Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chroniqueurs et historiens de la Bretagne

 | 
Noël-Yves Tonnerre

Une source historique méconnue : la tradition littéraire des Bretons d'Armorique

Jean-Pierre Piriou

Texte intégral

  • 1 Pour un aperçu de cette abondante littérature celtique insulaire on lira Jean Marx, Les littératur (...)

1On parle beaucoup aujourd'hui de civilisation, de culture, de langues, de littératures celtiques. Chacun sait, à cet égard, quelle est l'extrême richesse des patrimoines littéraires médiévaux de l'Irlande et du pays de Galles1 Toute autre est la réalité en Bretagne armoricaine. En effet, rien n'est, de prime abord plus décevant que l'examen des premières œuvres de la littérature en langue bretonne ; Quelques manuscrits, généralement très altérés par plusieurs générations de copistes maladroits et parfois assez incultes ; quatre ou cinq ouvrages imprimés aux xvie et xviie siècles, et voilà. On en a fait le tour ou presque. Beaucoup, dès lors, en restent là et ne se donnent même pas la peine de pousser la réflexion au-delà de ce constat.

  • 2 Pour avoir une idée précise et complète on lira l'excellente synthèse éditée sous la direction de (...)
  • 3 Histoire littéraire et culturelle de la Bretagne, op. cit., t. I, p. 24.
  • 4 Ch.-J. Guyonvarc'h, Le « catholicon » de Jean Lagadeuc, dictionnaire breton-latin-français du xve (...)

2Il reste que cela s'accorde mal avec deux choses. D'abord, peut-être, l'extrême vitalité créative qu'a gardée la langue bretonne jusqu'en cette fin de siècle, mais surtout la grande vogue des lais bretons du xie au xive siècle ainsi que la réputation flatteuse des jongleurs de Bretagne armoricaine et leur participation à l'élaboration de la prestigieuse Matière de Bretagne. Dès lors, plutôt que de situer le problème sur le seul terrain de la littérature, il semble plus judicieux d'appréhender l'ensemble de la tradition littéraire telle qu'elle a pu se manifester, non seulement en breton mais aussi, bien sûr, en latin et en français2. Ces trois langues sont d'ailleurs en étroit compagnonnage dès les origines de ce pays3ainsi qu'en témoigne encore le Catholicon en 14994.

  • 5 L. Fleuriot, Dictionnaire des gloses en vieux breton, Paris, Klinksieck, 1964
  • 6 M. Huglo, « Le domaine musical de la notation bretonne », Analecta Musicologica, 35, 1963, p. 54-8 (...)
  • 7 Vita Uuinuualoei, éd. De Smedt, An Bol., t. 7, 1888, p. 167-264 et La Borderie dans son édition du (...)
  • 8 R. Bromwich, Trioedd Ynys Prydein - The Welsh triads, Cardiff, 1961.
  • 9 Voir plus loin l'article de John France sur Geoffroy de Monmouth
  • 10 G. Leduc, Vie de saint Malo, évêque d'Alet - version écrite par le diacre Bili (fin du ixe siècle) (...)
  • 11 Vita Gurthierni, Cartulaire de Quimperlé, éd. Maître-de-Berthou, 2e éd., Rennes, 1904, p. 42-46.
  • 12 Les trois Vitae de ce saint ont été éditées par A. de La Borderie, Paris, 1887
  • 13 Vita Brioci, éd. Dom Plaine, An. Boll., t. 2, 1883, p. 161-190. Voir aussi l'étude faite par René (...)
  • 14 F. Kerlouegan, Les destinées de la culture latine dans la Bretagne du vie siècle. Recherches sur l (...)
  • 15 L. Fleuriot, Les origines de la Bretagne, Paris, 1980, p. 260-263
  • 16 F. Duine, Memento, p. 303-305, MSHAB, t. 46, 1918
  • 17 Memento, op. cit., p. 291 ; J. Loth, Revue celtique, t. 11, p. 145.

3C'est en marge des manuscrits latins que Léon Fleuriot a collecté les éléments de son Dictionnaire des gloses en vieux breton dont on doit rappeler qu'il met en évidence l'existence d'un vocabulaire dans des domaines intellectuels très variés (théologie, médecine, droit, mathématiques, astronomie, philosophie)5. C'est cependant l'abondance des ternies concernant le théâtre et la musique qu'il importe de souligner. Comment ne pas rapprocher cela de ces « neumes » qualifiés de bretons par le musicologue Michel Huglo et qui, nés au ixe siècle, dans les monastères de Bretagne armoricaine, se répandront par la suite, en Normandie, en Anjou, en Poitou et dans l'Italie du Nord6. On comprend mieux, dès lors, qu'à la cour d'un certain Gradlon, des musiciens jouant de la cythara, de la Iyra, de la tybia (flûte) et du tympana (tambour) chantent les combats des Bretons contre les Barbares de la Loire. L'information nous est donnée par Uurdisten dans sa vita Uuinnualoei (880), une des œuvres fondatrices de la littérature hagiographique britto-latine qui prend naissance en Bretagne continentale dès le ixe siècle7. Au hasard de toutes ces « vitae » apparaissent ça et là, comme mégarde, des personnages promis à de grands destins légendaires : Gradlon, bien sûr, mais aussi Guérec, Conomor8, le roi Marc'h, le roi Arthur9 enfin, qui, soit dit en passant, joue assez souvent des rôles peu édifiants et puis, ce prestigieux Brendan10, maître de saint Malo, comme nous le savons tous, et qui, parti à la recherche du Paradis, resta pendant sept ans en mer, et ne découvrit que l'Amérique. Par-delà les allusions à la culture indigène, la langue bretonne reste aussi curieusement présente dans ces manuscrits où elle affleure parfois sous les maladresses du latin. On a même tout lieu de croire que les « vitae » de Gurthiern11 de Tudual12, de Brieuc 13 et même, peut-être, le De Excidio Britanniae de Gildas14, ont connu des versions originales en vieux breton. La référence à la langue vemaculaire est d'ailleurs fréquente. C'est en breton que Mathieu demande aux marchands de transporter ses reliques d'Éthiopie en Bretagne15. C'est en breton que l'ange s'adresse à Tudual16, que Judoc parle aux gardiens d'une église17. Plus significatif encore est le cas de ce passage de la Vita Judicaelis dont Léon Fleuriot a démontré qu'il s'agissait de la traduction d'un poème épique en vieux breton : « Les nombreuses troupes des ennemis par lesquelles il était entouré, de ses mains agiles et robustes, il les abattait en tout lieu, cet homme puissant par ses armes, en combattant avec ardeur. Ou bien, à la façon des paysans semant dans la campagne Judicaël jetait ; partout où il voulait, là son trait descendait. »

  • 18 Le texte de la mort du roi Judicaël (vers 639) nous a été transmis par le moine Ingomar qui vivait (...)
  • 19 L. Fleuriot, Les origines de la Bretagne, op. cit., p. 50.
  • 20 D'autres exemples sont donnés par L. Fleuriot, Histoire littéraire et culturelle de la Bretagne, o (...)

4La ressemblance avec des chants gallois archaïques tels que la Gocrchan Urien Rheged ou la Gorchan Tudfwlch est frappante18. Toute cette effervescence littéraire se produit alors que Nominoe et ses successeurs s'efforcent de construire un royaume dont ils reculent les frontières vers l'est. Léon Fleuriot a souligné combien il est abusif à cette époque de distinguer le breton du gallois19. Vers la fin du ixe siècle, Guidnerth, prince breton insulaire soumis à une pénitence publique, dut venir l'accomplir sur le continent à Dol, car « lui-même et les Bretons et l'archevêque de cette terre étaient de la même langue et de la même nation, bien qu'ils fussent séparés par la distance... et il pouvait d'autant mieux proclamer son forfait et solliciter l'indulgence que son langage était connu20 ».

  • 21 F. Lot, Nennius et l'Historia Britonum, Paris, 1934 ; L. Fleuriot, Les origines de la Bretagne, op (...)

5C'est au début de ce même ixe siècle que fut rédigée cette Historia Brittonum (Histoire des Bretons) attribuée à Nennius. La version la plus ancienne est d'origine britto-ammoricaine (manuscrit de Chartres). L'ouvrage rassemble deux computations chronologiques depuis l'origine du monde, une description de l'île de Bretagne, l'arrivée de Brutus le Troyen, l'ancêtre mythique, les migrations en Armorique, une Vie de saint Patrice, une première mention d'Arthur « dux bellorum » (chef de guerre), de ses douze victoires et une brève notice évoquant les combats contre les Angles, de 547 à 549, au temps du roi Ida de Northumberland21 : « C'est alors, précise l'auteur, que Talhaeam tat aguen s'illustra par ses poèmes. À la même époque Neirin, Taliesin, Bluchbard et Cian [encore appelé Guenith Guaut, c'est-à-dire Froment de louange] s'illustrent dans la poésie bretonne. »

6Trois de ces noms sont bien attestés dans l'anthroponymie de la Bretagne armoricaine.

  • Talhaearn, qui a évolué en Talouam figure toujours en 1966 au nombre des Noms de famille de Basse-Bretagne répertoriés par Francis Gourvil 22
  • Neirin est le saint éponyme de Plounérin dans le Trégor23.
  • Quant à Taliésin, le plus célèbre et le plus prestigieux de ces poètes, son nom est encore porté par un témoin dans une charte quimpéroise du xiiie siècle24.

7D'autres œuvres britto-latines plus tardives seraient encore à mentionner. Les influences insulaires et continentales s'y entremêlent souvent très étroitement à tel point qu'il est parfois délicat d'en déterminer l'origine précise.

  • 25 L'Historia Britannorum versificata est plus connue sous le nom de Gesta Regum Britanniae ou encore (...)

8La plus célèbre de ces œuvres est bien sûr l'Historia regum Britanniae de Geoffroy de Monmouth dont notre collègue gallois nous entretient plus loin. Mais on peut, d'ores et déjà, évoquer cette Gesta regum Britanniae, long poème latin, directement inspiré de Geoffroy de Monmouth avec, toutefois, des rajouts intéressants. Cette œuvre est attribuée à un certain Guillaume de Rennes qui l'a dédiée à Cadioc, évêque de Vannes, de 1235 à 1254 environ. On y trouve, en particulier, une description détaillée de l'île d'Avalon, très différente de celle que l'on trouve dans la Vita Merlini de Geoffroy de Monmouth25.

  • 26 J.-R Piriou, Contribution à une histoire de la littérature bretonne perdue, op. cit., p. 148

9Les textes médiévaux français nous apportent aussi des informations précieuses. Sur les jongleurs bretons, par exemple. N'est-ce pas en empruntant l'apparence de l'un d'entre eux que le héros du Roman de renart26 parvient à s'introduire à la cour du Roi ?

10D'emblée, il présente son répertoire :

« - Je connais les lais de Merlin, de Noton, du Roi Artu, de Tristan, du Chèvrefoil, de Saint-Brandan.
- Et sais-tu le Lai de Dame Iset ? lui demande-t-on.
- Ia, ia, goditoet ! Répond-t-il alors dans son baragouin. »

  • 27 R. Cook, M. Tvetane, Strengleikar, Oslo, Norsk historik Kjeldeskift Institut, 1979. Le prologue de (...)

11Ces lais se chantaient se psalmodiaient ou se déclamaient accompagnés d'un ou de plusieurs instruments de musique. Nous les connaissons surtout grâce à des poèmes médiévaux en français ou en anglais. Au xiiie siècle, un roi norvégien en fait aussi traduire un certain nombre à partir de leurs versions françaises27 : « Ce livre que l'estimé roi Hakon a traduit du français en norois peut être appelé Livre des lais car, à partir des histoires que ce livre fit connaître, des poètes de cette Bretagne du sud qui est située en France, composèrent des lais. »

12L'un d'entre eux, intitulé Le lai de la grève, raconte comment, de passage en Normandie où la tempête l'empêchait de regagner l'Angleterre, Guillaume le Conquérant envoya en Bretagne des présents portés par des messagers et des harpistes. Ils étaient destinés à une certaine « dame rouge » qui connaissait à la perfection l'art des lais. Elle composa alors le Lai de La grève qu'elle apprit aux harpistes qui, de retour auprès des leurs, le firent entendre au roi Guillaume et à tous ses compagnons ravis.

  • 28 H. Braet, Deux lais féeriques bretons, Bruxelles, Aurélia, 1979
  • 29 J.-P. Piriou, Contribution à une histoire..., op. cit., p. 389-415.

13À la fin du xiie siècle, l'auteur de la Chanson d'Aspremont parle d'un jeune chevalier du nom de Graelens. Excellent jueur de vièle, il était parent de Salomon de Bretagne et disait les vers avec un talent incomparable. C'est lui qui aurait fait le premier lai breton28. Il est vrai qu'un autre poème, le Lai du Corn, du xiiie siècle celui-là, attribue cette paternité au chevalier Caraduc29.

  • 30 T. C. Rumble, The Breton Lays in Middle English, Wayne State University Press, Detroit, 1965.

14En moyen anglais, le lai de Kyng Orfew30 précise un peu les thèmes que l'on trouvait le plus souvent dans cette poésie chantée :

« Certains parlaient de détresse, certains de malheurs, d'autres de gaîté et aussi de joie ou de traîtrise et de tromperie, d'autres encore d'événements du passé. Quelques lais traitaient de ribauderie et beaucoup parlaient de fées. De toutes les aventures que les hommes entendent ou voient, la plupart parlaient d'amour... Les Bretons faisaient de cela leurs lais et parlaient aussi des rois qui vécurent avant nous. »

  • 31 Histoire littéraire et culturelle de la Bretagne, op. cit., p. 131-138.
  • 32 J. Loth, « Le lai du Lecheor », Revue celtique, t. 28, p. 334-335.

15Le lai de Nabaret31 évoque même l'existence d'écoles de lais cependant que, dans le Lecheor32, on donne à entendre que, le jour de la fête « Saint Pantelion » (dans lequel beaucoup ont reconnu Saint-Pol-de-Léon), les clercs, les gens d'autres métiers, les belles dames et les demoiselles se réunissaient au sommet d'une colline, après la messe, pour écouter les aventures que racontaient les chevaliers.

  • 33 C. Foulon, « Marie de France et la Bretagne », Annales de Bretagne, t. 60, 1952, p. 243-258 ; Ph. (...)

16Il est significatif que parmi les lais de Marie de France, au xiie siècle, onze sur douze sont en relation avec ce qu'ils appellent « Bretaigne la Menur », et plus particulièrement avec Saint-Malo, Dol et Nantes33. Et, de fait, beaucoup de ce rayonnement semble alors provenir de la capitale du Duché : « Vous auriez pu ouïr, ça et là, tant de danses et d'airs bretons

17joués sur la viole, écrit un poète occitan, que vous vous fussiez cru à Nantes où on les compose et les chante. »

18On remarque aussi quelques références à la langue bretonne. C'est le cas dans le Lai du Laüstic, cet oiseau que l'on appelle « russignol » en français et nihtegale en anglais. Il en est de même de ce loup-garou que les Normands désignent sous le nom de Garwaf et les Bretons sous celui de Bisclavret. Une version du Lai d'Eliduc va même jusqu'à donner le titre du poème dans sa langue d'origine. Il s'agit de Guildeluec ha Gualadun », de Guigemar, de « Yonec ». Ainsi surtout de Muldumarec dans lequel on a reconnu un chevalier Mildu (<* Mildumarc'hec) qui ressemble comme un frère au géant dont parle Bili dans la Vita de saint Malo.

  • 34 Vita Tuduali, La Borderie (éd.), 1887. Commentaire de J.-P. Piriou, Contribution à une histoire... (...)
  • 35 Alain Fergent, sans doute le dernier duc à avoir parlé breton, a des préoccupations culturelles. I (...)

19Le thème qui revient le plus souvent dans les lais est celui de l'amour entre un mortel et une créature de l'autre monde. Il est déjà présent dans une Vie de saint Tudual ou un jeune moine nommé Guengal, à cause de sa très grande beauté, est enlevé par une sirène et entraîné dans les profondeurs de la mer34. On en a surtout de beaux exemples dans Guigemar, Lanvale, Yonec ainsi que dans les lais anonymes de Graelent et de Tydorel. Ce dernier poème met d'ailleurs, une fois de plus, en évidence, les liens des lais bretons avec la cour ducale de Nantes et pourrait même avoir pris naissance au temps des derniers ducs de langue bretonne, Alain III (1008-1040) ou Alain Fergent (1084-1119) aux xie et xiie siècles35.

  • 36 Sur ce Caradoc de Vannes voir notre thèse Contribution à une histoire de la littérature bretonne p (...)

20Dans la Première continuation du Perceval de Chrétien de Troyes, se trouve un petit roman apparemment interpolé. Il s'agit du Livre de Caradoc écrit aux alentours de 119036. En voici un bref résumé :

« Fils adultérin d'Ysaune de Carahaïs, nièce du roi Arthur et épouse du roi de Nantes ou de Vannes, le chevalier Caradoc est tourmenté par un serpent qui s'est enroulé autour d'un de ses bras. Seule la très vertueuse Guigner parviendra à l'en délivrer. Debout, dans une cuve pleine de lait, elle présentera sa poitrine nue à l'animal qui la mordra. En voulant frapper le serpent, le frère de Guigner tranchera le bout du sein de la malheureuse. Plus tard, guérie grâce à la bosse d'or d'un bouclier, Guigner épousera Caradoc qui sera couronné roi de Nantes. Toute la vie il aura le bras déformé en mémoire de quoi on le surnommera Caradoc Briebras. »

  • 37 F. Lot, « Caradoc et saint Patern », Romania, t. 28, p. 568-578.

21Quelques remarques s'imposent. D'abord ce nom de Caradoc, bien attesté de ce côté de la Manche. Rien que pour le pays de Vannes on ne relève pas moins de trois saint Caradoc. Au xiie siècle, une Vita galloise de Saint Paterne mentionne un caradauc cognomento Brecbras (Caradauc surnommé Brecbras, c'est-à-dire « au gros bras »)37. Il étendit son royaume au-delà de la mer, jusqu'en Bretagne continentale. La littérature médiévale galloise qui le connaît également, en fait un cadfarchog, un chevalier de guerre d'Arthur, époux de Tegau-au-sein d'or.

22Quant au nom de Guigner, il se retrouve dans celui de Saint Guigner, éponyme de Pluvigner dans le pays de Vannes. C'est devenu un nom masculin mais son sens ancien de Vénus subsiste dans le mot digwener qui signifie vendredi. On relève, semble-t-il d'autres traces du culte de Vénus à la chapelle Sainte-Agathe, de Langon (Ille-et-Vilaine), à la sainte aux seins coupés que le cartulaire de Redon désigne sous le nom d'Ecclesia sancti Veneris en 838.

  • 38 F.-M. Luzel, Chants populaires de Basse-Bretagne, Rennes, 1868.

23En 1868, Francois-Marie Luzel publiera dans son premier volume des Chants populaires de Basse-Bretagne38, une gwerz dite de sainte Henori dont les liens avec l'histoire de Caradoc de Vannes et les traditions médiévales galloises sont évidents. On y retrouve le serpent autour du bras, la guérison due à une jeune vierge, le sein coupé remplacé par un sein d'or. Par contre, le roi de Nantes est devenu roi de Brest.

24À défaut de grandes œuvres prestigieuses, les textes moyen-bretons des xvie et xviie siècles contiennent pourtant un certain nombre d'informations. Constitués pour l'essentiel de poèmes, de cantiques et surtout de mystères, ces textes sont écrits dans une langue littéraire assez unifiée dont la transmission implique une tradition écrite plus ancienne. Tous ces textes suivent les règles très complexes d'une versification à rimes internes très proche de celle des poètes gallois des xiie et xiiie siècles. Il est clair que nous avons ici affaire à une littérature de lettrés dont la culture peut être vaste. Quelques éléments, de la plus authentique matière de Bretagne peuvent s'y retrouver. Ainsi des allées et venues entre les deux Bretagne des rois Keretic, Malgon, Gradlan et Arthur, du prophète Merlin. Ainsi encore de l'évocation de la Grande-Bretagne mise à feu et à sang par les envahisseurs saxons. Notons le thème de la ville submergée et aussi,ca et là, de possibles sinon probables fragments de lais bretons intégrés à ces mystères. Il peut s'agir des vers amoureux d'Ivonet Omnès et de Keretic, de la lamentation de Guen Teirbron condamnée à l'exil ou des prophéties apocalyptiques de Gwynglaff.

25En fait, c'est à partir du xixe siècle que la découverte de la très riche littérature orale de langue bretonne va donner à tout cela un début de cohérence. Par-delà les affabulations de La Villemarqué et ses pseudo-chants populaires, on est aujourd'hui en mesure de distinguer tout un corpus de poésie chantée d'origine archaïque. D'abord la Gwerz santez Henori, bien sûr, dont nous avons évoqué le cas à propos de l'histoire de Caradoc de Vannes. Donatien Laurent a, par ailleurs, fait une étude comparée des diverses versions connues de la Gwerz Skolan dont il n'est plus possible d'ignorer la parenté avec Ysgolan, poème gallois du xiiie siècle. Une troisième giwerz trouve ici tout naturellement sa place. Il s'agit de Gwerz an aotrou kont. C'est une des plus populaires et, tout comme pour Gwerz Skolan, on a recueilli des versions dans tous les dialectes du pays breton- nant. Le sujet en est la rencontre funeste d'un jeune chasseur et d'une fée. C'est là, on s'en souvient, le thème favori des lais bretons du Moyen Age. Mais, d'autre part, on le retrouve abondamment répandu dans diverses littératures populaires européennes, en particulier au Danemark, où Nicolaï Grundtvig (1783-1872) a souligné très tôt les liens avec les nombreuses versions bretonnes. Mais la curiosité de l'historien ne saurait en rester là. Depuis un demi-siècle les travaux sur ces poèmes chantés se sont multipliés, mettant en évidence leur importance pour mieux cerner certaines réalités sociales du xviie siècle et surtout du xviiie siècle. La plupart ont pour sujets des duels de gentilshommes, des infanticides et des affrontements entre nobles et roturiers aux approches de la révolution. Tout ceci se prolongera d'ailleurs par une floraison sans précèdent de chansons imprimées sur feuilles volantes au xixe siècle et même au xxe siècle où apparaît également, entre les deux guerres, une nouvelle littérature de langue bretonne du plus grand intérêt. Tout cela constitue aujourd'hui une véritable mine d'informations dont peut tirer parti l'historien assez hardi pour ne pas craindre l'obstacle de la langue.

Notes

1 Pour un aperçu de cette abondante littérature celtique insulaire on lira Jean Marx, Les littératures celtiques, Paris, 1967, coll. Que sais-je ? ; Récits et poèmes celtiques. Domaine brittonique, textes traduits et présentés par Léon Fleuriot, Jean-Claude Lozac'hmeur et Louis Prat, Paris, 1981 ; P.-Y. Lambert, Les littératures celtiques, Paris, 1981 ; H. d'Arbois de Jubainville, Cours de littérature celtique, Paris, à partir de 1890, 8 vol.

2 Pour avoir une idée précise et complète on lira l'excellente synthèse éditée sous la direction de Jean Bakou et d'Y. Le Gallo, Histoire littéraire et culturelle de la Bretagne, 3 tomes, Genève, 1987. J'ai personnellement travaillé sur la tradition littérzire bretonne en tant que témoignage de la littérature bretonne perdue, ce fut l'objet de ma thèse  : J.-P. Piriou, Contribution à une histoire de la littérature bretonne perdue, thèse d'état dactylographiée, Rennes, 1982

3 Histoire littéraire et culturelle de la Bretagne, op. cit., t. I, p. 24.

4 Ch.-J. Guyonvarc'h, Le « catholicon » de Jean Lagadeuc, dictionnaire breton-latin-français du xve siècle, 2 vol., Rennes, 1975.

5 L. Fleuriot, Dictionnaire des gloses en vieux breton, Paris, Klinksieck, 1964

6 M. Huglo, « Le domaine musical de la notation bretonne », Analecta Musicologica, 35, 1963, p. 54-84.

7 Vita Uuinuualoei, éd. De Smedt, An Bol., t. 7, 1888, p. 167-264 et La Borderie dans son édition du cartulaire de Landévennec, Rennes, 1888.

8 R. Bromwich, Trioedd Ynys Prydein - The Welsh triads, Cardiff, 1961.

9 Voir plus loin l'article de John France sur Geoffroy de Monmouth

10 G. Leduc, Vie de saint Malo, évêque d'Alet - version écrite par le diacre Bili (fin du ixe siècle), texte latin et anglo-saxon avec traduction française, Rennes, 1979.

11 Vita Gurthierni, Cartulaire de Quimperlé, éd. Maître-de-Berthou, 2e éd., Rennes, 1904, p. 42-46.

12 Les trois Vitae de ce saint ont été éditées par A. de La Borderie, Paris, 1887

13 Vita Brioci, éd. Dom Plaine, An. Boll., t. 2, 1883, p. 161-190. Voir aussi l'étude faite par René Couffon, MSHAB, t. 48, 1968.

14 F. Kerlouegan, Les destinées de la culture latine dans la Bretagne du vie siècle. Recherches sur le De Excidio, Paris.

15 L. Fleuriot, Les origines de la Bretagne, Paris, 1980, p. 260-263

16 F. Duine, Memento, p. 303-305, MSHAB, t. 46, 1918

17 Memento, op. cit., p. 291 ; J. Loth, Revue celtique, t. 11, p. 145.

18 Le texte de la mort du roi Judicaël (vers 639) nous a été transmis par le moine Ingomar qui vivait au début du xie siècle à l'abbaye de Saint-Méen. Pour l'édition complète de ce document, on lira Documents de l'histoire de la Bretagne, Toulouse, Privat, 1969, p. 156-159.

19 L. Fleuriot, Les origines de la Bretagne, op. cit., p. 50.

20 D'autres exemples sont donnés par L. Fleuriot, Histoire littéraire et culturelle de la Bretagne, op. cit., t. 1, p. 10-11.

21 F. Lot, Nennius et l'Historia Britonum, Paris, 1934 ; L. Fleuriot, Les origines de la Bretagne, op. cit., p. 247-251.

22 F. Gourvil, Noms de famille de Basse-Bretagne, Paris ; Éditions d'Artrey, 1966.

23 B. Tanguy, « Les paroisses primitives en plou- et leurs saints éponymes », BSAF, t. 109, 1981, p. 121-155.

24 Cartulaire de l'Église de Quimper, publié par le chanoine Peyron, extrait du Bulletin diocésain de Quimper et de Léon, Quimper, 1909.

25 L'Historia Britannorum versificata est plus connue sous le nom de Gesta Regum Britanniae ou encore Pseudo-Nennius. C'est un texte de 4608 vers en 10 livres dont l'auteur est pratiquement inconnu  : Histoire littéraire de la France, t. 22, 1852, p. 71-77 et aussi Histoire littéraire et culturelle de la Bretagne, op. cit., t. 1, p. 100.

26 J.-R Piriou, Contribution à une histoire de la littérature bretonne perdue, op. cit., p. 148

27 R. Cook, M. Tvetane, Strengleikar, Oslo, Norsk historik Kjeldeskift Institut, 1979. Le prologue de l'ouvrage donne une liste d'instruments de musique.

28 H. Braet, Deux lais féeriques bretons, Bruxelles, Aurélia, 1979

29 J.-P. Piriou, Contribution à une histoire..., op. cit., p. 389-415.

30 T. C. Rumble, The Breton Lays in Middle English, Wayne State University Press, Detroit, 1965.

31 Histoire littéraire et culturelle de la Bretagne, op. cit., p. 131-138.

32 J. Loth, « Le lai du Lecheor », Revue celtique, t. 28, p. 334-335.

33 C. Foulon, « Marie de France et la Bretagne », Annales de Bretagne, t. 60, 1952, p. 243-258 ; Ph. Ménard, Les lais de Marie de France, Paris, 1979.

34 Vita Tuduali, La Borderie (éd.), 1887. Commentaire de J.-P. Piriou, Contribution à une histoire..., op. cit., p. 166-167.

35 Alain Fergent, sans doute le dernier duc à avoir parlé breton, a des préoccupations culturelles. Il y a des grammatici dans son entourage. Son père Hoël fait relier des livres appartenant à la cathédrale de Quimper. Il y a des chanteurs et des citharistes à la cour ducale. Sur cette culture princière voir A. Chédeville, N.-Y. Tonnerre, La Bretagne féodale, p. 133-135.

36 Sur ce Caradoc de Vannes voir notre thèse Contribution à une histoire de la littérature bretonne perdue, op. cit., p. 389-415 ; ef. aussi R. S. Loomis, « L'étrange histoire de Caradoc de Vannes », Annales de Bretagne, t. 70, 1963, p. 165-175

37 F. Lot, « Caradoc et saint Patern », Romania, t. 28, p. 568-578.

38 F.-M. Luzel, Chants populaires de Basse-Bretagne, Rennes, 1868.

Auteur

Université de Rennes 2 Haute-Bretagne

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540