Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chroniqueurs et historiens de la Bretagne

 | 
Noël-Yves Tonnerre

Les chroniqueurs et historiens bretons face à la guerre de Succession

Jean-Christophe Cassard

Texte intégral

1À toutes les époques, la liquidation d'un conflit civil représente une épreuve délicate, notamment en ce qui concerne la gestion de la mémoire des événements passés, dont il ne s'agit pas, par une présentation maladroite ou trop partisane, de raviver les plaies, au risque d'embraser parmi les vaincus ou leurs descendants les braises peut-être mal éteintes sous la cendre d'un foyer en apparence apaisé. Certes, au contraire de la nôtre, la société médiévale ne pratique pas le supplice de Tantale récurrent de l'ouverture progressive d'archives jusque-là classifiées, avec sa cohorte de descentes aux enfers du syndrome de Vichy ou de la gangrène algérienne : d'une certaine façon, l'histoire se voulait alors positive. Les retours en arrière douloureux comme les contritions interminables ne sont pas son fait, d'autant que les révélations indiscrètes ne sont pas recherchées pour elles-mêmes. Dans la sphère de la mémoire écrite, la seule qu'il nous soit loisible d'aborder, l'essentiel est tôt acquis et se fige vite : si débat il demeure, il ne se situe pas au niveau des faits relatés dans un prudent consensus.

  • 1 . On se souviendra que Pierre Le Baud comme Alain Bouchart se refusent à aborder les événements pro (...)
  • 2 Jean-Christophe Cassard, « L'histoire au renfort de la diplomatie : la Généalogie des Roys, Ducs e (...)

2Il n'empêche. Plus que les modalités du conflit, ses raisons profondes peuvent embarrasser et imposent à l'historien un difficile exercice d'école. Les chroniqueurs bretons de la fin du Moyen Âge s'y trouvent confrontés l'un après l'autre à propos de la guerre de Succession puisqu'ils ont délaissé, par esprit de prudence ou de timidité, le récit des confrontations ayant conduit de leur temps au rattachement du duché au domaine royal1 L'actualité de la guerre entre Blois et Montfort a beau s'éloigner d'eux, elle n'en demeure pas moins présente dans les souvenirs, mais aussi par les héritiers de ses compétiteurs, car la maison de Penthièvre ne disparaît pas avec la mort de Charles de Blois et elle traverse, non sans déconvenues, tout le xve siècle. À ce face à face maintenu s'ajoute, dans les dernières années du règne de François II, la question de déterminer qui lui succédera, autrement dit si les princesses, ses filles, peuvent ceindre le cercle ducal, une interrogation qui retrouve en partie celle à la racine des événements tragiques du siècle précédent2.

  • 3 Une première approche de ces thèmes de recherche se lira sous la plume de Dominique Philippe, L'hi (...)

3En cette occurrence l'écriture de l'histoire ne saurait demeurer sans implications pratiques, d'autant que le point de droit est toujours litigieux : la surprise provient de son traitement par les serviteurs de la reine Anne qui opèrent une symbiose résolue entre le capital historique hérité des Montfort et les prétentions, maintenant assouvies, de la monarchie3.

Stratigraphie des auteurs et des œuvres

4Les larges destructions d'archives perpétrées dans le duché après 1364 garantissent une certaine forme d'impunité à l'ensemble des participants à la guerre civile, mais, bien évidemment, elles ne facilitent pas la tâche de l'historien d'aujourd'hui comme d'hier. Il est à noter dès l'abord que le parti vaincu n'a pas cherché à faire porter sa réplique dans le domaine de l'histoire des hommes : il lui préfère les chemins du Ciel en dehors de toute polémique, considérée sans doute comme futile, sur les faits et gestes des combattants, et, après son échec à Avignon en 1376, il s'est tu, laissant la voie libre à l'historiographie d'inspiration montfortiste.

  • 4 Guillaume de Saint-André, C'est le libvre du bon Jehan duc de Bretagne, édition Charrière, Paris, (...)
  • 5 Ibidem, vers 707-860, p. 449-454 sur Bécherel, vers 861-922, p. 454-456 sur le traité de partage c (...)
  • 6 Ibid, vers 385-392, p. 439 : la bataille de Morlaix de 1342 ; vers 396-400, p. 439-440 : la rencon (...)
  • 7 Bertrand d'Argentré a pu disposer au xvie siècle de la Chronique de Thomas Walsingham, qu'il menti (...)
  • 8 Hélène Chariot, « Le livre du bon Jehan » : portrait d'un duc ou affirmation d'un sentiment nation (...)

5À la vérité, on ne dispose pas de témoignage breton de première main sur la phase aiguë du conflit, avant Auray : Guillaume de Saint-André, notre plus ancien informateur4, ne connaît les circonstances des premières années de la guerre que par ouï-dire puisque son propos ne devient original et détaillé qu'avec le retour d'Angleterre du jeune Jean de Montfort, au moment où l'auteur s'agrège, selon toute vraisemblance, à sa retenue peu avant la vaine confrontation des deux armées devant Bécherel et l'accord, vite obtenu, conclu sur la lande d'Évran5. Auparavant, Guillaume compile ce qu'on a bien voulu lui raconter, présentant un résumé succinct des faits dans une perspective univoque, toute favorable à son maître6, taisant d'autres événements au moins aussi importants, qui nous sont connus seulement par des sources indépendantes, non disponibles en Bretagne après 1364, surtout lorsqu'elles étaient anglaises7. Par contre, ce chroniqueur s'avère précieux et bien informé pour le règne de Jean IV dans ses débuts8.

  • 9 Dom Morice, Preuves, tome I, colonnes 42-44. Il en existe cependant une analyse détaillée : Paul d (...)
  • 10 .Léon Fleuriot évoquait « une sorte de xénophobie insistante » à la page 9 de la Préface qu'il donn (...)

6À la génération suivante, le Chronicon briocense se présente également comme une oeuvre partisane, même si elle n'est plus le fruit des observations directes comme des partis pris d'un témoin engagé. Cette première esquisse d'une histoire totale des Bretons, depuis leurs origines mythiques, soulève de nombreux problèmes d'érudition et, plus simplement, d'édition puisqu'aucun texte complet et fiable n'est encore disponible pour la fin de l'ouvrage9. Rédigée en latin vers 1407, cette compilation, restée inachevée dans sa mise en forme, n'a probablement pas rencontré le soutien escompté à la cour de Jean V et est demeurée en l'état. Ses prises de position tranchées comme une violence certaine de ton dans les invectives lancées à l'en- contre des étrangers quels qu'ils soient, Anglais ou Français, ne rendaient sans doute guère souhaitable la divulgation du tour d'esprit de l'anonyme10 : toujours est-il que, remisés puis oubliés, les trois exemplaires de travail attendent encore leur éditeur...

  • 11 Pierre Le Baud, Histoire de Bretagne avec les chroniques de Laval et de Vitré, édition Charles d'H (...)
  • 12 Alain Bouchart, Grandes croniques de Bretaigne, édition Marie-Louise Auger et Gustave Jeanneau, Pa (...)
  • 13 Par commodité d'emploi pour détecter les passages censurés, j'utiliserai l'édition synoptique proc (...)

7Après un hiatus de presque trois quarts de siècle, sous le règne d'Anne et de son père, l'historiographie montfortiste, loin d'être univoque dans le détail, a cependant réussi à imposer une vérité moyenne qui ne correspond que partiellement à la trace événementielle que l'analyste peine à reconstituer par le canal d'autres sources. Les trois hérauts de ce courant sont désormais bien connus puisqu'il s'agit de Pierre Le Baud11, de maître Alain Bouchart12 puis, au xvie siècle, de Bertrand d'Argentré, petit neveu de Le Baud par sa grand-mère13. Ces historiens — sauf, pour partie, le premier travaillent dans un cadre politique qui n'est déjà plus le duché des Montfort. Le Baud puis Bouchart gravitent, en effet, dans l'entourage de la reine Anne, qui les encourage dans leurs efforts. D'Argentré est un haut magistrat rennais, acteur important de la vie judiciaire et politique d'une province devenue française entre-temps, qui se met pour de bon à l'écriture de l'histoire au soir de sa vie, dans les années 1580.

  • 14 Arthur de La Borderie, Chronique de Bretagne de Jean de Saint-Paul, Nantes, 1881, p. 3-21 sur la g (...)

8Tous trois se rejoignent par la profondeur de leur visée et l'amplitude de leurs œuvres, qui réalisent de véritables synthèses du passé breton appréhendé comme le reflet d'une véritable communauté de destin se déroulant, de règne en règne, dans un ressort politique indépendant de ses voisins. Leur relation à l'histoire s'abstrait des contingences contemporaines d'un rapport de forces inexorable qui prépare ou signe de leur vivant la disparition du duché en tant qu'État de plein exercice ; en cela il s'agit bien de trois historiens dans la mouvance idéologique des princes de Montfort, dont le discours historique arrive chez eux à maturité. Cette école de pensée avait trouvé dans la Chronique de Bretagne de Jean de Saint-Paul, chambellan du duc François II, révisée en 1474, une première illustration rédigée en français ; malheureusement le texte en est perdu pour la majeure partie, quoique survivent des passages importants sur la guerre de Succession14. À eux quatre, ces auteurs composent donc une deuxième strate d'historiens du conflit et servent toujours de base de référence à la plupart des historiens modernes. Il en existe, enfin, une troisième, plus humble et éphémère.

  • 15 Dominique Le Page, Finances et politique en Bretagne au début des temps modernes. 1491-1547, Paris (...)
  • 16 Jean-Christophe Cassard, « Frontière de mer et marine ducale : l'exemple breton. Fin xve-début xvi(...)
  • 17 Celle-ci a pu avoir la mémoire moins irénique. Bertrand d'Argentré, Histoire..., op. cit., p. 433, (...)

9Le processus d'intégration de la Bretagne au royaume n'a fait pour encore l'objet d'approches qu'institutionnelles et, très récemment, financières15. D'autres volets se présentent pourtant à l'analyse, qui tous ménagent le particularisme breton quand ils ne l'exploitent pas. Ainsi de la marine : les navires arborant la croix noire du duché se retrouvent nolisés au service de la France dans le Ponant aussi bien qu'en Méditerranée16. Un identique processus de captation en douceur de l'héritage montfortiste se repère, sur un mode mineur certes, dans le domaine de l'histoire par le truchement des ancêtres de la reine Anne17.

  • 18 Louis Merlet et Max. de Gombert, Récit des funérailles d'Anne de Bretagne, Paris, 1858. Le confess (...)
  • 19 « Il trespassa en l'an mil et troys cens/Quarante et ung, d'apvril dernier jour./Et son frère Jeha (...)

10Les auteurs qui font ainsi le pont entre duché et royaume dans les deux premières décennies du xvie siècle, reprennent sans sourciller la trame et l'argumentaire de l'histoire princière officielle de la péninsule, mais ils le font dans des textes de circonstance destinés à se voir diffuser dans le royaume plutôt qu'en Bretagne même. La relation des obsèques d'Anne en janvier 1514 fournit l'occasion à son héraut et roi d'armes, Pierre Choque dit Bretagne, de rappeler les termes de l'éloge funèbre de la reine prononcé dans l'abbatiale de Saint-Denis18. Le prédicateur, Guillaume Parvy, confesseur du roi, ne se contente pas, dans un exercice d'éloquence convenue, d'évoquer les hautes vertus de la défunte devant un auditoire d'exception, il rappelle les origines éminentes de son lignage remonté depuis Brutus en des termes qu'aucun chroniqueur montfortiste n'aurait pu renier. Si la guerre de Succession ne se trouve pas mentionnée en tant que telle dans le résumé succinct que procure de l'homélie le héraut d'armes, elle est par contre rappelée par l'auteur, en des termes très montfortistes de sentiment19, dans la Généalogie rimée qui introduit son récit des funérailles. Comme l'opuscule que tire Pierre Choque de la cérémonie a été recopié en plus d'une dizaine d'exemplaires manuscrits, il devient loisible d'affirmer que la monarchie s'approprie les leçons de la construction historiographique des anciens ducs avec la personne de la première reine bretonne. L'intégration passe ainsi par la promotion d'un discours idéologique jusque-là réfuté par le roi au nom d'autres impératifs politiques.

  • 20 Pierre Le Baud, à la suite de l'Histoire de Bretagne..., op. cit., p. 135-137. Toute la responsabi (...)
  • 21 Jean de Penguern, Généalogie d'Anne, à la suite de l'Histoire de Bretagne de Pierre Le Baud, éditi (...)
  • 22 Stéphane Autret, Les généalogies d'Anne de Bretagne, Brest, TER/UBO, 2001.

11Et le travail de Pierre Choque ne résulte pas d'un mouvement d'égarement temporaire occasionné par le deuil d'une souveraine appréciée : la même latitude de parole s'observe dans au moins deux autres écrits dédiés à la généalogie de la reine Anne. Certes, le plus ancien est de la plume de Pierre Le Baud († 1505) qui reprend et synthétise son œuvre historique — comme il l'avait déjà fait en 1486, dans un contexte alors marqué par l'urgence-, cette fois-ci, avec le Bréviaire des Bretons20, de façon plus sereine, gratuite d'intentions immédiates. L'autre généalogie est due, au xvie siècle, à Jean de Penguern21, un noble cornouaillais mal connu (Penguern serre de fort près les expressions employées par Pierre Choque, au point que l'on peut parler de plagiat dans son cas22). Tous deux procurent de la guerre de Succession un récit succinct, qui situe sans conteste le bon droit dans le camp de Montfort.

  • 23 Dom Morice, Preuves, tome III, colonnes 813-815 : « Item, & à ce que le nom de la Principauté de B (...)
  • 24 La coupure intervient dans la seconde partie du règne de François Ier, après le décès de la reine (...)

12Il apparaît donc qu'en ces années où Louis XII accorde à sa femme des satisfactions de prestige et ménage l'honneur comme les susceptibilités contributives de ses Bretons, la royauté tolère, pour le moins, les termes de l'histoire établie des anciens ducs comme afin d'inscrire sa légitimité nouvelle dans une continuité régionale divergente de la tradition historique nationale. En quelque sorte, et sur une brève tranche de temps, le roi de France a diffusé sans fausse honte ni réticences le contenu latent du nationalisme breton spécifique éclos dans les milieux de la cour ducale vers la fin du Moyen Âge, comme s'il avait été jugé souhaitable de ménager l'amorce d'une double monarchie dans la fiction d'un passé à géométrie variable. Les trop célèbres clauses du contrat de mariage négocié entre le roi Louis et la reine ne contredisent pas cette intention sous-jacente23 : elles l'expliquent même au fond, quoique le devenir malheureux de leurs enfants ait interdit sa réalisation24

Les écritures de la guerre

  • 25 Guillaume de Saint-André, C'est le libure..., op. cit., « Vous estez et foulx et comars » : vers 1 (...)
  • 26 Jean-Christophe Cassard, « Bois ton sang, Beaumanoir, la soif te passera ! » Recherches sur le san (...)
  • 27 Jean de Saint-Paul, Chronique..., op. cit., p. 15 : « Et fortifia son siege (devant Auray), et fei (...)
  • 28 Ibidem, p. 11 : « fortune fut en aide au bon droict de Jean de Montfort ».

13Une rupture de ton très nette distingue entre elles les deux principales strates d'auteurs : autant les partisans introduisent la violence ordurière jusque dans les invectives lancées par le parti de Bois qu'ils rapportent25, autant les chroniqueurs mieux distanciés épurent leur vocabulaire, le modèrent, instillent dans leur écriture les termes convenus de la prouesse chevaleresque (avec Jean de Saint-Paul, la relation du fameux combat des Trente s'impose comme un morceau de choix rehaussant le récit26). La profération d'injures et de paroles grossières, désormais non rapportées dans leur littéralité, désigne à coup sûr le mauvais camp, destiné à perdre27. Sous leurs plumes, la mêlée paraît honorable et les jouteurs également recevables en mémoire, même si, bien évidemment, certains sont mus par leur bon droit outragé, d'autres non28. On est ainsi passé de la verve militante à une bienséance dans l'expression faite de retenue lexicale, de froideur dans l'exposé qui ne laisse plus percer la passion sous-jacente : cette neutralité de ton signe en fait l'entrée dans l'histoire, laquelle exige recul et objectivité revendiquée vis-à-vis de son sujet.

  • 29 Si Bertrand d'Argentré, Histoire..., op. cit., critique de façon implicite son inactivité au long (...)
  • 30 Guillaume de Saint-André, C'est le libvre..., op. cit., vers 551-554, p. 444 ; vers 665-676, p. 44 (...)
  • 31 Ibidem, vers 897-907, p. 455-456, et vers 1174-1176, p. 464. L'anonyme de la Chronique de Saint- B (...)
  • 32 Ibid, vers 1193-1200, p. 465.
  • 33 Ibid., vers 363-367, p. 438 ; vers 375-380, p. 439. L'ironie l'emporte dans le passage dévolu à la (...)
  • 34 Alain Bouchart, Grandes croniques..., op. cit., chapitre LXXXVII, p. 84 : « ...Messire Charles de (...)
  • 35 Ibidem, chapitre LXXXIX, p. 91.

14L'érosion de passions dorénavant hors de saison vaut aussi pour le portrait en pied des deux chefs affrontés, en particulier pour ce qui concerne Charles de Blois : Guillaume de Saint-André utilise à son encontre une ironie mordante que l'on ne retrouve plus au xve siècle29. Sa propension répétitive à ne jamais respecter la foi jurée, à rompre sans façon les trêves30, disparaît du récit de la valse-hésitation préludant à la bataille d'Auray, lorsque diverses conférences et esquisses de partage du duché sont mieux qu'ébauchées. Le martyr de la Saint-Michel de 1364 n'agit plus « par voye oblique31 », ne se hasarde plus le matin de la rencontre décisive à promettre pour le soir la corde à ses adversaires qu'il ferait prisonniers32... De même la déroute de ses armes comme les nombreux revers subis au préalable par ses affidés ne sont plus mis en relation avec le manque éhonté de parole si caractéristique du parti de Blois sous la plume de Saint-André33. Ainsi se meurt, avec le temps, la polémique sur les conduites et les dires de jadis. Ses qualités humaines se trouvent même soulignées par Alain Bouchart, qui rejette toute la responsabilité morale de la boucherie d'Auray sur son épouse, Jeanne de Penthièvre34 ; selon le même auteur d'ailleurs, le duc défunt aurait depuis été canonisé en Avignon par Urbain V35.

  • 36 Ibid., chapitre LXXIII, p. 70 : « Mais tosjours se tindrent fermes les villes, citez et forterress (...)
  • 37 Pierre Le Baud, Histoire..., op. cit., chapitre 35 : renvoi au Songe du Vergier pour départager le (...)
  • 38 Ibidem, chapitre 35 : collage des versions de Guillaume de Saint-André, des Grandes Chroniques de (...)

15D'une façon insidieuse, les figures de proue tutélaires des partis affrontés changent : il y a une incontestable promotion des dames à travers un conflit en passe de devenir « la guerre des deux Jeanne ». L'inflexion, déjà nette chez Bouchart36, trouve avec Bertrand d'Argentré son aboutissement : celui-ci refuse d'admettre la disparition physique et politique de Jeanne de Flandre passé 1343, et lui fait tenir un rôle actif dans le duché jusqu'à l'orée des années 1360. Cette promotion des duchesses recoupe pour partie un changement opéré dans le style et la manière d'écrire : avec le temps, la rédaction des historiens se fait plus ample, plus proche dans son rythme de la période latine des classiques, mieux soignée dans ses transitions. Pierre Le Baud puis Bertrand d'Argentré veillent ainsi, mieux qu'Alain Bouchart, à polir leur texte en en émondant certaines redondances trop abruptes ou devenues inutiles à leur propos. Dans une certaine mesure aussi, la personnalité des auteurs perce à travers leurs écrits : Pierre Le Baud esquive volontiers les questions brûlantes37 et évite de trancher les différends apparents entre ses sources en procédant à de simples « collages » des versions divergentes38.

  • 39 Cette façon de procéder à une sorte de comptage des pertes illustres apparaît déjà chez Guillaume (...)
  • 40 Après les événements de 1341-1343, Alain Bouchart ne retient plus que les batailles de La Roche- D (...)
  • 41 Moins cependant chez Saint-André, C'est le libvre..., op. cit., vers 1401-1409, p. 471-472, sur Au (...)
  • 42 Le passage est resté célèbre de Guillaume de Saint-André, C'est le libvre..., op. cit., vers 368-3 (...)

16Les grandes phases militaires de la guerre ne démentent pas cette tendance à plus de retenue : le stemma des sièges et batailles champêtres se fige, devenu pratiquement invariable d'un auteur à l'autre, et les quelques rencontres retenues se résument désormais en un rapide exposé des faits, suivi d'un bilan des pertes encourues, en pratique le rappel des morts illustres de la journée39. À lire les historiens ducaux, la guerre adopte les défroques d'une sorte de who's who nécrologique du gratin nobiliaire, d'où se trouve écartée toute référence mal séante à la brutalité des affrontements réels comme à la douleur des souffrances subies. Elle devient une sorte d'épure40 crayonnant des faits d'armes entrés dans la légende ou, à tout le moins, demeurés dans la mémoire collective, mais occultant la vision du sang versé comme le cri des blessés. Avec la violence, les arrière-fonds du conflit sont tus41 : les pillages et exactions diverses de la soldatesque, le massacre des hommes du rang en bataille, le sort pitoyable des prisonniers d'humble condition, les trafics divers que génère inévitablement la confrontation de deux partis sous les armes, les traîtrises, bref l'ensemble de ces agissements qui meublent le quotidien d'une lutte civile en apparence interminable, tout cela disparaît de l'écriture de l'histoire. Les premiers auteurs n'avaient pas de ces pudeurs quand elles les servaient42.

  • 43 Chez Alain Bouchart, Grandes croniques..., chapitre LXIV, p. 61, l'épisode des pourceaux attirés p (...)
  • 44 Michael Jones, « The Breton civil war », The creation of Brittany, Londres, 1988, p. 197-218.
  • 45 Si Pierre Le Baud donne avec honnêteté les références des ouvrages auxquels il puise, d'Argentré n (...)

17Outre d'évidentes raisons de civilité accompagnant l'apaisement des consciences lignagères, la raison d'être de cette inflexion sur la forme et le fond se repère dans ce qui est au cœur du travail de l'historien : sa documentation. Depuis Jean de Saint-Paul, le pli semble pris parmi les chroniqueurs bretons de s'avancer, sans originalité aucune, sur les brisées de Jean Froissart-avec quelques timides recours au Libvre du bon Jehan de Guillaume de Saint-André ou au poème anonyme sur la bataille des Trente43. Sans le signaler forcément à chaque emprunt opéré, Le Baud, Bouchart comme d'Argentré sont redevables de l'essentiel de leur matière au chroniqueur hennuyer, qui lui-même s'inspirait étroitement de la Chronique de Jean Le Bel pour les premières années du conflit breton44. Comme Froissart tenait la guerre pour une sorte d'exacerbation des mondanités dans l'urgence de confrontations armées entre preux, on comprend que le récit de ses épi-gones apparaisse aseptisé et, au total, peu informatif sur les événements du xive siècle en dehors de ce que l'on connaît déjà par leur source45. Le psittacisme des auteurs s'y ajoute et n'arrange rien puisque l'un se borne à réécrire après l'autre ce que celui-là tenait déjà de leur informateur commun... Autrement dit, à cette aune, les hommes plongés dans le conflit civil disparaissent dans la fosse commune des oubliés de l'histoire lorsqu'ils n'ont pas la chance d'avoir été des princes ou des victimes de premier rang dans un conflit devenu presque abstrait à force de distanciation.

  • 46 Jean-Christophe Cassard, « Quand le paysage servait aussi... à faire la guerre ! », La fabrication (...)
  • 47 Guillaume de Saint-André, C'est le libvre..., op. cit., vers 197-208, p. 433 ; vers 235-238, p. 43 (...)

18Précisément, les combattants se battent sur une terre et à travers un paysage bien rarement représentés en des termes concrets46 ; et ils le font tels des marionnettes manipulées par des forces qui dépassent l'entendement de leurs mémorialistes. L'historien ne cherche, en effet, à percer ni leurs pensées secrètes ni leurs motivations profondes : plus question de supputer sur le véritable climat de terreur que les gens de Blois auraient fait régner dans le duché en 1341, empêchant l'écrasante majorité des Bretons de se prononcer pour le comte de Montfort, puis les contraignant à servir une cause qui n'était pas fondée en droit47. Les rois de France et d'Angleterre, les deux ducs bretons, les comtes ou les moindres seigneurs s'affrontent désormais sans passion déclarée, pour l'honneur de leurs armes, happés par un engrenage quasi mécanique sur une scène éteinte de sens — hormis la cause première du conflit : la dévolution de la couronne ducale —, que balayent, par intermittences brèves et inégalement réparties dans le temps de la relation, des coups de projecteur brutaux venant éclairer les faits d'armes agrégés à la chronique mondaine, sélectionnés par elle.

  • 48 Les historiens médiévaux ne font aucun usage des sources orales auxquelles ils auraient pu avoir a (...)
  • 49 Jean de Saint-Paul, Chronique....op. cit., p. 11 : « Vous voiez comme elle (la fortune) a abattu l (...)

19D'où des oublis d'importance, lorsque certains événements ne figurent mentionnés que dans des sources alors non disponibles dans le duché48. D'où aussi une neutralité de ton dans l'exposé quand surgissent en pleine lumière des étrangers : Anglais comme Français (ou Espagnols engagés au service de la France) ne sont alors guère plus que des silhouettes fantomatiques en proie aux convulsions de la lutte, abandonnées à leurs défauts coutumiers (l'orgueil et la jactance chez les Français49), soumises à un destin pré-arrêté qui les happe sans remèdes ni échappatoire. Toute haine à leur égard paraîtrait déplacée et mal sonnante, maintenant que les jeux sont faits et la crise successorale résolue depuis un bon siècle. Le discours militant en devient incongru et, de façon logique, il s'efface pour laisser la place à une histoire récitée à plat, sans saveur aussi.

20L'écriture a tué la guerre aussi sûrement que l'oubli a enfoui ses péripéties subalternes dans l'enfer des bibliothèques. Le lissage du récit entraîne de façon inexorable son affadissement littéraire : gratuité et asepsie dominent à présent. Et c'est bien dommage au plan de la valeur dramatique. Demeure l'essentiel : les racines du mal jadis à l'oeuvre.

Enjeux et prolongements intérieurs

21Les dés étaient pipés dès le départ : connaissant ses antécédents et la force des liens familiaux, Philippe VI ne pouvait choisir que Charles de Blois, au titre des droits de son épouse Jeanne de Penthièvre, pour successeur au duc Jean III décédé sans postérité le 30 avril 1341. Seule la maladroite mesquinerie du roi, qui refuse à son compétiteur les compensations dont il se serait contenté, entraîne Jean de Montfort dans le refus de l'inique liquidation de la succession de son demi-frère et précipite derrière lui la Bretagne dans la guerre. La question des responsabilités dans l'éclosion du conflit s'avère donc capitale et tous les auteurs s'y intéressent.

  • 50 Guillaume de Saint-André, C'est le libvre..., op. cit., vers 139-144, p. 431 et vers 317-320, p. 4 (...)
  • 51 Ibidem, vers 119-134, p. 431.
  • 52 Ibid., vers 111-112, p. 430 : « Par une oultrageuse sentence/Qui lors fut donnée en France ». Le f (...)
  • 53 De façon signifiante, les termes de rebelles et de rébellion apparaissent après la bataille d'Aura (...)
  • 54 Guillaume de Saint-André, C'est le libvre.... op. cit., vers 235-242, p. 434-435.

22La faute à qui ? Pour Guillaume de Saint-André, pas de doute possible : le duché devait revenir en toute justice au comte de Montfort, et Charles n'est qu'un intrus doublé d'un hypocrite. Jean était bien, quoi qu'en ait dit une certaine propagande de guerre volontairement biaisée, le frère légitime de Jean III et donc son héritier naturel50. Même l'Ancien Testament, appelé en renfort, condamne les fausses prétentions de Charles51, et l'idée qu'il ait pu devenir leur duc à la mort de son oncle par alliance n'aurait même pas effleuré l'esprit de la globalité des Bretons. En filigrane, l'ambition démesurée de la maison de Valois se voit condamnée52, la faute rejetée sur une poignée de « rebelles53 » vendus aux intérêts de la France comme il s'en trouve à toutes les époques où la traîtrise s'apprête à faire le lit des malheurs du temps par la faute de la cupidité de quelques-uns54. Le militant montfortiste repère ainsi dans le camp adverse la source du mal et rejette sur lui la responsabilité des troubles qui accablent le duché dans les vingt-trois années suivantes. Sans surprise, les historiens des xve et xvie siècles se font plus mesurés dans leurs jugements.

  • 55 Jean Kerhervé, La Genealogie des Roys, Ducs et Princes..., op. cit., p. 554 : « Mais, apres sa mor (...)
  • 56 Alain Bouchart, Grandes croniques..., op. cit., chapitre XLI, p. 39-43 (long résumé des mémoires c (...)
  • 57 Y compris dans l'immédiat entourage royal sous Charles V comme le traduit Le Songe du Vergier, édi (...)

23Pour eux, le décès du duc Jean relance un point de droit déjà discuté en vain dans un passé récent : deux écoles juridiques s'opposent, qui ont chacune leur candidat naturel avec de bons arguments à l'appui de sa cause. Dans l'impossibilité de trancher faute de précédent, une procédure judiciaire normale est appliquée avant d'aboutir à l'arrêt de Conflans Sainte-Honorine du 7 septembre par lequel Philippe VI appelle son neveu Charles à lui prêter hommage en tant que duc de Bretagne et pair de France. Reprenant Froissart à la lettre, les historiens ont auparavant rendu compte des mesures conservatoires adoptées par Jean de Montfort puis de sa fuite au dehors de Paris sitôt qu'il perçoit bien qu'il ne saurait attendre du roi qu'une sentence défavorable. Sur le fond du débat, les historiens ducaux se montrent d'autant plus prudents que la succession difficile de François II vient de montrer la pertinence d'un recours aux femmes comme héritières à défaut de mâles55 : pour dissimuler leur trouble, ils relatent en des termes équitables et balancés les données du débat de 134156, sans se prononcer sur le point de droit puisque les juristes eux-mêmes affichent leur incapacité à le faire57. Si la suite de leurs récits ne cèle rien de leur parti pris implicite favorable à Montfort, sur la question technique soulevée devant le parlement de Paris la réserve reste de mise et, contrairement aux partisans peu soucieux de distinguo juridiques, le coupable n'est plus désigné à la vindicte du lecteur. Dans son formalisme balancé, leur raisonnement respecte les principes les plus apparents d'une saine méthode historique qui consiste à rendre compte avec honnêteté des termes complexes du problème.

  • 58 Guillaume de Saint-André, C'est le libvre.,op. cit., vers 209-234, p. 434, sur l'exécution d'Olivi (...)
  • 59 Bertrand d'Argentré, Histoire..., op. cit., chapitres CCI, p. 382 (« Cela se faisoit pour s'acquit (...)
  • 60 Ibidem, chapitres CCXVIII, p. 421 : Jean est détenu prisonnier au Louvre « contre la parolle et pr (...)
  • 61 Ibid., chapitres CCXVI, p. 420-421, et CCXX, p. 426 : les passages censurés sont trop longs pour p (...)
  • 62 Ibid., chapitre CCXIX, p. 424 : « Ce sont pures fables de croniqueurs françois, qu'apres son decez (...)

24Sur la phase suivante et la détérioration du débat juridique en conflit armé, les mécanismes à l'œuvre dans ce processus demeurent opaques chez les historiens, caricaturaux chez les partisans. Pour ces derniers, l'attrait irrésistible des récompenses promises par le roi et une naturelle propension à la félonie expliquent les ralliements intéressés à la cause d'un prétendant douteux, servi par des soudoyers étrangers, alors que dans le même temps de bons Bretons perdent la vie à cause de leurs hésitations sincères ou de leur ralliement en sous-main à Jean58. Les historiens entrent avec prudence dans ce genre de considérations. Bertrand d'Argentré paiera d'ailleurs sa liberté d'appréciation de l'attitude du roi par l'intervention de la censure qui exige des coupes tant sur le parti pris de Philippe de Valois en faveur de son neveu dans le débat initial en cour de Parlement59, le non-respect des clauses de reddition sous conditions de Jean de Montfort dans Nantes60, l'exécution d'Olivier de Clisson et des autres seigneurs bretons ou normands (à l'origine de la défaite de Crécy61 !) que sur le décès prématuré du comte Jean, imputable à toutes les misères qu'il venait d'endurer en prison par la faute du roi62. Attentatoires à la dignité du monarque, ces passages personnalisent, psychologisent cependant à l'excès les tenants et aboutissants d'une querelle dont les ressorts sont autrement profonds.

25En fait, ni Le Baud ni Bouchart ni d'Argentré ne se montrent capables de s'extraire de la chronique événementielle dérivée du futile récit de Froissart afin de s'élever à des considérations de philosophie ou de sociologie politiques : les soubassements de la cristallisation des deux partis antagonistes ne les intéressent plus une fois rappelés les termes immédiats du débat sur la dévolution de la couronne dans l'été de 1341. Nulle part on ne repère, en effet, une amorce de réflexion un tant soit peu approfondie, qui aille au- delà du point de droit initial : chantres indéfectibles de la grandeur passée d'un duché autonome, chroniqueurs et historiens bretons bornent leur vision de l'histoire à cela. Ils ne s'interrogent ni sur la psychologie des principaux nobles impliqués dans la guerre, ni sur les raisons profondes que ceux-ci avaient de prendre parti pour l'un ou l'autre des prétendants, et certaines régions de Bretagne derrière eux. Plus encore que l'inanité des sources mises en œuvre, l'absence d'intérêt marqué pour la philosophie de l'histoire constitue assurément le grand angle mort de cette école, mais en cela apparaît-elle bien différente du commun des historiens médiévaux ?

  • 63 Dom Morice, Preuves, op. cit., tome I, colonne 43 : « Et hoc fuit unum mirabile, quia dictus Karol (...)
  • 64 Jean de Saint-Paul, Chronique..., op. cit., p. 11 : « Et deuons croire que Dieu conduioit ceste gu (...)

26Puis les affrontements armés sporadiques viennent meubler, pour l'agrément du lecteur, la chronique d'une guerre qui s'enlise faute de chefs et de moyens. La relance de l'action militaire dans le duché dans les années 1360 prélude à la marche vers Auray, terme sanglant, et provisoire, de la querelle de Bretagne. C'est le temps revenu des hommes de guerre qui, après quelques hésitations sur le choix du terrain et l'échec des ultimes tentatives de règlement pacifique, tranchent, hache en main, le nœud du conflit le 29 septembre 1364. La bataille d'Auray avait d'ailleurs été conçue et espérée par beaucoup comme une ordalie entre les deux ducs. La journée ne déçoit pas les promesses placées en elle puisque Charles demeure couché à jamais sur le champ et qu'elle crée Jean IV duc souverain. Son interprétation, une fois de plus, donne lieu à divergences entre militants et historiens : quand les premiers découvrent dans le trépas du duc Charles et la déroute de ses armes la preuve évidente, quasi miraculeuse63, de la mauvaise querelle qu'il soutenait sans vergogne depuis beaucoup trop longtemps, à présent sanctionnée par le courroux de Dieu en cette journée de dimanche normalement dévolue à l'archange saint Michel, les autres se font moins enthousiastes et bornent leurs propos à un récit des phases alternées du combat, sans nécessairement impliquer le Ciel dans l'affaire, même si Jean de Saint-Paul n'en démord pas64.

  • 65 Guillaume de Saint-André, C'est le libvre..., op. cit., vers 1245-1294, p. 466-468.

27Non que s'installe en eux un doute d'essence rationaliste sur la pertinence des intrusions divines à l'épicentre des querelles humaines tout le restant de leur carrière pour Le Baud et de leur œuvre pour chacun le démentirait, si besoin en était, simplement parce que les choses sont ce qu'elles sont et que Jean IV le Pieux65, autant que le Vaillant ou le Conquérant, vient de triompher grâce à la qualité de ses capitaines et au courage de ses hommes. Nul besoin d'en rajouter cependant en se précipitant dans les arcanes de la morale de l'histoire, fût-elle sainte !

  • 66 Ibidem, vers 300-308, p. 436-437, notamment les vers 305-308 : « Car pourceaulx telle nature ont : (...)
  • 67 Jean de Saint-Paul, Chronique..., op. cit., p. 12 : « Les Bretons qui contre luy estoinct consider (...)

28La seule leçon à retirer d'un quart de siècle de difficultés, relève du truisme politique : la meilleure protection pour les Bretons est de demeurer tous bons amis, le meilleur garant de cette unanimité préservée est un duc respecté et obéi de tous ses sujets. Venant après une guerre durant laquelle, précisément, deux ducs s'étaient affrontés avec chacun pour soi l'apparence du bon droit, l'argument choque par sa platitude ! Il est vrai qu’il s'agit là de l'une des bribes de philosophie politique les plus constamment martelées, et non sans raison, par les chroniqueurs proches de la cour des Montfort : afin de sauvegarder le duché et ses libertés, il convient que son peuple fasse bloc autour de son souverain, tels les « pourceaulx » qui ont coutume, selon Saint-André qui s'aventure, de s'aider l'un l'autre à la vie, à la mort66 ! L'appel à l'union nationale doit prévaloir sur les contingences égoïstes, quitte à excuser les anciennes défaillances : la terreur insigne que firent régner les gens de Blois en 1341 et les Français sur leurs talons dédouane d'ailleurs, de façon fort opportune, les tenants autochtones du mauvais parti, puisqu'il s'avère qu'ils furent ralliés, contraints et forcés, à un candidat sans titres67

L'accession contrainte du duché à la modernité

  • 68 Guillaume de Saint-André, C'est le libvre..., op. cit., vers 1478-1484, p. 474, notamment les deux (...)

29Le bilan de la guerre de Succession ne se tire pas chez ses historiens en termes comptables : si les chroniqueurs avancent quelques chiffres des morts en bataille, ils bornent à cela leurs efforts numériques, ne portent aucun intérêt aux destructions matérielles ou monumentales, au recul persistant de l'activité économique, à la stagnation ou à la perte démographique qu'elle a engendrée pour des décennies. Autant la guerre devient un phénomène désincarné sous leurs plumes, autant l'interrogation sur le prix à payer pour son entretien durant vingt-trois années de conflit ouvert demeure étrangère aux préoccupations mémoriales de ses chantres, en totale discordance avec nos réflexes élémentaires d'historiens. Seul l'appauvrissement humain du duché résultant du massacre consenti d'une bonne partie de son élite nobiliaire trouve grâce, de façon d'ailleurs très classique pour l'époque, à l'aune de leurs soucis68.

  • 69 Jean de Saint-Paul, Chronique..., op. cit., p. 11.

30Au plan extérieur, de façon certes intuitive et non formalisée, les historiens ressentent qu'avec le conflit civil, la Bretagne accède à un âge nouveau de son histoire : en quelque sorte, elle devient alors une « terre d'Europe » et s'insère parmi les équilibres fluctuants entre puissances qui font le jeu ordinaire des diplomates. Jusque-là, en effet, le duché avait pu vivre assez replié sur lui-même, les longs règnes de Jean Ier et de Jean III, en particulier, apparaissant avec le recul comme des plages de paix intérieure, à peine troublées par quelques intrusions dans la grande politique. Succédant au bref passage des Plantagenêts avec Henri II puis Geoffroy à la fin du xiie siècle, les ducs capétiens avaient su accompagner la lente modernisation de la société féodale armoricaine, tout en restreignant au strict nécessaire leurs interventions sur la scène européenne. Avec la guerre de Succession, les choses s'accélèrent dès le départ et propulsent la Bretagne, à son corps défendant, sur le devant d'une actualité qu'elle fuyait auparavant par esprit de prudence et de sagesse. « Grand guerre estoict en celuy temps entre les roys de France et d'Angleterre : celuy de Blois estoict François, celuy de Montfort estoict Anglois69. » L'aventure des Montfort sort directement de cette rupture de braqué provoquée par le choc des contingences et grosse des ambitions nouvelles de la construction d'un État princier de plein exercice.

  • 70 Alain Bouchart, Grandes croniques..., op. cit., chapitre XLIX, p. 48-49 : la mention de la capture (...)
  • 71 Guillaume de Saint-André, C'est le libvre..., op. cit., vers 265-272, p. 435-436, et vers 289-292, (...)
  • 72 Alain Bouchart, Grandes croniques..., op. cit., chapitres XLII à XLV, p. 43-46. Pierre Le Baud, Hi (...)
  • 73 Ibidem, chapitre LXXXII, p. 79 critique l'abstention des rois sur le règlement de l'affaire de Bre (...)
  • 74 Jean-Christophe Cassard, « La place des événements maritimes dans la guerre de Succession de Breta (...)

31L'évidence de l'immixtion des deux rois dans la querelle de dévolution n'échappe à personne bien entendu, quel que soit par ailleurs le jugement que chacun porte sur elle et ses agents d'exécution dans le duché. La légitimité de leurs ingérences comme de leurs procédés70 n'est cependant plus abordée de front après Guillaume de Saint-André qui s'était efforcé de justifier l'alliance anglaise de Montfort et avait protesté avec vigueur contre l'assimilation polémique de son camp à la seule Angleterre et aux seuls Anglais71 ; maître Alain Bouchart biaise avec la chronologie dérivée de Froissart en rejetant après le rendu de l'arrêt de Conflans-Sainte-Honorine (7 septembre 1341) le passage de Montfort en Angleterre et la conclusion de son alliance défensive avec le roi Edouard, sans aucun hommage prêté à celui-ci pour la Bretagne72. Deux rois pour deux ducs : ce constat revient à projeter la Bretagne dans la modernité de la nouvelle géographie des entités monarchiques puisque tenir ses ports ou s'assurer de son alliance deviennent des impératifs à la dimension d'un conflit européen, quitte à l'abandonner à son triste sort quand les rois n'en peuvent plus 73L'image ancienne d'une contrée reléguée en bout de terre n'est plus de mise et, volens nolens, l'actualité de la guerre de Cent ans assure au forceps l'accouchement d'une vocation maritime encore incertaine, plus sûrement la promotion de la situation géostratégique de la péninsule désormais incontournable74, sans même parler des ressources en combattants d'élite qu'elle propose désormais.

  • 75 Jean de Saint-Paul, Chronique..., op. cit., p. 15 : « De l'autre part, Charles de Blois manda tout (...)
  • 76 Jean de Saint-Paul, Chronique..., op. cit., p. 16.
  • 77 Bertrand d'Argentré, Histoire..., op. cit., chapitres CC, p. 380 (la Bretagne et ses avantages pou (...)

32Elle pose également, en des termes renouvelés, la question des rapports avec le roi de France : l'intrusion de l'ost de Jean de Normandie en 1341 et 1342, puis le soutien royal persistant accordé à Charles de Blois, quelque insuffisant qu'il ait été sur le terrain, amènent les auteurs à s'exprimer sur la présence française dans sa diversité agressive75 comme sur les buts entretenus à long terme par le suzerain. Les partisans laissent percer sans retenue leurs sentiments : en des pages bien enlevées, Guillaume de Saint-André se gausse avec allégresse des beaux messieurs de France, plus habiles parleurs et fins danseurs que combattants aguerris ; l'auteur du Chronicon briocense n'a pas de mots assez durs pour vilipender les turpitudes de l'équipe de du Guesclin et autres suppôts du royaume, tous dénoncés comme des traîtres sans foi ni loi, en particulier lors de l'exil forcé de Jean IV en 1373. Cette violence dans le ton se retrouve, atténuée en ironie amère, chez les historiens : « Après que Jean eut assez ouy parler les François, qui tousiours conduisent leurs faictz et dictz en grandes parolles et menaces, il s'en print à rire et dist que est tousiours leur condition et qu'ilz sont de grandes parolles et manieres plus qu'ilz ne sont de faict ; et feist sonner ses trompettes et menestrez et ses enseignes marcher, et vint dauant eux prendre place76 » Mais tous s'inquiètent en sourdine des intentions du roi quant au devenir d'un duché dorénavant partie prenante de l'histoire qui se fait77.

  • 78 Tout le poème de Saint-André s'organise tel un long éloge de Jean IV, dont la biographie heurtée f (...)

33Car il était en passe de devenir un État au sortir de la guerre civile. Cette mue ne retient cependant pas l'attention des chroniqueurs : Saint- André est fasciné par la personnalité tragique de Jean le Vaillant ou le Conquéreur, non par ses méthodes de gouvernement dont il néglige les rouages concrets ; Pierre Le Baud et Bouchart demeurent prisonniers de leur modèle, Froissart, lequel se passionne pour les « belles apertises d'armes » et fuit les détails ennuyeux sur la mécanique de l'État. Partisan ou distancié, notre corpus s'affirme décidément rétif à la science administrative et ne s'embarrasse pas de considérations par trop techniques dans la sphère du gouvernement. Il n'empêche, de manière plus ou moins consciente, l'ensemble de ces textes se trouve traversé comme d'un frémissement à l'évocation du nouveau ressort historique en train de se cristalliser : le principe de la centralisation de l'autorité politique entre les mains du prince, chef naturel de sa nation78.

  • 79 Pierre Le Baud, Histoire..., op. cit., chapitre 38.
  • 80 Ibidem, chapitre 39 : « Car jasoit ce que les barons et les grans seigneurs du pais se teneissent (...)
  • 81 Ibid., chapitre 39 : après avoir réfuté Cuvelier qui prétend que Charles fut tué après avoir été c (...)

34Avec le recul du temps, cette nation de Bretagne réinsère dans ses rangs, par-delà des engagements partisans désormais dépassés, les meilleurs de ses fils qui ont combattu et sont morts pour elle. Au dire de Le Baud, c'est bien l'honneur breton bafoué par des paroles légères qui pousse Beaumanoir, le maréchal de Charles, à provoquer en bataille l'Anglais Richard Bembro, quitte à inverser les rôles partisans du temps de la guerre civile : « Et advint qu'il s'esmeüt adonc contens entreulx et commença messire Richard a louer souverainement de proesse la gent de sa nation d'Angleterre et a despriser toutes aultres et specialement celle des Bretons en leur desprisant et aggravant par ses parolles a sa puissance. A laquelle chose respondit le sire de Beaumanoir que les Bretons n'avoient pas tousjours eu occasion de monstrer et de magnifier leur vertu et leur puissance, car ilz avoient esté longuement sans guerre, aussi n'avoient ilz voulu assaillir ne molester aultruy sans cause, mais affin que la vaillance et la proesse des dictes deux nations mieulx apparust et fust cogneüe, il luy donneroit bataille s'il la vouloit accepter de cent Bretons a cent Angloys ou a tel numbre qu'il le vouldroit diviser79. » C'est la petite et moyenne noblesse exempte d'ambition, sève primordiale de la nation, qui reconnaît dans Jean de Montfort l'étoffe d'un grand duc avant Auray80. C'est pour tous les morts mêlés des deux partis que Jean IV va entreprendre d'édifier Notre-Dame du Champ à Auray, comme ailleurs il appelle à la réconciliation des vrais Bretons sous le manteau de la Vierge du Folgoët, leur commune patronne et bienveillante protectrice81. La nouvelle dynastie prend ainsi le relais des gloires comme des ombres d'antan, dans la pierre d'une basilique ou à travers les pages de ses historiens.

35Dans la forme encore plus que sur le fond, une évidente ligne de démarcation sépare les écrivains engagés des historiens plus distanciés du siècle suivant. En dépit de ses faiblesses poétiques dans son long récit versifié à la va-comme-je-te-pousse, la passion qui l'anime inspire à Saint-André des passages enlevés qui ne trouvent plus leurs équivalents dans les pages, souvent besogneuses et convenues, de ses successeurs. Le pamphlet militant vaut mieux au plan littéraire que la plate et faussement savante compilation rédigée hors contexte et de seconde main. Cela étant posé, les limites intrinsèques de l'école historique bretonne apparaissent bien au fil des chapitres consacrés à la guerre de Succession : limites dans la collecte des sources et de l'information, limites dans leur mise en oeuvre. Les événements sont trop souvent abordés par le petit bout de la lorgnette, sur les plans mondain et militaire exclusivement, ce qui ne laisse au lecteur guère de chances d'avancer vers une meilleure compréhension des faits par-delà leur apparence immédiate, et, finalement, n'engage à rien l'auteur. Mais n'était-ce pas aussi pour lui la plus sûre garantie de pouvoir continuer à travailler en paix auprès d'une duchesse devenue reine ?

Notes

1 . On se souviendra que Pierre Le Baud comme Alain Bouchart se refusent à aborder les événements proprement contemporains, mettant fin à leurs récits respectivement à l'avènement et au décès de François II.

2 Jean-Christophe Cassard, « L'histoire au renfort de la diplomatie : la Généalogie des Roys, Ducs et Princes de Bretaigne » de Pierre Le Baud, Actes du 102e Congrès des sociétés savantes, Paris, 1984, tome II : Questions d'histoire de Bretagne, p. 229-245, Édition Jean Kerhervé. « La Généalogie des Roys, Ducs et Princes de Bretaigne » de Pierre Le Baud (1486), dans Bretagne et pays celtiques. Langues, histoire et civilisation (Mélanges Fleuriot), Saint-Brieuc/Rennes, 1992, p. 519-560.

3 Une première approche de ces thèmes de recherche se lira sous la plume de Dominique Philippe, L'histoire en Bretagne du xive au xvie siècle, ou la défense de l'identité, thèse dactylographiée, Brest, 1988, volume 2, chapitre 4 : « L'histoire au service de la souveraineté », p. 538-584. D'une façon plus générale, Jean Kerhervé, « Aux origines d'un sentiment national. Les chroniqueurs bretons à la fin du Moyen Âge », Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, tome CVIII, 1980, p. 165- 206 ; du même auteur, « La naissance de l'histoire en Bretagne (milieu xive-fin xvie siècle) », dans Histoire littéraire et culturelle de la Bretagne (s.d. Jean Balcou et Yves Le Gallo), Genève, 1987, tome I, p. 245-271.

4 Guillaume de Saint-André, C'est le libvre du bon Jehan duc de Bretagne, édition Charrière, Paris, 1839, à la suite de La chronique de Bertrand du Guesclin de Cuvelier. Après un prologue sur les incertitudes de la vie humaine et l'inéluctabilité de la mort adressé à son fils, Saint-André aborde la guerre civile au vers 103 (p. 430) et la mène jusqu'aux préludes du premier traité de Guérande, vers 1502 (p. 475).

5 Ibidem, vers 707-860, p. 449-454 sur Bécherel, vers 861-922, p. 454-456 sur le traité de partage conclu à Évran.

6 Ibid, vers 385-392, p. 439 : la bataille de Morlaix de 1342 ; vers 396-400, p. 439-440 : la rencontre de la Lande Cadoret en 1343 ; vers 401-448, p. 440-441 : la bataille de La Roche-Derrien de 1347 ; vers 468-488, p. 442 : celle de Mauron en 1352. Saint-André signale ensuite l'arrivée de Jean dans le duché (vers 515-522, p. 443) sans mentionner sa présence antérieure dans le corps expéditionnaire de Lancastre assiégeant Rennes dans l'hiver de 1356-1357. Le très faible nombre de vers consacré à ces faits lointains traduit sans nul doute l'ignorance de l'auteur sur leurs modalités

7 Bertrand d'Argentré a pu disposer au xvie siècle de la Chronique de Thomas Walsingham, qu'il mentionne aux pages 380, 429, 430 et 443 de l'édition de 1583 de son œuvre.

8 Hélène Chariot, « Le livre du bon Jehan » : portrait d'un duc ou affirmation d'un sentiment national ?, TER dactylographié, UBO, Brest, 1989.

9 Dom Morice, Preuves, tome I, colonnes 42-44. Il en existe cependant une analyse détaillée : Paul de Berthou, « Analyse sommaire et critique de la Chronique de Saint-Brieuc », Bulletin archéologique de l'Association Bretonne, tome XIX, 1901, p. 1-89, § 583-604, p. 46-52.

10 .Léon Fleuriot évoquait « une sorte de xénophobie insistante » à la page 9 de la Préface qu'il donna à Gwénaël Le Duc et Claude Stercks, Chronicon Briocensel Chronique de Saint-Brieuc, tome I (seul paru), Rennes-Paris, 1972.

11 Pierre Le Baud, Histoire de Bretagne avec les chroniques de Laval et de Vitré, édition Charles d'Hozier, Paris, 1638, chapitres 35 à 39.

12 Alain Bouchart, Grandes croniques de Bretaigne, édition Marie-Louise Auger et Gustave Jeanneau, Paris, 1986, tome II, livre IV, chapitres XXXVII à XCIII, p. 36-93. Bouchart appartient à une famille liée par l'histoire aux Montforts : à la fin de la guerre de Succession, un certain Nicolas Bouchart, du Croisic, est amiral de Bretagne pour Jean : chapitres LXXXVI, p. 82, et XC, p. 92-93.

13 Par commodité d'emploi pour détecter les passages censurés, j'utiliserai l'édition synoptique procurée par Virginie Stroobants, Bertrand d'Argentré et l'Histoire de la Bretagne, TER, Brest, 1996, tome second (transcription des éditions de 1583, 1588, 1618 et 1663 du livre cinq de l'Histoire de Bretagne de d'Argentré).

14 Arthur de La Borderie, Chronique de Bretagne de Jean de Saint-Paul, Nantes, 1881, p. 3-21 sur la guerre de Succession. La date de 1474 est fournie par l'auteur en tête de son deuxième chapitre, p. 10.

15 Dominique Le Page, Finances et politique en Bretagne au début des temps modernes. 1491-1547, Paris, 1997. Quelques remarques convergentes du même auteur sur l'emploi des nobles bretons dans les guerres d'Italie dans sa contribution, Noblesse et pouvoir royal en Bretagne (1480-1540), à Noblesses de Bretagne du Moyen Age à nos jours, (s.d. Jean Kerhervé), Rennes, 1999, p. 129-149.

16 Jean-Christophe Cassard, « Frontière de mer et marine ducale : l'exemple breton. Fin xve-début xvie siècle », 124e Congrès des Sociétés historiques et scientifiques, Nantes, mars 1999, pour paraître.

17 Celle-ci a pu avoir la mémoire moins irénique. Bertrand d'Argentré, Histoire..., op. cit., p. 433, rapporte une anecdote, incontrôlable, sur le ressentiment de la souveraine à l'encontre de l'un des morts de La Roche-Derrien, le sire de Laval enterré à Vitré : « Entre les premiers, le viconte de Rohan, le sire de Laval qui gist au coeur de la Magdalaine de Vitré, pres le chasteau, la sépulture duquel estant l'eue par la duchesse Anne, lors royne de France, elle se despleït tant qu'il estoit mort en querelle contre sespredecesseurs qu 'encores qu 'elle fust logee au chasteau, elle cuyda au desplaisir de son hote, faire creuver les yeux de la representation du deffunct posé sur la sépilture, monstrant les yeux ouverts, comme on fait à ceux qui ont esté tuez en guerre. »

18 Louis Merlet et Max. de Gombert, Récit des funérailles d'Anne de Bretagne, Paris, 1858. Le confesseur du roi évoque ces points d'abord au château d'Amboise où la reine est décédée : « Et bien commença à sa noble généalogie, ce qu'il abrégea pour tant que le temps estoit court, mais bien y revinst à Paris et à Saint-Denys, comme pourrez oyr quant viendra en celluy endroit », p. 51. Le rappel des ancêtres royaux et ducaux d'Anne prend place aux pages 83-84 de l'édition Merlet.

19 « Il trespassa en l'an mil et troys cens/Quarante et ung, d'apvril dernier jour./Et son frère Jehan, l'un des vaillans/En Bretaigne régna par grant vigueur,/Car il estoit naturel et droit seigneur :/Mais on luy fist à l'endroit ung grant tort :/On luy mena la guerre nuyt et jour/Par ses ennemys qu'ilz avoient grant support./Pour ce qu'il fut prévenu de la mort,/Il ne mena pas à fin icelle guerre JMais Jehan son filz, le preux, vaillant et fort,/Par sa proesse posida toute la terre./Ung dimanche, jour Sainct Mychel sans erreJDavent Auray mourut Charles de BloysJDe par Jehan en belle guerre ;/Ce fut l'an mil troys cens soisante et troys » : Louis Merlet et Max. de Gombert, Récit des funérailles..., op. cit., p. 14.

20 Pierre Le Baud, à la suite de l'Histoire de Bretagne..., op. cit., p. 135-137. Toute la responsabilité de la guerre se trouve rejetée sur Charles de Blois, présenté comme la créature des Français. Le conflit se résume en la capture, par traîtrise, de Jean de Montfort dans Nantes, la résistance de Jeanne de Flandre dans Hennebont, les batailles de La Roche-Derrien et Mauron, l'échec des tentatives de paix par conciliation et Auray.

21 Jean de Penguern, Généalogie d'Anne, à la suite de l'Histoire de Bretagne de Pierre Le Baud, édition d'Hozier, p. 180-181.

22 Stéphane Autret, Les généalogies d'Anne de Bretagne, Brest, TER/UBO, 2001.

23 Dom Morice, Preuves, tome III, colonnes 813-815 : « Item, & à ce que le nom de la Principauté de Bretaigne ne soit & demeure aboli pour le temps avenir, & que le peuple d'icelui pays soit secouru soulagé de leurs nécessitez et affaires, a esté accordé que le second enfant masle, ou fille au deffault de rnasle, venant de leur dit mariage, & aussi ceux qui ystront respectivement & par ordre, seront & demeureront Princes dudit pays, pour en jouir & user comme ont de coustume faire les Ducs leurs prédécesseurs, en faisant par eux au Roy les redevances accoustumées » (colonne 814).

24 La coupure intervient dans la seconde partie du règne de François Ier, après le décès de la reine Claude, la fille d'Anne, en 1524 et, surtout, la défaite de Pavie qui entraîne un raidissement des structures de la monarchie.

25 Guillaume de Saint-André, C'est le libure..., op. cit., « Vous estez et foulx et comars » : vers 1089, p. 461 ; «... ce foul de Montfort » « C'est un traictre, c'est un larron » : vers 1099 et 1102, p. 462 ; « Ces ribaus sont touz desconfis ;/Ilz nous cuidoient touz barater » : vers 1242-1243, p. 463. À l'inverse, Jean subit les outrages sans broncher, en homme sage qu'il est, et s'en amuse même : vers 1015-1017, p. 459 ; vers 1033-1043, p. 460 et vers 1137-1151, p. 463. Les métaphores animales introduites par Saint-André dans les dictons dont il aime ponctuer son récit, iraient dans le même sens.

26 Jean-Christophe Cassard, « Bois ton sang, Beaumanoir, la soif te passera ! » Recherches sur le sang versé en bataille au xive siècle, Le sang au Moyen Âge, Montpellier, 1999, p. 293-320.

27 Jean de Saint-Paul, Chronique..., op. cit., p. 15 : « Et fortifia son siege (devant Auray), et feist dresser ses engins et battre et endommager la place, qui plusieurs villaines parolles disoient, à quoy Jean ne ses gens ne donnoint nulles responces » ; p. 16 : « Lors feut respondu en grosses parolles et menaces qu 'il laisseroit tout ès mains de Charles et que on ne le prisoict riens, et que, ce coup, estoict deffaict ».

28 Ibidem, p. 11 : « fortune fut en aide au bon droict de Jean de Montfort ».

29 Si Bertrand d'Argentré, Histoire..., op. cit., critique de façon implicite son inactivité au long du printemps et de l'été 1341 (p. 377), il dresse de Charles par la suite un portrait plutôt flatteur, soulignant son courage personnel en bataille (p. 430 et 472), atténuant sa responsabiité morale dans la rupture des trêves (p. 411) comme dans le massacre de Quimper (p. 423). Pierre Le Baud s'abstient de tout jugement un peu tranché sur la personnalité de Charles de Blois.

30 Guillaume de Saint-André, C'est le libvre..., op. cit., vers 551-554, p. 444 ; vers 665-676, p. 448 ; vers 701-702 et 706, p. 449 ; vers 739-742, p. 450 ; vers 833-836, p. 453 ; vers 1169-1176, p. 464 ; vers 1266-1268, p. 467.

31 Ibidem, vers 897-907, p. 455-456, et vers 1174-1176, p. 464. L'anonyme de la Chronique de Saint- Brieuc met également la déroute de Charles à Auray en relation avec son parjure préalable lorsqu'il rompt la trêve jurée : § 601 et 602.

32 Ibid, vers 1193-1200, p. 465.

33 Ibid., vers 363-367, p. 438 ; vers 375-380, p. 439. L'ironie l'emporte dans le passage dévolu à la peur qui saisit les Français confrontés aux Anglo-Bretons de Jean devant Bécherel : vers 813-822, p. 453.

34 Alain Bouchart, Grandes croniques..., op. cit., chapitre LXXXVII, p. 84 : « ...Messire Charles de Bloys, qui estoit moult humain, doulx et courtois et qui par avanture se fust volontiers condescendu à traicté de paix et eust esté content d'une partie de Bretaigne à peu de plait. Mais, en nom de Dieu, il estoit si bouté de sa femme qu'il ne s'en povoit ne sçavoit retraire, dont tresmal luy en print depuys. »

35 Ibidem, chapitre LXXXIX, p. 91.

36 Ibid., chapitre LXXIII, p. 70 : « Mais tosjours se tindrent fermes les villes, citez et forterresses qui tenoient pour icelluy de Bloys, car sa femme, qui s'appelloit duchesse de Bretaigne, print la conduitte de la guerre de grant hardement ».

37 Pierre Le Baud, Histoire..., op. cit., chapitre 35 : renvoi au Songe du Vergier pour départager les droits des deux prétendants au duché ; chapitre 36 : esquive sur l'affaire Clisson en proposant les versions des Grandes Chroniques de France, de Froissart, de Guillaume de Saint-André.

38 Ibidem, chapitre 35 : collage des versions de Guillaume de Saint-André, des Grandes Chroniques de France et de Froissart sur les modalités de la capture de Jean de Montfort dans Nantes ; sur le bilan de l'année 1342, Froissart, Saint-André, les Annaulx (la Chronique de Saint-Brieuc) et les Grandes Chroniques de France sont mis bout à bout. Chapitre 37 collages sur la prise de La Roche-Derrien par les Anglais puis sur la bataille au même lieu en 1347 à partir des Grandes Chroniques de France et de Froissart.

39 Cette façon de procéder à une sorte de comptage des pertes illustres apparaît déjà chez Guillaume de Saint-André, C'est le libvre..., op. cit., vers 421-435, p. 440-441 (après La Roche-Derrien), vers 482-489, p. 442 (après Mauron) et vers 1409-1422, p. 472 (après Auray). Alain Bouchart, Grandes croniques.... op. cit., chapitres LXXIII et LXXXVII, p. 70 et 90, après La Roche-Derrien et Auray. Les mêmes noms reviennent d'un auteur à l'autre.

40 Après les événements de 1341-1343, Alain Bouchart ne retient plus que les batailles de La Roche- Derrien et d'Auray comme aliments à son récit breton. En revanche, il introduit de longues incises sur la guerre de Cent ans, notamment les batailles de Crécy (chapitre LXIX, p. 65-67) et de Poitiers (chapitre LXXVII, p. 73-74), le siège et la capitulation de Calais (chapitre LXX, p. 70-71), le traité de Brétigny (chapitre LXXXI, p. 77 et sq.).

41 Moins cependant chez Saint-André, C'est le libvre..., op. cit., vers 1401-1409, p. 471-472, sur Auray. Alain Bouchart, Grandes croniques.... op. cit., chapitres LX et IXIII, p. 58 et 60, emploie par deux fois l'expression « faire le gast » pour suggérer les exactions systématiques perpétrées par les armées en campagne, respectivement sous les ordres de Robert d'Artois autour de Rennes et du roi Édouard en 1342.

42 Le passage est resté célèbre de Guillaume de Saint-André, C'est le libvre..., op. cit., vers 368-372, p. 439 : « Les cimeters en sont boçuz ;/Femmes vueves et orjfelins/Emconbroint forment les chemins ;/Robe noire estoit bien portée,/ C'est d'elle bien commune lignée. » On peut également citer le récit donné par la Chronique de Saint-Brieuc des horreurs survenues lors de la prise de Quimper en 1344 par les Blésistes : dom Morice, Preuves, tome I, colonne 42.

43 Chez Alain Bouchart, Grandes croniques..., chapitre LXIV, p. 61, l'épisode des pourceaux attirés par ruse dans les remparts de Rennes est emprunté à la Chanson de Bertrand du Guesclin de Cuvelier, mais il se trouve antidaté, les faits étant avancés du siège de 1356 par Lancastre à celui d'Édouard en 1342

44 Michael Jones, « The Breton civil war », The creation of Brittany, Londres, 1988, p. 197-218.

45 Si Pierre Le Baud donne avec honnêteté les références des ouvrages auxquels il puise, d'Argentré ne signale nommément que les auteurs dont il se démarque sur tel ou tel point (pour l'essentiel Jean Froissart sert de fil conducteur à son récit, mais il réfute également par endroits Saint-André ou l'anonyme du Combat des Trente, les Chroniques de Flandre et Walsingham). Alain Bouchart, quant à lui, s'exonère de toute référence à ses sources dans le corps de son texte.

46 Jean-Christophe Cassard, « Quand le paysage servait aussi... à faire la guerre ! », La fabrication du paysage, Brest, 1999, p. 33-66, spécialement p. 44-66 sur la guerre de Succession.

47 Guillaume de Saint-André, C'est le libvre..., op. cit., vers 197-208, p. 433 ; vers 235-238, p. 434 et vers 247-254, p. 435. Bertrand d'Argentré, Histoire..., op. cit., procure néanmoins une version atténuée de ces pressions au chapitre CCXVIII, p. 423 : « ...Et de vérité la plnspart tenoit de Charles de Blois, soit par affections particulieres ou pour les menasses et crainte du roy de France qui, de toutes parts, praticquoit les seigneurs de Bretaigne, tantost par dons, tantost par force et faisoit publier partout qu'il tenoit pour ennemys tous ceux du party du conte de Montfort. » De même Le Baud (Histoire..., op. cit., chapitre 36) rappelait en des termes très édulcorés par rapport à Saint-André et à la Chronique de Saint-Brieuc à la fois les pressions exercées par le parti de Blois et les massacres opérés lors de la prise de Quimper en 1344.

48 Les historiens médiévaux ne font aucun usage des sources orales auxquelles ils auraient pu avoir accès, que ce soient certains souvenirs de famille ou des gwerziou chantées en langue bretonne.

49 Jean de Saint-Paul, Chronique....op. cit., p. 11 : « Vous voiez comme elle (la fortune) a abattu l'orgueil de Charles de Blois et de France par gens qui estoint en petit nonmbre, qui à toutes rencontres avoint l'advantaige suz leurs ennemiz » ; p. 13 : « et le tint moult à destroict, tant que les François eussent voulu estre en France et se repentoint d'y estre venuz ».

50 Guillaume de Saint-André, C'est le libvre..., op. cit., vers 139-144, p. 431 et vers 317-320, p. 437. À l'inverse, les prétentions de Charles apparaissent iniques : « Car combien qu'il n'eust nul droit,/Le manton souvant li dréçoit,/.Mais en touz lieux le lessoit battre... » : vers 505-514, p. 443.

51 Ibidem, vers 119-134, p. 431.

52 Ibid., vers 111-112, p. 430 : « Par une oultrageuse sentence/Qui lors fut donnée en France ». Le favoritisme du roi pour son neveu est dénoncé aux vers 148-151, p. 432, comme sont rappelées les promesses fallacieuses faites à Montfort dans Nantes, puis oubliées à Paris : vers 161-188, p. 432-433.

53 De façon signifiante, les termes de rebelles et de rébellion apparaissent après la bataille d'Auray, lorsqu'il s'agit pour Jean IV de liquider le contentieux politique des années de guerre : Guillaume de Saint-André C'est le libvre....op. cit., vers 1453 et 1462, p. 473.

54 Guillaume de Saint-André, C'est le libvre.... op. cit., vers 235-242, p. 434-435.

55 Jean Kerhervé, La Genealogie des Roys, Ducs et Princes..., op. cit., p. 554 : « Mais, apres sa mort [...] Jehan de Bretaigne, conte de Montfort, son frere, saesit et occuppa le duché. Et fut le premier q[ui] maintint que ladite principauté ne debvoit point cheoir en main de fille, et qu il estoit le prochain a y regner. »

56 Alain Bouchart, Grandes croniques..., op. cit., chapitre XLI, p. 39-43 (long résumé des mémoires contradictoires de deux prétendants). Bertrand d'Argentré, Histoire..., op. cit., chapitres CCII et CCIII, p. 383-395, procure un résumé fort exact des mémoires contradictoires des deux prétendants, dont il affirme avoir pu se procurer une copie au greffe du Parlement de Paris.

57 Y compris dans l'immédiat entourage royal sous Charles V comme le traduit Le Songe du Vergier, édition Marion Schnerb-Lievre, Paris, 1982, 2 volumes, chapitres CXLIII et CXLIIII, tome I, p. 258-268. Il y a d'ailleurs de fortes raisons de penser que l'auteur de cet ouvrage est un Breton, Évrart de Trémaugon, chevalier, frère de l'archevêque de Dol.

58 Guillaume de Saint-André, C'est le libvre.,op. cit., vers 209-234, p. 434, sur l'exécution d'Olivier de Clisson et d'autres nobles bretons à Paris en 1343. D'une façon plus générale, Guillaume revient à plusieurs reprises sur le fait que Jean est bien breton, et proteste contre les allégations qui assimilent son parti aux seuls Anglais : vers 309-335, p. 437.

59 Bertrand d'Argentré, Histoire..., op. cit., chapitres CCI, p. 382 (« Cela se faisoit pour s'acquiter de la forme, car quant à ce qui en devoit estre, dit-il, estoit tout resolu ») et CCIII, p. 390 : les choses auraient été différentes si Jean avait pu comparaître devant « juges non alterez ».

60 Ibidem, chapitres CCXVIII, p. 421 : Jean est détenu prisonnier au Louvre « contre la parolle et promesse au duc de Normandie » et CCXIX, p. 424 : « par defaut de convenances du duc de Normandie qui ne luy avoient esté tenues » (ce dernier passage n'est pas censuré après 1583).

61 Ibid., chapitres CCXVI, p. 420-421, et CCXX, p. 426 : les passages censurés sont trop longs pour pouvoir être reproduits ici dans leur intégralité.

62 Ibid., chapitre CCXIX, p. 424 : « Ce sont pures fables de croniqueurs françois, qu'apres son decez il se trouva force corbeaux et tempestes [et toutes farderies pour embellir leur querelle, de laquelle la fin ne sortira pas a leur intention quelque deffaveur de fortune, qui se monstre icy] » (le passage entre crochets est supprimé dans les impressions suivantes). Pierre Le Baud (Histoire..., op. cit., chapitre 36) biaise à son habitude en prétendant que Jean fut libéré de sa prison du Louvre en application d'une clause de la trêve de Malestroit, puis qu'il mourut prématurément des misères qu'il avait endurées.

63 Dom Morice, Preuves, op. cit., tome I, colonne 43 : « Et hoc fuit unum mirabile, quia dictus Karolus erat associatus tam de Francigenis quam de Britonibus, usque ad numerum quinque millia armatorum, & Dominus Comes non habebat nisi XIII c. armatos. Et sic apparet quod Divina ultio hic interfuit, &perjurium est timendum » (Chronicon briocense).

64 Jean de Saint-Paul, Chronique..., op. cit., p. 11 : « Et deuons croire que Dieu conduioit ceste guerre, et non aultre, et toutz clercs et gens d'entendement disoint comme Charles de Blois auoit tort » ; p. 15 : « Lors s'en vint Jean en Bretaigne, qui mips avoict Dieu de sa part parce quil s'estoict mips en tout debuoir, et le requerant a son aide assembla son armée et tint les champs, et conquist et minst en son obeissance Succenio et la Roche Perio. »

65 Guillaume de Saint-André, C'est le libvre..., op. cit., vers 1245-1294, p. 466-468.

66 Ibidem, vers 300-308, p. 436-437, notamment les vers 305-308 : « Car pourceaulx telle nature ont : Quant l'un fort crie, les autres vont/Tous ensemble pour l'aider : Il ne faut point les em prier. »

67 Jean de Saint-Paul, Chronique..., op. cit., p. 12 : « Les Bretons qui contre luy estoinct consideroient et disoient souvent que à ta vérité Jean estoict vray Breton et avoient, quelque guerre que feust, totisjours le cœur vers luy, comme celuy qu'il savoient estre yssu et descendu de la vraie lignée de Bretaigne. » Pierre Le Baud, Histoire..., op. cit., chapitre 37 : la plupart des Bretons s'étaient ralliés à Charles « par amour ou par crainte ».

68 Guillaume de Saint-André, C'est le libvre..., op. cit., vers 1478-1484, p. 474, notamment les deux vers de conclusion : « Bretaigne en fut decéue/Et en grant déclin deschéue. »

69 Jean de Saint-Paul, Chronique..., op. cit., p. 11.

70 Alain Bouchart, Grandes croniques..., op. cit., chapitre XLIX, p. 48-49 : la mention de la capture de Jean de Montfort dans Nantes n'est accompagnée d'aucun rappel des promesses de Jean de Normandie ensuite oubliées ; chapitre LXVII, p. 63 : la décolation d'Olivier de Clisson et des autres nobles bretons n'amène aucune critique frontale de l'attitude du roi, même si son résultat est condamné puisque leur mort entraîne la rupture de facto de la trêve avec l'Angleterre et les déroutes françaises conséquentes (chapitre LXIX, p. 65 et 67).

71 Guillaume de Saint-André, C'est le libvre..., op. cit., vers 265-272, p. 435-436, et vers 289-292, p. 436.

72 Alain Bouchart, Grandes croniques..., op. cit., chapitres XLII à XLV, p. 43-46. Pierre Le Baud, Histoire..., op. cit., chapitre 35, réfute Froissart sur le prétendu hommage porté au roi Édouard en Angleterre par Jean durant l'été de 1341.

73 Ibidem, chapitre LXXXII, p. 79 critique l'abstention des rois sur le règlement de l'affaire de Bretagne à l'occasion du traité de Brétigny-Calais : « Parquoy n'y fut rien diffiny ne conclud, dont fut bien mal fait ; car si les deux roiz rois les eussent voulu accorder, bien l'eussent fait et par ce moyen la paix eust esté faicte entre les parties et se fust chascun tenu à ce que on luy eust ordonné ; et eust messire Charles de Bloys recouvert ses enfant qui gisoient prisonniers en Angleterre, et eust plus longuement vescu qu'il ne fut. » Idem chez Pierre Le Baud, Histoire..., op. cit., chapitre 38 (d'après Froissart).

74 Jean-Christophe Cassard, « La place des événements maritimes dans la guerre de Succession de Bretagne », Bretagnes. Art, négoce et société de l'Antiquité à nos jours (Mélanges Jean Tanguy), Brest, 1996, p. 443-458.

75 Jean de Saint-Paul, Chronique..., op. cit., p. 15 : « De l'autre part, Charles de Blois manda tout le pouair de France, et y vindrent Bourgoignons, Normans et Picards, Françoiz, Manceaulx et Engeuins, les Geneuois et Poicteuins, Espagneulx et gens d'Allemaigne. » Énumération identique d'étrangers au duché et de toutes provenances chez Guillaume de Saint-André, C'est le libvre..., op. cit., vers 1047- 1056, p. 460.

76 Jean de Saint-Paul, Chronique..., op. cit., p. 16.

77 Bertrand d'Argentré, Histoire..., op. cit., chapitres CC, p. 380 (la Bretagne et ses avantages pour le roi d'Angleterre désireux de reconquérir son héritage de Normandie injustement confisqué) et CCIII, p. 396 (sur la sempiternelle question de la nature de l'hommage dû au roi de France).

78 Tout le poème de Saint-André s'organise tel un long éloge de Jean IV, dont la biographie heurtée finit par se confondre avec les heurs et malheurs de la Bretagne et de ses habitants car Jean est d'abord « le bon Breton » : Hélène Chariot, « Le livre du bon Jehan » : portrait d'un duc ou affirmation..., op. cit.

79 Pierre Le Baud, Histoire..., op. cit., chapitre 38.

80 Ibidem, chapitre 39 : « Car jasoit ce que les barons et les grans seigneurs du pais se teneissent a monseigneur Charles pour les hommaiges qu'ilz luy avoient faitz et pour les grans dons et promesses du roy de France, neantmoins avoit ledit conte grant multitude desditz chevaliers et escuiers qui luy obeissoient et le clamoient leur duc et naturel seigneur, ne jamais n'avoient entré en la foy dudit monseigneur Charles. Aussi avoit le conte les Guerrandoys... »

81 Ibid., chapitre 39 : après avoir réfuté Cuvelier qui prétend que Charles fut tué après avoir été capturé, l'historien poursuit : « Mais eut le conte ledit monseigneur Charles en si grant reverence que au propre lieu ou son corps fut trouvé mort, il fonda depuis ung colliege en l'honneur de monseigneur saint Michel, duquel la solennité si comme il est dit dessus, estoit celebree le jour de la bataille, ou quel colliege il rnist ung dean et certain numbre de chanoines seculiers pour prier Dieu perpetuellement pour l'amme dudit seigneur Charles et des barons, seigneurs et aultres qui là moururent avecques luy, et lequel colliege il fist appeller Le Champ pour ce que la fut ladicte bataille. » Sur les tentatives de concorde de Jean IV : Jean-Christophe Cassard, Propagande partisane et miracles engagés dans la guerre de Succession de Bretagne, Annales de Bretagne et des Pays de l'Ouest, tome 102/2, 1995, p. 7-24, spécialement p. 20-24.

Auteur

Centre de Recherche Bretonne et Celtique, UBO UPRESA 6038 du CNRS Brest

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540