu'un berger ?
Quel sceptre vaut une houlette ?
Tyrans, vous craindrez mes propos :
J'aurai la paix en ma logette,
Vos palais seront sans repos27 ».

  • 28 Voir l'identification du poète à David dans la Préface des Tragiques, v. 157-162, et au livre II, (...)

28À l'image du berger, fréquente dans la littérature anti-aulique du xvie siècle, se superpose l'image biblique de David, le berger qui défie le géant Goliath à la fronde, tout comme le poète satirique défie les Princes de ses humbles vers28. D'Aubigné identifie sa relative pauvreté au dénuement des pâtres : toutes proportions gardées, le palais épiscopal de Maille- zais, perdu au fond des marais, est plus proche de l'humble cabane (ou « logette ») des bergers ses voisins que des fastes du Louvre.

  • 29 Sur l'importance de l'épisode des bergers d'Angrogne dans l'œuvre d'Agrippa d'Aubigné, voir Fanlo (...)

29Il faudrait, pour être complet, montrer comment d'autres paysages réels ou rêvés se mêlent au désert de Maillezais dans la préface des Tragiques. En effet, d'autres déserts se laissent apercevoir dans ces vers : les vallées alpines d'Angrogne, où les Vaudois ont vaillamment résisté à leurs oppresseurs29, et plus loin encore, à l'horizon, les montagnes de Genève auxquelles songe déjà d'Aubigné. Entre ces différents paysages s'organise un jeu d'échos et de contrastes : l'horizontalité des marais s'oppose à la verticalité des montagnes, tout comme l'humidité du paysage lacustre s'oppose à l'aridité des roches ; mais ces « âpres lieux » sont tous à leur manière des déserts, lieux peu fertiles en apparence, à l'écart des villes et seulement hantés de quelques pasteurs ; une nature sauvage (marécages ou ravins) en défend l'accès aux ennemis. Ces déserts, quoique fort différents d'aspects, sont chacun à leur façon des lieux où souffle l'esprit et où la vérité élit son refuge.

  • 30 Voir les Aventures du baron de Faeneste, éd. H. Weber, J. Bailbé, M. Soulié, Paris, Gallimard, (Co (...)

30Il est certain que le paysage lacustre et sauvage des marais convenait admirablement à des œuvres épiques comme les Tragiques ou l'Histoire universelle. Pour d'autres œuvres, comme le roman comique des Aventures du baron de Faeneste (dont les deux premières parties paraissent en 1617), d’Aubigné préférera prendre pour toile de fond la campagne niortaise, où il séjournait souvent : Enay, le gentilhomme poitevin, habite une demeure très semblable au château de Mursay30. Dans les Tragiques, au contraire, D'Aubigné puise dans la tradition biblique pour décrire sa propre situation d'exilé. Au cœur du paysage symbolique du désert, emblématique d'une œuvre vouée à la révolte et à la vérité, le poète inscrit sa géographie personnelle, les îles du Marais poitevin ou les montagnes de Genève, qui s'inscrivent déjà à l'horizon de son exil. Agrippa se voit comme un proscrit et reprend volontiers le surnom qu'on lui a donné lors des assemblées protestantes, « le Bouc du Désert », parce que son intransigeance le faisait passer pour un bouc émissaire au sein même de la communauté réformée.

Épilogue

  • 31 Voir sur le Dognon le rapport très circonstancié qu'un agent de Louis XIII a établi autour de 1616 (...)
  • 32 Le procès-verbal de l'assemblée de Saumur porte trace de la demande d'Aubigné d'être remboursé des (...)
  • 33 En 1617, les Rochelais demandent au roi de faire raser le Dognon et Maillezais qu'ils craignaient, (...)

31Pourtant, la retraite au désert n'est pas pour d'Aubigné synonyme d'inaction politique. Il participe régulièrement aux assemblées protestantes qui défendent les intérêts de l'Église réformée auprès du roi. La mort d'Henri IV marque un tournant dans la politique du pouvoir royal à l'égard des protestants. À l'assemblée de Saumur (1611), d'Aubigné fait partie des « Fermes », partisans contre les « Prudents » d'une attitude exigeante face à la régente, Marie de Médicis, afin d'obtenir plus de garanties pour la sécurité et l'indépendance financière de la communauté. D'Aubigné refuse l'argent qu'on lui offre pour le corrompre. Son intransigeance marquée lui aliène la bienveillance de la régente, qui suspend le paiement de ses pensions à partir de 1613. D'Aubigné commence dès 1612 à fortifier l'îlot du Dognon, qu'il avait acquis en 160931. Malgré plusieurs campagnes de travaux, dont la dernière en date remontait à 161132, l'abbaye constituait un site peu propice à soutenir un siège. La nouvelle forteresse, au contraire, est quasiment inexpugnable. D'Aubigné y installe une grande partie de la garnison de Maillezais. Ces préparatifs inquiètent le pouvoir royal, mais également les Roche- lais, qui redoutent en d’Aubigné un voisin puissant et incontrôlable33.

  • 34 Sur cet imprimeur, voir l'article de Surget (É.), « Le masque et la plume ou les ateliers délinqua (...)

32En 1615, il saute le pas et s'engage sous la bannière de Condé, mettant Maillezais et sa garnison au service du soulèvement annoncé. Lorsque le rebelle passe à l'acte, en décidant d'accepter en 1615 une charge de maître de camp dans l'armée du Prince de Condé, il se compromet définitivement aux yeux du roi. Privé des pensions royales qui lui permettaient d'entretenir une garnison à Maillezais, d'Aubigné tente de résister en trouvant d'autres sources de financement : il lève des droits de péage sur la Sèvre et il confisque certains revenus ecclésiastiques du diocèse de Maillezais. Passé à la révolte ouverte, il ne craint plus désormais de diffuser des œuvres écrites depuis quelque temps et où il attaque les rois qui furent les bourreaux de l'Église réformée : il publie donc les Tragiques et commence à faire imprimer l'Histoire Universelle. D'Aubigné s'est assuré les services de l'imprimeur Jean Moussat, qu'il a installé chez lui34. Il essaye malgré tout de rentrer en grâces auprès de Louis XIII, et sollicite pour l'Histoire Universelle un privilège en bonne et due forme. Mais le roi reste inflexible. L'asphyxie financière menace et d'Aubigné doit se résoudre à vendre Maillezais, le Dognon et sa maison de Maillé au duc de Rohan en 1619. Ce dernier faisait partie lui aussi des « Fermes » du parti protestant, et d'Aubigné pouvait accepter de lui abandonner les forces qu'il contrôlait jusqu'alors. Il s'installe à ce moment à Saint-Jean-d'Angély, tout en restant dans un premier temps lieutenant du duc à Maillezais.

33Mais ce sursis ne dure que quelques mois : en 1620, l'Histoire Universelle, que d'Aubigné avait publiée sans attendre le privilège, est brûlée en place publique à Paris et un mandat d'emprisonnement est lancé contre son auteur et son imprimeur. Lorsqu'à l'été 1620 les armées royales descendent vers le Sud-Ouest, d'Aubigné, compromis de surcroît par ses liens avec Rohan, doit s'enfuir vers Genève pour échapper aux poursuites.

  • 35 Voir Garnier (A.), op. cit. n. 3, t. III, p. 58-63. Sur Constant, voir Merle (L.), L'Étrange beau- (...)
  • 36 Voir Garnier (A), op. cit. n. 3, t. III, p. 94-95.

34D'Aubigné s'était fortement attaché à Maillezais et il a tout fait pour tenter de conserver sa place forte. Les preuves de cette obstination ne manquent pas. Forcé de vendre sa charge et ses forteresses, il négocia encore avec Rohan une mission de lieutenance qui aurait permis de le laisser en place. Quelques années auparavant, il avait imaginé un temps de faire de son fils Constant son successeur et l'avait nommé commandant de la place forte. Mais l'inconduite de Constant, joueur, viveur, et qui pis est bientôt converti au catholicisme, le dresse de plus en plus contre son père. En 1619, lorsque d'Aubigné aura repris le contrôle, le fils indigne, entre-temps assassin de son épouse infidèle, ira jusqu'à donner l'assaut contre Maillezais avec des moyens fournis par Louis XIII, qui était trop heureux de jouer un Aubigné contre l'autre35. Enfin, en 1621, lorsqu'Agrippa assiste depuis son exil genevois à la guerre de Louis XIII contre les protestants du Sud-Ouest, il propose encore ses services au nouveau gouverneur de Maillezais, Monsieur de La Cressonière, et se dit prêt, à presque soixante-dix ans, à revenir organiser la défense de la place forte contre les armées royales36 ! La sollicitude de l'ancien gouverneur pour une place qu'il avait fortifiée et entretenue pendant trente ans n'avait pas diminué.

  • 37 Ibidem, t. III, p. 145.

35À plusieurs reprises, après qu'il se fut exilé, on accusa d'Aubigné d'avoir fait subir des déprédations à l'abbaye pour mener des travaux de consolidation sur les remparts. Et de fait, on trouve trace d'une permission qu'il demanda en 1613 aux moines de l'abbaye pour prélever des pierres dans les parties effondrées lors des destructions iconoclastes de 156237. Mais les actions que l'on intenta contre lui et qui le firent condamner à mort par contumace avaient surtout pour but de l'empêcher définitivement de revenir en France, et peut-être aussi de le discréditer aux yeux des Genevois eux-mêmes.

  • 38 Sur les fortifications de Maillezais, voir l'article d'E. Barbier dans le présent volume.
  • 39 Lazard (M), Agrippa d'Aubigné, Paris, Fayard, 1998, p. 276.

36Devenu gouverneur de Maillezais un peu par hasard, d'Aubigné a investi beaucoup de lui-même dans cette place forte dont il a constamment perfectionné le système défensif, allant jusqu'à édifier un second fort pour appuyer le premier38. Son intérêt pour l'architecture militaire et pour l'art poliorcétique ne s'est jamais démenti, trouvant à s'exercer aussi bien à Oléron que plus tard à Berne ou à Genève ; mais c'est sans doute sur ses terres de Maillezais et du Dognon qu'il a pu le mieux mettre en pratique ses idées en la matière. De ces réalisations, bien peu de choses ont subsisté, puisque le Dognon fut rasé dès le xviie siècle. Mais quelque chose du paysage des marais, « paysage mélancolique, d'une grandeur biblique, évoquant le temps où la terre et les eaux étaient encore mal séparées39 », anime pour toujours le texte inspiré des Tragiques.

Notes

1 Voir sur la question le numéro 2 de la revue Albineana (Niort, 1990) qui rassemble les actes du colloque D'Aubigné et les guerres poitevines tenu à Niort en 1988.

2 Voir dans le présent recueil le texte de Didier Poton.

3 Sur cet épisode, voir le récit D'agrippa d'aubigne dans l'Histoire universelle, éd. A. Thierry, Genève, Droz, 1993, livre XI, chap. 7, t. VII, p. 64-65, et le commentaire d'A. Garnier, qui rectifie légèrement la date donnée par d'Aubigné (Agrippa d'Aubigné et le Parti protestant, Paris, Fishbacher, 1928, 3 vol., t. I, p. 358-360).

4 Lettres de Catherine de Médicis, éd. Baguenault de Puchesse, Paris, Imprimerie nationale, 1880-1909 ; lettre du 18 novembre 1586, t. IX, p. 86, col. 2.

5 Voir Aubigne (A. d'), Histoire Universelle, op. cit. n. 3, livre xi, chap. 13, t. VII, p. 105.

6 Ibid., livre XI, chap. 14, t. VII, p. 113.

7 Ibid., livre XII, chap. 15, t. VIII, p. 15-16.

8 Pierre Matthieu (Histoire des derniers troubles de France, Lyon, Estienne Bonaventure, 1597), Simon Goulart (Mémoires de la Ligue, Genève, 1587-1599 ; éd. d'Amsterdam, 1758) ou encore Jacques-Auguste de Thou (Historiarum sui temporis libri, 1604-1620, trad. fr. Londres, 1734) ne relatent pas la prise de Maillezais. De surcroît ils ne citent pas le nom de d'Aubigné parmi les acteurs principaux de la prise de Niort. D'Aubigné s'applique à combler ces lacunes dans sa propre narration.

9 Voir sur cet épisode l'article d'Eric Surget, « La prise de Niort par Agrippa d'Aubigné. 27-28 décembre 1588 », Albineana, n° 2, 1990, p. 35-54.

10 Histoire Universelle, op. cit. n. 3, livre XI, chap. 14, t. VII, p. 107-115- De même, lors du récit de la prise de Niort, d'Aubigné s'attache à réfuter les allégations d'un pamphlet ligueur, Les cruautés exécrables commises par les hérétiques contre les catholiques de la ville de Niort en Poitou. Il s'agit pour lui de montrer qu'à l'opposé des troupes du duc de Joyeuse, les troupes protestantes ont fortement limité les massacres et les pillages (voir la note d'A. Thierry, Histoire Universelle, op. cit. n. 3, t. VIII, p. 15).

11 Ibid., livre XII, chap. 15, t. VIII, p. 16.

12 Voir Schrenck (G.), « Agrippa d'Aubigné gouverneur d'Oléron. De l'histoire au mythe », Albi- neana, n° 2, Niort, 1990, p. 55-64.

13 Aubigné (A. d'), Sa vie à ses enfants, éd. G. Schrenck, Paris, STFM/Nizet, 1986, p. 151.

14 Voir Garnier (A.), op. cit. n. 3, t. II, p. 38-47.

15 Ibidem, t. II, p. 152.

16 Ibid.

17 « Attache aux deux premiers tomes », Histoire Universelle, op. cit. n. 3, t. VI, p. 315.

18 Recueil des lettres-missives de Henri IV, éd. Berger de Xivrey, Paris, Imprimerie Nationale, 1843, t. II (1585-1589), p. 224-225 (original autographe, Bibliothèque de l'Arsenal, Ms Histoire n° 179, tome I).

19 Voir sur cet aspect de la notion l'article de Bost (H.), « Le désert des Huguenots : une poétique de l'épreuve », Revue des sciences humaines, n° 258, n° spécial Le Désert. L'espace et l'esprit, dir. Fr. Lestrin- gant, S. Moussa, avril-juin 2000, p. 177-206.

20 Voir l'article de Soulie (M.), « Y a-t-il une symbolique du Désert au xvie siècle ? », Bulletin de la société de l'histoire du protestantisme français, 1975, p. 345-353. Sur le thème dans l'œuvre de d'Aubigné, voir Soulie (M.), L'Inspiration biblique dans la poésie religieuse d'Agrippa d'Aubigné, Paris, Klincksieck, 1977, not. p. 164-166 et p. 271-275 ; Fragonard (M.-M.), La Pensée religieuse d'Agrippa d'Aubigné et son expression, Paris, Didier Erudition, 1986, t. II, p. 579-581 ; et, tout récemment, Banderier (G.), « Vox clamantis in deserto : Agrippa d'Aubigné et le thème du désert », dans Le Désert, un espace paradoxal, éd. G. Mauroy, P. Halen, A. Spica, Berne, Peter Lang, 2003, p. 251- 266.

21 Aubigne (A. d'), Les Tragiques, éd. Fr. Lestringant, Paris, Gallimard, coll. « Poésie », 1995, Préface, v. 29-30, p. 66.

22 Ibidem, Préf., v. 164-168, p. 69.

23 Ibid., Préf., v. 169-178, p. 70.

24 Ibid., Livre II, v. 162-164 et 171-172, p. 120-121.

25 Ibid., Préf., v. 91-94, p. 67.

26 Ibid., Livre VI, v. 53-57, p. 274.

27 Ibid., Préf., V. 133-140 et v. 181-186, p. 69-70.

28 Voir l'identification du poète à David dans la Préface des Tragiques, v. 157-162, et au livre II, v. 45- 48.

29 Sur l'importance de l'épisode des bergers d'Angrogne dans l'œuvre d'Agrippa d'Aubigné, voir Fanlo (J.-R.), Tracés, Ruptures. La composition instable des Tragiques, Paris, Champion, 1990, p. 322-334.

30 Voir les Aventures du baron de Faeneste, éd. H. Weber, J. Bailbé, M. Soulié, Paris, Gallimard, (Coll. « Pléiade »), 1969, p. 667-830, Livre I, chap. I et V.

31 Voir sur le Dognon le rapport très circonstancié qu'un agent de Louis XIII a établi autour de 1616 ; document publié par G. Schrenck, dans le dossier intitulé « Documents inédits sur Agrippa d'Aubigné », Albineana, n° 5, 1993, p. 119-142.

32 Le procès-verbal de l'assemblée de Saumur porte trace de la demande d'Aubigné d'être remboursé des frais qu'il avait engagés pour entretenir les fortifications de Maillezais : voir Garnier (A.), op. cit. n. 3, t. III, p. 13.

33 En 1617, les Rochelais demandent au roi de faire raser le Dognon et Maillezais qu'ils craignaient, en raison de la disgrâce d'Aubigné, de voir passer tôt ou tard sous la coupe d'un gouverneur catholique : c'est du moins l'interprétation que propose A. Garnier, op. cit. n. 3, t. III, p. 54-55.

34 Sur cet imprimeur, voir l'article de Surget (É.), « Le masque et la plume ou les ateliers délinquants de Jean Moussat », Albineana, n° 9, 1998, p. 135-169 et l'article du même auteur dans le présent volume.

35 Voir Garnier (A.), op. cit. n. 3, t. III, p. 58-63. Sur Constant, voir Merle (L.), L'Étrange beau- père de Louis XIV, Constant d'Aubigné, père de Madame de Maintenon, Paris/Fontenay-le-Comte, Beauchesne/Lussaud, 1971.

36 Voir Garnier (A), op. cit. n. 3, t. III, p. 94-95.

37 Ibidem, t. III, p. 145.

38 Sur les fortifications de Maillezais, voir l'article d'E. Barbier dans le présent volume.

39 Lazard (M), Agrippa d'Aubigné, Paris, Fayard, 1998, p. 276.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540