Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chroniqueurs et historiens de la Bretagne

 | 
Noël-Yves Tonnerre

Geoffroy de Monmouth et son époque1

John France

Texte intégral

  • 1 Je voudrais commencer par préciser la terminologie dont je vais me servir aujourd'hui, pour éviter (...)
  • 2 Geoffroy de Monmouth, Historia regum Britanniae, éd. A. Griscom, [London, 1929] est le texte que j (...)

1Geoffroy de Monmouth (vers 1100-vers 1155) a connu au Moyen Âge une réussite énorme et étonnante. Son œuvre, l'Historia Regum Britanniae, achevée avant 1136, est connue par quelque 200 manuscrits2. La raison de cette réussite extraordinaire est que cette œuvre a donné naissance à toute la légende arthurienne qui est devenue, avec le cycle de Charlemagne et très peu d'autres histoires, un des mythes dominants de la culture européenne. Cette œuvre raconte l'histoire des souverains de la Grande Bretagne, depuis la fondation de la race britannique par Brutus le Troyen au viie siècle av. J.-C., jusqu'à Cadwalladr au viie siècle apr. J.-C. C'est un travail composé de différents épisodes plutôt qu'un récit continu. Trois personnages dominent ; leurs exploits forment le point de mire de l'œuvre : Brutus, fondateur de la Grande-Bretagne ; Bélinus, chef britannique qui, ayant pris Rome, l'aurait saccagée ; et puis Arthur, dont la vie est dans un certain sens le centre de gravité de l'œuvre entière. Des personnages moins importants peuplent les vides et les passages qui suivent la mort d'Arthur font un peu douche froide après la gloire de ce roi héroïque.

2Aujourd'hui, bien sûr, personne ne considérera l'Historia regum Britanniae comme la véritable histoire des peuples britanniques. Brutus est un personnage mythologique et ses exploits sont de l'invention pure. Il offre aux Britanniques une origine troyenne qui les lie aux gloires d'un passé classique et leur fournit un héritage égal à celui des Romains détestés. C'est dans les pages de l'Historia Regum Britanniae que Bélinus paraît pour la première fois. C'est un chef vainqueur qui grâce à la prise de Rome hisse les Britanniques au niveau d'un peuple impérial avec un passé glorieux. L'histoire d'Arthur occupe un tiers de l'œuvre à peu près, à commencer par les prophéties de Merlin, qui sont manifestement fabuleuses, et que Geoffroy a plus tard développées en livre indépendant.

3L'histoire principale, celle d'Arthur, est très détaillée. Aucun résumé ne saurait lui rendre sa juste valeur, mais j'essayerai d'en donner la saveur. Le père d'Arthur, le roi Uther, s'est épris d'Igerna, qui était la fidèle épouse de Gorlois de Cornouaille, l'adversaire acharné d'Uther. Humilié par les refus méprisants d'Igerna, Uther s'est adressé à Merlin le magicien, qui lui a donné l'apparence de Gorlois. Cette transformation s'est révélée si réaliste que, pendant l'absence du prince de Cornouaille, Uther a pu pénétrer non seulement dans le château de Tintagel, mais aussi dans le lit d'Igerna où il a engendré Arthur. Peu après, la mort de Gorlois a permis à Uther d'épouser Igerna et, de cette façon, de légitimer Arthur qui à l'âge de 15 ans a succédé à son père et a été consacré par Dubricius, archevêque de Caerleon. Avec l'aide bretonne, il a ensuite vaincu les Saxons qui avaient envahi la Grande-Bretagne et, après avoir épousé Guenièvre, a dominé toute l'Europe du Nord, ainsi que la Gaule. Quand Rome lui a demandé de lui rendre hommage, sous prétexte que la Grande-Bretagne avait été autrefois une province romaine, il a essayé d'attaquer Rome elle-même. Mais après une victoire importante à Soissons, Arthur a reçu des nouvelles épouvantables : son neveu Modred, à qui il avait confié le gouvernement de la Grande-Bretagne pendant son absence, s'était non seulement rebellé contre lui, en se liant avec les Anglo-Saxons détestables, mais il vivait un amour adultère avec Guenièvre. Arthur est donc revenu en Grande-Bretagne et a tué Modred à la bataille de Camblan (identifié de nos jours à Camelford en Cornouaille où il y a toujours un « Slaughter Bridge » — Pont du Massacre — célèbre). Arthur a été mortellement blessé et on l'a transporté à l'île d'Avallon vers un destin que l'on ne connaît pas. Guenièvre, qui s'était enfuie à York, est entrée au couvent à Caerleon pour expier ses péchés. Ensuite, les Saxons ont pris le pouvoir en Grande Bretagne, en expulsant le dernier grand chef, Cadwalladr.

  • 3 Guillaume de Newburgh, Historia rerum Anglicorum ed. H. C. Hamilton, 2 vol., Londres, 1856, 1 Intr (...)
  • 4 Bède, The Ecclesiastical History, éd. J. McLure et R. Collins, Oxford, 1994. p. 244-245.

4Ceci n'est pas de l'histoire telle qu'on l'écrit aujourd'hui ! Même à l'époque de sa composition cette histoire différait manifestement, et de façon radicale, de celle racontée par Bède dans son Histoire ecclésiastique des Angles et des Saxons ; il n'y a donc pas lieu de s'étonner qu'au xiiie siècle Guillaume de Newburgh ait suggéré avec dédain que Geoffroi avait « beaucoup puisé dans sa propre imagination 3 ». On y trouve pourtant certaines indications très claires sur la réalité historique. On accepte en général que les Anglo-saxons Hengist et Horsa ont mené la conquête anglaise de la Grande-Bretagne à l'est. Également, on rencontre un Arthur historique à un moment où la conquête saxonne a été arrêtée, et presque inversée. L'histoire d'Arthur, comme celle de Bélinus, reflète la carrière aux ive et ve siècles de Maxime qui voulait mettre la main sur le pouvoir impérial, et même celle du grand Constantin qui l'a saisi à partir de sa base militaire à York. Cadwalladr, décrit ici comme le dernier des grands chefs des Britanniques, était lui aussi un vrai personnage historique qui a abdiqué et qui est mort à Rome4.

5Il est possible actuellement d'identifier quelques-unes des sources utilisées par Geoffroi et je pense utile de les présenter ici. Cette présentation critique révélera le gouffre immense entre ce que nous savons réellement et le récit romanesque et fortement enjolivé que nous offre Geoffroy de Monmouth. Geoffroy connaissait manifestement l'œuvre de Gildas, dont le récit sur la Grande-Bretagne des ve et vie siècles, le De excidio et conquestu Britanniae, est à la base de tous nos renseignements sur la lutte entre les Britanniques et les Saxons. Pourtant, Gildas ne fait aucune mention d'Arthur. De même, Geoffroy a beaucoup puisé dans l'œuvre historique de Bède, et l'usage de cette excellente source du viie siècle lui permet de fournir quelques informations crédibles. Il connaissait également la soi disant Historia Brittonum de Nennius, une source des viiie-ixe siècles composée avec plus d'imagination que de rigueur intellectuelle. Cette œuvre a pourtant une certaine valeur en ce qu'elle contient le plus ample récit sur Arthur ; il signale aussi qu'il a été douze fois à la tête des rois de la Grande-Bretagne contre l'envahisseur saxon, la dernière fois au mont Badon, « où, au cours d'une seule journée, 960 hommes ont été tués par une seule attaque d'Arthur, et c'est lui tout seul qui les a abattus. » Cette bataille est importante, parce que, bien qu'on n'arrive pas à la situer géographique- ment, comme d'ailleurs la plupart des autres combats, elle est aussi mentionnée par Gildas, qui déclare que c'est une victoire britannique, sans toutefois parler d'Arthur. De plus, on peut la dater en consultant les Annales du Pays de Galles, les Annales Cambriae, qui suggèrent qu'elle s'est passée au milieu du vie siècle, une période où, nous le savons, l'avance saxonne en Grande Bretagne a été quelque temps arrêtée. Les Annales Cambriae sont une compilation de la fin du viiie siècle, faite à Saint-Davids (évêché qui se trouve à côté de Pembroke) ; on y trouve deux entrées qui, aussi brèves qu'elles soient, déclarent qu'Arthur était le chef au mont Badon, en y fournissant quelques détails supplémentaires :

  • AD 516 : Bataille de Badon pendant laquelle Arthur a porté à l'épaule pendant trois jours et trois nuits la croix de Notre Seigneur Jésus Christ ; et les Britanniques ont été victorieux
  • AD 537 : Bataille de Camlann au cours de laquelle Arthur et Medraut (Modred ?) ont péri ; et il y a eu la peste en Grande Bretagne et en Irlande.
  • 5 Nennius, Historia Brittonum ed D. Dumville, Woodbridge, 1985 ; R. Barber, King Arthur. Hero and Le (...)

6Il est intéressant de noter que presque tous les documents que j'ai mentionnés se trouvent réunis dans un manuscrit du xiie siècle, le Harleian 3859 du Muséum, qui contient également quelques généalogies et listes galloises de rois gallois, avec en plus une quantité importante d'autres matériaux littéraires, telle l'œuvre du grand poète gallois, Taliesin. Geoffroi s'est manifestement servi de ces listes de rois ; il y a donc lieu de supposer qu'il a utilisé une compilation semblable peut-être même celle-ci comme point de départ pour sa propre œuvre. Il déclare que sa source est un livre très ancien, écrit dans « la langue britannique » que lui avait prêté un autre savant gallois à Oxford, Gautier, l'archidiacre d'Oxford qui en avait augmenté le contenu en ajoutant des renseignements pris dans ses propres connaissances. Nous avons également d'autres mentions d'Arthur : une Vie de saint Colombe qui date de 700 à peu près et qui parle d'Arthur le grand guerrier qui est maintenant en Ecosse5. Mais je voudrais attirer plus particulièrement l'attention sur ce gouffre énorme entre ce que nous savons de l'Arthur historique et la grande complexité de l'histoire d'amour et d'intrigue qu'on trouve chez Geoffroy. Nous avons tout lieu de croire que Geoffroy a réussi à combler ce vide en utilisant des matériaux littéraires dont la plupart ne seraient pas acceptés comme historiquement valables aujourd'hui.

7Le Gododdin est un poème au sujet d'un peuple apparemment obscur du vie siècle. Il raconte l'histoire de sa défaite par les Angles du nord de l'Angleterre, disant d'un des guerriers tombés que « les corbeaux noirs du rempart de la forteresse s'en sont gavés, bien qu'il ne fût point Arthur ». Pendant très longtemps, malheureusement, ce poème a été seulement transmis oralement ; et il a peut-être été mis par écrit pour la première fois à l'époque même où écrivait Geoffroy. Mais ceci n'est pas la seule allusion à Arthur dans la littérature galloise. Un roi de Powys et ses fils, tués vers 600, sont nommés « les petits d'Arthur ». Bien que cette référence se trouve dans un manuscrit du xviie siècle, celui-ci comprend d'autres matériaux provenant d'une date très ancienne.

  • 6 Barber, King Arthur, p. 11-16 ; A. O. H. Jarman, « The Delineation of Arthur in Early Welsh verse  (...)
  • 7 Guillaume de Malmesbury, Gesta Regum Anglorum, éd. R. A. B. Mynors, R. M. Thompson, M. Winterburn, (...)

8C'est là le grand problème des compilations de littératures galloise, écossaise et bretonne qui font mention d'Arthur : même si elles contiennent des textes de date ancienne, elles ont été mises par écrit bien plus tard, généralement au xiiie siècle, à l'époque où les histoires de Geoffroy circulaient, stimulant l'imagination des autres écrivains6. Néanmoins, il y avait manifestement une littérature arthurienne antérieure à Geoffroy. Il est utile de se rappeler que la célèbre Chanson de Roland, dans sa forme actuelle, n'a été mise par écrit qu'au début du xiie siècle, mais nous savons qu'elle circulait bien avant cette date ; ainsi, on constate que les familles nobles donnaient souvent, dès la fin du xie siècle, les prénoms de Roland et d'Olivier aux garçons jumeaux. Il est intéressant dans ce contexte de noter que le père de Geoffroy lui même se nommait Arthur ! Les preuves de la légende galloise qui avait créé, bien avant Geoffroy, un super-héros du nom d'Arthur sont nombreuses. Le grand chroniqueur anglo-normand, Guillaume de Malmesbury, nous dit : « Cet Arthur est le héros de plusieurs récits extravagants parmi les Britanniques, même à notre époque, mais il mérite certainement d'être le sujet d'une histoire digne de confiance, plutôt que ce qu'il est, le sujet de fables et de rêveries fausses. » Il est courant dans de telles légendes d'attribuer à un seul héros les actes et les gestes imputés à plusieurs. Nous pouvons donc être assez sûrs que l'Arthur de la poésie celtique ne ressemble pas beaucoup à l'Arthur historique si toutefois ce dernier n'a jamais existé ! On peut très facilement soutenir la proposition qu'Arthur était un mythe et quelques historiens modernes ont totalement nié son existence. De plus, il y a un problème de lieu. Geoffroy place uniquement Arthur au pays de Galles, bien que des épisodes importants aient lieu en Cornouaille. En fait, les légendes, comme le Gododdin, le relient d'encore plus près au nord de l'Angleterre7.

  • 8 Cette dédicace s'adressait à Robert, Comte de Gloucester et à Étienne de Blois, roi d'Angleterre, (...)
  • 9 Henri de Huntingdon, Historia Anglorum, éd. D Greenway, Oxford, 1996, p. 558-583.
  • 10 R. W. Leckie, The Passage of Dominion. Geoffrey of Monmouth and the Periodization of lnsttlar Hist (...)

9Geoffroy qui a fait cette œuvre remarquable est un personnage de contradictions. Il portait un prénom normand, mais celui de son père était breton — Arthur. Son chef-d'œuvre, l'Histoire des Rois de la Grande-Bretagne, glorifie le peuple britannique que soumettaient à l'époque ses confrères normands ; la dédicace s'adressait à des hommes importants parmi les Normands de l'Angleterre8. Il était fier d'appartenir au pays de Galles, mais il a passé une grande partie de sa vie en Angleterre, plus précisément à Oxford. Ses tentatives de promotion dans l'Église galloise ont été couronnées par sa nomination à l'évêché de Saint-Asaph, une position qu'il occupait au moment de sa mort, probablement en 1155 ; mais il n'a atteint cette position élevée qu'après avoir montré sa docilité vis-à-vis des conquérants normands. Il est très sévère à propos des Gallois, mais il est plein de louanges pour les Bretons. C'était un ecclésiastique. Le contenu de son œuvre et ses opinions sont pourtant en grande mesure laïques. Son Historia a été jugée tour à tour récit de valeur historique et fantaisie écrite dans le seul but de distraire. Ses vrais objectifs ont donc été très discutés. Henri, archidiacre de Huntingdon, admirait passionnément l'œuvre de Geoffroy et en faisait l'éloge, le traitant de « grand livre » qui contenait « un traitement soigné et étendu » de l'histoire britannique9. Guillaume de Newburgh, comme nous l'avons noté, l'a violemment rejetée, mais Roger de Wendover a incorporé le récit de Geoffroy dans sa propre histoire du monde depuis la Création jusqu'à 1202 ; de cette dernière œuvre, le grand Matthieu Paris a pris l'histoire et l'a insérée dans ses œuvres à lui10. Dans l'ensemble, les autres auteurs médiévaux ont été très favorables à l'œuvre de Geoffroy, et pour de bonnes raisons, comme nous allons le voir.

  • 11 Geoffrey of Monmourh, The Life of Merlin, éd. B. Clarke, Cardiff, 1973, p. 27-28 ; E. M. R Ditmas, (...)

10Il n'est manifestement pas mon but ici de tirer au clair toutes les difficultés qu'on trouve auprès de cet auteur captivant. J'ai bien sûr mes propres hypothèses au sujet de quelques-uns des problèmes qu'il nous pose. À mon avis, ce sont les origines familiales ou bien les liens personnels qui ont provoqué l'intérêt de Geoffroy pour la Bretagne. Pas plus tard qu'en 1075, Monmouth, d'où Geoffroy a pris son nom, a été prise par le Breton, Wihenoc, qui avait beaucoup de soutiens dans la région. L'église de Monmouth a été donnée à celle de Saint-Florent de Saumur, dont elle est restée prieuré jusqu'au moment de la fermeture des monastères en 1536. Geoffroy était peut-être membre de cette famille ou d'une autre qui s'était établie dans le comté de Monmouthshire. Ceci expliquerait également pourquoi, bien qu'il admire la Bretagne et qu'il s'y intéresse, il semble ne pas bien connaître ni le pays ni son histoire — en général ses allusions sont peu précises11. Mais ce qui m'intéresse en particulier ce sont deux aspects du contexte de ses écrits, qui pourraient aider à faire la lumière sur les questions plus larges de l'authenticité de son œuvre et de son but :

  1. a. Les relations entre l'histoire et la mythologie et la tradition de l'écriture historique dans les îles Britanniques.
  2. b. L'Église galloise dans la première moitié du xiie siècle.
  • 12 Thorpe, p. 53-54, p. 283-284 : Life of Merlin, p. 27-28.

11Geoffroy s'intéressait énormément au pays de Galles. Malgré sa grande admiration pour les Bretons, son récit met en vedette le pays de Galles et, comme nous avons déjà vu, il semble avoir abandonné la possibilité qu'Arthur ait pu être originaire du nord de l'Angleterre. Pour lui, les Britanniques sont essentiellement les Gallois ; c'est aux dépens des Gallois que les Saxons, les Franco-Normands, les Pictes et les Écossais ont pris « la meilleure des îles » pour la diviser entre eux, ne laissant aux chefs indigènes qu'une partie pauvre et montagneuse de l'ouest. La « vengeance de Dieu » a tant affligé ce peuple malheureux qu'ils ont même perdu leur propre nom et sont connus par le terme méprisé de « Welsh » — gallois. Ceci était sans doute la pire des insultes, que ce peuple, dont Geoffroy était très fier, soit privé d'un nom à lui et désigné par celui que lui ont donné les ennemis — Welsh signifie « étranger » en anglo-saxon12. Impossible d'en douter — Geoffroy était très instruit. Il a passé une grande partie de sa vie à Oxford où il a peut-être donné un enseignement — il n'y avait pas encore à l'époque une université, mais plusieurs églises offraient des cours. Il était aussi conscient des tendances contemporaines dans la pensée autant que dans les œuvres écrites.

  • 13 C. N. L. Brooke, « Geoffrey of Monmouth as a historian », dans C. N. L. Brooke (ed.), Church and G (...)

12Partout en Europe, les gens se faisaient une identité en examinant leur passé. Les rois capétiens en France se réclamaient de Charlemagne comme ancêtre pour en faire le chef glorieux de leur royaume de Francs. Les comtes angevins patronnaient une série de chroniques qui, en exaltant leur passé, renforçaient leurs prétentions. Tout un groupe d'historiens anglo-normands exploraient le passé et ainsi cherchaient à légitimer les rois qui étaient venus après la conquête. Ceci demandait l'examen en détail de l'histoire britannique mais-et voilà le problème-il y avait un grand vide à l'époque postromaine. La source la plus connue était l'œuvre de Bède-mais c'est une histoire anglo-saxonne. Geoffroy est manifestement fier des Gallois, avec qui il s'identifie, et méprise les Anglo-Saxons qui avaient vaincu « son » peuple. Il avait donc besoin d'un point de vue différent. Il a décidé de donner aux Gallois une identité galloise à eux, et il a fait ceci en comblant l'énorme lacune dans l'histoire britannique entre la période romaine et le viiie siècle. On a suggéré que Geoffroy a fait exprès de satiriser la vogue contemporaine pour la recherche des origines historiques ; qu'il s'est moqué de cette vogue en écrivant une histoire fantaisiste afin d'attaquer les écrivains dignes et savants dans les monastères de l'époque ; et qu'il a produit à cause de cela une œuvre que les gens ont prise, avec son aimable consentement, pour un travail historique sérieux. Ceci est un argument très sophistiqué ; on doit se demander pourquoi Geoffroy aurait produit une œuvre si compréhensible pour des fins si limitées. Il me semble que l'explication est bien plus simple. Pour citer John Gillingham : « Geoffroy était un Gallois dont l'objectif était d'établir une respectabilité culturelle pour sa propre nation13. »

  • 14 Tatlock, Legendary History of Britain, p. 410-411.
  • 15 L Boehm, « Gesta Dei per Francos — oder Gesta Francorum. Die Kreuzzuge als histioriographisches Pr (...)

13Car ceux qui prétendent que cette œuvre est satirique ont sûrement tort ; elle est en fait un exemple de ce que je peux nommer « l'histoire d'origine », semblable à celles faites par d'autres auteurs, d'intention historique. Ces critiques développent une tendance, je crois, à mettre sur un piédestal les auteurs médiévaux qui nous offrent « l'histoire digne de foi » ; ceci me semble mal fondé. Chez presque tous les écrivains médiévaux on lit des récits bizarres, des spéculations intellectuelles, de véritables fantaisies. Nous avons déjà vu que le contemporain de Geoffroy, Henri de Huntingdon, a pris l'œuvre de Geoffroy très au sérieux. Giraud de Cambrie, qui écrivait à la fin du xiie siècle, était très hostile envers Geoffroy, mais malgré toute sa sophistication intellectuelle, il a néanmoins cru aux prophéties de Merlin14. On ne doit pas se laisser duper par les nobles déclarations faites par des historiens, « sûrs » qu'eux seuls ont le monopole de la vérité. La spéculation, arrondie par les simples commérages, a joué un rôle important dans l'histoire médiévale, surtout pour combler les lacunes. Et nous voilà devant un très grand problème pour les historiens du xiie siècle qui en étaient arrivés à un point où ils cherchaient à comprendre et à expliquer les événements autrement que d'une manière religieuse. Tandis que celui qui écrivait au début du xie siècle se contentait souvent d'attribuer les événements à la volonté divine, cent ans plus tard, cela ne suffisait plus. La volonté des hommes, ainsi que leurs aspirations, avaient manifestement une influence sur ce qui se passait. Même si on acceptait le rôle de Dieu qui devait tout permettre, l'analyse de la motivation et des attitudes humaines devenait importante. Il est intéressant de noter que la victoire de la Première Croisade est présentée par plusieurs chroniqueurs comme Dei per Francos, les Actes de Dieu faits par les Francs, alors que d'autres la traitent de Gesta Francorum, les actes des Francs. Cette nouvelle façon de voir, où il fallait expliquer les actions humaines pour ainsi offrir une histoire complète, a posé des problèmes considérables, car elle obligeait l'écrivain à combler toutes les lacunes. Pour Raoul Glaber, qui écrivait entre 1030 et 1040, les victoires de l'Islam en Espagne étaient tout simplement l'œuvre de Dieu ; un siècle plus tard, on réclamait des explications supplémentaires, à la fois humaines et plus sophistiquées. En conséquence, les historiens du xiie siècle étaient bien plus disposés que leurs prédécesseurs à combler les lacunes, à expliquer, à spéculer. À cette attitude se liait le désir de trouver des « histoires d'origine » pour dépister le développement d'un peuple. Il fallait un historien qui pourrait remplir les vides et envisager les motivations15.

  • 16 Anonyme, Gesta Francorum et aliorum Hierosolimitanorum, éd. R. Hill, Londres, 1962, p. 68-70.
  • 17 Raymond d'Aguilers, Liber, éd J. H. et L. L. Hill, Paris, 1969, p. 80-81 ; J. France, Victory in t (...)

14La première Croisade, 1095-1099, a inspiré plusieurs récits écrits, dont quelques-uns ont été faits par des témoins oculaires. Leurs méthodes sont souvent transparentes parce qu'on peut les comparer les unes aux autres. Les Gesta Francorum ont été écrits par un participant, probablement un chevalier d'origine italo-normande. Il a combattu dans la grande bataille du 28 juin 1098 quand les croisés, assiégés en Antioche, ont réussi à sortir de la ville et à écraser l'armée de Kurbuqah. L'armée des croisés est sortie d'Antioche en allant vers l'ouest ; celle de Kurbuqah s'est retirée vers le nord. Pourtant Kurbuqah a dû abandonner au sud une force bien plus petite, séparée de l'armée principale par l'avance rapide de l'ennemi. Selon notre Anonyme, Kurbuqah a fait savoir que le signal d'un feu au milieu du camp signifierait que tout était perdu. Mais ceci n'a aucun sens militaire ; les armées islamiques avaient l'habitude de mettre le feu à l'herbe sèche pour attaquer l'ennemi, si ce n'était que pour l'étouffer ; un tel signal aurait rendu indisponible cette tactique. De plus, comment l'Anonyme aurait-il pu être au courant des intentions militaires de Kurbuqa ? D'autres chroniques nous disent que la petite force islamique au sud a mis le feu à l herbe pour repousser l'escadron des croisés qui venait à l'attaque. Nous connaissons la position de l'Anonyme sur le champ de bataille ; il aurait vu le déroulement de l'incident qui s'est passé précisément au moment où l'armée principale islamique au nord a décidé, pour des raisons qu'on ne connaît pas, de s'enfuir. Le signal de Kurbuqah, comme le rapportent les Gesta, est tout simplement inventé pour expliquer la fuite inattendue de son armée16. Un exemple encore plus frappant se trouve chez Raymond d'Aguilers, un clerc provençal qui lui aussi est parti en croisade et qui nous appelle à croire que tout ce qu'il raconte vient de ce qu'il a vu lui-même ou qu'il a eu de source sûre. Comme tous les croisés, il s'est étonné que Kurbuqa ait permis à leur armée de sortir d'Antioche au lieu de l'y renfermer ; c'est pour expliquer ceci qu'il a inventé l'idée que Kurbuqa jouait aux échecs avec un émir du nom de Mirdalin17.

  • 18 « L'amour heureux n'a pas d'histoire », D. de Rougemont, Passion and Society, Londres, 1956, p. 37

15Il n'est donc pas difficile d'apprécier les raisons pour lesquelles les historiens médiévaux ont exploité Geoffroy qui comblait une lacune béante dans l'histoire post-romaine britannique. Mais pourquoi sont-ils tombés sur Arthur ? Et pourquoi sa renommée est-elle si rapidement entrée dans le domaine littéraire — car c'est Arthur qui a rendu célèbre Geoffroy. Bélinus, en effet, est un personnage assez comparable à Arthur ; il n'y a pourtant aucune Mort de Belinus, aucune littérature étendue à son sujet. La réponse semble reposer sur le traitement différent donné par Geoffroy aux deux héros. Pour commencer, il présente Arthur avec plus de détails ; il est donc évident que, quels que fussent ses matériaux, ils étaient plus copieux pour Arthur que pour Bélinus. Certes, Bélinus est victorieux contre Rome, mais somme toute, c'est un personnage à deux dimensions. Chez Arthur, on trouve l'amour, le drame, finalement un échec poignant — c'est bien plus intéressant. Ils sont présentés tous les deux comme des personnalités du xiie siècle ; la notion du passé était encore peu formée. Geoffroy habille donc le passé avec les vêtements du présent. Il décrit un âge passé ; pourtant ses soldats sont toujours des chevaliers courageux qui se battent selon les usages de leur propre époque et partagent les valeurs de la chevalerie. Et ceci explique aussi la popularité de l'œuvre de Geoffroy en général et la renommée plus précise d'Arthur. À ce moment même, les idées chevaleresques commençaient à se cristalliser, avec en plus, celles de l'amour courtois. Aliénor d'Aquitaine, célèbre déjà pour sa « Cour d'Amour », est devenue reine de France en 1137. L'histoire d'Arthur et de Guenièvre, essentiellement une histoire d'amour malheureux, s'accordait bien avec les nouvelles manières18. L'histoire d'Arthur, une histoire de lutte et d'échec, était fondamentalement plus dramatique que celle de Bélinus, et c'est sans doute pour cette raison que Geoffroy l'a placée au centre de son œuvre ; de plus, elle était fort bien adaptée à la mode contemporaine du xiie siècle. Geoffroy était manifestement un homme doué de grands talents littéraires et ceux-ci ont sans doute accru les charmes de l'Historia Regum Britanniae, mais cela ne revient pas à dire que c'était tout simplement une fabrication consciente littéraire. Il a plutôt essayé de combler le vide dans l'histoire britannique post-romaine, en ajoutant un récit complet et facile à suivre. D'un point de vue moderne, cette œuvre est un mélange de littérature et d'histoire, mais je ne doute pas que Geoffroy la prenait pour de l'histoire « réfléchie », dont l'embellissement était parfaitement légitime, du fait de la pauvreté des matériaux dont il disposait ; je ne doute pas non plus l'existence de son « vieux livre ». À cette époque-là, le sens de l'histoire et du passé n'était pas ce qu'il est devenu de nos jours.

  • 19 J. Barrow, English Episcopal Acta VII : Hereford 1079-1234, Oxford, 1993 p. 47 ; R. Turvey, The Lo (...)

16Ce qui est bizarre, c'est que Geoffroy ait choisi les Gallois pour en faire ses héros. Il appartenait à la noblesse franco-normande du pays de Galles. Ses origines familiales bretonnes et ses liens avec d'autres familles bretonnes, notamment dans l'ouest de l'Angleterre, l'ont peut-être bien influencé dans son choix. Il avait certainement des goûts épiques ; mais les Normands avaient déjà leur propre mythe, créé par toute une série d'historiens notables. Les Gallois étaient un peuple sans histoire, source de grande tentation pour un intellectuel qui s'identifiait avec eux. La littérature du pays de Galles, comme son histoire, était criblée de mythes d'échec, d'impuissance et de rédemption et Geoffroy a visiblement incorporé ces idées à son œuvre, car l'histoire de la Grande-Bretagne est celle des Britanniques, leurs moments de gloire et leurs malheurs, leurs succès et leurs points bas. De plus, il est bien clair qu'il ne s'identifiait point avec les Anglo-Saxons, et il écrivait au moment même où, après la mort d'Henri Ier en 1135, les Franco-Normands relâchaient leur prise sur le pays de Galles. Son histoire romanesque, qui prédisait une renaissance galloise, a dû paraître très à propos à un moment où le mouvement de la conquête a été arrêté par les Gallois indigènes, encore plus d'actualité au vu des divisions et des désordres que connaît l'Angleterre à la fin du règne d'Etienne par suite de la guerre civile provoquée par les revendications de Mathilde, fille d'Henri Ier et épouse de Geoffroy Plantagenêt. En fait, quelques manuscrits portent deux dédicaces, non seulement au roi Etienne mais aussi à son ennemi Robert de Gloucester. Les attitudes de Geoffroy sont souvent équivoques. Bien qu'il soit très fier d'être dans un certain sens gallois, il appartenait néanmoins à la classe dirigeante franco-normande, dont les membres en général méprisaient les Gallois. En 1214, Gilles de Braose, évêque de Hereford, se fit excuser d'un conseil ecclésiastique à Londres, disant qu'il devait accompagner un légat du Pape dans ce qu'il nommait « les nations barbares galloises » ; pourtant sa propre sœur avait épousé Gruffudd ap Rhys de Deheubarth. Le mépris se mêlait souvent à la haine, surtout quand on tient compte des coutumes féroces des Gallois qui décapitaient leurs ennemis et mettaient à mort des personnages en vue, tels Richard Fitz Gilbert de Clare, éliminé pendant la révolte de 113519. Il est possible d'attribuer certaines critiques faites par Geoffroy au sujet des Gallois à cette ambivalence, mais aussi à ses ambitions personnelles, car tout avancement dans l'église galloise dépendait du roi d'Angleterre. C'est pour cette raison sans doute qu'il est très difficile de distinguer un esprit de résistance galloise dans les écrits de l'Église galloise.

  • 20 S. Baring-Gould et J. Fisher, Lives of the British Saints, 4 vol., Londres, 1908, p. 2.3-33, 4.29, (...)

17Bien sûr, nous ne nous pouvons pas nous attendre à découvrir des traces de résistance dans les documents officiels ou administratifs, mais il y a un genre d'écrit religieux qui reflète souvent les opinions populaires : les Vies des saints. À l'époque, on écrivait celles-ci pour édifier clergé et laïcs ; elles nous offrent une source utile pour connaître les attitudes non officielles qui ressortent largement de la façon dont les individus ont été canonisés. Il y avait pour cela une procédure en bonne et due forme, mais souvent les gens étaient vénérés bien avant la mise en marche formelle d'un processus de canonisation. De plus, à des époques où il y avait relativement peu de saints — ce qui était le cas au xiie siècle — on a remanié les Vies anciennes et les attitudes contemporaines s'y sont rattachées de façon involontaire. J'ai donc relu les Vies des saints afin de chercher une « littérature de résistance » contre l'assaut franco-normand au pays de Galles. Dans plusieurs Vies des saints écrites ou remaniées aux xie et xiie siècles j'ai trouvé des allusions à la résistance contre les attaques qui venaient de l'extérieur, mais en général, ces références semblent se rapporter aux incidents du passé lointain. Par exemple, saint Tewdrig était un saint du viiie siècle tué lors d'une bataille contre les Saxons, alors que saint Oudocus, qui a vécu plus tard, est loué pour son rôle de guerrier contre le même ennemi. Ces deux Vies ont été réécrites pendant le xiie siècle et il est fort possible que ces personnages belliqueux aient été choisis pour exprimer le ressentiment gallois contre le nouvel ennemi, les Franco-Normands qui venaient eux aussi de l'Angleterre. Pourtant, quand nous arrivons à l'époque de Geoffroy de Monmouth et de l'attaque franco-normande, nous constatons que les commentaires sont devenus bien plus circonspects. Rhygyfryd a été l'avant-dernier évêque de Saint-David à être nommé à son poste par les Gallois ; mais dans sa Vie, on prétend qu'il a été consacré par le patriarche de Jérusalem — moyen subtil d'indiquer que l'évêché de Saint-David ne reconnaissait pas l'autorité de Cantorbéry, comme le demandaient les rois normands20.

  • 21 Ibidem, p. 2.75-78.
  • 22 J Gantz, The Mabinogion, Harmondsworth, 1976 ; voir, par exemple, « The Dream of Rhonabwy », p. 178 (...)

18Un seul saint m'a semblé être en quelque sorte un saint de résistance : saint Caradoc. C'est le célèbre Giraud de Cambrie qui en a écrit la Vie ; mais son œuvre originale a largement disparu et elle n'existe plus que sous une forme très raccourcie. Caradoc est un jeune homme d'origine noble qui est devenu moine, vivant d'abord à Llandaff et ensuite dans la presqu'île de Gower près de Swansea, pour aller terminer sa vie près de Haroldston dans le comté de Pembroke. Caradoc a été harcelé par les Flamands qui avaient colonisé cette région pendant le règne d'Henri Ier et plus particulièrement par un certain Richard Tankard qui a saisi ses vaches et ses moutons. On nous raconte que Richard n'a arrêté sa persécution qu'au moment de tomber du haut d'une falaise, avec cheval et chiens, en faisant la chasse. La Vie démolit cette belle histoire en nous disant que la mort de Richard n'est arrivée qu'après celle de Caradoc en 1124 ! La vérité, c'est que Caradoc, suivant les meilleures traditions galloises, était tout simplement un personnage encombrant pour ne pas dire un « casse-pieds fini ». Ses origines de bonne famille lui ont permis de faire des débuts de carrière à la cour du roi Rhys apTewdur (1077-1093) où il avait la charge des chiens de chasse royaux. Or, un jour, ces bêtes s'étant échappées, le roi en a fait des reproches à Caradoc. Celui-ci a quitté la cour immédiatement, en disant : « Si vous estimez si peu mon long service laborieux, comme l'impliquent vos paroles, je vais servir un autre maître qui fait plus attention aux hommes qu'aux chiens. » Et il est parti devenir moine. Même là il est resté quelque peu renégat, ne voulant pas se fixer, voyageant partout accompagné d'une bande de disciples. Cette façon de se conduire était exactement ce qu'il fallait aux Franco-Normands pour justifier leurs attaques contre les Gallois auprès du pape, en ce qu'elle leur permettait de souligner la nécessité de faire des réformes dans l'Église galloise. Pour terminer l'histoire, il faut dire que Caradoc n'était pas en fait un saint très important. Après sa mort à Haroldston en 1124, ses disciples, selon ses propres volontés, ont porté son corps à la cathédrale de Saint-David pour l'y enterrer. En route, à Newgale, il a commencé à pleuvoir et les porteurs ont laissé le cercueil devant la maison où ils s'abritaient. En sortant, ils ont trouvé que le drap de soie était toujours sec. Un petit miracle pour un petit saint ! Mais il est intéressant de noter malgré tout qu'on a enterré son corps à côté de saint David, qu'il a été très vénéré et qu'on a souvent pris son tombeau pour celui de saint David lui-même21. Il y a dans cette histoire des traces de résistance, mais des traces seulement. Les ecclésiastiques de l'Eglise galloise devaient se conduire prudemment s'ils voulaient en quelque sorte résister à la domination franco-normande ; la littérature laïque est bien plus ouvertement hostile. Le Mabinogion est une série de poèmes gallois écrits entre 1060 et 1250, qui puisent dans les chansons et les traditions anciennes ; par endroits ils transmettent un ressentiment féroce contre l'ennemi ; et ceci se traduit par des incursions armées en Angleterre qui reflètent la réalité de la guerre au xiie siècle22.

19Pour Geoffroy et son entourage, une hostilité si ouverte était impensable. Son œuvre reflète de nombreuses attitudes de l'Église galloise contemporaine ; elle retient les traditions celtes et s'indigne de la domination nouvelle de Rome, surtout parce que celle-ci s'impose par l'intermédiaire de Cantorbéry. Mais de la même manière que le pays de Galles était composé de plusieurs petites principautés et ne faisait pas une entité politique unique, l'Église galloise n'avait pas non plus une seule identité, n'acceptait pas un ensemble d'attitudes communes. Maints ecclésiastiques, Caradoc par exemple, se froissaient de toute intervention laïque, soit galloise, soit anglaise. Mais on ne saurait douter que pour les ecclésiastiques de haut rang, sortis des grandes familles franco-normandes, l'avancement dépendait totalement de leur loyauté à la monarchie franco-normande. Dans ce contexte, le nationalisme culturel de Geoffroi était anodin, car il s'accompagnait de la loyauté à la couronne et à l'Église au pays de Galles. On voit ici l'explication de l'ambivalence fondamentale des attitudes de Geoffroy — on ne pouvait condamner catégoriquement que les Saxons ; c'étaient eux qui avaient perdu en 1066 et qui ne comptaient donc pour rien aux yeux des vainqueurs.

20Geoffroy de Monmouth a été un écrivain à succès. Son chef-d'œuvre, l'Historia Regum Britanniae, est l'histoire réfléchie du peuple avec lequel il s'identifiait, les Gallois, qui, pour lui, étaient par excellence les descendants des Britanniques du temps jadis. À travers l'Historia Regum Britanniae il s'enorgueillit d'être gallois ; mais cet orgueil, potentiellement subversif pendant une période de renouveau gallois, ne pouvait s'exprimer que sous forme historico-littéraire. À son époque, bien que l'écriture historique fût en train de se transformer complètement, elle était toujours, à en juger par des critères du xxe siècle, extrêmement simpliste. Le Britannique de Geoffroy est bel et bien un personnage du xiie siècle. Or il lui manquait les sources précises dont disposaient d'autres historiens — Henri de Huntingdon, par exemple-parce que les témoignages pour son sujet principal, l'histoire des Britanniques, n'existaient plus que sous forme littéraire — chanson et conte. Et il n'est pas du tout impossible que Geoffroy en fût bien content ; il était manifestement un grand homme de lettres et un conteur habile. Il a donc copié et adapté les matériaux qu'il avait à sa disposition, faute de mieux ; en faisant cela, il a créé un chef-d'œuvre. Arthur, son plus grand personnage, figurait sans doute très largement dans la poésie et la chanson galloises ; dans l'Historia Regum Britanniae, c'est le modèle même de la chevalerie et c'est sous cette forme qu'il va dominer les mythes et les légendes de l'Europe.

Notes

1 Je voudrais commencer par préciser la terminologie dont je vais me servir aujourd'hui, pour éviter des confusions possibles. En parlant de la « Bretagne », j'indique la Bretagne actuelle, c'est-à-dire, Brittany-, la « Grande-Bretagne », dans le contexte de ce travail seulement, parce que historiquement ce n'est pas exact, signifie Britain. De même, « Breton » signifie celui qui habite la Bretagne en France ; « Britannique » indique Briton ou bien British.

2 Geoffroy de Monmouth, Historia regum Britanniae, éd. A. Griscom, [London, 1929] est le texte que je citerai ici, mais je me suis servi également de la traduction de L. Thorpe (ed.), The History of the Kings of Briton, Harmondsworth, 1966. Deux traductions françaises sont facilement accessibles : E. Faral, La légende arthurienne, Paris, 1929 ; L. Mathey-Maille, Histoire des rois de Bretagne, Paris, Les Belles Lettres, 1992. Sur les manuscrits de Geoffroy de Monmouth voir J. C. Crick, The Historia regum Britannie of Geoffrey of Monmouth. Summary catalogue of the manuscripts, Woodbridge, 1989.

3 Guillaume de Newburgh, Historia rerum Anglicorum ed. H. C. Hamilton, 2 vol., Londres, 1856, 1 Introduction.

4 Bède, The Ecclesiastical History, éd. J. McLure et R. Collins, Oxford, 1994. p. 244-245.

5 Nennius, Historia Brittonum ed D. Dumville, Woodbridge, 1985 ; R. Barber, King Arthur. Hero and Legend, Woodbridge, 1986, p. 4-10, The Figure of Arthur, London, 1972 ; S. Piggot, « The sources of Geoffrey of Monmouth », Antiquity, 15, 1941, p. 269-286, p. 305-319.

6 Barber, King Arthur, p. 11-16 ; A. O. H. Jarman, « The Delineation of Arthur in Early Welsh verse », dans K. Varty (éd.), An Arthurian Tapestry, Glasgow, 1981, p. 3-4.

7 Guillaume de Malmesbury, Gesta Regum Anglorum, éd. R. A. B. Mynors, R. M. Thompson, M. Winterburn, 2 vol., Oxford, 1998, p. 1.26-27 ; D. N. Dumville, « Sub-Roman Britain : History and Legend », History, 62, 1977, p. 173-192 ; pour le Mabinogion voir n° 22.

8 Cette dédicace s'adressait à Robert, Comte de Gloucester et à Étienne de Blois, roi d'Angleterre, comme cela a été noté par N Wright (ed.), The Historia Regum Britanniae of Geofrey of Monmouth l, Bern, Burgerbibliothek, ms. 568, Cambridge, 1984, p. XII-XV dans son édition des variantes du texte.

9 Henri de Huntingdon, Historia Anglorum, éd. D Greenway, Oxford, 1996, p. 558-583.

10 R. W. Leckie, The Passage of Dominion. Geoffrey of Monmouth and the Periodization of lnsttlar History in the Twelfth Century, Toronto, 1981, p. 98-99.

11 Geoffrey of Monmourh, The Life of Merlin, éd. B. Clarke, Cardiff, 1973, p. 27-28 ; E. M. R Ditmas, « Geoffrey of Monmouth and the Breton families in Cornwall », Welsh History Review, 6, 1972/3, p. 451-461.

12 Thorpe, p. 53-54, p. 283-284 : Life of Merlin, p. 27-28.

13 C. N. L. Brooke, « Geoffrey of Monmouth as a historian », dans C. N. L. Brooke (ed.), Church and Government in the Middle Ages, Cambridge, 1976, p. 77-91 ; V. J. Flint, « The Historia Regum Britanniae of Geoffrey of Monmouth : a parody and a purpose. A suggestion », Speculum, 54, 1979, 447-468 : J. Gillingham, « The context and purpose of the History of the Kings of Britain », Anglo- Norman Studies, 13, 1990, p. 99-118, citant G. W. S. Barrow, « Wales and Scotland in the Middle Ages », Welsh Historical Review, 10, 1980/1, p. 305.

14 Tatlock, Legendary History of Britain, p. 410-411.

15 L Boehm, « Gesta Dei per Francos — oder Gesta Francorum. Die Kreuzzuge als histioriographisches Problem », Saeculum, 8, 1957, p. 37-44 ; Rodolfus Glaber, Historiarum Libri Qttinque in Opera Omnia, éd. J France, Oxford, 1989, p. 80-97.

16 Anonyme, Gesta Francorum et aliorum Hierosolimitanorum, éd. R. Hill, Londres, 1962, p. 68-70.

17 Raymond d'Aguilers, Liber, éd J. H. et L. L. Hill, Paris, 1969, p. 80-81 ; J. France, Victory in the East, p. 288-292.

18 « L'amour heureux n'a pas d'histoire », D. de Rougemont, Passion and Society, Londres, 1956, p. 37.

19 J. Barrow, English Episcopal Acta VII : Hereford 1079-1234, Oxford, 1993 p. 47 ; R. Turvey, The Lord Rhys, Prince of Deheubarth, Llandyssul, 1997 ; F Suppe, « The cultural significance of decapitation in High Medieval Wales and the Marches », Bulletin of the Board of Celtic Studies 36, 1989, p. 147-160 ; Gillingham, « Context and purpose of the History oft he Kings of Britain », p. 111.

20 S. Baring-Gould et J. Fisher, Lives of the British Saints, 4 vol., Londres, 1908, p. 2.3-33, 4.29, 1.70.

21 Ibidem, p. 2.75-78.

22 J Gantz, The Mabinogion, Harmondsworth, 1976 ; voir, par exemple, « The Dream of Rhonabwy », p. 178-191 ; pour la guerre de frontière, voir F. C. Suppe, Military Institutions on the Welsh Marches : Shropshire 1066-1300, Woodbridge, 1994.

Auteur

Université de Swansea

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540