Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'abbaye de Maillezais

 | 
Mathias Tranchant
, 
Cécile Treffort

1re partie. Maillezais, centre de culture écrite

Vivre et inventer Maillezais : l'expérience rabelaisienne

Myriam Marrache-Gouraud

Texte intégral

1Rabelais séjourna à Maillezais après avoir fui la rigueur des cordeliers du couvent du Puy-Saint-Martin de Fontenay-le-Comte. On estime qu'il y resta quelques années, au cours desquelles il se lia d'amitié avec l'évêque d'alors, Geoffroy d'Estissac, amateur éclairé des arts et lettres qui l'accueillit à bras ouverts et l'encouragea à l'étude, tout en lui offrant sa protection. Rabelais quitta Maillezais sans doute vers 1528, en costume séculier et semble-t-il sans en avoir demandé l'autorisation, pour aller étudier la médecine à Montpellier.

2Avant d'évoquer son séjour en ce lieu, les personnages importants qu'il y a côtoyés et l'influence que cette expérience eut par la suite sur son écriture, qu'il nous soit permis de commencer par le petit bout de la lorgnette. Il est en effet frappant de remarquer que le passage du moine à Maillezais alimente en grande partie la légende chahuteuse d'un Rabelais paillard, capricieux et indiscipliné. Les biographes du xixe siècle tirent argument de son départ de Fontenay-le-Comte, du changement d'ordre inopiné qui s'ensuivit, mais surtout de sa fuite clandestine de Maillezais, pour s'insurger de sa frivolité et clamer l'inconstance du personnage - lequel n'a encore pas publié une ligne à cette période. Peu importe, ses romans le confirmeront bien assez par la suite, et le passage à Maillezais l'annonçait, Rabelais n'est pas sérieux :

  • 1 Arcere (L.-E.), Histoire de la ville de La Rochelle et du pays d'Aunis [1756-57], rééd. Marseille, (...)
  • 2 Arnauld (Ch.), Histoire de Maillezais, depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, Paris- (...)

« Vif et naturellement volage, Rabelais parut dans le monde sous différentes formes : d'abord religieux franciscain à Fontenay-le-Comte, puis moine dans le monastère de Maillezais, où il fit profession de la vie religieuse ; ensuite, déserteur du cloître, il courut où l'entraînait son caprice. Un nouveau goût le détermina pour la médecine, dont il prit les leçons à Montpellier, et qu'il enseigna avec cette haute capacité qui mérita l'admiration de tous les savants. Dans la suite, cet esprit inconstant abandonna la chaire qu'il remplissait avec tant de gloire [...]. Dans cet auteur ténébreux, tout est inintelligible, hors ce qui aurait dû l'être, le libertinage et l'obscénité [...]1 ».
« Un moine dont la renommée devait égaler les plus hautes renommées, le célèbre Rabelais, couvert du capuchon des Bénédictins, vivait alors presque inconnu dans l'abbaye de Maillezais. D'abord, religieux franciscain à Fontenay-le-Comte, il en partit pour venir au monastère de Saint-Pierre ; mais son imagination vagabonde lui fit laisser les lieux qui devaient lui sembler chers, car son évêque, devenu son ami, se plaisait à écouter sa piquante ironie, sa folâtre pensée ; n'importe, il fallait à ce mauvais soldat de la milice de Saint Benoît la liberté, l'indépendance absolue ; aussi, déserteur du cloître, il passa comme un fugitif sut les murs de l'abbaye pour porter ailleurs son âme ardente et vagabonde2 ».

3Cette entrée en matière quelque peu récréative doit nous amener à la prise en considération précise des données factuelles que nous possédons concernant Rabelais, Geoffroy d'Estissac et les conditions de vie qui furent les leurs dans les années 1520 et 1530, pour tenter de comprendre de quoi fut faite cette expérience à Maillezais ; ensuite, à l'écoute du texte de Rabelais, nous nous interrogerons sur le choix des transpositions du matériau mallacéen dans l'œuvre littéraire, et notamment sur la présence énigmatique du cruel Geoffroy la Grand'Dent.

Vivre à Maillezais : l'histoire réelle, au seuil de la légende

Pérégrinations en Bas-Poitou

  • 3 Voir la lettre de Rabelais à G. Budé, reproduite et traduite dans Rabelais, Œuvres complètes, éd. (...)
  • 4 R. Cooper rappelle cependant que l'on n'a retrouvé à ce jour aucune preuve de ces confiscations (v (...)
  • 5 En 1524, un induit du pape Clément VII régularise la situation de Rabelais en lui permettant d'ent (...)

4Le jeune Rabelais dut arriver au couvent du Puy-Saint-Martin de Fontenay-le-Comte vers sa vingtième année. Dans cet ordre franciscain de la stricte observance, la discipline est particulièrement ferme car les frères entendent se distinguer des franciscains appelés « conventuels », qu'ils jugent trop laxistes par rapport à la règle. Rabelais fait en ce lieu la connaissance de Pierre Amy, franciscain et comme lui jeune lettré, qui le présente à Guillaume Budé. Il reste de cette rencontre épistolaire quelques missives dans lesquelles l'illustre helléniste vante les mérites de Rabelais en matière de traduction et de connaissance des lettres grecques3. L'histoire officielle rapporte que, suite à l'interdiction de fréquenter les textes grecs prononcés par la Sorbonne en 1523, les livres grecs de Rabelais et de Pierre Amy leur furent confisqués à Fontenay-le-Comte4. Les deux moines quittent alors le couvent des franciscains observants, et écrivent une supplique au pape pour solliciter l'autorisation de changer d'ordre5. Tous deux trouvent refuge chez les bénédictins, Pierre Amy près d'Orléans, Rabelais à Maillezais. Dans de telles conditions, il est permis de considérer que pour Rabelais, l'arrivée à Maillezais représente la recherche d'un refuge et d'une retraite où il pourra s'adonner à l'étude sans entrave. Le jeune moine y est accueilli par l'évêque qui avait été nommé en 1518, Geoffroy d'Estissac.

  • 6 Voir Arnauld (Ch.), op. cit. n. 2, p. 234-245. Le fait que l'évêque ait été nommé par le roi et no (...)
  • 7 « Godefridus d'Estissac ex nobili familia Aquitaniae prognatus, patre Johanne domino d'Estissac qu (...)
  • 8 Delhommeau (L.), Notes et documents pour servir à l'histoire de l'évêché de Maillezais 1317-1648 ( (...)
  • 9 Delhommeau (L.), op. cit. n. 8, p. 42.

5C'est une chance, car ce dernier est justement un évêque éclairé, amoureux des arts et lettres. Nommé par François Ier, il succède au cardinal Acolti6 qui ne vint pas une fois à Maillezais, puis à Philippe de Luxembourg, nommé après la démission du précédent, mais qui n'eut pas le temps de prendre possession de l'église de Maillezais, puisque d'Estissac lui succéda quelques jours plus tard. Malgré les soupçons qui pèsent sur son intégrité religieuse - on le dit sensible aux idées de la Réforme - Geoffroy d'Estissac est respecté, étant issu d'une grande famille de la région7. Il occupe plusieurs autres charges ecclésiastiques en Poitou : il est par ailleurs clerc du diocèse de Sarlat, protonotaire apostolique, prieur de Ligugé, abbé commendataire de Celles-sur-Belle et de Cadouin, et doyen du chapitre de Saint- Hilaire de Poitiers8. À la différence de ses prédécesseurs, il vient s'installer dans l'évêché de Maillezais et y réside ordinairement jusqu'à sa mort en 1543, ne s'en éloignant que pour passer quelques jours à Coulonges, Ligugé ou Poitiers. Il visitera son diocèse, convoquera ses prêtres en synode, et entretiendra à Maillezais une communauté relativement nombreuse ; lorsque Rabelais est des leurs, en 1527, l'abbaye compte 35 religieux et 6 novices9.

  • 10 Cet aspect fait l'objet de l'article de Richard Lévesque dans le présent recueil : nous y renvoyon (...)

6En outre, Geoffroy d'Estissac acquiert une réputation de bâtisseur10. Contentons-nous ici de signaler qu'on lui doit des travaux d'embellissement du château de l'Hermenault - devenu résidence épiscopale d'été -, du château de Coulonges, et la reconstruction des bâtiments du doyenné de Saint Hilaire de Poitiers, ainsi que d'une partie de ceux du prieuré de Mouzeuil ; il fait continuer les travaux de l'église de Ligugé (1530) et entreprend en 1536 la construction du chœur de la cathédrale de Maillezais.

  • 11 Citons entre autres Antonioli (R.), Rabelais et la médecine, Genève, Droz, Études rabelaisiennes X (...)
  • 12 C'est Jean Bouchet justement qui constate en 1527 que Rabelais se voit conférer des bénéfices par (...)
  • 13 Paris, Bibliothèque Mazarine, ms. 4404, fol. 192 : « Supplique de François Rabelais, prêtre, au pa (...)
  • 14 Ces deux raisons, ainsi que l'hypothèse de l'accord préalable de Geoffroy d'Estissac, sont dévelop (...)

7Mais il serait injuste d'évoquer Geoffroy d'Estissac sans mentionner la profonde amitié qu'il entretient avec Rabelais. Les biographes supposent sans en avoir de preuves formelles que ce dernier fut chargé par Geoffroy d'Estissac d'être le précepteur de ses neveux orphelins. On imagine également les discussions passionnées au cours desquelles les deux amis accompagnés de quelques esprits éclairés échangent des propos humanistes11 ; on devine par ailleurs que Rabelais accompagna l'évêque dans ses déplacements à Ligugé notamment, à Fontaine-le-Comte et à Poitiers, puisque l'œuvre rabelaisienne porte la trace de ces itinéraires, comme nous le verrons par la suite. Rabelais eut alors l'occasion de faire la connaissance du poète poitevin Jean Bouchet, et d'échanger avec lui des vers12. Pourtant, Rabelais quitte brusquement Maillezais en 1527-28 et, abandonnant l'habit de moine, il part étudier la médecine à l'université de Montpellier. Il encourt pour cette apostasie une peine dont il demandera l'absolution dans une supplique au pape Paul III rédigée en 153513. Cependant, l'apostasie n'est pas sans poser elle-même de nombreuses questions restées sans réponse. Tout d'abord parce que malgré les affirmations que contient la supplique de Rabelais, on a conjecturé que ce fut avec l'autorisation de l'évêque de Maillezais que Rabelais alla au siège académique des bénédictins à Paris, l'Hôtel Saint-Denis, pour s'inscrire à l'université. Cette hypothèse est plausible pour deux raisons simples14. La première raison est d'ordre institutionnel, elle tient au fait que la poursuite d'études ne posait aucun problème : un régulier pouvait obtenir sans peine de son évêque une autorisation studiandi et standi extra. La deuxième raison est personnelle. Il paraît absurde de penser que Geoffroy d'Estissac ait pu désapprouver la décision de Rabelais d'entreprendre des études de médecine, dans la mesure où le jeune médecin choisira précisément son ancien évêque comme dédicataire de ses premiers écrits médicaux. Les Aphorismes d'Hippocrate paraissent en 1532 avec une épître dédicatoire dans laquelle aucune mésentente ne perce, bien au contraire :

  • 15 Epître-dédicace des Aphorismes d'Hippocrate, Lyon, S. Gryphe, 1532 ; trad. Moreau (Fr.), dans Rabe (...)

« Je ne dirai pas ici la raison qui m'a amené à placer ce travail, quoi qu'il vaille, sous votre patronage. À vous en effet appartiennent de droit tous les fruits de mon labeur, à vous qui m'avez à tel point favorisé de votre bienveillance que, partout où je porte mes yeux, il n'y a que le ciel ou la mer de votre générosité qui s'offrent à ma vue [...] Ainsi donc, veuillez approuver tout cela, et aimez-moi, comme vous faites. Adieu, le plus estimable des hommes ! Vivez heureux15. »

  • 16 Au sujet des démarches de Rabelais auprès du pape pour obtenir l'absolution de son apostasie, on p (...)

8En outre, Rabelais tiendra régulièrement d'Estissac au courant des progrès de ses démarches en cour de Rome pour cette affaire de supplique au pape16 :

  • 17 François Rabelais, Lettres d'Italie, dans Œuvres complètes, éd. cit. n. 3, p. 1 000-1001.

« Pour le present je vous peux advertir que mon affaire a esté concedé et expedié beaucoup mieux et plus seurement, que je ne l'eusse souhaitté et y ay eu ayde et conseil de gens de bien, mesmement du Cardinal de Genutüs qui est Juge du Palais et du Cardinal Simoneta qui estoit auditeur de la Chambre et bien scavant et entendant telles matieres. Le Pape estoit d'advis que je passasse mondict affaire per Cameram. Les susdicts ont esté d'advis que ce fust par la Cour des Contredits, pour ce que in foro contentioso elle est irrefragable en France [...]17. »

Échanges avec Maillezais

  • 18 R. Cooper note que les sources d'information de Rabelais étaient sans doute les canards et bulleti (...)

9Il est ainsi important de souligner que l'amitié qui lie l'évêque et le chanoine se poursuit bien après le départ de Rabelais et sa prétendue apostasie. La correspondance échangée en atteste. Lors de ses voyages à Rome, Rabelais écrit régulièrement à Geoffroy d'Estissac pour l'informer de l'actualité politique. On retient souvent de ces lettres l'envoi par Rabelais de graines de salades de Naples susceptibles de flatter le palais de l'évêque et de sa nièce résidant à l'Hermenault. Il est vrai que certaines lettres comportent des développements botaniques sur de nouvelles espèces découvertes en Italie, des recommandations sur la manière de les semer, de les cultiver sous les latitudes poitevines, et quelques remarques sur des fleurs inconnues. Mais R. Cooper souligne que si la botanique occupe 5 % des lettres, les grandes questions plus manifestement présentes sont les affaires de Florence (15 %) et de Ferrare (9 %), les nouvelles des Turcs et des corsaires (10 %), enfin les préparatifs pour l'arrivée à Rome de l'empereur Charles Quint (10 %18). En réalité, l'actualité politique domine, reflet sans doute des curiosités de Geoffroy d'Estissac.

10Les lettres sont d'un ton familier, et ne se privent pas parfois de demander quelques subsides. Elles témoignent de l'attachement des deux hommes, puisque Rabelais, très librement, donne son avis, prend parti pour les intérêts de la France, même lorsqu'il évoque les événements de l'actualité littéraire et sociologique :

  • 19 Rabelais, éd. cit. n. 3, p. 1005.

« Monsr. Je vous envoye un livre de prognosticqs duquel toute cette ville est embesongnée, intitulé De eversione Europae [la ruine de l'Europe], De ma part je n'y adjouste foy aucune, mais on ne veit onques Rome tant adonnée à ces vanitez et Divinations comme elle est de present. Je croy que la cause est, car mobile mutatur semper cum principe vulgus [le peuple inconstant change toujours avec son prince]. Je vous envoye aussi un Almanach pour l'an qui vient 1536. Davantage je vous envoye le double d'un brief que le Sainct Pere a decretté n'agueres pour l'advenue de l'Empereur. Je vous envoye aussi l'entrée de l'Empereur en Messine et Naples et l'oraison funebre qui fut faicte à l'enterrement du Feu Duc de Milan19.

11La citation latine insinue que les Romains sont crédules et prompts à passer dans le camp impérial à l'approche de l'entrée de Charles Quint. Rabelais devient très critique lorsqu'il raconte les préparatifs qui sont organisés pour l'occasion ; les démolitions des maisons qui se trouvent sur le trajet impérial lui paraissent de mauvais présages, voire de funestes réminiscences du sac de Rome. Il rappelle également les sacrifices financiers qu'un tel accueil suppose :

  • 20 Ibidem, p. 1001.

« Le Pape luy cede la moictyé du Palais et tout le bourg de saint Pierre pour ses gents et faict apprester trois mille licts à la mode Romaine sçavoir est des matrats [matelas] car la ville en est despourveue depuis le sac des Lansquenetz : et a faict provision de foing, de paille, d'avoine, spelte et orge, tant qu'il en a peu recouvrir et de vin tout ce qu'en est arrivé en Ripe. Je pense qu'il luy cous- tera bon : dont il se passast bien en la pouvreté où il est, qui est grande et apparente, plus qu'en pape qui fust depuis trois cens ans en ça20 »

  • 21 De plus amples développements illustrant la question d'un « Rabelais partisan » sont à lire dans C (...)

12La chronique rabelaisienne destinée à Maillezais s'alimente de faits grands et petits dont Rabelais est témoin, et les récits romains ne manquent pas du sel rabelaisien, pittoresque et satirique21.

13Entre deux voyages en Italie, il n'est pas rare que Rabelais revienne passer quelque temps à Maillezais. L'attachement du médecin à l'évêque et à l'abbaye est solide, comme le confirme la présence d'indices fréquents dans les œuvres narratives qu'il écrit à cette période.

Inventer Maillezais : les transpositions rabelaisiennes

14Maillezais apparaît le plus souvent sous une forme transposée dans l'œuvre littéraire. Le choix effectué par Rabelais parmi les éléments mallacéens dont il dispose est à prendre en considération et à interroger, autant que leur transformation au gré de l'imaginaire rabelaisien.

Une mythologie saline ?

  • 22 L'idée que Rabelais tire parti de cet aspect économique de Maillezais est développée par M.-L. Dem (...)
  • 23 Voir à ce sujet les contributions, dans le présent recueil, de Y. Suire et de J.-L. Sarrazin, que (...)
  • 24 De plus, s'il est vrai, comme l'écrit M.-L. Demonet, que « la région servira ensuite de limite à l (...)

15Le premier héros est Pantagruel. Le livre qui porte son nom est publié en 1532, soit quelque temps avant les voyages en Italie, et peu après le départ de Rabelais de Maillezais. Rappelons que le nom de Pantagruel désigne dans la tradition folklorique française « celui qui tout altère ». Le personnage est généralement représenté sous la forme d'un petit diablotin facétieux, qui par malice se plaît à jeter du sel dans le gosier des buveurs afin que leur soif ne s'éteigne jamais. Rabelais modifie le motif en se l'appropriant, lorsqu'il fait du diablotin un géant qui se distingue, dès sa jeunesse, par sa disposition à la sagesse plutôt que par son espièglerie. L'isotopie saline du premier héros choisi par Rabelais serait-elle inspirée par Maillezais ? C'est l'hypothèse que formule Marie-Luce Demonet, supposant que la fabrication de Pantagruel procède de la mise en perspective, par la personnification héroïque, d'un trait économique notable de l'abbaye au moment où Rabelais y séjourne, à savoir l'extraction et le commerce du sel qui représentent, avec l'accueil des pèlerins de Saint-Jacques, les principales sources de revenus de l'abbaye22. C'est oublier que les historiens s'accordent à dire qu'il n'y a plus au xvie siècle la moindre trace de commerce ou d'extraction du sel à Maillezais23. La mythologie saline dont procède Pantagruel ne peut donc être mise en rapport avec Maillezais qu'à condition de considérer que Rabelais ferait référence à une pratique qu'il n'a pas connue, puisqu'elle n'a plus cours à cet endroit depuis déjà quelques siècles au moment où il y séjourne24.

16Par ailleurs, M.-L. Demonet souligne que la région sert de limite à la parole salée dont on soupçonne Geoffroy d'Estissac, parole peu protocolaire, satirique et réformatrice, langue bien pendue, et notamment tirée au pape — c'est le roi qui a nommé d'Estissac. Le sel de Maillezais intervient enfin comme force spirituelle : il s'agit de la part de Rabelais, dit M.-L. Demonet, du contraire de la fadeur, d'un « supplément esthétique et littéraire à la fade teneur des chroniques ». Ce point retient ici toute notre attention, dans la mesure où l'évocation de Maillezais est justement chez Rabelais l'occasion de récrire une chronique, celle de Geoffroy la Grand' Dent, en lui ajoutant une pincée de sel : c'est en effet Pantagruel le salin qui se charge de réviser la légende.

Une figure légendaire ambiguë : Geoffroy la Grand'Dent

  • 25 Voir à ce sujet l'article de G. Pon qui donne tous les détails susceptibles d'éclairer cette affai (...)
  • 26 Charles Farcinet tente de faire toute la lumière sur l'énigmatique Geoffroy la Grand' Dent au fil (...)
  • 27 Pantagruel, ch. XXX, p. 324 ; il est cité parmi d'autres héros militaires fictifs et réels.

17Dans la fiction rabelaisienne, Maillezais est étroitement associé à Geoffroy la Grand'Dent. Quand Pantagruel projette de visiter l'abbaye, c'est en effet avant tout pour aller contempler le tombeau de Geoffroy la Grand' Dent. Pourquoi Rabelais choisit-il de représenter cette abbaye qui lui fut si douce à travers la figure farouche et légendaire, et déjà ancienne, de ce vandale ? Geoffroy la Grand'Dent, fils d'Eustache Chabot (dite aussi Mélusine) est né vers 1200 et décédé en 1248. Membre de la famille de Lusignan, il fut seigneur de Vouvant et de Mervent. Or, le personnage s'était tristement illustré à Maillezais : Geoffroy la Grand' Dent y revendique l'avouerie de la famille des Chabot (protection contre rétribution) à laquelle il prétend. Mais les moines résistent : en alléguant que les premiers ducs d'Aquitaine avaient donné Saint-Pierre au Saint-Siège, ils déclarent ne se reconnaître de défenseur que le pape. La contestation est jugée à Saint-Jean-d'Angély. Toutefois, devant un tel refus qui l'offense, Geoffroy se met en colère, il met le feu à l'abbaye et dévaste tout durant sept ans, de 1225 à 123225. La chronique de la Devastatio, vraisemblablement écrite entre 1234 et 1236, rapporte ses méfaits, ses actes barbares et insiste très peu sur les actes de contrition qui ont suivi. Dans ce texte, Geoffroy de Lusignan est une figure repoussoir et effrayante de Maillezais. Plus d'un siècle plus tard en 1387, Jean d'Arras fait de cet être réel un personnage romanesque en choisissant de le surnommer « la Grand'Dent » dans son roman de Mélusine26. Rabelais connaît bien l'histoire de Geoffroy la Grand'Dent, et notamment l'épisode de l'incendie : quand Epistémon rencontre le triste sire en visitant les Enfers, Geoffroy la Grand'Dent est devenu allumetier27 ; lorsque Pantagruel visite son tombeau, il éprouve une grande peur devant la difformité physique et l'air redoutable du personnage. Il est surprenant que chez Rabelais l'abbaye de Maillezais soit apparemment réduite à être le sanctuaire de cette odieuse figure qui rappelle les temps les plus noirs du site.

18Pourtant, il est possible de trouver plusieurs explications à la présence de Geoffroy la Grand'Dent dans la geste rabelaisienne. On peut dire tout d'abord que ce type de figure est tout à fait en accord avec le gigantisme, et le caractère « horrificque », de la chronique telle que Rabelais la présente à ses lecteurs, en somme avec le registre narratif volontiers spectaculaire et issu du folklore local qu'affectionne l'auteur.

  • 28 Le cas est manifeste dans un roman de chevalerie à succès ayant connu plusieurs rééditions au xvie(...)

19D'autre part, il importe de souligner que le personnage légendaire tiré de l'histoire régionale donne lieu à divers écrits qui organisent la confusion en ce qui concerne le jugement qu'on doit avoir à son sujet. En premier lieu, Geoffroy la Grand'Dent est parfois confondu avec un autre Geoffroy de la même famille, son père, qui pour sa part s'illustra par sa bravoure au moment des croisades. Ainsi, Geoffroy II de Lusignan, mal distingué de Geoffroy Ier, se trouve présenté comme héroïque, malgré les méfaits qu'il accomplit par la suite à Maillezais et pour lesquels, dans ces circonstances, les chroniqueurs lui trouvent des excuses28. À ce titre, certains récits insistent sur les remords presque immédiats qu'il éprouva après le saccage et sur l'absolution papale qui lui fut accordée pour prouver qu'il se racheta et en faire un héros positif, ayant même mis la main à la pâte pour la reconstruction des ruines incendiées. Selon que les récits mettent en avant l'un ou l'autre aspect, Geoffroy la Grand' Dent est présenté tantôt comme un barbare, tantôt comme un valeureux guerrier ayant connu un moment d'égarement, voire comme un justicier divin lavant les souillures - certaines exactions dont les moines se seraient rendus coupables - dans la violence pour restituer la spiritualité de Maillezais. La figure est donc passablement ambiguë, tantôt sanguinaire, tantôt salvatrice.

  • 29 Pantagruel, ch. V, p. 230.

20À son tour, la transposition rabelaisienne fait sienne cette ambiguïté. Tout d'abord, Pantagruel, héros humaniste et bon géant, ne rougit pas de compter Geoffroy la Grand' Dent parmi ses ancêtres, même s'il est vrai que ce dernier est d'une branche relativement éloignée de la famille (« trouva que Geoffroy de Lusignan, dict Geoffroy à la grand dent, grand pere du beau cousin de la seur aisnée de la tante du gendre de l'oncle de la bruz de sa belle mere29... »).

  • 30 Ibidem.

21Enfin, il faut noter que malgré la peur et la réprobation inspirée par ces actes barbares, c'est une visite en forme d'hommage à la mémoire d'un illustre ancêtre dont s'acquitte le jeune Pantagruel (« Geoffroy de Lusignan [...] estoit enterré à Maillezays, dont prins un jour campos pour le visiter comme homme de bien30 »). Bien sûr, une fois à Maillezais et mis en présence de la statue de Geoffroy la Grand'Dent, Pantagruel éprouve de la frayeur, « voyant sa pourtraicture, car il y est en image comme d'un homme furieux, tirant à demy son grand malchus de saguaine ». Néanmoins, il refuse de cautionner une version de l'histoire qui pourrait mettre en doute l'honneur du personnage. Alors qu'il interroge les chanoines de Maillezais sur les raisons d'une allure si furieuse, il ne se satisfait pas de leur explication qui met cette expression redoutable au compte des peintres et des poètes, lesquels ont « liberté de paindre à leur plaisir ce qu'ilz veullent ». Au contraire, le géant fait l'hypothèse que la mine redoutable gravée dans la pierre est une forme de message posthume adressé par Geoffroy la Grand'Dent à ses descendants :

  • 31 Ibid.

« Mais il ne se contenta de leur responce, et dist : 'Il n'est ainsi painct sans cause. Et me doubte que à sa mort on luy a faict quelque tort, duquel il demande vengeance à ses parens. Je m'en enquesteray plus à plein et en feray ce que de raison31.' »

  • 32 C'est là encore un écho des réhabilitations pratiquées par Jean d'Arras et Coudrette, que souligne (...)
  • 33 Vers cités par M. Szkilnik dans son article (cf. n. 28).

22L'imagination romanesque du héros rabelaisien a donc pris le relais de la légende accréditée, en l'assaisonnant d'un peu de sel, entretenant devant le portrait une sorte de rêverie sur les causes émotionnelles qui rendent la statue si effrayante. Tout va dans le sens d'une réhabilitation32 : il faut venger Geoffroy la Grand'Dent. Soulignons que la rencontre avec un message du spectre, en quelque sorte, est d'autant plus imaginaire que l'emplacement du tombeau lui-même est une invention romanesque de Coudrette (v. 5844- 4633) reprise par Rabelais (il y avait bien à Maillezais un cénotaphe, mais le tombeau proprement dit se trouve en fait dans l'église de Vouvant).

23D'autre part, même si Geoffroy la Grand'Dent n'est pas présenté dans l'univers rabelaisien comme un bâtisseur (contrairement à sa mère Mélusine), Rabelais sait qu'il est souvent montré comme un bienfaisant repenti dans les récits qui l'évoquent : après avoir obtenu le pardon pontifical, il dota généreusement Maillezais et fit rebâtir ce qu'il avait détruit- il aurait même fait don aux moines de ses pigeons de l'Hermenault !

24En choisissant de Maillezais l'anti-héros par excellence, le nouvel antihéros Rabelais entretient sans doute ironiquement sa propre légende noire, celle d'un personnage qui ne fit pas honneur à l'histoire de Maillezais en rejetant le froc qu'on lui avait offert lorsqu'il avait eu besoin d'un refuge, mais qui bénéficia ensuite du pardon romain, et resta en très bons termes avec les autorités du lieu — faisant des dons de graines de salades depuis Rome.

25Cette simple hypothèse en appelle une autre. Dans le Quart Livre, paru en 1548 et 1552, Rabelais rappelle la légende de Mélusine, fée bâtisseuse dont il cite les ouvrages construits en Poitou :

  • 34 Ch. XXXVIII, p. 628.

« Visitez Lusignan, Partenay, Vovant, Mervant, et Ponzauges en Poictou. Là trouverrez tesmoings vieulx de renom et de la bonne forge, les quelz vous jureront sus le braz sainct Rigomé, que Mellusine leur premiere fondatrice avoit corps foeminin jusques aux boursavitz, et que le reste en bas estoit andouille serpentine, ou bien serpent andouillicque. Elle toutesfoys avoit alleures braves et guallantes34 ».

26Le fait que Geoffroy la Grand' Dent soit dans la légende l'un des fils les plus fameux de la fée bâtisseuse dont le Poitou s'enorgueillit et la coïncidence de prénom avec Geoffroy d'Estissac attirent notre attention sur le fait que l'évocation de Geoffroy la Grand' Dent serait peut-être pour Rabelais une manière de rendre hommage implicitement et de manière inattendue - par une figure repoussoir - à l'œuvre de Geoffroy d'Estissac, assurément bâtisseur, pas seulement à Maillezais, mais dans tout le Poitou.

27Cette hypothèse est confortée par les toponymes présents dans le chapitre qui met en scène Geoffroy la Grand' Dent. Pour visiter le tombeau de son ancêtre, Pantagruel passe par des lieux attachés spécifiquement à d'Estissac :

  • 35 Pantagruel, ch. V, p. 230 ; les additions de 1542 qui n'étaient pas présentes dans la version de 1 (...)

« Et partant de Poictiers avecques aulcuns de ses compaignons, passèrent par Legugé, visitant le noble Ardillon abbé, par Lusignan, par Sansay, par Celles, [par sainct Lygaire] par Colonges, par Fontenay le conte, saluant le docte Tiraqueau, et de là arriverent à Maillezays35 [...] »

  • 36 Voir à ce sujet les explications données par R. Lévesque dans l'article du présent recueil. Certes (...)

28Nous savons que l'évêque de Maillezais est aussi prieur de Ligugé ; Sanxay, dans le canton de Lusignan, est la propriété de Geoffroy d'Estissac qui en est le seigneur ; à Celles-sur-Belle, Geoffroy d'Estissac est l'abbé de Notre-Dame de Celles. Les lieux cités dans l'édition de 1532 sont réellement en rapport avec l'activité ecclésiastique ou privée de l'ami de Maillezais. Coulonges, dans le canton de Niort, abrite un château appartenant à d'Estissac, dans lequel ce dernier apportera de nombreux aménagements architecturaux remarquables. Fontenay-le-Comte, enfin, dernier détour avant de gagner Maillezais, est la capitale littéraire et artistique du Poitou de l'époque, la capitale administrative du Bas Poitou, et le lieu de l'apprentissage monastique qui mena le jeune Rabelais vers Maillezais. Le cas de Saint-Liguaire mérite commentaire : connu à l'époque pour sa carrière de pierre, l'endroit, situé près de Niort, est le lieu où Geoffroy d'Estissac commandera les pierres destinées à confectionner le chœur de Maillezais36. La mention de Saint-Liguaire disparaît en 1542 lorsque le récit n'est plus tourné exclusivement vers la figure de l'évêque de Maillezais, mais qu'il intègre d'autres amis, l'abbé Ardillon et le savant juriste Tiraqueau. Au vu de ces remarques et des variantes d'une décennie à l'autre, il ne paraît pas téméraire de reconnaître que l'évocation de Maillezais est bien l'occasion d'un massif et chaleureux hommage à Geoffroy d'Estissac. Hommage paradoxal, passant par une figure controversée et repoussante ayant hanté les lieux quelques siècles plus tôt avec le même prénom, mais hommage indéniable, les toponymes en font foi.

29Le séjour à Maillezais marque Rabelais au-delà des simples limites chronologiques de son passage physique en tant que bénédictin : il conserve une amitié précieuse et solide avec l'évêque qu'il a connu alors, et demandera ensuite à être rétabli dans l'ordre de Saint-Benoît. Maillezais, sans être nécessairement citée de manière explicite, imprègne et inspire la première œuvre romanesque de Rabelais, car des motifs fondamentaux qui en constituent l'ossature fictive (en l'occurrence la généalogie du héros) sont directement issus du site et de sa légende. Les noms de saint Rigomer, de saint Goderan, personnages fondateurs du site, ne sont pas oubliés par Rabelais qui les met dans la bouche de frère Jean. Jusqu'au Cinquiesme Livre la présence de Maillezais se manifeste par des résurgences — noms de lieux le plus souvent - qui laissent supposer que certains passages du dernier livre auraient été rédigés dès le séjour poitevin de l'auteur. Ces constats ont leur intérêt littéraire, car ils autorisent la critique à affirmer que le Cinquiesme Livre est effectivement authentique. La trame mallacéenne garantirait alors l'authenticité de l'œuvre.

30Cependant, Maillezais subit un traitement à part dans l'œuvre car pour « inventer » Maillezais, Rabelais mêle la transposition d'une expérience vécue intensément (mention de lieux réels et de personnes effectivement rencontrées) à une ré-appropriation de l'histoire du site, elle-même envisagée d'après son traitement romanesque - préférée à la version historique.

31Cette version romanesque est de plus revisitée par Rabelais, qui se réapproprie ainsi la légende même du lieu. Nouveau conteur de Maillezais, Rabelais venge Geoffroy la Grand' Dent plusieurs siècles plus tard des injustices de la chronique.

  • 37 Non seulement l'auteur a ainsi la garantie qu'elle n'attirera guère l'attention des censeurs, mais (...)

32Mais s'agit-il réellement de venger Geoffroy la Grand' Dent ? L'histoire du seigneur de Lusignan, déjà ancienne et entrée depuis bien longtemps dans le fonds folklorique poitevin, ne déclenche plus les passions au xvie siècle. La virulence des prises de position du xiiie siècle est retombée, et il importe peu au lecteur de la Renaissance de savoir si Geoffroy la Grand' Dent était bon ou mauvais. Il est bien dans la manière rabelaisienne d'emprunter ainsi une histoire polémique mais dépassée, donc désormais inoffensive37, pour insérer discrètement, à mots couverts, la défense d'un cas bien actuel et franchement piquant, celui du nouveau Geoffroy de Maillezais, auquel il serait sans doute dangereux de rendre hommage trop explicitement, car cela équivaudrait à faire ouvertement les louanges de l'évangélisme.

33L'évêque, qui sait lire entre les lignes et reconnaître les allusions, admira certainement l'habileté de cette facétieuse confusion des « Geoffroy » dans l'œuvre de son protégé.

Notes

1 Arcere (L.-E.), Histoire de la ville de La Rochelle et du pays d'Aunis [1756-57], rééd. Marseille, J. Laffitte, 1975,t.I, p. 237-238 ; dans cette citation et la suivante, nous soulignons le vocabulaire dépréciatif.

2 Arnauld (Ch.), Histoire de Maillezais, depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, Paris-Niort, Dumoulin et Robin, 1840 (Bibliothèque poitevine, IV) ch. XII, p. 234-245. Ch. Arnauld était correspondant du ministère de l'instruction publique pour les travaux historiques.

3 Voir la lettre de Rabelais à G. Budé, reproduite et traduite dans Rabelais, Œuvres complètes, éd. M. Huchon et Fr. Moreau, Paris, Gallimard, 1994 (Pléiade), p. 993-997. Toutes les références aux textes de Rabelais seront empruntées à cette édition.

4 R. Cooper rappelle cependant que l'on n'a retrouvé à ce jour aucune preuve de ces confiscations (voir « Rabelais et l'Église », dans Litterae in tempore belli. Études sur les relations littéraires italo-fran- çaises pendant les guerres d'Italie, Genève, Droz, 1997, p. 349-356).

5 En 1524, un induit du pape Clément VII régularise la situation de Rabelais en lui permettant d'entrer dans l'ordre de Saint Benoît : voir Brochet (L.), Le Canton de Maillezais à travers l'histoire, Fontenay-le-Comte, Imprimerie C. Claireaux, 1900, p. 39.

6 Voir Arnauld (Ch.), op. cit. n. 2, p. 234-245. Le fait que l'évêque ait été nommé par le roi et non par le pape est un motif de méfiance pour l'historien qui déplore la perte de l'indépendance de l'église : « les jours mauvais arrivèrent pour l'église [...] tout était changé, plus de réunions au chapitre, plus de voix à donner ». Ch. Arnauld cite, à charge, le Dictionnaire ecclésiastique du père Richard, qui dit ceci : « l'évêque d'Estissac fut soupçonné par quelques-unes de pencher en faveur des idées révolutionnaires qui surgirent tout à coup dans la tête d'un moine nommé Martin Luther, et se répandirent sur le sol de la France avec une incroyable rapidité. » (p. 236).

7 « Godefridus d'Estissac ex nobili familia Aquitaniae prognatus, patre Johanne domino d'Estissac qui Carolo Aquitaniae duci regis Ludovici XI. » (Gallia Christiana, t. II, Ecclesia Malleacensis, p. 1363- 1403, citation de la p. 1376, § XIX).

8 Delhommeau (L.), Notes et documents pour servir à l'histoire de l'évêché de Maillezais 1317-1648 (1666), Luçon, 1965, p. IV-IX.

9 Delhommeau (L.), op. cit. n. 8, p. 42.

10 Cet aspect fait l'objet de l'article de Richard Lévesque dans le présent recueil : nous y renvoyons pour plus de détails.

11 Citons entre autres Antonioli (R.), Rabelais et la médecine, Genève, Droz, Études rabelaisiennes XII, 1976, ch. I, p. 3-17, mais aussi les développements de Plattard (J.) dans L'Adolescence de Rabelais en Poitou (Paris, Les Belles Lettres, 1923) et de Lazard (M.) dans Rabelais, l'humaniste (Paris, Hachette, 1992).

12 C'est Jean Bouchet justement qui constate en 1527 que Rabelais se voit conférer des bénéfices par Geoffroy d'Estissac. Cette information laisse supposer, selon R. Cooper, qu'au moment de son départ de Fontenay-le-Comte, Rabelais aurait sollicité de Clément VII non seulement l'autorisation de changer d'ordre, mais aussi une dispense bénéficale. La faveur de Geoffroy d'Estissac lui donnait en effet l'espoir de se voir conférer des bénéfices (Cooper (R.), Rabelais et l'Italie, Genève, Droz, Études rabelaisiennes XXIV, 1991, p. 80).

13 Paris, Bibliothèque Mazarine, ms. 4404, fol. 192 : « Supplique de François Rabelais, prêtre, au pape Paul III pour l'absolution des peines ecclésiastiques qu'il a encourues en quittant, en habit de séculier, et sans la permission de ses supérieurs, le monastère de Maillezais ».

14 Ces deux raisons, ainsi que l'hypothèse de l'accord préalable de Geoffroy d'Estissac, sont développées par Cooper (R.), op. cit. n. 12, p. 81.

15 Epître-dédicace des Aphorismes d'Hippocrate, Lyon, S. Gryphe, 1532 ; trad. Moreau (Fr.), dans Rabelais, Œuvres complètes, éd. cit. n. 3, p. 985.

16 Au sujet des démarches de Rabelais auprès du pape pour obtenir l'absolution de son apostasie, on pourra consulter les articles suivants : Boulenger (J.), « La Supplicatio pro apostasia et le bref de 1536 », Revue des Études Rabelaisiennes, II, 1904, p. 110-134, et Lesellier (J.), « L'Absolution de Rabelais en cour de Rome, ses circonstances, ses résultats », Humanisme et Renaissance, III, 1936, p. 237-270. R. Cooper, enfin, fait le point sur cette question dans Rabelais et l'Italie, op. cit. n. 12, p. 79 sq. et p. 225 sq. Les démarches sont couronnées de succès, et le 17 janvier 1536 à Rome, paraît un « Bref du pape Paul III qui absout François Rabelais, prêtre, des peines ecclésiastiques qu'il a encourues en quittant le couvent de Maillezais et lui permet d'entrer dans un autre couvent de l'Ordre de Saint Benoît » (Paris, Bibliothèque Mazarine, ms. 404, fol. 193).

17 François Rabelais, Lettres d'Italie, dans Œuvres complètes, éd. cit. n. 3, p. 1 000-1001.

18 R. Cooper note que les sources d'information de Rabelais étaient sans doute les canards et bulletins d'informations romains (Rabelais ne bénéficie pas d'informations particulièrement privilégiées ou secrètes, mais lit ce qui circule et ce qui se publie). Les nouvelles qu'il rapporte à Geoffroy d'Estissac sont par conséquent parfois approximatives et déjà anciennes (Rabelais et l'Italie, op. cit. n. 12, p. 33-44).

19 Rabelais, éd. cit. n. 3, p. 1005.

20 Ibidem, p. 1001.

21 De plus amples développements illustrant la question d'un « Rabelais partisan » sont à lire dans Cooper (R.), op. cit. n. 12, p. 44-47.

22 L'idée que Rabelais tire parti de cet aspect économique de Maillezais est développée par M.-L. Demonet dans « L'Essence du Quint Livre », dans Le Cinquiesme Livre, Actes du colloque de Rome (16-19 octobre 1998), études réunies par F. Giacone, Genève, Droz, Études rabelaisiennes XL, 2001, p. 227-241 (p. 240). Il serait question, du Pantagruel au Cinquiesme Livre (du petit diablotin à l'Isle Sonante), une continuité de la mythologie saline.

23 Voir à ce sujet les contributions, dans le présent recueil, de Y. Suire et de J.-L. Sarrazin, que je remercie ici pour les éclaircissements précieux qu'ils m'ont fournis.

24 De plus, s'il est vrai, comme l'écrit M.-L. Demonet, que « la région servira ensuite de limite à l'exemption de la gabelle », ce sera bien après le départ de Rabelais, voire après sa mort et il paraît donc délicat d'en tirer argument. Alors que François Ier avait établi en 1542 sur le sel du Poitou un impôt si pesant que les officiers qui devaient le percevoir opprimaient le peuple, Henri II supprima en 1549 par lettre patente toute gabelle à sel, magasins, greniers et officiers institués pour leur administration. Cependant, pour la suppression de la gabelle dans le Poitou, le diocèse de Maillezais dut payer 5240 livres, à quoi s'ajoutèrent 290 livres pour les poursuites qui avaient été faites ; le tiers état dut en payer les deux tiers, et la noblesse un tiers. Ensuite, par lettres patentes du 11 décembre 1553, l'évêché de Maillezais, pour se racheter du quart et demi de sel qui appartenait au roi dans le Poitou, fut condamné à payer 7568 livres 1 sou 4 deniers (Voir Lacurie (A.), Histoire de l'abbaye de Maillezais depuis sa fondation jusqu'à nos jours, Fontenay-le-Comte, Edmond Fillon, 1852, n. CVIII, p. 409-415). Cette somme dut être prise sur tous les ecclésiastiques tant réguliers que séculiers. L'évêque de Maillezais eut un rôle de premier plan dans cette affaire ; cependant, Rabelais n'était déjà plus de ce monde.

25 Voir à ce sujet l'article de G. Pon qui donne tous les détails susceptibles d'éclairer cette affaire et propose une traduction du texte de la Devastatio : « La dévastation de l'abbaye de Maillezais (v. 1225-1232) par Geoffroy II de Lusignan, dit Geoffroy à la Grand' Dent », Mémoires de la Société des Antiquaires de l'Ouest, 5e série, t. XII, 1998, p. 223-311. Les faits sont également rapportés dans Gallia Christiana, op. cit. n. 7, p. 1368.

26 Charles Farcinet tente de faire toute la lumière sur l'énigmatique Geoffroy la Grand' Dent au fil de plusieurs articles parus dans la Revue du Bas Poitou en 1894 et 1895 : « Une curieuse médaille de Geoffroy la Grand' Dent et l'ancienne famille de Lusignan », Revue du Bas Poitou, VII, 1894, p. 15- 24 ; « Deux anciens portraits de Geoffroy la Grand' Dent », ibidem, p. 408-440 ; « Un dernier mot et quelques documents sur Geoffroy de Lusignan dit la Grand' Dent ancien seigneur de Vouvent, Mervent et Fontenay-le-Comte », Revue du Bas Poitou, VIII, 1895, p. 42-57 et p. 250-251 (résumé et notice bibliographique). Le dernier article cité, « Un dernier mot... », aboutissement des recherches menées à bien dans les précédents, nous a été précieux pour établir l'état civil de Geoffroy la Grand'Dent. C. Farcinet présente un bilan similaire dans « Les anciens sires de Lusignan, Geoffroy la Grand' Dent et les comtes de la Marche » (Recherches Historiques sur le Moyen Age en Poitou, 1897, p. 56-78). Il faut également citer une contribution du Comte de Marsy (« Petits problèmes relatifs à Mélusine et à Geoffroy la Grand' Dent », Revue du Bas Poitou, VIII, 1895, p. 494-501).

27 Pantagruel, ch. XXX, p. 324 ; il est cité parmi d'autres héros militaires fictifs et réels.

28 Le cas est manifeste dans un roman de chevalerie à succès ayant connu plusieurs rééditions au xvie siècle : Les gestes, faits et nobles conquestes du hardy et redouté chevalier Goeffroy à la Grand' Dent, Seigneur de Lusignan et fils de Raymondin et Mélusine, Comte et Comtesse dudit Lusignan ; Bonfons publie ce texte en 1547 ; il est repris à Lyon chez Arnoullet en 1549. Il existe une édition plus ancienne donnée chez J. Trepperel à Paris, sans date, mais forcément antérieure à 1547, puisque le second Jehan Trepperel a cessé d'imprimer vers cette date. Rabelais a peut-être eu connaissance de cette édition précoce qui correspondrait davantage à l'époque de la rédaction du Pantagruel. Quoi qu'il en soit, il ne pouvait pas méconnaître cette version de la légende, semble-t-il très répandue jusqu'en 1630. Dans l'édition de 1549 que nous avons consultée, Geoffroy, victorieux combattant des croisades, apprend par une missive que son frère s'est fait moine à « Maillères », et, très courroucé, il rentre précipitamment s'en prendre aux frères et au prieur. Il brûle l'abbaye mais se reprend immédiatement et gémit beaucoup. Après d'autres combats et de nombreux exploits, il ira chercher sa repentance à Rome, puis fera un pèlerinage ; de nombreux dons à l'abbaye lui font gagner le pardon des moines. Cette version de l'histoire est la reprise, presque mot pour mot, du Roman de Mélusine écrit par Coudrette en 1401. Ce n'est pas ici le lieu d'entrer dans le détail, car l'article de Michelle Szkilnik, dans le présent ouvrage, s'en charge consciencieusement. Retenons simplement que les versions romanesques de l'histoire (celle de Jean D'arras comme celle de Coudrette) mettent toujours l'accent sur le rachat de Geoffroy, qui s'amende après avoir tout détruit.

29 Pantagruel, ch. V, p. 230.

30 Ibidem.

31 Ibid.

32 C'est là encore un écho des réhabilitations pratiquées par Jean d'Arras et Coudrette, que souligne si clairement M. Szkilnik (art. cit. n. 28).

33 Vers cités par M. Szkilnik dans son article (cf. n. 28).

34 Ch. XXXVIII, p. 628.

35 Pantagruel, ch. V, p. 230 ; les additions de 1542 qui n'étaient pas présentes dans la version de 1532 figurent en romain ; le texte entre crochets était dans la version de 1532, mais disparaît en 1542.

36 Voir à ce sujet les explications données par R. Lévesque dans l'article du présent recueil. Certes la mention de Saint-Liguaire par Rabelais date de 1532, alors que la commande de l'évêque est passée en 1536, mais il apparaît indubitable que les travaux ont été entrepris dès le début des années 1530 par Geoffroy d'Estissac. Vraisemblablement, pour des raisons qui tiennent autant à la qualité de la pierre qu'à l'aspect pratique de son transport fluvial jusqu'au port de Maillezais (voir à ce sujet la contribution de Nicolas Faucherre, dans le présent recueil), la carrière de Saint-Liguaire avait dû être envisagée très tôt comme le lieu idéal pour se procurer les pierres. Je saisis l'occasion de cette remarque pour exprimer mes remerciements à R. Lévesque ainsi qu'à N. Faucherre, pour l'intérêt qu'ils ont porté à mes hypothèses et pour les éclaircissements qu'ils m'ont apportés.

37 Non seulement l'auteur a ainsi la garantie qu'elle n'attirera guère l'attention des censeurs, mais il se protège doublement en ne la réhabilitant pas totalement : Pantagruel dit qu'il le fera, mais la fiction ne développe pas cette possibilité.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540