Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chroniqueurs et historiens de la Bretagne

 | 
Noël-Yves Tonnerre

Prêtres érudits ou prêtres historiens ? L'exemple nantais, xixe-xxe siècles

Marcel Launay

Texte intégral

  • 1 G. Cholvy, « Clercs érudits et prêtres régionalistes », dans « Des bénédictins érudits aux prêtres (...)
  • 2 V. Carrière, Introduction aux études d'histoire ecclésiastiques locale, tome I Paris 1936.
  • 3 C. Langlois, « Des études d'histoire ecclésiastique locale à la sociologie religieuse historique. (...)
  • 4 Cf. Rogé, Le simple prêtre, Paris, 1965.

1On a pu constater que les années 1950 avaient vu progressivement disparaître la plupart des représentants de ce qu'on a qualifié de clergé « savant », dans la tradition du xixe siècle1 Ces prêtres érudits dont certains étaient passés par l'Université, mais d'autres de simples autodidactes, s'intéressaient à des domaines très variés, littérature, philosophie, science et histoire, avec une prédilection toute naturelle pour l'histoire religieuse. Appartenant à des sociétés savantes locales ou nationales comme la Société d'histoire ecclésiastique de France, ils publiaient dans leurs revues le résultat de leurs travaux. Ils poursuivaient ainsi l'œuvre de leurs prédécesseurs du siècle précédent durant lequel les prêtres régionalistes s'étaient particulièrement illustrés. On avait ainsi vu se multiplier les monographies locales mais également de plus vastes entreprises que V. Carrière présentera à la veille de la Seconde Guerre mondiale dans son Introduction aux études d'histoire ecclésiastiques locales2. On y avait cultivé « le prestige de la charte, du sceau, du cartulaire, de l'héraldique3 ». Les conditions d'exercice du ministère au xxe siècle ayant considérablement changé pour le clergé français, il était normal que le monde des prêtres « savants » s'amenuise avec le temps4. Aussi est-il intéressant de constater que cette catégorie va cependant survivre dans les diocèses jusqu'à une époque relativement récente par des représentants en nombre limité, mais dont les travaux ne sont pas négligeables. En nous bornant ici aux seules études historiques et à un diocèse, celui de Nantes, nous évoquerons quelques silhouettes de prêtres « historiens » dont le cursus est d'ailleurs contrasté, pour les deux derniers siècles.

  • 5 Nous sommes particulièrement redevables pour cette étude au mémoire de maîtrise de R. Fraslin, Les (...)
  • 6 Berger, L'épiscopat nantais de Monseigneur Villepelet 1936-1966, Nantes, 1992, p. 12 sq.
  • 7 Il s'agit de la thèse de M. Faugeras, Le diocèse de Nantes sous la Monarchie censitaire, 2 vol., F (...)
  • 8 H. d'Ozouville, Père, maire, évêque. Autobiographie de J.-F. de Hercé, Montsurs, 1985.
  • 9 cité par M. Faugeras, op. cit., tome I, p. 359.
  • 10 Cf. « lettre circulaire de M » ' l'évêque de Nantes à M M. les curés de son diocèse pour leur dema (...)
  • 11 Cité par M. Launay, Le diocèse de Nantes sous le second Empire, Nantes 1982, tome I. L'abbé Cahour (...)

2Ces ecclésiastiques s'inscrivent dans un corpus de prêtres érudits qui compte pour la période 1849-1950 une cinquantaine de noms dont une vingtaine pour le xxe siècle, la liste diminuant considérablement à la veille du concile Vatican II5. Dans celle-ci les « historiens » de formation diverse sont plus de la moitié, mais on compte également des botanistes, des géologues, des musicologues etc., certains cultivant une curiosité polymorphe. L'évêque de Nantes, Mgr Villepelet (1936-1966) illustre à lui seul ces intérêts divers avec cependant une prédilection particulière pour l'histoire6. Il encourage à ce titre la première thèse universitaire consacrée à l'histoire de son diocèse au xixe siècle et publie lui-même plusieurs ouvrages hagiographiques7. Il renoue ainsi avec une tradition illustrée au siècle précédent par son prédécesseur Mgr de Hercé8. Humaniste et bibliophile, celui-ci avait laissé au diocèse à son décès en 1849 une bibliothèque de plus de 700 titres, dont de nombreux ouvrages en langues étrangères. En effet le prélat joignait à la connaissance des langues anciennes, grec, latin, hébreu, une parfaite pratique de l'anglais, mais également des notions de plusieurs langues orientales comme l'arabe et le chinois. Un de ses amis à ce sujet avait pu écrire : « Ce n'était ni un philologue ni un philosophe, mais un littérateur et un artiste qui apprenait une langue pour jouir des beautés de sa littérature et pour charmer son imagination par la lecture de ses poètes et de ses orateurs... Je n'ai pas connu d'homme dont le sens littéraire fut plus exquis, qui savourât avec le plus de plaisir le parfum d'une phrase ou d'un mot9... » Sans avoir ces talents, Mgr Jaquemet, sous le Second Empire, s'était intéressé tout particulièrement à l'histoire de son diocèse en lançant des enquêtes sur la période révolutionnaire et en stimulant l'intérêt de son clergé pour ces questions10. Le retour à la liturgie romaine en 1859 avait été en particulier l'occasion de se pencher sur le passé avec l'étude des cultes locaux. L'évêque faisait davantage, allant dans certains cas jusqu'à lire les manuscrits des prêtres érudits et en leur faisant part de ses remarques : « Quelques négligences de style, avait-il noté à propos du travail de l'abbé Cahour sur l'abbé Orain, le curé de Derval ; quelques formes répétées, parfois peut-être une trop grande affectation de simplicité sont des défauts qu'il vous sera facile de faire disparaître11. » Ainsi s'était constituée sous la houlette épiscopale une tradition qui ne devait pas être démentie au siècle suivant.

  • 12 Cf. B. Dupin de Beyssat, L'enseignement secondaire catholique dans le diocèse de Nantes de la loi (...)
  • 13 Chanoine Eriau, L'Institution Saint-Joseph d'Ancenis - Son histoire - Son quatrième centenaire, Na (...)
  • 14 A. Bachelier, Les filles de la Charité du Sacré-Coeur de Jésus de la Salle-de-Vihiers, La Salle-de (...)
  • 15 L'ouvrage est publié dans la collection des « Études de théologie et d'histoire de la spiritualité (...)
  • 16 Notice par M. Launay dans le Dictionnaire du monde religieux - La Bretagne, op. cit., p. 207, égal (...)

3Dans ce clergé nantais, l'histoire est d'abord représentée par les professeurs. Rien d'étonnant à cela lorsque l'on sait que la Loire-Atlantique compte plusieurs maisons d'éducation religieuse ou collèges, Saint-Stanislas, l'Externat des Enfants-nantais, Saint-Joseph d'Ancenis etc. où enseignent encore plus de 180 prêtres séculiers dans les années 195012. Tous n'ont pas fait des études supérieures, mais quelques-uns, ayant acquis la licence, associent à leur enseignement la rédaction d'ouvrages scolaires qui vont faire autorité. C'est le cas du chanoine Sécher à Saint-Stanislas qui publie dans les années 1940 plusieurs manuels à l'usage des élèves du secondaire aux éditions Beauchesne : L'Antiquité, Le Moyen Age, Lectures historiques etc. Certains vont poursuivre des travaux plus pointus en préparant un doctorat ès-Lettres. Jean-Baptiste Eriau après quelques années d'exercice à l'Externat des Enfants-nantais a soutenu dès 1929 une thèse consacrée à « l'ancien Carmel du Faubourg Saint-Jacques 1604-1792 ». 11 poursuivra sa carrière comme supérieur de Saint-Joseph d'Ancenis jusqu'à sa mort en 1948. Il est de plus l'auteur d'une histoire de cet établissement dont la fondation remontait au xvie siècle13. Si la proximité de l'Université catholique d'Angers a permis à plusieurs ecclésiastiques de poursuivre des études supérieures, deux d'entre eux accéderont à un poste de professeur dans cet établissement en 1933 et 1943. Le premier, le chanoine Bachelier, avait soutenu en 1934 ses deux thèses portant sur l'Oratoire de Nantes aux xviie et xviiie siècles » et « le Jansénisme à Nantes », Il s'intéressera par la suite à l'histoire de plusieurs congrégations féminines de la région, en particulier aux Filles de la charité du Sacré-Cœur de Jésus de la Salle-de-Vihiers dont il retrace les origines dans un copieux volume en 194914. Quant au chanoine E. Catta, il publie en 1954 sa thèse consacrée à « la Visitation Sainte- Marie de Nantes 1630-1792 » et poursuivra une longue carrière d'universitaire comme professeur d'histoire ancienne et byzantine15. Parmi ces enseignants une figure originale se détache au xixe siècle : celle de l'abbé Joly. Nommé au petit séminaire de Guérande, ce mennaisien est tenu en suspicion par ses supérieurs. Travailleur infatigable, il poursuit parallèlement à son enseignement la rédaction de nombreux ouvrages restés manuscrits. Ce n'est qu'à la fin de sa vie qu'on découvre l'importance de sa production : trois volumes ou Cours de conférences religieuses, quatre volumes ou Tableau général de l'histoire de l'Église, un cours d'histoire et plusieurs travaux historiques. Etonnés de découvrir un savant dans le vieil ecclésiastique, ses confrères proposent alors à l'évêché l'édition de ses ouvrages, ce qui est refusé. Il mourra dans l'oubli16.

  • 17 F. Durand, La Société archéologique de Nantes 1845-1920, mémoire de maîtrise, Nantes 1990.
  • 18 R. Fraslin comptabilise 125 articles de prêtres érudits dans un bulletin entre 1859 et 1945.
  • 19 H. Maillard, Nantes et le département au xixe siècle — Littérateurs, savants, musiciens et hommes (...)
  • 20 Cf. J. de Kersauzon, État séculaire du clergé dans le diocèse de Nantes, Nantes, 1892, p. 49
  • 21 Cahour (abbé), Notice et critique sur saint Émilien, évêque de Nantes, Nantes, 1859.
  • 22 M. Launay, Le diocèse de Nantes sous le Second Empire, op. cit., tome I, p. 256-257.

4Après ces itinéraires somme toute classiques, il faut maintenant retracer des parcours beaucoup moins linéaires. Ceux-ci sont d'ailleurs le fait de la majorité de nos historiens, compilateurs, biographes, archéologues et autres dont la plupart sont des autodidactes. On retrouve leurs noms parmi les membres de la « Société historique et archéologique de Nantes et de la Loire-inférieure » et au bas d'articles publiés dans diverses revues comme le Bulletin de la dite société17. Celui-ci, du début du siècle à 1950, compte une centaine de ces publications avec certains auteurs particulièrement féconds18. Parmi ceux-ci un petit groupe est constitué par les archéologues au premier rang desquels il faut citer l'abbé Abel Cahour (1812-1902), présenté par E. Maillard dans son ouvrage sur les « Littérateurs savants » de Nantes au siècle dernier comme un « travailleur modeste et zélé défenseur des légendes des saints bretons19 ». Originaire du diocèse de Rennes, ordonné en 1839, l'ecclésiastique est d'abord professeur au petit séminaire de Nantes, puis vicaire à la paroisse Saint-Nicolas de cette ville, aumônier du pensionnat des frères en 1844, du lycée en 1851 et de la maison de la Grande Providence en 187920. Il termine sa carrière comme chanoine honoraire de Nantes et d'Autun. Membre de la commission mise en place en 1852 par Mgr Jaquemet pour préparer le retour du diocèse à la liturgie romaine dont les recherches se poursuivront jusqu'en 1857, il se consacre d'abord à des travaux hagiographiques et plus particulièrement au cas de saint Emilien21. Le pseudo-evêque de Nantes du viiie siècle, mort à Autun en combattant les « sarrasins », est alors redécouvert et en 1859 on célébra le retour de ses reliques par des cérémonies qui durèrent trois jours et auxquelles participèrent huit prélats dont Mgr Pie auquel revint l'honneur de faire son panégyrique22.

  • 23 Cf. Ph. Guigon, « L'archéologie mérovingienne en soutane à Nantes : l'abbé Abel Cahour (1812- 1901 (...)
  • 24 Sur les deux premiers évêques de Nantes Clair et Enius nous ne savons absolument rien. Cf. N.-Y. T (...)

5Membre de la Société archéologique cette même année, l'aumônier en devient le vice-président en 1867, puis le président de 1868 jusqu'à 1871. Il se tourne alors, sans formation particulière, vers l'archéologie et participe ainsi à plusieurs chantiers de fouilles, en 1868 dans la cour de l'évêché où l'on met à jour un élément du baptistère mérovingien contemporain de la cathédrale chantée par Venance Fortunat, ou en 1872 lors du dégagement des soubassements de la chapelle Saint-Lupien de Rezé23. L'année suivante on le retrouve à l'occasion du chantier de démolition de l'église Saint-Donatien, en compagnie de R. Kerviler, autre archéologue nantais, où il identifie des éléments architectoniques romains et mérovingiens. A 82 ans, en 1894, il est toujours présent lors des fouilles de l'ancienne église Saint-Similien durant lesquelles il croit retrouver des éléments de la « basilique » bâtie, selon la tradition, par saint Clair premier évêque de Nantes24. Durant toutes ces années l'abbé, plus hagiographe que véritablement archéologue, encore qu'il ait eu le mérite de léguer aux générations suivantes des témoignages à jamais perdus sur les premières constructions chrétiennes de Nantes, ne manquera pas de polémiquer avec ceux qui contestaient ses conclusions comme A. de La Borderie ou L. Maitre.

  • 25 M. Launay, Souvenirs iconoclastes - Victor Ménager séminariste au pays nantais au XIXe siècle, Nan (...)
  • 26 Notice nécrologique de La Semaine religieuse, 1943, p. 268, 276, 282.

6Un autre pionnier de l'archéologie mérovingienne en Bretagne est le chanoine Georges Durville. Né à Clisson en 1853 dans une famille de commerçants, il commence ses études à la Roche-sur-Yon où habite un de ses oncles ecclésiastique, avant de rejoindre le petit séminaire de Nantes sur lequel un autre érudit, l'abbé Victor Ménager, a laissé des souvenirs « iconoclastes25 ». Après son grand séminaire il est ordonné prêtre en 1877 et suit quelque temps une formation d'enseignant à l'« École normale ecclésiastique ». Cette institution voulue par Mgr Fournier pour préparer les futurs prêtres professeurs à leur ministère spécifique ne résistera pas à la concurrence de l'Université catholique d'Angers que notre futur archéologue ne fréquentera donc pas. Nommé professeur de seconde au collège Saint-Joseph d'Ancenis, il rejoint ensuite le petit séminaire des Couëts comme professeur de lettres en rhétorique. De 1883 à 1889 il enseigne en troisième à Saint-Stanislas, comme c'est le cas à l'époque où l'enseignement dans le diocèse est un passage quasi obligatoire pour le jeune clergé26.

  • 27 L'abbé Pierre Grégoire (1846-1932) publia plusieurs monographies paroissiales et des articles dans (...)
  • 28 Archiviste de la Loire Inférieure pendant 39 ans, Léon Maître a eu comme successeur E. Gabory.

7Il rejoint ensuite le ministère paroissial. Vicaire à la paroisse Saint-Félix à Nantes puis à Sainte-Croix jusqu'en 1899, il fréquente deux confrères eux-mêmes passionnés d'histoire, les abbés Grégoire et Ollivier qui l'initient au passé nantais27. Dès 1893 il adhère à la Société archéologique, mais avait déjà publié son premier article dans son bulletin sur « Blain et Bobelen au vie siècle » dès 1891. Divers journaux locaux comme « l'Espérance du peuple » ou des revues savantes accueillent désormais sa production jusqu'à sa mort survenue en 1943. Durant près de cinquante ans, G. Durville, aumônier puis chanoine titulaire de la cathédrale en 1906, va pouvoir se livrer à sa passion et plus particulièrement à l'archéologie. Autodidacte, il se forme « sur le tas », au contact des archives et des chantiers de fouille auxquels il est associé, n'hésitant pas à s'opposer à certaines conclusions de son confrère Léon Maitre28. Bibliothécaire et archiviste du Chapitre il travaille à sa manière. Doué d'une mémoire « phénoménale », il se livre à de nombreuses études portant sur des sujets variés, les « Anciens fiefs de Nantes du xe siècle à la Révolution », « Un architecte de la cathédrale de Nantes au xve siècle, Mathurin Rodier... », « Voyage de Louis xive à Nantes » etc. Ces articles prouvent son éclectisme avec un cadre géographique limité à la cité épiscopale et à la région voisine. Il participera également à l'édition des Mémoires de Communes publiées par J. Calmette en 1924-1925.

  • 29 Bulletin de la société archéologique et historique de Nantes, 1943, tome 83
  • 30 Cf. R. Fraslin, op. cit. et, d'une façon plus générale, J.-P. Chaline, Sociabilité et érudition - (...)
  • 31 En 1913 le chanoine avait publié Les fouilles de l'évêché de Nantes (1910-1913), Paris 1993.

8Dans la notice nécrologique qu'il lui consacre dans le bulletin de la Société archéologique, son confrère J.-B. Russon évoque de façon peu flatteuse sa méthode de travail : « Malheureusement M. Durville appartient à cette génération qui fut celle des compilateurs plus que celle des historiens : il entassa les documents et les servit tout crus à ses lecteurs : ceux-ci ne peuvent qu'à grand peine digérer pareille nourriture29. » Évoquant son univers familier, il ajoute : « Quand on ouvrira la salle des archives [du Chapitre] après sa mort, les visiteurs seront épouvantés devant le fatras indescriptible et la saleté repoussante qu'offriront à leurs regards les précieux documents gisant pêle-mêle sur le parquet, entassés sur les tables, émergeant des tiroirs entrouverts ou des chemises éventrées, couvertes, au surplus, d'une poussière noirâtre et de mouches crevées. » Portrait à peine caricatural qui rejoint celui de certains prêtres érudits nantais, ses prédécesseurs, du xixe siècle30. Membre de la commission administrative du musée départemental Dobrée, le chanoine fait paraître le catalogue de cet établissement en 1904. En 1924, à 71 ans, il sera nommé conservateur de ce même musée, et à ce titre, recevra en 1930 le président de la République G. Doumergue qui lui fera décerner la légion d'honneur. Pendant treize années d'exercice à ce poste il fournit un immense travail de documentation et d'inventaire. Son œuvre principale semble bien être ses « Etudes sur le vieux Nantes » parues d'abord dans L'Espérance du peuple, avant d'être reprise dans le bulletin de la Société archéologique. Le tome II de cet inventaire ne sera livré au public qu'en 191531. L'auteur se cantonne dans la partie de la cité qui s'étend des cours Saint-Pierre et Saint-André à l'Erdre, s'attachant à l'historique et à la description de tous les monuments anciens ou vestiges archéologiques susceptibles d'intérêt. Le premier volume sera complété de planches hors-texte avec notes explicatives. A ses recherches personnelles, il ajoute dans sa documentation les références aux auteurs classiques à ce sujet que sont Travers, Mellinet ou Dugast-Matifeux.

  • 32 Cf. Ph. Guigon, art. cit. p. 49.

9Il apparaît aujourd'hui aux yeux des spécialistes que l'évolution qualitative en matière d'archéologie de Cahour à Durville est sensible32. Alors que le premier entend faire plier les faits à ses visées hagiographiques, le second procède de façon plus scientifique et moins engagée. La conservation des sites, si elle est possible, remplace des destructions irréparables. On retiendra cependant que les deux ecclésiastiques ont en commun un goût prononcé de la polémique.

  • 33 Addenda aux notices nécrologiques du Bulletin de la Société archéologique publié en 1945 p. VII sq(...)
  • 34 Cité par R. Fraslin, op. cit., p. 79

10Contemporain de G. Durville, l'abbé Arthur Bourdeaut (1873-1944), vice-président de la Société archéologique en 1925, appartient quant à lui au groupe des ecclésiastiques totalement engagé dans le ministère, mais dont la recherche occupe tous les loisirs. L'histoire qui est un « hobby » les amène à acquérir progressivement un savoir et une méthode qui, si elle n'est pas exempte de défauts, les fait cependant reconnaître dans le monde de l'érudition locale. Vicaire à Vieillevigne, à Nozay, à Saint-Anne de Nantes puis à Notre-Dame de Bon-Port et enfin chapelain à Saint-Pasquier, l'abbé est un pasteur dévoué mais également un « travailleur enragé33 ». Ses études portant essentiellement sur l'histoire régionale sont publiées dans le Bulletin de la Société archéologique, mais également dans les Mémoires de la société d'histoire et d'archéologie de Bretagne. L'archiviste départemental Émile Gabory témoignera de sa méthode : « Acharné à la poursuite d'un document sûr, l'abbé Bourdeaut n'avançait un détail, un fait, que s'il avait des preuves rigoureuses de son authenticité absolue. Ce fut un vrai savant, ayant l'horreur de l'à peu près34. » L'homme était modeste, n'abordant jamais que la « petite histoire ». Sa formation initiale était celle d'un théologien, puisqu'il avait soutenu un doctorat devant l'Université catholique d'Angers portant sur « L'apologétique de Mgr Duvoisin, évêque de Nantes », mais il ne se risquera plus après celui-ci à des travaux d'envergure. L'administration diocésaine ne lui en laissera d'ailleurs pas le loisir.

  • 35 M. Launay, notice sur J.-B. Russon, Dictionnaire du monde religieux - La Bretagne, p. 372-373.

11Dans cette lignée s'inscrit Jean-Baptiste Russon (1884-1961) dont la carrière, après avoir un temps été orientée vers le professorat à la Collégiale Saint-Donatien de Nantes, est ensuite tout entière consacrée au ministère paroissial35. On le retrouve vicaire à Saint-Donatien, curé du Pellerin puis de la Madeleine à Nantes. En 1942, Mgr Villepelet le nommera chanoine titulaire, ce qui lui permettra de consacrer davantage de temps à ses recherches, tout en assurant diverses aumôneries. Autodidacte lui aussi, il comble son manque de formation initiale par de nombreuses lectures et des voyages. Il regrettera toujours de n'avoir pas pu suffisamment pratiquer les sciences auxiliaires de l'histoire.

  • 36 Notamment l'ouvrage de J. Furet et D. Caillé, Les cathédrales de Nantes, Nantes, 1906.
  • 37 J.-B. Russon, La passion des Enfants-nantais, Nantes 1945 - Préface - Mgr Villepelet, dans sa lett (...)
  • 38 Y. Durand (dir.), Le diocèse de Nantes, op. cit., 1985, « L'enfance d'une Chrétienté » par N.-Y. T (...)

12Membre de la Société archéologique dès 1933, il en assurera la présidence de 1950 à sa mort. S'intéressant à l'architecture religieuse, il rédige plusieurs monographies concernant des églises anciennes du diocèse. Parmi celles-ci l'étude consacrée à la cathédrale de Nantes avec D. Duret emprunte aux auteurs précédents, mais fait preuve d'un réel talent pédagogique36. En 1945 il publiera également un ouvrage sur « la Passion des enfants nantais », Donatien et Rogatien, précisant que celui-ci n'était pas « un ouvrage scientifique au sens rigoureux du mot », mais « une œuvre de vulgarisation37 ». N'hésitant pas à faire appel aux récits légendaires, il s'attache cependant à les présenter comme tels, et livre, avec objectivité, le dossier de la date du martyr et de la composition de « la Passion », objets de discussion de la part des spécialistes 38 Plus encore peut-être que sa contribution personnelle à l'histoire locale, c'est à son intense activité au sein de la Société archéologique qui retient l'attention. Il se dépense sans compter pour elle, établissant les programmes annuels, choisissant les conférenciers, organisant les excursions et la publication du Bulletin. Il représente véritablement la dernière génération de prêtres érudits dans le diocèse, disparue à la veille de l'ouverture du concile Vatican II.

  • 39 Notice nécrologique de La Semaine religieuse du 19 mai 1967.
  • 40 Mgr Fourrey, Jean-Marie Vianney, curé d'Ars. Vie authentique, Saint-Étienne, 1987, p. 5.

13On retiendra la figure, un peu à part dans cette galerie, de Francis Trochu. Celui qui se consacra toute sa vie à des études biographiques, est surtout connu par ses travaux sur le curé d'Ars39. Né en 1877, ordonné prêtre en 1901, il s'oriente d'abord vers la vie bénédictine. Une santé fragile l'empêche de persévérer dans cette voie. Mgr Le Fer de la Motte le nomme alors vicaire à Notre-Dame-de-Bon-Port, ministère qui lui laisse les loisirs nécessaires pour rédiger une thèse de doctorat-es-lettres. Celle- ci, soutenue et publiée en 1925, porte sur « Le curé d'Ars, saint Jean-Marie Vianney (1786-1850) ». L'ouvrage de 702 pages sera couronné par l'Académie française et traduit ensuite dans une quinzaine de langues dont le chinois et le japonais. C'est le premier travail scientifique consacré au curé d'Ars, mais il n'est pas exempt de défauts. Préfaçant une soixantaine d'années plus tard le livre de Mgr Fourrey sur le même sujet, l'abbé R. Laurentin écrit à propos du nantais : « Mgr Trochu écrivit à une époque où le littéraire avait ses lettres de noblesse, et regardait de haut l'humble patience du labeur historique. Il ignorait les sources où le curé d'Ars a copié ses sermons écrits. Il avait trop facilement accueilli des traits non documentés, parfois légendaires. Et s'il a disposé du procès de canonisation, bien d'autres sources lui ont manqué40. » Ceci ne l'empêche pas de cumuler les honneurs : chanoine honoraire de Belley, de Poitiers etc. et enfin protonaire apostolique en 1959.

  • 41 Cf. J.-M. Potin, La semaine religieitse de Nantes (1865-1965). Un siècle de presse catholique, Mém (...)
  • 42 J. Guéhenneuc, notice dans le Dictionnaire du monde religieux - La Bretagne, op. cit., p. 404.

14Se spécialisant dans la biographie hagiographique, mais avec cependant un souci de la vérité historique, il publiera par la suite d'autres ouvrages sur des figures de l'histoire religieuse nantaise, régionale ou nationale : « La Mère Marie-Thérèse fondatrice des sœurs franciscaines de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu au diocèse de Nantes (1804-1884) », « Le bienheureux Théophane Vénard (1829-1861) », « le Chanoine Gilbert Bauduz et son œuvre de Bethléem », « Jeanne Jugan », « Saint-François de Sales » etc. Vulgarisateur de talent, ses livres eurent un succès certain dans le public catholique et furent couronnés par divers prix littéraires. En 1935 lors de la vacance du siège épiscopal, il est chargé de la direction de la « Semaine religieuse » du diocèse, fonction confirmée par Mgr Villepelet en 1936 et qu'il occupera jusqu'en 1960. Durant toutes ces années, avec l'appui de son évêque qui admire en lui son talent littéraire, il rénove cette publication avec une part importante accordée à l'histoire41. Chroniqueur « fidèle et prudent », il se pique également de poésie et son successeur témoignera de son « âme de paix42 ». Il disparaîtra en 1967.

  • 43 Ses premiers travaux portent sur cette histoire paroissiale : Vertou, 15 siècles d'histoire, ronéo (...)
  • 44 Abbé P-M. Briand, Notices sur Us confesseurs de la foi dans U diocèse de Nantes pendant la Révolut (...)

15Pour clôturer cette liste il faut mentionner le nom du chanoine A. Jarnoux. Passionné par l'histoire de la paroisse Saint-Martin de Vertou où il avait été curé durant dix ans (1950-1960), cet autodidacte va acquérir au contact des archives non seulement de quoi alimenter ses recherches mais une méthode de travail affinée avec le temps43. Au contact de ses confrères Russon et Bachelier, l'aumônier du collège Saint-Joseph du Loquidy devenu par la suite archiviste diocésain, s'intéressa d'abord à la période révolutionnaire, prenant ainsi la suite des études des abbés Cahour et Briand sur les prêtres « confesseurs de la foi44 ».

  • 45 La Loire leur servit de linceul-Les prêtres victimes de la première noyade, Nantes 16 novembre 179 (...)
  • 46 Chanoine A. Jarnoux, Le diocèse de Nantes au xvie siècle - Étude historique, Quimper 1976 ; Les an (...)

16Deux volumes de notices biographiques publiés en 1972 et 1974 complétèrent l'inventaire de ses prédécesseurs45. L'auteur ne se départit pas encore d'un certain style hagiographique. Par la suite ses travaux sur le diocèse de Nantes au xvie siècle et les anciennes paroisses de la ville épiscopale s'appuyant sur des sources variées font preuve d'un réel souci scientifique, l'auteur laissant à ses lecteurs en 1982 le soin, à cette évocation du passé, « d'en tirer les leçons qui s'imposent46 ».

17Au terme de cette évocation sans doute incomplète, il apparaît que ces ecclésiastiques dans leur majorité, plus érudits qu'historiens dans le sens où le monde universitaire l'entend, n'ont pas démérité de l'histoire. Leur contribution à celle-ci a, entre autre, été alimentée par le grand souci de la sauvegarde des archives, en particulier des archives religieuses.

18Pourra-t-on en dire autant de leurs confrères des générations suivantes ?

Notes

1 G. Cholvy, « Clercs érudits et prêtres régionalistes », dans « Des bénédictins érudits aux prêtres régionalistes-Actes du colloque de Montpellier, juin 1983 », Revue d'Histoire de l'Église de France, janvier- juin, p. 5.

2 V. Carrière, Introduction aux études d'histoire ecclésiastiques locale, tome I Paris 1936.

3 C. Langlois, « Des études d'histoire ecclésiastique locale à la sociologie religieuse historique. Réflexions sur un siècle de production historiographique », RHEF, tome 62, 1976, p. 329-34.

4 Cf. Rogé, Le simple prêtre, Paris, 1965.

5 Nous sommes particulièrement redevables pour cette étude au mémoire de maîtrise de R. Fraslin, Les prêtres érudits nantais (1849-1945), Nantes, 1995.

6 Berger, L'épiscopat nantais de Monseigneur Villepelet 1936-1966, Nantes, 1992, p. 12 sq.

7 Il s'agit de la thèse de M. Faugeras, Le diocèse de Nantes sous la Monarchie censitaire, 2 vol., Fontenay- le-Comte, 1964.

8 H. d'Ozouville, Père, maire, évêque. Autobiographie de J.-F. de Hercé, Montsurs, 1985.

9 cité par M. Faugeras, op. cit., tome I, p. 359.

10 Cf. « lettre circulaire de M » ' l'évêque de Nantes à M M. les curés de son diocèse pour leur demander des renseignements sur les prêtres du clergé de Nantes qui ont confessé la Foi pendant la Révolution française », 2 novembre 1857.

11 Cité par M. Launay, Le diocèse de Nantes sous le second Empire, Nantes 1982, tome I. L'abbé Cahour publiera cette biographie en 1860 : Vie de M. Orain, prêtre, confesseur de la foi pendant la Révolution et mort curé de Derval dans le diocèse de Nantes, Nantes, 1860.

12 Cf. B. Dupin de Beyssat, L'enseignement secondaire catholique dans le diocèse de Nantes de la loi Falloux à la loi Dehré 1850-1959, Thèse de doctorat dactyl. Nantes 1.1, p. 323 - cf. également M. Launay, « Éducateur de Dieu - Le prêtre au xixe siècle », Impacts, tome 33, 1999, n° 2-3, p. 39-54.

13 Chanoine Eriau, L'Institution Saint-Joseph d'Ancenis - Son histoire - Son quatrième centenaire, Nantes, 1948.

14 A. Bachelier, Les filles de la Charité du Sacré-Coeur de Jésus de la Salle-de-Vihiers, La Salle-de-Vihiers, Sherbrooke, 1949. Le chanoine Bachelier a disparu en 1962.

15 L'ouvrage est publié dans la collection des « Études de théologie et d'histoire de la spiritualité » chez Vrin. Le chanoine Catta a disparu en 1974, cf. J. Guéhenneuc, notice dans le Dictionnaire du monde religieux contemporain - La Bretagne (dir. M. Lagrée), Paris 1990, p. 74.

16 Notice par M. Launay dans le Dictionnaire du monde religieux - La Bretagne, op. cit., p. 207, également J.-R. Chotard, « Séminaristes... une espèce disparue ? », Histoire et structure d'un petit séminaire, Guérande 1822-1966, Sherbrooke 1977

17 F. Durand, La Société archéologique de Nantes 1845-1920, mémoire de maîtrise, Nantes 1990.

18 R. Fraslin comptabilise 125 articles de prêtres érudits dans un bulletin entre 1859 et 1945.

19 H. Maillard, Nantes et le département au xixe siècle — Littérateurs, savants, musiciens et hommes distingués, Nantes, 1891 p. 34

20 Cf. J. de Kersauzon, État séculaire du clergé dans le diocèse de Nantes, Nantes, 1892, p. 49

21 Cahour (abbé), Notice et critique sur saint Émilien, évêque de Nantes, Nantes, 1859.

22 M. Launay, Le diocèse de Nantes sous le Second Empire, op. cit., tome I, p. 256-257.

23 Cf. Ph. Guigon, « L'archéologie mérovingienne en soutane à Nantes : l'abbé Abel Cahour (1812- 1901) et le chanoine Georges Durville (1853-1943) », Archéologie d'aujourd'hui —Les Mérovingiens, archéologie et histriographie, n° 2, Paris, 1987, p. 46-47.

24 Sur les deux premiers évêques de Nantes Clair et Enius nous ne savons absolument rien. Cf. N.-Y. Tonnerre « L'enfance d'une chrétienté iiie-xe siècles », Histoire des diocèses de France - Nantes (dir. Y. Durand), Paris 1985, p. 9.

25 M. Launay, Souvenirs iconoclastes - Victor Ménager séminariste au pays nantais au XIXe siècle, Nantes, 1995.

26 Notice nécrologique de La Semaine religieuse, 1943, p. 268, 276, 282.

27 L'abbé Pierre Grégoire (1846-1932) publia plusieurs monographies paroissiales et des articles dans L'Espérance du peuple, Le Nouvelliste de l'Ouest ou L'Écho de la Loire. On lui doit en particulier un État du diocèse de Nantes en 1790 : Bénédictins, Bernardins, Chartreux et Minimes dans l'ancien diocèse de Nantes, Nantes 1929. L'abbé Athanase Ollivier publiera plusieurs ouvrages consacrés au culte de sainte Anne, à la paroisse Sainte-Anne de Nantes (1909) et aux prêtres martyrs de la Révolution (1911).

28 Archiviste de la Loire Inférieure pendant 39 ans, Léon Maître a eu comme successeur E. Gabory.

29 Bulletin de la société archéologique et historique de Nantes, 1943, tome 83

30 Cf. R. Fraslin, op. cit. et, d'une façon plus générale, J.-P. Chaline, Sociabilité et érudition - Les sociétés savantes en France, 1993.

31 En 1913 le chanoine avait publié Les fouilles de l'évêché de Nantes (1910-1913), Paris 1993.

32 Cf. Ph. Guigon, art. cit. p. 49.

33 Addenda aux notices nécrologiques du Bulletin de la Société archéologique publié en 1945 p. VII sq.

34 Cité par R. Fraslin, op. cit., p. 79

35 M. Launay, notice sur J.-B. Russon, Dictionnaire du monde religieux - La Bretagne, p. 372-373.

36 Notamment l'ouvrage de J. Furet et D. Caillé, Les cathédrales de Nantes, Nantes, 1906.

37 J.-B. Russon, La passion des Enfants-nantais, Nantes 1945 - Préface - Mgr Villepelet, dans sa lettre d'introduction à l'ouvrage, parle de l'auteur comme d'« un vrai maître dans le domaine de l'histoire et de l'archéologie locales. »

38 Y. Durand (dir.), Le diocèse de Nantes, op. cit., 1985, « L'enfance d'une Chrétienté » par N.-Y. Tonnerre (art. cit.).

39 Notice nécrologique de La Semaine religieuse du 19 mai 1967.

40 Mgr Fourrey, Jean-Marie Vianney, curé d'Ars. Vie authentique, Saint-Étienne, 1987, p. 5.

41 Cf. J.-M. Potin, La semaine religieitse de Nantes (1865-1965). Un siècle de presse catholique, Mémoire de maîtrise, Nantes, 1987, p. 32 sq.

42 J. Guéhenneuc, notice dans le Dictionnaire du monde religieux - La Bretagne, op. cit., p. 404.

43 Ses premiers travaux portent sur cette histoire paroissiale : Vertou, 15 siècles d'histoire, ronéoté, Nantes, 1968, et Vertou souvenirs du passé, ronéoté, Nantes, 1970.

44 Abbé P-M. Briand, Notices sur Us confesseurs de la foi dans U diocèse de Nantes pendant la Révolution, 2 vol. Nantes, 1903.

45 La Loire leur servit de linceul-Les prêtres victimes de la première noyade, Nantes 16 novembre 1793, Quimper 1972 et Au pays nantais ceux-ci furent traqués — Prêtres fusillés, massacrés ou guillotinés, 1793-1797, Quimper, 1974.

46 Chanoine A. Jarnoux, Le diocèse de Nantes au xvie siècle - Étude historique, Quimper 1976 ; Les anciennes paroisses de Nantes, Bannalec 1981 et Les anciennes paroisses de Nantes hors de la cité, Bannalec, 1982.

Auteur

Université de Nantes

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540