Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chroniqueurs et historiens de la Bretagne

 | 
Noël-Yves Tonnerre

L'abbé Joseph Mahé, premier érudit morbihannais

Jean Gourhand

Texte intégral

1L'abbé Joseph Mahé est dans l'historiographie bretonne relativement ignoré, voire inconnu sauf de quelques chercheurs, qui ont eu affaire à lui à un moment ou à un autre, dont la consultation est riche d'aperçus. Il est vrai qu'il n'a laissé lui-même qu'une œuvre importante, l'Essai sur les antiquités du département du Morbihan, publié en 1825 à Vannes, chez Galles aîné, imprimeur du Roi ; il est aussi l'un des fondateurs de la Société polymathique du Morbihan et son premier président (1826-1827) ; enfin son souvenir est lié à l'histoire religieuse puisqu'il fut l'inspirateur du courant néo-janséniste qui perturba le cours du renouveau catholique dans le département à partir de 1815. C'est donc une figure attachante dont il convient de retracer l'itinéraire, de mieux cerner la personnalité afin de jauger l'influence qu'il a exercée tant au point de vue religieux que dans le domaine de la recherche historique.

  • 1 J. Mahuas, Le diocèse de Vannes et le jansénisme, 1967, t. II, p. 389-390.
  • 2 P. Levot, Biographie bretonne, t. II, 1857, p. 375.
  • 3 Le Joubioux dans Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 1868, n° 36, p. 550.

2Joseph Mahé est né à l'île d'Arz le 19 mars 1760 d'une famille de marins ; son père, capitaine de cabotage, disparut en mer alors qu'il était enfant, laissant trois orphelins. Sa mère songea dès lors à le détourner de cette activité traditionnelle vers une carrière ecclésiastique qu'avaient embrassée deux de ses grands oncles et quatre cousins germains. Adolescent, il subit l'influence de son oncle maternel1, le capitaine-marin Joseph Dreano, qui, vivant dans un climat permanent de révolte contre l'ordre établi en raison de nombreuses vexations reçues de la part des abbés commendataires de Rhuis, penchait pour cette raison vers le jansénisme, voire sur le plan politique vers la « république » ; par ailleurs, le jeune Mahé devint le protégé du recteur de l'île qui le fit entrer au collège de Vannes en 1772, d'où ses goûts sérieux, sa propension à la piété2 le firent passer naturellement au séminaire en 1778, année de la mort de sa mère. Ses condisciples et ses maîtres le jugèrent intelligent, « passionné pour l'étude et fort ménager de son temps3 » ; il excellait en grec et en latin et eut, semble-t-il, d'emblée le goût des langues qu'il développa toute sa vie. Par ses amis ou ses futurs disciples on sait que dès cette époque il lisait assidûment les œuvres de Port-Royal, et qu'il ne se séparait jamais des Essais de Pierre Nicole, sa lecture favorite.

  • 4 J. Mahuas, op. cit., p. 390.
  • 5 A. Moisan, Mille prêtres du Morbihan face à la Révolution, 1789-1802, 1999, p. 506.
  • 6 B. Frelaut, Les Bleus de Vannes, 1991, p. 189.
  • 7 Arch. dép. du Morbihan, L289. Cité par B. Frelaut, op. cit., p. 167.
  • 8 Guyot-Jomard dans Bull, de la Société polymathique, 1892, p. 29.
  • 9 J. Royer, « le jansénisme dans le diocèse de Vannes », Bro Gwened, 1953, n° 23, p. 17.
  • 10 Le Joubioux dans Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 1868, n° 36, p. 550.

3Ordonné prêtre le 27 mars 1784, il fut nommé vicaire, d'abord à Kervignac près de Port-Louis où il resta un an puis à la paroisse Saint- Salomon de Vannes. Il devint ensuite curé provisoire de cette dernière paroisse et le resta jusqu'à sa suppression le 28 avril 1791. Résolument hostile à la Constitution civile du clergé4, il refusa le Serment et se cacha en ville chez des amis sûrs. Arrêté le 19 juin 1792, il fut remis en liberté le 1er mai 17945, près de trois mois avant Thermidor. Recueilli par des âmes pieuses, il se fit oublier si bien qu'on le crut émigré (liste du 21 novembre 1794). Dénoncé le 4 mai 1795, il fut appréhendé chez la veuve Kerpart6, rue Saint-François ; le 6 mai, il demanda sa libération au directoire du département qui reconnut que « le citoyen Mahé ne peut être accusé d'avoir prêché la révolte et la sédition, ni d'avoir provoqué le meurtre et l'assassinat, ni d'avoir partagé le brigandage et les crimes des ennemis de la patrie » et, en conséquence, proposa de l'élargir, mais, dans une lettre au maire de Vannes, il refusa de prêter le serment de fidélité aux lois de la République et ne fut donc pas libéré. Selon certaines sources7, il s'évada le 15 frimaire an IV (6 décembre 1795) de la tour du Connétable, et se réfugia au sein de la famille Desgrées du Lou qui l'engagea comme précepteur de ses enfants8. Il y passa, semble-t-il, plusieurs années, mettant à profit sa retraite forcée pour s'appliquer à l'étude des mathématiques, de la musique et du dessin ; il aurait appris aussi l'hébreu9 à cette époque. Selon l'abbé Le Joubioux, qui connaissait bien sa famille et lui succéda au canonicat, « il était fort recherché par la société vannetaise, tant à cause de ses connaissances, déjà très variées à cette époque, qu'à cause de la gaieté et de la causticité de son caractère. L'érudition n'avait pas le moins du monde étouffé en lui la fleur de l'imagination et les grâces de l'esprit10 ».

  • 11 Cl. Langlois, Le diocèse de Vannes au xixe siècle, 1800-1830, 1974, p. 64 et 156-158. Le Gal, anci (...)
  • 12 Cl. Langlois, op. cit., p. 68-69.

4Il se tint donc à l'écart des attitudes extrêmes, faisant partie de cette fraction du clergé réfractaire, la moins nombreuse, qui ne se soumit pas mais ne soutint pas pour autant la chouannerie, refusant l'exil et vivant dans une clandestinité relative, victime de la répression aux moments les plus durs (Terreur de 1793-1794, répression de l'affaire de Quiberon en 1795), mais ouvert à toute solution de réconciliation et prêt dans les années qui suivirent à un compromis nécessaire au rétablissement de l'ordre. Joseph Mahé demanda en novembre 1799 l'autorisation de rétablir le culte dans la chapelle des Ursulines pour y chanter les offices solennels et obtint en mars 1800 un permis de circuler. La faction Le Gal-Mahé11 est alors très mal vue par les chouans (durant leur dernière offensive dans l'hiver 1799- 1800) qui poussent à restreindre la publicité du culte en accord avec les directives de Mgr Amelot. Cette ultime résistance des royalistes freina le courant modéré, et entraîna par réaction la répression de la part de Fouché qui ne supportait pas « le culte indécent qui s'exerce à Vannes », pratiquant l'amalgame entre « soumissionnistes » et « intransigeants ». Il fit arrêter Le Gal, transféré à Oléron, et obligea Mahé12 à se cacher de nouveau.

5En octobre 1801, compte tenu de l'apaisement intervenu sous l'égide du premier consul, le général Bernadotte suspendit l'ordre d'arrêter l'abbé Mahé, qui resta néanmoins sous surveillance de la gendarmerie et du maire de Vannes ; malgré son appui à la nouvelle politique concordataire, il est toujours considéré comme « turbulent ». Mais, assez vite, la tendance pacificatrice et modérée de Bonaparte, premier consul, l'emporta et Mgr Pancemont, le nouvel évêque, entreprit de fondre courants et tendances, en faisant appel à Le Gal qui devint vicaire général et reprit sa place à la tête du séminaire (qu'il avait déjà occupée de 1781 à 1791).

  • 13 Jh. Le Mené, Le chapitre de l'église cathédrale de Vannes, 1900, p. 170-173. Daté du 14 octobre 18 (...)
  • 14 Le Joubioux, op. cit., p. 394.
  • 15 J. Mahuas, op. cit., p. 394.
  • 16 A. Cariou, L'ancien diocèse de Vannes et le département du Morbihan de 1789 à 1792, 1999, t. II, p (...)

6Enfin, le 26 mai 1802, Mahé prêta entre les mains du préfet Jullien le serment prescrit par le sénatus-consulte du 26 avril précédent mais il ne sera totalement amnistié que le 9 février 1805 Entre temps Mgr Pancemont l'avait, sur la recommandation du préfet, pourvu d'un canonicat13 ce qui lui permit de se consacrer définitivement à la vie d'étude qu'il avait choisie. Il mit à profit les loisirs que lui laissait sa charge pour enrichir ses connaissances, plus spécialement en écriture sainte et en patrologie, retrouvant saint Augustin, source inspirée de ses auteurs favoris, sans pour autant renoncer au véritable culte qu'il avait pour Homère et Virgile14. « Un érudit aux lectures éclectiques, un chercheur solitaire », tel il apparaissait en ces toutes premières années du xixe siècle15. Opinion à rapprocher du jugement du vicaire général Allain en 1808 : « Bonnes mœurs, aime beaucoup l'étude, sait beaucoup, thomiste outré, un peu caustique16. »

  • 17 J. Mauricet, Le collège de Vannes en 1812.Souvenirs d'un vieux collégien, 1876, p. 46.

7Les choses changèrent quand il devint à la fin de 1806 aumônier du collège de Vannes, en même temps que suppléant des professeurs lors de l'absence ou l'indisponibilité des uns ou des autres, fonction apparemment subalterne, mais qui le mettait en contact avec les jeunes élèves du collège, candidats pour la plupart au séminaire et destinés par la suite à encadrer le futur clergé diocésain. Un de ses élèves, le docteur Mauricet, nous a laissé un portrait fidèle de cette époque : « Il remplissait pour les modiques appointements de 300 francs cette triple mission avec un talent rare. Il y avait heureusement pour le comprendre un milieu digne de ce savant chanoine. Je le vois encore dans la chaire de notre chapelle, debout, la taille élevée, le front haut, les yeux bruns et doux, le nez et le bas de la figure exprimant tout à la fois la finesse et la fermeté. Bannissant les mièvreries et les instructions, il ne semblait préoccupé que d'une seule chose : fortifier nos âmes par les grands principes de la morale et nous prémunir contre cette affreuse maladie qui a torturé tant de personnes de bonne foi : le Doute. Ses discours, qui ne dépassaient jamais un quart d'heure, se bornaient ordinairement à la démonstration de quelque grande vérité évangélique ou à quelques conseils de morale pratique. Son geste était sobre, presque nul ; sa voix limpide, claire, aux intonations peu variées. Antoine Arnaud, parlant en Sorbonne, devait avoir cet accent-là17. »

  • 18 J. Mahuas, « Les luttes de tendances dans le clergé vannetais au début du xixe siècle », Mémoires (...)
  • 19 Fr. Rio, Épilogue de l'art chrétien, 1870, p. 184.
  • 20 Guyot-Jomard, dans Bull, de la Soc. Polymathique, 1892, p. 38-40.

8En fait, ses cours, qu'il préparait avec un soin méticuleux, s'étendaient bien au-delà de la morale et de la religion ; il captivait son auditoire en faisant appel à l'histoire, à la mythologie, à la science (découvertes géologiques) pour étayer ses exposés. Selon J. Mahuas18 aucune référence directe aux thèses royalistes n'y apparaissait. Cependant maints aspects de ses leçons révèlent la présence, au moins diffuse, d'une inspiration janséniste. La morale et la piété qu'il enseignait étaient austères et rigoureuses. En dehors de ses cours il recevait volontiers, en tant qu'aumônier, les plus doués de ses élèves pour les conseiller dans leurs lectures, recevoir leurs confidences, et discuter librement avec eux sur tous les thèmes que sa vaste culture lui permettait d'aborder : aussi bien archéologie, architecture, littérature ou musique que philosophie, théologie et spiritualité. Ses propos, tenus avec une autorité confiante, ont eu une influence profonde sur ce petit cénacle de privilégiés dont l'un des moindres n'était pas Alexis-François Rio qui s'en est fait l'écho19 de longues années plus tard en avouant parfois sa perplexité : « [Le zèle] de l'abbé Mahé pour la pureté [de la foi], mais surtout pour la solidité de la mienne, eut pour premier résultat de m'éblouir plus que de m'éclairer. Me supposant beaucoup plus versé que je ne l'étais réellement dans la controverse des questions à la fois du domaine de la philosophie et à celui de la théologie, il voulut de prime abord, me faire digérer des thèses tellement ardues qu'elles me donnèrent un véritable vertige... » Ainsi son audience intellectuelle était telle qu'il reçut en septembre 1812 une proposition de l'évêché de Rennes d'être recruté comme professeur de théologie à la Faculté qu'on envisageait de créer, il y répondit favorablement, mais les choses traînèrent en longueur et le changement de régime amena l'enterrement de ce projet20.

  • 21 Ibidem, p. 35-36.

9De décembre 1806 à mars 1815 l'abbé Mahé fut également conservateur de la bibliothèque de la ville de Vannes21 dont le service quotidien était requis pour les études du collège ; à cette dernière date, lorsque le poste fut supprimé pour des raisons budgétaires, on lui demanda de continuer à tenir la bibliothèque ouverte et d'en assurer la surveillance « à titre honoraire ». À vrai dire, cette occupation ne semble pas l'avoir accaparé outre mesure mais il s'en servit pour étendre sa culture encyclopédique, accumuler une documentation sur les anciens monuments du Morbihan, et jeter les premiers jalons de son œuvre historique à venir.

  • 22 J. Mahuas, op. cit., t. II, p. 402.
  • 23 J. Mahuas, « Les luttes de tendances dans le clergé vannetais », Mémoires de la SHAB, 1969, p. 164

10Durant une douzaine d'années il trouva au collège de Vannes des maîtres disposés à faciliter son action ; ceux-ci montrèrent un grand prosélytisme en prêchant un « thomisme à forte saveur janséniste22 » ; les œuvres d'Arnauld, de Nicole, de Pascal circulaient dans le jeune clergé, indisposant de nombreux prêtres âgés qui se voyaient traités de « pélagiens ». Ses anciens élèves après leurs études au séminaire furent promus et trois d'entre eux (Hercelin, Guillaume, Guégan), entrés de 1812 à 1814 dans le corps professoral, se proposèrent de renouveler l'enseignement théologique. D'autre part, malgré sa désapprobation, les élèves du collège, de conviction monarchiste, « fiers, brusques, impatients », se compromirent en apportant un concours actif à la chouannerie de 1815, mais son influence morale fut à peine entamée, et, au bout de quelques mois, il reprit l'habitude de recevoir chez lui les sujets les plus brillants qui devinrent ses plus fervents disciples. Sans chercher à constituer une sorte de « Petite Église janséniste », Mahé et ses amis étendaient tellement leur influence qu'ils finirent par inquiéter l'évêque, mais plus encore Gabriel Deshayes, curé d'Auray, personnage influent et entreprenant qui bientôt n'eut de cesse de réduire puis d'éliminer cette tendance au sein du clergé23.

  • 24 J. Mahuas, op. cit., t. II, p. 422-427.
  • 25 Ibidem, p. 415-419.

11La contre-offensive du Père Deshayes se traduisit d'abord par l'ouverture d'un petit séminaire à Auray à la rentrée de 1815, ouverture qui connut rapidement un grand succès, et, grâce à l'appui de l'évêque Bausset- Roquefort (1807-1819), par l'organisation de missions confiées aux jésuites. Il créa également des retraites fermées, dans l'esprit de celles qui avaient fleuri à Vannes au xixe siècle24. La concurrence entre les deux petits séminaires et les visées des supérieurs sur l'avenir des sujets les plus prometteurs, comme Pierre le Port25, aboutirent à un conflit ouvert que l'évêque dut trancher : après avoir vainement tenté d'obtenir de Paris des jésuites puis des lazaristes pour qu'ils prennent en charge le petit séminaire de Vannes, il dut se résoudre au renvoi des trois professeurs cités plus haut convaincus, après enquête, de jansénisme (été 1816). Mahé lui-même perdit sa charge d'aumônier et se vit interdire l'accès du séminaire.

  • 26 Ibid., p. 429-444.
  • 27 Ibid, p. 444-446.
  • 28 Le Joubioux, Semaine religieuse du diocèse de Vannes, n° 37, p. 564.

12Voyant les progrès de l'influence de Deshayes et le succès grandissant des jésuites, réduit lui-même au silence, il se résolut à utiliser l'arme qui lui restait en composant un ouvrage de réflexion théologique qui parut par prudence à Paris sans nom d'auteur en 1818. Cette forte brochure de 280 pages s'intitulait curieusement Dialogues sur la Grâce efficace entre Philocaris et Aléthozète26. Ces deux personnages fictifs, inspirés du grec, étaient un clin d'œil à Platon pour la forme ; malheureusement le style n'avait ni la vigueur des Provinciales, ni le sel attique de ce dernier ; c'était un traité strictement argumenté, trop pesant pour conquérir un public nombreux. Philocaris, qui représente la pensée de Mahé, réfute point par point, en s'appuyant sur les pères de l'Église et, en dernier lieu, sur l'autorité de saint Augustin, les timides objections d'Aléthozète, censé être le défenseur de la « Grâce versatile » de Molina, dont la doctrine mène à tous les relâchements, alors que la doctrine de la « Grâce efficace » favorise une morale exacte et ferme. Il accuse les Molinistes d'avoir accepté les principes d'intolérance et termine par une allusion à peine voilée au petit séminaire de Sainte-Anne d'Auray, en usant d'une citation biblique. Bien entendu la Chronique religieuse de Paris, organe des port-royalistes, applaudit tout en regrettant l'anonymat de la publication : « Son ouvrage se distingue par la pureté du style, la clarté et la justesse des raisonnements, la force des preuves, une profonde érudition que l'auteur a su y mettre, et surtout le ton de la sagesse et de modération qui y règne27. » Selon l'abbé Le Joubioux, « Philocaris eut le sort de tous les livres ; ses champions et ses adversaires les plus ardents n'étaient pas précisément ceux qui comprenaient le mieux... Dans ces luttes, l'esprit d'antagonisme jouait un plus grand rôle que la conviction... Il fallait défendre son drapeau et on le défendait bien ou mal. Cette fureur de nos jeunes Morbihannais pour la discussion nous valut, d'abord dans les diocèses voisins, puis dans tous les diocèses de France, enfin ailleurs qu'en France, je le sais mieux que par ouï-dire, une fâcheuse réputation, celle de jansénistes28. »

  • 29 J. Mahuas, op. cit., t. II, p. 451-454. Selon le préfet Lorois, dans une lettre au ministre des cu (...)
  • 30 J. Mahuas, op. cit., t. II, p. 454-460.

13Dès la parution en effet la polémique reprit à Vannes, tant au séminaire que dans le diocèse parmi le clergé. Jusqu'en 1822 les discussions théologiques entre élèves sévirent de plus en plus fort et à mesure que le nombre de ceux qui étaient issus du petit séminaire de Sainte-Anne grandissait, et, alors que les Dialogues de Mahé circulaient sous le manteau, on s'invectivait entre « thomistes » et « molinistes ou suareziens ». Dans le clergé, le départ de Deshayes pour Saint-Laurent-sur-Sèvre en vue de consolider l'œuvre du père de Montfort, ne procura pas l'apaisement qu'on aurait pu attendre. En 1821, le drapeau de la résistance fut repris par Benjamin Videlo, un ancien chouan29, curé de Ploemeur soutenu par le vicaire général Coquerel, qui, dans l'Ami de la Religion et du Roi du 10 janvier prit directement Mahé à partie au sujet de ses Dialogues : « Il faut se garder de disputer sur de hautes matières et sur les jugements secrets de Dieu, pourquoi celui-ci est choisi et celui-là abandonné... Publier de nos jours et en français un ouvrage sur la Grâce efficace, vouloir absolument rendre populaires ces questions hautes et abstruses, c'est une idée qui suppose bien peu de réflexion et de tact ou beaucoup de préoccupation et de singularité. » Videlo met aussi en cause la forme, ridicule, qui fait penser aux « femmes savantes », et certaines justifications que Mahé est allé chercher chez des auteurs latins (Virgile, Juvénal) ou grecs (Homère) « autorités bien choisies sans doute quand il s'agit d'établir un dogme ». Il conclut sa longue diatribe par une sorte d'hommage, en précisant que, « si Mahé n'a pas signé, ce n'est sûrement pas par respect humain : son zèle est connu par toute la province. Il ne fait pas seulement des livres pour illuminer l'Église ; c'est presque un missionnaire et il cherche avec ardeur à faire des partisans à la grâce efficace. Il a déjà conquis, dit-on, quelques jeunes gens et des femmes. Ce n'est pas sa faute s'il reste des molinistes à Vannes ou dans les environs30 ».

  • 31 Ibidem, t. II, p. 463.

14Devant ces critiques directes Mahé ne pouvait pas ne pas réagir, et il répondit par une série de dissertations dont la publication fut interdite par Mgr de Bruc, lassé depuis deux ans qu'il occupait le siège épiscopal par ces querelles intestines. Digne descendant de Port-Royal, Mahé ne s'inclina pas et fit circuler des copies manuscrites que ses amis ou disciples multipliaient ; il y répliquait à Videlo sur le même ton persifleur : « Un astrologue observant la lune y découvrit un monstre effroyable, mais quand on en vint à l'examen, on trouva que ce monstre n'était qu'une souris placée entre les verres du télescope. Voilà tout juste le censeur des Dialogues. Il a cru y découvrir une hérésie fameuse, et ce monstre n'est que dans sa lunette, c'est-à-dire dans son imagination malade31. »

15La controverse dura encore quelque temps puis s'apaisa peu à peu sous l'arbitrage du supérieur du séminaire, l'abbé Le Gal, dont l'autorité fut mise à rude épreuve. Plusieurs sympathisants de Mahé gagnèrent la Trappe entre 1822 et 1826 ; celui-ci continua à entretenir des correspondances avec plusieurs affiliés de la Société de Port-Royal, à diffuser dans le département les livres qu'elle recommandait, à en recevoir chez lui des membres influents. Cependant la page publique était tournée et Mahé avait depuis quelque temps déjà entrepris une tâche ardue mais plus paisible qui sera son grand œuvre, celle qui justifie en dernier lieu sa réputation.

  • 32 J.-Y. Guiomar, Le bretonisme, 1987, p. 29. C'est par erreur que l'auteur a donné dans son livre 18 (...)

16C'est en 182532 que paraît l'Essai sur les Antiquités du Département du Morbihan par J. Mahé, « chanoine de la cathédrale de Vannes, et membre correspondant de la Société académique d'Agriculture, Belles-Lettres, Sciences et Arts de Poitiers ». Il est imprimé à Vannes, chez Galles, imprimeur du roi. L'ouvrage est dédicacé au comte de Chazelles, préfet du Morbihan, qui a encouragé l'auteur à se « livrer à quelques recherches touchant ces monuments qui sont parmi nous en plus grand nombre qu'en aucun lieu du monde, et qui en ce moment attirent l'attention des savants de la France, et même de l'Europe ». Dans sa préface Mahé ajoute : « Dès que j'eus connaissance des monuments celtiques disséminés sur notre territoire, je fus surpris que personne n'y fit attention, et plus surpris encore que les archéologues n'eussent pas daigné s'en occuper, eux qui recherchent avec une avide curiosité les moindres restes des antiquités romaines, grecques ou égyptiennes... Enfin, grâce à l'impulsion donnée par la Société royale des Antiquaires de France, les ouvrages des vieux Gaulois commencent à inspirer de l'intérêt, et le public n'est pas fâché qu'on lui en parle », et, un peu plus loin : « Faut-il donc que nous soyons les seuls inattentifs ?... Que nous soyons réduits à demeurer muets, ou à balbutier quelques réponses vagues et pleines d'ignorances, réponses bien propres à confirmer l'opinion désavantageuse qu'on a des Bas-Bretons, comme d'un peuple non civilisé et presque sauvage. » C'est donc sa fierté de Breton autant que les encouragements officiels qui l'ont poussé à écrire cet ouvrage.

  • 33 J.-Y. Guiomar, Le bretonisme, 1987, p. 26-28.

17La publication de l'Essai sur les Antiquités n'est cependant pas un événement tout à fait nouveau ou isolé ; elle s'inscrit dans le courant issu de l'Académie celtique (née en 1805) illustré dans le Finistère par Cambry et le chevalier de Fréminville, et en Morbihan par Maudet de Penhouët qui s'efforce d'établir un rapport entre le breton et le phénicien (il va jusqu'à voir dans la Vierge de Quinipily une statue égyptienne). Il faut également rapprocher cette parution de celle du Précis de l'Histoire de la Bretagne publié en 1821 par Édouard Richer à Nantes, fondateur du Lycée armoricain, revue avec laquelle Mahé entrera en correspondance en 1826-1827. Enfin on rappellera que c'est dès 1826 que Daru fait paraître son Histoire de la Bretagne dans la ligne de dom Morice, en gros celle de l'historiographie bretonne jusque vers 184033.

18L'ouvrage est divisé en deux grandes parties : Antiquités celtiques (p. 1-308), Antiquités non celtiques (p. 309-468). Chaque partie étant elle- même subdivisée en une partie « générale » de réflexion et une partie « en particulier » qui renvoie à la description des monuments par localité. L'article (chapitre) I débute par des considérations sur les Vénètes, leurs ressources, leur territoire, leurs colonies, et bien entendu leur capitale : Mahé prend partie contre de Caylus et ses partisans en identifiant Dariorig (Darioritum) avec Vannes plutôt qu'avec Locmariaquer non sans avoir scrupuleusement examiné les arguments des uns et des autres ; il termine par le récit de la guerre contre César, en évoquant la bataille navale qui s'est livrée « en baie de Quiberon car les Romains n'auraient jamais osé s'engager dans le Morbihan (le Golfe) dont ils ne connaissaient ni les roches ni les bas-fonds »...

19L'étude se poursuit par la définition et la description des « monuments druidiques », baptisés « barrows » (tertres), galgals (tumuli en pierre), dolmens (tables), menhirs, roches aux fées, cromlechs (ou cercles druidiques), alignements, trémènes (pierres sacrées), lichavens (deux menhirs supportant un linteau), pierres percées, celtae enfin. Bien que rédigées avant l'avènement des premières fouilles et de l'archéologie de terrain, ces pages frappent par la rigueur de l'analyse ; elles nous surprennent plutôt aujourd'hui par les références fréquentes de Mahé à l'Antiquité gréco-romaine, dont il était féru, pour expliquer la civilisation celte... La fin de ce premier chapitre consacrée à la langue bretonne nous laisse plus perplexe encore. S'improvisant philologue et grammairien autant qu'historien, Mahé se livre à des rapprochements hardis, persuadé que le breton, identifié au celtique dans son ensemble est la langue mère de l'Europe : « De tous les monuments celtiques, le breton est sans contredit le plus ancien et le plus intéressant, puisqu'il répand la lumière sur un grand nombre de vieux mots dont, sans cet idiome, l'origine demeurerait inconnue, et qu'il a enrichi de nombreuses racines le latin, le grec, le françois et presque toutes les langues vivantes de l'Europe. » Il n'est pas le seul d'ailleurs à émettre cette hypothèse, c'est l'époque où les savants s'évertuent à trouver une origine commune aux « langues indo-européennes », mais avec plus de prudence que notre vaillant érudit local. Pour une affirmation plausible (« les Vénètes des environs de l'embouchure du Pô étaient une colonie des Vénètes de l'Armorique »), il n'hésite pas à avancer que « les Galates de l'Asie mineure parlaient autrefois le breton » ou encore « les Estions qui sont les Prussiens d'aujourd'hui par loient un dialecte du breton ». Malgré tout on reste admiratif lorsqu'il aligne sur six pages un tableau des concordances de noms bretons et de noms latins avec quelques apparences de justification ; ce n'est pas l'imagination créatrice qui lui faisait défaut, c'est l'absence de méthode liée à la trop grande assurance de l'autodidacte et à son amour pour la Bretagne.

20L'article II (Antiquités celtiques du Morbihan en particulier) est le plus copieux. Il énumère, arrondissement par arrondissement et commune par commune, les monuments qu'il a pu visiter ou dont on lui a envoyé la description en les analysant à la lumière des définitions rigoureuses qu'il en a données initialement. Le suivre nous entraînerait trop loin, ses interprétations sont souvent sujettes à caution mais il a eu le mérite d'être le premier pour la plupart d'entre eux sauf pour Carnac où de Caylus, de Robien, Maudet de Penhoùet et quelques autres l'avaient précédé. Sur le cas de Vannes il consacre une page à l'étymologie bretonne du nom (Guennet plutôt que Gwenned) et deux pages curieuses sur la presqu'île de Conlo (sic) sous le léger renflement de laquelle il croit déceler un retranchement celtique.

21Dans la seconde partie (Antiquités non celtiques), après avoir expédié les Antiquités ecclésiastiques en une quinzaine de lignes, il s'étend (p. 311- 317) sur les voies romaines et revient sur l'« antiquité du breton prouvée par l'histoire » en s'appuyant sur les positions de d'Argentré. Il s'intéresse surtout aux « coutumes diverses » (p. 323-335) à l'instar d'un authentique ethnologue : d'abord aux « fontaines à niches » dans lesquelles « il est très probable que les Gaulois baignaient aussi quelqu'une de leurs divinités, et que, pour faire oublier cette coutume idolâtrique, les anciens évêques, par condescendance pour la faiblesse des peuples attachés à leurs anciennes rubriques, consentirent qu'on plongeât dans une fontaine l'image du patron de chaque paroisse ou de quelque autre saint ». De même, il loue l'adresse des pasteurs « qui, ne voulant point aigrir et révolter les pauvres gens », firent placer des images vénérées au creux des arbres à niches dédiées à des cultes superstitieux « pour accoutumer les chrétiens grossiers à avoir recours à Dieu par l'intercession des saints ». Il consacre également une bonne quinzaine de pages documentées aux jeux (la Quasimodo, Aguilanneuf, les œufs de Pâques), aux aliments, aux lits et aux costumes (braies des hommes et bavolets des femmes) des habitants du Morbihan.

22Sur les Opinions populaires (p. 353-362) il pense qu'elles ne doivent pas être négligées dans un traité sur les antiquités, « quelques ridicules qu'elles soient », parce que souvent elles remontent à des siècles très éloignés de nous : « J'entendis un jour la conversation de deux femmes du peuple dont l'une disait que la cathédrale de Vannes a été bâtie par les Anglais. Vingt autres fois j'ai entendu leur attribuer la construction d'un grand nombre de nos églises. Une tradition si répandue a certainement un fondement historique et elle n'a pu naître que d'un fait notoire et propre à frapper les masses populaires ; mais il n'est pas aisé de l'assigner. »

23Enfin il s'intéresse aux Chants populaires (p. 353-375) : « Dans le Morbihan, comme ailleurs, le peuple est en possession d'un grand nombre de petits airs qui l'amusaient pendant ses travaux, et qui sont l'expression de sa gaieté dans les moments rares où il oublie ses peines... Il serait à désirer qu'on fît dans chaque département un recueil des principaux airs qui composent le répertoire du peuple, et une collection de ces recueils partiels ne serait pas sans intérêt, ni pour le philosophe qui aimerait à comparer le génie musical de sa contrée avec celui des autres, ni pour le musicien dont l'oreille, quoique superbe et dédaigneuse, y trouverait quelquefois avec une mélodie chaude et coulante, une piquante originalité. »

  • 34 Essai sur les Antiquités du Morbihan, 1825, p. 396.

24Mahé annonce ainsi l'œuvre de La Villemarqué et se livre par ailleurs à des considérations techniques sur l'origine du mode mineur : « Quoique la danse n'entre ici que comme un objet d'antiquité, je déclare, pour ne scandaliser personne, que je regarde cet exercice comme très dangereux et que je suis de l'avis d'Ovide, qui, certes, n'était pas rigoriste, et qui, pourtant, avait dit que les danseuses sont à craindre par les grâces de leurs gestes, par les mouvements cadencés de leurs bras, et par les molles inflexions de leurs flancs34. »

  • 35 Société des Amis de Vannes, bulletin n° 20, 1995, p. 5-38.
  • 36 Essai sur les Antiquités du Morbihan, 1825, p. 396

25Dans son dernier chapitre consacré aux Antiquités non celtiques en particulier Mahé se penche sur l'histoire et les monuments de vingt à vingt- cinq localités, mêlant étroitement les considérations archéologiques aux récits des faits, et les contes et légendes au rappel de coutumes populaires. Vannes seule fait l'objet d'une trentaine de pages (390-419) réparties entre « Antiquités ecclésiastiques » et « non ecclésiastiques ». Il s'étend sur la « procession du 6 septembre » (reliques de Vincent Ferrier) et, à propos de la tour du Connétable, fait la part belle au récit de l'arrestation d'Olivier de Clisson en 1387. Ses sources sont pour l'essentiel Bertrand d'Argentré et Dom Morice. Bertrand Frélaut a relevé une bonne dizaine d'erreurs ou d'approximations dans Vannes telle qu'ils l'ont vue35 et souligné sa vision conservatrice de l'histoire : « Je n'ai pas vu sans déplaisir la suppression des dominicains, des bénédictins et de quelques autres religieux ; car, outre des prédicateurs solides, ils fournissaient des savants en tout genre et des théologiens attachés à nos libertés, à la saine morale et à toutes les vérités anciennes. Aujourd'hui, la barrière qui contenait les profanes nouveautés est rompu, et elles ne peuvent manquer de se répandre comme un torrent. Loisir, repos d'esprit, exemption des soins d'une famille, riches bibliothèques, doctrines traditionnelles, confrères habiles et d'une conversation instructive, voilà les précieux moyens que ces religieux avoient pour acquérir des connaissances. Ces foyers de lumière sont éteints, et le clergé moderne est trop occupé des détails du ministère pour pouvoir y suppléer et pour entretenir le feu sacré. Quel avenir pour l'Église de France36 ! »

26Cette nostalgie de la douceur de vivre (et d'écrire) au xviiie siècle s'explique par l'âge (Mahé a soixante-cinq ans lorsque paraît son Essai) et les tribulations qu'il a subies sous la Révolution. Ses craintes quant à la quiétude intellectuelle dont jouissaient sous l'Ancien Régime les ecclésiastiques seront heureusement démenties par bon nombre de prêtres érudits que verra fleurir le xixe siècle en Bretagne, que l'on songe pour le Morbihan à l'abbé Luco et au chanoine Le Mené !

27Voyons pour terminer quelle fut la postérité de l'œuvre du chanoine Mahé. Tiré à 2 000 exemplaires l'Essai sur les Antiquités fut durant une bonne partie du xixe siècle la bible de tous ceux qui s'intéressèrent à l'histoire et à la préhistoire du Morbihan.

  • 37 Le rapport de Pierre Athénas a été reproduit dans le Bulletin de la Soc. Polym., 1891, p. 151-152.

28Dans un premier temps la critique fut favorable. Le Lycée armoricain (1er février 1826) fit un compte rendu élogieux sous la plume du rapporteur de la Société académique de Nantes, Pierre Athénas37. Après avoir brossé l'état des études et des sciences archéologiques en France, ce dernier constate que « si Maudet de Penhouet a été le premier à appeler l'attention sur nos antiquités, il n'a traité que quelques objets de la tâche qu'il s'était imposée pour le Morbihan. M. Mahé vient de la remplir [cette lacune]. Fort d'une vaste érudition, de la connaissance des langues savantes, de l'hébreu et du breton, sa langue maternelle, il a pu, mieux qu'aucun autre, pénétrer dans les mystérieux rapports de celle-ci avec les autres, et scruter les causes des usages des Anciens, par ce qui reste dans le langage et dans les habitudes des cultivateurs bretons ». Il se livre ensuite à une analyse serrée, détaillée des différents chapitres de l'Essai sur les Antiquités, le soutient sur ses affirmations les plus controversées, la colonisation des Vénètes en mer Adriatique, le site de Vannes comme capitale, et même l'antériorité de l'occupation de la Bretagne insulaire par les armoricains ; sur l'extension de la langue bretonne il est plus réticent : « Strabon dit que les nations connues vers le septentrion étaient d'abord appelées du nom commun de Scythes et que par la suite des temps on les a nommés Celtes. Ce passage, joint à quelques autres historiens, fait croire à M. Mahé que les Celtes étaient originaires des pays au levant de la mer Caspienne, dans la Bactriane, dans la Sogdiane, et même au nord de cette mer. »

  • 38 Lycée armoricain, t. VII, 1826/2, 38e livraison, p. 120-124, 453-458.

29Toutefois, assez vite, la critique est plus circonspecte. On lit dans le Lycée armoricain : « M. Mahé, l'un des ecclésiastiques les plus respectables du clergé de France, vient enfin de nous donner son essai, si impatiemment attendu, sur les antiquités de notre département auquel on ne peut reprocher le défaut d'érudition et des citations. » Mais, plus loin38 : « Je regrette que le peu de temps ne me permette pas de vous faire part de tous les éloges mérités que nous nous sommes plus à donner au travail de notre bon chanoine, quoique ne partageant pas toutes les opinions qu'il émet avec autant de talent que de modestie. Il est fâcheux qu'une entreprise aussi bien commencée ne soit pas achevée et que l'auteur ait été forcé malgré lui de rester en un si beau chemin. On a peine à comprendre comment, à l'aide de ses relations avec MM les ecclésiastiques de chaque canton, il n'ait pu obtenir d'eux, ni même des fonctionnaires auxquels M. le Préfet n'a pas manqué de le recommander, tous les renseignements qu'il était si facile de donner, sans qu'il fût besoin d'érudition, sur le nombre, l'espèce et le gisement des antiquités si connus dans chaque localité. »

  • 39 Ibidem, t. IX, 1827, 4e livraison, p. 80-90, 395-407.

30Les reproches du chevalier de Fréminville, largement exprimés39, entraînèrent des réponses caustiques dans les Lettres morbibannaises que publia le Lycée armoricain : elles portaient plus particulièrement sur les antiquités monumentales, mais la partie de l'ouvrage qui traitait des mœurs du pays encourut aussi des reproches, « on trouvera que l'auteur s'était trop complu dans les récits de contes de sorciers et autres croyances populaires qui font le charme des veillées de pays, et que, loin de chercher à les déraciner, il semblait s'être proposé de les propager ».

31Si, en 1826 encore, l'ouvrage suscite des échos favorables et circonstanciés de la part de différents membres de la Société d'agriculture, sciences et arts de Poitiers (dont il était correspondant), de la Société académique de la Loire-Inférieure qui l'élève le 2 février à la même dignité, il ne rencontre en Morbihan que les réactions motivées du maire d'Augan, Le Douarin, sur les monuments de sa région. En 1827, Mahé, fort de sa nouvelle stature, adresse à de Fréminville des observations sur l'ouvrage que ce dernier vient de publier sous le titre, Antiquités de la Bretagne, et dont la première partie est consacrée au Morbihan ; il conteste ses positions sur plusieurs points opposés aux siens (Locmariaquer, capitale des Vénètes, l'extension de monuments celtes jusqu'en Italie, en Grèce et en Égypte) ; il se défend lui-même d'avoir dit que les Hébreux et les Grecs seraient venus en Armorique, mais seulement qu'on trouve chez eux des « Antiquités celticoïdes ». Il est rasséréné lorsque, trois ans plus tard, le savant incontesté qu'était Arcisse de Caumont, lui écrit pour lui demander l'envoi de son livre.

  • 40 Compte rendu des travaux de la Société polymathique durant l'année 1831-1832, n° 6, p. 6.

32Mais son plus beau titre de fierté est évidemment l'appel que les promoteurs de la Société polymathique du Morbihan lui lancèrent pour la présider au lendemain de sa naissance. Décidée au cours d'une promenade champêtre de botanistes et d'entomologistes, cette fondation fut officialisée le 29 mai 1826 en l'absence de l'abbé Mahé, les statuts adoptés après large discussion le 26 juin, cette fois en présence de Mahé et de quinze personnes. Elle a pour objet d'études les sciences, spécialement les sciences naturelles, les arts et la philologie. Elle s'occupe également de réunir dans un musée diverses productions naturelles, des produits intéressants des arts et d'autres objets curieux de plusieurs genres. On s'occupa ensuite de la nomination du premier bureau : « La présidence échut, comme il fallait s'y attendre, avec unanimité, au chanoine Joseph Mahé, le personnage le plus en vue de la nouvelle Compagnie. » À ce petit cénacle, aussitôt placé sous la protection du comte de Chazelles, préfet, et du maire de Vannes, s'adjoignirent dès juillet, vingt-cinq membres correspondants choisis dans les départements voisins, « tous admirateurs du chanoine Mahé, de ses correspondants et parrains auprès des diverses compagnies savantes dont il faisait partie ». Pourtant, on peut lire dans l'article nécrologique que lui consacra le secrétaire, Georges Monnier40, les lignes suivantes : « Son livre, il faut le dire, meilleur pour le fonds que pour la forme, présentait bien des difficultés. Nous ne pensons pas que M. Mahé les ait toutes vaincues, mais il prouverait à lui seul une grande érudition. »

  • 41 Ibidem, 1829-1830, n° 4, p. 8-9.
  • 42 Ibidem, 1830-1831, n° 5, p. 3.

33Il s'occupa peu de l'organisation de la société, se contentant de régner. Il y présenta cependant en 1828 ou 1829 une étude sur les Antiquité homériques tirée des textes de l'Iliade et de l'Odyssée, malheureusement perdue. Il lut également un savant mémoire intitulé : Lettres sur le Déluge biblique41 agrémenté de réflexions sur les différentes versions du Livre comparées avec les écrits mythologiques de différents pays d'Asie, d'Afrique et même d'Amérique, et de notes sur l'Ancien et le Nouveau Testament. Dans le compte rendu des travaux de l'année 1830-1831, le docteur Mauricet42 ajoute que « l'auteur s'arrête avec une sorte de complaisance sur les traditions des Celtes, et il trouve dans l'Edda, ce monument précieux de la mythologie septentrionale, une analogie remarquable avec le récit de la Genèse ». Au printemps 1831 il donna encore une communication, mi- littéraire, mi-historique sur Raymondin et la fée Mélusine.

34Depuis 1820 au moins, l'abbé Mahé avait pris la défense des monuments que l'on n'allait pas tarder à appeler historiques, sur les encouragements du préfet de Chazelles, qui créa en 1828 une Commission statistique départementale dont Mahé fit partie et pour l'impression des travaux de laquelle il obtint un crédit du Conseil général ; sur ses recommandations, il intervenait vigoureusement pour arrêter le vandalisme qui sévissait surtout à l'égard des monuments préhistoriques et finit par nommer un Conservateur et Inspecteur des antiquités du Morbihan, invité à collaborer avec la société polymathique (après le refus de Mahé qui se jugea trop âgé pour accepter ce poste). La Révolution de 1830 porta un coup dur à la Société qui perdit son protecteur et vit baisser l'assiduité de ses membres. En octobre, Mahé dut battre le rappel pour qu'on lui trouve un successeur en conformité avec les statuts.

  • 43 Guyot-Jomard a public le testament de l'abbé Mahé dans Bull, de la Soc. Polymathique, 1892, p. 41- (...)

35À la fin de l'été 1831, à plus de 70 ans, fatigué, il voulut suivre une excursion de la Société qu'il rejoignit à l'île d'Houat. Le mauvais temps perturba le retour et, après une nuit sous la pluie sur l'îlot de Méaban, il dut s'aliter et mourut quelques semaines plus tard de ce refroidissement mal soigné, le 6 septembre 1831. Son convoi funèbre fut très suivi, y compris par une foule de pauvres gens auxquels il avait légué une somme importante et le produit de la vente de 120 exemplaires de l'Essai sur les Antiquités. Par son testament, il faisait également 43don d'une centaine d'ouvrages à l'évêché de Vannes et au Séminaire, de ses ornements sacerdotaux et divers objets de culte au recteur de l'île d'Arz.

36L'éloge funèbre fut prononcé par le nouveau secrétaire de la Société polymathique, Georges Monnier : « Attaché par devoir et par goût à l'étude de la religion, sur laquelle il a laissé de nombreux écrits, il trouva dans son infatigable activité bien du temps encore pour acquérir cette foule de connaissances qu'il possédait et dont il parlait si bien. Aussi sa réputation ne demeura-t-elle pas longtemps dans les limites de notre Département. »

  • 44 Pierre Levot, Biographie bretonne..., t. II, 1857, p. 376.

37Après sa disparition, Cayot-Delandre, qui succéda comme secrétaire de la Société polymathique à G. Monnier, fut avare d'éloges dans la préface qu'il publia (non sans avoir visité livre en mains les sites qu'avait repérés l'abbé Mahé) vingt ans plus tard en tête du Morbihan, son histoire et ses monuments (1847) : « L'ouvrage de l'abbé Mahé est épuisé depuis longtemps ; bien qu'un exemplaire de ce livre ait pris aux yeux de tout observateur qui désire comparer les opinions, il n'est pas probable qu'on tente jamais la réimpression, car il faudrait y joindre un travail complémentaire si considérable que le texte primitif en deviendrait pour ainsi dire accessoire ». Son opinion a probablement inspiré Prosper Levot lorsque celui-ci développe en 185744 les plus gros reproches faits à l'Essai sur les Antiquités : « L'érudition classique et pédagogique déborde à tort et à travers dans ce livre, et si cette superfétation en était élaguée, il resterait à peine 100 pages pour la description des monuments. Mahé, nous le tenons de source irrécusable, avait très peu vu de ses propres yeux ; c'est au point qu'il n'est pas allé à Carnac ! Son ouvrage lui fut commandé par M. de Chazelles, préfet du Morbihan, et payé par le département. Il fit venir quelques notes, plus ou moins exactes, des dessins et des plans, puis il brocha sur le tout. » Ces accusations tardives parurent assez graves pour déclencher la réaction d'un petit neveu de Mahé, Guyot-Jomard, dans le bulletin de la Société polymathique. Il n'eut pas de peine à montrer que « neveu et cousin germain de cinq ou six prêtres en exercice dans le diocèse, il avait gîte assuré et table ouverte à Locmariaquer, Erdeven, Groix, Surzur, et que dès 1783 à Questembert, en 1784 à Kervignac, de 1798 à 1800 à Augan, Tréhorenteuc, Guillac, Guiscriff, il avait beaucoup vu ; qu'il était allé deux fois à Carnac, en particulier avec Athénas, son ami de Nantes et qu'il avait accumulé au cours de ces années bien des documents et des dessins originaux ». Une fois Levot réfuté pour absence de preuves, manque de circonspection et de mesure, Guyot-Jomard adopte lui-même un jugement moyen : « C'est donc sous un point de vue exclusivement scientifique que le travail de l'abbé Mahé mérite de fixer l'attention ; il reste curieux, a dit Cayot-Delandre, comme expression d'un système savamment exposé et soutenu ; ajoutons qu'il reste comme une oeuvre unique, une véritable thèse doctorale, qui fait prime aujourd'hui aux yeux de tous les amis des études archéologiques à leur début. »

38Pour notre part, en guise de conclusion, il nous semble que le chanoine Mahé, prêtre hors norme mais scrupuleux, réfractaire résolu mais discret, Breton dans l'âme, fut aussi un brillant intellectuel, un esprit rigoureux, un grand érudit plus qu'un authentique savant. Sa connaissance approfondie de la Bible, la culture gréco-latine dont il était nourri, imprègnent toute son œuvre et se trouvent fréquemment en porte à faux avec son intérêt pour le monde celte qu'il connaît très mal et interprète avec une assurance de néophyte à partir de la seule langue bretonne. Néanmoins on peut le situer, avec Jean-Yves Guiomar qui lui donne une petite place dans son remarquable essai sur le Bretonisme, parmi les ancêtres ou les précurseurs de ce courant intellectuel qui connut un bel essor au xixe siècle, avant de ressurgir au xxe siècle sous d'autres formes.

Bibliographie

Bibliographie

Cayot-Delandre, Le Morbihan, son histoire et ses monuments, Vannes/Paris, 1847, (Préface)

Centenaire de la Société polymathique du Morbihan (1826-1926), Vannes, Lafolye frères, 1927, p. 28-56.

Compte-rendus des travaux de la Société polymathique du département du Morbihan, 1831-1832, n° 6, p. 3-10.

Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, t. 3, La Bretagne, Paris/Rennes, 1990, p. 285.

Guyot-Jomard, « Notice sur la vie et l'ouvrage de M. l'abbé Mahé », Bull, de la Soc. Polymathique du Morbihan, 1861, p. 51-54.

—, « L'abbé Mahé » Bull, de la Soc. Pol. du Morbihan, 1891, p. 54-73, 137-163 et 1892, p. 15-61,250-262.

Langlois (Claude), Le diocèse de Vannes au xixe siècle, 1800-1830, Paris, 1974.

Le Joubioux (Joseph-Marie), « Monsieur l'abbé Joseph Mahé », Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 1868, p. 548 sq. et 563 sq.

Le Sant, « Notice biographique sur M. Mahé, chanoine de l'église cathédrale de Vannes », Bull, de la Soc. Académique de Nantes, 1831.

Levot (Prosper), Biographie bretonne. Recueil de notices sur tous les Bretons qui se sont fait un nom..., Vannes-Cauderan, t. II, 1857, p. 375-377.

Lycée armoricain (le), années 1826 et 1827, t. VII, p. 91-107, 507 sq., t. VIII, p. 120-124, 399-406, 453-458.

Mahuas (Joseph), Le diocèse de Vannes et le jansénisme, 1967, thèse pour le doctorat de la Faculté des Lettres de Rennes, t. II, p. 388-484.

—, « Les luttes de tendances dans le clergé vannetais au début du xixe siècle », Mémoires de Société d'Histoire et d'Archéologie de Bretagne, t. XLIX, 1969, p. 159-170.

—, « Un prêtre vannetais sous la Révolution : Joseph Mahé (1760-1831) » Église et révolution dans le Morbihan. Etudes et documents publiés pour le bicentenaire de la Révolution française sous la direction d'André Moisan, Vannes, 1989, p. 156-159.

Mauricet (J.-J-), Le collège de Vannes en 1812. Souvenirs d'un vieux collégien, Vannes, 1876,9 p.

Moisan (André), Mille prêtres du Morbihan face à la Révolution, 1789-1802, Vannes, 1999.

Rio (François), Épilogue a l'art chrétien, Fribourg-en-Brisgau, 1870, p. 178-192.

Royer (chanoine J.), « Le jansénisme dans le diocèse de Vannes », Bro Gwened, 1953, n" 23,24,26-27,30.

Notes

1 J. Mahuas, Le diocèse de Vannes et le jansénisme, 1967, t. II, p. 389-390.

2 P. Levot, Biographie bretonne, t. II, 1857, p. 375.

3 Le Joubioux dans Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 1868, n° 36, p. 550.

4 J. Mahuas, op. cit., p. 390.

5 A. Moisan, Mille prêtres du Morbihan face à la Révolution, 1789-1802, 1999, p. 506.

6 B. Frelaut, Les Bleus de Vannes, 1991, p. 189.

7 Arch. dép. du Morbihan, L289. Cité par B. Frelaut, op. cit., p. 167.

8 Guyot-Jomard dans Bull, de la Société polymathique, 1892, p. 29.

9 J. Royer, « le jansénisme dans le diocèse de Vannes », Bro Gwened, 1953, n° 23, p. 17.

10 Le Joubioux dans Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 1868, n° 36, p. 550.

11 Cl. Langlois, Le diocèse de Vannes au xixe siècle, 1800-1830, 1974, p. 64 et 156-158. Le Gal, ancien supérieur du séminaire de 1781 à 1791, était rentré d'exil à la fin de 1797. Il partageait les tendances de Mahé à la modération et ses opinions jansénisantes.

12 Cl. Langlois, op. cit., p. 68-69.

13 Jh. Le Mené, Le chapitre de l'église cathédrale de Vannes, 1900, p. 170-173. Daté du 14 octobre 1802, le canonicat ne fut effectivement doté qu'en 1804, un rappel de Rome auprès du premier consul ayant été nécessaire pour que les évêques s'exécutent. Jusqu'en 1818 la dotation des chanoines de Vannes n'était que de 1 500 francs.

14 Le Joubioux, op. cit., p. 394.

15 J. Mahuas, op. cit., p. 394.

16 A. Cariou, L'ancien diocèse de Vannes et le département du Morbihan de 1789 à 1792, 1999, t. II, p. 544.

17 J. Mauricet, Le collège de Vannes en 1812.Souvenirs d'un vieux collégien, 1876, p. 46.

18 J. Mahuas, « Les luttes de tendances dans le clergé vannetais au début du xixe siècle », Mémoires de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Bretagne, t. XLIX, 1969, p. 161.

19 Fr. Rio, Épilogue de l'art chrétien, 1870, p. 184.

20 Guyot-Jomard, dans Bull, de la Soc. Polymathique, 1892, p. 38-40.

21 Ibidem, p. 35-36.

22 J. Mahuas, op. cit., t. II, p. 402.

23 J. Mahuas, « Les luttes de tendances dans le clergé vannetais », Mémoires de la SHAB, 1969, p. 164.

24 J. Mahuas, op. cit., t. II, p. 422-427.

25 Ibidem, p. 415-419.

26 Ibid., p. 429-444.

27 Ibid, p. 444-446.

28 Le Joubioux, Semaine religieuse du diocèse de Vannes, n° 37, p. 564.

29 J. Mahuas, op. cit., t. II, p. 451-454. Selon le préfet Lorois, dans une lettre au ministre des cultes en 1832, B. Videlo « était un partisan outré des jésuites et de l'ultramontanisme... Son zèle était sombre, ardent, jusqu'au fanatisme ».

30 J. Mahuas, op. cit., t. II, p. 454-460.

31 Ibidem, t. II, p. 463.

32 J.-Y. Guiomar, Le bretonisme, 1987, p. 29. C'est par erreur que l'auteur a donné dans son livre 1828 comme date de parution de l'Essai sur les Antiquités.

33 J.-Y. Guiomar, Le bretonisme, 1987, p. 26-28.

34 Essai sur les Antiquités du Morbihan, 1825, p. 396.

35 Société des Amis de Vannes, bulletin n° 20, 1995, p. 5-38.

36 Essai sur les Antiquités du Morbihan, 1825, p. 396

37 Le rapport de Pierre Athénas a été reproduit dans le Bulletin de la Soc. Polym., 1891, p. 151-152.

38 Lycée armoricain, t. VII, 1826/2, 38e livraison, p. 120-124, 453-458.

39 Ibidem, t. IX, 1827, 4e livraison, p. 80-90, 395-407.

40 Compte rendu des travaux de la Société polymathique durant l'année 1831-1832, n° 6, p. 6.

41 Ibidem, 1829-1830, n° 4, p. 8-9.

42 Ibidem, 1830-1831, n° 5, p. 3.

43 Guyot-Jomard a public le testament de l'abbé Mahé dans Bull, de la Soc. Polymathique, 1892, p. 41-44.

44 Pierre Levot, Biographie bretonne..., t. II, 1857, p. 376.

Auteur

Archiviste-paléographe

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540