Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chroniqueurs et historiens de la Bretagne

 | 
Noël-Yves Tonnerre

Edmond Durtelle de Saint-Sauveur (1881-1956)

Noël-Yves Tonnerre

Texte intégral

1Dans l'introduction à ce volume, a déjà été évoquée la figure d'un grand juriste Marcel Planiol. C'est à lui que l'on doit le développement de l'enseignement de l'histoire du droit à la faculté de droit de Rennes. Après avoir consacré son enseignement à une étude critique de l'Ancienne coutume de Bretagne, il s'était engagé dans une longue histoire des institutions de la Bretagne. On dira ici quelques mots sur un autre grand historien du droit, Edmond Durtelle de Saint-Sauveur, professeur à la faculté de droit de Rennes pendant trente-trois ans de 1920 à 1953.

  • 1 Né en 1838, le père d'Edmond de Saint-Sauveur, receveur des contributions indirectes avait quitté (...)
  • 2 Le nom de Saint-Sauveur vient d'un domaine que la famille possédait dans l'Angoumois au-dessus de (...)

2Né à Moisdon-la-Rivière près de Châteaubriant le 3 mars 1881, Edmond de Saint-Sauveur était par son père d'origine périgourdine1 Ses ancêtres avaient été maîtres de forge à Badil dans le Périgord vert à la limite de l'Angoumois2. Proches de l'abbaye bénédictines de Bussières, les ancêtres du juriste avaient également exercé pendant toute l'époque moderne (depuis 1598 au moins) les fonctions de juge et de sénéchal. Par sa mère, Edmond de Saint-Sauveur se rattachait à une vieille famille de magistrats de Rennes, les Lemintier. Un arrière-grand-père du futur historien, Julien Rubillon du Lattay avait vécu en Bretagne. Avocat au parlement de Rennes, il avait appartenu au cabinet de Lanjuinais. N'étant pas d'accord avec le projet de constitution civile du clergé, il avait donné sa démission. Par sa mère, Edmond de Saint-Sauveur se rattachait à une vieille famille de magistrats de Rennes. On trouvait également dans la famille maternelle quelques ecclésiastiques : un grand oncle de son grand père, Monseigneur Lemintier, avait été le dernier évêque de Tréguier.

  • 3 En 1908, E. Durtelle de Saint-Sauveur publia une étude sur les pays d'obédience : Les pays d'obédi (...)
  • 4 Pour des raisons de santé, E. Durtelle avait été exempté du service militaire. Son frère aîné, off (...)
  • 5 La conclusion de la quatrième édition de l'Histoire de la Bretagne mérite d'être cité car l'auteur (...)

3Après de brillantes études secondaires au collège Saint-Vincent de Rennes, Edmond de Saint-Sauveur s'inscrivit à la faculté de droit de Rennes puis il porta très vite son intérêt sur l'histoire du droit. Dès 1904 il publiait une première étude sur les droits de bail seigneurial et de rachat en Bretagne ; quelques autres articles3 devaient suivre en attendant la réalisation de sa thèse de doctorat sur le sort juridique des possesseurs de fiefs laissés mineurs par la mort prématurée de leur père. Après avoir été reçu à l'agrégation de droit, il commença sa carrière universitaire à la faculté de droit d'Alger en 1911, il enseigna ensuite à l'institut de droit du Caire4 et c'est en 1920 qu'il revint à Rennes qu'il ne devait plus quitter. Dans son enseignement comme dans sa recherche, l'histoire de la Bretagne occupa dès lors une place essentielle. Il exerça également des charges administratives importantes puisqu'il fut doyen de la faculté de droit à un moment difficile, de 1938 à 1941. Ses tâches administratives ne l'empêchèrent pas de participer aux activités de la Société Archéologique d'Ille-et-Vilaine dont il fut président de 1947 à 1949, il fut également un membre très actif de la Société d'Histoire et d'Archéologie de la Bretagne. Comme devait le souligner Barthélémy Pocquet du Haut-Jussé lors de son décès, Edmond Durtelle a laissé le souvenir d'un personnage discret mais aux convictions fortes5. Il savait prendre des positions courageuses quand il estimait que cela était nécessaire. Ainsi au lendemain de la guerre il témoigna lors du procès de Taldir Jaffrenou.

  • 6 Jean Delumeau (dir.), Histoire de la Bretagne, Toulouse, Privât, 1969. Sensible à la nouvelle hist (...)
  • 7 E. Durtelle de Saint-Sauveur, s'il avait un profond respect pour l'œuvre monumentale de La Borderi (...)
  • 8 Histoire de Bretagne, p. 56. Il s'agit de l'interprétation de la mention régnante Jarnhitino au ba (...)
  • 9 Rappelons que c'est Barthélémy Pocquet de Haut-Jussé qui a terminé l'Histoire de Bretagne d'Arthur (...)

4Edmond Durtelle de Saint-Sauveur publia en 1935 son Histoire de La Bretagne, ouvrage qui devait recevoir le prix Gobert de l'Académie française et devenir un grand classique de l'histoire bretonne puisqu'il fut réédité quatre fois. Il faut dire que jusqu'à la parution en 1969 de l'Histoire de la Bretagne dirigée par Jean Delumeau, il fut le seul ouvrage offrant une information rigoureuse sur l'histoire de la péninsule6. Si le contenu reste très événementiel malgré quelques passages sur la société et la vie culturelle, l'auteur n'hésite pas à évaluer constamment la crédibilité de telle ou telle source. Des notes de bas de page renvoient à des travaux récents apportant une nouvelle problématique. Ce souci d'une histoire critique se conjugue avec un style très limpide, volontiers neutre, loin des envolées lyriques de la Borderie7. Les volumes de 435 et 508 pages se répartissaient autour de la date pivot de 1532. A l'intérieur des deux grands ensembles chronologiques le déséquilibre est net car l'auteur privilégie les périodes où l'abondance des sources offre des bases solides pour établir une histoire vraisemblable. Dans le premier volume, Edmond de Saint-Sauveur n'accorde qu'une très faible place à la préhistoire et à l'Armorique romaine, une vingtaine de pages. L'auteur se refuse à appréhender un domaine archéologique qu'il connaît mal. Celui-ci est d'ailleurs très insuffisamment exploré à l'époque. Il affiche la même prudence vis-à-vis des origines bretonnes où, citant Mgr Duchesne, il parle de la « légende dorée des saints de Bretagne » : pas plus d'une quinzaine de pages sur les ve-vie siècles. On est loin de La Borderie où près des deux tiers du premier tome de l'Histoire de Bretagne, soit 280 pages, avaient été consacrées à la période des migrations. Certes, l'auteur reste fidèle à la chronologie établie par La Borderie (qui était en fait celle défendue par J. Loth) mais il refuse que la plou et le machtiern soient liés à une organisation clanique. Cette méfiance vis-à-vis des apports insulaires est encore plus vive pour le ixe siècle. E. Durtelle met en évidence l'inspiration franque, refusant de voir dans les boni homines une institution proche du monde gallois, rejetant par exemple l'idée qu'il y ait pu avoir un nouveau chef national breton à la mort de Charlemagne8. Proche de Marcel Planiol, il met bien en évidence l'influence carolingienne sur l'Armorique. Le royaume breton occupe encore une place restreinte dans l'œuvre d'E. Durtelle. C'est à partir du moment où les sources deviennent plus régulières, même si elles sont encore retreintes, que le propos s'élargit. Le tableau de la Bretagne féodale est certes traditionnel mais il est équilibré. Les événements ont ici une place exceptionnellement restreinte et l'auteur présente aussi les différents fiefs bretons, les institutions féodales avec les transformations provoquées par les Plantagenêts et l'évolution de l'Eglise. Sous le titre « la Bretagne ducale » la période de Pierre Mauclerc à 1532 est traitée en plus de 200 pages. Si la guerre de Succession est longuement étudiée, l'auteur s'attarde aussi sur la fin de l'indépendance bretonne. Dans le second volume, l'époque moderne fait l'objet de très longs développements (plus de 300 pages). C'est incontestablement la période que l'auteur connaît le mieux et le tableau qu'il dresse de la province d'Ancien Régime touche tous les domaines même si l'évolution économique et sociale est rapidement tracée. L'originalité du travail de Durtelle de Saint-Sauveur vient de la place qu'il donne à la Révolution. Alors que pour La Borderie, l'histoire de la Bretagne s'arrête avec les événements de 17899, l'historien du droit insiste longuement (90 pagesjsur les origines de la Révolution en Bretagne puis sur la reconstruction de la Bretagne dans le cadre d'une France nouvelle. S'il est sévère pour les excès révolutionnaires, il s'efforce de dresser un tableau aussi objectif que possible de la période de la Révolution et de l'Empire. 11 a bien vu en particulier la diversité de la Bretagne face à l'événement fondateur de la France contemporaine. Soixante pages suffisent enfin pour parler du xixe siècle et du début du xxe siècle. Par-delà la prudence de l'historien qui réclame du recul pour retracer l'histoire, il y a incontestablement beaucoup de réticences vis-à-vis du Second Empire et de la Troisième République qui ont amené des déséquilibres économiques et un excès de centralisation.

  • 10 Les trois premiers tomes de l'ouvrage ont été édités à Rennes de 1953 à 1955 (Cercle de Brocéliand (...)

5Après son Histoire de la Bretagne, E. Durtelle de Saint-Sauveur allait consacrer les dernières années de sa vie à la publication de L'Histoire des institutions de la Bretagne de Marcel Planiol. Le travail était considérable puisqu'il était nécessaire d'établir de nombreuses notes de référence. L'œuvre devait être achevée par son successeur à la faculté de droit de Rennes : Jacques Bréjon de la Vergnée10.

6L'œuvre d'Edmond Durtelle de Saint-Sauveur est donc une étape importante dans l'historiographie bretonne. Elle témoigne de sa vitalité avant que l'essor de la recherche universitaire n'ouvre une nouvelle phase dans la connaissance de l'histoire de la Bretagne.

Notes

1 Né en 1838, le père d'Edmond de Saint-Sauveur, receveur des contributions indirectes avait quitté le Périgord pour la Bretagne. Nous tenons ici à remercier Noël Durtelle de Saint-Sauveur pour les informations qu'il nous a donnés sur ses origines familiales.

2 Le nom de Saint-Sauveur vient d'un domaine que la famille possédait dans l'Angoumois au-dessus de Martron, tout près de La Rochefoucauld.

3 En 1908, E. Durtelle de Saint-Sauveur publia une étude sur les pays d'obédience : Les pays d'obédience dans l'ancienne France, étude de droit public ecclésiastique, Rennes, Plihon, 1908, 105 pages. En 1910 un autre travail porta sur l'histoire de la théorie de la mort civile des religieux, Recherches sur l'histoire de la mort civile des religieux, des origines au seizième siècle, Rennes, Prost, 1910,216 pages.

4 Pour des raisons de santé, E. Durtelle avait été exempté du service militaire. Son frère aîné, officier, fut tué lors de l'offensive allemande de 1918. E. Durtelle s'intéressa au droit musulman comme en témoignent plusieurs ouvrages de sa bibliothèque. 11 s'efforça aussi d'analyser l'influence du droit français en Égypte comme le prouve un article qu'il ne publiera qu'en 1930 : « Le droit français en Egypte » dans les Travaux juridiques et économiques de l'Université de Rennes, t. X, 1910.

5 La conclusion de la quatrième édition de l'Histoire de la Bretagne mérite d'être cité car l'auteur n'hésite pas à afficher ses convictions profondément françaises et profondément bretonnes : « Justement fière de son passé, la Bretagne quelles que soient les difficultés de l'heure présente est confiante en son avenir. Elle a foi dans la persistance de son individualité, conservée jusqu'ici à travers toutes les vicissitudes de l'histoire présente. Elle a dans plus d'un cas, il faut le reconnaître, souffert d'une centralisation excessive. Elle a parfois l'impression fâcheuse d'être traitée avec moins de bienveillance que d'autres régions plus favorisées. Que si elle demande un meilleur aménagement de la maison nationale, il ne convient pas de la suspecter. Bien plutôt, c'est de sa part un désir parfaitement légitime. Il peut et il doit trouver sa réalisation dans le cadre sacré de l'unité. »

6 Jean Delumeau (dir.), Histoire de la Bretagne, Toulouse, Privât, 1969. Sensible à la nouvelle histoire, cette histoire de la Bretagne privilégiait la société, l'économie et l'histoire de l'art. Il ne s'agissait plus ici d'une histoire à dominante événementielle.

7 E. Durtelle de Saint-Sauveur, s'il avait un profond respect pour l'œuvre monumentale de La Borderie avait néanmoins un regard critique sur les conceptions historiques de l'historien. À la fin du second tome de l'Histoire de la Bretagne, p. 464, on trouve cette réflexion : « Un souffle puissant de patriotisme anime constamment son récit et lui communique une vie intense. Mais, tout en rendant hommage à la profonde érudition de La Borderie et à son talent d'évocation, on a pu regretter chez lui des exagérations de langage et un parti-pris persistant qui n'est pas sans diminuer la valeur de son œuvre. » La critique est d'autant plus vive qu'il loue au contraire l'objectivité et le sens critique de deux autres hisroriens contemporains : Joseph Loth et B. Pocquet. Sur Joseph Loth l'opinion d'Edmond Durtelle de Saint-Sauveur est élogieuse : « Joseph Loth ne s'est pas seulement fait connaître comme le maître de la philologie celtique. II a été aussi un remarquable historien. Son ouvrage sur l'Émigration bretonne en Armorique, publié en 1883, se distingue à la fois par son érudition et par son caractère nettement objectif. » Barthélémy Pocquet, historien du xixe siècle (et père de Barthélémy Pocquet de Haut-Jussé qui consacra sa thèse aux relations entre les papes et les ducs de Bretagne) est également admiré pour son objectivité, Durtelle de Saint-Sauveur lui reproche cependant d'avoir négligé les sociétés de pensée dans l'étude des origines de la Révolution.

8 Histoire de Bretagne, p. 56. Il s'agit de l'interprétation de la mention régnante Jarnhitino au bas d'un acte du cartulaire de Redon.

9 Rappelons que c'est Barthélémy Pocquet de Haut-Jussé qui a terminé l'Histoire de Bretagne d'Arthur de La Borderie.

10 Les trois premiers tomes de l'ouvrage ont été édités à Rennes de 1953 à 1955 (Cercle de Brocéliande). Le premier tome contient un avant-propos d'E. Durtelle de Saint-Sauveur.

Auteur

Université d'Angers

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540