Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chroniqueurs et historiens de la Bretagne

 | 
Noël-Yves Tonnerre

Le regard des géographes sur l'histoire de la Bretagne

Jean-Pierre Pinot

Texte intégral

  • 1 Jean-Pierre Pinot s'est éteint le 16 novembre 2000 à la suite d'une longue et cruelle maladie. Il (...)

1Note portant sur l'auteur1

Le géographe, l'annaliste et l'historien

2Si l'on définit l'annaliste comme celui qui recense les événements dans l'ordre chronologique, et l'historien comme celui qui sait s'affranchir de la suite des événements pour chercher d'abord à comprendre comment les liens, dans l'espace, entre les sous-systèmes économiques, sociaux et culturels coexistant dans une région, y ont créé, à chaque période, un système géographique cohérent, on ne s'étonnera pas de voir les géographes se ranger auprès des historiens et regretter qu'il ait fallu bien longtemps pour renoncer à l'histoire événementielle. La plupart des géographes considèrent que l'historien est d'abord le géographe du passé, tandis que le géographe est d'abord l'historien du temps présent.

3Cette tendance est assez générale partout en France, du moins chez ceux qui ont gardé vivante la tradition de l'unité de formation entre les historiens et les géographes, mais elle l'est plus encore en Bretagne à cause du contexte culturel qui reflète à tous les niveaux la volonté des Bretons, non seulement de vivre ensemble mais de travailler chez eux. C'est cette volonté qui, depuis près d'un demi-siècle, a été le moteur principal d'un développement économique espéré mais peu attendu. Elle l'avait déjà été à d'autres époques, et souvent, il est vrai sous l'impulsion de personnalités ou d'événements qui relèvent de l'histoire politique.

Influence de la géographie naturelle de la Bretagne sur son histoire

4On entend souvent dire que s'il existe en France une région qui porterait à croire au déterminisme géographique, c'est la Bretagne. Or, s'il est vrai qu'à partir du donné naturel il y a des choses que les acteurs de l'histoire (pas ceux qui la racontent, mais ceux qui l'ont faite) savaient impossibles, et d'autres qui étaient réalisables, il ne s'agissait que de choix offerts, pas de données imposées, et toute l'histoire alterne, chez nous, entre le choix du continent et celui de l'océan. S'obstiner dans un choix rendu obsolète par les conditions géographiques du reste de l'Europe ou, plus précisément, par le choix géographique opéré par nos voisins, c'est se condamner à ne pas parvenir à s'intégrer dans le monde nouveau qui se met en place tout autour. On a, bien entendu, le droit de s'entêter dans un vain combat, mais on perd alors celui de se plaindre de la marginalisation. A d'autres époques, où le choix commun de l'Europe occidentale était d'axer son économie sur les transports maritimes par 1 océan et ses mers bordières, c'était manquer l'occasion d'une « vocation » européenne que d'avoir comme principale préoccupation celle de grands seigneurs terriens : agrandir et éparpiller ses fiefs par une judicieuse politique matrimoniale. Or c'est bien là ce qu'ont fait les ducs de Bretagne : alors que les rois de Danemark tentaient de développer une puissance économique fondée sur le contrôle du trafic maritime par le Sund, que les ducs de Savoie en faisaient autant avec le contrôle du commerce avec l'Italie par les cols des Alpes, et peu avant que les rois d'Angleterre ne renoncent en fait, à leurs ambitions territoriales en France pour se tourner vers la recherche d'une prédominance économique sur les mers, les ducs de Bretagne, mieux placés a priori, géographiquement s'entend, pour exercer ce rôle économique qui devait faire la fortune de l'Angleterre, perdaient leur temps et usaient leurs forces en vaines querelles familiales.

5On m'objectera que la Bretagne n'avait pas le poids démographique de l'Angleterre, mais la différence n'était pas si grande que l'avantage de la position géographique n'ait pu la compenser : un peu plus d'audace, une vue d'ensemble plus globalisante, et une partie de l'Amérique serait aujourd'hui bretonne. C'est là que l'on voit comment l'histoire événementielle, si elle n'est pas à même d'expliquer ce qui a réussi, est du moins en mesure d'expliquer pourquoi tant de potentialités prometteuses ont finalement avorté.

6En général, pourtant, si la géographie est ignorée de ceux qui racontent l'histoire, au Moyen Âge et depuis, elle ne l'a jamais été des acteurs de l'histoire. Autant il est rare que dans le récit de telle ou telle guerre, ou de telle ou telle suite de négociations matrimoniales, le chroniqueur explique au passage pourquoi chacun agissait comme il l'a fait, autant l'analyse du comportement de chacun nous montre qu'il était comme contraint d'agir ainsi, pour assurer la continuité de ses domaines, l'exportation aisée de ses produits, et la maîtrise des ressources nécessaires à la guerre : alimentation en grands arbres pour la mâture, maîtrise des pays producteurs de cordages ou de voiles, contrôle des forges.

7On retrouve ces préoccupations géographiques jusque dans le détail des opérations militaires, car seules elles expliquent l'acheminement mis à contrôler telle ville, tel pont, telle entrée de rade. Le chroniqueur ne connaît pas trop le pourquoi de ces manœuvres, ces cheminements tortueux, ces efforts pour maîtriser une colline : il décrit ce qui s'est passé. Seul le chef sait le pourquoi de ces opérations.

8Il en va de même pour les divers découpages de la Bretagne auxquels les compétiteurs ont failli se résigner : tous reposent sur un impératif géographique. Puisque la Bretagne est riche sur son pourtour et pauvre en son centre, il faut toujours associer un segment de littoral à un quartier de montagnes de l'intérieur, et constituer des ensembles par assemblage de secteurs (les secteurs de l'ouest, littoral et montagnes réunis, opposés aux secteurs de l'est ; les secteurs du nord contre ceux du sud). Le découpage en départements n'échappera pas à la règle, même si l'un des projets étudiés comportait un sixième département, formé uniquement des montagnes de l'intérieur.

9De même, tous ceux qui ont tenté de se tailler au sein du duché des fiefs importants en ont cherché la solidité dans l'assemblage de quartiers, tandis que la politique des ducs était de détruire ces fiefs cohérents, géographiquement rationnels, dès qu'ils le pouvaient ; c'est exactement ce qui, dans une période plus récente et quasi-actuelle, avait incité le gouvernement de Vichy à démembrer la Bretagne en créant une région du même nom, privée de la Loire Atlantique : en rompant la cohérence entre l'aire administrative et l'aire économique, ils rendaient la nouvelle région économiquement non viable à elle seule, et ils éloignaient donc le spectre de l'indépendance bretonne

La géographie actuelle de la Bretagne : un simple maillon dans une chaîne de géographies successives

10Ce qui conduit les géographes bretons du xxe siècle à se mêler d'histoire, c'est qu'en Bretagne les contraintes qui pèsent sur la géographie, et surtout si l'on se préoccupe (plus que dans d'autres régions) de géographie appliquée ou volontariste, ne tiennent pas seulement au poids des données physiques, elles sont ici largement conditionnées par l'héritage des géographies précédentes. Certes, ces géographies d'autrefois ont été marquées par le poids des hommes et des événements et, en ce sens, une historiographie qui insiste sur les décisions des chefs est plus justifiée qu'ailleurs : à maintes reprises il y a eu un choix à faire, et ce choix ancien limite encore aujourd'hui la liberté que nous avons d'aménager selon nos besoins. Mais ce qui importe n'est pas la décision prise, c'est son application : la « nouvelle géographie » qui, à chaque siècle, résulte des péripéties de l'histoire politique. Les géographes du siècle qui s'achève rêvent donc d'historiens qui leur fournissent une série de géographies successives sur lesquelles ils puissent s'appuyer, et c'est ce qu'ils ne trouvent pas chez les historiens de l'événementiel. Même dans un domaine où nous pourrions dire que nous disposons de documents fiables sur ces structures géographiques anciennes, celui de la cartographie, la plupart des historiens à l'ancienne mode (et trop encore des historiens actuels) ont traité par le mépris les documents qui nous sont parvenus. Cela se comprend parce qu'ils avaient retenu de leurs études mixtes (histoire et géographie) de solides principes touchant ce que doivent être de bonnes cartes, et qu'ils ne retrouvaient rien de tout cela dans les cartes anciennes En fait, le langage des cartographes a beaucoup évolué au cours des âges, et on ne peut comprendre ces cartes, et en tirer les renseignements opérationnels pour lesquels elles avaient été dressées, qu'en se mettant à la place de ces cartographes. C'est seulement à cette condition que nous pouvons faire plein usage de ces cartes.

11Un cas très remarquable est celui de la carte de Bretagne publiée en 1630 par Hardy, maréchal des logis du roi (c'est-à-dire officier général responsable du choix des itinéraires à suivre par les troupes en mouvement et de leur ventilation, lors des étapes, entre divers cantonnements). Le titre de la carte annonce sans fard son origine militaire et sa destination utilitaire. Il est vrai que les contours sont fort inexacts, l'échelle parfois incertaine, les coordonnées toujours fausses. Il est vrai aussi que le lecteur moderne cherche en vain sur la carte le tracé des routes, et que peu de ponts y sont portés. C'était assez, à nos yeux modernes, pour lui refuser toute possibilité d'emploi comme document historique fiable. Mais pour les géographes il suffit de changer d'optique, donc de ne pas tenir compte de ces côtés erronés, et de se mettre à la place des utilisateurs de l'époque, pour mesurer l'ampleur des renseignements utiles : si les routes ne sont pas tracées, c'est simplement parce que l'usage de les indiquer par un trait simple ou double n'apparaîtra qu'en 1685 ; mais on les reconnaît sans peine par la grande densité des noms de lieux tout du long de l'itinéraire, et par l'indication de villages infimes, ceux-là même qui à la fin du siècle seront répertoriés comme relais de postes ou grandes auberges.

12De même que, si les ponts ne sont rarement figurés avec un signe de pont (un trait double perpendiculaire à la rivière, par exemple, ou un figuré en perspective donnant le nombre d'arches) on les reconnaît à leur nom (du type Pont Quort, Pont Trohay, Pont Troles — il y en a une trentaine) et on s'aperçoit qu'au voisinage des villes il y en a trois ou quatre sur chaque rivière, pour répartir les troupes entre plusieurs itinéraires. Et si l'on pousse l'analyse plus loin, on constate que ces routes et ces ponts bien détaillés jalonnent les itinéraires effectivement suivis par les troupes royales lors des guerres de la Ligue. C'est bien là un document historique de grande valeur !

13De plus, c'est un document opérationnel : il a été imprimé sur l'ordre de Richelieu, en même temps que toute une série de cartes de détail publiées parTassin, et alors que Richelieu lançait la grande enquête dont il nous est resté le manuscrit de Dubuisson-Aubenay (1636) : il s'agissait de collecter et de publier sur la Bretagne une masse documentaire grâce à laquelle le pouvoir central puisse intervenir à bon escient en cas de guerre civile ou étrangère.

14Or, de cette carte, il n'a guère été fait usage par les historiens bretons autrement que comme d'une illustration gratuite en marge de textes concernant cette époque.

15C'est cette mentalité de mépris pour les documents graphiques qui ne s'inscrivaient pas dans le strict point de vue des historiographes que les géographes ont tenté, tout au long du siècle, de faire perdre aux historiens.

Les géographes comme moteur de la conversion de l'histoire

16Il ne faudrait pas exagérer et tout attribuer à l'influence des géographes ; Ils sont simplement en Bretagne plus qu'ailleurs venus en appoint au grand mouvement de transformation des points de vue que l'on groupe volontiers comme reflétant l'influence de l'école des Annales. Ce qui importe ici est de faire remarquer l'ampleur des héritages : beaucoup plus riche que disaient d'elle les manuels scolaires du début de l'enseignement public et obligatoire, la Bretagne n'avait pas partout des dispositions naturelles très encourageantes, et une grande partie de ses capacités provenaient, non de la nature, mais du patrimoine légué par les géographies antérieures. C'est parfois un patrimoine ressenti comme gênant, comme le fut le bocage lors de l'introduction du machinisme agricoles ; c'était plus souvent un patrimoine compris comme la base de nouvelles formes de développement, le tout étant de ne pas vouloir calquer l'agriculture bretonne sur celle de la Beauce, ni son industrie sur celle de la Lorraine.

17C'est pour bien peser les avantages et les inconvénients de ces héritages, pour comprendre l'existant, et plus encore peut-être pour bien préparer le futur que les géographes ont tenté d'influencer les historiens. Plus que la plupart de leurs collègues d'autres régions, ils ont conservé les liens traditionnels entre les disciplines sœurs, et c'est ce qui leur a permis d'agir par deux voies : d'une part faire une grande part à la géographie historique, au point d'être souvent tentés de se faire historiens (il n'est presque aucun d'entre eux qui n'ait souhaité, à un moment ou à un autre, d'écrire lui-même une Histoire de la Bretagne, comme un préambule à une géographie de la Bretagne) ; et, d'autre part, d'insister plus ou moins discrètement, auprès des historiens, leurs anciens camarades d'étude, pour qu'ils changent un peu leurs orientations.

18C'est ce qui a permis par exemple d'affiner peu à peu la datation du bocage, et chaque fois pour le vieillir ou le rajeunir jusqu'à ce que le relais des historiens soit pris par les archéologues pour savoir s'il a commencé à l'âge du Fer, à l'âge du Bronze, au Néolithique, en tout cas à la première époque pendant laquelle l'intensification de l'agriculture a contraint de lutter contre l'érosion qui en résultait.

19De même l'histoire des villes a changé d'orientation quand les paysages urbains successifs, dont les géographes avaient besoin pour comprendre certaines bizarreries importantes de la géographie urbaine actuelle, sont entrés dans le champ des préoccupations des historiens. La grande difficulté de cette révolution des historiens tenait à ce qu'après dix siècles de récits chronologiques et objectifs, rythmés par les personnalités et les événements, il fallait reconstruire de toutes pièces une histoire des peuples et de paysages. C'est là peut-être que les géographes ont rendu aux historiens les plus grands services : ayant hérité vers 1900 de la méthodologie des historiens et de leurs disciplines annexes, et ayant bâti à parti de cela leur propre méthodologie ils pouvaient désormais fournir aux historiens des méthodes et techniques adaptées à l'histoire des paysages. Leurs sciences auxiliaires, telle que l'usage des plans cadastraux, des photographies aériennes, des cartes anciennes et modernes, de la toponymie, et plus récemment de la télédétection satellitaire, leur permettaient de mieux comprendre la formation historique des villes et des villages, la mise en place du réseau des communications, la succession dans le temps des défrichements du bocage, bref tout ce qui forme l'armature de notre patrimoine.

20De même, dans les paysages naguère considérés comme déserts par les historiens, les sociologues et les citadins, comme ceux de la côte, leur soudain accès, grâce au tourisme, au rang de territoires rentables exigeait l'étude de leur rôle obscur pendant les périodes dépourvues d'archives les concernant, car si le travail réalisé sur le littoral n'avait guère laissé de traces écrites, ou graphiques, il avait laissé des traces matérielles qu'il fallait comprendre avant de choisir entre les détruire et les réhabiliter.

21Ainsi le xxe siècle aura été en Bretagne bien plus qu'ailleurs celui des retrouvailles entre historiens et géographes, marquées du côté des géographes par un attachement de plus en plus fort à la géographie du passé et, du côté des historiens, par le remplacement progressif de l'histoire des événements par l'histoire des paysages.

Notes

1 Jean-Pierre Pinot s'est éteint le 16 novembre 2000 à la suite d'une longue et cruelle maladie. Il avait 70 ans. Né à Paris, il était devenu breton du Trégor par son mariage. Spécialiste de géographie physique (sa thèse concernait le précontinent breton), il avait été successivement professeur de géographie à Nantes puis à Brest. Il s'était beaucoup investi dans la coopération entre historiens et géographes. Il avait présidé l'Association régionale des professeurs d'histoire et de géographie et était membre de plusieurs sociétés savantes. Ses derniers travaux ont porté sur les anciennes cartes de Bretagne et sur l'édition de l'enquête de Dubuisson-Aubenay sur la Bretagne. Chaleureux, passionné, Jean-Pierre Pinot laissera le souvenir d'un chercheur toujours en éveil, soucieux d'élargir constamment ses connaissances.

Auteur

Université de Bretagne occidentale (Brest)

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540