Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pierre Abélard

 | 
Jean Jolivet
, 
Henri Habrias

Partie 2. Soror mea Eloïssa

Abélard et Héloïse sur l’écran et la scène de 1900 à nos jours

Raffaella Asni

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Introduction

1Il y a deux ans, j’ai trouvé un site Internet complètement consacré à un musical basé sur l’histoire d’Abélard et Héloïse (Rage of the Heart de Enrico Garzilli). Je connaissais quelques pièces de théâtre créées au xixe siècle et au début du xxe mais en découvrant des musicals, des films et un nombre considérable de pièces de théâtre produits et exécutés pendant ces dix dernières années ce fut une surprise très intéressante qui m’a inspiré de continuer à rechercher et organiser les résultats de ma recherche dans une sorte de bibliographie contenant toutes les données que je pourrais obtenir de diverses sources.

2Loin d’être un travail de référence complet sur le sujet, dans mes intentions, la liste que j’ai rédigée est un travail réalisé de façon progressive pour le chercheur qui s’intéresse à l’étude d’Abélard et Héloïse par rapport au point de vue des dramaturges modernes et des compositeurs. Je n’ai pas choisi les travaux inclus dans cette liste selon une évaluation critique de leur valeur artistique et littéraire mais j’ai simplement recueilli tout le matériel que je pourrais trouver sur le sujet en recherchant dans les bibliothèques et en surfant sur Internet.

3La plupart des travaux inclus dans cette liste ont été édités et/ou exécutés pendant ces trente dernières années. D’un point de vue statistique, les résultats de ma recherche dans des catalogues de bibliothèques sont plus significatifs que ceux que j’ai obtenus en recherchant sur Internet ; quoi qu’il en soit en obser Van t le total du nombre de publications et d’exécutions dans la liste j’ai compté 26 travaux de 1986 à 2000, 12 travaux de 1964 à 1979 et 6 travaux de 1946 à 1960, 1 travail en 1923 et 1 travail en 1906.

4Il y a des travaux dans lesquels Abélard et Héloïse sont décrits comme les protagonistes d’une histoire d’amour tragique, sorte de « star – crossed lovers » dans la tradition romantique du siècle précédent (le film Stealing Heaven, les musicals Forever Héloise et Abelard et Héloise. A musical drama of love and tragedy, opéra d’Essyad Héloise et Abelard, d’Alain Combes, Héloise at Argenteuil. Libretto for short opera de Richard Bankowsky). Dans ce casci l’intrigue suit généralement le développement des faits comme ils sont racontés dans l’Historia calamitatum et dans les Lettres, l’arrière-plan historique est recréé sur la scène. D’autres travaux sont différents des travaux traditionnels dans la structure et le modèle, certains d’entre eux sont en dehors de l’évidence des conflits théologiques et psychologiques des deux héros (Abelardo ad Eloisa Eloisa ad Abelardo : favola moderna e medioevale de Maricla Boggio, Eloise e il suo maestro : fabula romanica de Mario Prosperi) et dans d’autres travaux (La storia dell’amore di Eloisa e Abelardo de M Pauselli, S. Sinigaglia, A. Scommegna, Heloise und Abelard de Ulrike Dietmann) ils sont comme des voix sans visage, ombres en dehors du temps et de l’espace pour devenir des symboles purs de l’amour immortel.

Description de quelques travaux parmi les plus récents

5Rage of the heart (Rage du cœur) « pop opéra », comédie musicale par Enrico Garzilli (musique et livret), écrit en 1979. Première représentation Providence, (Rhode Island), 1997.

6xiie siècle, Paris célèbre le jour de fête juste a Van t que le Carême ne commence. La fête a toute l’excitation du Mardi Gras et le drame de la Fête de Fous. Les gens dans la ville racontent leurs rêves pendant que les étudiants les imitent et fêtent leurs professeurs et chefs. Ils choisissent un Roi de Fous qui conduit leur célébration et les amuse avec des histoires et la chanson Celebrate (Célébrez).

7À cette célébration était présent l’un des hommes les plus célèbres du temps, Pierre Abélard était la vedette de l’époque. Partout où il allait, les jeunes le suivaient, en chantant ses chansons, s’attachant à chaque mot, le regardant comme leur modèle. Mais il avait aussi ses adversaires. Deux autres professeurs de Paris, Alberic et Lotulfe, étaient extrêmement jaloux de la popularité d’Abélard et de son esprit brillant. Héloïse était aussi présente à cette célébration. Elle voit Abélard et est immédiatement impressionnée par lui. Comme tout le monde elle veut elle aussi devenir son étudiante. En même temps, il reconnaît en elle une femme d’intelligence exceptionnelle. Ils se sentent attirés irrésistiblement l’un vers l’autre, mais leur attraction doit rester complètement platonique parce que, selon le code du temps, Abélard ne pouvait ni se marier ni tomber amoureux. Leur chanson, Song of my soul (Chanson de mon âme) exprime leurs pensées non prononcées et seulement le rêve d’un rapport impossible.

8L’essence de l’enseignement d’Abélard est exprimé dans Look to yourself (Regarde en toi-même). Lorsqu’il chante, son message est interrompu continuellement par Lotulfe et Alberic qui se plaignent l’un à l’autre et avec les puissants de ce qu’Abélard enseigne l’hérésie. Une émeute éclate lorsque les étudiants s’opposent à eux à cause de leur fidélité à Abélard. En comprenant la signification de la pensée d’Abélard, Héloïse exprime son désir d’apprendre dans Teach me to sing (Apprenez-moi à chanter).

9Dans la chanson Freedom (Liberté) Abélard ne célèbre pas l’anarchie mais la liberté intérieure nécessaire pour une poursuite impartiale de la vérité.

10Héloïse persuade finalement son oncle Fulbert de lui permettre d’étudier avec Abélard. La chanson The spring of 1117 (Le printemps de 1117) exprime la grande joie d’Héloïse. Elle est suivie par Blanche, sa camarade et la domestique de son oncle. Plus tard, ce soir-là, Blanche flirte secrètement avec Guibert qui est le domestique d’Abélard, The world’s greatest lover (Le plus grand amant du monde).

11Bien que Lotulfe et Alberic se plaignent au sujet d’Abélard à l’Évêque de Paris, l’Évêque conseille sagement la prudence. Homme d’intégrité et de justice, l’Évêque refuse de céder à la jalousie d’Alberic et de Lotulfe. Au contraire, il permet à Abélard de continuer dans la liberté (reprise de la chanson Freedom). Comme le rapport entre Abélard et Héloïse évolue, Héloïse demande conseil à Blanche dans How does a girl become a woman (Comment une fille devient une femme).

12Abélard était capable de rendre même la logique passionnante à travers la musique et la poésie. Sa chanson Fire (Feu) explique et célèbre la mission de sa vie. Bien qu’ils aient essayé de se retenir, Abélard et Héloïse tombent profondément amoureux : Did I hold you (Vous ai-je retenue). Et, bien sûr, les premiers qui le découvrent sont Blanche et Guibert qui avaient été persuadés par Lotulfe d’espionner Abélard et de lui voler son livre : A ser Van t’s duty (Le devoir d’une domestique). Lotulfe projette d’utiliser ce livre intitulé « De Trinitate » comme une preuve de l’hérésie d’Abélard et de sa philosophie nominaliste.

13Malgré les conséquences graves de leur rapport, Abélard et Héloïse chantent Don’t turn away (Ne t’en vas pas). Ils ne considèrent pas que les chuchotements et les railleries de leurs ennemis sont dans Zero bour (Heure H). Lorsque leur amour devient finalement tout à fait public, Abélard persuade Héloïse qu’ils doivent se marier. D’abord elle résiste parce qu’elle ne veut pas que le mariage compromette la place d’Abélard dans la communauté en tant que philosophe et professeur. Finalement Abélard convainc Héloïse et ils se marient secrètement avec le chanoine Fulbert pour témoin de leurs vœux : Now and always (Maintenant et toujours).

14Les adversaires d’Abélard ont leur jour au tribunal et dans un synode spécial ils accusent Abélard d’hérésie, de séduction. Abélard se défend dans Virgin of light (Vierge de lumière). Ici, il va trop loin et se montre d’une arrogance terrible et d’une rage irrespectueuse. Donc ce scénario entier blesse tellement le sens de justice de Fulbert qu’il décide de prendre la vengeance dans ses propres mains. Il décide de châtrer Abélard dans He must be stopped (Il doit être arrêté). Bien que le monde semble s’écrouler pour Abélard et Héloïse, les deux amants sont maintenant forcés d’atteindre un nouveau niveau de profondeur. Abélard écrit à Héloïse que c’est seulement à travers l’amour de Dieu que l’union de leur amour pourra s’accomplir. Séparément, ils entrent en religion, à ce moment le chœur chante Cantate. Blanche maintenant tout à fait seule chante dans un élan de foi, Here will always be love (Ici sera toujours l’amour).

15Pendant la longue période de séparation douloureuse les deux amants s’écrivent. Dans sa lettre Héloïse répète qu’elle aimera toujours Abélard. « J’ai aimé la personne, pas simplement l’homme » : Dear husband, dear wife (Cher mari, chère femme). Cependant que séparément Héloïse fait ses vœux comme religieuse et Abélard comme moine, le monastère, dans lequel Abélard s’est trouvé a été envahi par une bande particulièrement impie qui essaie de l’empoisonner : Ashes to ashes (Cendres aux cendres). Malgré les adversités et les années de séparation Abélard et Héloïse deviennent spirituellement plus proches et leur amour atteint un haut niveau spirituel. Ils ne faiblissent jamais dans leur fidélité réciproque. Elle le soutient partout dans les calamités de sa vie et dans Don’t turn away (Ne t’en vas pas [reprise]) il chante son amour fidèle. When you are gone (Lorsque tu t’en es allée) révèle leur amour éternel, un amour qui rien ni personne ne peut changer. La dernière chanson Rage of the heart (Rage du cœur) est chantée par tous quand ils célèbrent le triomphe d’Abélard et Héloïse.

16Source :http ://www.musicalheaven.com/r/rage_of_the_heart.shtml), Mai 2002.

17Héloïse Abélard ou les noces d’absence, (1985) créée par Alain Bouché en l’Abbaye du Paraclet en Juillet 1985 et mise en scène par Jean-Marie Gobry.

18Régine Pernoud, (auteur notamment de Pour en finir avec le Moyen Âge et La femme au temps des cathédrales) écrit dans sa préface à la pièce :

« Héloïse Abélard ou les noces d’absence – retrouver sous ce titre intensément poétique ces deux êtres que j’ai longtemps suivis pas à pas, ligne à ligne, les voir évoqués, réinventés et mis en lumière avec un indéniable talent, une originalité, une force d’expression que le public, je l’espère, reconnaîtra comme moi, c’est une joie ».
« Héloïse Abélard ou les noces d’absence tient autant de la symphonie que du théâtre : comme les instruments d’un orchestre, des protagonistes nombreux, souvent organisés en chœur, tissent autour des personnages principaux un hymne à plusieurs voix ; la tragédie antique n’est pas loin… Environnés de choristes anonymes (chroniqueurs, étudiants, moniales) les figures d’Héloïse et d’Abélard apparaissent magnifiées par la solitude.
Raphaëlle REROLLE, Le Monde.
…Ainsi, ce qui paraissait être, au départ, une aventure risquée devint une performance et une magnifique réussite… Il est vrai qu’elle (l’entreprise) possédait une base solide, le texte admirable d’Alain Bouché et le charisme et la compétence de Jean-Marie Gobry-Valle, le metteur en scène. Souvenir… appelé à rester vi Van t car Marcel Hanoun a réalisé en vidéo 8 un document qui est bien sûr, un témoignage – de qualité – mais aussi le regard d’une passion personnelle.
L’Est-Éclair.

19Source : http ://perso.wanadoo.fr/sdb/alain.bouche/Preshel.htm

20Stealing Heaven, (1989). Film basé sur le roman Stealing Heaven par Marion Meade.

21Certains critiques ont défini le film un « pop gothique », une histoire d’amour médiévale sirupeuse, d’autres ont donné une évaluation plus positive qui le considère comme un film dramatique et fort sur le sujet du pouvoir des idées. Les luttes d’Abélard et d’Héloïse sont suivies à beaucoup de niveaux puisqu’ils essaient de traiter avec une réalité complexe. Il y a le conflit intérieur de leurs émotions et de leurs principes philosophiques, etbien sûr il y a l’opposition aux lois de l’Église et aux coutumes. Une des scènes les plus symboliques et émou Van tes dans le film est le moment où tous les deux font l’amour dans le couvent même des moniales. Abélard incline en arrière sa tête dans le moment d’apogée et se trouve à regarder Jésus sur le crucifix ! Son expression de ravissement, transformée en angoisse, est peinte parfaitement. Il résume le conflit fondamental du film. La torture physique et politique exercée par l’Église est l’expression extérieure du conflit interne d’Abélard. Et ces conflits intérieurs sont aussi forts et dévastateurs que les conflits physiques. Malheur à ceux qui doivent faire face aux démons intérieurs de la culpabilité sexuelle et aux autres conflits qui persécutent nos esprits !

22Le spectateur apprend dès les premières scènes du film qu'Héloïse est une personne très charmante, tyrannique et en même temps qu’il est impossible de détester. Elle pose des questions qui défient le dogme de l’Église et font enrager son professeur, mais quand elle est mise à la tête de l’école, ses actions sont louées totalement. Lorsqu’elle arrive à Paris, tous les hommes, l’évêque aussi, la croient la femme la plus distinguée de la ville. Évidemment, elle fit une grande impression sur Abélard, puisqu’elle réussit à l’avoir et à mettre de côté son dévouement à la chasteté qu’il sentait comme un engagement spirituel personnel à Dieu.

23Il n’y a que quelques écarts par rapport à l’histoire dans le film. Le metteur en scène prend seulement les libertés qu’il faut pour lui donner un sens de conflit. Par exemple, le chanoine Fulbert est peint comme un être humain vil et détestable. Ce qu’il était dans la vraie vie n’est vraiment pas une question importante. Tout le but de sa présence dans le film est de servir d’une présence antagoniste. L’auteur du scénario n’a pas trop changé l’aspect historique pour rendre le film plus agréable, mais cela est bien expliqué du point de vue de l’industrie du film : si un film se base sur un incident historique, alors l’exactitude du film est presque aussi importante que de faire un film divertissant que les gens regarderont.

24Sources : Brett Hoffstadt, rationaworld.com, Mai 2002.

25Abelardo ad Eloisa, Eloisa ad Abelardo : favola moderna e medioevale (1994) par Maricla Boggio représentée pour la première fois au festival d’Anagni le 24 Juin 1994, mise en scène par Arnaldo Ninchi.

26Personnages médiévaux : Abélard, Héloïse, Fulbert, Bernard de Clairvaux, Pierre le Vénérable, Garçon-Arbre, Fille-Arbre, Étudiants ; personnages modernes : Professeurs, Étudiants.

27La partie la plus intéressante du drame est constituée par le dialogue lointain entre les deux anciens amoureux, leurs mots dépassent les siècles, pleins de sens et de sentiments pour atteindre ceux qui ont en eux la capacité d’aimer et de souffrir. Les personnages modernes, un professeur avec ses étudiants, reconstruisent sur scène l’ancienne aventure en s’identifiant à l’histoire jusqu’à la faire revivre. La présence des garçons-arbres qui chantent des vers en provençal crée un léger climat, une légère ambiance de féerie et d’enchantement.

28Le deuxième opéra de Maricla Boggio, Albelardo Eloisa Eloim, storia d’amore e teologia (1997), au théâtre antique de Taormina, mis en scène par Massimiliano Farau, présente l’histoire d’Abélard et Héloise comme l’archétype de l’amour passionné et d’une liaison inévitable dans une attente amoureuse et religieuse. Dans une scénographie neutre et fixe jouent 4 personnages. Les premières phrases sont en latin.

29La pièce dramatique anglaise d’Howard Brenton In Extremis (1997) a fait sa première au Main Théâtre de l’université de Californie, Davis. Il décrit un monde plein d’espoir d’un nouvel apprentissage et de nouvelles façons de vivre. Tramer une conspiration c’est l’existence vindicative de Bernard de Clairvaux, qui tente de détruire tout ce que représentent Abélard et Héloïse. Brenton écrit pour le théâtre, la télévision et les films en Angleterre. Pendant une interview à l’entrée d’un campus, il a dit qu’il pensait à écrire une pièce à propos d’Abélard et Héloïse lorsqu’il a regardé à la télévision un programme sur les deux figures historiques :

« J’avais quelques pensées à propos de cela, et cela a longtemps mijoté dans ma tête. C’est une histoire d’amour, avec Abélard et Héloïse enfermés dans un combat d’idées. Ensuite il y a la figure de Bernard de Clairvaux et les thèmes du libéralisme et du conventionnalisme religieux. Le travail d’Abélard est maintenant en train de commencer pour être encore refermé. Leurs idées sont très modernes ; ils sont comme nous, mais attachés au xiie siècle. C’est vraiment comme être en dehors de son temps ».

30Par conséquent la grande et historiquement précise histoire d’amour est née. La pièce est un romance in a way, mais c’est aussi une discussion tragique et philosophique et tout le développement du complot est accompagné d’ironie et d’humour et le talent et l’esprit de Breton rayonnent sur la production entière.

31Source : Andrew Nolan – Aggie Arts writer –

32« In Extremis wows crowd on opening night ».

33Le critique du New York Magazine a trouvé une définition parfaite pour Being John Malkovich (Être John Malkovich), (1999), de Spike Jonze : « un vaudeville métaphysique ». Avec une trame bizarre et surréelle, il affronte le sujet de la célébrité et de son culte. Ici Héloïse et Abélard sont des marionnettes dans les mains de Craig, un marionnettiste manqué, le vrai protagoniste de l’événement qui s’exhibe aux angles des rues de Manhattan. Et un film dans lequel les rôles se renversent dans un jeu d’absurdité savamment construit : l’acteur (John Malkovich) lui-même interprète les personnages avec une vraie puissance historique, Héloïse et Abélard sont réduits à des marionnettes, pendant que le marionnettiste Craig devient un acteur inconscient d’une situation absurde et irréelle à son tour.

34Sources : Corriere della Sera (11/12/1999), La Repubblica (3/12/1999), L’Unità (4/12/1999).

35Heloise and Abelard. The Ecstasy of Knowing, de Marck Dickenson Melbourne, La Mama Théâtre, 26 octobre-5 novembre 2000.

36La pièce commence avec la rencontre des deux amoureux, dix ans après qu’ils se soient séparés, ensuite elle comble les manques.

37Abélard et Héloïse, âgés, visitent leur passé tempétueux en compagnie d’un médiateur. Ils partagent cette étape avec les incarnations de leurs êtres jeunes en obser Van t et en commentant les événements qui les ont menés à leur déshonneur et à leur situation actuelle. Jeune et né précoce, Abélard discute avec ses aînés, tout en donnant des coups de tête sur les boîtes meublant le décor. L’amour se développant entre lui et la jeune Héloïse est présenté avec élégance dans un lent mouvement. Le mouvement dure pendant une longue partie de la pièce de théâtre – les deux Héloïses sont des danseuses virtuoses, et certains des moments les plus agréables dans The Ecstasy of Knowing sont des séquences dans lesquelles elles pratiquent leur art. Certains des moments les moins suggestifs sont le fait du texte. C’est une légèreté regrettable pour beaucoup du texte, en dépit qu’il ait eu comme source les lettres envoyées entre les amoureux. Il est difficile de croire qu’Abélard mette fin à leur relation en disant « C’est fini » à Héloïse, en répétant cela plusieurs fois. Les expressions anachroniques de Jarringly présentées ici produisent une atmosphère solennelle et accablante de la pièce. La distribution qui a été bien réalisée est souvent ruinée par un dialogue plat et nullement convaincant. Quand The Ecstasy of Knowing obtient finalement un dialogue plus riche, les résultats sont assez efficaces. Quelques belles images de certains moments restent longtemps dans la mémoire, telle que Héloïse étendue dans un rayon de lumière tandis que les pages du texte latin tourbillonnent doucement autour d’elle. Quelques choix excellents de musiques fournissent une obsédante musique de fond à l’action. Les illustrations les plus claires de l’amour entre Abélard et Héloïse ne proviennent pas des paroles de la pièce (ironie, ces mots donnés sont la cause de ce que nous connaissons aujourd’hui), mais de la description physique de cela, à travers le mouvement et le calme, et de cette talentueuse distribution.

38Source : Review by Aaron Jelbart, site web : www. stageleft.com.au/helabel.html, Mai 2002.

39Héloïse et Abélard, Opéra du Rhin, (2001). Trois actes d’Ahmed Essayad, compositeur marocain, élève de Max Deutsch et Arnold Schoenberg, livret de l’écrivain Bernard Noël.

40L’histoire d’Héloïse et Abélard n’est pas déroulée comme une intrigue passionnelle quelconque et le sujet du fameux triangle Abélard-Héloïse-Fulbert est tellement conventionnel que le librettiste ne pouvait pas l’affronter naïvement. Le poète a résolu le problème en le traitant sur deux niveaux différents et toutes les étapes de l’intrigue sont racontées comme une chronique avec une langue nette et pure.

41La séduction d’Héloïse de la part du philosophe a lieu dans une salle universitaire à travers une discussion sa Van te sur le particulier et l’universel, soulignant le fait que la passion entre les protagonistes est physique, mais qu’elle est née d’une communion intellectuelle.

42Quelques personnages secondaires s’y ajoutent : le perfide Roscelin, la confidente d’Héloïse, Roswita ; le chanoine Fulbert est interprété par un contreténor comme pour suggérer que le comportement de pouvoir n’est pas naturel et qu’il doit donc être assumé par une voix affectée.

43Le second niveau est confié au chœur, passants et chroniqueurs, ainsi qu’à la chanteuse qui commente l’action.

44Accueillie avec des avis contraires par la critique, cette œuvre laisse un signe important de toute façon de la qualité du projet artistique et le caractère professionnel des interprètes.

45Source : Gilles de Van , Passione e mistica dell’intelletto, in Drammaturgia.it, 2001.

46Abelardo ed Eloisa (2001), feuilleton de Ciro Alberico Testi, réalisé par Roberto Brivio pour le théâtre Ariberto. Deux actes plein d’événements, racontés en deux heures serrées, 20 changements de scènes, costumes, lumières, ambientazioni, et avec une récitation moderne et pleine de rythme. Le metteur en scène du spectacle a participé à la rédaction du drame pour discuter des différentes scènes, poser l’action, définir les parcours des protagonistes, en diminuer le nombre, il n’a pas oublié de souligner l’aventure avec de fines notes ironiques créant quelques caractéristiques humoristiques aux personnages secondaires et donnant aux deux protagonistes, humanité, sensualité, intelligence, charme et personnalité. Quelques séquences sont projetées sur un écran situé au fond de la scène. Cela a permis au metteur en scène d’insérer des solutions qui n’étaient pas possibles dans le spectacle scénique.

47Après le spectacle de théâtre, un film a été réalisé pour la diffusion sur Internet.

48Ainsi on a eu une œuvre qui ne s’éloigne pas de la pièce originale d’où elle est née, mais au contraire augmente le jeu émotif sur les spectateurs (à travers les premiers étages, spleetscreen, dissolvenze, superposition, un éclairage fait exprès, et autres effets spéciaux).

49Source : www.ariberto.top.it/Abelardoeloisa.htm, Mai 2002.

50Le travail le plus surprenant produit dans les dernières années est William Shakespeare’s Abelard + Eloise, (2001-2002), un film d’animation de Norman Szabo basé sur la supposée tragédie de Shakespeare, Abelard and Eloise, a Tragedy, écrite en 1606 pendant le bref séjour de Shakespeare en Espagne et laissée inachevée. On suppose que le manuscrit soit authentique même si son histoire semble plutôt étrange.

51Probablement le poète le perdit en Espagne, ou le manuscrit a été volé a Van t son retour en Angleterre. De toute manière, il revint en la possession d’un hidalgo espagnol (Jesus Cartagena de Angostura) officier de la marine espagnole. Le lieutenant Cartagena apporta le manuscrit de Shakespeare au fort de Saint Domingo, un établissement militaire espagnol à Taiwan. Le manuscrit fut laissé là, enterré dans un lieu caché et fut redécouvert en 1972. Aujourd’hui, il reste à Taiwan au soin d’une famille locale. Travaillant sur la photocopie du précieux et unique document, Norman Szabo créa un film d’animation original, et c’est la première fois qu’Abélard et Héloïse sont représentés dans un cartoon.

52Source : www.Abelard-and-heloise.com, Mai 2002.

53Abélard and Heloise, a musical drama of love and tragedy (Abélard et Héloïse, un drame musical d’amour et tragédie), (2001-2002). Compositeur Ross Fiddes, librettiste Paul Ka Van agh. Première mondiale annoncée pour octobre 2002, à Newcastle (Australie), compagnie théâtrale « Shakespeare al et al. ».

54La création Fiddes/Ka Van agh a plusieurs éléments-clefs – mots vraiment poétiques, même quand le moment est amusant ou obscène ; la musique est régulièrement mélodique et reflète les mots et l’histoire de la façon la plus puissante ; et un entraînement général d’émotion et de spectacle élèvent l’auditoire hors de l’ordinaire et le transportent dans la joie et puis dans le désespoir et la tragédie des amants. Tandis que le travail a été imaginé dans la forme d’une comédie musicale, il y a eu un usage intentionnel de beaucoup de moyens d’opéra pour atteindre ce but.

55Source : www.fiddeslaw.com, Mai 2002.

56Un amore : Abelardo & Eloisa, (2002) auteur et metteur en scène, Giancarlo Andreoli (Piacenza, Sagrestia di Santa Maria della Pace, 18 Janvier 2002), spectacle qui traite de l’Historia Calamitatum, souligne les conflits et les tensions intellectuelles dont Abélard fut le protagoniste. Il recrée le moment historique et le climat dans lequel les fondations du vieux savoir traditionnel subirent des secousses qui préparaient les bases d’une nouvelle époque. Les personnages sont évoqués par des acteurs sachant saisir les aspects humains les plus authentiques et proches de notre sensibilité moderne, selon l’écriture du texte, fidèle mais aussi ironique là où la vicissitude se teint en rouge. Créateur de la juste atmosphère sera le chant grégorien avec les voix du groupe polyphonique « J. Arcadelt » dirigé par Luigi Zanotti.

57Heloise and Abélard, (2002). Opéra par Stephen Paulus et Frank Corsaro, première mondiale, Juilliard Opéra Centre, 24, 27, 29 avril 2002.

58Dans le livret, Frank Corsaro a compté principalement sur la correspondance réelle d’Abélard et Héloïse. Corsaro remarque que son plus grand défi en tant que librettiste était de saisir l’éloquence de leurs lettres dans le contexte parlé et chanté du dialogue, et d’y introduire une séquence logique d’événements de leur correspondance. Tandis que la plus grande part de l’histoire est historiquement exacte, Corsaro dit en une entrevue qu’il a « réuni le réel et le fictif pour créer un drame irrésistible ». L’écart principal avec le fait historique a lieu vers la fin de l’acte III, dans la scène où Héloïse et Abélard entrent comme « garants » à la cérémonie de l’ordination d’Astrolabe. En outre, « puisque chaque opéra a besoin d’un bon scélérat », explique le librettiste, le caractère de Guillaume de Champeaux a été conçu comme une entité mauvaise, qui sert de catalyseur pour les actions de Fulbert.

59Stephen Paulus a en vue la structure dramatique de l’opéra quand il intensifie la complexité et le conflit à travers l’acte II, en y déplaçant dans un sens de réconciliation – bien qu’incomplète – dans l’acte III. Les relations principales qui sont résolues dans le dernier acte sont entre Héloïse et Dieu, puisque sa spiritualité devient la seule façon de maintenir un rapport avec Abélard ; entre Héloïse et Abélard et leur fils Astrolabe qu’ils rencontrent une fois qu’il est devenu adulte mais qui reste ignorant des anaissance ; et entre Héloïse et Abélard qui sont réunis physiquement seulement après la mort d’Abélard.

60Un point fort des opéras de Stephen Paulus est leur minutie et leur marche contrôlée et dramatique. En décri Van t son approche à Héloïse et Abélard, le compositeur met l’accent sur l’importance de créer une structure musicale dramatique irrésistible, atteinte dans ce cas à travers un processus de compression du texte pour faire place à la musique comme commentaire. Musicalement, la qualité passionnée, romantique de l’opéra reflète l’intensité du rapport entre Héloïse et Abélard ; en outre, les genres de musique assignés aux personnages reflètent leurs états d’esprit changeants, par exemple, les passages dissonants, agités, symbolisent les combats d’Abélard. Les allusions de Stephen Paulus à la musique médiévale à travers l’usage de parallèles quatrièmes, par exemple, évoquent la période historique dans laquelle l’histoire a lieu. Tandis que l’idiome postromantique de Héloïse et Abélard est typique de la musique de Paulus, une différence importante par rapport aux opéras antérieurs du compositeur est son usage de dialogue parlé. Stephen Paulus souligne aussi que le travail est plus thématiquement intégré que dans ses opéras antérieurs, et il emploie un orchestre légèrement plus nombreux d’approximativement 45 instruments.

61Source : Lisa Robinson and Christopher MOSSEY, « A Modern Opera Inspired by a Medieval Tale », The Juillard Journal online, April 2002, Mai 2002.

62PIÈCES THÉÂTRALES

63ALBERGHINI PO, Nedda, Eloisabella [dattiloscritto] dactylographié : donne tra mito e storia : due pieces theatrales. (1989) – 28 c. Contient : Eloisa ; Isabella Marchesana. Spectacles : Teatro Comunale G. Borgatti, Cento (FE) – 8 mars 1990, Compagnia dell’Accademia Arte drammatica Antoniano di Bologna.

64ANDRADE, Nora Elyda, Tragicomedia de Abelardo y Eloysa. 1a ed. Mérida, Editora Regional de Extremadura, 1988. Bibliothèques : LC, Bibl. de Castilla y León, Valladolid.

65ANDREOLI, Giancarlo, Un amore : Abelardo & Eloisa, [inedito]. Spectacles : Piacenza, Sacristie de Santa Maria della Pace, 18 janvier 2002. Mise en scène par Giancarlo Andreoli, avec Paolo Contini, Romano Gromi, Sandra Ramelli, Teresa Contini. Musique : chant gregorien avec les voix du Gruppo Polifonico « J. Arcadelt ».

66ARIAS, Maithe, Abelard and Heloise, par Maithe Arias et José Maria Junior. Spectacles : São Paulo (Brasil), Festival Santista de Teatro Amador, 8 Septembre 1998, Groupe Agradagregos e Troianos, Mise en scène par Giuseppe Aquino.

67BENHALLA, Zouïna, Abélard et Héloïse [enregistrement sonore]. Adaptation dramatique de Zouïna Benhalla ; avec Zouïna Benhalla, Jean Badin et Jeremy. London, Zeus Recording Co., (198 ?) [cassette audio] Collection : Lovers. Bibliothèques : Ottawa Public Lib.

68BEZACE, Didier, Héloïse et Abélard : jours tranquilles en Champagne. Paris, L’Avant-Scène, 1987. Collection : L’Avant-scène. Théâtre ; 804. Bibliothèques : Un. de Oxford Spectacles : Compagnie Théâtre de l’Aquarium, Festival d’Avignon, 1986.

69BOGGIO, Maricla Abelardo ad Eloisa Eloisa ad Abelardo : favola moderna e medioe-vale/di Maricla Boggio ; introduzione di Federico Doglio ; nota di Luigi M. Lombardi Satriani. Roma, Editori & Associati, [1994]. Bibliothèques : Biblioteca Teatrale del Burcardo, Rome Spectacles : Anagni, 24 June 1994. Mise en scène par Arnaldo Ninchi.

70BOGGIO, Maricla, Abelardo Eloisa Eloim ; preceduto da, Abelardo ad Eloisa Eloisa ad Abelardo/Maricla Boggio. Roma, Grin, c1997. (I copioni ; 33). Bibliothèques : Biblioteca Teatrale del Burcardo, Rome. Spectacles : Taormina, Teatro Antico, 5 juillet 1997 et 9 août 1997. Compagnie : The International Theatre, Mise en scène par Massimiliano Farau, avec Gabriele Parrillo, Laura Mazzi, Domenico Galasso, Luigi Saravo.

71BOUCHÉ, Alain, Héloise Abélard ou les noces d’absence. Troyes, Cahiers Bleues/Librairie Bleue, 1985. Spectacles : juillet 1985, dans le parc du Paraclet. Metteur en scène Jean-Marie Gobry.

72BRENTON, Howard, In Extremis. Spectacles : Davis CA, Main Theatre. Company of the Department of Theatre and Dance, University of California, Davis. 7-9 et 13-16 mars 1997. Mise en scène par Sarah Pia Anderson, avec Jona Newhall et Jessica King. Critique : Andrew Nolan (Aggie Arts Writer), « In Extremis wows crowd on opening night » [in Aggie Arts] 1997. Lisa Crumrine Klionsky, « England sends its first playwright to set up an experiment » in Dateline UC Davis (journal de la faculté et du personnel) 7 mars 1997.

73COLE, Willis Vernon, Abelard and Heloise. New York, Universal good publishing corporation, [c1923]. Bibliothèques : LC.

74COMBES, Alain (1947-). Héloïse et Abélard. Arthès, Éd. Blanches, 1997. Bibliothèques : BNF. Spectacles : Evenos, Le Brusc., Marseille (Parvis des Arts), 1997. Lyon, Château de Lasalle, Beausset, à Collobrières, Albi, Toulon (cathédrale Ste Cécile), 1998. Compagnie D.I.T. du Broussan. Mise en scène par Alain Combes, avec Alain Aparis et Blanche Bataille.

75DICKENSON, Mark, Heloise and Abelard. The Ecstasy of Knowing. Spectacles : Melbourne, La Mama Theatre, 26 octobre-5 novembre 2000. Mise en scène par Jen Bray, avec Joseph Sherman, Irina Kuzminsky, Michael Brennan, Darren Carmichael and Natasha Middleton. Critique : Aaron Jelbart, « Heloise and Abelard. The Ecstasy of Knowing » en Stage Left, The MelbourneOn-line Theatre Magazine, 2000.

76DIETMANN, Ulrike. Heloise und Abelard. [Monologue]. Spectacles : Berlin, Theater am Ufer, Mise en scène par Susanne Rost, with Katharina Grzymala in the role of Heloise. Critique : E. Aneke Möller, « Schuhe, die Zeichen der Liebe », Berliner Zeitung, 11 septembre 1999.

77DUNCAN, Ronald Frederick Henry, [1914-1982]. Abelard & Heloise a correspondence for the stage in two acts. London, Faber and Faber, 1961 ; Biedford, Rebel P., 1975. Notes : Based on the seven letters which form the correspondence between Heloise and Abelard. Bibliothèques : LC, BL, Bibl. Morisset (Univ. de Ottawa), Trinity College Dublin, Univ. de Oxford, Univ. De Manchester, Univ. De Nottingham. **Abelardo e Eloisa : una corrispondenza in due atti. Milano, All’insegna del pesce d’oro, 1965. [Trad. M. de Rachewiltz]. Bibliothèques : Bibliothèque National Centrale, Florence, Bibl. Nationale Braidense, Milan. **Abaelard und Heloise : e. Briefwechsel für d. Bühne in 2 Akten. Reinbek bei Hamburg, Rowohlt, circa 1965. Bibliothèques : DB. **Abelard i Heloiza : korespondencja sceniczna w dwÂoch aktach. [spolszczyø Jerzy S [tanisøaw]. Warszawa, « Czytelnik », 1980 (Krak : DNar). Bibliothèques : Bibliothèque National de Pologne. Spectacles : Istambul, International Istambul Theatre Festival, 17 may-2 june 1996. Compagnie Aksanat Production Theatre. Mise en scène par I¸sil Kasapo?glu.

78ENRIQUEZ, Franco, (1927-1980). Eloisa e Abelardo. Spectacles : Festival du Thêatre de San Miniato (Pisa), 1978, Mise en scène par Franco Enriquez, avec Giancarlo Gori.

79FERRERO, Felice Giovanni, 1878-1927. Felice Ferrero’s Abelard ; translated from the Italian original with editorial notes and essays by Frances L. Ferrero. Annapolis, Md.,
F.L. Ferrero, 1946. Bibliothèques : LC, Univ. de California L.A., Univ de Oxford.

80FORSYTH, James, Heloise ; a play in three acts. New York, Theatre Arts Books, 1958. London, Heinemann, 1958. Bibliothèques : BL, Un. de Oxford, Trinity College Dublin, Bibl. de California State Univ. L.A. **Three plays : The other heart, Heloise & Adelaise. With an introduction by Tyrone Guthrie. London, Heinemann [1956]. Bibliothèques : BL, Univ. de Sheffield, Bibliothèque Publique de Vancouver. **Héloïse. in Richard A. Cordell and Lowell Matson (eds.). The off-Broadway theatre : seven plays. New York, Random House, c1959.
Bibliothèques : Univ. de Toronto., Bibliothèque Publique de Vancouver, Univ. de Colombie Britannique. **Heloise : Schauspiel in drei Akten. Berlin, Ahn und Simrock ; Bühnen-und Musikverl., [1960]. [Aus dem Engl. von Ruth v. Marcard und Hanns A. Hammelmann]. Bibliothèques : DB. Critique : Wilbur Dwight Dunkel, « Theology In the Theater » in Theology Today, avril 1959.

81FORTUNATO, Pasqualino. Abelardo. Trapani, Celebes, 1969. Bibliothèques : LC, Univ. de California L.A., Bibliothèque National Centrale, Florence.

82GINGOLD, Hélène, Abelard and Heloise : a tragedy in five acts. London, Greening & Co., 1906. Bibliothèques : BL, Bibliothèque Publique de Toronto.

83HASKELL, Henry C, The morning star ; a play about Heloise and Abelard. Kansas City, F. Glenn Pub. Co. 1954, c1953. Bibliothèques : LC. JUNIOR, José Luis. Voir : ARIAS, Maithe.

84LABERGE, Marie, 1950. Pierre, ou Laconsolation : poème dramatique. Montréal, Boréal, 1992.
Bibliothèques : BL, Bibliothèque National de Canada, Univ. de Ottawa, Univ. de Toronto. Perfomances : Théâtre du Café de la Place, Montréal, 25 mars 1992.

85LEFEBVRE, Denys, Héloïse, la justification d’une passion by Denys Lefebvre, Diane Loiselle and François Trudelle. Représentations : Montreal, Theatre L’Espace Libre, 12 January – 6 Février 1999. Tenon Mortaise Company, avec Diane Dubeau, Denys Lefebvre, Jean Boilard, Marie-Hélène Fortin, Marie-Josée Larouche, Jacques E. Le Blanc, Nathalie. Critique : Pascale Canicchio, Club Culture.

86LEIVICK, H., 1888-1962. Abelar weHelu’iz : po’eymah deramatit beshalosh temunot. [Tel ‘Aviv], haQibus hame’uhad, 1990. [H. Leyyvyq ; tirgem mi-Yidish we-hosif ‘aharit davar K. A. Bertini]. Bibliothèques : Univ. de Cambridge.

87LITTLE, Geraldine Clinton, Heloise and Abelard : a verse play : ecstasies & adversities. Lanham, University Press of America, c1989. Bibliothèques : BL, LC, Univ. de New York Univ. de Toronto, Univ. de Colombie Britannique, Australian National University.

88LOISELLE, Diane. Voir : LEFEBVRE, Denys.

89MALTECCA, Aristide Maurizio, Abelardo e Eloisa : poemetto drammatico a monologhi contrapposti. Sesto F [iorenti] no, Tip. Alba, 1978. Bibliothèques : Bibliothèque National Centrale, Florence.

90MILLAR, Ronald, 1919. Abelard and Heloise, a play. London, New York, S. French, 1970. Bibliothèques : LC, Un. de Oxford, Un. de Glasgow, Trinity College Dublin. **Abelard and Heloise, in J.C. Trewin (ed.), Plays of the year. Vol. 39 : 1969-70. London, Elek, 1971. Bibliothèques : Un. de Nottingham. **Die Geschichte von Abaelard und Heloise : e. Bühnenstück ; nach d. Roman « Peter Abaelard »vonHelenWadell, u.d. histor. Briefenaus d. 12. Jh. von Heloise u. Abaelard.
Hamburg, Vertriebsstelle und Verl. Dt. Bühnenschriftsteller u. Bühnenkomponisten, 1970. [Dt. Bearb. : Peter Goldbaum. – Als unverkäufl. Ms. vervielfältigt.]
Bibliothèques : DB. **Abélard et Héloïse traduction par Jacques Allard, pour le Théâtre du Bois-de-Coulonge, Montréal ; il y tenait le rôle d’Abélard.
Spectacles : London, Wyndhams Theatre 19 May, 1970. Los Angeles, Ahmanson Theatre, 19 Janvier-27 Février 1971, New York, Brook Atkinson Theatre, 10 Mars-26 April 1971. Cast : Diana Rigg (Heloise), Keith Michell (Abelard).
Universidad de Antioquia, Colombia, Compagnia de teatro « El tablado », 1988. Mise en scène par Mario Yepes, avec Carlos Arturo Bolivar. Detroit, Hilberry Theater, Avril/Mai 1996. Hilberry Theater Company. Naas (Ireland), The Moat Club Theatre, 1974. Mise en scène par Dermont McNamara. All-Ireland Drama Festival 1974 winner. Dallas, TX, Teatro Dallas, 31 Mai 1997. Actors Stock Company, avec Laurel Hoitsma (Heloise), David Stroh (Abelard).
Critique : Kenneth Jones. « Hilberry’s finale is restrained ». The Detroit News, 15 avril 1996. Jimmy Fowler, « Events for the week » en Dallas Observer, 29 Mai 1997.

91MONJO, Nicolas, The edge of perfect ; the tragedy of Abelard and Heloise, a play With an introd. by Jacques Barzun. New York, Grove Press [1956]. Bibliothèques : LC, New York State Lib., Univ. de Toronto, Univ. de Calgary.

92MULLER, Jean-Pierre, La coupe d’amour d’Heloïse et Abélard. Spectacles : Colombes, Compagnie Théatre du peuplier noire, 1999. Écriture, mise en scène par et interprétation Jean-Pierre Muller avec Anne-Frédérique Muller sous le regard attentif de Nicole Muller Scénographie Jean Aimé. Costumes Jeanne Duprat.

93PAUSELLI, Margherita, La storia dell’amore di Eloisa e Abelardo/M. Pauselli, S. Sinigaglia A. Scommegna. Spectacles : Asti, (1996), ATIR, Associazione Teatrale Indipendente per la Ricerca. Mise en scène par Serena Sinigaglia, avec Arianna Scommegna, Anna Coppola.

94PONTI, Carla, Eloisa lettera d’amore. Spectacles : Teatro San Carlo, Foligno PG, 15-16 July 2000/13-14 October 2000, Compagnia L’Anello di Mobius.

95PROSPERI, Mario, Eloisa e il suo maestro : fabula romanica, Palermo, Sellerio, 1997. Bibliothèques : Bibliothèque National Centrale, Florence, Bibl. Comunale Milano, Bibl. centrale della Regione siciliana Palermo, Bibl. Querini Stampalia Venezia.

96PROVASI, Fulvio, L’amore di Abelardo ed Eloisa : azione tragica in un prologo, tre atti, ed un epilogo, Milano, Convivio letterario, 1964. Bibliothèques : Bibliothèque Nationale Centrale, Florence

97ROBILLARD, Edmond, L’unicorne : tragédie en cinq actes, [Montréal], Cercle du Livre du France, c 1967. Bibliothèques : BL, LC, BNF, Toronto Public Lib.

98ROGERS, Catherine, (1951), Historia Calamitatum : the Story of His Misfortunes, a barestage 25-minute comedy in English, twelfth century and 1994. Script/rights available from agent, Helen Merril Ltd., 435 West Twenty-Third Street Suite 1A, New York City, New York 10011 USA fax 212-727-0545.

99SCOMMEGNA, Arianna and SINIGAGLIA, Serena. Voir : PAUSELLI, Margherita.

100SCHÜTZ, Stefan, Heloisa und Abaelard, Berlin, Henschelverlag Kunst u. Gesellschaft, 1976. Als unverkäufl. Ms. vervielfältigt. (Henschel-Schauspiel). Bibliothèques : DB. **Heloisa und Abaelard, Berlin, Rotbuch-Verlag, 1979. (Rotbuch ; 216). Notes : Enth. : Antiope und Theseus. – Odysseus’Heimkehr. – Heloisa und Abaelard.
Bibliothèques : DB, Un. de Oxford, Un. de Cambridge, Un. de California L.A.

101SIMONIS, Lukas, Abelard en Heloise. Spectacles : Theater Lantaren/Venster, Rotterdam avril 1998. Lukas Simonis, (Gislebertus – text – regie – musique), avec Han Buhrs (Abelard – musique), Mia Winther (Heloise – costumes), Erik-Ward Geerlings (Bernard de Clairveaux).

102TESTI, Ciro Alberico, Abelardo ed Eloisa, [inedito]. Spectacles : Milan, Teatro Ariberto, 6-20 octobre 2001. Mise en scène par Roberto Brivio, assistente alla regia : Grazia Maria Raimondi, realizzazione scenica Italo Corrado, avec Riccardo Mazzarella (Abélard), Federika Brivio (Heloise), Danilo Ghezzi (Fulbert). Costumi : Luisella Basilico, Alessandra Robbiati, Luci : Michael Obolensky, Colonna sonora Matteo Brivio, Scene : Michele Chiapperino. Per le riprese : Matteo Modena.

103TRUDELLE, François. Voir : LEFEBVRE, Denys.

104VAILLAND, Roger, 1907-1965. Héloïse et Abélard : piece en 3 actes. Paris, Correa, 1947
Bibliothèques : LC, Un. Oxford, Un. Warwick, Un. Calgary., Un. Montréal.

105OPÉRAS

106BANKOWSKY, Richard, Heloise at Argenteuil. Libretto for short opera. California State University, Sacramento.

107BENSON, Eugene, (1928), Héloise & Abélard : an opera in three acts. Music by CharlesWilson, Libretto by Eugene Benson. [s.l., s.n.], 1973. ([s.l.], Weber Reproductions) Canadian Opera Guild, 129 Adelaide St. West, Toronto, Ont. M5H 1R6. Notes : Commissioned by the Canadian Opera Company through a grant fromThe Canada Council. Bibliothèques : National Lib. of Canada, Univ. de Calgary, Canadian Music Centre Spectacles : Toronto, Canadian Opera Company, 1973.

108CORSARO, Frank. Voir : PAULUS, Stephen.

109ESSYAD, Ahmed, Héloïse et Abélard. Music Ahmed Essyad, Libretto Bernard Noël. Spectacles : Mulhouse, La Filature, 6 octobre 2000. Paris, Théâtre du Châtelet, 22 May 2001. Company : Opéra National du Rhin. Music director P. Rophé, stage director S. Nordey, with Lin Zhang (Héloïse), P. Savidge (Abélard), A. Burford (Roswita), R. Schirrer (Garlande), J. Maldonado (Fulbert), C. Baumgärtel (Roscelin), M. Pavlovska (cantante). Critique : Gérard Condé, « L’Opéra du Rhin monte Héloïse et Abélard d’AhmedEssyad » in Le Monde, mardi 10 octobre 2000. Gilles de Van, « Passione e mistica dell’intelletto » in Il giornale di Drammaturgia. it, 2001. Henning Høholdt, Héloïse et Abélard i Paris, KulturSpeilet, juin 2001. Table Ronde animée par Christian Rosset : Ahmed Essayad, compositeur et Bernard Noël, écrivain : à propos d’ » Heloise et Abelard ». 2e rencontre artistique sur la correspondance des atrs : Poésie, Peinture, Musique, Le meme et l’autre, Angoulême, 26-27-28 octobre 2001.

110HARTMAN, Jan. Voir : WARD, Robert.

111IVIMEY, J. W., Abelard & Heloise. Suite for piano, London, Augener Ltd., c1928.
(Orchestré).
Bibliothèques : LC.

112MACONCHY, Elizabeth, (1907-1994), Héloïse and Abelard : a dramatic cantata for soprano, tenor and baritone soloists, chorus and orchestra. London, Chester Music, 1978. Bibliothèques : Univ. de California L.A., Univ. de Glasgow, Trinity College Dublin.

113NÖEL, Bernard. Voir : ESSAYAD, Ahmed.

114PAULUS, Stephen, Heloise and Abélard, Opéra par Stephen Paulus et Frank Corsaro. Spectacles : première mondiale, Juilliard Opéra Centre (USA), 24, 27, 29 avril, 2002. Critique : Robert Wilder Blue, Heloise and Abélard : Stephen Paulus, an unlikely journey to becoming an opera composer, US Opera Web, Spring 2002. Robert Wilder Blue, Frank Corsaro’s life in the theater, US Opera Web, Spring 2002. Lisa Robinson and Christopher Mossey, « A Modern Opera Inspired by a Medieval Tale », The Juillard Journal online, April 2002.
Voir aussi Juillard School site web.

115TAHOURDIN, Peter, (1928), Heloise and Abelard : opera in two acts. Livret et musique par Peter Tahourdin. Sydney, Pellinor, c 1993. Bibliothèques : Australia National Un., Australian Music Centre Library

116WARD, Robert, (1917), Abelard & Heloise : a music drama in three acts. Livret par Jan Hartman ; musique par Robert Ward. New York, Highgate Press : Sole agents, Galaxy Music Corp., c 1988. Acc. arr. for piano. Includes synopsis. Bibliothèques : LC. **Abelard and Heloise in Arias for baritone. Boston, Mass, ECS Publishing, c1993. Notes : Acc. arr. for piano. Contents : arias from The crucible, Minutes till midnight, The lady from Colorado, Abelard and Heloise, Claudia Lagare, and Pantaloon. Bibliothèques : Univ. de Cambridge.

117WILSON, Charles. Voir : BENSON, Eugene.

118MUSICALS

119DE CESARE, Stephen, Forever Heloise/Music and Libretto par Stephen De Cesare.CD and Cassettes released by American Opera Company, Johnston, RI.

120FIDDES, Ross, Abelard and Heloise. A musical drama of love and tragedy. Music by Ross Fiddes. Libretto by Paul Kavanagh.Spectacles : Newcastle (Australia), Civic Theatre Newcastle, 1 Aôut 1998.

121GARZILLI, Enrico, Rage of the Heart. Musique et livret par Enrico Garzilli. Albumproduit, orchestré et a arrangé par David Cullen.Spectacles : World Premiere : Providence, Rhode Island, Veterans Memorial Auditorium, 24-27 avril 1997. Concert version of the musical : Kingston, Rhode Island, Fine Arts Center RecitalHall, 29-30 May 1998. Music Director Ann Danis, stage Director : Bob Jaffe.Critique : Jordana Haspel, « Enrico Garzilli’s Rage of the Heart fires up inProvidence » in The Herald, 24 avril 1997. Bill Rodriguez, « Love conquers all : behind the scenes of Rage of the heart » inProvidence Phoenix, 24 avril 1997. **Rage of the heart CD recording. London, First Night, 1989.Compact disc. complete contents : Overture, Celebrate, Song of my soul, Look toyourself ; Teach me to sing, Freedom, The spring of 1117, The world’s greatestlover, Freedom (reprise), How does a girl become a woman, Fire, Do I hold you, Aservant’s duty, Don’t turn away, Zero hour, Now and always, Virgin of light, Hemust be stopped, Cantate, There will always be love, Dear husband, dear wife,Ashes to ashes, Procession, Zero hour, Don’t turn away, When you’re gone, Rageof the heart. Starring Michael Ball, Janet Mooney, Julian Littman, Myra Sands ; English Choraleconducted by Robert Howes ; The Gabrielli String Orchestra with Kenneth Essexand Chris Lawrence.

122KAVANAGH, Paul. Voir : FIDDES, Ross.

123CINÉMA et TV

124ABELARD – DIE ENTMANNUNG
BRD. L’an 1975. Metteur en scene : Franz Seitz, Cast : Anita Mally, Christian Kohlund, Christine Bouchegger, Helmut Qualtinger, Susanne Uhlen.

125ABELARD & HELOISE
German TV, 1976. Metteur en scene : Fuchs Bande sonore : voir Third Ear Band.

126BEING JOHN MALKOVICH
(Gramercy Pictures) mise en scène par Spike Jonze. Écrit par Charlie Kaufman. Cast : John Cusack, Cameron Diaz, Holly Hunter and John Malkovich. Scénario par Charlie Kaufman in Scenario : the magazine of screenwriting, vol. 5, n. 3. Critique : Chris Chang’s Todd Solondz essay from the Sept/Oct 98 Film Comment is included in The Best American Movie Writing 1999 (St. Martin’s Press). Robert Horton, Film. com. ; Hugues Morin, Cronique-cinéma, hiver 2000. Corriere della Sera (11/12/1999), La Repubblica (3/12/1999), L’Unità (4/12/1999).

127HELOÏSE ET ABELARD OU LA RAISON D’AMOUR
Scénario par Claude-Olivier Stern. Produced by RF3.

128THE SAINT AND THE SCHOLAR (documentaire) Série : Strange Landscape Series. BBC 1995.

129STEALING HEAVEN
Scénario par Chris Bryant basé sur le roman Stealing heaven : the love story of Heloise and Abelard by Marion Meade. 1st ed. New York, W. Morrow, 1979. Metteur en scene : Clive Donner. Cast : Derek de Lint (Abelard), Kim Thomson (Heloise), Denholm Elliott (Fulbert). Produit par Simon MacCorkindale and Andros Epaminondas, Yugoslavia, 1888. Critique : Jane E. Jeffrey, « Stealing Heaven and More : Heloise in Film » in Nuntia : The Newsletter of the Medieval Association of the Midwest, Volume xxiii Number 1 Spring 1999. Rita Kempley, « Stealing Heaven » in Washington Post, April 28, 1989. Brett Hoffstadt, rationaworld. com, mai 2002.

130WILLIAM SHAKESPEARE’S ABELARD + HELOISE
Screenplay based on the uncompleted Shakespeare « Abelard and Elois, a Tragedie » (1606). Animated feature. Author/director : Norman Szabo. Technical (Computer) support : Paul Routledge. Production hardware/software : Platform – Canopus DVRex M1 ; PIII ; Windows
98. Artwork – Created in Adobe Photoshop. Animation and video editing – Adobe Premiere V5.1c Sound editing/mixing – Cool EditPro. Lip-synching – Magpie Pro. Cast (Voices) : A. William Turner (Abelard), Alita Rickards (Heloise). Production 2001-2002.

131MUSIC RECORDINGS

132DELLO-JOJONorman, Songs of Abelard. CD Citadel, DDD, 1997. (Classic). Contents : 1. Gould : Fanfare for Freedom, Mennin : Canzona, Creston : Celebration, Overture, Persichetti : Bagatelles, Camphouse : Watchman, Tell us of the Night, Bergsma : March with Trumpets, Mahr : Fantasie in G Scheib, Keystone Wind Ensemble.

133POLAND, Mike, Abelard and Heloise in « Moods of a New Yorker », Polecat Records 102, 1994 (Jazz).

134RIESSLER, Michael, Heloise, Wer, DDD, 1992, CD, 6818854, Rel. Date : 17.4.96 (Jazz). Contents : 1. Ghigo, 2. Wilhelm von Champeaux, 3. Und, 4. Paraklet, 5. Nocturne,
6. Neulich, 7. Bophal, 8. Organistrum, 9. Lais, 10. Bosciaglia, 11. Sic et non, 12. Comme dans un train pour une étoile, 13. Quanta qualia. Valentin Clastrier, Renaud Garcia-Fons, 14. Michel Godard, 15. Rabih AbouKhalil, 16. Carlo Rizzo u.a.
Critique : K. Lippegaus, « CD des Monats » in Stereo 11/93.

135RIESSLER, Michael, Tentations D’Abelard. Wer, DDD, 95. CD, 7547166. Rel. Date : 17.4.96 (Jazz). Contents : 1. Sequentiae, 2. St. Denis, 3. S.D.F./q.e.d., 4. Mr. J.D., 5. Die Horen des Astrolabius, 6. Bulegria, 7. Planctus/Kanga, 8. La chasse, 9. Danse brisee, 10. Unstern, 11. Grille, 12. Cantus. Valentin Clastrier, Renaud, Garcia-Fons, Carlo Rizzo, Gaston Sylvestre u.a.

136THIRD EAR BAND, Abelard & Heloise. CD, Blueprint, AAD, 1970 (Rock). Originalmusik zu dem Film musique originale au film « Abelard & Heloise » Recorded by the quartet of : Glenn Sweeney (drums), Paul Minns (oboe), Richard Coff (violin & vila), Ursula Smith (cello). Critique : Maurizio Comandini, en All about Jazz, juin 2001.

137RÉCITALS

138LA MUSIQUE AU TEMPS D’ABÉLARD ET HELOÏSE, LETTRES ET CHANTS AU XIIE SIÈCLE, Ensemble Galaad. Chapelle de Trévenaste, (Rhuys, Bretagne), 14 aôut 1999.

139STORIA DI ABELARDO ED ELOISA (Récital de Poèmes).
Casale Monferrato, Palazzo S. Giorgio, Chiostro S. Croce, 15 septembre 2001.

140ABELARDO ED ELOISA, AMORSACRO AMORPROFANO
Castello di Torrechiara (PC), 26 aôut 2002. Musiques de la tradition cistercienne, XIIe-XIVe siècles – Ensemble Oktoechos di Roma e Schola Gregoriana di Venezia. Voix récitant : Paola Gassman et Ugo Pagliai.

141Abréviations :

142BNF = Bibliothèque Nationale de France

143BL = Bibliothèque Britannique

144LC = Bibliothèque du Congrès

145DB = Bibliothèque allemande

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540