Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les princes angevins du XIIIe au XVe siècle

 | 
Noël-Yves Tonnerre
, 
Élisabeth Verry

Conclusion

Françoise Robin

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1En me demandant de tirer les conclusions de ces deux journées de travail, les organisateurs de ce congrès font preuve d’une confiance qui m’honore mais m’investit d’une lourde responsabilité. Donner une synthèse, dégager les faits saillants mis en relief par ces savantes communications, tout en respectant la complexité et la diversité des propos, paraît bien une gageure. Il serait vain de prétendre ici tout embrasser, tout rassembler. Force est de se contenter de quelques coups de projecteur qui clarifient une matière quasi inépuisable sur laquelle les historiens exerceront encore longtemps leur sagacité.

2Élisabeth Verry avait annoncé, en ouvrant ces journées, une suite d’épisodes tragiques et romanesques où les héritages, les adoptions, joueraient le rôle moteur de l’histoire. Ce congrès a tenu parole. Henri Bresc a planté ce décor fait de bruit et de fureur qui ouvre la fortune de la première dynastie angevine arrivée, en Italie comme en Provence, par les armes et la violence. Ambitions féroces, rêves d’expansion, conquêtes, reconquêtes n’ont jamais cessé d’être le lot commun des princes des deux maisons. Des coups de chance aussi : un héritage fait tomber le royaume de Hongrie dans l’escarcelle angevine, des adoptions, autre bonne fortune et habile diplomatie, permettent aux Anjou Valois, héritiers de Jeanne Ire puis de Jeanne II, de reprendre appui dans le sud de l’Italie, d’élargir ensuite au Barrois et à la Lorraine le champ d’action et d’influence de la famille. Ces insatiables appétits, Muljenko Jurković et Neven Budak les ont suivis dans la politique dalmate des Angevins de Hongrie qui, à peine installés, n’ont eu de cesse de peser sur la destinée des villes et des seigneurs dalmates, disputant à Venise le contrôle des ports et des voies de communication, tentant de rallier les grandes familles croates, obtenant puis perdant leurs faveurs. Des luttes d’influence, des tractations diplomatiques, des accords puis des ruptures, des entreprises militaires couronnées de succès ou vouées à l’échec, des espoirs toujours renaissants : Christophe Ohnesorge en a rappelé l’extrême complexité dans les fortunes et les infortunes des Anjou Valois qui n’ont jamais cessé de nourrir l’espoir d’un retour en Italie après 1442.

3Installés par la violence ou héritiers attendus, les princes angevins doivent asseoir un nouveau pouvoir, affirmer leur autorité de façon visible, créer des dévouements et des fidélités et, avant tout, récompenser : Sylvie Pollastri a suivi pas à pas la destinée de quelques fiefs des alentours de Naples. Seigneurs français et provençaux y prennent pied dès les toutes premières années de la conquête, créant ainsi, autour du roi, une nouvelle noblesse napolitaine. La prise de pouvoir se marque aussi par d’imposantes constructions militaires et religieuses, marques du pouvoir pour imposer et rassembler. À Naples, bien entendu, mais aussi, plus tard, à Visegrad en Hongrie, comme l’a souligné Sandor Csernus, et en Anjou comme en Provence sous la domination de la seconde maison. Pour créer ce nouveau cadre de vie et de prière à leur mesure, les Angevins ont amené et imposé un personnel venu de la mère patrie, français et provençal en Italie du Sud, italien en Hongrie, parisien plus tard à Angers sous Louis Ier. À Naples, sous la direction du célèbre Pierre d’Angicourt, un proche du roi, familier en 1276, valet de chambre en 1282, les modes françaises s’affirment tout naturellement dans les constructions royales, à commencer par le chœur à déambulatoire et chapelles rayonnantes de San Lorenzo. D’autres maîtres-maçons, des sculpteurs en tout cas, ont suivi Pierre d’Angicourt : le mausolée d’Isabelle d’Aragon, élevé entre 1271 et 1275, à la cathédrale de Cosenza, en est un éclatant témoignage. Des orfèvres français imposent, pour longtemps, un goût à la saveur nordique également visible dans bon nombre de manuscrits réalisés à Naples même. Si le paysage urbain est profondément transformé, les nouvelles constructions ne s’élèvent pas toujours sans mal. Caroline Bruzelius a retracé les étapes et les incertitudes qui ont présidé à la diffusion de ces formes de l’art français sur les chantiers napolitains : difficultés financières, manque de main-d’œuvre qualifiée. Ces formes françaises, à vrai dire, se simplifient vite, nécessité ou influence des modèles méridionaux, phénomène également visible à Avignon et en Languedoc où, à une période d’imitation fidèle de l’art du nord, succède une reprise en main, une remise au goût traditionnel du pays, intégrant, retenant seulement quelques caractères de l’art d’importation. En Hongrie, Marie-Madeleine de Cévins a montré l’arrivée, dans les bagages des Angevins, d’artistes italiens : pour répondre aux commandes royales, peintres et enlumineurs italiens et sans doute hongrois directement formés à leur école, réalisent, entre 1320 et 1360, le décor des édifices civils et religieux. À une beaucoup plus petite échelle, plus tard, au sein de cultures certes plus proches, le premier angevin de la seconde maison, Louis, a, lui aussi, amené et imposé, dans son nouveau duché, pour soutenir les embellissements et les reconstructions très tôt décidés à Angers et à Saumur, des maçons, des orfèvres, des gardes de la tapisserie de Paris. Comme ses frères apanagés de Berry et de Bourgogne, il reste en grande partie fidèle à ce milieu parisien où s’affirme, dans le domaine artistique, la suprématie de grands marchands, d’origines fort diverses, fournisseurs de toutes sortes d’objets de luxe.

4Ces liens si forts se relâchent cependant, les distances intellectuelles se font plus sensibles. Jaloux de leur autonomie et de leur destin, les états angevins s’affirment de plus en plus indépendants. À cet égard, l’étude des rapports entre les rois de France Valois et les Angevins de Naples, chemins tortueux sur lesquels Philippe Contamine nous a guidés, est parfaitement révélatrice. Dès l’époque du roi Robert, l’écart se creuse entre Paris et Naples : des points de contact certes, mais aussi et peut-être surtout, de nombreux points de friction. Cette volonté de distance se lit dans les quatre mariages de la petite-fille de Robert, Jeanne : aucun des époux n’est français. Au-delà de l’importance des liens de parenté, c’est bien le choc des ambitions et des rivalités, des intérêts antagonistes qu’il faut relever ici.

5L’un des thèmes récurrents de ce congrès, abordé dans plusieurs communications, a été celui de la notion d’état, des relations entre le prince et ses sujets (séduction, rejet) et les transformations de sociétés placées sous l’égide de nouveaux maîtres. Certes, les Angevins, aussi bien à Naples qu’en Hongrie, se coulent dans un moule déjà existant : Henri Bresc a montré tout ce que l’état angevin devait à celui de Manfred régent du royaume de Sicile à la mort de Frédéric et qui, durant la décennie 1250-1260, a mené une complexe politique intérieure, rétablissant le pouvoir d’une noblesse en partie occultée par ses prédécesseurs. Même chose en Hongrie où les princes angevins ont fait évoluer, sans changements majeurs la société hongroise, accélérant seulement certains processus déjà en cours. Mais, au-delà de ces inévitables habiletés, les Angevins ont tenté de forger une nouvelle image de leur pouvoir. Jacques Chiffoleau a abordé le problème de la justification des états territoriaux en rappelant l’impact du souvenir du royaume d’Arles et de Vienne mis en avant par les Angevins. Le parallèle avec l’action et le savoir-faire des rois de France permet de saisir les forces et les faiblesses de la construction angevine : une entreprise de mise en place d’un état puissant, une tentative de consolidation du pouvoir et d’emprise sur la société comme l’a parfaitement montré, pour le comté de Provence, Jean-Paul Boyer. L’exaltation du souverain d’après le modèle fourni par le droit romain se double d’un renforcement de l’appareil d’état à travers l’administration locale, d’une réaffirmation des droits et des revenus du prince. Pour la Hongrie, Sandor Csernus a évoqué la reprise en main du pays par Carobert qui reconstitue les rouages de l’administration locale, modernise l’administration centrale, s’appuie sur une nouvelle aristocratie qui représente dorénavant les bases solides du pouvoir. Cette Hongrie angevine devient, selon Haina Manikowska, une source d’inspiration pour la Pologne avec l’apparition ici aussi, de charges d’état liées à une ville résidence, centre visible du pouvoir.

6Cette main mise et cette appropriation se font aussi, le thème en a été largement développé durant ces journées, à travers le soutien aux cultes des saints dynastiques et nationaux. Une tentative pour rassembler les princes et leurs sujets autour de dévotions communes, reprendre et exalter la sainteté de sites prestigieux, d’hommes et de femmes hors du commun. Une véritable propagande religieuse en Provence où saint Honorat et la famille de Lazare apparaissent comme des saints protecteurs largement mis en vedette par une dynastie qui, elle-même, brille à travers sainte Élisabeth de Hongrie et, contemporain cette fois, saint Louis de Toulouse (Jean-Paul Boyer). Large appui aussi en Hongrie sur le culte des saints traditionnels (Sandor Csernus). Les Franciscains se taillent la part du lion dans ces états angevins, proches, en particulier, de Robert durant sa longue captivité barcelonaise (Michel Hébert), ordre dans lequel son frère Louis choisit d’entrer.

7L’affirmation politique et religieuse se double d’une recherche de l’identité artistique, véritable mise en scène d’une image de propagande du souverain. Tous accordent d’étonnantes et fortes protections aux artistes, à ceux qui sont capables de réaliser les décors, essentiels ici, d’une vie de cour soigneusement élaborée. Comme toujours, le goût artistique suit et emboîte le pas aux relations politiques et économiques dont il est étroitement tributaire. Au temps de Charles et de Robert, l’alliance étroite avec l’Église et les communes guelfes d’Italie centrale, l’impact des banquiers toscans installés à Naples suscitent l’appel ou l’arrivée d’artistes venus de Rome, d’Ombrie, de Toscane. Michel Hébert a évoqué l’arrivée de Pietro Cavallini en juin 1308, à la tête de son atelier romain, engagé sur le chantier de la cathédrale et à San Domenico. Giotto lui, dirige plusieurs équipes de peintres au Castelnuovo et à Santa Chiara. Tino di Camaino s’installe à Naples jusqu’à sa mort, son atelier repris par Giovanni et Pacio Bertini qui réalisent le grand monument funéraire du roi Robert à Santa Chiara entre 1343 et 1345. Les liens avec l’art français, comme les relations politiques avec la cour de France évoquées par Philippe Contamine, se sont donc peu à peu estompés : les modèles viennent de régions plus proches. Un recentrage que constate également Marie-Madeleine de Cévins en Hongrie : même restructuration, autonomie retrouvée, élargissement vers des goûts et des influences d’Allemagne du sud et de Pologne.

8Si les Angevins de la première maison sont devenus assez vite napolitains et hongrois, ceux de la seconde en revanche, placés dans un contexte politique totalement différent, toujours intégrés au royaume de France pour plusieurs de leurs possessions, n’ont jamais cessé d’être liés au courant français, à la maison royale dont, Christophe Ohnesorge le rappelait, ils dépendent en grande partie. L’Anjou ducal et la Touraine royale entretiennent des liens serrés, montrent des goûts, une culture artistique tout à fait semblables. Nombre de manuscrits angevins en témoignent. En revanche, ces princes ont, sans aucun doute, ramené des goûts et des objets nouveaux de leurs longs séjours en Italie du Sud (Louis II passe neuf ans à Naples, Louis III quatorze ans en Italie du Sud, René quatre), de leurs voyages (Louis II est en 1410 à Florence et à Prato où il est reçu au palais Datini ; René loge, en 1442 à Florence au palais Bardi) et de leur intense activité diplomatique dans la péninsule où ils entretiennent des contacts incessants avec la plupart des états. Si l’on saisit mal l’impact et l’importance de cette culture italienne jusque vers 1440, faute de documents, on sait, par contre, l’intérêt de René et de son entourage pour la littérature italienne (traductions de Boccace en particulier). Il a recruté sur les chantiers napolitains (quand et comment ?) deux médailleurs sculpteurs, Pietro da Milano et Francesco Laurana, celui-ci à son service très longtemps, qui ont largement contribué à introduire les formes italiennes dans l’art français jusqu’au Mans et à Bar-le-Duc. La première maison avait emmené l’art de la cour de France en Italie du sud, la seconde a parcouru le chemin inverse, continuant ainsi ce fructueux dialogue de cultures.

9S’il paraît vain de comparer ces deux dynasties et de les mettre sur le même plan, il est cependant un domaine dans lequel deux grands rois, Robert et René, ont excellé : l’art du faire savoir, l’art d’organiser la louange, d’exalter les mérites du prince. Au-delà de l’habituelle stature de chefs d’états, lisible dans l’héraldique, rappelée par Christian de Mérindol, et de roi chevalier véhiculée par la création d’ordres de chevalerie en Italie, France et Hongrie, Michel Hébert et Patrick Gilli nous ont montré un Robert entouré de ses juristes chargés d’habiller au mieux les prérogatives et les vertus royales. Opportunément choyé à la cour, Pétrarque s’est fait le chantre du roi humaniste, celui du bon gouvernement mis en image dans le frontispice de la Bible de Malines. René lui, a tenté de mettre en avant, à travers les œuvres de ses médailleurs, la figure d’un souverain pieux, ami de la paix et de la justice. Tous deux enfin, ont laissé et voulu laisser, le premier par ses lettres, ses traités de théologie et ses sermons, le second par ses dialogues pieux, ses œuvres chevaleresques et romanesques, le souvenir non seulement de protecteurs des arts et des lettres mais d’authentiques créateurs. C’est sans doute dans ce domaine politico-culturel que ces deux maisons qui, après une série de morts tragiques, s’éteignent dans la malchance, ont joué leur rôle le plus brillant.

10Que les organisateurs de ces journées, Élisabeth Verry et Noël-Yves Tonnerre qui ont su nous rassembler et nous intéresser à ce projet, soient enfin chaleureusement remerciés. Pour notre plus grand bonheur, nous avons eu la chance d’être les hôtes de ce lieu magique et les témoins de l’inauguration d’une superbe exposition. Nous avons ainsi apporté notre contribution à cette mise en regard des destins de souverains issus d’un même sang qui ont su porter leur fortune très loin et forger une Europe culturelle autant que politique.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540