Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chroniqueurs et historiens de la Bretagne

 | 
Noël-Yves Tonnerre

René de Kerviler, ingénieur et historien (1842-1907)

Bertrand Frélaut

Texte intégral

1Au xixe siècle, le Morbihan a participé à l'essor de l'histoire de Bretagne en la personne de nombreux archéologues et historiens qui, sans avoir la stature d'un La Borderie ou d'un La Villemarqué, ont cependant contribué de façon décisive aux débats du moment. Sans prétendre être complet, on ne peut passer sous silence l'apport du chanoine Mahé, des érudits de la famille Galles, de Cayot-Délandre, Closmadeuc, Fouquet, du chanoine Le Mené, de L'Estourbeillon ou de Rosenzweig. Nous avons choisi de présenter l'œuvre d'une personnalité complexe et attachante, tant par ses erreurs que par la production prolifique qu'il a fournie. En quelque quarante ans, il avoue dans la Bibliographie Kervilérienne, (publiée par ses soins...) 213 références, dont 150 proprement historiques (où il faut signaler cependant quelques doublons).

  • 1 L'expression est de Jean-Yves Guiomar qui lui a accordé plusieurs pages dans son livre sur Le Bret (...)

2Issu du pays vannetais, ingénieur à Saint-Nazaire pendant près de trente ans, apparenté par sa mère à une famille des Côtes-du-Nord, possédant un manoir en Finistère, membre des sociétés savantes des cinq départements, président de l'Union Régionaliste Bretonne en 1899 et 1900, c'est un érudit breton typique, « d'envergure régionale et même nationale1 ». Après avoir évoqué son milieu d'origine, sa carrière d'ingénieur et ses théories archéologiques, nous nous intéresserons plus particulièrement à ses recherches historiques et à ses travaux bibliographiques.

Un riche terreau d'origine

  • 2 Selon le dictionnaire des terres nobles de Louis Galles, Michel Pocard achète cette seigneurie de (...)
  • 3 Cette maison a été abattue en 1964 pour laiser place à la Trésorerie municipale rue Thiers, près d (...)
  • 4 Le nom est celui d'une fontaine de Grandchamp, à proximité du Cosquer.
  • 5 René Pocard-Kerviler, grand-père de l'historien, prit fait et cause pour Monseigneur Amelot et fut (...)
  • 6 En 1623, Bertrand Couëssurel, sieur de La Brousse, achète la seigneurie de la Ville-Hervé (Plédran (...)

3Les origines familiales de Kerviler ont influencé ses choix professionnels et intellectuels. Il s'appelle, en réalité, René Pocard-Kerviler mais, grâce à un jugement du tribunal d'instance de Vannes du 9 mai 1901, il devient René Pocard du Cosquer de Kerviler. Du côté paternel, les Pocard apparaissent à Grandchamp, dans le pays vannetais, vers 1700, où ils se succèdent comme notaires du comté de Largouët, greffiers ou négociants. L'acquisition, à cette date, de la seigneurie du Cosquer2 modifie leur nom et la famille achète une maison à Vannes, rue du Marché-au-Seigle, paroisse Saint-Salomon3, où elle réside jusqu'en 1964, date de sa destruction. Cinq générations s'y succèdent jusqu'à notre historien : Michel Pocard ( 1699- 1774), Vincent Pocard qui, en 1761, ajoute « de Kerviler » à son nom4, greffier, René Pocard-Kerviler (1804-1879), capitaine de frégate, qui, en 1840, épouse à Vannes, Marie-Louise Couëssurel de La Brousse (1802- 1862), fille d'un conservateur des hypothèques, ancien engagé volontaire en 1795 dans les Côtes-du-Nord. Autant la famille de Kerviler est conservatrice, catholique et s'est illustrée dans l'aide à la chouannerie, la contre- révolution et le clergé5, autant les Couëssurel, originaires de Plédran6 et issus eux aussi d'un milieu de notaires et fermiers seigneuriaux, ont donné des administrateurs, des élus ou des militaires aux régimes de la Révolution et de l'Empire, le plus connu étant administrateur des Côtes-du-Nord en 1795 puis député aux Anciens de l'an VI à l'an VIII. Par ses alliances, cette famille est apparentée à un autre député aux Anciens, Louis Prud'homme, imprimeur-libraire à Saint-Brieuc, et à un député des Cent-Jours, Louis Bienvenue, homme de loi, mais on y trouve encore des avocats, des religieuses, des receveurs de l'enregistrement, un maire de Moncontour... La grand-mère maternelle de René de Kerviler, Adèle Muller, était la fille d'un lieutenant des armées républicaines, Philippe Muller (dont il utilisa le nom comme pseudonyme pour une de ses études...). La famille maternelle est donc marquée par des choix politiques opposés à ceux des Kerviler.

  • 7 Voir l'étude du docteur Patrick Mahéo sur cette famille dans Bull, de la Soc. Polymat. Du Morbihan(...)

4Par son mariage aussi, Kerviler s'apparente à un milieu d'ingénieurs et d'hommes politiques. En 1870, il épouse Cécile Guyesse, fille d'un ingénieur polytechnicien du génie maritime, Armand Guieysse (1810-1891). Elle était la cousine germaine de Paul Guieysse (1841-1914), ingénieur hydrographe, égyptologue, député de Lorient de 1890 à 1910 et ministre des Colonies dans le cabinet Léon Bourgeois en 1895-1896. Président des « Bleus de Bretagne », il fit ériger la statue de Hoche à Quiberon en 1902 et celle de Renan à Tréguier en 19037. C'était un radical-socialiste, franc-maçon et anticlérical déclaré. Aîné d'une famille de onze enfants (dont sept survécurent), Kerviler eut trois garçons et deux filles qui firent souche. Retiré à Lorient, pays de sa femme, il y meurt, à demi paralysé des jambes, le 11 mai 1907.

  • 8 D'après la notice de Carnoy, il doit s'agir des fouilles de Locmariaquer et deTumiac.
  • 9 Citation d'Henry Carnoy. Deux des fils de René de Kerviler entrèrent à leur tour à Polytechnique e (...)

5Le milieu familial est particulièrement contrasté mais, au total, très porteur, très favorable. Les Kerviler appartiennent à cette « bonne bourgeoisie provinciale » qui se pique d'origine nobiliaire. Le jeune homme, qui a été placé au collège Saint-François-Xavier, qui vient d'ouvrir en 1850, s'est très vite intéressé à l'archéologie au point de participer, dans ces années-là, aux fouilles de la Société polymathique du Morbihan avec Louis Galles et de Cussé8. Il est d'ailleurs membre correspondant de cette société en 1863 (il a 21 ans) et fait une note en 1869 devant elle. Il devient ingénieur après avoir été élève de l'Ecole polytechnique. Il est ainsi « fils, gendre, père, beau- père, neveu et cousin de polytechniciens9... »

6On voit donc que le terreau intellectuel d'origine est d'une grande richesse et l'on peut constater que les diversités d'engagements politiques de ses aïeux et alliés peuvent sans doute expliquer sinon la tolérance et la neutralité de René de Kerviler, du moins une certaine compréhension ou retenue de l'historien face aux destins si variés qu'il aura à étudier.

Un brillant ingénieur, un archéologue contesté.

7René de Kerviler est un sujet doué qui, après avoir été formé par les jésuites à Vannes et à Versailles, entre à l'École polytechnique en 1861, à l'âge de 19 ans, en sort septième, entre à l'École nationale des ponts et chaussées en 1863 et obtient également un diplôme de l'École nationale des chartes, établissement dont il ne put suivre les cours. Ingénieur en 1866, il est d'abord chargé de mission en Angleterre, en Belgique et en Hollande, il voyage également en Suisse, en Italie et en Espagne. Il commence sa carrière à Tarbes (1867), la poursuit à Saint-Brieuc (1869), Nantes (1873) enfin à Saint-Nazaire en 1874 où il devient ingénieur en chef en 1882. Il y a construit le Bassin de Penhouët (1875-1881), le pont roulant hydraulique (1884), le phare des Charpentiers (1887), des cales, des ateliers, de nombreux édifices urbains détruits dans les bombardements de la Seconde Guerre mondiale et des installations portuaires considérées en leur temps comme des travaux remarquables.

  • 10 Pour le contexte général de cette période voir Jean-Yves Guiomar, Le bretonisme, Mayenne, 1987.

8Ainsi, Kerviler est un homme de science, un polytechnicien et, avec sa solide formation d'ingénieur, son expérience des recherches historiques et les éléments de comparaison que lui ont donné ses voyages à l'étranger, on pouvait attendre de lui qu'il joue un rôle décisif dans les débats archéologiques et historiques du moment. N'est-il pas à même d'apporter la caution du savant homme qu'il est ? C'est ainsi qu'à l'âge de 35 ans il fait une entrée fracassante sur la scène des débats qui partagent les historiens des années 1860-1880 : les origines de l'homme, la nature et la datation des premiers monuments « druidiques » ou « celtiques », la classification des âges préhistoriques. Les cadres chronologiques nouveaux proposés par le danois Worsaal (âges de la pierre, du bronze, du fer) sont-ils valables en Bretagne ? Que deviennent alors les Celtes ? Qui a construit les dolmens et les menhirs ? Jusqu'où reculer l'âge des premiers hommes en France10 ?

9De 1874 à 1880, l'affaire du chronomètre préhistorique de Penhouët marque le sommet de la notoriété de Kerviler mais aussi l'échec de ses théories et leur disparition totale du débat scientifique français : en réalisant le bassin de Penhouët, Kerviler ne manque pas de faire des fouilles qui aboutissent d'abord à la découverte d'un crâne en 1874 qui est daté du Néolithique par le célèbre anthropologue Mortillet. Les années suivantes, les ouvriers exhument des poteries, armes de bronze, une hache de pierre polie et divers fragments d'os de cerf. En comparant les lieux de ces découvertes avec la coupe des diverses alluvions de la Loire, Kerviler publie dans la Revue archéologique de 1877 (1er trimestre) le résultat de ses observations et de ses déductions. Au prix de calculs approfondis, il estime que 35 cm d'alluvions représentent un siècle, inventant ainsi un véritable « chronomètre » de la Préhistoire bretonne susceptible de résoudre les questions en cours. Les objets trouvés à Penhouët datant donc du xve siècle avant J.-C., époque de l'arrivée du bronze en Armorique, et en descendant jusqu'à la roche-mère, l'étude des alluvions conduit aux origines même de l'humanité — une dizaine de milliers d'années —, ce qui permet de prouver l'exactitude du récit de la création de l'homme dans la Bible, acte de foi auquel Kerviler ne peut renoncer. Au congrès des sociétés savantes de France, du 4 au 7 avril 1877, dans l'enceinte de la Sorbonne, Kerviler est la vedette du jour.

10Le ministre de l'Instruction Publique, M. Waddington lui rend un hommage particulier et accorde 500 F de subvention pour qu'il puisse continuer ses travaux...

11Taxé de cléricalisme et d'obscurantisme, Kerviler est vigoureusement attaqué par Mortillet et par le doyen de la faculté des sciences de Rennes ; il doit se défendre, se justifier, ce qu'il fait en septembre 1877, au congrès de l'Association bretonne, à Savenay. Appelés au secours, le Comte de Limur et le docteur Mauricet viennent visiter le bassin de Penhouët en août 1878. Ils observent la coupe stratigraphique mais ne fournissent aucune conclusion... Kerviler demande l'arbitrage de l'Académie des sciences qui nomme une commission qui ne déposera jamais de rapport... Le triomphe de la Sorbonne est bien loin ! Dans les années 1880, les découvertes de Kerviler sont oubliées et l'opinion scientifique internationale a définitivement adopté les nouvelles idées et les nouvelles classifications des ères préhistoriques...

12Dans les années 1872-1873, Kerviler avait conçu et publié un premier grand travail : Géographie de la presqu'île armoricaine au commencement et à la fin de l'occupation romaine. Il y défendait une thèse elle-même très controversée sur un sujet qui préoccupait beaucoup les historiens d'alors : la localisation de la bataille navale au cours de laquelle Jules César battit les Vénètes. Kerviler défendit l'idée que le golfe du Morbihan n'existant pas à cette époque et l'estuaire de la Loire étant, en revanche, beaucoup plus vaste, c'est en Brière que se déroula cette bataille. Jules César n'avait jamais franchi la Vilaine, donc il n'était jamais venu en vue des côtes du Morbihan... Cette position vigoureuse fut également vivement contestée par la majorité des historiens.

13Peut-être ces déconvenues ont-elles poussé Kerviler à ne se consacrer qu'à des études solidement fondées sur des sources incontestables ? Son amour de l'histoire de Bretagne et sa passion pour la collecte des références bibliographiques vont occuper tous ses loisirs d'ingénieur.

Œuvres secondaires et recueils d'histoire bretonne

14Dans une première catégorie nous placerons les travaux d'ingénieurs publiés dans les Annales des Travaux Publics ou des Ponts et Chaussées ou dans les rapports administratifs. Joignons-y les oeuvres poétiques (recueil « Bruyère et Lilas » par exemple) dont les sonnets ne forcent pas l'admiration..., mais posent parfois des problèmes historiques. Nous nous permettons ici de reproduire le poème intitulé « Carnac » très représentatif de la personnalité de l'auteur :

Le soir, vous inspirez une sainte terreur,
Colosses de granit aux ombres gigantesques ;
Quand la lune se glisse entre vos arabesques,
Le paysan recule en frissonnant d'horreur.
L'antiquaire lui-même hésite et craint l'erreur...
Êtes-vous les témoins de ces jours titanesques
Où le ciel, foudroyant d'Apis les soldatesques,
Sauva Saint Cornély des coups de leur fureur ?
Êtes-vous les piliers du temple des Druides ?
Où les stèles d'honneur marquant les places vides
Dans les rangs des héros défenseurs du vieux sol ?
Êtes-vous les jalons du Conseil des Vénètes ?...
Qu'importe, si, par vous assuré de son vol,
L'esprit s'élève à Dieu qui voit ce que vous êtes !

15En composant ce sonnet, Kerviler se fait l'écho de ses propres préoccupations : n'écrit-il pas qu'il hésite entre les diverses théories d'explication des origines des alignements et qu'il « craint l'erreur... » (Comme pour le chronomètre préhistorique de Saint-Nazaire ?). Faute de pouvoir choisir entre la légende des soldats de Saint-Cornély, le temple des Druides et la salle du Conseil des Vénètes, il préfère s'en remettre à Dieu omniscient...

  • 11 par exemple Trente jours en Savoie, en Suisse et en Italie, Saint Nazaire, 1896, 226 p.
  • 12 Souvenirs d'un vieux capitaine de frégate, 2 vol., Paris, 1893 et 1896, voir aussi l'article de sa (...)
  • 13 Kerviler et Sébillot ont publié en 1897 un Annuaire historique de la Bretagne. Quant aux diverses (...)

16Parmi les œuvres mineures ou secondaires, on regroupera ses souvenirs de voyages11, la publication des mémoires de son père 12 ou des contributions aux ouvrages de Paul Sébillot, des articles dans la Revue des Arts et Traditions Populaires13...

17Pendant ses années d'études à Paris, il fréquente les Archives Nationales et y puise à son gré. Ainsi, Kerviler a beaucoup publié sur l'histoire de l'Académie française de 1871 à 1882 (une marotte ?), mais encore sur certains personnages, académiciens ou non, qui ont eu un rôle sous l'Ancien Régime.

18Il fit ainsi plusieurs études consacrées au chancelier Pierre Séguier (1588- 1672), au diplomate Abel Servien (1593-1659), négociateur du Traité de Munster, ou à des célébrités de la famille de Colbert ou de celle de Louvois. On lui doit aussi de nombreuses notices biographiques de quelques « Éternels » et une synthèse intitulée La Bretagne à LAcadémie Française au xviie siècle, 1879, (541 pages), et un second volume consacré au siècle suivant et paru en 1889, chez le même éditeur parisien, Victor Palmé (658 pages).

19Avec Olivier de Gourcuff, il signe une Anthologie des Poètes bretons du xviie siècle, parue à Nantes en 1884, à la Société des Bibliophiles bretons (286 pages). Mais ces deux ouvrages de matière bretonne se rapprochent déjà des grands travaux d'érudition qui sont la spécialité de notre ingénieur.

20Ses autres grands travaux sont souvent demeurés inachevés. Il avait commencé une série de recherches sur les députés bretons sous le titre : Cent ans de représentation bretonne. Il en a publié deux tomes. Le premier volume concerne les Etats généraux et lAssemblée constituante 1789-1791 (Perrin, 1888, 162 pages). Le deuxième volume traite de lAssemblée Législative (Perrin, 1891, 480 pages). La suite des « Cent ans » n'a pas vu le jour.

21Kerviler a fait œuvre originale par ses recherches sur la Révolution, avec notamment le volume : La Bretagne pendant La Révolution, publié en 1912 par les Bibliophiles bretons (361 pages). L'ouvrage compte trois parties :

  1. 1. Débuts de la Révolution - Fin de la nationalité bretonne.
  2. 2. Agonie et mort de la Royauté.
  3. 3. Triomphe, agonie et mort de la république (avec comme sous-titres : La guerre civile, La Convention et le Directoire).

22Il s'agit de la reprise de textes écrits pour une Histoire de Bretagne dont nous parlerons tout à l'heure.

23L'ouvrage intitulé Armorique et Bretagne rassemble un certain nombre d'articles et études (dont celle du « Chronomètre Préhistorique ») en trois tomes parus en 1892 et 1893, chez Champion (ayant respectivement 286, 362 et 368 pages). Le plan est simple :

  1. 1. Sur l'Armorique.
  2. 2. La Bretagne jusqu'à la Révolution.
  3. 3. La Bretagne pendant la Révolution et depuis.
  • 14 Il signale lui-même en note à la page 17, à propos de « Clubs et Clubistes du Morbihan de 1790 à 1 (...)

24C'est l'occasion pour Kerviler de rééditer sont travail sur « Clubs et clubistes du Morbihan de 1790 à 1795 » et de donner quelques notices fournies sur des notabilités comme Brue ou Dufilhol14.

Les grands travaux bibliographiques

25Obsédé par l'accès aux sources, Kerviler avait l'ambition de tout recenser ce qui s'était écrit sur la Bretagne pour constituer un fond documentaire exhaustif sur l'histoire de cette « province ». Il s'est très tôt consacré à la bibliographie.

26Au congrès de l'Association Bretonne de Vannes de 1874 il lit son Esquisse du projet de Bibliothèque historique de la Bretagne. Après avoir présenté la géographie, l'histoire naturelle et l'agriculture bretonnes, il élabore un plan détaillé d'un exposé de l'histoire de Bretagne en multipliant les classifications.

27En 1884, il publie un Essai d'une bibliographie des publications périodiques de la Bretagne qui ne connaîtra que quatre livraisons jusqu'en 1898.

  • 15 Jean-Yves Guiomar a étudié et publié sa correspondance concernant cette Histoire complète et illus (...)

28En 1905, il a en projet une Histoire de la Bretagne en six volumes illustrés avec la collaboration de Joseph Loth, de Calan, Trévédy et du Cleuziou. (Il rédige lui-même le premier volume sur la période préhistorique et gallo- romaine et les années 1203-1364...). Il pensait ne pas faire double emploi avec l'histoire de La Borderie15 mais, abandonné par certains de ses coauteurs et par l'éditeur pressenti, il n'eut pas le temps de mener ce projet à son terme.

29Le grand œuvre de René de Kerviler est son « Répertoire de Bio-Bibliographie bretonne » paru chez Plihon (Rennes) de 1886 à 1907 en 17 volumes, mais arrêté à la lettre G... à la mort de son auteur et continués seulement en 1978-1985 dans des conditions différentes...

30La lettre A comprend 918 articles et 417 pages ; B, 3755 articles et 3771 pages ; la lettre C, 3584 articles en 1481 pages ; D, 203 articles et 855 pages ; E, 505 articles et 110 pages ; la lettre F, 1136 articles et 201 pages, enfin le G (jusqu'à GU) environ 2300 articles et 1 205 pages. Ainsi, les 6 premières lettres de l'alphabet totalisent 14200 références en 8040 pages. Si certains noms ne donnent lieu qu'à quelques lignes, il existe quelques notices exceptionnellement développées où Kerviler ne nous épargne aucune notule et en vient même à publier de larges extraits de poésies, de lettres, d'articles de journaux...

31Le principe du répertoire est de citer tous les auteurs Bretons qui ont écrit sur la Bretagne (et seulement les Bretons, dans un premier temps du moins) mais aussi de citer toutes les publications, écrits ou sources, qui parlent d'un personnage d'une famille bretonne déterminée. Ainsi, Brizeux aura une douzaine de pages comme les Corbière, parce qu'ils ont écrit des oeuvres bretonnes mais les Avaugour, les Beaumanoir ou Fouché, sur lesquels il a été publié, seront aussi évoqués même s'ils n'ont eux-mêmes rien écrit.

32Au palmarès des plus longues notices on peut ainsi relever quelques vedettes de l'histoire bretonne :

33Le Général Boulanger : 207 pages (record absolu...). L'auteur ne manque pas de faire état du recul qu'on peut avoir vis-à-vis d'un personnage (dont il ne connaissait pas la fin à l'époque de la rédaction de sa notice) puisqu'il note que les générations à venir seront étonnées de voir combien le général avait suscité la « folie » de ses contemporains. Il n'empêche qu'en ne nous épargnant aucun ordre du jour du ministre rennais il laisse échapper son penchant politique ou la conception qu'il a d'un « grand breton contemporain »...

34On trouve ensuite des articles très fournis sur des écrivains : Chateaubriand (93 pages), Paul Féval (36 pages), les Corbière père et fils (13 pages), Élie Fréron (26 pages), Brizeux et beaucoup d'académiciens. Viennent ensuite des historiens ou archéologues contemporains comme Arthur de La Borderie qui trône en tête avec 41 pages, suivi de Fouquet, Bertrand d'Argentré, de l'Estourbeillon, Bizeul...

35Des familles notables ou bourgeoises sont également bien représentées (de Boisgelin, de Cambout, de Carné, Fournier, Bernard, Fouquet, Bigot, etc.) voire quelques hommes politiques déjà connus mais pas encore arrivés au faîte de leur carrière comme Aristide Briand, qui fut conseiller municipal de Saint-Nazaire...

36Innombrables enfin sont les références sur les avocats, les médecins (qui ont tous écrit au moins une thèse !), les députés ou autres élus locaux...

  • 16 L'historique de la suite « Suite du Kerviler » a été présenté par Xavier du Boisrouvray, conservat (...)

37Demeuré inachevé par la mort de Kerviler, le répertoire a été continué au bout de douze ans de travaux et de retouches par les Archives de Loire- Atlantique et la bibliothèque municipale de Nantes16.

38Les papiers de Kerviler ont été en partie dispersés par ses héritiers mais plusieurs dossiers ont été conservés, parfois partiellement, après leur utilisation par certains érudits comme Louis Jégou ou l'abbé Chauffier de 1907 à 1913. Une partie d'entre eux (dossiers, coupures de presse, notules et papiers divers découpés au ciseau, fiches) fut achetée en 1937 par la ville de Nantes. En 1941, Mademoiselle d'Haucourt, bibliothécaire, a tenté une rédaction des lettres manquantes du répertoire mais il a fallu de nombreuses années et de multiples collaborations pour les traiter toutes et encore de façon partielle puisque Kerviler n'avait pas rassemblé tous les documents nécessaires à cet usage ou que ceux-ci ne nous sont parvenus que de façon incomplète.

39Le résultat a fourni la matière de trois tomes édités de 1978 à 1985 par Floch (Mayenne), soit, pour les 19 lettres restantes, un ensemble d'articles plus courts représentant 1858 pages.

40On voit donc les limites de ce Répertoire. Il ne concerne que les notables et est même présenté par Xavier du Boisrouvray comme un Dictionnaire biographique de la bourgeoisie bretonne au xixe siècle. (Il oublie qu'il concerne aussi la noblesse). Il développe essentiellement les lettres A à G. Il renvoie à des ouvrages écrits précédemment où il a traité en détail certains personnages (Boullé, Dusers...). 11 commet quelques erreurs et omet certains noms... Il importe donc d'en être conscient quand on l'utilisera mais, tel qu'il se présente, c'est une mine d'or pour tout chercheur et, au moins, un point de départ ou de vérification.

41Malgré son péché de jeunesse, René de Kerviler reste l'un des types de l'érudit provincial et de l'historien breton du xixe siècle. Sa place dans les débats de son temps est importante et il croise le fer avec La Borderie aux congrès de l'Association Bretonne ou bien il défend l'identité bretonne (la « nationalité », comme il l'appelle) dans ses recueils historiques et ses discours de président de l'Union Régionaliste Bretonne. Il est donc représentatif de l'engagement de certains milieux aristocratiques dans le premier mouvement breton.

  • 17 Sur Kerviler, voir Jean Dhombres, La Bretagne des savants et des ingénieurs, t. 2.

42Cet homme, qui fut un bourreau de travail et qui n'était pas historien de profession, a su s'entourer de collaborateurs et puiser aux sources les plus irréprochables des archives et de la bibliographie. Il a mis autant d'énergie à rassembler les éléments de sa Bio-Bibliographie qu'à creuser le bassin de Penhoët17. Il demeure incontournable dans l'historiographie bretonne car, de même qu'on a recours au Larousse ou au Petit Mourre, ne travaille-t-on pas encore avec le Kerviler et la suite du Kerviler ?

René de Kerviler
(Extrait de La Bretagne pendant la Révolution, Société des bibliophiles bretons, 1912

Notes

1 L'expression est de Jean-Yves Guiomar qui lui a accordé plusieurs pages dans son livre sur Le Bretonisme (Floche, Mayenne, 1987). Quelques notices éclairent aussi sa biographie : celle de J.-L. Micouleau (Le Panthéon du Mérite) et celle d'Henry Carnoy (A l'orée du xxe siècle, Portraits contemporains, 1902). J'ai utilisé aussi quelques renseignements fournis par sa famille.

2 Selon le dictionnaire des terres nobles de Louis Galles, Michel Pocard achète cette seigneurie de Grandchamp en 1700 à Joseph Sangrin. La famille avance la date de 1668.

3 Cette maison a été abattue en 1964 pour laiser place à la Trésorerie municipale rue Thiers, près de l'hôtel de Limur (Bulletin des Amis de Vannes, n° 21).

4 Le nom est celui d'une fontaine de Grandchamp, à proximité du Cosquer.

5 René Pocard-Kerviler, grand-père de l'historien, prit fait et cause pour Monseigneur Amelot et fut incarcéré comme suspect sous la Terreur (voir : Archives départementales du Morbihan, L 1530)

6 En 1623, Bertrand Couëssurel, sieur de La Brousse, achète la seigneurie de la Ville-Hervé (Plédran) ; Une lignée prolifique en est sortie à Lamballe, Moncontour, Uzel, Dol, mais le nom est aujourd'hui éteint depuis plusieurs décennies.

7 Voir l'étude du docteur Patrick Mahéo sur cette famille dans Bull, de la Soc. Polymat. Du Morbihan, n° 1626 (mai 1999), p. 47-49.

8 D'après la notice de Carnoy, il doit s'agir des fouilles de Locmariaquer et deTumiac.

9 Citation d'Henry Carnoy. Deux des fils de René de Kerviler entrèrent à leur tour à Polytechnique en 1890 et 1896.

10 Pour le contexte général de cette période voir Jean-Yves Guiomar, Le bretonisme, Mayenne, 1987.

11 par exemple Trente jours en Savoie, en Suisse et en Italie, Saint Nazaire, 1896, 226 p.

12 Souvenirs d'un vieux capitaine de frégate, 2 vol., Paris, 1893 et 1896, voir aussi l'article de sa petite- fille, Étiennette de Kerviler : « Un Vannetais à la bataille navale de Navarin », Bull, de la Soc. Polymathique. du Morbihan, 1985, p. 120-121.

13 Kerviler et Sébillot ont publié en 1897 un Annuaire historique de la Bretagne. Quant aux diverses revues où l'historien vannetais a donné des articles, outre celles des sociétés savantes bretonnes, on peut signaler la Revue historique de l'ouest, la Revue de la révolution, La Revue des Traditions populaires, sans compter les comptes rendus des congrès de l'Association Bretonne.

14 Il signale lui-même en note à la page 17, à propos de « Clubs et Clubistes du Morbihan de 1790 à 1795 » ; « Cette étude a été publiée pour la première fois sous le pseudonyme de Philippe Muller (l'un de mes bisaïeux maternels) dans la Revue de la Révolution et tirée à part, à Nantes, en 1885. »

15 Jean-Yves Guiomar a étudié et publié sa correspondance concernant cette Histoire complète et illustrée de la Bretagne qui devait comprendre plus de 300 gravures. (Le bretonisme, p. 307.)

16 L'historique de la suite « Suite du Kerviler » a été présenté par Xavier du Boisrouvray, conservateur des Archives de Loire-Atlantique, dans la préface à l'édition de celle-ci en 1978. Voir aussi l'analyse que j'ai faite dans mon DEA : Les sources de l'Histoire des Bleus de Vannes.

17 Sur Kerviler, voir Jean Dhombres, La Bretagne des savants et des ingénieurs, t. 2.

Table des illustrations

Légende René de Kerviler(Extrait de La Bretagne pendant la Révolution, Société des bibliophiles bretons, 1912
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18490/img-1.png
Fichier image/png, 2,6M

Auteur

Docteur en histoire contemporaine

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540