Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pierre Abélard

 | 
Jean Jolivet
, 
Henri Habrias

Préface

Yann Tanguy

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Où, mieux qu’à Nantes, à l’invitation de l’Université qu’héberge cette ville, pouvait-on organiser une grande Conférence internationale consacrée à l’œuvre de Pierre Abélard ?

2Né en 1079, à vingt kilomètres de la grande ville de l’Ouest, au Pallet, au cœur du pays nantais, Abélard est incontestablement un enfant du pays. Même si, pour l’essentiel, sa vie s’est déroulée loin du Duché de Bretagne et si son œuvre fut conçue loin de sa terre natale, il n’a jamais renié, ni même oublié, ses attaches bretonnes, comme en témoignent plusieurs de ses écrits. En plusieurs circonstances difficiles de son existence tourmentée, le clerc est venu chercher refuge dans le pays qui l’avait vu naître et où son enfance s’était déroulée. C’est au Pallet, qu’il vient fuir la colère du chanoine Fulbert, l’oncle d’Héloïse, et demander à sa sœur, d’accueillir la jeune femme enceinte, puis de recueillir leur fils. Plus tard, c’est chez les moines de Saint-Gildas-de-Rhuys qu’il trouvera asile pour échapper à un Paris qui lui est devenu hostile.

3Pourtant, le pays d’Abélard n’a guère célébré le savant le plus illustre qu’il ait vu naître. Nantes ne lui consacre qu’une bien modeste voie urbaine et c’est récemment, que son village natal, Le Pallet, s’est réclamé de sa mémoire, grâce au remarquable travail d’une association locale. À une époque si friande en commémorations de gloires et génies du passé, cette discrétion du terroir étonne, au point même d’éveiller quelques soupçons. Le moine encourant les condamnations de deux Conciles, l’adversaire du grand Bernard de Clairvaux prédicateur de la Croisade, le séducteur de la jeune Héloïse flétri par le châtiment d’émasculation, illicitement infligé par l’oncle de l’amante, aurait-il une si encombrante réputation que le linceul de l’oubli devrait à jamais voiler sa mémoire ? Non ! Ce n’est pas Abélard qui fera mentir le vieux dicton populaire : « nul n’est prophète en son pays »…

4Sans doute ne faut-il pas imputer trop vite à l’inconscient collectif cette abstention, fut-elle prolongée. Des explications plus prosaïques à ce silence existent. L’œuvre d’Abélard reste souvent méconnue jusque dans les milieux intellectuels de la cité. L’anecdote biographique des amours illégitimes d’un clerc puni de flétrissure et l’exaltation romantique du sentiment amoureux contrarié entre Abélard et Héloïse résument souvent les références locales sur le personnage. À l’égard d’une œuvre qui se trouve encore imprimée et commentée dans le monde entier, cette méconnaissance peut surprendre. Elle s’explique mieux si on prend en compte les particularités de l’histoire locale : l’éloignement de l’université pendant presque cent cinquante ans, la difficulté de fixer des élites vouées au commerce des idées faute de disposer d’un enseignement supérieur suffisamment ouvert aux études littéraires. Ces éléments venant d’être présentés au lecteur dans l’ » Histoire de l’Université de Nantes 1460-1993 », ouvrage collectif qui paraît chez le même éditeur au moment où j’écris ces lignes, je ne m’y attarderai pas davantage.

5Théologien, logicien, dialecticien, musicologue, connu pour sa participation à la « Querelle des universaux » – discussion sur le statut des mots et des concepts dans le langage et la pensée – Abélard reste un grand savant dont l’œuvre mérite d’être étudiée et enseignée. Nombre de questions qu’il a posées et défrichées sont toujours actuelles, comme celle des rapports entre langage et pensée ou encore sa contribution à l’analyse logique du discours. Neuf cents ans après sa mort, sa pensée, ses travaux, les polémiques savantes qu’il a nourries avec les grandes voix de son temps comme Saint-Bernard et Guillaume de Champeaux continuent de fasciner les chercheurs et les érudits. Le succès de son enseignement fut immense ; considéré comme « le premier professeur des temps modernes », il crée son école sur la Montagne Sainte-Geneviève, là où, soixante ans plus tard, Robert de Sorbon installera l’université parisienne, trois siècles avant la fondation de l’université bretonne fondée à Nantes en 1460. Sa correspondance avec Héloïse reste un monument littéraire universellement connu et traduit ; c’est aussi un hymne déchirant au sentiment amoureux tragiquement contrarié. Son attitude intellectuelle faite d’exigence, d’indépendance et de rigueur est celle d’un précurseur dont la posture annonce, ce qu’on appelle aujourd’hui, la démarche scientifique.

6Tout ceci justifiait que se tienne à Nantes, à l’initiative de l’Université, une Conférence internationale Pierre Abélard, celle-ci recouvrant deux manifestations simultanées : un colloque scientifique réunissant les meilleurs spécialistes venus du monde entier et un cycle de conférences nourrissant l’ambition de faire connaître l’homme et l’œuvre à un large public.

7Je voudrais remercier tous ceux qui ont rendu possible la parution de ce livre qui vient prolonger la Conférence internationale en assurant à ses travaux et aux échanges auxquels elle a donné lieu une large audience. Le Professeur Henri Habrias, professeur d’informatique à l’Université de Nantes et vieux militant de la cause « abélardienne » a été la cheville ouvrière de cette entreprise. Le fait qu’un scientifique soit l’inspirateur d’une manifestation dont le thème est d’ordinaire plutôt voué aux philosophes, historiens et littéraires est en soi un bel hommage aux multiples facettes de la pensée foisonnante d’Abélard qui a toujours découragé les amateurs de typologies. La haute tenue de cette manifestation et sa parfaite organisation doivent beaucoup à la générosité et à la ténacité du Professeur Habrias.

8Mes remerciements s’adressent également aux grands spécialistes de la pensée d’Abélard qui ont accepté d’appartenir au Comité de programme de la Conférence, et en tout premier lieu, à son président, le Professeur Jean Jolivet qui a couvert de sa haute autorité scientifique le choix des conférenciers et l’ordonnancement des travaux. C’est également lui qui a veillé sur la préparation de cet ouvrage en sélectionnant les contributions qui y sont publiées. Je lui exprime toute notre gratitude.

9Nous avons également bénéficié du concours apprécié de l’Association des « Amis de Pierre Abélard » dont le siège est au Pallet. Ses principaux animateurs se sont joints aux universitaires pour préparer la Conférence et participer à la prise en charge de son organisation. Je dois aussi saluer la petite équipe de collègues nantais qui ont formé le Comité d’organisation et tous ceux qui ont compris et soutenu ce projet en apportant leur contribution à sa réussite. Le succès du cycle de conférences ouvertes au public doit beaucoup au relais efficace du service de formation continue et de l’Université permanente. Enfin, je ne voudrais pas oublier les collectivités locales qui ont apporté leur soutien financier et matériel et au nombre desquelles figure la commune du Pallet.

10Ce livre constitue, pour les chercheurs et autres esprits curieux, l’utile prolongement de la Conférence internationale Pierre Abélard ; il constituera désormais une référence bibliographique indispensable pour qui voudra connaître sa pensée. En concevant ce projet, en conviant les spécialistes venus de plusieurs continents à présenter à Nantes leurs recherches sur Abélard, l’Université a rempli sa mission académique en contribuant à enrichir les connaissances. Mais elle n’a pas voulu réserver l’accès de la Conférence aux érudits et aux intellectuels ; elle a souhaité remplir plus complètement la mission de diffusion de la culture et des connaissances que la loi assigne aux universités : connaître, mieux connaître, mais aussi faire connaître… Parallèlement aux sessions académiques, un cycle de conférences présentant la biographie et la personnalité du philosophe, le contexte historique dans lequel il a développé sa pensée et les principaux éléments de son œuvre a convié les Nantais à découvrir ou mieux connaître Pierre Abélard. Le succès rencontré par ces conférences d’exceptionnelle qualité fut une belle récompense pour les organisateurs et un encouragement pour l’Université et les collectivités publiques à prolonger cette ambition.

 

11Achevant cette préface et m’apprêtant à quitter cette fonction, le terme de mandat qui m’avait été confié approchant, je n’ai qu’un regret à formuler : celui de n’avoir su convaincre ses instances que l’Université de Nantes, une des premières universités pluridisciplinaires de France, prenne désormais le nom de Pierre Abélard. La parution de ce livre vient, de superbe manière, atténuer cette déception. Avec cet ouvrage, dans la ligne droite de l’initiative qu’elle a prise en réunissant la Conférence internationale des 3 et 4 octobre 2001, l’Université de Nantes rend hommage à un grand savant dont le nom restera lié à la région nantaise et dont la vie et l’œuvre ont contribué à forger les instruments et les attitudes intellectuelles d’une pensée lucide et libre.

12À Nantes, le 10 octobre 2002,

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540