Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chroniqueurs et historiens de la Bretagne

 | 
Noël-Yves Tonnerre

Arthur de La Borderie (1827-1901) ou « l'histoire, science patriotique »

Michel Denis

Texte intégral

  • 1 Cité par Jean-Yves Guiomar, « LaTrinicé bénédictine. Essai sur la production du signe idéologique (...)

1Lorsqu'en 1886 on édifie à Saint-Jacut-de-la-Mer un monument en l'honneur du mauriste dom Lobineau, on ne célèbre pas seulement l'auteur de l'Histoire de Bretagne rédigée à la fin du règne de Louis XIV, on honore tout autant le « bénédictin moderne » qui prononce le discours d'inauguration, Arthur Le Moyne de La Borderie. L'évêque de Saint-Brieuc, Mgr Bouché, l'identifie au roi Arthur, « ce roi que nos Bretons ne veulent pas croire mort » : « Arthur, c'est vous ! c'est vous qui nous rendrez la Bretagne ancienne, comme nos saints l'avaient faite, comme nos pères l'ont vue1. » Cette consécration de l'historien breton, parachevée trois ans plus tard par son élection à l'Académie des inscriptions et belles-lettres, devait être durable puisque aujourd'hui encore aucun historien de la Bretagne médiévale ne peut s'abstenir de faire référence à ses travaux.

  • 2 On peut retenir particulièrement Léon Séché, « Le dernier historien de la Bretagne », Revue des de (...)
  • 3 Bernard Tanguy, Aux origines du nationalisme breton, t. 1 : Le renouveau des études bretonnes au x (...)
  • 4 Jean-Yves Guiomar, Le bretonisme. Les historiens bretons au xixe siècle, Mayenne, Soc. d'hist. et (...)

2Pourtant aucun ouvrage d'importance ne lui a été consacré, malgré l'abondance de sa production et malgré la multiplicité des notices biographiques qu'il a suscitées2 ; sur la place de son oeuvre dans l'historiographie bretonne il n'y a guère à retenir que les pages éclairantes et stimulantes que lui ont consacrées Bernard Tanguy3 puis Jean-Yves Guiomar4. Ici on ne cherchera pas à esquisser une première synthèse, on se permettra même de négliger des pans entiers de la vie et des apports de La Borderie malgré leur intérêt intrinsèque, mais on essaiera par contre de s'en tenir à l'objectif central de cette journée, préciser en quoi le plus célèbre des historiens bretons du xixe siècle fait progresser la construction d'une histoire de la péninsule et quel rôle il joue dans la formation de l'identité de la Bretagne.

  • 5 Classification opérée par Guy Bourdé et Hervé Martin, Les écoles historiques, Paris, Seuil, 1983.
  • 6 Edmond Durtelle de Saint-Sauveur, Histoire de Bretagne..., t. 2, Rennes/Paris, 1946, p. 457.

3En donnant à cette communication pour sous-titre « l'histoire, science patriotique », on ne fait que reprendre une formule énoncée par La Borderie lui-même dans son discours de Saint-Jacut : « L'histoire est, à la lettre, la science patriotique par excellence ». C'est une façon de mettre l'accent à la fois sur la nouveauté des méthodes et sur la spécificité des finalités ; les méthodes sont celles de ce qu'on appelle parfois l'histoire érudite, préfiguration de l'histoire méthodique5, tandis que les finalités plus ou moins consciemment choisies par l'auteur mais en tout cas fortement ressenties par le lecteur elles relèvent de ce que, ultérieurement, le doyen Durtelle de Saint-Sauveur appelle un « souffle puissant de patriotisme », quitte à regretter « des exagérations de langage et un parti-pris persistant6 ».

La Borderie impose l'histoire érudite

  • 7 Daru (Comte), Histoire de Bretagne, 3 vol., Paris, Didot, 1826.
  • 8 Edmond Richer, Précis d'histoire de Bretagne, Nantes, Mellinet-Malassis, 1821. Frappé par le ton d (...)
  • 9 Brouster (Abbé), Histoire de Bretagne, Saint-Brieuc, Prudhomme, 1833. Ce prêtre est également conn (...)
  • 10 Par exemple A. M. L. De Bussy, Histoire de la petite Bretagne, appelée aussi Armorique, Paris, Lib (...)

4Ce sont bien sûr les bénédictins de l'Ancien régime qui ont illustré les premiers la méthode érudite en Bretagne, mais ici comme ailleurs leurs leçons ont été oubliées dans la période suivante. À l'époque romantique ce sont les préoccupations littéraires qui l'emportent sur l'étude des documents, les uns développant avec outrance leurs préjugés tandis que d'autres cultivent les envolées lyriques. Ainsi un ancien ministre de Napoléon, originaire de Montpellier, le comte Daru, ne voit-il dans la Bretagne qu'une terre de superstition et de sous-développement ; si les Bretons, courageux, tenaces et fidèles, ont fourni de grands capitaines, ils doivent désormais accepter les bienfaits de la civilisation française... en abandonnant leur idiome7. Par contre le publiciste nantais Edmond Richer, qui confie l'impression de son Précis d'histoire de Bretagne au libéral Mellinet, tire du sombre tableau de son pays qu'il dresse également des conclusions tout autres : il faut « réhabiliter dans ses droits » la nation et rétablir la vérité historique déformée par le mensonge et la censure ; tous les malheurs proviennent du désastreux traité de 15328. Si l'abbé Brouster, professeur au petit séminaire de Tréguier, estime que la Bretagne s'est donnée librement ce qui revient à l'élever au-dessus des autres régions, conquises par la force9 d'autres n'y perçoivent qu'une soif de liberté, jamais inassouvie, obligeant ses fils à soutenir une résistance permanente contre l'extérieur10. Mais dans tous les cas il s'agit davantage d'essais brillants que de travaux historiques.

  • 11 Françoise Morvan, François-Marie Luzel. Enquête sur une expérience de collecte folklorique en Bret (...)

5Il faut attendre le Vitréen Arthur de La Borderie pour que s'impose en Bretagne la méthode érudite dans la seconde moitié du xixe siècle. C'est l'enseignement de Julien-Marie Le Huërou, reçu au Collège royal de Rennes, qui lui en donne le goût. Ce professeur de grand talent, encouragé par Michelet, aurait pu illustrer remarquablement une chaire d'histoire et de littérature bretonne à la Faculté s'il ne s'était suicidé à 36 ans ; il voulait se placer « sous le patronage de Dom Lobineau, de Dom Morice, de l'abbé Gallet » tout en estimant que le vieil esprit d'opposition breton « a perdu de son importance comme il a perdu son à-propos11 ». La Borderie lui manifeste ultérieurement sa reconnaissance en s'associant à François- Marie Luzel neveu du défunt pour rééditer son Histoire de la constitution anglaise. Cette vocation manque néanmoins d'être contrariée par la volonté du père d'Arthur qui exige de son fils qu'il fasse son droit à Rennes puis à Paris jusqu'à l'obtention du titre d'avocat... que l'intéressé n'utilisera jamais !

  • 12 Arthur de La Borderie, « Notice sur Benjamin Guérard », Revue des provinces de l'Ouest, 1853, p. 3 (...)

6C'est l'histoire qui passionne le jeune homme. Il se fait les dents en démolissant la légende de Conan Mériadec aux congrès de l'Association bretonne où il se lie d'amitié avec un ancien chartiste, Vincent Audren de Kerdrel, qui lui donne l'idée de se présenter à l'École des chartes ; il y fait ses études de 1849 à 1852 et il en sort major. C'est là qu'il apprend la paléographie et l'ensemble des méthodes critiques nécessaires à une bonne interprétation des sources. Il apprécie particulièrement le directeur, Benjamin Guérard, le fameux éditeur du Polyptyque d'Irminon, auquel il rend hommage en ces termes : « Analyser scrupuleusement chacun des éléments de la société civile, étudier et comparer tous les faits, consulter et contrôler tous les textes, ne pas négliger le plus mince détail qui peut servir, et faire rendre à chaque détail, à chaque fait et à chaque texte tout ce qu'il contient, sans jamais aller au-delà, sans jamais mettre ses systèmes en place de la vérité..., voilà ce que M. Guérard a accompli pour les cinq premiers siècles de la monarchie française... Puissance d'analyse, rigueur de méthode, clarté d'exposition, ces trois qualités unies à une science incomparable distinguent dans un degré éminent les travaux de M. Guérard12. »

7Pendant son séjour aux Chartes, La Borderie fréquente assidûment le couvent des Blancs-Manteaux où il découvre les manuscrits des bénédictins du xviiie siècle qui lui fournissent les bases documentaires de son oeuvre.

  • 13 Louis Tiercelin, dans L'Hermine, t. XXIV, 1902.
  • 14 Paul-Henri Gaschignard, « Arthur de La Borderie et sa filleule », Bull, de la Soc. Arch. et Hist. (...)
  • 15 Voir les réactions de nombreux correspondants blessés et humiliés dans Arch. dép. d'Ille-et-Vilain (...)

8Ainsi formé, il rentre en Bretagne avec la volonté de faire triompher les méthodes qu'il a assimilées. Son caractère le conduit en effet à être très combatif et très directif. Il travaille plus que quiconque, non pas parce qu'il s'abstiendrait de tout loisir, mais parce qu'il est suffisamment fortuné pour n'avoir nul besoin d'exercer une profession rémunérée. D'abord installé à Nantes où une mission lui permet d'étudier les papiers de la Cour des comptes et le trésor des chartes des ducs de Bretagne, il vit très largement : « La pension que lui faisait sa famille était copieuse... Sa table était servie pour six personnes chaque jour et il y avait un grand dîner chaque semaine ; il avait un copiste à l'année13. » Aussi est-il sévère pour ceux qui ne peuvent pas suivre : par exemple Henri Lemeignen, avocat à Nantes, jugé « paresseux comme un crabe velu14 ». A la condition qu'on ne le contredise pas, La Borderie est de fréquentation très agréable et ce n'est pas par hasard qu'il s'est donné pour devise « Qui l'aborde rie ! », mais il rudoie et même écrase ceux qui sont d'une plus faible pointure (aussi bien le très conservateur baron de Wismes que le démocrate Dugast- Matifeux)15.

  • 16 Sur cette revue figure une notice très utile dans Lucien Raoul, Un siècle de journalisme breton, L (...)
  • 17 Joseph Loth, dans Annales de Bretagne, t. XVI, 1901, p. 299-300.
  • 18 Antoine Dupuy - le premier de la longue lignée des « modernistes » qui illustrent la Faculté renna (...)

9Très concrètement, c'est lui qui est le principal organisateur de la recherche en Bretagne. Il fait vivre scientifiquement la section d'archéologie de l'Association bretonne jusqu'à sa dissolution de 1858, en intervenant à tous ses congrès, puis il contribue efficacement à sa relance en 1873 au point d'en devenir le principal pilier. Il anime aussi les sociétés savantes départementales préexistantes et il fonde en 1854 la Société archéologique de la Loire-Inférieure ; par ce canal il veille à coordonner et à orienter les bonnes volontés locales, dans le respect des règles auxquelles il tient. Pour donner l'exemple, il crée à Nantes en 1857 La Revue de Bretagne et de Vendée où s'accumulent les matériaux qui lui permettront d'entreprendre à la fin de sa vie une grande synthèse16. Pour « entretenir et propager le goût des livres..., publier les manuscrits et documents, inédits ou rares, pouvant intéresser l'histoire et la littérature de l'ancienne province », il lance en 1877 la Société des bibliophiles bretons. Et il rêve même d'une puissante université bretonne17 ; malgré son peu de sympathie pour l'enseignement d'Etat, il accepte de donner de 1890 à 1894 un cours libre à la Faculté des lettres, à la demande du doyen Antoine Dupuy qui partage largement ses vues18.

10Partout La Borderie s'emploie à imposer sa méthode qu'il définit ainsi en 1867 :

  • 19 Cité par Jean-Yves Guiomar, Le bretonisme..., op. cit., p. 187.

« Ce qui caractérise en France la science historique, c'est la recherche plus exacte que jamais de la vérité vraie, le détail précis non seulement dans les noms et dans les dates mais dans les institutions, les mœurs, les arts, les monuments du passé. Mais c'est aussi en même temps le soin de ne pas perdre de vue l'ensemble et les grandes lignes de l'histoire, de ne pas se noyer pour l'amour du détail dans la recherche du détail, mais de donner à chaque partie sa vraie place dans l'ensemble, et d'assigner strictement à chaque partie et à chaque détail l'importance seulement que cette place comporte. Pour se servir des grands mots que l'Allemagne a mis en usage, le caractère essentiel de la méthode historique moderne c'est l'alliance intime de l'analyse et de la synthèse19 »

Les limites d'une méthode

  • 20 Les conclusions tirées des fouilles reprises en 1977 sont données par Pierre-Roland Giot dans Arch (...)

11S'il a le grand mérite d'imposer le recours aux sources écrites, La Borderie a tout de même la faiblesse d'ignorer ou de négliger certaines sciences auxiliaires de l'histoire. Il a rarement recours à l'archéologie, même si on connaît le déplacement qu'il accomplit en 1890-1891 avec l'abbé Lasbleis à l'île de Lavret (près de Bréhat) pour confirmer ses idées sur saint Budoc20. Il ignore la linguistique, la toponymie, l'onomastique... et il ne connaît presque rien de la langue bretonne, à la grande surprise de Renan.

  • 21 Ses initiatives scientifiques elles-mêmes sont inspirées par cette préoccupation ; ainsi la Revue (...)

12Ce qui est peut-être encore plus négatif, c'est qu'il se refuse - comme tous les catholiques de sa génération à remettre en question les Vies de saints comme sources historiques. Très représentatif des bourgeois pratiquants du xixe siècle, il reste très secret quant à sa foi profonde dont il ne parle jamais, mais, par contre, il affiche ostensiblement son attachement à l'institution ecclésiastique dans laquelle il voit la forme principale de l'encadrement social et la meilleure garante du conservatisme auquel il tient21 ; chrétien de l'époque du triomphalisme, il juge essentiel de montrer ses convictions. Ainsi s'explique que le seul homme à l'égard duquel il ait manifesté une soumission sans faille soit l'archevêque de Rennes, Mgr Brossay Saint-Marc ; pour lui être agréable il contribue au lancement de la Semaine religieuse du diocèse (1864), il fonde le Comité de l'enseignement libre (1868), il se fait élire conseiller général de Vitré (1864- 1871) puis député à l'Assemblée nationale (sur une liste de monarchistes au sein desquels il apparaît plutôt comme « catholique avant tout »). Mais cette fidélité à l'Eglise a son revers : dans le domaine de l'hagiographie il est impossible à La Borderie de douter des miracles, et c'est seulement la génération suivante, avec René Largillière, Mgr Duchesne ou l'abbé Duine, qui à ses risques et périls - ose traiter la question de façon scientifique.

  • 22 Dès 1899 Ferdinand Lot regrette que, à propos de Caradoc et de saint Paterne, Gaston Paris se soit (...)
  • 23 Arthur de La Borderie, Histoire de Bretagne, t. I, Rennes, Plihon et Hervé, Paris, Picard, 1896, p (...)

13Dans l'avertissement qu'il rédige pour le premier tome de son Histoire de Bretagne qui est aujourd'hui le plus périmé22, La Borderie croit pouvoir se tirer d'affaire en se positionnant « à égale distance de la négation à outrance et de la crédulité sans limites », mais en fait il plaide pour qu'on admette la tradition « dans tous ses points essentiels », en estimant qu'elle s'est sûrement maintenue sur place à travers les siècles : les Vies de saints du vie siècle réécrites au IXe sont, selon lui, « l'écho des événements conservés par la mémoire populaire et par la tradition liturgique, recueilli par l'écriture à une date relativement assez rapprochée des faits, sur les lieux mêmes où ces faits se sont accomplis ». Comment ne seraient-elles pas conformes à la vérité même si on a amplifié certains prodiges23 ?

  • 24 Jean-Yves Guiomar, Le bretonisme..., op. cit., p. 191-211.
  • 25 Yves Le Berre, Essai de caractérisation et de définition de la littérature bretonne entre 1790 et (...)

14Toutefois ce respect pour la tradition ne concerne absolument pas, chez La Borderie, un domaine parallèle, d'aussi grand intérêt, la question du maintien d'un certain bardisme païen chez les Bretons insulaires christianisés puis chez les Bretons armoricains, avec comme conséquence la constitution du cycle arthurien sur les deux rives de la Manche. Alors que son ami Théodore Hersart de la Villemarqué, qui n'est pas seulement le célèbre collecteur du Barzaz Breiz hors de cause ici mais qui est aussi l'auteur d'études relatives au « bretonisme littéraire », accepte les traditions celtiques et se réfère à Nennius et à Geoffroy de Monmouth comme textes fondateurs des romans de la Table ronde, La Borderie méprise ces sources-là, refuse tout syncrétisme entre bardisme et christianisme, et rejette toute confusion entre ordre littéraire et vérité historique24. Il se tient totalement à l'écart de l'esprit nationaliste et du programme de salut des peuples celtiques que Charles de Gaulle le grand-oncle du général essaie de développer à l'époque du Congrès international de Saint-Brieuc de 186725, et il désapprouve l'ambiguïté que la tradition romantique entretient à l'égard de la vérité en considérant le noyau symbolique des choses comme plus vrai que ce qui est tangible.

  • 26 Sur cette école catholique, souvent négligée, voir Charles-Olivier Carbonell, Histoire et historie (...)

15Au total le militantisme du savant apparaît clairement : en donnant l'exemple La Borderie veut convaincre les historiens bretons de la supériorité de la méthode scientifique bientôt appelée « positiviste », en évitant toutefois « l'hypercritique », par respect pour la religion. Cette attitude permettrait de le rattacher à l'école historique catholique qui s'exprime à Paris à partir de 1866 dans la fameuse Revue des questions historiques26 s'il n'y avait pas entre celle-ci et lui une divergence majeure : alors que dans la capitale on s'emploie dans ce milieu-là à réhabiliter l'ancienne monarchie française, La Borderie est animé d'un profond patriotisme breton qui le situe à part.

L'histoire, discipline patriotique

  • 27 Arthur de La Borderie, Histoire de Bretagne, t. I, p. 53.

16Sommé par Mgr Bouché d'écrire « l'histoire de Bretagne, complète, définitive », Arthur de La Borderie livre dans les années quatre-vingt-dix d'abord sous la forme orale de son cours public, puis sous la forme écrite de sa grande synthèse inachevée sa vision d'ensemble du passé breton. Pour lui il s'agit « d'un peuple..., d'une société à part, entièrement originale dans ses éléments constitutifs » qui, comme tout être vivant, a connu successivement une période de formation, une période d'épanouissement et une période de déclin avant d'aller se fondre « dans le fleuve immense et splendide de l'histoire de France27 ».

  • 28 Pour le contexte européen, voir Anne-Marie Thiesse, La création des_identités nationales, Paris, S (...)
  • 29 Dans son préambule, la constitution slovaque de 1992 elle-même se réfère à « l'héritage spirituel (...)

17Comme tous les historiens européens soucieux de définir l'identité de leur peuple, comme les Roumains qui se réclament des Daces latinisés28 ou comme les Slovaques qui se présentent en héritiers de Cyrille et Méthode29, La Borderie privilégie l'étude de la formation de la Bretagne ; et pour lui tout remonte aux migrations bretonnes du haut Moyen âge, ce sont les « Saints » qui ont tout fait :

  • 30 Arthur de La Borderie, « Sur les saints de Bretagne et la conversion des Armoricains », Associatio (...)

« Ils ont défriché notre sol, planté nos campagnes d'arbres fruitiers, fondé dans les monastères pour les pauvres et le peuple de véritables greniers d'abondance, soulagé par la médecine les maux du corps, et ceux de l'âme par la doctrine, implanté dans notre péninsule la foi et la morale de l'Evangile, fondé dans les monastères des écoles ouvertes à tous, dompté la barbarie des rois et des puissants par le conseil, la résistance avec l'anathème, enfin fondé chez nous la civilisation morale et restauré la civilisation matérielle30. »

18Puis l'épanouissement se réalise à partir de Nominoé. Ce héros fascine notre historien comme libérateur du territoire et fondateur de la monarchie bretonne qui, « sous la condition d'un hommage purement nominal envers la France, jouit en réalité d'une existence nationale respectée de tous et d'une indépendance politique aussi entière que possible ». Par contre le déclin s'amorce lorsque la Bretagne tombe au rang de province.

  • 31 Voir Michel Denis, dans Le Mémorial des Bretons, t. V, Rennes, Breizh Éditions, 1979, p. 299-303.

19La Borderie n'a évidemment pas lu Hegel mais implicitement il fait sien le fameux thème de la « fin de l'histoire ». Depuis la nuit du 4 août où la constitution bretonne a été reniée par ceux qui devaient la défendre et même l'améliorer, il n'y a plus de grand débat possible pour la Bretagne. Il ne reste qu'à assurer la conservation sociale, en s'appuyant sur les leçons de résistance laissées par les aïeux : « L'esprit distinctif de la Bretagne, c'est son esprit de stabilité, sa force incalculable de résistance. Résistance au mal, à l'injustice, à l'oppression, surtout à l'invasion étrangère qui attaque le sol et le cœur de la patrie31. »

  • 32 Michel Denis, « Un aspect du conservatisme en Bretagne au début de la IIIe République, le monarchi (...)
  • 33 Paul-Henri Gashignard, op. cit., p. 235 (lettre de 1881).

20Chez l'éminent historien cette conception de la Bretagne s'articule aisément avec les convictions du citoyen. Par devoir plus que par plaisir, La Borderie se manifeste à diverses reprises sur le plan politique : ainsi en 1867, par hostilité aux pratiques du Second empire, il cherche à faire renaître l'esprit des combats menés au xviiie siècle par les trois ordres contre le « despotisme ministériel », et il réclame la décentralisation, les libertés publiques et l'abandon de la candidature officielle ; en 1871, par peur de la République, il se fait élire député d'Ille-et-Vilaine sur une liste de monarchistes de diverses nuances, mais son libéralisme est tel que, cinq ans après, il est supplanté à Vitré par le « pointu » Le Gonidec de Traissan32. De sa participation aux travaux de l'Assemblée nationale où il se fait remarquer par sa défense de l'honneur des Bretons dans son rapport sur le camp de Conlie il ne retient guère qu'un profond pessimisme qui l'amène à se marginaliser : « Voyant tout aller de mal en pis et ne voyant point encore par où sortir du bourbier où nous sommes, j'ai pris le parti d'y songer et d'en parler de moins en moins, de me réfugier de plus en plus dans mes livre et mes parchemins33. »

  • 34 Ce conservatisme de La Borderie, systématique dans le domaine politico-social lorsqu'il s'en mêle, (...)

21Faute de pouvoir revenir aux splendeurs et aux équilibres de l'ancien duché, c'est la Bretagne des Etats qui alimente sa nostalgie comme elle alimente la pensée de ses amis du Journal de Rennes, en particulier celle de Barthélemy Pocquet, son continuateur. Puisqu'il faut vivre, vivons dans une Bretagne aussi décentralisée que possible, au sein de laquelle rien ne changerait34 !

  • 35 AD d'I.-et-V., 1 F 1072, cours public de La Borderie.
  • 36 Anne-Marie Thiesse, Ils apprenaient la France. L'exaltation des régions dans le discours patriotiq (...)
  • 37 Son Appel aux Bretons de 1898, qui est à l'origine de la fondation de l'Union Régionaliste Bretonn (...)

22Lorsqu'il définit la Bretagne comme « une nation », La Borderie emploie certainement ce mot au sens renanien qui s'impose alors en France, mais pour lui cette nation se situe dans le passé, et non pas dans l'avenir, car la Bretagne s'est finalement fondue dans la France tout en restant elle-même. C'est cette articulation qui doit être absolument sauvegardée, l'articulation entre « grande patrie » et « petite patrie »... fort inégale d'ailleurs puisque la France est accusée d'une grande ingratitude à l'égard d'une Bretagne qui lui a rendu d'immenses services35. Avec de tels propos notre historien semble se rattacher au grand mouvement régionaliste qui se développe dans les provinces depuis la fin du Second Empire, et il semble participer à l'exaltation des régions dans le discours patriotique français qui triomphe dans les années quatre-vingt-dix36, mais en réalité il va bien au-delà de ceux qui — ailleurs — célèbrent la variété des paysages, les gloires locales et les traditions, puisqu'il insiste toujours sur la spécificité de ce peuple « qui a eu son existence propre, originale, indépendante ». Plus audacieux que les régionalistes mais incrédule et même hostile à l'égard du séparatisme — même s'il fournit involontairement des arguments à la génération suivante, plus radicale —, il campe, comme ses amis de L'Hermine et comme le peintre Maxime Maufra37, sur des positions quelque peu ambiguës, voisines d'un autonomisme qui n'ose pas alors dire son nom..

La place de La Borderie dans l’Emsav

  • 38 Ernest Gellner, Nations et nationalisme, Paris, Payot, 1989 ; Benedict Anderson, L'imaginaire nati (...)
  • 39 La référence qui s'impose est l'étude comparative des constructions identitaires des petits peuple (...)

23On peut encore aller plus loin dans l'appréciation du rôle de La Borderie au sein de la renaissance bretonne si, en prenant un peu de hauteur, on observe l'ensemble du mouvement européen des nationalités au xixe siècle. Aujourd'hui les historiens, les sociologues et les anthropologues sont globalement d'accord sur deux idées essentielles : d'une part les nations, loin d'être des entités transhistoriques ou préexistantes, sont des constructions (Ernest Gellner en fait le produit du nationalisme, et Benedict Anderson y voit des « communautés imaginées 38 ») ; d'autre part ces constructions trouvent toujours leur origine chez de petites minorités d'intellectuels qui progressivement passent du culturel au politique et entraînent les couches sociales les plus dynamiques39. Il est indéniable qu'à partir de l'époque romantique la Bretagne connaît une première phase d'éveil identitaire tout à fait comparable à ce qui se passe ailleurs, mais ici le phénomène tourne court et la transformation en mouvement de masse ne se produit pas. Les positions adoptées par La Borderie peuvent fournir des éléments d'explication à cet échec, même si celui-ci résulte d'une conjoncture complexe.

  • 40 Liljana Todorava, Les Slaves du Sud au xixe siècle vus par Xavier Marmier, Paris, Publications ori (...)

24Alors qu'à Prague l'historien Palacky résume toute l'histoire de la Bohême en un conflit permanent entre Slaves et Germains et pousse ses compatriotes à l'éviction des influences allemandes dans tous les domaines, alors qu'à Riga, en pleine industrialisation, le mouvement « Jeune Letton » dresse la bourgeoisie et le prolétariat contre l'influence des barons baltes, alors qu'à Belgrade le grand voyageur Xavier Marmier — qui a été professeur à la Faculté des lettres de Rennes — découvre l'influence d'une poignée d'intellectuels sur le patriotisme des paysans serbes40, La Borderie et ses amis historiens — nostalgiques du passé mais nullement bâtisseurs d'avenir - ne cherchent pas du tout à jouer le rôle « d'éveilleurs » du peuple breton.

  • 41 ESB, Arthur de La Borderie, Boris Porchnev, Les Bonnets rouges, Paris, UGE, 1975. A compléter, pou (...)

25L'histoire écrite par La Borderie est avant tout celle des élites, des héros, des saints, des chefs militaires. Le peuple y est passif et n'a aucune raison de s'y reconnaître. C'est particulièrement frappant dans l'étude consacrée à la révolte des Bonnets rouges, mouvement populaire s'il en est ! Par préjugé politique sans doute, notre historien patriote blâme totalement les paysans : « Les exaltés descendirent logiquement la pente où ils s'étaient engagés. Peu de temps après, ils en étaient déjà rendus au communisme et aux violences contre les prêtres. Tant il est vrai que rien n'est nouveau sous le soleil et que les passions populaires, une fois affranchies du frein social, se précipitent d'un seul bond au gouffre de la barbarie41. »

26A la différence de ce qui se produit ailleurs, il se garde bien de souffler sur les cendres pour faire (re)naître une nation ; ainsi, contrairement à ce qu'on attendrait de lui, s'abstient-il d'exploiter en termes autonomistes l'invocation de la « liberté Armorique » qui figure dans le règlement des quatorze paroisses, et ne voit-il dans le soulèvement du peuple contre ses seigneurs et contre son roi qu'une attitude blâmable. On comprend dès lors la sévérité avec laquelle, au xxe siècle, l'Emsav post-soixante-huitard apprécie son action :

  • 42 ESB dans Les Bonnets rouges, op. cit., p. 31.

« L'idée que se fait La Borderie de la Bretagne est toute imprégnée de l'idéologie de la noblesse bretonne du xixe siècle : la Bretagne est une référence généalogique, on y pense avec orgueil comme on pense à ses ancêtres féodaux morts à Azincourt. Il ne saurait donc y avoir de lutte de libération nationale en Bretagne tout comme il serait insensé de prétendre "libérer" ses ancêtres du tombeau42. »

  • 43 Voir les apports de Léon Fleuriot, Les origines de la Bretagne, Paris, Payot, 1980.
  • 44 Notons la réponse apportée par l'évêque de Saint-Brieuc aux préoccupations de l'Association breton (...)

27En présentant les choses autrement on pourrait encore souligner combien cette histoire de Bretagne est contradictoire et frustrante. Alors que La Borderie prétend démontrer — avec un simplisme aujourd'hui contesté43 — que la Bretagne est une création d'immigrés qui ont imposé leur civilisation originale et qui l'ont fait vivre pendant des siècles de façon quasi-indépendante, il ne propose à ses contemporains que la stricte défensive. Ni le « droit d'Etat » ni le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes qui, un peu partout en Europe, prolongent la découverte des histoires nationales ne sont ici revendiqués ; rien de comparable au mouvement « Vieux tchèque » qui, à Prague, en s'inspirant de Palacky, affirme les droits de la couronne de saint Venceslas, ou au mouvement « Jeune tchèque » qui lui succède en s'appuyant sur les principes démocratiques. La Borderie et ses amis, l'aristocratie foncière et la bourgeoisie traditionnelle, ainsi que le clergé, n'ont guère à proposer aux Bretons autre chose que le statu quo ; le caractère dangereux de cette stratégie est bien connu en ce qui concerne la défense de la langue44, mais on peut considérer qu'il y a là aussi une faiblesse pour la définition de l'identité bretonne sous tous ses aspects : comment répondre au mépris parisien s'il n'y a sur place que repli passéiste ?

  • 45 ESB. op. cit., p. 21.

28Il n'appartient évidemment pas à l'historien de regretter ce qui apparaît en fin de compte comme un avortement du mouvement national breton du xixe siècle... et pas davantage de s'en réjouir. Ici on a seulement voulu tenter de contribuer à son explication. Arthur de La Borderie, malgré ses grandes qualités intellectuelles, malgré les énormes progrès qu'il a fait faire à la discipline historique en Bretagne, est aussi très représentatif d'un milieu social frileux sur le déclin, de sorte qu'il a la faiblesse de se contenter de faire de sa science une « bavarde45 » à un moment où ses compatriotes auraient eu besoin d'une histoire créatrice et mobilisatrice.

Principales publications d'Arthur de La Borderie

29- « Les seigneuries de Largouët et de Rochefort », Bull. Soc. polymathique du Morbihan, 1854-1858, p. 98-117.

30- « Le Quemenet Heboi, les seigneuries de La Roche Moisan, les fiefs de Léon et de Pontcallec », Revue de Bretagne et de Vendée, 1861, t. II, p. 372-387.

31- Correspondance historique des bénédictins bretons..., Paris, 1880.

32- Inventaire analytique des titres des prieurés de Marmoutier situés dans l'évêché de Nantes (Extrait du Bulletin de la Société archéologique de Nantes et du département de la Loire-Inférieure, 1866-1867).

33- Œuvres françaises d'Olivier Maillard, sermons et poésies, Nantes, Société des bibliophiles bretons, 1877, 196 p.

34- L'imprimerie en Bretagne au xve siècle. Etude sur les incunables bretons, Nantes, Société des bibliophiles bretons, 1878, 135 p.

35- Chronique de Bretagne de Jean de Saint-Paul, chambellan du duc François II, Nantes, 1881, 148 p.

36- « Le cartulaire de Landévennec », Annales de Bretagne, t. IV, 1880-1889, p. 295-364.

37- Études historiques bretonnes — L'Historia Britonum attrribuée à Nennius et l'Historia Britannica avant Geoffroy de Monmouth, Paris, 1883, 132 p.

38- Études historiques bretonnes-Première série. L'historien et le prophète des Bretons, Gildas et Merlin, Paris, 1884, 376 p.

39- La Révolte du papier timbré, advenue en Bretagne en l'an 1675, Saint-Brieuc, 1884, 303 p.

40- Les monuments de l'architecture militaire du Moyen Age, Saint-Brieuc, 1886, 50 p.

41- Histoire de Bretagne. Critique des sources. I. Les trois Vies anciennes de saint Tugdual. Texte latin et commentaire historique, Paris, 1887, 135 p.

42- Études historiques bretonnes-Deuxième série, Critique hagiographique. Saint Clair et saint Yves. La grande guerre de la Succession de Bretagne avec la carte des fiefs et des seigneuries de cette province, Rennes, 1889.

43- Essai sur la géographie féodale de la Bretagne avec la carte des fiefs et des seigneuries de cette province, Rennes, 1889.

44- Recueil d'actes inédits des ducs et princes de Bretagne (xie, xiie, xiiie siècles), Rennes, 1890, 330 p.

45- « Note sur la culture de la vigne en Bretagne avant le xvie siècle », Association bretonne, t. 10, 1892, p. 65-110.

46- Histoire de Bretagne, t. II et III, Rennes, Paris, 1898-1899.

Notes

1 Cité par Jean-Yves Guiomar, « LaTrinicé bénédictine. Essai sur la production du signe idéologique "Bretagne" », La taupe bretonne, n° 3, oct. 1972, p. 69-94.

2 On peut retenir particulièrement Léon Séché, « Le dernier historien de la Bretagne », Revue des deux mondes, 1er août 1902, p. 660-696 ; Palys (comte de), dans Bulletin et mémoires de la Société archéologique d'Ille-et-Vilaine, 1902, p. LXXVII ; Barthélémy Pocquet, dans Revue de Bretagne, de Vendée et d'Anjou, 1901, 1er sem., p. 83-94 ; Barthélémy-Amédée Pocquet du Haut-Jussé, « Arthur de La Borderie, une vocation d'historien », Nouvelle Revue de Bretagne, 1952, p. 81-91 et 195-200 ; Louis Rousseau dans Les Amis du pays de Vitré, n° 2, 1974, p. 23-31. La liste impressionnante des travaux de La Borderie, arrêtée à la date de 1890, figure dans René de Kerviler, Répertoire général de biobibliographie bretonne, t. Il, p. 350-392.

3 Bernard Tanguy, Aux origines du nationalisme breton, t. 1 : Le renouveau des études bretonnes au xixe siècle, Paris, UGE, 1977, p. 341 et suiv.

4 Jean-Yves Guiomar, Le bretonisme. Les historiens bretons au xixe siècle, Mayenne, Soc. d'hist. et d'arch. de Bretagne, 1987, p. 174 et suiv.

5 Classification opérée par Guy Bourdé et Hervé Martin, Les écoles historiques, Paris, Seuil, 1983.

6 Edmond Durtelle de Saint-Sauveur, Histoire de Bretagne..., t. 2, Rennes/Paris, 1946, p. 457.

7 Daru (Comte), Histoire de Bretagne, 3 vol., Paris, Didot, 1826.

8 Edmond Richer, Précis d'histoire de Bretagne, Nantes, Mellinet-Malassis, 1821. Frappé par le ton de certains articles de ce journaliste, Bernard Tanguy (op. cit., p. 320) y voit les débuts d'un mouvement régionaliste qui commence à se teinter de nationalisme.

9 Brouster (Abbé), Histoire de Bretagne, Saint-Brieuc, Prudhomme, 1833. Ce prêtre est également connu pour avoir été le professeur d'Ernest Renan en huitième et en septième, classes pour lesquelles le manuel en question est recommandé par l'évêque

10 Par exemple A. M. L. De Bussy, Histoire de la petite Bretagne, appelée aussi Armorique, Paris, Lib. Périssé, 1843, illustre sa thèse jusque dans l'intitulé de ses chapitres : « Lutte contre la domination romaine ; lutte contre les Alains et les Francs ; lutte contre les Normands et les Plantagenêts ; lutte contre l'influence française avant, pendant et après la Réunion ».

11 Françoise Morvan, François-Marie Luzel. Enquête sur une expérience de collecte folklorique en Bretagne, Rennes, Terre de brume/PUR, 1999, p. 53-64.

12 Arthur de La Borderie, « Notice sur Benjamin Guérard », Revue des provinces de l'Ouest, 1853, p. 346-347.

13 Louis Tiercelin, dans L'Hermine, t. XXIV, 1902.

14 Paul-Henri Gaschignard, « Arthur de La Borderie et sa filleule », Bull, de la Soc. Arch. et Hist. de Nantes, 1994-1995, p. 233.

15 Voir les réactions de nombreux correspondants blessés et humiliés dans Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, 1 F 1106, correspondance passive de La Borderie.

16 Sur cette revue figure une notice très utile dans Lucien Raoul, Un siècle de journalisme breton, Le Guilvinec, Le Signor, 1981, p. 104-125.

17 Joseph Loth, dans Annales de Bretagne, t. XVI, 1901, p. 299-300.

18 Antoine Dupuy - le premier de la longue lignée des « modernistes » qui illustrent la Faculté rennaise - entreprend pour l'Ancien Régime une œuvre parallèle à celle de La Borderie pour le Moyen Age, mais une mort prématurée l'empêche de donner toute sa mesure (voir Annales de Bretagne, t. VII, 1891-1892, p. 3-12). Dans un compte-rendu il écrit ceci : « Il s'est opéré au xixe siècle un changement complet dans la manière d'écrire et de comprendre l'histoire. Autrefois c'était surtout une œuvre d'art, presque une œuvre d'imagination... De nos jours l'historien ne peut avancer aucun fait, hasarder aucun détail, tracer aucun trait qui ne soit justifié par un texte » (Annales de Bretagne, t. II, 1886-1887, p. 464).

19 Cité par Jean-Yves Guiomar, Le bretonisme..., op. cit., p. 187.

20 Les conclusions tirées des fouilles reprises en 1977 sont données par Pierre-Roland Giot dans Archéologie en Bretagne, n° 24, 1979,p. 9-12 et n° 28, 1980, p. 33-34.

21 Ses initiatives scientifiques elles-mêmes sont inspirées par cette préoccupation ; ainsi la Revue de Bretagne et de Vendée doit contribuer à la « défense générale des grands principes d'ordre moral, social et religieux, seule base de la civilisation chrétienne si menacée de nos jours », de sorte que son rédacteur en chef, Olivier de Gourcuff - si actif mais trop bien introduit dans les cénacles parisiens - est gourmandé lorsqu'il célèbre la gloire de Clemenceau comme ancien élève du lycée de Nantes (AD d'I.-et-V., 1 F 1106, lettres d'Alfred Laliié et d'Olivier de Gourcuff, 1892).

22 Dès 1899 Ferdinand Lot regrette que, à propos de Caradoc et de saint Paterne, Gaston Paris se soit « laissé égarer par M. de La Borderie qui en matière de critique hagiographique est bien le plus décevant des guides » (Romania, 1899, p. 568-578). En 1918 l'abbé François Duine ose réduire le premier volume de l'Histoire de Bretagne à « Une ingénieuse combinaison de Frère Albert [le Grand] et de Dom Lobineau dressée par un paléographe » (Bulletin et mémoires de la Société archéologique d'Ille-et-Vilaine, t. XLVI, 1918, p. 256).

23 Arthur de La Borderie, Histoire de Bretagne, t. I, Rennes, Plihon et Hervé, Paris, Picard, 1896, p. III-IV.

24 Jean-Yves Guiomar, Le bretonisme..., op. cit., p. 191-211.

25 Yves Le Berre, Essai de caractérisation et de définition de la littérature bretonne entre 1790 et 1918, thèse dactyl., Brest, 1982, vol. III, p. 761.

26 Sur cette école catholique, souvent négligée, voir Charles-Olivier Carbonell, Histoire et historiens. Une mutation idéologique des historiens français, 1865-1885, Toulouse, Privat, 1976, p. 325-399.

27 Arthur de La Borderie, Histoire de Bretagne, t. I, p. 53.

28 Pour le contexte européen, voir Anne-Marie Thiesse, La création des_identités nationales, Paris, Seuil, 1999.

29 Dans son préambule, la constitution slovaque de 1992 elle-même se réfère à « l'héritage spirituel de Cyrille et Méthode, legs historique de la Grande Moravie » (cité dans Bernard, Michel, Nations et nationalismes en Europe centrale, xixe-xxe siècle, Paris, Aubier, 1995, p. 85).

30 Arthur de La Borderie, « Sur les saints de Bretagne et la conversion des Armoricains », Association bretonne. Bulletin d'archéologie, 1848, p. 21-73.

31 Voir Michel Denis, dans Le Mémorial des Bretons, t. V, Rennes, Breizh Éditions, 1979, p. 299-303.

32 Michel Denis, « Un aspect du conservatisme en Bretagne au début de la IIIe République, le monarchisme libéral », Annales de Bretagne, 1970, p. 391- 415.

33 Paul-Henri Gashignard, op. cit., p. 235 (lettre de 1881).

34 Ce conservatisme de La Borderie, systématique dans le domaine politico-social lorsqu'il s'en mêle, est encore plus éclatant à l'égard du patrimoine architectural qu'il juge partout victime de « vandalisme ». Ainsi en 1886, au moment où Vannes inaugure son hôtel de ville, il s'insurge contre la destruction de la porte-prison de cette ville en des termes très révélateurs de sa personnalité : « On a trouvé de l'argent pour toutes les folies, pour tous ces colifichets d'architecture prétentieuse qui ressemblent comme deux gouttes d'eau au palais de Dame Tartine bâti en sucre candi, mais quand il s'agit de sauver un noble monument on fait misérablement banqueroute au plus vieux souvenir de la Bretagne » (Revue de Bretagne et de Vendée, 1886, p. 454).

35 AD d'I.-et-V., 1 F 1072, cours public de La Borderie.

36 Anne-Marie Thiesse, Ils apprenaient la France. L'exaltation des régions dans le discours patriotique, Paris, Maison des Sciences de l'homme, 1997

37 Son Appel aux Bretons de 1898, qui est à l'origine de la fondation de l'Union Régionaliste Bretonne, est réédité dans Denise Delouche(dir.), La Création bretonne 1900-1940, Rennes, PUR, 1995, p. 243-246. On y relève cette conclusion : « La Bretagne aux Bretons ! et vive la France ! »

38 Ernest Gellner, Nations et nationalisme, Paris, Payot, 1989 ; Benedict Anderson, L'imaginaire national. Réflexions sur l'origine et l'essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 1996

39 La référence qui s'impose est l'étude comparative des constructions identitaires des petits peuples d'Europe au xixe siècle (Tchèques, Slovaques, Lituaniens, Estoniens, Finlandais, Norvégiens, Flamands) réalisée par un historien tchèque, Miroslav Hroch, Die Vorkämpfer der nationalen Bewegung bei den Kleinen Völkern Europas, Praha, Universita Karlova, 1968.

40 Liljana Todorava, Les Slaves du Sud au xixe siècle vus par Xavier Marmier, Paris, Publications orientalistes de France, 1980.

41 ESB, Arthur de La Borderie, Boris Porchnev, Les Bonnets rouges, Paris, UGE, 1975. A compléter, pour le point de vue prolétarien, par Yvon Garlan et Claude Nières, Les révoltes bretonnes de 1675, Paris, Ed. sociales, 1975.

42 ESB dans Les Bonnets rouges, op. cit., p. 31.

43 Voir les apports de Léon Fleuriot, Les origines de la Bretagne, Paris, Payot, 1980.

44 Notons la réponse apportée par l'évêque de Saint-Brieuc aux préoccupations de l'Association bretonne, lors de son congrès de 1896 : « Le breton est sans conteste une barrière, une digue et un rempart non seulement contre cette sorte de centralisation à outrance et de niveau égalitaire que l'on veut appliquer à la France entière, mais contre l'invasion plus redoutable pour nous chrétiens et pour nous prêtres de ces doctrines impies qui pénètrent jusque dans nos villages les plus reculés. C'est donc faire acte méritoire devant Dieu que de travailler à la conservation de cet idiome de nos ancêtres, et pour le conserver il faut empêcher l'envahissement sur une trop vaste échelle de ces mots français qui lui enlèvent son caractère primitif, l'altèrent, le corrompent et l'abâtardisent. » (Association bretonne, 1896, p. 75.)

45 ESB. op. cit., p. 21.

Auteur

Université de Rennes 2 Haute-Bretagne

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540