Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'abbaye de Maillezais

 | 
Mathias Tranchant
, 
Cécile Treffort

1re partie. Maillezais, centre de culture écrite

La légende de fondation de Maillezais

Édina Bozôky

Texte intégral

  • 1 La fondation de l'abbaye de Maillezais. Récit du moine Pierre, éd. et trad. Y. Chauvin, G. Pon, di (...)

1D'après Pierre, moine de Maillezais, qui écrivait probablement entre 1067 et 1072/73, les circonstances de la découverte du site du futur monastère ont un caractère merveilleux sinon miraculeux1. Récapitulons brièvement son récit. Il souligne d'emblée la domination de la nature sauvage dans l'île de Maillezais au temps où il remonte, vers 976 : la description du site, empreinte d'un grand souci du détail réel, n'en reste pas moins un cliché littéraire, utilisé pour mettre en relief le contraste entre Nature et Culture. Couverte de forêt, constituée essentiellement de chênes et de hêtres, entourée par un vaste marais, l'île fut avant tout un « repaire des bêtes sauvages » et d'oiseaux. Le seul bâtiment solide servait à résidence de chasse du duc des Aquitains, et, à l'extrémité de l'île, se trouvaient aussi quelques cabanes des colliberts.

  • 2 Ibid., p. 96-97 : Diatim pre foribus aule, de qua superius dicebamus, mire magnitudinis adventabat (...)

2Mais ce site, particulièrement favorable à la chasse, recelait aussi un lieu sacré tombé dans l'oubli. C'est un animal sauvage à l'apparence et au comportement merveilleux qui attira un chevalier à sa redécouverte. En effet, un sanglier d'une taille exceptionnelle se présentait régulièrement devant la résidence de chasse, mais dès que les chasseurs et les chiens se mettaient à le poursuivre, il disparaissait2. Il s'agit, là encore, d'un motif bien connu de la littérature et en particulier de la littérature hagiographique : l'appel à la poursuite par un animal-guide qui mène à un endroit merveilleux.

  • 3 Ibid., p. 96-99 : Illic etenim, sicuti antiquissima non multo post docuerunt fundamina, antiquitus (...)
  • 4 Emma de Blois, mariée avec Guillaume Fier-à-Bras en 967 ou 968.

3Dans notre récit, le chasseur nommé Goscelme, un chevalier au service du duc, remarquable par sa force physique, réussit un jour à atteindre le lieu-refuge du sanglier, situé dans un profond taillis dont l'accès était défendu par des ronces. Ayant traversé plantes et épines, le chevalier se retrouva face à l'animal, au milieu des ruines d'une église à trois autels. Pris de peur, il saisit une pierre d'autel pour la jeter sur l'animal, mais aussitôt le châtiment divin le frappa et il devint tout à coup aveugle et paralysé. Retrouvé par ses compagnons, il fut ramené à la résidence ducale3. L'épouse du duc Guillaume Fier-à-Bras, Emma4, après s'être rendue sur le site de l'accident, comprit que c'était une église en ruines. Elle conseilla à Goscelme de réparer sa faute, car il s'agissait de la profanation d'un lieu saint. Après la guérison du chevalier, elle décida, en accord avec son mari, d'y fonder un monastère.

4Nous n'allons pas ici plus loin dans la légende de fondation. Nous avons pu voir que le début du récit mettait en scène l'invention d'un lieu saint, base d'une re-fondation religieuse. Le scénario est composé de motifs significatifs : le lieu — nature sauvage, ruines d'église ; les protagonistes — animal- guide, chevalier ; l'action — la chasse, un parcours sinueux et difficile, puis la révélation de la sacralité du lieu non seulement par l'aspect des ruines, mais aussi par des miracles de châtiment et de guérison.

5Le thème de l'invention d'un lieu saint à la poursuite d'un animal sauvage nous a amené à chercher l'origine et la diffusion de ce scénario. Après la présentation des principales légendes proches de celle de Maillezais, nous essayerons d'interpréter leur signification et leur fonction dans le contexte des fondations monastiques des xe-xie siècles.

  • 5 Remensnyder (A.G.), Remembering Kings Past. Monastic Foundation Legends in Medieval Southern Franc (...)

6Les légendes de fondation monastique du sud de la Loire ont constitué l'objet d'une excellente monographie d'Amy Remensnyder5, et Georges Pon a donné en note plusieurs références pour le récit de Pierre de Maillezais, mais toute la cohérence et la spécificité de ce scénario n'ont pas été analysées à fond jusqu'ici. Or, il est possible d'identifier un schéma narratif assez répandu au xie siècle qui concerne les fondations monastiques avec la découverte des ruines dans un endroit sauvage, liée au thème de la chasse au gibier.

  • 6 Gesta Dagoberti. § 2-4 et 7-10. Éd. MGH, SS, RM, 2, p. 401-404.
  • 7 Ibidem, p. 401-402 : Cum autem adolescentiae aetatem, ut genti Francorum moris est, venationibus e (...)
  • 8 Ibid., p. 403 : Cumque ad sanctum locum tendentes, non plus uno miliario abessent, ultra aspirare (...)
  • 9 Ibid, p. 403.

7Le modèle de ce scénario peut être trouvé dans les Gesta Dagoberti, biographie légendaire de Dagobert rédigée vers 830 dans l'abbaye Saint-Denis6 dans le but d'attribuer une fondation royale au monastère. Après une courte introduction, les Gesta racontent la chasse qui a conduit le jeune Dagobert au martyrium apparemment abandonné de saint Denis et de ses compagnons. Dagobert se mit un jour à poursuivre un cerf qui s'enfuyait à travers forêts, monts et rivières jusqu'à l'édifice des saints où il se réfugia. Les chiens qui le suivaient de près furent incapables d'y entrer, bien que la porte du martyrium fût ouverte. L'auteur souligne qu'ils en furent empêchés non par un gardien visible, mais par les saints martyrs qui ne souffraient pas que des êtres impurs violent leur domicile. Arrivé sur les lieux, Dagobert admira le spectacle7 ; mais c'est seulement quelques années plus tard qu'il promit aux saints d'élever leurs reliques et de leur construire une nouvelle église. Fuyant la colère de son père, Dagobert se souvint du sanctuaire miraculeux, en espérant qu'à l'instar du cerf, il pourrait y trouver asile et protection. En effet, les hommes du roi ne purent pas l'y atteindre8. Dagobert s'endormit dans le martyrium ; pendant son sommeil, Denis et ses compagnons lui apparurent et lui demandèrent d'orner leur sépulture ; en échange, ils lui promirent leur aide en tout besoin, puis lui indiquèrent l'emplacement de leurs sépultures9.

8Cette légende, postérieure de deux cents ans au règne de Dagobert, devenait l'un des textes fondateurs de l'alliance entre le pouvoir royal et l'abbaye Saint-Denis et entra également dans les Grandes Chroniques de France. On peut supposer que les auteurs des récits de fondation que nous allons maintenant présenter la connaissaient. Notons toutefois que dans les Gesta Dagoberti la révélation du lieu sacré (miracle du cerf) et celle des reliques constituent deux épisodes distincts, tandis que dans les récits postérieurs — dont celui de Maillezais — nous trouvons une seule séquence.

9Les principaux textes présentant des analogies proches avec Maillezais se réfèrent à des fondations normandes. Ce sont le récit de la re-fondation de Jumièges dans la version de Guillaume de Jumièges, de celle de Fontenelle, racontée dans l'Invention de saint Vulfran ainsi qu'un épisode de la légende de Fécamp. Avec celle de Maillezais, ces légendes forment un groupe assez homogène, ayant un scénario très semblable et ayant été toutes produites au xie siècle.

  • 10 The Gesta Normannorum Ducum of William of Jumièges, Orderic Vitalis, and Robert of Torigni, éd. et (...)
  • 11 The Gesta Normannorum (op. cit. n. 10), p. 84-87 : Quos cum idem dux Guillelmus uenatusgratia supe (...)

10La re-fondation de Jumièges, dans la version écrite par Guillaume de Jumièges avant 10710, aurait été réalisée sur l'initiative du duc Guillaume Longue-Épée vers 940, suite à une aventure de chasse. Fondé par saint Philibert, le monastère fut abandonné après 862 à cause des incursions des Normands qui l'ont incendié et l'ont réduit à son état premier, c'est-à-dire en un lieu solitaire, refuge de bêtes sauvages et d'oiseaux. Les murs des édifices, restés debout, furent recouverts par la végétation. Vers 940, deux moines retournèrent à Jumièges et se mirent à dégager les ruines envahies par les arbres. C'est à ce moment que le duc Guillaume y passa, échangea quelques mots avec les moines au sujet des ruines, puis entra dans le saltus où il aperçut un immense ours qu'il commença à poursuivre avec ses chiens. Tout à coup, l'ours se retourna, s'attaqua au prince et le jeta à terre. Après cet incident fâcheux mais dont il sortit indemne, Guillaume retourna auprès des moines et leur promit de restaurer le monastère11.

  • 12 Inventio et miracula sancti Vulfranni, éd. critique par Laporte (Dom J.), dans Mélanges de la Soci (...)

11Quant à l'abbaye de Saint-Wandrille de Fontenelle, le récit contenu dans l'Inventio et miracula sancti Vulfranni12, daté entre 1074 et 1087, évoque le scénario le plus proche de celui de Maillezais. Fontenelle a subi l'incendie et les pillages des Vikings en 858. Plus de cent ans après le départ des moines avec la plupart des reliques, un frère nommé Maynard, revenu de Gand (de l'abbaye du Mont-Blandin) demanda au duc Richard Ier de lui céder le monastère abandonné pour le reconstruire. C'est grâce au miracle du cerf qu'il obtint l'accomplissement de son désir. Ici aussi, le chasseur fut un grand laïc, du nom de Torstin, « homme noble et puissant », qui entreprit à poursuivre un cerf avec ses chiens. Le cerf descendit dans la vallée de Fontenelle et, « comme mené par un ange », entra à l'intérieur des ruines de l'église et trouva refuge près de l'autel, recouvert d'un toit d'écorce par la population ; les chiens, quoique pouvant s'introduire dans les décombres, furent empêchés d'atteindre le cerf. Le chasseur comprit qu'il s'y produisait un miracle, sauta de cheval et se prosterna en oraison. Torstin fit connaître au duc et aux grands ce miracle ; Maynard eut gain de cause pour la restauration de l'abbaye.

  • 13 Libellus de revelatione Fiseannensi monasterii, PL 151, col. 699-724 ; Histoire de l'abbaye de Féc (...)
  • 14 Libellus de revelatione... (op. cit. note précédente), cap. IV, col. 705-706 : Quadam igitur dux A (...)

12Enfin, le Libellus de revelatione [...] Fiscannensis monasterii (fin du xie siècle13) contient aussi un miracle de cerf en relation avec la première fondation de l'abbaye. Ici, le duc Anségise (personnage non identifié), parti à la chasse, rencontra un cerf blanc et merveilleusement grand. Lorsque le cerf arriva dans la vallée de la future abbaye de La Trinité, il s'arrêta, et les chiens devinrent paralysés, incapables de l'approcher. Avant de repartir, le cerf traça un grand cercle ; Anségise comprit que le cerf désigna ainsi l'emplacement d'une future église, et, après avoir prié avec les autres chasseurs, il se mit à ramasser des branches pour en construire un oratoire14. Mais c'est seulement à l'époque du roi Clotaire III (657-673) qu'une véritable fondation eut lieu à l'initiative du comte Wanninge aux alentours de 660.

13Avant d'aller plus loin, faisons le point sur ce groupe de légendes. Leur époque de rédaction se situe entre les années 1070 et la fin du xie siècle. Chaque récit se réclame d'un grand laïc qui est à l'initiative de la fondation ou re-fondation. L'époque de cet événement, consécutif à une chasse miraculeuse, est variable : Fécamp remonte à un passé très lointain (viie siècle), tandis que Jumièges, Fontenelle et Maillezais renvoient à une période entre 940-963, c'est-à-dire à une centaine d'années précédant la rédaction des textes. On peut supposer que ceux-ci ont été influencés par les Gesta Dagoberti. La substitution du fondateur royal par un duc, comte ou autre grand laïc dans nos récits reflète la volonté d'affirmer et d'exalter le pouvoir des princes territoriaux dont la tutelle garantit une situation privilégiée pour certains monastères.

  • 15 Vita Arnulphi, éd. AA. SS. Iul. IV, p. 403-407 ; cf. aussi Letselinus, Vita metrica, ibid. IV, p. (...)
  • 16 Bourgeois, « Histoire de Crépy et de ses dépendances », dans Comptes rendus et mémoires du Comité (...)
  • 17 Catal. Codicum hagiogr. lat. (op. cit. n. 15), p. 427-428 : Quo gloriae triumpho comitante virtuti (...)

14Les variantes de ce type de scénario utilisent également le thème de la chasse, avec la différence que l'animal conduit non pas à un lieu saint, mais à un corps saint sans sépulture. C'est le cas de la légende de saint Arnoul, très proche par ailleurs de nos quatre récits. Elle fut écrite au début du xie siècle15, à l'époque de la fondation du monastère Saint-Arnoul-de-Crépy- en-Valois en 1008 sur l'initiative du comte d'Amiens et seigneur de Crépy Wautier le Blanc et sa femme, Adèle16.Arnoul, saint légendaire, présenté comme contemporain de Remi de Reims, aurait été élu évêque de Tours et serait parti en Espagne pour convertir les Ariens. Il fut assassiné à son retour par les parents de sa femme, Scariberge. Celle-ci plaça un sarcophage contenant le corps de son époux sur un chariot pour le transporter. Lors du voyage, le cortège fit étape dans la forêt d'Yvelines, près de la rivière Rebais. C'est dans cette forêt que le comte Dordingus vint chasser un cerf qui se réfugia auprès du sarcophage, pendant qu'une force divine contraignit les chiens de s'arrêter. Le comte reconnut la virtus du saint, se prosterna devant lui et offrit plusieurs dons. Dans cet épisode, il ne s'agissait pas seulement de la manifestation de la sainteté, mais aussi de l'élection d'un lieu saint. En effet, le lendemain le cortège transportant le sarcophage souhaitait repartir, mais le chariot s'immobilisa et les bœufs ne voulaient pas bouger ; aussitôt le comte offrit tout ce qu'il possédait par droit d'héritage pour ensevelir le saint à cet endroit17. Puis la veuve y fit construire un oratoire à l'honneur de l'évêque saint Remi, où elle se retira pour vivre en ermite pendant plus de trois ans. Soulignons que ces événements furent censés se passer vers 534, tandis que la fondation du monastère à Crépy-en-Valois a eu lieu en 1008 : la biographie fictive d'Arnoul apporta au nouvel établissement le prestige d'un martyr et d'un aristocrate laïc fondateur.

  • 18 Passio SS. Guineri, Fingaris, Pialae, et sociorum [cap. VIII], éd. PL 159, col. 326-334, ici 332.
  • 19 Ibidem, cap. VIII, col. 332 : Sanctorum adhuc corpora per campum inhumata jacebant, et ecce nocte (...)

15Ce scénario reste populaire dans l'hagiographie même beaucoup plus tard. Par exemple, dans la Passion de saint Guinger, Fingar et leurs compagnons18 (saints vénérés en Cornouaille), écrite vers 1300, la chasse est précédée par l'apparition de saint Fingar à un homme pour lui demander d'inhumer son corps abandonné sans sépulture dans un champ. Le matin, lorsque cet homme sortit avec les chiens, il leva un cerf qui le conduisit au corps du saint. Le cerf se laissa tomber devant le corps comme pour demander son aide ; en effet, les chiens cessèrent d'aboyer et se couchèrent avec le cerf comme pour vénérer le saint19.L'homme ensevelit le martyr et ses compagnons ; une église y fut élevée plus tard.

  • 20 Vita SS. Voti et Felicis eremitarum, éd. AA. SS., Maii VII, p. 58-59.
  • 21 Jean Dlugos (Ioannes Dlugossius), Annales seu Cronicae incliti regni Poloniae, éd. I. Dabrowski et (...)

16La légende de fondation de San Juan de la Peňa20 (Aragon) suit également ce modèle. À l'époque de l'occupation arabe, un certain Voto ( Votus), mozarabe de Saragosse, se mit à poursuivre un cerf dans la montagne de la Pena. Arrivé au bord d'un précipice, il fut sauvé grâce à l'invocation de Jean Baptiste. Sur son chemin de retour, il découvrit une ancienne église rupestre dédiée à Jean Baptiste, avec le corps de l'ermite fondateur Jean d'Antarès. Après l'avoir enseveli, Voto rentra chez lui, donna tous ses biens pour nourrir les pauvres et racheter les captifs, puis revint à l'ermitage avec son frère Félix pour y mener une vie de renoncement ; selon la légende, ils moururent en 757. De même, le récit de fondation du monastère de Lysa Gora21 (Pologne) raconte comment le prince Éméric, fils du roi saint Étienne de Hongrie, chassait au cerf à l'invitation du roi polonais Boleslo ; en suivant le cerf, ils découvrirent des ruines anciennes ; Éméric demanda alors au roi de fonder là un monastère. Cet événement a eu lieu en 1006.

  • 22 Voir sur ce sujet Wehrli (Ch.), Mittelalterliche Überlieferungen von Dagobert I, Bern/Frankfurt am (...)
  • 23 De ss. Aureo et sociis mm., éd. AA. SS. Iun. IV, p. 44-45.
  • 24 Lauer (Ph.), « Les translations des reliques de S. Ouen [...] et les deux abbayes de La Croix-Sain (...)

17Élargissant l'horizon pour identifier la diffusion des éléments du groupe de récit de Maillezais, nous trouvons plusieurs pistes. D'une part, dans plusieurs récits hagiographiques, le lieu d'une nouvelle fondation est désigné à un roi dans une région où il a l'habitude de chasser, sans qu'il y soit attiré par un animal poursuivi. Plusieurs de ces légendes, plutôt tardives, s'attachent au nom de Dagobert22. Évoquons au moins l'exemple de Heiligenstadt (récit du xiiie siècle23). C'est au cours d'une chasse que le roi, souffrant de la lèpre, arrive dans la forêt où Aurée (Aureus) et ses compagnons avaient subi le martyre. Dagobert s'endort à un endroit particulièrement agréable (amoenus), un pré verdoyant parsemé de fleurs. À son réveil, il se lave la face avec la rosée des plantes et son visage est purifié ; retournant au même endroit avec la reine, il se roule tout nu dans la rosée et guérit entièrement. Il reconnaît alors que « soit des saints gisent là, soit c'est un lieu saint », et il baptise le lieu Locus Sanctorum, Heiligenstadt. L'église de La- Croix-Saint-Ouen (Oise) dans la forêt de Choisy se réclame également d'une initiative de Dagobert chasseur : ici, le roi a repéré une croix sculptée24.

  • 25 Abbon de Fleury, Vita S. Eadmundi Regis Anglorum, § XII, éd. PL 139, col. 515-516.

18D'un autre côté, on connaît le thème de l'animal sauvage, sans le motif de la chasse, qui guide vers les reliques de martyrs. Le plus connu est peut- être le loup dans les Passion et Miracles de saint Edmond écrits par Abbon de Fleury à la fin du xie siècle (987), qui attire les hommes du roi à l'endroit où est cachée la tête du martyr25. Dans toute une série de récits hagiographiques, les animaux gardent le tombeau d'un saint, ou, attelés, conduisent son corps à son lieu d'enterrement ; mais cela nous éloigne de notre légende de base.

***

19Pour terminer, essayons de dégager le sens et la fonction des récits de fondation apparentés à celui de Maillezais.

20Sens spirituel. La révélation de la sacralité d'un lieu sauvage, en liaison avec une fondation ou re-fondation religieuse est un thème biblique : c'est l'épisode où Jacob eut son songe théophanique. En allant vers Harran, Jacob s'arrêta au haut lieu cananéen de Béthel ; « il y passa la nuit, car le soleil était couché. Il prit une des pierres du lieu, la mit à son chevet et se coucha en ce lieu ». La nuit, il eut son songe sur l'échelle montant jusqu'aux cieux et parcourue par les anges, suivi par l'apparition de Iahvé. En se réveillant, Jacob s'écria : « En vérité Iahvé est en ce lieu et je ne le savais pas ». Il eut peur et dit : « Que ce lieu est terrible ! Il n'est autre que la Maison d'Elohim et la Porte des cieux ». Ensuite il redressa la pierre qu'il avait utilisée comme chevet et versa de l'huile à son sommet (Genèse XXVIII, 10). Plus tard, il y éleva un autre autel.

  • 26 Inventio et miracula sancti Vulfranni (op. cit. n. 12).

21Cet épisode suggère non seulement la présence de Dieu même dans les endroits les plus sauvages ou plus reculés mais aussi le devoir de vénérer ces lieux convenablement. Ce message général sous-tend tous les récits hagiographiques que nous avons évoqués, et l'un d'eux cite d'ailleurs le passage biblique26.

22Circonstances historiques. La littérature d'invention (dans le sens de « découverte ») de lieux saints et de reliques est particulièrement abondante au xe et encore davantage au xie siècle, époque du renouveau monastique. Dans les régions de l'ouest et du nord de la Gaule, gravement frappées par les incursions vikings, la reconstruction d'établissements religieux parfois complètement abandonnés prenait une ampleur considérable. Le motif de la re-fondation, comme A. Remensnyder l'a justement remarqué dans son étude, est particulièrement souligné dans le cas des monastères bénédictins et surtout clunisiens, qui mettaient en valeur la continuité du lieu sacré, tandis que les cisterciens chercheront à valoriser plutôt la nouveauté de leur installation dans le « désert ». Dans les récits de fondations normandes, la réalité des installations antérieures, avant la re-fondation, est tout à fait attestée. Dans le cas de Maillezais, on ignore tout de l'existence de cette église triconque que le chevalier Goscelme découvre. Cependant, qu'il s'agisse de traces réelles d'une église ou d'un simple topos littéraire, la découverte des autels justifie et exige même la fondation, car un lieu une fois consacré doit le rester. Notons que les récits d'invention de reliques, bien plus nombreux à cette époque, correspondaient également au besoin de légitimité sacrée des fondations et re-fondations monastiques.

  • 27 Krappe (A. H.), « Guiding Animais », dans Journal of American Folklore, 5, 1942, p. 228-246. Plusi (...)
  • 28 Partonopeu de Blois, éd. J. Gildea, Villanova, Univ. Press, 1967-1968.
  • 29 Guingamor, éd. G. Paris, Romania, 8, 1879, p. 50-59.

23Quant à l'animal-guide chassé, c'est un motif très populaire de la littérature médiévale et du conte merveilleux27. Dans les romans médiévaux (postérieurs à nos légendes hagiographiques), la chasse aux animaux plus ou moins merveilleux conduit parfois vers l'« autre monde », au-delà du monde ordinaire. Évoquons le sanglier qui dans la forêt d'Ardennes, attire à sa poursuite Partonopeus de Blois, qui, après avoir perdu le sanglier et ses chiens, arrive au bord de la mer où une nef déserte l'attend et l'amène au pays de Chef d'Oire28 ; dans le lai de Guingamor, la chasse au Blanc Porc (sanglier) constitue une aventure initiatique qui fait passer le chevalier dans l'autre monde29. Dans nos récits, l'emploi du thème de la chasse est certes un artifice littéraire pour mener les protagonistes vers la découverte du lieu saint, mais correspond également à l'occupation emblématique de l'ordre des guerriers auquel appartiennent les fondateurs.

24Propagande monastique. Le motif de la chasse n'est pas uniquement un thème littéraire. L'impossibilité d'atteindre l'animal qui se sent tout à fait en sécurité à l'abri des ruines ne constitue pas seulement la preuve de la sacralité du lieu, mais comporte également un avertissement sévère : l'église est un lieu d'asile qu'il est interdit de violer. Le châtiment de Goscelme, qui voulait frapper le sanglier dans ce havre de paix, et de plus, en brisant une pierre d'autel, souligne bien le message intimidant qui s'adresse aux éventuels profanateurs d'édifices sacrés.

25Portée sociale et politique. Quant à la mise en valeur du rôle des grands seigneurs laïcs — comtes, ducs - aussi bien dans les premières fondations que dans les re-fondations, les auteurs monastiques voulaient démontrer la continuité de la tutelle du pouvoir princier, et ceci, dans la plupart des cas, pour affirmer et confirmer les droits d'exemption de leur établissement.

  • 30 Musset (L.), « Monachisme d'époque franque et monachisme d'époque ducale en Normandie : le problèm (...)

26D'une façon générale, sur le plan de l'idéologie politique, les légendes ayant un scénario apparenté à celui de Maillezais expriment l'idée de la continuité politique, en particulier dans la série normande où la mémoire des fondations du passé servait à renouer avec le passé carolingien, voire mérovingien, dont les comtes-ducs du xie siècle se considéraient comme héritiers et continuateurs30. Dans le récit de Maillezais, cette pensée est à peine ébauchée, mais les références aux ravages des Vikings suggèrent que la première église dont les ruines sont retrouvées remontait à une époque « antique », probablement carolingienne.

Notes

1 La fondation de l'abbaye de Maillezais. Récit du moine Pierre, éd. et trad. Y. Chauvin, G. Pon, dir. E.-R. Labande, La Roche-sur-Yon, Centre vendéen de recherches historiques, 2001. Le récit que nous présentons se trouve aux pages 90-103.

2 Ibid., p. 96-97 : Diatim pre foribus aule, de qua superius dicebamus, mire magnitudinis adventabat silvestris porcus, moxque excitatis canibus et hominibus, acsi delusor quidam, ad caverne repedabat tutelam toto impetu, qua pernoctare erat solitus.

3 Ibid., p. 96-99 : Illic etenim, sicuti antiquissima non multo post docuerunt fundamina, antiquitus fuit ecclesia, cujus eversionis a nobis ignorantur causa. Remanserant enim tune ipsa terna que in criptis habentur altaria, licet fuissent tam imbre quam pruina valde deruta, inter que illa, de qua agimus, jacebat bestiola. Quam ut sepefatus Gautcelmus cernere valuit, erat enim mire magnitudinis, ne sese invaderet, timuit, et casu utpote tremefactus, sacrum titulum illa de ara, que nunc venerationem beati continet Petri, ad eam aggrediendam comprehendit. Sedpostquam illud attigit, mirum dictu, oculorum mox lumen amisit, atque omni pene corpore obriguit.

4 Emma de Blois, mariée avec Guillaume Fier-à-Bras en 967 ou 968.

5 Remensnyder (A.G.), Remembering Kings Past. Monastic Foundation Legends in Medieval Southern France, Ithaca/London, Cornell University Press, 1995.

6 Gesta Dagoberti. § 2-4 et 7-10. Éd. MGH, SS, RM, 2, p. 401-404.

7 Ibidem, p. 401-402 : Cum autem adolescentiae aetatem, ut genti Francorum moris est, venationibus exerceret, agere cervum quadam die instituit. Qui facile repertus, oblatrantibus atque certatim insequentibus canum agminibus, ea pernicitate qua illud animal fertur silvas montesque et, si qua occurrere, flumina transcurrens, canum industriam effugere conabutur. [...] Cervusdiu hue illucqueper vicum oberrans, aedem beatorum martyrum ingreditur seque ibi componit. Instabant canes, et licet idem eis quod et cervo pateret ostium, et qui eos abigeret, nemo visibilium custodum adesset, adtamen sancti martyres suum domicilium non patiebantur inmundorum violari ingressu. Videres hinc cervum tutum repperisse perfugium, inde canes eius praesentiam latrantibus indicare, seque ab introitu aedis divina virtute arceri. Dagobertus citato cursu supervenit, rem spectaculo dignam admiratur, stupet, amplectitur.

8 Ibid., p. 403 : Cumque ad sanctum locum tendentes, non plus uno miliario abessent, ultra aspirare viam tendentes, divino nutu proibentur.

9 Ibid, p. 403.

10 The Gesta Normannorum Ducum of William of Jumièges, Orderic Vitalis, and Robert of Torigni, éd. et trad. E. M. C. Van Houts, Oxford, Clarendon Press, 1992,t.1, p. 18-21. Cf. Musset (L.), « Les destins de la propriété monastique durant les invasions normandes (ixe-xie s.). L'exemple de Jumièges », dans Jumièges. Congrès scientifique du xiiie centenaire, Rouen, 10-12 juin 1954, Paris, Le Cerf, 1955, p. 49-55.

11 The Gesta Normannorum (op. cit. n. 10), p. 84-87 : Quos cum idem dux Guillelmus uenatusgratia superueniens illic reperisset, percunctari ab eis cepit, quibus ab oris illuc aduenissent, uel que tam precipua edifitia forent [...] Quam cum ob uilitatem panis et aque sumere contempsisset, saltum ingressus, immanem aprum repperit, quem festine insequi cepit. Porro aper, molosis post eum admissis, cursum retorquens, hasta uenabuli fracta, prepeti impetu in ducem irruit, eumque prostratum uehementer attriuit. Qui post paululum sensu recepto ac sana mente monacos repetiit et caritatem, quam incaute spreuerat, ab eis recipiens, locum se restauraturum spopondit.

12 Inventio et miracula sancti Vulfranni, éd. critique par Laporte (Dom J.), dans Mélanges de la Société d'Histoire de Normandie, 14, 1938, p. 1-81. Pour l'épisode de la chasse, voir p. 25-26 : Quidam namque uir nobilis et potens nomine Torstingus qui ob magnificentiam amplissimi honoris [...] Diues dicebatur, in saltum Gemmeticensem processif de more uenaturus, et motum subito ceruum pertinaciter insequi cepit cum rapidis canibus. At uero ceruus ille ocius fugiens et crebris anfractibus mortem imminentem differens, post multa diuerticula in uallem descendit Fontinellensem sicque angelico ductu ad locum in quo illud quandam nobile steterat templum accessit, intraque maceriarum ruinas quantocius se immersit, deinde ad sacrum altare quod tantum cortice tegebatur adproximauit, illic reflexo ad tergum capite quasi iam securus subsistit. Canes quoque uestigia fugientis partim noto odore partim uisu subsecuti, in easdem quidem parietinas subintrarunt ; sed facta diuinitus difficultate ulterius progrediendi in suis repente uestigiis heserunt, bestiamque quam cernebant nec ualebant contingere latratibus territabant. Interea adest eques Torstingus perstrepens altis uocibus. Qui deinde sine cunctatione cum equo quo uectabatur locum ingressus, tum securitatem cerui, tum suorum immutabilitatem canum adtentius mirabatur. Erat namque mirum uidere spectaculum : Volebant canes ad ceruum accedere, ut ex ipsis eorum nutibus prodebatur, nec poterant, quos inuisibilis uirtus uelut obice quodam retentabat. Quod ubi acer uenator diuinitus actitari non inrationabiliter expendit, equo protinus desiliit, et ad terram in oratione humiliter se prostrauit. Ut uero satis oratum est surrexit canes foras secum celerius eduxit, sicque ceruo relicto plenus facti ammiratione et satis expensa loci illius sanctitate recessit, qui nimirum cum lacob exclamare potuit : « Quam terribilis est locus iste, non est hic aliud nisi domus Dei et porta caeli ».

13 Libellus de revelatione Fiseannensi monasterii, PL 151, col. 699-724 ; Histoire de l'abbaye de Fécamp, en vers français du xiiie siècle, éd., introd. et glossaire par Langfors (A.), Helsinki, Suomalaines Tiedeakatemia, 1928 (Annales Academiae Scientiarum Fennicae B XXII) ; Leroux De Lincy, Essai historique et littéraire sur l'abbaye de Fécamp, Rouen, E. Frère, 1840 (contient une édition d' une variante du Poème sur le Précieux Sang) ; Omont (H.), « Invention du Précieux Sang dans l'église de l'abbaye de Fécamp au xiie siècle », dans Discours prononcé à l'Assemblée générale de la Société de l'histoire de la Normandie, Rouen, L. Gy, A. Lainé successeur, 1913, p. 10-23 ; Gouttebroze (J.G.), Le Précieux Sang de Fécamp origine et développement d'un mythe chrétien, Paris, Champion, 2000 ; Arnoux (M.), « La fortune du Libellus de revelatione, edificatione et sanctitate Fiscannis monasterii », Revue d'Histoire des Textes, 21, 1991, p. 135-158.

14 Libellus de revelatione... (op. cit. note précédente), cap. IV, col. 705-706 : Quadam igitur dux Ansegius, solito maturus consurgens, suos venatores convocavit, canes copulari disposuit, plagas, venabula caeteraque venandi instrumenta ad saltum Fiscannensium, imas valles et arduos montes comportari praecepit [...] Tandem duci, et suis venatoribus, magno labore et multo inveniendi desiderio aestuantibus et anhelantibus, mirae magnitudinis occurrit cervus : qui, niveo corpore totus candidus, nullius varietatis macula distinguebatur [...] Tandem itaque praefatam venerat ad vallem, ad vallis partem ubi aeterna et incommutabilis Trinitas futuram sui nominis titulo disponebat aram. Illuc igiturperveniens substitit, atque demissis cornibus, suo genere, cujusdam benignitatis vultum praetendens, securus suos persecutores respexit. Ibi circumlatrantes innocentem nocentes canes ultio consequitur divina, eorumque omnia membra contrahens, cunctarum virium petulantia festinanter privat. Videres alios non latrare hiantes : alios emissam linguam non reducere : alios irruentes immobiles remanere. Tanti igitur miraculi spectaculo conveniunt dux et venatores sui, et pede flagrantes, cupiditatem ferae velut captae congratulantur ex imo [...] Nam cum, finita oratione, surgerent et oculos ad cervum studiose reducerent, cervus demisso capite, ad similitudinem sphaerae in eodem loco circuitum edidit, tacito motu innuens illic, illius nomine, aedificandum habitaculum, qui suae magnitudinnis potentia orbem administrant universum. Quo facto cervus evanuit, circumstantium notante nullo utrum sursum ascenderit, aut terram intraverit, aut aliter alias declinaverit. Dux igitur exsultans, praesentisque miraculi significationem cognoscens, divinae providentiae gratias reddidit ; ramos arborum concidi concisaque praecepit comportari, et quamdam ecclesiae imaginem viminibus et ramis proposito cervi loco festinus compaginavit, constituens animo se maturius aedificaturum ibi trino et uni Deo operosae magnitudinis oratorium.

15 Vita Arnulphi, éd. AA. SS. Iul. IV, p. 403-407 ; cf. aussi Letselinus, Vita metrica, ibid. IV, p. 407414, en particulier p. 413-414 ; Catabgus codicum hagiographicorum latinorum antiquiorum saeculo xvi qui asservantur in Bibliotheca nationali Parisiensi, Bruxelles/Paris, Schepens/Picard, 1889, t.I, p. 415-428. Je remercie Jacques Le Maho pour m'avoir communiqué cette référence.

16 Bourgeois, « Histoire de Crépy et de ses dépendances », dans Comptes rendus et mémoires du Comité archéologique de Senlis, années 1867, 1868 et 1871.

17 Catal. Codicum hagiogr. lat. (op. cit. n. 15), p. 427-428 : Quo gloriae triumpho comitante virtutiferam glebam bngius prosecuti sunt, donec stationem fecerunt in pago Castrensi, silvae Aquilinae, in loco nomine Hybernio, super fluvium Resbacis. In eadem autem silva Dordingus comes cervum venaribus agebat. Qui fugiens, juxta sarcophagum viri Dei constitit, et insequentes canes latratus officio privatos virtus divina bngius stare compulit. Cumque praedictus comes aestuans venissetet virtute beati Arnulfi hoc factum veraciter comperisset, pronus in terram adoravit et sancto plurima donaria devotus obtulit. Sequenti vero die, cum coeptum iter vellent peragere, omnimodis impediti surit divina voluntate. Nam plaustrum rigebat et boves affligentes illud trahere non valebant. De quo loco cum corpus minime moveri posset, Dordingus comes plus devotionis erga beatum virum habens, omnia quae ibi hereditario jure possidebat ei sub chirographo tradidit atque ibidem eum diligentissime ac condigno honore sepelivit : ubi florent orationes ejus et multas sanitatum curationes per eum operatur Deus.

18 Passio SS. Guineri, Fingaris, Pialae, et sociorum [cap. VIII], éd. PL 159, col. 326-334, ici 332.

19 Ibidem, cap. VIII, col. 332 : Sanctorum adhuc corpora per campum inhumata jacebant, et ecce nocte quadam testis Christi eodem schemate, quo super montem in ulnis proprium caput detulerat, cuidam viro, nomine Gur, tertio in visu apparens, ut se sepeliret monebat. Expergefactus homo uxori visionem per ordinem narrabat, quomodo videlicet de sepultura esset persuasus a sancto. Mulier autem dissuadebatfieri, ne forte regis iram incurreret, et ob hoc mortis sententiam mereretur. In crastinum vero cum canibus in campum venaturus egrediens, cervum reperit, qui canum pernicitate insectatus fugiens, ad S. martyris glebam procumbit, tanquam ejus flagitaturus sanctitatis praesidium. Desinunt canes latrare, ac persequi cervum. et omni feritate laxata, pariter cum cervo quasi sanctum venerantes decumbunt.

20 Vita SS. Voti et Felicis eremitarum, éd. AA. SS., Maii VII, p. 58-59.

21 Jean Dlugos (Ioannes Dlugossius), Annales seu Cronicae incliti regni Poloniae, éd. I. Dabrowski et al., Varsovie, Panstwowe Wydawnictwo Naukowe, 1964, p. 255-256 : Quodam itaque tempore, Boleslao venacionibus in silvis circa opidum Kelcze sitis insistente et secum ducem Emericum in societate habente, contigit illos in iugum alpium, que Calwarie vocantur et quibus Polonie Regnum alciores non habet, cerwm fugando devenire. Ubi cervo omisso, ruinas veterum habitacionum, que (et diluvio universali et) temporum antiquitate in saxorum molem qualem et hodie cernimus, defluxerant, ceperunt mirari ; locum enim illum ferunt quondam habitacionem et arcem Gigantum seu Ciclopum et virorum Dei Emericus spiritu divino instinctus et, ut aliquorum habet credulitas et assercio, visionis noctis precedentis doctus admonicione, loci singularitate et vetustate delectatus, convenientissimum illum pro servis Dei solitariam vitam professis astruit et indignum, ut sine hominum incolatu debeat putescere. Rogat deinde patruum et affinem suum Boleslaum Polonie regem, quatenus pro Dei honore et fidei sancte augmento animarumque remedio et salute cenobium illic monachorum et monasterium erigat et constituat, stabilius, feliciusque regnum, postquam illum a terreno solvi contingeret, in celestibus pro huiusmodi sancto opere habiturus.

22 Voir sur ce sujet Wehrli (Ch.), Mittelalterliche Überlieferungen von Dagobert I, Bern/Frankfurt am Main, P. Lang, 1982.

23 De ss. Aureo et sociis mm., éd. AA. SS. Iun. IV, p. 44-45.

24 Lauer (Ph.), « Les translations des reliques de S. Ouen [...] et les deux abbayes de La Croix-Saint-Ouen », dans Bulletin philologique et historique de la Commission des travaux historiques, 1921, p. 118-136.

25 Abbon de Fleury, Vita S. Eadmundi Regis Anglorum, § XII, éd. PL 139, col. 515-516.

26 Inventio et miracula sancti Vulfranni (op. cit. n. 12).

27 Krappe (A. H.), « Guiding Animais », dans Journal of American Folklore, 5, 1942, p. 228-246. Plusieurs entrées du Motif-Index of Folk-Literature de S. Thompson, Copenhague, Rosenkilde and Bagger, 1955-1958, concernent cette thématique : F 159.1. Otherworld reached by hunting animal ; F. 989. 15. Hunt for extraordinary animal ; H. 1222. Prince animal-hunting enters on quest ; N. 774. Adventures from pursuing enchanted animal.

28 Partonopeu de Blois, éd. J. Gildea, Villanova, Univ. Press, 1967-1968.

29 Guingamor, éd. G. Paris, Romania, 8, 1879, p. 50-59.

30 Musset (L.), « Monachisme d'époque franque et monachisme d'époque ducale en Normandie : le problème de la continuité », dans Aspects du monachisme en Normandie (ive-xviiie s.). Actes du Colloque scientifique de l'année des abbayes normandes, Paris, Vrin, 1982, p. 55-74, ici p. 74 : « Lorsque la Normandie ducale s'est édifiée, non seulement on n'avait pas perdu le souvenir de l'ordre carolingien, mais encore on s'est efforcé de renouer avec lui partout où cela était encore possible. ».

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540