Version classiqueVersion mobile

Les princes angevins du XIIIe au XVe siècle

 | 
Noël-Yves Tonnerre
, 
Élisabeth Verry

L’héraldique des princes angevins

Christian de Mérindol

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Une dynastie, un État, s’expriment par des armoiries, des emblèmes, mais également, ce point est souvent négligé, par des thèmes. Les supports sont les plus variés : sceaux, monnaies, monuments – vitraux, sculptures, peintures murales, tombeaux –, manuscrits et autres objets. Des variations dans la représentation des armoiries et des emblèmes apparaissent parfois suivant les supports. Les motivations dans le choix, l’emploi à un moment donné, sur un support particulier, sont des plus diverses : affirmation – problèmes de légitimité, de continuité de la dynastie – prétention, alliance, opposition. Dans le système propre à une dynastie entrent ainsi des jeux avec les armoiries, les emblèmes, les thèmes de ses prétentions, de ses alliés et de ses adversaires. Après un bref exposé sur la généalogie des différentes maisons, nous étudierons successivement ces trois points : les armoiries

  • 1 Nous renvoyons notamment à notre étude « Les monuments funéraires des deux maisons d’Anjou, Naples (...)

2– brisures, surbrisures et associations d’armoiries – les emblèmes et, plus sobrement, la représentation figurée et armoriée des généalogies1.

Généalogie

  • 2 Pierre Bersuire, Dictionnarii…, II, Venise, 1583, p. 408.
  • 3 E.-G. Léonard, Les angevins de Naples, Paris, 1954 ; id., Histoire de Jeanne Ire, reine de Naples, (...)

3Pierre Bersuire (Petrus Berchorius), dans son dictionnaire, publié à Venise en 1583 – une compilation du xive siècle – à l’article lis, lilium, cite avec le Christ, la Vierge et saint Louis, les rois de France, de Sicile, de Hongrie (et de Navarre) qui portent des lis2. Les faits sont bien connus3.

France et Provence : Anjou-Naples

4La maison de Toulouse s’éteignit avec Raimond Bérenger, mort en 1245 sans descendance mâle. Sa fille aînée, Marguerite, épousa, en 1234, Louis IX, saint Louis, et sa dernière fille, Béatrice, épousa, peu après la mort de son père, en 1246, Charles, frère de Louis IX, et lui apporta la Provence. Malgré l’opposition et les révoltes des Provençaux et des Marseillais, Charles réussit à s’imposer. Le pape Innocent IV, afin de ne pas laisser à l’héritier de Frédéric II de Hohenstaufen la couronne de Sicile, s’adressa à Charles. Celui-ci accepta en 1253, puis abandonna le projet de conquête. Il manifesta cependant son intérêt pour l’Italie en poussant les limites du comté de Provence en plein Piémont en 1260-1261. Urbain IV, un pape français, offrit à nouveau la couronne sicilienne à la cour de France. Saint Louis permit à son frère de reprendre la négociation. Clément IV, également dévoué à la cause française, fit appel en 1265 à Charles d’Anjou. Celui-ci se rendit immédiatement en Italie, entra dans Rome et conquit toute l’Italie méridionale et la Sicile. La conquête militaire s’acheva en 1269. L’importante bulle d’investiture date de 1265. Le royaume de Naples, un fief papal, était remis en fief à Charles d’Anjou et « à ses descendants en ligne directe ou collatérale jusqu’au quatrième degré ». Le pouvoir des papes sur l’Italie du sud n’avait d’autre fondement que « les donations de Constantin et de Charles ».

5Charles Ier, roi de Naples, eut pour enfants Charles, Philippe et Béatrice. Charles devint roi de Naples à la mort de son père en 1285. Béatrice épousa en 1273 Philippe de Courtenay, dont la fille Catherine, nous le verrons, épousera Charles de Valois, le frère du roi de France, Philippe le Bel, dont le fils sera le fondateur de la dynastie des Valois, Philippe (VI).

6Charles II, roi de Naples, épousa, en 1273, Marie de Hongrie, héritière du roi de Hongrie, Étienne V, mort en 1275, sans descendance mâle. De cette alliance naquirent quatre branches principales : Hongrie, Naples, Tarente et Duras. Ce furent successivement Charles Martel, prétendant au trône de Hongrie, Louis, l’évêque de Toulouse († 1297), Robert, futur roi de Naples, Philippe de Tarente, Jean de Duras et Marguerite. Nous étudierons successivement chacune de ces descendances.

La seconde dynastie de Hongrie

  • 4 Ce ne fut pas le seul. Devant la situation confuse en Hongrie, Louis, le futur Louis d’Orléans, le (...)

7Charles Martel († 1295), fils aîné de Charles II de Naples, prétendit au trône de Hongrie, la première dynastie s’étant éteinte avec sa mère. Son fils Charles-Robert († 1342) devint roi de Hongrie et sa fille Clémence épousa Louis X, fils aîné du Capétien Philippe IV le Bel, qui mourut sans descendance mâle. Les relations avec les Capétiens restaient étroites. La couronne de Hongrie fut ensuite transmise à Louis le Grand († 1382). Son frère Andrea († 1345) devint le premier époux de Jeanne Ire, héritière, nous le verrons, de la couronne de Naples. Louis le Grand n’eut pas de descendance mâle. Sa fille aînée, Catherine, morte peu de temps avant lui, fut promise en 1374 à Louis (d’Orléans), frère de Charles VI. Les relations avec la maison de France, à présent la dynastie des Valois, poursuivaient les précédentes. Sa seconde fille, Marie, devint reine de Hongrie. L’héritier d’Anjou-Duras, Ladislas aura des prétentions sur le trône de Hongrie laissé vacant4.

La dynastie des Anjou-Naples

8À Charles II († 1309), succéda, sur le trône de Naples, Robert († 1343), son troisième fils. Le second était Louis, évêque de Toulouse, le futur saint Louis d’Anjou. Robert épousa, en premières noces, Violaine d’Aragon et, en secondes, Sancia de Majorque. Il eut pour héritier Charles de Calabre qui mourut avant lui, en 1328, sans descendance mâle. Charles de Calabre avait épousé, en premières noces, Catherine d’Autriche et, en secondes, en 1324, Marie de Valois, la fille de Charles de Valois. Ce fut un drame pour la continuité de la dynastie de la maison d’Anjou-Naples. Sa fille aînée, Jeanne Ire, devint reine de Naples ; sa seconde fille, Marie († 1366), épousa successivement Charles de Duras, en 1343, puis Philippe de Tarente, vers 1355, les deux autres branches issues de la même alliance d’Anjou-Naples (Charles II) et de Hongrie (Marie). Jeanne Ire se maria quatre fois. Elle épousa d’abord, nous l’avons dit, André de Hongrie, le frère de Louis le Grand, qu’elle fit assassiner, puis Louis de Tarente, héritier de cette autre branche issue des Anjou-Naples. Avant de mourir, en 1382, elle adopta, en 1380, Louis d’Anjou, frère du roi de France, Charles VI, un Valois.

Les Tarente

9Philippe de Tarente († 1322), le quatrième fils de Charles II de Naples, épousa Catherine de Courtenay, la fille de Charles de Valois et d’une première Catherine de Courtenay, que nous avons mentionnée à propos de l’alliance de Béatrice d’Anjou-Naples et de Philippe de Courtenay. Les liens avec les Valois étaient donc étroits. Trois fils naquirent, Robert, Louis († 1362), le second époux de Jeanne Ire, et Philippe qui épousa Marie d’Anjou, la sœur de Jeanne Ire, reine de Naples.

Les Duras

10Jean de Duras († 1335), le sixième fils de Charles II de Naples, épousa Mathilde de Hainaut, puis, en 1321, Agnès de Périgord. En 1332, il reçoit le duché de Durazzo en échange de l’abandon de ses droits sur la Morée. Il eut trois fils Charles, Louis († 1362) et Robert. Charles de Duras, son héritier, épousa, en 1343, Marie d’Anjou, précédemment citée – Charles est son premier époux. Il mourut en n’ayant que des filles, Jeanne, Agnès, Clémence et Marguerite. Jeanne († 1393) épousa, en secondes noces, Robert d’Artois († 1387) sur lequel nous reviendrons.

11La branche aînée des Duras étant éteinte, la quatrième fille Marguerite épousa son cousin Charles III de Duras, fils de Louis. Charles III, reconnu par le pape Urbain VI, eut à lutter contre Otton de Brunswick, dernier époux de Jeanne Ire, et contre Louis d’Anjou, adopté en 1380 par la même Jeanne Ire, candidat de l’antipape Clément VII. Louis d’Anjou ne put immédiatement prendre en mains ses intérêts à Naples. La mort de son frère, le roi Charles V, peu après cette adoption, le fit régent puis président du Conseil de régence. Marguerite survécut longtemps à son époux († 1386). Elle mourut en 1412. Son fils Ladislas, roi de Naples, eut des prétentions sur le royaume de Hongrie, à la suite de la situation confuse qui suivit la mort de Louis le Grand sans héritier mâle. Ladislas disparut en 1414 sans descendance. Sa sœur Jeanne devint reine de Naples. Peu de temps avant sa mort (1435), également sans descendance, après avoir malencontreusement songé un moment aux Aragon, elle adopta Louis III d’Anjou, le petit-fils de Louis d’Anjou qu’avait adopté Jeanne Ire en 1380.

La seconde maison d’Anjou

12Charles, comte de Valois († 1325), eut pour épouse, successivement, en 1295, Marguerite de Sicile, la fille de Charles II de Naples († 1299), puis, en 1301, Catherine de Courtenay, déjà citée. Son fils Philippe devint roi de France, sous le nom de Philippe VI, après la mort successive, sans descendance mâle, des trois fils de Philippe le Bel, Louis X le Hutin († 1316), qui avait épousé Clémence de Hongrie – la sœur du fondateur de la seconde dynastie de Hongrie, Charles Robert – Philippe V († 1322) et Charles IV († 1328).

13À la mort de Philippe VI (1350), succéda Jean II († 1364) qui eut plusieurs fils dont Charles V († 1380) et Louis, qui devint successivement comte d’Anjou en 1350, puis duc d’Anjou en 1360. L’adoption de Jeanne Ire, reine de Naples, en 1380, n’eut des conséquences, nous l’avons dit, pour Louis qu’en 1382. Charles V était mort entre temps. Louis d’Anjou quitta Avignon pour l’Italie en mai 1382. Il mourut en 1384, sans avoir réussi à s’emparer du trône de Naples, aux mains de Charles III de Duras. À sa mort, son fils, Louis II d’Anjou, hérita du royaume de Naples, mais en fait la réalité du pouvoir, à Naples, appartenait aux Duras, à Ladislas puis à Jeanne II. Son fils aîné, Louis III, qui hérita de ces prétentions à sa mort, en 1417, fut adopté en 1433 par la dernière héritière du royaume de Naples, la reine Jeanne II. Il mourut peu après en 1435. Son frère cadet René hérite alors des prétentions. Prisonnier du duc de Bourgogne, ce fut Isabelle de Lorraine, son épouse, qui exerça d’abord le pouvoir à Naples. En 1438, René vint la rejoindre. Alphonse d’Aragon, autre prétendant au royaume de Naples, réussit, en 1442, à s’emparer définitivement du royaume. Malgré les tentatives de René, puis de son fils Jean, la seconde maison d’Anjou ne parvint jamais à reprendre le pouvoir. La mort de son fils Jean, en 1470, puis celle de son petit-fils Nicolas, en 1473, amenèrent René à désigner son neveu, Charles IV du Maine, en 1474, comme l’héritier du royaume. La mort de René, en 1480, fut suivie, l’année suivante, de celle de Charles, devenu Charles III de Provence. Celui-ci léguait la Provence à Louis XI, roi de France, fils de Charles VII († 1461) et de Marie d’Anjou, la sœur de René. Ainsi de 1474 à 1481, trois princes pouvaient prétendre au royaume de Naples : Charles IV du Maine, René de Lorraine, petit-fils de René, fils de Yolande d’Anjou et de Ferri III de Vaudémont, et Louis XI, fils de Marie d’Anjou. Charles III de Provence, puis Louis XI étant mort, successivement en 1481 et 1483, le roi Charles VIII devint un nouveau prétendant au royaume de Naples, face à René II de Lorraine. Ainsi s’ouvrait l’aventure italienne des Valois.

14Le fait dominant de l’histoire de ces dynasties est donc l’absence d’héritier mâle ; successivement à la suite de Raimond Bérenger V, comte de Provence, d’Étienne V, roi de Hongrie, des trois derniers rois Capétiens, de Louis le Grand, roi de la seconde dynastie de Hongrie, de Charles de Calabre, mort avant son père Robert roi de Naples, de Charles puis de Ladislas de Duras, de Louis III d’Anjou, de Nicolas d’Anjou, de Charles III de Provence et, plus tard, de Charles VIII, roi de France. Ces faits dramatiques eurent des conséquences multiples sur l’héraldique, l’emblématique et la thématique de ces dynasties.

Héraldique

15L’écu de France est la référence de base de toutes les armoiries.

Les brisures et les surbrisures

La brisure d’Anjou ancien : le lambel de gueules

  • 5 Les sceaux portant cette brisure sont encore utilisés après 1246, voir, par exemple, L. Blancard, (...)
  • 6 Douët d’Arcq, n°11765 (1271). Voir également d’autres sceaux dans Blancard, p. 19 pl.8 n°4 (1259-1 (...)
  • 7 Une reproduction dans Storia di Napoli, III, p.79.
  • 8 Ibid., p. 61.
  • 9 Paris, BNF, fr. 844. Max Prinet, « L’illustration héraldique du chansonnier du roi », Mélanges A. (...)
  • 10 Une reproduction de ce manuscrit du Vatican dans Storia di Napoli, III, p. 81.

16Charles Ier d’Anjou († 1285) adopta, en 1246, le lambel de gueules pour briser les armes de France, d’azur au semé de fleurs de lis. Auparavant, il employait la bordure de Castille, brisure adoptée par les fils cadets de Louis VIII et d’Isabelle de Castille5. Le lambel apparaît sur son grand sceau6, sur une monnaie d’or (un buste au droit)7, sur une monnaie en tant que sénateur de Rome8 et dans un recueil de chansons avec le titre de Cuens (comte) d’Anjou9. Dans une miniature représentant la bataille de Tagliacozzo (1268), où Charles Ier vainquit Conradin, le dernier des Hohenstaufen, les troupes du prince sont accompagnées d’écus et de bannières aux armes d’Anjou ancien, France brisé d’un lambel de gueules. Le prince est vêtu de rouge10.

  • 11 Douët d’Arcq, n°11 767 ; voir aussi Blancard, p. 23 pl. 10 n°3 (1292).
  • 12 E. des Robert, Inventaire des sceaux et des archives de Meurthe et Moselle, I, n°369 (Catalogue de (...)
  • 13 Blancard, p. 23 pl. 10 n°3, Douët d’Arcq, n°11 768 (1301).
  • 14 Blancard, p. 24 pl. 11 n°3 et p. 24 pl. 11 n°2.
  • 15 E. Bertaux, « Les artistes français au service des rois angevins de Naples », I, Gazette des Beaux (...)
  • 16 Voir infra la présentation de la dynastie.

17Charles II († 1309) porta également ces armoiries. Elles apparaissent sur son premier sceau (1289)11. La date relativement tardive de ce sceau s’explique par les circonstances. Son père meurt en 1285, mais Charles IIest alors captif. Il ne sera libéré qu’en 1288. À cette date, il emploie un signet sur lequel figure un double buste12. Les armes d’Anjou ancien figurent sur son second sceau (1292, 1301)13, sur d’autres sceaux14, sur la croix reliquaire encore conservée à la cathédrale de Naples (1304-1306)15 et sur la châsse du bras de la Madeleine qui se trouvait à Saint-Maximin16. Elles apparaissaient sans doute sur des vitraux de cette église. Enfin une monnaie d’argent et un billion portaient des fleurs de lis.

  • 17 Douët d’Arcq, n° 11 769.
  • 18 Des reproductions dans Storia di Napoli, III, p. 515, 715, 719.

18Marie de Hongrie († 1323), l’épouse de Charles II, fit élever son propre monument funéraire en l’église de Santa Maria Donna Regina à Naples, que nous avons pu soigneusement étudier, notamment sur le plan emblématique, généralement négligé. La voûte du baldaquin qui surmonte le sarcophage est peinte de fleurs de lis d’or. Les armoiries de la reine sont un parti d’Anjou ancien et de Hongrie, ses armes propres. Elles figurent sur son sceau (1295), qui accompagnait la renonciation à ses droits sur les comtés d’Anjou et du Maine17. Des voûtes de l’église Santa Maria Donna Regina sont recouvertes de ces armoiries18. Les voûtains sont alternativement peints aux armes de France et de Hongrie. Dans la première partie de la nef, sous une vaste tribune, les deux premiers voûtains, face à l’entrée, sont, à dextre, recouverts des armes de France et, à senestre, de Hongrie. Ces peintures recouvrent également les voûtes de l’abside. Face à la nef, les deux premiers voûtains sont Hongrie à dextre, France à senestre, mais devant l’autel, on retrouve correctement placées, France et Hongrie. L’alternance de l’azur, fleurdelisé d’or, et des fasces de gueules et d’argent crée un effet chromatique et esthétique remarquable. Cet heureux emploi décoratif de l’héraldique est relativement peu fréquent. Les clefs de voûte de l’église sont marquées du parti d’Anjou ancien et de Hongrie.

  • 19 Douët d’Arcq, n° 11 771 (1339), appendu à l’acte dans lequel le roi Robert nomme des procureurs po (...)
  • 20 Blancard, p. 25 pl. 12 n°2 (1288-1289), p. 27 pl. 12 n°3 (1323), p. 28 pl. 13 n°3 (1313-1337).
  • 21 Corpus Nummorum Italicorum, Naples, part I, Rome 1940, p. 35, pl. III. 1.
  • 22 E. Bertaux, « Le bras-reliquaire de saint Louis de Toulouse au musée du Louvre », Chronique des Ar (...)
  • 23 D. Gaborit-Chopin, « Le bras-reliquaire de saint Luc au musée du Louvre », Antologia di Belle arti (...)
  • 24 Un sceau équestre et un contre-sceau armorial, Blancard p. 29 pl. 14 n°1 (1305).

19Robert, roi de Naples († 1343), portait également les armes d’Anjou ancien. Elles figurent sur son grand sceau19 et sur d’autres sceaux20, sur un denier21, sur le plafond de la livrée Gaillard de la Mothe à Avignon, et dans la Bible du grand séminaire de Malines, vraisemblablement exécutée pour Robert, selon François Avril, ou peut-être pour Jeanne Ire. Nous reviendrons plus longuement sur ce manuscrit. La seconde épouse de Robert, Sancia de Majorque, porte un parti d’Anjou ancien et d’Aragon, ses armes propres. Elles sont représentées sur le bras-reliquaire de saint Louis de Toulouse, conservé au Louvre22, et sur le bras-reliquaire de saint Luc, acquis par le même musée23. Raymond Bérenger, le cinquième fils de Charles II, a pour écu Anjou ancien24.

  • 25 Blancard p.29 pl. 15 n°1 (1356) et un sceau, malheureusement sans date, p. 30 pl. 15 n°2.
  • 26 Ainsi c’est par erreur que le Père Anselme attribue les armes parti de Jérusalem et d’Anjou ancien (...)

20Jeanne Ire, la petite-fille de Robert, reine de Naples († 1382) a également porté l’écu d’Anjou ancien25, mais le plus souvent, nous le verrons, son écu est un parti de Jérusalem et d’Anjou ancien26.

Les surbrisures

• Le bâton ou bande d’argent : Salerne puis Tarente.

  • 27 P. Adam-Even et L. Jéquier, Un armorial français du xiiiesiècle : l’armorial Wijnbergen, Lausanne (...)
  • 28 Douët d’Arcq, n°11 788, « sigillum Philippi Jerusalem et… filii principis… Romanie despostis », « (...)
  • 29 Il s’agit du sceau équestre où l’on voit les armes de France brisées d’une bande ; le sceau de maj (...)

21Le fils de Charles Ier, avant d’être roi, est prince de Salerne. Les armes d’Anjou ancien sont brisées d’un bâton ou bande d’argent. Les deux témoignages sont l’armorial Wijnbergen et un sceau de 128027. Philippe de Tarente († 1322), le quatrième fils de Charles II, porta également ces armes. Elles sont représentées sur son sceau (1321)28, et sur la châsse du bras de la Madeleine que nous évoquerons ultérieurement. Louis de Tarente († 1362), le second fils de Philippe et le second époux de Jeanne Ire, utilisa aussi cette surbrisure29.

• La bordure d’argent : Calabre.

  • 30 O. Neubecker, Heraldik Wappen : ihr Ursprung Sinn und Wert, Frankurt am Main, 1977, p.98.

22Cette surbrisure est bien connue30. Charles de

  • 31 Cet écu est le plus souvent négligé.

23Calabre († 1328), l’héritier du trône de Naples, mort trop tôt, portait cette surbrisure. On peut voir son écu dans la chartreuse San Martino, à Naples, commencée en 132531. Il marque le porche de l’entrée, au revers de la façade. Il était ainsi visible en sortant de la chartreuse.

  • 32 F. Avril, « Trois manuscrits napolitains des collections de Charles V et de Jean de Berry »,Biblio (...)
  • 33 Carpentras, Bibl. Inguimbertine, ms. 1770 fol. 229, 470 (Peiresc) ; Mérindol, Le roi René et la se (...)
  • 34 Anselme, op. cit., I, p. 408.

24La seconde épouse de Charles de Calabre, Marie de Valois († 1321), avait pour écu un parti de Calabre (Anjou ancien à la bordure d’argent) et de Valois (France à la bordure de gueules), ses armes propres. François Avril l’a reconnu dans le manuscrit des Faits des Romains, le manuscrit français 295, conservé à la Bibliothèque Nationale32. L’écu de Calabre figurait dans la « vieille tour d’Aigues » et à Saint-Maximin33. Relevons l’erreur du Père Anselme qui attribuait à Charles de Calabre un écu parti d’Anjou ancien et de Jérusalem, à la bordure34. Nous renvoyons à notre étude ultérieure des armes de Jérusalem.

• La bordure componée d’argent et de gueules : Duras.

  • 35 Nous remercions Hervé Pinoteau qui nous avait signalé cette particularité.
  • 36 Douët d’Arcq, n°2 056.
  • 37 G. Demay, Inventaire des sceaux de la collection Clairambault à la Bibliothèque Nationale, Paris 1 (...)
  • 38 Ce point nous a été également signalé par Hervé Pinoteau.
  • 39 Anselme, op. cit., I, p. 417.

25Il est vraisemblable que Jean de Duras († 1335), le cinquième fils de Charles II (et le huitième enfant) utilisait cette surbrisure dans ses armoiries. Son fils aîné Charles de Duras († 1347) la portait avec certitude. L’écu d’Anjou ancien à la bordure componée figure sur son tombeau, à San Lorenzo de Naples, dans un cimier en forme d’écran35. Cette surbrisure figure dans les armes de son frère Robert de Duras, d’après deux sceaux de 135336 et 135537, et dans celles de sa fille Jeanne de Duras. Jeanne épousa, nous l’avons dit, Robert II d’Artois, qui mourut assassiné le 20 juillet 1387. Ces armes sont visibles sur leur tombeau commun à San Lorenzo de Naples. Les armes de son époux sont d’Artois, de France au lambel à trois pendants, un château sur chaque pendant, mais sur brisé d’une étoile sur le premier pendant38. Son père Jean d’Artois mourut quelques mois avant lui, en avril 1387. Robert II es ainsi mort sans bénéficier de la situation créée par la disparition de son père. Jean, fils de Robert I d’Artois et de Jeanne de Valois, avait été pourvu du comté d’Eu par le roi Jean II en 1352. Robert II est mort sans savoir qu’il devenait comte d’Eu par la mort de son père. Ceci explique qu’on lui attribue parfois le titre de comte d’Eu39.

  • 40 Sur ce codex, R. Filangeri, Il codice miniato della confraternita di Santa Martha in Napoli, Flore (...)
  • 41 Le Père Anselme attribue aux Duras, comme surbrisure, un sautoir de gueules, I, p.416 (Jean), 417 (...)

26La bordure componée est utilisée par d’autres Duras. Marguerite de Duras, sœur de Jeanne, quatrième fille de Charles de Duras, épousa, nous l’avons dit, son cousin Charles III de Duras. Ses armoiries d’Anjou ancien à la bordure componée sont représentées dans le registre de la Confrérie de Sainte-Marthe, qu’elle fonda en 1400, plusieurs années après la mort de son époux Charles III (1386)40. Nous étudierons ultérieurement les armes des derniers Duras, Charles III, Ladislas et Jeanne II. La bordure componée apparaît dans un écu représenté sur le tombeau d’une Marie, fille de roi, dans l’église San Lorenzo de Naples. Il s’agit sans doute de Marie, fille de Marguerite et de Charles III, sœur de Ladislas et de Jeanne II, qui est morte en 137141.

La nouvelle brisure d’Anjou moderne : la bordure de gueules42

  • 42 Nous renvoyons à notre ouvrage cité en note 3.

27Louis Ier d’Anjou, comte d’Anjou en 1350, puis duc d’Anjou en 1360, utilisa la brisure de la bordure de gueules. La première apparition connue est un sceau utilisé le 14 janvier 1360, le document le désignant avec le titre de comte d’Anjou. Entre 1350 et 1360 se pose le problème de ses armoiries. En effet la bordure de gueules avait été retenue par Charles de Valois († 1325), le père du roi Philippe VI, puis servit au duc de Normandie. Nous en avons pour témoignage l’armorial « Von der Ersten » et les armes de Jean, avant qu’il ne devienne roi de France, en 1350. Le dauphin Charles, le futur Charles V, a pour armoiries un écartelé, aux 1 et 4 semé de France brisé d’une bordure, aux 2 et 3 le dauphin (1349-1355). L’écartelé suffisait à les différencier des armes de Louis Ier d’Anjou.

  • 43 Chr. de Mérindol, « Emblématique, art, histoire », La tenture de l’Apocalypse d’Angers. Une nouvel (...)

28Le port des armes d’Anjou moderne par Louis Ier était traditionnellement limité à 1380, l’année de son adoption par Jeanne Ire. Nous avons montré qu’il conserva ces armoiries jusqu’au 30 mai 1382. Pendant la régence, à la suite de la mort de Charles V en septembre 1380, Louis, régent, scella de son propre sceau les actes royaux pendant tout le mois d’octobre. De novembre 1380 à janvier 1382, après le couronnement de Charles VI en novembre, Louis présida le conseil de régence, à la suite d’un accord avec ses frères, le 30 novembre 1380. Il créa alors un sceau en pied qu’il utilisa jusqu’à la veille de son départ d’Avignon pour l’Italie. Il reçut du pape le titre d’héritier du royaume de Naples le 1er mars 1382. Il quitta Avignon le 31 mai 1382, précédé de deux bannières de Calabre et d’Anjou, et utilisa le titre de duc de Calabre, titre réservé à l’héritier au royaume de Naples. Il venait de remettre ses nouveaux sceaux de duc de Calabre et d’Anjou (un parti). Toutefois les seules armoiries utilisées dans son duché d’Anjou de 1382 à 1384, jusqu’à sa mort, sont d’Anjou moderne, France à la bordure de gueules. Cette découverte nous a permis, avec d’autres preuves, de reporter la date limite d’achèvement de la célèbre tenture de l’Apocalypse d’Angers de 1380 à 1382 (et même 1384)43.

Les associations d’armoirie

Jérusalem

  • 44 Léonard, Les Angevins de Naples, p. 129-130 ; R. W. Scheller, « Imperial themes in art and literat (...)
  • 45 Corpus Nummorum Italicorium, p. 13, pl. II. 6 et p. 14, pl. II. 7.
  • 46 Ibid., p. 15 et16, pl. II. 8 et 9.
  • 47 Sur ses deux grands sceaux de majesté : « Karolus, Dei gracia, rex Jerusalem et Sicilie … », « Kar (...)
  • 48 Blancard, p. 27 pl. 13 n°2 (1314).

29Le dernier roi de la croisade, Jean de Brienne, laissa le titre de Jérusalem à sa petite-fille Marie d’Antioche. Charles Ier l’acheta, à titre personnel, en 127744. Un écu parti de Jérusalem et de France (pour Anjou ancien) figure sur un salut d’or, un demi-salut d’argent45. Charles II utilise également les armes de Jérusalem à titre personnel. L’écu parti Jérusalem-France apparaît sur deux saluts d’or et d’argent46. Il utilise aussi le titre47. Saint Louis, évêque de Toulouse, porte cet écu parti sur le fermail de son effigie dans le fameux tableau de Simone Martini dont nous parlerons plus longuement. Robert, à son tour, utilise les armes de Jérusalem à titre personnel. Seul l’écu d’Anjou ancien, nous l’avons vu, apparaît sur son grand sceau, sur un denier, sur un monument et dans les armoiries de sa seconde épouse, Sancia de Majorque. Un petit sceau (sigillum parvum) porte cependant l’écu parti de Jérusalem et d’Anjou ancien48. Il était sans doute destiné à un usage personnel. Les armoiries de Jérusalem accompagnent celles d’Anjou ancien sur son monument funéraire dans l’église de Santa Chiara de Naples. Elles soulignent son effigie en majesté, au sommet du monument, et son effigie sur la face du sarcophage (Jérusalem est représenté sur ses vêtements). Elles animent les piliers du dais. Dans les autres champs, seul Anjou ancien est représenté. Sur la châsse du bras de la Madeleine, qui se trouvait à Saint-Maximin, figurait l’écu parti Anjou ancien-Jérusalem. Enfin, dans la Bible de Malines, sur une double page où figurent Robert et plusieurs générations de la dynastie, Jérusalem est placé aux angles des miniatures et accompagne les armes d’Anjou ancien.

  • 49 Son grand sceau de majesté, au revers (1346-1377 : Blancard, p. 30 pl. 14 n° 2 ; 1380 : Douët d’Ar (...)
  • 50 Un florin, un carlin et un denier, Corpus Nummorum Italicorum, pl. III 4, 8, 10.
  • 51 Voir supra la note 29. Louis Ier d’Anjou copie un florin de Jeanne Ire où figure l’écu parti Jérus (...)

30Jeanne Ire est le premier souverain de la dynastie à utiliser l’écu parti de Jérusalem et d’Anjou ancien sur ses sceaux49 et trois de ses monnaies50. Son second époux, Louis de Tarente, représente sur son magnifique sceau de majesté une tenture ornée des armes de Jérusalem et d’Anjou ancien (1351, 1352-1354), tandis que le sceau équestre qui l’accompagne, nous l’avons dit, figurent les armes de Tarente (France, pour Anjou ancien, à la bande)51.

La seconde maison d’Anjou52

  • 52 Nous renvoyons à notre ouvrage cité dans la note précédente, p. 25-37, 40-43, 49-50.

31Louis Ier d’Anjou, nous l’avons dit, quitta Avignon le 31 mai 1382 accompagné de bannières aux armes de Calabre, Anjou ancien à la bordure d’argent, et d’Anjou, Anjou moderne, France à la bordure de gueules. De son vivant, malgré l’utilisation du titre de roi en 1383, il ne porta jamais Jérusalem dans ses armoiries qui restèrent un parti de Calabre et d’Anjou moderne. Plus tard, Yolande d’Aragon, épouse de Louis II, ajoutera dans l’écu posthume de Louis Ier les armes de Jérusalem afin de souligner la continuité de la dynastie. Sur tous ces points, nous renvoyons à notre ouvrage sur la seconde maison d’Anjou. À la même époque Charles III de Duras, l’adversaire de Louis Ier, entre la mort de Jeanne Ire (1382) et sa propre disparition (1386), devait porter les armes des Duras, France, ou Anjou ancien, à la bordure componée. Ce sont les armoiries de son épouse Marguerite de Duras, qui est également sa cousine. Cependant, dans le registre de la confrérie de Sainte-Marthe, fondée en 1400, les armoiries qui le désignent est un écu parti France-Jérusalem à la bordure componée. On peut se demander s’il s’agit d’armoiries réellement portées ou, comme pour Louis Ier, d’une addition de Jérusalem dans des armoiries posthumes. Nous reviendrons sur ce point.

32Louis II porta l’écu parti de Jérusalem et d’Anjou ancien – Anjou moderne, sans doute après son couronnement en 1389. Son fils Louis III utilisa les mêmes armoiries au moins, nous le verrons, jusqu’à son adoption en 1433 par Jeanne II. Dans le registre de la confrérie de Sainte-Marthe, la brisure d’Anjou moderne, la bordure, n’est pas représentée. Nous renvoyons également à notre ouvrage sur la seconde maison d’Anjou.

Les armoiries de Hongrie

33Charles Martel († 1295) souligna ses prétentions sur le trône de Hongrie

34– sa mère était l’héritière d’Étienne V – en utilisant les armoiries de ce royaume. Lors de l’entrée solennelle à Florence, en 1295, selon la chronique de Giovanni

  • 53 S. de Vajay, « L’héraldique, image de la psychologie sociale : quelques problèmes de l’héraldique (...)
  • 54 M. Pastoureau, Traité d’héraldique, Paris 1979, nouv. éd. 1993, p. 176.

35Villani, qui est difficile à traduire, il semble, selon S. de Vajay53, qu’il s’agissait d’un écusson fleurdelisé à la bordure de Hongrie : « Duecento cavalieri a sproni d’oro […] tutti […] coll arme a quartieri [écartelé ?] a gigli ad or e accerchiata [bordure] rosso e d’argento cioè l’arme d’Ungheria. » Un indice nouveau permet peut-être de compléter nos connaissances. Sur la châsse du bras de la Madeleine, qui se trouvait à Saint-Maximin, un écu de France est cantonné, à senestre, de Hongrie. Ce pourrait être, nous le verrons, les armoiries de Charles Martel. Les armes de prétention sont souvent sur un franc quartier54, mais ici elles sont placées à senestre.

  • 55 Vajay, « L’héraldique, image… », p. 5-19.
  • 56 Voir infra l’étude de la croix double.

36Charles Robert est couronné en 1310. Nous résumons les conclusions de S. de Vajay55. Charles Robert retint d’abord la croix double, puis le parti de France et de Hongrie (partir c’est briser), en tant que prétendant puis roi de Hongrie. En 1309, il bénéficiait d’une décision pontificale en sa faveur. Il exprimait ses prétentions sur le royaume de Sicile en utilisant le titre. En 1334, il fit permuter les armes de son écu, Hongrie et France, soulignant ainsi qu’il était d’abord Charles de Hongrie et qu’il était issu de la maison de France. En 1333, il avait renoncé solennellement au royaume de Sicile. Avant de poursuivre, relevons que les écus de France et de Hongrie, qui ornent les vêtements de saint Louis, évêque de Toulouse, dans le tableau de Simone Martini, sont très vraisemblablement les armes de son père, Charles II, et de sa mère, Marie de Hongrie. Signalons enfin qu’une monnaie de Robert, de la maison de Naples, porte la croix double56.

  • 57 Appendu au consentement de Louis au mariage de sa fille Catherine avec Louis, frère de Charles VI, (...)

37Louis le Grand, roi de Hongrie († 1382), prit comme écu le parti Hongrie-France. Il apparaît sur son sceau (1374)57.

38Le cas des Duras est complexe. Nous avons précédemment relevé que les armoiries de Charles III de Duras, représentées dans le registre de la confrérie de Sainte-Marthe, fondée par son épouse Marguerite de Duras, étaient un écu parti de France et de Jérusalem à la bordure componée, sur brisure des Duras. Son épouse a pour écu France à la bordure componée. On peut penser qu’il s’agissait d’une addition de Jérusalem dans un écu posthume afin de souligner la continuité de la dynastie. Le parti France-Jérusalem figure en effet dans les armoiries des princes de la génération suivante.

  • 58 Une reproduction dans Storia di Napoli, III, p. 779. Le tiercé de Hongrie-France-Jérusalem est rep (...)

39Ladislas († 1414) prétend au trône de Hongrie, à la mort de Marie (1392), dernier roi de la seconde dynastie de Hongrie, héritière de Louis le Grand. Ses armoiries sont un tiercé de Hongrie, de France (au lieu d’Anjou ancien) et de Jérusalem. Elles sont parfois brisées de la bordure componée d’argent et de gueules des Duras. C’est ainsi qu’elles sont représentées dans le registre de la confrérie de Sainte-Marthe. En revanche la brisure est absente sur son monument funéraire, élevé par sa sœur Jeanne II, en l’église de San Giovanni a Carbonara, à Naples. Un écu tiercé sans bordure marque également le portail de cette église58.

  • 59 Des Robert, n°371 bis. Ce sceau accompagne une commission à Jean d’Entice, de Naples, pour aller a (...)

40Jeanne II († 1435) utilise l’écu tiercé de Hongrie-France-Jérusalem, sans bordure, sur une monnaie. Il en est ainsi, d’après l’écu représenté dans le registre de la confrérie de Sainte-Marthe. Cependant un contre-sceau, conservé aux archives départementales de Meurthe et Moselle a été signalé par Des Robert comme portant un écu tiercé à la « bordure crénelée », c’est-à-dire, peut-être, brisé de la bordure componée des Duras59.

René d’Anjou60

  • 60 Nous renvoyons à notre ouvrage cité en note 3, p. 55-79.

41René hérita à la fois de son frère Louis III († 1434) et de Jeanne II, reine de Naples († 1435), qui avait adopté Louis III en 1433. Ses armoiries réunissent alors, en un coupé les armes des trois royaumes, Hongrie, Anjou ancien et Jérusalem – c’est-à-dire le royaume de Naples avec la brisure d’Anjou ancien, le lambel, et sans la bordure componée propre aux Duras – et les armes des trois duchés d’Anjou moderne, Bar et Lorraine. Il est remarquable que les brisures manquent dans les écus représentés dans le registre de la confrérie de Sainte-Marthe et dans l’île de Šipan, en Dalmatie, face à Dubrovnik. Nous renvoyons à notre ouvrage.

42On trouve également un écu écartelé des trois royaumes, en 1 et 4, et d’Anjou moderne, en 2 et 3, accompagnés des écus de Bar et de Lorraine, c’est-à-dire les armoiries relevées par un héritier indirect qui associe les armes d’une maison éteinte (Naples-Duras) avec les siennes propres (le duché d’Anjou).

  • 61 G. Leseur, Histoire de Gaston IV, comte de Foix par Henri Courteault, Paris, 1893, p. 147.

43Le premier écu utilisé par René, pendant sa captivité à Dijon, en 14351436, est cependant autre. L’écu est à six quartiers, mais les trois royaumes sont disposés dans un ordre différent. Jérusalem est placé au centre entre Hongrie et Anjou ancien. Deux lectures sont alors possibles : Hongrie, nouvelle prétention, ajoutée aux armes de son père, le parti de Jérusalem et d’Anjou ancien, ou (et) Jérusalem à la place d’honneur au centre des royaumes. Ces armoiries exceptionnelles apparaissent sur un sceau utilisé par René en 1436, sur le vitrail qui décorait la Sainte-Chapelle de Dijon créée pendant sa captivité et enfin dans le fameux livre d’heures de la Bibliothèque nationale latin 1156 A, que nous avons ainsi pu dater, pour la première fois, de 1435-1436. L’importance des armes prestigieuses de Jérusalem n’est pas à négliger61.

  • 62 Mérindol, Le roi René et la seconde maison d’Anjou, p. 50 n.172.

44Louis III, entre son adoption par Jeanne II en 1433 et sa mort en 1435, a peut-être porté le tiercé des trois royaumes, c’est-à-dire les armes de Naples-Duras. Un indice est favorable. Un écartelé des trois royaumes et d’Anjou moderne, comme l’écu de son frère René, peu de temps après (accompagné des écus de domaines propres Bar et Lorraine), lui est attribué dans le château de Cosenza, en Calabre62.

  • 63 Ibid., p. 93-101.

45La seconde maison d’Anjou, à partir de René, utilisa un nouveau système pour les armoiries de l’héritier du royaume de Naples, le duc de Calabre. Ce système appartient à la maison de France. Il s’agit d’un grand lambel de gueules sur l’écu à six quartiers. Cette brisure apparaît dans les armes de son fils Jean, puis dans celles de son petit-fils Nicolas, jusqu’à la mort de Jean, en 1470, avec la nouvelle prétention de René, Aragon sur le tout63.

  • 64 Ibid., p. 103.

46Enfin l’héritier de René, son neveu Charles IV du Maine, à la suite de la mort de Nicolas, en 1473, et de sa reconnaissance comme héritier de la seconde maison d’Anjou par René, en 1474, eut pour armoiries, jusqu’à la mort de René, en 1480, un écartelé des trois royaumes et d’Anjou moderne, Aragon sur le tout, dernière prétention de René. C’est-à-dire, comme celui-ci, et peut-être Louis III, un écartelé des armes d’un héritier, les trois royaumes qui forment maintenant un système figé, le royaume de Naples, et celles de la maison à laquelle il appartient64.

  • 65 Fol. 15 ; il en est de même dans l’écu parti de son épouse Jeanne II (fol. 25).
  • 66 J. Thuroczy, A maggyarok kronikaja. Forditotta. Chronique des Hongrois, trad. par J. Howàth, Helik (...)

47La dynastie des Aragon utilisa également ce système à cette époque. Alphonse, vainqueur de René, en 1442, a pour écu un écartelé, en 1 et 4, d’Aragon et en 2 et 3, des trois royaumes. Cependant l’écu de Ferdinand, fils du roi Alphonse, représenté dans le registre de la confrérie Sainte-Marthe, est un écartelé inverse65, les trois royaumes mis à la place d’honneur en 1 et 4, comme dans les écus des princes de la seconde maison d’Anjou. Cet écu est représenté dans quelques manuscrits, notamment les manuscrits BNF lat. 6793 et 5831. Les armoiries de sa fille Béatrix, épouse depuis 1475 de Mathias Corvin, roi de Hongrie, présentent également cette disposition comme on peut le voir dans la Chronique des Hongrois (fol. 1v). Cette œuvre précède de peu la mort de Mathias Corvin (1440)66.

  • 67 Chr. de Mérindol, « La politique du duc de Lorraine René II (1473-1508) ; à l’égard de la seconde (...)

48Les armes du royaume de Naples – le tiercé des trois royaumes – seront retenues par la maison de Lorraine, qui héritera, en la personne de René II, petit-fils de René, des prétentions de ce dernier67.

Les emblèmes (et autres signes parahéraldiques)

Le sceau de majesté

  • 68 R.-H. Bautier, « Échanges d’influences dans les chancelleries souveraines du Moyen Âge, d’après le (...)
  • 69 Mérindol, Le roi René…, p. 119-121.

49Le sceau de majesté joue un rôle considérable comme support de l’emblématique. Depuis les travaux d’Henri Bautier68, que nous avons complétés sur quelques points dans notre ouvrage69, les relations entre les sceaux de majesté sont mieux connues. Le sceptre et le globe crucifère sont utilisés par Charles Ier, Charles II, Robert, Jeanne Ire, Louis II, Louis III et René. Ils sont également retenus par Charles Robert, roi de la seconde dynastie de Hongrie, puis par Louis le Grand. On les retrouve, à la fin du xviiie siècle, accompagnant Marie-Thérèse, en costume de sacre hongrois, dans la salle de Lorraine du château impérial d’Innsbruck. Les rois de la maison de France tiennent par contre le sceptre et la main de justice. Le fait est bien connu.

50Un loup et un bélier sont représentés sur les sceaux de Jeanne Ire, de Louis II, de Louis III et de René. Le trône est une banquette sans dossier, héritée des Normands de Sicile, sur les sceaux de Charles I, Charles II, de Robert, de Jeanne Ire et de René. Un autre système, celui des rois de France, est retenu par Louis II et Louis III : un siège en X et l’édicule le surmontant, comme sur les sceaux de majesté de Jean II et de Charles VI. Le trône est accompagné de deux lions, ou s’achève en têtes de lions, sur les sceaux de Charles II, de Jeanne Ire et de René. Il en est de même pour l’effigie de Robert sur son monument funéraire, nous reviendrons sur ce point dans l’étude des thèmes. Le champ du sceau, enfin, est armorié de Jérusalem et d’Anjou ancien sur le sceau de Jeanne Ire, de Jérusalem, d’Anjou ancien et d’Anjou moderne sur le sceau de Louis II et peut-être celui de Louis III. Le roi René retient un champ fleurdelisé, soulignant ainsi qu’il est aussi un prince de France.

D’autres insignes

Anjou-Naples : le vêtement

  • 70 Le manuscrit fr. 295 de la Bibliothèque Nationale ; Avril, « Trois manuscrits », p. 296, 324 (voir (...)
  • 71 Bertaux, « Les artistes français », art. cité, p. 269 (d’après un acte publié par Minieri-Riccio, (...)

51Les vêtements des princes d’Anjou-Naples sont brodés de longues bandes d’or, incontestablement inspirés du costume à loros des empereurs byzantins. Nous en avons pour exemple : Robert et ses descendants dans la Bible de Malines, déjà citée, Robert sur son tombeau monumental à Santa Chiara de Naples, Louis et Robert dans le tableau de Simone Martini, Robert dans le manuscrit des Faits des Romains70. Des plaquettes aux armes d’Anjou décoraient les vêtements royaux de Charles II et de sa femme Marie de Hongrie, le jour de leur couronnement71.

Hongrie : la couronne

  • 72 Outre les travaux de S. de Vajay déjà cités (voir supra la note 53), J. de Pange, Le roi très chré (...)
  • 73 Vajay, « L’héraldique, image », p. 10.

52La seconde dynastie issue des Anjou de Naples rencontra des difficultés à propos de la couronne donnée par le pape en l’an Mil, le diadème desaint Étienne. Nous rappelons les trois couronnements de Charles Robert72, le premier est refusé parce que le prélat n’est pas reconnu, le second parce qu’on avait employé une autre couronne, consacrée par le légat pontifical,le diadème de saint Étienne n’étant pas disponible. Cette couronne de remplacement a été considérée comme dépouillée de son pouvoir. Le troisième couronnement eut lieu en 1310. Rien de comparable n’apparaît dans la symbolique des Anjou de Naples – des Capétiens – et dans celle des Valois. On peut noter que la couronne coiffant le cimier des rois de Hongrie, l’autruche, ne semble apparaître que sous Louis le Grand73.

Le cimier des rois de Hongrie

  • 74 Ibid.

53Selon S. de Vajay, l’autruche tenant un fer à cheval dans son bec est un signe de victoire sur les chevaliers, à la suite de la prise de la forteresse de Solyembro par Charles Robert, en 131874. Dans l’armorial de la Toison d’or, conservé à la bibliothèque de l’Arsenal, ce cimier est celui du roi de Hongrie, mais également celui de René d’Anjou. Nous reviendrons sur ce point dans notre étude sur la croix double.

La croix double de Hongrie

  • 75 Ibid., p. 15-16.

54La croix d’argent portée sur une montagne à trois coupeaux de sinople est, selon S. de Vajay75, le symbole du pouvoir des rois de Hongrie, dès le xiie siècle, alors que le fascé de Hongrie est un emblème dynastique, et ceci à partir de 1202.

  • 76 F. Poey d’Avant, Les monnaies féodales de la France, Paris, 1858-1862, II n°3987, pl. XXXIX n°17, (...)

55Charles Robert († 1342), prétendant au trône de Hongrie, après la mort de son père Charles Martel (1295), entra en Hongrie en 1301, et fur définitivement couronné, nous l’avons dit, en 1310. Son premier sceau de majesté (1295-1301) est accompagné d’un contre-sceau marqué de la croix double dans un écu. Le second sceau de majesté (1323) porte l’écu parti de France et de Hongrie, le contre-sceau présente la croix double. Une monnaie de Robert d’Anjou († 1343), roi de Naples, nous l’avons dit, est marquée, au revers, d’une croix double76.

  • 77 Vajay, « L’héraldique, image », p.14-15.
  • 78 Ibid., p. 16 n.51.

56La croix double figure dans les armoiries de Louis le Grand († 1382). Selon l’armorial Gelre, l’écu est un écartelé, en 1 parti Hongrie-France, en 2 Pologne, en 3 la croix double, et en 4 la Dalmatie77. Enfin les armoiries de l’État, toujours selon les travaux de S. de Vajay, réuniront dans un parti le fascé et la croix double, sous Vladislas Ier, dans son second grand sceau (1444)78.

  • 79 Sur la croix double et la seconde maison d’Anjou nous renvoyons à notre ouvrage cité en note 3, p. (...)

57Le roi René79, en captivité à la cour de Bourgogne, de 1435 aux premières semaines de 1437, fait représenter à la place d’honneur, à dextre, la croix double de Hongrie sur son premier grand sceau de majesté. Sur les grands sceaux suivants, c’est l’écu royal qui se trouvera à dextre, la croix double à senestre. Relevons l’accord avec une des deux lectures des armoiries particulières, employées alors, nous l’avons montré, par le prince en captivité, Hongrie puis Jérusalem et Anjou ancien (les armes parti de son père), sur un sceau, un vitrail et un livre d’heures. Le titre de roi de Hongrie ne figure que sur les sceaux de majesté. Le cimier de l’autruche tenant un fer à cheval, nous l’avons dit, domine son écu dans l’Armorial de la Toison d’or conservé à la bibliothèque de l’Arsenal. Cet indice, avec d’autres, nous a permis de dater l’armorial de cette brève période, de 1436 environ. Les circonstances sont particulièrement favorables : c’est à Lille que furent signés les accords le libérant définitivement, le 28 janvier et le 3 février 1437, et que débuta peu auparavant, le 1er décembre 1436, la cinquième fête de l’ordre de la Toison d’or.

58Nous résumons nos conclusions à propos de la croix double, publiées dans notre ouvrage. René d’Anjou a associé la croix double de Hongrie d’une part avec celle honorée par la seconde maison d’Anjou, sous forme d’un reliquaire – la croix de la Boissière ramenée à Angers vers 1350, puis définitivement rendue par René, un siècle plus tard et d’autre part avec celle que René a attribué à la Lorraine, avant de recevoir l’héritage de Naples – d’après une monnaie de René, duc de Bar et de Lorraine, émise en Lorraine avant 1435. La valeur religieuse de cette croix ne doit pas être négligée. Elle domina les autres significations – nous en avons dénombré sept dans notre ouvrage – à la fin de sa vie.

La représentation des généalogies

Les lieux de sépulture

  • 80 Pour les références, voir notre étude citée en note 1.

59La distinction par Musset, à propos de sépultures des souverains normands, peut être reprise, à juste titre : d’une part les sanctuaires dynastiques, puis les fondations privilégiées, enfin les sépultures dans les capitales liées le plus souvent à une collégiale80. La maison de France a choisi Saint-Denis comme nécropole dynastique. Saint Louis remanie la nécropole et fait exécuter les tombeaux de rois et de reines du viie au xiie siècle ainsi que ceux de Philippe Auguste et de Louis VIII. La continuité dynastique mérovingiens (discrets)-carolingiens-capétiens est soulignée. Le retour des capétiens à la « race de Charlemagne » est une référence disputée à l’Empire allemand. Puis interviennent les Valois notamment Charles V. Charles VII plus tard soulignera par la position de son tombeau ses liens étroits avec Charles V. On connaît d’autres témoignages de cette préférence. Auparavant, les faits sont bien connus, trois tentatives étaient restées sans lendemain : Aix-la-Chapelle par Charlemagne et les abbayes privilégiées de Fleury, par Philippe Ier en 1108, qui tentait au xie siècle d’être un lieu de mémoire de la monarchie capétienne, et de Barbeau, abbaye cistercienne fondée près de Melun par Louis VII en 1180. Parmi les sanctuaires dynastiques, on pourrait aussi citer la chapelle des Princes fondée par Aymon de Savoie dans les années 1331-1342 à Hautecombe, ou, plus tard, la nécropole de la maison de Bourgogne (Bourgogne-Valois) à Champmol. La puissance de ces nécropoles est considérable. On connaît l’importance de l’occupation de l’abbaye de Saint-Denis pour le sacre de Charles VII et la disparition momentanée du culte de ce saint par la maison de France qui s’ensuivit jusqu’à la fin du siècle. Quant à Champmol, Louis XI s’y rend dès son arrivée à Dijon, après la mort de Charles le Téméraire, et Charles Quint, dans son premier testament, demande à y être enterré avec l’intention de reprendre la lutte de Charles.

60La maison capétienne de Naples, la première maison d’Anjou, offre un cas mixte particulièrement riche où se mêlent, dans une capitale, sanctuaires dynastiques : Santa Chiara et peut-être San Lorenzo ; et des fondations privilégiées : San Lorenzo avant Santa Chiara, qui ne fut achevée qu’en 1328, Santa Maria Donna Regina, San Giovanni a Carbonara, San Domenico.

61Catherine d’Autriche, la première épouse de Charles de Calabre, fut inhumée dans San Lorenzo. Santa Chiara abrite les tombeaux de Robert, de Charles de Calabre, de Marie de Valois, la seconde épouse de Charles, de leurs deux filles Marie morte jeune et Marie d’Anjou qui épousa, en premières noces, Charles de Duras, ainsi que les deux filles de ce couple, Agnès et Clémence, qui ainsi ne furent pas ensevelies avec les Duras – qui eurent leur propre sanctuaire – mais auprès de leur mère Marie d’Anjou. Une fondation privilégiée fut l’église Santa Maria Donna Regina que choisit Marie de Hongrie, épouse de Charles II, pour abriter son tombeau.

62Les Duras ont d’abord choisi comme sanctuaire dynastique San Lorenzo, à la suite des premiers princes d’Anjou-Naples. Jeanne de Duras et son second époux Robert II d’Artois y sont ensevelis. Jeanne était la fille aînée de Charles de Duras et de Marie d’Anjou, branche sans héritier mâle. Le dernier Duras, de l’autre branche, Ladislas, a été enseveli à San Giovanni a Carbonara dans un monument funéraire élevé par sa sœur Jeanne II.À cette fondation privilégiée on peut ajouter San Domenico qui abrite les corps de Philippe de Tarente et de Jean de Duras, les deux derniers fils de Charles II.

63Toutefois la cathédrale n’a pas été négligée. Le corps de Charles Ier († 1285) a été ramené de Foggia à Naples et fut enseveli dans la cathédrale. Son tombeau ainsi que celui de Charles Martel, fils de Charles II, prétendant au trône de Hongrie († 1295), et celui de son épouse Clémence de Habsbourg ont été placés dans la chapelle Saint-Louis de la cathédrale. Ces monuments funéraires furent détruits en 1596. Quant à Charles II († 1309), après une première inhumation dans l’église San Domenico, son corps, suivant ses vœux exprimés dans son testament avec une clause particulière, fut enseveli dans l’église dominicaine Notre-Dame-de-Nazareth à Aix qu’il avait fondée en 1290 et richement dotée. Enfin le tombeau de la reine Marguerite de Duras († 1412) se trouve dans la cathédrale de Salerne.

64L’importance d’une capitale pour promouvoir une idéologie dynastique de la continuité a été soulignée par Musset : Rouen pour la Normandie, Palerme pour la Sicile. L’Écosse n’a pas de capitale mais un sanctuaire dynastique. La Bretagne est un cas de dispersion individualiste, etc. Ainsi à propos du tombeau de Rollon qui est exceptionnellement dans la cathédrale de Rouen, Musset cite l’exemple de l’Angleterre qui est le seul pays où les sépultures royales se trouvent dans une cathédrale (York, Londres, Winchester). Les ancêtres des Lancastre figuraient dans la cathédrale de Cantorbéry.

65Il semble que la première maison d’Anjou ait choisi à l’origine, dans la capitale, la cathédrale avant de créer son sanctuaire dynastique à Santa Chiara. Seul Charles II souligne ses liens avec la Provence.

66La seconde maison d’Anjou semble avoir retenu en priorité la cathédrale dans la capitale avec peut-être pour référence l’Angleterre. Les corps des princes, notamment celui de René, reposent dans la cathédrale d’Angers

67– alors que les Plantagenêt sont inhumés ici même dans l’abbaye de Fontevraud. Le corps de Jean de Calabre fut inhumé dans la cathédrale de Barcelone, la capitale de la Catalogne qu’il venait de conquérir ; le tombeau de Charles III du Maine se trouve dans la cathédrale du Mans ; enfin le tombeau du dernier prince de la seconde maison d’Anjou, Charles III de Provence, alias Charles IV du Maine, neveu du roi René, est élevé dans la cathédrale d’Aix. Faut-il rappeler que l’empereur Charles IV choisit la cathédrale Saint-Guy dans la capitale Prague. Il y réunit les fondateurs et les ancêtres (1373-1378).

Les ordres religieux

68La filiation est traduite parfois par la priorité accordée à des ordres religieux, par exemple les Dominicains pour saint Louis et les derniers capétiens directs (le cœur de Charles IV repose chez les Dominicains) mais également pour Philippe VI, premier des Valois, en signe de continuité, comme je l’ai montré ailleurs à propos d’une image d’un manuscrit destiné à la chapelle royale du Gué-de-Maulny. Son gisant dans l’église des Dominicains tient un sac de cuir qui renferme ses entrailles.

69Les princes de la première maison d’Anjou ont un attachement particulier pour les Dominicains. En 1290, nous l’avons dit, Charles II fonda un monastère, qui fut d’abord installé auprès de sa maison de campagne, hors d’Aix, puis fut transféré, en 1292, à Aix, non loin des murs de la cité comtale. La cérémonie de transfert fut solennelle. Charles II voulait y réunir cent religieuses issues de familles nobles, sous la conduite des Dominicains. Elles devaient élever elles-mêmes leur prieuré. En 1297, le 8 septembre, il fit déposer, après une procession, de la chapelle de Saint-Mitre dans le Palais à l’église Notre-Dame-de-Nazareth, des reliques venues de Rome et des lieux saints. Un inventaire détaillé est conservé. En 1377 les religieuses furent transférées dans le faubourg de Naurabet. Le corps de Charles II fut emmené. Nous reviendrons sur ce point important. En 1300, en Italie, Charles II mit un attachement particulier à favoriser la construction du monastère de San Pietro a Castillo pour les religieuses dominicaines ; dès le début de son règne, il voulut deux grands couvents San Domenico et San Pietro Martire, au bénéfice des frères prêcheurs, persécuteurs des hérétiques. Enfin les tombeaux des deux derniers fils de Charles II, Philippe de Tarente et Jean de Duras, ont été érigés dans l’église San Domenico de Naples.

70Les deux maisons d’Anjou ont cependant une relation privilégiée avec l’ordre franciscain ; San Lorenzo est une église franciscaine ; le sanctuaire dynastique de Santa Chiara se trouvait dans un couvent franciscain ; Mariede Hongrie, mère de Louis, petite-fille de sainte Élisabeth, princesse de Hongrie, était par « raison de sang », vouée de toute son âme au culte de saint François ; le gisant de Robert, son fils, dans Santa Chiara, est vêtu d’un froc de franciscain.

71René d’Anjou choisit l’église des Cordeliers, à Angers, pour le tombeau de son cœur et y fit construire une chapelle à laquelle fut donnée le vocable de saint Bernardin de Sienne que René avait réussi à canoniser en 1450.

72Les autres ordres n’ont pas été négligés. Charles II d’Anjou était large à l’égard des augustins et des carmes ; René d’Anjou fit de nombreuses donations notamment au couvent des Carmes à Angers, et ses entrailles furent déposées dans une chapelle de l’église des Carmes d’Aix.

La « dilaceratio corporis », la dispersion des corps

73Aux lieux de sépulture il faut aussi ajouter la dispersion bien connue du corps, du cœur et des entrailles, la « dilaceratio corporis », qui multiplie la présence de la mémoire physique. L’Église en a précisé les limites par la décrétale « Detestandae feritatis » de Boniface VIII en 1299. La dispense pontificale est prévue. En 1351, une dispense est accordée pour l’ensemble de la dynastie des rois de France dont la multiplication des sépultures avait commencé à la fin du siècle précédent.

  • 81 Voir la note 1.

74En résumé, d’après les exemples réunis dans notre étude citée81, le corps est inhumé dans la nécropole dynastique ou dans la capitale : Charles de Navarre, prince de France, à Saint-Denis ; René d’Anjou à Angers ; Jean de Calabre à Barcelone ; enfin Charles III de Provence à Aix. Le lieu de sépulture du cœur semble être davantage affectif, sans rejeter l’aspect politique, Charles de Navarre « en son royaume de Navarre », René d’Anjou aux Cordeliers d’Angers, et Jean de Calabre également à Angers. Quant aux entrailles, si pour Charles de Navarre, elles sont inhumées dans le comté d’origine familiale ; nous avons rencontré d’autres explications pour René d’Anjou à Aix, et pour Jean de Calabre à Pézenas, la proximité jouant sans doute également un rôle dans le second cas. Le choix des lieux de sépulture n’est pas toujours aussi clair. Relevons cependant un autre bel exemple, celui d’Amédée VIII (Félix V) de Savoie : son corps dans la nécropole dynastique de Hautecombe, et son cœur à Ripaille, son lieu de retraite. La dispersion des corps n’est pas retenue par les princes de Naples.

Effigies ou héraldique

75Deux possibilités permettent de représenter une généalogie royale ou princière : l’effigie ou l’héraldique. Des généalogies figurées de lignages féodaux sont connues dès le xie-xiie siècle, sous la forme de bustes ou de têtes dans des médaillons ou des formes proches. Elles se multiplient après 1250 dans les cours royales et princières. Des « galeries » de portraits sont connues dès le xiiie siècle (le cycle de la Grand’salle du palais de la Cité). La généalogie armoriée semble plus tardive. Les deux formules sont retenues par les princes d’Anjou.

76La priorité aux ascendants a davantage une valeur démonstrative, la priorité aux descendants une valeur significative.

77Les généalogies « fermées » et « mixtes » soulignent évidemment les ascendants. Des exemples de généalogie fermée appartiennent à la maison de Bourgogne : le tombeau de Marie de Bourgogne, la fille de Charles le Téméraire, à Bruges, sur lequel est fortement soulignée son appartenance à la dynastie capétienne ; les vitraux armoriés de l’église de Brou que fit installer Marguerite d’Autriche, épouse de Philibert II de Savoie, mort sans descendance.

78Une nouvelle branche issue de deux maisons distinctes peut être considérée comme une généalogie mixte : les Premyslides (les tombeaux) et les Luxembourg (les bustes du triforium) réunis par l’empereur Charles IV dans la cathédrale Saint-Guy à Prague par exemple ; ou les Babenberg d’Autriche-Styrie, à Klosterneuburg, dynastie disparue, la nouvelle se plaçant dans la continuité.

79Les généalogies ouvertes donnent plutôt la priorité aux descendants. La maison de France, à côté du cycle de la Grand’salle du palais de la Cité, constamment enrichi de nouvelles effigies royales, présente un autre bel exemple de généalogie ouverte, celle qui ornait le grand escalier du Louvre. La première maison d’Anjou-Naples, les Capétiens de Naples, privilégie les descendants. L’ascendant Capétien n’est pas retenu.

Les effigies

Les tombeaux et leur typologie

80Selon les conclusions de Panofsky, on peut distinguer le gisant, les yeux plutôt ouverts, dans une vision eschatologique, qui est retenu davantage par le gothique nordique, et, dans un tombeau vertical, un grand monument, le gisant plutôt mort, les attributs du pouvoir déposés près de lui, qui domine dans la chrétienté méridionale, en Italie et en Espagne. Les différents thèmes associés aux gisants ont été abordés par Panofsky et Erlande-Brandenburg. Ne sont retenus ici que quelques aspects.

La première maison d’Anjou

81La première maison d’Anjou, privilégie les descendants. Le type des tombeaux a été fixé par Tino da Camaino dans celui de Marie de Hongrie : le monument est adossé au mur et recouvert par un baldaquin, il est constitué d’un sarcophage surmonté d’une chambre mortuaire dont les rideaux sont soutenus par des anges, et qui abrite le gisant sur sa couche funèbre. Le toit est dominé par une Madone avec l’Enfant.

• Les sarcophages : la présentation de la dynastie

82Le monument de Marie de Hongrie à Santa Maria Donna Regina. Marie de Hongrie († 1323), l’épouse de Charles II, nous l’avons vu, fit

83élever son propre monument funéraire en l’église de Santa Maria Donna Regina. La voûte du baldaquin qui surmonte le sarcophage est peint de fleurs de lis d’or. Les armoiries de la reine sont un parti de France brisé d’un lambel (Anjou ancien), les armes de son époux, et de Hongrie, ses armes propres. Les voûtes de l’église sont recouvertes de ces armoiries : les voûtains sont alternativement peints aux armes de France et de Hongrie.

84Sur le sarcophage du monument funéraire, œuvre de Tino di Camaino, sont représentés seize personnages. Sur la face antérieure, est aisément reconnaissable, au centre, saint Louis de Toulouse, avec la crosse en partie conservée, à sa droite, à la place d’honneur, Robert, à sa gauche, sans doute Charles Martel, l’héritier, tous deux en majesté tenant le sceptre et le globe. Les trois autres fils, Philippe de Tarente, Jean de Duras et Raymond Bérenger, sont difficiles à distinguer. Si l’on retient la lecture de

85N. R. Valentiner, dans son ouvrage de référence sur Tino di Camaino, leurs attributs sont respectivement une épée et un faucon (à la droite de Robert, à dextre), une épée et un chien (à la gauche de Charles Martel, à senestre), puis un faucon à sa suite. Le faucon est un signe hiérarchique qui différencie les princes du roi et de l’héritier au royaume. Ainsi sur ce sarcophage figuraient la branche de Hongrie (prétention) avec Charles Martel, Louis évêque de Toulouse, et la branche de Naples avec Robert et sans doute l’héritier Charles de Calabre, encore vivant († 1328), celle de Tarente avec Philippe, enfin Raymond Bérenger, mort en 1305, et la branche de Duras avec Jean. Ce tombeau présente le type auquel demeureront fidèles tous les tombeaux des princes.

• Le monument de Robert II à Santa Chiara

  • 82 Ibid.

86Le monument de Robert († 1343) a été élevé par les soins de deux artistes florentins, les frères Pacio et Giovanni Bertini qui y travaillèrent de 1343 à 1345. Le monument a été gravement endommagé pendant la seconde guerre mondiale. Aux nombreux documents photographiques, on peut ajouter une représentation qui est conservée en la bibliothèque municipale d’Angers. Il s’agit d’un recueil composite commencé en 1829 par Berthe, ancien relieur à Angers, qui rassembla un grand nombre de gravures et de lithographies et des dessins de sa main82.

87Le tombeau présente un véritable drame dynastique, Charles de Calabre étant mort trop tôt (1328), avant son père Robert, et sans descendance mâle, nous l’avons dit. Sur la face antérieure du sarcophage, on distingue, de gauche à droite, suivant une claire hiérarchie, Louis, Jeanne Ire, Sancia de Majorque, Robert, au centre, puis Violante d’Aragon, Charles de Calabre et Marie de Valois. Ainsi à la droite de Robert, à dextre, place d’honneur, sa seconde épouse Sancia, et, à sa gauche, à senestre, sa première épouse Violante. Puis, aux deux extrémités, à dextre Louis l’aîné, mort en 1310, et à senestre Marie de Valois, la mère de Jeanne Ire. Enfin, entre ces effigies, à dextre, place d’honneur par rapport à Robert, Jeanne Ire, l’héritière du trône, et à senestre Charles de Calabre, l’héritier mort en 1328. Sur les côtés du sarcophage, à dextre, deux filles de Charles de Calabre, et à senestre deux enfants mâles morts en enfance, Louis et Charles, respectivement fils de Charles de Duras et de Charles de Calabre. Les deux filles tiennent respectivement un petit chien et un écureuil, les deux enfants mâles, morts en enfance, tiennent l’un un faucon sur un genou, l’autre un lévrier.

• Le monument de Marie de Valois à Santa Chiara

88Sur le sarcophage du monument de Marie de Valois († 1331), seconde épouse de Charles de Valois, sont représentés Marie et ses enfants, dont Marie et Jeanne, c’est-à-dire la nouvelle prétendante, Jeanne Ire. Dans le réfectoire de ce même couvent de Santa Chiara, des fresques représentaient Robert et sa seconde épouse Sancia de Majorque, son fils Charles de Calabre et la reine Jeanne Ire.

Les vertus de la dynastie

89L’affirmation des vertus de la dynastie est présente dans la bible de Malines exécutée vers 1340, ou après 1343. Robert en majesté est accompagné de huit vertus. D’après les inscriptions ce sont Justice, Force, Prudence et Tempérance qui tiennent les hampes du dais qui abrite Robert ; en retrait figurent Générosité, Pureté, Discrétion et Loyauté. Elles écrasent, sous leurs pieds, le vice qui leur est opposé. Auparavant quatre Vertus cardinales accompagnent le gisant de Marie de Hongrie, Prudence, Tempérance, Justice et Force. Ce monument devint le modèle des monuments funéraires. Six vertus cardinales sont représentées dans le monument de Robert : à dextre, de gauche à droite, Tempérance, Prudence et Foi, à senestre, Charité, Justice et Force. Les arts majeurs et mineurs accompagnent le gisant, dans l’ordre, de gauche à droite, Grammaire, Dialectique, Rhétorique, Géométrie, Astronomie, Musique et Arithmétique. Ainsi était souligné le savoir, la culture du roi Robert.

90Deux vertus cardinales sont représentées sur le tombeau de Marie de Valois, épouse de Charles de Calabre, Charité et Espérance. La Foi et l’Espérance accompagnent Marie de Calabre, fille de Marie de Valois, qui est morte jeune (1326). Ces tombeaux établirent une tradition dont les échos n’atteignirent la France qu’à la fin du siècle suivant.

La représentation en majesté

91Un autre thème a les faveurs de la première maison d’Anjou, non seulement sur les sceaux et les monnaies mais également sur d’autres supports, la représentation en majesté, le roi ou la reine, assis sur un trône tenant le sceptre et le globe crucifère. Robert II trône au-dessus de l’ensemble du monument funéraire et au centre de la face antérieure du sarcophage, accompagné des figures en majesté de Jeanne Ire et de Sancia. Il en est de même dans la bible de Malines. Jeanne II trône avec son frère, Ladislas, dans le registre inférieur du monument funéraire de Ladislas.

La seconde maison d’Anjou

92Il n’est pas de notre propos d’étudier les tombeaux des princes de la seconde maison d’Anjou, déjà connus, mais de retenir en priorité les points communs avec les tombeaux de la première maison d’Anjou ainsi que certaines particularités qui sont restées inexpliquées. Des découvertes récentes, durant ces deux dernières décennies, permettent de nouvelles hypothèses.

La filiation entre les deux maisons d’Anjou

• Le tombeau du corps de René d’Anjou.

93Le tombeau du corps de René d’Anjou et de sa première épouse Isabelle de Lorraine est en relation avec celui de Robert à Santa Chiara. Les deux tombeaux montrent des gisants opposés à des figures sur leur trône. Cette disposition est exceptionnelle, même en Italie, et, semble-t-il, unique dans le Nord. Mais alors que l’effigie de Robert est en majesté, celle de René est un cadavre. Le monument de René est tout à fait unique dans le nord, au xve siècle. Il renverse la relation transi et gisant. Le mort est représenté avec tous les attributs du pouvoir terrestre, couronne, sceptre et globe, que l’on plaça également dans la sépulture. On sait que l’image du roi mort ne cessa de hanter le souverain. Elle pourrait lui avoir été suggérée par la thématique du gisant cadavérique ou la Danse macabre, dont une version fut peinte à la Sainte-Chapelle de Dijon en 1436, où il se trouvait prisonnier. On sait que la représentation de ce thème fut un instrument de prédication des Ordres Mendiants. J’ajouterai volontiers son culte pour Marie-Madeleine à Saint-Maximin dont le crâne était conservé dans un reliquaire et protégé par un masque d’or. Nous avons proposé que les fameux masques de femme de marbre avaient été exécutés en souvenir de la première épouse et qu’ils étaient en relation avec ce masque d’or.

• Le tombeau du cœur de René d’Anjou.

94Dans la chapelle Saint-Bernardin, dans l’église des Cordeliers d’Angers, près du mur est, se trouvaient les autels de Jeanne de Laval et de René, accompagnés de leurs saints protecteurs, ainsi que, sur la gauche, place d’honneur, le tombeau du cœur du roi René (et du cœur de Jeanne de Laval), dont le sarcophage était marqué d’armoiries. Au-dessus de cet ensemble un vitrail réunissait des scènes de la vie de saint Bernardin, et, à sa base, six portraits des membres de sa famille, sans doute en écho aux tombeaux de Naples : de gauche à droite – j’ai pu en reconstituer la disposition – Jean de Calabre, Jeanne de Laval, le roi René, à genoux et dirigés vers la droite, puis, dans le sens inverse, successivement Isabelle de Lorraine, Yolande d’Anjou et Marguerite d’Angleterre, soit à gauche, place d’honneur, précédant le roi René, son fils aîné et héritier et sa seconde épouse, à droite sa première épouse et ses deux filles. Dans cet ensemble les descendants étaient privilégiés. On trouvait également dans la chapelle, les armes de ses parents, Louis II d’Anjou et Yolande d’Aragon, ainsi que celles de son frère Charles III du Maine et de son épouse Isabelle de Luxembourg.

• Le tombeau de Charles III de Provence

95Comme le tombeau de son oncle, René d’Anjou, en la cathédrale d’Angers, celui de Charles III de Provence, dans la cathédrale d’Aix, s’inspire des tombeaux de Naples, il est en effet accolé au mur. Mais ici la relation est plus étroite : le gisant, posé sur un sarcophage, est surmonté d’une niche que domine la représentation de la Trinité couronnant la Vierge.

Les particularités des tombeaux de la seconde maison d’Anjou

96Certaines particularités du tombeau de René d’Anjou, en la cathédrale d’Angers, sont restées inexpliquées, notamment l’intention de placer des chevaliers présentant heaume, bannière et étendard de René, effigies de « 5 piez de long », soit 1,65 m environ. Le dégagement de peintures murales, au chevet de la cathédrale, qui surmontaient les sarcophages des deux premiers princes de la seconde maison d’Anjou, Louis Ier et Louis II, en donnent une explication. Deux personnages, aux armes de Beauvau, sensiblement de cette dimension, l’un d’eux tenant la bannière du prince, et accompagnés de tentures aux armes de la maison d’Anjou ont été dégagés. L’un d’eux est un officier de Louis II, Pierre de Beauvau. Cet ensemble a été exécuté sous le règne du roi René. Il faut en effet placer le tombeau de René d’Anjou dans le cadre de l’époque, notamment sur le plan des couleurs. Au-dessus de l’ensemble héraldique qui dominait les tombeaux, ont été dégagées des scènes de la vie de saint Maurille, peintes, selon toute vraisemblance, vers le milieu du xiiie siècle, et tout particulièrement les scènes qui s’achèvent par le miracle du retour à la vie de saint René que saint Maurille avait laissé mourir au début du cycle.

Le choix des membres

97L’exclusion volontaire a toujours une signification. Par exemple, le cycle, démontrant la légitimité royale, de la Grand’salle du palais de la Cité, à Paris, réunissait les seuls rois « intègres » jugés dignes d’une statue. On connaît d’autres exemples de choix.

98La bible du grand séminaire de Malines contient une double pagepeinte. À gauche, Robert en majesté est accompagné de huit Vertus, à droite, en trois registres, plusieurs générations de la maison d’Anjou-Naples. Les personnages en majesté sont désignés par des inscriptions. Au registre supérieur trônent Charles Ier et Béatrice de Provence, Charles Ier dépose la couronne sur la tête de Charles II, son fils. Il s’agit de la première et de la seconde génération. Au registre médian, figurent en majesté Charles II et Marie de Hongrie. Ils sont accompagnés de Charles Martel, de saint Louis, évêque, de Robert, qui a à ses pieds ses petites-filles, Jeanne et Marie, filles de Charles de Calabre, mort trop jeune, avant son père (Robert). Ainsi sont représentées à nouveau la seconde génération, mais ici Charles II étant à présent roi de Naples, puis la troisième et la cinquième génération. La quatrième, Charles de Calabre, ne figure pas. Enfin, au registre inférieur, trônent Robert et Sancia d’Aragon, sa seconde épouse. Robert est accompagné de Charles de Calabre, d’un chevalier et d’un troisième personnage prosterné, c’est-à-dire la troisième et la quatrième génération. Sancia est accompagnée de Marie de Valois, épouse de Charles de Calabre, et de Jeanne et Marie, leurs filles, c’est-à-dire la troisième, la quatrième et la cinquième génération. La cinquième génération (Jeanne) est ainsi soulignée dans deux registres, le second et le troisième. Cette insistance et l’absence de la quatrième génération (Charles de Calabre) dans le second registre font dater le manuscrit plutôt des premières années du règne de Jeanne Ire, après 1343, que des dernières années du règne de Robert, vers 1340. Le tombeau de Robert a été précisément élevé en 1343-1345, peu après sa mort.

L’ordre de chevalerie

99Le premier des ordres royaux est celui fondé par Charles Robert, en 1326, en Hongrie, l’ordre de la milice de saint Georges, martyr. Peu après apparaissent, en 1330 en Castille, l’ordre de l’écharpe d’Alphonse XI, puis, en Allemagne, un ordre fondé par Louis de Bavière, enfin, en Dauphiné, un ordre créé par Humbert II. Jean de Valois, le futur Jean II, lance un projet d’ordre en 1344. Yves Renouard a présenté l’histoire de cet ordre et celui, concurrent, de l’ordre de la Jarretière. Celui-ci fondé en 1348, est de caractère plus personnel. Jean II crée l’ordre de l’Étoile en 1351-1352. Son caractère est essentiellement dynastique. Il sert à grouper la noblesse autour du roi. C’est dans ces circonstances que fut créé par Louis de Tarente et Jeanne Ire, l’ordre du Saint-Esprit au droit désir ou du Nœud. Il fut fondé le jour du sacre qui était également le jour de la Pentecôte (27 mai). Cet ordre est inspiré de celui fondé par Jean II. Louis de Tarente est un Valois par sa mère, la seconde Catherine de Courtenay, elle-même fille de Charles de Valois et de Catherine de Courtenay. Les statuts sont conservés à la Bibliothèque Nationale. Ils ont été peints avant 1356. Louis de Tarente et Jeanne Ire sont représentés aux pieds de la Trinité. Ce thème appartient à la symbolique de France. Ce n’est pas le seul indice d’une relation avec la symbolique royale de France. Le gisant de Marie de Valois, fille puînée de Charles de Valois, qui a épousé Charles de Calabre, est représenté avec un manteau aux armes de France – azur aux fleurs de lis d’or – dans son monument funéraire à Santa Chiara. Une Annonciation accompagne son effigie, et celles de ses enfants, sur le sarcophage. L’Annonciation est par excellence un thème appartenant à la symbolique royale de France.

L’héraldique et l’emblématique

  • 83 Je renvoie pour ces pièces et pour l’étude héraldique à Chr. de Mérindol, « Entre la France, la Ho (...)

100La représentation des généalogies par l’héraldique réunit des vitraux et des pièces d’orfèvrerie. Il s’agit des vitraux de Saint-Maximin-du-Var, un ensemble créé dans les premières décennies du xive siècle. D’après un manuscrit de Peiresc, il réunissait, nous l’avons montré ailleurs83, l’écu de Charles II, les armes de Jérusalem à titre personnel ainsi que les écus armoriés de son épouse Marie de Hongrie, de son petit-fils Charles de Calabre, de ses deux fils cadets Jean de Duras et Philippe de Tarente et vraisemblablement l’écu de la première épouse de Charles de Calabre, Catherine d’Autriche.

101Un autre exemple est la châsse d’argent du bras de la Madeleine qui se trouvait à Saint-Maximin. Une mise au point des éléments transmis par Peiresc a permis également de reconnaître les écus armoriés de Charles II, fondateur et bienfaiteur, de Charles de Calabre, de Philippe de Tarente, de Marie de Hongrie, l’épouse de Charles II, c’est-à-dire le père fondateur et son épouse, le fils et le petit-fils prétendant. Les autres écus sont vraisemblablement ceux des autres fils de Charles II. Sur le pied de la châsse figuraient les écus de Robert, de Charles II et de Philippe de Tarente, de Catherine de Courtenay, épouse de Philippe de Tarente, la fille de Charles de Valois et de Catherine de Courtenay, avec le titre d’impératrice de Constantinople, soit l’écu du père fondateur de la dynastie, les écus des deux fils, dont le futur roi de Naples, l’épouse de l’autre fils, alliance prestigieuse.

  • 84 Chr. de Mérindol, « La provenance et la datation du vase Gaignière-Fonthill », Bulletin de la Soci (...)

102Quant à la monture d’orfèvrerie ajoutée au vase Gaignières-Fonthill, elle exprimait, par une très riche et exceptionnelle série héraldique, très vraisemblablement, les prétentions sur la Hongrie de la maison de Duras, prétentions brutalement anéanties par l’assassinat de Charles III. Cette œuvre peut être datée de la régence de Marguerite de Duras. Mais il s’agit ici d’héraldique imaginaire plutôt que d’héraldique réellement portée. C’est un chef-d’œuvre pour les supports de prétentions84.

  • 85 Chr. de Mérindol, L’ordre du Croissant. L’ordre de chevalerie fondé par le roi René, Paris, Le Léo (...)
  • 86 Voir notre étude citée en note 1.

103Enfin le choix du croissant par le roi René, comme insigne de l’ordre de chevalerie qu’il a fondé en 1448, est sans aucun doute une réponse à l’échec de la perte de Naples. Un croissant entre deux étoiles surmonte l’écu des deux premiers princes capétiens, Charles Ier et Charles II, sur leurs monnaies. Des liens avec les Anjou de Naples ont été relevés sur les sceaux de majesté et sur des monnaies85. L’étude des monuments funéraires nous a permis de préciser les filiations entre les derniers comtes de Provence de la maison de Barcelone, les princes capétiens de Naples et ceux issus des Valois de la seconde maison d’Anjou. Le roi René, tout en appartenant à la maison des lis, à la maison de David, privilégie la continuité Provence-Naples-Anjou86.

  • 87 Sur ces peintures murales, Chr. de Mérindol, La Maison des Chevaliers de Pont-Saint-Esprit, tome 2 (...)

104Cette étude ne peut s’achever sans évoquer trois témoignages figurés monumentaux de l’expédition de Sicile, en France. L’un est particulièrement célèbre, les peintures murales dans la tour Ferrande à Pernes-les-Fontaines, un décor de scènes de guerre qui est rare. En quatre temps, sur les quatre murs – ce point n’a pas été assez clairement observé – en deux registres, la lutte de Charles d’Anjou contre les descendants de Frédéric II et le parti gibelin, dans l’optique des seigneurs des Baux, comtes d’Avellino : sur le mur nord, l’investiture de Charles par Clément IV, sur le mur est, le camp de Charles d’Anjou, sur le mur sud, la conquête et la victoire (batailles de Bénévent et de Tagliacozzo), enfin sur le mur ouest, les suites de la victoire qui s’achèvent devant deux villes en un combat singulier à la lance entre un païen et un chevalier aux armes vraisemblablement des Etendarts de Besne. L’alliance Baux et Étendard est incontestable. Il s’agit ensuite du plafond armorié du doyenné de Brioude où figurent exceptionnellement les armoiries de Charles Ier et celles de son fils Charles, Anjou-Salerne, qu’il portait avant d’être roi à la mort de son père (1285). Sur un total de 122 armoiries différentes, sept peuvent concerner l’expédition, ce sont les armoiries de Ferry III de Lorraine, du duc de Bar, de Gui de Châtillon, de Raymond de Flote, de Guy V de Caylus-Severac, de Bouchard de Vendôme enfin d’Humbert VI de Beaujeu-Montpensier. Le troisième témoignage est une peinture murale de la galerie du manoir, ou hôtel, d’Artois, à Conflans, près de Vincennes : l’illustration d’un épisode de l’expédition en Sicile de Robert II d’Artois venu au secours de son oncle Charles d’Anjou. Cet hommage de Mahaut à son père soulignait les fortes relations entre la maison d’Artois et la maison de France. La proximité des demeures royales de Conflans et de Vincennes, ainsi que, sans doute, la date tardive de cette commande (1320), exigeaient, selon toute apparence, un fait précis concernant Robert II d’Artois dans un programme fortement politique87.

Comtes et ducs d’Anjou

Comtes et ducs d’Anjou

Notes

1 Nous renvoyons notamment à notre étude « Les monuments funéraires des deux maisons d’Anjou, Naples et Provence », La mort et l’au-delà en France méridionale (xiie-xve siècle), Cahiers de Fanjeaux, 33, 1998, p. 435-474.

2 Pierre Bersuire, Dictionnarii…, II, Venise, 1583, p. 408.

3 E.-G. Léonard, Les angevins de Naples, Paris, 1954 ; id., Histoire de Jeanne Ire, reine de Naples, comtesse de Provence (1343-1382), Monaco/Paris, 1942 ; par plusieurs auteurs, Storia di Napoli, t. III, Naples, 1969 ; A. Barbero, « Il mito angiono nella cultura e provenzale fra duecento e trecento », Bulletino storico-bibliografico, 79, 1981, p. 107-220 et 80, 1982, p. 389-450 ; Chr. de Mérindol, Le roi René et la seconde maison d’Anjou. Emblématique, art, histoire, Paris, 1987.

4 Ce ne fut pas le seul. Devant la situation confuse en Hongrie, Louis, le futur Louis d’Orléans, le frère de Charles VI, va jusqu’à s’intituler roi de Hongrie dans quelques actes. Cette politique fut abandonnée par son mariage avec Valentine de Visconti.

5 Les sceaux portant cette brisure sont encore utilisés après 1246, voir, par exemple, L. Blancard, Iconographie des sceaux et bulles conservés dans la partie antérieure à 1790 des archives départementales des Bouches-du-Rhône, Paris et Marseille 1860, p.18 pl.8 n°3 (1252-1256), p.20 pl. 9 n°2 (1247), p.20 pl. 9 n°1 (1231-126.) ; Douët d’Arcq, Archives de l’Empire. Inventaires et documents…, Collection de sceaux, Paris 1863-1868, n°340 (1253).

6 Douët d’Arcq, n°11765 (1271). Voir également d’autres sceaux dans Blancard, p. 19 pl.8 n°4 (1259-1278), p.20 pl. 9 n°3 (1272).

7 Une reproduction dans Storia di Napoli, III, p.79.

8 Ibid., p. 61.

9 Paris, BNF, fr. 844. Max Prinet, « L’illustration héraldique du chansonnier du roi », Mélanges A. Jeanroy, Paris 1928, p. 523-524.

10 Une reproduction de ce manuscrit du Vatican dans Storia di Napoli, III, p. 81.

11 Douët d’Arcq, n°11 767 ; voir aussi Blancard, p. 23 pl. 10 n°3 (1292).

12 E. des Robert, Inventaire des sceaux et des archives de Meurthe et Moselle, I, n°369 (Catalogue des sceaux des archives départementales de Meurthe et Moselle, I, Nancy, 1983).

13 Blancard, p. 23 pl. 10 n°3, Douët d’Arcq, n°11 768 (1301).

14 Blancard, p. 24 pl. 11 n°3 et p. 24 pl. 11 n°2.

15 E. Bertaux, « Les artistes français au service des rois angevins de Naples », I, Gazette des Beaux-arts, XXXIII, 1905, I, p. 269 ; M.-M. Gauthier, Émaux du Moyen Âge occidental, Fribourg, 1972, p. 248 249, cat. 195.

16 Voir infra la présentation de la dynastie.

17 Douët d’Arcq, n° 11 769.

18 Des reproductions dans Storia di Napoli, III, p. 515, 715, 719.

19 Douët d’Arcq, n° 11 771 (1339), appendu à l’acte dans lequel le roi Robert nomme des procureurs pour aliéner tous les biens qu’il avait en France, le 8 oct. 1339 ; cf. Blancard, p. 26 pl. 13 n°1 (1324).

20 Blancard, p. 25 pl. 12 n°2 (1288-1289), p. 27 pl. 12 n°3 (1323), p. 28 pl. 13 n°3 (1313-1337).

21 Corpus Nummorum Italicorum, Naples, part I, Rome 1940, p. 35, pl. III. 1.

22 E. Bertaux, « Le bras-reliquaire de saint Louis de Toulouse au musée du Louvre », Chronique des Arts et de la Curiosité, 1898, p. 45-46, id., « Les artistes français », p.280-281 ; Gauthier, Les émaux, n°176 (reprend Bertaux) ; P.-L. de Castris, « Une attribution à Lando di Pietro : le bras-reliquaire de saint Louis de Toulouse », Revue du Louvre, 1980, p.71-76 ; le compte-rendu de F. Salet, dans la chronique du Bulletin monumental, 1981, p. 105-106.

23 D. Gaborit-Chopin, « Le bras-reliquaire de saint Luc au musée du Louvre », Antologia di Belle arti, Mélanges Verlet, nouvelle serie, 27-28, 1985, p. 5-18 ; le compte-rendu de F. Salet, Bulletin monumental, 1987, p. 126-127.

24 Un sceau équestre et un contre-sceau armorial, Blancard p. 29 pl. 14 n°1 (1305).

25 Blancard p.29 pl. 15 n°1 (1356) et un sceau, malheureusement sans date, p. 30 pl. 15 n°2.

26 Ainsi c’est par erreur que le Père Anselme attribue les armes parti de Jérusalem et d’Anjou ancien à Charles Ier, Charles II et Robert, Père Anselme de Sainte-Marie, Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France…, Paris, 1726-1733, I, p.393, 397, 407. Ces trois princes utilisent Jérusalem, nous le verrons, à titre personnel, voir infra l’étude des associations d’armoiries (Jérusalem).

27 P. Adam-Even et L. Jéquier, Un armorial français du xiiie siècle : l’armorial Wijnbergen, Lausanne 1951-1954, n°495 p. 42 ; Douët d’Arcq, n°11 787 et Blancard, p.22 pl. 10 n°2 (1280). Le titre est fort précis : « sigillum karoli primogeniti regis Sicilie… »

28 Douët d’Arcq, n°11 788, « sigillum Philippi Jerusalem et… filii principis… Romanie despostis », « sigillum Philippi principis Tarentini ».

29 Il s’agit du sceau équestre où l’on voit les armes de France brisées d’une bande ; le sceau de majesté qui l’accompagne présente les armes de Jérusalem et d’Anjou ancien que nous étudierons ultérieurement, Blancard, p.31 pl.15 n°4 (1351, 1352-1354).

30 O. Neubecker, Heraldik Wappen : ihr Ursprung Sinn und Wert, Frankurt am Main, 1977, p.98.

31 Cet écu est le plus souvent négligé.

32 F. Avril, « Trois manuscrits napolitains des collections de Charles V et de Jean de Berry »,Bibliothèque de l’École des Chartes, CXXVII, 1969, p. 297-298 ; voir aussi F. Avril, « Un atelier “picard” à la cour des Angevins de Naples », « Nobile claret opus ». Festgabe für Ellen Judith Beer zum 60. Geburtstag, tiré à part de la Zeitschrift für schweizerische Archäologie und Kunstgeschichte, t. 43, fasc. 1/1986 (Zürich), p. 76.

33 Carpentras, Bibl. Inguimbertine, ms. 1770 fol. 229, 470 (Peiresc) ; Mérindol, Le roi René et la seconde maison d’Anjou, p.34, n.48.

34 Anselme, op. cit., I, p. 408.

35 Nous remercions Hervé Pinoteau qui nous avait signalé cette particularité.

36 Douët d’Arcq, n°2 056.

37 G. Demay, Inventaire des sceaux de la collection Clairambault à la Bibliothèque Nationale, Paris 1885-1886, n°3 255 (armorial ; un heaume cimé d’une tête de biche supporté par deux sirènes.

38 Ce point nous a été également signalé par Hervé Pinoteau.

39 Anselme, op. cit., I, p. 417.

40 Sur ce codex, R. Filangeri, Il codice miniato della confraternita di Santa Martha in Napoli, Florence 1950. Nous avons longuement étudié ce précieux manuscrit notamment sur le plan héraldique.

41 Le Père Anselme attribue aux Duras, comme surbrisure, un sautoir de gueules, I, p.416 (Jean), 417 (Charles), 419-420 (Louis). Cette surbrisure, toujours selon le Père Anselme, apparaissait dans l’écu de Philippe, frère de Charles II. Nous n’avons pu vérifier ce point.

42 Nous renvoyons à notre ouvrage cité en note 3.

43 Chr. de Mérindol, « Emblématique, art, histoire », La tenture de l’Apocalypse d’Angers. Une nouvelle vision, ouvrage collectif, publié par la conservation régionale de l’Inventaire des Pays de la Loire, 1986.

44 Léonard, Les Angevins de Naples, p. 129-130 ; R. W. Scheller, « Imperial themes in art and literature of the early French Renaissance : the period of Charles VIII », dans Netherlands quaterly for the history of art, vol. 12, 1981-1982, n°1, p. 21.

45 Corpus Nummorum Italicorium, p. 13, pl. II. 6 et p. 14, pl. II. 7.

46 Ibid., p. 15 et16, pl. II. 8 et 9.

47 Sur ses deux grands sceaux de majesté : « Karolus, Dei gracia, rex Jerusalem et Sicilie … », « Karolus secundus, Dei gracia, rex Jerusalem et Sicilie … », Douët d’Arcq, n° 11 767 (1289) et 11 768 (1301). Sur le contre-sceau du premier « Filius regis … » Un exemplaire du second sceau, des Robert, n°370 (1298).

48 Blancard, p. 27 pl. 13 n°2 (1314).

49 Son grand sceau de majesté, au revers (1346-1377 : Blancard, p. 30 pl. 14 n° 2 ; 1380 : Douët d’Arcq n° 11 772). Sur un sceau armorial, les armes de Jérusalem dominent l’écu parti d’Anjou ancien et de Provence (1357-1377 : Blancard, p. 31 pl. 15 n°3). Le sceau Douët d’Arcq, n°11 772 est appendu à l’acte d’adoption de Lon. 17, 132, 135.uis, duc d’Anjou, le 29 juin 1380.

50 Un florin, un carlin et un denier, Corpus Nummorum Italicorum, pl. III 4, 8, 10.

51 Voir supra la note 29. Louis Ier d’Anjou copie un florin de Jeanne Ire où figure l’écu parti Jérusalem-France (Corpus, ibid., pl. III. 12, copie de pl. III. 4), sans conséquence, nous le verrons, sur ses propres armoiries. Le système de référence des monnaies est d’abord la forte monnaie en cours. Voir plusieurs exemples dans Mérindol, Le roi René et la seconde maison d’Anjou, p. 40, 41, 63 n.47, 67 n.79, 120

52 Nous renvoyons à notre ouvrage cité dans la note précédente, p. 25-37, 40-43, 49-50.

53 S. de Vajay, « L’héraldique, image de la psychologie sociale : quelques problèmes de l’héraldique royale des Angevins hongrois », dans Atti dell’Academia Pontoniana, nouv. série, t. 16, Naples 1967, p. 11. Voir aussi du même auteur, L’héraldique hongroise, Lausanne 1961.

54 M. Pastoureau, Traité d’héraldique, Paris 1979, nouv. éd. 1993, p. 176.

55 Vajay, « L’héraldique, image… », p. 5-19.

56 Voir infra l’étude de la croix double.

57 Appendu au consentement de Louis au mariage de sa fille Catherine avec Louis, frère de Charles VI, le futur Louis d’Orléans (Bude, 24 décembre 1374), « avec lui, second fils du comte de Valois ». Le frère de Louis le Grand, Andrea († 1345) eut une monnaie aux armes de France au franc quartier de Hongrie.

58 Une reproduction dans Storia di Napoli, III, p. 779. Le tiercé de Hongrie-France-Jérusalem est représenté sept fois, trois fois sur l’arc et deux sur chaque montant vertical. Cet écu est contourné dans la partie senestre de l’arc. Sur un coffret qui représente une entrée de Ladislas, les armes de France à la bordure, c’est-à-dire Duras, figurent sur une bannière, tandis que les autres armoiries sont représentées sur d’autres bannières. Cette répartition est plus correcte.

59 Des Robert, n°371 bis. Ce sceau accompagne une commission à Jean d’Entice, de Naples, pour aller annoncer à Louis d’Anjou qu’elle le constitue comme son successeur au royaume de Sicile (17 mai 1420).

60 Nous renvoyons à notre ouvrage cité en note 3, p. 55-79.

61 G. Leseur, Histoire de Gaston IV, comte de Foix par Henri Courteault, Paris, 1893, p. 147.

62 Mérindol, Le roi René et la seconde maison d’Anjou, p. 50 n.172.

63 Ibid., p. 93-101.

64 Ibid., p. 103.

65 Fol. 15 ; il en est de même dans l’écu parti de son épouse Jeanne II (fol. 25).

66 J. Thuroczy, A maggyarok kronikaja. Forditotta. Chronique des Hongrois, trad. par J. Howàth, Helikon Kiado éd. 1986. Une représentation dans Chr. de Mérindol, « L’imaginaire du pouvoir à la fin duMoyen Âge. Les prétentions royales », Représentation, pouvoir et royauté à la fin du Moyen Âge, Le Mans, 1995, p.65-92, ici p. 68 et p. 87 fig.4.

67 Chr. de Mérindol, « La politique du duc de Lorraine René II (1473-1508) ; à l’égard de la seconde maison d’Anjou, de la France et de la Bourgogne, d’après le témoignage de l’emblématique et de la thématique », Actes du 113e congrès national des sociétés savantes, Histoire médiévale et philologie, Strasbourg, 1988, p. 61-114.

68 R.-H. Bautier, « Échanges d’influences dans les chancelleries souveraines du Moyen Âge, d’après les types de sceaux de majesté », Académie des inscriptions et belles-lettres, comptes-rendus des séances de l’année 1968, Paris 1968, p. 192-200.

69 Mérindol, Le roi René…, p. 119-121.

70 Le manuscrit fr. 295 de la Bibliothèque Nationale ; Avril, « Trois manuscrits », p. 296, 324 (voir supra la note 32).

71 Bertaux, « Les artistes français », art. cité, p. 269 (d’après un acte publié par Minieri-Riccio, Diaria angioino dal 4 gennaio 1284 al 7 gennaio 1285, Naples 1873, p. 1).

72 Outre les travaux de S. de Vajay déjà cités (voir supra la note 53), J. de Pange, Le roi très chrétien, 2e éd., Paris, 1985, p. 342-343.

73 Vajay, « L’héraldique, image », p. 10.

74 Ibid.

75 Ibid., p. 15-16.

76 F. Poey d’Avant, Les monnaies féodales de la France, Paris, 1858-1862, II n°3987, pl. XXXIX n°17, « Robert Deo gra ierl et Sicil/ + honor regis iudiciu diligit ».

77 Vajay, « L’héraldique, image », p.14-15.

78 Ibid., p. 16 n.51.

79 Sur la croix double et la seconde maison d’Anjou nous renvoyons à notre ouvrage cité en note 3, p. 109-114.

80 Pour les références, voir notre étude citée en note 1.

81 Voir la note 1.

82 Ibid.

83 Je renvoie pour ces pièces et pour l’étude héraldique à Chr. de Mérindol, « Entre la France, la Hongrie et Naples : les Anjou », Staaten, Wappen, Dynastien, XVIIIe Internationales Kongress für Genealogie und Heraldik in Innsbrück, 5-9 septembre 1988, Veröffentlichungen des Innsbrücker Stadtarchiv, Neue Folge, Band 18, 1988, p. 145-175.

84 Chr. de Mérindol, « La provenance et la datation du vase Gaignière-Fonthill », Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de France, 1990, p. 112-118.

85 Chr. de Mérindol, L’ordre du Croissant. L’ordre de chevalerie fondé par le roi René, Paris, Le Léopard d’or (à paraître).

86 Voir notre étude citée en note 1.

87 Sur ces peintures murales, Chr. de Mérindol, La Maison des Chevaliers de Pont-Saint-Esprit, tome 2, Les décors peints. Corpus des décors monumentaux peints et armoriés du Moyen Âge en France, PontSaint-Esprit, musée d’Art sacré du Gard, 2001, respectivement n°273, 93, 132 et passim.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search