Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chroniqueurs et historiens de la Bretagne

 | 
Noël-Yves Tonnerre

Dom François Plaine, Bénédictin et historien breton (1833-1900)

Philippe Guigon

Texte intégral

  • 1 Les sources sont nombreuses, variées et dispersées, car Plaine écrit beaucoup, gardant souvent les (...)
  • 2 Je remercie vivement de leurs communications Michèle Bardon (archives du diocèse de Meaux), l'abbé (...)

1Écrire la biographie d'un bénédictin du xixe siècle peut sembler une gageure. En effet l'on serait presque tenté d'imaginer qu'il échappe à la rumeur du siècle, protégé par le cloître et par la Règle, qui ordonne le travail. Celui-ci se présente essentiellement dans le cas de François Plaine sous une forme intellectuelle, avec la rédaction d'articles, de livres, de comptes rendus, l'écriture d'une correspondance savante, la connaissance intime des merveilleuses bibliothèques monastiques, des voyages d'exploration de plusieurs dépôts d'archives1. Ce travail2 implique également le débat, la controverse, la polémique, avec comme corollaire des amitiés fidèles ou des inimitiés inextinguibles que le moine accepte par humilité sans mot dire, mais dont les écrits conservent les traces.

  • 3 Fernand Cabrol, Bibliographie des Bénédictins de Lu Congrégation de France par des Pères de la mêm (...)
  • 4 Il affichera plus tard une grande reconnaissance à Julien Labé le vicaire qui lui a appris le lati (...)
  • 5 A. Guillotin de Corson, Pouillé historique de l'archevêché de Rennes, Rennes, Fougeray, Paris, R. (...)
  • 6 Le petit séminaire se trouvait sur le site de l'ancienne abbaye de Saint-Méen, Guillotin de Corson (...)

2Dom François Plaine est né à Bédée le 26 décembre 1833 dans une famille de cultivateurs qui aura sept enfants3. L'enfant va très probablement à l'école de garçons de Bédée, fondée en 1823 et dirigée par les Frères de l'Institut de Lammenais, implantée à proximité immédiate du presbytère. François restera toute sa vie attachée à Bédée, pour d'évidentes raisons familiales, mais aussi grâce aux prêtres de la paroisse qu'il rencontre dès sa prime enfance4. Il adhère sans doute précocement à la confrérie des Saints- Anges fondée en 1639 par le recteur François Botherel ; elle ne compte pas moins de 6 000 confrères en 1860 et il y avait une chapelle des Saints-Anges dans l'ancienne église paroissiale de Bédée5. Dans la foulée de son aîné Jean-Louis, François entre au petit séminaire de Saint-Méen en octobre 18476, au niveau de la cinquième. Il devait y rester cinq ans de 1847 à 1852.

  • 7 Jean-Louis Plaine, « Dom François Plaine, religieux bénédictin de Silos (Espagne) », Revue de Bret (...)

3Contrairement à son frère aîné Jean-Louis qui accumula prix et accessits tout au long de son parcours scolaire, François fut un élève moyen. Son niveau scolaire s'améliora cependant à partir de la troisième (1849-1850) et il obtint plusieurs premiers prix en classe de rhétorique. Cette progression est due à un travail acharné. Non seulement le jeune séminariste était un élève appliqué mais il consacrait déjà ses vacances à compulser de vieilles chartes dans le presbytère local7.

  • 8 Il aura comme élève le jeune Louis Duchesne (1843-1922) originaire de Saint-Servan et promis à une (...)

4En octobre 1852 François Plaine entra au grand séminaire au moment où les eudistes étaient remplacés par la congrégation des prêtres de l'Immaculée Conception. Il suivait une nouvelle fois son frère qui, après avoir été ordonné sous-diacre le 1er juin 1855, sera nommé maître d'études en 1854-1855 à Saint-Méen8. François effectue un excellent parcours. Après avoir obtenu un 4 lors de l'examen du diaconat, François, en dépit de son défaut de prononciation et après avoir obtenu deux fois la note 5 (« Optime ») à ses examens pour la prêtrise, est ordonnée le 6 juin 1857. François Plaine ne sera cependant pas prêtre diocésain ; depuis plusieurs années déjà il est attiré par le monachisme bénédictin.

  • 9 Paul Jausions (mort à Vincenens, États-Unis, le 9 septembre 1870) était le fils unique d'Ambroise- (...)
  • 10 Archives de Solesmes. Il s'agit plus précisément de la première lettre connue.

5C'est lors de sa première année au grand séminaire, en 1852-1853 que François Plaine a fait la connaissance de Paul Jausions, alors en première année de théologie9. Né à Rennes le 15 novembre 1834, ce dernier avait décidé d'entrer à Solesmes et contribua plus que quiconque à faire naître chez son ami sa vocation pour la vie bénédictine ; plusieurs lettres des années 1855-1857 attestent de leur commune admiration pour le renouveau du monachisme insufflé par le premier abbé de Solesmes, Prosper Guéranger (1805-1875). Attiré lui-aussi par Solesmes, François Plaine écrit en juillet 1855 une première lettre à Dom Guéranger dans laquelle il se présente brièvement et simplement au moral comme au physique10.

6« Depuis longtemps je me sens d'attrait pour la vie religieuse et spécialement pour l'ordre si régulier des bénédictins. [...] Le monde est pour moi une prison, un lieu de souffrances et d'exil. Ce motif n'est pas pur ; s'il était seul, ce serait une raison de demeurer dans le monde, mais je crois sincèrement être poussé dans la solitude par une véritable vocation divine... [...] Les raisons qui me rendent le rebut du monde, ne seront pas, je l'espère, un titre d'exclusion dans le cloître. J'ai une difficulté très prononcée de langue, c'est cela surtout qui me rend incapable de remplir aucun poste dans le ministère extérieur. Je suis en outre affecté d'une myopie assez prononcée. Sans être d'une constitution très robuste, je suis d'une assez bonne santé ».

  • 11 Paul Delatte, Dom Guéranger abbé de Solesmes, Solesmes, 1984, 2e édition, in-8°, 946 p. [1e éd., P (...)
  • 12 Archives de Solesmes : « Votre vie ne m'a pas paru aussi dure et austère que je me l'étais figurée (...)

7Sans doute invité par le Révérendissime, l'aspirant moine se rend à Solesmes au cours de l'été 1855, et ne manque pas d'être impressionné par Guéranger, l'ultramontain restaurateur de la liturgie romaine en France11 qui vient de voir proclamé le dogme de l'Immaculée Conception le 8 décembre précédent ; aussi il confirme à son ami le 17 octobre12 que la vie monastique lui sourit.

8François Plaine termine cependant ses études au grand séminaire et c'est après son ordination à Rennes le 6 juin 1857 qu'il rentre à Solesmes le 25 du même mois.

À l'abbaye Saint-Pierre de Solesmes (juin 1857-novembre 1864)

  • 13 L'édifice actuel vient d'être totalement reconstruit par Dom Jules Mellet (né en 1846, architecte (...)
  • 14 Archives de Ligugé, dossier F. Plaine, carnet, p. 43 [foliotée p. 99] ; fiche É. Augouard.
  • 15 A. Houtin, 1899, op. cit., p. 206-207. La formule couramment employée « un savant bénédictin » l'i (...)

9C'est dans une construction achevée que le jeune homme entre au début de l'été 185713- Plaine revêt l'habit monastique le 17 juillet 1857 et devient novice le 10 juillet 185814 Le maître des novices est depuis le 17 juillet 1856 Dom Charles Couturier (1817-1890, maître des novices de 1856 à 1875, deuxième abbé de Solesmes) dont l'austère idéal monastique ne dût pas nécessairement plaire au jeune homme15 : « Que Dieu fasse donc de vrais moines, déclare-t-il et, s'il faut des sociétés scientifiques, militantes, apostoliques, il y pourvoira par d'autres vocations et d'autres moyens. »

  • 16 P. Piolin, 1884, op. cit., p. 65 : « Le moine bénédictin, comme les autres religieux, remplit parf (...)

10Par contre le jeune novice devait être plus attiré par l'idéal monastique prôné par Dom Paul Piolin16 et Dom Guéranger :

« L'abbé de Solesmes, écrira-t'il plus tard, voulait que le novice se familiarisât avec les livres où est renfermé le texte de la louange divine. C'était le meilleur moyen de lui donner l'esprit de l'Eglise et de disposer son âme à célébrer les offices liturgiques. Les conférences quotidiennes de Dom Guéranger et ses entretiens intimes fournissaient aux travailleurs une direction pratique et sûre. Avec sa mémoire extraordinaire, sa curiosité toujours en éveil et son ardent amour de l'étude, le Père Plaine fit de rapides progrès à l'école d'un pareil maître. »

  • 17 II meurt le 12 avril 1900, trois mois avant Plaine avec qui il entretient une fidèle correspondanc (...)

11François connaît comme compagnons de noviciat certains moines qui devinrent des amis très chers et qui furent parfois appelés à de hautes fonctions. Léon Bastide, plus âgé que lui de dix ans, rentre au noviciat en octobre 1857 ; il l'accompagne à Ligugé dont il est l'abbé de novembre 1864 à octobre 1876, avant de résilier pour raisons de maladie et de revenir à Solesmes17 où Alphonse Guépin est également un ami de longue date, tout d'abord grâce à son origine bretonne (il est né à Quintin en 1836) et à leurs centres d'intérêt historique communs ; il devient profès en 1860, puis abbé de Silos (1894-1917). Avec d'autres confrères de noviciat les liens tissés sont probablement moins personnels, mais toujours féconds par suite des échanges d'idées et des aides apportées ou reçues de l'un ou de l'autre ; il en est ainsi pour Christophe Gauthey, né la même année que François et qui fait sa profession un an après lui, avant de devenir abbé de Sainte-Marie- Madeleine de Marseille (1876-1920), et de même pour Joseph Pothier, né en 1835, profès en novembre 1860, abbé de Saint-Wandrille (1898-1923). Les relations sont plus soutenues avec François Chamard (1828-1908), profès en août 1856, envoyé à Ligugé en juin 1865 et bibliothécaire de l'abbaye l'année suivante ; à ce titre il ne devait pas manquer de se lier d'amitié avec Plaine, s'affiliant aux mêmes réseaux intellectuels, publiant dans les mêmes revues, épousant des causes identiques et de semblables combats. Les deux confrères correspondent abondamment, échangeant de nombreuses informations sur de multiples sujets, Chamard ayant eu la chance de pouvoir voyager davantage que Plaine ; leur connivence dure jusqu'à la mort de ce dernier. Jean-Baptiste Pitra (1812-1889, profès en février 1843, cardinal en 1863) est son confrère durant l'hiver 1858-1859 ; devenu bibliothécaire de la Sainte Église en 1869, il lui fournit des renseignements inédits sur Charles de Blois. Outre l'aide de Chamard, Plaine demandera aussi occasionnellement celle d'autres confrères, tel Théophile Bérengier (1827-1897, profès en février 1854, supérieur de l'abbaye Saint- Victor de Marseille), et surtout Paul Piolin (1817-1892, profès en janvier 1842), futur président de la Société historique et archéologique de la Sarthe, qui fait publier son ami dans la Revue d'Art chrétien, la Revue du Monde catholique, la Revue des Questions historiques, les Studien und Mittheilungen aus dem Benedictiner und dem Cistercienser Orden, mais également dans les revues spécialisées dans la critique, le Polybiblion ou la Bibliographie catholique.

  • 18 Archives de Ligugé, dossier F. Plaine, carnet, p. 43 [foliotée p. 99] ; fiche E. Augouard. « Pour (...)

12François émet sa profession simple le 11 juillet 1859 et sa profession solennelle le 11 juillet 186218.

À l'abbaye Saint-Martin de Ligugé (novembre 1864-avril 1881)

  • 19 Louis Baunard, Histoire du Cardinal Pie, évêque de Poitiers, Poitiers, H. Oudin, Paris, H. Oudin e (...)
  • 20 Archives de Ligugé, dossier F. Plaine, fiche É. Augouard.

13Peu après sa profession solennelle, le 24 novembre 1864 Dom Plaine quitte Solesmes pour le jeune monastère de Ligugé fondé par Mgr Edouard Pie (1815-1880, évêque de Poitiers en 1849), pour le compte de son ami Guéranger, qui y installe des moines de Solesmes en novembre 1853 ; le prieuré devient une abbaye par un bref de Pie IX du 28 mars 185619. Plaine entre le 24 novembre 1864 au monastère comptant alors une douzaine de moines, en compagnie du prieur, Bastide, nommé abbé le lendemain20. Il devait y rester 17 ans.

  • 21 Idem, fiche anonyme sans date, chronique de Ligugé.
  • 22 Archives de Solesmes.

14Outre la charge de chroniqueur du monastère depuis son entrée jusqu'à août 1876, Plaine est nommé second bibliothécaire en 1869 et second infirmier21. Pour ses recherches le moine ne peut se contenter de l'encore trop modeste bibliothèque de Ligugé et doit voyager à diverses reprises afin d'employer des outils de travail plus importants. Ainsi, en 1872, il fréquente par deux fois la Bibliothèque nationale à Paris, en dépit de sa réticence pour cette ville qu'il appelle « Babylone, la grande prostituée », mais où il rencontre tout de même l'historien d'art Louis Courajod (1841-1896, conservateur des objets d'art du Moyen Âge et de la Renaissance de 1 874 à sa mort), avec lequel il se lie d'amitié, et l'historien Siméon Luce. L'été le voit en Bretagne, pour visiter sa famille mais également pour explorer les bibliothèques et les Archives de Nantes, Rennes, Vannes, ainsi qu'Auray et Sainte- Anne d'Auray. Il connaît parfois le découragement, ce qui ressort dans une lettre à Piolin du 13 janvier 187322 :

« Le métier d'écrivain me sourit peu depuis quelques mois... Le jeu en vaut-il la chandelle ? C'est une question sur laquelle je n'ai pas encore de solution ; mais si l'état d'âme, dans lequel je suis présentement continue, peut-être donnerai-je ma démission sans plus tarder ? Cependant il va sans dire que je ne ferai rien de mon propre mouvement, je laisserai mes supérieurs décider de mon sort... »

  • 23 Stéphanie Straëbler, Les expulsions des congrégations religieuses dans la Vienne de 1880 à 1905, m (...)
  • 24 D'origine très ancienne, l'abbaye de Silos est restaurée au début du xe siècle par Fernand Gonzale (...)

15Peut-être cette crise de mélancolie découle-t-elle de sa mauvaise santé, puisqu'en mars il pense mourir d'une maladie de la vessie, ce qui ne l'empêche pas de se déplacer à Pau en juin pour travailler sur le texte du procès de béatification de Charles de Blois. D'autres voyages suivent à Rennes en mai 1875 et en Finistère l'année d'après, où il est accueilli par Hippolyte Raison du Cleuziou (1819-1886, président de la Société archéologique des Côtes-du-Nord en 1870). Il réside presque un mois chez les bollandistes en Belgique au printemps 1877, passant au retour plus d'un mois à Paris, ville où il retourne en novembre 1878, après un séjour à Bédée lors du décès de sa mère le 3 mars précédent. Ses voyages sont facilités du fait de la gratuité dont bénéficient les moines de Ligugé sur le réseau de la Compagnie d'Orléans, en dédommagement de la construction de la voie ferrée menant de Poitiers à Bordeaux et qui frôle les bâtiments monastiques. Il a une dernière fois l'occasion d'en bénéficier à la charnières des années 1880 et 1881 pour visiter ses parents avant de quitter la France. En effet, suite aux décrets du 29 mars 1880 sur le statut des congrégations, les bénédictins sont expulsés. L'exclaustration par la force publique survient à Ligugé le 5 novembre23 ; les moines, abrités par la population du bourg et des aristocrates locaux, doivent fuir en Espagne. Ils arrivent à Silos24 en avril 1881.

À l'abbaye Santo-Domingo de Silos (avril 1881-10 juillet 1900)

  • 25 Son frère Michel meurt le 11 août 1884, ses sœurs Joséphine et Marie-Louise décèdent respectivemen (...)
  • 26 F. Plaine, « Vita S. Petri Oxomensis episcopi in Hispania ab anonymo suppari conscripta. Edita stu (...)

16Dom Plaine, nommé bibliothécaire le 8 octobre 1882, est également réglementaire et trésorier, et le reste jusqu'à sa mort. Les années quatre- vingt sont celles des deuils familiaux25. Son séjour à Silos est marqué par de très nombreux travaux concernant l'histoire de la Bretagne, l'hagiographie, la liturgie ; il ne se déplace cependant que très peu, se rendant par exemple à l'abbaye voisine d'Osma en septembre 1883 pour y « dénicher un nid de manuscrits inexplorés » qui lui servent à écrire une Vie de saint Pierre d'Osma26. Il revient une seule fois en Bretagne, à l'occasion de la mort de sa sœur Jeanne-Marie le 6 novembre 1890, demeurant alors avec son frère Jean-Louis à Saint-Médard-sur-Ille dans la famille de René Lemenant des Chesnais, leur ancien condisciple au grand séminaire de Rennes et frère de Louis (1820-1904), profès à Solesmes en mars 1865.

  • 27 Archives de Ligugé, dossier F. Plaine, carnet, p. 42 [foliotée p. 98).

17Sa santé est souvent chancelante, notamment des troubles de la vue à partir du mois de mars 1888 lui font craindre la cécité27, l'empêchant ainsi de travailler durant toute cette année, à l'exception de cinq brefs comptes rendus bibliographiques. À ces difficultés physiques s'ajoutent des soucis engendrés par le mauvais accueil que rencontrent ses travaux auprès de la critique ; aussi prend-il la résolution lors de la retraite du 15 au 13 novembre de ne plus écrire que sur l'ordre de ses supérieurs.

  • 28 Jean-Louis Plaine a hérité de l'abbé Marie-Jacques Guitton, mort le 20 janvier 1883 et fondateur d (...)

18Les soubresauts de l'« Affaire de l'Oratoire de Rennes », qui amène un violent conflit entre son frère Jean-Louis et l'archevêque de Rennes à partir de janvier 1890, atteignent peut-être Silos mais dans l'état actuel de la recherche aucun document ne permet de le vérifier28.

19En septembre 1895 Plaine est longuement interrogé comme principal témoin du nouveau procès de béatification du duc Charles de Blois qu'il a finalement réussi à faire rouvrir au terme de trente années de démarches ; sa satisfaction de voir couronnée l'œuvre de sa vie est malheureusement ternie par l'annonce de la mort de son frère Victor, le 27 novembre suivant.

  • 29 Semaine religieuse du Diocèse de Rennes, 36e année, n° 41, 14 juillet 1900, p. 676 ; « Dom Françoi (...)

20Ses dernières années voient une diminution constante de ses forces, ce qui ne l'empêche pas de poursuivre le rythme de ses publications de façon intensive. Après une attaque de paralysie durant le Carême 1900, Plaine décède le 10 juillet à 9 heures du matin ; la notice nécrologique que lui consacre la Semaine religieuse du Diocèse de Rennes, peut-être écrite par son frère Jean-Louis, trouve les mots justes résumant son activité monastique29 : « Comme tous ses confrères l'ont écrit, Dom Plaine, et ceci valait mieux encore [que ses travaux], était l'édification et l'exemple de sa communauté, un modèle de vie pénitente, laborieuse et priante, un type admirable de moine » suivant les propres expressions de son Révérendissime Père Abbé dans une lettre à son frère. Aussi avait-il conquis en Espagne la réputation d'un véritable saint. On savait de plus qu'il avait quitté la France parce qu'il y était forcé par les circonstances, et on lui tenait compte de ce pénible sacrifice.

21Ajoutons que ce moine austère, d'apparence chétive, était d'une courtoisie et d'une aménité parfaites.

L'œuvre de Dom François Plaine

  • 30 F. Cabrol, 1889, op. cit., p. 171-183 ; Joseph-Réginald Biron, Bibliographie des Bénédictins de la (...)

22François Plaine fut un écrivain prolifique ; n'ayant pas suivi d'études supérieures outre celles professées au grand séminaire de Rennes et au noviciat de Solesmes, il manque de méthode et donne souvent l'impression de butiner partout. La Bibliographie des Bénédictins de la Congrégation de France de Dom Fernand Cabrol (né en 1855, abbé de Farnborough en 1903), parue en 1889, compte treize pages consacrées à Plaine, soit un total de soixante-cinq rubriques regroupant indifféremment ses articles, souvent repris sous forme de tirés à part, des notices diverses plus brèves, et ses rares livres ; la deuxième édition de cette Bibliographie, parue en 1906, dénombre cent cinquante-cinq rubriques30. Dans les deux cas il faut ajouter les articles de critique bibliographique dont le décompte est difficile à déterminer précisément. Le total définitif dépasse quatre cents contributions.

  • 31 F. Plaine, « Les prétendues terreurs de l'an mille », Revue des Questions historiques, 7e année, t (...)

23Bien que tout classement de cette œuvre foisonnante soit arbitraire, plusieurs thèmes de prédilection peuvent être distingués. L'histoire de la Bretagne médiévale, plus particulièrement ce qui concerne la guerre de Succession et le duc Charles de Blois, constitue l'un des points essentiels de la production de Plaine, celle qui a peut-être le mieux supporté l'épreuve du temps. On ne saurait en dire autant pour ce qui touche ses travaux hagiographiques, qui sont immédiatement critiqués, ce qui explique en partie pourquoi le bénédictin se dirige vers d'autres champs d'études pour lesquels il semble mieux armé, c'est-à-dire la liturgie ; il a alors maille à partir avec d'autres religieux plus spécialisés que lui en ce domaine. De la même façon, lorsqu'il aborde la question de l'apostolicité des Églises de Gaule, son ardeur combative l'entraîne trop loin pour que rien n'en puisse aujourd'hui être retenu autrement que du point de vue de l'historiographie de cette période, qui voit s'affronter les tenants d'une intransigeante apologétique et les partisans d'une critique historique rigoureuse. Ces derniers sont ses bêtes noires depuis fort longtemps, encore qu'il faille nuancer ; ainsi le moine paraît un adepte du « positivisme catholique » lorsque paraît en juillet 1873 son article sur les « prétendues terreurs de l'an mille » dans la Revue des Questions historiques, périodique catholique militant fondé en 1866 par Gaston du Fresne, marquis de Beaucourt (1833-1903), Henry d'Arbois de Jubainville (1827-1910, premier titulaire de la chaire de celtique au Collège de France en 1882), et Anatole de Barthélemy (1821- 1904, secrétaire général de la préfecture des Côtes-du-Nord de 1845 à 1855, historien et numismate). Plaine fit rarement œuvre de précurseur, mais il faut lui rendre cette justice que ce travail va à contre-courant des opinions généralement admises à son époque, dans la lignée des historiens alors les plus réputés tel Jules Michelet (1798-1874)31 :

« Il serait contraire à la vérité historique de continuer à parler du prétendu effarement général, de la prétendue panique universelle que produisit le monde et dans l'Église l'approche de l'an Mil. Il serait également injuste, autant qu'outrageant pour la dignité humaine, de continuer à supposer que les hommes de la seconde moitié du xe siècle, n'ayant plus d'autre espoir que l'effroyable espoir du jugement dernier, languissaient misérablement dans la torpeur et l'inaction, et ne s'occupaient plus d'aucun travail du corps ou de l'esprit. En un mot, les terreurs de l'an Mil ne sont ni plus ni moins qu'un mythe... »

  • 32 Dominique Barthélemy, La mutation de l'an mil a-t-elle eu lieu ? Servage et chevalerie dans la Fra (...)

24Pour Dominique Barthélemy l'importance de l'article de Plaine vient de ce qu'il est la première grande réfutation du mythe des « terreurs » en réagissant contre l'anticléricalisme des années postérieures à 1860 et en analysant les actes de la fin du xe siècle comme « un "coup" monté par l'Église pour se faire donner des terres » ; selon Sylvain Gouguenheim « rationalisme et défenses des intérêts de l'Église se retrouvaient donc pour une fois en accord 32 ».

Charles de Blois et la guerre de Succession de Bretagne

  • 33 François Chamard. Les vies des saints personnages de l'Anjou, Paris, Lecoffre, Angers, Cosnier, 18 (...)
  • 34 Cf. la contribution de Michel Denis dans les mêmes Actes.
  • 35 Archives du diocèse de Blois, 1X6 ; lettre de Plaine à Guéranger, 14 juillet 1865, archives de Sol (...)
  • 36 Lettre de Plaine à Guéranger, 23 août 1865, archives de Solesmes.

25Dès 1865 à Ligugé, Plaine se fait prêter par Solesmes des ouvrages portant sur la Bretagne ; par l'intermédiaire de Chamard, il obtient de la Bibliothèque impériale les deux volumes des Actes du procès de canonisation de Charles de Blois tenu au xive siècle. Les relations entre les deux moines avaient pourtant fort mal commencé, puisque, dans l'un de ses premiers ouvrages, son confrère qui travaillait sur les saints de l'Anjou33 selon les conseils de Guéranger, avait émis quelques phrases malheureuses sur Robert d'Arbrissel qui ne manquèrent pas d'irriter le patriotisme ombrageux de Plaine, lequel s'en plaignit par lettre au Révérendissime en arguant que les travaux de son confrère pourraient tomber sous les yeux du directeur de la Revue de Bretagne et de Vendée, pour lors l'historien vitréen Arthur de La Borderie (1827-190134). Par la suite, une longue complicité se noue, Chamard profitant par exemple de ses voyages en Angleterre pour copier des manuscrits de la Vie de saint Malo pour Plaine ; les deux amis, formés dans le même moule à Solesmes, partagent des théories historiques semblables, notamment en ce qui concerne l'apostolicité des Églises de Gaules, et un goût commun de la polémique les rapproche souvent, au travers des mêmes publications. Pour Charles de Blois Plaine consulte, outre les Preuves publiées par les mauristes bretons du xviiie siècle, divers fonds d'archives en Bretagne. Il écrit avec Chamard un « Mémoire sur le Culte Immémorial du V. Charles de Blois, Duc de Bretagne, à l'effet d'obtenir en sa faveur un Décret de Béatification équipollente », qu'il envoie à l'archevêque de Rennes35. En même temps il entrevoit qu'il doit reprendre toutes les recherches sur le duc36 : « Je voudrais essayer d'écrire cette Vie, je connais bien mon peu de talents, mais je ne perds pas tout espoir de devenir forgeron à force d'exercice. »

  • 37 F. Plaine, « Charles de Blois et le comte de Montfort. Recherches et éclaircissements sur le débat (...)

26Ses carnets de travail conservés à Ligugé le montrent dans les années soixante-soixante-dix très préoccupé de la cause de Charles de Blois, écrivant à Mgr Augustin David (évêque de Saint-Brieuc et de Tréguier de 1862 à 1882), à Brossays-Saint-Marc, aux différents recteurs de Grâces- Guingamp et à plusieurs autres ecclésiastiques à Blois, Rennes, Rome, Saint- Brieuc ou Tours. Il entretient également une correspondance suivie avec des spécialistes de l'érudition savante, tels les bollandistes, Léopold Delisle (1826-1910, conservateur du département des Manuscrits à la Bibliothèque nationale en 1871) ou Barthélemy, qui vient plusieurs fois à Ligugé entre novembre 1870 et juin 1871. Il tisse surtout de nombreux liens avec plusieurs érudits bretons, l'abbé Louis-Marie Chauffier (1843-1923, chartiste, archiviste de l'évêché de Vannes en 1873, chanoine honoraire en 1876), Pol Potier de Courcy (1814-1891, généalogiste), Joachim Gaultier du Mottay (1811-1883, archéologue), La Borderie et son neveu Paul de La Bigne-Villeneuve (1813-1899, médecin), Alfred Lallemand (1810-1888, avocat puis juge de paix), Léon Maître (1840-1926, archiviste de Loire- Inférieure), Stéphane de La Nicollière-Teijero (1824-1900), Alfred Ramé (1826-1886) ou Sigismond Ropartz (1823-1878, historien). Ce dernier vient le visiter à Ligugé en décembre 1869 puis en janvier 1878, et lui permet de publier son premier article sur Charles de Blois37, après une « excursion à la fois pieuse et scientifique en Bretagne » du 12 juillet au 6 août 1870 « pour recueillir des matériaux sur Charles de Blois », et également pour célébrer la messe d'enterrement de son père (16 juillet). Dans ce travail il règle son compte à l'historien Henri Martin (1810-1883), qui avait osé désigner Charles de Blois comme un bigot sanguinaire transformé en saint par les catholiques à cause de ses macérations sanguinaires.

  • 38 F. Plaine, « Critique historique de l'autorité de Froissard comme historien des guerres de Bretagn (...)
  • 39 F. Plaine, « Le siège de Rennes par les Anglais (3 octobre 1356-4 juillet 1357). Authenticité du p (...)
  • 40 Lettre de Plaine à Piolin, 22 juin 1871, archives de Solesmes.

27Plusieurs travaux suivent sur le même sujet dont l'un, critiquant l'autorité historique de Jean Froissart, entraîne une polémique avec l'érudit manceau Eugène Hucher en raison du ton vif du bénédictin, lequel correspond cependant quasi amicalement avec son interlocuteur grâce à l'entremise de Piolin38. Le premier livre publié de Plaine, extension d'un article paru durant l'été 1871, porte sur le culte de la Vierge à Rennes39 ; il relate un épisode du siège de la ville par les Anglais en 1357, au temps de la guerre de Succession. L'auteur s'est appuyé sur les traditions rennaises, de Saint- Sauveur notamment, ainsi que sur toutes les sources disponibles, recueillies auprès de Gaultier du Mottay ou de M. Quesnet, archiviste d'Ille-et- Vilaine, s'enquérant également, ce qui est rare chez lui, d'histoire de l'art auprès d'Eugène Cartier (l'un des directeurs de la Revue numismatique, oblat à Solesmes) et de son confrère Guépin. Dans une lettre à Piolin il expose ses premières difficultés d'écrivain40 :

« Je n'ose pas vous parler de mon Essai historique sur le Culte de la Ste Vierge dans la Ville de Rennes, car il n'est encore qu'à l'état de squelette désossé... J'éprouve un véritable serrement de cœur, en me voyant obligé de tourner mes armes contre le Pieux Albert de Morlaix. Mais enfin c'est sa faute. Pourquoi fait-il mentir les documents originaux ? Il les avait sous la main. Pourquoi ne les consultait-il pas au lieu de s'en rapporter uniquement à des traditions fausses et à des chroniques interpolées ? »

  • 41 A. de B. [Anatole de Barthélemy], Revue des Questions historiques, 6e année, t. XI, 1872, p. 590.
  • 42 F. Plaine, « Études hagiographiques. Le Bienheureux Charles de Blois Duc de Bretagne », Revue de B (...)
  • 43 Revue de Bretagne et de Vendée, 18e année, 4e série, t. V (XXXVe de la collection), 1re livraison, (...)

28Barthélemy fut louangeur dans le bref compte rendu de cet ouvrage devenu rarissime suite à un incendie du stock entreposé chez l'imprimeur Hippolyte Vatar41. 1872 est également une année très riche sur ce sujet, avec une importante production42 et la tentative toujours persistante de faire rouvrir un nouveau procès de canonisation du duc ; il propose ainsi à Barthélemy d'être le témoin pour sa cause en cas de réussite. Mais le 29 avril, l'évêque de Saint-Brieuc et Tréguier refuse de convoquer un tribunal ecclésiastique, ce qui n'empêche pas Plaine de harceler littéralement l'archevêque de Rennes pour relancer la procédure éteinte depuis le xive siècle, en s'assurant du concours d'un avocat romain qui lui explique la procédure à suivre. La question des reliques et du culte qui leur était rendue étant centrale ; Plaine s'investit beaucoup pour qu'un nouveau reliquaire soit inauguré le 6 juillet 1874 dans l'église paroissiale de Grâces-Guingamp où il s'était rendu en octobre de l'année précédente. Au même moment, il lance en janvier 1874 une souscription pour une Histoire du bienheureux Charles de Blois, duc de Bretagne43.

  • 44 F. Plaine, « Le sanctuaire de N.-D. de Bon-Secours (Guingamp) et le B. Charles de Blois, duc de Br (...)
  • 45 F. Plaine, « La journée d'Auray d'après quelques documents nouveaux », Association bretonne, Agric (...)
  • 46 F. Plaine, « La Guerre de la Succession de la Bretagne (1341-1365), d'après des sources inédites » (...)
  • 47 Siméon Luce, Chroniques de J. Froissart, Paris, Société de l'Histoire de France, 1869-1878, 7 vol. (...)

29Ce projet est ajourné dès février en dépit de l'aide financière de l'archevêque de Rennes, de l'évêque de Saint-Brieuc et Tréguier, de sa famille et des fidèles Gaultier du Mottay et Ropartz ; cet échec éditorial ne l'empêche pas de poursuivre ses efforts en 1874 et 1875 avec plusieurs publications sur ce personnage44. En septembre 1874, Plaine signale l'achèvement de son ouvrage monumental, un volume in-8° d'environ 700 pages45, partiellement publié en plusieurs fascicules entre 1878 et 1881 dans les Annales de Sainte-Anne. Revue religieuse, historique et archéologique bimensuelle puis mensuelle, éditée par une rédaction résidant à Morlaix puis à Brest. En 1885- 1886 éclate avec La Borderie une vive polémique au sujet de Froissart46, déjà égratigné en 1871 par Plaine, qui attaque de nouveau le chroniqueur de Valenciennes dans le premier numéro de la Revue historique de l'Ouest fondée et dirigée par Régis de l'Estourbeillon, ex-collaborateur, ainsi que le bénédictin, de la Revue de Bretagne et de Vendée présidée par La Borderie. Les deux périodiques rivaux firent immédiatement la preuve de leur inimitié publique en engageant un conflit dépourvu de la moindre aménité dont Froissart fut un piètre prétexte, La Borderie s'en proclamant un acharné défenseur en prenant à témoin Luce, éditeur des Chroniques sur lesquelles Plaine avait d'ailleurs émis un compte rendu très favorable47. Comme souvent en pareil cas les mots dépassent probablement les pensées des deux protagonistes qui s'envoyèrent des traits de plus en plus acérés ; La Borderie abuse de sa position présidentielle en réfutant la réponse du moine par de longues observations disposées en vis-à-vis de celle-ci, sans que celui-ci puisse bénéficier de la réciprocité. Sur le fond, c'est l'occasion pour les auteurs d'exposer leurs conceptions méthodologiques à partir d'un point de détail, Plaine écrivant en effet : « le texte le dit d'une manière explicite pour qui sait lire entre les lignes », argument que lui retourne La Borderie de façon hautaine : « Lire entre les lignes est une méthode historique fort commode : quand on sait s'en servir (cela n'est pas très malaisé), on trouve dans les documents tout ce qu'on veut, on fait et on refait l'histoire comme on veut : le difficile est de persuader que c'est de l'histoire sérieuse. »

  • 48 F. Plaine, Histoire du Bienheureux Charles de Blois, dans Sérent, Antoine de [édit.], Monuments du (...)
  • 49 A. Guépin, 1904, op. cit., p. 199-208 ; Archivio Segreto Vaticano, Archivio Congre. SS. Rituum : P (...)

30Cet échange à fleurets non mouchetés marque un tournant dans les rapports entre deux personnages qui auparavant, et de longue date, s'estimaient et s'appréciaient au point de s'être mutuellement soutenus et d'avoir publié en commun l'année précédente une édition de la Vie de saint Malo. Il est vrai que les querelles au sujet de l'apostolicité de saint Clair en 1884-1885, même si elles n'avaient en apparence mis aux prises que La Borderie et le chanoine Abel Cahour (1812-1901, président de la Société archéologique de Nantes et de la Loire-Inférieure de 1868 à 1871), avaient dû semer le trouble chez Plaine. Dix ans plus tard, en 1895, sentant qu'il n'aurait pas la force de revoir son travail, il donne ses documents au chanoine blésois Rémy Porcher, postulateur de la cause ; le texte du bénédictin paraît seulement en 1921, à partir de ses articles parus dans les Annales de Sainte-Anne et qu'il avait eu le soin d'annoter et de corriger pour une édition définitive48. La béatification de Charles de Blois est décrétée le 14 décembre 1904 par la Sacrée Congrégation des Rites. En effet l'évêque de Saint-Brieuc et Tréguier depuis 1889, Mgr Pierre Fallières, est favorable à la relance de la procédure, en accord avec son confrère de Blois, Mgr Laborde ; en tant que principal témoin, Plaine est interrogé par Porcher les 23 et 24 septembre 1895 dans le camarin, la chapelle située au-dessus de l'autel de l'église et construite derrière l'urne où repose le corps de saint Dominique de Silos, d'abord enterré dans le célèbre cloître roman à deux étages49.

Autres travaux concernant l'histoire de Bretagne

  • 50 F. Plaine, « Essai historique sur les origines et les vicissitudes de l'imprimerie en Bretagne », (...)

31Sa vie durant Plaine s'affirme un fervent défenseur de la Bretagne, objet de ses pensées familiales et scientifiques, mais aussi terre profondément catholique où il cultive des affinités avec des laïcs mais aussi des religieux de son Ordre tels Guépin ou le regretté Jausions. Grâce aux notes du père de ce dernier mais également grâce à l'aide de ses amis Gaultier du Mottay et Chauffier et le soutien de techniciens de l'imprimerie, les Rennais Vatar et Oberthur, Plaine fait paraître à l'automne 1875 des recherches sur l'histoire de l'imprimerie en Bretagne. Ce travail est parfois l'occasion pour lui d'exprimer ses sentiments politiques50 :

« On sait comment cette terrible Révolution, pour laquelle l'histoire a été souvent bien trop indulgente, eut le malheur de vouloir faire table rase avec tout notre passé au point de vue religieux, moral et politique ; comment elle réussit même, au moins pour un moment, à priver chez nous du droit de cité la seule religion vraie, celle à laquelle notre patrie devait toute la gloire et toute la prospérité dont elle avait joui dans les siècles précédents. »

  • 51 Bulletin de la Société archéologique du Finistère, t. XI, séance du 27 décembre 1884, p.-v., p. 11 (...)
  • 52 F. Plaine, « Grallon le Grand, roi des Bretons d'Armorique, et son rôle devant l'histoire et l'hag (...)
  • 53 F. Plaine, « Éclaircissements sur la Passion de sainte Ursule, principalement sur sa date. 21 oct. (...)

32Une décennie durant, Plaine n'aborde plus la Bretagne qu'à travers son cher Charles de Blois ou ses études hagiographiques publiées d'abord par les Analecta Bollandiana puis, après la rupture d'avec les jésuites belges, dans la plus compréhensive et moins exigeante Société archéologique du Finistère dont il devient membre à vie en 1884, après l'édition d'une notice latine sur l'ancien couvent des franciscains de Quimper traduite par Julien- Toussaint Trévédy (1830-1908)51. En 1893-1895 il s'intéresse au haut Moyen Âge breton en publiant dans la Revue historique de l'Ouest une étude sur le légendaire Gradlon, prétexte pour se brouiller davantage avec La Borderie, et une autre sur le très réel Salomon, envisagé sous l'angle de sa sainteté acquise après son « martyre52 ». En 1894 il se penche sur les origines de la transformation de l'Armorique en Bretagne, en tentant de résoudre des problèmes très vivement débattus touchant l'émigration des Bretons par le biais de la « Passion de sainte Ursule53 », jeune personne qui aurait épousé le mythique souverain Conan Mériadec, soi-disant à l'origine de la lignée royale bretonne. Le bénédictin situe cet épisode légendaire entre les années 392 et 408, attribuant le massacre d'Ursule et de ses compagnes aux circonstances de la colonisation de l'Armorique par les Bretons insulaires, à la suite du tyran Maxime ; il s'aide pour étayer cette hypothèse du cartulaire de Landévennec, ce qui lui permet de conclure « sans crainte aucune d'erreur, que la colonisation bretonne de l'Armorique était passée à l'état de fait accompli dès les premières années du vie siècle de l'ère chrétienne et même antérieurement », idée intéressante, nonobstant son absence d'esprit critique tout au long de cet article dont un passage est révélateur de son mode de raisonnement :

« En histoire et en hagiographie on est parfois réduit à se contenter de vraisemblances et de probabilités. Qu'arrive-t-il par exemple lorsqu'on se trouve en présence d'un fait analogue à celui-ci, je veux dire, absolument certain en lui-même, incertain seulement dans sa date et dans ses circonstances ? Les faits de ce genre sont plus nombreux qu'on ne pense dans l'histoire du passé. Que faut-il donc en pareille circonstance pour qu'une hypothèse se transforme et devienne une quasi-certitude ? Ne suffit-il pas pour cela d'établir solidement que telle hypothèse est entourée d'une grande vraisemblance et d'une grande probabilité tandis que toute autre supposition entraîne après elle une impossibilité morale bien caractérisée ? »

  • 54 Albert Poncelet, « Bulletin des publications hagiographiques », Analecta Bollandiana, t. XVI, 1897 (...)

33Comme à leur habitude, les Analecta Bollandiana le tancent vertement54 :

« Dans son article, l'auteur affirme une foule de choses, et il ajoute à tout moment qu'elles sont claires, évidentes, etc. Mais cela ne fait ni la clarté, ni l'évidence. Aussi bien, la nouvelle interprétation n'est qu'une variante malheureuse de la légende galloise rapportée par Geoffroy de Monmouth. Ursule et ses compagnes ne sont plus les vierges qui, d'après le Sermo in natali et les Passions, fuient l'Angleterre pour sauvegarder leur virginité ; ce sont des filles à marier qu'on expédie d'Angleterre en Armorique ! Et cela du temps du tyran Maxime ; car c'est à cette époque qu'il faut placer la colonisation bretonnee de l'Armorique. Le R. P. Plaine s'efforce longuement de prouver cette thèse. Il se prononce donc une fois de plus pour ce que M. de la Borderie appelait naguère "le système légendaire ultra-breton" ; et le savant académicien ajoutait : "Ce système, qui ne supporte pas l'examen, est aujourd'hui entièrement abandonné." »

  • 55 F. Plaine, « La colonisation de l'Armorique par les Bretons insulaires. Sa vraie date (fin du ive (...)
  • 56 Joseph Loth, L'émigration bretonne en Armorique du V au VIIe siècle de notre ère, Paris, A. Picard (...)
  • 57 Ferdinand Lot, « Bibliographie », Bibliothèque de l'École des Chartes, t. LXI, 1900, p. 547-549.
  • 58 Bibliothèque municipale de Dinan, fonds Augustin Lemassone.
  • 59 Bernard Merdrignac, « Plaine (Dom François) », dans Michel Lagrée (dir.), Dictionnaire du monde re (...)

34En dépit de ces critiques mordantes, et peut-être même grâce à elles, Plaine revient à la charge en août 1897 lors du quatrième congrès international des catholiques avec un travail intitulé « La colonisation de l'Armorique par les Bretons insulaires55 ». Malgré la thèse du linguiste Joseph Loth (1847-1934)56, il persiste à la faire commencer à la fin du ive siècle, opinion partiellement admise par l'historien Ferdinand Lot (1866-1952), par ailleurs très critique de ce mémoire à la lecture « tout à fait affligeante57 », et affirmant que les « Bretons agirent comme colons, au nom de l'autorité légitime, et sous le contrôle des magistrats romains ». Si La Borderie ignore superbement cette théorie dans le premier tome de son Histoire de Bretagne, construisant un système où les populations d'Outre- Manche s'établissent avec armes et bagages derrière leurs machtierns et sous la conduite d'un saint personnage éponyme de la paroisse, René Largillière admire dans l'exemplaire de l'article de Plaine lui ayant appartenu la « logique très ferme dans le développement de la pensée58 ». Pour Bernard Merdrignac l'hypothèse du bénédictin « avait le mérite d'annoncer la théorie communément admise aujourd'hui59 ».

  • 60 F. Plaine, « Les invasions des Normands en Armorique et la translation générale des saints bretons (...)

35En juin 1899, Plaine donne à la Société archéologique du Finistère un article épais, mais de peu de conséquence, sur les invasions normandes en Bretagne par les Normands et la translation des reliques des saints qui s'ensuivit60.

Travaux hagiographiques

  • 61 Lettre de Plaine à Guéranger, 24 octobre 1866, archives de Solesmes.
  • 62 F. Plaine, « Les origines et les vicissitudes du calendrier du Bréviaire romain », Revue du Monde (...)
  • 63 Association bretonne. Agriculture, Archéologie, 18e session, tenue à Guingamp en 1875. Comptes- re (...)

36L'intérêt de Plaine pour l'hagiographie, mis à part son attachement envers le bienheureux Charles de Blois, s'éveille de bonne heure et porte en 1866 sur « l'histoire de la vie et du culte des Saints du bréviaire Romain61 », sujet qu'il reprend seulement un quart de siècle plus tard62 car il s'intéresse entre temps plutôt aux saints de sa Bretagne. Le jeudi 2 septembre 1875, lors de la 18e session de l'Association bretonne réunie à Guingamp, est annoncé un vaste projet d'édition63 :

« Après avoir montré l'importance, aux point de vue des études historiques, d'un travail dont la pensée, née au Congrès de Vannes, serait au moment de se réaliser sous la direction de MM. de la Borderie, Ropartz, abbé Chauffier et Dom Plaine, qui en accepterait la direction théologique, l'orateur donne lecture d'une note du savant Bénédictin relative à la publication des Acta Sanctorum Britaniœ Armoricœ. Cet ouvrage, qui serait pour la Bretagne quelque chose d'analogue à l'œuvre des bollandistes pour l'Église tout entière, a déjà reçu l'approbation de NN. SS. les Evêques de Bretagne. Dom Plaine développe le plan du livre et fait connaître la méthode qu'il lui semblerait utile de suivre, et les sources auxquelles il conviendrait de puiser. »

  • 64 F. Plaine, « Acta Sanctorum Britanniœ Armorient ou Vies des Saints de la Bretagne Armorique, d'apr (...)
  • 65 Pour Dom Plaine, le mauriste n'avait admis qu'un trop petit nombre des Actes des saints bretons «  (...)

37Dans un article de neuf pages64, le moine expose ses intentions, succéder aux « recherches aussi sérieuses qu'étendues » du père du Paz, au travail « excellent à plus d'un titre » d'Albert Le Grand et à l'œuvre manuscrite de Dom Lobineau, consultable dans le fonds des Blancs-Manteaux de la Bibliothèque nationale et qui « nous fournira un appoint considérable pour notre propre publication » ; par contre les Preuves de Dom Morice65 lui semblent insatisfaisantes :

« Ainsi le désir de répondre aux besoins de notre temps, celui de jeter une nouvelle et plus vive lumière sur plusieurs côtés obscurs de nos annales, celui de contribuer efficacement parmi nous au renouvellement de l'esprit surnaturel, et quelques autres considérations du même genre, qu'il serait assez inutile d'énumérer dans le détail, forment autant de motifs puissants, qui paraissent de nature à provoquer la prompte publication des Acta Sanctorum Britanniœ Armoricœ. »

38Faute de textes anciens, Plaine pense faire connaître seulement un cinquième des trois ou quatre cents saints de la totalité de la Bretagne, chaque Vie, classée par ordre chronologique, étant « précédée de préliminaires et accompagnée de notes et d'éclaircissements, à l'instar de ce qu'on rencontre chez Bollandus et ses continuateurs ; seulement ces préliminaires et ces notes seront en français conformément à l'usage moderne ».

  • 66 Archives de la Société des bollandistes, Bruxelles, Ms. Boll. 759-5.
  • 67 F. Plaine, « Le Bienheureux Robert d'Arbrissel, Prédicateur Apostolique et Fondateur de l'Ordre de (...)
  • 68 Archives du Manoir de Kernault, Mellac, Inv. L. V. 34.7.
  • 69 Lettre de Plaine à De Buck, 30 juin 1877, Archives de la Société des bollandistes, Bruxelles, Ms. (...)
  • 70 F. Plaine, « Introduction aux Acta Sanctorum Armoricœ seu Britanniœ Minoris et spécialement aux Ac (...)

39Il annonce qu'il va employer les Chroniques de Nantes et de Saint- Brieuc, ainsi que les légendaires et les bréviaires antérieurs à saint Pie V. Plaine se met immédiatement à l'œuvre et demande de l'aide au jésuite de la Société des bollandistes à Bruxelles Rémi de Buck (1819-1880, bollandiste depuis 1876), puis à partir de septembre 187566 à Charles de Smedt (1831-1911, bollandiste depuis 1876), en sollicitant des documents qu'il se propose au besoin d'examiner sur place. En septembre 1876, dans son article sur Robert d'Arbrissel, Plaine confirme qu'il travaille toujours sur ce grand projet67 ; le 12 mars de l'année suivante il s'enquiert auprès du vicomte Théodore Hersart de La Villemarqué (1815- 1895) pour obtenir des « gwerz hagiographiques bretons68 ». En juin il peut se rendre au Musée bollandien de Bruxelles, passant au retour à la Bibliothèque impériale à Paris69. Faute de moyens et d'aides, Ropartz étant décédé le 18 avril 1878, Plaine annonce la réduction de ses objectifs le 5 septembre 1879 au congrès de Landerneau de l'Association bretonne. Le bénédictin, qui n'a plus pour dessein que de publier les Vies des « sept saints » de Bretagne (Brieuc, Corentin, Malo, Paterne, Paul- Aurélien, Samson, Tugdual) en volumes in-4°, les autres saints faisant l'objet d'un simple texte français en volumes in-8°, expose ses convictions méthodologiques70 :

« Les Vies originales [sont] considérées comme la source la plus abondante et la plus sûre de toute l'histoire, principalement quand il s'agit des premiers siècles de l'Église, de ceux où les documents diplomatiques, ou autrement anciens et authentiques font presque entièrement défaut. En tenant ce langage, nous ne sommes pas seulement l'écho de la science religieuse et catholique, la science hérétique (Leibnitz, Guizot, etc.), et même la science qui a eu le malheur de rompre avec toute croyance révélée, en sont venues maintes fois à faire la même déclaration. »

40Plaine émet une profession de foi sur la nature même de l'hagiographie, qui permet de mesurer le degré de critique historique qu'il y apporte :

« Si les miracles doivent abonder et surabonder quelque part dans les Annales de l'Hagiographie, c'est lorsqu'il s'agit de la Bretagne, la terre classique de la sainteté, lorsqu'il s'agit de ses apôtres principaux, de ses plus puissants thaumaturges [...] les prodiges, au moins ceux qui sont en cause dans la circonstance présente, bien qu'appartenant par certain côté à l'ordre surnaturel, ne diffèrent cependant en rien, sous d'autres rapports, des faits de l'ordre purement naturel, ils tombent sous les sens, ils peuvent être aperçus, examinés et jugés comme tout événement historique. Or c'est uniquement sous ce rapport que nous les envisageons ici. Par conséquent, pour porter un jugement impartial sur leur authenticité ou leur non-authenticité, il ne s'agit pas de savoir, si considérés en eux-mêmes, ils sont une dérogation aux lois de la nature. Tout ce qu'il importe d'établir et de constater, c'est qu'ils nous ont été conservés et transmis par des auteurs instruits, éclairés, incapables d'être trompés ou trompeurs, en un mot, dignes d'inspirer confiance et de faire autorité. »

  • 71 F. Plaine, Vie de Saint-Maurice (de Loudéac), abbé de Langonnet et de Carnoët (1113-1191), Quimper (...)
  • 72 F. Plaine, « Vita sancti Pauli episcopi Leonensis in Britannia Minori auctore Wormonoco edita stud (...)
  • 73 Bernard Joassart, « Les origines des Analecta Bollandiana », Analecta Bollandiana, t. 112, 1994, f (...)
  • 74 Bidletin archéologique de l'Association bretonne publié par la Classe d'Archéologie, 3e série, t. (...)

41Plaine espère ainsi que son travail comblerait les lacunes des travaux antérieurs en satisfaisant à la fois, et ce sera bien pour lui un problème insoluble, « aux justes exigences de la science et de la religion ». Après deux travaux, l'un assez long et de commande sur Maurice de Carnoët, l'autre plus court et plus général sur les « Sept Saints de Bretagne71 », Plaine étudie tout d'abord Paul-Aurélien dans la toute nouvelle revue Analecta Bollandiana éditée par la Société des bollandistes, reconstituée depuis 183772. Rémi de Buck et Charles de Smedt s'opposent au sein de la Société pour des raisons scientifiques et pour des questions d'organisation du travail ; à la mort du premier en novembre 1880 le second peut lancer les Analecta Bollandiana après quelques discussions auprès du Général de la Compagnie73. Plaine y publie de 1882 à 1889, sans autre interruption sauf en 1888, probablement pour raison de santé mais peut-être également parce que les bollandistes ne se satisfont plus du niveau de ses contributions. En mai 1876, le moine s'était fait donner quelques indications topographiques au sujet de Paul-Aurélien lorsqu'il étudiait le missel de Saint-Vougay et, profitant de son séjour parisien en 1877, il avait consulté la Vie du saint à la Bibliothèque nationale. Cette publication fait l'objet dans la Revue de Bretagne et de Vendée d'un compte rendu louangeur de Robert Oheix, qui ne se permet qu'une légère critique au sujet d'une confusion entre un gué et un promontoire faisant face à l'île de Batz, erreur dénoncée avec acrimonie vingt-cinq ans plus tard par La Borderie, alors que ce dernier n'avait noté en septembre 1882 que de petites imperfections « faciles d'ailleurs à corriger74 » ; il est vrai qu'entre temps les rapports entre les deux hommes se sont considérablement dégradés.

  • 75 F. Plaine, « Saint Gohard, Évêque de Nantes et ses compagnons martyrs. Vie, passion et culte », Bu (...)
  • 76 F. Plaine, « Vita S. Brioci episcopi et confessoris ab anonymo suppari conscripta edita studio et (...)
  • 77 René Couffon, « Essai critique sur la Vita Brioci », MSHAB, t. XLVIII, 1968, p. 5-14 ; Duine F., M (...)
  • 78 F. Plaine, « Vita S. Mevenni abbatis et confessoris in Britannia Armoricana (520 ?-638) ab anonymo (...)
  • 79 Lettre de Plaine à de Smedt, 20 janvier 1884, Archives de la Société des bollandistes, Bruxelles, (...)

42Après un détour auprès de saint Gohard75, Plaine poursuit la tâche qu'il s'est assignée en éditant en 1883 la Vie de saint Brieuc76 extraite d'un manuscrit de la Bibliothèque publique de Rouen et qui remonterait, croit- il, à une époque « bien antérieure au ixe siècle », alors que la date communément admise maintenant est le milieu du xie siècle77 De plus et contrairement à l'évidence, le bénédictin croit que Brieuc était originaire d'Irlande, en utilisant des arguments toponymiques et historiques très douteux et il imagine qu'il avait vécu entre 420 et 515 grâce à une construction chronologique hasardeuse ; quoiqu'il en soit, c'est encore de nos jours la seule édition en latin disponible de la plus ancienne vita Briocie. La publication de la Vie de saint Méen78, terminée en mai 1884 à partir d'un manuscrit de la Bibliothèque nationale, ne soulève guère de vagues. La lettre d'envoi aux bollandistes79 démontre avec quelle candeur opère Plaine, que l'on pourrait considérer comme l'un des pères putatifs de la technique du « copier-coller » en usage dans les modernes traitements de texte... :

« Le document, que je vous offre, me paraît aussi intéressant que digne de faire autorité. Malheureusement il est un peu court, et la date de rédaction reste incertaine. Je n'ai rien su sur les diverses translations du saint ; mais j'ai cru utile de compléter sa vie par un fragment emprunté à celle de son disciple S. Judicaël. Vous verrez s'il y a lieu de publier cet appendice, ou s'il est préférable de le laisser de côté. »

  • 80 F. Plaine, « Vie inédite de saint Malo évêque d'Aleth (510-621 ?) par saint Bili, évêque de Vannes (...)
  • 81 F. Plaine, Vie de saint Malo, évêque d'Alet (Saint-Malo), Rennes, J. Plihon et L. Hervé, 1885, in- (...)
  • 82 Arthur du Chêne, « Étude sur les anciennes vies de saint Malo », Nantes, V. Forest et É. Grimaud, (...)
  • 83 F. Lot, Mélanges d'histoire bretonne (vie-xie siècle), Paris, H. Champion, 1907, in-8°, p. 332-334 (...)

431884 voit la publication commune par Plaine et La Borderie de plusieurs des Vies de saint Malo80. L'accord entre les deux auteurs est au beau fixe, le religieux témoignant publiquement à l'historien sa « reconnaissance » en note de leur ouvrage commun ; l'année suivante il publie seul un résumé de leur œuvre conjointe (il revient encore sur ce sujet en 189681), tenant néanmoins compte des remarques de son collègue qui le félicite à son tour d'avoir retrouvé un livre sur saint Malo extrêmement rare. Plaine, qui a obtenu grâce à Chamard en mission en Angleterre pour ses propres recherches le manuscrit de la Vie de Malo rédigée vers 860 par Bili, conservé à la Bibliothèque Bodléienne à Oxford, fait relire son texte par Delisle en août 1878. Si les premiers comptes rendus de cette édition ne sont pas défavorables, Duchesne n'y notant en 1890 qu'une « erreur excusable82 », la critique scientifique ne s'en satisfait rapidement plus, F. Lot83 ayant constaté que la copie de Chamard

« avait été exécutée avec une négligence ou une précipitation déplorable [...] La latinité des deux manuscrits étant défectueuse, Dom Plaine a rétabli les formes correctes, mais, trop souvent, sans prévenir le lecteur. Des additions nécessaires à l'intelligence du texte ont bien été mises entre parenthèses, mais il y a aussi des cas où cette précaution n'a pas été prise, des cas mêmes où l'addition était inutile. Voici qui est plus grave. Les variantes, lacunes, additions des manuscrits ne sont pas systématiquement indiquées : tantôt on les relève, tantôt on les néglige sans qu'on sache pourquoi [...]. Le pire c'est la division en chapitres [...] Dom Plaine eut l'idée louable de prendre pour titres de sa division en chapitres les titres mêmes que présente cette table de L [ms. de Londres]. Il opéra malheureusement avec une singulière maladresse. Non seulement il les transcrivit incorrectement, mais encore il en inventa de son cru et sans toujours prévenir le lecteur. [...] Réduit à l'édition de Dom Plaine on ne saurait entreprendre de la Vita Machutis de Bili aucune étude vraiment solide ».

  • 84 F. Plaine, « Esquisses d'une histoire littéraire de la Cornouaille et du Léon », BSAF, t. XI, séan (...)

44Depuis au moins février 1884 Plaine annonce à la Société archéologique du Finistère qu'il a dans ses cartons plusieurs projets d'éditions de Vies de saints84 :

« Ce sujet absolument neuf ne pourrait pas manquer d'offrir un vif intérêt. Mon intention n'est cependant pas de l'aborder, car, à vrai dire, ce serait de ma part tenter l'impossible, mon éloignement actuel de toute bibliothèque française un peu considérable ne me permettant de consulter aucun des nombreux documents, manuscrits ou imprimés, qu'il serait nécessaire d'avoir sous la main pour un travail de ce genre. Tout ce que je puis faire aujourd'hui, c'est de signaler un certain nombre d'écrits hagiographiques encore inédits, mais dont j'ai copie [...]. La Société archéologique du Finistère remercie le savant bénédictin qui, de la terre étrangère, continue à se préoccuper des problèmes historiques et littéraires intéressants pour son pays. »

  • 85 F. Plaine, « De vita et gestis B. Roberti Arbrissellensis Ordinis fotitis Ebraldi sub Régula S. Be (...)
  • 86 F. Plaine, « Vie inédite de Saint Corentin, écrite au ixe siècle par un anonyme de Quimper », Bull (...)
  • 87 A. Thomas, Saint Corentin. Histoire de sa vie et de son culte, Quimper, A. de Kerangal, 1887, in-8 (...)
  • 88 André Oheix, et Ethel C. Fawtier-Jones, « La "Vita" ancienne de saint Corentin », Mémoires de la S (...)
  • 89 Hippolyte Le Gouvello, Vie et martyre de saint Méréal ou Méloir, prince de Cornouaille, patron de (...)
  • 90 André-Yves Bourgès, Le dossier hagiographique de saint Melar. Textes, traduction, commentaires, Br (...)

45Ainsi les années suivantes voient-elles publiés beaucoup d'articles hagiographiques, dont une Vie de Robert d'Arbrissel85 et une Vie de saint Corentin, achevée le 22 août 1885 86 et découverte au Musée bollandien de Bruxelles. Le problème est que le moine la croit antérieure aux Vies carolingiennes de Guénolé et de Paul-Aurélien (« On peut donc la regarder comme le plus ancien monument littéraire de la Cornouaille et du Léon arrivé jusqu'à nous »), alors qu'elle ne date que de la seconde moitié du xiie siècle. Même si le chanoine quimpérois Alexandre Thomas87 rend en 1887 hommage à « l'infatigable chercheur [...] si zélé et si heureux », l'édition française du bénédictin n'est plus guère utilisée depuis la publication de celle d'André Oheix et Ethel C. Fawtier-Jones en 192 588. Plaine s'intéresse par ailleurs depuis longtemps à saint Melar pour lequel il avait rédigé un compte rendu plutôt flatteur de l'ouvrage d'Hippolyte Le Gouvello, ce dont ce prêtre le remercie dans une deuxième édition de son travail. Il ajoute que le moine lui avait fourni de nouvelles sources meldoises et annonce ainsi sa publication de la Vie de saint Melar en 188689, essentiellement à partir d'un manuscrit du xviie siècle conservé à la Bibliothèque nationale mais aussi en combinant plusieurs sources disparates, « sa méthode favorite de travail » au dire d'André-Yves Bourgès, le récent éditeur du dossier hagiographique complet de saint Melar90.

  • 91 Lettre de Plaine à Hersart de La Villemarqué, 30 octobre 1887, archives du Manoir de Kernault, Mel (...)
  • 92 Pierre Flobert, La vie ancienne de Saint Samson de Dol. Texte édité, traduit et commenté, Paris, C (...)
  • 93 F. Plaine, « Vita antiqua sancti Samsonis Dolensis episcopi edidit R. P. Dom. Fr. Plaine, O. S. B. (...)
  • 94 F. Plaine, « Vie inédite de saint Ronan, traduite du latin avec prolégomènes et éclaircissements » (...)
  • 95 Hubert Guillotel, « Sainte-Croix de Quimperlé et Locronan », Saint Ronan et la Troménie. Actes du (...)

46Le 30 octobre 1887, Plaine envoie à La Villemarqué, alors président de la Société archéologique du Finistère, sa Vie de saint Samson, lui précisant qu'il avait « encore en réserve » les Vies des saints Ronan et Goulven, qu'il souhaite éditer respectivement en 1888 et 188991. La Vita Samsonis, extraite d'un manuscrit d'Angers, est attribuée au viie siècle par Plaine qui la croit ainsi contemporaine de la Vita prima, datée actuellement des années 730-770 92 ; malheureusement pour lui il s'agit en fait de la Vita secunda rédigée au cours de la seconde moitié du ixe siècle, et son édition contient plusieurs hypothèses si aventurées que les Analecta Bollandiana ne les publient pas et qu'elles sont rajoutées dans les « Prolégomènes » du tiré à part93. Son travail sur Ronan94 n'est en fait qu'une traduction de la Vie latine qu'il pense avoir été écrite « de 980 à 1030 », le saint ayant vécu vers 460-540, grâce à l'utilisation d'arguments chronologiques basés sur Gradlon ; on estime maintenant que la Vita Ronani fut écrite dans les années 1159-1167 et que Ronan vivait dans le dernier tiers du ixe siècle95. Quant à la traduction, Plaine avoue candidement : « La traduction, que je donne du texte latin, a lieu de passer pour suffisamment exacte, si je ne me fais illusion. Cependant je dois avouer qu'en plusieurs circonstances, par exemple, je ne me suis pas astreint à suivre de trop près la lettre même de l'auteur. »

  • 96 Lettre de Plaine à de Smedt, 24 octobre 1889, Archives de la Société des bollandistes, Bruxelles, (...)
  • 97 Catalogus Codicum hagiographicorum latinarum antiquorum saeculo xvi qui asservantur in Bibliotheca (...)
  • 98 F. Plaine, « S. Maglorii Dolensis episcopi prima translatio cum apperulice de S. Sulino abbate edi (...)
  • 99 F. Plaine, « Vie inédite de saint Goulven évêque de Saint-Pol-de-Léon (550 ?-614 ?). Traduite du l (...)
  • 100 A. Thomas, Saint Pol-Aurélien et ses premiers successeurs, Quimper, A. de Kérangal, 1890, in-8°, p (...)

47Plaine avait initialement pensé publier cette Vie dans les Analecta Bollandiana, comme l'annoncent plusieurs courriers restés sans réponse à Charles de Smedt96, fidèle ami de Duchesne et certainement embarrassé par cette proposition, puisque sa Société édite elle-même ce texte en 188997. Pour éviter d'être pris une nouvelle fois de vitesse, le bénédictin se livre avec La Borderie à une véritable course, éditant avant lui la Vie de saint Magloire98 et prenant ainsi le risque de fournir une édition peu soucieuse des critères scientifiques optima. De même, le 28 novembre 1889, la Société archéologique du Finistère commence la lecture des premiers chapitres de la Vie de saint Goulven, éditée peu après par l'historien vitréen99. Thomas attribue à l'éloignement de Dom Plaine une erreur sur l'état actuel des reliques du saint patron de Goulven 100°.

  • 101 L. Duchesne, Bulletin critique, t. XII, 1891, p. 417.
  • 102 F. Plaine, « La vie syriaque de saint Alexis et l'authenticité substantielle de sa vie latine », R (...)
  • 103 Archives de Ligugé, dossier F. Plaine, carnet, p. 42 [foliotée p. 98].

48En 1891, l'apparition dans les Analecta Bollandiana du « Bulletin des publications hagiographiques » annonce que « les temps vont devenir durs pour les hagiographes mal préparés » selon Duchesne101. Dès l'année suivante, ce « Bulletin » attaque Plaine en quelques lignes virulentes, en rendant compte de son travail sur saint Alexis pour lequel le moine de Silos avait contredit le jésuite Albert Poncelet (1851-1912, bollandiste depuis 1892), et sur lequel il avait d'autre part été repris par l'historien rennais Félix Robiou (1818-1894) publiant cependant dans une revue partageant les sentiments religieux du bénédictin102. Son carnet personnel conservé à Ligugé103 signale amèrement que Cabrol ne partage pas non plus, dans une lettre qu'il lui a adressée, son opinion sur la vie syriaque de saint Alexis et que : « Les bollandistes de leur côté commencent à me traiter en ennemi, et depuis lors n'ont guères cessé d'agir de la sorte. »

  • 104 Lettre de Plaine à Cabrol, 8 décembre 1892, archives de Solesmes.

49Sa réponse à Cabrol est vive104 :

« Je suis désolé de la chose : mais il ne faut rien exagérer : le P. Poncelet était juge et partie dans la circonstance. Par conséquent il ne pouvait que difficilement approuver ma thèse. Mais somme toute son assertion pourrait être traitée de gasconnade et ne m'atteint pas. Il se contente de dire, en effet, que je n'apporte pas de documents nouveaux. Or mon but n'était pas non plus d'en apporter, mais bien de me servir de ceux, que d'autres ont publié, pour en tirer des arguments nouveaux et convaincre d'erreur le P Poncelet et M. Duchesne. J'ignore ce qu'on a pensé de moi en Allemagne, mais j'ai la conscience d'avoir fait une bonne oeuvre et défendu la vérité, dans les circonstances. »

  • 105 F. Plaine, « Notice sur la vie et le culte de saint Édern », Bulletin de la Société archéologique (...)
  • 106 F. Plaine, « Jeanne de Penthièvre Duchesse de Bretagne et Jeanne de Flandre Comtesse de Montfort. (...)
  • 107 F. Plaine, « Étude comparative des trois vies latines de saint Melaine, évêque de Rennes », Revue (...)
  • 108 Joseph-Claude Poulin, Sources hagiographiques de la Gaule (SHG) III : les dossiers des saints Mela (...)

50Cette même année 1892 Plaine publie une notice sur saint Édern105, texte moderne sans grand intérêt qu'il avait obtenu de Mgr Nouvel de La Flèche, son ancien professeur de morale au grand séminaire de Rennes en 1852, éphémère bénédictin à La Pierre-qui-Vire en 1869 devenu évêque de Quimper en 1871. Vers 1875, Plaine avait fréquenté Lannédern, la paroisse dont Edern est l'éponyme, et avait été à ce moment hébergé à proximité, au Spernen en Collorec, chez H. Raison du Cleuziou qui publia en 1878 son article sur les deux Jeanne protagonistes de la guerre de Succession106. Toujours en 1892, le moine édite une étude sur les trois Vies publiées de saint Melaine107 en croyant qu'elles étaient toutes antérieures à la translation de 875, alors que les datations actuelles de ces Vitae sont respectivement de la première moitié du ixe siècle pour la Vita prima et de l'intervalle 850-1050 pour la Vita secunda et son interpolation108. Outre ces errements chronologiques le Bénédictin ne s'occupe guère de diplomatie dans son article, attaquant de front Duchesne, coupable à ses yeux de reculer la deuxième Vita au xie siècle,

« et par voie de conséquence de rayer de la liste des évêques authentiques de Rennes saint Amand, prédécesseur de saint Melaine [...] C'était aller bien vite en besogne, et faire bon marché des traditions liturgiques les plus respectables : mais il y a plus. Parler ainsi, c'était prouver qu'on avait étudié quelque peu superficiellement le document contre lequel on prononçait condamnation [...] j'ai cru qu'il m'incombait plus qu'à nul autre, en raison de mes travaux antérieurs sur les saints de Bretagne, de pousser plus loin mes recherches et de confronter terme à terme les trois textes de la Vie du saint évêque de Rennes, afin d'en avoir le cœur net ».

  • 109 « Bulletin des publications hagiographiques », Analecta Bollandiana, t. XIII, 1894, p. 179.

51Duchesne est vigoureusement défendu par les Analecta Bollandiana109 : « Tout cela est affirmé très carrément, mais les raisons apportées à l'appui sont bien faibles. L'auteur avoue du reste, avec la plus grande candeur, qu'il a été surtout poussé à défendre sa thèse par des raisons étrangères à la science. »

  • 110 F. Plaine, « Saint Hervé, sa vie et son culte, avec le texte latin de sa vie ancienne », Revue his (...)
  • 111 A. de La Borderie, « Saint Hervé. Vie latine ancienne et inédite publiée avec notes et commentaire (...)

52En 1893, Plaine étudie saint Hervé, sur lequel il travaille depuis au moins 1887 110 ; il reconstitue une Vie en français à partir du manuscrit latin 22321 de la Bibliothèque nationale, effectuant un collage de différentes sources, la Vie publiée par Lobineau et les bréviaires de Nantes du xive-xve siècle. Ces documents découlaient selon lui d'un texte antérieur aux invasions normandes de 865 à 890, lui-même procédant d'une source plus ancienne, toutes hypothèses inacceptables constituant un château branlant sans la moindre valeur historique. Cette publication coïncide avec celle de La Borderie111 :

« Notre travail était rédigé avant cette publication et nous ne voyons rien à y changer aujourd'hui. Nous ne voulons pas non plus entamer de polémique... Ainsi qu'il a été dit ailleurs le texte latin qui suit n'est plus inédit ; mais notre édition diffère à certains égards de celle de M. de la Borderie (1892), et ne sera peut-être ni sans valeur, ni sans intérêt même après la sienne. Si nous n'avons pas toujours signalé les variantes, c'est qu'elles n'ont aucune importance. »

  • 112 F. Plaine, « Recherches sur les origines littéraires de l'ancienne province de Bretagne, ve-xie si (...)

53En 1893 le Bulletin des publications hagiographiques attaque vivement Plaine à propos de plusieurs de ses articles et spécialement celui sur saint Hervé 112 : « Nous voilà loin de la méthode si sûre, si consciencieuse de M. de la Borderie. Dom Plaine a lu la solide étude du savant académicien ; mais son travail était déjà rédigé, et il n'a rien trouvé à y changer. Hélas ! »

  • 113 Revue de Bretagne, de Vendée et d'Anjou, t. X, 1er livraison, juillet 1893, p. 14-18.
  • 114 Lettre de Plaine à Pothier, 14 juillet 1893, archives de Saint-Wandrille, 1 T 106.
  • 115 F Plaine., « Le missel de Saint-Vougay en Bretagne (manuscrit du xe ou xie siècle) », Revue de l'A (...)

54La Revue de Bretagne et de Vendée, alors dirigée par le littérateur Olivier de Gourcuff (mais il est difficile de ne pas voir ici une manœuvre quelque peu mesquine de La Borderie), reprend en juillet 1893 un florilège des critiques publiées les trois années précédentes par les Analecta Bollandiana contre Plaine113. Ceci entraîne naturellement son courroux, avec la recherche d'alliés dans son propre camp, tel Pothier114, abbé de Saint-Wandrille qui l'avait aidé en 1877 lorsqu'il travaillait alors sur le missel de Saint-Vougay115 :

« C'est ce Bulletin, qu'on devrait attaquer au nom de la piété catholique dans l'Univers et ailleurs. C'est ce Bulletin que les Supérieurs de la Compagnie devraient supprimer sans retard : car il déflore l'œuvre honorable des bollandistes. La dernière livraison renfermait sur sainte Madeleine entre autres des pages, qui (vu le lieu où elles figuraient) auraient fait frissonner d'horreur notre vénéré Père Dom Guéranger. Mais les temps ont marché : le naturalisme va bientôt régner en maître dans l'hagiographie. Mon désir serait de réagir contre cette tendance dans la mesure qui est compatible avec ma faiblesse. Mais si le Rme préfère que je reste coi dans mon fromage, je m'y résignerai volontiers, et je n'en goûterai qu'une paix moins troublée. »

  • 116 Lettre de Plaine à De Smedt [ ?], 9 août 1893, archives de Saint-Wandrille, 1 T 106. « Comme les p (...)

55Les archives de l'abbaye de Saint-Wandrille gardent le brouillon d'une lettre probablement destinée à Charles de Smedt mais qui n'est pas conservée à Bruxelles ; son ton vigoureux explique qu'elle ne fut probablement pas expédiée ni donc pas insérée dans une publication bollandienne116.

  • 117 A. de La Borderie, Cartulaire de l'abbaye de Landévennec publié pour la Société archéologique du F (...)
  • 118 BSAF, t. XX, séance du 30 novembre 1893, p.-v., p. XLVII-XLIX.

56Les rapports entre La Borderie et Plaine, déjà très mauvais, empirent encore avec une polémique née au sujet de l'acte XX du cartulaire de Landévennec, publié en 1886 par René-François Le Men (1824-1880, archiviste du Finistère) et Emile Ernault (1852-1938, linguiste) puis en 1888 par La Borderie117. Ce texte, probablement antérieur au milieu du xe siècle et qui ne possède aucun fondement historique, même si on a parfois tenté de considérer qu'il conserverait le souvenir lointain des relations agitées entre le roi Salomon, Charles le Chauve et les Normands, voire même de faits remontant au vie siècle, mentionne l'alliance entre le roi Gradlon, sur lequel Plaine venait justement de publier un article, et un souverain franc appelé Karolus magnus sur l'original du xie siècle, nom gratté et remplacé au xviie siècle par Theodos[ius\ magnus ; une copie du xvie siècle conservé à la Bibliothèque nationale laisse apparaître nettement l'appellation Carolus. Le bénédictin qui pense que ce nom recouvre en fait Clovis envoie donc par l'entremise de La Villemarqué une note à La Borderie, lequel se gausse de lui lors de la séance du 30 novembre 1893 118 :

Plaine « placé à plusieurs centaines de lieues du manuscrit, qu'il n'a jamais étudié, prétend, à !inspiration, rectifier la lecture unanimement adoptée par M. Le Men, par moi, et je puis le dire, par M. d'Arbois de Jubainville qui a concouru avec M. Ernault à l'édition publiée dans les Documents inédits de l'histoire de France. Cette prétention me semble un peu hasardeuse. [...] La conjecture du R. P. Plaine est donc absolument inadmissible, et les conséquences basées sur cette lecture imaginaire tombent avec cette chimérique hypothèse. Elles sont d'ailleurs elles-mêmes bien étranges et prêteraient singulièrement à la critique. Mais à quoi bon insister ? — Il serait, à mon sens, un peu ridicule de parler d'histoire à propos de cette pièce n° XX, qui est — et de beaucoup - la plus fabuleuse du Cartulaire, et qui n'a absolument rien d'historique ; mais qui, au point de vue des traditions populaires relatives à Gradlon, et même en un certain sens, au point de vue poétique et littéraire, reprend une importance d'un autre genre, qui n'est point à dédaigner. »

  • 119 Lettre de Plaine à Hersart de La Villemarqué, 24 février 1894, archives du Manoir de Kernault, Mel (...)

57Plaine proteste de sa bonne foi auprès du président de la Société archéologique du Finistère en février 1894119 :

« J'ai vu non sans regret qu'on continue à m'imputer une opinion, qui n'est nullement la mienne. Je n'ai jamais prétendu que M. Le Men ou M. de La Borderie avaient mal déchiffré le manuscrit de Quimper. Ce que j'ai avancé c'est que le copiste de votre manuscrit avait écrit d'une manière énigmatique, sans doute parce que le mot était plus ou moins effacé sur le manuscrit original : ce que j'ai affirmé encore, c'est que Wrdisten, le premier collecteur du Cartulaire, n'avait pu écrire Karlus ou rien d'approchant, et, s'imaginer que Grallon, dont il était séparé par 3 siècles et plus, avait été contemporain de Charlemagne, qui venait de descendre dans la tombe : enfin ce que j'ai donné comme tout à fait probable, c'est que ce même auteur devait avoir eu l'intention de parler de Clovis, qui, lui, était bien contemporain de notre Grallon, et n'a guère pu manquer d'avoir avec lui quelques relations. »

  • 120 F. Plaine, « Saint Cado le Sage. Fondateur de Lancarvan (Pays de Galles) et de Belz (Morbihan). Év (...)

58Les deux derniers travaux hagiographiques de Plaine, publiés à titre posthume dans le même Bulletin de la Société archéologique du Finistère portent sur les saints Cado et Alain de Corlay120. Il pense fautivement qu'il existait une Vie de saint Cado antérieure au xie siècle et que l'on pouvait assimiler le Cado de Lancarvan (pays de Galles) avec Sophius de Bénévent (Italie) : « Continuer avec D. Lobineau et Alban Butler à vouloir dédoubler ce personnage et rejeter son épiscopat de Bénévent, ce serait se montrer arriéré, appliquer tout à fait arbitrairement les principes et les règles de la critique historique. »

  • 121 Duine F., 1918, op. cit., p. 81

59L'« obscur ou fabuleux » Alain de Corlay, honoré dans cette paroisse comme évêque de Quimper, est assimilé par Plaine à un évêque breton vénéré à Bazas (Landes), un certain Alain mort depuis quatre cents ans lors d'un miracle ayant eu lieu en 1136 ; cette étude n'a plus aucun intérêt121.

Travaux sur l'apostolicité

  • 122 Plaine F., « L'apostolat de saint Clair et les origines chrétiennes de l'Armorique », Association (...)
  • 123 Association bretonne, Classe dArchéologie, Comptes-Rendus, Procès-Verbaux, Mémoires, 23e session, (...)

60Avant d'aborder comme il se l'était promis l'édition des Vitae des « sept saints fondateurs » de la Bretagne, Plaine fait un détour par saint Clair et les origines religieuses de Nantes, qualifiées d'apostoliques par la tradition du diocèse122. Son confrère Guépin, présent au congrès réuni par l'Association bretonne à Quintin, son pays natal, le présente le vendredi 10 septembre 1880 tout en ne dissimulant pas ses mises en garde, partagées par plusieurs membres de la Société tel le chanoine Amédée Guillotin de Corson (1837-1905, historien)123. Pour Plaine l'apostolicité de l'Église de Nantes ne fait aucun doute, d'après « les actes inédits de saint Clair », en réalité les Bréviaires manuscrits des xiie-xive siècles, qu'il croit remonter à un document antérieur à 878. De surcroît, la « tradition immémoriale de l'Église de Nantes » ne résiste pas à l'examen, qu'elle concerne des reliques insignes, quelques poils de la barbe de saint Pierre, un clou de sa crucifixion soi-disant ramené de Rome par saint Clair, ou la tardive sépulture de Réguiny. Plaine étend ensuite son champ d'action à l'ensemble de l'Armorique, concluant de façon toute aussi erronée à l'apostolicité des Églises de Rennes et de Vannes en utilisant des arguments d'une grande faiblesse déjà employés au xviie siècle par le dominicain Albert Le Grand, mais sans trop se poser de questions : « Il nous a paru important de consigner ici ces traditions et ces souvenirs, malgré le vague et l'incertitude dont ils sont entourés, parce qu'après tout ce ne sont que des corollaires de la mission apostolique accomplie en Armorique par S. Clair ; or celle-ci, on l'a vu, porte tous les caractères de la certitude et de l'authenticité. »

  • 124 Robert Oheix, « Saint Clair, premier évêque de Nantes, sa mission, son tombeau, ses reliques », Re (...)
  • 125 Bulletin archéologique de lAssociation bretonne publié par la Classe dArchéologie, 3e série, I, 24(...)
  • 126 Abel Cahour, L'apostolat de saint Clair, 1e évêque de Nantes, tradition nantaise, Nantes, imprimer (...)
  • 127 Lettre de Plaine à Cabrol, 31 octobre 1888, archives de Solesmes.

61Ce travail est attaqué dès sa sortie par R. Oheix, secrétaire de l'Association bretonne et auteur quatre ans plus tôt d'un article sur le même personnage124, où il renvoie à la dissertation de 1858 de la commission liturgique chargée de la réforme du Propre de Nantes, comptant dans ses membres Cahour et l'abbé François Richard, futur archevêque de Paris, laquelle commission avait conclu à l'apostolicité de l'Église nantaise. Dans les années quatre-vingt des discussions acharnées mettent aux prises les tenants de l'hypothèse apostolique, représentée par les ecclésiastiques Cahour et Plaine, et ceux qui croient à une christianisation ultérieure, tel La Borderie. En 1881, lors du congrès de l'Association bretonne réuni à Redon, ce dernier bat sérieusement en brèche le travail du bénédictin et annonce un article à venir sur ce thème125. Officiellement faute de place, peut-être pour d'autres raisons inavouées, cet article ne peut être publié par l'Association bretonne ; les vrais débats se déroulent trois ans plus tard, avec une notice de Cahour dans la Semaine religieuse du Diocèse de Nantes suivie d'une riposte de La Borderie dans la Revue de Bretagne et de Vendée et d'une nouvelle mais vaine réfutation du chanoine nantais126. Curieusement Plaine échappe pour l'essentiel à la polémique sur ce système, « une invention populaire d'époque récente, produite par la vanité de clocher et dénuée de tout caractère sérieux », alors qu'il était bien placé pour en être la cible principale, La Borderie le mentionnant sous l'appellation « un allié de M. l'abbé Cahour ». Encore en 1888 le moine soutient mordicus son avis, tout en paraissant désireux d'éteindre la polémique127.

  • 128 F. Plaine, « Quelques réflexions sur la question des maximistes et des minimistes », La Science ca (...)

62La question de l'apostolicité des Eglises des Gaules rebondit pour Plaine en 1895 : le Congrès scientifique international des catholiques tenu à Bruxelles en janvier lui donne l'occasion d'ébaucher une réflexion méthodologique portant sur la question des « maximistes » et des « minimistes128 » :

« Dans le langage du jour on entend par maximistes les historiens catholiques, qui par amour de l'Église et dans le désir d'obéir à sa direction, sont disposés à accorder le plus possible à la foi et aux déductions, qui s'en dégagent, mais sans jamais néanmoins s'écarter en rien, sciemment et de propos délibéré, des principes d'une sage et judicieuse critique. Les minimistes sont également des savants foncièrement catholiques, plein du zèle de la vérité : mais leurs sentiments sont aux antipodes de ceux des maximistes relativement aux faits surnaturels. Pour eux à cet égard, en dehors des vérités, qui appartiennent à la foi divine, ils n'ont d'autre guide ordinaire que leur raison, et ils tiennent assez volontiers pour non avenus, même en dépit des préférences de l'Église, les faits surnaturels de l'histoire ou de la vie des saints dès là que les preuves de certitude ne sont pas évidentes. »

63Plaine reproche aux maximistes de se tenir éloigné du mouvement des idées, de confondre trop souvent la probabilité avec la certitude, d'assimiler tradition humaine et tradition divine non écrite, enfin de s'attarder « à défendre obstinément de misérables bicoques qu'il faudra tôt ou tard sacrifier » ; quant aux minimistes, ils ignorent systématiquement tous les faits surnaturels, sont sans pitié pour les maximistes.

  • 129 J.-Y. Guiomar, 1987, op. cit., p. 243.
  • 130 A. Houtin, La controverse de l'apostolicité des Églises de France au xix siècle, Paris, A. Picard, (...)
  • 131 Guiomar, J.-Y., 1987, op. cit., p. 222-224.
  • 132 Archives de Ligugé

64On peut à bon droit ironiser sur ces écrits et considérer Plaine lui- même comme un maximiste129. Sa diatribe a pour cause principale le problème alors particulièrement sensible de l'apostolicité des Églises des Gaules, mettant aux prises maximistes et minimistes ; parmi les premiers il enrôle des auteurs anciens, tels Dom Jean Mabillon qui avait pourtant abandonné cette vieille lune, et le pape Benoît XIV dont il utilise très fréquemment les travaux, mais aussi des auteurs modernes tel Pitra et surtout Guéranger. Cette doctrine, l'une des composantes essentielles de la dévotion en France dans la 2e moitié du xixe siècle, reprend vigueur « dans le sillage du mouvement antirationaliste qui émerge en France dès le début du xixe siècle », l'apogée de ce courant dans les travaux d'érudition se situant dans les années 1878-1888 130°. L'Institut catholique de Paris, avec le Bulletin critique dirigé par Duchesne, devenu la « cible privilégiée et bête noire des légendaires », puis les Jésuites de Bruxelles avec leurs Analecta Bollandiana, sont les fers de lance d'une vigoureuse contre-offensive dont Plaine fait les frais131. Il faut cependant noter que le moine, qui a peut-être eu l'intention de collaborer, sous une forme indéterminée, avec Duchesne, en est expressément dissuadé par son Ordre. Une lettre du 13 octobre 1884 adressée par Dom Joseph Bourigaud (né en 1821, deuxième abbé de Ligugé depuis 1877), lui rappelle très clairement où se situe son devoir vis-à-vis de la Congrégation de France132 :

« Je ne lis aucune revue, toujours pour le même motif de manque de temps. Cependant, les échos éloignés qui m'apportent quelques fois le nom de M. l'abbé Duchesne ou de sa revue, ne disent point qu'ils soient l'un et l'autre en communauté d'idées avec les membres de la Congrégation : tout au contraire, votre collaboration avec cet écrivain, dans une telle revue, ne serait bien interprétée par personne. Vous êtes donc mal engagé. Vous devez donc chercher à vous dégager le mieux pour dire que votre supérieur ne vous permet pas de collaborer, même sous un faux nom. Je vous laisse à trouver la formule qui vous conviendra revue en question. C'est un petit acte d'humilité que vous devez en considération de plusieurs de vos savants confrères, et de l'intégrité de doctrine qui distingue tous les disciples de Dom Guéranger. »

  • 133 F. Plaine, « Les origines de la foi dans les Gaules », Revue du Monde catholique, 32e année, t. CX (...)
  • 134 F. Plaine, « Sainte Madeleine et l'authenticité de son apostolat en Provence », La Correspondance (...)

65Dès 1893 il écrit un article sur les origines de la foi dans les Gaules 133 et en 1895 proclame plus spécifiquement l'apostolicité de la mission de Marie-Madeleine en Provence134. Pour lui « dans un pareil état de choses, l'opinion, qui combat l'Apostolicité des Églises des Gaules, ne constitue métaphoriquement à mes yeux qu'une simple bicoque tandis que l'opinion opposée m'apparaît comme une véritable forteresse. Dès lors il va de soi que l'abandonner à l'ennemi sans défense, ce serait manifestement manquer de sagesse historique ».

66Si selon Plaine « il y a égale culpabilité dans les deux camps », il conclut sans ambages aux « danger individuel et danger social, qui sont inhérents à la diffusion de l'opinion des minimistes », et exhorte ses lecteurs « à demeurer fidèles aux opinions traditionnelles du passé tant que leur fausseté n'est pas établie et à se montrer sagement circonspects à l'égard des opinions nouvelles tant que leur certitude laisse à désirer.

  • 135 F. Plaine, « Bède (le vénérable) », Dictionnaire de la Bible contenant tous les noms de personnes, (...)

67Il est curieux de noter qu'à l'acmé de la querelle l'opposant à Duchesne, les deux protagonistes sont accueillis dans la Revue anglo-romaine, fondée en novembre 1895 par l'abbé Fernand Portai, prêtre de la Mission ; le périodique, conçu pour rapprocher les Catholiques des Anglicans, ne vit que deux ans. Plaine y publie un épais article sur l'historien anglo-saxon Bède-le-Vénérable, mort en 735, élargissant sa contribution légèrement antérieure au Dictionnaire de la Bible publié sous la direction de l'abbé sulpicien F. Vigouroux 135 Il émet le vœu de décerner enfin à son éponyme le titre de docteur de l'Église, d'une part pour en faire un trait d'union entre Rome et l'Angleterre, mais principalement en raison de l'exemple qu'il donne aux historiens modernes, soucieux d'avancer des preuves en respectant la tradition.

  • 136 A. Poncelet, « Bulletin des publications hagiographiques », Analecta Bollandiana, t. XVI, 1897, p. (...)
  • 137 Archives de Ligugé, dossier Plaine, fiche É. Augouard.
  • 138 F. Plaine, « De l'authenticité de la mission de S. Maur en France, Etude polémique », Studien und (...)

68Malgré ce léger coup de griffe, l'article de « Dom Beda Plaine, O. S. B. » reçoit un écho favorable, y compris, ce qui est unique, de la part de Poncelet qui a « le plaisir cette fois d'être de son avis sur la plupart des points136 ». Le vénérable Bède, proclamé docteur de l'Église en 1879, voit son culte étendu à l'Église universelle le 13 novembre 1899 : Dom Émile Augouard avance, dans les années 1960, que son ancien confrère avait pu tenir un rôle dans ce processus137, mais rien n'est moins sûr. Cette embellie est de courte durée : après la publication d'une « étude polémique » tentant de réfuter la thèse de l'abbé A. Malnory qui combat l'influence de saint Maur pour la propagation de la règle bénédictine, Plaine est littéralement étrillé de toutes parts, à la fois par les laïcs de l'École des chartes, les jésuites de Bruxelles et les bénédictins de Maredsous138.

Travaux liturgiques

  • 139 F. Plaine, « De concordia simul et de disarepantia Ronuini et Monastici Breviariorum Disquisitio l (...)
  • 140 F. Plaine, La Régla de San Benito y su introducciôn en Espana, Valencia, Domenech, 1900, in-8°, 3 (...)
  • 141 Jean-Baptiste Jaugey, « Notre programme », La Science catholique. Revue des Questions religieuses, (...)

69Dans les dix dernières années de sa vie Plaine publie divers travaux concernant la liturgie, restant ainsi fidèle à l'impulsion donnée à l'étude de cette discipline par Guéranger. De 1881 à 1901, il est accueilli par les Studien und Mittheilungen aus dem Benedictiner und Cistercienser Orden, revue éditée depuis 1880 par Dom Kinter à l'abbaye de Raigern en Moravie autrichienne et pour laquelle écrivent également Delisle et ses confrères de noviciat Bérengier, Piolin ou Pothier ; outre quelques travaux spécifiquement tournés vers la liturgie139, il y donne régulièrement des nouvelles de l'abbaye de Silos et y fait traduire en allemand ou en latin des articles antérieurement édités dans d'autres périodiques. De la même façon, Soluciones catolicas, périodique dans lequel il collabore de 1895 à 1900 (un seul de ses article est repris sous forme de tiré à part140), publie souvent des traductions en espagnol d'articles préalablement parus en français dans les Studien [...], Le Prêtre, la Revue anglo-romaine ou La Science catholique, sous-titrée Revue des Questions religieuses puis Revue des Questions sacrées et profanes, fondée en 1886 par l'abbé Jean-Baptiste Jaugey (1845- 1894) et qui141 « a pour but principal la défense de la foi sur le terrain scientifique ».

  • 142 F. Plaine, « Quelques remarques au sujet de l'âge et de l'auteur du symbole de saint Athanase », L (...)

70Ce dernier mensuel où publient des bénédictins tel Cabrol, plusieurs des oratoriens de Rennes et Poncelet pour l'hagiographie, accueille Plaine de juin 1890 à novembre 1897, pour des articles la plupart du temps polémiques qui l'opposent à Duchesne au sujet de l'apostolicité supposée de sainte Marie-Madeleine, à Poncelet à propos de sainte Ursule, à Dom Germain Morin (1861-1946, moine de l'abbaye belge de Maredsous) en ce qui concerne le symbole de saint Athanase ; Cabrol lui exprime d'ailleurs par lettre son désaccord sur ce point précis en septembre 1891142.

  • 143 Le Prêtre, « Notre Programme », 15 janvier 1891, 2e année, n° 53.
  • 144 F. Plaine, « La fête des morts du 2 novembre. Date et circonstances de son institution à Cluny et (...)

71Entre 1890 et sa mort Plaine publie des articles sur la liturgie dans Le Prêtre, Journal des Études ecclésiastiques, hebdomadaire fondé en 1890 par Jaugey143. Plaine y publie de février 1895 à sa mort sept articles d'une quinzaine de pages chacun et très spécialisés sur la liturgie, qui ne semblent pas avoir fait date puisque seul l'un d'entre eux est cité par Cabrol dans son Dictionnaire d'archéologie chrétienne et de liturgie.144

Les comptes rendus bibliographiques

  • 145 Bulletin de la Société bibliographique, 1870, p. 5-6.

72Une activité très prenante et assez méconnue de Plaine est celle de recensions d'ouvrages ; la plupart des périodiques dans lesquels il collabore rendent ce service fort utile au lectorat, telles la Revue de Bretagne et de Vendée (d'avril 1872 à décembre 1887), la Revue des Questions historiques (de juillet 1873 à janvier 1884), ou les Studien [...] (du printemps 1884 à sa mort). Outre quelques participations éparses à la Semaine religieuse du Diocèse de Rennes, fondée grâce à La Borderie (juin 1872), aux Lettres chrétiennes (1880), à la Revue historique de l'Ouest (1897), il écrit trois comptes rendus (l'un en janvier-mars 1878, les deux autres entre janvier et avril 1900), dans la Revue de l'Art chrétien. Recueil mensuel d'Archéologie religieuse, périodique fondé par l'abbé Jules Corblet et où il avait publié quelques articles entre octobre 1874 et octobre 1881 ; il publie enfin une seule fois un compte rendu dans le numéro du 1er octobre 1889 du Monde, journal ultramontain et conservateur. Grâce à l'appui de Piolin, il coopère à des publications spécialisées dans la critique bibliographique, le Polybiblion et la Bibliographie catholique. Le Polybiblion est une émanation de la Société bibliographique fondée en 1868 par G. de Beaucourt, dont la devise est « Propager la science par la foi et la foi par la science » et qui se présente comme145 « catholique [...] Nous sommes des chrétiens également dévoués à la vérité et à la science. Nous cherchons ce qui unit et non ce qui divise ».

  • 146 F. Plaine, « Travaux récents d'hagiographie », Polybiblion, Revue bibliographique universelle, 6e (...)
  • 147 Louis Courajod, Léonard de Vinci et la statue de Francesco Sforza, Paris, Champion, 1879, in-8°, 5 (...)

73Plaine y écrit de septembre 1873 à sa mort une soixantaine de comptes rendus, sa première contribution, consacrée à des publications hagiographiques d'habitude réservées à Piolin, en regroupant à elle seule vingt et un 146Son domaine est plutôt la critique des Vies édifiantes de personnages modernes, et, à partir de son exil à Silos, la bibliographie espagnole147.

  • 148 Bibliographie catholique. Revue critique des Ouvrages de Religion, de Philosophie, d'Histoire, de (...)

74Sa bienveillance est tout aussi sollicitée pour ses très nombreuses contributions à la Bibliographie catholique148, centre trente de février 1878 à novembre 1889, avec une phase plus importante pour la période allant de septembre 1878 à décembre 1884 où il ne se passe pratiquement pas un mois sans qu'il ne signe une ou plusieurs critiques. Cette revue mensuelle fondée en 1841 et disparue en janvier 1890, politiquement conservatrice, chassait sur les terres du Polybiblion-, Piolin, introduit par Mgr Paul Guérin, éditeur des Petits Bollandistes, y fait rentrer les bénédictins Bérengier, Chamard et Plaine, progressivement remplacé par Dom Louis Lévêque (1830-1901), profès en 1878.

  • 149 L. Duchesne, Le Liber Pontificalis, texte, introduction et commentaire, Paris, E. Thorin, 1886-189 (...)

75Pareille collaboration, longue et heureuse, ne se produira pas avec une autre revue pourtant a priori amie, le Bulletin catholique des Livres et Revues, publié depuis avril 1893 sous la direction des bénédictins de Ligugé, c'est- à-dire Dom Jean-Martial Besse (né en 1861, profès en 1883), Cabrol et Dom Joseph Rabory (né en 1843, profès en 1871) ; le périodique fusionne en août 1894 avec le Mois bibliographique, c'est-à-dire après la fin de la participation de Plaine qui y écrit depuis les origines jusqu'à mai 1894 inclusivement. Sa première critique porte sur l'édition du Liber Pontificalis de Duchesne 149 qu'il salue dans son ensemble comme « une œuvre de mérite ; elle est appelée à contribuer dans une large mesure au progrès de la science, de l'histoire ecclésiastique et de l'archéologie chrétienne ». Mais avant d'en arriver à ces lauriers le moine décoche quelques flèches sur l'introduction de Duchesne :

« La critique y dégénère parfois en hypercritisme. En tenant ce langage, je ne m'attaque pas, on le voit, à la critique, qui s'appuie sur des faits ou des textes dûment constatés, celle-là aura toujours mon approbation. J'appelle hypercritisme, la manie, trop à la mode depuis environ un quart de siècle, de condamner à l'avance tout document ecclésiastique ou hagiographique qu'on ne peut étayer sur un manuscrit à peu près contemporain, tandis que, pour accepter un document profane, on se contente de simples vraisemblances, parfois de pures hypothèses. L'espace me manque pour signaler tous les passages dans lesquels le nouvel éditeur du Liber Pontificalis me paraît avoir, sur ce point, sacrifié à l'idole du jour. »

  • 150 Brigitte Waché, Monseigneur Louis Duchesne (1843-1922), Collections de l'École française de Rome, (...)

76Ces reproches, qui rappellent que l'ouvrage échappa de peu à sa mise à l'index en 1878, reprennent également les diatribes de Chamard dans L'Univers en février et mars 1889 au moment de la mort de Pitra150 ; les débats avaient alors dérapé sur des questions de philosophie historique et religieuse, Chamard reprochant à son adversaire sa méthode de travail laquelle, de même que le protestantisme, héritier du gallicanisme dont découlerait la Révolution, nous est encore venue d'Allemagne. Elle consiste à n'accepter comme « digne de la science que ce que l'évidence des faits contrôlé par un procédé appelé critique et scientifique, ne permet pas de régler ».

Bilan de l'œuvre de Dom François Plaine

  • 151 Jean-Martial Besse, « Le R. P. Dom François Plaine », Bulletin de Saint Martin et Saint Benoit, 8e(...)

77Cette œuvre foisonnante a déconcerté les contemporains de Plaine, comme en témoignent ses notices nécrologiques : ainsi Besse151 n'est guère tendre pour ce

  • 152 « Bulletin des publications hagiographiques », Analecta Bollandiana, t. XV, 1896, p. 84-85.

« vénéré confrère [qui] laisse à tous ceux qui ont eu le bonheur de le connaître le souvenir d'un moine des vieux âges [...] Ceux qui ont pu voir l'amas de matériaux rassemblés par ce travailleur infatigable peuvent seuls avoir une idée de son activité intellectuelle. Malheureusement notre vénéré confrère manquait de quelques-unes des qualités indispensables à qui veut utiliser le fruit de nombreuses lectures. Sa méthode de critique et d'exposition laissait à désirer... Pour Dom Plaine, la science devait être l'humble auxiliaire de la piété. Toute son ambition était d'aimer et de faire aimer l'Eglise, sa liturgie et ses Saints. Quand leur honneur et leur culte étaient en jeu, sa vieille foi bretonne ne tenait plus : on le voyait s'animer, compulser ses notes, les volumes de la bibliothèque et sa mémoire, pour amasser les arguments et les faits... sans examiner s'il était armé pour lui tenir tête, on le compara, non sans ironie, aux « preux chevaliers152 ».

  • 153 Un confrère, « Le R. P. Dom Plaine », Revue du Monde catholique, t. CXLVIII (IXe de la 7e série), (...)

78Un an plus tard, à l'occasion de la publication d'un article posthume du bénédictin, un « confrère » anonyme de la Revue du Monde catholique153, malgré sa sympathie pour cet « homme des vieux âges chrétiens », émet sur lui une opinion mitigée :

« Les travaux de longue haleine ne sollicitaient guère son activité. Les articles répondaient mieux à ses goûts. Et il en a donné sur la liturgie un nombre considérable...On l'a vu, sur ses vieux jours surtout, aborder des sujets d'un ordre plus général. Les hardiesses de la critique l'inquiétaient ; il ne comprenait pas toujours le silence ou la réserve des hommes, qui auraient dû les premiers défendre ces traditions chères à son cœur. Sa nature généreuse le poussait en avant. Il lui est arrivé quelquefois de descendre dans l'arène, sans avoir pu se procurer des armes capables de soutenir l'assaut des adversaires qu'il attaquait. »

  • 154 Anonyme, « Chronique et bibliographie », Revue historique, 25e année, t. LXIV, I, septembre- octob (...)
  • 155 Eugène.-G. Ledos, « Chronique », Revue des Questions historiques, 35e année, nlle série, t. XXIV ( (...)

79S'agissant des milieux laïcs, les critiques avaient été plus vives ; on ne s'étonne pas de l'avis du chroniqueur de la Revue historique, peut-être Gabriel Monod, pour qui Plaine « était un travailleur infatigable, un érudit consciencieux, mais d'une critique plutôt timide154 ». Plus cruel est l'avis de Eugène-G. Ledos, diariste de la Revue des Questions historiques, pourtant favorable aux bénédictins 155 : « Les ouvrages qu'il a publiés, la collaboration abondante qu'il a données non seulement à ce recueil, mais à beaucoup de périodiques français et étrangers sont la preuve de son zèle au travail. Nous devons ici reconnaître que cette louable ardeur n'était pas toujours soutenue par une critique assez large ni assez sûre. »

  • 156 Bibliothèque universitaire de Rennes 1 (droit), ms. 478, fol. 53 ; cité par B. Merdrignac, Recherc (...)
  • 157 A. Houtin, « Notes sur les profès de l'abbaye de Solesmes », La Province du Maine, t. XIX, 1911, p (...)

80Cette opinion annonce celle émise en privé par Joseph Loth, dans une lettre à l'abbé François Duine156 : « On a comparé Dom Plaine, hagiographe breton, à un éléphant dans un magasin de porcelaine, c'est en dessous de la vérité », et prépare celle d'Albert Houtin, venimeuse, mais non dénuée de vérité car il semble avoir disposé de témoignages de confrères du moine de Silos 157 : « Il fut un des plus féconds polygraphes de sa congrégation, mais avec quelle méthode !... De son labeur immense, comme de celui de Dom Piolin et de Dom Chamard, il ne reste presque rien, parce que, comme eux, il n'a pas travaillé dans le pur amour de la vérité, mais selon les opinions de Dom Guéranger et ce qu'ils avaient pu entendre dire au noviciat. »

  • 158 P. Guéranger, De la monarchie pontificale, à propos du livre de Mr l'évêque de Sura, Paris, Palmé, (...)
  • 159 Lettre de Plaine à Guéranger, 21 mars 1870, archives de Solesmes : « Vous me permettrez de vous re (...)
  • 160 A. Houtin, 1899, op. cit., p. 170.
  • 161 F. Plaine, « Le mouvement littéraire en Espagne », La Vérité, 15 septembre 1893 ; idem, « Le Congr (...)
  • 162 F. Plaine, « Polémique. Nouvelles remarques sur les homélies attribuées à saint Éloi », Revue des (...)

81Ces avis très négatifs expliquent le long oubli dans lequel est tombé Plaine. Pratiquement autodidacte, n'ayant en tout cas pas pu effectuer d'études supérieures autres que celles professées au noviciat de Solesmes, ce grand travailleur amoureux de l'effort intellectuel et de la recherche se disperse beaucoup trop et néglige les méthodes historiques qui connaissent pourtant de son temps un remarquable essor. Ceci l'amène à de regrettables hypothèses et à de néfastes théories, erreurs aggravées par des influences nocives pour son sens critique. Toute sa vie il demeure fidèle à la Congrégation de France et à Guéranger, suivant aveuglément les préjugés ultramontains et les opinions conservatrices de ce dernier, ce que démontre par exemple sa lettre du 21 mars 1870, à propos de l'ouvrage de son supérieur sur l'infaillibilité pontificale158, proclamée le 18 juillet au concile du Vatican 159 Le milieu bénédictin est un moule où se coulent les jeunes moines tels Piolin, Chamard ou Plaine : si le premier est plutôt son « bon ange », peu au fait des méthodes de critique des textes, mais pondéré et l'introduisant dans les cercles éditoriaux catholiques, le second est un ami plus redoutable dans la mesure où sa fougue déteint sur le Breton, lui enseignant l'art délicat de la polémique où ce dernier connaît de nombreux déboires. Sans débattre aussi fréquemment que Chamard qui, à l'exemple de Guéranger, surnommé par le pape Pie IX « Dom Guerroyer160 », ferraille dans les journaux conservateurs, Plaine écrit quelques articles de septembre à décembre 1893 dans La Vérité161, journal à la droite de L'Univers renouant avec l'intransigeance de Louis Veuillot (1813-1883) et soutenu par Cabrol. Sur des sujets en principe scientifiques, ses disputes avec Hucher, et surtout avec La Borderie transforment l'admiration qu'il voue initialement à ce dernier en détestation partagée, d'autant plus que l'historien vitréen n'hésite pas à se gausser des maladresses du moine et recrute le soutien de ses adversaires les plus acharnés, tel Poncelet. Les querelles de Plaine avec le milieu ecclésiastique sont les moins dépourvues d'aménité et de douceur, que ce soit avec Malnory, Morin ou Elphège Vacandard162, et surtout avec sa « bête noire », Duchesne, qui symbolise tout ce qu'exècre la Congrégation de France, une sorte d'Ernest Renan ouvertement accusé d'être vendu à l'ennemi prussien pour la bonne raison qu'il emploie brillamment les meilleures méthodes de la critique historique allemande. Mais les théories fumeuses de Plaine sur l'apostolicité des Eglises de Gaule, déjà des archaïsmes remarquables lorsqu'elles furent émises, ne pèsent évidemment pas lourd devant le savant directeur de l'Ecole française de Rome, et les Analecta Bollandiana ont beau jeu de ridiculiser le pauvre moine. De la même façon ses étranges méthodes de travail en ce qui concerne les Vies de saints, son abdication presque totale d'esprit critique au sujet des aspects miraculeux et merveilleux de ces textes, lui jouent les plus mauvais tours et lui valent au mieux des déchaînements d'ironie, plus souvent un mépris sans borne.

  • 163 Michael Jones, Recueil des Actes de Charles de Blois et de Jeanne de Penthièvre, duc et duchesse d (...)

82On peut cependant mettre à son crédit quelques travaux, celui portant sur l'émigration bretonne ou son article sur les « terreurs de l'an mil ». Son énorme activité éditoriale au sujet de Charles de Blois, dont il réussit à faire rouvrir le procès de béatification, entraîne sans doute l'ire de La Borderie et porte la marque de certains a priori d'ordre politique dont témoignent des jugements passionnés sur les Lumières et quelques écarts de langage à l'endroit de ses contradicteurs. Cependant Michael Jones, l'un des meilleurs spécialistes actuels de la Bretagne du xive siècle, ne cache pas son enthousiasme 163 devant le travail de Dom Plaine.

83En définitive, quel que soit le regard que l'on puisse porter aujourd'hui sur l'œuvre de François Plaine, il demeure un excellent marqueur du mouvement des idées dans le domaine de l'histoire religieuse du xixe siècle. Bon moine, digne représentant de la Congrégation de France, il est aussi un exemple très représentatif de toute une mentalité de cette dernière, de ses orientations intellectuelles, de ses accointances et de ses préjugés d'alors. A l'évidence il a manqué ce tournant de la seconde moitié du siècle où s'élaborent les règles d'une méthode historique rigoureuse. Mais si son absence d'esprit critique et les défaillances de sa propre méthodologie l'entraînent souvent sur des chemins de traverse, son indéfectible amour de la terre natale lui inspire de belles et durables pages sur Charles de Blois. C'en est assez pour que la Bretagne ne l'oublie pas tout à fait.

Dom Plaine
(Archives de la congrégation de Solesmes.)

Notes

1 Les sources sont nombreuses, variées et dispersées, car Plaine écrit beaucoup, gardant souvent les doubles de ses envois et quelques résumés des réponses reçues pour les échanges les plus importants à ses yeux. Après sa mort à Silos, les lettres trouvées dans sa cellule sont apparemment triées et retournées à Ligugé ; les archives des abbayes de Saint-Wandrille et Solesmes abritent les courriers de différents moines en rapport avec leur confrère, ce qui concerne l'Affaire de l'Oratoire où est impliqué Jean-Louis Plaine se trouvant à Kergonane. L'énorme dossier de la béatification de Charles de Blois est conservé principalement dans les archives diocésaines de Blois, mais aussi dans celles de Saint-Brieuc, I'Archivio Segreto Vaticano abritant l'original de l'enquête de 1895. La correspondance envoyée par Plaine au sujet de ses articles dans les Analecta Bollatidiana est conservée par la Société des bollandistes, celle expédiée à La Villemarqué concernant la Société archéologique du Finistère est conservée dans le Manoir de Kernault en Mellac. La famille Plaine possède quelques lettres de son illustre parent, dont elle a reconstitué l'arbre généalogique. Les dossiers du petit séminaire de Saint-Méen-Ie-Grand et du grand séminaire de Rennes sont consultables aux archives diocésaines de cette ville. La collecte de certains ouvrages ou périodiques dans lesquels a écrit Plaine est parfois ardue : outre les fonds ci-dessus mentionnés, les bibliothèques de Landévennec et celles du diocèse de Meaux comblent quelques lacunes, mais il subsiste des pièces introuvables.

2 Je remercie vivement de leurs communications Michèle Bardon (archives du diocèse de Meaux), l'abbé Joseph Boishu (archives du grand séminaire de Rennes), Joël Courreau, osb, (archives de Ligugé), l'abbé Duret (Archives diocésaines de Rennes), Yves-Marie Erard (archives diocésaines de Saint-Brieuc), Dom Francesco, osb, (Archives de Kergonan, Plouharnel), Bernard Joassart, sj, (Archives de la Société des bollandistes, Bruxelles), Hugues Leroy, osb, (archives de Saint-Wandrille), l'abbé Dominique Ougazeau (Archives diocésaines de Blois), Mgr Pagano (Archivio Segreto Vaticano), Joseph Plaine (Asnières), Urbain Plaine (Bédée), Fanch Postic (Archives du manoir de, Mellac), Marc Simon, osb, (Bibliothèque bretonne, Landévennec), Louis Soltner, osb, (Archives de Solesmes). Je remercie vivement Mgr Jacques Jullien, ancien archevêque de Rennes, ainsi que les abbés Jean Evennou et Bernard Heudré de m'avoir facilité l'accès a l'Archivio Segreto Vaticano. Je reste le débiteur de l'abbé Pierre-Yves Jourda pour avoir guidé mes premiers pas dans un domaine un peu étranger à un spécialiste de l'archéologie du haut Moyen Age breton. Enfin je remercie vivement les premiers lecteurs de cet article, Joël Courreau, Bernard Joassart, Bernard Merdrignac et François Trévédy, osb ; il va de soi que je suis le seul responsable des éventuelles scories de ce travail.

3 Fernand Cabrol, Bibliographie des Bénédictins de Lu Congrégation de France par des Pères de la même Congrégation, Solesmes, 1889, in-8°, p. 171 ; Guépin Alphonse, « Dom Plaine et la béatification de Charles de Blois, duc de Bretagne », Bulletin de Saint Martin et de Saint Benoit, 13e année, 1904, p. 203 ; D. Jordell, Catalogue général de la librairie française. Continuation de l'ouvrage d'Otto Lorenz (Période de 1840 à 1885 : Il volumes), (Période de 1891 à 1899), (I-Z), Paris, Nilsson, 1904, in-4°, p. 585 ; Kerviler René, Répertoire général de biobibliographie bretonne, [continué par Xavier du Boisrouvray, Hélène Le Masne de Chermont et Léon Rouzeau], Mayenne, J. Floch, 1985, t. XI (Obe à Zud), p. 133. Les ancêtres de François Plaine sont originaires de la paroisse d'Equily dans le diocèse de Coutances où naissent au début du xviiie siècle Thomas Plaine et son épouse Simone Durey ; leur fils Louis se fixe en Haute-Bretagne en épousant en 1754 Jeanne Lepinne, née à Bédée. De leur union naît Louis Plainepère de Jean-Baptiste Plaine né le 13 fructidor an II qui épouse le 20 février 1827 Perinne Lenormand, Ce sont le sparents de Dom François Plaine.

4 Il affichera plus tard une grande reconnaissance à Julien Labé le vicaire qui lui a appris le latin : Archives de Ligugé, dossier F. Plaine, carnet, p. 43

5 A. Guillotin de Corson, Pouillé historique de l'archevêché de Rennes, Rennes, Fougeray, Paris, R. Haton, t. IV, 1883, p. 151.

6 Le petit séminaire se trouvait sur le site de l'ancienne abbaye de Saint-Méen, Guillotin de Corson, Pouillé historique..., t. III, 1882, p. 550-554.

7 Jean-Louis Plaine, « Dom François Plaine, religieux bénédictin de Silos (Espagne) », Revue de Bretagne, de Vendée et d'Anjou, 42e année, t. XXIV, 2e livraison, août 1900, p. 81-89 [tiré à part, Vannes, Lafolye, 1900, in-8°, 11 p., Fougères, imprimerie Moderne, 1919, in-12°, 16.]

8 Il aura comme élève le jeune Louis Duchesne (1843-1922) originaire de Saint-Servan et promis à une brillante carrière.

9 Paul Jausions (mort à Vincenens, États-Unis, le 9 septembre 1870) était le fils unique d'Ambroise- Julien Jausions (mort en 1859). Ce dernier était lui-même le fils d'un Jausions venu du Quercy et de Jeanne-Augustine Vatar, descendante de la célèbre lignée des imprimeurs établis à Rennes depuis le Plaine Jean-Louis, « Dom François Plaine, religieux bénédictin de Silos (Espagne) », Revue de Bretagne, de Vendée et d'Anjou, 42e année, t. XXIV, 2e livraison, août 1900, p. 81-89 [tiré à part, Vannes, Lafolye, 1900, in-8°, 11 p., Fougères, imprimerie Moderne, 1919, in-12°, 16.]

10 Archives de Solesmes. Il s'agit plus précisément de la première lettre connue.

11 Paul Delatte, Dom Guéranger abbé de Solesmes, Solesmes, 1984, 2e édition, in-8°, 946 p. [1e éd., Paris, 1909] ; A. Guépin, Solesmes et Dom Guéranger, Le Mans, E. Monnoyer, 1876, in-18, IX-201 p. ; Paul Piolin, « Dom Prosper-Louis-Pascal Guéranger (1805-1875) », Illustrations et Célébrités du xixe siècle, 3e série, Paris, Bloud et Barrai, 1884, in-8°, p. 21 -81 ; Louis Soltner, Solesmes et Dom Guéranger (1805-1875), Solesmes, 1974, in-8°.

12 Archives de Solesmes : « Votre vie ne m'a pas paru aussi dure et austère que je me l'étais figurée » écrit-il.

13 L'édifice actuel vient d'être totalement reconstruit par Dom Jules Mellet (né en 1846, architecte diocésain de Rennes, profes en 1886).

14 Archives de Ligugé, dossier F. Plaine, carnet, p. 43 [foliotée p. 99] ; fiche É. Augouard.

15 A. Houtin, 1899, op. cit., p. 206-207. La formule couramment employée « un savant bénédictin » l'impatientait. Il ne souffrait pas non plus qu'on définît le moine un homme de prière et d'étude. La conjonction était pour lui équivoque.

16 P. Piolin, 1884, op. cit., p. 65 : « Le moine bénédictin, comme les autres religieux, remplit parfaitement le but de sa vocation sans se signaler par des travaux littéraires ; mais s'il joint ce service à ceux qu'il rend par sa vie de prière et de mortification, les Souverains Pontifes, les docteurs et les saints proclament hautement qu'il unit les mérites de l'apostolat à ceux de la vie contemplative. Utiles dans tous les temps, les travaux des cénobites le sont plus encore à une époque comme la nôtre. »

17 II meurt le 12 avril 1900, trois mois avant Plaine avec qui il entretient une fidèle correspondance.

18 Archives de Ligugé, dossier F. Plaine, carnet, p. 43 [foliotée p. 99] ; fiche E. Augouard. « Pour son frère Jean-Louis, François s'était fait remarquer par son esprit de pénitence et de mortification. Il était, au sujet de la régularité, d'une exigence qui aurait pu parfois passer pour exagérée. »

19 Louis Baunard, Histoire du Cardinal Pie, évêque de Poitiers, Poitiers, H. Oudin, Paris, H. Oudin et Poussièlgue frères, 1886, 2e édition, t. I, p. 270-272, 429.

20 Archives de Ligugé, dossier F. Plaine, fiche É. Augouard.

21 Idem, fiche anonyme sans date, chronique de Ligugé.

22 Archives de Solesmes.

23 Stéphanie Straëbler, Les expulsions des congrégations religieuses dans la Vienne de 1880 à 1905, mémoire de DEA d'Histoire du Droit, Université de Poitiers, 1997, p. 31

24 D'origine très ancienne, l'abbaye de Silos est restaurée au début du xe siècle par Fernand Gonzalez, premier comte de Castille, puis par saint Dominique, mort en 1073 et qui devient son patron. L'abbaye partiellement romane et reconstruite au xviiie siècle, vidée de ses occupants chassés en 1835, est restaurée grâce au Comité du denier des expulsés de France sous la direction de Dom Jean-Baptiste Gibbal, ancien ingénieur civil envoyé de Marseille ; elle compte cinq moines en 1880, six l'année suivante, une trentaine en 1885, Dom Guépin étant le père abbé. L'église est reconstruite à la fin du xixe siècle par J. Mellet.

25 Son frère Michel meurt le 11 août 1884, ses sœurs Joséphine et Marie-Louise décèdent respectivement le 1er février 1885 et le 10 décembre.

26 F. Plaine, « Vita S. Petri Oxomensis episcopi in Hispania ab anonymo suppari conscripta. Edita studio et opera », Analecta Bollandiana, t. IV, 1885, p. 10-29 ; lettre de F. Plaine à son frère Michel, 16- 18 septembre 1883, archives Urbain Plaine, Bédée.

27 Archives de Ligugé, dossier F. Plaine, carnet, p. 42 [foliotée p. 98).

28 Jean-Louis Plaine a hérité de l'abbé Marie-Jacques Guitton, mort le 20 janvier 1883 et fondateur de la Maison Saint-Philippe de Néri, l'importante propriété sise au 12 rue des Dames dans cette ville. Victorieux des héritiers du sang devant la justice civile, l'abbé Plaine est alors attaqué par l'archevêché arguant qu'il s'agissait d'un fidéicommis, et différentes péripéties le mettent aux prises avec Charles-Philippe Place (1813-1893, archevêque de Rennes en 1878) représenté par l'abbé Pierre Hamard (1847-1918) Ce dernier, auteur de plusieurs ouvrages scientifiques dont certains font l'objet de comptes rendus par F. Plaine, est nommé autoritairement sous-supérieur de l'Oratoire et administrateur temporel des valeurs de J.-L. Plaine, alors frappé d'interdit pour désobéissance et qui fait appel de la décision de son supérieur en Cour de Rome. La presse rennaise puis nationale et le polémiste d'extrême-droite Édouard Drumont (1844-1917) s'emparent de cette histoire qui scandalise le diocèse de Rennes pendant des années, jusqu'à la mort de Place le 14 mars 1893.

29 Semaine religieuse du Diocèse de Rennes, 36e année, n° 41, 14 juillet 1900, p. 676 ; « Dom François Plaine », Semaine religieuse du Diocèse de Rennes, 36e année, n° 42, 21 juillet 1900, p. 695-696 ; Pierdait Jean-Louis, « Dom Plaine », Vérité française, 17 juillet 1900 [repris dans L'Univers et Le Monde, mercredi 18 juillet 1900, n° 11841, p. 3] ; Bulletin de la Société archéologique du Finistère, t. XXVII, 26 juillet 1900, p.-v., p. XLII ; [Thomas, Alexandre], « Nécrologie - Dom Plaine », La Semaine religieuse du Diocèse de Quimper et de Léon, 15e année, n° 30, 27 juillet 1900, p. 547 ; Boletin [...] de Silos, 2e année, n° 10, août 1900, 2e de couverture, p. 286 ; La Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 33e année, n° 31, 4 août 1900, p. 496 ; Polybiblion, 2e série, t. LIII (XCIe de la collection), juin 1901, p. 549.

30 F. Cabrol, 1889, op. cit., p. 171-183 ; Joseph-Réginald Biron, Bibliographie des Bénédictins de la Congrégation de France par des Pères de la même Congrégation, nlle éd., Paris, H. Champion, 1906, in-8°, p. 131-138.

31 F. Plaine, « Les prétendues terreurs de l'an mille », Revue des Questions historiques, 7e année, t. XIII, livraison du 1er janvier 1873, p. 145-164.

32 Dominique Barthélemy, La mutation de l'an mil a-t-elle eu lieu ? Servage et chevalerie dans la France des xe et xie siècles, Paris, A. Fayard, 1997, p. 303-304 ; idem. L'an mil et la paix de Dieu. La France chréttienne et féodale 980-1060, Paris, A. Fayard, 1999, p. 139 ; Gouguenheim Sylvain, Les fausses terreurs de l'an mil. Attente de la fin des temps ou approfondissement de la foi ?, Paris, Picard, 1999, p. 40.

33 François Chamard. Les vies des saints personnages de l'Anjou, Paris, Lecoffre, Angers, Cosnier, 1863, t. II, in-12°, 562 p.

34 Cf. la contribution de Michel Denis dans les mêmes Actes.

35 Archives du diocèse de Blois, 1X6 ; lettre de Plaine à Guéranger, 14 juillet 1865, archives de Solesmes.

36 Lettre de Plaine à Guéranger, 23 août 1865, archives de Solesmes.

37 F. Plaine, « Charles de Blois et le comte de Montfort. Recherches et éclaircissements sur le débat de la succession au duché de Bretagne (1341-1364) », Revue de Bretagne et de Vendée, 14e année, 3e série, t. VIII (XXVIIIe de la collection), 3e livraison, septembre 1870, p. 169-180.

38 F. Plaine, « Critique historique de l'autorité de Froissard comme historien des guerres de Bretagne au XIV siècle, 1341-1364 », Revue de Bretagne et de Vendée, 15e année, 3e série, t. IX (XXIXe de la collection), janvier 1871, p. 5-32, février 1871, p. 119-136 ; idem, « Charles de Blois, duc de Bretagne, et ses accusateurs anciens et modernes », Revue des Questions historiques, 6e année, t. XI, livraison du 1er janvier 1872, p. 41-90 ; Eugène Hucher, « Polémique. Des monnaies de Charles de Blois, duc de Bretagne. Réponse à Dom François Plaine », Revue des Questions historiques, 7e année, t. XII, livraison du 1er octobre 1872, p. 478-489 ; « Charles de Blois. Réplique de Dom Plaine », Revue des Questions historiques, 7e année, t. XII, livraison du 1er octobre 1872, p. 490-493.

39 F. Plaine, « Le siège de Rennes par les Anglais (3 octobre 1356-4 juillet 1357). Authenticité du prodige de la mine de Saint-Sauveur », Revue de Bretagne et de Vendée, 15e année, 3e série, t. X (XXXe de la collection), juillet 1871, p. 5-28 ; idem, « Le siège de Rennes par les Anglais. Authenticité de la délivrance de Rennes en 1357 par l'intervention miraculeuse de la Vierge de Saint-Sauveur », Revue de Bretagne et de Vendée, 15e année, 3e série, t. X (XXXe de la collection), août 1871, p. 93- 110 ; idem, Histoire du culte de la Sainte Vierge dans la ville de Rennes, ancienne capitale de la Bretagne. Ouvrage composé sur les documents originaux pour la plupart inédits, Rennes, imprimerie H. Vatar, 1872, in-12°, XVI, 380 p.

40 Lettre de Plaine à Piolin, 22 juin 1871, archives de Solesmes.

41 A. de B. [Anatole de Barthélemy], Revue des Questions historiques, 6e année, t. XI, 1872, p. 590.

42 F. Plaine, « Études hagiographiques. Le Bienheureux Charles de Blois Duc de Bretagne », Revue de Bretagne et de Vendée, 16e année, 4e série, t. II (XXXIe de la collection), 1re livraison, janvier 1872, p. 5-31 ; idem, « Essai historique sur le culte du Bienheureux Charles de Blois Duc de Bretagne », Revue de Bretagne et de Vendée, 16e année, 4e série, t. II (XXXIe de la collection), 2e livraison, février 1872, p. 89-110 ; idem, « Charles de Blois, duc de Bretagne, et ses accusateurs anciens et modernes », Revue des Questions historiques, 6e année, t. XI, livraison du 1er janvier 1872, p. 41-90.

43 Revue de Bretagne et de Vendée, 18e année, 4e série, t. V (XXXVe de la collection), 1re livraison, janvier 1874, p.-v., p. 78.

44 F. Plaine, « Le sanctuaire de N.-D. de Bon-Secours (Guingamp) et le B. Charles de Blois, duc de Bretagne », Semaine religieuse du Diocèse de Saint-Brieuc, n° 32, 19 juin 1874, p. 382-385 ; idem, « Le pourpoint du B. Charles de Blois, duc de Bretagne », Revue de l'Art chrétien, 17e année, 2e série, t. I (XVIIIe de la collection), [octobre ?] 1874, p. 347-352 ; idem, « Le Bienheureux Charles de Blois, Duc de Bretagne, Protecteur des Arts au quatorzième siècle », Revue de l'Art chrétien, 18e année, 2e série, t. II (XIXe de la collection), [mars-avril] 1875, p. 274-291 ; idem, « La journée de la Roche-Derrien (18 juin 1347), d'après des documents inédits ou peu connus », Association bretonne, Agriculture, Archéologie, Comptes-Rendus, Procès-Verbaux, Mémoires, 18e session, tenue à Guingamp en [septembre] 1875, [Saint-Brieuc, L. Prud'homme, 1876], p. 239-259.

45 F. Plaine, « La journée d'Auray d'après quelques documents nouveaux », Association bretonne, Agriculture, Archéologie, Comptes-Rendus, Procès-Verbaux, Mémoires, 17e session, tenue à Vannes en [septembre] 1874 [Saint-Brieuc, L. Prud'homme, 1875], p. 83-102.

46 F. Plaine, « La Guerre de la Succession de la Bretagne (1341-1365), d'après des sources inédites », Revue historique de l'Ouest, t. I, Notices, 1re année, septembre 1885, p. 145-163, novembre 1885, p. 299-304, t. II, Notices, 2e année, janvier 1886, p. 305-323, mars 1886, p. 516-520, t. II, Documents, 2e année, juillet 1886, p. 99-122 ; idem, « Réponse à M. de La Borderie au sujet de la Guerre de Succession de Bretagne », et Arthur de La Borderie, « Observations sur la réponse du R. P. Plaine », Revue de Bretagne et de Vendée, 29e année, 6e série, t. VIII (LVIIIe de la collection), 6e livraison, décembre 1885, p. 476-492.

47 Siméon Luce, Chroniques de J. Froissart, Paris, Société de l'Histoire de France, 1869-1878, 7 vol. ; Plaine, F., Bibliographie catholique, t. LVIII, n° 5, novembre 1878, p. 323-327.

48 F. Plaine, Histoire du Bienheureux Charles de Blois, dans Sérent, Antoine de [édit.], Monuments du procès de canonisation du bienheureux Charles de Blois, duc de Bretagne (1320-1364), Saint-Brieuc, René Prud'homme, 1921, p. 457-753 ; archives diocésaines de Blois, 1 X 9.

49 A. Guépin, 1904, op. cit., p. 199-208 ; Archivio Segreto Vaticano, Archivio Congre. SS. Rituum : Processi Beatificationis et Canonizationis. Processus 4489, Proc. ap. Briocen. S. cultuimmen. 1894- 1896 : Blesen. seu. Briocen. Ven. Caroli de Blesisprocessus apostolici Briocis habiti transumptum, fol. 95-96, 229-248 ; idem. Processus 4490, Proc. ap. Blesen. S. cultu immen. 1894-1895 : Blesen. seu. Briocen. Beatificationis et Canonizationis Ven. Servi Dei Caroli de Blesis Ducis Britanniae Beati nun- cupati. Processus super casu excepto Apostolica auctoritate Blesis constructus, fol. 281 -332, 343-345 [copie, archives diocésaines de Blois, 1 X 10 à 1 X 15].

50 F. Plaine, « Essai historique sur les origines et les vicissitudes de l'imprimerie en Bretagne », Revue de Bretagne et de Vendée, 19e année, 4e série, t. VIII (XXXVIIIe de la collection), 4e livraison, octobre 1875, p. 241-258, 5e livraison, novembre 1875, p. 354-371, 6e livraison, décembre 1875, p. 458-465.

51 Bulletin de la Société archéologique du Finistère, t. XI, séance du 27 décembre 1884, p.-v., p. 114 ; « Notice sur l'ancien couvent des Franciscains de Quimper découverte par Dom Plaine », BSAF, t. XII, [décembre 1884] 1885, p. 3-44.

52 F. Plaine, « Grallon le Grand, roi des Bretons d'Armorique, et son rôle devant l'histoire et l'hagiographie, 480-520 ( ?) », Revue historique de l'Ouest, t. IX, Notices, 9e année,7e livraison, 1893, p. 701- 729 ; idem, « Saint Salomon, roi de Bretagne et martyr, 25 juin 874 », Revue historique de l'Ouest, t. XI, Notices, 11e année, 8e livraison, [août] 1895, p. 507-537, 9e livraison, [septembre] 1895, p. 602-636.

53 F. Plaine, « Éclaircissements sur la Passion de sainte Ursule, principalement sur sa date. 21 oct. 392-407 », La Science catholique. Revue des Questions sacrées et profanes, 8e année, 8e livraison, 15 juillet 1894, p. 688-709.

54 Albert Poncelet, « Bulletin des publications hagiographiques », Analecta Bollandiana, t. XVI, 1897, p. 98-99.

55 F. Plaine, « La colonisation de l'Armorique par les Bretons insulaires. Sa vraie date (fin du ive siècle) et son caractère spécifique », Compte rendu du quatrième Congrès scientifique international des catholiques à Fribourg (Suisse) du 16 au 20 août 1897, 5e section. Sciences historiques, Fribourg (Suisse), imprimerie et librairie de l'Œuvre de Saint-Paul, 1898, in-8°, p. 65-96.

56 Joseph Loth, L'émigration bretonne en Armorique du V au VIIe siècle de notre ère, Paris, A. Picard, 1883, in-8°, 260 p.

57 Ferdinand Lot, « Bibliographie », Bibliothèque de l'École des Chartes, t. LXI, 1900, p. 547-549.

58 Bibliothèque municipale de Dinan, fonds Augustin Lemassone.

59 Bernard Merdrignac, « Plaine (Dom François) », dans Michel Lagrée (dir.), Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, 3, La Bretagne, Paris, Beauchesne, Rennes, Institut culturel de Bretagne, in-8°, 1990, p. 343-344.

60 F. Plaine, « Les invasions des Normands en Armorique et la translation générale des saints bretons », BSAF, t. XXVI, (mars] 1899, p. 209-238, 310-335.

61 Lettre de Plaine à Guéranger, 24 octobre 1866, archives de Solesmes.

62 F. Plaine, « Les origines et les vicissitudes du calendrier du Bréviaire romain », Revue du Monde catholique. Recueil scientifique, historique et littéraire, 30e année, t. CIII (XXIIIe de la 4e série), 1er août 1890, p. 234-249 ; 1er septembre 1890, 401-418 ; t. CIV (XXIVe de la 4e série), 1er octobre 1890, p. 26-55 ; idem, « Les origines du Bréviaire romain et sa plus ancienne forme », La Science catholique. Revue des Questions sacrées et profanes, 9e année, 3e livraison, 15 février 1895,p. 193-215 ; idem, « [Le Commun des saints du Bréviaire et du Missel romains brièvement commentés. Chapitre troisième] Le Commun d'un Martyr », Le Prêtre, 6e année, n° 31, 3 octobre 1895, p. 723-731, n° 34, 24 octobre 1895, p. 801-806, n° 36, 7 novembre 1895, p. 851-858, n° 43, 26 décembre 1895, p. 1062-1070, n° 46, 16 janvier 1896, p. 1169-1179, n° 52, 27 février 1896, p. 1362-1363.

63 Association bretonne. Agriculture, Archéologie, 18e session, tenue à Guingamp en 1875. Comptes- rendus, procès-verbaux, mémoires [Saint-Brieuc, L. Prud'homme, 1876], p.-v., p. 26.

64 F. Plaine, « Acta Sanctorum Britanniœ Armorient ou Vies des Saints de la Bretagne Armorique, d'après les documents les plus anciens (texte latin) avec un double Appendice sur les Saints du même pays, qui n'ont ni Actes ni Légendes, et sur les pèlerinages les plus fréquentés de cette Province », Association bretonne, Agriculture, Archéologie, Comptes-Rendus, Procès-Verbaux, Mémoires, 18e session, tenue à Guingamp en septembre 1875, [Saint-Brieuc, L. Prud'homme, 1876], p. 300-308.

65 Pour Dom Plaine, le mauriste n'avait admis qu'un trop petit nombre des Actes des saints bretons « surtout si l'on considère que le rôle historique rempli chez nous par les représentants de la sainteté atteint souvent des proportions considérables... leur biographie a donné lieu à la critique de soulever nombre de problèmes restés jusqu'à présent sans solution » : Archives de la Société des bollandistes, Bruxelles, Ms. Boll. 759-5.

66 Archives de la Société des bollandistes, Bruxelles, Ms. Boll. 759-5.

67 F. Plaine, « Le Bienheureux Robert d'Arbrissel, Prédicateur Apostolique et Fondateur de l'Ordre de Fontevrault (1050-1117) », Association bretonne, Agriculture, Archéologie, Comptes-rendus, Procès- Verbaux, Mémoires, 19e session, tenue à Vitré en [septembre] 1876 [Saint-Brieuc, L. Prud'homme, 1877], p. 58, n. 8.

68 Archives du Manoir de Kernault, Mellac, Inv. L. V. 34.7.

69 Lettre de Plaine à De Buck, 30 juin 1877, Archives de la Société des bollandistes, Bruxelles, Ms. Boll. 759 - 5.

70 F. Plaine, « Introduction aux Acta Sanctorum Armoricœ seu Britanniœ Minoris et spécialement aux Acta septern sanctorum hujusprovinciœ », Association bretonne. Classe d'Archéologie, Comptes-rendus, Procès-Verbaux, Mémoires, 22e session, tenue à Landerneau en [septembre] 1879 [Saint-Brieuc, L. Prud'homme, 1880], p. 72-97 ; Jean-Yves Guiomar, Le bretonisme. Les historiens bretons au xixe siècle, Archives historiques de Bretagne, 3, Mayenne, 1987, p. 237-240.

71 F. Plaine, Vie de Saint-Maurice (de Loudéac), abbé de Langonnet et de Carnoët (1113-1191), Quimperlé, imprimerie Th. Clairet, 1880, in-18°, 73 p. [Cabrol F., 1889, op. cit., p. 176, signale une traduction bretonne de cet ouvrage] ; idem, « Duplex Vita inedita S. Mauritii, Abbatis Carnoetensis Ordinis Cisterciensis 1114-1191 », Studien und Mittheilungen aus dem Benedectiner und dem Cistercienser Orden, 7e année, 1886, t. I, fasc. 2, p. 375-393, t. II, fasc. 1, p. 157-164 ; idem, « Note sur les Sept Saints de Bretagne », Revue de l'Art chrétien, 25e année, 2e série, t. XV (XXXIIe de la collection), octobre-décembre 1881, p. 430-437.

72 F. Plaine, « Vita sancti Pauli episcopi Leonensis in Britannia Minori auctore Wormonoco edita studio et opera R P. Dom. Fr. Plaine, O. S. B. », Analecta Bollandiana, t. I, 1882, p. 208-258.

73 Bernard Joassart, « Les origines des Analecta Bollandiana », Analecta Bollandiana, t. 112, 1994, fasc. 1-2, p. 139-158.

74 Bidletin archéologique de l'Association bretonne publié par la Classe d'Archéologie, 3e série, t. II, 23e session du Congrès Breton tenue à Châteaubriant en 1882 [Saint-Brieuc, L. Prud'homme, 1883], séance du 5 septembre 1882, p.-v., p. xxv ; Oheix R., Revue de Bretagne et de Vendée, 26e année, 6e série, t. II (LIIe de la collection), 4e livraison, octobre 1882, p. 325-327 ; La Borderie A. de, Histoire de Bretagne, Rennes, 1905, 1.1, p. 343.

75 F. Plaine, « Saint Gohard, Évêque de Nantes et ses compagnons martyrs. Vie, passion et culte », Bulletin archéologique de l'Association bretonne publié par la Classe d'Archéologie, 3e série, t. II, 25e session du Congrès Breton tenue à Châteaubriant en [septembre] 1882 [Saint-Brieuc, L. Prud'homme, 1883], p. 78-90.

76 F. Plaine, « Vita S. Brioci episcopi et confessoris ab anonymo suppari conscripta edita studio et opera R. P. Dom. Fr. Plaine. O. S. B. », Analecta Bollandiana, t. II, 1883, p. 161-190.

77 René Couffon, « Essai critique sur la Vita Brioci », MSHAB, t. XLVIII, 1968, p. 5-14 ; Duine F., Mémento des sources hagiographiques de l'histoire de Bretagne. Première partie. Les fondateurs et les primitifs (du Ve au Xe siècle), Rennes, L. Bahon-Rault, 1918, in-8°, p. 84-86.

78 F. Plaine, « Vita S. Mevenni abbatis et confessoris in Britannia Armoricana (520 ?-638) ab anonymo fere suppari conscripta. Nunc primum edita studio et opera R. P. Dom. Fr. Plaine O. S. B. Appendix. Excerpta ex vita inedita S. Judicaeli S. Mevenni discipuli », Analecta Bollandiana, t. III, 1884, p. 141-158

79 Lettre de Plaine à de Smedt, 20 janvier 1884, Archives de la Société des bollandistes, Bruxelles, Ms. Boll. 207 bis

80 F. Plaine, « Vie inédite de saint Malo évêque d'Aleth (510-621 ?) par saint Bili, évêque de Vannes et martyr. Texte latin avec prolégomènes et notes en français », Bulletin de la Société archéologique du Département d'Ille-et-Vilaine, t. XVI/2, 1884, p. 137-264 [tiré à part, F. Plaine, Vie inédite de saint Malo, écrite au ixe siècle par Bili, publiée avec notes et prolégomènes. La Borderie, A. de. Autre vie de saint Malo écrite au IXe siècle par un anonyme publiée avec notes et observations. Rennes, J. Plihon, 1884, in-8°, 177 p.].

81 F. Plaine, Vie de saint Malo, évêque d'Alet (Saint-Malo), Rennes, J. Plihon et L. Hervé, 1885, in- 18, VIII-219 p. ; idem, « Un poète armoricain des VIIIe ou IXe siècles. Texte de la vie de Saint Malo en vers latins rimés », Revue historique de l'Ouest, t. XII, Documents, 12e année, 8e livraison, [août] 1896, p. 177-192.

82 Arthur du Chêne, « Étude sur les anciennes vies de saint Malo », Nantes, V. Forest et É. Grimaud, 1885, in-8°, 59 p. ; Louis Duchesne, « La vie de saint Malo, étude critique », Revue celtique, t. XI, 1890, p. 1-22.

83 F. Lot, Mélanges d'histoire bretonne (vie-xie siècle), Paris, H. Champion, 1907, in-8°, p. 332-334 ; Gwenaël Le Duc, « Vie de saint Malo, évêque d'Alet. Version écrite par le diacre Bili (fin du ixe siècle). Textes latin et anglo-saxon avec traductions françaises », Les Dossiers du Centre régional archéologique d'Alet, B, 1979, p. VIII.

84 F. Plaine, « Esquisses d'une histoire littéraire de la Cornouaille et du Léon », BSAF, t. XI, séance du 28 février 1884, p.-v., p. 22-26.

85 F. Plaine, « De vita et gestis B. Roberti Arbrissellensis Ordinis fotitis Ebraldi sub Régula S. Benedicti fundatoris, compendiosa disquisitio », Studien und Mittheilungen aus dem Benedectiner und dem Cistercienser Orden, 6e année, 1885. t. II, fasc. 3, 1885, p. 64-78.

86 F. Plaine, « Vie inédite de Saint Corentin, écrite au ixe siècle par un anonyme de Quimper », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, t. XIII, [25 février] 1886, p. 63-80, 117-172.

87 A. Thomas, Saint Corentin. Histoire de sa vie et de son culte, Quimper, A. de Kerangal, 1887, in-8°, 336 p.

88 André Oheix, et Ethel C. Fawtier-Jones, « La "Vita" ancienne de saint Corentin », Mémoires de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Bretagne, 1925/1, p. 1-56 ; Largillière René, « Saint Corentin et ses vies latines à propos d'une publication récente », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, t. LU, 1925, p. 86-108.

89 Hippolyte Le Gouvello, Vie et martyre de saint Méréal ou Méloir, prince de Cornouaille, patron de plusieurs paroisses bretonnes, Redon, Chauvin, 1879, in-18°, IV-47 p. ; Plaine F., Revue de Bretagne et de Vendée, 24e année, 5e série, t. VII (XLLVIIe de la collection), 2e livraison, février 1880, p. 160- 161 ; idem, « Le martyr breton S. Melor et son ancien culte à Meaux », Revue de Champagne et de Brie, 14e année, 2e série, t. I, mai 1889, p. 322-338 ; idem, « Vita inedita S. Melori marytis in Britannia Minori ab anonymo suppari, ut videtur, conscripta. Prodit cura et opéra R. P. Domni Francisci Plaine, O. S. B. », Analecta Bollandiana, t. V, 1886, p. 165-176.

90 André-Yves Bourgès, Le dossier hagiographique de saint Melar. Textes, traduction, commentaires, Britannia monastica, t. V, 1997.

91 Lettre de Plaine à Hersart de La Villemarqué, 30 octobre 1887, archives du Manoir de Kernault, Mellac, Inv. L. V. 17.103.

92 Pierre Flobert, La vie ancienne de Saint Samson de Dol. Texte édité, traduit et commenté, Paris, CNRS Éditions, 1997, in-8° ; B. Merdrignac, « La première Vie de saint Samson : étude chronologique », Studia monastica, t. XXX/2, 1988, p. 243-284.

93 F. Plaine, « Vita antiqua sancti Samsonis Dolensis episcopi edidit R. P. Dom. Fr. Plaine, O. S. B. », Analecta Bollandiana, t. VI, 1887, p. 77-150 ; idem, La très ancienne vie inédite de S. Samson, premier évêque de Dol en Bretagne. Texte latin publié avec prolégomènes et éclaircissements en français, Paris, Bray et Rétaux, 1887, in-8°, XXXV-74 p.

94 F. Plaine, « Vie inédite de saint Ronan, traduite du latin avec prolégomènes et éclaircissements », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, t. XVI, 1889, p. 263-318.

95 Hubert Guillotel, « Sainte-Croix de Quimperlé et Locronan », Saint Ronan et la Troménie. Actes du colloque international 28-30 avril 1989, Bannalec, 1995, p. 183-188 ; B. Merdrignac, Saint Ronan et sa vie latine dans Saint Ronan et la Troménie. Actes du colloque international 28-30 avril 1989, Bannalec, 1995, p. 155.

96 Lettre de Plaine à de Smedt, 24 octobre 1889, Archives de la Société des bollandistes, Bruxelles, Ms. Boll. 207 bis.

97 Catalogus Codicum hagiographicorum latinarum antiquorum saeculo xvi qui asservantur in Bibliotheca nationali Parisiensi, Bruxelles-Paris, t. I, 1889, p. 438-458.

98 F. Plaine, « S. Maglorii Dolensis episcopi prima translatio cum apperulice de S. Sulino abbate edidit R P D. Franciscus Beda Plaine, O. S. B. », Analecta Bollandiana, t. VIII, 1889, p. 370-381 ; A de La Borderie, « Les Miracles de saint Magloire ; texte latin et français avec notes et commentaire historique », Mémoires de la Société historique et archéologique des Côtes-du-Nord, 2e série, t. IV, 1891, p. 224-363.

99 F. Plaine, « Vie inédite de saint Goulven évêque de Saint-Pol-de-Léon (550 ?-614 ?). Traduite du latin avec prolégomènes et éclaircissements », BSAF, t. XVII, [novembre 1889] 1890, p. 24-33, 77-100 ; A. de La Borderie, « Saint Goulven. Texte de sa vie ancienne et inédite avec notes et commentaire historique », Bulletin de la Société d'Émulation des Côtes-du-Nord, t. XXIX, 1892, p. 214-250.

100 A. Thomas, Saint Pol-Aurélien et ses premiers successeurs, Quimper, A. de Kérangal, 1890, in-8°, p. 252-253.

101 L. Duchesne, Bulletin critique, t. XII, 1891, p. 417.

102 F. Plaine, « La vie syriaque de saint Alexis et l'authenticité substantielle de sa vie latine », Revue des Questions historiques, 26e année, nlle série, t. VII (LIe de la collection), livraison du 1er avril 1892, p. 560-576 ; A. Poncelet, « Bulletin des publications hagiographiques », Analecta Bollandiarut, t. XI, 1892, p. 473 ; Félix Robiou, « Une question de critique hagiographique », Revue des Questions historiques, 27' année, t. IX (LUI® de la collection), livraison du 1er avril 1893, p. 545-550.

103 Archives de Ligugé, dossier F. Plaine, carnet, p. 42 [foliotée p. 98].

104 Lettre de Plaine à Cabrol, 8 décembre 1892, archives de Solesmes.

105 F. Plaine, « Notice sur la vie et le culte de saint Édern », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, t. XIX, 1892, p. 200-215.

106 F. Plaine, « Jeanne de Penthièvre Duchesse de Bretagne et Jeanne de Flandre Comtesse de Montfort. Étude biographique et critique », Mémoires lie la Société archéologique et historique des Côtes-du-Nord, t. VI, 1874 [volume publié en 1878], p. 1-46.

107 F. Plaine, « Étude comparative des trois vies latines de saint Melaine, évêque de Rennes », Revue historique de l'Ouest, t. VIII, Notices, 8e année, 1er livraison, [janvier] 1892, p. 74-88.

108 Joseph-Claude Poulin, Sources hagiographiques de la Gaule (SHG) III : les dossiers des saints Melaine, Conwoion et Mervé (Province de Bretagne), dans Heinzelmann, Martin, Manuscrits hagiographiques et travail des hagiographes, Sigmaringen, J. Thorbecke Verlag, 1992, p. 119-160.

109 « Bulletin des publications hagiographiques », Analecta Bollandiana, t. XIII, 1894, p. 179.

110 F. Plaine, « Saint Hervé, sa vie et son culte, avec le texte latin de sa vie ancienne », Revue historique de l'Ouest, t. IX, Notices, 9e année, 1er livraison, [janvier] 1893, p. 67-90, 3e livraison, [mars] 1893, p. 339-382.

111 A. de La Borderie, « Saint Hervé. Vie latine ancienne et inédite publiée avec notes et commentaire historique », Bulletin de la Société d'Émulation des Côtes-du-Nord, t. XXIX, 1892, p. 251-304.

112 F. Plaine, « Recherches sur les origines littéraires de l'ancienne province de Bretagne, ve-xie siècle », Revue historique de l'Ouest, t. V, Notices, 5e année, 6e livraison, [novembre] 1889, p. 591-601, t. VI, Notices, 6e année, 1er livraison, [janvier] 1890, p. 50-57, 3e livraison [mars] 1890, p. 278-285, 4e livraison, [juillet] 1890, p. 418-426, 6e livraison [novembre] 1890, p. 687-698, t. VII, Notices, 7e année, T livraison, [mars] 1891, p. 198-216 ; idem, « Sainte Osmanne patronne de Féricy en Brie », Revue de Champagne et de Brie, t. IV, 17e année, 2e série, mars 1892, p. 161-189 ; « Bulletin des publications hagiographiques », Analecta Bollandiana, t. XII, 1893, p. 79-82, 304, 308-312, 314.

113 Revue de Bretagne, de Vendée et d'Anjou, t. X, 1er livraison, juillet 1893, p. 14-18.

114 Lettre de Plaine à Pothier, 14 juillet 1893, archives de Saint-Wandrille, 1 T 106.

115 F Plaine., « Le missel de Saint-Vougay en Bretagne (manuscrit du xe ou xie siècle) », Revue de l'Art chrétien, 20e année, 2e série, t. VI (XXIIIe de la collection), 2e livraison, avril-juin 1877, p. 257- 272, 1 pl. h. t.

116 Lettre de Plaine à De Smedt [ ?], 9 août 1893, archives de Saint-Wandrille, 1 T 106. « Comme les pages de la dernière livraison des Analecta Bollandiana, où j'étais si mal mené, ont été reproduites dans une revue Bretonne, qui est à la merci de M. de La Borderie [...], vous avez de la sorte doublement nui à mon honneur et à la vérité. Aussi mes Supérieurs ont-ils cru de mon devoir de demander réparation à votre impartialité par l'insertion de la présente lettre moins la postscription dans votre prochain numéro. Je pourrais à cet effet réfuter une ou chacune de vos assertions, car il en est bien peu, qui soient fondées. Mais vous récuseriez mon argumentation : car en pareille matière on peut fort souvent soutenir le pour ou le contre. Aussi je me bornerai à signaler trois points au sujet desquels l'erreur est manifeste... »

117 A. de La Borderie, Cartulaire de l'abbaye de Landévennec publié pour la Société archéologique du Finistère. Première livraison. Texte du cartulaire, avec notes et variantes. Rennes, Ch. Catel et Cie, 1888, in-8°, 218 p. ; René-François Le Men, et Émile Ernault, Documents inédits de l'histoire de France. Cartulaire de Landévennec. Mélanges historiques, t. V, Paris, 1886, p. 535-577.

118 BSAF, t. XX, séance du 30 novembre 1893, p.-v., p. XLVII-XLIX.

119 Lettre de Plaine à Hersart de La Villemarqué, 24 février 1894, archives du Manoir de Kernault, Mellac, Inv. L. v. 11.74.

120 F. Plaine, « Saint Cado le Sage. Fondateur de Lancarvan (Pays de Galles) et de Belz (Morbihan). Évêque de Bénévent (Italie) et martyr 24 janvier 543 », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, t. XXVII, [février] 1900, p. 106-131 ; idem, « Saint Alain de Corlay, évêque de Quimper (27 novembre 700 ?) », BSAF, t. XXVII, 1900, p. 166-177.

121 Duine F., 1918, op. cit., p. 81

122 Plaine F., « L'apostolat de saint Clair et les origines chrétiennes de l'Armorique », Association bretonne, Classe d’Archéologie, Comptes-Rendus, Procès-Verbaux, Mémoires, 23" session, tenue à Quintin en [septembre] 1880 [Saint-Brieuc, L. Prud'homme, 1881], p. 119-157.

123 Association bretonne, Classe dArchéologie, Comptes-Rendus, Procès-Verbaux, Mémoires, 23e session, tenue à Quintin en 1880 [Saint-Brieuc, L. Prud'homme, 1881], p.-v., p. 31.

124 Robert Oheix, « Saint Clair, premier évêque de Nantes, sa mission, son tombeau, ses reliques », Revue de Bretagne et de Vendée, 20e année, 4e série, t. IX (XXXIXe de la collection), 2e livraison, février 1876, p. 89-97, 3'' livraison, mars 1876, p. 179-187 ; idem, « Les saints inconnus », Association bretonne. Classe dArchéologie, Comptes-Rendus, Procès-Verbaux, Mémoires, 23e session, tenue à Quintin en [septembre] 1880 [Saint-Brieuc, L. Prud'homme, 1881], p. 158-186.

125 Bulletin archéologique de lAssociation bretonne publié par la Classe dArchéologie, 3e série, I, 24e session du Congrès Breton tenue à Redon en 1881 [Saint-Brieuc, L. Prud'homme, 1882], p.-v., séance du 9 septembre 1881, p. 29-30.

126 Abel Cahour, L'apostolat de saint Clair, 1e évêque de Nantes, tradition nantaise, Nantes, imprimerie de l'Ouest, 1883, in-8° ; idem, L'apostolicité de l'église de Nantes, réponse à M. de La Borderie, Nantes, imprimerie de l'Ouest, 1885, in-8° ; La Borderie A. de, « Saint Clair et les origines de l'église de Nantes suivant la véritable tradition nantaise, réponse à M. l'abbé Cahour », Revue de Bretagne et de Vendée, 27e année, 6e série, t. IV (LIV° de la collection), t. V (LV de la collection), 1re livraison, janvier 1884, p. 48-73.

127 Lettre de Plaine à Cabrol, 31 octobre 1888, archives de Solesmes.

128 F. Plaine, « Quelques réflexions sur la question des maximistes et des minimistes », La Science catholique. Revue des Questions sacrées et profanes, 9e année, 5e livraison, 15 avril 1895, p. 415-425.

129 J.-Y. Guiomar, 1987, op. cit., p. 243.

130 A. Houtin, La controverse de l'apostolicité des Églises de France au xix siècle, Paris, A. Picard, in-8°, 3e édition, 1903.

131 Guiomar, J.-Y., 1987, op. cit., p. 222-224.

132 Archives de Ligugé

133 F. Plaine, « Les origines de la foi dans les Gaules », Revue du Monde catholique, 32e année, t. CXIV (VIe de la 5e série), 1er mai 1893, p. 227-242.

134 F. Plaine, « Sainte Madeleine et l'authenticité de son apostolat en Provence », La Correspondance catholique, t.I, 10, 17, 24, 31 janvier 1895, p. 113-132, 180-197, 239-258 ; idem, « Remarques critiques sur une étude de M. l'abbé Duchesne intitulée "La Légende de Sainte Madeleine" », Revue du Monde catholique, 34e année, t. CXXII (VIIe de la 6e série), Ier août 1895, p. 273-290, 1er septembre 1895, p. 436-447 ; id„ « Sainte Madeleine et l'authenticité de son apostolat en Provence », La Science catholique. Revue des Questions sacrées et profanes, 10e année, 10e livraison, 15 septembre 1896, p. 961-996 ; id., « De l'authenticité des reliques de sainte Marie-Madeleine à Saint-Maximin et à Vézelay », La Science catholique. Revue des Questions sacrées et profanes, 10e année, n" 9, 15 octobre 1896, p. 1187-1189.

135 F. Plaine, « Bède (le vénérable) », Dictionnaire de la Bible contenant tous les noms de personnes, de lieux, de plantes, d'animaux mentionnés dans Us Saintes Écritures, les questions théologiques, archéologiques, scientifiques, critiques relatives à l'Ancien et au Nouveau Testament et des notices sur Us commentaires anciens et modernes, sous la direction de F. Vigouroux, prêtre de Saint-Sulpice, avec U concours d'un grand nombre de collaborateurs, t. 1 2e partie, Amald-Bythner, fasc. 6, Beck - Bigamie, col. 1538-1541, Paris, Letouzey et Ané, octobre 1894, in-4° ; idem, « Le Vénérable Bède, docteur de l'Église », Revue anglo-romaine, t. III, n° 36, [août] 1896, p. 49-96.

136 A. Poncelet, « Bulletin des publications hagiographiques », Analecta Bollandiana, t. XVI, 1897, p. 201-202.

137 Archives de Ligugé, dossier Plaine, fiche É. Augouard.

138 F. Plaine, « De l'authenticité de la mission de S. Maur en France, Etude polémique », Studien und Mittheilungen aus dem Benedectiner und dem Cistercienser Orden, 16e année, 1895, fasc. 4, p. 639- 646 ; Giry, Arthur, Le Moyen Age, 9e année, 1896, p. 62-64 ; A. Poncelet, « Bulletin des publications hagiographiques », Analecta Bollandiana, t. XV, 1896, p. 354-356 ; Berlière, Ursmer, « Bulletin d'histoire bénédictine », Revue bénédictine, t. XII, 1895, p. 324-327.

139 F. Plaine, « De concordia simul et de disarepantia Ronuini et Monastici Breviariorum Disquisitio liturgica », Studien und Mittheilungen aus dem Benedectiner und dem Cistercienser Orden, 10e année, 1889, fasc. 1, p. 52-64, fasc. 2, p. 235-243 ; idem, « De Canonis Misste Apostolicitate cum nova dicti Canonis explanatione Disquisitio Critico-Liturgica », Studien und Mittheilungen aus dem Benedectiner und dem Cistercienser Orden, 15e année, 1894, fasc. 1, p. 62-71, fasc. 2, p. 279-289, fasc. 3, p. 407- 418, fasc. 4, p. 554-561.

140 F. Plaine, La Régla de San Benito y su introducciôn en Espana, Valencia, Domenech, 1900, in-8°, 35 p.

141 Jean-Baptiste Jaugey, « Notre programme », La Science catholique. Revue des Questions religieuses, t. I, 15 décembre 1886 (1888), p. 1.

142 F. Plaine, « Quelques remarques au sujet de l'âge et de l'auteur du symbole de saint Athanase », La Science catholique. Revue des Questions sacrées et profanes, 9e année, n° 10, 15 septembre 1891, p. 940-948 ; archives de Ligugé, dossier F. Plaine, carnet, p. 42 [foliotée p. 98].

143 Le Prêtre, « Notre Programme », 15 janvier 1891, 2e année, n° 53.

144 F. Plaine, « La fête des morts du 2 novembre. Date et circonstances de son institution à Cluny et de son extension à l'Église universelle », Revue du Clergé français, 2e année, t. VIII, livraison du 1er novembre 1896, p. 432-446 ; F. Cabrol, Dictionnaire d'archéologie chrétienne et de liturgie, Paris, 1922, t. V/l, col. 1420, n. 13.

145 Bulletin de la Société bibliographique, 1870, p. 5-6.

146 F. Plaine, « Travaux récents d'hagiographie », Polybiblion, Revue bibliographique universelle, 6e année, t. X, 1re partie, septembre 1873, p. 139-144.

147 Louis Courajod, Léonard de Vinci et la statue de Francesco Sforza, Paris, Champion, 1879, in-8°, 52 p. ; F. Plaine, Polybiblion, 2e série, t. XI (XXVIIIe de la collection), février 1880, p. 129-130 ; René Lemenant des Chesnais, De la Régénération des littératures grecque et latine par le christianisme. Discours prononcé à la distribution des prix de l'Institution Join-Lambert à Rouen, le 29 juillet 1880, Paris, Auteuil, imprimerie Roussel, 1880, in-12, 16 p. ; F. Plaine, Polybiblion, 2e série, t. XII (XXIXe de la collection), novembre 1880, p. 429.

148 Bibliographie catholique. Revue critique des Ouvrages de Religion, de Philosophie, d'Histoire, de Littérature, d'Éducation, etc. destinée aux ecclésiastiques, aux pères et aux mères de famille, aux chefs d'institution et de pension des deux sexes, aux bibliothèques paroissiales.

149 L. Duchesne, Le Liber Pontificalis, texte, introduction et commentaire, Paris, E. Thorin, 1886-1892, 2 vol., in-4°, CCLXII-536 p. ; LXXVIII-650 p. ; F. Plaine, Bulletin catholique des Livres & Revues, 1re année, avril 1893, p. 12-14.

150 Brigitte Waché, Monseigneur Louis Duchesne (1843-1922), Collections de l'École française de Rome, 167, Rome, 1992, p. 65-93, 277-289.

151 Jean-Martial Besse, « Le R. P. Dom François Plaine », Bulletin de Saint Martin et Saint Benoit, 8e année, n° 10, août 1900, p. 352-354.

152 « Bulletin des publications hagiographiques », Analecta Bollandiana, t. XV, 1896, p. 84-85.

153 Un confrère, « Le R. P. Dom Plaine », Revue du Monde catholique, t. CXLVIII (IXe de la 7e série), n° 2, 15 octobre 1901, p. 191-192 [fait suite à F. Plaine, « Un chapitre inédit de la vie de saint Colomban. Le passage de ce saint à travers l'Armorique », p. 179-192].

154 Anonyme, « Chronique et bibliographie », Revue historique, 25e année, t. LXIV, I, septembre- octobre 1900, p. 452.

155 Eugène.-G. Ledos, « Chronique », Revue des Questions historiques, 35e année, nlle série, t. XXIV (LXVIIIe de la collection), livraison du 1er octobre 1900, p. 614-615.

156 Bibliothèque universitaire de Rennes 1 (droit), ms. 478, fol. 53 ; cité par B. Merdrignac, Recherches sur l'hagiographie armoricaine du viie au xve siècle, Les Dossiers du Centre régional archéologique d'Alet, H, Les saints bretons, témoins de Dieu ou témoins des hommes 1985, in-4°, p. 20.

157 A. Houtin, « Notes sur les profès de l'abbaye de Solesmes », La Province du Maine, t. XIX, 1911, p. 294-295.

158 P. Guéranger, De la monarchie pontificale, à propos du livre de Mr l'évêque de Sura, Paris, Palmé, 1870, in-8°, XI-290 p.

159 Lettre de Plaine à Guéranger, 21 mars 1870, archives de Solesmes : « Vous me permettrez de vous remercier ici de tout le bien que m'a fait votre bel ouvrage : de la Monarchie Pontificale. Romain de cœur et d'instinct dès mon enfance par la grâce de Dieu, je croyais à l'infaillibilité personnelle du pape plutôt que par entraînement de caractère que par conviction, mais après la lecture de votre admirable traité j'y crois avec la conviction la plus ferme et la plus raisonnée.

160 A. Houtin, 1899, op. cit., p. 170.

161 F. Plaine, « Le mouvement littéraire en Espagne », La Vérité, 15 septembre 1893 ; idem, « Le Congrès eucharistique de Valence (Espagne) 20, 24 novembre 1893 », La Vérité, 7 décembre 1893.

162 F. Plaine, « Polémique. Nouvelles remarques sur les homélies attribuées à saint Éloi », Revue des Questions historiques, 33e année, nlle série, t. XXI (LXVe de la collection), livraison du 1er janvier 1899, p. 235-242.

163 Michael Jones, Recueil des Actes de Charles de Blois et de Jeanne de Penthièvre, duc et duchesse de Bretagne (1341-1364) suivi des Actes de Jeanne de Penthièvre (1364-1384), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1996, in-8°, p. 19.

Table des illustrations

Légende Dom Plaine(Archives de la congrégation de Solesmes.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18488/img-1.png
Fichier image/png, 1,3M

Auteur

Docteur en histoire médiévale

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540