Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chroniqueurs et historiens de la Bretagne

 | 
Noël-Yves Tonnerre

Écriture et récriture de l'histoire dans l'Histoire de Bretaigne de Bertrand d'Argentré.
L'exemple du Livre XII

Jean Kerhervé

Texte intégral

  • 1 L'année et le lieu de parution de l'Histoire sont sujets à caution. Une tradition erronée, véhicul (...)
  • 2 Sur l'historiographie bretonne du Moyen Âge finissant, on se reportera à Jean Kerhervé, « Aux orig (...)

1L'Histoire de Bretaigne, des roys, ducs, comtes et princes d'icelle..., que Bertrand d'Argentré, mandaté pour l'écrire par les états de Bretagne en 1580, tente de publier à Paris en 15831 marque une date importante dans l'histoire de l'historiographie bretonne et celle de l'écriture historique en général2.

  • 3 Alain Bouchart, Grandes croniques de Bretaigne, t. I et II, Texte, établi par Marie-Louise Auger e (...)
  • 4 Si l'on excepte les rééditions de l'œuvre de Bouchart en 1518, 1531, 1532 et 1541, l'historiograph (...)

2Elle renoue avec la tradition de l'histoire générale, interrompue en Bretagne depuis 1514, année de la première édition des Grandes croniques de Bretaigne d'Alain Bouchart3. Cette volonté et cette ambition de composer une synthèse de l'histoire de la Bretagne ancienne et moderne qui puisse être mise en parallèle avec celle du royaume avaient disparu depuis près de trois générations, faute d'auteur capable de la mener à bien peut- être, et aussi faute de promoteur, d'incitation officielle, car la politique d'intégration du duché au royaume, accélérée après la mort de la duchesse Anne en 1514, s'accommodait mal d'un rappel des heures de gloire et de détresse de la principauté bretonne4.

3Cet ouvrage est par ailleurs le premier du genre à porter le nom d'« Histoire » en Bretagne, manifestation d'un désir de rompre avec les méthodes de travail et d'écriture des historiens de l'âge précédent les « vulgaires chroniqueurs » à l'égard desquels d'Argentré affiche volontiers son mépris, bien qu'il leur emprunte beaucoup et que son Histoire s'apparente en fait à une chronique et ne diffère guère, dans sa structure, de celles de Bouchart ou de Le Baud.

  • 5 Sur les démêlés de d'Argentré avec la censure royale, voir P. Cadiou, op. cit., t. 1, p. 225-241 ; (...)
  • 6 Ces édits et d'autres textes s'efforcent de faire la synthèse d'une législation désordonnée, refle (...)
  • 7 On a parfois mis en relation la parution de l 'Histoire de d'Argentré et l'arrivée de Mercœur au g (...)

4Mais cette Histoire de Bretagne est frappée d'interdit avant même d'être commercialisée sous le prétexte, dénoncé par Jacques de La Guesle, procureur général au parlement de Paris, qu'elle contient des « faits contre la dignité de nos roys, du royaume et du nom françois5». Il s'agit bien de la traduction concrète d'une censure encore tâtonnante au xvie siècle mais progressivement mise en place par l'édit de Châteaubriant, qui oblige à inscrire sur la page de titre d'un ouvrage, outre le nom de l'auteur, la date d'édition, le nom et l'adresse de l'imprimeur (1551), celui de Moulins, qui institue le « privilège du roi » (1566), et celui de Gaillon qui institutionnalise l'autocontrôle des professions d'imprimeur et de libraire (1571)6 Dans le contexte particulier des guerres de religion, tout livre suspect de contribuer à affaiblir une autorité royale déjà fortement fragilisée se trouve obligatoirement visé par la nouvelle législation. Et dans le cas d'une province « sensible » comme la Bretagne, assez récemment unie au royaume et suspecte de n'avoir pas complètement renoncé aux vieux démons de la tentation d'indépendance, la littérature historique se doit d'être particulièrement surveillée7.

  • 8 Le mémoire ne fut publié qu'en 1619, après la troisième édition de l'Histoire de d'Argentré, par l (...)
  • 9 Pour la distinction des différentes éditions, voir Virginie Stroobants, Bertrand d'Argentré et l'h (...)

5Une commission est désignée par « ceux auxquels pour lors appartenoit la manutention et deffense de l'honneur et des droicts de la couronne », pour examiner l'Histoire de Bretaigne. On y trouve notamment l'historiographe officiel du roi, Nicolas Vignier, chargé de préparer un mémoire témoignant « au vray par bonnes et fidèles histoires de l'ancien estat de la petite Bretagne8 ». Injonction est donc faite à d'Argentré de revoir son œuvre, avec interdiction au libraire-éditeur parisien Jacques du Puys d'en diffuser les exemplaires. La seconde prescription ne fut qu'incomplètement observée puisque les exemplaires de 1583 ne furent pas détruits, privés de leur page de titre non composée ou détruite volontairement, ils étaient invendables, et que le libraire ou ses ayants droit profita des éditions ultérieures, et notamment de celle de 1588, pour remettre clandestinement en circulation les planches originales sous de fausses dates : 1588, 1604, 1611, 16129...

  • 10 Les deux dernières éditions officielles, celle de 1618, publiée par le fils de d'Argentré, et cell (...)
  • 11 Il ne s'écoule que deux ans entre la « commande » des états et la fin de la rédaction d'un livre d (...)
  • 12 Ce sont les pages 964 à 1174 de l'édition originale, moins de 200 pages en réalité, si l'on consid (...)

6Une deuxième édition parut effectivement en 1588, deux ans avant la mort de d'Argentré, édition profondément remaniée et en partie récrite, qui constitue la base de la version définitive de l'œuvre10. C'est ce travail de récriture historique, effectué au moins partiellement par l'auteur lui même, « guidé » par les annotations des censeurs et assisté peut-être de son fils Charles qu'il avait associé depuis 1582 à l'édition de son ouvrage, qui m'occupera dans les lignes qui suivent. Je m'attacherai donc, en comparant les éditions de 1583 et de 1588, à faire la part de la correction d'auteur, souhaitée par d'Argentré après relecture d'un livre sans doute trop rapidement publié11, et celle de la censure, imposée par l'administration royale, ou de l'autocensure destinée à permettre l'édition du livre. Cette étude des variantes, qui se comptent par centaines et même par milliers si l'on considère les changements de détail dans l'ensemble d'une œuvre monumentale, est nécessairement une entreprise de longue haleine. La synthèse n'étant pas encore achevée, je me contenterai, à titre d'exemple et pour tester la méthode d'analyse, de prendre en compte le livre XII, le dernier de l'Histoire de Bretaigne, qui couvre la période fertile en événements allant de 1461 à 1532, c'est-à-dire les règnes de Louis XI, Charles VIII, Louis XII et le début de celui de François Ier, le temps du duc François II (1458-1488) et de sa fille Anne, duchesse et reine (1488-1514), prélude à l'édit d'union de la Bretagne à la France (1532)12. Ce livre est d'autant plus intéressant que d'Argentré, s'il peut suivre Alain Bouchart pour le temps de François II, est le premier historien breton à parler des décennies « sensibles » qui ont suivi la mort de ce duc.

  • 13 Leur repérage a été grandement facilité par le travail préparatoire de Magali Prigent, Le métier d (...)

7Dans ce passage apparaissent clairement trois types de modifications du texte primitif13. Il y a d'abord un patient travail de correction formelle et technique, ainsi que l'ajout de compléments d'information où se repère sans doute la main de l'auteur. Il y a ensuite une récriture sélective, parfois pointilliste, destinée à retoucher le portrait de certains acteurs de l'histoire - en particulier Louis XI et sa fille Anne de Beaujeu, mais également la reine Anne -, à atténuer un propos ou gommer un trait jugé outrancier par la censure : à ce stade, la main de l'auteur a pour le moins été « guidée ». Il y a enfin un remaniement partiel, voire un passage au noir pur et simple de pans entiers de l'œuvre, chaque fois que sont en jeu l'histoire et la nature des relations entre la Bretagne et la France : on peut admettre que l’acceptation de ce « caviardage » a été la condition sine qua non de l’obtention du privilège royal pour l’édition de 1588.

  • 14 Entre les pages 1122 et 1123 de l'édition de 1583, fol. 774v°-780 de celle de 1588.
  • 15 Dans la suite de l'article, les citations sont entre guillemets, en caractères romains pour le tex (...)

8Premier aspect du travail de récriture historique, les corrections formelles et les compléments d'information n'ont rien de particulièrement spectaculaire, si ce n'est leur ampleur relative : dans les quelque 200 pages du texte étudié, les seuls changements de vocabulaire ou d'expression sont au nombre d'environ 350 ; quant aux ajouts du simple mot à la douzaine de pages14, ils ne représentent pas moins de 190 occurrences15.

  • 16 Il s'agit de la campagne des Bretons et des Bourguignons, qui battirent les Écossais de Robert de (...)
  • 17 Page 1003, 1043 : la coquille latine apparaît dans l'expression nihil ad auriam !curiam. Ce type d (...)
  • 18 Cité par Jeanne Veyrin-Forrer, « Fabriquer un livre au xvie siècle », dans H.-J. Martin et R. Char (...)
  • 19 Lire plutôt Meung-sur-Yèvre, p. 969 ; pour Ancenis, p. 1003, et Chauvin, p. 1042.
  • 20 On en trouvera des exemples p. 979, 982, 1000, 1001, 1008, 1013, 1042, 1088, 1099, 1122, à propos (...)
  • 21 Page 968. Du Celier occupa effectivement l'office de président et juge universel de Bretagne, c'es (...)
  • 22 C'est l'occasion pour d'Argentré de corriger aussi le nom du religieux et d'ajouter un long paragr (...)
  • 23 Pages 1011 et 1009.
  • 24 Page 1029 ; de même, lorsque l'édition de 1588 change « dix » (1583, p. 1017) en « deux » pour pré (...)

9Les modifications les plus simples visent à corriger des erreurs manifestes. Coquilles d'imprimeur qui ont fait écrire « Severe » au lieu de « Sevres », « Robiot » au lieu de « Robert », « Coutay » pour « Contay », « ports et hames » au lieu de « ports et havres 16 », Loys de La « Laye » et Tristan de La « Lanied », pour Loys de La « Haye » et Tristan de La « Lande » ou encore « auriam » pour « curiam » et « conducteur » pour « coadjuteur17 ». Ces coquilles sont fréquentes dans les éditions du xvie siècle, à en croire Etienne Pasquier, dans une lettre d'avril 1586 : « Or quel que soit mon livre, je le vous envoieray soudain qu'il sera achevé d'imprimer. Je m'asseure que trouverez plus de fautes en l'impression que je ne voudrois. Car quel livre peut on imprimer de nouveau qui n'y soit infiniement sujet18 ? » A ces cacographies s'ajoutent des erreurs de lieu, de date, de personne, de titulature dues tantôt à l'auteur, tantôt au typographe : « Meung sur Loire » devient « Meung sur Yeurre » en 1588, le traité d'Ancenis, daté par erreur de 1458, est justement corrigé en 1468, tout comme l'année de l'arrestation du chancelier Guillaume Chauvin, notée d'abord « mil quatre cens cinquante et un », rectifiée en « mil quatre cens octante et un19 ». À seize reprises au moins le titre de « messire » est remplacé par celui de « maistre », qui correspond à la réalité et révèle le caractère pointilliste et la technicité de l'œuvre de correction20 ; de même, Jean du Celier, malencontreusement qualifié en 1583 de président « en Bretaigne », devient fort justement en 1588 président « de Bretaigne21 ». Quant à François de Paule, il est dit fondateur des frères « minimes » et non plus des « mineurs22 ». Ailleurs, des formulations maladroites qui aboutissaient en fait au contresens sont récrites. On lit par exemple en 1583 : le roi estimait « ceux qui avoient besongné pour ses ennemys », et en 1588 : « ceux qui s'estoient employez pour luy contre ses ennemys » ; ou encore : l'abbé de Saint-Jean-d'Angély était « si avant dans la faveur de son maistre qui le posseda entierement », qui devient : « qu’il le posseda entierement23 », formule diamétralement opposée mais tout de même plus exacte. En revanche, certaines corrections de ce type, peut-être mal reportées par l'imprimeur, ne font qu'ajouter à la confusion du lecteur : celui qui aida les Penthièvre lors de l'attentat de 1420 contre le duc Jean V n'était ni « le roy Charles V, lors régent » (1583), ni « Charles sixiesme » (1588), mais le futur Charles VII, alors réfugié à Bourges24.

  • 25 Pages 968, 969, 970, 972, 981, 998, 1004, 1005, 1007, 1009, 1010, 1116 ; ce type d'exemple peut-êt (...)
  • 26 « Il n'y avoit ordre en c’est ordre », p. 1006, devient « Il n'y avoit asseürance dans c’est ordre(...)
  • 27 Page 1008.
  • 28 Page 1010.
  • 29 Ainsi la phrase : « Parce que dessus se peut lire l'intention du roy et l'occasion que le duc de B (...)
  • 30 Que penser de la formule : « estoit mal voulu d'une demoiselle », remplaçant en 1588 (fol. 688v°)  (...)

10D'autres changements relèvent d'une recherche stylistique ou linguistique qui montre que d'Argentré, en bon humaniste, se soucie de la forme de son œuvre et même se pique d'élégance. Il s'agit souvent de « moderniser » la langue ou l'expression, comme si l'auteur, trop pressé dans sa rédaction première en 1583, n'était pas parvenu à prendre suffisamment de recul par rapport à des sources médiévales dont il fait plus que s'inspirer. Il se livre ainsi, dans un second temps, à une sorte de chasse au vocabulaire archaïsant, mais change aussi à l'occasion un mot ou une expression trop pédants, mal adaptés à un souci de diffusion plus large de l'histoire. Ainsi, « sens » est remplacé par « entendement », « subsequens » par « successeurs », « saillie » par « entreprise », « se survenir » par « se préparer » ; « fort assertes » devient « librement », « immouvoir » « destourner », « se retrouvant empressé » « se trouvant pressé », « mestier » « besoin », « mutiné » « courroucé », « cuida » « pensoit », « estant depesché » « n'estant plus inquieté », « tuition » « defence », etc.25. Il peut aussi s'agir de la volonté d'éviter les répétitions ou les rencontres de mots malheureuses26, de clarifier ou d'alléger l'expression, en remplaçant par exemple les pronoms par des noms ou l'inverse, selon le cas, d'une manière générale d'améliorer la fluidité du style, au besoin en modifiant le rythme d'une phrase. Mieux vaut dire : « Il fut vaincu en bataille par... » que « il perdit une bataille contre27... ». Quant à l'expression : « lequel de sa part s'arma », on dirait aujourd'hui qu'elle relève du style journalistique plutôt que de l'écriture historique ; dire : « qui de son costé s'arma » est à la fois plus simple et plus correct28. Parfois, c'est toute une phrase qui est récrite, sans autre objectif apparemment que de la rendre plus compréhensible29. Ce type de changement se rencontre en de multiples occasions. Le travail de l'auteur sur son propre texte est donc bien réel, même si tout n'est pas forcément réussi à nos yeux de lecteurs du xxie siècle30.

  • 31 Le duc Jehan « cinquiesme », les rois « de France », p. 969 ; la « ligue, alliance et liaison » de (...)
  • 32 Pages 1008, 1107 ; voir aussi, p. 1009, les compléments inscrits dans le titre même du chapitre po (...)

11Restent les ajouts et les insertions placés dans l'édition de 1588. Ils en constituent les modifications les plus apparentes, mais leur objectif n'est pas purement formel, contrairement aux changements précédents, et leur interprétation n'est pas toujours aisée. Dans le plus simple des cas, l'auteur vise seulement à préciser ou à clarifier son propos initial, en ajoutant le numéro d'ordre d'un prince ou le nom du royaume sur lequel il règne, en insérant les mots qui permettent de mieux comprendre un événement historique31. Parfois il cherche à mieux définir un personnage, en faisant suivre son nom d'un qualificatif ou d'une titulature plus complète : Marguerite de Foix est ainsi qualifiée de « belle princesse » en 1588, et le comte de Scales (Édouard Woodville), de « vaillant seigneur anglois issu du sang de Talbot32 ». Ailleurs, il suffit d'un trait piquant nouveau ou une anecdote pour donner plus de vie ou d'intérêt au passage ; la funeste prédiction que se firent mutuellement le trésorier Pierre Landais et le chancelier Guillaume Chauvin s'annonçant réciproquement leur trépas prochain fournit un excellent exemple de cette manière de faire :

  • 33 Fol. 612v°, complétant la page 1042.

« Et fut remarqué tin presage, qu'ayants ces deux un jour entré en aigreur de paroles, ils predirent la ruine l'un de l'autre, car Landays, ayant menacé le chancelier Chauvin de le reduire à telle necessité qu'Use feroit manger aux poux, le chancelier Chauvin luy dist que ses actions et deportements luy apporteroient en fin une punition de justice par une mort honteuse, ce qui arriva depuis à tous les deux33. »

12Plus complexes sont assurément les insertions de paragraphes, de longs passages, voire de chapitres entiers, qui se multiplient à partir de l'histoire du règne d'Anne de Bretagne. On peut en proposer plusieurs explications.

  • 34 Le passage concernant cette campagne, et notamment la prise de Guingamp, se trouve aux pages p. 11 (...)
  • 35 Celui du chap. 4 »4 devient : « Prise de Saint Malo par les François du party desquels se rengent (...)
  • 36 La consultation sur la conqueste du duché figure aux pages 1116-1117 de l'édition de 1 »83 ; elle (...)

13Parfois, il ne s'agit pas vraiment d'un ajout, mais plutôt d'une recomposition du texte : un épisode est remanié et déplacé, le plus souvent pour corriger une erreur manifeste introduite dans la chronologie des événements. C'est ainsi que, trompé par la date de janvier 1488 fournie par ses sources, d'Argentré place d'abord la campagne de Rohan en Basse-Bretagne cette année-là, soit avant la mort du duc François II, alors qu'il fallait comprendre janvier 1488 ancien style, c'est-à-dire janvier 1489 nouveau style, erreur excusable, puisque le style du 1er janvier n'est entré en vigueur que depuis 1564, repérée à la relecture et corrigée dans l'édition de 1588 où le texte incriminé se trouve plus justement placé après la mort du duc (septembre 1488)34, le titre des chapitres étant modifié en conséquence35. De même, la délibération du conseil royal sur la guerre après la victoire de Saint-Aubin-du-Cormier (28 juillet 1488), placée par erreur après la mort du duc dans l'édition primitive (chapitre 456), trouve sa place normale un chapitre plus haut en 1588, ce qui entraîne également deux modifications de titres36.

  • 37 Après la page 969 de l'édition de 1583 (fol. 670-675 de celle de 1588).
  • 38 Le texte est publié par Hyacinthe Morice, Preuves pour servir à l'histoire ecclésiastique et civil (...)
  • 39 Notamment en raison de la résistance des Bretons fidèles à la duchesse, les habitants de Guingamp, (...)
  • 40 Ajouté à partir de la p. 1117, sous un titre de chapitre modifié : « Traicté d'alliance entre la d (...)
  • 41 Fol. 816. (1583, p. 1167-1168).
  • 42 On sait en effet que le procureur général Jacques de La Guesle était également opposé à la publica (...)

14À ces réajustements « techniques », qui dénotent les approximations et les cafouillages de la première édition, imputables autant à l'auteur qu'à l'éditeur si l'on en juge par les multiples erreurs dans la numérotation des chapitres et même des pages, s'ajoutent des compléments d'une autre dimension : insertions de plusieurs pages ou même de chapitres compacts. Il est possible que dans certains cas il ne s'agisse aussi que de pages omises dans la première édition dont les planches ont été composées ou terminées précipitamment pour les publications clandestines, ou encore de passages restés à l'état de manuscrit, notamment à la fin du livre, après la notification à l'imprimeur de l'interdiction de diffusion. Mais il faut également compter avec le souci de l'historien d'amplifier le récit de 1583, trop rapidement écrit, le désir d'apporter une information historique complémentaire, trouvée dans les sources manuscrites, d'introduire un commentaire ou une réflexion supplémentaire. Plusieurs textes originaux sont ainsi ajoutés dans l'Histoire, issus de la documentation personnelle de l'auteur ou de la consultation de nouvelles sources originales. On relève notamment les six feuillets consacrés à la réunion du « Parlement général » de Bretagne à Vannes en 146237. La passage, « extrait le tout du registre qu'en feist lors Olivier de Coetlogon, sieur de la Gaudinaye, greffier dudict Parlement », fournit à d'Argentré l'occasion de mettre en relief la société politique bretonne prélats, seigneurs, représentants des bonnes villes - et de montrer l'adhésion de tous à une politique princière inspirée par le souci du « bien de la chose publique ». Mais c'est aussi le moment de souligner le prestige du cortège ducal se rendant à la cohue de Vannes, d'insister sur la pompe toute royale la répétition de l'adjectif n'est naturellement pas fortuite qui entoure le duc en « majesté » venant s'asseoir sur la « chaire et siege royal », paré de son « habit royal », coiffé du « bonnet royal » et couronné du « cercle royal », un duc flanqué des seigneurs de « son sang » et de ses officiers, conseillers, gens des Comptes, sénéchaux, sans oublier le chancelier et le président du parlement eux-mêmes en « habit royal38». Au registre des compléments historiques appartiennent aussi un chapitre entier consacré aux négociations avec le roi Charles VIII après la mort de François II, sur fond de guerre civile menée par le sire de Rohan, dont d'Argentré souligne à la fois les ambitions familiales et les possibilités d'action limitées39, l'insertion du traité d'Anne avec les Anglais (10 février 1489)40ou encore les lignes nouvelles qui donnent encore plus de solennité à l'éloge funèbre d'Anne de Bretagne, dont elles relèvent l'amour pour les gens de lettres et notamment l'intérêt particulier qu'elle portait à Pierre Le Baud,... grand- oncle de d'Argentré41. L'insertion de ce type d'information est donc rarement gratuite. On ne peut y voir que l'initiative de l'auteur lui-même et s'étonner parfois que les commissaires royaux de 1 »88 n'aient rien trouvé à y redire ; il est vrai que les circonstances politiques étaient alors moins propices à l'application de la censure monarchique42.

  • 43 Voir notamment les chap. XII, 52- 55, ajoutés dans l'édition de 1588, fol. 774-780
  • 44 Chap. XII, 54 de l'édition de 1588, notamment fol. 778
  • 45 Le titre du chapitre 458, p. 1122 est transformé en conséquence. Au lieu de : « Le roy et la duche (...)
  • 46 Page 1128. Une longue analyse du traité de paix entre Français et Bretons suit, qui relègue au sec (...)

15Mais d'autres compléments sont de nature et peut-être d'origine différentes ; il n'est pas exclu qu'ils aient été sinon imposés du moins fortement suggérés à d'Argentré. Un certain nombre de textes nouveaux insistent sur les défaites bretonnes pendant la guerre d'indépendance, sur les ralliements de seigneurs bretons au roi, sur la forte implication des étrangers dans les affaires de Bretagne, Anglais, Allemands, Espagnols, manière de stigmatiser la trahison des Bretons car ces peuples étaient les ennemis du roi43 : ils visent donc à infléchir l'image de la guerre en la transformant de guerre civile en guerre étrangère, en notant avec subtilité que tous les Bretons n'étaient pas d'accord avec cette intervention extérieure ou s'en méfiaient, à commencer par la jeune duchesse inquiète à l'idée de se retrouver à la merci des Anglais44, en montrant enfin comment le duché, foulé aux pieds par les étrangers, avait besoin de l'intervention pacificatrice de la monarchie : on comprend mieux ainsi les paragraphes nouveaux concernant la belle organisation et l'ordre des garnisons royales dans le pays en proie à l'agitation, au désordre et aux excès des alliés de la duchesse45. Il était plus facile dans ces conditions d'écrire, en 1 »88, que le mariage d'Anne et de Charles VIII avait été accueilli « avec grand contentement des deux nations qui voyoient le fondement d'un perpetuel repos estably entre elles par le moyen de ces te heureuse paix46 ».

  • 47 Fol. 817v°-820v° de l'édition de 1588 (XII, 68-69).
  • 48 Fol. 824-831 de l'édition de 1588 (XII, 71-72) et p. 1054 de celle de 1618 (XIII, 73).

16Enfin, plusieurs chapitres apparaissent en fin d'ouvrage, un peu à la manière de chevilles, sans rapport immédiat avec l'histoire de Bretagne, mais davantage tournés vers les affaires générales du royaume. On a peine à les croire tous de la main de d'Argentré. Il s'agit d'une part de deux brefs développements faisant transition entre la mort de la reine Anne et l'édit d'union : ils rappellent l'avènement de François Ier, la naissance du dauphin François, duc de Bretagne par sa mère Claude de France, enfin quelques épisodes saillants du règne, qu'ils touchent directement le duché (sac de Morlaix par les Anglais en 1522, mariage de Renée de France, fille d'Anne et de Louis XII, avec Hercule d'Este, duc de Ferrare, en 1528) ou non (guerres d'Italie)47. Trois chapitres de la même veine, dont l'un décrit malgré tout l'entrée du dauphin à Rennes en 1532, sont plaqués en fin d'ouvrage48.

17Corrections formelles et ajouts montrent la complexité de la récriture de l'Histoire de d'Argentré. La censure n'explique pas tout, loin de là, mais la subtilité des insertions laisse penser que l'influence des censeurs eut plusieurs manières de s'insinuer dans le texte. L'analyse des modifications touchant au fond en apporte la démonstration, qu'il s'agisse de la recomposition du portrait des grands acteurs de l'histoire ou de la relecture des rapports entre le duché et le royaume au cours des siècles.

« Verrons nous saper les fondemens de l'Histoire françoise ?... Orrons nous dechirer la mémoire de Philippe Auguste ?... Bref, verrons nous les actes et les hommages ou autres accords faits entre nos rois et les ducs de Bretagne mutilez, alterez ou changez de mauvaise foy, sans rompre le silence ?... Convient il [de] se taire... la ou il s'agist de son roy et de son pays ? »

  • 49 Supra, n. 8

18Dans son introduction à l'ouvrage posthume de son père cité plus haut49, le fils de Nicolas Vignier, médecin et historiographe du roi Henri III, accuse ouvertement d'Argentré de falsification historique et de complot contre l'intégrité du royaume, justifiant ainsi a posteriori la mesure d'interdiction prononcée en 1583 et l'obligation de censure ou de récriture imposée à l'historien. Même si Vignier, faute de temps, arrête son propos juste avant le Livre XII, le sort réservé au récit des dernières décennies de l'histoire de la principauté illustre parfaitement la méthode des censeurs.

19L'objectif premier est de retoucher, parfois fortement, les « portraits » des grands acteurs de l'Histoire. Il importe en particulier de gommer tout ce qui peut nuire à l'image du roi et plus largement à celle des princes du sang de France. L'étude de la « recomposition » du portrait de Louis XI en apporte une éclatante démonstration. Ligne après ligne, en narrant les faits historiques, en rapportant les paroles ou les réflexions des contemporains et des historiens, certes à sa manière et avec un brin d'esprit polémique ou même de provocation, d'Argentré avait brossé du monarque, par touches successives, une véritable peinture au vitriol, que les censeurs à leur tour s'attachent à reprendre, point par point.

20Incluse dans le quatrième chapitre du livre, la présentation initiale du roi se devait de disparaître purement et simplement. Au lieu de :

« Le roy [Charles VII] mort, ce fut une courte nouvelle, et entra un roy le plus deffiant et deffié que la terre portast : homme sans foy, sans alliance, vindicatif et contrefait en toutes ses actions, il se doutoite de tous et tous se doutoient de luy, il avoit affaire à tous et tous à luy, nul service, nul office ne l'obligea oncq ; il avoit appris toutes ces ruses durant son bannissement chez le duc de Bourgongnee ; sa principale reigle de vie, qu'il vouloit enseigner à ses enfans, fut de dissimuler, ny jamais parler de ce qu'il pensoit debatre, tout ce qu'il ne vouloit point, contredire ce où il vouloit tomber pour tirer de l'ame de chacun ce qui y estoit et le recognoistre ; son grand axiome estoit : « Qui nescit simulare, nescit regnare », et ne voulut jamais que son fils aprit autre latin ; brief il ne fut jamais un tel ouvrier. »

21on lit :

  • 50 Page 969 et fol. 674v°.

« Incontinent apres la mort du roy Charles septiesme succeda son fils Loys, onziesme de ce nom, prince advisé, accort et prevoyant, dissimulé et secret en ses desseings, et qui tenoit pour une maxime d'Estat que le prince qui ne sçait dissimuler ne peut regner50. »

  • 51 Ce portrait doit beaucoup aux écrits des contemporains de Louis XI, Thomas Basin, Robert Gaguin, J (...)

22Tous les traits de caractère que l'historien, héritier d'une riche tradition d'écrits hostiles à Louis XI, inscrit au passif du roi, sont systématiquement gommés ; tout ce qu'il présente de manière négative, insistant sur ses défauts, son absence totale de scrupule, son manque de fidélité, son agressivité, son hypocrisie, se trouve non seulement inversé, mais valorisé et comme sublimé par la raison d'État51.

  • 52 Page 969. D'Argentré fait allusion aux conflits répétés qui opposèrent le dauphin Louis à Charles (...)

23Dans ces conditions, on ne pouvait pas non plus laisser dire que Louis XI avait été un fils indigne, impatient de régner, rebelle à son père « contre lequel, dès son vivant, il bastit deux conspirations » ; la nouvelle version de l'Histoire parle seulement de « quelques desobeissances52 ». On ne pouvait, sans risquer l'accusation de lèse-majesté, mettre en doute la sincérité de sa piété et prétendre que :

  • 53 Le point sur cette question est fait par P.-R. Gaussin, op. cit., p. 429-434. Le pèlerinage de Lou (...)

« En l'an mil quatre cens soixante un, il feit un voyage en Touraine, puis souz couleur de religion, voulant descouvrir le duc de Bretaigne, le duché et ses forces et moyens, entreprint un voyage à Sainct Sauveur de Redon en Bretaigne, qu'il feist Dieu sçait en quelle devotion53... »

24Il est plus prudent de dire simplement qu'il

« s'advisa de faire un voyage à Saint-Sauveur de Redon en Bretaigne, et par mesme moyen faire ses affaires particulieres, qui estoit en somme de descouvrir le duc de Bretaigne, son pays et ses forces qu'il avoit fort suspectes. »

25Même si le fond ne change guère, l'intention politique du pèlerinage de Redon n'étant pas remise en cause, la formulation est plus neutre, moins polémique, plus respectueuse en quelque sorte de l'attitude religieuse du roi.

  • 54 Page 997.
  • 55 Page 996 ; en 1588, le texte parle de « forte et advisee partie », fol. 683v° !
  • 56 Pages 996, 1005, 1006, 1010. Voir encore, p. 997 : « Voyla les conventions et paches du roy Loys o (...)
  • 57 Page 1006.

26Alors que la justice est le fondement même et la justification du pouvoir princier dans la pensée politique de ce temps, on ne pouvait pas non plus laisser affirmer que le roi de France en faisait fort peu de cas, et qu'en « c’est esprit là n'y avoit aucune raison ny justice ny affection54 ». L'image d'un roi tricheur, qui aurait joué « fausse partie » contre son frère Charles55, un roi qui aurait érigé la langue de bois ou le reniement en principes de gouvernement, dérange incontestablement. Aussi tous les mots ou expressions dénonçant les « ruses accoustumees » d'un « homme sans foy », en qui « de loyauté il ne [...] falloit chercher du tout point », le prince « defié sur tous ceux de la terre », incapable de tenir « parole quelconque ou promesse de luy », « qui ne recognoissoit rien de convention qu'il feist », sont- ils purement et simplement supprimés par les censeurs56. Dans la même veine, disparaissent aussi les jugements à l'emporte-pièce de d'Argentré, telle cette condamnation sans appel : « C'estoit à la verité des plus insidieux esprits et corrompu qui oncques fut57. »

  • 58 Page 1044.
  • 59 Page 1009. Le passage est supprimé en 1588. Thomas Basin, Histoire de Louis XL, éd. Charles Samara (...)

27Quelle qu'en fût la réalité, il était impossible de continuer à parler de sa « cruauté58 » ou d'accréditer l'idée qu'il avait été dominé par ses passions, notamment la haine et la rancœur. À en croire d'Argentré, il était incapable de les réfréner à l'égard de ceux qui un jour s'étaient opposés à lui, allant jusqu'à les persécuter après leur mort. Ainsi, au décès de l'évêque de Paris Guillaume Chartier, « mal voulu du roy » pour avoir pris le parti des coalisés de la Ligue du Bien Public en 146 », Louis XI commanda « qu'on mist sur sa tombe pour epitaphe plusieurs criminations dont il le chargeoit, combien qu'il fust estimé homme religieux et de sainte vie », appréciation probablement empruntée à Thomas Basin, autre ennemi farouche du roi59.

28Surtout, il était inadmissible de laisser dire qu'il était capable de fomenter l'assassinat de ses ennemis, à commencer par le duc de Bretagne. Les chroniques du temps se font écho en effet d'un complot ourdi contre François II, allié à Charles de France, frère du roi, et entré en Normandie pour l'aider à prendre possession de son nouvel apanage après les traités de Conflans et de Saint-Maur (29 octobre 146 ») ; une fois de plus, d'Argentré n'hésite pas à compromettre directement le roi :

  • 60 Page 983. Charles de France fut successivement duc de Berry, de Normandie et de Guyenne.

« Il ne faut pas doubter que ceste entreprise ne fust dressee et bastie de plus haut, et que les entrepreneurs n'eussent adveue de ce faire, car l'esprit de celuy qui le faisoit faire n'estoit pas autre. C'eust esté une belle chose au roy d'envelopper ce duc si suspect et, se defaisant de luy, se bailler entree à la conqueste de son pays, n'ayant point d'enfans, et davantage de rompre un si grand et fort bras du costé du duc de Berry, et besongnoit le roy fort à propos, rompant l'un à se faire chemin à l'autre qui n'eust peu soustenir60. »

  • 61 Les termes sont de T. Basin, op. cit., p. 240-245 ; le projet des gens de Charles se trouve chez C (...)

29L'accusation est grave, d'autant qu'elle n'est sans doute pas fondée, les auteurs du temps se bornant à attribuer l'idée de la conjuration aux Normands eux-mêmes ou aux conseillers normands de Charles, soucieux de protéger leur duc de « l'ambition » et de la « cupidité » des Bretons61. Le texte de 1 »88 se garde donc bien de porter des accusations précises :

  • 62 Fol. 683

« II ne faut pas doubter que ceste entreprise ne fust dressee et bastie de plus haut, et par de hardys et puissants entrepreneurs62. »

  • 63 T. Basin, op. cit., t. II, p. 116-117 et 132-134. Sur la mort de Charles, disparu le 24 mai 1472, (...)
  • 64 Page 1006
  • 65 Page 1000 ; le passage est supprimé en 1588.
  • 66 Page 997.
  • 67 Page 1011.
  • 68 Cette seconde version, qui conserve les rumeurs concernant la mort de Vercors en prison à Nantes s (...)
  • 69 A propos de l'achat des droits des Penthièvre par Louis XI, p. 1030 ; des intentions d'Anne de Bea (...)

30Plus encore, dans le même registre, il importait de laver la mémoire de Louis XI d'une accusation grave, largement reprise également par ses opposants63, celle d'avoir été à l'origine de la mort de ce même Charles de France, devenu duc de Guyenne, disparu prématurément en 1472 : « Il le fist empoisonner et s'en deffeist ainsi64 », écrit sans ambages d'Argentré qui revient à plusieurs reprises sur la dégradation des rapports entre les deux frères, la faute en étant bien sûr à l'aîné. Non seulement le roi avait fait la part si maigre à son cadet en lui constituant son apanage qu'« il y a assez de maisons de France desquelles les puisnez ne se contenteroient pas de tels partages65 », mais il était incapable de lui témoigner la moindre « affection66 ». Pour se débarrasser de lui, il aurait « gaigné et practiqué » l'assassin présumé du prince, Jourdain Faure, dit Vercors, abbé de Saint-Jean-d'Angély, proche conseiller de Charles. Interrogé à Bordeaux, l'homme aurait avoué « toute la fusee, le roy des premiers avec toute son intention et ses adresses ». Mais les pièces du procès manquent car le souverain se les fit communiquer et « il mist tout au feu ». Il aurait arrêté ainsi la procédure et apaisé les états d'âme des juges, « ces bons commissaires », en les comblant de cadeaux et de titres. « Et ne faut doubter que celui qui les honoroit tant ne le fist de crainte d'estre par eux diffamé et descouvert », conclut d'Argentré67. En 15s88, toute la responsabilité de la mort de Charles est rejetée sur Vercors, « abbé desloyal et infidel serviteur [qui] s'advisa d'empoissonner son maistre », dont le procès n'est plus évoqué qu'en termes neutres et incolores : « [Le sire de Lescun... le fit] interroger par l'arche-vesque de Bordeaux et un inquisiteur de la foy68. » Tout est donc bon pour accabler Louis XI aux yeux de d'Argentré : les termes de « tyrannie », « tyran » ou « tyrannique », inadmissibles aux yeux des censeurs de 1588, reviennent à plusieurs reprises pour qualifier son comportement et plus encore celui de ses successeurs69.

31Car la plume acerbe de l'historien breton n'épargne pas plus le lignage royal qu'elle ne le fait de son chef. À le croire, l'ombre portée du roi s'étend sur ses proches, et c'est donc tout le sang de France qui risque de pâtir de la peinture qu'en fait l'Histoire de Bretaigne, ce que la censure se devait de corriger ou de faire corriger.

  • 70 Page 1001. 11 est le jouet de Lescun, spécialiste de l'intrigue, et, abdiquant toute résistance, i (...)
  • 71 Page 1153.
  • 72 Pages 1040, 1097, 1114, 1116. Tous ces mots et ces idées sont rayés en 1588.
  • 73 Page 1090. Le membre de phrase disparaît dans la seconde édition.
  • 74 Page 1089 ; le texte de 1588 parle de « prince fin et advisé », fol. 745.
  • 75 Page 1097.
  • 76 Page 1113. « La paix fut conclutte et juree tant par le roy que les ambassadeurs du duc le 21 d'ao (...)
  • 77 Ht non cinq ans, comme le dit l'auteur dans l'édition de 1583, p. 1145, erreur partiellement recti (...)

32Louis apparaît en effet dans la première version comme un roi terrible, qui terrorise ses parents présentés comme des couards, prêts à abdiquer piteusement toute résistance devant lui. Non seulement son frère Charles « n'avoit ny cœur ny hardiesse70 » et n'osait lui résister, mais son petit-cou- sin, le futur roi Louis XII, se résigna à épouser Jeanne de France, fille du roi, « par crainte dudit roy Loys71 », sentiments peu honorables pour des membres du lignage royal et donc condamnés à ne plus figurer dans l'Histoire. Mais surtout, le caractère autoritaire du roi se retrouve chez ses descendants. Sa fille Anne de Beaujeu, à qui Louis confia la régence en 1483, est présentée comme une « femme ambitieuse », à la parole « fort hautaine et outrageuse », pleine de « convoitise », et « imperieuse sur tous autres », tellement sûre de sa « puissance » qu'elle finit par en perdre de vue la raison72. « Image du pere, [elle] apprenoit de bonne heure [à son jeune frère] à ne tenir foy ny loyauté73 ». C'est pourquoi Charles VIII, « gouverné » par sa sœur aînée, digne « fils du roy Loys unziesme et successeur de ces conditions », utilisa les procédés d'« espion74 » qui avaient si bien réussi à son père à l'égard des nobles de Bretagne, décourageant ses propres alliés comme le sire de Rieux par ses « infidelles » traités et sa « desloyauté »75. Incapable de tenir ses engagements, alors qu'il avait promis au traité du Verger, en août 1488, qu'il « retireroit ses gens de guerre qu'il tenoit au plat pays, [...] il n'en garda rien car ses gens ne laisserent de piller, massacrer et ravager comme en temps de guerre » le pays breton76. Il n'est pas jusqu'à son petit-fils, Charles-Orland, né de l'union d'Anne de Bretagne et de Charles VIII, qui n'ait hérité du caractère de son grand-père, à tel point que malgré son jeune âge on pouvait craindre qu'il ne se comportât comme le dauphin Louis à l'égard de Charles VII, appréciation audacieuse du tempérament d'un petit prince mort à l'âge de... trois ans, qui en dit long sur les sentiments de d'Argentré à l'égard de Louis XI77. Il va sans dire qu'aucun de ces traits de caractère prêtés par l'auteur aux membres de la famille royale ne résiste à l'action des censeurs de 1 »88, soucieux de l'honneur et de l'image de la dynastie régnante.

  • 78 Page 1126.
  • 79 Page 1167, complétée en 1588, fol. 816.
  • 80 Ibidem.

33À l'inverse, les commissaires ne pouvaient laisser brosser n'importe quel portrait d'Anne de Bretagne, et surtout pas admettre qu'on la présentât comme une sorte de martyr, de « proye » livrée à l'ogre royal78, d'agneau innocent sacrifié sur l'autel de la centralisation monarchique. Comme il était hors de question, dans une histoire de Bretagne, de passer sous silence l'importance du règne et la forte personnalité de la duchesse-reine, la censure ne chercha pas à remettre en cause les éloges que lui adresse d'Argentré, et elle accepta même que son rôle de mécène, de protecteur des gens de lettres et artistes fût davantage souligné dans l'édition de 1 »8879. Mais elle s'attacha à gommer quelques traits gênants pour la monarchie, notamment l'idée que c'était la reine qui « estoit pitoyable aux pauvres, aymoit les gens de valeur et de doctrine, et persuadoit au roy, son mary, de les nourrir et entretenir », et que « sa maison estoit un patron de chasteté et honneur de filles et femmes » (à la différence de celles de Charles VIII et de Louis XII)80. Surtout, elle voulut atténuer le caractère contraint du mariage de 1491 et en travestir les conséquences psychologiques durables sur la souveraine d'une part, faire oublier son action pour préserver l'autonomie du duché d'autre part.

  • 81 Page 1126.

34Il suffisait de rappeler par exemple qu'elle éprouvait beaucoup de réticences à l'idée du mariage avec le roi sans ajouter, comme l'auteur le fait en 1583 ; qu'elle « avoit ceste poursuitte grandement à contre cœur81 ». Point n'était besoin non plus de s'étendre sur les lamentations de la future reine de France à la veille de ses épousailles ni sur ses scrupules vis-à-vis de Maximilien, son époux par procuration, encore moins de prétendre que l'on s'attacha à les apaiser en rejetant la décision (la faute ?) du mariage sur d'autres, en l'occurrence les états et la noblesse du duché :

  • 82 Pages 1127-1128.

« Elle avoit le cœur infiniment hardy, hault et indomptable, mais elle fut tant rebatue de ce propos que, apres quelques paroles, enfin elle se print à souspirer et s'escrier :
« Et faut il, dit elle, que je soye infortunee et delaissee d'amis que d'estre amenee à prendre mariage d'un homme qui m'a si mal traittee et fait tant d'indignitez, et tenue comme captive ? Faut il que contre ma conscience je soye contrainte me despartir de ce que j'ay promis et passé ? Que dira on de moy ? »
On l'appaisa le mieux qu'on petit. Puis elle disoit :
« Et toy, Maximilian, tu n'as pas fait ton devoir en mon endroit, ny de cœur de prince que tu es, m'ayant laissee en proye ; si tu l'eusses fait, jamais je ne t'eusse quitté ; tu m'as abandonnée à la necessité...
« [...] toutesfois, on la vouloit asseürer et, pour l'oster de ceste grande perplexité, on luy conseilla de prendre l'advis tant de la noblesse qui là estoit que de son peuple et des estats et se condescendre à ce qui seroit trouvé le meilleur de si grand nombre de gens de bien et sçavans hommes serviteurs d'elle, qu'il ne luy seroit jamais imputé d'avoir suivy ce qui serait resolu en ceste compagnie82. »

  • 83 Page 1126, membre de phrase supprimé en 1588.
  • 84 Sentiment partagé par le roi en 1497-1498, voir Georges Minois, Anne de Bretagne, Paris, Fayard, 1 (...)

35À plusieurs reprises en effet, d'Argentré revient dans sa première version sur les remords qu'éprouve la reine au souvenir de la rupture scabreuse de sa première union, « chose qui demeura sur le cœur à ceste dame tous les jours de sa vie, quelque alliance qui s'ensuivist, ayant incessamment un remords de conscience d'avoir promis et fait faute à Maximilian, auquel elle retenoit une grande affection83 », scrupules religieux naturels chez une femme pieuse redoutant d'être bigame, persuadée de surcroît que la mort de ses enfants résultait d'une punition divine84. Ces sentiments bien dérangeants pour la monarchie française étaient donc condamnés à ne plus figurer dans l'Histoire, tout comme les commentaires de l'auteur :

  • 85 Page 1128.

« Plusieurs douterent fort si cela se faisoit selon l'ordonnance et decrets de l'Eglise pource qu'il advint mal de la ligne masculine qui en sortit, car elle perist toute ; ils en douterent encor davantage car des enfans masles qui en vindrent il n'en vescut pas un85. »

36Cette culpabilisation de la reine explique, à en croire l'historien, qu'elle ait voulu marier sa fille Claude au petit-fils de Maximilien, le futur Charles Quint, et qu'elle se soit farouchement opposée à la réalisation d'une union avec François d'Angoulême, héritier présomptif de la couronne de France. Le passage qui suit ne résiste pas non plus à l'action des censeurs :

  • 86 Page 1127. Une phrase résume les plaintes de la reine et tout ce passage en 1588 : « Mais elle fut (...)

« Et, de vray, elle retint, comme j'ay dit, ce scrupule toute sa vie, si bien que, venant depuis à marier Claude, sa fille, de laquelle il avoit esté parlé, avec l'archeduc, fils dudit Maximilian, estant ce propos changé et qu'on commença à parler de François, comte d'Angoulesme, qui depuis fut roy, premier de ce nom, et duquel fut accordé par le roy Loys, il ne fut jamais possible audit roy, son mary, de la contenter tandis qu'elle vescut, encor qu'elle y eust preste consentement et repliquoit vertement que c'estoit assez d'avoir fait une faute à ceste maison et qu'il n'en falloit pas faire davantage ne tant qu'elle vivrait. Et veritablement ce mariage ne fut consumé tant qu'elle vescut86... »

37Toute vérité n'est pas bonne à dire et les sentiments de la reine Anne à l'égard des Valois-Angoulême, associés à l'entreprise de captation du duché, son refus d'admettre le mariage de Claude et de François d'Angoulême, héritier de la couronne, ses remords à nouveau exprimés à l'égard du roi des Romains n'avaient aucune chance de franchir l'obstacle de la censure :

  • 87 Page 1161. La version de 1588 est à la fois fort résumée et plus neutre ; les lignes en italiques (...)

« Du mariage du roy Loys et de la royne et duchesse sortit madame Claude, qui fut [...] accordee à François, duc de Valoys, [...] combien qu'auparavant ladite Claude eust esté accordee à Charles d'Autriche, prince d'Espagne, qui depuis fut Charles cinquiesme, grand empereur. Mais ce mariage ne se fist qu'en l'an mille cinq cens quatorze à Sainct Germain en Laye, car, à la verité, la royne Anne ne prenoit point de plaisir n'en voulant rien au dedans de son cœur et, au vray dire, ne fut jamais qu'elle ne resentist quelque souvenir de ceux qui l'avoient premierement desiree avec lesquels elle avoit eu promesse ; aussi la voulut elle marier comme son heritiere audit Charles d'Autriche, ne se pouvant passer de dire qu'on avoit fait faute à Maximilian à l'endroit d'elle. Et, de fait ne peut estre le mariage tant qu'elle vescut, joinct qu'elle n'avoit point aggreable la presence de madame Loyse de Savoye, mere de monsieur François, comte d'Angoulesme ; aussi n'estoit elle pas d'une humeur et y avoit bien de la dissimilitude de conditions87. »

  • 88 Pratiquant l'amalgame, il affirme même que « durant qu'elle vescut, il ne fut jamais fait impositi (...)

38Les lignes qui précèdent montrent qu'en retouchant le portrait des acteurs de l'histoire, en atténuant la peinture de l'autoritarisme et du machiavélisme de Louis XI d'une part, les traits de caractères négatifs de ses proches d'autre part, en gommant enfin tout ce qui aurait pu rendre Anne de Bretagne plus vulnérable et donc plus sympathique, plus touchante aux Bretons dans son destin dramatique88, les censeurs royaux voulurent inscrire dans l'Histoire de Bretaigne une image des hommes plus conforme à leur attente. Ils espéraient aussi faire oublier les conditions réelles de la mainmise de la monarchie sur le duché, ce qui impliquait de revoir tous les passages concernant les relations franco-bretonnes dans les siècles passés.

  • 89 On trouvera une longue analyse de la question, présentée par un historien du droit, qui résume les (...)

39La question de la « mouvance » de Bretagne, c'est-à-dire celle de la nature des liens entre le duché et le royaume, est en effet, comme celle des origines bretonnes, un des problèmes centraux du livre de d'Argentré puisque de la réponse qu'on lui donne dépend l'appréciation que l'on porte sur le bien-fondé et la nature même de l'édit d'union de 1532. Le débat, qui nourrit déjà les chroniques bretonnes des xive et xve siècles, est d'une brûlante actualité au xvie siècle et continue à entretenir au xviie et au xviiie siècle, en Bretagne (Hévin, Lobineau, Morice) et dans le royaume (Vertot), une polémique au centre de laquelle se trouve alors l'Histoire de d'Argentré89. Car il s'agit bien d'un des fils conducteurs du livre que l'auteur déroule depuis la période franque, s'interrogeant sur la royauté bretonne, l'existence ou l'absence d'hommage lige pendant l'âge féodal, les changements intervenus après la guerre de Succession, jusqu'au temps de l union. Le livre XII présente donc l'aboutissement d'une longue réflexion, non exempte d'a priori, où s'épaulent le savoir de l'historien et le raisonnement du juriste : il ne peut être séparé du reste de l'Histoire, mais on comprend bien que, étant donné son actualité relative, il ait été attentivement scruté et annoté par les censeurs, attentifs à ruiner les théories indépendantistes ou autonomistes encore vivaces dans la province à la fin du xvie siècle. Suppressions, corrections, insertions montrent en effet que leur objectif est de présenter une vision édulcorée des prétentions françaises et de la volonté délibérée des rois de mettre la main sur le duché que d'Argentré avait eu tendance à présenter comme un des traits dominants de la politique des Valois et même des Capétiens directs.

40De ce point de vue, le changement de titre du chapitre 411 qui inaugure le récit du règne de Louis XI est particulièrement significatif. Le livre de 1583 porte :

« Pretensions du roy Loys onziesme contre le duc, et la response que luy fut faicte par le conseil de Taneguy du Chastel. Voyage du roy Loys onziesme à Redon.»

41Celui de 1588 :

  • 90 Page 969 et fol. 669v°. La modification s'explique par l'insertion du procès-verbal des états de 1 (...)

« Mort du roy Charles septiesme. Tenue des estats de Bretaigne assemblez par le duc François avec la forme de la seance des prelats, barons et seigneurs du pays90

  • 91 Supra, n. 53.

42Et effectivement le procès verbal des états de Vannes en 1462 est ajouté à ce chapitre, sulfureux dans sa composition primitive puisqu'il contient le portrait du nouveau roi, les réflexions brutales sur les raisons réelles de son pèlerinage à Redon91, l'exposé ex abrupto de ses griefs envers le prince breton et l'affirmation de sa volonté de « bastir une querelle de grace de cœur au duc de Bretaigne sans occasion quelconque », donc de provoquer délibérément la rupture entre le duché et le royaume, terminant sur le rappel de l'antique souveraineté des princes bretons, entretenue jusqu'au Capétien Pierre Mauclerc (1213-1237)

  • 92 Pages 969-971. Les deux passages cités ici entre guillemets sont supprimés en 1588.

« qui fut celuy qui feist la premiere breche en la souveraineté des ducs, lesquels, ayans accordé cela et passé par celuy qui n'avoit nul droit au duché, souffrirent depuis de temps en autre de grandes inquietations fondees sur ce premier fondement, et plusieurs d'icelles contre l'expresse teneur d'iceux traités, tant fait mal contracter avec les plus forts92. »

  • 93 Pages 1082, 1113.
  • 94 Page 1097
  • 95 Page 1116.
  • 96 Page 1089.
  • 97 Page 1113 ; la formule de 1588 est plus neutre : « ta marier ainsi qu'il eust advisé », fol. 766.
  • 98 Le chapitre 422 est presque entièrement consacré à l'offre faite par Louis XI et au refus de l'ord (...)
  • 99 Page 1153 et fol. 805v°.

43Disparaissent aussi de la deuxième édition de l'Histoire, toute une série de notes ou de commentaires visant à insinuer dans l'esprit du lecteur la conviction que la captation du duché, loin d'être le fait du hasard ou de la chance l'absence d'héritier mâle pour succéder à François II, était une entreprise longuement et froidement préméditée, menée avec détermination jusqu'à sa complète réalisation en 1532. Si l'on veut donc laver la monarchie de toute accusation de préméditation, on ne peut laisser le duc prétendre que le roi de France était « disposé à prendre toutes querelles pour s'emparer de ceste pièce [la Bretagne] qui luy nuisoit pour esquarrer son pourpris ». L'expression, que l'on retrouve quelques années après dans la bouche d'Anne de Beaujeu qui avait « grand desir d'escarrer le royaume par ceste pièce93 », n'est pas sans évoquer le « pré carré » que Vauban recommandait à Louis XIV d'achever ; elle ne pouvait échapper à la vigilance des censeurs. Tout ce qui touche à ce propos, révélateur de l'agressivité constante de la politique française et l'impérialisme des rois depuis des siècles, ne devait donc pas être formulé de manière aussi brutale. On ne pouvait écrire sans risque que « des longtemps [...] le roy de France ne cherchait rien de plus que d'emporter ce duché par moyen que ce fust et estoit bandé en toute occasion pour ce faire », que son « vray vouloir estoit de vouloir empieter sur ceste terre de Bretaigne94 », qu'il désirait plus que tout « crocheter95 » le pays et, « estant aux aguets [...], ruiner le prince par ses sujets pour apres s'en rendre maistre de l'un et [des autres]96 », ou encore qu'il réclamait la garde de l'héritière pour la « marier à quelque demy noble de son royaume et ainsi composer de ce duché avec ce mary97 ». De même, les censeurs ont laissé d'Argentré énoncer sans fard la finalité de l'ordre de Saint-Michel et le présenter comme un « hameçon qu'il tendoit pour gouster si l'alliance du roy d'Angleterre et du duc de Bourgongne seroit par [le duc] mise en excuse du refuz », mais ils ne pouvaient le laisser qualifier de « drogue » faite pour endormir François II et le lier plus sûrement au royaume sans offenser la majesté royale98. Pourtant, tous les procédés étaient bons pour parvenir au but, y compris plus tard l'obligation pour la reine Anne de se remarier à l'héritier de la Couronne, tant il est vrai que « ceste piece de Bretaigne estoit merveilleusement desiree », expression à laquelle la censure préfère la formule moins passionnelle : « Il importoit au bien public du royaume que ceste province y demeurast tousjours joincte99 »

  • 100 Pages 1019-1029.
  • 101 Sur les conditions du traité de Nantes et l'échange de contre-lettres destinées à ménager la susce (...)
  • 102 Le détail des sommes versées aux Penthièvre d'une part, les promesses faites par le roi de leur re (...)
  • 103 Pages 1029, 1030.

44En revanche, lorsque le souci de la vérité historique et le respect du document d'archives amènent d'Argentré à publier la totalité du contrat aux termes duquel les Penthièvre vendirent à Louis XI en 1480 leurs droits à la succession de Bretagne, pièce fondamentale pour expliquer la suite des événements et notamment les prétentions de Charles VIII à la mort de François II, les commissaires royaux ne trouvèrent rien à redire100. Ce texte, en effet, quand on le lit au premier degré, est on ne peut plus favorable aux thèses françaises : il rappelle l'arrêt de Conflans attribuant en 1341 la Bretagne à Jeanne de Penthièvre et à Charles de Blois et dénonce l'intervention anglaise dans la guerre de Succession sans laquelle Jean IV n'avait aucun espoir de l'emporter ; il relève la clause du traité de Guérande (1365) réservant aux hoirs mâles de Jean IV la succession au trône de Bretagne, à l'exclusion des filles ; il insiste sur les accords intervenus à Nantes en 1448 entre les Montforts et les derniers représentants de la famille de Penthièvre, qui ménagent en apparence les intérêts de ces derniers101. Mais en caricaturant outrageusement les faits historiques, il sert aussi la démonstration de d'Argentré, dont le but est de montrer l'interprétation tendancieuse de l'histoire par la chancellerie royale : on y trouve en effet l'écho des rumeurs non fondées relatives à l'exécution pure et simple de Charles de Blois au soir de la bataille d'Auray ; on y parle de la spoliation de Jeanne de Penthièvre par Jean IV, « qui s'empara dudit duché, qu'il tint et occupa outre le gré et volonté de ladite dame Jeanne [...] à laquelle appartenoit ladite duché » ; on y présente les Montforts comme des usurpateurs et on prétend que Jean V ne fut duc que « parce que, par hostilité et puissance de guerre, il en frustra et deboutta lesdits Olivier, Jean et Charles de Bretaigne », fils de Jeanne ; on y qualifie François II de « soy disant duc », sous prétexte qu'il n'appartient pas à la branche aînée des Montforts tombée en quenouille après François Ier et Pierre II, et privée d'héritier mâle depuis la mort d'Arthur III ; on y dénonce la confiscation des biens des Penthièvre opérée par François II en 1465, alors que Jean de Brosse, comte de Penthièvre, a « simplement » refusé de « servir ledict duc en ses guerres mauvaises et damnees entreprises qu'il a faict et voulu faire contre le roy, nostre souverain seigneur », un duc qui « s'est tousjours trouvé contraire et adversaire du roy, nostredit seigneur, et de la couronne de France ». Une telle présentation de 1 histoire, une telle absence de nuance dans l'interprétation des événements ne peuvent qu'apporter de l'eau au moulin de d'Argentré, qui publie successivement le contrat et les lettres de Louis XI et de Nicole de Bretagne en approuvant les termes, manière de bien montrer la convergence doublement intéressée des ennemis du duc. Mais, à un siècle de distance, alors que la mémoire des choses n'est plus aussi nette, ce type de document, qui jette un doute sur la légitimité de la dernière dynastie ducale, pouvait également convenir aux défenseurs de la centralisation monarchique102. Par contre, il était dangereux de conserver tels quels les commentaires de l'historien qui voit dans ce contrat la preuve de « l'intention du roy, bastissant de telles parties », d'annexer le duché, donc la préméditation, et le moyen de réaliser « une entreprise tyrannique », la spoliation d'une héritière, qui plus est une orpheline103. À plus forte raison fallait-il faire disparaître l'appréciation méprisante portée sur cet accord et son instigateur :

  • 104 Page 1017 ; ce membre de phrase est remplacé par la formule laconique : « il s'advisa de ce moyen  (...)

« Il fist un indigne trait de roy et qui seroit blasmé voire en un chicaneur praticien de village, tant s'en faut qu'il fust approuvé en homme de cœur libéral et d'honneur104. »

  • 105 « Mais comme autresfois dit le duc le Vaillant du roy Charles sixiesme : il demeure bien à execu- (...)
  • 106 « ...Mais l'on dict que les esprits des loups et des regnards ne s'obligent pour nul bien fait, et (...)
  • 107 Pages 1116-1117. Gamaliel est le docteur en droit pharisien qui intervint devant le Sanhédrin et o (...)

45On le constate à la lecture de ce qui précède, plus encore que le récit de l'histoire, ce qui dérange dans l'œuvre de d'Argentré, c'est le recul que l'historien s'efforce de prendre par rapport à l'événement et les jugements partisans et souvent incisifs qu'il porte sur la politique royale telle qu'elle ressort des archives, principalement pour la dernière époque de l'indépendance, la plus sensible pour la monarchie. Tout se passe comme si les avis négatifs et destructeurs pour l'ordre royal n'avaient que faire dans un livre d'histoire. C'est ainsi que les commissaires de 1588 ne pouvaient tolérer que l'auteur tourne en dérision la folie de Charles VI, même si la phrase est mise dans la bouche du duc Jean IV105, qu'il respecte si peu les souverains régnants qu'il les compare aux « loups et aux regnards [qui] ne s'obligent par nul fait106 », qu'il qualifie les gens du roi délibérant sur les affaires de Bretagne en 1488 de « conseil de juifs », tout juste sauvé de la réprobation universelle par la présence en son sein d'un modéré, le chancelier Guy de Rochefort, hostile au triomphe de la force sur le droit, semblable au « Gamaliel » du Nouveau Testament qui fit relâcher les apôtres107.

46Il était encore plus difficile d'admettre sans broncher qu'un historien, oubliant son propos, sautât allègrement du passé au présent, stigmatisant par exemple la décadence d'une institution monarchique aussi vénérable que les états généraux. A propos de l'assemblée réunie à Tours par Louis XI en 1468, d'Argentré, attaché comme bien des Bretons aux institutions représentatives, n'hésite pas à dénoncer leur mise sous l'éteignoir par le pouvoir :

  • 108 Page 999. Toute la partie en italique disparaît en 1588, ce qui dénature complètement le texte pri (...)

« ... Il fist assembler les estats de France à Tours, car au temps passé c'es-toient les moderateurs des passions des princes et n'estoient pas de peu d'importance s'ils s'adjoignoient à une partie ou autre. Depuis ils n'ont servy que d'instrumens de leurs intentions, car encor qu'il s'y trouve tousjours quelque voix plaintive de justes occasions de bonnes remonstrances et sollicitations, toutes fois ceux qui ont en main de les assembler ou prohiber l'assemblee, quand il Leur plaist, sçavent bien s'en servir à leur devotion, se donnans bien garde de s'appliquer eux mesmes le cautere, si La partie n'est bien faite, par ceux qui sçavent bien mesler les plus forts ou industrieux parmi les plaintifs, pour amener le plus à leur volonté et faire tomber l'esteuf où ils le desirent. Et quant à l'execution de ce qui s'y passe, pour bien et sainctement advisé qu'il soit, il pend de leur volonté en entier, car il ne s'en escrit ny execute rien s'il ne leur plaist, et, gisant ceste chose en la seule execution, tout ne revient pas à grand fruict pour le bien public : voila pourquoy tout revient h neant. De ceste même fin se servit ce prince ingénieux108. »

47La même critique vise l'abaissement des ordres de chevalerie, tel l'ordre de Saint-Michel que, « de nostre temps, on a non pas abrogé mais fort abas-tardy [...] pour en faire un autre », allusion peu glorieuse à la création de l'ordre du Saint-Esprit par Henri III en 1578. Ce type d'aparté n'a plus sa place dans l'histoire révisée.

48Il en va de même, et c'est beaucoup plus grave pour l'histoire des idées politiques en Bretagne au début des Temps modernes, de la plupart des commentaires que d'Argentré place à la suite des textes-clefs marquant la période 1491-15e32. Il ne faut pas oublier qu'il est le premier historien breton à traiter de cette époque « brûlante » et donc le premier dans l'histoire de Bretagne à en risquer une interprétation.

  • 109 On retrouve la même idée page 1168 : « Et de vray, ceste dame [Anne] s'aperceüt avoir esté surprin (...)

49Il le fait à propos du contrat de mariage d'Anne et de Charles VIII, estimant qu'il est peu à l'honneur du conseil qui l'a rédigé sans réfléchir suffisamment aux conséquences de l'obligation de remariage, qu'il est contraire au droit et à la coutume, rempli de « clauses non seulement inutiles mais à peu pres ridicules » et que de toute façon la reine ne l'« eust jamais passé si elle l'eust entendu, mais elle estoit jeune fille sous l'aage de quatorze ans109 ». Tout le commentaire ci-dessous, où sonnent fort les termes choisis par l'historien pour exprimer son mépris des hommes qui trompèrent la jeune duchesse (« praticiens », « sourds, muets et forcez ») et des procédés auxquels ils eurent recours (« malignement », « mal fondees »), est en effet supprimé et remplacé en 1588 par une notule sans relief :

« Ce fut passé à Langeays apres les convenances accordees en Bretaigne, suivant lesquelles la duchesse Anne fut conduitte audit lieu de Langeays par le sieur de Pontbriand, Breton, qui eut la charge de ce faire, ayant icelle seulement pour conseil le chancelier de Montauban, le grand maistre de Coetquen, pour lequel mal les chroniqueurs françois ont nommé de Coetmen, et ne s'en trouve autres en la lettre dudit mariage, qui fait croire que ces hommes, qui avoient bonne part en la grace du roy pour estre parvenu par leur moyen audit mariage souffrirent aisement que la clause de donnation contenue audit contract fait par ladite dame, mineure d'aage, fut consentie, par laquelle en effect elle donnoit reciproquement son duché et tous les droits qu'elle y avoit en faveur de mariage, le roy survivant et n'ayant enfans, comme luy reciproquement les droits qu'il y pretendoit en mesme cas, chose impossible de droict, ny de coustume, au prejudice des heritiers, ce qu'elle n'eust jamais passé si elle l'eust entendu, mais elle estoit jeune fille sous l'aage de quatorze ans, estant nee en l'an mil quatre cens septante sept. Aussi n'en falloit il pas parler au second mariage du roy Loys, venue qu'elle fut en aage de discretion, et n'y eut oncques si hardy de luy en tenir propos, mais à ce qu'on voit le conseil d'elle ne se donnoit pas grand peine des successeurs s'il ne fust point venu d'heritiers d'elle, ce qui fut bien cognu au second mariage, et encor la firent ils obliger de ne se marier que aux heritiers presomptifs du royaume, qui fait fort estonnere les hommes de jugement de la discretion des seigneurs du conseil du roy.
On avoit employé de telles clauses, non seulement inutiles mais à peu pres ridicules, en faisant en un premier mariage apposer la necessité du second avec conditions, mais ils n'oublierent rien pour se mettre en seüreté de ceste piece tant desiree, et, pour y parvenir, et de plus en outre la cession de ceux de Pointhievree, ils prindrent par le mesme contract cession des droicts du prince d'Orange, qui estoit fils de Catherine de Bretaigne, combien qu'il fust payé et satisfait longtemps avant de toutes ses pretentions par le feu duc, et s'en trouvent les transactions et quittances, prindrent aussi la cession du sieur d'Albret en la maison duquel y avoit une fille de Bretaigne mariee.
Toutes cautions de practiciens aussi inutiles que malignement recherchees et de motifs estans mal fondees toutesfois, car lesdits cedants n'avoient plus aucun droit audit duché, ny par les loix du pays, ny par les traittez et conventions matrimoniales des ducs ou desdites dames, ou comme acquis, dont les lettres sont aux chartres, et par là void on comme de bonne foy s'accordoient ces alliances avec ceste pupille par les gens du conseil d'elle, sourds, muets et forcez. »

50La version définitive, comme aseptisée, tombe dans l'anecdote et la banalité :

  • 110 Page 1132 et fol. 791.

« Peu de temps apres que ce mariage et ceste paix furent faits, Françoys d'Orleans, comte de Dunoys, qui avoit esté le principal moyenneur de ceste paix et, h ceste cause, s'estoit reconcilié avec le roy, mourut d'une mort subite en allant à cheval par pays par faute de manger, ainsi qu’on disoit. De sont descendus les ducs de Longueville. La royne et duchesse estoit lors aagee d'environ 14 ans, laquelle consentit avec son conseil une clause de donaison contenue en ce contract, par laquelle elle donnoit reciproquement son ducé et tous les droicts qu'elle y avoit en faveur de mariage, au cas que le roy fust survivant apres elle et n'eust enfans, comme luy semblablement donnoit à icelle en mesme cas les droicts qu'il y pretendoit110. »

51La même volonté d'expurger le texte vise les remarques induites par la confirmation des privilèges du duché par Charles VIII en 1492. Ici d'Argentré avait procédé différemment : au lieu de citer in extenso les lettres royales, il s'était contenté d'en résumer quelques articles significatifs à ses yeux de l'évolution de l'attitude de la monarchie envers les Bretons et de les assortir de commentaires laconiques, passant une fois de plus du passé au présent :

  • le maintien des Grands Jours de Bretagne : « Cecy a esté gardé jusqu'à l'erection de Parlement qui fut en l'an mil cinq cents cinquante et un » ;
  • la défense d'innover en matière fiscale par rapport au temps des ducs : « Il s'est gardé une image de cecy » ;
  • l'interdiction de juger les Bretons ailleurs qu'en Bretagne : « Il n'est jour que c’est article ne soit forcé à la dévotion de quelque courtisan » ;
  • l'obligation de réserver le produit des impôts municipaux aux budgets des villes : « Il ne s'en garde rien », etc.

52Aucune de ces notes désobligeantes pour le pouvoir n'est conservée en 1588, pas plus que la phrase réaliste et désabusée introduisant le chapitre des privilèges :

  • 111 Page 1134. En 1588, cette brève introduction est remplacée par un passage plus long replaçant la c (...)

« Le roy, sous le nom de luy seul, fist plusieurs ordonnances, confirmations de privileges pour l'université de Nantes, pour le pays et pour les seigneurs, et ne faillit pas à se servir des amorces que les princes et seigneurs conquerants ont coustume de practiquer aux terres de nouvelles conquestes, dont du jourd'huy il ne se tient et garde que peu de chose111. »

  • 112 Page 1153. « Le conseil de France avoit pensé pourvoir à c’est inconvenient en obligeant ladicte d (...)

53Le remariage de la reine en 1499, le nouveau contrat et la nouvelle confirmation des privilèges de Bretagne qui l'accompagnèrent fournissent à d'Argentré l'occasion d'autres commentaires tant historiques que politiques qui ne pouvaient trouver grâce aux yeux des censeurs. Mieux valait éviter de parler des scrupules de la souveraine à l'idée de convoler avec un prince déjà marié, car « faisoit ceste dame fort religieuse grande conscience de l'espouser, neantmoins que par le contract de mariage du roy Charles, le conseil de France y avoit pensé pourvoir en l'obligeant » à épouser l'héritier du royaume112. Mieux valait glisser sur les discussions qui opposèrent les Français eux-mêmes à propos de la validité du premier mariage de Louis XII et jeter un voile pudique sur les motivations fort peu spirituelles du pape Alexandre VI Borgia lorsqu'il accorda la dispense aux nouveaux époux car, selon d'Argentré :

  • 113 « Le pape, ayant consenty, donna une dispense... », ibidem (1588).

« Le pape consentit aisement, au moyen que le roy maria et advança le fils d'iceluy, nommé Cesar Borgia, luy donnant Charlotte d'Albret, fille d'Alain d'Albret et sœur du roy Jean de Navarre, et outre le duché de Valentinois113. »

  • 114 Le texte supprimé en 1588 est le suivant : « Il n'y eut pas grande peine à contenter ceste pauvre (...)

54Mieux valait aussi taire les sentiments de la pauvre Jeanne de France, victime des combinaisons politiques de son royal époux114, et dissimuler le désenchantement prêté par l'auteur aux Bretons à l'annonce du remariage de la duchesse. Car ils

  • 115 « Cependant, la royne Anne disposoit de son estat et faisoit du bien à ses subjects. », ibid. (158 (...)

« n'y prenoient pas grand plaisir et eussent bien desiré que leur duchesse se fust depeschee du joug françois pour se rendre au pays de Bretaigne en liberté et disposer de son Estât, et faire du bien à ses subjets115. »

  • 116 Les phrases supprimées sont les suivantes, p. 1156-1157 : « De cela n'a esté rien gardé et, s'il l (...)

55Quant aux privilèges confirmés en 1499, ils appellent eux aussi les remarques acerbes de l'historien, qui recourt au même type de présentation que ci-dessus pour stigmatiser leur non-respect par la monarchie française, et ils subissent naturellement le même sort que les précédents116.

56Enfin, la censure royale se devait d'examiner avec une attention particulière tous les passages consacrés à l'union définitive de la Bretagne à la France. Les choses commencent véritablement avec le legs testamentaire consenti par Claude, fille de la reine Anne et épouse de François Ier. D'Argentré n'y allait pas par quatre chemins pour en souligner l'illégalité et par conséquent celle de l'usufruit exercé par le roi en Bretagne,

  • 117 .Page 1168. Deux chapitres complémentaires sont insérés à cet endroit du texte en 1 »88, ce qui ren (...)

« car par la Coustume de Bretaigne il ne se par testament faire nul laiz de mary à femme, et l'usufruit des biens maternels n'appartient aux peres en Bretaigne, mais il n'y avoit point de contredisans117. »

  • 118 Pages 1168-1170.

57Mais c'est surtout la version qu'il donnait des conditions dans lesquelles a été négocié le « Traicté sur l'union du duché de Bretaigne à la couronne de France » qui lui valut les foudres de la censure royale. La quasi-totalité du long texte précédant l'édition de la « Chartre de l'union » fut censurée et résumée en quelques lignes118. Disparurent ainsi les réflexions préliminaires de l'historien-juriste concernant les dispositions des contrats de mariage successifs d'Anne et de sa fille Claude, dont les contradictions étaient susceptibles de réduire à néant les calculs de la monarchie :

« Si se tindrent tousjours les rois en peine de ce duché et avoient toutes les peurs qu'il ne leur eschapast en aucune sorte car les traictez et mariages de la royne Anne, et mesmes de la royne Claude, portoient clauses qui ne servoient de rien à leur intention, et mesmement par celuy avec le roy Loys y avoit une stipullation pour les heritiers d'elle en cas de defaillance d'eux deux, laquelle stipulation revocquoit et aneantissoit en effect une donnation faicte par le contract de mariage du roy Charles. Et, de vray, ceste dame s'aperceüt avoir esté surprinse en cela par la faute de son conseil, elle estant en bas aage. »

58La nouvelle version du texte, loin de dénoncer l'inconséquence des rois, exalte leur sagesse et minimise fortement les risques inhérents à la succession des contrats :

  • 119 Page 1168 et fol. 821.

« Les roys, comme très sages et prevoyants, se tenoient tousjours en peine de ce duché et avoient grand doute que ceste province plaine de peuple obeissant et fidel ne fust separee de la couronne à cause des traictez et mariages de la royne Anne et mesmes de la royne Claude, encor que par le contract du premier mariage ladicte royne Anne eust donné son duché au roy Charles, son mary119. »

  • 120 Pages 1168-1169. Sur le rôle du père de d'Argentré, voir D.-L. Miorcec de Kerdanet, op. cit., p. 9 (...)

59Disparaissent aussi les manœuvres, on n'ose dire les « magouilles » du chancelier de France Antoine Duprat et de Louis des Déserts, président au parlement de Bretagne, pour obtenir des états qu'ils sollicitent eux-mêmes l'union. Ce passage qui donne une image peu reluisante des deux conseillers royaux et témoigne de leur mépris pour les institutions représentatives, qui montre aussi que la monarchie n'hésite pas à recourir à la corruption pour parvenir à ses fins, était d'autant plus dangereux que d'Argentré affirme s'appuyer sur une source irréfutable, le témoignage de son propre père, sénéchal de Rennes de 1527 à 1547, directement mêlé aux tractations en cours et présent aux états de Vannes où il joua un rôle important120.

« Et me souvient avoir ouy dire à feu mon pere et predecesseur seneschal de Rennes qui estoit appellé en ces conseils qu'un jour maistre Loys des Desers, lors president en Bretaigne, estoit venu saluer ledit sieur chancelier Duprat, lequel luy tint plusieurs propos de c’est affaire, luy monstrant grand nombre de memoires et instructions, lesquelles luy avoient esté baillees de plusieurs parts pour conduire c’est affaire, duquel il estoit tres expressement chargé par le roy venu expres en Bretaigne, et ne sçavoit pas trop bien ledict chancelier quel moyen il y devoit tenir. Ledict president, apres avoir veü ses memoires, luy dist comme ne trouvant rien bon de tous ces expedients :

  • "Monsieur, il me semble qu'il y a de meilleurs moiens que tous ceux là."
  • "Et quelz", dist le chancelier.
  • "Mon advis, dit il, seroit qu'on traitast avec les estats qu'ils voulussent requerir l'union."

Ceste parolle meit le chancelier en merveilles :

  • "Avec les estats, dit il, et seroit il possible de faire cela avec eux ?"
  • "Ouy, dist le president, les estats consistent de beaucoup de gens mais il n'en faut gaigner que trois ou quatre de la noblesse et quelques uns de l'Eglise et tiers estat, et toutes choses s'y feront à devotion : le roy a bien moyen de faire cela avec peu de gratification."

Le chancelier, à ces parolles, ploia tout ce qu'il avoit de papiers et de memoires et, sans plus essaier autre adresse, se donna ceste part. On besongna à meshuy par ceste voye. »

60Disparaît surtout le passage capital qui fait suite à ces lignes dans lequel l'auteur rapporte avec force détail les avis contradictoires qui s'exprimèrent aux états d'août 1532 et les débats houleux dont ils furent témoins. Alors que l'édition de 1588 conserve les arguments avancés par les députés favorables à l'union, faisant valoir que la paix civile et extérieure du duché était à ce prix, que l'on pourrait obtenir du roi une nouvelle confirmation des privilèges et que l'incorporation au royaume ne se traduirait pas par des exigences fiscales supérieures à celles d'un prince particulier, elle supprime l'avis des « opiniastres », douze affirmations solidement construites qui tendent à démontrer qu'il existait à Vannes une opposition résolue à l'union, oubliée par les agents corrupteurs du roi ou peu sensible à leur « pratique ».

« Les estats furent assignez à Vannes, où c’est affaire se meit en termes et se pratiquerent moult de moiens, et, à dire vray, mal receüz pour le commencement. Il y en avoit de pratiquez, mais non par tous, et se trouverent en grande dissension : il y en avoit d'opiniastres, ausquels il souvenoit de l'ancienne liberté du païs sous les ducs, qui disputoient et disoient :

  • qu'ils alloient entrer et se sousmettre au joug de toute servitude et asservir le païs à toutes tailles, impositions, subsides, gabelles, truages de France, à toutes les volontez des rois absolument,
  • que, comme il ne falloit pas douter, pour entrer promettoient assez mais ils ne gardoient ne franchises, ne libertez, ny privileges du païs lorsqu'ils y auroient le pied,
  • que tous benefices seraient donnez à personnes estrangeres, les prelatures aux courtisans pres du roy qui ne voudroient cognoistre ny gratifier homme natif du païs,
  • qu'à toutes heures, en vertu de committimus et autres commissions extraordinaires, ils seraient tirez en France en leurs causes et travaillez parmy les auditoires du royaume de France,
  • que chacun jour on leur deffendroit les traictes de la negociation par la mer, qui estoit presque le seul moien aux gentilshommes de faire deniers, pour le profit ou sugestion de quelques particuliers qui obtiendraient deffences de traictes pour apres vendre cherement les congez,
  • que les gentilshommes seraient tirez au service aux guerres du roy, à quoy ils n'estoient tenus hors le païs,
  • qu'ils n'auraient desormais estat ne chargent dans le pays et seraient esloignez des rois, et loing tenus des charges d'honneur sans pouvoir parvenir ny estre eslevez,
  • que les grands seigneurs du pays qui emporteraient le credit et qui l'entretiendraient seraient incontinent amorcez pour le commencement de la faveur des gouvernemens et autres bienfaits pour dissimuler et s'accomoder à toutes les volontez du roy, et consentir de tailler et angarier le pays,
  • que les droits du roy, fussent fondez et autres pretendus, seraient si rigoureusement recherchez sous un roy que la marchandise n'iroit en nulle liberté ny autrement que charges de daces et impositions,
  • que la reunion mettrait les successeurs en guerre car, si la race de Bretaigne defailloit, ceux qui seraient heritiers de l'estoc de Bretaigne voudroient selon leurs traitez reprendre leurs degrez de succeder : les rois l'empescheroient comme de choses reduis au royaume et membres incorporez au corps et à la couronne, en quoy, intervenant le decret des estats, on ferait manifeste tort aux heritiers du sang,
  • que par tous les traitez et conventions faits par la royne Anne venue en son aage, l'on voioit expressement qu'elle avoit voulu et tasché, par tout defaillant la race des siens, que ceux de son sang succedassent,
  • que, le cas advenant, il failloit demander d'avoir prince particulier qui sous- tint et voulust garder le pays et libertez des seigneurs, et cherir les siens, et eslever aux honneurs d'iceluy, et non pas les transporter à l'estranger, et, quand ils voudroient faire autrement, les seigneurs du pays estoient bien assez fors pour les contredire et se maintenir avec un prince particulier, comme on avoit veü l'experience au temps des ducs, mais, avec un roy si puissant, il n'y avoit ordre, les choses faictes, d'empescher qu'il n'en fist ce qu'il voudroit.
  • 121 Pages 1169-1170.

Les autres debatoient121... »

  • 122 Voir J. Kerhervé, « Aux origines... », art. cit., passim.

61La construction et le contenu du discours, les termes utilisés et les arguments choisis sont tels que le lecteur peut à juste titre se demander ce qui, dans ces arguments, reflète véritablement les propos des opposants aux états et ce qui revient à l'auteur de l'Histoire. On y lit en effet comme l'écho du vocabulaire des chroniques bretonnes les plus excessives. Le Livre du bon Jehan, duc de Bretaigne de Guillaume de Saint-André ou le Chronicon briocense122, que d'Argentré connaît bien et qui brodent aussi sur le champ lexical de la servitude, de la liberté et des privilèges. On y lit l'inquiétude du milieu des offices, auquel appartient l'auteur, devant l'arrivée prévisible de concurrents du royaume. On y lit les craintes d'une petite noblesse, à laquelle se rattache l'historien, soucieuse d'éviter les expéditions lointaines et de pouvoir continuer à compenser les insuffisances de la rente seigneuriale par les charges ecclésiastiques, les offices publics et aussi le commerce maritime. On y lit la crainte des milieux d'affaires, auxquels sont apparentés les d'Argentré, de voir revenir la guerre et péricliter la « marchandise ». On y lit enfin l'attachement d'une partie de la société politique bretonne à la dynastie ducale, au droit du sang, à la descendance d'Anne de Bretagne. Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'auteur de l'Histoire de Bretaigne se trouvait en harmonie avec les « opiniastres », même s'il rapporte fort honnêtement les opinions contraires, conservées par les censeurs bien entendu.

62Car ces derniers ne firent pas preuve de la même honnêteté intellectuelle. Sans état d'âme, ils expurgèrent le livre des arguments des « opiniastres », se contentant d'écrire :

« Les estats furent assemblez à Vennes, où on mist c’est affaire en deliberation au mois d'aoust, combien qu'on eust accoustumé de les tenir en septembre ordinairement, mais, pour l'importance du bien public qui en venoit, il estoit necessaire d'avancer le temps. Enfin, apres plusieurs opinions contraires debattues d'une part et d'autre, on se rengea au meilleur advis. »

63En définitive, une touchante unanimité semble régner dans l'assemblée, comme le suggèrent les termes qui introduisent les propos des partisans de l'union, expression de l'union consensuelle « Car un chacun voyoit... », substituée à la formule témoin des désaccords, choisie par l'auteur : « Les autres debatoient ».

  • 123 Le passage supprimé est le suivant : « venant aux opinions, il se trouva un procureur de la commun (...)

64Il n'était donc même plus nécessaire de conserver dans le texte définitif le détail de l'altercation, d'une rare violence puisqu'elle alla jusqu'à la voie de fait, qui opposa le lieutenant du roi présidant la séance des états au procureur de la ville de Nantes, pris de scrupules à l'idée de solliciter l'union, et soucieux d'en référer à ses mandants avant de se prononcer sur cette procédure extraordinaire. Pouvait-on laisser dire qu'un représentant du roi avait perdu son sang-froid pour avoir senti l'assemblée indécise et prête à suivre l'exemple d'un modeste représentant du Tiers123 ? Et comment laisser subsister l'appréciation finale désabusée de l'historien, constatant l'adhésion simulée du roi à la requête des états qu'il avait lui-même inspirée :

  • 124 Page 1171.

« Jamais chose ne fut si aisee à accorder de la part de ceux qui, en grand desir de l'ordonner, en faisoient suggerer la demande, en quoy les deffenseurs se constituerent et prinrente la personne de demandeurs124. »

  • 125 Page 1083. La remarque, supprimée dans l'édition de 1588, est faite à propos du refus de certains (...)
  • 126 L'expression, empruntée à l'Histoire des histoires de La Popelinière, est citée par P. Cadiou, op. (...)

65Bertrand d'Argentré ne se faisait guère d'illusion sur la « censure françoise qui ne passa jamais le Bour la Royne ou Sainct Denis, de ceux qui ne virent jamais d'autre soleil que celuy qui luit à petit point, ne pensant jamais qu'il soit rien ailleurs125 ». Ces mots qui terminent le chapitre 440 de l'édition de 1583 ne paraissent plus en 1588. Dans son épître dédicatoire au roi, il déployait pourtant des trésors d'éloquence pour convaincre le prince, de qui dépendait le sort de son livre, de sa fidélité à la monarchie, allant jusqu'à évoquer les empereurs romains mécènes, protecteurs des historiens mais aussi « l'heureuse union » de la Bretagne à la France. Exercice de style, tentative naïve de captatio benevolentiae, dira-t-on. Rien n'est moins sûr. D'Argentré n'était pas un adversaire de l'union, même s'il émettait des réserves sur les conditions dans lesquelles elle s'était faite et s'il éprouvait une nostalgie certaine, doublée de fierté, pour le temps de l'indépendance de la province. Il est probable qu'il entendait plutôt convaincre le monarque de son honnêteté intellectuelle, de la rigueur de son enquête historique, de sa volonté de rechercher la vérité tout en plaidant, en parfait juriste, pour le droit à la critique historique et au commentaire, fussent-ils partisans et dictés par l'amour de la petite patrie, et par conséquent difficiles à entendre quand ils émanent d'une province longtemps rétive et rebelle à la centralisation monarchique. Toute vérité n'est pas bonne à dire. Les lignes qui précèdent ont voulu montrer, même en se limitant à un livre de l'Histoire de Bretaigne, à quel point les censeurs ont été peu sensibles aux arguments d'un intellectuel placé au carrefour de l'histoire et de la politique, dans le monde des années 1580 où la passion l'emportait chaque jour sur la raison et où, plus que jamais, l'Histoire se regl[ait3] au compas du gouvernement de l'Estat126

Notes

1 L'année et le lieu de parution de l'Histoire sont sujets à caution. Une tradition erronée, véhiculée par des générations de bibliographes, se recopiant les uns les autres, affirme qu'elle fut éditée à Rennes en 1 »82 chez Julien du Clos. Mais dès 1974, dans un solide travail inédit et resté confidentiel, Pierre Cadiou dénonce cette erreur et démontre que le livre est édité en 1 »83 chez Jacques du Puys, libraire à Paris, voir Bertrand d'Argentré, pamphlétaire de l'Histoire de Bretagne et doctrinaire des statuts, thèse de doctorat en droit, dactyl., 2 vol., Rennes, 1974, t. 1, p. 225-226 ; les recherches d'Ievan E. Jones, D'Argentre's history of Brittany and its rnaps, Birmingham, 1987, p. 9-11, aboutissent aux mêmes conclusions. La confusion, longtemps entretenue, tient au fait que l'édition princeps n'a pas été achevée et que la page de titre notamment, celle qui aurait dû porter la date et le nom de l'éditeur, n'a pas vu le jour ou a été détruite pour rendre le livre invendable.

2 Sur l'historiographie bretonne du Moyen Âge finissant, on se reportera à Jean Kerhervé, « Aux origines d'un sentiment national. Les chroniqueurs bretons de la fin du Moyen Âge », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, t. 108, 1980, p. 165-206, et à Dominique Philippe, L'histoire en Bretagne du xiv au xvie siècle ou la défense de l'identité, thèse dactylographiée, Brest, 1988. Pour la vie et l'œuvre de B. d'Argentré, plutôt que les travaux vieillis de Daniel-Louis Miorcec de Kerdanet, Histoire de Bertrand d'Argentré, législateur de la Bretagne, Brest, 1852, et de Prosper Levot, Biographies bretonnes. Recueil de notices sur tous les Bretons qui se sont fait un nom, Vannes-Paris, 1852, p. 37-41, voir P. Cadiou, op. cit., p. 1 à 219.

3 Alain Bouchart, Grandes croniques de Bretaigne, t. I et II, Texte, établi par Marie-Louise Auger et Gustave Jeanneau, Paris, CNRS, 1986 ; t. III, Introduction, concordance des sources, index par Marie-Louise Auger, Paris, CNRS, 1998. Cette remarquable édition rend obsolète celle de la Société des Bibliophiles bretons et de l'histoire de Bretagne, Alain Bouchart, Les Grandes Croniques de Bretaigne, éd. H. Le Meignen, Nantes, 1886, qui présente cependant l'avantage d'avoir conservé l'illustration du livre original et le supplément aux chroniques rédigé par le continuateur anonyme de Bouchart ; pour ces additions, dont une grande part revient à P. Desrey, traducteur et continuateur de Robert Gaguin, on se reportera à la mise au point de M.-L. Auger dans le t. III de l'édition citée d'A. Bouchart, p. 137-138

4 Si l'on excepte les rééditions de l'œuvre de Bouchart en 1518, 1531, 1532 et 1541, l'historiographie bretonne, entre 1514 et 1580, se limite à la rédaction de chroniques locales ou de journaux dont le nombre s'accroît au moment des guerres de la Ligue, voir Jean Kerhervé, « La naissance de l'histoire en Bretagne (milieu xive siècle-fin xvie siècle », Histoire littéraire et culturelle de la Bretagne, sous la dir. de Jean Balcou et Yves Le Gallo, Genève, Slatkine, 1987, t. I, p. 245-271. En ce qui concerne d'Argentré, cette contribution, qui ne prend pas en compte la thèse de P. Cadiou, doit être corrigée (antécédents de l'historien, dates d'édition et d'interdiction du livre notamment).

5 Sur les démêlés de d'Argentré avec la censure royale, voir P. Cadiou, op. cit., t. 1, p. 225-241 ; I. E. Jones, op. cit., p. 9-11.

6 Ces édits et d'autres textes s'efforcent de faire la synthèse d'une législation désordonnée, reflet des tensions entre la Sorbonne, le Parlement de Paris et la chancellerie royale ; le contrôle culturel et la censure qui en découle traduisent à la fois l'âpreté des luttes religieuses du xvie siècle et la montée en puissance de l'État absolutiste qui tend à interdire tout ce qui freine son ascension. Avec l'édit de Moulins, la monarchie affirme sa supériorité puisque désormais aucun livre ne peut être publié sans autorisation de la Grande chancellerie de France sous forme de « lettres de privilège expédiées sous nostre grand scel », ce qui donne au chancelier de France droit de regard sur toute la production imprimée du royaume, voir Bernard Barbiche, « Le régime de l'édition » dans H.-J. Martin et R. Chartier, (sous la direction de), Histoire de l'édition française, Paris, Promodis, 1982, t. 1, p. 367-377 ; Robert Netz, Histoire de la censure dans l'édition, Paris, PUF, 1997, p. 20-23 ; Georges Minois, Censure et culture sous l'Ancien Régime, Paris, 1998, notamment p.53-60.

7 On a parfois mis en relation la parution de l 'Histoire de d'Argentré et l'arrivée de Mercœur au gouvernement de la province : Jacques de La Guesle a même qualifié d'Argentré, en 1591, de « faciendaire du duc de Mercœur », mais la rédaction du livre était terminée quand ce dernier prit ses fonctions (1582), donc bien avant qu'il puisse être soupçonné de vouloir se tailler une principauté en Bretagne. En fait, d'Argentré écrivit à la demande des états de Bretagne et les intentions politiques des époux Mercœur ne s'affichèrent véritablement qu'après le déclenchement de la Ligue en Bretagne (1589).

8 Le mémoire ne fut publié qu'en 1619, après la troisième édition de l'Histoire de d'Argentré, par le fils de l'historiographe, sous le titre : Nicolas Vignier, Traicté de l'ancien estat de la petite Bretagne et du droict de la couronne sur icelle, contre les faussetés et calomnies des deux Histoires de Bretagne, composées par feu le Sr Bertrand d'Argentré, président au siège de Rennes, Paris, 1619, voir P. Cadiou, op. cit., t. 1, p. 229-230.

9 Pour la distinction des différentes éditions, voir Virginie Stroobants, Bertrand d'Argentré et l'histoire de la Bretagne ou comparaison et étude des éditions de 1583, 1588, 1618 et 1668, mémoire de maîtrise dactylographié, Brest, 1996, p. 3 ; Laurence Moal, Bertrand d'Argentré, patriote ou historien ?, mémoire de maîtrise dactylographié, Brest, 1996. Tous les travaux concernant l'histoire de l'édition et de la censure soulignent d'une part la relative inefficacité de l'arsenal législatif pendant les troubles de la Ligue, et d'autre part l'assouplissement du contrôle culturel sous Henri IV, voir notamment B. Barbiche, op. cit., p. 369-370 ; G. Minois, op. cit., p. 60-65.

10 Les deux dernières éditions officielles, celle de 1618, publiée par le fils de d'Argentré, et celle de 1668, ne changèrent pour ainsi dire rien au fond de celle de 1588 pour la période traitée dans cet article, se contentant de moderniser à l'occasion la syntaxe et le vocabulaire

11 Il ne s'écoule que deux ans entre la « commande » des états et la fin de la rédaction d'un livre de 1 174 pages. On sait cependant que d'Argentré est passionné d'histoire et qu'il dispose en particulier des ouvrages et des notes de son grand-oncle Pierre Le Baud. On lui a d'ailleurs attribué la traduction en latin de la chronique de ce dernier, œuvre de jeunesse (1541), conservée aujourd'hui à la Bibl. nat. de France (ms. latin 6003), qui aurait constitué un premier essai d'écriture historique sur la Bretagne ; P. Cadiou, op. cit., p. 227, remet en cause, de manière convaincante, la datation de ce texte, son attribution à d'Argentré et le terme même de traduction, le texte s'écartant sensiblement de son modèle.

12 Ce sont les pages 964 à 1174 de l'édition originale, moins de 200 pages en réalité, si l'on considère les erreurs de pagination : passage direct de la page 985 à la page 997, omission des pages 970, 1018... L'édition de 1 »88 est foliotée, pour le livre XII, du fol. 666v° au fol. 831v°. Alors que la numérotation des chapitres est continue depuis le début dans le premier ouvrage, elle recommence au début de chaque livre dans le second.

13 Leur repérage a été grandement facilité par le travail préparatoire de Magali Prigent, Le métier d'historien et le pouvoir de la censure à la fin du xvie siècle ou l'étude comparée et commentée des éditions de 1582, 1588 et 1618 de l'Histoire de Bretagne de Bertrand d'Argentré, Brest, mémoire dactyl., 1995, qui a analysé les chapitres 409 à 470 du livre.

14 Entre les pages 1122 et 1123 de l'édition de 1583, fol. 774v°-780 de celle de 1588.

15 Dans la suite de l'article, les citations sont entre guillemets, en caractères romains pour le texte de 1583, en italique pour celui de 1588 ; nous renvoyons aux pages de 1583 et aux feuillets de 1588, selon l'exigence du cas.

16 Il s'agit de la campagne des Bretons et des Bourguignons, qui battirent les Écossais de Robert de Clinchamp à Sèvres, pendant la guerre du Bien public en 1465, p. 978 ; de Contay dans la Somme, p. 1013 ; des ports et havres d'entre Couesnon (orthographié Coisiny de manière fautive) et Arguenon, p. 1027.

17 Page 1003, 1043 : la coquille latine apparaît dans l'expression nihil ad auriam !curiam. Ce type d'erreur, dont nous ne donnons que quelques exemples se compte par dizaines dans l'ensemble du chapitre.

18 Cité par Jeanne Veyrin-Forrer, « Fabriquer un livre au xvie siècle », dans H.-J. Martin et R. Charrier, op. cit., t. 1, p. 292. Pasquier, jurisconsulte et avocat au parlement de Paris (1529-1615), est l'auteur d'un ouvrage encyclopédique, les Recherches de la France.

19 Lire plutôt Meung-sur-Yèvre, p. 969 ; pour Ancenis, p. 1003, et Chauvin, p. 1042.

20 On en trouvera des exemples p. 979, 982, 1000, 1001, 1008, 1013, 1042, 1088, 1099, 1122, à propos de Jean Dauvet, Jean de Rouville (mal orthographié Rommillé), Olivier du Breil, Nicolas de Kermeno, Guillaume Chauvin, Gilles de La Clartière, François Chrestien, Jacques de La Villéon, François du Pont (corrigé en « du Pou » en 1588), Jacques de Condebault (ou plutôt de Gondebault). L'erreur initiale tenait peut-être à une abréviation (« Me ») mal interprétée par l'éditeur.

21 Page 968. Du Celier occupa effectivement l'office de président et juge universel de Bretagne, c'est- à-dire président du parlement, de 1466 à 1474, après avoir été chancelier et président de la chambre des comptes ; pour sa carrière, voir Jean Kerhervé, Les gens de finances des ducs de Bretagne, Catalogue prosopographique, dactyl., Paris, 1986, p. 774-775.

22 C'est l'occasion pour d'Argentré de corriger aussi le nom du religieux et d'ajouter un long paragraphe concernant les rapports privilégiés entre le personnage et François Ier auquel il aurait prédit son avènement au trône, p. 1167.

23 Pages 1011 et 1009.

24 Page 1029 ; de même, lorsque l'édition de 1588 change « dix » (1583, p. 1017) en « deux » pour préciser le nombre de jours depuis lequel un ambassadeur du duc était parti pour l'Angleterre, la double faute est imputable à l'auteur qui n'a pas bien relu sa source : Bouchart, à qui il emprunte l'épisode, parle d'un laps de temps de six jours, Grandes croniques..., op. cit., t. II, p. 436. Cette erreur de dix pour deux se retrouve p. 1093, pour apprécier le nombre de chevaux laissés à Nantes par le duc en 1487.

25 Pages 968, 969, 970, 972, 981, 998, 1004, 1005, 1007, 1009, 1010, 1116 ; ce type d'exemple peut-être aisément multiplié en sollicitant l'ensemble du chapitre.

26 « Il n'y avoit ordre en c’est ordre », p. 1006, devient « Il n'y avoit asseürance dans c’est ordre », p. 1588, fol. 690. Il s'agissait peut-être en l'occurrence d'un jeu de mots destiné, dans l'esprit de l'auteur, à déconsidérer l'ordre royal de Saint-Michel ; dans ce cas le changement de vocabulaire relève plutôt de la censure.

27 Page 1008.

28 Page 1010.

29 Ainsi la phrase : « Parce que dessus se peut lire l'intention du roy et l'occasion que le duc de Bretaigne avoit de se fier en luy, bastissant de telles parties, n'ayant le duc autre intention que de se conserver par le moyen de ses amis et non volonté de luy faire la guerre, laquelle le roy... », dans laquelle les participes présents alourdissent le style et introduisent quelque ambiguïté, p. 1029, devient en 1 »88 : « Parce que dessus se pouvoit juger l'intention du roy et l'occasion que le duc de Bretaigne avoit de ne s'asseürer beaucoup de luy, voyant qu 'on luy bastissoit de telles parties, combien que le duc n'eust autre intention que de se conserver par le moyen de ses amis et non volonté de faire la guerre au roy, laquelle il... », fol. 704.

30 Que penser de la formule : « estoit mal voulu d'une demoiselle », remplaçant en 1588 (fol. 688v°) : « avoit encores la mal grace d'une demoiselle », p. 1004 ?

31 Le duc Jehan « cinquiesme », les rois « de France », p. 969 ; la « ligue, alliance et liaison » des seigneurs, p. 1011 : les mots en italique sont ajoutés dans l'édition de 1588.

32 Pages 1008, 1107 ; voir aussi, p. 1009, les compléments inscrits dans le titre même du chapitre pour mieux définir le « moyne, qui fut amené à Nantes », accusé d'avoir empoisonné le duc de Guyenne : « un moyne, abbé de Saint Jean d'Angely, qui fut amené prisonnier à Nantes » ; dans le corps du texte on précise que ce religieux était très proche de Charles de France, « estant son aulmosnier », fol. 692.

33 Fol. 612v°, complétant la page 1042.

34 Le passage concernant cette campagne, et notamment la prise de Guingamp, se trouve aux pages p. 1110-1112 de l'édition de 1583, dans le chapitre 454 ; il est placé à la fin du chapitre suivant dans celle de 1588 (XII, 49, fol. 768-769).

35 Celui du chap. 4 »4 devient : « Prise de Saint Malo par les François du party desquels se rengent quelques seigneurs bretons. Clisson et Vitré rendus aux François », fol. 763v°, au lieu de : « La ville de Guingamp prise par le comte de Quintin du parti françois et incontinent reprise du capitaine Gouicquet », p. 1109.

36 La consultation sur la conqueste du duché figure aux pages 1116-1117 de l'édition de 1 »83 ; elle est avancée deux chapitres plus haut en 1588, XII, 48, fol. 764v°-765v°.

37 Après la page 969 de l'édition de 1583 (fol. 670-675 de celle de 1588).

38 Le texte est publié par Hyacinthe Morice, Preuves pour servir à l'histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, Paris, 1742-1476, 3 vol., t. III ; 1-8 ; on note quelques différences avec la version de d'Argentré ; changements orthographiques, oubli de quelques noms, résumé de quelques précisions jugées superflues par l'historien du XVIe siècle, rien de fondamental si l'on excepte l'omission des conflits qui opposent François II aux évêques de Rennes et surtout de Nantes, ibid., III,5.

39 Notamment en raison de la résistance des Bretons fidèles à la duchesse, les habitants de Guingamp, clef de la Basse-Bretagne en particulier, et de la rivalité entre Rohan et Laval qui paralyse l'action de chacun d'eux ; une partie de la matière de ce chapitre est inspirée des « instructions signees du roy Charles VIII bailliees à Gilles Rivault, gentilhomme breton envoyé pour ceste negociation vers ces seigneurs » (Rohan et Laval), chapitre inséré entre les pages 1114 et 1115 de l'édition première (fol. 767-768 en 1588), qui se poursuit par la prise de Guingamp, remise à sa véritable place dans l'histoire, voir supra, n. 34.

40 Ajouté à partir de la p. 1117, sous un titre de chapitre modifié : « Traicté d'alliance entre la duchesse Anne et Henry septiesme, roy d'Angleterre, au secours de laquelle il faict passer son armee en Bretaigne. Menees, debats et differens entre le mareschal de Rieux et le chancelier de Montauban pour le mariage de ladicte duchesse. », fol. 770-772.

41 Fol. 816. (1583, p. 1167-1168).

42 On sait en effet que le procureur général Jacques de La Guesle était également opposé à la publication de la deuxième édition de l'Histoire et que les critiques de Nicolas Vignier portaient autant sur le texte primitif que sur la version modifiée, voir P. Cadiou, op. cit., p. 231-232, n. 2.

43 Voir notamment les chap. XII, 52- 55, ajoutés dans l'édition de 1588, fol. 774-780

44 Chap. XII, 54 de l'édition de 1588, notamment fol. 778

45 Le titre du chapitre 458, p. 1122 est transformé en conséquence. Au lieu de : « Le roy et la duchesse sur leurs differents conviennent pour arbitre de l'empereur Maximilian, qui par procureur espouse ladite duchesse, laquelle depesche devers le roy pour l'entretenement du traitté de Francfort », on lit : « Establissement par le roy de garnison es places de Bretaigne. Convention d'arbitres entre le roy et la duchesse pour leurs droits et pretensions sur le duché », fol. 780v°. Deux phrases-clefs marquent l'opposition entre l'ordre royal et l'impossible maintien de l'ordre chez les Anglais de Bretagne : « Voicy le departement et l'ordre comme les garnisons furent establies, ainsi que j'ay veü, par les instructions signees de la main du roy... », et plus loin : « D'autre costé, les Anglois venuz pour la duchesse retournerent de Lamballe à Guingamp où ils furent longtemps et, estants mal payez, butinoient et pilloient le peuple sans qu'il s'y peüst mettre ordre », fol. 781.

46 Page 1128. Une longue analyse du traité de paix entre Français et Bretons suit, qui relègue au second plan les scrupules religieux de la duchesse à l'idée de rompre un mariage par procuration, et insiste sur la volonté royale de réconcilier les partis en Bretagne, le départ des Anglais et le dépit du roi Henri VII, « infiniement jaloux et desplaisant de ce mariage qu'il ne pensoit pas pouvoir si tost voir accomply et voyoit luy estre de grande consequence à ['advenir », enfin le commandement donné par le roi « à tous gens de guerre françois de vuyder hors de Bretaigne, fors ceux des garnisons », fol. 788-788v°.

47 Fol. 817v°-820v° de l'édition de 1588 (XII, 68-69).

48 Fol. 824-831 de l'édition de 1588 (XII, 71-72) et p. 1054 de celle de 1618 (XIII, 73).

49 Supra, n. 8

50 Page 969 et fol. 674v°.

51 Ce portrait doit beaucoup aux écrits des contemporains de Louis XI, Thomas Basin, Robert Gaguin, Jean Molinet, Georges Chastellain, Jean Meschinot ; pour une revue suggestive des textes hostiles ou favorables au roi, voir Pierre-Roger Gaussin, Louis XI. Un roi entre deux mondes, Paris, Librairie A.-G. Nizet, 1976, p. 16-19.

52 Page 969. D'Argentré fait allusion aux conflits répétés qui opposèrent le dauphin Louis à Charles VII à partir de 1440, lorsque le premier se laissa gagner par les princes unis dans la Praguerie ; Louis fut banni du royaume et envoyé en Dauphiné en 1446, pour avoir comploté contre les plus proches conseillers du roi, notamment le grand sénéchal de Normandie, Pierre de Brézé ; dix ans plus tard, en 1456, menacé d'une intervention militaire de son père choqué par ses initiatives politiques, ses relations diplomatiques avec la Savoie et son mariage avec Charlotte de Savoie, conclu sans autorisation royale, le dauphin fuit le Dauphiné et se réfugie à Genappe en Brabant, non loin de Bruxelles, sur les terres du duc de Bourgogne, voir Pierre Champion, Louis XI, t. 1, Le dauphin, Paris, Honoré Champion, 1928, p. 183-188, 208-215 ; P.-R. Gaussin, op. cit., p. 34-43.

53 Le point sur cette question est fait par P.-R. Gaussin, op. cit., p. 429-434. Le pèlerinage de Louis XI à Redon date du début de 1462 (soit effectivement 1461 ancien style) ; on sait qu'il y prit des contacts politiques et qu'il y forma le projet d'établir comme abbé de la vénérable abbaye Arthur de Montauban, un de ses conseillers, jadis compromis dans le meurtre de Gilles, frère du duc François Ier, et réfugié depuis en France, voir Barthélémy-Amédée Pocquet du Haut-Jussé, Les papes et les ducs de Bretagne. Essai sur les rapports du Saint-Siège avec un État, Paris, de Boccard, 1928, p. 809-811 (nouvelle édition, Spézet, Coop Breizh, 2000, p. 610-611).

54 Page 997.

55 Page 996 ; en 1588, le texte parle de « forte et advisee partie », fol. 683v° !

56 Pages 996, 1005, 1006, 1010. Voir encore, p. 997 : « Voyla les conventions et paches du roy Loys onziesme ».

57 Page 1006.

58 Page 1044.

59 Page 1009. Le passage est supprimé en 1588. Thomas Basin, Histoire de Louis XL, éd. Charles Samaran, Paris, Les Belles lettres, 1963, livre I, chap. V, p. 27, fait un portrait élogieux de l'évêque auquel Louis XI s'opposa dès son entrée à Paris en 1461 ; même appréciation chez un auteur favorable au roi, Philippe de Commynes, Mémoires, éd. Joseph Calmette, Paris, Les Belles Lettres, 1964, t. I, p. 55. Les poursuites contre la mémoire de Chartier, dont le véritable prénom est Guillaume et non Jean comme l'écrit d'Argentré, sont mentionnées dans la Chronique scandaleuse de Jean de Roye, cf. ibid., p. 55, n. 2. Henri Stein, Charles de France, frère de Louis XI, Paris, Picard, 1921, p. 105, précise également que l'épitaphe de l'évêque fut enlevée sur l'ordre du roi et rétablie ensuite.

60 Page 983. Charles de France fut successivement duc de Berry, de Normandie et de Guyenne.

61 Les termes sont de T. Basin, op. cit., p. 240-245 ; le projet des gens de Charles se trouve chez Commynes, op. cit., t. I, p. 89 ; A. Bouchart, op. cit., t. II, p. 399, parle d'une conspiration des Rouennais. H. Stein, historien du prince Charles, tout en partageant les préjugés anti-bretons de Basin, se contente de parler d'une rumeur, répandue par les Bretons, pour justifier leur « trahison » et leur retrait de Normandie, op. cit., p. 145.

62 Fol. 683

63 T. Basin, op. cit., t. II, p. 116-117 et 132-134. Sur la mort de Charles, disparu le 24 mai 1472, et les rumeurs rapportées par les auteurs du temps, voir H. Stein, op. cit., p. 448-464 ; cet auteur dégage la responsabilité du roi et même celle de l'entourage du prince mais rappelle que le duc de Bretagne et surtout celui de Bourgogne contribuèrent à alimenter la thèse de l'empoisonnement, alors que, selon toute probabilité, le duc mourut le 24 mai 1472, des suites d'une longue maladie, la syphilis.

64 Page 1006

65 Page 1000 ; le passage est supprimé en 1588.

66 Page 997.

67 Page 1011.

68 Cette seconde version, qui conserve les rumeurs concernant la mort de Vercors en prison à Nantes sans parler de la responsabilité de Louis XI (fol. 692), se rapproche beaucoup du texte d'A. Bouchart, op. cit., t. II, p. 422.

69 A propos de l'achat des droits des Penthièvre par Louis XI, p. 1030 ; des intentions d'Anne de Beaujeu et de Charles VIII à l'égard de la Bretagne, p. 1097 ; les mots figurent trois fois dans le discours modérateur du chancelier Rochefort en 1488 pour déconseiller l'anéantissement pur et simple du duché après la défaite de Saint-Aubin-du-Cormier, p. 1116-1117.

70 Page 1001. 11 est le jouet de Lescun, spécialiste de l'intrigue, et, abdiquant toute résistance, il finit par se soumettre à la volonté de son frère Louis.

71 Page 1153.

72 Pages 1040, 1097, 1114, 1116. Tous ces mots et ces idées sont rayés en 1588.

73 Page 1090. Le membre de phrase disparaît dans la seconde édition.

74 Page 1089 ; le texte de 1588 parle de « prince fin et advisé », fol. 745.

75 Page 1097.

76 Page 1113. « La paix fut conclutte et juree tant par le roy que les ambassadeurs du duc le 21 d'aoust et promist le roy de faire vuider tous ses gens de guerre hors le pays, à la charge toutesfois que le duc pour seürté de ceste paix bailleroit ostages au roy les seigneurs de Montafilant, de Rainefort et le fils du grand maistre de Bretaigne, et que le duc assembleroit les estats du pays dans certain temps pour leur faire accorder et signer ce traicté. », fol. 766.

77 Ht non cinq ans, comme le dit l'auteur dans l'édition de 1583, p. 1145, erreur partiellement rectifiée en 1588, où l'on trouve : « en si bas aage ». La crainte de l'exemple du grand-père, attribuée à Charles VIII en 1583, est alors exprimée de manière plus générale (« craignoit on »), fol. 800v°.

78 Page 1126.

79 Page 1167, complétée en 1588, fol. 816.

80 Ibidem.

81 Page 1126.

82 Pages 1127-1128.

83 Page 1126, membre de phrase supprimé en 1588.

84 Sentiment partagé par le roi en 1497-1498, voir Georges Minois, Anne de Bretagne, Paris, Fayard, 1999, p. 373-374.

85 Page 1128.

86 Page 1127. Une phrase résume les plaintes de la reine et tout ce passage en 1588 : « Mais elle fut tant persuadee par remonstrances et grandes raisons qu'à la fin elle se laissa induire à prendre ce party, combien qu'elle eust un grand scrupulle de delaisser et rompre la promesse quelle avoit avec Maximilian. », fol. 787v°.

87 Page 1161. La version de 1588 est à la fois fort résumée et plus neutre ; les lignes en italiques sont remplacées par les suivantes : « ...Charles cinquiesme grand empereur, auquel la royne Anne, pendant quelle vivoit, avoit tousjours eu plus d'inclination, n'ayant esté le mariage avec ledict Françoys par- faict et consommé qu'en l'an mille cinq cens quatorze à Sainct Germain en Laye, qu'icelle estoit jà decedee. », fol. 811.

88 Pratiquant l'amalgame, il affirme même que « durant qu'elle vescut, il ne fut jamais fait imposition extraordinaire au païs », p. 1167. En fait, pendant le court règne personnel d'Anne, entre 1488 et 1491, la pression fiscale, conséquence de la guerre, fut à la fois considérable et désordonnée dans le duché ; ce fut seulement après le mariage français que les Bretons bénéficièrent d'une pause fiscale, mais la responsabilité en incombe moins à la duchesse-reine qu'au conseil du roi, soucieux de populariser le nouveau régime et de faciliter l'intégration du duché au royaume, cf. Jean Kerhervé, L'État breton aux 14e et 15e siècles. Les ducs, l'argent et les hommes, Paris, Maloine, 1987, p. 607-612 ; Dominique Le Page, Finances et politique en Bretagne au début des temps modernes. 1491-1547, Paris, CHEFF, 1997, p. 155-161 ; Michel, Noblesse et pauvreté. La petite noblesse en Bretagne, xve-xviiie siècle, Rennes, SHAB, 1993, p. 129 sq.

89 On trouvera une longue analyse de la question, présentée par un historien du droit, qui résume les opinions proches ou contraires de celle de d'Argentré, chez P. Cadiou, op. cit., p. 321-476. Le travail doit être complété, notamment en sollicitant davantage la littérature historique française et bretonne de l'époque médiévale et de la Renaissance.

90 Page 969 et fol. 669v°. La modification s'explique par l'insertion du procès-verbal des états de 1462, supra n. 38.

91 Supra, n. 53.

92 Pages 969-971. Les deux passages cités ici entre guillemets sont supprimés en 1588.

93 Pages 1082, 1113.

94 Page 1097

95 Page 1116.

96 Page 1089.

97 Page 1113 ; la formule de 1588 est plus neutre : « ta marier ainsi qu'il eust advisé », fol. 766.

98 Le chapitre 422 est presque entièrement consacré à l'offre faite par Louis XI et au refus de l'ordre royal par François II, p. 1005-1008.

99 Page 1153 et fol. 805v°.

100 Pages 1019-1029.

101 Sur les conditions du traité de Nantes et l'échange de contre-lettres destinées à ménager la susceptibilité des Penthièvre et à leur permettre de conserver de bonnes relations à la fois avec le roi et le duc, voir H. Morice, Preuves..., op. cit., II, 1415-1424 (texte du traité), et Arthur Le Moyne de La Borderie, Barthélémy Pocquet, Histoire de Bretagne, Rennes, Plihon et l'Hommay, 1906, t. IV, p. 346-348.

102 Le détail des sommes versées aux Penthièvre d'une part, les promesses faites par le roi de leur rendre leurs terres de Bretagne « quand sera le plaisir de Dieu que le roy nostre souverain seigneur aura recouvert entre ses mains lesdits duché et principauté de Bretaigne », sont reproduits trois fois. H. Morice, qui publie, avec davantage d'exactitude que d'Argentré, le contrat dans ses Preuves..., op. cit., III, 343-350, ne donne que des extraits des approbations de Louis XI et de Nicole de Bretagne.

103 Pages 1029, 1030.

104 Page 1017 ; ce membre de phrase est remplacé par la formule laconique : « il s'advisa de ce moyen », fol. 697v°.

105 « Mais comme autresfois dit le duc le Vaillant du roy Charles sixiesme : il demeure bien à execu- ter de ce que fol pense. », p. 972, expression remplacée par « mais comme Dieu renverse quelques-fois les deliberations des plus grands monarques. », fol. 675v°.

106 « ...Mais l'on dict que les esprits des loups et des regnards ne s'obligent pour nul bien fait, et aussi peu les hommes qui tiennent du naturel de ces bestes. », p. 968, comparaison peu flatteuse pour Louis XI et ses partenaires les rois d'Angleterre, remplacée par : « mais tres aisement l'envie et dis- sention naist entre pareils », fol. 669v°.

107 Pages 1116-1117. Gamaliel est le docteur en droit pharisien qui intervint devant le Sanhédrin et obtint la libération des apôtres, Actes des apôtres, 5, 34-39.

108 Page 999. Toute la partie en italique disparaît en 1588, ce qui dénature complètement le texte primitif.

109 On retrouve la même idée page 1168 : « Et de vray, ceste dame [Anne] s'aperceüt avoir esté surprinse en cela par la faute de son conseil, elle estant en bas aage. »

110 Page 1132 et fol. 791.

111 Page 1134. En 1588, cette brève introduction est remplacée par un passage plus long replaçant la convocation des états de Bretagne et la confirmation des privilèges dans leur contexte politique et diplomatique, la volonté d'enrichir le texte de l'histoire, comme nous l'avons vu plus haut, n'empêchant pas la censure des mots malveillants (« pratiquer », « amorce ») et la nouvelle formulation du jugement porté sur les textes royaux : « Le roy, soubs l'authorité de luy seul, feist plusieurs ordonnances, confirmations des privileges, tant de l'université de Nantes que du pays et seigneurs, et ne faillit pas à se servir des biensfaicts et courtoisies, desquelles les princes et seigneurs conquerants ont coustume d'user aux terres de nouvelles conquestes pour attirer l'amour et cœur de leurs subjets », fol. 792.

112 Page 1153. « Le conseil de France avoit pensé pourvoir à c’est inconvenient en obligeant ladicte dame à espouser... », lit-on en 1588, fol. 805v°.

113 « Le pape, ayant consenty, donna une dispense... », ibidem (1588).

114 Le texte supprimé en 1588 est le suivant : « Il n'y eut pas grande peine à contenter ceste pauvre dame, femme de roy et fille de roy, et, de fait, elle qui sçavoit que c'estoit force et qu'on avoit envie de se deffaire d'elle, et qu'on desiroit de sortir de ceste ennuyeuse compagnie, et, d'autre part, se voulant retirer en solitude, passa aisement ceste angoisse », ibid.

115 « Cependant, la royne Anne disposoit de son estat et faisoit du bien à ses subjects. », ibid. (1588)

116 Les phrases supprimées sont les suivantes, p. 1156-1157 : « De cela n'a esté rien gardé et, s'il l'avoit esté, il n'y auroit la dixiesme part si grand nombre d'ordonnances et seroient autres » ; « On y a controuvé depuis nagueres » ; « Tout l'article n'a de rien servi, non plus que les autres paches car, bientost apres la mort de la royne, ils tollirent toutes lettres de naturalité et en firent tous les François capables, et n'y a à ceste heure qu'eux qui tiennent les prelatures et supplantent la benediction des enfans de ceux qui les ont fondez, et encor s'efforcent y estendre leur nomination de France contre toute justice. » Le dernier commentaire est reformulé de manière édulcorée en 1588 : « Depuis, le roy, par l'advis de son conseil et apres la mort de ladicte dame, cassa et revocqua toutes lettres de naturalité et en declara tous François capables », fol. 808.

117 .Page 1168. Deux chapitres complémentaires sont insérés à cet endroit du texte en 1 »88, ce qui rend moins visible la censure ; mais la nouvelle formulation du legs de la reine Claude ne laisse aucun doute sur la réalité de celle-ci : « Le roy François se disoit en ses tiltres et mandements que lors il depeschoit en Bretaigne usufructuaire du pays et duché de Bretaigne, pere et legitime administrateur de son tres cher et tres amé fils, le daulphin, c’est usufruict luy appartenant par legz testamentaire de la royne Claude », fol. 820v°.

118 Pages 1168-1170.

119 Page 1168 et fol. 821.

120 Pages 1168-1169. Sur le rôle du père de d'Argentré, voir D.-L. Miorcec de Kerdanet, op. cit., p. 9-10 ; P. Cadiou, op. cit., p. 10-11.

121 Pages 1169-1170.

122 Voir J. Kerhervé, « Aux origines... », art. cit., passim.

123 Le passage supprimé est le suivant : « venant aux opinions, il se trouva un procureur de la communauté de Nantes, qui dist, seant en l'assemblee d'estats le sieur de Montejan pour lieutenant du roy, qu'il n'avoit point de charge de cela qui estoit bien de telle consequence qu'il en faloit consulter et sçavoir par expres la deliberation de sa communauté. On luy repliqua qu'il estoit leur procureur et que c'estoit à luy dire et respondre pour eux ; il dist qu'il estoit de vray leur procureur et avoit bien pouvoir de deliberer et donner advis sur les occurrences communes des affaires des estats venans regulierement en deliberation aux estats, mais, qu'en chose si extraordinaire, inopinee et de telle consequence, il n'y donnoit nul advis et ne l'oseroit, ny voudroit faire. Ce neanmoins, il fut fort pressé car on vid que, sur ceste response, plusieurs restoient arriere et ne se vouloient advancer. Le seigneur de Montejan qui tenoit la place de lieutenant du roy sortit de raison si avant que, descendant du siege, il s'offrit d'outrager ledict procureur, dont sortit une grande rumeur, et se faut estonner comme depuis jamais il passa aux estats chose de ce subjet. Toutesfois, on avoit besongné de tous moiens et estoit le roy au pays. », p. 1170-1171. Une seule phrase suffit en 1588 à préciser que « Le sieur de Montejan, du pays angevin, presidoit lors aux estats comme lieutenant du roy. », fol. 821v°.

124 Page 1171.

125 Page 1083. La remarque, supprimée dans l'édition de 1588, est faite à propos du refus de certains historiographes français du xvie siècle (Du Tillet, en particulier), de reconnaître le droit des filles du duc François II à porter le titre de « madame », réservé selon eux aux filles de France ; la suite du passage censuré est la suivante : « Comme si les mots et tiltres, voyre les noms, appellatifs, significatifs des choses communes se devoient privativement approprier à quelqu'un, et qu'il n'y eust madame qu'en leur cour pour le s'estre donné à eux mesmes, ils seroient de present fort trompez, demeurans sur ce tiltre, estans survenues tant d'altesses et excellences et autres infinies, qui les laisseraient bien loing derriere s'ils ne changeoient avec le temps. »

126 L'expression, empruntée à l'Histoire des histoires de La Popelinière, est citée par P. Cadiou, op. cit., p. 240.

Auteur

Université de Bretagne occidentale (Brest)

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540