Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les princes angevins du XIIIe au XVe siècle

 | 
Noël-Yves Tonnerre
, 
Élisabeth Verry

La Pologne sous l’influence des Angevins de Hongrie

Halina Manikowska

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 « Kronika Janka z Czarnkowa », J. Szlachtowski (éd.), Monumenta Poloniae Historica, t. II, Lvov, 1 (...)
  • 2 Ibid., cap. 61.
  • 3 Ibid., cap. 46.

1Louis d’Anjou, roi de Hongrie et premier Anjou sur le trône de Pologne, est appelé « le Grand » dans son pays et compte parmi les plus grands monarques que ce pays n’ait jamais eus. Par contre en Pologne, le souvenir de son règne est nettement moins glorieux. La plupart des historiens portent sur son action un jugement critique, sinon négatif. Le premier bilan négatif apparaît sous la plume d’un témoin de son règne, le vice-chancelier Jan de Czarnków1. À la mort de Louis, roi de Hongrie et de Pologne, Jan de Czarnków écrivit dans sa chronique : « Au temps du roi Louis il n’y eut dans le Royaume de Pologne aucune stabilité ni aucune justice. Car les capitaines de province et leurs burgraves pillaient les biens des plus pauvres qu’eux, et si ces derniers se rendaient en Hongrie pour déposer une plainte au pied du trône, le roi, après leur avoir octroyé des lettres, qu’ils devaient d’ailleurs payer cher à la chancellerie, les renvoyait chez eux. Or, les capitaines de province ne faisaient aucun cas de ces lettres et continuaient à oppresser les populations. Les attaques des brigands contre les marchands et autres voyageurs ainsi que les vols étaient monnaie courante2. » Ce tableau déjà passablement sombre s’assombrit davantage lorsque le chroniqueur passe à la régence de la reine Élisabeth, mère du roi Louis et sœur du dernier roi de Pologne de la dynastie des Piast : « Sous son gouvernement, le Royaume connut des pillages, des actes de brigandage […] Personne ne pouvait espérer obtenir auprès de la reine la restitution de ses biens indûment confisqués ni compter régler aucune affaire importante […] Elle prêtait une oreille attentive à des accusations secrètes faisant ainsi tort à un bon nombre de personnes justes et fidèles sujets de son fils3. »

  • 4 Joannis Dlugossii Annales seu cronicae incliti regni Poloniae. Lib. I-XI, Varsovie, 1964-1997.
  • 5 Jan de Czarnków appartenait au camp des adversaires de la succession angevine en Pologne ; accusé (...)
  • 6 « Kronika Janka… », op. cit., cap. 32.

2La chronique de Jan de Czarnków contribua grandement à perpétuer ce mauvais souvenir. Car le tableau d’injustices et d’abus sévissant dans un pays où le roi séjournait rarement, laissant la régence à sa mère, une femme vieille et détestée, ne fut contrebalancé par aucun autre texte qui fût favorable au roi Louis. Le jugement de Jan de Czarnków fut repris cent ans plus tard par Jan Dugosz, le plus grand chroniqueur polonais du Moyen Âge, celui qui a façonné la conscience historique des Polonais4. Les historiens plus récents ont révisé les opinions négatives des deux chroniqueurs en faisant valoir l’importance du règne du roi Louis pour l’histoire de la Pologne et ont prouvé que la chronique de Jan de Czarnków était entachée de partialité, le chroniqueur voulant prendre sa revanche sur un roi qui avait mis fin à sa brillante carrière5. Rien n’y a fait. La mémoire collective des Polonais continue à ignorer l’existence du roi Louis, le rôle du mauvais roi étant échu à un autre étranger, à Wenceslas II, qui ne régna en Pologne que cinq ans (1300-1305). Visiblement, les Polonais n’ont jamais voulu se rappeler ce roi venu de Hongrie. Bien plus : sa fille Edwige, devenue roi de Pologne, récemment canonisée, fut « polonisée » dès le xve siècle. Parmi les lieux de mémoire polonais figure en bonne place le mythe d’une amitié éternelle entre les Polonais et les Hongrois dont la tradition a fait des cousins germains, buvant sec et se prêtant main forte en cas de besoin. La même tradition a relégué aux oubliettes de l’Histoire le souvenir d’un affrontement sanglant qui eut lieu à Cracovie en 1376, une sorte de vêpres siciliennes. Un différend opposant les serviteurs d’un chevalier polonais et les serviteurs hongrois de la reine dégénéra en tumulte et coûta la vie à 160 Hongrois6. Il ne fait pas de doute que l’entourage de la régente et les chevaliers polonais se vouaient une haine mortelle et qu’il avait suffi d’une étincelle pour que cette haine embrasât toute la ville. Était-ce seulement une hostilité nourrie par les Polonais excédés par l’arrogance des Hongrois ou, plus largement, une hostilité à l’égard d’un pouvoir étranger portant atteinte aux intérêts polonais ? Le règne de Louis d’Anjou a-t-il constitué une suite naturelle du règne de son oncle et prédécesseur Casimir le Grand ou, au contraire, faut-t-il y voir le début d’une nouvelle époque ? Pour répondre à ces questions, il faut remonter aux tractations et aux accords qui ont préparé l’avènement d’un Anjou au trône de Pologne. Nous devons aussi et surtout situer ces événements dans un contexte plus large, faisant place aux évolutions qui ont marqué toute la région. Nous tenterons ainsi de « mesurer » l’impact de l’influence angevine sur l’histoire de la Pologne.

  • 7 Je ne tiens pas compte de l’Ordre des Chevaliers teutoniques à cause de la particularité socio-pol (...)
  • 8 Pour la bibliographie détaillée : J. Kurtyka, Odrodzone Królestwo. Monarchia Władysława Łokietka i (...)

3La fin du xiiie et le début du xive siècle constituent une rupture dans l’histoire de l’Europe du Centre Est. Les plus grands pays de la région : la Bohême, la Hongrie et la Pologne7 connurent une période d’instabilité et de désordres qui amena un changement de la situation politique et une modification des rapports sociaux, ce qui allait avoir une influence déterminante sur le système socio-politique de ces États. Les derniers Premyslides avaient tenté de s’assurer la suprématie dans la région : Wenceslas II était roi de Bohême et de Pologne, son fils avait été sacré roi des Hongrois et s’apprêtait, à la mort de son père, à réunir les trois couronnes. Or, les événements prirent un autre cours : le trône de Hongrie revint à un Anjou, le trône de Bohême tomba dans l’escarcelle des Luxembourg et le trône de Pologne retourna au représentant des Piast. Ce qui comptait pour ce dernier ce n’était pas seulement le maintien de son pouvoir face aux prétentions légitimes de Jean de Luxembourg, mais aussi la réunification du royaume. Morcelé à la suite d’un démembrement de plus de cent cinquante ans, le pays se composait de régions indépendantes les unes des autres et aux régimes socio-politiques différents8.

  • 9 J. Kłoczowski, Młodsza Europa, Varsovie, 1998.
  • 10 H. Samsonowicz, Złota jesień polskiego średniowiecza, Varsovie, 1971.

4Le xive siècle fut témoin du développement rapide que connut la région appelée par l’historien Jerzy Kłoczowski « la sœur cadette de l’Europe », compte tenu de sa christianisation tardive et de sa romanisation indirecte (par l’intermédiaire des Germains)9. Mais cette appellation, ce n’est rien d’autre qu’un euphémisme sacrifiant au « politiquement correct » et ménageant l’amour-propre de ces plus jeunes Européens. En fait, il s’agit d’une périphérie de l’Europe. Certes, une périphérie qui, relativement épargnée par la forte décrue démographique, ébauche sa mue économique et culturelle qui lui permet de se lancer – avec succès, ce que reconnaissent tous les historiens – à la poursuite de l’Europe occidentale. La Hongrie connaît sous les Anjou une période de développement accéléré, la Bohême devient sous Charles IV le centre de l’Empire et la Pologne vit une période de prospérité que Henryk Samsonowicz appelle « l’automne doré du Moyen Âge polonais10 ». C’est aussi à cette époque qu’apparaît le dualisme dans le développement économique des deux Europes.

  • 11 Son exposé le plus complet dans Wschód a Zachód Europy w XIII-XVI wieku, Varsovie 1973 ; idem, The (...)

5Cette question se trouve développée dans les études de Marian Małowist11. Sa vision du développement économique de l’Europe de l’Est

  • 12 Pour ce qui est des matières premières, la Pologne fut, jusqu’à la fin du xviie siècle, le plus gr (...)
  • 13 Cf., J. Kurtyka, op. cit., p. 189-210 ; J. Wyrozumski, Kazimierz Wielki, Wroclaw, 1982, p. 142170  (...)

6(terme qu’il emploie plus souvent que celui de l’Europe du Centre Est) au Moyen Âge et au début des temps modernes est plutôt pessimiste : il présente cette partie de l’Europe comme une sorte de colonie exploitée par l’Occident et fournissant ce dernier en matières premières et en denrées alimentaires. Ce qui peut paraître étonnant, c’est qu’au xive siècle, cette situation est plus profitable à la Pologne qu’à ses riches voisins. En Bohême et en Hongrie, qui connurent un développement rapide grâce aux revenus provenant de l’exploitation de mines d’argent, d’or et d’autres métaux, la concurrence des marchands allemands et italiens ainsi que l’importation massive de produits de l’artisanat occidental eurent des conséquences négatives pour le développement de l’économie locale. La Pologne, qui ne disposait pas de moyens aussi importants pour financer l’importation de produits occidentaux12, seule l’importation de capitaux ayant pris des dimensions importantes, connut une situation nettement meilleure. Les relations entre les deux parties du continent, occidentale et orientale, présentaient, à l’époque, les caractères suivants : l’Europe occidentale exportait des produits finis, des produits de luxe et le capital, alors que les pays de l’Europe de l’Est exportaient avant tout des matières premières. Ainsi, écrit Maowist, dans les pays de l’Est européen dont le décollage économique se trouva retardé du fait d’un concours de circonstances défavorable, les échanges commerciaux avec l’Occident furent générateurs d’un certain progrès culturel et contribuèrent à l’enrichissement des marchands (aussi bien d’origine étrangère que locaux), mais, en même temps, ils entravèrent le développement d’autres branches de l’économie locale. Parfois, et ce fut le cas au xive siècle, les échanges commerciaux avec l’Occident furent profitables aux royaumes eux-mêmes en termes de puissance et de richesse, ce dont témoignent la Hongrie des Anjou et la Bohême des Luxembourg. En raison de ses importations limitées, la Pologne fut épargnée par cette invasion économique et put diversifier sa production. La thèse de Małowist, dont la version définitive date des années 1960-1970, demanderait à être approfondie, d’autant plus que ses conclusions, généralement admises par les historiens occidentaux, ont grandement contribué à cette vision dualiste du développement de notre continent au Moyen Âge tardif. Des recherches plus récentes, menées dans un cadre géographique plus restreint et n’ayant plus cette perspective « continentale » ont mis en lumière le progrès économique qui s’accomplit en Pologne au xive siècle, surtout sous le règne de Casimir le Grand (1333-1370), un règne placé sous le signe d’un essor économique permettant à la Pologne de diminuer la distance qui la séparait des pays occidentaux13.

7Si ce décalage semblait à l’époque s’estomper, c’est grâce à un grand effort consenti au siècle précédent. Les grands processus de colonisation, à savoir l’afflux de paysans, de chevaliers, d’artisans et de marchands provenant pour la plupart de territoires allemands, avait entraîné la modification des rapports sociaux, économiques et juridiques connue dans l’historiographie sous le nom de colonisation sous le régime du droit allemand. Cette colonisation, ainsi qu’une exploitation intense des ressources minières dans les Carpates et dans les Sudètes constituent une amorce du grand décollage du siècle suivant.

  • 14 S. Gawlas, « Uwagi o polityce miejskiej Kazimierza Wielkiego », Aetas media, Aetas moderna. Studia (...)
  • 15 Ils furent obligés de traverser les centres jouissant du droit d’entrepôt ; Wroclaw mena une vérit (...)

8Après la réunification du Royaume de Pologne, les changements mentionnés ci-dessus furent mis au service d’un programme de modernisation entrepris par Casimir le Grand et constituant la dernière étape de la formation du paysage culturel de la Pologne au Moyen Âge tardif. Le nombre des villes doubla (voire tripla, ce qui fut le cas de la Petite Pologne en retard sur la Grande Pologne). C’est à cette époque-là que la Pologne parvint à diminuer la distance la séparant de la Silésie, de la Bohême et du Brandebourg, même si cette distance ne devait jamais être comblée14. Les villes polonaises surent mettre à profit leur situation géographique. La Pologne fut un carrefour où se croisaient deux axes de communication trans-européens : la route dite « polonaise » (dite aussi « tartare » ou « moldave ») reliant Caffa (Crimée) aux pays occidentaux à travers les territoires russes, Cracovie et Wroclaw (Breslau) et la route dite « prussienne » qui, longeant la Vistule, faisait communiquer les régions de la mer Baltique avec le nord de la Hongrie. Par sa disposition de 1344, Casimir le Grand limita considérablement l’accès à ces routes aux marchands étrangers15. La politique de colonisation et la politique commerciale devaient, à ce qu’il semble, non seulement augmenter les revenus du roi, mais aussi renforcer son pouvoir, faisant ainsi partie d’un programme de modernisation de l’État.

  • 16 . Cf. S. Gawlas, « Polska Kazimierza Wielkiego a inne monarchie Europy Środkowej – możliwoci i gra (...)

9La prise de pouvoir dans l’Europe du Centre Est par les nouvelles dynasties, apportant avec elle des expériences nouvelles et, avant tout, se référant à des modèles différents de ceux qui existaient sur place, amenèrent à sa suite un effort de modernisation, visant avant tout les institutions et les moyens d’action politique. Grâce à cet effort accompli dans les pays voisins, Casimir le Grand, le dernier souverain polonais de la dynastie des Piast (1333-1370) put, dans sa politique de la modernisation de l’appareil d’État, recourir aux solutions adoptées déjà par les Anjou et les Luxembourg. Pour la première fois, l’Allemagne perdit son rôle d’inspirateur de changements politiques, sociaux et juridiques en Pologne16. Voici en quoi consistait ce processus de modernisation dans la région.

  • 17 Cf. J. Žemlička, Die Anfänge des « grundherrschaftlichen » Adels im Staat der Přemysliden, « Histo (...)
  • 18 Ce fut une des raisons de la révolte des nobles de Grande Pologne en 1352.
  • 19 P. Engel, Honor, castrum, comitatus. Studies on the Government System of the Angevin Kingdom, « Qu (...)
  • 20 Cf. K. Buczek, « The Knight Law and the Emergence of the Nobility Estate in Poland », The Polish N (...)

10Au seuil du xive siècle, l’Europe du Centre Est reproduisait l’ancien modèle du pouvoir avec les droits dits régaliens, le monopole des douanes et de la Monnaie, une colonisation massive. Ces mesures devaient empêcher les grands seigneurs de s’arroger les prérogatives attachées à la souveraineté royale17. L’exemple de la Hongrie, où la constitution par les grands seigneurs de seigneuries banales indépendantes amena la disparition de l’État, fut dissuasif. En Bohême et surtout en Pologne, les princes réussirent à garder le monopole du pouvoir territorial. En Pologne, la participation de la chevalerie au processus de colonisation ne s’intensifia qu’à partir de 1320, c’est-à-dire dans un royaume déjà réunifié et les princes avaient réussi à imposer leur contrôle sur la vente et l’achat de propriétés terriennes. Casimir le Grand s’employa avant tout à la réorganisation du domaine royal : il créait des villes nouvelles, des villages et des propriétés domaniales inaliénables, reprenait aux nobles les biens indûment perçus en vérifiant leurs titres de propriété ou en opérant des confiscations18. Pour l’organisation du domaine royal, on s’inspira de l’exemple tchèque, adopté en Bohême et en Moravie sous Ottokar II Premysl et développé sous les Luxembourg. En Hongrie, la saisie des châteaux et du patrimoine des aristocrates vaincus rétablit la domination des châteaux royaux19. En Bohême, les Luxembourg développèrent leur domaine autour de châteaux royaux et de villes royales en élargissant et renforçant les groupes de petits vassaux dépendant d’un château. L’activité que dans ce domaine déploient les Piast, surtout Casimir le Grand, est de grande envergure, mais superficielle. Ses efforts visant à asseoir cette réorganisation sur le droit féodal n’ont pas apporté les résultats escomptés ; la structure sociale ne s’en trouva pas modifiée au point de favoriser l’apparition d’un groupe de petits vassaux20. La seule conséquence durable qui en résulta ce fut un renforcement de la puissance militaire et une augmentation de la mobilité des troupes. L’armée fut divisée en bannières territoriales, sur le modèle hongrois.

  • 21 À l’époque, ni la Silésie (env. 500 mille habitants) ni la Mazovie (env. 230 mille) n’appartenaien (...)
  • 22 La réforme monétaire en Pologne (un changement dans ce domaine eut lieu au début du xive siècle da (...)

11Le règne de Casimir le Grand se caractérisa par une politique fiscale très dure. Les sources ne permettent d’avancer aucun chiffre exact, mais selon les estimations, les revenus du trésor royal auraient atteint, les années fastes, l’équivalent d’une tonne d’or (soit huit fois moins qu’en France et presque deux fois moins qu’en Angleterre). La Pologne réunifiée n’était pas un grand pays : elle ne comptait pas un million d’habitants21 (sans la Ruthénie conquise au milieu du xive siècle) et ses ressources minières n’étaient pas aussi riches que celles dont disposaient ses voisins. La politique fiscale, fondée sur les décisions arbitraires de Casimir le Grand, fut modifiée sous Louis d’Anjou. Ce dernier dut renoncer aux contributions extraordinaires et garantir à la noblesse et à l’Église la stabilité des impositions (le privilège de Kassa de 1374 et plus tard, une régulation supplémentaire concernant les biens ecclésiastiques). En plus des revenus qu’apportaient les droits régaliens (le monopole de la Monnaie22 et de l’exploitation des mines), la politique commerciale et les villes nouvelles, le trésor royal fut alimenté par des impôts et les revenus qu’apportait le domaine royal reconstruit.

  • 23 Cf. J. Bak, Königtum und Stände in Ungarn im 14.-16. Jahrhundert, Wiesbaden, 1963 ; J. Gerics, « D (...)

12Mais la lutte contre l’aristocratie et le prix que les nouvelles dynasties avaient dû payer pour accéder au trône et s’y maintenir n’empêchèrent pas l’apparition d’une société divisée en ordres. Un des traits particuliers de cette société est que la bourgeoisie fut exclue de ce processus de formation d’une nation politique animée par un sentiment communautaire23. Dans cette région, la nation ne devait signifier qu’une « communitas nobilium ».

  • 24 Selon une relation historique postérieure, les chevaliers polonais poursuivirent de leur haine tou (...)

13En Pologne, les aspirations des villes furent enterrées à l’époque des grands troubles survenus à la fin du xiiie et au début du xive siècle lors des luttes pour le trône de Pologne et pour la réunification de son territoire démembré. De plus, la Pologne fut le théâtre d’un conflit ethnique entre le patriciat urbain allemand et la chevalerie polonaise soutenant Wladislas le Bref et son programme de réunification. Après la défaite de la révolte de l’advocatus de Cracovie Albert (1311-1312) – les bourgeois de Cracovie étaient favorables à la succession tchèque – Wladislas le Bref, en forme de représailles, interdit l’usage de l’allemand dans les registres urbains24.

  • 25 Cf. J. J. Santa-Pinter, The « Decretum unicum » of Louis the Great and his Kassa Privilegium, « Re (...)

14Ce qui est le plus important pour la formation des ordres sociaux en Pologne et en Hongrie, c’est l’absence de toute codification juridique établissant une différence entre la petite et la grande noblesse. Les tentatives visant à asseoir le pouvoir royal sur le droit féodal échouèrent d’autant plus que Charles-Robert et Wladislas le Bref, menant des luttes pour leurs trônes, durent avant tout se concilier le soutien de toute la chevalerie. Mais ce qui décida de la constitution d’une couche nobiliaire homogène ce furent les engagements pris par Louis d’Anjou, soucieux de renforcer ses droits au trône de Pologne et, par la suite, d’assurer – contrairement à la tradition polonaise – la succession à une de ses filles. L’accord de Kassa, conclu en 1374 entre le roi et la noblesse polonaise, fut un privilège général accordé à tous les nobiles polonais25. Les représentants de la noblesse acceptaient une des filles de Louis d’Anjou comme reine contre l’exemption de l’impôt direct (impôt foncier permanent) qui ne frappait désormais que les terres arables paysannes et qui n’était que de 2 gros par manse. Louis limitait le service de la guerre à la seule défense du territoire et, le plus important, le roi ne pouvait confier les fonctions territoriales qu’à des Polonais ayant des domaines dans la région où cette fonction devait être exercée (terrigena). Ce n’était pas une révolution, car le roi renonçait aux impôts qu’il était incapable de percevoir, mais la noblesse a vu ses revendications reconnues, ce qui, au siècle suivant, allait lui assurer le premier rôle dans l’État. Bien plus : le trône de Pologne devenait pour de bon électif et c’est désormais l’aristocratie de Petite Pologne qui déciderait qui y accéderait.

  • 26 Cf. Corona Regni. Studien über die Krone als Symbol des Staates im späteren Mittelalter, M. Hellem (...)
  • 27 Ces conceptions apparurent dans le milieu de juristes entourant Wladislas le Bref et Casimir le Gr (...)
  • 28 Statuty Kazimierza Wielkiego : p. I : Statuty malopolskie, O. Balzer (éd.), Poznań, 1947 ; p. II : (...)

15L’évolution du système socio-politique de la Pologne doit beaucoup à la conception politique et juridique de la corona regni. Le premier des trois pays à l’avoir formulée fut la Hongrie et c’est probablement aux Hongrois qu’elle fut empruntée et non aux Tchèques26. Elle fut pleinement développée sous Louis d’Anjou. Le roi Casimir le Grand, le dernier Piast sur le trône de Pologne, tout en exploitant les symboles de son pouvoir personnel (pièces de monnaie, sceaux), n’était certainement pas intéressé par une conception politique qui détachait l’État de la dynastie et l’érigeait en un concept abstrait27. Mais lorsqu’on parle des conceptions politiques élaborées à l’époque en Pologne, il ne faut pas oublier le contexte historique marqué par deux événements majeurs : le processus de réunification du royaume dont la réalisation se résume en la formule : unus princeps, unum ius, una moneta in toto regn28 et les procès canoniques opposant, depuis les années 1320, la Pologne à l’Ordre des Chevaliers teutoniques au sujet de territoires confisqués par l’Ordre. C’est au cours de ces procès que fut formulé le concept du Regnum Poloniae. Il comprenait la souveraineté des rois et princes polonais sur un territoire déterminé, l’administration territoriale ecclésiastique avec l’archevêché de Gniezno, le denier de Saint-Pierre acquitté au Saint-Siège, l’histoire de l’État, l’ensemble des lois et le système juridique, enfin les traits particuliers de ses habitants, leur langue et leurs coutumes.

  • 29 J. Kejř, « Die sogenante Maiestas Carolina : Forschungen und Streitigkeiten », Studia Luxemburgens (...)

16On ne saurait parler non plus de l’influence hongroise ou tchèque sur la première codification du droit coutumier entreprise par Casimir le Grand. Bien que tardive, elle n’a pas son équivalent dans cette partie de l’Europe. Charles IV, au lieu de faire promulguer la Maiestas Carolina, fut obligé d’annoncer solennellement la destruction de l’exemplaire de cette codification, muni déjà de tous les sceaux nécessaires29. Quant aux Anjou, leur œuvre de codification majeure se ramène à une confirmation élargie de la bulle d’or en 1351. Une action législative de plus grande envergure n’était pas possible vu la faiblesse de l’organisation de ces pays et la faiblesse du pouvoir royal.

  • 30 Cf. : Kaiser Karl IV. Staatsmann und Mäzen, F. Seibt (dir.), Munich, 1978 ; I. Rosario, Art and Pr (...)
  • 31 G. Klaniczay, « Le culte des saints dynastiques en Europe centrale (Angevins et Luxembourg au xive(...)
  • 32 Ibid., p. 234.
  • 33 Z. Piech, « Symbole władcy i pastwa w monarchii Władysława Łokietka i Kazimierza Wielkiego », Imag (...)
  • 34 P. Crosley, Gothic Architecture in the Reign of Kasimir the Great, Cracovie, 1985 ; cf. les réalis (...)

17L’œuvre de modernisation entreprise par le roi Casimir comprenait en plus la réorganisation de l’appareil d’État, aussi bien central que territorial, rendue nécessaire après la réunification du pays et la disparition de l’ancienne administration territoriale. Il faut y ajouter la réorganisation du système juridique et la nouvelle organisation de la cour, les réformes militaires, l’établissement des rapports avec l’Église sur de nouvelles bases (en fait, lui imposer sa domination), enfin un programme de propagande autour de l’idéologie du pouvoir. Dans ce dernier domaine, Charles IV était passé maître, mais les autres souverains du xive siècle se tirèrent également très bien d’affaire30. Examinons à titre d’exemple, le culte des saints patrons dynastiques et nationaux. En sollicitant la couronne impériale, Charles IV s’adressa au pape en faisant valoir sa parenté avec saint Wenceslas « ex radice et stirpe beatissime Wenczeslai patris Bohemorum quondam ducis et patronis31 ». C’est à ce saint patron qu’il dédia tout le royaume et il le joignit aux cultes impériaux (la fondation d’une chapelle à Aix-la-Chapelle et des autels à Rome et à Nuremberg). Il contribua à propager en Bohême le culte de Charlemagne. En Hongrie, le rôle du plus grand propagateur des cultes dynastiques revint à la troisième femme de Charles-Robert et la mère de Louis d’Anjou, la reine Élisabeth de la dynastie des Piast. Son activité, dont entre autres la fondation d’une chapelle hongroise à Aix-la-Chapelle et l’idée, peut-être conçue à la suite de son pèlerinage aux Trois Rois Mages de Cologne, de synthétiser les trois saints rois hongrois Étienne, Émeric et Ladislas, ne semble pas être une simple continuation des efforts de Charles-Robert ni une simple imitation des idées réalisées par Charles IV. Selon Gabor Klaniczay, la reine Élisabeth faisait preuve de « quelque chose de l’esprit de la sainteté féminine en vogue parmi les Piasts et les Arpads au xiiie siècle32 ». Ajoutons que lareine Élisabeth descendait de ces deux grandes familles (sa grande tante, la duchesse de Cracovie Kinga, fille de Béla IV fut l’objet d’un culte fervent). Dans son œuvre, elle pouvait s’être inspirée de l’exemple de son père, Wladislas le Bref, qui avait proclamé saint Stanislas, évêque de Cracovie canonisé en 1253, saint patron du royaume réunifié et dispensateur de la couronne polonaise33. Il se servit d’une prophétie relatée dans une vie de saint Stanislas, Vita maior sancti Stanislai, rédigée au milieu du xiiie siècle à l’occasion de son procès de canonisation. L’évêque Stanislas fut condamné en 1086 par le roi Boleslas le Généreux à avoir les membres tranchés. Or, raconte l’auteur, lors de la translation de ses membres, le corps de l’évêque se reconstitua miraculeusement, symbole de la réunification de toutes les parties du Royaume de Pologne, démembré au milieu du xiiie siècle. Le choix du sanctuaire de saint Stanislas, la cathédrale de Cracovie, comme lieu de sacre (voir plus bas), les travaux d’agrandissement achevés sous Casimir le Grand qui, en y faisant élever le tombeau de son père, transforma le sanctuaire en nécropole royale, tout ce programme architectonique et politique conféra à la cathédrale de Cracovie le rang d’une vraie Königskirche34.

  • 35 S. Gawlas, Polityka…, op. cit., p. 31 ; F. Kavka, Místo Prahy v politickém a hospodářském konceptu (...)

18Le souverain polonais s’intéressait aux propositions concernant la centralisation de l’État, mais aussi à l’organisation de la cour et aux techniques de la diplomatie. Les historiens relèvent le rôle de la cour des Anjou, en tant qu’inspiratrice des solutions adoptées par le roi Casimir le Grand, par Louis d’Anjou et surtout par sa fille Edwige. Mais les choses sont rarement aussi simples qu’elles le paraissent. Le choix d’une résidence fixe est une des tendances fortes du Moyen Âge déclinant : une résidence où se concentrait le pouvoir et où venait s’établir la cour, une résidence confortable et imposante, située dans la plus importante ville du pays. Certes, l’organisation de la cour et l’apparition de certaines charges d’État doivent beaucoup au modèle hongrois, mais l’idée d’agrandir Cracovie, ce qui conféra à cette ville le rang d’un centre de pouvoir, ainsi que l’idée d’élever au Wawel (résidence royale à Cracovie) une tour avec des appartements privés viennent directement de Prague35. Cette dernière ville devint dès le milieu du xiiie siècle le « fournisseur » principal de propositions urbanistiques dotées d’un programme idéologique très clair. Ainsi Wroclaw se dota-t-il de fondations copiées jusqu’à leur disposition topographique sur les fondations élevées à Prague par sainte Agnès, par ailleurs la sœur de la duchesse de Wroclaw. Leur exemple fut bientôt suivi par Cracovie. Prague servira de modèle encore au siècle suivant, sous le règne d’Edwige d’Anjou et Wladislas Jagellon.

  • 36 Chronici Hungarici compositio saeculi XIV, A. Domanovszky (éd.), Scriptores rerum Hungaricarum, t. (...)

19En 1364, fort du consentement accordé par le pape l’année précédente, le roi Casimir fonde dans sa ville une université. Un studium generale lui était nécessaire pour rehausser le prestige du royaume, élever son rang et affermir son importance sur la scène internationale. Deux ans plus tard, il fonde une nouvelle ville, troisième, dans l’enceinte de l’agglomération de Cracovie : Kleparz (Florentia). Faut-il y voir une imitation de la grande fondation entreprise par Charles IV à Prague – la Nouvelle Ville ? Il est impossible de trancher. Car le roi polonais avait précédé de dix ans Charles IV en marquant le début de son règne par la création, près des portes de Cracovie, d’une grande ville (45 ha) à laquelle il donna son nom, Casimir. C’est là que devait s’installer l’université de Cracovie. Certes, les difficultés que connut à ses débuts cette fondation royale retardèrent de plusieurs dizaines d’années la réalisation du projet, et l’université n’ouvrit ses portes que grâce à la générosité de la reine Edwige et de son époux Wladislas Jagellon, mais l’acte de sa fondation suffit à lui seul pour placer le roi Casimir parmi les plus grands souverains, n’en cédant en rien à Charles IV ni à Louis d’Anjou. Mais pour soutenir une telle comparaison, l’historiographie polonaise dut exagérer les mérites du roi et présenter le développement de son royaume à travers un verre grossissant. Relevons au passage que l’époque que nous étudions fut marquée par le développement des historiographies nationales tchèque, hongroise et polonaise, dont les œuvres majeures ne seront citées ici qu’à titre énumératif36. Les compilations historiques parues à l’époque en Pologne répondaient aux besoins de la monarchie réunifiée en servant son programme idéologique. Le surnom de « Grand » attribué à Casimir est l’affaire du chroniqueur apologiste et le résultat de son long règne. Mais le bilan de son règne tel qu’il apparaît dans des études aussi bien plus anciennes que plus récentes, est généralement positif et cette opinion est rarement mise en question, les polémiques portant sur des faits mineurs. Ce « roi des paysans » – ce qui pour les uns signifiait un roi juste, pour d’autres, un roi injuste car ayant bouleversé l’ordre établi, ce roi qui laissa une Pologne construite en dur alors qu’il l’avait trouvée en bois, ce roi ne parvint pas à rattacher à la Pologne les territoires le mieux développés (la Pologne avait perdu la Silésie au profit de la Bohême). Mais le territoire du royaume a doublé et les revenus du Trésor ont augmenté de plusieurs fois. Son successeur, le roi Louis récoltera une moisson encore plus abondante.

20Ce bref aperçu des grands travaux de modernisation entrepris au xive siècle par les rois des trois pays de l’Europe du Centre Est montre que les changements qui eurent lieu en Pologne devaient leur succès non seulement à l’influence de la Hongrie des Anjou, mais qu’ils s’inscrivaient dans une tendance animant toute la région.

21N’empêche que la situation politique en Pologne resta, au cours du xive siècle, marquée par des préoccupations liées à la succession angevine. Cette dernière pesa lourdement sur les décisions prises dans la région. Bien plus. À l’époque du morcellement politique (xiiie siècle) s’établit une règle selon laquelle chaque membre de la dynastie des Piast succédait à son père et pouvait prétendre à la succession de ses cousins et parents, en entrant en possession de tous leurs biens ou d’une partie. Les membres de la dynastie passaient pour des « domini naturales » et leurs droits à la succession ne pouvaient pas être mis en question. Ce principe souffrait quelques exceptions : premièrement, les droits à la succession revenaient aux seuls représentants mâles de la lignée ; ensuite, la prise de pouvoir dans la principauté majeure, le duché de Cracovie qui, conformément à l’acte dit testament de Boleslas Bouche-Torse (1138) devait revenir au prince seigneur, ne se faisait pas, depuis la fin du xiie siècle, sans l’assentiment des grands dignitaires locaux et sans l’accord de la ville de Cracovie. Toutes les prémisses d’un pouvoir électif restaient réunis. Le sacre royal de Wladislas le Bref en 1320 n’a rien changé : sa souveraineté ne fut reconnue ni par les Piast de Silésie ni par les Piast de Mazovie qui, eux, choisirent d’accepter la suzeraineté du roi de Bohême (hommages prêtés à Jean de Luxembourg). Seuls à avoir reconnu l’autorité du nouveau roi de Pologne furent ses cousins, les princes de Coujavie, une principauté moins importante. Ce fut à la même époque que se manifesta une tendance à exclure de la succession royale tous les princes et ducs qui avaient reconnu la suzeraineté d’un prince étranger (cette interdiction visait avant tout les ducs de Silésie). Au cas où le roi de Pologne serait mort sans descendance mâle, le trône de Pologne pourrait passer à un souverain étranger.

  • 37 La même année, grâce aux démarches diplomatiques du roi de Hongrie, Jean de Luxembourg renonça à s (...)
  • 38 L’alliance de Wladislas le Bref avec la Hongrie date du règne d’André III. Le roi polonais donna à (...)

22Nous ne pouvons pas dater avec précision le moment où apparut la conception de la succession angevine. Il faut y voir les traces d’une pratique politique répandue au xiiie siècle qui consistait à conclure des alliances et des accords par lesquels les souverains se garantissaient mutuellement l’appui et la succession à leurs trônes. La démarche des Anjou participe probablement de cet usage d’autant plus que la situation politique des deux pays s’y prêtait. Sans entrer dans les détails, on peut avancer deux dates probables de cet accord dynastique entre les Piast et les Anjou : cela pouvait avoir lieu en 1320, l’année du mariage de Charles-Robert d’Anjou avec Élisabeth de Piast, fille de Wladislas le Bref ou en 1327 lorsque la maladie grave de Casimir, l’unique fils du roi de Pologne fit ce dernier craindre pour l’avenir de son trône37. L’alliance conclue par Wladislas le Bref avec Charles-Robert, scellée par le mariage de ce dernier avec Élisabeth de Piast38 témoigne le mieux de la position internationale du souverain polonais, une position contestée par Jean de Luxembourg, prétendant très légitime au trône de Pologne. La Pologne des derniers Piast constituait le plus faible élément du triangle formé par la Hongrie, la Pologne et la Bohême. Les monarques polonais n’étaient pas en mesure d’assurer eux-mêmes leur position internationale. En plus de l’aide militaire, l’alliance avec les Hongrois apportait des profits politiques et diplomatiques. Elle garantissait l’arbitrage dans les conflits opposant la Pologne aux rois de Bohême et à l’Ordre des Chevaliers teutoniques, apportait un soutien à la cause polonaise auprès de la cour de Rome. Sans ce soutien, le sacre de Wladislas le Bref n’aurait peut-être pas eu lieu (ou bien il aurait eu lieu mais au prix d’énormes sacrifices).

  • 39 Charles-Robert reçut la promesse de Jean de Luxembourg que ce dernier appuyerait ses prétentions a (...)
  • 40 Cf. F. Samogyi, « The Constitutional Guarantee of 1351 : The Decree of Louis the Great », Louis th (...)

23Quoi qu’il en soit, le droit des Anjou au trône de Pologne résultait non seulement du mariage avec la princesse Élisabeth, mais aussi d’un accord (dont nous ignorons presque tout) qui désignait Anjou comme successeur de Wladislas le Bref. Cet accord devait protéger le trône de Pologne contre les prétentions de Jean de Luxembourg : le roi de Bohême faisait valoir ses droits au trône de Pologne en tant qu’époux d’une fille de Wenceslas II, ce dernier ayant été roi de Bohême et de Pologne. Vers 1338, le roi Casimir le Grand confirma à Visegrad l’accord conclu par son père, se conciliant ainsi l’appui de Charles-Robert dans un conflit qui l’opposait à l’Ordre des Chevaliers teutoniques qui, lui, bénéficiait du soutien de Jean de Luxembourg39. L’accord faillit être mis à exécution en 1351 lorsque, lors d’une expédition polono-hongroise contre la Lituanie, le roi Casimir tomba malade. Louis d’Anjou fit alors prêter serment aux grands seigneurs polonais par lequel ces derniers s’engageaient à le reconnaître comme leur « dominus naturalis » et leur roi ; Louis s’engageait à son tour à écarter de la succession polonaise son frère Étienne et à ne pas attribuer les grandes fonctions d’État à des Allemands. Ainsi l’accord dynastique fut-il à la fois renforcé et limité par l’élection effectuée par les grands de Pologne. Les intérêts de Louis d’Anjou se trouvaient ainsi garantis et on devait désormais en tenir compte lors de tractations internationales concernant la Pologne, de quelque importance qu’elles fussent. Lui, par contre, se rendait compte que les grands seigneurs polonais (ou plus précisément les grands de Petite Pologne) étaient les garants de la succession polonaise. Les modalités de cette dernière furent précisées en 1355, aux termes d’un accord conclu à Buda40. Le privilège de Buda, établi en présence des envoyés du roi de Pologne, stipulait que le droit de succession au trône de Pologne serait limité à la descendance mâle de Charles-Robert et d’Élisabeth et ce, au cas où Casimir le Grand serait mort sans laisser aucun héritier mâle. Malgré ses nombreux mariages, dont certains n’avaient pas été conclus selon toutes les règles légales, le roi Casimir ne laissa aucun fils légitime.

  • 41 Jan de Czarnków, op. cit., cap. 6.
  • 42 Les sources relatives à cette représentation ne sont pas très précises ([…] ex parte universorum r (...)
  • 43 Cf. Z. Dalewski, Władza, przestrzeń, ceremoniał. Miejsce i uroczystość inauguracji uładzy w Polsce (...)
  • 44 D. Veldtrup, Zwischen Eherecht und Familienpolitik. Studien zu den dynastischen Heiratsprojekten K (...)

24Interpréter toute une série de tractations et d’actes de succession conclus avec Charles-Robert et Louis d’Anjou n’est pas une chose aisée : les sources sont très rares et, avant tout, notre connaissance de la période précédant ces tractations est loin d’être complète. Jan de Czarnków n’a eu de cesse de répéter que la succession angevine relève d’une décision souveraine du roi polonais41, de même que sa décision, en contradiction avec la précédente, d’adopter son petit-fils, le prince de Słupsk (Poméranie). Et pourtant les Anjou s’employèrent, du moins dès 1351, à légitimer leurs droits à la succession polonaise en s’assurant l’appui des duces, barones et nobiles. Louis d’Anjou n’était pas le « dominus naturalis », ses aspirations au trône de Pologne furent à un moment menacées par les prétentions des Luxembourg, c’est pourquoi il entreprit des démarches diplomatiques et symboliques en vue de s’assurer la succession. En 1351, les nobles craignant pour la vie du roi Casimir lui prêtèrent serment de fidélité. Quatre ans plus tard, à Buda, les représentants de la société polonaise42 passaient un accord avec Louis d’Anjou : ce dernier accordait certains privilèges (entre autres en matière fiscale) à ses futurs sujets et s’engageait à tenir ses promesses lorsqu’il serait devenu roi de Pologne. La rencontre de Buda eut des prolongements la même année à Sącz, où la noblesse polonaise rendithommage à la reine Élisabeth représentant son fils Louis d’Anjou. Peut-on considérer ces actes comme une élection vivente rege ? On ne peut rien affirmer, mais leur signification était très claire : la passation du pouvoir eut bien lieu, mais – comme dans le cas d’élections et de couronnements vivente rege – l’exercice du pouvoir ne devenait effectif qu’après la mort du roi Casimir43. Les conséquences de ces actes furent donc beaucoup plus sérieuses que celles des accords de succession, privés de toutes ces garanties formelles. Ces actes eurent une grande influence sur la situation internationale en Europe du Centre et pesèrent lourdement sur la politique intérieure de la Pologne. Lorsque dans les années 1340, le roi Casimir décida de chercher des alliés en dehors du groupe acquis à la succession angevine, il provoqua une scission parmi les élites polonaises. Ces divergences, qui devaient se maintenir après la mort du roi, renforçaient la rivalité datant du xiiie siècle entre les deux plus grandes provinces du royaume, la Grande et la Petite Pologne qui se disputaient la primauté dans la monarchie réunifiée. Cette rivalité fut attisée par des luttes menées à la fin du xiiie et au début du xive siècle entre les prétendants au trône de Pologne. Le duc de Grande Pologne Premysl II (1295) et Wenceslas de Bohême se firent couronner dans la cathédrale de Gniezno (Grande Pologne), la seule église archiépiscopale en Pologne. Wladislas le Bref, inquiété par Jean de Luxembourg, transféra la cérémonie à la cathédrale de Cracovie (Petite Pologne). À la tête du parti hostile à la succession angevine et favorable aux Luxembourg se trouvait le terrigena de Grande Pologne, le chancelier Janusz Suchywilk. La lutte entre les deux camps eut une influence sur le programme de réformes et sur ses réalisations. Ces dissensions et rivalités internes engagèrent les nobles polonais et le roi dans une situation difficile : ils devaient désormais jouer sur une scène politique internationale dominée par les Anjou qui distribuaient les rôles (leur politique revêtait parfois la forme d’un dictat). Charles IV en profita aussi pour tisser sa toile de rapports familiaux et dynastiques44.

  • 45 J. Zdrenka, Kasimir der Grosse, König von Polen, und seine Ehe mit Adelheid, Landgräfin von Hessen (...)
  • 46 F. Kavka, Zum Plan der Luxemburgischer Thronfolge in Polen (1368-1382), « Zeitschrift für Historis (...)
  • 47 D. Veldtrup (loc. cit.) a appelé sa politique « das luxemburgische Heiratskarusel ».

25Le spectre de la succession angevine pesa donc lourdement sur le règne de Casimir le Grand. Lui-même l’a longtemps considérée comme une éventualité peu probable, mais toujours très gênante. Le roi de Pologne, en conflit avec l’Ordre des Chevaliers teutoniques, en butte aux prétentions des Luxembourg, tentant avec l’aide des Hongrois de s’emparer de la Ruthénie et subissant des échecs dans sa tentative d’évangélisation de la puissante Lituanie dut, dans sa politique internationale, se soumettre aux plus forts et plus efficaces que lui : d’abord à Charles-Robert, puis à Louis. Sa sœur Élisabeth fit preuve d’une personnalité plus forte en jouant pendant 60 ans un rôle important dans la politique hongroise. Pour s’affranchir de cette soumission, le roi Casimir conclut un accord avec les Luxembourg, un remède plutôt risqué. Son second mariage, cette fois avec une fille de Jean de Luxembourg, n’aboutit pas, car la fiancée mourut. Mais un autre projet de mariage, avec une autre candidate proposée aussi par les Luxembourg, Adélaïde, fille du landgrave de Hesse45 fut mené à bon terme. Ce fut un vrai piège dynastique. Casimir décida assez tôt d’éloigner sa femme ; au bout de 15 ans il était parvenu à la renvoyer chez elle, mais le divorce ne fut jamais prononcé : ses démarches auprès du pape furent contrecarrées aussi bien par les Anjou (leur succession au trône de Pologne semblait ainsi assurée) que par les Luxembourg (dans un premier temps, ils espéraient que le roi, n’ayant pas obtenu le divorce, se rapprocherait de sa femme qui lui donnerait un héritier mâle ; ensuite ils voulaient faire échouer le mariage du roi de Pologne avec la fille du prince de Schweidnitz, leur vassal, mais très puissant et très indépendant). Comme le roi Louis avait perdu tout espoir d’avoir un fils, Casimir, vers la fin de son règne, eut l’idée de désigner comme son successeur son petit-fils Kazko, prince de Slupsk de la dynastie poméranienne et gendre du prince de Mazovie (un Piast). De plus, la sœur du prince Kazko avait épousé Charles IV, la seule personne qui pût mettre en échec Louis d’Anjou46. Charles IV fut le premier « marieur » dans cette partie de l’Europe47, aussi efficace que la reine Élisabeth de Piast, en attirant dans son jeu de petits princes de Silésie et de Poméranie.

26Finalement, l’affrontement entre les partisans des Anjou et leurs adversaires profita au roi de Hongrie. Ainsi débuta une union personnelle qui devait prendre fin 12 ans plus tard, à la mort du roi en 1382. Cette union devait être favorable aux deux pays : le roi Louis, disait-on, aurait perçu des revenus qu’aucun autre roi polonais avant lui n’avait récoltés – ce qui témoignerait plutôt de l’efficacité de ses percepteurs d’impôts, mais il faut reconnaître qu’il mit sur pied une politique favorisant le développement des villes. Ces dernières gagnèrent une plus grande autonomie, reçurent de nombreux privilèges et profitèrent – avant tout Cracovie – des droits de transit perçus sur les matières premières provenant de Hongrie. Mais les plus grands avantages plurent sur la noblesse polonaise, qui marchandait ainsi son accord de voir une des filles de Louis d’Anjou occuper le trône des Piast.

27Tout au long de son règne de quarante ans, Casimir le Grand dut louvoyer entre les Anjou et les Luxembourg, ce qui, sur la scène nationale, prenait la forme d’une rivalité entre deux camps opposés. Lorsqu’en 1364, le roi Casimir accueillait à Cracovie Charles IV, Louis d’Anjou, trois princes de la dynastie des Piast et Pierre de Lusignan, prince de Chypre, ils étaient tous – sauf le dernier – des cousins plus ou moins proches. Les nouvelles dynasties eurent tôt fait d’établir des liens de famille entre elles, ce qui leur assurait un enracinement et des alliés. Cette rencontre dite congrès de Cracovie révèle l’existence d’un équilibre politique : les trois souverains reconnaissaient le statu quo territorial et politique. Des trois, c’est le roi Casimir qui se trouvait dans la situation la plus fragile : s’il était parvenu à défendre l’œuvre d’unification initiée par son père et à étendre les frontières de son royaume, ce fut au prix de grandes concessions en faveur des Anjou. Après 1370, la scène politique ne compta plus que deux acteurs : les Anjou et les Luxembourg. Et pourtant, ils ne parvinrent pas à faire aboutir leurs grands projets dynastiques, mis en échec par l’élite politique du Royaume de Pologne. Tout d’abord, la fille aînée de Louis, Marie se vit écartée du trône de Pologne, car les partisans des Luxembourg n’avaient pas eu assez de force pour imposer sa candidature. Ensuite, les grands seigneurs de Petite Pologne chassèrent de Cracovie le mari de la reine Edwige, ne voulant pas de Habsbourg sur le trône de Pologne. La conclusion d’une union avec la Lituanie – malgré une grande opposition d’Élisabeth de Bosnie et d’Edwige elle-même – ainsi que le sacre royal de Wladislas Jagellon mirent fin à la politique dynastique qui, tout au long du xive siècle, avait pesé sur le destin de la Pologne. Les opinions des historiens polonais sont partagées et le débat n’est pas près d’être clos : les décisions prises par la grande noblesse de Petite Pologne lui furent-elles dictées par un égoïsme de classe ou faudrait-il y voir la preuve d’une pensée politique courageuse coïncidant avec les aspirations politiques du duc de Lituanie ? Quoi qu’il en soit, ces décisions modifièrent la scène politique dans cette partie de l’Europe.

28La cour de Cracovie où Edwige arriva en 1384 et qui aurait dû devenir une copie conforme, mais peut-être en plus modeste, de la cour hongroise dut concilier les coutumes polonaises, hongroises, lituaniennes et ruthènes. De plus, bien que la Prague de Wenceslas IV n’eût plus la même force d’attraction qu’au temps de Charles IV, on ne saurait ignorer le rôle que jouèrent auprès de la reine vers la fin de sa vie, les ecclésiastiques polonais issus de l’université de Prague.

  • 48 J. Wyrozumski, Królowa Jadwiga ; między epoką piastowską i jagielloń ską, Cracovie, 1997.

29Une récente biographie scientifique de la reine Edwige est intitulée La reine Edwige, entre l’époque des Piast et l’époque des Jagellons48. Le titre ne mentionne pas les Anjou et cette absence est une bonne illustration de l’opinion qui fait de leur règne en Pologne une période de transition.

La Pologne au temps de Louis l e Grand

La Pologne au temps de Louis l e Grand

Notes

1 « Kronika Janka z Czarnkowa », J. Szlachtowski (éd.), Monumenta Poloniae Historica, t. II, Lvov, 1872.

2 Ibid., cap. 61.

3 Ibid., cap. 46.

4 Joannis Dlugossii Annales seu cronicae incliti regni Poloniae. Lib. I-XI, Varsovie, 1964-1997.

5 Jan de Czarnków appartenait au camp des adversaires de la succession angevine en Pologne ; accusé de la profanation du tombeau du roi Casimir le Grand où il avait tenté de dérober les attributs royaux, il fut condamné, privé de sa charge de vice-chancelier et banni.

6 « Kronika Janka… », op. cit., cap. 32.

7 Je ne tiens pas compte de l’Ordre des Chevaliers teutoniques à cause de la particularité socio-politique de cet État.

8 Pour la bibliographie détaillée : J. Kurtyka, Odrodzone Królestwo. Monarchia Władysława Łokietka i Kazimierza Wielkiego w świetle nowszych badań, Cracovie, 2001.

9 J. Kłoczowski, Młodsza Europa, Varsovie, 1998.

10 H. Samsonowicz, Złota jesień polskiego średniowiecza, Varsovie, 1971.

11 Son exposé le plus complet dans Wschód a Zachód Europy w XIII-XVI wieku, Varsovie 1973 ; idem, The Problem of the Inequality of Economic Development in Europe in the Later Middle Ages, « The Economic History Review », ser. II, 19 (1966), nr 1, p. 15-28 ; idem, Problems of the Growth in the National Economy of Central-Eastern Europe in the Late Middle Ages, « Journal of European Economic History », 3 (1974) ; idem, « Le routes du commerce et les marchandises du Levant dans la vie de la Pologne au bas Moyen Âge et au début de l’époque moderne », Mediterraneo e Oceano Indiano. Atti del VI Colloquio Internazionale di Storia Marittima, Florence, 1972. Malgré les recherches plus récentes menées dans les pays de la région – cette dernière dans la conception du chercheur s’étendait de la mer Baltique (une grande partie de la Hanse) jusqu’à la mer Noire et l’Adriatique (avec deux bassins miniers : l’un situé dans les Sudètes et les Carpates, l’autre dans les Balkans) – son hypothèse n’a été discutée ni soumise à aucune vérification.

12 Pour ce qui est des matières premières, la Pologne fut, jusqu’à la fin du xviie siècle, le plus grand exportateur de minerais de plomb.

13 Cf., J. Kurtyka, op. cit., p. 189-210 ; J. Wyrozumski, Kazimierz Wielki, Wroclaw, 1982, p. 142170 ; M. Dygo, « West-Ost-Gefälle ? Kreise und Blüte der Staaten im Westen und im Osten Europas im 14. Jahrhundert », Die « Blüte » der Staaten des östlichen Europa im 14. Jahrhundert (sous presse) ; P. Knoll, The Reise of the Polish Monarchy. Piast Poland in East Central Europe, 1320-1370, Chicago/Londres, 1972 ; idem, « Louis the Great and Casimir of Poland », Louis the Great, King of Hungary and Poland, S. B. Vardy, G. Grosschmid, L. S. Domonkos (dir.), New York, 1986 ; S. Gawlas, « Monarchia Kazimierza Wielkiego a społeczeństwo », Genealogia – wl⁄adza i spol⁄eczen´stwo w Polsce średniowiecznej, A. Radzimiński, J. Wroniszewski (dir.), Toruń, 1999.

14 S. Gawlas, « Uwagi o polityce miejskiej Kazimierza Wielkiego », Aetas media, Aetas moderna. Studia ofiarowane profesorowi Henrykowi Samsonowiczowi w siedemdziesiątą rocznicę urodzin, Varsovie, 2000, p. 25-41.

15 Ils furent obligés de traverser les centres jouissant du droit d’entrepôt ; Wroclaw mena une véritable guerre commerciale pour un accès plus libre aux routes de commerce polonaises, les commerçants de Nuremberg obtinrent un privilège de vingt ans qui les autorisait à aller jusqu’à Lvov, mais en contrepartie ils étaient obligés d’accepter la monnaie polonaise, souvent de mauvaise qualité.

16 . Cf. S. Gawlas, « Polska Kazimierza Wielkiego a inne monarchie Europy Środkowej – możliwoci i granice modernizacji władzy », Modernizacja struktur wladzy w warunkach opóźnienia. Europa Środkowa i Wschodnia na przełomie średniowiecza i czasów nowożytnych, M. Dygo, S. Gawlas, H. Grala (dir.), Varsovie, 1999, p. 5-34.

17 Cf. J. Žemlička, Die Anfänge des « grundherrschaftlichen » Adels im Staat der Přemysliden, « Historica », 21 (1994), p. 37-57 ; G. Székely, Die Einheit und Gleichheit des Adels. Bestrebungen in Ungarn des 14. Jahrhunderts, « Annales Universitatis Scientiarum Budapestinensis de Rolando Eötvös Nominatae », Sectio Historica, 26 (1993), p. 113-139.

18 Ce fut une des raisons de la révolte des nobles de Grande Pologne en 1352.

19 P. Engel, Honor, castrum, comitatus. Studies on the Government System of the Angevin Kingdom, « Questiones Medii Aevi Novae », 1 (1996) ; E. Fügedi, Castle and Society in Medieval Hungary (1000-1437), Budapest, 1986 ; idem, The Elefánthy. The Hungarian Nobleman and his Kindred, Budapest, 1988.

20 Cf. K. Buczek, « The Knight Law and the Emergence of the Nobility Estate in Poland », The Polish Nobility in the Middle Ages, A. Ga˛siorowski (dir.), Wroclaw, 1984 ; P. Górecki, « Words, Concepts and Phenomena : Knighthood, Lordship and the Early Polish Nobility, c. 1100-c. 1350 », Nobles and Nobility in Medieval Europe. Concepts, Origins, Transformations, A. J. Duggan (dir.), Woodbridge, 2000 ; J. Kurtyka, Enfeoffment and Clientship in the Late Medieval Kingdom of Poland : the Case of Red Ruthenia, « Questiones Medii Aevi Novae », 5 (2000).

21 À l’époque, ni la Silésie (env. 500 mille habitants) ni la Mazovie (env. 230 mille) n’appartenaient au Royaume de Pologne.

22 La réforme monétaire en Pologne (un changement dans ce domaine eut lieu au début du xive siècle dans toute l’Europe du Centre-Est) fut initiée sous Wladislas le Bref et reprise sous Casimir le Grand. Son succès fut plus que médiocre car les provisions en argent n’étaient pas suffisantes et le roi lui-même n’hésitait pas à altérer la monnaie.

23 Cf. J. Bak, Königtum und Stände in Ungarn im 14.-16. Jahrhundert, Wiesbaden, 1963 ; J. Gerics, « Das frühe ständewesen in Ungarn und sein europäischer Hintergrund », Études historiques hongroises, Budapest, 1985, p. 285-302 ; J. Žemlička, « Die Städtepolitik Johanns von Luxemburg im Königreich Böhmen », Johann der Blinde, Graf von Luxemburg, König von Böhmen 1296-1346. Tagungsband der 9es Journées Lotharingiennes 22-26 October 1996, M. Pauly (dir.), Luxembourg, 1997 (Publications de la Section Historique de l’Institut grand-ducal de Luxembourg, 115).

24 Selon une relation historique postérieure, les chevaliers polonais poursuivirent de leur haine tout bourgeois incapable de prononcer correctement certains mots polonais dont la prononciation trahissait son étranger.

25 Cf. J. J. Santa-Pinter, The « Decretum unicum » of Louis the Great and his Kassa Privilegium, « Review de Droit Comparé – Comparative Law Review », XVI (1983), nr 3, p. 1-28.

26 Cf. Corona Regni. Studien über die Krone als Symbol des Staates im späteren Mittelalter, M. Hellemann (dir.), Darmstadt, 1961.

27 Ces conceptions apparurent dans le milieu de juristes entourant Wladislas le Bref et Casimir le Grand. Mais elles n’ont pas été bien étudiées par les historiens et leur interprétation soulève des controverses. On admet généralement que le pouvoir du dernier Piast avait le caractère patrimonial.

28 Statuty Kazimierza Wielkiego : p. I : Statuty malopolskie, O. Balzer (éd.), Poznań, 1947 ; p. II : Statuty wielkopolskie, L. Łysiak (éd.), Varsovie, 1982 ; Lites ac res gestae inter Polonos Ordinemque Cruciferorum, t. I-III, Poznan´, 1890 – Varsovie, 1935 ; H. Chłopocka, Procesy Polski z Zakonem Krzyz˙ackim w XIV wieku, Poznań, 1967.

29 J. Kejř, « Die sogenante Maiestas Carolina : Forschungen und Streitigkeiten », Studia Luxemburgensia. Festschrift für H. Stoob zum 70. Geburtstag, F. B. Fahlbusch, P. Johanek (dir.), Warendorf, 1989, p. 79-122.

30 Cf. : Kaiser Karl IV. Staatsmann und Mäzen, F. Seibt (dir.), Munich, 1978 ; I. Rosario, Art and Propaganda : Charles IV of Bohemia 1346-1378, Woodbridge, 2000.

31 G. Klaniczay, « Le culte des saints dynastiques en Europe centrale (Angevins et Luxembourg au xive siècle) », L’Église et le peuple chrétien dans les pays de l’Europe du Centre Est et du Nord (xive-xve siècles). Actes du colloque organisé par l’École française de Rome avec la participation de l’Istituto polacco di cultura cristiana (Roma) et du Centre européen de recherches sur les congregations et ordres religieux (CERCOR), Rome 27-29 janvier 1986, Rome, 1990 (Collection de l’École française de Rome, 128), p. 239.

32 Ibid., p. 234.

33 Z. Piech, « Symbole władcy i pastwa w monarchii Władysława Łokietka i Kazimierza Wielkiego », Imagines potestatis. Rytuały, symbole i konteksty fabularne władzy zwierzchniej. Polska X-XV w., J. Banaszkiewicz (dir.), Varsovie, 1994, p. 117-150.

34 P. Crosley, Gothic Architecture in the Reign of Kasimir the Great, Cracovie, 1985 ; cf. les réalisations pareilles datant de la même époque en Hongrie (Kalocsa et Nagyvárad) et en Bohême (Prague). Sauf qu’à Prague, les travaux de construction de l’imposante cathédrale gothique ne furent achevés qu’au xxe siècle.

35 S. Gawlas, Polityka…, op. cit., p. 31 ; F. Kavka, Místo Prahy v politickém a hospodářském konceptu vlády Karla IV, « Numismatické Listy », 41 (1986), p. 126-146 ; F. Machilek, « Pra ga “caput regni”. Zur Entwicklung und Bedeutung Prags im Mittelalter », Stadt und Landschaft im deutschen Osten und in Ostmitteleuropa, F. B. Kaiser, B. Stasiewski dir., Cologne, 1982, p. 76-125. Cf. : Krakau, Prag und Wien : Funktionen von Metropolen im frühmodernen Staat, M. Dmitrieva, K. Lambrecht (dir.), Stuttgart, 2000 (Forschungen zur Geschichte und Kultur des östlichen Mitteleuropa, 10).

36 Chronici Hungarici compositio saeculi XIV, A. Domanovszky (éd.), Scriptores rerum Hungaricarum, t. I, Budapest, 1937 ; J. de Thurócz, Chronica Hungarorum, E. Galántai, J. Kristó (éd.), Budapest, 1985 ; G. Klaniczay, « Attivitá letteraria dei Francescani e dei Domenicani nell’ Ungheria Angioina », Gli Angioini di Napoli e di Ungheria. Atti del Colloquio italo-ungherese, Rome, 1974, p. 27-40 ; Petra Žitavského Kronika zbraslavská et Kronika Beneše z Weitmile, J. Emler (éd.), Fontes rerum Bohemicarum, t. IV, Prague, 1884 ; Rocznik krakowski, Rocznik Traski, Rocznik Se˛dziwoja, Kronika Dzierzwy etc. (éd. dans Monumenta Poloniae Historica, t. II et III) ; cf. J. Wiesiołowski, Kolekcje historyczne w Polsce średniowiecznej XIV-XV wieku, Wroclaw, 1967 ; W. Drelicharz, « Richtungen in der Entwicklung der kleinpolnischen Annalistik im 13.-15. Jh. », Die Geschichtsschreibung in Mitteleuropa. Projekte und Forschungsprobleme, J. Wenta (dir.), Toruń, 1998.

37 La même année, grâce aux démarches diplomatiques du roi de Hongrie, Jean de Luxembourg renonça à son expédition contre Cracovie.

38 L’alliance de Wladislas le Bref avec la Hongrie date du règne d’André III. Le roi polonais donna à son fils aîné (mort en bas âge) le prénom d’Étienne. Sans l’appui des Hongrois, le prince Wladislas, ambitieux mais manquant de moyens, n’aurait jamais soumis la Petite Pologne et Cracovie.

39 Charles-Robert reçut la promesse de Jean de Luxembourg que ce dernier appuyerait ses prétentions au trône de Pologne. En contrepartie, Charles-Robert s’engageait qu’une fois devenu roi de Pologne, il ne ferait pas valoir ses droits à la Silésie et à la Mazovie, deux provinces autrefois polonaises qui avaient reconnu la suzeraineté des Luxembourg, cf. S. Szczur, Traktaty międzypaństwowe Polski piastowskiej, Cracovie, 1990.

40 Cf. F. Samogyi, « The Constitutional Guarantee of 1351 : The Decree of Louis the Great », Louis the Great…, op. cit.

41 Jan de Czarnków, op. cit., cap. 6.

42 Les sources relatives à cette représentation ne sont pas très précises ([…] ex parte universorum regnicolarum regni Polonie…), mais le fait que l’acte de Buda (24 janvier 1355) fût rédigé en plusieurs versions, dont une pour Cracovie, prouve que les nobles polonais n’étaient pas les seuls à y être présents.

43 Cf. Z. Dalewski, Władza, przestrzeń, ceremoniał. Miejsce i uroczystość inauguracji uładzy w Polsce średniowiecznej do końca XIV w., Varsovie, 1996, p. 193 et suiv.

44 D. Veldtrup, Zwischen Eherecht und Familienpolitik. Studien zu den dynastischen Heiratsprojekten Karls IV, Warendorf, 1988, p. 230-256, 324-249, 389-440 passim.

45 J. Zdrenka, Kasimir der Grosse, König von Polen, und seine Ehe mit Adelheid, Landgräfin von Hessen, im Lichte der Marburger Urkunden, « Zeitschrift für Ostforschung », 38 (1989), p. 161-179.

46 F. Kavka, Zum Plan der Luxemburgischer Thronfolge in Polen (1368-1382), « Zeitschrift für Historische Forschung », 13 (1986), nr 3, p. 257-283.

47 D. Veldtrup (loc. cit.) a appelé sa politique « das luxemburgische Heiratskarusel ».

48 J. Wyrozumski, Królowa Jadwiga ; między epoką piastowską i jagielloń ską, Cracovie, 1997.

Table des illustrations

Titre La Pologne au temps de Louis l e Grand
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18346/img-1.png
Fichier image/png, 443k

Auteur

Université de Varsovie

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540