Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pierre Abélard

 | 
Jean Jolivet
, 
Henri Habrias

Partie 3. Abélard poète

Une larme pour Abner : une lamentation de l’Ancien Testament remaniée par Pierre Abélard

Annelies Wouters

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Pour les planctus de Pierre Abélard, cf. aussi les contributions de Bell (Nicolas), Colette (Marie (...)
  • 2 Dronke (Peter), Poetic Individuality in the Middle Ages. New Departures in Poetry 1000-1150, 2e éd (...)
  • 3 Ibid., p. 119.

1La Lamentation sur Abner de Pierre Abélard nous est transmise comme le cinquième d’une série de six planctus (cf. annexe A1). La rédaction de ce recueil date sans doute de la dernière décennie de la vie d’Abélard, c’est-à-dire des années 1130. L’ensemble a toujours été interprété dans un sens nettement autobiographique, bien que chaque lamentation se base sur un passage spécifique de l’Ancien Testament (cf. annexe B). Peter Dronke met en garde contre les tentatives de voir dans les planctus des références littérales à la vie d’Abélard (ou, en l’occurrence, à son Histoire de mes malheurs). Selon lui, ces tentatives sont souvent « largement fantaisistes et parfois désopilantes », ou « mal étayées et loin cherchées2 ». En revanche, au-delà des références autobiographiques littérales, Dronke souligne « l’impulsion personnelle3 » indéniable qui sous-tend les lamentations. Cette impulsion transparaît dans les passages où les lamentations « renvoient au-delà de leurs thèmes immédiats » ou « mettent en question ou transforment les perspectives émotionnelles implicites des sources bibliques ». À cet égard, il est intéressant de constater que selon Dronke, l’impact de « l’impulsion personnelle » est assez faible dans la cinquième lamentation d’Abélard. Bien que je souhaite éviter les pièges d’une lecture trop étroitement autobiographique de ce texte, je soutiendrai pour ma part, à l’encontre des réserves de Dronke, que l’impulsion personnelle qui se cache derrière la cinquième lamentation est considérable. À mon sens, elle transforme le poème en un plaidoyer vigoureux en faveur de la cause propre d’Abélard, c’est-à-dire en une véritable apologie. Plus précisément, les pages qui suivent tentent de démontrer que la préoccupation d’Abélard dans ce planctus est sa condition de vrai homme et de vrai croyant.

2La source biblique de la cinquième lamentation d’Abélard est II Samuel 3, 1-39, qui décrit le lâche assassinat d’Abner par Joab. L’annexe C présente les idées principales de ce texte, tandis que l’annexe D cite les passages-clés de l’histoire biblique d’Abner. L’épisode se résume ainsi : Abner, qui a récemment conclu une alliance de paix avec son ancien ennemi David, est assassiné par Joab, un membre de la maison de David. Joab attaque Abner, non pas dans un combat public, mais il attire traîtreusement sa victime vers les portes de la cité, où il la frappe dans l’aine. Le mobile de cet acte est la revanche du meurtre par Abner du frère de Joab, Asaël. David et le peuple qui l’entoure condamnent Joab et son assassinat ; ils pleurent et louent le défunt Abner. L’épisode se conclut par un appel au châtiment dans la bouche de David.

3Dans son cinquième planctus, Pierre Abélard exploite habilement les ressources de ce texte biblique, qu’il remanie de façon à le faire plaider en faveur de sa propre cause. Il transforme le récit original en un éloge dithyrambique de la victime, tout en adressant un message lourd d’émotions aux puissants et en y incluant un appel vigoureux à venger le meurtre. En même temps, tout élément de II Sm 3, 1-39 favorable à l’assaillant se trouve éliminé. Par exemple, Abélard ne dit nulle part que Joab tue Abner parce que celui-ci a tué Asaël, le frère de Joab. Parallèlement, il amplifie les données qui renforcent la cause de la victime. Son insistance sur la vertu de cette dernière et sur les implications de son assassinat pour la sphère publique en sont deux exemples. En bref, le coup in inguine, dans l’aine, provoque la mort d’Abner, le personnage biblique, mais Abélard survit aux attaques « dans la haine » contre sa propre intégrité. De manière subtile, il reformule l’histoire d’Abner pour en faire un appel criant et personnel à la justice, en vue de recouvrer tout ce qui lui a été pris traîtreusement par ses ennemis de toutes sortes, ferro ignique – par le fer et par le feu.

4La plupart des modifications d’Abélard par rapport à la source biblique concernent les quatre protagonistes du texte original : le bon roi David, Abner la victime héroïque, Joab le traître et l’assassin, ainsi que le peuple compatissant. Dans le récit de l’Ancien Testament, ces figures sont traitées à la troisième personne. Sous la plume d’Abélard, le premier personnage, David, devient le chantre, c’est-à-dire la voix qui se lamente sur Abner. La victime Abner est interpellée à la deuxième personne, de même que l’assistance directe, qui n’est d’ailleurs plus une foule non spécifiée. Au vers 7a, il s’agit d’un groupe déterminé de soldats, et au vers 7b, d’un groupe déterminé de notables. Enfin, dans la version d’Abélard, l’assassin Joab n’est pas nommé, mais aux vers 6a et 6b, il est évoqué de façon anonyme, à la troisième personne.

5Dans sa lamentation, Abélard n’utilise qu’un seul des trois noms des protagonistes bibliques : celui d’Abner. David devient une voix non désignée qui se cache derrière la lamentation et l’assaillant d’Abner demeure un spectre anonyme. Abner lui-même est cité trois fois par son nom. Tout d’abord, ce nom ouvre le chant, ce qui lui confère une prééminence particulière. La deuxième occurrence se situe au vers 6a, dans l’expression « le nom d’Abner ». Cette locution attire l’attention non seulement sur le nom lui-même, mais aussi sur le phénomène de l’attribution des noms. La dernière mention du nom d’Abner conclut avec emphase le vers 6a, où elle fait écho à son utilisation au milieu du même vers. Ces données permettent de conclure que le nom d’Abner revêtait une grande importance pour Abélard. Or, il ne faut pas faire preuve de beaucoup d’imagination ni d’une profonde connaissance de la vie d’Abélard pour identifier la victime Abner avec Abélard lui-même, et l’assonance entre le début des deux noms renforce évidemment cette identification.

6Je pense qu’il y a au moins deux autres raisons pour lesquelles Abélard met en avant le nom d’Abner au détriment de ceux des deux autres personnages. La première est le poids que véhicule manifestement un nomen, un nom, aux yeux d’Abélard. La seconde raison tient à l’interprétation du nom d’Abner selon la tradition exégétique.

  • 4 Ce passage est cité dans chacune des trois contributions sur Abélard du recueil de Cohen (Jeffrey (...)

7À propos de l’importance des noms pour Abélard, rappelons son intérêt de longue date pour la question philosophique de l’attribution des noms. Abélard partageait cet intérêt avec son ancien maître Roscelin. Dans un passage fréquemment cité4, Roscelin se moque de ce qu’Abélard ait perdu sa virilité par la castration et reconnaît qu’il ne sait plus désormais par quel nom l’appeler :

  • 5 Cité d’après Wheeler (Bonnie), op. cit., p. 122.

Si igitur neque clericus neque laicus neque monachus es, quo nomine te censeam, reperire non valeo. Sed forte Petrum te appellari posse ex consuetu-dine mentieris. Certus sum autem, quod masculini generis nomen, si a suo genere deciderit, rem solitam significare recusabit. […] Solent enim nomina propria significationem amittere, cum eorum significata contigerit a sua perfectione recedere. Neque enim ablato tecto vel pariete domus, sed imperfecta domus vocabitur. Sublata igitur parte quae hominem facit non Petrus, sed imperfectus Petrus appellandus es.
« Cela étant, si tu n’es ni clerc, ni laïc, ni moine, je suis incapable de trouver le nom que je dois te donner. Peut-être mentirais-tu en disant que tu peux être appelé Pierre, comme auparavant. Je suis néanmoins certain qu’un nom du genre masculin refusera de signifier son objet habituel si ce genre manque à cet objet. […] En effet, les noms perdent normalement leur sens propre lorsque les choses qu’ils signifient perdent leur perfection. Car quand une maison perd son toit ou un mur, elle ne sera plus appelée “maison”, mais “maison imparfaite”. Dès lors, comme on a supprimé la partie qui constitue l’homme [en toi], tu devrais être appelé non plus “Pierre”, mais “Pierre l’imparfait”5 ».

8Je n’irai pas jusqu’à dire qu’il y a une relation directe entre, d’une part, la suggestion de Roscelin selon laquelle Abélard doit désormais être appelé « Pierre l’imparfait », et d’autre part, l’affirmation d’Abélard, au vers 3b de la lamentation, selon laquelle Abner est un « homme parfait ». Néanmoins, ce passage illustre l’usage d’un nomen comme arme dans le dialogue litigieux entre Abélard et son opposant, Roscelin.

  • 6 S. Hieronymi presbyteri Liber interpretationis hebraicorum nominum, éd. par Lagarde (Paul de), p. (...)

9À propos de la signification du nom d’Abner dans la tradition exégétique, l’explication des noms hébreux donnée par saint Jérôme constitue un bon point de départ. Saint Jérôme interprète Abner comme pater meus lucerna vel pater lucernae6 (mon père la lumière ou père de la lumière). Bède se fonde sur cette explication pour placer Abner sur pied d’égalité avec des « lumières » telles que Jean-Baptiste et d’autres défenseurs de l’Église, qui sont tous des hommes vertueux :

  • 7 Bedae Venerabilis In primam partem Samuhelis libri IIII, éd. par Hurst (D.), p. 125 in Bedae Vener (...)

Abner princeps militiae eius qui patris lucerna dicitur vel Iohannem Baptistam qui erat lucerna ardens et lucens vel omnes qui singulari prae ceteris ecclesiae propugnatoribus altitudine praefulgent viros virtutis insinuat7.
« Abner, le chef de son armée, qui est appelé la lumière du père, signifie soit Jean-Baptiste, qui était une lumière ardente et brillante, soit tous les hommes vertueux dont l’éclat surpasse d’une hauteur extraordinaire les autres défenseurs de l’Église ».

10Plus loin dans son commentaire, Bède écrit :

  • 8 Op. cit., p. 246.

Abner quippe qui interpretatur patris lucerna eos qui populo veritatis lucem tunc temporis ministrare debuerant ostendit8.
« Car Abner signifie la lumière du père et fait référence à ceux qui à l’époque devaient procurer la lumière de la vérité au peuple ».

  • 9 Irvine (Martin), op. cit., p. 99.
  • 10 Wheeler (Bonnie), op. cit., p. 107.

11En d’autres mots, Bède voit Abner comme un homme de vertu, vir virtutis, et comme un défenseur de la lumière de la vérité, lux veritatis. La virilité vertueuse et la condition de défenseur de la vérité représentent exactement ce que, dans l’Histoire de mes malheurs, Abélard affirme avoir perdu ferro ignique, d’une part lors de sa castration orchestrée par l’oncle d’Héloïse, Fulbert, et d’autre part au procès de Soissons, où il fut contraint de livrer aux flammes le produit de sa propre plume. Actuellement, on interprète ces événements comme deux réalisations d’un même phénomène, à savoir une émasculation, subie une première fois à Paris, au sens propre, et une seconde fois à Soissons. Le procès de Soissons ruina en effet le statut social et politique d’Abélard, ainsi que son statut de vrai croyant dans le monde ecclésiastique – un événement que je tiens à souligner ici. Martin Irvine affirme que cette double émasculation lança Abélard dans un projet de « remasculinisation », dans « une campagne de huit ans (c. 1132-1140) pour se réinventer et démontrer sa virilité intérieure9 ». Bonnie Wheeler quant à elle affirme que même châtré, Abélard demeurait « immuablement masculin10 ». En tout état de cause, pour Abélard, la virilité était une préoccupation dans les années 1130. Des chercheurs tels qu’Irvine et Wheeler ont soutenu que celle-ci est décelable dans les écrits en prose qui datent de la dernière décennie de la vie d’Abélard. J’espère que mon analyse du cinquième planctus démontre qu’on atteint des conclusions similaires à propos d’au moins une de ses œuvres poétiques.

12Dans la Lamentation sur Abner, la virilité et la condition de vrai croyant sont des concepts omniprésents. Ceux-ci sont le plus puissamment combinés au vers 5b, dans l’expression « homme de vérité » ou vir verax. Mais il existe d’autres passages dans la lamentation qui affirment l’importance des deux concepts pris isolément. Pour la virilité, il y a bien entendu le vers 3b, où l’on trouve l’expression vir perfectus mentionnée plus haut. Cette expression conclut une énumération de signes révélateurs d’un comportement viril. Dans cette liste, la composante militaire de ce qui fait un homme parfait est mise en exergue, par exemple dans les vers 1a, 4a, 6a et 7a. On pourrait voir là la marque de l’environnement social propre d’Abélard ou de son penchant bien connu pour les images guerrières. Peut-être celles-ci sont-elles elles-mêmes liées à son passé ou à un goût plus général pour ce type d’imagerie dans la littérature latine du xiie siècle en France. Le même contexte explique sans doute le remplacement, au vers 7a, de la foule biblique anonyme (désignée à la troisième personne) par des soldats ou des chevaliers contemporains d’Abélard (auxquels il est fait référence à la deuxième personne). Parallèlement, l’appel aux soldats au vers 7a renforce nettement la revendication d’Abélard : si le lâche assassinat peut faire pleurer même des soldats, c’est que la condition de la victime est effectivement catastrophique.

13Pour ce qui est de la sincérité de la victime, il est intéressant de noter qu’au vers 1a, la condition de croyant fidèle est la toute première qualification utilisée pour Abner, immédiatement après son nom. Selon la tradition exégétique, l’adjectif fidelissime est largement epexégétique par rapport au nom d’Abner, ce qui est évident dans les passages de Bède cités plus haut. Dans le cadre d’un récit de la vie et de la mort d’Abner, le mot fidelis fait en premier lieu référence au fait qu’Abner avait accordé toute sa confiance à l’alliance de paix avec David et au fait que David avait toutes les raisons de faire confiance à Abner comme partenaire dans cette alliance. Il n’est pas surprenant que la tradition exégétique ait ajouté une dimension religieuse au mot tel qu’il est appliqué à Abner. Dans le planctus d’Abélard, il est dès lors préférable de voir le mot fidelis comme un terme multidimensionnel, qui exprime à la fois le concept actif de la confiance et sa contrepartie passive de la sincérité. Ce concept revêt en outre des connotations sociales, diplomatiques, militaires et religieuses. Bien entendu, Abélard avait de bonnes raisons d’insister sur la dimension religieuse du terme dans son planctus, parce qu’il pouvait ainsi souligner qu’il ne méritait aucune des accusations d’hérésie portées à son encontre, ni, à plus forte raison, aucune des condamnations qui s’ensuivirent.

14La description exclusivement positive d’Abner en tant qu’homme vertueux et croyant sincère occulte le fait qu’il y avait un mobile acceptable pour l’acte de Joab, à savoir la vengeance du meurtre de son frère Asaël par Abner lui-même. La description antinomique du bon Abner contre le mauvais Joab ne laisse aucune place pour le thème spécifique de la vengeance. Dans la tradition exégétique, on trouve des précédents pour cette représentation particulièrement sinistre de Joab comme celle d’un homme foncièrement mauvais, d’un ennemi mortel, quasi-diabolique. Les extraits suivants de Raban Maur et d’Angelomus de Luxeuil sont représentatifs à cet égard :

  • 11 V. l. pater.
  • 12 V. l. enim iniquorum.
  • 13 Beati Rabani Mauri […] Commentaria in Libros IV Regum, col. 78C, in PL, 109.
  • 14 Angelomi Luxoviensis monachi Enarrationes in Libros Regum, col. 341C, in PL, 115.

Joab […] non alium quam hostem antiquum significat […]. Joab enim inimicus, vel idem frater11 interpretatur. Omnium inimicorum12 diabolus est caput13.
« Joab […] ne représente personne d’autre que l’ancien ennemi […]. En effet, Joab signifie “ennemi”, ou “frère”. Le chef de tous les ennemis est le diable ».
Et percussit Joab Abner in ultionem « sanguinis Asael fratris ejus », etc. Quid per Joab, qui inimicus vel frater interpretatur, nisi elatio Judaeorum, atque haeretici designantur ? Quid vero per Abner, qui in Latinum vertitur patris lucerna, nisi spiritales viri, et humiles Ecclesiae doctores exprimuntur ? Joab, Abner in porta dolo occidit ? quia et inimici fidei, hoc est Judaei et haeretici, quosdam praesules Ecclesiae ob defensionem fidei, usque ad necem mortis persecuti sunt14.
« Et Joab frappa Abner pour venger “le sang de son frère Asaël”, etc. : Que désigne Joab, qui signifie “ennemi” ou “frère”, sinon l’exaltation des juifs et les hérétiques ? Et qu’exprime Abner, mot qui en latin signifie “la lumière du père”, sinon les hommes d’esprit et les humbles docteurs de l’Église ? Et le traître assassinat d’Abner par Joab à la porte ? Le fait que les ennemis de la foi, c’est-à-dire les juifs et les hérétiques, ont persécuté certains dignitaires de l’Église en raison de leur défense de la foi, jusqu’au meurtre fatal ».

15Eu égard à la lamentation sur Abner, l’identification de Joab avec le diable et avec ceux qui n’adhèrent pas à la vraie foi est particulièrement intéressante, parce qu’elle inverse les accusations d’hérésie : ce n’est pas Abélard qui est hérétique, mais ses opposants.

16Pourtant, si le mobile de l’acte de Joab n’est pas la revanche, qu’est-ce qui lui inspira ce crime horrible ? Peu après Abélard, Pierre le Mangeur émet de sérieux doutes quant au fait que la vengeance soit la raison de l’acte cruel de Joab. Dans son Histoire scolastique, il propose une autre motivation :

  • 15 Historia scholastica […] magistri Petri Comestoris, Historia Libri II Regum, Cap. V, col. 1327B, i (...)

quasi in ultionem fratris sui. Sed verius est, quia timebat, ne fieret secun-dus a rege15 ;
« soi-disant pour venger son frère. Mais plus véridiquement, parce qu’il [Joab] craignait qu’il [Abner] occupe la deuxième place après le roi ».

17La jalousie carriériste de Joab occupe également une place proéminente dans l’exposé de Pierre le Chantre sur le vice de l’envie.

  • 16 Petri Cantoris Verbum abbreviatum, Caput XI, Contra invidiam, col. 53A, in PL, 205.

Haec [sc. Invidia], nata a superbia, mater est proditionis, homicidii et fratricidii. Hacenim exagitatusCain […]. Item :HacexagitatusJoabAmasam sica interfecit, nec non et Abner, invidens et timens (eo quod familiares essent David) quod principatus militiae ei auferretur a David, ut eorum alteruter ei succederet16.
« L’envie, née de l’orgueil, est la mère de la trahison, de l’homicide et du fratricide. Car c’est l’envie qui excita Caïn […]. De même, l’envie avait excité Joab quand il tua Amasias avec un poignard, et aussi quand il tua Abner. Comme tous deux étaient des familiers de David, Joab était envieux et craignait que David lui retire le commandement militaire suprême, afin qu’un de ces deux hommes lui succède ».

  • 17 Par exemple, Invidia Cain armavit in fratrem, Saul in David, Joab in Abner et Amasam (L’envie a ar (...)

18De façon similaire, Pierre de Blois et Hélinand de Froidmont présentent Joab comme un exemple notoire d’homme envieux17. L’Histoire de mes malheurs nous rappelle la place centrale de l’envie dans la description qu’Abélard donne de sa propre infortune.

19Pourtant, si selon Abélard, le meurtre d’Asaël par Abner ne demande aucune revanche, tel n’est certainement pas le cas pour l’assassinat d’Abner par Joab. Dans le texte biblique, David souhaite que le Seigneur châtie l’assassin d’Abner de manière proportionnée à son crime, mais cet appel au châtiment n’est guère plus qu’un post-scriptum. Le dernier verset de ce passage dit : « que le Seigneur rende au méchant selon sa méchanceté ». Dans la lamentation d’Abélard, par contre, le thème de la revanche est fortement mis en exergue. Abélard l’introduit assez tôt dans le texte, dès le vers 2a. Au contraire de David dans l’Ancien Testament, Abélard ne s’en remet pas au Seigneur pour qu’Il châtie l’assassin d’Abner. En effet, au vers 7b, il invite vivement les forces temporelles à passer à l’action dans cette affaire. Il clôt ostensiblement son texte sur cette idée. Bien qu’au vers 7b, le mot iustitie se rapporte grammaticalement à zelum, l’ordre des mots dans le texte latin suggère en filigrane le concept prégnant de principes iustitie, « chefs » de la justice elle-même. Par la vengeance, ces « chefs » rendraient non seulement son dû à la victime, mais ils purifieraient aussi le domaine public de la souillure qui lui a été infligée par le meurtre. Au vers 6b, l’affirmation selon laquelle le meurtrier a souillé les portes de la ville présente une modification significative par rapport au texte biblique, selon lequel Abner fut assassiné près des portes de la cité. Dans le livre de Samuel, les portes de la cité sont un lieu où l’assaillant peut opérer dans l’obscurité, en dehors de la sphère sociale ; à l’opposé, dans l’interprétation abélardienne des portes de la cité, le contexte du crime se déplace dans la zone sociale. L’implication est celle-ci : si l’injustice commise à l’égard d’une seule victime engendre des conséquences néfastes pour la société dans son ensemble, il importe d’autant plus d’y mettre fin.

  • 18 La version anglaise du présent article a paru sous le titre « “Abner fidelissime” :Abelard’s versi (...)

20En conclusion, les travaux de divers chercheurs sur les autres lamentations d’Abélard ont indiqué que ces poèmes s’éloignent radicalement de la tradition exégétique. J’ai quant à moi argumenté que la cinquième lamentation ne témoigne certainement pas d’une telle rupture. J’espère pourtant avoir montré qu’en remaniant l’histoire d’Abner, Abélard n’avait pas besoin de s’écarter de la tradition, parce que celle-ci servait déjà fort bien ses propres objectifs. Je suggère donc que c’est là la raison pour laquelle Abélard pouvait ajouter ses propres larmes à celles de la tradition exégétique sur la mort d’Abner18.

21Annexe A : Texte et traduction du Planctus 5

22Le texte qui suit est basé sur l’édition de Vecchi (G.) éd., Pietro Abelardo. I « Planctus ». Introduzione, testo critico, trascrizioni musicali, Modène, 1951, p. 62-64, et Blume (C.), Dreves (G. M.) éd., Analecta Hymnica Medii Aevi, 48, Hymnographi Latini, 1, Leipzig, 1905, p. 230-231. La traduction est originale ; elle ne se veut pas poétique mais recherche la fidélité au texte latin.

231a Abnerfidelissime, Abner, le plus croyant,

24Bello strenuissime, le plus vaillant à la guerre,

251b amor ac delicie amour et délices

26militaris glorie, de la gloire militaire,

272a quod vis non prevaluit, ce que la violence n'a pas pu réaliser,

28dolus in te potuit; la ruse a pu te l'infliger ;

29per quem peris proditus, tu péris, trahi par un homme :

30par sit eius exitus, que sa mort soit égale à la tienne,

31nullis dignus fletibus, ne méritant aucune des larmes,

32quos tuus dat omnibus. que ta mort suscite en tous.

332b Dolus execrabilis, Une duperie détestable,

34casus miserabilis une chute déplorable

35cogunt ad continuas forcent un flot ininterrompu

36hostem quoque lacrimas de larmes, même de la part de l'ennemi,

37dissolvitque pietas et la pitié désagrège

38mentes adamantinas. les cœurs durs comme l'acier.

393a Hostis regni Tant que tu étais

40dum fuisti un ennemi manifeste

41manifestas, du royaume,

42semper claris toujours, tu as

43es triumphis été glorifié

44sublimatus. dans d'illustres triomphes.

453b Multis damnis Tu nous as puni

46nos multasti de tant de maux

47nulla passus, sans en subir aucun toi-même,

48armis potens fort en armes,

49sensus pollens puissant par le sens,

50vir perfectus. un homme parfait.

514a Israelis Rempart solide

52murus fortis, d'Israël,

53Iude metus, crainte de Juda,

54inimicus tu fus le plus grand

55et amicus ennemi

56eras summus. et ami.

574b Tandem nostris Cédant finalement

58cedens votis à nos vœux

59inis fedus tu conclus une alliance

60et spe pacis et avec des espoirs de paix,

61arma ponis tu déposas les armes,

62male tutus. mal avisé.

635a Dum timendum tibi credidisti Tant que tu croyais devoir craindre,

64periculis cunctis providisti: tu t'es gardé de tous les dangers :

655b fide nostra fidens corruisti, tu tombas, confiant dans notre confiance,

66quam de tua vir verax pensasti. que tu payas de la tienne, homme de vérité.

676a Armati qui horruit Celui qui tremblait au nom

68nomen Abner, d'Abner alors que tu étais armé,

69inermi prevaluit il te vainquit, Abner,

70tibi Abner. quand tu fus désarmé.

716b Nec in via congredi Et comme il n'osait pas

72tecum ausus te rencontrer sur la route,

73portas urbis polluit il souilla les portes de la cité

74per hoc scelus. par ce crime.

757a Milites militie Vous, soldats,

76ducem tantum pleurez et lamentez-vous

77lacrimantes plangite sur un si grand chef militaire

78sic prostratum. terrassé de la sorte.

797b Principes iustitie Que les puissants s'enflamment

80sumant zelum de zèle pour la justice

81in tam execrabile contre un acte si détestable

82vindicandum. qui doit être vengé.

83Annexe B : Le recueil des six lamentations ( ? après 1130) de Pierre Abélard (1079-1142)

  1. Lamentation sur Dina, fille de Jacob
  2. Lamentation de Jacob sur ses fils
  3. Lamentation des filles d’Israël sur la fille de Jephté
  4. Lamentation d’Israël sur Samson
  5. Lamentation de David sur Abner, fils de Ner, assassiné par Joab
  6. Lamentation de David sur Saül et Jonathan

84Annexe C : Idées principales de II Samuel 3, 1-39

  • hostilités entre la maison de David et la maison de Saül et d’Abner (1)
  • les femmes comme bien d’échange dans les négociations entre les parties en guerre (8, 13, 14)
  • conclusion d’une alliance entre David et Abner (12, 13, 21)
  • conséquence de l’alliance : suprématie de David (21) et paix (21, 22, 23)
  • prise à part et duperie d’Abner par Joab, menant au meurtre d’Abner (27)
  • l’assassinat comme vengeance du meurtre du frère de Joab, Asaël, par Abner (27, 30)
  • l’innocence de David (28, 37)
  • la présence et la réaction du peuple (31, 32, 33, 34, 35, 36, 37, 38)
  • lamentation de David et du peuple (31, 32, 33, 34)
  • condamnation du meurtre et du meurtrier (34)
  • éloge du défunt (38)
  • appel au châtiment (39)

85Annexe D : Passages-clés dans II Samuel 3, 1-39

8627 Cumque redisset Abner in Hebron, seorsum abduxit eum Ioab ad medium portae, ut loqueretur ei in dolo, et percussit illum ibi in inguine, et mortuus est in ultionem sanguinis Asahel fratris eius.

87[…]

8831 Dixit autem David ad Ioab et ad omnem populum qui erat cum eo : « Scindite vestimenta vestra et accingimini saccis et plangite ante exequias Abner ». Porro rex David sequebatur feretrum.

8932 Cumque sepelissent Abner in Hebron, levavit rex vocem suam et flevit super tumulum Abner ; flevit autem et omnis populus.

9033 Plangensque rex Abner ait : « Nequaquam ut mori solent ignavi mortuus est Abner.

9134 Manus tuae non sunt ligatae et pedes tui non sunt conpedibus adgravati ; sed, sicut solent cadere coram filiis iniquitatis, corruisti ». Congeminansque omnis populus flevit super eum.

92[…]

9338 Dixit quoque rex ad servos suos : « Num ignoratis quoniam princeps et maximus cecidit hodie in Israhel ?

9439 Ego autem adhuc delicatus et unctus rex ; porro viri isti filii Sarviae duri mihi sunt. Retribuat Dominus facienti malum iuxta malitiam suam ».

9527 Comme Abner était revenu à Hébron, Joab l’attira à l’écart vers le milieu de la porte, afin de lui parler traîtreusement ; et là, il le frappa dans l’aine et Abner mourut, en revanche pour le sang d’Asaël, le frère de Joab.

96[…]

9731 Et David dit à Joab et à tout le peuple qui était avec lui : « Déchirez vos vêtements, ceignez-vous de sacs, et lamentez-vous avant les funérailles d’Abner ». Et le roi David suivait la civière.

9832 Et quand ils eurent enterré Abner à Hébron, le roi David éleva la voix et pleura sur la tombe d’Abner, et tout le peuple pleura également.

9933 Et le roi dit en se lamentant sur Abner : « Ce n’est pas comme les lâches ont l’habitude de mourir qu’Abner est mort.

10034 Tes mains n’étaient pas liées et tes pieds n’étaient pas chargés d’entraves ; mais comme les hommes tombent face aux fils de l’iniquité, c’est ainsi que tu es tombé ». Et tout le peuple pleura sur lui en répétant la même lamentation.

101[…]

10238 Le roi dit aussi à ses serviteurs : « Ignorez-vous qu’un prince et un très grand homme a été massacré aujourd’hui en Israël ?

10339 Mais maintenant je suis fragile, bien que j’aie reçu l’onction royale ; et ces hommes, les fils de Sarvia, sont trop durs pour moi : que le Seigneur rende au méchant selon sa méchanceté ».

Notes

1 Pour les planctus de Pierre Abélard, cf. aussi les contributions de Bell (Nicolas), Colette (Marie-Noël), Iversen (Gunilla) et Petersen (Nils Holger) dans le présent volume.

2 Dronke (Peter), Poetic Individuality in the Middle Ages. New Departures in Poetry 1000-1150, 2e éd., Londres, 1986, p. 117 note 1 et p. 119 note 1.

3 Ibid., p. 119.

4 Ce passage est cité dans chacune des trois contributions sur Abélard du recueil de Cohen (Jeffrey Jerome) et Wheeler (Bonnie) éd., Becoming Male in the Middle Ages, New York, Londres, 1997. Ces contributions sont celles de Irvine (Martin), « Abelard and (Re)Writing the Male Body : Castration, Identity, and Remasculinization », p. 87-106 ; de Wheeler (Bonnie), « Origenary Fantasies :Abelard’s Castration and Confession », p. 107-128 et de Ferroul (Yves), « Abelard’s Blissful Castration », p. 129-149.

5 Cité d’après Wheeler (Bonnie), op. cit., p. 122.

6 S. Hieronymi presbyteri Liber interpretationis hebraicorum nominum, éd. par Lagarde (Paul de), p. 102, in S. Hieronymi presbyteri opera, I, 1, (Corpus Christianorum, Series Latina, 72), Turnholti, 1959, p. 57-161.

7 Bedae Venerabilis In primam partem Samuhelis libri IIII, éd. par Hurst (D.), p. 125 in Bedae Venerabilis opera, II, 2, (Corpus Christianorum, Series Latina, 119), Turnholti, 1962.

8 Op. cit., p. 246.

9 Irvine (Martin), op. cit., p. 99.

10 Wheeler (Bonnie), op. cit., p. 107.

11 V. l. pater.

12 V. l. enim iniquorum.

13 Beati Rabani Mauri […] Commentaria in Libros IV Regum, col. 78C, in PL, 109.

14 Angelomi Luxoviensis monachi Enarrationes in Libros Regum, col. 341C, in PL, 115.

15 Historia scholastica […] magistri Petri Comestoris, Historia Libri II Regum, Cap. V, col. 1327B, in PL, 198.

16 Petri Cantoris Verbum abbreviatum, Caput XI, Contra invidiam, col. 53A, in PL, 205.

17 Par exemple, Invidia Cain armavit in fratrem, Saul in David, Joab in Abner et Amasam (L’envie a armé Caïn contre son frère, Saül contre David, Joab contre Abner et Amasias), Petri Blesensis Epistolae, Epistola LXXXVII ad Willelmum Eliensem episcopum, col. 273A/B, in PL, 207 et Quid est invidia ? Fraus illa potentissima, quae […] concussit Joab, percussit Abner (Qu’est-ce que l’envie ? Cette duperie toute-puissante, qui […] agita Joab et frappa Abner), Helinandi Frigidi Montis monachi Sermones, Sermo IX In ramis palmarum II, col. 556A/B, in PL, 212.

18 La version anglaise du présent article a paru sous le titre « “Abner fidelissime” :Abelard’s version of a biblical lament » dans Stewart (Marc), Wulstan (David) éd., The Poetic and Musical Legacy of Heloise and Abelard, Plainsong and Mediæval Music Society – The Institute of Mediaeval Music : Westhumble, Surrey, 2003, et a été présentée le 12 février 2001 à Harvard University, le 17 mars 2001 à la rencontre annuelle de la Medieval Academy of America à Phoenix, Arizona (grâce au soutien d’un Harvard University Graduate Student Council Conference Travel Grant) et le 3 octobre 2001 à la Conférence internationale Pierre Abélard à Nantes (grâce au soutien du Department of the Classics, Harvard University), sous le titre « When Abelard Laments Abner : New Whine in Old Testament Bottles ». La traduction française est due à Anne-Emmanuelle Ceulemans et a été réalisée grâce au soutien du Charles Segal Student Travel and Research Fund, Department of the Classics, Harvard University. Cette traduction a été présentée le 12 septembre 2002 au IV Congreso Internacional de Latín medieval at Santiago de Compostela, Spain. Parmi les nombreux médiévistes reconnaissante envers Marie-Noël Colette à Paris, Constant Mews, Juanita Ruys et John Ward en Australie, ainsi que Thomas Bisson, Beverly Kienzle, Richard Tarrant et Jan Ziolkowski à Harvard.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540