Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'abbaye de Maillezais

 | 
Mathias Tranchant
, 
Cécile Treffort

1re partie. Maillezais, centre de culture écrite

Maillezais, un lieu de mémoire dans les romans français de Mélusine

Michelle Szkilnik

Texte intégral

« En ceste partie dit l'ystoire que Gieffroy [...] prist du feu a une lampe en l'eglise et bouta le feu au feurre. La busche s'esprist. La peuissiez oïr et veoir grant pitié, car, si tost que les moines sentirent le feu, ilz commencierent a faire piteux criz et très amers et doulereux plains ; mais ce ne leur vault riens [...]. Tous les moines furent ars, et bien la moitié de l'abbaye, avant que Gieffroy se partist de la. » (Jean d'Arras, 251).

  • 1 Cette édition ne comporte pas de date. On pense toutefois qu'elle a été produite entre 1495 et 150 (...)

1Telle est la manière dont Jean d'Arras décrit l'incendie de l'abbaye de Maillezais dans son Roman de Mélusine. Cette scène est illustrée de manière particulièrement dramatique dans l'imprimé 567 du musée Dobrée à Nantes, c'est-à-dire l'édition de Jean le Petit, publiée à Paris à la fin du xve siècle1. On voit Geoffroy, reconnaissable à sa grande dent, devant l'abbaye. Il tient une torche dans chaque main et contemple le spectacle de l'abbaye en feu, tandis qu'aux fenêtres et devant la porte, des moines joignent les mains ou dans leur désespoir, lèvent les bras au ciel (fig. 1).

  • 2 Sur ce point et sur toutes les allusions historiques que peuvent contenir les romans de Mélusine, (...)

2Le drame a un fondement historique : au xiiie siècle, un Geoffroy de Lusignan qui revendiquait un certain nombre de privilèges sur l'abbaye de Maillezais eut maille à partir avec le père abbé. Ce dernier alla se plaindre des exactions du seigneur poitevin auprès du Pape. Furieux, Geoffroy tua plusieurs moines et fit incendier l'abbaye. Il fut frappé d'excommunication et dut se rendre au Saint-Siège pour se faire absoudre2. Les auteurs qui ont raconté l'histoire de Mélusine et de la famille des Lusignan ont habilement exploité la querelle historique en lui réservant un rôle essentiel dans le déroulement du récit.

3Fig. 1 — Geoffroy la Grand'Dent met le feu à l'abbaye Nantes, Musée Dobrée, Imp. 567, cahier P III verso (cliché E. Cochard)

  • 3 La version de Jean d'Arras a été éditée par Stouff (L.), Dijon, Publications de l'université de Di (...)
  • 4 C'est finalement à Jean Larchevêque, fils de Guillaume, que Coudrette offre son roman, son premier (...)
  • 5 Sur ce point, voir Delavigne (A.-H.), « l'adaptation danoise de la Mélusine de Thüring de Ringolti (...)

4Il existe en français deux romans de Mélusine. L'un, en prose, a été écrit par Jean d'Arras pour Jean de Berry. Il était achevé en 1393. Le second, en vers, est l'œuvre de Coudrette3 qui le composa pour Guillaume Larchevêque, sire de Parthenay, au tout début du xve siècle4. L'histoire de Mélusine a connu une belle postérité : la version de Jean d'Arras est imprimée dès la fin du xve siècle, puis plusieurs fois sous des formes remaniées jusqu'à l'époque moderne. La version de Coudrette fut traduite dès le xve siècle en anglais et en allemand par Thüring von Ringoltingen. La version allemande fit elle-même l'objet d'une traduction en danois au xviie siècle5.

5Pourquoi et comment l'abbaye de Maillezais est-elle liée au destin de Mélusine ? Le scénario général est le même chez Jean d'Arras et chez Coudrette. Raymondin, qui a épousé Mélusine sur la promesse qu'il ne chercherait pas à la voir le samedi, connaît une vie heureuse et prospère. Son union a été largement bénie puisque huit fils lui sont nés (affectés pour certains, il est vrai, de tares un peu curieuses). Mais voici que son frère, étonné de voir sa belle-sœur disparaître tous les samedis, le pousse à aller l'épier. Raymondin découvre alors que ce jour-là, elle devient serpente de la taille aux pieds. Toutefois il ne révèle à personne ce qu'il a vu et Mélusine feint d'ignorer cette première transgression de l'interdit. Leur septième fils, Fromont, à la différence de ses frères, n'a pas de goût pour les expéditions militaires mais souhaite devenir moine. Il obtient de ses parents la permission de se retirer à l'abbaye de Maillezais. En apprenant cela, Geoffroy la Grand'Dent, sixième fils du couple, venu au monde avec une dent « qui lui yssoit hors de la bouche plus d'un pousse » (Jean d'Arras, 80), est pris d'une rage incontrôlable. Convaincu que les moines de Maillezais ont enchanté Fromont, il se rend à l'abbaye où il injurie les moines et leur promet une vengeance exemplaire. L'abbé se défend d'avoir exercé quelque influence sur Fromont et ce dernier intervient à son tour pour témoigner qu'il s'est rendu de son plein gré à l'abbaye. Geoffroy ne veut rien savoir, fait entasser du bois et de la paille autour de l'abbaye et y met le feu. Les cent moines, réfugiés dans l'église, périssent tous dans l'incendie, y compris Fromont. À peine a-t-il accompli son forfait que Geoffroy s'en repent. Averti, Raymondin se rend à l'abbaye, constate le drame, rentre à Lusignan où il s'abandonne à sa douleur. Quand Mélusine veut tenter de le consoler, il s'en prend violemment à elle en public et lui reproche d'avoir mis au monde des enfants monstrueux, ajoutant qu'on ne saurait rien attendre de mieux d'une femme-serpent. Le pacte est transgressé : en révélant publiquement la double nature de Mélusine, Raymondin a trahi son serment. Mélusine doit le quitter sur le champ, non sans regrets et larmes de part et d'autre. Raymondin, taraudé par le remords et le chagrin, se rend à Rome où il obtient le pardon du pape puis se retire dans un ermitage à Montserrat. Geoffroy, pardonné par son père et maître de Lusignan, promet de faire reconstruire Maillezais. Il se rend à son tour à Rome où le pape lui enjoint en effet de rebâtir l'abbaye. Il tient sa promesse et dote richement l'abbaye qui pourra désormais accueillir cent vingt moines, vingt de plus qu'à l'origine. Ils seront chargés de prier pour l'âme de Raymondin, de Mélusine et de leurs descendants.

6Conformément à la réalité historique, Geoffroy, on le voit, joue un rôle de premier plan dans l'affaire mais ce qui donne une importance considérable au drame, c'est que son acte de violence entraîne la catastrophe au centre du roman : la transgression du pacte, la disparition de Mélusine, et, à plus long terme, la déchéance de la famille. Du point de vue narratif, l'épisode constitue donc la péripétie capitale du roman et le souvenir de l'incendie hante à la fois son perpétrateur et les narrateurs des deux versions. De ce fait, Maillezais, que rien d'abord ne semble promettre à un destin bien remarquable, puisque Mélusine n'en est même pas la fondatrice, se trouve élevé au rang de lieu de mémoire particulier pour les Lusignan, lieu de violence et lieu d'expiation où se joue le salut éternel de la famille.

  • 6 Le père de Raymondin, sénéchal du roi des Bretons, avait été chassé de ses terres à la suite d'un (...)
  • 7 Coudrette (op. cit. n. 3), v. 2850.
  • 8 Coudrette (op. cit. n. 3), v. 3638 et v. 3649.

7Les allusions au monastère de Maillezais sont nombreuses dans les deux versions françaises du roman de Mélusine. Au détour d'une phrase, un adjectif élogieux semble proposer une image positive de l'abbaye. Au retour de Bretagne où il est allé corriger l'injustice qui avait été commise à l'égard de son père6, Raymondin arrive à « une ancienne abbaye, grande et grosse durement, qui estoit appellee Malezés, et avoit par my l'abbaye cent moynes sans les convers ». Raymondin y séjourne trois jours « pour la plaisance qu'il prist ou lieu » et dote l'abbaye « de beaulx joyaulx » (Jean d'Arras, 76). Cette première mention de Maillezais dans le roman de Jean d'Arras insiste sur l'aspect vénérable et riche du lieu et établit un lien privilégié entre la famille des Lusignan et l'abbaye. Chez Coudrette, le moûtier est qualifié de beau à deux reprises ; la première fois, quand Fromont demande à ses parents l'autorisation de s'y faire moine7 ; la seconde, lorsque Geoffroy, ayant incendié l'abbaye, se lamente sur le geste inconsidéré qu'il vient de commettre. À cette occasion les moines sont également loués comme de « bons religieux8 ».

  • 9 Coudrette (op. cit. n. 3), v. 1399-1400 ; Jean D'arras (op. cit. n. 3), p. 78. Ce dernier signale (...)
  • 10 Jean D'arras (op. cit. n. 3), p. 145.
  • 11 Sauf dans la version allemande de Thüring qui a sans doute mal compris Coudrette et attribue à la (...)

8L'abbaye de Maillezais n'est pas le seul établissement religieux dont il soit question dans les deux romans : on y rencontre bien d'autres églises et abbayes. Presque toutes ont été fondées par cette grande bâtisseuse qu'est Mélusine. À la naissance de son fils Eudes, par exemple, elle fait construire Saint-Maixent et l'abbaye de Notre-Dame qui s'y trouve9. Plus tard elle fonde le moûtier de Notre-Dame à Lusignan, pour célébrer les victoires de ses fils en Orient. Puis « par tout Poitou, a sa devise/Fonda pour lors mainte autre eglise » (Coudrette, v. 1901-190310). Or Maillezais ne fait pas partie des fondations de Mélusine11. En revanche, elle sera reconstruite par les Lusignan. Mélusine l'annonce du reste elle-même juste avant de disparaître :

« Nous avons assez, Dieu mercy, pour faire refaire l'abbaye meilleur qu'elle ne fut oncques, et renter mieulx et plus richement, et y mettre plus de moines qu'il n'y ot onques » (Jean d'Arras, 255).

9Il s'agit d'une re-fondation qui fera de l'abbaye un lieu encore plus beau qu'autrefois. De ce point de vue, le texte de Coudrette, plus long, est aussi plus explicite. Le jeu sur les préfixes des- et re- met en évidence le travail de restauration auquel se livrera Geoffroy, après avoir accompli son œuvre destructrice :

« Se Gieffroy les a touz destruis, [= les moines]
Par lui même seront restruis :
Plus beau monstier il fera fere
Que celui qu'il a fait deffere.
Et l'abbaye restaurera ;
Pluseurs moynes y fondera,
Voire, trop plus que n'y ot onques,
Qui seront bonnes gens adoncques
Et prïeront pour la lignie
Que l'eglise a rediffiee.
Le lieu sera trop plus plaisant
Assez qu'il n'estoyt au devant ».
(Coudrette, v. 4025-4036).

10L'abbaye devait-elle être brûlée pour renaître plus belle, purifiée ? On verra que, chez Coudrette en particulier, les allusions à la mauvaise vie des moines soutiennent cette interprétation. L'important pour le moment, c'est que, du fait de cette re-fondation, Maillezais vient orner le manteau d'églises dont Mélusine a couvert la région. L'antique abbaye qui avait accueilli Raymondin a disparu ; la nouvelle appartient aux Lusignan. Mais c'est Geoffroy et non Mélusine qui restaure Maillezais. Dans cette passation de fonctions, la mère fondatrice est habilement exclue. L'abbaye, à la différence de ses rivales, ne devra son nouveau prestige et sa nouvelle puissance qu'à un homme.

  • 12 On notera qu'il reprend exactement les mots de sa mère.
  • 13 Jean D'arras (op. cit. n. 3), p. 275 : « Et lui charja le pape de faire reffaire l'abbaye de Malle (...)

11Les deux romans évoquent à plusieurs reprises et quasiment dans les mêmes termes, la reconstruction à venir ou en cours de l'abbaye, comme pour insister sur l'espèce d'annexion que constitue la restauration. C'est d'abord Geoffroy qui, implorant la pitié de son père, s'engage à « refaire l'abbaye plus belle et plus riche qu'elle ne fut oncques » et à « renter. XX. moines plus qu'il n'y avoit ». (Jean d'Arras, 26912). Puis le pape lui ordonne de réaliser ce qu'il avait prévu de faire13. Enfin, on voit Geoffroy s'exécuter : il donne des ordres et de l'argent pour commencer les travaux alors qu'il s'apprête à partir en voyage :

« Gieffroy ordonna gens pour faire reffaire l'abbaye de Malleres, et leur assigna ou ilz prendroient la finance pour paier les ouvriers » (Jean d'Arras, 279).

12Les travaux sont achevés à son retour :

« Et fist Mallerez l'abbaye refaire plus grande et plus puissant qu'elle n'avoit esté devant, et y mist Gieffroy.vjxx. moines, et les renta bien, et furent ordonnez pour a tous temps prier pour l'ame de Remond, de Melusigne, et de tous leurs hoirs, et de ceulx qui d'eulx istront. Et se fist Gieffroy figurer a la porte, du hault et du grant de lui, et au plus prez que on le pot faire de sa semblance. » (Jean d'Arras, 294).

  • 14 Ce bois est utilisé à deux reprises dans l'imprimé : au cahier riiii verso et au cahier sii recto, (...)

13Dotés par Geoffroy, chargés de prier pour l'âme de Raymondin, de Mélusine et de leurs descendants, les nouveaux moines de Maillezais, plus nombreux que les anciens, - le texte souligne vigoureusement cet accroissement —, sont désormais tout acquis à la famille des Lusignan. La figure de Geoffroy qui surmonte la porte d'entrée est la marque tangible que l'abbaye est bien passée au pouvoir des Lusignan. Il n'est pas anodin que le texte signale la ressemblance de la statue : tout le monde doit pouvoir identifier sans erreur le fondateur de l'abbaye, même les générations à venir. Il n'était d'ailleurs pas difficile d'orner la sculpture d'un détail qui évoquerait immanquablement Geoffroy : une grande dent, comme une défense de sanglier. Dans les bois gravés de l'imprimé du musée Dobrée, Geoffroy est aisément reconnaissable grâce à cette particularité. La figure 2 par exemple le représente surveillant les travaux de reconstruction en compagnie d'un religieux et on remarque bien la dent qui lui sort de la bouche14.

14Coudrette, bien qu'il suive le même schéma que Jean d'Arras, amplifie considérablement les passages consacrés à la reconstruction de Maillezais. Comme on le verra plus loin, Maillezais occupe en effet une place plus importante dans le texte en vers.

15La scène où Geoffroy se présente devant son père pour lui demander pardon donne lieu à un échange assez long. Raymondin demande lui-même à son fils de faire reconstruire « l'abbaÿe/Et le beau lieu [qu'ila] destruiz/Et cent moines dedenz bruïz » (Coudrette, v. 5422-5424). Geoffroy s'engage à la restaurer rapidement et plus belle qu'elle n'était, à quoi Raymondin rétorque qu'on jugera sur pièces. De fait, quelques vers plus loin, Coudrette raconte comment Geoffroy s'exécute :

« Et Gieffroy fait mander adonc
Maçons de touz lez sans attendre ;
Ne lui chault qu'il doye despendre,
Car restorer veult l'abbaye
De Maillerés qu'avoit bruÿe.
Maçons de toutes pars y viennent,
Bien sont payez, contens se tiennent.
Reffaitte fut en un esté
Plus belle qu'oncques n'ot esté.
Ceulx qui de lui parler ouoyent,
En eulx moquant, de lui disoyent :
« Dont est ce preudomme venus ?
Regnart est moyne devenus !
Jamais ne cuidasse ce tour,
Li loups est devenu pastour »
(Coudrette v. 5557-5572).

Fig. 2 - Geoffroy la Grand'Dent surveille la reconstruction de l'abbaye Nantes, Musée Dobrée, Imp. 567, cahier RIIII verso (cliché E. Cochard)

  • 15 Coudrette (op. cit. n. 3), v. 5684-5706.

16À la version minimale du texte en prose répond un long développement qui souligne la spectaculaire métamorphose de Geoffroy et apporte par ailleurs des précisions : le temps qu'a duré la reconstruction, l'effort qu'elle a demandé puisqu'il a fallu faire venir des ouvriers de partout et dépenser sans compter. Dans le récit de Coudrette, le pèlerinage de Geoffroy à Rome prend place après la reconstruction de l'abbaye ; cela n'empêche pas Coudrette de rapporter en détail les injonctions du pape concernant Maillezais et la réponse de Geoffroy. Ce dernier apprend au Saint-père que la pénitence a déjà été en partie accomplie mais qu'il la complétera en dotant richement l'abbaye15. Enfin, la version en vers raconte l'établissement de cent vingt moines chargés de prier pour l'âme de Mélusine, de Raymondin et du lignage.

17À la différence de Jean d'Arras, Coudrette n'indique pas que Geoffroy a fait placer une statue de lui au-dessus de la porte. En revanche, par deux fois, il informe son lecteur que Geoffroy est enterré à Maillezais et qu'il est figuré sur sa tombe. L'information apparaît la première fois alors que Coudrette résume la destinée de tous les enfants de Mélusine. Il rappelle donc la mort de Fromont dans l'incendie de l'abbaye et enchaîne sur Geoffroy, comme si le nom de Fromont suscitait nécessairement celui de Maillezais, et le nom de l'abbaye, celui de Geoffroy :

« Car Mellusine le porta
Et tous en bien les enhorta ;
Et Froymont qui leur frere fu
Qu'a Maillerés fut ars en feus.
Encore y est enseveliz
Gieffroy le chevalier gentilz.
La gist Giejfroy et le repose,
Je l'ay veü, bien dire l'ose,
Pourtrait en une tombe en pierre ;
Dessoubz elle fu mis en terre. »
(Coudrette v. 5837-5846)

18Une seconde fois, Coudrette, rapportant les derniers moment de Geoffroy, indique qu'il a vu sa tombe à Maillezais. Il en profite pour rappeler que la reconstruction de l'abbaye est l'œuvre de Geoffroy :

« Puis ordonna son testament
Ouquel voult espicïalment,
Quant ot devisez touz ses laiz,
Qu'enterrez fut a Maillerés
Ou il avoit moult biau repaire,
Car de nouvel l'ot fait refaire.
Aussi comme il l'avoit destruite,
Fut par lui reffaite et restruite
De Maillerés la noble eglise.
La gist, la est sa tombe mise ;
Je l'ay veüe de mes yeulx. »
(Coudrette 6645-6655).

  • 16 Si c'est ainsi qu'il faut comprendre l'expression « pourtrait en une tombe en pierre ».

19Le témoignage répété de Coudrette garantit la vérité de toute l'histoire. Mieux encore que la statue, que Jean d'Arras ne prétend pas avoir vue, le gisant16 qu'a contemplé Coudrette lie de manière indissoluble l'abbaye de Maillezais à la famille des Lusignan, puisqu'il atteste la présence physique de Geoffroy. Par ailleurs, si la statue dominant l'entrée de l'abbaye chez Jean d'Arras témoignait finalement de l'orgueil de l'incendiaire, le gisant, dans sa position couchée, révèle au contraire une volonté d'humilité. Chez les deux auteurs, Maillezais est certes un lieu de mémoire mais ce ne sont pas exactement les mêmes réminiscences qui s'y attachent.

20La destruction de l'abbaye est bien évidemment présentée dans les deux textes comme un acte répréhensible, aux conséquences désastreuses et qui réclame donc réparation. Pourtant celui qui l'a perpétré, Geoffroy, est un personnage prestigieux et respecté, cela même avant son remarquable repentir. Chevalier d'une extrême violence mais aussi d'une extraordinaire vaillance, il pourfend les affreux géants qui terrorisaient la région de Guérande et le Northumberland ; chez Jean d'Arras, il se rend même en Orient où aux côtés de ses frères aînés, il massacre les Sarrasins. Devenu maître de Lusignan, il administre son domaine avec justice et sagesse et se fait aimer de ses sujets. L'accès de rage qui le conduit à brûler Maillezais ne serait-il donc pas le moyen choisi par la Providence pour châtier les moines de l'abbaye ? C'est précisément ce que dit Mélusine.

21Chez Jean d'Arras, la critique reste imprécise. Raymondin n'a pas encore prononcé les paroles fatidiques à l'encontre de sa femme et Mélusine cherche à le réconforter en usant de différents arguments : il faut accepter la volonté de Dieu ; tout coupable qu'il est, Geoffroy pourra s'amender ; on fera reconstruire l'abbaye. C'est au milieu de ces paroles d'apaisement que Mélusine fait allusion aux péchés des moines.

« Se Gieffroy, vostre filz, a fait son oultraige par son courage merveilleux et fort, sachiez que de certain c'est pour le pechié des moines, qui estoient de mauvaise vie et desordonnee ; et en a Nostre Seigneur voulu avoir la punicion, combien que cette chose soit incongnoissable quant a humaine creature, car les jugemens de Dieu sont si secrez que nul cuer mondain ne les puet comprendre en son entendement. » (Jean d'Arras, 255).

22Malgré le sachiez que de certain, la mauvaise vie des moines apparaît comme une hypothèse qui pourrait expliquer leur terrible sort. La concessive rappelant que les voies du Seigneur sont impénétrables atténue en effet la violence de la déclaration.

  • 17 Elle presse donc Raymondin de le faire mourir sous peine de grands désastres.

23Chez Coudrette, Mélusine est beaucoup plus affirmative. Ses accusations interviennent alors que Raymondin l'a déjà traitée publiquement de serpente. Elle cherche sans doute à justifier l'acte de son fils, mais plus encore, sur le point de quitter à jamais son mari et ses sujets, elle fait d'ultimes recommandations et des révélations concernant à la fois l'avenir et le passé : elle prédit la déchéance du lignage des Lusignan, dévoile la nature foncièrement mauvaise de son fils Orrible17, annonce la restauration de Maillezais, indique que sous sa forme de serpente elle reviendra voler autour de la forteresse de Lusignan chaque fois que celle-ci changera de maître. Les informations concernant les moines de Maillezais prennent donc place dans un développement à caractère prémonitoire qui garantit leur véridi- cité ; l'abbaye était un lieu de perdition et le châtiment qui s'est abattu sur elle est l'œuvre de Dieu :

« De dueil que tu as que Gieffroy
A ars les moynes par desray,
Saches que c'est puniction
Prinse sur la religion
De par Dieu, pource qu'ilz faisoient
Moult de choses qu'ilz devoyent
Ne de droit ne de raison faire ;
S'en a Dieu monstré l'exemplaire.
C'est de par Dieu qu'ilz sont bruÿs,
Touz mors, exiliez et destruys.
Moult y avoit de licheours
Et de faulx moynes pecheours,
Qui ne tenoyent point la vie
Ne l'ordre de leur abbaye.
Se ton fils est mort avec eulx,
N'en ayes marrison ne deulx ;
Tu sces qu'on dit communement :
« Pour un pecheurperissent cent »
Cent en a ars, et c'est le nombre
Sans l'abbé, que point je ne nombre,
Qui de touz eulx estoit le maistre ;
Sil en fut cause, bien puet estre. »
(Coudrette, v. 4003-4024).

  • 18 Le ton évoque aussi celui qu'adopte sa sœur Melior dans l'épisode du château de l'épervier (Coudet (...)

24Le ton est didactique. La longueur du passage, les impératifs (saches, n'en ayes), les tournures d'insistance (C'est de par Dieu, Moult de choses, Moult y avoit), les dénonciations claires et fortes (licheours, faulx moines pecheours), le recours à la sagesse populaire rappellent à Raymondin et aux lecteurs que Mélusine a accès à un savoir particulier qui a antérieurement prouvé sa valeur et son efficacité et qu'on doit donc là encore accepter18

25Aussi peu incisives qu'elles soient, les accusations contre les moines de Maillezais surprennent chez Jean d'Arras. Rien ne les a préparées. La première fois que le récit évoque la destruction de l'abbaye, au moment de la naissance de Fromont, c'est de manière très indirecte : [Fromont] « ama moult l'eglise, car bien le monstra a la fin, car il fu rendu moine a Malieres, dont il advint puis un grant et horrible meschief, ainsi com vos orrez cy avant en l'ystoire » (Jean d'Arras, 196).

  • 19 La scène de la réception de Fromont est illustrée dans l'imprimé 567 du musée Dobrée : on voit Ray (...)

26La décision de Fromont de se retirer à Maillezais fait l'objet d'un court paragraphe où Jean d'Arras se contente d'indiquer que Raymondin et Mélusine ont tous deux donné leur accord et que les moines de l'abbaye sont profondément réjouis de recevoir Fromont19. « Mais se lors orent joye de la venue Fromont, depuis en orent grief doulour », ajoute-t-il néanmoins (Jean d'Arras, 248). Toutefois, là encore, l'allusion à la catastrophe n'engage pas la responsabilité des moines. C'est Geoffroy qui le premier émet un jugement défavorable sur les religieux : il les traite de « lecheours » et les accuse d'avoir enchanté son frère pour attirer un riche pensionnaire (Jean d'Arras, 250). Comment cependant accepter sans réserve des accusations formulées sous le coup de la colère par un chevalier si violent qu'il finira par confondre dans sa rage les moines prétendument avides et le frère qu'il entendait sauver de leur concupiscence ? Rien dans l'attitude de l'abbé, de Fromont et des autres moines face à leur futur bourreau ne vient du reste confirmer les insinuations de Geoffroy. Tous les témoins s'accordent à dire que Geoffroy a été pris d'un accès de folie, de merancolie (Jean d'Arras, 252), dont les moines ont été victimes.

  • 20 Coudrette (op. cit. n. 3), resp. v. 2812, 2811.

27Chez Coudrette en revanche, la révélation finale de Mélusine est étayée par une scène longuement développée qui présente Maillezais sous un jour ambigu. Lorsque Fromont demande à son père la permission de se retirer à Maillezais, sa prière est loin de soulever l'enthousiasme : Raymondin est stupéfait (il s'en merveille), atterré (esperdu20). Sa première réaction est conforme à celle qu'éprouvera Geoffroy un peu plus tard :

« Moynes serés ? Il ne puet estre.
Ja, se Dieu plaist, ne serés prestre.
Un aultre ordre je vous donray :
Chevalier faire vous vouldray,
Ainsi que voz freres le sont. »
(Coudrette, v. 2819-2823).

Fig. 3 - Réception du jeune Fromont à l'abbaye de Maillezais Nantes, Musée Dobrée, Imp. 567, cahier P II (cliché E. Cochard)

  • 21 Coudrette (op. cit. n. 3), v. 1461 : il est « sage, soubtil et bien senez », v. 2798-2799 : « Mais (...)

28C'est l'état même de moine qui déplaît à Raymondin. Dans la première partie de l'épisode, il n'émet aucune critique contre Maillezais. Fromont, lui, défend sa position en affirmant vigoureusement son intention d'être moine dans cette abbaye précise. Comme la sagesse et la valeur du jeune homme ont été soulignées à diverses reprises21, sa ferme volonté de se retirer à Maillezais laisse penser qu'il s'agit d'un lieu vénérable. Mais la seconde partie de l'épisode introduit du nouveau. Ne sachant que répondre à son fils, Raymondin envoie un messager à Mélusine (qui est occupée à construire les tours jumelles de Niort) pour lui demander conseil. Mélusine répond qu'elle le laisse libre de la décision. Raymondin va donc essayer une fois encore de fléchir son fils en lui proposant non pas un autre état que celui de moine mais une autre abbaye, sous le prétexte que les moines de Maillezais sont testus (Coudrette, v. 2873). Il fait alors miroiter les avantages de Marmoustier et de Bourc de Dieu. Puis il propose à son fils d'être chanoine à Poitiers, ou à Saint-Martin de Tours, à Notre-Dame de Chartres ou de Paris. Il lui promet à terme une brillante position d'évêque. Ce sont sans doute des considérations de prestige qui le poussent à préférer la condition de chanoine et celle d'évêque. Mais on a aussi l'impression que tout lui paraîtrait préférable à Maillezais. Fromont décline toutes ses offres avec obstination, montrant par là qu'il est bien assorti aux moines testus qu'il entend rejoindre :

«... Je vueil estre moyne
De Maillierés, je vous dy bien.
Je ne veuil avoir autre bien
Jamais, a nul jour de ma vie,
Car j'ay celle place choisie. »
(Coudrette, v. 2898-2902).

  • 22 « Cilz lecheour,/Cilzfaulx moynes, cilz boiseour/Ont, par la sainte Trinité,/Mon frere Fromont enc (...)
  • 23 Sur le parallèle entre le père et le fils, tous deux associés par ailleurs au sanglier, voir Lucke (...)

29Aussi quand Geoffroy entre dans sa terrible fureur à l'annonce de la décision de son frère, ses insultes, plus étoffées que chez Jean d'Arras22, semblent-elles sinon justifiées, du moins plus compréhensibles. L'ardent désir de Fromont, qui a déjà paru incongru à son père et suscité ses réticences, ne peut qu'être suspect aux yeux de Geoffroy : Fromont est victime d'un charme23.

30Pourquoi Coudrette a-t-il jugé bon d'introduire cette réserve à l'égard de Maillezais ? Est-ce uniquement dans le but de justifier la tirade à venir de Mélusine ? Paradoxalement, il faut voir là, me semble-t-il, le désir de promouvoir Maillezais, de lui donner une importance que l'abbaye ne possède pas dans la version en prose. Chez Coudrette, bien plus nettement que chez Jean d'Arras, Maillezais est l'endroit où se trame le malheur des Lusignan mais où, aussi, se rachètent l'orgueil et la violence de Geoffroy. Ainsi s'explique la substitution du gisant à la statue. Lieu de perdition, théâtre d'un acte d'une cruauté inouïe, Maillezais a été lavé de ces souillures et est devenu un centre spirituel d'où s'élèvent des prières humbles et ferventes à l'image de la litanie sur laquelle se clôt le roman de Coudrette.

31Comment expliquer la différence d'accent d'une oeuvre à l'autre ? On peut alléguer, à mon avis, des impératifs narratifs liés à l'emploi du vers chez Coudrette, de la prose chez Jean d'Arras, ainsi que des considérations politiques.

  • 24 C'est Geoffroy II qui incendie l'abbaye de Maillezais.

32Ce qui frappe quand on compare la Mélusine de Jean d'Arras et celle de Coudrette, c'est que l'aventure de Raymondin et de Mélusine, qu'on est en droit de considérer comme le fondement de l'histoire, n'occupe pas, proportionnellement, le même espace dans l'une et l'autre version. Chez Jean d'Arras, on a l'impression que la donnée légendaire est simple prétexte à une grande fresque historique. À peine marié, par exemple, Raymondin part régler des problèmes de succession en Bretagne. Il va réclamer les terres dont son père avait été dépossédé à la suite d'une machination ourdie par des barons jaloux. L'épisode, absent du récit de Coudrette, est centré sur la prouesse de Raymondin et ses dêmélés avec l'ennemi de son père, Josselin de Pont Léon. Comme attendu, il contient de nombreuses descriptions de batailles. Or il couvre autant de pages que le récit de la jeunesse de Raymondin, de l'accident malheureux qui a causé la mort de son oncle, de la rencontre avec Mélusine et des avantages qui en ont résulté pour Raymondin. Qu'ap- porte-t-il à l'histoire elle-même ? Rien, sinon qu'en faisant de Raymondin le légitime seigneur du Guérandais et d'autres terres en Bretagne, Jean d'Arras rattache fermement ces territoires à la famille des Lusignan. Et c'est bien là son dessein : lier le plus de familles possibles à celle des Lusignan, montrer par conséquent l'influence de la famille dont il raconte l'origine. Cela explique l'importance que prennent les épisodes de croisade dans cette version par rapport à la version en vers. C'est uniquement chez Jean d'Arras que Geoffroy vient au secours de ses frères en Orient. Ce long passage où on voit Geoffroy se battre contre les Sarrasins n'a pas pour objet de raconter l'établissement d une branche des Lusignan dans quelque nouveau royaume mais d'auréoler de prestige Geoffroy, le chef de la branche principale des Lusignan. Il a au demeurant un fondement historique : Geoffroy de Lusignan (mort en 1216) avait en effet rejoint en Palestine ses frères Guy et Amaury24. De même, l'ultime voyage de Geoffroy et de ses jeunes frères au Luxembourg et en Allemagne, leur expédition contre l'Autriche introduisent de nouveaux épisodes de guerre inconnus de Coudrette, dont l'objet principal semble d'affirmer le pouvoir des Lusignan à l'est de l'Europe.

33On pourrait se demander si le destinataire du roman de Jean d'Arras, Jean de Berry, n'est pas, indirectement au moins, responsable de cette orientation du récit. Fils du roi Jean le Bon, duc de Berry et d'Auvergne, comte de Poitou, Jean de Berry entendait bien conserver la forteresse de Lusignan qu'il avait reconquise sur les Anglais. Pour ce faire, il devait affirmer sa parenté avec la fée, puisque selon la légende, la forteresse ne pourrait rester plus de trente ans aux mains de quelqu'un qui n'appartiendrait pas au lignage des Lusignan (Jean d'Arras, 308). En multipliant les aventures héroïques de Geoffroy, ce redoutable guerrier qui, du Northumberland à la Petite Arménie en passant par l'Autriche, était allé imposer sa justice aux quatre coins du monde, Jean d'Arras donnait une prestigieuse ascendance et une légitimité incontestable à son patron, lui-même fortement engagé dans la guerre de Cent Ans et dont les possessions poitevines restaient menacées par les Anglais. En d'autres termes, le haut rang et la stature militaire et politique du destinataire justifieraient la dimension plus internationale du récit de Jean d'Arras.

  • 25 Voir aussi p. 1 : « laquelle histoire j'ay commencé selon les vrayes coroniques que j'ai euez » ; (...)

34C'est sans doute aussi sa volonté de faire œuvre d'historien qui explique le décentrement que Jean d'Arras imprime au roman. Dans son prologue, il insiste à plusieurs reprises sur le caractère historique de son récit. Il prétend suivre des chroniques : « selon les chroniques que je cuide estre vrayes » (Jean d'Arras, 225). Il précise qu'il écrit en prose : « Et commencay ceste hystoire a mettre en prose le mercredi devant la saint Cleyment. » (Jean d'Arras, 1-2). L'histoire, dès le xiiie siècle, s'écrit en prose : Jean d'Arras le sait. S'il écrit à la gloire de son patron, il entend d'abord rédiger une chronique authentique. Il l'affirme encore fortement dans sa conclusion :

« Selon ce que j'ay trouvé et peu sentir des anciens autteurs, tant de Gervaise comme d'autres anciens autteurs et philosophes, je repute cette histoire et la cronique a estre vraye, et les choses faees. » (Jean d'Arras, 310).

35Et pour se défendre d'être crédule, il ajoute que c'est par manque de familiarité avec des coutumes ou des peuples étrangers qu'on est sceptique :

« car par hanter les diverses contrees et pays et nacions, et par lire les anciens livres et les entendre, congnoist on le vif et le vray des choses semblans increables. » (Jean d'Arras, 311).

36L'extension géographique de son récit serait donc un moyen d'en attester la vérité.

  • 26 Sur les motifs littéraires, voir le travail de Martin (J.-P.) au sujet des chansons de geste : Les (...)

37La version de Coudrette, à l'inverse, semble plus « régionale ». Est-ce parce qu'il travaillait pour Guillaume Larchevêque, seigneur de Parthenay ? Aussi respectable et bien alliée que fût la famille, elle ne pouvait pas se comparer à la famille royale elle-même. En tout état de cause, le récit en vers est davantage centré sur l'histoire de Raymondin et de Mélusine, davantage ancré dans le Poitou, et par conséquent Maillezais est mentionné plus souvent et plus longuement. De manière plus nette que Jean d'Arras, Coudrette fait de Maillezais un lieu de mémoire en développant autour de la destruction de l'abbaye un véritable motif de la déploration26 que le vers, mieux que la prose, fixe en des formules poétiques frappantes.

38Le thème résonne pour la première fois, et de manière prémonitoire, quand Coudrette évoque la naissance de Geoffroy :

« Cil occist les moines noirés
De l'abbaye de Maillierés
Dont son pere se courrouça
Et a Mellusigne tença
Et lui dist tant de villenie
Qu'il en perdy sa compaignie. »
(Coudrette, v. 1451-1456).

39Il renouvelle sa sinistre prédiction lorsqu'il décrit la joie des moines qui accueillent Fromont :

« Tous les moynes grant joyë orent
Et lui firent du mieulx qu'ilz porent,
Dont mal leur en advint depuis ;
Car ilz en furent tous destruis
De par Giejfroy a la Grant Dent,
Qui en fut au cuer si dolent
Et en ot si tres grant despit
Qu'a Maillerés vint sanz respit
Et ardit par grant desverie
Moynes, abbé et abbaye.
La dedens cent moynes ardi,
Ce fut a un jour de mardi,
Car Mars est le dieu de bataille.
Ilz furent ars, vaille que vaille. »
(Coudrette, v. 2915-2928).

40À ce point du récit, aucun impératif narratif n'obligeait Coudrette à élaborer le motif de l'incendie. On a plutôt le sentiment qu'il le traite sur le mode poétique avec les jeux de rimes et de sonorités entre Mars, ars, ardi, mardi. C'est de manière presque identique qu'il va décrire de nouveau la scène au moment où elle se produit :

« Le feu a prins, dedens le boute
En pou de temps ne vit on goute
Pour la fumee qui la fu
Et quant esprins fu fort le feu,
Dedens l'abbaye se prent :
Le feu dedens l'esglise esprent,
La touz les moines attrappa,
Oncques un seul n'en eschappa.
L'abbé et cent moynes ardy,
Trestous a ce jour de mardy ;
Tant en ardi leans par compte
A grant doulour et a grant honte.
Et la plus grant part de l'abbaye
Fut par lui destruite et bruÿe,
N'en demoura un moyne seul ;
Ars furent a honte et a deul. »
(Coudrette, v. 3619-3634).

41Les vers 3627 et 3628 reprennent quasiment mot à mot les vers 2925 et 2926. On notera dans ce passage aussi les savants jeux de sonorités : fu, feu qui désigne l'incendie mais est aussi la forme de troisième personne du passé simple du verbe être ; la répétition du son ar dans ardy, mardy, ars, part-, le jeu sur la dérivation : prendre, esprendre, verbe qui a été employé dans les vers qui précèdent le passage pour décrire la colère de Geoffroy : « Espris de merveilleux courage,/Moult fut espris de dueil et d'ire » (v. 3610-3611).

42Les mêmes expressions, les mêmes échos sonores reviennent encore, de manière obsédante, quand un messager rapporte la catastrophe à Raimondin :

« Adoncques devant touz lui compte
Comment Gieffroy a mis a honte
Et ars et bruÿe l'abbaye
De Maillerés par derverie,
Froymont, les moynes et l'abbé ;
Un tout seul n'en est eschappé
Qui n'ait esté ars et bruÿs ;
Et comment il ferma les huys
De peur que nul ne s'en fuïst,
Et qu'ensemble touz les bruïst
Pour le grant despit qu 'il avoit
De Froymon qui moynes estoit. »
(Coudrette, v. 3727-3738).

43On retrouve la rime abbaÿe : derverie, des vers 2923-2924, l'énuméra- tion (avec quelques variantes) des victimes de Geoffroy, le jeu avec ars enrichi ici par l'ajout du synonyme bruÿ. C'est encore le participe ars qui est employé lorsque Raimondin se rend sur les lieux du drame : « L'abbaye voit arse et deserte », « Voit que les moines sont touz ars » (Coudrette v. 3760, v. 3762). Ce qui est presque devenu un refrain apparaît de nouveau quand Raymondin révèle à Geoffroy la disparition de Mélusine :

[Geoffroy] « Bien voit que c'est par son pechié
Qu'il a son pere courroucié,
Par les moynes qu'avoit destruis
Et tous en feu ars et bruis,
Dont il y avoit plus de vint. »
(Coudrette, v. 5271-5275).

  • 27 Sur la définition de ce terme, voir Martin (J.-P.), op. cit. n. 26, en part. p. 180-188.
  • 28 L'adjectif bruÿs revient quand Coudrette résume le destin de tous les frères et rappelle celui, tr (...)
  • 29 Raoul de Cambrai, éd. S. Kay, trad. W. Kibler, Paris, Livre de Poche, 1996 (Lettres Gothiques), v. (...)
  • 30 Baumgartner (E.), Harf-Lancner (L.), op. cit. n. 29, p. 63.

44S'il serait excessif de parler de cliché27, le retour d'une séquence comme ars et bruïs est assez remarquable pour évoquer les procédés propres à la chanson de geste28. Or le motif de l'incendie d'une abbaye est justement exploitée dans une chanson datée de la fin du xiie siècle. L'incendie du couvent et du bourg d'Origny dans Raoul de Cambrai est un épisode capital dont le souvenir hante et anime les personnages. Perpétré par Raoul, cet acte criminel est en effet évoqué de manière lancinante dans des vers formulaires curieusement proches de ceux de Coudrette. Ainsi pour faire allusion à son ancien ami Raoul, Bernier parle-t-il de celui « Qi ma mere art el mostier d'Origni,/Et les nonnains, dont j'ai le cuer mari29 ». Dans Raoul de Cambrai, Origny devient « le lieu de mémoire où se retrempe la violence des passions30 ». Chez Coudrette, Maillezais est le lieu de mémoire où l'orgueil s'humilie volontairement et où s'exalte parallèlement la vraie grandeur des Lusignan. Mieux que la prose, le vers sert ce projet dans la mesure où il peut installer une sorte de refrain qui, à chaque mention de Fromont ou de Geoffroy, conjure le drame de l'incendie.

45Que la forme « vers » contribue à la cristallisation du souvenir et à sa perpétuation est affirmé par le commanditaire de l'œuvre lui-même. Dans son prologue, Coudrette rapporte les paroles par lesquelles Guillaume Larchevêque a confié à son écrivain la tâche de raconter l'histoire de Mélu- sine et de son lignage :

« Et affin qu'il en soit memoire
Vous mettrez en rime l'istoire ;
Je vueil qu'elle soit rimoÿe
Elle en sera plus tost ouÿe. »
(Coudrette, v. 79-82).

  • 31 « Et en façon de lay comprise/dont la taille souvent on prise » (Coudrette (op. cit. n. 3), v. 701 (...)

46Si Guillaume préfère le vers et l'impose à Coudrette, c'est qu'il lui semble plus apte à commémorer, à célébrer. Le roman se termine du reste, je l'ai déjà signalé, sur une litanie « en façon de lay », parce que cette facture poétique est appréciée31. La litanie sera dite en l'honneur de la « noble lignie de Partenay ».

  • 32 Cette expression est empruntée à la litanie finale de Coudrette (op. cit. n. 3), (v. 7110-7111).
  • 33 n. 23, en part. p. 158-167.

47Bien que le souvenir de Mélusine flotte autour des ruines de l'abbaye de Maillezais, c'est le plus souvent ailleurs que l'époque moderne recherche les traces de la fée : à Lusignan même, à Parthenay, à Vouvant ou à Saint- Maixent. Il est vrai que, dans les romans de Jean d'Arras et de Coudrette, on ne voit jamais Mélusine mettre les pieds à Maillezais. Chez eux cependant, ce lieu, en apparence excentré puisqu'il ne fait pas partie des fondations établies par la fée, est violemment ramené au cœur de l'histoire. C'est là que se noue le drame dont Mélusine sera la victime. C'est là que s'écrit la déchéance à venir du lignage. Pourtant, purifié, restauré, Maillezais va porter le nouvel espoir des Lusignan. Les prières incessantes des moines allègeront peut-être les tourments de la fée ; elles obtiendront sûrement le pardon de Raymondin et de Geoffroy. Bien que, sur cette terre, la prestigieuse lignée ait vécu et vive encore des moments difficiles (mais produise toujours quelques beaux rejetons, témoins le duc Jean de Berry ou Guillaume Larchevêque), elle connaîtra « le soulas/Du ciel aprés ce monde cy32 ». Si Maillezais peut devenir à la fois un lieu de mémoire et un lieu de ressourcement pour la famille, c'est précisément à cause de sa position à la fois périphérique et centrale : périphérique dans la mesure où l'abbaye n'entretient qu'un rapport prudemment indirect avec Mélusine, figure tutélaire mais aussi inquiétante33 ; centrale, puisque sa destruction a précipité le drame. Parce qu'elle a été refondée par Geoffroy, un homme, un mortel, un héros racheté par son pèlerinage à Rome et sa participation à la croisade, parce que le corps de ce dernier repose justement dans son église, l'abbaye de Maillezais conjure tout ce qu'il y a d'obscur dans l'origine des Lusignan. La part du diabolique dans l'ascension de la famille n'est reconnue que pour exalter le triomphe du divin dans sa destinée.

Notes

1 Cette édition ne comporte pas de date. On pense toutefois qu'elle a été produite entre 1495 et 1500. L'imprimeur était Pierre Caron. Sur cet imprimeur, voir Les Premiers graveurs français, un art naissant, l'illustration du livre, catalogue de l'exposition du Musée Dobrée, Nantes, 31 janvier-6 avril 1986, établi par M. Berthail, Nantes, Musée Dobrée, 1986. De nombreuses illustrations de l'imprimé de Jean Petit y sont reproduites, p. 29-32, mais aucune de celles représentant Maillerais. Les clichés des illustrations que nous reproduisons dans cet article sont dus à Emmanuelle Cochard, musée Dobrée, Nantes. Je remercie vivement les conservateurs du musée pour l'aide qu'ils m'ont apportée dans mes recherches.

2 Sur ce point et sur toutes les allusions historiques que peuvent contenir les romans de Mélusine, voir la longue introduction dont E. Roach fait précéder son édition du texte de Coudrette (le Roman de Mélusine ou Histoire de Lusignan par Coudrette, Paris, Klincksiek, 1982), en particulier p. 48-49, note 48.

3 La version de Jean d'Arras a été éditée par Stouff (L.), Dijon, Publications de l'université de Dijon, 1932 (fasc. V). Il existe une traduction partielle de Perret (M.), Paris, Stock, 1979. La version de Coudrette a été éditée par Roach (E), op. cit. n. 2. L. Harf-Lancner a donné une traduction de cette version : Le Roman de Mélusine de Coudrette, Paris, Garnier-Flammarion, 1993. Toutes mes références seront prises dans les éditions Stouff et Roach.

4 C'est finalement à Jean Larchevêque, fils de Guillaume, que Coudrette offre son roman, son premier commanditaire étant mort avant qu'il ne soit achevé.

5 Sur ce point, voir Delavigne (A.-H.), « l'adaptation danoise de la Mélusine de Thüring de Ringoltingen », dans Mélusines continentales et insulaires, éd. J.-M. Boivin, P. MacCana, Paris, Champion, 1999.

6 Le père de Raymondin, sénéchal du roi des Bretons, avait été chassé de ses terres à la suite d'un complot machiné par Josselin du Pont, jaloux de l'amitié que le roi lui témoignait. Voir Jean D'arras (op. cit. n. 3), p. 48-76 pour l'ensemble de l'épisode qui n'apparaît pas dans la version de Coudrette.

7 Coudrette (op. cit. n. 3), v. 2850.

8 Coudrette (op. cit. n. 3), v. 3638 et v. 3649.

9 Coudrette (op. cit. n. 3), v. 1399-1400 ; Jean D'arras (op. cit. n. 3), p. 78. Ce dernier signale d'autres fondations d'églises après la naissance d'Antoine, p. 80.

10 Jean D'arras (op. cit. n. 3), p. 145.

11 Sauf dans la version allemande de Thüring qui a sans doute mal compris Coudrette et attribue à la fée la fondation de l'abbaye. Voir la récente traduction française du roman : Thüring de Ringol- tingen, Mélusine et autres récits, prés., trad. et annot. Cl. Lecouteux, Paris, Champion, 1999, p. 68.

12 On notera qu'il reprend exactement les mots de sa mère.

13 Jean D'arras (op. cit. n. 3), p. 275 : « Et lui charja le pape de faire reffaire l'abbaye de Malleres et de y renter. vj. xx moines ».

14 Ce bois est utilisé à deux reprises dans l'imprimé : au cahier riiii verso et au cahier sii recto, c'est- à-dire quand Geoffroy fait reconstruire l'abbaye avant son départ pour l'Allemagne, puis quand il fait placer sa statue sur la porte. Il est mieux approprié dans le premier cas que dans le second.

15 Coudrette (op. cit. n. 3), v. 5684-5706.

16 Si c'est ainsi qu'il faut comprendre l'expression « pourtrait en une tombe en pierre ».

17 Elle presse donc Raymondin de le faire mourir sous peine de grands désastres.

18 Le ton évoque aussi celui qu'adopte sa sœur Melior dans l'épisode du château de l'épervier (Coudette (op. cit. n. 3), v. 6043-6144).

19 La scène de la réception de Fromont est illustrée dans l'imprimé 567 du musée Dobrée : on voit Raymondin et Mélusine entourés d'autres personnages présentant Fromont, qui a l'apparence d'un tout jeune garçon, à deux religieux qui se tiennent devant la porte de l'abbaye (fig. 3). En vérité Jean d'Arras n'indique nulle part que les parents de Fromont aient accompagné le jeune homme lors de son entrée au monastère. Dans son Essai sur Mélusine, Dijon, Publications de l'université de Dijon, 1930 (fasc. III), p. 97, L. Stouff a reproduit une miniature (dont il ne donne pas la référence) sur laquelle on voit Fromont (adulte cette fois) se rendant à Maillezais. Il est accompagné de son père et d'autres personnages (mais pas de Mélusine). L'abbé semble rendre grâce à Dieu.

20 Coudrette (op. cit. n. 3), resp. v. 2812, 2811.

21 Coudrette (op. cit. n. 3), v. 1461 : il est « sage, soubtil et bien senez », v. 2798-2799 : « Mais moult preudoms/Fut Fromont, moult sceut de clergie ».

22 « Cilz lecheour,/Cilzfaulx moynes, cilz boiseour/Ont, par la sainte Trinité,/Mon frere Fromont enchanté » (Coudrette (op. cit. n. 3), v. 3523-3527).

23 Sur le parallèle entre le père et le fils, tous deux associés par ailleurs au sanglier, voir Lucken (Chr.), « Roman de Mélusine ou Histoire de Lusignan », dans Mélusines continentales et insulaires (op. cit. n. 5), p. 139-167, en particulier p. 158-159.

24 C'est Geoffroy II qui incendie l'abbaye de Maillezais.

25 Voir aussi p. 1 : « laquelle histoire j'ay commencé selon les vrayes coroniques que j'ai euez » ; p. 3 : « pour coulourer nostre histoire a estre vraye, comme nous le tenons, et qui nous est publiee par les vrayes croniques ».

26 Sur les motifs littéraires, voir le travail de Martin (J.-P.) au sujet des chansons de geste : Les motifs dans la chanson de geste, définition et utilisation, Lille, Centre d'études médiévales et dialectales de l'université de Lille III, 1992.

27 Sur la définition de ce terme, voir Martin (J.-P.), op. cit. n. 26, en part. p. 180-188.

28 L'adjectif bruÿs revient quand Coudrette résume le destin de tous les frères et rappelle celui, tragique, de Fromont : « Et Froymondin qui fat bruys,/Combien que bien se fast porté/S'onques destruit n'eüst esté. » (Coudrette (op. cit. n. 3), v. 5816-5818).

29 Raoul de Cambrai, éd. S. Kay, trad. W. Kibler, Paris, Livre de Poche, 1996 (Lettres Gothiques), v. 2064-2067. Vers cités et commentés par Baumgartner (E.) et Harf-Lancner (L.) dans Raoul de Cambrai, l'impossible révolte, Paris, Champion, 1999, p. 62-63.

30 Baumgartner (E.), Harf-Lancner (L.), op. cit. n. 29, p. 63.

31 « Et en façon de lay comprise/dont la taille souvent on prise » (Coudrette (op. cit. n. 3), v. 7016-7017).

32 Cette expression est empruntée à la litanie finale de Coudrette (op. cit. n. 3), (v. 7110-7111).

33 n. 23, en part. p. 158-167.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18510/img-1.png
Fichier image/png, 957k
Légende Fig. 2 - Geoffroy la Grand'Dent surveille la reconstruction de l'abbaye Nantes, Musée Dobrée, Imp. 567, cahier RIIII verso (cliché E. Cochard)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18510/img-2.png
Fichier image/png, 1,7M
Légende Fig. 3 - Réception du jeune Fromont à l'abbaye de Maillezais Nantes, Musée Dobrée, Imp. 567, cahier P II (cliché E. Cochard)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18510/img-3.png
Fichier image/png, 1,4M

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540