Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chroniqueurs et historiens de la Bretagne

 | 
Noël-Yves Tonnerre

Les mauristes et l'historiographie bretonne

Jean Quéniart

Texte intégral

La genèse d'une œuvre

1Deux noms illustrent, pour l'essentiel, le travail historique sur la Bretagne au xviiie siècle. Le premier, Dom Guy Alexis Lobineau est né à Rennes en 1667. En 1683, il y fait profession à l'abbaye bénédictine de Saint-Melaine. Après une œuvre abondante, il mourra à Saint-Jacut en 1727. Le second Dom Pierre Morice, ou plus précisément Dom Morice de Beaubois, est né à Quimper en 1693. Il a lui aussi fait profession en 1713, à Saint-Melaine, où il reviendra comme maître des novices après avoir fait des études à Saint-Vincent du Mans. Il mourra subitement en 1750. Son travail sera achevé par un troisième personnage, Dom Charles Taillandier. Entre les deux hommes donc, 26 ans de différence, soit, en gros, l'espace d'une génération. Un laps de temps plus grand encore, sans tenir compte pour l'instant de la phase antérieure de préparation, sépare leurs histoires de Bretagne. Celle de Dom Lobineau, à laquelle il travaille personnellement depuis 1703, est éditée en 1707. Si l'on met à part son Histoire ou vie des saints de Bretagne publiée à Rennes en 1723 avant de l'être l'année suivante à Paris, ses écrits postérieurs sont surtout des réponses aux polémiques suscitées par son Histoire de Bretagne. Les travaux de Dom Morice ne commencent qu'en 1731, se poursuivent jusqu'à sa mort, et l'édition définitive, par Dom Taillandier paraît en 1756. Le décalage temporel de leurs travaux est donc plus grand encore que celui de leurs biographies.

2Tous ces auteurs appartiennent à la congrégation bénédictine de Saint-Maur, fondée en 1618. Cette création, liée à la réforme de l'ordre bénédictin, avait été à l'époque fortement soutenue par la monarchie et, en particulier, par Richelieu : il y voyait le moyen d'échapper à la congrégation de Sainte-Vanne qui, en raison de ses origines lorraines, était à l'époque considérée comme étrangère, tout en soutenant, mais dans un cadre national, la réforme bénédictine, qu'il approuvait pleinement. D'emblée, cette congrégation s'était caractérisée par une durée de formation particulièrement élevée : après l'entrée chez les bénédictins, qui se faisait souvent après les humanités, la formation générale des mauristes, avant même qu'ils ne s'adonnent aux études spécialisées, comprenait huit années, dont cinq consacrées à la philosophie et à la théologie. Ce socle solide permettait de grandes exigences en matière scientifique. Dès 1647, en vue de faire une histoire de l'ordre, le général, Dom Grégoire Tarrisse, en avait déjà posé les règles : chercher les documents avec acharnement « partout où l'on croira pouvoir trouver quelque chose » ; les recopier et les étudier selon des méthodes extraordinairement strictes et précises.

3Dans un premier temps, leurs recherches et leur production avaient été surtout consacrées à l'histoire de l'ordre bénédictin et aux sciences proprement ecclésiastiques : écriture sainte, patrologie, théologie, droit canon ou histoire ecclésiastique. Mais, à la fin du xviie siècle, leurs préoccupations érudites s'élargissent à l'histoire des provinces françaises, pour laquelle ils transposent leurs méthodes bien rodées de recherche et de critique des manuscrits.

  • 1 Blandine Kriegel, L'histoire à l'âge classique, t. 3 : Les Académies dans l'histoire, chapitre 3 ( (...)

4Plusieurs raisons expliquent cet infléchissement, qui n'est pas cependant une découverte, vers les « antiquités nationales ». Les mauristes, en premier lieu, ne sont pas étrangers à la culture de leur temps, qui accorde en cette fin de siècle une place plus grande que naguère à l'histoire. Par ailleurs, les années 1680 sont marquées par un raidissement idéologique du pouvoir : la congrégation, dont certains membres sont soupçonnés de sympathies jansénistes, n'est de ce fait pas mécontente d'échapper aux polémiques théologiques. Enfin leur histoire de Bretagne entre dans un plan général d'histoire des provinces pour laquelle les mauristes étaient particulièrement qualifiés par leurs travaux précédents et leurs méthodes. Le pouvoir, lui-même, encourage l'entreprise et la suit avec attention. L'année même de sa mort, en 1683, Colbert lui-même avait souhaité qu'on choisisse pour chaque province l'homme le plus compétent ; il avait d'abord pensé à la Bretagne. « Au départ, le cas breton, écrit Blandine Barret-Kriegel, illustre parfaitement la rencontre des intérêts de l'État et des mauristes, le relais passé entre plusieurs générations et la ligne de travail suivie par les bénédictins1. »

5L'Avis au public pour une nouvelle histoire de Bretagne qui est alors lancé par le maître d'oeuvre témoigne de ce souci de rigueur qui anime les mauristes : « Toutes les personnes qui ont quelque zèle pour la gloire de la nation et quelque goût de la véritable histoire se plaignent, il y a longtemps, que celle de cette province de Bretagne soit encore ensevelie dans les fables qui la défigurent, ou dans la poussière des archives qui la cachent ; ce que nous avons n'estant presque qu'un mélange confus de vérités et de fictions, sans aucune exactitude à l'égard des faits, des lieux, ni des temps, sans recherches, sans discernement, sans choix et sans preuves qui l'appuient. » Belle leçon de méthode, qui n'est pas clause de style, car elle est, effectivement, mise en pratique. Outre le petit groupe qui est la cheville ouvrière de l'entreprise, toute une série de collaborateurs sont sollicités, en particulier chez les mauristes, pour rassembler la domination la plus large. Dom Lobineau n'avait pas lui-même participé aux débuts de l'opération. C'est la mort de Dom Gallois, qui avait été chargé de la rédaction de l'ouvrage, et l'abandon de l'ordre bénédictin par celui du groupe des quatre qui semblait le mieux à même de le remplacer, qui le conduit en 1695 à se consacrer à cette tâche. Il avait déjà fallu près de sept années, de 1689 à 1695, pour collecter les matériaux : en 1707, Dom Lobineau énumérera dans sa préface la longue liste des dépôts d'archives utilisées : château de Nantes, Chambre des comptes, parlement, communautés de villes, châteaux privés, églises, abbayes et couvents de la province, complétés par des relevés en Anjou, Touraine et Poitou. En 1702, sa rédaction est presque terminée, il obtient du général de séjourner à Saint-Germain-des-Prés, « pour la polir avec le secours des savants ». L'effort est donc considérable.

6Mais l'attention même du pouvoir central montre qu'on ne peut séparer la genèse et la réalisation de l'œuvre de la conjoncture politique, c'est-à- dire du renforcement de l'autorité de l'État dans la province, et des tensions qu'elle provoque. Cette histoire se prépare à l'initiative d'une génération qui a connu la répression consécutive à la révolte de 1675, l'exil du Parlement de Bretagne à Vannes, prolongé jusqu'en 1690 ; elle a vécu, et continue à vivre l'installation définitive de l'Intendant : plus tardive que partout ailleurs, celle-ci est effective depuis l'arrivée en 1689 de Béchameil de Nointeil. C'est en 1685 que l'évêque de Quimper intéresse, non sans réticences premières, le prieur de Landévennec à ce projet, et, à partir de 1689, précisément, qu'une petite équipe de quatre mauristes se met au travail.

7Or ce projet, soutenu par la monarchie qui l'a autorisé, l'est aussi par les États de Bretagne qui, cette même année, votent pour les frais de recherche un subside de 300 livres-somme il est vrai modeste mais qui était une reconnaissance de principe. À l'automne 1703, Lobineau demande aux États de Bretagne, qui avaient déjà versé 1 000 livres en plusieurs versements, le solde des frais engagés, soit plus de 3 500 livres supplémentaires. Le 9 novembre enfin, il faut un débat de cinq heures pour que les États, précisément rassemblés à Vannes et il est vrai fort peu disciplinés, acceptent d'avancer la somme considérable de 20 000 livres pour l'impression de l'ouvrage. Le clergé et le Tiers étaient, selon Dom Lobineau, favorables sans hésitation à cette subvention. La noblesse semble au contraire avoir été profondement divisée, ce qui est significatif des enjeux idéologiques, politiques et familiaux liés à toute l'entreprise.

Les enjeux d'une histoire de la Bretagne

8Bien avant la sortie de l'ouvrage, en 1707, le contenu était connu ou supputé. C'est d'ailleurs, le propre d'un régime de contrôle de la Librairie, qui est alors celui de la monarchie, que cette impossibilité pour un auditeur ou un éditeur de garder avant parution le secret sur le contenu de son ouvrage : il faut un manuscrit pour les censeurs de l'administration, et, dans le cas d'un religieux, faire approuver son texte par ses supérieurs. Dans sa lettre aux États de Bretagne, en septembre 1703, Dom Lobineau avait rappelé, devant la crainte des contestations, qu'il n'avait été guidé que par la vérité scientifique : « Il ne faut pas croire que l'auteur se soit borné à ne parler que de ce qui estoit avantageux à la nation [de Bretagne]. Il eût été contre la bonne foi d'ensevelir sous le silence tout ce qui ne pouvait pas servir de matière à un éloge ; l'auteur s'est souvenu qu'il composoit une histoire et non un panégyrique ; et qu'il est presqu'aussi avantageux de savoir les fautes de nos ancestres que les actions qui leur ont acquis le plus de gloire. »

9En se plaçant sur un terrain idéologique, la noblesse provinciale pouvait craindre que cette histoire de la Bretagne avant le traité d'Union de 1532 ne vienne à l'appui des thèses de la monarchie absolue, et qu'elle n'ait pour but essentiel de justifier la poussée interventionniste de l'État et plus précisément les exigences du gouvernement. Sur ce terrain à la fois idéologique et politique, l'histoire est d'autant plus sollicitée que, malgré l'érudition à laquelle s'attachent précisément les mauristes, elle est, en cette fin du xviie siècle, encore mal détachée de ses finalités anciennes : on lui demande toujoursen particulier dans l'enseignement des collèges d'offrir une leçon morale ou politique. Elle n'est pas seule, d'ailleurs. Le droit, à travers l'interprétation des coutumes, est un autre terrain où s'expriment à la fois rivalités et prétentions locales, et les tensions entre la volonté de l'État et la défense des privilèges commerciaux. Or ces mêmes années sont marquées par une offensive vigoureuse de juristes favorables aux prérogatives royales. L'attaque vient, notamment, de l'intérieur, illustrée par les travaux du juriste Pierre Hévin (1623-1692). Dans deux ouvrages successifs, les Coutumes générales de Bretagne, puis ses Arrêts du Parlement de Bretagne (1684), respectivement publiés en 1682 et 1684, c'est-à-dire à l'époque où naissait le projet de l'Histoire de Bretagne, celui-ci s'opposait à l'exaltation jugée mythique du passé indépendant de la Bretagne ; courant qu'incarnait au xvie siècle l'historiographe Bertrand d'Argentré, dont les Commentaires sur les coutumes générales du pays et duché de Bretagne ne sont édités qu'au xviiie siècle.

10Sur un plan restreint, plusieurs familles nobles s'étaient inquiétées, avant même la publication, des passages qui concernaient leurs familles ; Là encore, Dom Lobineau se voulait impartial. Au comte de Lannion qui, deux ans avant la parution, remerciait déjà l'auteur de la place qui y était faite à ses ancêtres, il répondait ainsi : « J'ay toujours tâché de ne point déplacer les petits pour faire place aux grands, et vous n'aurez point le déplaisir de voir que, pour faire place à Lannion, j'aye mis en oubli quelque autre famille moins considérable. » Malgré le souci de scientificité de Lobineau, il fallait donc, selon un autre mauriste, Dom Le Large, cité ici d'après J. Meyer, éviter « d'offenser la Cour de France en poussant la gloire des Bretons jusqu'où elle pouvait aller », et en même temps « donner l'encens à la grande noblesse de Bretagne ».

11Or, au-delà même de l'interventionnisme de la monarchie, cette histoire s'écrit dans une période à tous égards difficiles. La noblesse, surtout la petite, a été bousculée par les réformations dont les prolongements se succèdent jusqu'à la fin du règne de Louis XIV. Tout noble doit désormais et c'est la grande nouveauté - prouver sa noblesse en se fondant sur des documents écrits. L'attention portée aux chartes, aux lettres de noblesse, aux preuves de partage noble et plus généralement aux papiers est désormais indispensable. Certes, le travail des mauristes ne peut par lui-même servir de preuve ; mais les papiers qu'ils retrouvent et recopient, la place qu'ils donnent à telle ou telle famille, la façon dont ils en illustrent le passé, dont ils en soulignent l'ancienneté ne sont pas neutres. Peut-être même, à une époque où il s'en est beaucoup fabriqué de faux, est-ce l'occasion de donner à des papiers douteux un vernis d'authenticité usurpé !

12Par ailleurs, les rapports entre l'État et la Bretagne doivent aussi être envisagés selon une conjoncture plus précise que celle du développement de l'administration royale. En 1689 commence la grande période des guerres de la fin du règne de Louis XIV qui vont se poursuivre, avec une interruption de cinq ans, jusqu'en 1714. Le poids de l'État s'accompagne de ce fait d'une surcharge fiscale, particulièrement forte avec la guerre de Succession d'Espagne, qui ne débute officiellement qu'en 1702, mais qui était prévisible depuis plusieurs mois. Certes les nobles y échappent partiellement, soit en raison de leurs privilèges, soit, aussi, parce que leur prépondérance au sein des États provinciaux leur permet de contrôler pour la plupart d'entre eux le mode de répartition. Pourtant, les années précises où s'écrit l'Histoire de Dom Lobineau coïncident avec la remise en cause de ce contrôle, et donc avec les craintes les plus fortes de la noblesse bretonne.

13Une lutte ouverte oppose en effet l'Intendant aux États. La première capitation, celle des années 1696-1697, avait été répartie par l'Intendant, mais selon un système de classes de contribution établi pour la France entière. Lors de son rétablissement en 1701, la capitation est au contraire devenue un impôt classique de répartition à l'intérieur de chaque province. En Bretagne, ce sont les États qui nomment les commissaires répartiteurs et établissent les rôles, fixant donc le montant à payer par chacun. Mais, pendant quelques années, l'Intendance d'une part, les États d'autre part, vont s'efforcer dans ce domaine de marquer des points, et derrière eux, d'ailleurs, deux groupes rivaux de financiers. Or l'Intendant semble l'emporter : il obtient en 1702 la permission de créer un bureau de révision de la capitation, qu'il préside. Formé de députés des États, mais de députés nommés par le roi à raison de deux par ordre, ce bureau constitue une instance d'appel, qui laisse au représentant de l'État le contrôle final de la répartition. Cette situation va durer jusqu'en 1706, date à laquelle, prise à la gorge par le besoin d'argent, la monarchie rend ce contrôle aux États provinciaux.

14Ce débat n'est pas sans conséquences pour notre sujet. L'histoire ancienne de la Bretagne est plus que jamais un argument, utilisable par les deux camps, en fonction de son interprétation. Les oppositions s'inscrivent dans un contexte concret plus général. Une partie de la noblesse, quoique intimidée par la répression qui a suivi les révoltes de 1675, n'a pas renoncé à une idéologie qui ne demande qu'à s'exprimer de nouveau dès lors que la monarchie semble affaiblie : en témoigne moins de quinze ans plus tard la révolte de Pontcallec, dont il faut rappeler qu'elle rencontrera à l'époque de la Régence, des sympathies nettement plus larges que la poignée des conspirateurs qui l'animeront.

15Les États fondent sur l'histoire du duché et sur les clauses de l'acte d'Union de 1 532 leur opposition, manifestée à plusieurs reprises, à tout nouvel impôt qui n'aurait pas été approuvé par eux. La somme globale ayant été « concédée » au roi, ils étendent ce droit de regard aux modalités de répartition et de perception. Mais cette interprétation, et donc les conséquences qui en découlent, sont bien entendu contestées par le pouvoir royal ; elles ne font d'ailleurs pas l'unanimité au sein de la province, comme on l'a vu à travers les écrits de Pierre Hévin. En 1703, cette conjoncture très précise éclaire à notre sens les hésitations de certains nobles à voter une subvention pour une Histoire de Bretagne encouragée de longue date par l'État, et dont ils ne pouvaient encore connaître le contenu.

16Écrire une histoire de Bretagne est dans ces conditions un acte éminemment politique. Des pressions s'exercent sur l'auteur et sur son milieu, en particulier durant la rédaction, étalée entre 1703 et 1707. La réputation, la faveur de l'ensemble de la congrégation mauriste y sont largement engagées. À Saint-Germain-des-Prés, plusieurs savants bénédictins, et notamment Dom Mabillon, conseillaient d'ailleurs l'auteur. Le manuscrit de l'ouvrage était lui même relu au fur et à mesure par un censeur, Dom Liron, dont Lobineau lui-même ignorait semble-t-il au départ l'identité.

Une histoire contestée

17Sur la reconnaissance des droits historiques de la Bretagne, les États de Bretagne ont été rassurés. Ils le prouvent en manifestant officiellement leur satisfaction : le 18 novembre 1707, quatre ans après le débat précédent, ils décident de marquer solennellement à Dom Lobineau leur reconnaissance, en le nommant historiographe de la Bretagne, titre accompagné d'une pension viagère de 300 livres. De plus, les Etats commandent 500 exemplaires de l'ouvrage. En effet, l'auteur ne s'opposait pas, au terme de ses recherches, à la thèse de Bertrand d'Argentré excluant la suzeraineté de la couronne de France sur les ducs de Bretagne avant l'acte d'Union de 1532.

18Sur le problème des origines, si sensible pour l'interprétation des relations primitives entre la Gaule puis les royaumes francs et la Bretagne, Dom Lobineau s'en tenait à un savant équilibre. Deux thèses étaient avancées dans la rédaction primitive. D'une part, Lobineau affirmait que les Bretons s'étaient installés sans conquête, dans les régions plus ou moins désertes, sans soumission à qui que ce soit, ce qui renforçait l'idée d'une indépendance ancienne chère à la noblesse bretonne. Mais par ailleurs, il refusait l'idée d'une antériorité d'un royaume breton par rapport à la dynastie franque, ce qui donnait une relative satisfaction aux interprétations monarchistes, « romanistes » dira-t-on un peu plus tard, de l'histoire.

  • 2 Évoquée de nouveau récemment par Michel Nassier, « Fidélités et perspectives dynastiques dans la n (...)

19Il refusait, en particulier, d'accréditer l'histoire de Conan Meriadec2. Ce légendaire premier roi de Bretagne, dont le carme Toussaint de Saint- Luc avait publié « l'histoire » en 1664, était censé être passé en France à la suite du tyran Maxime révolté contre Rome, et avoir fondé par la conquête, avec les Bretons, une première monarchie en Armorique, dont les descendants auraient régné sur la région jusqu'à la conquête de Charlemagne. Cette thèse avait un double avantage : l'hypothèse de cette première dynastie, établie à la fin du ive siècle, donc avant la dynastie franque, illustrait un passé glorieux de la province, qui ne pouvait que rejaillir sur la noblesse immémoriale et soutenir, quels qu'aient été les épisodes ultérieurs, ses particularismes face à la monarchie française. Elle soutenait, surtout, les prétentions des Rohan, qui prétendaient descendre de ce roi primitif, et même par lui d'Énée, le héros de la guerre de Troie. Cette légende avait déjà, été discréditée officieusement par Dom Gallois, que Lobineau avait remplacé après sa mort : son absence, cette fois, du travail achevé, ne pouvait que heurter profondément l'une des plus puissantes familles de France.

20La parution des deux premiers volumes de cette histoire un troisième, nous allons le voir, était prévu ne s'était pas faite sans difficultés, ce qui explique la lenteur de la réalisation, au stade final de la rédaction et de l'impression. Car les rapports de forces, les logiques de l'Ancien Régime sont différentes des nôtres. L'édition n'est pas libre : elle ne peut heurter de front le pouvoir, représenté plus spécifiquement par le Chancelier, qui supervise l'Administration et la Librairie. Mais la noblesse garde elle aussi par sa place dans l'appareil d'État beaucoup plus de pouvoir qu'on ne l'a dit : le Chancelier subordonnait son acceptation à l'accord des Rohan. Il y eut donc ces détails, loin d'être anecdotiques, sont très significatifs des jeux de pouvoir et des mécanismes de décision - des conférences, des négociations entre les parties.

  • 3 . Pierre Levot, « La véritable histoire de Bretagne de Dom Lobineau », Revue celtique, tome I, 1870 (...)

21Le manuscrit de Dom Lobineau fut donc censuré, mais aussi corrigé par l'auteur, y compris sur des feuilles déjà imprimées. La mise en doute d'une subordination ancienne de type féodal au roi de France, qui laissait donc entendre la thèse d'une suzeraineté ancienne de la Bretagne, était politiquement inacceptable à l'époque de Louis XIV ; elle fut gommée dans l'édition définitive, comme le montre la comparaison entre deux passages établie par Pierre Levot au sujet de l'entrevue entre Dagobert et Judicaël3.

Texte primitif selon l'exemplaire décrit par Pierre Levot

« Quoique l'on ait sujet de ne pas faire entièrement fonds sur les Auteurs intéressés [les moines de Saint-Denis qui font le récit de l'entrevue] dont le témoignage paraît suspect, par la hardiesse qu'ils ont d'avancer des faits dont ceux qui étaient présents à l'action n'ont pas dit un mot, on veut bien croire que Judicaël, pour le bien de la paix, reconnut à Dagobert une supériorité de puissance et promit d'avoir pour eux un attachement fidèle. »

Texte de l'édition officielle de 1707

« Quoique leur témoignage ne soit pas entièrement conforme à celui du Chancelier du royaume qui était présent à l'action [...], on sera plus porté à croire qu'il aura omis des circonstances qui n'étaient pas de son sujet qu'à se persuader que ces auteurs les aient inventées contre la vérité. »

22Dom Lobineau réussit, malgré Dom Mabillon qui conseillait de céder, à empêcher l'introduction dans son ouvrage d'un mémoire rédigé par les Rohan eux-mêmes, qui vantait l'ancienneté de leur famille. Mais, s'il refuse aussi de soutenir la thèse de Conan Meriadec, le voici qui s'en excuse dès le début de son ouvrage : « Cependant, comme il serait ridicule de se flatter d'avoir découvert certainement la vérité, quand il s'agit de temps si éloignez [...] nous nous en rapportons à ceux qui croiront avoir d'assez bonnes raisons de juger des faits contestés autrement que nous, et de rétablir Conan Meriadec et quelques rois qu'on lui donne pour descendants. » Cette concession feinte illustre le rapport de force entre les puissants et les savants de l'époque ; selon un procédé qu'emploieront constamment les philosophes du xviiie siècle : la modestie apparente en forme de reculade où on relativise sa propre opinion sans pour autant y renoncer ne trompe personne ; mais elle suffit à sauver les apparences aux yeux des censeurs, sans pour autant satisfaire ceux qui se sentent attaqués.

23Ce n'était point cette déclaration en demi-teinte qu'attendaient les Rohan, mais la reconnaissance par la science de leur ascendance royale. Ils voulaient introduire dans l'ouvrage leurs propres mémoires, et non pas les seuls documents dont Lobineau, parce qu'il les jugeait authentiques, souhaitait faire un troisième tome de l'ouvrage. Cette rigueur scientifique était fort redoutée des Rohan, comme en témoigne une lettre du prince de Soubise en date du 7 novembre 1707 : « Il ne faut point parler ni donner au public nos protestations, pour ne pas attirer, dans ce troisième volume qu'on doit imprimer, de nouvelles preuves qu'il faut éviter par les supérieurs de ce moine, à qui on fera connaître sa témérité et de plus fâcheuses suites si, au lieu de raccommoder ce qu'il a tâché de gâter, il ne travaillait plutôt le réparer, de crainte de trouver en chemin à qui parler. » Les pressions furent en effet suffisantes : les Rohan obtiendront des États la suppression de la pension qu'ils avaient eux-mêmes décidé de verser à l'auteur. Faute de s'amender, Dom Lobineau dut laisser son œuvre inachevée : le troisième volume annoncé ne parut pas.

  • 4 Les deux textes sont cités par Pierre Levot, ibid

24Objet de l'hostilité ouverte des Rohan, Dom Lobineau rencontrait aussi celle de certains « romanistes ». Passons rapidement sur une première polémique, accessoire mais révélatrice d'un climat intellectuel marqué par la censure et la suspicion. Dans la première rédaction, Lobineau avait soutenu la thèse d'une conversion des Armoricains, encore païens, par les Bretons déjà christianisés, thèse qu'il reprendra beaucoup plus tard dans ses Vies des saints de Bretagne. Mais l'édition imprimée en 1707 est sensiblement différente : « Quoique les Armoricains eussent apparemment tous reçu la vraie religion, il est à croire que ces nouveaux hôtes [les Bretons] trouvèrent encore assez de vices et de pratiques superstitieuses pour être regardés comme de nouveaux apôtres du pays4. » Cette opinion, qui n'a semble-t-il été gommée qu'au cours de l'impression, lui vaut quelques semaines plus tard d'être attaqué par une brochure intitulée Apologie pour les Armoricains et pour les églises des Gaules, particulièrement en la province de Tours : l'auteur de ce pamphlet anonyme ne pouvait être qu'un individu ayant eu accès au manuscrit. Il s'agit du censeur Dom Liron, pris à contre- pied par les modifications de dernière minute apportées à l'Histoire de Bretagne... un Dom Liron que Lobineau qualifie alors de « petite beste » dans sa correspondance.

25Sur un plan politique, Lobineau refusait la thèse d'une conquête imposée par les Bretons à une population déjà en place, et évitait, on l'a vu, d'approuver celle d'une ancienne subordination de la province aux rois de la « première race ». On ne pouvait sur ce plan satisfaire à la fois les romanistes et l'ensemble de la noblesse bretonne. Cette querelle connaît dans les années suivantes de nombreux rebondissements, dans l'optique plus générale de l'origine et de l'histoire des rapports entre la France et la Bretagne. En 1710, l'abbé de Vertot, écrivain d'origine normande, publie son Traité historique de la mouvance de Bretagne ; il y soutient que la Bretagne a été conquise par Clovis, et que, bien que séparée du corps de la monarchie, elle est restée constamment depuis lors dans la mouvance du royaume de France. L'année suivante, un autre Normand, l'abbé des Thuilleries, renchérit sur cette théorie dans sa Dissertation sur la mouvance de Bretagne, par rapport au droit que les ducs de Normandie y prétendoient : il y affirme, comme le titre le laisse entendre, que la Bretagne dépendait non seulement de la France, mais aussi de la Normandie.

26La polémique qui suit cette double contestation va alors connaître toute une série d'épisodes qui dureront jusqu'en 1720. La réplique de Dom Lobineau, en 1713, imprimée et publiée chez un imprimeur nantais pour empêcher les fuites qui l'avaient tant gêné au moment de l'édition de son Histoire est elle-même suivie d'une Réponse où Vertot l'accuse de soutenir des propositions attentatoires aux droits de la Couronne de France. Cette attaque est reprise six ans plus tard dans un contexte politique beaucoup plus brûlant : quelques mois après l'exécution à Nantes des quatre nobles compromis dans la conspiration de Pontcallec, l'abbé de Vertot, silencieux depuis plusieurs années, publie l'Histoire critique de l'établissement des Bretons dans les Gaules et de leur dépendance des rois de France et des ducs de Normandie : durcissant encore sa position en adoptant jusque dans son titre les thèses de l'abbé des Thuilleries, il sous-entend la possibilité d'un lien entre la théorie d'une ancienne indépendance de la Bretagne et l'action des conjurés : « Je ne crois pas, conclut-il, qu'il se trouve aucun bon Français qui puisse lire sans surprise et peut-être sans indignation les propositions [...] qu'on trouve soit dans l'Histoire de Bretagne, ou dans la Réponse au traité de la mouvance de cette province. »

27À une attaque qui, en se plaçant dans une telle conjoncture sur le plan de la défense de la monarchie et de la France, faisait implicitement de Lobineau la tête pensante, l'inspirateur politique et idéologique des comploteurs, Dom Lobineau avait souhaité répondre. Cette réponse, dont le manuscrit se trouve à la Bibliothèque nationale et qui a été publiée par La Borderie dans la Correspondance historique des Bénédictins bretons s'est arrêtée au milieu d'une phrase ; elle n'a jamais été imprimée du vivant de l'auteur. On a supposé avec vraisemblance une interdiction des supérieurs, soucieux de calmer le jeu et de ne pas s'attirer la colère du pouvoir. Une telle intervention peut être simplement liée aux circonstances. Il n'est pas interdit cependant d'y deviner une raison plus générale.

28La congrégation des mauristes est en effet très consciente, au-delà du cas d'espèce breton, des enjeux idéologiques de l'histoire. L'époque de la Régence est celle où commencent à mûrir les controverses sur l'origine de la noblesse, illustrées quelques années plus tard, en 1727, par la Lettre sur les anciens Parlements de France du comte de Boulainvilliers. Or dans cette polémique entre les « germanistes » et les « romanistes » sur les origines de la nation française et donc la légitimité des pouvoirs respectifs de la monarchie et de la noblesse, les mauristes adopteront en général la position romaniste, favorable à la monarchie. Ils l'illustreront dans le Recueil des historiens de la Gaule, qui paraîtra à partir de 1738, mais qui est à cette date l'aboutissement de recherches bien antérieures. Ils défendent donc la conception d'une permanence de la société romaine au-delà de l'arrivée des Francs, la thèse de l'alliance entre ceux-ci et les Romains, et non celle de la conquête, et donc l'absence de privilèges originels de la noblesse. Quelle qu'ait été la spécificité du cas breton, leur ligne générale ne les prédisposait plus à soutenir a priori des thèses effectivement favorables à l'aristocratie.

De Dom Lobineau à Dom Morice

  • 5 Bulletin des bibliophiles bretons, t.I, 1877-1878, p. 56

29Parallèlement au débat général, les Rohan continuaient à agir pour leur compte. Ils avaient écarté le danger immédiat de la publication de documents, ce troisième tome qui aurait clos l'Histoire de Bretagne sans leur permettre, bien au contraire, de faire reconnaître leur ascendance royale. Le second temps était de faire adopter le principe d'un achèvement nécessaire, et d'en confier l'exécution à une autre plume que celle de Dom Lobineau. Ayant attaqué l'auteur, Dom Liron aurait pu être chargé de ce travail : du moins se vante-t-il dans une lettre de 1729 d'avoir été sollicité par le cardinal de Rohan5. Celui-ci l'avait soutenu après l'exil en Languedoc que lui avait valu son attaque injustifiée contre Lobineau : il lui avait proposé de travailler à l'histoire généalogique de la maison de Rohan, c'est-à-dire d'en soutenir les prétentions. Dom Liron déclare dans cette même lettre avoir décliné l'offre car « il se perdrait de réputation en soutenant les fables du roi Grallon, qui n'a jamais existé », personnage qu'il confond avec Conan Meriadec. Et il précise : « À la fin de l'année dernière, on s'est adressé au général de Saint-Maur pour lui demander un religieux afin de composer cette histoire. On a jeté les yeux sur un jeune homme qui demeure à Rennes [c'est-à-dire à Saint-Melaine], nommé Hyacinthe Morice, qui s'en est chargé [...]. Il a de la piété, mais il ne sait pas trop le métier auquel il s'est prêté. »

  • 6 Ibidem, p. 60-61

30La correspondance entre le cardinal de Rohan et Dom Morice, qui n'est au départ chargé que de cette généalogie d'une famille, est à cet égard très éclairante6. « Comptez, écrit en avril 1729 le cardinal au mauriste, que vous avez affaire à gens qui aiment par-dessus tout la vérité et qui ne vous demanderont pas même de donner pour vrai ce qui ne serait que vraisemblable. » Mais les indications de recherche qu'il suggère avec force sont bien loin du détachement scientifique : « Le point principal est de prouver que Guethenoc, comte de Porhoët descendait des anciens rois de Bretagne » ; il faut aussi arriver à identifier comme l'ont fait « quelques historiens et Mézeray entre autres », le Porhoët au Poher ; concilier cette origine des comtes de Porhoët avec la charte d'Alain Fergent, qui, dans sa titulature, fait des vicomtes de Rohan les descendants de la lignée de Conan, roi des Bretons.

31Dom Morice évoque-t-il ses scrupules devant ce document, à l'authenticité duquel, après quelques mois de travaux, il ne croit pas, Rohan, dans une lettre de juillet 1729, se fait plus précis et insistant : « Je ne puis m'empêcher de vous observer que, quelques grandes que soient les difficultés qui vont ont arrêté dans l'examen que vous avez fait dans la charte d'Alain Fergent et qui vous la font regarder comme suspecte, il est cependant de la dernière conséquence de ne pas abandonner cette pièce. Pût-elle être démontrée fausse, ce que je n'admets pas, ce n'est point à nous de le dire et encore moins de le prouver ; il nous convient au contraire de la défendre autant qu'elle peut l'être, et cela n'est pas, à ce que je crois, bien difficile. Un titre comme celui-là, qui a été attaqué assez souvent, mais toujours sans succès, qui fait loi en Bretagne, qui y est conservé à la Chambre des Comptes de Nantes, [...] porte un caractère de vérité qui ne peut être détruit que par l'évidence de la démonstration. Ce même titre existait, tel qu'on le voit encore aujourd'hui, cent ans avant l'entreprise de ceux qui, disait-on, étaient entrés de force dans les archives pour l'y déposer. L'arrêt du Conseil du 1er avril 1692 l'a jugé ainsi. »

32Ayant satisfait aux vues des Rohan, qui lui accordèrent une gratification de 800 livres, dans cette acrobatique histoire généalogique de leur maison, Dom Morice fut alors chargé de réviser l'Histoire de Bretagne de Dom Lobineau. L'orientation générale que garantissait son premier travail ne pouvait que flatter les États de Bretagne, et tout particulièrement leur noblesse : les États commandèrent donc 300 exemplaires de cette nouvelle version. En 1742, 1744 et 1746 paraissent les trois tomes de ses Mémoires pour servir de preuves à l'histoire ecclésiastique et civile de Bretagne tirées des archives de cette province, de celles de France et d'Angleterre, des recueils de plusieurs savants antiquaires. Les deux volumes de l'Histoire elle-même ne seront édités qu'en 1750 et 1756 (pour ce second tome, par Charles Taillandier).

  • 7 Jean-Yves Guiomar, Le Bretonisme. Les historiens bretons au xixe siècle.
  • 8 Cf. notamment son Éloge historique de Dom Lobineau, 1886.

33En multipliant les documents, Dom Morice illustrait à la fois les apports mais aussi les limites de la méthode mauriste : le passage direct de la collation à la publication aboutissait à un bric-à-brac où l'anecdotique ou le détail étaient gratifiés du même statut que les documents les plus fondamentaux, où le douteux, pour peu que l'esprit critique soit insuffisant, côtoyait sans précaution la pièce la plus authentique. L'érudition, le souci scientifique des mauristes sont dans cette compilation traversés par des préoccupations étrangères, qui sont celles de la société d'ordres d'Ancien Régime. Un peu plus tard, en 1788, un autre mauriste, Dom Lenoir, montrera à propos du projet d'une histoire de la Normandie la conscience qu'ont les mauristes de ces contradictions : « Qui sont ceux qui désirent le plus ardemment voir paraître une nouvelle histoire de Normandie ? Ce sont principalement des gentilshommes qui sont dans le cas de faire leurs preuves ou des propriétaires qui ont des droits à constater, des héritages à conserver et à défendre [...]. Ce n'est donc point l'histoire qu'ils demandent, ce sont les titres et particulièrement ceux qui peuvent servir à prouver leur généalogie et à constater leurs propriétés. » Cet argumentaire social peut d'ailleurs être aisément complété par des considérations culturelles : ces mêmes élites sociales constituent évidemment l'essentiel du public de telles entreprises qui, par ailleurs, flattent leur nationalisme provincial. Jean-Yves Guiomar, dans sa thèse consacrée au bretonisme7, souligne à cet égard l'inégale postérité des deux œuvres : toutes les histoires abrégées, comme celles d'Edouard Richer ou de Daru, qui seront publiées jusqu'en 1840, procèdent du travail de Dom Morice. Il faudra attendre le dictionnaire biographique de Levot en 1857, et surtout les remises en cause de La Borderie8 pour qu'à partir des années 1860 justice soit rendue à la sagacité critique de Dom Lobineau. Pourtant, en 1890, le Nouveau dictionnaire de géographie universelle affirmera encore que Conan Meriadec avait fait de Nantes ont, décidément, la vie dure !

Notes

1 Blandine Kriegel, L'histoire à l'âge classique, t. 3 : Les Académies dans l'histoire, chapitre 3 (référence générale sur les travaux et la méthode des mauristes).

2 Évoquée de nouveau récemment par Michel Nassier, « Fidélités et perspectives dynastiques dans la noblesse bretonne lors de la crise de succession (1470-1491) », Noblesses de Bretagne du Moyen Age à nos jours. Rennes, 1999, PUR/Institut culturel de Bretagne, 1999.

3 . Pierre Levot, « La véritable histoire de Bretagne de Dom Lobineau », Revue celtique, tome I, 1870- 1872, p. 436-457. Selon Blandine Kriegel, op. cit., p. 85 n, ces thèses auraient été réintroduites dans une édition de 1973. Nous n'avons pu vérifier ce point.

4 Les deux textes sont cités par Pierre Levot, ibid

5 Bulletin des bibliophiles bretons, t.I, 1877-1878, p. 56

6 Ibidem, p. 60-61

7 Jean-Yves Guiomar, Le Bretonisme. Les historiens bretons au xixe siècle.

8 Cf. notamment son Éloge historique de Dom Lobineau, 1886.

Auteur

CRHISCO (CNRS-Université de Rennes 2)

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540