Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les princes angevins du XIIIe au XVe siècle

 | 
Noël-Yves Tonnerre
, 
Élisabeth Verry

La politique adriatique des Angevins

Neven Budak et Miljenko Jurković

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Il est impossible à l’historien qui étudie aujourd’hui la dynastie angevine et son histoire en Europe centrale et en Méditerranée de savoir dans quelle mesure ses membres étaient conscients de l’espace où ils agissaient. Quelle idée les Anjou se faisaient-ils des contrées s’étendant de la Baltique à l’Adriatique ? Que pensait le jeune Charles-Robert sur le bateau sur lequel il traversait l’Adriatique en compagnie du comte croate Juraj Šubić ? Quel pays s’attendait-il à trouver et quelle impression lui fit le littoral croate dans les environs de Split, la ville où il débarqua et attendit des conditions favorables à son voyage vers Zagreb, puis au-delà vers la Hongrie ? La mer Adriatique lui a-t-elle semblé lointaine et inaccessible, une fois arrivé à Višegrad, et l’a-t-il rayée de ses pensées, ou a-t-il toujours porté en lui le désir de retrouver cette mer bleue sur l’autre rive de laquelle se trouvait sa patrie ? À quel degré ces impressions et les réalités politiques ont-elles déterminé les actions de Charles une fois qu’il se fut fermement installé sur son trône ? On pourrait poser le même type de questions pour son fils Louis, qui reçut le surnom de Louis « le Grand » vraisemblablement à cause de la politique qu’il mena dans l’Adriatique et qui fut couronnée de brillants succès lors de sa guerre contre Venise. Dans quelle mesure Louis d’Anjou connaissait-il les territoires auxquels il prétendait ? Son activité a-t-elle été influencée par sa connaissance, sa compréhension de l’espace, ou peut-être davantage par l’attrait puissant de la mer ? C’est une question qui se justifie d’autant plus quand on sait qu’il entreprit un voyage vers Naples, la ville de ses ancêtres, par voie de terre et non en traversant les flots. A-t-il vraiment mené une guerre contre Venise uniquement pour ouvrir aux marchands florentins une voie commerciale – via les ports croates – jusqu’à la Hongrie, voire même au-delà jusqu’à la Pologne, comme cela apparaît peut être aux yeux du chercheur du xxie siècle, qui dispose de cartes précises et d’une riche documentation archivistique qui lui permet différentes interprétations ?

2Peut-être de futures recherches, orientées vers ces questions, apporteront-elles des réponses acceptables, mais nous ne pouvons pour l’instant que poser les problèmes par simple curiosité, avant de nous consacrer à des domaines mieux étudiés et mieux documentés.

Les préludes d’une obsession

3Par conséquent, dès l’époque des premiers efforts du roi de Naples Charles II et de son fils Charles Martel pour s’emparer du royaume hungaro-croate et quelle qu’ait été leur compréhension de la géographie, les Anjou ont dû saisir clairement l’importance de la Croatie et de la Dalmatie

4– en particulier celle des villes de la côte – pour la mise en œuvre de leurs projets et pour assurer la liaison de Naples avec Buda et Višegrad. À partir de cette date et jusqu’au moment où le dernier roi angevin Ladislas de Naples renoncera à la partie hungaro-croate de son patrimoine familial, la Dalmatie et la Croatie seront au cœur des intérêts dynastiques des Angevins et la politique de l’Adriatique sera un des éléments clefs de leur activité politique, économique et militaire.

  • 1 Cf. Eduard Peričić, « Zadar u doba prvih veza s Anžuvincima », Dalmacija u doba Anžuvinske vlasti, (...)

5Dans cette optique, Zadar était assurément un point de jonction crucial entre l’Adriatique et l’Europe centrale, une ville sans laquelle les désirs tactiques des Angevins de réaliser une union politique avec les états des Balkans et de l’Europe centrale auraient certainement été mis en difficulté. Par ailleurs, la ville et le port de Zadar étaient les seuls véritables concurrents de Venise dans l’Adriatique. On comprend mieux pourquoi Zadar était la cible constante des tentatives de mainmise non seulement des Vénitiens mais également de tous ceux qui voulaient jouer un rôle politique actif dans l’Adriatique. Au cours du Moyen Âge, indépendamment de son appartenance politique du moment, Zadar a développé un commerce relativement puissant, en se liant par des accords temporaires avec les grandes cités italiennes. Une petite communauté de marchands zadarois s’était notamment installée à Naples, où le nouveau souverain angevin Charles Ier la trouva à son arrivée sur le trône. Bien qu’il s’agisse d’une simple anecdote, mentionnons le fait qu’un Zadarois, Mihovil Zadulin, devint dès 1269 l’un des deux membres de la commission chargée de contrôler les revenus du royaume et le comportement de l’administration1. Zadar était donc depuis toujours une épine dans le pied de Venise dont elle était le seul rival sérieux. La ville s’était parfaitement remise de son saccage par les Croisés en 1202 – précisément pour le compte des Vénitiens – jusqu’à jouer au xive siècle un rôle clef dans les visées géopolitiques des Angevins. Pour ces derniers, en effet, l’importance de Zadar ne tenait pas seulement au contrôle de la mer Adriatique face à Venise, mais aussi au débouché de la route la plus commode vers l’intérieur de l’Europe du centre-est et au-delà vers Constantinople et une restauration éventuelle de l’Empire latin.

6Néanmoins, la situation que les Angevins trouvèrent dans leur nouveau royaume ne donnait au départ aucun espoir au jeune Charles-Robert

  • 2 Les recherches les plus récentes sur les ubić ont été conduites par D. Karbić et ont abouti à une (...)

7– même s’il l’avait voulu – d’être rapidement en mesure de gouverner réellement la côte et ses ports importants. Tout comme les îles du golfe du Kvarner et la métropole dalmate méridionale de Dubrovnik, la principale ville de Dalmatie, Zadar, était aux mains de Venise qui contrôlait la route maritime de l’Adriatique orientale pour assurer la sécurité de son artère majeure : Venise-Constantinople. Senj, le port le plus important de la partie nord du littoral croate, était fermement tenu par les comtes de Krk, qui étaient à la fois les vassaux de Venise, en tant que détenteurs de l’île de Krk, et ceux du roi hungaro-croate, disposant de propriétés immenses dans les régions occidentales de la Croatie. Enfin, les plus puissants seigneurs de la côte orientale de l’Adriatique étaient à l’époque les comtes de Bribir, du lignage des Šubić2. Leur contrôle ne se limitait pas seulement aux villes côtières de Split, Trogir, Šibenik, Nin et Omiš, mais il couvrait la majeure partie du royaume croate, y compris les forteresses qui surveillaient les routes reliant l’Adriatique à la Hongrie. En outre, les Šubić avaient réussi à étendre leur pouvoir jusqu’en Bosnie et ils gouvernaient en réalité un véritable petit royaume où ils étaient les seuls maîtres après Dieu.

  • 3 N. Klaić, op. cit., p. 417-422.
  • 4 Ibid., p. 418-419.

8Ces comtes de Bribir – les frères Pavao, Juraj et Mladen – furent justement les vecteurs grâce auxquels les Anjou commencèrent à se frayer un chemin vers la couronne de saint Étienne. Charles II reconnut en Pavao Šubić un partenaire important dans ce jeu politique et il le récompensa en 1292 par l’octroi de la charge héréditaire de ban, ayant pouvoir sur presque toute la Croatie3. Étant donné que Charles II n’avait alors aucune autorité sur l’autre rive de l’Adriatique, cette largesse serait restée lettre morte si Pavao n’avait pas été assez puissant pour conquérir ce nouveau pouvoir grâce à ses propres forces. De plus, par cette nomination Charles II poussait son adversaire André III le Vénitien à tenter de s’allier les faveurs des Šubić de la même manière4. Pourtant dès les années 1290 Pavao Šubić avait récusé le droit au trône d’André III, le dernier des Arpadiens, et reconnu pour roi les prétendants de Naples, d’abord Charles Martel puis Charles-Robert. En dernier lieu, Pavao Šubić fit un geste bien plus crucial : à la fin de 1300 il chargea son frère Juraj de ramener à Split, en Dalmatie, le nouveau souverain et le ban en personne accompagna ce dernier jusqu’à Zagreb. Dans cette compétition pour obtenir l’appui des plus puissants seigneurs croates, les comtes de Bribir renforcèrent leur pouvoir et les Angevins en établissant une tête de pont pour avancer vers la Hongrie, construisirent en même temps le mur qui allait un beau jour les isoler des villes dalmates pourtant indispensables pour maintenir le lien avec la route maritime conduisant jusqu’à Naples.

  • 5 N. Klaić, op. cit., p. 424.

9Cela leur importait peu au moment où le jeune Charles-Robert entrait dans le port de Split en compagnie de Juraj Šubić, pour y attendre le moment favorable à la réalisation du dessein de son grand-père5. Par la suite, en 1301, comme il ne leur fallait qu’un allié pour protéger le jeune prétendant pendant son voyage en pays inconnu, les Šubić surent se montrer dignes de confiance. Bien qu’il ne les ait pas récompensés comme on aurait peut-être pu s’y attendre, Charles II n’oublia jamais les services rendus par Pavao et Juraj, pas même au moment de son règlement de comptes final avec le fils de Pavao, Mladen II.

L’échec de Charles-Robert

  • 6 Vj. Klaić, Povjest Hrvata, t. II, 1re partie, Zagreb, 1900, p. 17-18.
  • 7 Sur l’histoire des rapports entre Zadar et Venise, cf. N. Klaić – I. Petricioli, Zadar u srednjem (...)

10Aux premiers temps de son règne Charles avait trop de problèmes avec les résistances à l’établissement de son autorité pour se consacrer à la question adriatique. Il abandonna complètement ce domaine politique aux Šubić, seigneurs de la côte et de l’arrière-pays. Pendant une décennie entière le rapport des forces en présence sur le littoral de l’Adriatique ne changea pas. Soudain, l’occasion se présenta pour Pavao de mettre la main sur la dernière grande ville échappant encore à son autorité. En effet, le pape Clément V jeta en 1310 l’interdit sur Venise à cause du pillage de Ferrare, ce qui fournit un prétexte aux habitants de Zadar pour se révolter et chasser une fois encore les Vénitiens de leur ville6. Depuis déjà trois siècles Venise tentait de tenir durablement Zadar, une ville qui non seulement était le centre politique de la Dalmatie, mais possédait également le meilleur port de toute la côte. Au départ ces tentatives avaient été éphémères et sans conséquences majeures ; depuis la fin du xiie siècle les Zadarois étaient des adversaires presque à égalité avec la Sérénissime dans cette lutte, mais la prise de la ville par les croisés en 1202, pour le compte de Venise, donna aux Vénitiens une suprématie à laquelle les habitants de Zadar ne pouvaient s’opposer à eux seuls7. Voilà pourquoi, dans cette nouvelle tentative de se libérer du pouvoir vénitien, ils sollicitèrent l’aide du seul allié possible, le ban croate Pavao Šubić.

  • 8 N. Klaić, op. cit., p. 427.
  • 9 Sur Mladen, cf. N. Klaic´, s.v. Bribirski knezovi, in Hrvatski biografski leksikon, t. 2, Zagreb, (...)

11Pavao fit son entrée dans Zadar en 1311. Lorsqu’il mourut l’année suivante, son fils Mladen II, que les Zadarois avaient choisi pour comte, lui succéda8. Toutefois, Venise était un adversaire puissant et les Šubić tenaient à maintenir des rapports corrects avec la Sérénissime, si bien que Mladen signa en 1313 un accord stipulant que les habitants de Zadar éliraient un comte issu de la noblesse vénitienne, tandis qu’une partie des revenus de la ville lui reviendrait en propre9. Partager ainsi le pouvoir signifiait en fait le renouvellement de l’autorité vénitienne sur Zadar, mais révélait aussi clairement l’aspiration de Mladen à éventuellement reconquérir la ville.

12Charles n’eut pas d’influence sur les événements autour de Zadar, car ils avaient lieu hors de sa portée. Cependant, comme la situation s’améliorait peu à peu dans son royaume, le roi put envisager d’ouvrir sa politique vers de nouvelles perspectives, en direction de l’Adriatique. Il est difficile, cependant, de prétendre que Charles II commença alors à mener une certaine politique adriatique, si l’on entend exclusivement par là le contrôle sur les villes de la côte et des îles. D’ailleurs une telle entreprise aurait été impossible avant la réalisation d’un premier pas essentiel : imposer le pouvoir royal aux Croates dans des régions où le roi n’était considéré comme souverain qu’en théorie, alors que le pouvoir réel était exercé par Mladen II. La volonté personnelle des seigneurs féodaux ne pouvait être vaincue que par une pression militaire les contraignant à l’obéissance et par la confiscation de parties de leurs immenses fiefs.

  • 10 N. Klaić, Povijest Hrvata…, op. cit., p. 432-441.
  • 11 Sur Ivan Babonić, voir Stj. Antoljak, s.v. Babonić i, dans Hrvatski biografski leksikon, t. 1, Zag (...)
  • 12 F. Šišić, « Pad Mladena Šubića, bana hrvatskoga i bosanskoga », Glasnik Zemaljskog muzeja u Bosni (...)

13En fait, la situation fut favorable à Charles-Robert en Croatie même. Le mécontentement contre le gouvernement du ban montait dans les rangs de tous les nobles qui avaient un rapport vassalique quelconque envers Mladen. Le même type d’insatisfaction se faisait jour dans les villes dalmates, où Venise avait depuis toujours des partisans : une partie des habitants se plaignaient aussi du comportement arrogant de Mladen10. Le plus grave pour le ban fut que même certains de ses cousins se retournèrent contre lui, considérant qu’une alliance avec Venise leur assurerait un pouvoir supérieur à celui qu’ils exerçaient en tant que membres subalternes de la dynastie locale. Charles décida de soutenir une large coalition contre Mladen et envoya le ban de Slavonie Ivan Babonić pour le combattre11. Lorsque Mladen perdit en 1322 une bataille non loin de Split, Charles se souvint des services amicaux rendus par Pavao, le père de Mladen, et il accueillit dans son palais le ban vaincu qui devint un de ses courtisans12.

  • 13 N. Jakšić, Knin, hrvatska srednjovjekovna prijestolnica, Split, 1995.
  • 14 T. Raukar, op. cit., p. 78-79.

14Certes, la défaite de Mladen ne permit pas à Charles II de consolider sa tutelle en Croatie. Mais il avait fait une avancée importante vers la solution de la question adriatique, même si après 1322 le pouvoir royal était à première vue plus éloigné de la côte que jamais. Au pouvoir monolithique de Mladen se substituèrent les particularismes féodaux que dominait le comte Ivan Nelipac, qui tenait Knin : cette forteresse des plus importantes et antique ville royale contrôlait toutes les voies d’accès menant de Hongrie et de Bosnie vers Split et Zadar13. Le pouvoir des Šubić dans les villes dalmates fut remplacé par celui de la Sérénissime, qui avait obtenu grâce à la défaite de Mladen le contrôle presque continu de la rive orientale de l’Adriatique14. Cependant, l’anéantissement de la domination unique des Šubić sur la majeure partie de la Croatie et de la Dalmatie ouvrit la porte à l’affirmation progressive du pouvoir royal sur la noblesse croate et par la suite sur les villes côtières et les îles.

  • 15 T. Raukar, op. cit., p. 281-282.
  • 16 Sur la Bosnie du xive siècle, voir Ml. Ančić, Putanja klatna. Ugarsko-hrvatsko kraljevstvo i Bosna (...)

15La coalition contre Mladen comptait aussi dans ses rangs Stjepan Kotromanić, un grand seigneur bosniaque qui, en tant que ban de Bosnie, se soumit à ce moment-là directement à Charles-Robert15. La Bosnie faisait ainsi son premier pas vers l’indépendance à laquelle elle parviendrait sous le règne du successeur de Stjepan, Tvrtko, un souverain qui après la mort de Louis d’Anjou tenterait de s’emparer des territoires que ce dernier possédait sur l’Adriatique16. D’ailleurs, Stjepan avait déjà mis la main sur une portion du littoral entre la Cetina et la Neretva, franchissant ainsi un premier pas vers la mer.

  • 17 T. Raukar, op. cit., p. 208.

16Dans la partie nord du littoral, il ne restait à Charles-Robert qu’à sauvegarder par l’octroi de privilèges les bonnes dispositions à son égard des comtes Frankopan, seigneurs incontestés de Krk, de la côte au pied du Velebit et de son vaste arrière-pays17.

17Le premier angevin sur le trône hungaro-croate échoua à établir une autorité réelle en Croatie et c’est la raison qui l’empêcha de penser plus sérieusement à une certaine politique de l’Adriatique. Si jamais il rêva de retourner à Split, dans les murailles du palais de Dioclétien, où il avait passé ses premiers mois quand il commença à se battre pour la conquête de son royaume, il ne réalisa jamais ce rêve. Le destin de ce roi ne fut pas de naviguer à nouveau pendant son long règne sur cette mer pour laquelle il disposait d’un droit hérité de ses prédécesseurs sur le trône de Croatie et de Dalmatie.

Un tournant historique…

  • 18 N. Klaić, Povijest Hrvata, op. cit., p. 600.

18Louis, le fils de Charles, comprenait bien dans quelle voie se dirigeait son père quand 20 ans avant sa mort il s’était allié avec Venise contre les šubić, qui étaient jusque-là ses alliés. En suivant la route empruntée par l’armée de Charles-Robert pour se rendre près de Split, Louis se dirigea en personne vers Knin où résidait Vladislava, la veuve du comte Nelipac qui avait récupéré en Croatie la toute puissance des Šubic18.

19La proximité de l’armée royale amena les habitants de Zadar à se soulever contre la Sérénissime et à réclamer le soutien du roi. Venise répliqua en envoyant une flotte et une armée terrestre, qui mit le siège pendant 16 mois devant la capitale dalmate. En 1346, le souverain parvint devant les remparts de Zadar. Les assiégés hissèrent le drapeau royal sur les murailles et remirent à Louis les clefs de la ville. Malheureusement pour les Zadarois, l’armée royale fut rapidement vaincue et fit retraite vers la Hongrie. Les habitants de Zadar résistèrent encore quelque temps aux Vénitiens avant de capituler en décembre 1346, ce que retrace la chronique anonyme du « Siège de Zadar », œuvre d’un contemporain dalmate, qui transcrit aussi la correspondance des citadins et du roi pendant le blocus. L’auteur pourrait en être Nikola Matafar, l’archevêque de Zadar, connu pour ses ouvrages de droit canon. Nous savons également que le monument funéraire de ce personnage, issu d’un lignage patricien pro-angevin, était primitivement situé dans la cathédrale de Zadar et avait été financé par Louis d’Anjou en personne. En outre, les armoiries du prélat – un écu parti portant trois fleurs de lys sur chaque flanc – affirment un lien puissant avec les Anjou. L’église franciscaine de Zadar, où Louis le Grand signera, 12 ans après sa défaite de 1346, un accord de paix triomphal avec Venise, conserve trois de ces écus sur les stalles de chœur de la fin du xive siècle.

  • 19 V. Delonga, T. Burić, Ostrovica kod Bribira, Split, 1998, p. 15-18.

20Le seul élément positif que le roi retira de sa défaite devant Zadar fut l’échange de la forteresse d’Ostrovica que tenaient Grgur et Juraj III Šubić contre la puissante place forte de Zrin en Slavonie. Ce fut le premier grand fief de Croatie recouvré par Louis d’Anjou après le partage de la plupart des possessions royales entre les seigneurs de Bribir et de Krk. La petite noblesse du comitat d’Ostrovica était fidèle au roi. Par la suite la forteresse, implantée sur un site stratégique exceptionnel tout près de Bribir, fut plusieurs fois prise et reprise par Venise, qui la considérait comme le bouclier de protection de Zadar et des possessions vénitiennes en Dalmatie. Mais en tenant Knin et plus encore Ostrovica19, Louis disposait de bases depuis lesquelles il pouvait commencer à réaliser son objectif final : chasser Venise de la rive orientale de l’Adriatique.

  • 20 D. Karbić, « Defining the Position of Croatia During the Restoration of Royal Power (1345-1361). A (...)
  • 21 I. Goldstein, « Kako, kada i zašto je nastala legenda o nasilnoj smrti kralja Zvonimira ? (Prinos (...)
  • 22 N. Klaić, « Plemstvo dvanaestoro plemena kraljevine Hrvatske », Historijski zbornik 9, 1956, p. 83 (...)

21Il convient de mentionner que la politique de Charles-Robert et de Louis d’Anjou a eu en passant une autre conséquence intéressante. La noblesse croate, dont les droits n’avaient pas été remis en question depuis des lustres, se retrouva exposée aux pressions continuelles d’un roi qu’elle avait toutes les raisons de considérer comme un étranger. Ces pressions fortes et inattendues aiguillonnèrent un sentiment de solidarité collective au sein des lignages nobles croates, et le règne de Louis nous a laissé une série de documents qui témoignent de quelque chose que nous pourrions appeler une conscience proto-nationale20. On élabora une légende sur Zvonimir, le dernier roi local de sang croate, assassiné par les Croates eux-mêmes, que le souverain agonisant aurait maudit en leur prédisant qu’ils n’auraient plus jamais de roi parlant leur propre langue21. Le livre des légendes du xive siècle fut complété par une histoire imaginaire de la création du royaume croate, puis par le récit, probablement historiquement fondé malgré tout, de la façon dont la noblesse croate avait choisi pour roi Coloman de la dynastie hongroise des Arpadiens22. Et quand en 1348 un auteur anonyme écrivit sur la dalle funéraire de Mladen IV Šubić qu’il avait été « le protecteur des Croates », rien d’autre ne vient à l’idée que le fait qu’il avait dû défendre les Croates contre leur propre roi, Louis. Les Angevins stimulèrent, donc, des processus d’intégration au sein de la noblesse croate et d’au moins une partie du clergé, en amplifiant leur politique méridionale ou adriatique.

…Et les succès de Louis le Grand

  • 23 N. Klaić, Povijest Hrvata, op. cit., p. 610-618.

22Que Louis ait considéré la question adriatique comme l’objectif prioritaire de sa politique transparaît dans l’opiniâtreté avec laquelle il s’y consacra. Après avoir tenté sans succès d’appuyer en 1346 la révolte de Zadar contre Venise23, il signa une trêve qui figea la situation dans son état d’alors. Entre temps il avait épousé Élisabeth Kotromanić, la fille du ban de Bosnie Stjepan IV. En guise de dot, il retira en 1357 au nouveau ban bosniaque Tvrtko une portion de territoire entre les fleuves Cetina et Neretva, ce qui lui permit de cerner complètement les possessions vénitiennes de la côte est de l’Adriatique. Sa deuxième tentative pour résoudre la question de l’Adriatique débuta juste après le 10e anniversaire de la trêve, en 1356.

  • 24 T. Raukar, op. cit., p. 80-82 ; N. Klaić, op. cit., p. 623-625.
  • 25 Le plus ancien exemplaire de ce blason a été découvert à Ostrovica et il date précisément du xive (...)

23Louis leva une armée importante à Zagreb et appliqua avec elle une nouvelle tactique : au lieu d’attaquer Venise à sa périphérie, en Dalmatie, il la frappa avec la majeure partie de ses forces en son cœur même à Terraferma. La victoire fut totale. La paix signée à Zadar en 1358 obligea la Sérénissime à renoncer à toutes ses possessions sur la côte orientale de l’Adriatique, du Kvarner au Nord à Dubrovnik au Sud24. Le doge vénitien renonçait au titre de duc de Dalmatie et de Croatie, que ses prédécesseurs avaient porté presque sans interruption depuis l’an mil. L’ancien royaume de Croatie et de Dalmatie se retrouvait ainsi à nouveau réuni sous le sceptre d’un unique souverain, bien que le dit souverain n’ait pas accordé à ce fait d’attention particulière. Le titre de roi de Dalmatie sous-entendait aussi celui de roi des Croates et l’écu aux trois têtes de lion, qui deviendra plus tard le blason particulier du royaume de Dalmatie, représentait à l’époque l’ensemble du Regnum Dalmatiae atque Croatiae25.

De la Baltique à l’Adriatique

  • 26 Vinko Foretić, Povijest Dubrovnika do 1808, Zagreb, 1980, p. 131-136.
  • 27 T. Raukar, op. cit., p. 209.

24Les habitants de Dubrovnik profitèrent habilement de la nouvelle situation, en concluant avec Louis à Višegrad un accord particulier, par lequel le roi leur accordait tant d’autonomie que l’on considère que cet acte marque la naissance de la République de Raguse26. Pourtant, même si la ville s’est ensuite développée presque comme un état indépendant, au milieu du xve siècle, alors que toutes les autres villes dalmates seront retombées aux mains de Venise, les habitants de Dubrovnik souligneront que leur ville est la capitale de la Croatie27. Cette affirmation, rapportée par un pèlerin allemand dans un récit de voyage, est un bel exemple des traces laissées par l’intégration angevine aux villes de la côte de leur arrière-pays. Naturellement, l’intérêt que Dubrovnik revêtait pour Louis découlait du rêve toujours inassouvi des Angevins – entrer dans Constantinople – dessein dans lequel Dubrovnik représentait le point de départ idéal.

  • 28 N. Budak, « I Fiorentini nella Slavonia e nella Croazia nei secoli XIV e XV », Archivio storico it (...)
  • 29 T. Raukar, « Zadarska trgovina solju u XIV i XV. stoljeć u », Radovi Filozofskog fakulteta u Zadru(...)

25Le grand succès de Louis eut une importante conséquence supplémentaire. Les excellents rapports qu’entretenait depuis longtemps la maison d’Anjou avec Florence ouvrirent largement les portes du royaume de Louis aux marchands florentins28. De nombreuses maisons de commerce placèrent leurs représentants à Senj, Zadar et Dubrovnik, et une riche colonie se développa aussi à Zagreb. Les Florentins avaient la mainmise sur la majeure partie du commerce qui se déployait sur les routes qui depuis les ports de l’Adriatique, en passant par la Croatie et la Slavonie, conduisaient jusqu’en Hongrie et même plus loin encore, jusqu’en Pologne. C’est justement là que se cache un des résultats essentiels de la politique Adriatique des Angevins. En effet, une fois achevé le processus de réforme administrative, par l’établissement d’un système de forteresses royales gardées, comme les châteaux-forts urbains, par des garnisons armées, et après avoir modifié les courants commerciaux, tout l’espace qui s’étendait de la mer Baltique (depuis que Louis avait été couronné roi de Pologne) à la mer Adriatique commença à fonctionner de manière unifiée. L’artère principale de cet immense territoire était la route que les documents d’archives appellent la « grande route militaire » et qui partait des villes dalmates de Zadar, Trogir et Split, menait à Knin, puis à Bihać, Topusko et Zagreb, d’où elle se poursuivait vers Buda et au-delà en direction de la Baltique. Ces liaisons économiques commenceront à s’éteindre avec la disparition de la dynastie angevine et Venise reprendra autorité sur le commerce dans cette zone du royaume. Pour mieux comprendre la portée de ce nouvel ordre des choses mis en place par Louis d’Anjou, il convient d’insister sur le fait que l’intérêt essentiel du gouvernement vénitien était jusque-là de maintenir la sécurité de sa voie maritime vers l’Orient et que ses objectifs économiques particuliers visaient un profit maximal, notamment dans le commerce du sel. La politique du roi angevin permit au contraire à Zadar de s’emparer des salines de l’île de Pag, ce qui aurait été impensable sous la domination de Venise, assurant à la ville un fort essor économique29.

  • 30 I. Petricioli, Škrinja sv. Šimuna u Zadru, Zagreb, 1983.

26Malgré toutes les provocations, surtout celles provenant de Venise, Louis maintint fermement son pouvoir en Dalmatie. Ses fidèles, essentiellement des membres de la noblesse croate qui lui avaient fait hommage, exerçaient les charges de comtes dans les différentes villes et les commandements militaires. Les relations du roi avec Zadar, au cœur de la Dalmatie, sont documentées par les donations de son épouse, la princesse bosniaque Élizabeth à l’église zadaroise de Saint-Siméon30.

27Le trésor considérable placé dans la châsse de saint Siméon témoigne de toute l’importance accordée à la ville par la famille royale. La châsse-reliquaire elle-même est un chef-d’œuvre absolu de l’orfèvrerie du xive siècle du point de vue artistique. En outre, son importance iconographique pour l’histoire de la ville et celle de la maison angevine est aussi décisive que son caractère symbolique et politique. Sans avoir l’intention de nous étendre ici sur les qualités artistiques de l’œuvre de maître Francesco da Milano et de son atelier, il faut pourtant absolument souligner que chacune des plaques représente un événement politique contemporain et en représente fidèlement les protagonistes. De ce point de vue, la scène de l’entrée de Louis dans Zadar est particulièrement importante. On peut probablement suggérer que cette scène ne représente pas seulement le signe manifeste de la victoire finale de Louis sur les Vénitiens. Étant donné l’existence d’un autre saint Siméon à Venise même, il est possible d’y percevoir à un niveau symbolique la prééminence de Zadar non seulement sur le corps véritable du saint, mais aussi sur Venise, celle du pouvoir angevin sur la Sérenissime et enfin la solution de la question Adriatique. Dans cet esprit, on ne s’étonnera pas de trouver parmi les scènes hagiographiques celle de la mort de Stjepan Kotromanić, le père d’Élisabeth, alors que par son mariage elle a offert à Louis une aide importante dans la réalisation de ses projets.

28Une période de paix, l’essor économique, l’intégration de l’intérieur des terres – tout cela favorisa le développement général de la Dalmatie et de la Croatie et trouva son expression dans l’art. Le pouvoir royal fut manifesté par des symboles, aussi bien sur les monnaies frappées dans le royaume que sur les armoiries qui décoraient des bâtiments religieux et civils, même ceux de caractère privé. La politique adriatique du roi apporta peut-être plus d’avantages à ses sujets qu’au souverain lui-même. Cela ne devrait-il pas être le but de tout grand roi ?

La dissolution d’un rêve, la dissolution d’un état

  • 31 Cf. Fr. Rački, « Pokret na slavenskom jugu koncem XIV. i početkom XV. stoljeć a », Rad JAZU 2, 186 (...)
  • 32 N. Klaić – I. Petricioli, Zadar u srednjem vijeku, Zadar, 1986, p. 365-366.
  • 33 F. Šišić, Vojvoda Hrvoje Vukčić Hrvatinić i njegovo doba (1350-1416), Zagreb, 1902.

29Louis se trompait toutefois, s’il pensait que son œuvre serait durable. Sa mort provoqua ce qui arrive habituellement au décès d’un souverain puissant ayant régné longtemps : on lutta pour la succession au trône. Dans ces conflits, qui divisèrent la dynastie angevine et où le souverain bosniaque commença à jouer un rôle de plus en plus important, la politique des Angevins sur l’Adriatique prit une signification toute différente. Les reines Élisabeth et Marie, ainsi que le fiancé de Marie, Sigismond de Luxembourg, durent à nouveau se battre pour rétablir leur autorité sur la noblesse croate31. Le souverain bosniaque Tvrtko, d’abord ban puis roi, recréa un royaume séparé de celui de Hongrie, où fut intégrée pour quelque temps une bonne part de la Croatie et de la Dalmatie. De son côté, le roi de Naples Ladislas entama la conquête du trône de Hongrie qu’on lui offrait en commençant par les ports de l’Adriatique, comme l’avait fait Charles-Robert un siècle plus tôt. Toutefois, à la différence de Charles, Ladislas n’alla pas plus loin que la côte et c’est dans la cathédrale de Zadar qu’il se fit couronner roi de Hongrie, Dalmatie et Croatie, en 140332. La flotte napolitaine assurait son soutien au roi depuis la mer et Hrvoje Vukčić Hrvatinic´ un noble de la pléiade des grands seigneurs indépendants représentait Ladislas dans l’intérieur des terres33. Hrvoje Vukčić fut le dernier grand féodal à être resté loyal à la dynastie angevine, ce qu’il affiche même sur ses armes qui comportent des fleurs de lys. En tant que véritable vice-roi il gouvernait pratiquement tout le territoire entre la Save et la mer Adriatique. Ses liens puissants avec les Angevins lui valurent aussi le titre de « duc de Split » qui lui fut décerné par Ladislas. Il fit même reconstruire son vieux château fort édifié au confluent des rivières Vrbas et Pliva en Bosnie au début du xve siècle à l’image du Castell’dell’Uovo de Naples. Depuis lors cette forteresse s’appelle d’ailleurs Jajce, une traduction littérale du nom italien. Hrvoje Vukčić ne reconnut l’autorité de Sigismond de Luxembourg qu’une fois que Ladislav eut vendu en 1409 la Dalmatie à Venise.

  • 34 N. Klaić – I. Petricioli, op. cit., p. 367.

30Concluons sans entrer dans tous les détails de la situation si embrouillée du tournant du siècle : Tout avait commencé en 1301 à Split et tout se termina en 1409 à Zadar, lorsque Ladislas, ayant réalisé que de toute façon tout était perdu, décida de vendre à Venise ses droits sur la Dalmatie34. Il est impossible d’imaginer l’aventure angevine en Europe centrale sans l’Adriatique, la Croatie et la Dalmatie. C’est ce qui poussa tous les membres de la dynastie, les rois et les reines, mais aussi les prétendants au trône, à conduire une politique qui leur assurait un contrôle sur les villes de la côte et sur les routes menant vers l’intérieur du continent. Sans cette politique de l’Adriatique il est impossible d’expliquer l’histoire de la branche hongroise des Angevins, et, si l’on ne comprend pas l’engagement angevin dans cette politique, on ne peut pas non plus appréhender l’histoire croate du bas Moyen Âge.

31Quel qu’ait été leur degré de compréhension de l’espace qu’ils gouvernaient et la manière dont ils le percevaient, les Angevins ont laissé une trace profonde dans son histoire.

Bras reliquaire de saint Anselme, don votif du ban Pavao Šubić pour le salut de l’âme de son frère défunt Juraj, fait par l’orfèvre Siméon entre 1303 et 1311 à Zadar – Nin, trésor de l’église paroissiale (cliché Zˇ. Bačić)

Parchemin du 31 juillet 1347 : « Le roi Louis donne à Grgur et Juraj Šubić la forteresse de Zin en échange de Ostrovica » – Archives nationales croates, Zagreb, NRA, fasc. 1647, n° 5 (cliché G. Vranić)

La Croatie vers 1350

La Croatie vers 1350

Armoiries de la Croatie (Dalmatie) xive siècle, Ostrovica (cliché Z. Alajbeg) La Croatie après 1358

La Croiatie vers 1358

La Croiatie vers 1358

Couronne, don de la reine Élizabeth, Zadar, chasse de saint Siméon (cliché Ž. Bačić)

Couronne, don de la reine Élizabeth, Zadar, chasse de saint Siméon (cliché Ž. Bačić)

Notes

1 Cf. Eduard Peričić, « Zadar u doba prvih veza s Anžuvincima », Dalmacija u doba Anžuvinske vlasti, Suppl. aux Radovi Filozofskog Fakulteta u Zadru, 23, 1983-1984, p. 251-266.

2 Les recherches les plus récentes sur les ubić ont été conduites par D. Karbić et ont abouti à une thèse de doctorat soutenue en 2000 à la Central European University de Budapest : The Šubići of Bribir : A Case Study of a Croatian Medieval Kindred, thèse dactylographiée. On trouvera les travaux antérieurs chez : Vj. Klaić, Bribirski knezovi od plemena Šubić do godine 1347, Zagreb, 1897 ; N. Klaić, Povijest Hrvata u razvijenom srednjem vijeku, Zagreb, 1976.

3 N. Klaić, op. cit., p. 417-422.

4 Ibid., p. 418-419.

5 N. Klaić, op. cit., p. 424.

6 Vj. Klaić, Povjest Hrvata, t. II, 1re partie, Zagreb, 1900, p. 17-18.

7 Sur l’histoire des rapports entre Zadar et Venise, cf. N. Klaić – I. Petricioli, Zadar u srednjem vijeku do 1409, Zadar, 1976. Trois chroniques en ancien français, rédigées par des Français appartenant à l’armée croisée fournissent un témoignage important sur la prise de Zadar par les Croisés en 1202, cf. P. Skok, Tri starofrancuske kronike o Zadru u 1202. godini, Zagreb, 1951 ; T. Raukar, Hrvatsko srednjovjekovlje. Prostor, ljudi, ideje, Zagreb, 1997, p. 66-68.

8 N. Klaić, op. cit., p. 427.

9 Sur Mladen, cf. N. Klaic´, s.v. Bribirski knezovi, in Hrvatski biografski leksikon, t. 2, Zagreb, 1989, p. 316-317, avec la bibliographie antérieure.

10 N. Klaić, Povijest Hrvata…, op. cit., p. 432-441.

11 Sur Ivan Babonić, voir Stj. Antoljak, s.v. Babonić i, dans Hrvatski biografski leksikon, t. 1, Zagreb, 1983, p. 308-309 avec la bibliographie antérieure.

12 F. Šišić, « Pad Mladena Šubića, bana hrvatskoga i bosanskoga », Glasnik Zemaljskog muzeja u Bosni i Hercegovini 14, Sarajevo, 1902, p. 335-336.

13 N. Jakšić, Knin, hrvatska srednjovjekovna prijestolnica, Split, 1995.

14 T. Raukar, op. cit., p. 78-79.

15 T. Raukar, op. cit., p. 281-282.

16 Sur la Bosnie du xive siècle, voir Ml. Ančić, Putanja klatna. Ugarsko-hrvatsko kraljevstvo i Bosna u XIV. stoljeć u, Zadar-Mostar, 1997.

17 T. Raukar, op. cit., p. 208.

18 N. Klaić, Povijest Hrvata, op. cit., p. 600.

19 V. Delonga, T. Burić, Ostrovica kod Bribira, Split, 1998, p. 15-18.

20 D. Karbić, « Defining the Position of Croatia During the Restoration of Royal Power (1345-1361). An Outline », B. Nagy et M. Sebők (éd.), […] The Man of Many Devices, Who Wandered Full Many Ways […], Festschrift in Honor of János M. Bak, Budapest, 1999, p. 520-526.

21 I. Goldstein, « Kako, kada i zašto je nastala legenda o nasilnoj smrti kralja Zvonimira ? (Prinos proučavanju mehanizma nastajanja legendi u hrvatskom srednjovjekovnom društvu) », Radovi Instituta za hrvatsku povijest 17, p. 35-54.

22 N. Klaić, « Plemstvo dvanaestoro plemena kraljevine Hrvatske », Historijski zbornik 9, 1956, p. 83100 ; Stj. Antoljak, Pacta ili Concordia od 1102, Zagreb, 1980 ; T. Raukar, op. cit., p. 59-60.

23 N. Klaić, Povijest Hrvata, op. cit., p. 610-618.

24 T. Raukar, op. cit., p. 80-82 ; N. Klaić, op. cit., p. 623-625.

25 Le plus ancien exemplaire de ce blason a été découvert à Ostrovica et il date précisément du xive siècle, cf. V. Delonga, T. Buric´, op. cit., p. 15, fig. 18.

26 Vinko Foretić, Povijest Dubrovnika do 1808, Zagreb, 1980, p. 131-136.

27 T. Raukar, op. cit., p. 209.

28 N. Budak, « I Fiorentini nella Slavonia e nella Croazia nei secoli XIV e XV », Archivio storico italiano 153, 1995, n. 566, Disp. IV, p. 681-695.

29 T. Raukar, « Zadarska trgovina solju u XIV i XV. stoljeć u », Radovi Filozofskog fakulteta u Zadru, 7-8, Zadar, 1969-1970, p. 19-79.

30 I. Petricioli, Škrinja sv. Šimuna u Zadru, Zagreb, 1983.

31 Cf. Fr. Rački, « Pokret na slavenskom jugu koncem XIV. i početkom XV. stoljeć a », Rad JAZU 2, 1868, p. 68-160 ; ibid., 3, p. 65-156 ; ibid., 4, p. 1-103 ; T. Raukar, op. cit., p. 85-86 ; N. Budak, John of Palisna, the Hospitaller Prior of Vrana (sous presse).

32 N. Klaić – I. Petricioli, Zadar u srednjem vijeku, Zadar, 1986, p. 365-366.

33 F. Šišić, Vojvoda Hrvoje Vukčić Hrvatinić i njegovo doba (1350-1416), Zagreb, 1902.

34 N. Klaić – I. Petricioli, op. cit., p. 367.

Table des illustrations

Légende Bras reliquaire de saint Anselme, don votif du ban Pavao Šubić pour le salut de l’âme de son frère défunt Juraj, fait par l’orfèvre Siméon entre 1303 et 1311 à Zadar – Nin, trésor de l’église paroissiale (cliché Zˇ. Bačić)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18341/img-1.png
Fichier image/, 57k
Légende Parchemin du 31 juillet 1347 : « Le roi Louis donne à Grgur et Juraj Šubić la forteresse de Zin en échange de Ostrovica » – Archives nationales croates, Zagreb, NRA, fasc. 1647, n° 5 (cliché G. Vranić)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18341/img-2.png
Fichier image/, 224k
Titre La Croatie vers 1350
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18341/img-3.png
Fichier image/, 282k
Légende Armoiries de la Croatie (Dalmatie) xive siècle, Ostrovica (cliché Z. Alajbeg) La Croatie après 1358
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18341/img-4.png
Fichier image/, 211k
Titre La Croiatie vers 1358
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18341/img-5.png
Fichier image/, 173k
Titre Couronne, don de la reine Élizabeth, Zadar, chasse de saint Siméon (cliché Ž. Bačić)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18341/img-6.png
Fichier image/, 159k

Auteurs

Université de Zagreb
Université de Zagreb

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540