Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les princes angevins du XIIIe au XVe siècle

 | 
Noël-Yves Tonnerre
, 
Élisabeth Verry

Les ambitions et l’échec de la seconde maison d’Anjou (vers 1380-vers 1480)

Christof Ohnesorge

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 B. M. Cron, « The duke of Suffolk, the Angevin marriage, and the ceding of Maine, 1445 », Journal (...)

1La seconde maison d’Anjou, issue de Jean le Bon, comprend Louis Ier (1339-1384), son fils Louis II (1377-1417), époux de Yolande d’Aragon, ensuite Louis III (1403-1434) et René (1409-1480) et enfin le dernier Angevin masculin, Charles IV du Maine (né en 1436), mort le 11 décembre 1481. Les ambitions et l’échec de cette seconde maison d’Anjou s’expliquent partiellement par l’ampleur et la diversité des territoires qu’elle contrôlait ou sur lesquels elle avait hérité ou acquis des droits. Nous pouvons donc commencer par une récapitulation des principaux de ces territoires. D’abord, il y a le duché d’Anjou, constitué en tant qu’apanage et pairie de la maison de Valois par le roi de France Jean II en 1360, au lendemain de la catastrophe de Poitiers, et qui donna son nom aux Anjou (qui donc sont une branche cadette de la maison royale de France), puis il faut nommer le comté du Maine, ensuite et surtout le comté de Provence, stratégiquement mieux placé que l’Anjou et aussi économiquement de première importance. Il faut rappeler l’indépendance de fait de la Provence, qui de droit relevait encore du Saint-Empire Romain Germanique, lequel n’exerçait point ses droits sur le comté. Il faut mentionner aussi le royaume de Jérusalem qui figure en premier lieu dans les titulatures des princes. La rive orientale de l’Adriatique et la Hongrie angevine ne sont que des souvenirs et non plus une réalité pour les Angevins de la deuxième race, ce qui n’empêchera pas Louis Ier d’avoir des projets sur un royaume adriatique, et le roi René portera encore l’écu de la Hongrie dans ses armoiries. Sous le roi René, il faut ajouter les nouvelles zones contrôlées par les Angevins, les duchés de Bar et de Lorraine, cette dernière depuis 1453 sous le gouvernement du duc Jean d’Anjou, fils du roi René. Naples, éventuellement l’île de Sicile sont constamment revendiqués par les princes de la seconde Maison d’Anjou mais les opérations militaires menées sous les règnes de Louis III et du roi René seront des échecs. L’Aragon est revendiqué sous les règnes de Louis II et du roi René. Même l’île de Majorque est réclamée et il est intéressant de savoir que le roi René concéda ses droits à Henri VI d’Angleterre au moment du mariage de ce prince avec Marguerite, sa fille, en 1445. Ce mariage a été regardé par les historiens comme un événement important pour Charles VII de France, mais, sans doute, René pensait-il aussi en tirer profit pour une aide militaire contre les Aragonais de Naples1. Enfin, mentionnons parmi les possessions de petite importance les comtés de Forcalquier, Piémont et Guise.

  • 2 Chr. de Mérindol, « Ducs d’Anjou, rois de Sicile et de Jérusalem. Seconde maison d’Anjou », P. van (...)
  • 3 Des appellations comme « re Renato » ou « re Raynero » se trouvent très souvent dans les documents (...)
  • 4 Par exemple dans les instructions des ambassadeurs catalans envoyés à la cour de René d’Anjou pour (...)
  • 5 « Des böhmischen Herrn Leo’s von Rožmital Ritter-, Hof- und Pilger-Reise durch die Abendlande 1465 (...)
  • 6 Cf. par exemple Lecoy, Le roi René, op. cit., II, p. 287 (pièce justificative n° 44) et Pii II Com (...)
  • 7 Par exemple ASMi, SPE Napoli 198, lettres du 27 février, 10 mai et 1er août 1458.

2Ce qui est le plus significatif chez les princes de la maison d’Anjou, c’est le fait que leur chef respectif fut appelé le « roi de Sicile » par les contemporains, ou bien au moins par ceux qui reconnurent leur droit sur le royaume de Naples. Louis Ier fut le premier des Angevins de la deuxième race à porter ce titre à partir de 1383 – avant, il s’était appelé duc de Calabre (c’est-à-dire successeur présomptif du royaume de Naples) du fait de l’adoption par la reine Jeanne Ire de Naples, survenu en 13802. Le roi René, l’avant-dernier prince angevin portant ce titre, était connu non seulement en France, mais aussi en Italie, en Catalogne, en Allemagne, au moins sous le seul nom de « Re Renato », mais aussi de « Re de Sicilia3 », « Rey de Sicilia4 », « kunig von Cecyllya5 ». Même son adversaire, le pape Pie II, l’appelle « Siciliae rex » dans les documents qu’il adresse au prince et aussi dans ses Mémoires6. Chez les Sforza de Milan, cela dépendait du fait qu’ils avaient affaire à des amis ou à des adversaires de la maison d’Anjou ; dans ce dernier cas, ils disaient simplement « duca Renato7 ».

3Pour Louis Ier, Louis II, Louis III et René, on peut dire que ce fut davantage qu’un seul titre honorifique, car ils avaient tous séjourné dans le royaume de Naples comme rois couronnés. Mais les Angevins de notre seconde maison n’arriveront jamais à devenir des princes italiens – comme les héritiers de Charles II d’Anjou l’ont été, surtout le roi Robert –, bien au contraire : ils seront vus comme des Français même par leurs amis, par exemple le duc Borso d’Este de Modène et Ferrare.

Les trois Louis et la reine Yolande

  • 8 Cf. M.-R. Reynaud, Le temps des princes. Louis II & Louis III d’Anjou-Provence, 1384-1434 (Collect (...)

4Alors que le Sud de l’Italie était en train d’échapper à la branche aînée de la première maison d’Anjou, sous Jeanne Ire, dernière princesse de cette première maison et menacée par ses parents de la branche Anjou-Duras, c’est de nouveau un prince d’Anjou et frère d’un roi de France – comme l’avait été Charles Ier – Louis Ier, frère de Charles V, qui en hérite les droits. La reine Jeanne Ire l’adopta en 1380 ; Louis fut reconnu par le pape avignonnais Clément VII et s’efforça désormais, comme après lui ses descendants, de reconquérir un héritage prestigieux8. Les princes de la deuxième maison d’Anjou furent des « princes de sang » et en même temps tirèrent de cette adoption leur légitimité de poursuivre les droits de la première maison d’Anjou, avec en plus le consentement du pape.

  • 9 Cf. pour ceci et ce qui suit M.-R. Reynaud, « La deuxième maison d’Anjou-Provence et la papauté (v (...)
  • 10 Cf. A. Esch, « Das Papsttum unter der Herrschaft der Neapolitaner. Die führende Gruppe Neapolitane (...)
  • 11 C. de Frede, « Napoli e Francia alla vigilia dell’impresa di Carlo VIII », Studi politici in onore (...)
  • 12 Chr. Mérindol, Ducs d’Anjou, op. cit., p. 273 avec p. 282 note 44.
  • 13 Ibid., p. 284 et suiv.

5Dès le début du règne de Charles Ier d’Anjou, le royaume de Naples avait relevé du Saint Siège, ce qui explique pourquoi la maison d’Anjou devait avoir une relation spéciale avec le saint Père. Mais le problème à la fin du xive siècle est que la chrétienté est divisée. Il y a, depuis 1378, un schisme entre Rome et Avignon, et comme les Anjou ont reconnu le pape d’Avignon9, ils ont ici encore un point commun avec la dynastie de Naples. Car la reine de Naples s’était déclarée le 20 novembre 1378 pour le pape avignonnais Clément VII (Robert, comte de Genève), en retirant son obédience au pape romain Urbain VI (Bartolomeo Prignano, Napolitain), lequel de son côté investissait Charles III d’Anjou-Duras (le 1er juin 1381), et six semaines plus tard, ce prétendant occupa Naples10, triomphant ainsi d’abord sur les Angevins adoptés de la seconde maison en France. L’année 1382 vit la mort, probablement violente, de la reine Jeanne, incarcérée par son ennemi à Naples, et le départ du prétendant angevin français Louis pour le royaume de Naples. Alors qu’il avait quelque espoir de s’emparer du royaume, celui-ci mourut jeune, le 20 septembre 1384, dans les Pouilles. Louis Ier avait obtenu une bulle d’investiture du pape Clément VII en 1382 qui plus tard figurera parmi les documents qui servirent de preuve des droits que prétendait avoir le roi de France Charles VIII sur le royaume de Naples11. Outre son rôle de premier plan à la cour de Charles VI de France et son désir de devenir roi de Naples, il avait rêvé de rétablir à son profit l’ancien royaume de Majorque12. Ainsi, tout conduit vers une politique tendant à dominer la Méditerranée. Il en fut de même chez son fils et successeur Louis II qui épousa, en 1400, une princesse formidable, Yolande, fille du roi d’Aragon Jean Ier. Auparavant, il avait été couronné roi de Jérusalem et de Sicile à Avignon par le même pape avignonnais que son père, Clément VII, en 138913. Contre ses adversaires de la maison d’Anjou-Duras, il réussit à devenir maître de Naples dès 1390. Mais Boniface IX (1389-1404), le pape romain, aida Ladislas d’Anjou-Duras contre Louis II d’Anjou et celui-ci perdit Naples en 1399.

  • 14 Cf. Esch, Das Papsttum, op. cit., p. 758 et suiv. pour le pape Jean (XXIII) et son frère Gaspard, (...)
  • 15 Reynaud, Le temps des princes, op. cit., p. 143.
  • 16 L. Vones, Geschichte der Iberischen Halbinsel im Mittelalter, 711-1480. Reiche – Kronen – Regionen(...)

6Au début du xve siècle, une troisième obédience papale s’établit, à la suite de l’échec du concile de Pise de 1409. Le nouveau pape Alexandre V établit sa résidence à Pise. Il devait mourir quelques mois plus tard mais le cardinal Balthazar Cossa lui succéda (1410) sous le nom de Jean (XXIII). Ce Baldassare Cossa14 était l’oncle de Jean Cossa qui devait devenir le serviteur le plus dévoué du roi René. Il appartenait à une des familles napolitaines qui exerça une influence prépondérante, d’abord sur la papauté romaine, ensuite sur celle de Pise. Il soutint Louis II d’Anjou comme son candidat contre Ladislas de Naples. En dépit de quelques succès, celui-ci devait cependant abandonner le royaume une seconde fois en 1411 pour s’en retourner en France, où il mourut à Angers en 1417. À sa place, sa veuve Yolande d’Aragon, mère de Louis III et du roi René, devint un conseiller de première importance pour le gouvernement de son beau-fils, le roi Charles VII de France, et elle régna aussi au profit des territoires angevins15. C’est à partir de ce moment que les Angevins prirent un rôle de plus en plus important à la cour de France. Louis II avait aussi été considéré comme roi d’Aragon lors des consultations sur l’avenir de ce royaume, mais la maison de Trastámara fut élue au compromis de Caspe (1410)16. Ainsi on voit apparaître l’ambition angevine sur le royaume d’Aragon, idée que le prince angevin devait abandonner, mais ce sera finalement son fils René qui en profitera bien en 1466.

  • 17 Chr. Mérindol, Ducs d’Anjou, op. cit., p. 289 suiv., aussi pour ce qui suit.
  • 18 Pour Jeanne II cf. A. Ryder, « Giovanna II », DBI 55, Rome 2000, p. 477-486.

7Louis III d’Anjou prit le relais de son père, partant de Marseille pour le royaume de Naples en 1419. Il avait été appelé par le nouveau pape reconnu par tous, Martin V, qui lui en donna l’investiture en dépossédant la reine Jeanne II, qui avait succédé à son frère Ladislas en 141417. Cette princesse18, pourtant, choisit le roi Alphonse V d’Aragon comme son protecteur. Il fut adopté par elle ; mais en 1423, elle changea d’avis et annula cette adoption en choisissant Louis III qui devint ainsi son duc de Calabre. De nouveau un Angevin de la seconde maison était sur le point de se rendre maître du royaume de Naples, mais il avait aussi à aider le roi de France chez lui et il ne put revenir à Naples qu’en 1433. Il mourut soudainement, à Cosenza en Calabre en novembre 1434. Puisqu’il n’avait pas de postérité, la reine Jeanne II, avant de disparaître à son tour en février 1435, adopta son frère René.

  • 19 Reynaud, Le temps des princes, op. cit., p. 140.
  • 20 Cf. par exemple J. Bénet, Jean d’Anjou, duc de Calabre et de Lorraine (1426-1470), Nancy, 1997, p. (...)

8Avant de passer aux ambitions et à l’échec de ce monarque, il faut souligner qu’à côté du soutien pontifical la seconde maison d’Anjou bénéficia d’un autre atout : le soutien financier de la maison royale de France. Madame Reynaud l’a démontré pour le temps de Louis II et Louis III19, et c’est encore plus visible plus tard sous le roi René et son fils Jean, qui dépendront entièrement de l’aide accordée ou non par Charles VII et son successeur Louis XI. Le refus de cette aide, que la maison d’Anjou a dû regarder comme naturelle parce qu’elle avait bien servi la couronne de France lors du recouvrement de la Normandie et encore à Gênes, pouvait ainsi, en 1465, entraîner Jean d’Anjou, duc de Calabre et de Lorraine, dans l’opposition contre Louis XI, neveu du roi René et donc son cousin. Il s’agit ici de la guerre dite du Bien Public20.

René d’Anjou et ses fils et petit-fils

  • 21 Pour le roi René et ses successeurs présomptifs cf. Mérindol, Ducs d’Anjou, op. cit., p. 292-323.
  • 22 R. Vaughan, Philip the Good. The Apogee of Burgundy, Londres, 1970, p. 119. Encore en 1472, René s (...)
  • 23 Cf. la vue d’ensemble de G. Galasso, « Il regno di Alfonso », idem, Il regno di Napoli. I (Il Mezz (...)
  • 24 Lecoy, Le roi René, op. cit., I, p. 225 et suiv., 265 suiv.
  • 25 Toujours à voir : E. Colombo, « Re Renato alleato del duca Francesco Sforza contro i Veneziani (14 (...)
  • 26 G. Peyronnet, « La politica italiana di Luigi XI delfino di Francia (1444-1462) », Rivista Storica (...)

9Quand le roi René accéda aux droits de son frère Louis III et de la reine Jeanne II21, il n’était que le maître des duchés de Bar et Lorraine (ce dernier du chef de sa femme Isabelle). Ce qui fut très grave, c’est le fait qu’il se trouvait prisonnier du duc de Bourgogne à la suite d’une terrible défaite subie à Bulgnéville en 1431. Le sort de René dépendit donc de la bonne volonté de Philippe le Bon. Celui-ci tentant de tirer le maximum d’argent du précieux prince angevin et nouveau roi de Sicile. René devait devenir en conséquence son ennemi acharné22. Face au roi d’Aragon, le duc d’Anjou se lançait dans une guerre avec une position de départ très difficile, un grand manque d’argent et une perte de temps dès le début. René put finalement se rendre dans le royaume de Naples, en 1438, après un premier règlement financier avec le duc de Bourgogne. Malgré les efforts de son épouse Isabelle de Lorraine, à Naples depuis 1435, le roi René n’arriva pas à vaincre son terrible adversaire, Alphonse d’Aragon23. Il sut tout juste échapper à la captivité après la victoire de celui-ci en juin 1442, en parvenant à s’enfuir et retourner en son pays de Provence. Il le quitta pour être à la cour de France dès 1443 et y jouer un rôle important, mais sans perdre de vue l’Italie24. Il y retourna, cette fois en Lombardie y étant envoyé avec une armée par le roi de France pour soutenir le duc de Milan et les Florentins contre Venise et Alphonse, en 145325. De ce temps date une certaine inimitié entre le roi René et son neveu, le dauphin Louis, qui avait eu des visées sur Gênes, mais dans l’intérêt de ses alliés florentins et milanais, René contrecarra ces visées26. Critiqué par l’opinion publique en Italie du Nord, mais joué par ses alliés, René quitta l’Italie dès janvier 1454. Il faut pourtant retenir que son fils Jean prit sa place au service de la République de Florence. Mais une ligue italienne, organisée par Francesco Sforza, eut comme résultat la paix de Lodi. Les États d’Italie sous le patronage du pape s’engageaient à maintenir un équilibre politique qui excluait définitivement les Anjou et les Français de la péninsule.

  • 27 H. Müller, « Être conciliateur à l’époque conciliaire. Les Anjou et la cour royale face au concile (...)

10L’importance de bonnes relations avec la papauté se voit dans le comportement des Angevins envers le concile de Bâle (1431-1449). Et comme le pouvoir des Angevins à la cour de Charles VII fut considérable, ils exercèrent leur influence sur le roi de France dans ce sens, en soutenant, avec un succès temporaire il est vrai, la Papauté. L’historien allemand Heribert Müller a bien montré que c’est justement à cause de la question de Naples et pour soutenir son beau-frère le roi René, que Charles VII se départit de son attitude habituellement proconciliaire27.

  • 28 Sur le duc Francesco Sforza, voir la biographie de F. Catalano, Francesco Sforza, Milan 1983 ; sur (...)
  • 29 Par exemple Dépêches des ambassadeurs milanais, op. cit., éd. Mandrot et Samaran, II, n° 3, 11 mar (...)

11Pour l’avenir de la cause angevine en Italie et son échec sous René, il faut regarder l’action de Francesco Sforza, duc de Milan depuis 1450, et étudier la Ligue italienne de 1455. Les sources milanaises sont abondantes, parce que ce prince maintint partout un réseau sophistiqué de correspondants qui fournirent des informations, ce furent soit des ambassadeurs, soit des informateurs secrets, car il avait surtout peur que le roi de France, à l’exemple de ce qu’il fit pour le roi René, ne donnât aide à son parent le duc d’Orléans qui prétendait avoir des droits sur le duché de Milan du fait de l’héritage de sa mère Valentine Visconti28. De la sorte, les ambassadeurs sforzesques à la cour de France observaient de près les activités des « Angioini » auprès du roi29.

  • 30 Lettre datée de Gardanne, 20 juillet 1458, malheureusement fort endommagée, sera éditée à l’annexe (...)
  • 31 Cf. Bénet, Jean d’Anjou, op. cit., p. 75 et suiv.
  • 32 « Jo. Joviani Pontani De bello Neapolitano », Raccolta di tutti i più rinomati Scrittori dell’Isto (...)

12En effet, au lendemain de l’entrée de Jean d’Anjou en tant que gouverneur de Gênes au nom du roi de France et après la mort d’Alphonse d’Aragon survenu en juin 1458, René tenta de renouer des liens cordiaux avec le duc de Milan et lui écrivit une lettre personnelle30 ; mais ce n’était plus le moment de l’entente, car le duc de Milan ne voulait plus des Angevins en Italie et appliquait toute son énergie pour les en éloigner. On en arriva, dès 1459, à l’action militaire, favorisée par la rébellion des barons napolitains contre Ferrante d’Aragon, le successeur d’Alphonse, elle fut menée au nom de son père René par Jean d’Anjou31, duc de Calabre et duc de Lorraine, chef militaire très doué, vaillant chevalier et prince séduisant, conservant dans le royaume de Naples de nombreux partisans32.

  • 33 P. Gilli, « Éléments pour une histoire de la gallophobie italienne à la Renaissance : Pie II et la (...)
  • 34 Par exemple ASMi, SPE Siena 259, 8 mai 1460.
  • 35 Cf. Lecoy, Le roi René, op. cit., II, p. 288 (pièce justificative n° 44) (nécessité politique) et (...)

13Mais cette fois le pape régnant ne se rangea pas du côté des Anjou, comme l’avait fait Eugène IV pendant la guerre entre René et Alphonse d’Aragon. Si le vieux pape Calixte III avait encore laissé entendre qu’il pencherait peut-être du côté angevin, son successeur, le pape Pie II (14581464), natif de Sienne et ancien compagnon de l’empereur romain germanique Frédéric III, se déclara pour Ferrante d’Aragon. M. Gilli a écrit un article sur la gallophobie de ce pape33, et beaucoup de passages dans les Mémoires de ce dernier sur les événements de son temps ainsi que les entretiens qu’il avait avec les ambassadeurs milanais34 vont dans cette même direction, quoique Pie II ait tenu à laisser entendre à René et au cardinal de Foix qu’il avait reconnu l’adversaire de René non par haine de la maison de France, mais par nécessité politique35.

  • 36 ASMi, SPE Genova 413, 1459 Okt. 8 (Copie contemporaine en latin, datée de Portovenere).

14Néanmoins, Jean d’Anjou adressa une lettre au pape dans laquelle il annonça, en octobre 1459, qu’il avait fait voile vers le royaume de Naples et qu’il suivrait l’exemple de ses ancêtres en poursuivant l’entreprise de conquête du royaume. Il précisa encore qu’il voulait rester fidèle au Saint Siège comme l’avaient fait ses ancêtres avant lui36.

  • 37 Cf. R. A. Griffiths, The Reign of King Henry VI, Stroud 1998, p. 772 et suiv., 887 et suiv.
  • 38 Lecoy, Le roi René, op. cit., I, p. 293.
  • 39 Voir ci-dessus note 20.

15Marguerite d’Anjou, reine d’Angleterre, ne pouvait pas aider son frère et son père, à cause des troubles dans son pays qui en 1461 coûtèrent le trône à son mari37. Le roi de France, d’abord Charles VII, ensuite Louis XI, ne soutinrent les Anjou que médiocrement, mais pendant un moment, le sort des armes fut propice à Jean d’Anjou (bataille de Sarno, 7 juillet 1460)38. Les activités italiennes des Anjou – dont Jean duc de Lorraine fut beaucoup plus le moteur que son père René, semble-t-il – ne cessèrent pas avec l’échec éprouvé en 1462-1463. Surtout le duc Jean, revenu en France en 1464, voulait retourner à Naples à tout prix, mais non pas sans avoir eu sa revanche sur celui qu’il croyait coupable de son échec : Louis XI, roi de France, et il participa à la Ligue du Bien Public en 146539.

  • 40 L’ouvrage à consulter est toujours l’étude magistrale de J. Calmette, Louis XI, Jean II et la révo (...)
  • 41 Ibid. ; l’idée du « recouvrement » se trouve par exemple dans une déclaration de Jean d’Anjou d’av (...)
  • 42 Cf. W. Paravicini, « Ein Spion in Malpaga. Zur Überlieferungsgeschichte der Urkunden des René d’An (...)
  • 43 P.-M. Perret, Histoire des relations de la France avec Venise du xiiiesiècle à l’avènement de Char (...)

16Une fois passé le différend avec son cousin le roi de France, un autre champ de bataille s’ouvrit aux ambitions du duc Jean et de son père René : la guerre civile catalane et la succession au trône d’Aragon40. L’intervention était possible par suite des droits de Yolande d’Aragon. Le rôle principal et décisif de cette révolte contre le roi Jean II d’Aragon, oncle du roi Ferrante de Naples, fut joué par la ville la plus importante de la Catalogne, Barcelone, jalouse de garder ses libertés et franchises à l’égard d’un pouvoir royal aragonais trop pressant. C’est pour cela que les Catalans choisirent comme leur roi le roi René, ennemi capital de la maison d’Aragon, possesseur de la riche Provence et père et grand-père de princes influents à la cour de France. Ainsi, s’ajouta au désir du « recouvrement » du royaume de Sicile l’ambition d’obtenir la couronne d’Aragon par le biais du contrôle et de la possession de la principauté de Catalogne41. René avait, encore en 1459, tenté de trouver un accord avec le roi Jean II d’Aragon mais il avait essuyé un échec dans les négociations diplomatiques ; maintenant, il devait l’attaquer, avec l’aide de ses nouveaux sujets catalans, et en même temps, chercher à retourner en Italie plus tard : c’est ce que les Italiens et surtout Ferrante avaient compris : la victoire des Anjou en Catalogne aurait signifié un pouvoir agrandi. Preuve en est aussi le privilège accordé par le roi René au capitaine vénitien Bartolomeo Colleoni. Il s’agissait pour ce dernier du privilège de lier ses armoiries avec celles de la maison d’Anjou et de s’appeler « de Andegavia », « d’Anjou42 ». René et son fils n’avaient donc pas perdu de vue l’objet principal de leur action politique, la reconquête du royaume de Naples ; il y avait d’autres négociations diplomatiques avec les États d’Italie, parmi lesquels aussi l’État pontifical avec le nouveau pape Paul II, successeur de Pie II depuis 146443.

  • 44 ASMi, SPE Francia 536, 6 juillet 1469, parle des sentiments amoureux de Louis XI envers une demois (...)

17De nouveau, Jean d’Anjou se trouve au centre de l’application de la voie de fait, tandis que le droit pour faire tout cela, reposait toujours sur le roi René, son père. Celui-ci, au contraire de ce que l’on lui a souvent reproché, s’engagea à son tour pour obtenir le concours de son royal neveu Louis XI ; entre autres, il participa à la vie de la cour royale pour arriver à ses fins, comme en témoigne une lettre des agents milanais44.

18Cette fois, l’échec final de l’entreprise de Catalogne, en 1472, s’explique assez simplement : trop de fronts, trop de problèmes, et la mort inattendue du duc Jean à l’issue d’une courte maladie à Barcelone, le 16 décembre 1470 sonna le glas à l’expédition ; à René ne restait qu’un petit-fils, longtemps prévu comme beau-fils de Louis XI, Nicolas, qui mourut soudainement en juillet 1473, après avoir eu des sympathies bourguignonnes.

19Il restait le neveu du roi René, Charles, fils de son frère puîné Charles du Maine, qui succéda au vieux roi de Sicile en 1480, dans ses territoires en tant que Charles III de Provence et Charles IV de Sicile, lui aussi ayant l’ambition de renouveler l’attaque contre les Aragonais de Naples, mais il disparut à son tour le 11 décembre 1481. Ainsi la lignée masculine directe des Anjou de la seconde maison, issue de Louis Ier d’Anjou, était éteinte.

La seconde maison d’Anjou et l’Italie dans la deuxième moitié du xve siècle

  • 45 Exemples : instruction du roi René du 8 août 1459 (doc. n° III de notre thèse) : « autres articles (...)
  • 46 P. Gilli, Au miroir de l’humanisme. Les représentations de la France dans la culture savante intal (...)

20Nous avons étudié une lignée qui certainement fut une branche cadette de la maison de France, mais qui fut aussi reconnue comme une dynastie « d’Anjou », comme le prouvent les documents contemporains parlant de « maison d’Anjou », « casa d’Angiò », « domus Andegavensis45 ». Elle devint « définitivement française » dans la deuxième moitié du xve siècle, comme l’a si bien dit M. Gilli dans son ouvrage sur l’humanisme italien46.

  • 47 « En remembrance de saint Loys de Marseille » ; cf. B. Chevalier, « Marie d’Anjou, une reine sans (...)

21Quant aux relations avec la maison de France, les deux lignées étaient étroitement liées l’une à l’autre, comme le montre aussi le fait que le dauphin Louis reçut son nom en souvenir de saint Louis d’Anjou47.

22On constate dans la seconde maison d’Anjou une ténacité admirable dans la poursuite de ses droits dynastiques : que ce soient Louis Ier, Louis II, Louis III, René, Jean et encore Nicolas, et même Charles du Maine, neveu et héritier du roi René ; s’y joignent encore René II de Lorraine, petit-fils du roi René par sa fille Yolande et concurrent des droits de Charles du Maine sur le royaume de Naples, qui se définit toujours comme héritier de la maison d’Anjou, comme aussi Charles VIII, qui finalement réalisa la conquête de Naples.

  • 48 Chr. de Mérindol, Le roi René et la seconde maison d’Anjou, Paris 1987.

23Cette ténacité s’exprime aussi, comme nous l’apprennent les travaux de M. de Mérindol, dans les œuvres artistiques produites pour le roi René, c’est-à-dire dans son héraldique et emblématique48.

  • 49 Sur la noblesse française en général cf. Ph. Contamine, La noblesse au royaume de France de Philip (...)
  • 50 On doit attendre avec impatience : Chr. de Mérindol, L’ordre du Croissant – l’ordre chevaleresque (...)
  • 51 Pour la famille de Beauvau cf. G. Bianciotto, Le Roman de Troyle (Publications de l’Université de (...)

24À cette ténacité de réaliser un droit dynastique, correspondait une forte action diplomatique, surtout en Italie. Pour le temps du roi René, on constate qu’il disposait d’une vraie diplomatie animée par les membres de sa famille : fils, petit-fils, gendre, et par les nobles49 de ses pays, pour une partie rassemblée autour de leur souverain dans l’ordre chevaleresque dit du Croissant50, et par les principaux dignitaires ecclésiastiques de ses territoires, comme les évêques d’Angers et de Marseille (il faut mentionner Jean de Beauvau51 pour Angers, Nicolas de Brancas et Jean Alardeau pour Marseille).

  • 52 J. Petersohn, Ein Diplomat des Quattrocento : Angelo Geraldini (1422-1486) (Bibliothek des Deutsch (...)

25Si les moyens militaires peuvent être regardés comme à peu près suffisants (il manqua pourtant le succès des armes), certainement les moyens financiers ne suffirent pas du tout : le roi René, toujours à court d’argent, cherchait non seulement de l’argent dans ses propres pays, surtout en Provence – où les impôts étaient durs, comme nous apprend un travail de mon maître, M. Petersohn52 –, mais aussi auprès du roi de France qui ne le soutint que temporairement.

  • 53 Cf. notre Politique et diplomatie du roi René, op. cit., p. 457 note 1.
  • 54 A. Girardot, « Les Angevins, ducs de Lorraine et de Bar », Le Pays lorrain 59 (1978) p. 1-18 ; ide (...)
  • 55 M. T. Reynolds, « René of Anjou, King of Sicily, and the Order of the Croissant », Journal of Medi (...)

26L’image du roi René comme piètre homme politique s’est développée depuis les années 192053, mais des recherches récentes donnent une vue plus favorable, par exemple le travail de M. Girardot sur la politique lorraine du prince54, les études de MM. Reynolds et de Mérindol sur l’Ordre du Croissant55, mes propres recherches sur son action diplomatique. Il serait donc plus juste de prendre en compte les limites de ses possibilités militaires et financières et non ses défauts personnels.

  • 56 La lettre de Jean de Beauvau au roi René parle du « reaume de Naples », cf. ci-dessus note 51.

27Pour bien comprendre les ambitions et l’échec de la seconde maison d’Anjou, il faut peut-être aussi jeter un regard sur une ville, celle qui donna son nom à tout le royaume56 : Naples. Dès les Anjou de la première race, cette ville était devenue une ville monarchique, fidèle aux Angevins, mais après l’échec du roi René en 1442, elle donna sa fidélité aux Aragonais. Sa possession était décisive pour dominer le royaume, mais une domination limitée à Naples ne suffisait pas, comme le montre l’échec de René qui dut s’enfuir de Naples en juin 1442. Elle était cependant un atout à ne pas négliger. Si les armées angevines, après avoir vaincu les Aragonais en juillet 1460, s’étaient avancées vers Naples, comme le voulait l’un des principaux conseillers et amis du roi René, Jean Cossa, le sort de tout le royaume aurait pu être différent pour des siècles.

28Charles VIII, fils de Louis XI et petit-neveu du roi René, parvint à occuper cette ville en 1495, mais la domination directe française ne put être maintenue de façon permanente. Le royaume de Naples devint alors province espagnole quelques années plus tard, enfin celle-ci se transforma en royaume des Deux Siciles avec la renaissance du royaume de Naples au xviiie siècle, pour disparaître comme État souverain en 1860 avec Garibaldi et l’unification italienne.

29La ville de Naples, pourtant, resta ce qu’elle avait toujours été, une capitale qui tenait à la monarchie : après la deuxième guerre mondiale, le 2 juin 1946, au moment du référendum sur le futur constitutionnel de l’Italie, c’est elle qui fut aussi fidèle à la dynastie des Savoie, avec plus de 80 % des voix.

30Nous avons vu qu’une série de morts prématurées ou inopinées a frappé la seconde maison d’Anjou : Louis Ier à l’âge de 45 ans, Louis II à 40, Louis III à 31, Jean d’Anjou à 44, son fils Nicolas à 25 ans, ainsi que le neveu et héritier de René, Charles du Maine, à l’âge de 45 ans. Seul le roi René vécut longuement, mourant en 1480 à l’âge de 71 ans, son héritage guetté par Louis XI, Charles duc de Bourgogne, Ferrante de Naples et René II de Lorraine.

31Il est d’usage de citer un vers hexamètre caractérisant la fortune d’une autre grande maison régnante qui devait, à partir du xvie siècle, recueillir un formidable héritage et dominer l’histoire de l’Europe, la maison d’Habsbourg. Ce vers dit : Bella gerant alii, tu felix Austria nube ! Ce qui se traduit en français à : Les guerres soient menées par les autres, toi, heureuse maison d’Autriche, marie-toi. Cela signifie que la diplomatie des combinaisons matrimoniales des Habsbourg les porta à leur apogée au xvie siècle, avec Charles Quint.

32Par contre, la seconde maison d’Anjou, avec son représentant le plus illustre, le roi René, n’eut pas eu une pareille fortune, et la série de morts inopinées dont fut victime la deuxième maison d’Anjou l’illustre bien. Avec la méthode de l’historien qui est la comparaison, je me permets donc de faire le poète en disant : Regna gerant alii, tu Andegavia luge ! Ou en français : Que les règnes soient gérées par les autres, toi, maison d’Anjou, sois en deuil.

Notes

1 B. M. Cron, « The duke of Suffolk, the Angevin marriage, and the ceding of Maine, 1445 », Journal of Medieval History 20 (1994) p. 77-99, ici p. 79.

2 Chr. de Mérindol, « Ducs d’Anjou, rois de Sicile et de Jérusalem. Seconde maison d’Anjou », P. van Kerrebrouck (dir.), Les Valois, (Nouvelle histoire généalogique de l’auguste maison de France), III, Villeneuve-d’Ascq, 1990, p. 269-323, ici p. 272 et suiv. avec p. 278 et suiv. n. 27-37.

3 Des appellations comme « re Renato » ou « re Raynero » se trouvent très souvent dans les documents milanais, par exemple Archivio di Stato di Milano, Sforzesco, Potenze Estere (par la suite : ASMI, SPE) Napoli 198, 12 août 1458, et Siena 258, 12 mars 1459 ; pour « re di Sicilia » cf. par exemple Dépêches des ambassadeurs milanais en France sous Louis XI et François Sforza, B. de Mandrot et Ch. Samaran (éd.), 4 vol., Société de l’Histoire de France, Paris 1916-1923, I, n° 2, 28 juillet 1461, p. 14.

4 Par exemple dans les instructions des ambassadeurs catalans envoyés à la cour de René d’Anjou pour lui offrir la couronne d’Aragon, datées de Barcelone, 20 août 1466 ; cf. A. Lecoy de la Marche, Le roi René. Sa vie, son administration, ses travaux artistiques et littéraires d’après les documents inédits des archives de France et d’Italie, 2 vol., Paris, 1875, II, p. 317 (pièce justificative n° 58) ; nouvelle édition du document dans notre thèse sur la diplomatie du roi René [en préparation] (doc. n° XI).

5 « Des böhmischen Herrn Leo’s von Rožmital Ritter-, Hof- und Pilger-Reise durch die Abendlande 1465-1467, beschrieben durch Gabriel Tetzel aus Nürnberg », J. A. Schmeller (éd.), Bibliothek des literarischen Vereins in Stuttgart 7 (1844) p. 143-212, ici p. 161.

6 Cf. par exemple Lecoy, Le roi René, op. cit., II, p. 287 (pièce justificative n° 44) et Pii II Commentarii rerum memorabilium que temporibus suis contigerunt, éd. A. van Heck, I (Studi e testi, 312), Cité du Vatican, 1984, p. 225 (III, 36).

7 Par exemple ASMi, SPE Napoli 198, lettres du 27 février, 10 mai et 1er août 1458.

8 Cf. M.-R. Reynaud, Le temps des princes. Louis II & Louis III d’Anjou-Provence, 1384-1434 (Collection d’histoire et d’archéologie médiévales, 7), Lyon 2000, p. 18 et 20 ; sur Jeanne Ire cf. l’article d’A. Kiesewetter, « Giovanna I », dans Dizionario biografico degli Italiani (par la suite : DBI) 55, Rome 2000, p. 455-477.

9 Cf. pour ceci et ce qui suit M.-R. Reynaud, « La deuxième maison d’Anjou-Provence et la papauté (vers 1380-vers 1434) », Papauté, monachisme et théories politiques. Études d’histoire médiévale offertes à Marcel Pacaut, rassemblées par P. Guichard et autres (Collection d’histoire et d’archéologie médiévales, 1), I (Le pouvoir et l’institution ecclésiale), Lyon 1994, p. 161-172.

10 Cf. A. Esch, « Das Papsttum unter der Herrschaft der Neapolitaner. Die führende Gruppe Neapolitaner Familien an der Kurie während des Schismas 1378-1415 », Festschrift für Hermann Heimpel zum 70. Geburtstag am 19. September 1971, II (Veröffentlichungen des Max-Planck-Instituts für Geschichte, 36/II), Göttingen, 1972, p. 713-800, ici p. 719 f.

11 C. de Frede, « Napoli e Francia alla vigilia dell’impresa di Carlo VIII », Studi politici in onore di Luigi Firpo, a cura di S. Rota Ghibaudi e F. Barcia, Milan 1990, I (Ricerche sui secoli XIV-XVI), p. 279-332, ici p. 285.

12 Chr. Mérindol, Ducs d’Anjou, op. cit., p. 273 avec p. 282 note 44.

13 Ibid., p. 284 et suiv.

14 Cf. Esch, Das Papsttum, op. cit., p. 758 et suiv. pour le pape Jean (XXIII) et son frère Gaspard, en 1410 commandant de la flotte de Louis II d’Anjou ; sur Jean (XXIII) ibid., p. 778 suiv. et, en général, Ch.-F. Uginet, « Giovanni XXIII », DBI 55, Rome 2000, p. 621-627.

15 Reynaud, Le temps des princes, op. cit., p. 143.

16 L. Vones, Geschichte der Iberischen Halbinsel im Mittelalter, 711-1480. Reiche – Kronen – Regionen, Sigmaringen 1993, p. 193.

17 Chr. Mérindol, Ducs d’Anjou, op. cit., p. 289 suiv., aussi pour ce qui suit.

18 Pour Jeanne II cf. A. Ryder, « Giovanna II », DBI 55, Rome 2000, p. 477-486.

19 Reynaud, Le temps des princes, op. cit., p. 140.

20 Cf. par exemple J. Bénet, Jean d’Anjou, duc de Calabre et de Lorraine (1426-1470), Nancy, 1997, p. 89 et suiv.

21 Pour le roi René et ses successeurs présomptifs cf. Mérindol, Ducs d’Anjou, op. cit., p. 292-323.

22 R. Vaughan, Philip the Good. The Apogee of Burgundy, Londres, 1970, p. 119. Encore en 1472, René semble ne pas avoir aimé la maison de Bourgogne ; cf. la déposition de Jean du Plessis devant le parlement de Paris (doc. n° XXI de notre thèse).

23 Cf. la vue d’ensemble de G. Galasso, « Il regno di Alfonso », idem, Il regno di Napoli. I (Il Mezzogiorno angioino e aragonese [1266-1494]) (Storia d’Italia, 15, 1), Turin 1992, p. 561 et suiv. ; Lecoy, Le roi René, op. cit., I, p. 137 suiv.

24 Lecoy, Le roi René, op. cit., I, p. 225 et suiv., 265 suiv.

25 Toujours à voir : E. Colombo, « Re Renato alleato del duca Francesco Sforza contro i Veneziani (1453-1454) », Archivio Storico Lombardo Serie 3, 1 = 21 (1894) p. 79-136, 361-398.

26 G. Peyronnet, « La politica italiana di Luigi XI delfino di Francia (1444-1462) », Rivista Storica Italiana 64 (1952) p. 19-44.

27 H. Müller, « Être conciliateur à l’époque conciliaire. Les Anjou et la cour royale face au concile de Bâle (1431-1449) », Saint-Denis et la royauté. Études offertes à Bernard Guenée, travaux réunis par F. Autrand, C. Gauvard et J.-M. Moeglin (Histoire ancienne et médiévale, 59), Paris 1999, p. 757770, ici p. 758 et suiv.

28 Sur le duc Francesco Sforza, voir la biographie de F. Catalano, Francesco Sforza, Milan 1983 ; sur les relations entre le roi de France et le duc de Milan au temps des Sforza, voir les travaux de l’historien américain V. Ilardi, « France and Milan : The Uneasy Alliance, 1452-1466 », Gli Sforza a Milano e in Lombardia e i loro rapporti con gli Stati italiani ed europei (1450-1535). Convegno internazionale, Milano, 18-21 maggio 1981, Milan 1982, p. 415-447 et « The Italian League, Francesco Sforza, and Charles VII (1454-1461) », Studies in the Renaissance 6 (1959) p. 129-166, tous les deux réimprimés dans idem, Studies in Italian Renaissance Diplomatic History, Londres 1986.

29 Par exemple Dépêches des ambassadeurs milanais, op. cit., éd. Mandrot et Samaran, II, n° 3, 11 mars 1464, p. 26-28.

30 Lettre datée de Gardanne, 20 juillet 1458, malheureusement fort endommagée, sera éditée à l’annexe de notre thèse sur la diplomatie du roi René (doc. n° I).

31 Cf. Bénet, Jean d’Anjou, op. cit., p. 75 et suiv.

32 « Jo. Joviani Pontani De bello Neapolitano », Raccolta di tutti i più rinomati Scrittori dell’Istoria generale del Regno di Napoli, éd. G. Gravier, V, Naples 1769, p. 137.

33 P. Gilli, « Éléments pour une histoire de la gallophobie italienne à la Renaissance : Pie II et la nation française », Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge, 106 (1994) p. 275-311.

34 Par exemple ASMi, SPE Siena 259, 8 mai 1460.

35 Cf. Lecoy, Le roi René, op. cit., II, p. 288 (pièce justificative n° 44) (nécessité politique) et la lettre de Pie II au cardinal de Foix, Macereto, 24 mai 1460 (non pas par haine) (doc. n° V de notre thèse).

36 ASMi, SPE Genova 413, 1459 Okt. 8 (Copie contemporaine en latin, datée de Portovenere).

37 Cf. R. A. Griffiths, The Reign of King Henry VI, Stroud 1998, p. 772 et suiv., 887 et suiv.

38 Lecoy, Le roi René, op. cit., I, p. 293.

39 Voir ci-dessus note 20.

40 L’ouvrage à consulter est toujours l’étude magistrale de J. Calmette, Louis XI, Jean II et la révolution catalane (1461-1473) (Bibliothèque méridionale, 2e Série, 8), Toulouse 1903, surtout p. 265 suiv.

41 Ibid. ; l’idée du « recouvrement » se trouve par exemple dans une déclaration de Jean d’Anjou d’avoir obtenu du roi Louis XI une promesse d’aide financière, en novembre 1465 (doc. n° X de notre thèse).

42 Cf. W. Paravicini, « Ein Spion in Malpaga. Zur Überlieferungsgeschichte der Urkunden des René d’Anjou und Karls des Kühnen für Bartolomeo Colleoni », Italia et Germania. Liber Amicorum Arnold Esch, sous la direction de H. Keller, W. Paravicini et W. Schieder, Tübingen 2001, p. 469487, ici p. 470 et suiv.

43 P.-M. Perret, Histoire des relations de la France avec Venise du xiiie siècle à l’avènement de Charles VIII, Paris 1896, I, p. 507 et suiv.

44 ASMi, SPE Francia 536, 6 juillet 1469, parle des sentiments amoureux de Louis XI envers une demoiselle de la reine de Sicile ; P. M. Kendall, Louis XI, Londres 1971, en allemand : Ludwig XI., König von Frankreich 1423-1483, Munich 1979, p. 271, qui ne cite pas sa source.

45 Exemples : instruction du roi René du 8 août 1459 (doc. n° III de notre thèse) : « autres articles qui sont en foulle dudit seigneur Roy de Sic[ile] et de la maison d’Anjou » ; lettre de l’ambassadeur milanais du 27 janvier 1467 (ASMi, SPE Francia 533) : « ad fine che in futurum non potesseno recalcitrare né far favore a la casa d’Angiò » ; lettre de Donato Acciaiuoli du 16 septembre 1461 (Florence, Biblioteca Nazionale, ms. Magliab. VIII 1392, fol. 40v) : « quia diversarum partium sunt et domus Andegavensis se studiosissimos esse ostendant ».

46 P. Gilli, Au miroir de l’humanisme. Les représentations de la France dans la culture savante intalienneà la fin du Moyen Âge (vers 1360-vers 1490) (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 296), Rome 1997, p. 542 et suiv.

47 « En remembrance de saint Loys de Marseille » ; cf. B. Chevalier, « Marie d’Anjou, une reine sans gloire (1404-1463) », Autour de Marguerite d’Écosse. Reines, princesses et dames du xve siècle. Actes du colloque de Thouars (23 et 24 mai 1997), éd. sous la dir. de G. et Ph. Contamine, Paris 1999, p. 81-98, ici p. 83 avec note 7.

48 Chr. de Mérindol, Le roi René et la seconde maison d’Anjou, Paris 1987.

49 Sur la noblesse française en général cf. Ph. Contamine, La noblesse au royaume de France de Philippe le Bel à Louis XII. Essai de synthèse, Paris 1997 ; sur l’action diplomatique angevine cf. les exemples que nous en avons donné dans notre article « Politique et diplomatie du roi René. Service et fidélité pendant les entreprises d’Italie et de Catalogne », La noblesse dans les territoires angevins à la findu Moyen Âge. Actes du colloque international organisé par l’Université d’Angers, Angers-Saumur, 36 juin 1998, réunis par N. Coulet et J.-M. Matz (Collection de l’École française de Rome, 275), Rome 2000, p. 457-470.

50 On doit attendre avec impatience : Chr. de Mérindol, L’ordre du Croissant – l’ordre chevaleresque fondé par le roi René [sous presse].

51 Pour la famille de Beauvau cf. G. Bianciotto, Le Roman de Troyle (Publications de l’Université de Rouen, 75), I, Rouen 1994, p. 139-255 et, désormais indispensable, L. Bidet, « La noblesse et les princes d’Anjou. La famille de Beauvau », La noblesse dans les territoires angevins, op. cit., p. 471-498. Une lettre de Jean de Beauvau, évêque d’Angers jusqu’à sa chute en 1467, laquelle il écrivit de Bologna au roi René, sera publiée à l’annexe de notre thèse sur la diplomatie du roi René (28 février 1462, doc. n° VIII).

52 J. Petersohn, Ein Diplomat des Quattrocento : Angelo Geraldini (1422-1486) (Bibliothek des Deutschen Historischen Instituts in Rom, 62), Tübingen 1985, p. 66 et suiv.

53 Cf. notre Politique et diplomatie du roi René, op. cit., p. 457 note 1.

54 A. Girardot, « Les Angevins, ducs de Lorraine et de Bar », Le Pays lorrain 59 (1978) p. 1-18 ; idem, « Noblesse et reformations en Lorraine angevine », La noblesse dans les territoires angevins, op. cit., p. 49-69.

55 M. T. Reynolds, « René of Anjou, King of Sicily, and the Order of the Croissant », Journal of Medieval History 19 (1993) p. 125-161 ; Chr. de Mérindol, L’ordre du Croissant, op. cit.

56 La lettre de Jean de Beauvau au roi René parle du « reaume de Naples », cf. ci-dessus note 51.

Auteur

Université de Marburg

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540