Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chroniqueurs et historiens de la Bretagne

 | 
Noël-Yves Tonnerre

Introduction. Douze siècles d'historiographie bretonne

Noël-Yves Tonnerre

Texte intégral

  • 1 Les deux premières journées d'étude ont eu lieu à Redon (La Bretagne des Origines) en 1995 et à Gu (...)
  • 2 Le récent congrès de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Bretagne à Morlaix a consacré une l (...)

1La section Histoire de l'Institut Culturel de Bretagne et la Société polymathique du Morbihan ont organisé le 27 novembre 1999 à Vannes une journée d'étude consacrée à l'historiographie. Comme pour les précédentes journées1, il s'agissait de faire un bilan de nos connaissances actuelles sur un sujet qui a connu un important renouvellement depuis une vingtaine d'années. L'intérêt suscité par les sept communications entendues au cours de cette journée nous a amenés à élargir le propos pour la publication. Ce sont donc finalement quatorze articles qui sont rassemblés ici. Le chiffre n'est pas négligeable et permet d'envisager une histoire de longue durée mais il est loin d'être suffisant Des auteurs importants n'ont pu être traités ici, certains méritaient une étude beaucoup plus longue. C'est évident en ce qui concerne Arthur de La Borderie mais le centenaire de sa mort a suscité plusieurs études et un colloque à Rennes les 12 et 13 octobre2, il n'était donc pas nécessaire de s'attarder longuement sur le grand historien breton. Plutôt que de rechercher une exhaustivité irréalisable ou de rédiger un dictionnaire, l'objectif a été de montrer ici la richesse et la diversité de la production historiographique en offrant au lecteur, par des indications bibliographiques, la possibilité d'élargir ses connaissances.

L'histoire au cœur de l'identité bretonne

  • 3 La place prise par le cartulaire de Redon dans l'historiographie bretonne reste tout à fait légiti (...)
  • 4 Les premières lignes du paragraphe consacré à Henri II est un véritable morceau d'anthologie par s (...)

2Un constat tout d'abord. L'histoire a toujours joué un rôle essentiel dans l'affirmation de l'identité de la Bretagne. Partagés sur le plan linguistique, parfois divisés, les Bretons ont toujours eu conscience d'un patrimoine historique commun. Le souvenir de l'émigration bretonne et des pérégrinations de saints ont été un point d'ancrage fort tant il est vrai que le très haut Moyen Âge présente ici par l'abondance littérature hagiographique une spécificité par rapport aux autre régions françaises, les grands chefs bretons du ixe siècle ont été également très tôt des symboles d'autant plus qu'avec les conquêtes de Nominoé et d'Erispoé la Bretagne trouve ses frontières historiques. L'existence d'un des plus riches cartulaires français du haut Moyen Âge, le cartulaire de Redon, est ici le premier grand monument de l'histoire bretonne3. Plus tard, l'élaboration de l'état breton, la rédaction de l'Ancienne coutume sont également des moments essentiels. C'est à la charnière du Moyen Âge et du xvie siècle que s'élaborent les grandes chroniques du duché. Rappelons le rôle d'Anne de Bretagne et son soutien à Pierre le Baud et à Alain Bouchart. La fin de l'indépendance ne met pas un terme à cette identité puisque la Bretagne conserve jusqu'à la fin de l'Ancien Régime ses privilèges fiscaux, son parlement et ses états. Certes, la Révolution met fin effectivement au duché mais il ne faut pas oublier au xixe siècle toute l'effervescence romantique qui a accompagné la redécouverte de la littérature celtique écrite ou orale, la mise en valeur d'un folklore régional, l'extraordinaire succès du Barzaz Breizh d'Hersart de Villemarqué. Cette affirmation d'une identité régionale n'est pas allée sans excès. Sans revenir ici aux premières publications hagiographiques d'Albert le Grand, les historiens les plus connus du xixe siècle, à commencer par la Borderie, n'ont pas hésité à interpréter librement leurs sources pour exalter certaines figures bretonnes ou pour diaboliser les interventions extérieures. On se souviendra des pages du tome III de l'Histoire de Bretagne vantant la résistance bretonne contre la « tyran nie anglaise » d'Henri II4. S'il y a eu parfois instrumentalisation de l'histoire au xixe siècle, toute généralisation serait cependant hâtive et injuste : la Bretagne de Dom Morice à Mgr Duchesne (né à Saint-Malo) en passant par l'abbé Duine a vu naître des historiens dont la critique exigeante préfigure l'érudition contemporaine.

Des Vies de saint aux premières histoires du duché

  • 5 On se référera ici à la synthèse sur l'évolution de l'historiographie écrite par Guy Bourdé et Her (...)
  • 6 Signalons ici par exemple la réédition des Grandes chroniques de Bretagne d'Alain Bouchart par Mar (...)

3Cette journée s'est donc efforcée de retracer plus d'un millénaire de littérature historique en Bretagne. Elle s'est appuyée, bien entendu, sur la grande vitalité de la recherche historiographique en France5. Depuis une trentaine d'années un travail approfondi sur l'écriture de l'histoire a complètement renouvelé nos connaissances en imposant de nouvelles méthodes d'analyse et en stimulant les éditions de sources. La Bretagne a largement participé à ce renouveau historiographique et plusieurs travaux de recherche importants ont été consacrés à ses historiens et chroniqueurs6.

  • 7 F. Lot, Mélanges d'histoire bretonne, Paris, 1907. Signalons aussi l'édition de la Vie de saint Sa (...)
  • 8 Sur l'intérêt proprement historique des Vies de saints des nuances s'imposent bien sûr. Certaines (...)
  • 9 Pour utiliser ces Vies de saints l'historien d'aujourd'hui est certainement beaucoup plus à l'aise (...)

4Cette renaissance a été particulièrement vigoureuse pour le haut Moyen Âge marqué au début du siècle par un long combat entre les disciples de La Borderie partisans de l'historicité des Vies de saints et les historiens influencés par le positivisme qui, à la suite de F. Lot, leur refusaient tout crédit7. Bernard Merdrignac, qui a longuement étudié l'historiographie des saints bretons, rend compte des nouvelles perspectives de recherches. Il faut renoncer à lire dans les Vies de saints des témoignages précis livrant une chronologie indiscutable8. Œuvres d'édification, ces Vies obéissent à des modèles idéologiques qui sont successivement proposés aux fidèles. Ce n'est donc pas tellement le temps du saint qui importe ici mais l'époque où la Vie a été écrite. Si l'étude de la société est souvent possible, ce sont surtout les mentalités, les systèmes de valeurs, les interdits, la symbolique qui nous sont surtout révélés dans cette littérature. D'où l'importance de l'étude comparative et des grilles de lecture9 En faisant appel à la linguistique, à l'anthropologie, au droit, l'hagiographie offre un champ d'investigation prometteur mais qui exige de plus en plus un travail collectif.

  • 10 Sur ce moment « exceptionnel » qu'a représenté le début du xiie siècle B. Guénée, Histoire et cult (...)
  • 11 On trouvera un tableau général de l'histoire intellectuelle des xie siècles dans J. Paul, L'Église (...)
  • 12 Guy Bourdé, Hervé Martin, Les écoles historiques, p. 19-20 et aussi Hervé Marin, Mentalités médiév (...)
  • 13 La Bretagne ne possède aucune chronique du xiie siècle. Il faut attendre Guillaume le Breton né ve (...)

5C'est incontestablement à la charnière des xie et xiie siècles, comme l'a bien montré B. Guénée, que s'opère un tournant majeur de l'historiographie médiévale10. La multiplication des chroniques souligne le développement d'une connaissance érudite de l'histoire recherchant les causes et les conséquences. Il convient désormais de trouver des explications aux faits historiques parce que dans une société où s'éveillent les villes et où les multiplient les écoles on a pris conscience que l'homme ne doit pas se résigner à subir le monde extérieur mais il qu'il est appelé aussi à agir pour le transformer11. Il n'est pas encore certain qu'une conception linéaire de l'histoire s'impose à tous les « intellectuels » de ce temps mais il est sûr, par contre que s'impose une nouvelle conception du temps. Alors qu'auparavant celui- ci était conçu essentiellement « comme temps naturel (le cycle des saisons et des mois) et comme temps liturgique », apparaît désormais une conscience de l'évolution du temps et de la chronologie de même que les préoccupations généalogiques deviennent très fortes. La perception de l'homme dans l'espace est plus lente à s'établir mais c'est au xiie siècle qu'apparaissent les premiers itinéraires de voyages comme le célèbre Guide du pèlerin à Saint-Jacques de Compostelle12. C'est en Angleterre, en France du Nord que se manifeste le mieux cette mutation historiographique. La Bretagne qui a connu au xiie siècle des transformations profondes avec le développement des échanges et la mise en place sous la direction des Plantagenêts d'une solide principauté féodale n'a pas eu de grands chroniqueurs au xiie siècle mais elle a connu une vie culturelle beaucoup plus forte qu'on ne le croit souvent13 Le choix de présenter ici Geoffroy de Monmouth peut paraître discutable : Geoffroy a servi le roi d'Angleterre Henri Ier, son histoire des rois de Bretagne est en grande partie imaginaire. Et pourtant John France, chercheur gallois qui connaît bien l'historiographie des croisades, nous offre une présentation originale de l'histoire des rois de Bretagne. Il s'efforce de montrer comment le clerc cultivé qu'est Geoffroy de Monmouth, tout en donnant libre cours à son imagination, respecte les règles nouvelles qui s'imposent aux chroniqueurs de son époque. Il écrit aussi à une période très significative où des contacts nombreux, et pas toujours faciles, s'établissent entre les deux grands espaces brittoniques que sont la Bretagne et le pays de Galles.

  • 14 Sur la naissance de l'état moderne les publications sont nombreuses. On lira en particulier : Bern (...)
  • 15 Signalons ici les actes de la journée d'étude de Guingamp : Noblesses de Bretagne du Moyen Âge à n (...)
  • 16 Sur l'histoire des deux derniers siècles du pouvoir ducal breton : J.-P Leguay, Hervé Martin, Fate (...)
  • 17 B. Guénée, Politique et histoire au Moyen Âge, Paris, 1981 ; Culture et Idéologie dans la genèse de (...)

6C'est seulement dans les deux derniers siècles du Moyen Âge que les écrits historiques connaissent un grand développement en Bretagne. Si la Guerre de Succession, le grand conflit de cet automne du Moyen Âge, n'a pas suscité d'œuvres importantes, c'est la naissance de l'état moderne qui assure le succès de l'histoire14. La rupture est évidente avec la période précédente où les structures féodales d'un côté, la puissance universelle de l'Église de l'autre, limitaient le pouvoir princier. À partir du xive siècle le roi de France ici, les princes territoriaux ailleurs, accaparent l'essentiel de la puissance régalienne. Les nobles deviennent ses sujets ce qui provoque le raidissement de la haute noblesse soucieuse de conserver ses prérogatives mais ce qui est beaucoup plus facilement accepté par l'aristocratie inférieure qui participe activement au gouvernement du prince15 S'appuyant sur un domaine réparti dans l'ensemble du duché, bénéficiant de l'expansion maritime de la Bretagne, essor en grande partie lié au conflit, les Montforts n'ont de cesse de développer leur légitimité pour asseoir leur pouvoir politique16. De même que le roi de France est soutenu par la Chronique de Saint- Denis17, de même que le duc de Bourgogne par Enguerrand de Monstrelet, Georges Chastellain, Jacques du Clercq, de même François II et surtout Anne de Bretagne favorisent l'écriture d’œuvres historiques. Jean- Christophe Cassard distingue deux générations de chroniqueurs : contemporain de la guerre de Succession, Guillaume de Saint-André reste avant tout un compilateur présentant les faits dans une perspective toujours partisane ; à la fin du xve siècle, au contraire, Pierre le Baud et Alain Bouchart sont capables de réaliser « de véritables synthèses du passé breton appréhendé comme le reflet d'une véritable communauté de destin ».

7C'est aussi l'objectif de Bertrand d'Argentré mais celui-ci occupe une place à part. Plus jeune, (il est le petit-neveu de le Baud par sa grand'mère), ayant effectué une brillante carrière dans la magistrature et ayant vécu dans une Bretagne désormais unie à la France, c'est à la fin de sa vie (entre 1580 et 1583) qu'il écrit l'histoire de sa province à la demande des États de Bretagne. Méprisant vis-à-vis des simples chroniqueurs, d'Argentré veut affirmer l'identité bretonne à travers l'histoire. C'est donc un vaste projet où la nostalgie de l'indépendance perdue est sous-jacente. La censure royale ne s'y trompe pas et condamne l'ouvrage. D'Argentré se remet alors au travail et publie en 1588 une nouvelle édition expurgée des points les plus litigieux. Les censeurs royaux autoriseront cette fois la diffusion de l'œuvre, qui va connaître un grand succès. Jean Kerhervé s'est livré ici à une minutieuse enquête pour découvrir toute l'ampleur de l'auto-censure à laquelle s'est livré l'historien breton. Si certaines corrections sont formelles, d'autres présentent une dimension éminemment politique. C'est d'autant plus évident que Jean Kerhervé a choisi d'étudier le dernier livre de l'œuvre de Bertrand d'Argentré, la période la plus sensible qui va de 1461 à 1532.

8Ce contrôle du pouvoir royal sur les productions historiques bretonnes se retrouve tout au long de l'époque moderne, même si le gouvernement royal a favorisé une conception de l'histoire plus critique, s'appuyant sur les sources. L'histoire de la Congrégation de Saint-Maur est ici exemplaire.

Des mauristes à La Borderie : les débuts de l'histoire scientifique

  • 18 Dom Mabillon (1632-1707), moine de Saint-Germain-des-Prés, publia en 1682 le De re diplomatica. À p (...)

9Au milieu du xviie siècle, les bénédictins de la Congrégation de Saint- Maur choisissent, avec les encouragements du pouvoir royal de s'investir dans le travail intellectuel et plus particulièrement dans le recensement et la critique des sources écrites. On connaît le rôle décisif de Dom Mabillon dans l'étude de la diplomatique18. Il est frappant de voir que la Bretagne va devenir très vite un des principaux chantiers de la congrégation. C'est à partir de 1689 que les matériaux sont collectés et c'est seulement en 1707 que l'ouvrage est publié. Pour expliquer la longueur du travail, Jean Quéniart met en évidence tous les écueils qu'a dû surmonter le savant bénédictin : soutien mesuré du pouvoir royal qui ne veut pas mettre en cause la centralisation monarchique, pression des grandes familles nobles soucieuses de faire remonter leur généalogie le plus loin possible, préoccupations des familles de petite noblesse soucieuse de se rattacher à un vieux lignage chevaleresque. Érudit rigoureux, Dom Lobineau se battra jusqu'à mort pour justifier les conclusions de son Histoire de Bretaigne. Son successeur, Dom Morice, se montrera plus conciliant vis-à-vis de la haute noblesse mais il publiera aussi de nombreux actes qui, sans lui, nous seraient aujourd'hui inconnus. On le voit par l'analyse des sources, les mauristes ont joué un rôle décisif dans l'historiographie bretonne par la publication de nombreux documents.

  • 19 Christophe de Robien était en fait un esprit très éclectique qui s'intéressa aussi aux vestiges d'H (...)
  • 20 On ne soulignera jamais assez l'apport qu'a constitué le travail des Sociétés savantes dans l'histo (...)

10La première moitié du xixe siècle n'a pas fait naître de grands travaux historiques. La Révolution avait entraîné la destruction de nombreuses Archives. Celles qui avaient subsisté n'étaient pas encore classées. L'École des Chartes naquit seulement en 1821 et c'est avec beaucoup de lenteur que les services départementaux d'archives se mettront en place. Par ailleurs, le clergé n'était pas en mesure de fournir l'effort intellectuel qu'il avait réalisé au siècle précédent. Il y eut cependant quelques heureuses exceptions. Le chanoine Mahé est ici une figure attachante. Formé au xviiie siècle, marqué par le jansénisme, refusant à la fois les excès royalistes et la constitution civile du clergé. Il représente une voie moyenne qui ne manque pas d'intérêt. Même si au siècle précédent le président de Robien avait rassemblé un certain nombre d'informations sur les monuments bretons19, le chanoine Mahé fut le premier à établir un répertoire systématique des monuments anciens. Son action pour la préservation du patrimoine, à une modeste place, rappelle celle d'Arcisse de Caumont. Il fut aussitôt le premier président de la Société Polymathique du Morbihan et son rôle de pionnier est là aussi essentiel. Vingt années plus tard, on verra se constituer dans chaque département une société savante dont le travail a été essentiel dans la valorisation de l'histoire de la Bretagne20.

  • 21 Les conceptions historiques de La Borderie ont été critiquées de son vivant. On trouve ainsi dans l (...)

11La seconde moitié du xixe siècle a été marquée par l'œuvre d'Arthur de la Borderie. Michel Denis souligne ici la rupture qu'a représentée la méthode de travail d'Arthur de La Borderie par rapport à ses prédécesseurs immédiats, aujourd'hui bien oubliés, et même par rapport à ses contemporains. Le portrait de Dom Plaine dressé par Philippe Guigon apporte sur ce dernier point des informations précieuses. Formé à l'École des chartes, La Borderie a fait triompher une histoire scientifique basée sur l'exploitation minutieuse des sources (les principes n'ont pas toujours été respectés). Il est par là le meilleur disciple de Dom Lobineau. En se consacrant exclusivement au cours d'une longue vie à l'histoire de la péninsule, il a inventorié tous les dépôts d'archives, établi des inventaires, il s'est consacré aussi à d'importantes publications : cartulaire de Landévennec, actes des ducs de Bretagne, Vies de saints... On est aujourd'hui encore impressionné par le nombre de ses articles qui touchent majoritairement l'histoire du Moyen Âge mais aussi l'histoire moderne, voire l'histoire contemporaine. La Borderie fut également un remarquable animateur, participant de près aux sociétés savantes, toujours autoritaire, jaloux de ses prérogatives. L'Histoire de Bretagne, qu'il a écrite à l'automne de sa vie, reste le point culminant de son œuvre, elle a aujourd'hui beaucoup vieilli. Son tableau de l'immigration bretonne et du rôle des saints est depuis longtemps dépassé, son exaltation des grands héros bretons manichéenne mais il est toujours un peu facile de rejeter un historien qui vivait dans un tout autre environnement21. La Borderie n'a pas été le Michelet breton. Sa vision de la société est restée très conservatrice, sans doute une comparaison avec Fustel de Coulanges serait-elle plus justifiée. Il reste que La Borderie reste une personnalité spécifique, fortement attachée à ses convictions religieuses, tournée vers une patrie bretonne disparue avec la Révolution française.

1880-1910, les trente années glorieuses de l'historiographie bretonne

  • 22 Cartulaire de l'abbaye de Redon, publié par Aurélien de Courson, Paris, 1863, Collection des Docume (...)

12Il ne faut pas réduire l'historiographie bretonne du xixe siècle à la Borderie. Aurélien de Courson a connu une grande notoriété avec la publication en 1863 du cartulaire de Redon22. La fin du xixe siècle et le début du xxe siècle ont été une période exceptionnelle en Bretagne puisque s'affirment à ce moment-là toute une série de personnalités de premier plan alors que la connaissance de la langue et de la littérature bretonne fait de grands progrès, avec en particulier l'œuvre de J. Loth. Je me contenterai ici de relever trois historiens dont la démarche s'est révélée très différente de celle de La Borderie : Leon Maitre, Marcel Planiol et l'abbé Duine.

  • 23 Léon Maitre est né à Troyes en 1840. Après avoir été élève au petit séminaire de Notre-Dame-des- Ch (...)

13Léon Maître fut pendant trente neuf ans l'archiviste de la Loire- Inférieure de 1872 à 1911 Originaire de la Champagne, après avoir soutenu une thèse sur les écoles épiscopales et monastiques au Moyen Âge il s'est investi totalement dans l'histoire du comté nantais23. On lui doit l'organisation des archives du département en état de désordre complet à son arrivée, archives, on le sait, très précieuses pour la Bretagne, puisqu'elles contiennent les archives du duché, en particulier de la Chambre des Comptes de Bretagne. Très actif à La Société archéologique de Nantes il multiplia les articles érudits sur de nombreuses localités du département. Il devait en sortir les deux gros volumes des Villes disparues de la cité des Namnètes et des Villes disparues des Pictons. Les publications de sources furent une de ses principales préoccupations Son principal succès fut d avoir retrouvé le cartulaire de Quimperlé et de l'avoir publié avec Paul de Berthou. Il fut certainement moins heureux dans ses investigations archéologiques, à Saint-Philbert de Grandlieu par exemple. Il n'en reste pas moins un esprit très ouvert à toutes les perspectives de la recherche.

  • 24 L'ouvrage pour lequel Planiol avait reçu le prix Odilon Barrot en 1895 devait paraître sous le tit (...)

14Marcel Planiol fut avant tout un juriste. Il était né à Nantes en 1853. Après de brillantes études littéraires, puis juridiques, il fut reçu à l'agrégation de droit civil en 1880 à 27 ans. Il passe ensuite six ans à la faculté de droit de Rennes où il enseigne le droit et l'histoire du droit. De ses cours devait sortir en 1885 une édition critique de la Très ancienne coutume de Bretagne. Six ans plus tard il se lançait à l'instigation des Sciences morales et politiques dans l'énorme entreprise d'une Histoire du droit public et privé depuis l'époque romaine jusqu'à la rédaction définitive de la Coutume au xvie siècle. Au-delà des institutions c'est toute la société bretonne qui était étudiée selon une méthode claire et rigoureuse en s'appuyant systématiquement sur les sources. L'ouvrage devait être publié bien après la mort de Marcel Planiol (1931)24.

  • 25 Esprit mordant, volontiers provocateur par sa fréquentation hétérodoxe, Francis Duine a laissé des (...)

15Ami de Mgr Duchesne, l'abbé Duine (1870-1924), après de solides études au séminaire de Saint-Méen, avait également suivi les cours de la Sorbonne et de l'École des hautes Études. Aumônier du lycée de Rennes à partir de 1906, il se lança dans une étude approfondie des sources de l'histoire bretonne. Son principal ouvrage Memento des sources hagiographiques de l'histoire de la Bretagne remet en cause le tableau établi par La Borderie provoquant un scandale qui ne lui déplaisait pas25. L'abbé Duine est un des meilleurs exemples de ces clercs érudits qui jouèrent un grand rôle dans les Sociétés savantes du début du siècle. En prenant l'exemple du comté nantais particulièrement riche en vocations sacerdotales et en établissements catholiques Marcel Launay dresse un tableau vivant de ce monde où les débats, pour être feutrés, n'en étaient pas moins vifs.

16Parmi ces historiens du début du siècle René de Kerviler, mort en 1907, occupe une position originale. Bertrand Frélaut nous retrace la destinée de ce grand ingénieur créateur du bassin de Penhoët à Saint-Nazaire qui s'était passionné pour l'histoire de la Bretagne. Si certaines de ces idées ces chronomètres préhistoriques ont été vite rejetés par la communauté scientifique, son dictionnaire de bio-biographie bretonne offre une somme d'informations exceptionnelles avec quelques excès comme cette biographie de Boulanger en 207 pages.

  • 26 De René Oheix on retiendra son Étude juridique sur les sénéchaux de Bretagne des origines au xive (...)
  • 27 B. Pocquet de Haut-Jussé, Les papes et les ducs de Bretagne, 2 vol. Paris, 1928. La thèse de B. Po (...)
  • 28 L'histoire politique domine également chez A. Rebillon : Les États de Bretagne de 1661 à 1789. Par (...)

17En contraste avec le début du siècle, la période entre les deux guerres est plus pauvre en grands chantiers historiographiques. Il faut y voir sans doute le poids de l'héritage laissé par La Borderie mais peut-être aussi les conséquences de la Grande Guerre qui priva la Bretagne de chercheurs prometteurs. On le voit très bien avec la destinée tragique de René Largillière retracée ici par son neveu Michel Debary. Disciple de Joseph Loth, René Largillière s'était engagé dans une recherche prometteuse sur l'immigration bretonne, il devait mourir prématurément tout juste après avoir soutenu sa thèse sur Les saints et l'organisation chrétienne primitive dans l'Armorique bretonne. Un autre chercheur de valeur, A. Oheix, disparu très jeune également, nous a laissé un travail sur les sénéchaux de Bretagne26. L'Entre- Deux-Guerres est cependant marquée par la thèse de B. Pocquet du Haut- Jussé sur Les papes et les ducs de Bretagne27 et par les travaux d'E. Durtelle de Saint-Sauveur qui enseigna pendant plus de vingt ans à la faculté de droit de Rennes. Nous retraçons ici rapidement la carrière de cet historien de droit qui écrivit une nouvelle Histoire de la Bretagne, un texte clair et rigoureux qui corrigeait certains points de vue de La Borderie mais qui restait fidèle à une histoire largement événementielle28.

L'élargissement du champ de l'histoire

  • 29 J. Loth, L'émigration bretonne du ve au viie siècle de notre ère, Rennes, 1883. J. Loth considérait (...)
  • 30 Sur ce faux problème de la frontière linguistique et sur les noms en -ac on lira B. Tanguy, Recherc (...)
  • 31 En s'appuyant sur la phonétologie et plus spécialement sur l'accent vannerais, le chanoine Falc'hun (...)

18Cette présentation rapide des chroniqueurs et historiens bretons ne peut être complets si l'on n'envisage pas aussi l'importance de l'apport de chercheurs venus d'autres disciplines. Grâce à eux le champ de l'histoire s'est considérablement élargi. L'histoire en Bretagne doit d'abord beaucoup aux spécialistes de la langue bretonne. Il est curieux de constater que plusieurs grands historiens bretons, à commencer par La Borderie, ne connaissaient pas le breton. Les linguistes, par contre, envisagèrent très vite les perspectives historiques contenues dans leurs propres recherches. Les deux disciplines étaient profondément liées chez Joseph Loth qui publia en 1883 sa thèse sur l'émigration bretonne du ve au viie siècle29. Joseph Loth devait ensuite se pencher sur les toponymes en -acum pour envisager la répartition des populations gallo-romaines et bretonnes, engageant un long débat sur la frontière linguistique30. J. Loth connaissait bien le gallois, ce qui permettait des ouvertures stimulantes sur tout le domaine brittonique. G. Dottin, également professeur à la faculté de Rennes, aborda aussi l'histoire dans ses cours sur la langue gauloise et les littératures celtiques. Après la Seconde guerre mondiale la linguistique allait de nouveau jouer un rôle essentiel dans l'historiographie concernant la période des migrations avec les travaux du chanoine Falc'hun et de Léon Fleuriot31. À côté de l'étude de la langue et de la toponymie, la littérature offre des horizons nouveaux sur la société, les mentalités, les figures héroïques, en clair des matériaux passionnants pour une histoire de la société médiévale. De nombreux documents sont aujourd'hui perdus. J. P. Piriou s'est efforcé d'évaluer ce patrimoine littéraire à partir de des plus anciens textes poétiques, de quelques chroniques et Vies de saints et de l'abondante littérature de Matière de Bretagne. On est loin du portrait féroce d'Abélard sur la Bretagne du début du xiie siècle.

  • 32 Louis Chaumeil, « L'origine du bocage en Bretagne », Hommage à L. Febvre, AESC, 1948, p. 163-173.
  • 33 Il est important d'évoquer ici l'importance des Annales de Bretagne qui accordèrent une place à la (...)
  • 34 P. Flatrès, Géographie rurale de quatre contrées celtiques : Irlande, Galles, Cornwall et Man, Renn (...)

19Il convient également de donner toute sa place à la géographie pour l'histoire des campagnes bretonnes. Si dès la fin du xixe siècle Henri Sée avait fait une recherche sur les classes rurales en Bretagne, si quelques fouilles furent entreprises (en grande majorité tournées vers la préhistoire), l'enseignement de l'histoire resta longtemps dominé par l'histoire politique et religieuse. Ce sont les géographes qui ouvrirent la voie des recherches sur le monde rural. Disciple de L. Febvre, Louis Chaumeil, professeur d'histoire et de géographie au lycée de Lorient entre les deux guerres, s'engagea dans une recherche sur l'étude du bocage32 Il en concluait au caractère récent de la haie en Bretagne. Le simple bornage de pierres est encore l'élément déterminant pour prouver les limites de propriétés dans l'Ancienne coutume. Cette recherche a été ensuite activement poursuivie par A. Meynier dont l'ouvrage sur les paysages agraires est un grand classique. Maître incontesté de la géographie rurale en France, A. Meynier allait multiplier les études locales33. Parmi ces disciples on notera ici P. Flatrès qui consacra sa thèse à l'étude comparée des structures rurales dans le monde celtique34. En conclusion de cet ouvrage, J.-P. Pinot apporte sa réflexion personnelle sur les relations entre l'histoire et la géographie.

20Le livre s'arrête avec les années quarante. Comme on le sait, la recherche historique a connu à partir de 1960 un très grand développement. Ce serait l'objet d'un autre livre.

Notes

1 Les deux premières journées d'étude ont eu lieu à Redon (La Bretagne des Origines) en 1995 et à Guingamp en 1997 (Noblesses de Bretagne). Elles ont donné lieu à des publications en 1997 et en 1999

2 Le récent congrès de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Bretagne à Morlaix a consacré une longue séance à Arthur de la Borderie. Le colloque organisé par la Société Archéologique d'Ille-et- Vilaine a entendu quatorze communications sur la personnalité de La Borderie et sur son œuvre.

3 La place prise par le cartulaire de Redon dans l'historiographie bretonne reste tout à fait légitime. Si les princes bretons sont présents au bas des actes et si la présence de nombreux mots et même de phrases offrent un témoignage exceptionnel sur l'ancienne langue bretonne, il faut dire que les formules diplomatiques manifestent l'influence des abbayes ligériennes et qu'on y trouve déjà des expressions romanes, ce qui montre déjà que la Bretagne n'est pas uniforme et qu'elle a été plus fortement imprégnée qu'on ne le disait autrefois par le monde carolingien.

4 Les premières lignes du paragraphe consacré à Henri II est un véritable morceau d'anthologie par son éloquence et par son hostilité à l'Angleterre (remarquons au passage qu'Henri II était d'abord angevin) : « La Bretagne resta quinze ans aux griffes de ce Henri II, terrible despote, mélange de génie et de crime, le plus puissant, le plus odieusement cruel et le plus misérable des souverains de ce temps. Pendant quinze ans (1166 à 1181), il tourna, foula, broya dans ses tenailles la nation bretonne pour la métamorphoser en province anglaise ; malgré toute sa puissance et toute sa cruauté il échoua. »

5 On se référera ici à la synthèse sur l'évolution de l'historiographie écrite par Guy Bourdé et Hervé Martin, Les écoles historiques, Paris, 1983, Seuil- Coll. Points-Histoire. On lira aussi Henri-I. Marrou, De la connaissance historique ainsi que dans la perspective de la l'École des annales les réflexions de J. Le Goff sur l'histoire : Jacques Le Goff et Roger Charrier, J Revel, La nouvelle histoire, p. 1978, p. 210-244. Sur le Moyen Âge, on lira plus particulièrement : Bernard Guénée, Histoire et culture historique dans l'Occident médiéval, Paris, 1980. Et les importantes publications de la collection Typologie des sources de l'Occident médiéval avec en particulier les volumes : J. Dubois, J.-L. Lemaitre, Sources et méthodes de l'hagiographie médiévale, Turnhout, 1993, M. Mac Cormick, Les annales, Turnhout... Le congrès des historiens médiévistes de 1975 a été consacré à l'historiographie : L'historiographie en Occident du ve au xve siècle, Actes du Congrès des historiens médiévistes, Tours, 1977, ABPO, 1980/2.

6 Signalons ici par exemple la réédition des Grandes chroniques de Bretagne d'Alain Bouchart par Marie- Louis Augé et Gustave Jeanneau, Paris, CNRS, 1986. Plusieurs thèses ont été consacrées récemment à l'historiographie bretonne.

7 F. Lot, Mélanges d'histoire bretonne, Paris, 1907. Signalons aussi l'édition de la Vie de saint Samson par R. Fawtier : Vie de saint Samson, essai de critique hagiographique, Paris, 1911 et le travail de R. Latouche sur les origines de Landévennec : R. Latouche, Mélanges d'histoire de Cornouaille, Paris, 1911.

8 Sur l'intérêt proprement historique des Vies de saints des nuances s'imposent bien sûr. Certaines Vies écrites peu de temps après la mort du saint offrent une authenticité beaucoup plus sûre, telle pourrait être le cas de la Vie de saint Samson si elle a été écrite au viie siècle comme le propose B. Merdrignac. : Recherches sur l'hagiographie armoricaine du vie au XVe siècle, 2 vol., dossiers du CERAA, 1984. Les Vies beaucoup plus tardives comme celle de saint Brieuc sont inutilisables.

9 Pour utiliser ces Vies de saints l'historien d'aujourd'hui est certainement beaucoup plus à l'aise que l'historien d'autrefois. Formés par l'école méthodique, les historiens de la fin du xixe siècle et du début du xxe accordaient une place essentielle à l'histoire événementielle, on ne s'étonne pas en conséquence que R. Fawtier se soit montré aussi sévère. L'École des Annales a ouvert une perspective beaucoup plus large en s'ouvrant à l'histoire économique et l'étude des mentalités. Un exemple parmi tant d'autres : comme l'a montré L. Génicot l'abondance des miracles concernant des aveugles traduit les carences alimentaires et plus particulièrement l'absence de nourriture carnée.

10 Sur ce moment « exceptionnel » qu'a représenté le début du xiie siècle B. Guénée, Histoire et culture historique, p. 360-361.

11 On trouvera un tableau général de l'histoire intellectuelle des xie siècles dans J. Paul, L'Église et la culture en Occident, ixe -xiie siècle, 2 vol. Paris, 1986. Sur le développement d'une pensée rationnelle on lira aussi E. Gilson, La philosophie au Moyen Age, M.-D. Chenu, La théologie au xiie siècle, Paris, 1957.

12 Guy Bourdé, Hervé Martin, Les écoles historiques, p. 19-20 et aussi Hervé Marin, Mentalités médiévales, p. 122-174, P. Gautier-Dalché, Un problème d'histoire culturelle : perception et représentation de l'espace au Moyen Âge, Médiévales, 19, 1990, 5-15. Sur l'importance des généalogies au moment où le blason va apparaître : L. Génicot, Les généalogies, Turnhout, 1975, Typologie des sources du Moyen Âge occidental, Fasc. 15

13 La Bretagne ne possède aucune chronique du xiie siècle. Il faut attendre Guillaume le Breton né vers 1160 dans le Léon pour disposer d'un récit historique établi par un breton mais ses œuvres : l'Histoire rie la Vie et des gestes de Philippe Auguste et la Philippide ont été élaborées alors que ce clerc breton était au service du roi capétien. À défaut d'œuvres bretonnes nous disposons des chroniques anglo-normandes de Robert de Torigni, abbé du Mont-Saint-Michel, de Raoul de Diceto, de Guillaume de Malmesbury, de Guillaume de Newburgh, de Bernard de Peterborough.

14 Sur la naissance de l'état moderne les publications sont nombreuses. On lira en particulier : Bernard Guénée, L'Occident au xive et xve siècles. Les États, Paris, PUF, Coll. Nouvelle Clio, 4e édition, 1991 ; Jean Kerhervé, L'état breton aux xive et xve siècles, 2 vol. Paris, 1987.

15 Signalons ici les actes de la journée d'étude de Guingamp : Noblesses de Bretagne du Moyen Âge à nos jours, Rennes, 1999 et aussi : Philippe Contamine, La noblesse au royaume de France de Philippe le Bel à Louis XII, Paris, PUF, 1997.

16 Sur l'histoire des deux derniers siècles du pouvoir ducal breton : J.-P Leguay, Hervé Martin, Fates et malheurs de la Bretagne ducale 1213-1532, Rennes, 1982 ; Henri Touchard, Le commerce maritime breton ; J.-P Leguay, Un réseau urbain au Moyen Age. Les villes du duché de Bretagne aux xive et xve siècles, Paris, 1981.

17 B. Guénée, Politique et histoire au Moyen Âge, Paris, 1981 ; Culture et Idéologie dans la genèse de l'État moderne, Rome, 1985.

18 Dom Mabillon (1632-1707), moine de Saint-Germain-des-Prés, publia en 1682 le De re diplomatica. À partir d'une collection de documents écrits du Moyen Âge il établissait une méthode d'investigation pour retrouver les actes authentiques et rejeter les actes faux. Marc Bloch dira de lui : « Cette année-là, 1681, l'année de la publication du De re diplomatica, — une grande date en vérité dans l'histoire de l'esprit humain — la critique de documents d'archives fut définitivement fondée » : G. Tessier, La diplomatique, Paris, PUF, 1966, Coll. Que sais-je ?, p. 11.

19 Christophe de Robien était en fait un esprit très éclectique qui s'intéressa aussi aux vestiges d'Herculanum, à l'art extrême oriental, à la peinture.

20 On ne soulignera jamais assez l'apport qu'a constitué le travail des Sociétés savantes dans l'historiographie bretonne. La Société Archéologique de Nantes et de Loire-Inférieure avait au début du xxe siècle plus de 500 membres. Aucune autre région française ne manifeste un tel intérêt pour le passé.

21 Les conceptions historiques de La Borderie ont été critiquées de son vivant. On trouve ainsi dans la Revue celtique de 1901 (p. 112) une critique assez vive de J. Loth sur l'identification par La Borderie des plous aux structures claniques des immigrants bretons. J. Loth, par ailleurs partageait les vues de La Borderie sur la chronologie de l'immigration bretonne.

22 Cartulaire de l'abbaye de Redon, publié par Aurélien de Courson, Paris, 1863, Collection des Documents inédits de l'Histoire de France. Bibliothécaire de la Bibliothèque impériale Aurélien de Courson dut attendre une vingtaine d'années avant de faire paraître son cartulaire.

23 Léon Maitre est né à Troyes en 1840. Après avoir été élève au petit séminaire de Notre-Dame-des- Champs à Paris, il fut admis à l'École des chartes et soutint une thèse sur les Écoles épiscopales et monastiques. Elle devait ensuite faire l'objet de plusieurs éditions. Après un court passage en Mayenne où il eut malgré tout le temps de rédiger un dictionnaire topographique il arriva à Nantes en 1870. Il devait rester dans cette ville jusqu'à sa mort en 1926. De ses nombreuses publications on retiendra : Les villes disparues des Namnètes, Nantes, 1893 ; Les villes disparues Pietons, Nantes, 1894 ; L'ancienne baronnie de La Roche-Bernard, Nantes, 1889 ; Dictionnaire des lieux habités de Loire-Inférieure, Nantes, 1909 ; Cartulaire de l'abbaye Sainte-Croix de Quimperlé, Paris-Rennes, 1896 (publié avec Paul de Berthou, également chartiste mais qui renonça à une activité professionnelle

24 L'ouvrage pour lequel Planiol avait reçu le prix Odilon Barrot en 1895 devait paraître sous le titre d'Histoire des institutions de la Bretagne une première fois en 1950 puis une seconde fois en six volumes de 1981 à 1984.

25 Esprit mordant, volontiers provocateur par sa fréquentation hétérodoxe, Francis Duine a laissé des carnets qui mériteraient d'être édités. Dans un article récent sur sa personnalité, Pierre Riché citait ce passage à propos de son Memento : « Mon travail fera pénétrer dans les milieux de l'école sentimentale et parmi les simples amateurs la méthode critique et les résultats acquis. Quelque vingt années après l'Histoire de la Bretagne je mets en pièces les tableaux créés par La Borderie et je sape les procédés de ce conservateur romantique. Ce peut livre qui a exigé tant de zèle obscur et un si parfait désintéressement causera des scandales à sa manière et m'attirera probablement des semonces vénérables. Tant mieux. Le labeur de plume et de vérité est ainsi une vertu. » P. Riché « les cahiers de l'abbé Duine », Homo religiosus, autour de Jean Delumeau, Paris, 1997, p. 243-250.

26 De René Oheix on retiendra son Étude juridique sur les sénéchaux de Bretagne des origines au xive siècle, Paris, 1913.

27 B. Pocquet de Haut-Jussé, Les papes et les ducs de Bretagne, 2 vol. Paris, 1928. La thèse de B. Pocquet de Haut-Jussé a été rééditée en en 2000. L'historien médiéviste a été le premier titulaire de la chaire d'histoire de Bretagne à l'université de Rennes. La famille Pocquet de Haut-Jussé affichait un grand intérêt pour l'histoire. Le père de B. Pocquet de Haut-Jussé (qui portait le même prénom) avait publié une étude sur le duc d'Aiguillon (Paris, 1901-1903).

28 L'histoire politique domine également chez A. Rebillon : Les États de Bretagne de 1661 à 1789. Par contre, plusieurs travaux ont porté sur le commerce nantais : H. du Halgouët, Nantes, ses relations commerciales avec les îles d'Amérique au xviiie siècle ; G. Martin, Nantes au xviiie siècle, 1ère des négriers (1715-1774).

29 J. Loth, L'émigration bretonne du ve au viie siècle de notre ère, Rennes, 1883. J. Loth considérait, comme La Borderie d'ailleurs, que le gaulois avait disparu au moment des migrations bretonnes. Les insulaires créèrent donc un nouvel espace linguistique. Contrairement à la Borderie J. Loth voyait dans la Plou une institution essentiellement religieuse.

30 Sur ce faux problème de la frontière linguistique et sur les noms en -ac on lira B. Tanguy, Recherche s autour de la limite des noms gallo-romains en -ac en Haute-Bretagne, thèse dactylographiée, Brest, 1973.

31 En s'appuyant sur la phonétologie et plus spécialement sur l'accent vannerais, le chanoine Falc'hun a remis en cause la disparition de la langue gauloise et rejoignant les hypothèses de N. Chadwick aproposé une autre chronologie des migrations bretonnes. Léon Fleuriot, agrégé d'histoire et spécialiste de la langue bretonne, a présenté dans Les origines de Bretagne, Paris, 1980, une conception renouvelée des migrations bretonnes.

32 Louis Chaumeil, « L'origine du bocage en Bretagne », Hommage à L. Febvre, AESC, 1948, p. 163-173.

33 Il est important d'évoquer ici l'importance des Annales de Bretagne qui accordèrent une place à la toponymie et à la géographie. Plus tard devait paraître Noroît.

34 P. Flatrès, Géographie rurale de quatre contrées celtiques : Irlande, Galles, Cornwall et Man, Rennes, 1957.

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540