Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chroniqueurs et historiens de la Bretagne

 | 
Noël-Yves Tonnerre

Un destin pathétique, René Largillière

Michel Debary

Texte intégral

« Des hommes comme René Largillière sont l'honneur d'un pays : les faire connaître est un acte de justice envers leur mémoire en même temps qu'un devoir envers la patrie dont leur haute valeur intellectuelle et morale est la plus précieuse des parures. »
Joseph Loth, Revue celtique, t. XLIV, 1927, p. 266.

Les années de jeunesse

1René Henri Vital Largillière est né à Beauvais (Oise) le 9 septembre 1891. Son père, Henri Largillière, avoué au tribunal de la ville, avait épousé Mademoiselle Berthe Marquis. Les deux familles étaient originaires d'Avesnes-sur-Helpe dans le département du Nord. Son grand-père, Victor Marquis, docteur en médecine et en pharmacie, fut pendant des années maire d'Avesnes. C'était un homme d'une grande intelligence, s'intéressant à tout. Il apprit la langue bretonne à près de 70 ans « pour comprendre ce que disaient les gens du pays » lors d'un séjour qu'il fit en Bretagne, peu avant sa mort survenue en 1910. Il est resté célèbre dans la famille. Très en avance sur son époque, il désirait que ses deux filles aient une instruction solide leur permettant de se tirer d’affaire seule dans la vie.

2Berthe Marquis passa son brevet supérieur, ce qui était assez rare à l'époque pour une jeune fille et lui permettait d'enseigner. Sa sœur Marie apprit le dessin et la peinture. Elle épousa Hippolyte Mauger, notaire à Auneuil (Oise) mais devint veuve au bout de dix ans de mariage, ayant à charge une fille de neuf ans, qui était ma mère, et un petit garçon de cinq ans, Pierre. Les deux sœurs s'entendaient bien. Henri Largillière aidait sa belle-sœur de ses conseils et les deux enfants Largillière, Jacques et René, voyaient fréquemment leur cousine Elisabeth et son frère. Autant Jacques était gai, exubérant, peu disposé pour les études, autant René était calme, réservé, silencieux, aimant le travail. René fréquenta d'abord la petite école que dirigeaient alors les religieuses de Saint-Joseph de Cluny, rue du Prévost à Beauvais. Il en conserva un bon souvenir et il laissa celui d'un enfant à l'intelligence précoce, au caractère ferme mais sensible et loyal. C'est là qu'il rencontra Pierre Leborgne et que prit naissance une amitié qui devait les suivre jusqu'à la mort de celui-ci. Nous en reparlerons. Puis René Largillière continua ses études au lycée. C'était un bon élève, assidu et appliqué. Le dimanche il jouait du violon ou bien il effectuait en famille de grandes promenades à pied dans les environs de Beauvais. Il aimait la marche dont ses parents très tôt lui avaient donné l'habitude. Pourtant, un jour, il se traîna derrière eux, ayant manifestement peine à avancer, mais ne donnant aucune explication. Le lendemain matin, il ne put se lever pour repartir en classe et dut garder le lit plusieurs jours. C'est seulement alors qu'il avoua avoir reçu d'un camarade un grand coup de pied dans les reins, qui lui avait lésé la colonne vertébrale. Heureusement il n'y eut pas de suites graves, mais tout René Largillière était là : silencieux, dur pour lui-même et répugnant à accuser un camarade. Ce qui ne l'empêchait pas de se livrer parfois avec certains d'entre eux à des expéditions aventureuses. Un jour, avec Pierre Leborgne et deux autres amis, il décida d'aller explorer en secret les souterrains dans les faubourgs de Beauvais. A la dernière minute, l'un des camarades se récusa. Le soir venu, les parents, ne voyant pas revenir leurs enfants, s'inquiétèrent et se renseignèrent auprès des familles amies. Le garçon qui n'avait pas voulu partir révéla le but de l'expédition. Les recherches s'organisèrent et l'on découvrit les trois « aventuriers » au fond d'un souterrain dont ils n'avaient pu retrouver la sortie. L'un dormait, l'autre, c'était Pierre Leborgne, récitait son chapelet, et le troisième, c'était René, lisait un petit livre de grec à la lueur d'une bougie dont il s'était muni.

3Après le baccalauréat René Largillière voulut préparer une licence de lettres. Son père insistait pour une licence de droit. « Qu'à cela ne tienne, dit René, je préparerai les deux. » C'est ce qu'il fit et il se retrouva licencié ès-lettres et licencié en droit.

4La vie chez ses parents était austère, comme bien souvent à cette époque ; Henri Largillière imposait son autorité et ne tolérait pas de ses fils aucun retard à table, même quand ceux-ci devinrent de jeunes hommes. Le retardataire était réprimandé et prenait le repas là où on en était. Les grandes vacances se passaient en famille en Bretagne dans une villa que ses parents avaient pris l'habitude de louer à Saint-Efflam en Plestin-les-Grèves.

5C'est là que René fit connaissance avec les saints bretons et c'est un pur hasard qui conduisit en ce lieu la famille Largillière. La mère de René, grande liseuse de romans, avait tout particulièrement apprécié ce roman de Paul Féval, intitulé Le drame de Rosmeur, aujourd'hui bien démodé, et dont l'action se déroule à Saint-Efflam et dans les environs. Elle voulut connaître les lieux de l'intrigue et c'est ainsi que la famille Largillière vint passer régulièrement ses vacances dans ce coin de Bretagne, alors assez isolé. On prenait le train de Paris à Plouaret. Là, on changeait pour Plounérin. Arrivés dans cette petite gare, les Largillière grimpaient avec leurs deux garçons et leur bonne dans une carriole qui les amenait à Saint-Efflam.

6Ils y revenaient fidèlement chaque été et c'est ainsi que René Largillière découvrit, au hasard des promenades dans la campagne environnante, les « six saints de la région de Plestin ». Très vite il prit l'habitude de rendre visite à tous les recteurs des paroisses aux alentours, les interrogeant inlassablement sur ces saints mystérieux dont les vies le passionnaient. Il allait également examiner dans les mairies, avec l'aide du secrétaire, les cadastres, pour relever les noms intéressants qui ne figuraient pas sur la carte d'état- major dont son père lui avait appris à se servir.

  • 1 André Oheix, Ethel C. Fawtie-Jones, « La Vita ancienne de saint Corentin », Mémoires de la Société (...)

7C'était les premières bases de ses études hagiographiques qu'il devait bientôt approfondir en suivant, dans le cadre de la préparation de sa licence de lettres, les conférences dirigées à l'École des Hautes Études en 1908-1910 par Ferdinand Lot (1866-1952) qui avait entrepris de développer au cours de ses conférences, pour les années scolaires 1908-1909 et 1909-1910, le thème suivant : « La vie des saints bretons (ve-xe siècles) ». C'est là qu'il connut Robert Fawtier, Ethel Cecilia Jones, qui a épousé celui-ci par la suite, et surtout André Oheix, qui devint son ami et avec lequel il avait beaucoup de points communs. Comme il a été écrit : « Le maître et ses élèves, avec un intérêt extraordinaire et qui, pour quelques-uns d'entre eux, demeure mystérieux, étudièrent toute l'historiographie bretonne, seule source écrite de notre province jusqu'au ixe siècle1 » C'est également à cette époque qu'il va devenir l'élève de Joseph Loth (1847-1934) qui enseignait au Collège de France depuis 1910 et qui acceptera de patronner sa thèse sur Les saints et l'organisation chrétienne primitive de l'Armorique bretonne, dont la mise au point et la rédaction devaient lui coûter bien des efforts.

  • 2 Notice sur René Largillière par Jean Vinot-Préfontaine, Beauvais, 1929, p. 6.

8René Largillière, indépendamment des études qu'il poursuivait, s'était inscrit comme avocat au barreau de Beauvais. S'il fut un avocat consciencieux et compétent, cette profession ne l'absorba jamais au point de l'empêcher de poursuivre ses recherches historiques ou ses activités sociales et religieuses. Très tôt « il avait été profondément imprégné par des traditions de famille et une éducation vraiment chrétienne et il portait en lui une foi, robuste et simple comme lui-même, qu'il faisait rayonner autour de lui2 ». Il faisait alors partie, ainsi que son ami Pierre Leborgne, du Cercle d'études sociales et religieuses du patronage Saint-Paul, dans le sillage de l'action d'Albert de Mun et de La Tour du Pin. Pour bien comprendre son idéal, il faut se représenter celui qui animait alors toute une partie de la jeunesse, idéal rempli de foi chrétienne, de patriotisme et de convictions politiques souvent peu favorables à la République. René Largillière fut avant la guerre de 1914 « camelot du roi », à une époque où l'Action française, qui n'avait pas encore été condamnée par Rome, attirait nombre de sympathisants. Un épisode significatif doit être cité à cet égard. Un certain Jean Gaillard, homme en vue sur le plan politique local, avait, en sa qualité de président de la Fédération des patronages de l'Oise, fait exécuter La Marseillaise par l'Harmonie des Patronages le dimanche 8 octobre 1911, à l'occasion de la fête fédérale des œuvres de Jeunesse catholique de l'Oise. René Largillière, dans une lettre ouverte publiée par Le réveil de l'Oise, hebdomadaire départemental, d'inspiration royaliste, s'en était ému. Jean Gaillard avait répondu assez vertement par une « prière d'insérer » dans le numéro du 20 octobre 1911. René Largillière réagissait aussitôt par une nouvelle lettre qui se concluait ainsi :

  • 3 Le Réveil de l'Oise. Journal hebdomadaire départemental n° 224, vendredi 20 octobre 1911, p. 2.

« Et laissez-moi vous dire en terminant que je suis faiblement émotionné par votre invitation à chanter La Marseillaise avec vous, le jour où nous "marcherons contre l'Envahisseur". Ce jour-là, Monsieur, je ne sais pas ce que je chanterai, ou même si je chanterai, n'ayant pas en cela votre remarquable prévoyance, mais je saurai me souvenir que des catholiques royalistes comme les Zouaves de Charrette n'eurent pas besoin de chanter La Marseillaise pour combattre, périr et s'immortaliser en servant la Patrie, comme ils avaient servi le Pape3. »

9Cet incident illustre les convictions d'avant-guerre de René Largillière. Il semble que la Grande Guerre l'ait fait évoluer sur le plan politique. Après celle-ci on ne retrouve plus trace de ses opinions royalistes. Mais ses convictions religieuses, elles, n'ont jamais failli, ni dévié.

  • 4 La France de la Belle époque, 1886-1914, Paris, 1991, Cursus p. 154

10En fait, René Largillière appartenait à cette catégorie de jeunes hommes décrite par Dominique Lejeune dans les termes suivants : « C'est l'état d'esprit — peu importe ici que l'enquête soit partielle et partiale — des Jeunes gens d'aujourd'hui d'Agathon : en réaction contre la "décadence" : goût de l'action, foi patriotique défensive, renaissance catholique, germanophobie et attirance pour la carrière militaire. L'Action française est "le parti de l'intelligence", enrôlant des intellectuels et la jeunesse des écoles et des facultés, profitant de l'affaiblissement du positivisme, de la faveur pour le goût pour l'action et, paradoxalement, de la réaction contre un excès d'intellectualisme : c'est la grande époque des Camelots du Roi, qui mènent les cortèges jeunes et disciplinés allant régulièrement fleurir les statues, sur les places des Pyramides et de la Concorde à Paris4. »

  • 5 Jacques Chastenet, Beauvais, vingt siècles d'histoire, p. 120

11On s'explique qu'après la guerre de 1914-1918 René Largillière ait renoncé à une attitude « engagée » sur le plan politique car Jacques Chastenet a noté qu'après 1918 à Beauvais « les querelles religieuses perdent beaucoup de leur acuité et, en 1920, à l'occasion du renouveau des fêtes données en l'honneur de Jeanne Hachette, le cortège religieux retrouve sa place et saint Angadrème (patronne de Beauvais) est fêtée en même temps que l'héroïne5..

Les années de guerre

12La guerre allait interrompre brutalement les activités qui étaient les siennes. René Largillière, incorporé le 1er octobre 1912 au 4e régiment de cuirassiers à Cambrai, « le 4e cuir » comme il disait, n'avait pas achevé son service militaire dont la durée était alors de deux ans, lorsque survint la déclaration de guerre. Il était alors brigadier. Nommé maréchal des logis le 25 décembre 1915, il était cité à l'ordre du régiment le 20 mai 1917 lors des combats du trop célèbre « moulin de Laffaux » avec le motif suivant : « Excellent sous-officier, intelligent et dévoué ; a assuré le service de signalisation du régiment aux attaques des 5 et 6 mai 1917 sous les plus violents bombardements. »

13Sous-lieutenant le 9 février 1918, il était cité en ces termes, le 1er novembre de la même année à l'ordre de la 1re division de cuirassiers à pied : « Excellent officier, a conduit avec beaucoup d'entrain sa section à l'assaut des lignes ennemies le 7 octobre 1918 ; a organisé le terrain conquis sous un feu violent de mitrailleuses et un bombardement d'obus de tous calibres, maintenant pendant treize heures sa troupe dans une situation critique par son courage et son entrain. » René Largillière était en effet devenu « cuirassier à pied ». La raison de ce changement : l'énorme hécatombe de fantassins qui faisait que l'on cherchait partout des hommes pour occuper les tranchées. Un exemple entre autres : à Beauvais, le régiment était le 151e d'infanterie. Il partit musique en tête, en août 1914. Du colonel au simple soldat, pas un homme ne revint. René Largillière se retrouva donc dans les tranchées, souvent dans l'eau jusqu'au ventre, encaissant stoïquement les « marmitages » ou bondissant à l'attaque, à la tête de ses hommes, en criant : « à la baïonnette ! » « Tu ne peux te figurer combien c'est horrible, écrivait- il à sa cousine Élisabeth ; la maxime c'est tuer ou être tué. Tu te débrouilles pour enfoncer ta baïonnette dans le ventre de ton ennemi. Puis tu donnes un bon coup de genou à ton adversaire pour la faire ressortir et tu recommences avec un autre. »

  • 6 Joseph Loth, « Notice nécrologique de René Largillière », Revue celtique, r. XLIV, 1927, p. 262 et (...)

14La guerre l'avait marqué d'une empreinte ineffaçable. Il répondait un jour à quelqu'un qui vantait devant lui l'harmonieuse douceur des paysages de l'Oise : « Comment pourrais-je goûter le charme de la nature ? Je ne peux plus la voir qu'à travers les fils de fer barbelés et l'horreur des cadavres6. » Et cependant la guerre l'avait révélé à lui-même tout en le faisant connaître aux autres. L'étudiant solitaire, froid et peu communicatif, était aussi un homme d'action, un chef dont le caractère chaleureux et sensible faisait l'admiration de tous. Joseph Loth a écrit à son sujet :

  • 7 Joseph Loth, op. cit., p. 264.

« Ses hommes, qui l'adoraient, parlent de lui comme d'un grand frère intelligent et fort, animé d'un amour de la patrie, plein de confiance dans ses destinées, acceptant la souffrance et envisageant la mort avec le courage le plus calme et le plus souriant. Constamment mêlé à la vie de ses soldats, il avait su, par sa bonté profonde, gagner leur confiance et leur affection. Il s'intéressait à chacun d'eux, consolant leurs peines, partageant leurs joies, relevant les courages abattus, soutenant les volontés défaillantes. Et tous, jusqu'aux plus frustes, sentaient que sons ascendant prestigieux ne lui venait pas de ses galons, mais de sa haute valeur intellectuelle et morale7. »

  • 8 Ibidem, p. 265-266.

15Et encore : « Dans les tranchées mêmes, il faisait une part dans la mesure du possible, à la vie intellectuelle. [...] Plusieurs fois, dit le colonel Galembert, il me fut donné de l'y trouver une Olympique ou un Xénophon à la main et, naturellement, il les lisait dans le texte. » Une remarque de son colonel achèvera de le peindre : « Sans jamais dévier de ses convictions religieuses ou politiques, René Largillière avait gardé une âme de cristal, j'allais dire une âme d'enfant. Parfois, à l'arrière, il se fabriquait une flûte de roseau et l'on entendait des modulations étranges, comme celles de Tityre à l'ombre d'un hêtre8. » Le 11 novembre 1918, les combats cessèrent et René Largillière fut enfin rendu à la vie civile. Il reprit immédiatement sa place au barreau de Beauvais et ses études d'histoire religieuse bretonne. Sa vie allait désormais se partager entre quatre activités principales : la poursuite de sa thèse de doctorat et la rédaction de différents articles dans les revues bretonnes, sa profession d'avocat, l'histoire de Beauvais et du Beauvaisis, l'aide aux anciens combattants.

L'histoire religieuse bretonne

16Dès l'été 1919 il était reparti pour Saint-Efflam avec ses parents. Les années suivantes le virent revenir également à cet endroit auquel il restait fidèle. Il fit, semble-t-il quelques voyages à pied, sac au dos, en Bretagne. Je sais qu'il effectua un périple à bicyclette qui le fatigua beaucoup, ce qui lui fit regretter le cheval. Mais il n'apparaît pas que Largillière ait exploré à fond la Bretagne tout entière. À cela une raison bien simple : le temps lui a manqué, les forces également. Il se désespérait parfois de voir les années s'écouler sans que sa thèse aboutisse. Une lettre adressée le 19 mars 1924 à Henri Waquet nous renseigne sur ses dispositions d'esprit :

  • 9 Lettre inédite en ma possession.

« En ce qui concerne ma petite note sur Plouénez, je vous serais bien reconnaissant de la donner bientôt ; ces petits articles constituent pour moi le chemin des écoliers, le grand tour, la manœuvre, qui me permettra de me faire connaître pour ensuite tenter de présenter une thèse de doctorat ès lettres. Il faut un bagage pour aborder la Sorbonne, ce bagage, je ne l'ai pas, je vois que le temps passe et je n'arrive pas à constituer ce bagage. Si c'est le budget de la Société qui vous arrête, je veux bien en faire les frais. J'y tiens d'autant plus que M. Pocquet de Haut-Jussé m'avait promis de publier un article sur saint Gildas dans le premier volume de mémoires 1929 de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Bretagne, et rien ne vient. Cet article était plus important ; l'abbé Duine et M. J. Loth à qui j'en ai parlé l'approuvaient. M. Pocquet m'avait dit lui-même beaucoup de bien de ce travail. J'espérais aussi prendre une position, me placer, me situer, et me situer surtout dans les bonnes grâces de Ferdinand Lot ; rien ne vient et le temps passe. En outre, ces articles ont l'avantage pour moi de déblayer du terrain, ce sont des conclusions que je pose et sur lesquelles je n'aurai pas à revenir dans ma thèse. Comme par ailleurs des raisons d'une importance considérable - un projet très sérieux de mariage - me poussent à hâter mon doctorat, vous comprendrez que la situation est grave. C'est cette dernière considération qui m'a entraîné à vous parler de Plouénez, vous voudrez bien m'excuser de vous importuner et je vous prie de croire à mes sentiments dévoués et respectueux 9 »

17On a peine à penser aujourd'hui que René Largillière ait douté de pouvoir passer avec succès sa thèse de doctorat ! C'est sans doute son manque de confiance en lui-même qui l'empêcha de réussir son projet de mariage. Rien de précis n'existe à cet égard en dehors du souvenir d'un voyage en chemin de fer de Beauvais à Paris, organisé pour lui permettre de faire connaissance avec une jeune fille à laquelle il avait été présenté et qui lui avait plu. Hélas, celle qu'on lui destinait s'était munie d'un livre, par contenance sans doute. Elle le lut pendant tout le trajet et René Largillière n'osa pas lui adresser la parole. Ils se séparèrent à la gare du Nord, se saluant sans avoir conversé.

18Quant au « projet très sérieux de mariage », il n'aboutit pas davantage, on ne sait pour quelle raison. L'explication se trouve peut-être dans un passage de son opuscule Ronsard, ses amis et ses imitateurs dans le Beauvaisis où René Largillière, analysant l'œuvre poétique de Nicolas de Brunaulieu, et, en particulier, son poème où une jeune fille dédaigne l'auteur, écrit :

  • 10 René Largillière, Ronsard, ses amis et ses imitateurs dans le Beauvaisis, Bauvais, 1924, p. 27-28.

« Et surtout on est ému devant cet amour vrai, chez un homme d'âge aux cheveux gris, blanchi sous le harnois, cet écuyer qui, pour continuer sa race, avait rêvé d'une union digne et s'est vu repoussé par celle qu'il aimait, en qui il avait placé tous ses espoirs et qui lui a "osté la clef de son cœur", cette poésie mâle et sincère, cet homme ruiné dans ses amours, dans ses biens et dans sa patrie, étreint le cœur. Il trouvera toujours quelqu'ami "mû de compassion"qui, ayant souffert les mêmes amours malheureuses, admirera La beauté de l'expression poétique du vieux frère d'armes et relira avec piété l'épitaphe qu'il s'était composée :
Celui qui fut d'Angélique amoureux
Gît maintenant cy dessous plus heureux
Que s'il vivait avecques tant d'alarmes10. »

19Ces lignes, datées du 10 avril 1924, tracées quelques semaines seulement après la lettre à Henri Waquet, éclairent sans doute quelque peu la personnalité de René Largillière.

  • 11 René Largillière, « Compte rendu de Gaelic Pioners of Christianity », Bulletin de la Société d'His (...)

20Mais revenons aux études bretonnes. De 1920 à 1924, en dehors du compte rendu sur les Gaelic Pioneers de Dom Gougaud dans le Bulletin de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Bretagne de 192311, René Largillière fit paraître Les six saints de la Région de Plestin. Essai d'hagiographie bretonne (Rennes, Plihon, 1922, 95 p.), petit ouvrage qui, déjà, donnait un aperçu de sa méthode de travail et était consacré à saint Haran, saint Karé, saint Tuder, saint Nérin, saint Kémo, saint Kirio. Puis, est-ce le résultat de ses appels, l'année 1924 voit sortir :

  • « Les noms de lieu en Bretagne à propos d'un ouvrage récent », Revue celtique, vol. XLI, n° 3-4, 1924, p.361-371. [L'ouvrage en question est le second fascicule de l'ouvrage posthume d'Auguste Longnon (1844-1911), Les noms de lieu en France. Un chapitre de 30 pages est consacré aux noms de lieu d'origine bretonne.]
  • « Une paroisse disparue en Cornouaille, Plebse Montis », Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, t. LI, 1924, p. XII-XIV.
  • « Le prieuré de Roc'h Hirglas en Plestin », Mémoires de la Société d'Émulation des Côtes-du-Nord, tome LV, 1923, p. 25-34 (Saint-Brieuc, 1924). [Tirage à part, Saint-Brieuc, Imp. Libr. Francique Guyon, 1924, 10 p.]
  • « La topographie du culte de saint Gildas », Mémoires de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Bretagne, 1924, tome V, 1re partie, p. 3-25.

21Et 1925 va être l'année de la soutenance de sa thèse. Avant d'en parler, rappelons que cette même année paraissent :

  • « Locquenvel et ses Saints », Mémoires de la Société d'Émulation des Côtes- du-Nord, tome VI, 1924, p. 21-32 (Saint-Brieuc, 1925).
  • « Mélanges d'hagiographie bretonne, saint Ethbin, saint Idunet et saint Dunet, saint Brévara, Brévalaire, Brandan, saint Avertin, saint Everzin », Brest, Imp. de la Presse Libérale, 1925, 45 p. (« Saint Avertin-saint Evezin », Bulletin diocésain d'histoire et d'Archéologie du diocèse de Quimper et Léon, Brest, Imp. de la Presse libérale, n° 4, juillet-août, 1924, p. 199-202 ; « Saint-Brévara, Brévalaire ou Brandan », Bulletin diocésain d'Histoire et d'Archéologie du diocèse de Quimper et Léon, Brest, n° 5, septembre-octobre 1924, p. 271-278).
  • « Saint Corentin et ses Vies latines à propos d'une publication récente », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, tome LII, 1925,p. 86-108. [tirage à part : Quimper, Librairie Le Goaziou, 1925, 25 p.]

22Mais surtout le 15 mai 1925, René Largillière soutenait devant la faculté des Lettres de Rennes sa thèse sur Les saints et l'organisation chrétienne primitive dans l'Armorique bretonne.

  • 12 René Largillière, Les saints et l'organisation chrétienne primitive de l'Armorique bretonne, 1re é (...)
  • 13 Joseph Loth, « Les saints et l'organisation chrétienne primitive dans l'Armorique bretonne (d'aprè (...)

23De celle-ci12, qui lui valut la mention « très honorable », c'est-à-dire la plus haute, Joseph Loth a écrit : « Il eût été difficile d'apporter plus de science et de conscience dans un sujet d'une extrême difficulté13. »

24D'autres voix plus autorisées que la mienne ont dit quel apport elle représentait pour les études d'histoire religieuse bretonne et il est remarquable qu'elle continue, bien qu'avec des réserves fort naturelles du fait des progrès réalisés depuis, à constituer un ouvrage de référence cité par tous ceux qui s'occupent d'hagiographie bretonne.

25Dans sa préface à la deuxième édition de cette thèse, Bernard Tanguy a écrit : « L'autorité de la thèse de Largillière demeura longtemps incontestée. » Des réserves cependant se firent jour. En 1969, bien qu'acceptant l'essentiel des conclusions de l'auteur, l'historienne anglaise Nora Chadwick exprimait des réticences sur sa présentation de l'installation des Bretons dans la péninsule, notamment sur les conditions dans lesquelles elle s'était effectuée. En 1978, dans sa thèse consacrée à la civitas des Osismes à l'époque gallo-romaine, Louis Pape allait se montrer plus sévère sur le schéma proposé par Largillière : « Sa formulation ne nous satisfait nullement, écrivait-il car elle repose sur des postulats fragiles, quelquefois même manifestement erronés. » Il réfutait notamment « sa croyance en l'inexistence d'un substrat gallo-romain aux Plou- ». Constatant que la majorité des chefs-lieux de paroisses primitives étudiées par Largillière étaient situées près ou au bord même des voies romaines, il jugeait que des impératifs économiques avaient présidé au choix de leur emplacement. Il ne partageait pas non plus les idées de Largillière quant au processus de la fondation des paroisses primitives, estimant qu'elles n'avaient pas été toutes fondées par des prêtres bretons, ni non plus délimitées par eux. Pour lui, ces paroisses primitives s'étaient calquées sur des unités territoriales préexistantes. Bien plus, il affirmait qu'elles n'étaient pas toutes des Plou-, citant comme exemples Sizun et Commanna.

26« En 1982, estimant que ces critiques et les travaux de R. Couffon, F. Merlet et L. Fleuriot invitaient à « reconsidérer les origines et le développement des chrétientés bretonnes continentales », Gildas Bernier s'attaquait à son tour au problème. Dans sa thèse sur les chrétientés bretonnes continentales depuis les origines jusqu'au ixe siècle, il jugeait à l'inverse de Largillière que l'organisation religieuse bretonne n'avait pas été constituée à la même époque partout et que le terrain n'était pas vierge de toute organisation antérieure. Il mettait également en cause le postulat que les noms en Guic- dénonçaient toujours des chefs-lieux de ploue, notant que certains centres paroissiaux du Léon ne pouvaient admettre le remplacement de Plou- par Guic-, tels Plouzané, Ploumoguer, Plouzanel.

27Ces critiques conduiraient-elles à considérer que la thèse de Largillière est aujourd'hui en grande partie caduque ? A cette question, on ne peut répondre que par la négative. Erwan Vallerie dans sa thèse sur les Communes bretonnes et paroisses d'Armorique, parue en 1986, ou plus récemment en 1992, Laurent Planchais dans un travail de recherche sur la géographie paroissiale de l'ancien diocèse de Léon, des origines au xve siècle, ont pu, comme nous, vérifier le bien-fondé des grands principes énoncés par Largillière, ou, sans y souscrire pleinement en tirer profit :

  • 14 Bernard Tanguy, préface de la seconde édition des Saints et de l'organisation chrétienne primitive (...)

« Outre que certaines critiques qui lui ont été adressées ne sont pas fondées, écrit pour sa part Bernard Tanguy, les arguments qu'on lui a opposés reposent souvent su des bases fragiles, parfois largement hypothétiques, que les progrès des connaissances historiques sur la période des ve, vie et viie siècles sont insuffisantes pour étayer. Ainsi, pour être envisageable, l'existence antérieure de paroisses d'origine gallo-romaine dans la zone où les Bretons se sont majoritairement implantés est, faute de connaître le degré de christianisation de la population autochtone, difficile, sinon impossible, à mettre en évidence. Le nom gallo-romain d'une paroisse ne suffit pas pour prouver son ancienneté. De même, en l'absence de l'élément discriminatoire plou- en position préfixée, est-il aventureux d'accorder la qualité de primitives à des paroisses que leur configuration où leur étendue désignent à l'attention. Certaines ploues, comme Plévenon, dans le cap Fréhel, qui ne couvre qu'un peu plus de 1 300 hectares, sont d'une superficie trop restreinte pour correspondre à d'anciennes circonscriptions gallo-romaines. Eu égard aux lacunes documentaires auxquelles se heurte l'historien, la plus grande prudence doit rester de règle. Même si Largillière n'a étudié que 20 des quelque 179 ploue qu'on peut dénombrer en Bretagne, on peut considérer qu'il a bien mis en évidence la spécificité des paroisses bretonnes primitives et qu'il a constitué un système d'explication et d'interprétation cohérent. S'il paraît parfois trop péremptoire ou dogmatique et donne l'impression d'écarter ou d'éluder trop facilement des éléments gênants, il n'en demeure pas moins que la méthode qu'il a suivie et les conclusions qu'il a tirées de l'analyse des faits restent très largement valables. Sans doute peut-on nuancer le tableau qu'il a dressé, mais, en définitive, les corrections qu'on peut y faire portent surtout sur des points de détail14. »

28On peut également s'apercevoir en lisant le compte rendu de soutenance de sa thèse, lequel figure dans les notes de René Largillière, récemment publiées à l'occasion de la réédition de celle-ci, combien il avait dû lutter pour venir à bout de son sujet et...du jury. « Et maintenant j'ai terminé ce martyre, il est temps que le jury se retire pour rapporter la palme » dit- il avec cet humour froid qui le caractérisait.

29D'autres articles suivront dont beaucoup seront posthumes. En voici la liste :

  1. « Une fontaine oracle en Bretagne », Revue d'Ethnographie et de Traditions populaires, Paris, 1926, p. 327-342.
  2. « Gwenc'hlan », Annales de Bretagne, 37, 2, 1925-1926, p. 288-308 [tirage à part Oberthur Rennes, N. D, 21 p.]
  3. « Le Minihi-Briac », Annales de Bretagne, 37 bis, 1927, p. 99-107 [tirage à part dans les Mélanges bretons et celtiques offerts à Joseph Loth, vol. hors série des Annales de Bretagne, Rennes, Plihon et Hommay, paris, H. Champion, 1927, p. 99-107.]
  4. « Les minihys », Mémoires de la Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne, tome VIII, 1927, p. 183-216.
  5. « Saint Gonéri », Mémoires de la Société d'Émulation des Côtes du Nord, tome 59, 1927, p. 13
  6. « Relecq-Merzer », Mémoires de l'association bretonne, Congrès de Quimperlé, 1928, p. 35
  7. « Le dialogue entre Arthur et Guinclaff », Annales de Bretagne, 38, 4, 1928-1929, p. 627-674.
  8. « Pénity », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, tome LXII, 1930, p. 18-30
  9. « La topographie du cartulaire de Landévennec », Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, tome LXIX, 1942, p. 28-68 (conférence faite à la séance du 27 mars 1924).

30À cette liste il convient d'ajouter les études manuscrites inédites jusqu'à ce jour. Ce sont :

  • « Étude manuscrite sur « les noms de famille en Bretagne » citée au congrès de la FRB, séance du 18 septembre 1920 (comte rendu dans Mouez ar Vro du 25 septembre 1920)

31Grâce à l'amabilité de Loïc Kervoas, professeur au lycée Le-Dantec de Lannion, j'ai pu apprendre qu'il existait à la Bibliothèque universitaire de Rennes, dans le fonds Dottin, un volumineux manuscrit de René Largillière, composé de 441 feuillets consacrés à saint Efflam, sainte Enora et saint Gestine. Cette étude, rédigée en 1920-1921, n'offre pas le même intérêt que sa thèse parue en 1925. Néanmoins on y trouvera une foule de renseignements sur ces trois saints, notamment s'agissant de la topographie de leur culte et des sources écrites et orales s'y rapportant. À titre indicatif et pour permettre au lecteur de se faire une idée de l'esprit dans lequel René Largillière a rédigé ce travail, nous avons extrait de la conclusion de cette étude les quelques remarques et observations qui suivent : « Ce travail est bien imparfait. Beaucoup d'enquêtes seraient encore à mener qui auraient été nécessaires, nos connaissances bien incomplètes, une habitude insuffisante des sciences auxiliaires de l'hagiographie, font de ce travail, déjà bien long, un travail fort superficiel encore. Ajoutons aussi qu'une étude sur un point particulier s'appuie sur des travaux d'ensemble ou des travaux sur des sujets voisins. Or ces travaux manquent pour fournir l'appui nécessaire, les éléments de comparaison et rendent cet essai plus superficiel encore. Nos conclusions sont modestes, comme il sied à un essai ; l'on regrettera sans doute que nous ayons entassé tant de matériaux pour parvenir à peu de conclusions. Nos recherches ne visaient pas à des conclusions et moins encore à défendre un système. Notre objectif n'était pas un objectif final, nous n'avions en vue qu'un objectif intermédiaire, comme l'ont dit en termes militaires : il s'agissait pour nous d'occuper une position où d'autres troupes fraîches viendront nous relever pour partir à l'assaut d'objectifs nouveaux, plus lointains, qui pourront être définitifs. Nous travaillons pour les autres en attendant le passage de lignes. Et cependant, à la fin de cette opération restreinte, il importe de résumer la situation, d'établir quelque chose comme un compte-rendu pour renseigner les unités voisines et permettre demain le passage des lignes. Il faut dégager les conclusions de cette manœuvre limitée à un petit secteur, manœuvre qui fait partie de la grande action collective, et précisément à la suite de ces recherches, il semble que quelques idées se dessinent.

« Et, tout d'abord, nos saints armoricains ne paraissent avoir aucunement été les évangélisateurs de l'Armorique. Nous avons dit qu'aucune des Vies écrites et aucune tradition orale ne parlaient ni de leur apostolat, ni de martyr. Parmi eux les plus nombreux paraissent avoir été les ermites et, bien qu'ils aient beaucoup voyagé, autant peut-être que les missionnaires modernes et que les apôtres du premier temps du christianisme, ils n'ont voyagé que pour chercher des lieux plus favorables à la méditation, une retraite plus calme, pour échapper à l'affluence des chrétiens qui venaient les visiter et pour esquiver une renommée qui gênait leur modestie. D'autres ont été des chefs de monastères, et ceux-ci semblent avoir été assez rares. Nous ne les avons pas étudiés ici. D'autres, enfin, et c'est là l'œuvre principale de nos saints armoricains, ont constitué les communautés chrétiennes d'Armorique, paroisses et trêves, dans ce pays où les hordes d'émigrants s'étaient établies à l'aventure sans organisation religieuse aucune.
« En second lieu, nos saints n'ont rien de commun avec l'organisation bretonne. Le grand nombre de saints d'origine irlandaise suffirait à le prouver, ils sont venus d'Irlande alors que les émigrants venaient de l'île de Bretagne. La plupart de nos saints sont des chrétiens venus isolément des îles de Bretagne et d'Irlande s'établir en Armorique pour s'y adonner à la vie érémitique, et délaisser complètement le monde. Ces saints font partie d'un immense mouvement qui a envoyé de tous côtés les prêtres migrantes, mouvement bien connu maintenant grâce aux études de Dom Gougaud (Les chrétientés celtiques, p. 134 et suiv.) et de M. Boissonade (les relations entre l'Aquitaine, le Poitou et l'Irlande, du ve au xe siècle). Le cas de saint Roman de Mazerolles est le type de ces migrantes. L'Armorique a été le pays vers lequel ils se sont dirigés plus particulièrement. Leur piété, leur ascétisme et surtout leur origine étrangère ont surpris les foules qui les ont immédiatement canonisés. L'arrivée de nos saints ne correspond donc aucunement avec l'émigration bretonne, ni avec l'évangélisation de l'Armorique. Ils ont abordé chez nous du ve au xe siècle alors que le pays avait déjà reçu l'émigration bretonne et que ces Bretons étaient chrétiens. Ils appartiennent au grand mouvement de l'expansion de l'Église scotobretonne, et ainsi sortent du domaine de l'hypothèse pour rentrer dans le cadre connu maintenant des faits historiques. Il s'ensuit que l'histoire de nos saints n'éclaire en rien l'histoire civile de notre pays, elle n'éclaire que l'histoire religieuse. Telles sont les conclusions d'ordre général qui nous paraissent découler de ces recherches concernant le cas plus particulier de saint Efflam. Nous avons vu tout d'abord que sa Vie latine, bien qu'elle soit de beaucoup postérieure aux fait qu'elle rapporte, demeure un document sérieux. Elle n'est pas le roman inventé de toutes pièces par l'hagiographe qui ne sait rien sur son saint, c'est au contraire la transcription très sincère des traditions orales ayant cours au moment de la rédaction de la Vie latine. Cette première constatation donnait à la vie latine un intérêt considérable puisqu'il permettait d'y voir un document traditionnel et non pas un pur roman hagiographique. Quelle était donc la valeur de ces traditions avant d'avoir été fixées dans cette transcription ? Il est certain que l'esprit populaire avait au cours des siècles enjolivé son héros local ; mais nous croyons avoir démontré qu'une trame ténue sert de fond à toute la broderie et qu'un petit faisceau de faits réels avait été le point de départ de tout le récit légendaire, à savoir qu'un jeune prince irlandais a abandonné son pays et les gloires de ce monde, s'est réfugié sur la côte de Plestin, pour se donner tout entier à Dieu et que sa fiancée est venue l'y rejoindre pour partager avec lui son idéal de vie religieuse. Nous l'avons dit, il n'y a aucune preuve permettant d'affirmer l'historicité de ce court récit, puisqu'il n'en subsiste aucun document contemporain. Les doutes sont permis vis-à-vis de faits qui ne sont connus que par l'intermédiaire d'une longue tradition orale mais il faut remarquer que ces doutes ne s'appuient que sur une méfiance très générale contre la valeur de la tradition orale, que cette méfiance est née de remarques étrangères à la Bretagne et diminue beaucoup quand on raisonne son application aux traditions orales des Vies de saints bretons, et dès que l'on a fait le partage entre les deux genres bien séparés des versions sérieuses et des versions burlesques. Pour le cas particulier de saint Efflam aucun indice d'aucune sorte ne venait autoriser ces doutes contre la tradition. »

32S'agissant de sainte Enora, René Largillière poursuit :

« Le fond de l'histoire d'Enora doit être aussi considéré comme historique. Cette double vocation de deux jeunes époux rentre absolument dans l'ordre des choses quand on replace les faits dans cette époque qui voyait tous les jeunes néophytes quitter le monde pour se donner à Dieu, elle est conforme aux données de l'histoire et aux données de la mentalité celtique. Il faut le répéter, il s'agit là d'un fait banal, parmi cent autres faits semblables, et la banalité de ce fait empêche toute velléité de vouloir le rejeter comme apocryphe. Nous avons été plus réservés en ce qui concerne saint Gestin. Si la personnalité de ce grand saint, éponyme et fondateur de la paroisse de Plestin est certaine, par contre il reste fort probable que ce soit l'esprit populaire qui, dans le recul des siècles, ait réuni saint Efflam et saint Gestin comme ayant vécu à la même époque. »

33Ces lignes ont été écrites par René Largillière en juin-juillet 1921, donc plusieurs années avant la mise au point de sa thèse. On voit déjà transparaître les principes qui seront exposés dans celle-ci. Cependant il est certain que cette étude fait la part trop belle à la légende. La critique de la Vie est insuffisante et ce travail sur saint Efflam, sainte Enora et saint Gestin est très inférieur à celui sur Les saints et l'organisation chrétienne primitive dans l'Armorique bretonne. D'ailleurs Dottin à qui ce manuscrit avait été communiqué n'a pas été tendre pour Largillière ainsi qu'en témoignent ses nombreuses annotations marginales souvent très critiques.

34Enfin, René Largillière précise lui-même dans des notes dictées juste avant sa mort qu'il avait rédigé d'autres études concernant saint Diboen, saint André et saint Rumon. Il avait émis le vœu qu'elles soient déposées à la Bibliothèque de la Faculté des Lettres de Rennes. Je ne sais si elles s'y trouvent actuellement.

L'histoire de Beauvais et du Beauvaisis

  • 15 La vie d'un avocat jurisconsulte au xviie siècle, 1622-1678, par Pierre Leborgne et rené Largilliè (...)
  • 16 René Largillière, Pierre Leborgne, mort au Champ d'honneur, Beauvais, 1921.
  • 17 Il s'agit des études suivantes : La Basoche à Beauvais à la fin de l'Ancien Régime, Beauvais, 1922 (...)

35Tout en menant ses recherches sur l'histoire religieuse bretonne, René Largillière poursuivait d'autres travaux. D'abord, dès 1920, il avait assuré la parution de la thèse de doctorat en droit de son ami Pierre Leborgne, soutenue en mars 1912 devant la faculté de do rit de Paris. Le titre en était : L'œuvre juridique de Jean-Marie Ricard, avocat beauvaisien, né le 1er juin 1622 à Beauvais. Pierre Leborgne, dans le cadre de sa thèse, avait dû renoncer à tout développement biographique sur Ricard et comptait lui consacrer plus tard un travail distinct relatif à sa vie et à sa généalogie. Dans ce but il avait amassé une foule de notes. Pierre Leborgne fut tué le 27 février 1915. Conformément à la volonté de son ami, il revenait à René Largillière de mettre en forme les notes et de publier l'œuvre qui devenait commune. René Largillière a dû déployer là aussi des efforts considérables. » Je n'étais nullement désigné pour publier un travail sur Ricard, devait-il écrire dans la préface de l'ouvrage15, les études que j'avais entreprises m'avaient tenu très écarté à la fois de l'histoire de Beauvais et des jurisconsultes et du xviie siècle : aucun sujet ne pouvait me trouver aussi nouveau ». Et pourtant l'œuvre fut menée à bien ; ce fut sans doute ce qui donna à René Largillière le goût de poursuivre des recherches sur l'histoire de Beauvais et du Beauvaisis. En effet, après avoir fait paraître une notice consacrée à la mémoire de son ami en 192116, il a publié différentes études sur sa ville natale et la région qui l'entourait17.

  • 18 Jean-Vinot Préfontaine, op. cit., p. 7-8.

36C'est dans le cadre de la Société académique de l'Oise que René Largillière a élaboré la partie de son œuvre consacrée à l'histoire du Beauvaisis. Il y avait été admis comme membre titulaire le 15 décembre 1919 et élu le même jour comme bibliothécaire-archiviste. Il consacra une part non négligeable de son activité à ses nouvelles fonctions car il aimait profondément les livres. Les siens comme ceux de la bibliothèque faisaient partie de son existence. « Alors que la maladie mettait un frein douloureux à son activité, l'obligeant à se reposer sur d'autres du soin des choses, la bibliothèque de la Société le vit encore le dimanche matin, à ces réunions intimes des membres du bureau dont il avait été l'un des promoteurs, sinon le seul, et qui constituait l'une des forces vitales de la société ; puis, en d'autres heures de la journée, travailleur solitaire, venant oublier un instant ses souffrances dans ses recherches sur les anciennes paroisses de Beauvais18. »

Une mort prématurée

37Son intense activité de recherche n'empêchait pas Largillière de mener son activité professionnelle d'avocat. Il ne fut certainement pas un « ténor » du barreau, mais un avocat compétent, consciencieux et désintéressé. Il exerça sa profession sans rechercher les succès ni la publicité. Peu de chose peuvent être dites à cet égard en dehors de ce procès d'assises où le criminel qu'il défendait fut condamné à mort. René Largillière eut aussi à cœur de participer aux activités des Anciens combattants. Vice-président de l'Union des Réformés et Anciens combattants il fut l'avocat de l'Union départementale.

  • 19 Les obsèques eurent lieu le mardi 5 octobre 1926.

38Quelques mois à peine après la soutenance de sa thèse, René Largillière ressentit les premières atteintes du mal qui devait l'emporter. Sa santé avait déjà été ébranlée par une pleurésie contractée pendant son séjour dans les tranchées. Cette fois, c'était l'un de ses reins qui était atteint. L'ablation fut pratiquée à la clinique des Frères de Saint-Jean-de-Dieu, rue Oudinot à Paris, et le mieux qui s'ensuivit laissa espérer une rémission du mal qui était sans doute une tuberculose généralisée. Il effectua un séjour au Mont-Dore. Il y poursuivait encore ses études, réclamant des renseignements à ses correspondants, mais, très vite, il se rendit compte qu'il était perdu. Il mourut le 30 septembre 1926 dans la maison de ses parents, place Ernest-Gérard, à Beauvais19.

39Sur ses instructions, les notes prises par son père, sous sa dictée, ont été déposées avec les siennes à la Bibliothèque de la faculté des Lettres de Rennes.

  • 20 Joseph Loth, « Notice nécrologique de René Largillière », Revue celtique, t. XLIV, 1927, p. 266. J (...)

40Il faut citer une dernière fois Joseph Loth qui devait disparaître lui-même huit ans après René Largillière : « La mort de R. Largillière, survenant après celle de Duine, après celle de Robert Oheix, est une perte irréparable pour les études d'histoire religieuse en Bretagne. Il avait acquis chez nous Bretons ses lettres de naturalisation et nous l'avons pleuré comme l'un des nôtres20. »

René Largillière, au 4e régiment de cuirassiers
(Fonds privé)

René Largillière, sous l'uniforme
(Fonds privé)

Notes

1 André Oheix, Ethel C. Fawtie-Jones, « La Vita ancienne de saint Corentin », Mémoires de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Bretagne, avant-propos de R. Fawtier, p. 3.

2 Notice sur René Largillière par Jean Vinot-Préfontaine, Beauvais, 1929, p. 6.

3 Le Réveil de l'Oise. Journal hebdomadaire départemental n° 224, vendredi 20 octobre 1911, p. 2.

4 La France de la Belle époque, 1886-1914, Paris, 1991, Cursus p. 154

5 Jacques Chastenet, Beauvais, vingt siècles d'histoire, p. 120

6 Joseph Loth, « Notice nécrologique de René Largillière », Revue celtique, r. XLIV, 1927, p. 262 et suiv.

7 Joseph Loth, op. cit., p. 264.

8 Ibidem, p. 265-266.

9 Lettre inédite en ma possession.

10 René Largillière, Ronsard, ses amis et ses imitateurs dans le Beauvaisis, Bauvais, 1924, p. 27-28.

11 René Largillière, « Compte rendu de Gaelic Pioners of Christianity », Bulletin de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Breatgne, 1923, 4e année, n° 2, p. 48 et 55.

12 René Largillière, Les saints et l'organisation chrétienne primitive de l'Armorique bretonne, 1re édition, Rennes, Plihon et Hommay, 1925 ; 2e édition, préface de Bernard Tanguy avec notes complémentaires et annexes, éditions Armeline, Crozon, 1995.

13 Joseph Loth, « Les saints et l'organisation chrétienne primitive dans l'Armorique bretonne (d'après un livre récent) », Mémoires de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Bretagne, t. VII, 1926, p. 1.

14 Bernard Tanguy, préface de la seconde édition des Saints et de l'organisation chrétienne primitive dans l'Armorique bretonne, Crozon, Éditions Armeline, 1995, p. IX-XII.

15 La vie d'un avocat jurisconsulte au xviie siècle, 1622-1678, par Pierre Leborgne et rené Largillière, Paris, 1920, p. VI.

16 René Largillière, Pierre Leborgne, mort au Champ d'honneur, Beauvais, 1921.

17 Il s'agit des études suivantes : La Basoche à Beauvais à la fin de l'Ancien Régime, Beauvais, 1922 ; « Les nouveaux mariés de l'année, à la procession de l'Assaut à Beauvais, avant la Révolution », Mélanges Leblond, Beauvais, 1924 ; Ronsard, ses amis et ses imitateurs dans le Beauvaisis, Beauvais, 1924 ; « Les Templiers à Beauvais et leur commanderie de Saint-Pantaléon » Mémoires de la Société académique d'archéologie, sciences et arts du département de l'Oise. Compte rendu des séances, t. 35, 1925, p. 69-70 ; Notices publiées dans l'Écho Paroissial de Saint-Pierre sur « Les anciennes paroisses de Beauvais », commencées avec le numéro de septembre 1925. Six notices paraîtront successivement. La dernière sur la Basse Œuvre en décembre 1926 ; « L'église Saint-Pantaléon de Beauvais », Mémoires de la société Académique de l'Oise, t. XXV, 1926, p. 121-149.

18 Jean-Vinot Préfontaine, op. cit., p. 7-8.

19 Les obsèques eurent lieu le mardi 5 octobre 1926.

20 Joseph Loth, « Notice nécrologique de René Largillière », Revue celtique, t. XLIV, 1927, p. 266. Joseph vint à Beauvais faire une visite de condoléances aux parents de René Largillière.

Table des illustrations

Légende René Largillière, au 4e régiment de cuirassiers(Fonds privé)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18491/img-1.png
Fichier image/png, 721k
Légende René Largillière, sous l'uniforme(Fonds privé)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18491/img-2.png
Fichier image/png, 744k

Auteur

Docteur en droit, magistrat

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540