Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pierre Abélard

 | 
Jean Jolivet
, 
Henri Habrias

Partie 1. Portrait d'un maître avec groupe

L’expérience du pouvoir chez Pierre Abélard (c. 1100-1142)

Thomas N. Bisson

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Abelard, Historia calamitatum, éd. J. Mofrin, Bibliothèque des Textes philosophiques, Paris, 1959, (...)

1Au début de sa consolatoria Pierre Abélard s’est souvenu de la façon dont il avait renoncé à son héritage chevaleresque pour suivre une vie scolaire. C’était pratiquement échanger une manière de jouter pour une autre, car le sein de Minerve, selon lui, deviendrait à peine moins belliqueux que la cour de Mars. Abélard écrivait d’après une expérience du pouvoir longue et profonde ; expérience qui fut sans doute unique par certains aspects mais qui fut quand même typique de la petite élite castrale de la France septentrionale au début du xiie siècle. Nous sommes mieux renseignés sur la singularité d’Abélard (et d’Héloïse) que sur leurs conformités. « L’expérience » décrite par Abélard dans la consolatoria fut d’une sorte qui ne concernait que lui-même, alors que les indications de son impact sur d’autres me semblent se distancier encore plus de l’ordinaire1.

  • 2 Ibid., p. 89-92.
  • 3 Voir, sur ceci, The Cambridge history of medieval political thought, c. 350-c. 1450, éd. Bruns (J. (...)

2C’est l’Abélard qui révèle son expérience habituelle qui m’intéresse ici. Car il y a des raisons de penser que lui et l’abbesse Héloïse, compte tenu de l’intérêt humain de leur mauvaise passe si visible, furent de bons témoins des réalités de la société des chevaliers, moines et religieuses qui fût la leur. De leur histoire connue, une partie est liée à cette expérience habituelle – les ennuis d’Abélard à Saint-Denis, par exemple2 – et doit figurer ici ; mais j’ai pour but d’associer les incidents célèbres avec les preuves souvent implicites de l’Abélard connu par ses écrits, preuves qui suggèrent son adaptation aux pratiques courantes de domination, dépendance, justice, contrainte, et les normes de l’autorité. Ainsi conçue, « l’expérience du pouvoir » n’est pas la même chose que ce qu’on appelle d’habitude « political theory3 ». Au contraire, je soutiens que, bien qu’on puisse montrer qu’Abélard partageait les notions normales au sujet des structures du pouvoir dans une société chrétienne, son attitude envers la vie institutionnelle autour de lui fut morale et non pas politique ; plus engagée qu’abstraite.

  • 4 HC, p. 64-69.
  • 5 Voir notamment [Abélard] Sic et non : a critical edition, ed. Boyer (Blanche B.) et Mickeon (Richa (...)
  • 6 « Petri Abaelardi… sermones », dans Patrologiae cursus completus… Series latina, éd. par mIGNEr (J (...)

3Au départ il faut reconnaître deux difficultés : la première propre à l’étude d’Abélard, la seconde propre à l’étude du pouvoir. Bien qu’à l’âge de cinquante ans, Abélard ait écrit brillamment au sujet de son passé, nous ne possédons que très peu d’écrits composés avant les années 1120. Cela veut dire que même quand il parle de ses premières confrontations avec Guillaume de Champeaux ou avec les élèves d’Anselme de Laon, nous ne pouvons guère nous assurer que les souvenirs étaient conformes aux expériences4. L’Abélard que nous connaissons par les écrits qui nous sont parvenus était un homme âgé et châtié. Sa perspective tardive aurait pu s’imposer à ses souvenirs de jeunesse5. D’autre part ses sermons monastiques des années 1130 et les « lettres de direction » pour le Paraclet portent des traces d’une expérience mondaine qui avait pu commencer au cours des années 1090 et a pu persister jusqu’au moment de la mort d’Abélard6. Donc, s’il semble difficile de voir des changements dans ses perceptions du pouvoir, cela ne devrait pas nous empêcher de trouver sa perspective sous ce rapport conforme à celle de ses contemporains.

  • 7 Comm. ad Romanos, éd.par Buyatert (E.M.),CCCMxi, p.285-286 ;aussi Comm. ad Romanos xii.11, p. 278.

4Le problème du pouvoir est différent Bien qu’on sache qu’Abélard avait des idées au sujet de la domination, de la justice, et de l’autorité, cela ne veut pas dire qu’il ait réfléchi sur le pouvoir abstraitement ; et je ne soutiendrai pas cela. Potestas, il est vrai, est un mot qui figure souvent dans son vocabulaire, mot à résonance surtout théologique quand il est employé au singulier mais qui au pluriel fait référence aux chefs. Ainsi dans son commentaire sur Romains 13, Abélard souligne la force morale des mots de Saint Paul – non est enim potestas nisi a Deo – et observe que, bien que même les tyrans puissent faire le bien (avec le pouvoir de Dieu), ce qu’ils font de mal ne provient pas de cette potestas mais de leur voluntas faillible ; et dans d’autres passages il parle de « princes et pouvoirs » – comme l’avait fait Romains 13.1 – comme de garants dépositaires de pouvoir légitime7.

  • 8 Ibid. xiii.1, p. 285-286.
  • 9 HC, p. 91-92.
  • 10 Ibid., p. 82-89 ;et citations dans Clanchy (M.T.), Abelard, p. 307-310, 390.

5On peut affirmer que les « pouvoirs » de Romains 13 furent une constante de la pensée habituelle d’Abélard. Il traitait le « pouvoir ordonné » comme un problème aussi bien intellectuel que moral : les « pouvoirs plus hauts »… « ordinatae sunt [a Deo], id est rationabiliter instituta8 ». Face à la détresse causée par son départ de Saint-Denis, Abélard demanda au comte de Blois-Champagne d’intercéder auprès de l’Abbé Adam pour qu’il le déchargeât de ses vœux ; quand cet effort eut échoué, Abélard a obtenu le secours de l’évêque de Meaux auprès du roi, dont les hommes de cour ont négocié l’accord par lequel Abélard pourrait refaire sa propre vie religieuse9. Ce qui démontre le mieux la soumission d’Abélard aux pouvoirs ordonnés, c’est sa résignation face aux condamnations des Conciles de Soissons (1121) et de Sens (1140)10.

  • 11 Ou bien, pas directement. Voir, cependant, Dialogues, p. 16-18, 134-150 [= PL clxxxviii, col. 1653 (...)
  • 12 Par exemple, Theologia christiana ii. 52,éd.par Buyatert (E.M.),CCCMxii,p.153 ; Comm. ad Romanos i. (...)
  • 13 Carmen,lignes 97-98, 443-446,éd.par Rubingh-Bosscher,p. 111, 131 ;et Southerne (R.W.), « The lette (...)

6Mais on ne peut que supposer qu’Abélard considérait le pouvoir institutionnel comme coercitif, car il n’a spéculé que peu, semble-t-il, sur les buts sociaux du pouvoir11. Ce qu’il a écrit sur l’utilité publique de la vie communale provient plus de ses lectures des auteurs anciens que de son expérience12. Il n’avait aucune raison d’insister sur la théorie du pouvoir dans ses manifestations diverses. Car si les « mauvais princes » qui sont « institués par Dieu » peuvent parfois être ce que le peuple mérite, ils doivent pourtant répondre devant Dieu de leurs coupables intentions. De plus, en reformulant les problèmes de comportement en questions de responsabilité personnelle, le contexte moral de la pensée sociale d’Abélard l’emporte sur les aspects publics et politiques du pouvoir. Et si dans leur attitude envers le mariage comme luxure autorisée, Abélard et Héloïse n’ont pas pu réaliser « a plausible ethic for the secular life », selon l’expression de Sir Richard Southern, de même leur engagement personnel envers Dieu fit du pouvoir une affaire d’expérience personnelle13.

  • 14 Foucault (Michel), « The subject and power », Critical Inquiry viii, 1982, p. 782-785.
  • 15 15. Georgie le Grand, Regula pastoralis, éd. par Rommel(Floribert) et al., 2 vols., Sources chréti (...)

7Par conséquent, Abélard a dû être pris dans cette émanation de l’impératif religieux que Michel Foucault a appelé « le pouvoir pastoral14 ». Abélard et Héloïse agissaient à la fois comme agents et sujets des pouvoirs sacramentaux, des pouvoirs différenciés des offices mondains de l’autorité divine dans la mesure où ils obligent tous les chrétiens individuellement. Ainsi conçu, le pouvoir pastoral selon Foucault a semblé être un facteur transformateur dans la modernité ; mais en fait il a été énormément influent bien que d’une autre façon au début du xiie siècle. Car c’est alors qu’on met l’accent de nouveau sur l’importance de la pénitence et de la contrition ; situation qui fortifie les prétentions du clergé aux capacités sacramentelles. De même c’est alors que ces compétences sacramentelles des prêtres, évêques, prieurs, et abbés, à ce moment objectivement définies, ont aidé à refaire une pratique viable d’offices séculiers. Il serait faux de distinguer les pouvoirs pastoraux et séculiers en cet âge où la comptabilité, définie de façon classique dans la Cura pastoralis, est devenue impérative dans une vie chrétienne qui envisage de remodeler le monde. Abélard a expliqué la parabole du régisseur adroit (Luc xvi.9) comme une admonition à tous d’être responsable devant Dieu de tout ce qu’ils possèdent15.

  • 16 Voir Clanchy (M. T.), Abelard ; Marenbon (John), The philosophy of Peter Abelard, Cambridge, 1997, (...)

8On ne saurait non plus distinguer les réflexions imaginatives d’Abélard et son expérience consciente du pouvoir. Les paroles et idées étaient des réalités pour lui et sa femme, l’essence de leur Sprachlogik. Néanmoins nous sommes renseignés sur l’impact des hommes et des événements sur Abélard ; et comme le récit autobiographique de ses calamités veut être l’histoire de cet impact, il nous est un moyen d’accès utile, bien qu’incomplet, aux attitudes abélardiennes envers les structures contemporaines du pouvoir16.

  • 17 HC, p. 63-65, 67, 74.

9Pierre Abélard est né, a vécu, et est mort dans de telles structures. De son enfance dans un petit château à la frontière de la Bretagne il regardait d’en haut les paysans de la seigneurie paternelle, admirait les comtes d’Anjou et de Bretagne et l’évêque de Nantes. Aucun signe de dégoût pour les demandes pratiques de la chevalerie dans ses souvenirs ; seulement l’allusion que son père a été assez excentrique pour pousser ses fils en direction des lettres avant qu’ils ne se forment aux armes. De bonne heure, son aptitude verbale a éloigné Abélard du château vers d’autres arènes, bien qu’on ne saurait oublier qu’il est retourné à sa vie seigneuriale plus d’une fois17.

  • 18 Southerne (R. W.), « Letters of Abelard and Heloise », p. 90.
  • 19 HC,p. 80,lignes 602-604 ;lettre 4,éd.par Muckle (J.T.), » The personal letters between Abelard and (...)

10Pour lui et selon lui, ce qui importa surtout était les confrontations et la violence d’une vie consacrée à la connaissance. Abélard rapporte sept scènes ou incidents de persécution, en commençant par les souffrances sous ses premiers maîtres et terminant avec les allégations d’irrégularité dans ses relations avec Héloïse et ses religieuses au Paraclet18. Quelle que soit la partialité de son récit, il est certain que ce sont en effet, comme il l’écrit lui-même, des « expériences » du pouvoir ; qu’Abélard a exercé le pouvoir et en a été affecté de manières diverses ; et il est certain aussi que ces expériences sont loin d’avoir été ses seules expériences du pouvoir. Poussé par sa précocité intellectuelle et son ambition, il semble qu’il ait aiguillonné les maîtres et étudiants, Roscelin peut-être parmi eux, avant d’arriver à Paris. Abélard avait le pouvoir, même à la fin le pouvoir charismatique, d’attirer et de rendre jaloux ; et tandis qu’il a compté parmi ses persécutions sa mutilation aux mains des hommes de main du chanoine Fulbert, Abélard en est arrivé à considérer cette violence comme le châtiment juste d’un Dieu omnipotent pour sa trahison de l’oncle d’Héloïse19. Le fait que les rivalités avec Guillaume de Champeaux et Anselme à Laon étaient agressives par nature semble être vérifié par l’évocation proto-chevaleresque de la joute ; il y a d’autres preuves du succès d’Abélard et de l’envie qu’il provoquait.

  • 20 Dire cela, c’est se confier à l’HC, confiance qui me semble justifiée. Voir aussi Clanchy (M. T.), (...)
  • 21 Carmen, lignes 65-68, 785-786, 968 ; éd. par Rubingh-Bosscher, p. 109, 149, 161.

11Ce n’est pas souvent dans l’histoire que le pouvoir intellectuel a semblé aussi manifeste ; pas souvent en conséquence aussi vulnérable20. Je n’ai pas l’intention d’étudier la puissance argumentative de la pensée abélardienne, seulement d’en reconnaître l’importance dans son expérience du pouvoir, sans oublier ses significations ironiques. Quel outrage que l’idole précoce de la jeunesse parisienne soit victime d’une cruelle violence ! Néanmoins, en survivant, Abélard a démontré la vérité dialectique que les paroles l’emportent sur la violence. « Le conseil, non pas la force », a-t-il écrit à son fils Astralabe, « l’emporte dans un régime ». « Le sage fait beaucoup par le conseil, peu par la force ». Et Abélard revendiquerait contre Bernard de Clairvaux que la foi même qu’il était accusé de violer ne pouvait être garantie que « par la raison, non pas par la force21 ».

  • 22 HC, p. 82-89, lignes 690-909
  • 23 Voir Marenbon (J.), Philosophy, p. 17-19 ; Clanchy (M.T.), Abelard, p. 295-301.

12Qu’il puisse en être autrement, Abélard l’avait appris de ses expériences les plus amères du pouvoir. Dans les Conciles de Soissons (1121) et de Sens (1140), il a découvert l’église institutionnelle qu’il n’a jamais cessé de respecter. À Soissons, Abélard s’est défendu contre le reproche que sa doctrine de la Trinité était irrégulière. On comprend qu’il n’ait pu l’oublier, et ce qui apparaît clair dans son récit, quelque tendancieux qu’il soit, c’est que le pouvoir judiciaire du Concile manquait de garanties contre la manipulation partisane22. Il est plausible que des lectures et interprétations tendant à exonérer Abélard aient été défaites dans les conseils privés du légat Conon, car il est possible qu’on ait ressenti le besoin pressant de faire un exemple, en condamnant celui qui avait pris l’initiative de rouvrir un débat théologique que l’on considérait comme clos depuis la condamnation de Roscelin. Ce qui est plus difficile pour nous est de savoir dans quelle mesure les règles procédurales déjà normalisées des conciles furent violées. Dans la solennelle décision finale, cette question de pouvoir institutionnel était confrontée à la manifestation encore plus claire de jalouses manipulations d’intérêts : intérêts du légat et de l’archevêque de Reims au sujet de la primauté juridictionnelle, de jeunes maîtres a qui Abélard faisait de l’ombre, et qui soutenaient peut-être Reims contre Paris23.

  • 24 Marenbon (J.), Philosophy, p. 26-32.

13Le procès à Sens, tel qu’il fut, fut encore plus spectaculaire. Ce qu’on y jugea ne fut pas tant les positions soi-disant hérétiques d’Abélard, que la représentation qu’en donnait Bernard, et cela malgré les plaintes d’Abélard contre l’inexactitude de cette représentation : ces plaintes furent étouffées. Ici encore, l’influence d’Abélard auprès d’un groupe de réformistes radicaux, contre le prestige de Bernard, rendait l’enjeu trop important pour que l’on décide sur les preuves. Ici encore, il fallait éviter la confrontation devant la justice. Et cette fois-ci, quand il fut convoqué à venir répondre de ses erreurs devant un tribunal soigneusement choisi, Abélard perturba la procédure en faisant directement appel au Pape. C’était une action stratégique dans un cas qui lui était défavorable, action rendue possible par la présence de ceux qui soutenaient Abélard. Et cela provoqua la riposte dévastatrice de Bernard, ses lettres abusives au Pape qui persuadèrent Innocent II de déclarer Abélard coupable d’hérésie, le condamnant au silence éternel, et ordonnant qu’il soit emprisonné et que ses livres soient brûlés24.

  • 25 Peter Abelard’s Ethics, éd. par Luscombe (D. E.), OMT, Oxford, 1971, p. 38-40.
  • 26 HC, p. 89-92, 98-100, lignes 928-1037, 1229-1303. Voir aussi les réflexions remarquables sur la so (...)
  • 27 Carmen,lignes 253-254 ;éd.par Rubingh-Bosscher,p.121.

14Ce qui est clair, par-dessus tout, à propos des célèbres « procès » est que la décision finale n’était pas le résultat de procédures canoniques équitables car impersonnelles, mais plutôt du jeu des alliances et des amitiés. En remarquant le cas des juges « obligés par la loi » d’accepter les faux témoins et ainsi de condamner un homme innocent, Abélard a mis l’accent sur les faits de pression affective : « car ils insistent et exigent d’être entendus en jugement…25 ». Le pouvoir était canalisé par les procédures, et recevait la sanction des « pouvoirs supérieurs », mais les décisions étaient déterminées par les peurs et les espérances de ceux qu’une preuve d’irrégularité dans la doctrine gênait et mettait en danger. On peut en dire autant de deux autres « calamités » : l’hostilité des moines de Saint-Denis quand Abélard s’attaqua à leur tradition de fondation apostolique ; et l’hostilité des moines de Saint-Gildas-de-Rhuys en Bretagne, lorsque l’abbé Abélard tenta de les réformer26. Dans chacune de ces confrontations Abélard plaça d’abord sa confiance en « les pouvoirs établis ». Chaque fois, il finit par se replier sur des alliances personnelles capables d’influencer les décisions dans un sens favorable, quelles que soient les preuves. Abélard n’acceptait pas les décisions injustes, car il croyait que la vérité se trouvait dans les preuves. Et cependant, comme ses adversaires, il acceptait un modèle stratégique fondé sur le compromis dans lequel le nombre d’appuis et les influences partisanes comptaient plus que les principes. Bernard de Clairvaux n’avait-il pas fait de même lors de l’élection papale de 1130 ? Selon les propres mots d’Abélard : « ne donne pas foi au plus grand nombre, mais aux meilleurs. Car le nombre de sots est infini27 ».

15L’expérience du pouvoir qui fut celle d’Abélard dans ses confrontations publiques doit beaucoup aux rivalités nées lors de ses études. Il avait connu le succès public, et même l’adulation. Ses défaites étaient celles d’un homme puissant – à sa façon – qui provoquait la peur et la jalousie d’autres hommes. Cela, c’est l’Abélard que nous connaissons le mieux, que l’on voit dans les oasis de pleine lumière que nous offrent les souvenirs et les autres sources, séparées par l’obscurité des années sur lesquelles nous n’avons rien. Cependant, il me semble valoir la peine de se demander si les écrits de ces années fertiles ne reflètent pas une expérience plus ordinaire que celle qu’Abélard a voulu mentionner dans sa Consolatoria. Car si ses écrits connus sont liés aux célèbres « calamités », ils sont aussi l’expression des présuppositions, de l’imaginaire et des convictions d’un érudit qui connaissait bien le Nord de la France du temps de la Première Croisade.

  • 28 Affirmation discutable ;mais voir Mews (Constant J.), » In search of a name and its significance : (...)
  • 29 HC, p. 65, 67, 74, 98, lignes 65-69, 155-158, 394-399, 1229-1254.
  • 30 « Cartularium monasterii beatae Mariae Caritatis Andegavensis », éd. par Marchegay (Paul), Archive (...)

16Nous sommes renseignés sur certains éléments de l’environnement dans lequel Héloïse et Abélard évoluaient. De plus, il paraît possible d’évaluer dans quelle mesure Abélard y était inséré. Tout d’abord, avec toute la prudence nécessaire, il y a la Bretagne. Abélard était né à la frontière angevine de la Bretagne ; mais il n’était pas breton28. Ce fut une des raisons de ses ennuis avec les moines de Saint-Gildas. Et cependant il devait se souvenir de cette marche bretonne avec affection, puisqu’il rentra au pays – son propre mot est « repatriare » – à plusieurs reprises. D’abord, lors d’un long séjour (1105-1108) pour se rétablir d’une période de surmenage. Puis lorsque ses parents se retirèrent dans la vie religieuse. Encore, bien plus tard, lorsqu’Héloïse donna naissance à leur fils : ils se rendirent alors vraisemblablement dans le château natal d’Abélard, Le Pallet. Enfin, encore dix ans plus tard, lorsqu’il fut élu Abbé de Saint-Gildas29. À ce moment-là, il était un homme célèbre, connu des cercles de la noblesse ; on le voit auprès du comte de Bretagne dans une charte de 112830. Avec le temps l’antagonisme de ses moines lui fera préférer la Champagne à la Bretagne.

  • 31 On peut former une impression de ces seigneuries (c. 1050-1125) à partir du « Cartulaire de l’abba (...)
  • 32 Morice (Hyacinthe), Histoire ecclésiastique et civile de la Bretagne…, 2 vols., Paris, 1750-56, i, (...)
  • 33 Citations dans la note 31

17La marche bretonne où grandit Abélard était une zone de multiples seigneuries, châteaux et fiefs. Ne sachant rien du Pallet en raison du manque d’archives, on ne peut que supposer que sa structure patrimoniale et seigneuriale ressemblait à celles de Redon et de Rennes, plus au nord31. Durant son adolescence, Abélard aurait dû entendre parler du mariage d’Ermengarde d’Anjou avec le comte Alain Fergent de Bretagne ; entendre parler de la campagne zélée de réforme cléricale menée, non loin, par Robert d’Arbrissel, et de la venue au Mans du Pape Urbain préchant la réforme et la croisade32. Ce qu’il fuyait, tout en poursuivant sa quête d’éducation, c’était les devoirs pénibles associés à la garde des terres familiales : la surveillance des paysans tenanciers, la compétition pour les ressources marchandes en plein développement, et les dangers aussi bien que les gratifications associées à la fidélité jurée à d’ambitieux princes. Et encore une chose, qui était peut-être moins consciente, bien que ses effets se soient fait sentir de plus en plus clairement sur la sensibilité morale d’Abélard lors de ses retours successifs en Bretagne : l’expérience ordinaire du pouvoir, pour la grande majorité, était celle de la domination personnelle (la seigneurie au sens affectif du mot) : des droits sur les autres et leur travail, des coutumes banales d’exigence et de jugement. Et l’on trouve de nombreux éléments dans les chartes de Redon et de Rennes qui suggèrent que ce pouvoir seigneurial était habituellement dur, et que les moindres laïcs qui en possédaient un tant soit peu étaient fort enclins à outrepasser leurs droits, et à opprimer33.

  • 34 HC, p.64-67 ; Bautier (R.-H.), » Paris au temps d’Abélard », 1981, réimprimé dans Études sur la Fr (...)

18On peut assurément en dire autant de l’Île-de-France. Lorsqu’il arriva à Paris pour la première fois vers 1100 pour étudier avec Guillaume de Champeaux, Abélard avait l’âge et l’expérience nécessaires pour se délecter d’une ville en pleine expansion ; mais aussi pour se rendre compte de l’impressionnante concentration de pouvoirs – le Seigneur-Roi, l’évêque et les abbés, et les seigneuries fortifiées tout autour de la ville – qui faisait de la ville un univers plus dynamique et plus précaire à la fois que la patrie qu’il avait quittée. Et là, de fait, Abélard fut forcé de se rendre compte de la nécessité des alliances et des allégeances, s’il ne s’en était pas déjà rendu compte à Loches. On avait besoin de protecteurs, de disciples, et d’amis pour obtenir la reconnaissance en ce temps où il n’existait aucune procédure de distinction académique. Les étudiants-disciples comme les amis, tous anonymes (sauf Héloïse), avaient pour la plupart pour origine la petite aristocratie des environs de la ville. Ce qui explique, sans doute, la raison pour laquelle Abélard établit ses écoles à Melun et Corbeil quand ses prouesses eurent excité la jalousie à Paris34.

  • 35 Bautier (R.-H.), « Paris au temps d’Abélard »,p. 40-77 ; Suger, Vie de Louis VI le Gros, éd. Par H (...)

19L’aristocratie châtelaine de l’Île-de-France était le monde d’Héloïse. Il est vraisemblable, comme l’a montré R.-H. Bautier, qu’elle ait été apparentée à la famille de Montmorency ainsi qu’aux vicomtes de Chartres. Durant les premières années d’Abélard à Paris, Bouchard de Montmorency était tombé en disgrâce aux yeux du roi Philippe Ier. Et la campagne menée pour que Montmorency se soumette à un jugement qui lui était défavorable fut la première d’une série d’actions entreprises par Louis VI pour s’assurer le contrôle royal effectif sur les familles castrales. Abélard était certainement au courant de ces campagnes royales, et de leurs résultats frappants. Le Seigneur-Roi auquel il fit appel en 1122 était couronné de succès aussi bien que célèbre ; et les Garlande, dont Abélard cultivait la compagnie dans l’entourage du roi, étaient les vainqueurs d’une âpre lutte pour les faveurs royales dans une société de châteaux et de chevaliers en pleine ascension sociale35.

  • 36 La chronique de Morigny (1095-1152), éd. par Mirot (Léon), 2e éd., Collection de Textes pour servi (...)
  • 37 Recueil des actes de Philippe Ier, roi de France (1059-1108), Chartes et Diplômes relatifs à l’His (...)
  • 38 Ibid., nos 64, 77, 153 ; Recueil des actes de Louis VI, roi de France (1108-1137), éd. par Dufour (...)
  • 39 Actes de Louis VI, i, nos 167, 277 ;et Bournazel (E.), Gouvernement capétien, comme cité à la note (...)

20Ce qui frappe surtout dans les restes de cette société est le pouvoir de devenir par comparaison avec celui du statut acquis. Partout, des hommes de moindre importance, soit disposant de leurs propres forces, soit encouragés par l’ambition partagée de deux ou trois partisans, soit parce qu’ils disposaient de pouvoirs délégués par un seigneur de rang, tentaient d’augmenter les impôts coutumiers sur les paysans, ou de mettre en place de nouvelles taxes en empiétant sur les droits acquis. À Morigny, peut-être au moment précis où Abélard enseignait à Melun, non loin de là, d’opportunistes propriétaires tentaient de faire peser de nouvelles charges sur des tenanciers en train de constituer un nouveau patrimoine monastique36. Quelques années auparavant, les moines de Saint-Père à Melun avaient eux-mêmes subi ce qu’un acte du roi Philippe Ier consigne comme « la violence et les intrusions que notre prévôt et nos autres agents font injustement subir à leurs hommes37 ». On entendait de telles plaintes dans toutes les châtellenies et prévôtés royales de l’Île-de-France. La carrière parisienne d’Abélard coïncida avec les campagnes de Louis VI visant à rétablir la justice royale, ce qui réduirait l’étendue des pouvoirs seigneuriaux, et à limiter, sinon supprimer, les ambitions des prévôts et des ministri qui cherchaient à agrandir la part de richesse patrimoniale qui leur servait de salaire38. Plus tard Abélard est sans doute arrivé à comprendre que Louis VI répondait aux pétitions des habitants des villes qui réclamaient un allégement des impôts arbitraires, comme à Compiègne et à Laon. Il savait bien que les courtiers comme Étienne Garlande, qui fut un temps son allié, étaient en train d’agrandir leurs propres seigneuries au service du roi39.

  • 40 HC, p. 91, lignes 988-989.
  • 41 Cartulaire de l’abbaye de Saint-Loup de Troyes, éd. par Lalore (Charles), Collection des principau (...)

21En tant qu’habitat professionnel et social, Paris et ses environs étaient un élément central dans la vie d’Abélard. En tant qu’expérience du pouvoir, cependant, il est possible que Paris ait été peu différent de la Champagne où il se réfugia en 1122 ou 1123, ou de la Bourgogne où il vint se reposer et mourir après 1140. Mais alors qu’après 1110 la France devenait (à nouveau) un protectorat du roi, Provins parut un autre monde à Abélard : « les terres », dit-il, « du Comte Thibaut » de Troyes40. Ici encore, les petites seigneuries abondaient, et les chartes suggèrent que les abus de pouvoir et la violence ne manquaient pas41. Mais la région était prospère et le Comte pouvait maintenir l’ordre ; et comme les disciples d’Abélard se multipliaient autour de lui dans sa retraite champenoise, l’expérience du pouvoir prit pour lui une nouvelle signification. Bernard de Clairvaux, maintenant son voisin, et d’autres prêcheurs, auraient pu remarquer que se construisait là une seigneurie religieuse et intellectuelle bien plus menaçante que l’oppression des paysans par les chevaliers. On peut (donc) affirmer que l’expérience du pouvoir d’Abélard fut dans une large mesure forgée durant ses années d’enseignement à Paris et dans ses environs.

  • 42 Sermo XXI, PL clxxviii, col. 518 ; voir aussi Sermo XXVI, col. 546.
  • 43 Sermo XXVI, col. 541 ; Sermo II, col. 390 ; Sermo X, col. 451 ; O quanta qualia, éd. par Dreves (G (...)
  • 44 Theologia christiana, éd.par Buyatert,CCCMxii,ii. 45, p.150 ; ii. 49, p.151-152 ; ii. 51p. 152.
  • 45 Voir dessus, à la note 27.
  • 46 Comm. ad Romanos, i.1, p. 54 ; i.5, p. 58 ; xii.11, p. 278 ; Sermo IV, PL clxxviii, col. 411 ; Ser (...)

22Abélard parla une fois de « l’armée de Dieu » combattant « les princes et les pouvoirs aériens » en sortant des « châteaux… qui sont ceux des anges et des croyants42 ». Il imaginait Dieu chez lui dans une « curia céleste », à laquelle il donna les traits d’un « palais » où la paix, le repos et la joie attendent ceux qui accomplissent le voyage de Babylone à (cette) Jérusalem. Le peuple de Dieu habite des « villes, des châteaux et des villages » qui ne sont pas sans rappeler ceux des Actes et de Luc, mais qui suggèrent aussi l’Ile-de-France. Abélard aimait les foules qui venaient le chercher et chantaient ses chansons. Il regrettait l’existence de celles qui troublaient la paix de la vie religieuse43. De telles images montrent un « idéal des suivants » (follower-ship) que l’on trouve dans bien des écrits d’Abélard, et sur lequel nous reviendrons. Mais il nous faut d’abord observer que l’imaginaire du pouvoir tiré des textes chrétiens convergeait avec un autre, inspiré des préceptes antiques de communauté et d’ordre. Bien que nous ne disposions d’aucun commentaire sur des troubles à Beauvais ou à Laon qui soit comparable à ceux de Guibert de Nogent, Abélard réagissait à la vie associative autour de lui. Il faisait la distinction entre les paysans et les gens des villes, et commenta l’égalité inhérente à la vie civique. Il exposa la nature socialement utilitaire de la res publica en termes cicéroniens, ajoutant que certaines assemblées du clergé pouvaient à proprement parler recevoir le nom de « cités44 ». Et cependant, comme nous l’avons vu, il conseillait à son fils de s’occuper « de la meilleure partie » lorsqu’il devait prendre une décision45. Et son interprétation de l’ordre institutionnel de la domination divine était celle d’un pouvoir effluent distribué par des fonctions séculières et cléricales, l’onction des rois et des prêtres signifiant l’exercice des offices du Christ46.

  • 47 Comm. ad Romanos, viii.14,p. 217 ;lettre 4,éd.par Muckle, Mediaeval Studies xv, p. 92 (= Epistola (...)

23De tout cela, seul le pouvoir seigneurial pose problème, pour nous peut-être plus que pour Abélard, car ce pouvoir résonnait de plusieurs façons contradictoires. Il n’y a pas grand-chose dans ses écrits pour suggérer qu’il ait eu une vision normative de ce qu’être un bon seigneur signifiait. Il était du devoir des rois et des potestates d’exercer le pouvoir divin de commander et de juger ; mais il avait peu de choses à dire du pouvoir distribué entre des personnages moins importants (moins qu’Héloïse, semble-t-il). L’explication se trouve peut-être dans l’idée implicite (et logique) que le pouvoir ordonné était réservé aux princes ; mais elle se trouve aussi, me semble-t-il, en partie dans le concept de followership chez Abélard, et en partie dans l’expérience du pouvoir qui fut la sienne, telle que je l’ai esquissée plus haut. Ce que je désigne par « followership » correspond normalement à la domination exercée sur les serviteurs, un pouvoir qui dans la pratique séculière devait nécessairement être bien en deçà de la norme chrétienne. Car Abélard pensait que les servi étaient soumis aux seigneurs « par la peur », alors que les « fils de Dieu étaient soumis par amour ». C’est uniquement dans ce contexte qu’il soulève la question des diverses dimensions affectives du pouvoir, tandis qu’ailleurs il loue la bonté du pouvoir paternel47.

  • 48 The letters of Peter the Venerable, éd. par Constable (Giles), 2 vols., Harvard Historical Studies (...)
  • 49 The Ecclesiastical History of Orderic Vitalis, éd. par Chibnall (Marjorie), 6 vols., OMT, Oxford, (...)
  • 50 Jean de Marmoutier, Historia Gaufredi, éd. par Halphen (Louis) et Poupardin (René), Chroniques des (...)
  • 51 Sermo xxxiii, PL clxxviii, cols. 587-588.

24Mais la compréhension qu’avait Abélard de la domination personnelle provenait certainement de sa propre expérience, dont il faut encore dire quelques mots. Les habitats qui étaient familiers à Abélard étaient des microcosmes d’une plus vaste France du Nord qu’il semble n’avoir jamais explorée. C’était un univers de pouvoir normatif où les rois et les princes recevaient les honneurs dus à ceux qui exerçaient le pouvoir divin de commander et de juger, mais où la réalité quotidienne du pouvoir était faite de chevaliers et d’hommes avides d’être seigneurs qui luttaient pour obtenir des droits patrimoniaux et un statut libre, et qui étaient sans cesse tentés d’exiger et de saisir. Pierre le Vénérable pensait qu’il était normal que les seigneurs laïcs fassent imposer durement les paysans48. Orderic Vital décrit la Normandie du temps de la vie adulte d’Abélard comme étant victime des excès d’hommes violents, et il rapporte de nombreux récits à l’appui de ses dires49. Et, au moment même où Abélard subissait le même genre d’oppression en Bretagne, un baron angevin du nom de Guiraud Bellais tentait de créer une seigneurie castrale fondée sur la violence et l’oppression, surtout aux dépens des moines et des tenanciers du prieuré de Méron50. Quoi qu’il en soit, si l’on en juge par un sermon pour la fête de Saint Jean Baptiste qu’il a peut-être prêché, Abélard partageait le point de vue de Pierre le Vénérable et d’Orderic. En fait, il alla même au-delà de leurs positions, car non seulement il dénonça la « tyrannie » ordinaire des exactions et des saisies perpétrées par les laïcs sur leurs tenanciers, mais il alla jusqu’à affirmer que les moines eux-mêmes se rendaient coupables des mêmes abus de pouvoirs seigneuriaux51.

  • 52 HC, p. 98-100, lignes 1229-1303.
  • 53 Lettre 7, éd. par McLauglhlin (T. P.), « Abelard’s Rule for religious women », Mediaeval Studies x (...)

25Bien que cette affirmation puisse paraître hyperbolique, elle reflète probablement l’expérience la plus intense et la plus révélatrice qu’Abélard ait eu du pouvoir mondain : son rôle d’abbé à St Gildas. Il se décrit cherchant à rétablir la discipline parmi des moines qui avaient abandonné la Règle, vivaient de manière licencieuse grâce à un patrimoine exempt de toute comptabilité, et subissaient les déprédations d’un seigneur local – dont nous ne savons pas le nom – qui pouvait sans doute prétendre agir pour rétablir l’ordre52. Il faut ici faire remarquer trois points. Premièrement, Abélard avait repris à son compte la défense de l’autorité normative. Ayant reconnu le rôle des conciles comme médiateurs du pouvoir de Dieu, et cela malgré sa défaite à Soissons, il entreprit non seulement de vivre la vie religieuse, mais aussi de la réorganiser ; et son amère description des troubles à Saint-Gildas est suivie, dans la Consolatoria, de l’expression de ses remords à propos de son incapacité à assurer l’entretien d’Héloïse et ses nonnes au Paraclet, – et par ses lettres de direction par lesquelles il chercha à remédier à cette négligence. Il est possible qu’il se soit senti dans une position ambiguë en tant qu’abbé, car il remplissait un office religieux selon de vénérables préceptes canoniques, et en même temps il devait faire face à l’obligation très seigneuriale de reconstituer et de consolider le patrimoine monastique, dans de circonstances gênantes53.

  • 54 Duby (Georges), Guerriers et paysans viie -xiie siècles : premier essor de l’économie européenne, (...)
  • 55 The Peterborough chronicle, 1070-1154, éd. par Clarc (Cecily), 2e éd., Oxford, 1970, aux années 11 (...)
  • 56 Libellus de rebus Glastoniensibus et primo de H. episcopo, éd. Hearne (Thomas), Historia de rebus (...)

26Deuxièmement, il faut noter que l’effondrement de la discipline à Saint-Gildas devait être lié à la fois à la croissance économique du début du xiie siècle et aux ambitions agressives d’hommes de guerre voulant accéder au statut seigneurial. Ces deux phénomènes étaient généralisés. Ils avaient été remarqués et déplorés par des réformateurs dans l’Italie grégorienne, puis par d’autres en France54. Les patrimoines monastiques étaient soumis à comptabilité uniquement dans la mesure où les régisseurs considéraient leurs tâches comme relevant d’offices révocables. Or, au début d’années 1120, on voit un moine opportuniste du nom d’Henri, souhaitant devenir abbé, essayant sans scrupule d’ajouter l’abbaye de Peterborough à sa possession de l’abbaye de Saint-Jean d’ Angély55. Vers 1126, pratiquement au moment où Abélard arrivait à Saint-Gildas, on voit un autre moine nommé Henri, installé à Glastonbury à la tête d’un groupe de moines tout aussi désorganisé, les réformer avec un tel succès tranquille que nul ne protesta lorsque, quand il fut élu évêque de Winchester en 1129, il garda l’abbaye comme pluraliste56. Les deux Henri avaient été à Cluny, et se connaissaient certainement.

  • 57 Lanote 50, au-dessus ; Guibert de Nogent, Autobiographie, éd. par Labande (Edmond-René), Les Class (...)
  • 58 . Au dessus, note 36.
  • 59 Petrus Abaelardus, Dialectica, éd.par Rijk (L.M.),2eéd.,Assen,1970,ii.1,p.168 : « Sic quoque et cum (...)
  • 60 Dialectica 111.2, p. 450 : « … ut rationalitas homini vel tiranno crudelitas. Non enim in propriet (...)
  • 61 Suger, Vie de Louis VI, chap. 2-8, 11, 12, 15, 17-22, 24, 25, 31 ; Recueil des actes de Louis VI, (...)

27Troisièmement, le récit par Abélard de ses ennuis en Bretagne, comme bien d’autres textes commémoratifs de cette époque en Europe du nord-ouest, mentionne les mauvais seigneurs comme une réalité de la vie. Le tirannus anonyme qui s’était approprié les revenus monastiques et avait fait subir des exactions arbitraires aux moines de Saint-Gildas (c’est-à-dire à leurs tenanciers ?), avant de harceler l’Abbé Abélard, ressemble beaucoup à Guiraud Bellais dans le récit de Jean de Marmoutier (et à d’autres choses) ; ressemble beaucoup à Thomas de Marle dans le mémoire de Guibert de Nogent (et à d’autres choses) ; et ressemble aussi quelque peu à l’abbé Robert de Saint-Pierre-sur-Dive dans l’Historia d’Orderic57. Abélard connaissait certainement ces noms et ces histoires. Il devait également se souvenir de pillards moins tristement célèbres, comme ceux qui empiétaient sur les tenanciers de Morigny, vers le moment où Abélard enseignait à Melun58. Plus encore, le souvenir du pouvoir brutal dans les seigneuries héréditaires était devenu proverbial dans la société de l’époque, et Abélard le savait. Lorsqu’il expliqua Aristote au sujet de la « prédication accidentelle », il introduisit comme un exemple à lui la phrase « le tyran se perpétue à travers ses fils59 ». Ce qui distinguait le tyran était sa cruauté60. Tout le monde savait ce que seul Suger a consigné : par une difficile campagne qui dura deux décennies le Prince, puis le Roi, Louis VI, parvint à amener à la soumission ou à la justice bien des oppresseurs des terres cléricales61.

  • 62 Bautier (R.-H.), « Paris au temps d’Abélard », p. 75-77.
  • 63 Dialectica, v.1, p. 561, et comme cité à la note 59 ; Comm. ad Romanos v.19, éd. par Buyatert, CCC (...)
  • 64 Dialectica iii.1, p. 274 ; Carmen, lignes 633-634,éd.par Rubingh-Bosscher,p.141 ; Super topica glo (...)
  • 65 Dialectica iii.2, p. 431, 442 ; Sermo XI, PL clxxviii, col. 459D. Castra ne sont pas toujours méch (...)
  • 66 HC, p. 99, lignes 1278-1280 : « Foris me tyrannus ille et satellites sui assidue opprimebant ; int (...)
  • 67 Carmen, lignes 799-800, éd. par Rubingh-Bosscher, p. 151 ; Super topica glossae, éd. par PRA, p. 2 (...)

28Ainsi, la domination oppressive était une réalité pour Abélard. Pas toujours quelque chose d’intolérable, peut-on supposer, car on ne pouvait pas toujours se montrer difficile dans le choix de ses alliés. Il est possible qu’Héloïse ait été apparentée aux familles Montmorency et Beaumont, qui furent toutes deux parmi les premières cibles des campagnes du roi, et les Montmorency étaient hostiles à Saint-Denis. L’expulsion d’Héloïse d’Argenteuil en 1129 coïncida avec le renvoi d’Étienne de Garlande de la cour du roi62. Cependant, Abélard était clair dans sa conceptualisation de la domination violente ou abusive. Dans son vocabulaire, il s’agissait de « tyrannie », une notion (dans l’un de ses contextes) – tyrannia, tyrannis – qui pouvait très bien survivre à ceux qui s’en rendaient coupables. Ceux-ci étaient des « tyrans », ou parfois simplement les « méchants » (mali63). Lorsqu’il réfléchissait à la domination qui s’exerçait sur les serviteurs, il pensait à la violence et aux coups64. Et ce n’est pas tout. Abélard estimait le château inférieur à la ville comme organisation du pouvoir des hommes ; la ville était un « conventus d’hommes vivant selon des lois », alors que le château (castellum) était un lieu de « fortification tyrannique65 ». De plus, il avait l’intuition des mécanismes de la collaboration agressive, parlant des méchants, et faisant référence péjorative à la suite des tyrans comme à des satellites. Ainsi est décrit le seigneur oppressif de Saint-Gildas66. Telle était la réalité, – et Abélard était réaliste. « Nulle personne douée de raison ne s’étonne de la prospérité des hommes mauvais », écrivait-il à son fils. Et il s’interrogeait, d’une façon qui peut paraître cynique, sur la différence entre le tyran et le prince : consistait-elle simplement en ce que « le tyran opprimait le peuple par une domination fondée sur la violence67 ? ».

  • 68 HC, p. 89, ligne 925.

29Bien que normale et répandue à l’époque, la violence était condamnée par Abélard. Le fait d’être forcé de brûler son livre sur la Trinité était un acte de « violence » qu’il évoquait avec amertume68. Le problème théologique était de comprendre pourquoi Dieu permettait une telle malfaisance. Et l’intérêt historique de la solution d’Abélard est qu’elle montre comment un moraliste réfléchi pouvait à la fois déplorer ces horreurs et rendre la violence tolérablement normale.

30Telle était la réaction d’un homme pour qui l’expérience du pouvoir était intense. Pierre Abélard provoqua, directement ou indirectement, les situations de crise où son autorité intellectuelle fut mise en doute ou rejetée. Il demanda justice aux pouvoirs publics : les conciles ecclésiastiques et la cour du roi. Il réfléchissait aux témoignages de la vie institutionnelle de l’époque classique dont il se délectait. Et il fut témoin, moins consciemment, de l’âpre culture des châteaux dans laquelle il avait été élevé. Ni inclus dans ces châteaux, ni trop loin d’eux, il n’avait comme point commun avec les masses sans voix que le fait de penser que ces châteaux étaient une évidence.

31Faut-il en conclure qu’Abélard voulait faire la distinction entre les pouvoirs du gouvernement et ceux des seigneurs ? Les premiers n’étaient pas qu’une abstraction venue des notions cicéroniennes d’intérêt général et de lois établies, car Abélard pensait certainement que les rois et les évêques à la justice desquels il faisait appel étaient les gouvernants dans les ordres publics d’une population librement soumise. La domination, ou du moins le pouvoir des seigneurs de ce monde, est par contre une catégorie aux contours moins explicites. Ce concept, qui est historiquement théologique ou biblique, était lié pour Abélard aux notions d’obligation, d’amour, et de crainte. Et cependant, dans son expérience concrète, qui se distingue ici, pour une fois, de sa position intellectuelle, Abélard fusionnait sans aucun doute le gouvernement et le pouvoir seigneurial – ou, plus exactement, le gouvernement et le pouvoir seigneurial bien exercé. Ainsi, on le voit chercher justice auprès du roi Louis VI en 1126, mais aussi chercher la faveur du roi, et il est difficile d’interpréter ce bref contact avec les faveurs royales autrement qu’en termes affectifs. Une étude de ses confrontations avec Bernard de Clairvaux démontrerait certainement la même chose.

32L’expérience quotidienne du pouvoir d’Abélard et d’Héloïse, comme celle de la plupart de leurs contemporains, était en fait une expérience de soumission affective, de fidélité, et de service – cet habitus de dépendance personnelle qui allait de pair avec l’obéissance familiale mais n’était que rarement synonyme de citoyenneté. La tension entre les communautés d’intérêts (d’une part) et la fidélité interpersonnelle (d’autre part) commençait à être apparente du temps d’Abélard, qui a dû en être témoin à Laon et à Paris, même si elle n’est que peu reflétée par sa pensée.

33Et pourtant, finalement, il n’y a rien de mystérieux dans l’expérience de la domination, du fait d’être seigneur, qui fut celle d’Abélard. Car il était aimé d’Héloïse, dont la première lettre de la longue correspondance qui nous est connue – lettre dont, quelle qu’en soit la véracité objective, on peut soutenir qu’elle contient la plus belle expression qu’il nous reste du xiie siècle – décrit Abélard dans le plus rare des rôles visibles : celui de seigneur-créateur.

  • 69 Première lettre à Abélard, éd. par Muckle (J. T.), Mediaeval Studies xv, 1953, p. 69. Sur le carac (...)

« Car toi seul après Dieu, écrivait-elle, es le seul fondateur de ce lieu [le Paraclet], le seul constructeur de cet oratoire, le seul architecte de cette communauté. Tu n’as rien construit ici sur des fondations posées par un autre. Tout ici est ta propre création. Ce lieu était un désert sauvage ouvert aux bêtes et aux brigands, un lieu qui n’avait connu nulle maison, nulle habitation humaine… où le nom de Dieu n’avait jamais été entendu ; tu y as construit un sanctuaire à Dieu. Des clercs et des érudits sont venus ici en grand nombre, désireux d’entendre ton enseignement, et ont pourvu à tous tes besoins… ».
Et ainsi elle est à toi, vraiment à toi seul, cette nouvelle plantation dédiée à un but sacré, mais ce qui y est semé ce sont des plantes encore fragiles, et qu’il faut arroser si on veut qu’elles prospèrent69.

34L’insistance sur la domination découlant de la propriété – « et ainsi il est à toi, vraiment à toi seul » – est ici parfaitement tempérée par la représentation d’un accomplissement responsable des tâches liées au pouvoir. De plus, la négligence qu’Abélard se faisait passionnément et affectueusement reprocher montre au grand jour la vulnérabilité psychologique de la domination médiévale : son manque de comptabilité établie.

  • 70 Le sens d’Héloïse de sa dépendance quasi-servile auprès du seigneur Abélard est encore un autre as (...)

35Une fois prise en compte la distorsion induite par l’amour, il reste que le passage cité plus haut dessine un portrait qu’Abélard aurait pu reconnaître. Je suggère même qu’il pourrait bien s’agir là de son propre modèle du pouvoir vertueux. Le pouvoir seigneurial était en définitive – et dans l’idéal – confondu avec le gouvernement. Ceci ne signifie pas que la créativité inspirée de l’Abbé Abélard, avec ce qu’elle supposait de compétence et de responsabilité, était considérée comme ordinaire dans la société laïque. C’était précisément cette sorte de « plantation » monastique qui avait été perturbée à Morigny, par des seigneurs bien autrement créatifs70.

  • 71 Sic et non, 13 : « Qui dicit, quare Deus fecit caelum et terram ? respondendum est illi, quia volu (...)

36Il était justifiable, selon Abélard, que le Seigneur Dieu agisse de manière arbitraire71. Mais il en allait différemment des hommes, car ceux-ci oubliaient trop facilement qu’ils dérivaient leur pouvoir de Dieu.

Notes

1 Abelard, Historia calamitatum, éd. J. Mofrin, Bibliothèque des Textes philosophiques, Paris, 1959, p. 63. Pierre Abélard a écrit précisément « de ipsis calamitatum mearum experimentis » : lignes 4-5 : « de l’expérience de mes calamités ».

2 Ibid., p. 89-92.

3 Voir, sur ceci, The Cambridge history of medieval political thought, c. 350-c. 1450, éd. Bruns (J. H.), Cambridge, 1988, chap. 8, 9, 12.

4 HC, p. 64-69.

5 Voir notamment [Abélard] Sic et non : a critical edition, ed. Boyer (Blanche B.) et Mickeon (Richard), Chicago, 1976 ; Commentaria in epistolam Pauli ad Romanos, ed. Buyatert (Eligius M.), Petri Abaelardi opera theologica, i. Corpus christianorum continuatio mediaevalis [= CCCM] xi, Turnhout, 1969, p. 39-340 ; Theologia christiana, ed. (E. M.), CCCM xii, Turnhout, 1969, p. 69-372 ; Dialogus inter philosophum, Judaeum et Christianum, éd. par Marenbon (John), Oxford Medieval Texts, Oxford, 2001 ; et Peter Abelard. Carmen ad Astralabium. A critical edition, éd. par Rubingh-Bosscher (Josepha Maria Annaïs). Rijksuniversiteit te Groningen, Groningen, 1987. Voir aussi Clanchy (Michael T.), Abelard : a medieval life, Oxford, 1997, 3e partie.

6 « Petri Abaelardi… sermones », dans Patrologiae cursus completus… Series latina, éd. par mIGNEr (J.-P.), 221 vols., Paris, 1844-64, [= PL], clxxviii, col. 379-610 ; « Epistolae », ibid., col. 113-379, mais je cite les Lettres 2-8 d’après les éditions de Muckle (J. T.) et McLauglhlin (T. P.).

7 Comm. ad Romanos, éd.par Buyatert (E.M.),CCCMxi, p.285-286 ;aussi Comm. ad Romanos xii.11, p. 278.

8 Ibid. xiii.1, p. 285-286.

9 HC, p. 91-92.

10 Ibid., p. 82-89 ;et citations dans Clanchy (M.T.), Abelard, p. 307-310, 390.

11 Ou bien, pas directement. Voir, cependant, Dialogues, p. 16-18, 134-150 [= PL clxxxviii, col. 1653-1658] ; et les renvois dans la note 13.

12 Par exemple, Theologia christiana ii. 52,éd.par Buyatert (E.M.),CCCMxii,p.153 ; Comm. ad Romanos i.5, éd. par Buyatert (E. M.), CCCM xi, p. 58-59 ; et Luscombe (D. E.) and Evans (G. R.), dans Cambridge history of medieval political thought, p. 313 ; aussi Luscombe (David), « City and politics before the coming of the Politics : some illustrations », Church and city, 1000-1750. Essays in honour of Christopher Brooke, ed. Abufalia (David), Franclin (Michael) and Rubin (Miri), Cambridge, 1992, p. 33-55.

13 Carmen,lignes 97-98, 443-446,éd.par Rubingh-Bosscher,p. 111, 131 ;et Southerne (R.W.), « The letters of Abelard and Heloise », dans Medieval humanism and other studies, Oxford, 1970, p. 95.

14 Foucault (Michel), « The subject and power », Critical Inquiry viii, 1982, p. 782-785.

15 15. Georgie le Grand, Regula pastoralis, éd. par Rommel(Floribert) et al., 2 vols., Sources chrétiennes, Paris, 1992 ; Abelard, Sermo XXX, dans PL clxxviii, col. 564-569.

16 Voir Clanchy (M. T.), Abelard ; Marenbon (John), The philosophy of Peter Abelard, Cambridge, 1997, chap. 1.

17 HC, p. 63-65, 67, 74.

18 Southerne (R. W.), « Letters of Abelard and Heloise », p. 90.

19 HC,p. 80,lignes 602-604 ;lettre 4,éd.par Muckle (J.T.), » The personal letters between Abelard and Heloise », Mediaeval Studies xv, 1953, p. 88 (= Epistola V dans PL clxxviii, col. 205).

20 Dire cela, c’est se confier à l’HC, confiance qui me semble justifiée. Voir aussi Clanchy (M. T.), Abelard, p. 72-75.

21 Carmen, lignes 65-68, 785-786, 968 ; éd. par Rubingh-Bosscher, p. 109, 149, 161.

22 HC, p. 82-89, lignes 690-909

23 Voir Marenbon (J.), Philosophy, p. 17-19 ; Clanchy (M.T.), Abelard, p. 295-301.

24 Marenbon (J.), Philosophy, p. 26-32.

25 Peter Abelard’s Ethics, éd. par Luscombe (D. E.), OMT, Oxford, 1971, p. 38-40.

26 HC, p. 89-92, 98-100, lignes 928-1037, 1229-1303. Voir aussi les réflexions remarquables sur la soumission aux décisions injustes, dans Ethics, p. 122-126

27 Carmen,lignes 253-254 ;éd.par Rubingh-Bosscher,p.121.

28 Affirmation discutable ;mais voir Mews (Constant J.), » In search of a name and its significance : a twelfth-century anecdote about Thierry and Peter Abaelard », Traditio xliv, 1988, p. 194-196.

29 HC, p. 65, 67, 74, 98, lignes 65-69, 155-158, 394-399, 1229-1254.

30 « Cartularium monasterii beatae Mariae Caritatis Andegavensis », éd. par Marchegay (Paul), Archives d’Anjou iii, 1854, 289, n° 453.

31 On peut former une impression de ces seigneuries (c. 1050-1125) à partir du « Cartulaire de l’abbaye de Saint-Georges de Rennes », éd. par La Bigne Villeneuve (Paul de), Bulletin et Mémoires de la Société archéologique du Département d’Ille-et-Vilaine ix, Rennes, 1875, nos 1, 2, 2 bis, 7, 13, 16, 24, 39, 50, 53, 56 bis, 63-65 ; et du Cartulaire de l’abbaye de Redon en Bretagne, éd. par Courson (Aurélien de). Collection de Documents inédits sur l’Histoire de France…, Paris, 1863, nos 284, 287-289, 293, 297, 298, 314, 316, 318, 341, 351, 352, 358, 363, 364, 370. Voir aussi Meuret (Jean-Claude), Peuplement, pouvoir et paysage sur la marche Anjou-Bretagne (des origines au Moyen Âge). La Mayenne : Archéologie, Histoire – supplément 4, Laval, 1993, chap. 12.

32 Morice (Hyacinthe), Histoire ecclésiastique et civile de la Bretagne…, 2 vols., Paris, 1750-56, i, p. 81-98. Il n’y a rien sur les règnes ou évènements de cette période dans Delumeau (Jean), Histoire de la Bretagne, Univers de la France, Toulouse, 1969.

33 Citations dans la note 31

34 HC, p.64-67 ; Bautier (R.-H.), » Paris au temps d’Abélard », 1981, réimprimé dans Études sur la France capétienne. De Louis VI au fils de Philippe le Bel, Collected Studies 359, Ashgate, 1992, chap. 1

35 Bautier (R.-H.), « Paris au temps d’Abélard »,p. 40-77 ; Suger, Vie de Louis VI le Gros, éd. Par Henri Waquet, Les Classiques de l’Histoire de France au Moyen Âge, Paris, 1929, chap. 2-8, 11, 12, 15, 18-22,24, 25, 31 ; Bournazel (Eric), Le gouvernement capétien au xiiesiècle, 1108-1180. Structures sociales et mutations institutionelles

, Publications de la Faculté de Droit et des Sciences économiques de l’Université de Limoges, Paris, 1975, chap. 2, 3.

36 La chronique de Morigny (1095-1152), éd. par Mirot (Léon), 2e éd., Collection de Textes pour servir à l’Enseignement de l’Histoire, Paris, 1912, p. 2-6.

37 Recueil des actes de Philippe Ier, roi de France (1059-1108), Chartes et Diplômes relatifs à l’Histoire de France publiés par les soins de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 1908, n° 133.

38 Ibid., nos 64, 77, 153 ; Recueil des actes de Louis VI, roi de France (1108-1137), éd. par Dufour (Jean), 4 vols, Chartes et Diplômes…, Paris, 1992-94, i, nos 15, 21, 54, 60, 71, 88, 91, 96, 118, 150,156 ; ii, nos 266,340, 373,411 ;Suger, Vie de Louis VI, comme citée à la note 35.

39 Actes de Louis VI, i, nos 167, 277 ;et Bournazel (E.), Gouvernement capétien, comme cité à la note 35.

40 HC, p. 91, lignes 988-989.

41 Cartulaire de l’abbaye de Saint-Loup de Troyes, éd. par Lalore (Charles), Collection des principaux Cartulaires du Diocèse de Troyes 1, Paris, 1875, nos 2-4 ; Cartulaire de l’abbaye de La Chapelle-aux-Planches, éd.par Lalore (Charles),Collection…4,Paris,1878,n° 6 ; Chartes de Montierender, éd. par Lalore (Charles), Collection… 4, nos 52, 54, 55, 60, 63, 66 68. Voir aussi Bur (Michel), La formation du comté de Champagne v. 950-v. 1150, Publications de l’Université de Nancy II, Nancy, 1977, chap. 4 et 5.

42 Sermo XXI, PL clxxviii, col. 518 ; voir aussi Sermo XXVI, col. 546.

43 Sermo XXVI, col. 541 ; Sermo II, col. 390 ; Sermo X, col. 451 ; O quanta qualia, éd. par Dreves (Guido Maria), Petri Abaelardi peripatetici palatini hymnarius paraclitensis sive hymnorum libelli tres, Paris, 1891, n° 29, p. 62 ; HC, p. 70, lignes 248-257 ; comparer p. 73, lignes 347-362 avec p. 92-94, lignes 1038-1119.

44 Theologia christiana, éd.par Buyatert,CCCMxii,ii. 45, p.150 ; ii. 49, p.151-152 ; ii. 51p. 152.

45 Voir dessus, à la note 27.

46 Comm. ad Romanos, i.1, p. 54 ; i.5, p. 58 ; xii.11, p. 278 ; Sermo IV, PL clxxviii, col. 411 ; Sermo xxiii, cols. 524-529.

47 Comm. ad Romanos, viii.14,p. 217 ;lettre 4,éd.par Muckle, Mediaeval Studies xv, p. 92 (= Epistola V, PL clxxviii, col. 210).

48 The letters of Peter the Venerable, éd. par Constable (Giles), 2 vols., Harvard Historical Studies 78, Cambridge, M., 1967, i, lettre 28, p. 86. Pour les circonstances en Bourgogne, voir SMITH (Gregory A.), « Sine rege, sine principe : Peter the Venerable on violence in twelfth-century Burgundy », Speculum lxxvii, 2002, p. 1-33.

49 The Ecclesiastical History of Orderic Vitalis, éd. par Chibnall (Marjorie), 6 vols., OMT, Oxford, 1969-80, iv, vol. 2, p. 268 ; viii.4-27, vol. 4, p. 146, 296-300, 330 ; x.17, vol. 5, p. 300, 302 ; xi.7,11, vol. 6, p. 46, 60.

50 Jean de Marmoutier, Historia Gaufredi, éd. par Halphen (Louis) et Poupardin (René), Chroniques des comtes d’Anjou et des seigneurs d’Amboise, i, Collection de Textes pour servir à l’Étude et l’Enseignement de l’Histoire, Paris, 1913, p. 215-223 ; Cartulaire de Saint-Aubin d’Angers, éd. par Broussillon (Bertrandde),3vols.,Paris, 1896-1903, ii, p.339,n°865 ;et Flach (Jacques), Les origines de l’ancienne France, 4 vols., Paris, 1886-1917, i, p. 408-411.

51 Sermo xxxiii, PL clxxviii, cols. 587-588.

52 HC, p. 98-100, lignes 1229-1303.

53 Lettre 7, éd. par McLauglhlin (T. P.), « Abelard’s Rule for religious women », Mediaeval Studies xviii, 1956, p. 255-257, 259-260 (= Epistola VIII, PL clxxviii, cols. 272, 276).

54 Duby (Georges), Guerriers et paysans viie -xiie siècles : premier essor de l’économie européenne, Paris, 1973,3epartie ; FLICHE (Augustin), La réforme grégorienne, 3 vols., Spicilegium sacrum Lovaniense,Études et Documents 6, 7, 16, Louvain, 1924-37, i, chap. 3.

55 The Peterborough chronicle, 1070-1154, éd. par Clarc (Cecily), 2e éd., Oxford, 1970, aux années 1123-1127.

56 Libellus de rebus Glastoniensibus et primo de H. episcopo, éd. Hearne (Thomas), Historia de rebus gestis Glastoniensibus, éd. par Hearne (Thomas), 2 vols., London, 1727, ii, p. 303-596 ; et King (Edmund), « Henry of Blois », New Dictionary of National Biography, à paraître.

57 Lanote 50, au-dessus ; Guibert de Nogent, Autobiographie, éd. par Labande (Edmond-René), Les Classiques de Franceau Moyen Âge, Paris, 1981, iii, p. 329, 363, 399-417 ; Suger, Vie de Louis VI, chap. 24,31 ; Vitalis (Orderic), Historia xi.14, vol. 6, p. 72, 74.

58 . Au dessus, note 36.

59 Petrus Abaelardus, Dialectica, éd.par Rijk (L.M.),2eéd.,Assen,1970,ii.1,p.168 : « Sic quoque et cum tyranno aliquo defuncto filiis eius superstitibus patrisque tyrannidem exercentibus solemus dicere quod tyrannus ille adhuc vivat in filiis suis, non in sensu tyranno aliquid attribuimus, sicut constructionis verba habere videntur, sed magis illis quos genuit ». Voir aussi ibid., i.11.3, p. 136 ; et Logica, éd. par Geyer (Bernhard), Peter Abaelards philosophische Schriften. 1. Die Logica « ingredientibus », 3. Die Glosse zu Peri ermenias, éd. par Geyer (B.), Beiträge zur Geschichte der Philosophie des Mittelalters, Texte und Untersuchungen xxi : 3, Münster, 1927, p. 480. Il est tentant d’associer cette illustration avec la campagne de Louis VI contre les châtelains rebelles, dont le succès était manifeste dans les années 1120.

60 Dialectica 111.2, p. 450 : « … ut rationalitas homini vel tiranno crudelitas. Non enim in proprietate tiranni manet qui crudelis non est. Ab hac ita trahitur argumentum : “si non est crudelis, non est tirannus” ».

61 Suger, Vie de Louis VI, chap. 2-8, 11, 12, 15, 17-22, 24, 25, 31 ; Recueil des actes de Louis VI, i, n° 90.

62 Bautier (R.-H.), « Paris au temps d’Abélard », p. 75-77.

63 Dialectica, v.1, p. 561, et comme cité à la note 59 ; Comm. ad Romanos v.19, éd. par Buyatert, CCCM xi, p. 171-172 ; xiii.2, p. 186 ; Carmen, ligne 799, éd. par Rubingh-Bosscher, p. 151

64 Dialectica iii.1, p. 274 ; Carmen, lignes 633-634,éd.par Rubingh-Bosscher,p.141 ; Super topica glossae, éd. par PRA (Mario del), [Pietro Abelardo] Scritti filosofici, Nuova Biblioteca filosofica series II, 3, Rome, 1954, p. 300. Sur le populus des villes comme unité, Dialectica iii.2, p. 431-432.

65 Dialectica iii.2, p. 431, 442 ; Sermo XI, PL clxxviii, col. 459D. Castra ne sont pas toujours méchants, il est vrai : voir lettre 7, éd. par McLauglhlin, Mediaeval Studies XVIII, p. 250 (= Epistola VIII, col. 266) ; et même castella, Sermo XXVI, col. 546.

66 HC, p. 99, lignes 1278-1280 : « Foris me tyrannus ille et satellites sui assidue opprimebant ; intus mihi fratres incessanter insidiabantur… » ; Sermo VI, PL CLXXVIII, col. 428 : « Satellites isti praedonesque Babylonici, per quos captivamur ». Voir aussi lettre 7, éd. par. McLauglhlin, Mediaeval Studies xviii, p. 252 (= Epistola VIII, col. 267) ; et voir au dessus à la note 37.

67 Carmen, lignes 799-800, éd. par Rubingh-Bosscher, p. 151 ; Super topica glossae, éd. par PRA, p. 281 ; et voir Dialectica v.1, p. 561.

68 HC, p. 89, ligne 925.

69 Première lettre à Abélard, éd. par Muckle (J. T.), Mediaeval Studies xv, 1953, p. 69. Sur le caractère expressif de ce texte, voir Dronke (Peter), « Heloise’s Problemata and Letters : some questions of form and content », Petrus Abaelardus (1079-1142). Person, Werk und Wirkung, Trierer Theologische Studien 38, Trier, 1980, p. 57

70 Le sens d’Héloïse de sa dépendance quasi-servile auprès du seigneur Abélard est encore un autre aspect de mon sujet.

71 Sic et non, 13 : « Qui dicit, quare Deus fecit caelum et terram ? respondendum est illi, quia voluit » ; et Theologia christiana, éd. par Buyatert (Eligius M.), Petri Abaelardi opera theologica ii, CCCM xii, Turnhout, 1969, p. 459-467, suivant la citation de Marenbon (J.), Philosophy of Abelard, p. 218, note 9.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540