Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pierre Abélard

 | 
Jean Jolivet
, 
Henri Habrias

Partie 2. Soror mea Eloïssa

L’Écriture comme lieu de réalisation de l’Amour : La Correspondance de Pierre Abélard et d’Héloïse

Laura Vasconcellos

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Tenant toujours en compte la dimension de l’écriture d’Abélard dans son contexte philosophique, littéraire et historique et sa réception dans son propre temps on essaiera de faire ici une brève réflexion sur l’écriture de ce corpus de textes qu’on appelle Correspondance et dont font partie cinq lettres, la première étant adressée à un ami et les quatre autres, deux d’Héloïse à Abélard et deux d’Abélard à Héloïse. On utilisera comme texte de référence la version française du xiiie siècle de Jean de Meun.

2On trouve dans cet ensemble de textes un certain parallélisme entre l’amour et l’écriture et l’on essaiera de faire une incursion à travers l’univers de l’écriture, si chère à Abélard, n’oubliant pas que celle-ci nous présente un chemin, un parcours réalisé à deux niveaux – celui de l’amour et celui de l’intellect – où l’on peut trouver deux modes de pensée que véhiculent deux rhétoriques distinctes au xiie siècle (mais en conflit ouvert au xiiie) que l’on pourrait qualifier de « scolastique » et « courtois ».

3Les lettres se présentent comme un système de dialogue in absentia où il existe un jeu qui porte sur le sens et sur la forme car la réponse de l’Autre n’est pas immédiate. C’est un jeu assez complexe du fait qu’il est contrôlé de loin. La première lettre, adressée à un ami dont le titre en latin est très suggestif – Historia Calamitatum –, est une sorte d’« autobiographie ».

4La forme de réflexion présentée dans ces cinq documents s’étale dès le début, avec cette « histoire de mes malheurs » qui constitue avec les autres lettres un ensemble, bien qu’écrit à deux, qui possède une cohérence interne indiscutable. Il existe un fil conducteur qui traverse les cinq textes et part de l’articulation entre un désir-passion vivant, toujours latent, et une écriture-passion, en étant tous deux une source de plaisir recherché, de manière identique, par les intervenants.

5La rencontre manquée dont le discours fait preuve ne trouve de solution que dans le discours lui-même car c’est là que l’on trouve le seul lieu possible de réunion des amants. Il faut, alors, maintenir à tout prix ce même discours, cette même écriture.

6L’Historia Calamitatum présente une sorte de narration « double », dans la mesure où l’on nous raconte, parallèlement, deux événements qui ont décisivement marqué la vie d’Abélard et qui seront caractérisés par la perte de ce qui lui est le plus cher : l’amour, par la castration, et les lettres par l’humiliation qui représente la destruction publique de son livre, son œuvre la plus controversée, la Thœlogia. Si, d’un côté Abélard se plaint, d’un autre côté, il en parle comme si ces deux événements étaient une grâce de Dieu l’ayant « guéri » du péché. Fait-il référence à la castration physique ou, aussi, à cette autre « castration » intellectuelle, voire la destruction de son livre, brûlé publiquement à Soissons ?

7On ne peut pas nier qu’Abélard brille dans l’opposition qui lui est faite. Son succès et sa parole, qui fait preuve d’une intelligence grandiose, lui apportent non seulement l’admiration, mais aussi la critique, l’envie et même les plus dures persécutions. On reconnaît son talent en théologie et dans la philosophie, mais la calomnie tombe sur lui. Cependant, les critiques qui sont dirigées contre lui ne font que mettre en évidence sa supériorité, sa sagesse et son intelligence. Abélard le philosophe nous présente, à travers son analyse de l’âme, de l’esprit et de la pensée humaine, des schémas complexes qui lui attirent les critiques le plus dures et qui lui donnent une renommée qui dépasse les frontières de son pays. Il y a des jeunes gens qui viennent d’Espagne et de l’Allemagne pour devenir ses élèves.

8Le récit d’Abélard, son Historia Calamitatum, sert aussi de commentaire : la séduction de la chair et les maléfices de la prospérité sont souvent mis en évidence dans sa propre histoire. La renommée qui va apporter l’abondance éloigne l’homme des choses de l’esprit. Le parcours d’Abélard se fait de façon contradictoire dans la mesure où, en avançant dans l’étude de la philosophie et de la théologie, la vie qu’il mène l’éloigne des philosophes et des saints. C’est grâce à l’intervention divine qu’il va être guéri des maléfices de l’orgueil et de la luxure : ainsi, la castration est une grâce de Dieu ; ainsi, la destruction par le feu de son livre est, de même, une grâce de Dieu. Mais l’une et l’autre lui causent, sans doute, une profonde douleur qui se lit dans une deuxième couche de signification de ses mots, de son récit, et qui se traduit dans l’opposition même, dans la contradiction qui s’opère entre sa vie psychique et sa vie physique. Si d’un côté il regrette ce qui lui est arrivé, d’un autre il se réjouit car c’est par l’occurrence de ces événements qu’il a pu subir la punition dont il a été l’objet, manifestation de la grâce divine et possibilité d’une sacralisation à deux niveaux : celui de sa vie matérielle et celui de sa vie intellectuelle. Cette même punition est, pour lui, la claire manifestation de sa valeur, de sa grandiosité. Autrement, pourquoi serait-il si persécuté ? Pourquoi aurait-il tant d’ennemis, si ce n’était par l’envie provoquée par sa frappante supériorité ? On est loin d’être en présence d’un discours d’humilité, d’un discours de repentir. Tout passe par l’intermédiation de l’écriture, des mots, car ce sont eux qui, en dernière analyse, ont le pouvoir de tout receler en soi-même. Le livre/écriture est la manifestation d’une passion et c’est cette écriture même qui va rendre possible la connaissance des deux amants et leur propre relation.

9L’amour surgit par la création d’une image qui, d’une certaine façon, est construite à travers des « mots », de l’écriture. La vie amoureuse trouve une correspondance dans la vie intellectuelle : ce sont comme les deux faces d’une seule réalité : l’amour se construit fictionnellement à partir de l’image de l’autre. L’écriture et le discours jouent un rôle très important dans cette création.

10Abélard, dans sa lettre à un ami, nous présente son histoire comme une consolatio dont les fins didactiques sont évidentes car elle sert d’exemple et ses malheurs peuvent être réconfortants pour les autres. Il raconte son histoire en un mélange de plainte-humilité et de louange de sa propre œuvre intellectuelle. Il se considère comme un être hors du commun, d’une intelligence extraordinaire et c’est pour cela qu’il est persécuté, qu’il attire l’envie, mais aussi la renommée. Le critiquer ne sert qu’à mettre encore plus en évidence sa supériorité, sa sagesse et son intelligence. Quand Héloïse le rencontre, il a déjà créé une image autour de sa personne, il est déjà connu, on parle de lui, on le critique mais on le loue aussi ; il est célèbre. C’est précisément cette image d’un esprit et d’une intelligence supérieure qu’Héloïse voit en Abélard. Cette image est, encore une fois, construite à travers les Lettres, les « mots », « l’écriture ». Et c’est cela qui séduit la jeune Héloïse. Elle est également connue comme étant une jeune femme douée pour les lettres, intelligente, ce qui est à son tour l’élément qui va contribuer décisivement à l’émergence de l’amour d’Abélard, celui-ci aussi construit à partir d’une image. Abélard écrit dans son Historia calamitatum, faisant référence à Héloïse, « Et comme ceste ne feust pas basse par beauté, par habundance de lettres estoit la souveraine : que de tant com cist biens – c’est assavoir de la science des lettres – est moins trouvéz es femmes, de tant en estoit la pucelle plus loee en tout le royaume renommee ».

11Dans le discours d’Abélard et dans celui d’Héloïse on peut voir, hormis le « ton » utilisé par chacun des intervenants et plus spécifiquement les effets rhétoriques et de construction qui suggèrent dans le discours d’Héloïse la « marque » de son maître, une ambiguïté de la part d’Abélard dans la mesure où, par l’écriture des lettres il essaie de nier un amour, ou pour mieux dire, il essaie de sacraliser un amour, de le transformer en amour sacré, en amour divin, un amour profane sans en arriver cependant à déposséder cette écriture de toute une dimension humaine qui la porte vers le passé, un passé où l’amour était celui des hommes, d’un homme et d’une femme qu’il ne réussit pas à oublier. Et tandis que l’écriture se maintient, ce dialogue in absentia ne laisse pas s’effacer ce sentiment qui jadis a uni, quoique pour peu de temps, cet homme et cette femme. Héloïse ne demande qu’une chose à Abélard : qu’il ne cesse de lui écrire. Elle n’essaie pas d’oublier un amour, un passé qui lui a été si cher. Elle le recrée dans ses lettres et, même si parfois elle essaie de se voir comme sa sœur en Christ, leur amour apparaît toujours beaucoup plus humain que divin. Et Héloïse n’a pas besoin de voiler, dans son discours, ce qu’elle ressent pour Abélard. Elle le dit ouvertement dans sa première lettre ; elle fait appel au discours pour qu’il vienne remplacer la présence corporelle de l’être aimé, ou bien son image. Héloïse ne cache pas sa condition humaine, sa condition de femme amoureuse et elle souffre de la séparation. Cependant l’écriture lui donne l’espoir de n’avoir pas perdu l’objet de son amour car celle-ci deviendra, elle-même, l’objet de cet amour. Il y a une modernité inouïe dans le discours d’Héloïse.

12L’érotisme, le désir et même le plaisir de la chair sont inscrits dans cette écriture. Plus voilé chez Abélard, plus ouvert chez Héloïse, il existe un jeu extrêmement érotique où le désir et le plaisir n’appartiennent plus à la mémoire d’un passé, mais à l’écriture elle-même, dans la mesure où celle-ci leur rend leur forme, leur substance et les rend présents.

13La relation « maître/élève » livre (mot-écriture) apparaît dès le début dans le discours d’Abélard. Le temps de la leçon, entre le maître et l’élève, se transforme très rapidement en temps d’amour entre les amants, et ainsi les livres sont mis de côté bien qu’ils soient laissés ouverts – quoique l’objet du dialogue ne soit plus le contenu du livre mais le contenu d’un désir et d’une âme, l’amour – à l’inscription de quelque chose, d’une écriture.

14Dans la lettre à cet ami, Abélard fait référence à ses entretiens avec Héloïse où souvent les livres étaient mis de côté et où ses mains revenaient plus souvent au sein d’Héloïse qu’aux pages des livres. On assiste, ici, à la formulation d’un désir érotique qui s’étend du livre à la femme aimée qui est, en même temps, une esquisse de l’idée de l’écriture en tant que procédé érotique qui porte en soi, aussi bien que la relation érotique de la chair, une certaine mesure de violence et de secret de façon que le plaisir puisse être accompli. N’oublions pas ici la composante masochiste qui se présente dans tout ce processus : pour que les entretiens académiques entre les deux amants puissent être crédibles, Abélard frappait Héloïse comme il le dit : « Et pour ce que l’en eust maindre soupeçon de noz amours, non par forsenerie, grace, non pas ire, y donnoient aucunes foiz batemens qui surmontassent la douceur de tous oignemens ». La douleur se revêtit de plaisir, la douleur nécessaire à l’amour, la douleur nécessaire à l’écriture.

15Qu’elle était la relation d’Abélard avec la Parole ? Son discours, sa pensée va être en collision avec celle de ses pairs. L’ » hérésie » d’Abélard se centre dans la valorisation et dans l’autorité accordée à la « logique des mots ». Ainsi, la dialectique pourrait libérer la théologie de l’obéissance aveugle au passé et la rendrait accessible à tous ceux qui fussent capables de raisonner.Mais pour les premiers Pères de l’Église cette relation excessive aux principes formels du langage, associée à la rhétorique, était conçue comme une fixation érotique sur la chair.

16Le « désir de la lettre » – le corps devenu objet de culte – l’obsession, tout cela agissait au détriment de l’esprit dont les conséquences vont être utilisées par Abélard, car le désir ne se satisfait pas avec le seul pouvoir médiateur des « signes », le désir conduit à la nécessité de satisfaction immédiate, celle-ci à la castration et celle-là, à son tour, conduit à la philosophie. La Connaissance porte en soi une séduction, un désir. La Culture devient un moyen de séduction : l’image d’Héloïse est donnée à travers ses dons intellectuels. Son intelligence et ses connaissances se superposent à son aspect physique.

17Abélard dit que le langage est toujours transmis à travers la signification des mots dont la référence première est l’intelligence humaine et non la réalité. De cette façon ce qui nous est donné est toujours une image plus fidèle de l’intellect que du monde.

18Le sentiment amoureux éveille en Abélard le poète et laisse de côté, bien que temporairement, le philosophe. L’écriture se tourne vers une répétition qui puise dans la mémoire et non dans l’inspiration. L’amour humain introduit des changements dans l’écriture d’Abélard et cette écriture devient, comme l’amour, une écriture profane et non sacrée. Ainsi, le retour à l’écriture sacrée dictée par l’inspiration et non par la mémoire et la répétition doit forcément passer par la divinisation de l’amour. Les deux procédés vont avoir besoin d’un élément qui puisse introduire une rupture définitive : sur le plan de l’amour c’est la castration, et sur le plan de l’écriture, la destruction du livre. En tout cas, cette écriture « amoureuse » dictée par le mémoire porte en elle une certaine intellectualisation de l’amour en tant qu’élaboration d’un sentiment ou d’une pulsion humaine, d’un désir. Le résultat se traduit par les vers où la mémoire d’Héloïse est toujours présente. Les Hymnes sont précédés par une lettre dédiée à Héloïse. En ce qui concerne l’amour « charnel », il faut toutefois prendre en compte que le résultat de celui-ci est traité d’une tout autre façon : le fils des deux amants, Astrolabe, est rejeté par eux, mis hors de leurs vies, de façon à aider leur libération d’une situation de manque, car il représente la preuve de leur faute. Ainsi, avec l’éloignement physique des deux amants, leur amour prendra le chemin d’une sacralisation souhaitée par Abélard, sacralisation qui ne pourra pas se faire avec l’effacement de l’amour, mais plutôt avec sa transformation, ou sa mutation opérée à travers le discours, la parole. Ainsi, l’amour devient écriture et par elle trouve sa possible continuité, sa seule et possible réalisation.

19Le texte de ce corpus composé par les cinq lettres évoque une série de ruptures, dans la vie d’Abélard et dans son écriture. Tout d’abord il y a la rupture avec son passé intellectuel – son œuvre philosophique et théologique – où il existe une négation de la présence paternelle, d’une « auctoritas » et où l’on valorise la dialectique ; il nie la position établie au sujet de la conception de la Trinité et il se refuse à accepter une famille, une paternité. Son propre discours présenté dans les lettres se traduit par un discours de rupture, de volonté de changement mais, en même temps, il ne cesse de pointer vers un passé, vers une mémoire qui ne veut pas être effacée : comme l’amour lui-même, l’écriture s’inscrit dans l’ambiguïté.

20La Correspondance présente une écriture où l’humilité et le repentir sont exigés. En même temps, ce repentir et cette humilité sont utilisés comme moyen d’élévation spirituelle pour atteindre une sanctification souhaitée, pour devenir supérieur aux autres hommes. Il y a ici une sorte de contradiction, un paradoxe dans la parole d’Abélard. C’est une confession, un salut à travers le repentir où on ne perd jamais de vue, peut-être parce que l’on ne le veut pas, l’orgueil d’une jeunesse, d’une connaissance, d’un intellect qui, à la limite par l’écriture, a été source des plus grands malheurs. Il y a comme une sorte de déplacements des situations. La première révélation de la relation amoureuse d’Abélard et d’Héloïse est, de soi-même, cause de rupture, de déchéance car l’oncle de la jeune femme n’accepte pas la situation, même après le mariage et en raison de cela, il fait castrer Abélard. Ceci provoque un enchaînement d’événements qui vont culminer par l’entrée d’Héloïse au couvent, ce qui signifie une sorte de castration puisqu’elle va être privée de sa vie sexuelle. Comme si elle devinait son sort et celui de son amour, Héloïse essaie de persuader Abélard de renoncer au mariage en lui parlant des malheurs que cela peut représenter pour lui. Elle utilise, dans son discours, une rhétorique érudite et lettrée toute en parlant des incompatibilités de la vie conjugale et la vie académique, le faisant d’une façon remarquable pour son époque car elle présente le côté pratique des choses et de la vie de famille. Elle utilise un discours qui porte la marque de son maître, mais les idées sont sans doute les siennes. Elle cite Sénèque et elle utilise l’étymologie pour expliquer certains concepts. Héloïse sait que le mariage ne va pas rétablir la situation, mais plutôt rendre leur relation impossible. Ainsi, elle se munit des armes si chères à Abélard, les mots, leur utilisation, et l’érudition pour, avec son discours, l’attirer vers elle en nourrissant sa vanité, en l’élevant au-dessus des hommes, de ses pairs, en lui pointant, d’une certaine façon, une destinée hors du commun. Avec ce genre de discours elle lui fait savoir qu’elle comprend la grandiosité de son amant et la nécessité de le maintenir sur un plan élevé, plan qui lui est propre. Il y avait le secret imposé à ce mariage et l’oncle d’Héloïse brisele silence. À partir de ce moment les événements vont se précipiter et finir par la chute et la séparation des deux amants. La castration d’Abélard va lui attirer la pitié des autres et l’humiliation. La honte est immense et Abélard se tourne vers Dieu. Il devient le philosophe de Dieu. Pourtant, cette nouvelle situation va lui faire des ennemis lorsqu’il dénonce le dérèglement des moines au couvent. Le discours d’Abélard, en se plaignant de ses malheurs, ne perd pas de vue ni oublie de faire l’éloge de toute la grandiosité de sa personne, de son intelligence et de sa valeur. L’ambiguïté et, d’une certaine façon, la contradiction subsistent dans le discours d’Abélard. Il n’est pas modeste en parlant de lui-même.

21Pour Héloïse, l’écriture est le lieu de la rencontre des amants. Le seul obstacle se traduit par le mutisme d’Abélard, par l’absence d’une écriture. C’est pour cela qu’il faut maintenir, à tout prix, cette même écriture qui se tourne vers un passé dans le désir de refaire un présent et de rendre possible un futur.

22Dans son discours, Héloïse parle sans crainte de ce passé, elle fait appel à la mémoire et ses mots sont pleins de souvenirs qui lui sont chers. Ce passé, elle l’intègre dans une réalité sans le rejeter, ce que lui permet d’exorciser ce passé et donner, ainsi, comme possible l’évolution de la situation. L’amour devient le seul objet du désir. Il y a un déplacement de l’objet de l’amour qui va se cristalliser, à partir de ce moment, dans l’Amour lui-même.

23Le discours d’Héloïse est un discours « courtois ». Il possède le dynamisme du chant érotique, la voix parlée du désir, et au centre de ce schéma se pose une situation typique : celle de l’obstacle qui, dans le discours, se traduit par l’absence du discours de l’autre, comme dans « l’histoire » par le mariage des amants. Car le mariage est un obstacle à leur amour dans la mesure où il « tue » l’image construite de l’autre. Le désir porté par le je le tend vers un objet qu’il ne possédera jamais dans une parfaite liberté. Ainsi, l’obstacle est toujours là, immanent à tout amour et cette immanence est rendue sensible par l’exigence du secret dont la divulgation va provoquer la chute de l’amour. Une fois mise au jour leur union matrimoniale, les amants vont se séparer physiquement ne se rencontrant que par l’écriture. Le désir ennoblit l’être qui, à la fois, le ressent et l’exprime car il s’identifie à son expression. On trouve, ici, une des tendances spirituelles de la société médiévale : le réalisme du verbe, la foi dans l’efficacité de la parole, du mot. Chez les poètes, aimer c’est chanter et qui chante mérite l’amour. Il y a ici une sorte de circularité, dont le centre est ce couple autour duquel gravite un autre univers. Ainsi, la relation entre les deux amants cesserait d’être, paradoxalement, une simple fonction biologique, soit un « désordre », pour accéder à une autre réalité, à une existence rationnellement valable, donc belle.

24Dans le discours d’Héloïse, l’écriture est placée comme une image vivante, comme une présence. Cependant, elle n’est pas complètement dépourvue d’un ton religieux. Ce sont deux discours qui alternent ; un premier qui renvoie à Dieu, à L’Église et à son statut présent, immédiatement remplacé par un discours plein de vie, de souffrance et en même temps de joie – dont la mémoire est responsable – et qui nous parle de l’amour humain, discours embelli par un enchaînement de questions rhétoriques où Héloïse montre comme elle est fière d’être aimée ou d’avoir été aimée par un si grand et illustre homme. Dans ses lettres, Héloïse nous donne une image de son amant à travers l’amour inscrit dans ses propres mots. Dans une certaine mesure, elle lui reproche l’évocation des événements passés car ce souvenir lui provoque une profonde douleur causée par la situation de manque. Ce sont des blessures qu’il faut guérir de sorte à pouvoir rétablir la situation amoureuse. Dans ce sens, les discours d’Abélard et d’Héloïse s’opposent car le premier essaie de nier un passé, en restant, néanmoins, son prisonnier et le deuxième l’envisage d’une autre façon : elle l’accepte et l’intègre dans une nouvelle situation sans rejets.

25Dans son discours, Héloïse fait appel à Abélard en alternant les arguments. Elle commence par évoquer des raisons religieuses : lui comme fondateur du monastère doit lui donner, à elle et aux autres sœurs, plus d’attention. Ensuite, elle évoque des raisons personnelles : il a une dette envers elle. Encore une fois, elle fait appel aux raisons religieuses en lui rappelant l’œuvre que représente leur conversion, après quoi son discours change de ton pour lui parler des liens matrimoniaux et de l’amour sans mesure qu’elle lui a toujours consacré et qui rend leur relation exceptionnelle. Son discours devient courtois et elle lui parle aussi de l’obéissance qu’elle lui a toujours vouée, d’âme et de corps. C’est par le discours d’Héloïse qu’apparaît aussi l’image d’Abélard comme musicien et poète, ces deux attributs étant un moyen de séduction. Elle révèle une autre image de lui que celle des philosophes. Elle rend compte de la renommée que l’amour d’Abélard lui a conféré et le sentiment de jalousie que cet amour provoque chez les autres femmes. L’action d’Héloïse est commandée par l’amour et, pour cela, est légitime. Elle lui rappelle son sacrifice personnel d’avoir renoncé à sa vie pour lui obéir et entrer au couvent et lui fait voir qu’elle n’a pas été castrée, comme lui, et que son désir la fait frémir et continue à la tourmenter. Son discours est d’une grande modernité pour son époque et elle présente une maturité inouïe quand elle parle naturellement de l’intimité sexuelle qui les a unis. Elle est franche quand elle fait l’approbation du sexe, mais comme sœur elle se sent perturbée par ces pensées.

26Ainsi, dans sa première lettre le désir d’Héloïse se centre sur l’écriture qui lui rend l’image d’Abélard.

27Dans cet ensemble de textes il y a un élément qu’il faut prendre en compte : la relation établie entre l’écriture et ces deux formes d’amour : le divin et le profane.

28L’écriture nous apparaît, maintes fois, comme moyen de justification, et cela en forme de prière.

29Dans sa dernière lettre, Abélard fait référence à une certaine prédestination dont Héloïse et lui auraient été l’objet car leur amour n’a pas été un amour ordinaire, se trouvant ainsi justifié tout un parcours fait dans les conditions les plus adverses. Abélard écrit une prière à l’intention d’Héloïse : elle doit la réciter. Dans cette prière, il montre de façon bien claire la volonté de se joindre à elle : si cette union n’a pas été possible dans ce monde, en ce temps, à travers Dieu elle deviendra possible dans cet autre monde, dans cet autre temps – l’éternité.

30Cette réunion sera un retour à l’origine et symbolisera l’Unité : ils seront Un en Dieu. Leur amour et leur union doivent atteindre la dimension de la réalité intemporelle.

31Dans sa dernière lettre, Abélard fait des éloges et loue Héloïse d’une telle façon que l’on se demande si ce n’est pas une louange adressée à l’Amour lui-même. En tout cas il faut qu’Héloïse ait des qualités qui puissent la placer à son niveau. Ainsi, on remarque qu’il existe dans son discours une tension entre deux plans : celui de « l’intellectualisation » et celui de « l’humanisation ». Donc, le discours cherche une harmonie souhaitée de l’homme, harmonie entre l’intellect et l’humain, entre la pensée, la raison et les sensations dont l’homme en est, parfois, l’esclave. Son discours se tourne alors vers le discours du philosophe et il disserte au sujet de l’âme contemplative, de la dichotomie entre les réalités extérieure et intérieure, de ce qui est obscur et ce qui est lumineux et de la véritable patrie de l’âme : le monde divin. Il fait référence à l’illumination intérieure, comme étant l’âme contemplative qui rend l’homme différent et qui lui permet de faire face aux adversités avec courage. Ainsi, l’homme obtiendra la récompense éternelle, spirituelle. On ne peut pas avoir, à la fois, le Temps des hommes et l’Éternité de Dieu. Si la stérilité à laquelle il a été voué, comme il y fait référence dans sa dernière lettre, l’a rendu physiquement inférieur aux autres hommes elle l’a certainement élevé au niveau intellectuel le plus haut, dont son discours est le témoin. Abélard fait preuve, dans la dernière partie de sa lettre, du pouvoir et de la maîtrise de la Parole. Une réflexion plus attentive sur cette dernière partie de la lettre nous donnera l’idée que les mots utilisés et le contexte dans lequel se produit le discours d’Abélard – qui présente en arrière-plan la relation époux/épouse – ne perdent jamais de vue cette même relation, dans une tentative presque désespérée de sanctification et d’élévation au plan divin d’un amour et d’une série d’adversités et de souffrances qui nécessitent d’être justifiées.

32Il y a, alors, un effort, d’une certaine façon conscient, de rappel, de mémoire d’un état de choses passé qui veut lutter contre l’oubli, car l’absence totale de ce passé, chassé d’une mémoire qui se veut vivante, enlèverait la dimension de grandiosité, d’« unique », mot qui apparaît déjà dans le discours d’Héloïse relativement à son amant et, en dernière analyse, à son Amour même. Tout ce discours présenté dans les lettres utilise une sorte de « rhétorique du passé » car il veut la création d’une nouvelle image des amants, d’un futur qui va être construit et qui n’est possible qu’à travers l’évocation du passé, à savoir la présence de l’absent antérieurement éprouvé ou perçu, et une certaine abstraction de l’action présente. Le présent sert de point de réflexion et de point de passage entre une image du passé et celle d’un futur qui va se présenter, surtout chez Héloïse, comme imposée.

33Chez Abélard, le contritionnisme, cette doctrine de la pénitence qui a pour objet le pardon divin, le lever immédiat de la sanction du châtiment éternel, donne moins d’importance à l’acte même du péché qu’à l’intention qui a dirigé cet acte. Il y a, dans cette manière d’envisager les actes, une appréciation plus soutenue de la responsabilité individuelle. Et c’est précisément cette individualité dans l’attribution de responsabilité qu’on peut dénoter dans le discours d’Abélard, car il est un théologicien de la liberté, de la dignité humaine.

34Abélard se considère lui-même comme un être d’exception et son discours en fait preuve, car dans son Historia calamitatum il provoque chez le lecteur (ou destinataire) des réactions vives dans ses divers rôles : le philosophe, l’enseignant, le séducteur, l’amant et le mari. Et son discours séduit non seulement Pierre le Vénérable à qui il est adressé, mais aussi Héloïse et le lecteur à venir. Et la séduction de ses mots se trouve dans ce pouvoir, dans cette connaissance inouïe qu’il a de la langue, des choses, de l’homme et avant tout de son propre intellect. On pleure avec Abélard ses malheurs et, en même temps, on loue son courage, sa résignation, son repentir et sa foi et on se laisse prendre dans les douces mailles d’une rhétorique, d’un discours de louange de soi-même et de l’intelligence qui l’a fait naître. Le discours d’Abélard, plutôt que celui d’Héloïse, se construit dans l’ambiguïté, dans un jeu entre l’oubli et l’évocation d’une image du passé car c’est ce passé qui va permettre un futur d’exception, même dans le malheur, même dans la contradiction entre ce qu’on est et ce qu’on désirait être. Ce discours ambigu est ambivalent et rend compte d’une réalité transposée à l’amour, lui-même ambigu et ambivalent. On est heureux et fier d’aimer mais on en souffre péniblement Le déplacement de situations concrètes dans l’histoire des deux amants trouve son équivalent dans le discours dont le ton oscille entre le religieux et le courtois, entre un Abélard essayant de voiler un passé dont il se sent responsable et une Héloïse l’évoquant constamment, entre un passé et un futur « travaillés » dans un présent que l’on veut effacer. Car c’est le présent qui n’a pas sa place, aussi bien que leur fils Astrolabe qui est mis de côté dès sa naissance et les moines qu’il ne réussit pas à contrôler.

35La « modernité » du discours d’Héloïse met en évidence une intelligence et une culture hors du commun. À son tour, Abélard présente dans l’écriture de ces lettres une supériorité de la pensée dans l’application qu’il fait de la dialectique et de la rhétorique.

36Il fait un long travail d’intériorisation et même si sa passion a perdu le fondement naturel et le désir pour le plaisir, il l’a remplacé par une autre passion, aussi forte ou même plus que celle-là : l’écriture. Ainsi, Abélard ne cesse jamais d’aimer.

37Abélard et Héloïse utilisent, tous deux, leurs connaissances, leurs savoirs et leur culture pour exprimer une pensée ainsi qu’une conduite qui se veulent validées.

38BIBLIOGRAPHIE

39Hicks (Eric), La Vie et les Epistres. Pierres Abaelart et Heloys sa fame, traduction du xiiie siècle attribuée à Meun (Jean de), Éd. Champion-Slatkine, Paris-Genève, 1991.

40Zumthor (Paul), Abélard et Héloïse. Correspondance, Collection Bibliothèque Médiévale, 10/18, Union Générale d’Édition, Paris, 1979.

41Ferroul (Yves), Lettres et vies/Héloïse et Abélard, introduction, traduction et notes, Flammarion, Paris, 1996.

42Clanchy (M. T.), Abélard-A medieval Life, Blackwell, Oxford 1999.

43Gilson (Étienne), Héloïse et Abélard, Librairie Philosophique J. Vrin, Paris, 1978.

44Jauss (H. R.), Pour une esthétique de la réception, Tel Gallimard, Paris, 1978.

45Jolivet (Jean), Arts du Langage et Théologie chez Abélard, Librairie Philosophique J. Vrin, Paris, 1982.

46Jolivet (Jean), Abélard ou la philosophie dans le langage, Éditions Cerf, Paris, 1994.

47Lemoine (Michel), Théologie et Platonisme au xiie siècle, Éditions Cerf, Paris, 1998.

48Lotborodine (Myrrha), De L’Amour Profane a L’Amour Sacré, Librairie Nizet, Paris, 1979.

49Payen (Jean-Charles), Le Motif du Repentir dans la littérature française médiévale (des origines à 1230), Librairie Droz, Genève, 1968.

50Ricoeur (Paul), La Mémoire, l’Histoire et l’Oubli, Éditions du Seuil, Paris, 2000.

51Spence (Sarah), Texts and the Self in the Twelve Century, Cambridge University Press, Cambridge 1996.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540