Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Les princes angevins du XIIIe au XVe siècle

 | 
Noël-Yves Tonnerre
, 
Élisabeth Verry

L’architecture des premiers rois angevins dans le royaume de Naples

Caroline Bruzelius

Index terms

Geographical index :

France

Full text

1(Traduction de Sabine Dastasrac et Éliane Vergnolle)

  • 1 Cet article reprend les thèses développées dans mon prochain ouvrage : The Stones of Naples : Chur (...)

2La famille royale et la cour angevine entreprirent la construction d’un grand nombre d’églises et de fortifications dans le royaume de Sicile1. Leur mécénat concerna surtout les ordres mendiants, notamment les Dominicains et les Franciscains, mais, entre 1266 et 1343, il intéressa aussi la reconstruction de plusieurs cathédrales (Naples, Rossano, Larino) ainsi que d’autres églises urbaines ou monastiques. Ceci fut particulièrement vrai pour la ville de Naples, qui, vers 1310, devait ressembler à un vaste chantier, avec, au nord-est, la construction de la cathédrale et de Santa Maria Donna Regina, à l’est celles de Sant’Agostino et du Carmine, au centre celles de San Lorenzo Maggiore, San Domenico et San Pietro a Maiella, et au sud, celle de San Pietro Martire et de San Pietro a Castello. A ces chantiers devait bientôt s’ajouter le plus important d’entre eux, le grand couvent double de Santa Chiara, au sud-ouest de la ville. Le paysage urbain fut donc transformé par les Angevins, qui avaient inscrit au sein de la ville une forte présence monastique, dont deux grands couvents de femmes. Certes, Naples avait toujours eu beaucoup d’églises et de fondations monastiques, mais ces nouvelles constructions étaient plus ambitieuses que celles qui les avaient précédées, et elles apportaient un renouvellement des concepts architecturaux et des tendances religieuses. En outre, pour la première fois dans l’histoire de la ville, l’ancien plan orthogonal de la cité gréco-romaine, qui était fondé sur l’existence d’îlots longs et étroits, fut remis en question avec la construction d’églises orientées sur un axe est-ouest, et l’intégration de diverses rues anciennes dans les enceintes monastiques ou ecclésiastiques (Fig. 1).

Figure 1 : Plan des églises de Naples à la mort de Robert d’Anjou en 1343 (d’après Krüger)

Figure 2 : Le portail de Sant’Eligio al Mercato (Soprintendenza delle Bene Ambientali e Archittetonici di Napoli e Provincia)

  • 2 C. Enlart, Origines françaises de l’architecture gothique en italie, Paris, 1894, E. Bertaux, L’ar (...)

3Depuis le travail novateur d’Émile Bertaux et de Camille Enlart, l’accent dans les études sur l’architecture angevine a toujours été mis sur l’importance des rois angevins et de leur cour, qui introduisirent le gothique français en Italie du sud2. Cela apparaît clairement dans l’émouvant monument commémoratif d’Isabelle d’Ara gon à Cosenza et sur le très beau portail de Sant’Eligio al Mercato à Naples. (Fig. 2). D’autres constructions, telles que le chœur de San Lorenzo (Fig. 3) et les abbayes en partie détruites de Realvalle et de Vittoria (Fig. 4, 5), ont toujours été présentées comme des exemples d’influence française et même comme le fruit du travail des maîtres et d’ouvriers français. Cette opinion est, comme nous allons le voir, confirmée par les documents sur la construction des deux monastères cisterciens, mais elle ne peut pas être justifiée pour la plupart des églises angevines. Le problème de l’architecture angevine en Italie est plus complexe et plus difficile qu’on ne l’a cru. Comme ce fut le cas dans de nombreuses colonies étrangères, la réalisation d’une « architecture française » se heurta, en Italie, à de graves difficultés matérielles, liées non seulement à la nature de la main d’œuvre, aux matériaux disponibles et à une pénurie importante d’argent, mais aussi à des goûts artistiques et à des objectifs politiques changeants au sein de la famille régnante. Il faut surtout rappeler que l’Italie du Sud offrait des traditions très riches et très diversifiées, qui au-delà du monde méditerranéen, renvoyaient à des habitudes constructives locales et à l’héritage romain. Le goût pour les choses « françaises » avait ainsi dû être équilibré, dès l’origine, par cette réalité.

Figure 3 : Vue du chœur de San Lorenzo Maggiore, Naples (Caroline Bruzelius)

Figure 4 : Vue des ruines de Santa Maria di Realvalle (© Barbara Bini)

4Charles Ier (1266-1285), contrairement à son frère aîné Louis IX, ne fut ni un grand fondateur ni un grand bâtisseur d’églises. Cependant, il est évident qu’il portait un intérêt sincère à l’architecture, car les Registres angevins nous fournissent de remarquables exemples de l’opinion personnelle du roi quant à ses projets architecturaux : il était exigeant et impatient, s’intéressait aux détails (épaisseur des murs et dimensions des pièces) et, dans le cas des fortifications, il lui arrivait d’en concevoir lui-même la structure. Les documents laissent également supposer que Charles Ier économisait chaque sou et qu’il exploitait ses ouvriers autant qu’il le pouvait. En réalité, comme nous le verrons, il devait régner une grande misère humaine dans ses chantiers.

  • 3 Pour les fortifications, voir A. Haseloff, Die Bauten der Hohenstaufen in Unteritalien, Leipzig, 1 (...)

5En tant que conquérant, les urgences de Charles d’Anjou étaient surtout d’ordre pratique. Son souci était de défendre l’ensemble de son territoire, ce qui exigeait la construction ou la remise en état de châteaux et de fortifications – tâche qu’il entreprit dès que possible3. Les ports furent fortifiés, les châteaux renforcés et partout, de grandes forteresses proclamèrent la présence du nouveau pouvoir. Les fortifications de la ville chrétienne de Lucera, autour du palais de Frédéric II, autant que les murailles de Melfi, Barletta, Bari et de nombreuses autres villes en témoignent de manière particulièrement claire. À côté de l’architecte français Pierre d’Angicourt qui supervisa le dessin des plans et la construction d’un grand nombre de ces projets militaires, des maîtres et architectes locaux furent également chargés de la réalisation de grands projets.

Figure 5 : Vue des ruines de Santa Maria della Vittoria (Rome : Istituto Centrale per il Catalogo e la Documentazione)

6Mû par son ambition d’étendre ses conquêtes vers Constantinople et la Terre Sainte, Charles d’Anjou fit un effort tout particulier pour renforcer la côte orientale de l’Italie. Mais, en même temps, ses projets d’expansion et d’invasion nécessitaient la construction de bateaux et l’équipement des troupes, entreprises coûteuses qui devaient inévitablement entraver la construction de châteaux forts et de nouveaux palais dans le royaume. Les maîtres charpentiers et les maîtres d'œuvre étaient également soustraits aux chantiers pour fabriquer les machines de siège et prêter main-forte, ici et là, lors des batailles. Le choix était donc épineux entre des préparatifs militaires destinés à soutenir ses visées expansionnistes vers l’Orient et les projets nécessités internes du royaume.

Figure 6 : Plan de Santa Maria della Vittoria

  • 4 G. Galasso, Il Regno di Napoli : il Mezzogiorno angioino e aragonese (1266-1494), Torino, 1992, p. (...)
  • 5 S. Pollastri, « Les Burson d’Anjou, Barons de Nocera puis comtes de Satriano (1268-1400) », La Nob (...)

7Il n’est pas inutile de rappeler que la population de l’Italie du Sud comptait à cette époque entre un million et deux millions et demi d’âmes4, auxquels s’ajoutait un petit nombre de chevaliers, travailleurs et colons venus de France. Comme en Terre Sainte, le problème le plus aigu était de s’appuyer sur une population stable et loyale de colons ; Sylvie Pollastri a ainsi pu démonter que 248 familles nobles issues de lignages français ou provençaux détenaient à elles seules environ 470 fiefs ou parties de fiefs dans le royaume de Naples entre 1268 et 12745.

  • 6 La description de Sant’Eligio et de ses restaurations successives sont dans Venditti, 1969.
  • 7 S. Di Giacomo, « S. Maria del Carmine », Napoli nobilissima, I, 1892, p. 18.
  • 8 J. Krüger, S. Lorenzo Maggione in Neapel, Werl, Westfalen, 1985, p. 163.

8En tant que constructeur d’églises, le roi était tributaire de l’ensemble de ces préoccupations, difficultés et autres contraintes toujours plus nombreuses. Par exemple, à Sant’Eligio de Naples, fondé en 1270 par trois chevaliers français pour servir à la fois d’hôpital et de lieu de sépulture aux soldats français et provençaux mutilés et blessés au combat, Charles octroya en 1270 une parcelle de terre sur un côté de la Piazza del Mercato, et une extension de celle-ci en 1279 (Fig. 2)6. Il fit de même pour les Carmélites, de l’autre côté de la Piazza7. Pour la construction d’un palais épiscopal dans l’enceinte de la cathédrale (dont il ne reste aucun vestige) il permit d’utiliser des pierres provenant des anciens murs de Naples, et il fit don aux Augustins, à l’est de la ville, d’une grande parcelle de terrain pour la construction de bâtiments conventuels8.

  • 9 Malgré le peu de restes architecturaux encore en place, les deux abbayes ont fait l’objet d’import (...)
  • 10 Del Giudice, Codice diplomatico, III, 93 : « Grave nobis est plurimum et molestum quod vobis, pro (...)

9En 1274, Charles d’Anjou avait fondé deux importantes abbayes cisterciennes, l’une près du site de la bataille de Tagliacozzo, Santa Maria della Vittoria, et l’autre non loin de Pompei, Santa Maria di Realvalle9, qui comptent parmi les rares nouvelles abbayes cisterciennes établies à la fin du treizième siècle en Italie (Fig. 4, 5 et 6). Dans les documents de fondation de 1277, Charles avait associé les deux abbayes cisterciennes à ses parents et à la mémoire des deux victoires de Tagliacozzo et de Benevent. Mais ces nouvelles fondations doivent surtout être rattachées au contexte financier des premières années de la conquête française du royaume, conquête considérée comme une croisade par la papauté. Pour financer l’entreprise, le Pape avait institué pour trois ans, de 1264 à 1267, une dîme spéciale. Plusieurs ordres, dont les Cisterciens et les Templiers, refusèrent de verser leur contribution, arguant de fait qu’ils étaient, par tradition, exemptés des impôts destinées aux croisades. Cependant, cela représentait un manque à gagner considérable et Charles demanda la levée de leur exonération. Les litiges entre Charles et l’ordre cistercien à ce sujet ont duré jusqu’en 1273. Dans ses lettres à Clément IV, Charles dénonça l’attitude des Cisterciens et des autres ordres récalcitrants qui refusaient de payer la dîme au Saint-Siège10.

  • 11 Voir J. M. Canivez (éd.), Statuta capitulorum generalium ordines Cistercienses ab anno 1116 ad ann (...)

10Après neuf ans de litiges, un compromis fut trouvé : à la fin de 1272, les Cisterciens dépêchèrent à Rome quatre de leurs abbés les plus influents, puis ils se rendirent à Naples dans les tout premiers jours de janvier 1273 pour négocier avec le roi. Ils se mirent d’accord pour verser la somme de 30 000 livres, ce qui ne représentait qu’une partie du montant initialement dû au roi, mais constituait néanmoins un effort significatif (Charles avait désespérément besoin de cet argent). Sans doute est-ce en contrepartie que Charles donna son consentement à la fondation des deux nouvelles abbayes. Ce n’est, en effet, qu’en 1273, lors la réunion du Chapitre général des Cisterciens en septembre, l’année même de la rencontre des abbés et du roi, que fût donné l’ordre de créer les deux nouvelles maisons11. Ces nouvelles fondations sont donc mentionnées dans les archives de l’ordre cistercien avant même que les Registres angevins n’en fassent état. Il est notamment stipulé dans le Chapitre général que deux moines de l’abbaye du Louroux (près de Baugé) et deux moines de l’abbaye de Royaumont, devront se rendre à Naples pour établir les deux monastères selon les règles strictes de l’ordre. Ainsi peut-on, dans ce contexte conflictuel, se demander si ce n’était pas surtout l’ordre lui-même plutôt que le roi, qui aurait été l’instigateur de ces fondations. Il est toutefois évident qu’après le début des projets, sinon en 1274 du moins en 1277, Charles s’est grandement investi dans la construction. Il convient d’ailleurs de noter que les abbayes étaient destinées à former le noyau central de la colonisation, dans la mesure où le roi avait exigé que le recrutement soit limité à des moines venus de France, de Provence ou de Forcalquier, afin, disait-il, que ceux-ci prient pour les âmes des colons français et contribuent à atténuer les dissensions et les désaccords. Les Registres angevins contiennent des documents précieux concernant la construction des deux abbayes, notamment après 1277, et ils fournissent des informations passionnantes sur les vicissitudes d’un chantier médiéval. Nous n’avons malheureusement pas la place d’entrer ici dans le détail, mais j’aimerais faire quelques observations sur la nature de la main d’œuvre (et par conséquent du travail) et sur le comportement de la noblesse française locale, particulièrement dans la région de Vittoria.

  • 12 Beaucoup de mes observations sont basées sur le travail fondamental de C. M. Small, « The Crown as (...)
  • 13 Francabandera 1932, p. 29.
  • 14 Egidi 1909, p. 287.
  • 15 Ibid., 1909, p. 284. Comme Egidi le signale, quand en septembre 1278, le roi découvrant que les ab (...)

11Malgré le grand nombre d’ouvriers qui travaillèrent à la construction des deux abbayes, près de 300 à Real valle et plus de à 500 à Vittoria, les projets du roi eurent à souffrir de l’absentéisme et de la désertion des ouvriers12. Le Grand Justicier de Campanie et de Principate était régulièrement saisi d’affaires concernant des ouvriers qui s’étaient enfuis. Ceux-ci étaient enchaînés si nécessaire, et nourris de pain sec et d’eau13. S’ils n’étaient pas retrouvés et ne revenaient pas sur le chantier, leurs maisons et leurs fermes étaient brûlées et leurs familles mises en prison. Il fallait donc trouver des maçons à n’importe quel prix ; ceux qui refusaient étaient conduits enchaînés jusqu’aux chantiers : des ordres furent ainsi donnés pour amener au besoin par la force des maçons de Cava et d’Aversa, en Campanie, sur le chantier de Vittoria14. Il semble que la pénurie de main d’œuvre ait été tout particulièrement aiguë après 1278 et jusqu’à l’achèvement des travaux au début des années 1280. La plupart des administrateurs étant français, on peut sans peine imaginer l’existence d’une grande incompréhension, voire d’une hostilité entre la main d’œuvre italienne (qui devait parler différents dialectes) et les surveillants français. Ceux qui tentaient d’améliorer la situation étaient d’ailleurs punis, à l’instar du surveillant de Vittoria, Gualterio, qui tenta d’adoucir la condition des travailleurs en augmentant leur rétribution : lorsqu’il fut découvert, il lui fallut régler la différence sur ses propres deniers15.

  • 16 Ibid., p. 283, n. 7.

12Charles exprimait souvent sa frustration et son impatience devant la lenteur des travaux. À ses yeux, les ouvriers étaient fainéants et incompétents. À Vittoria, en juin 1278, il leva une garde armée pour obliger les maçons et les manœuvres à travailler toute la journée et ordonna que tout ouvrier qui tenterait de s’enfuir, serait peu coopératif ou trop lent, soit enchaîné16.

  • 17 Ibid., p. 745.

13Une grande partie de la main d’œuvre était réquisitionnée17. Les surveillants (et cela est vrai pour tous les chantiers de construction de Charles) demandaient au roi le nombre d’ouvriers dont ils avaient besoin, qu’il s’agisse de manœuvres ou d’une main d’œuvre qualifiée, et celui-ci donnait l’ordre à ses administrateurs locaux d’envoyer le nombre d’hommes requis vers les chantiers de leur juridiction, sans se préoccuper de savoir, semble-t-il, s’ils avaient une quelconque aptitude à la construction. Si une région ne pouvait fournir une main d’œuvre suffisante, on se tournait vers les régions voisines. Ainsi le Grand Justicier des Abruzzes était-il souvent amené à fournir en ouvriers les chantiers de Vittoria, mais lorsqu’il n’en trouvait pas, la main d’œuvre était réquisitionnée dans les lointaines régions de Campanie, de Basilicata et de Molise.

14À la fin des années 1270, Charles d’Anjou avait engagé jusqu’à dix ou quinze importants chantiers, qui comptaient chacun de 300 à 500 travailleurs. Si cette estimation est à peu près correcte, 5 000 à 7 000 hommes ont pu être employés pour la construction, chiffre qui aurait absorbé une proportion non négligeable de la population masculine d’âge adulte. Quand la guerre de 1282 éclata, la majorité d’entre eux dut être affectée à la défense du pays, privant le royaume des quelques ouvriers qualifiés qu’on avait pu trouver en dix ans et laissant les constructions inachevées.

  • 18 Small, p. 328.

15On pourrait faire trois observations rapides. Les ouvriers obtenus par conscription étaient souvent mal formés et ils ne possédaient parfois aucun savoir-faire particulier dans le domaine de la construction. Sans doute rechignaient-ils à être envoyés loin de leurs familles, de leurs fermes et de leurs vignes. Mais la famine et la pauvreté étaient endémiques, et même dans le meilleur des cas, la situation restait critique. Les hommes recrutés pour travailler sur les chantiers, originaires de diverses régions, parlaient des dialectes très variés, ce qui devait entraîner des problèmes d’incompréhension et des rivalités entre les différents groupes, ainsi que des conflits avec les administrateurs français. Enfin les salaires étaient très bas : 7 grani par semaine en été, ce qui dépassait à peine le minimum vital et équivalait à peu près à ce qu’un Castillan touchait par jour pour la garde d’un seul prisonnier18.

  • 19 Toute la suite est basée sur les travaux d’Egidi, 1910, 125-128.

16Les documents nous renseignent sur l’environnement social des entreprises de Charles et particulièrement sur la communauté française possédant des biens dans la région. Dans les Abruzzes, il semble que nous soyons en présence d’une véritable anarchie féodale19. Le 28 janvier 1289, quelques mois seulement après l’arrivée de la communauté monastique sur le site, Charles dut demander à son bailli de poursuivre Eudes de Toucy, son « consaguineo carissimo », pour avoir volé des pierres sculptées destinées à la construction de l’abbaye de Vittoria. En 1279, les terres de celle-ci étaient envahies par trois nobles français, peut-être des frères, venant de Saint-Gilles. En 1279, Milon de Calathas volait 400 moutons et 4 taureaux aux moines. De nouveau, en 1280, Eudes de Toucy, le cousin du roi, interdit aux moines d’exercer leurs droits de pêche sur le lac de Fucine. Il semble qu’Eudes en ait profité pour rassembler un groupe de barons de la région afin d’empêcher les moines d’accéder à l’eau. Les litiges sur ce sujet se poursuivront sous les règnes de Charles II et de Robert. En conséquence, au lieu d’être un endroit consacré à la prière et à la sépulture des Français, comme Charles l’avait souhaité, et comme cela était stipulé dans l’acte de fondation, l’abbaye de Vittoria se trouva-t-elle en proie aux exactions et aux troubles.

  • 20 Le lecteur familier de l’histoire cistercienne sait déjà qu’à la seconde moitié du xiiie siècle il (...)

17Les choses n’allaient pas mieux à l’intérieur du monastère. En décembre 1279, deux ans seulement après l’installation de la communauté monastique française, l’abbé demanda de l’aide au roi pour réprimer et punir une faction de la communauté qui outrageait la religion, troublait la discipline monastique et « vagabondait » à l’extérieur de l’enceinte de l’abbaye20. La maison mère aurait-elle envoyé ses éléments les plus perturbateurs dans les terres lointaines ?

18Dans l’ensemble, le tableau n’est donc pas très brillant. Mais, en dépit des destructions, les vestiges architecturaux montrent qu’il y eut un travail de qualité à Vittoria dont l’église, du moins dans sa partie inférieure, fut construite en pierres de taille. À Real valle où il était difficile de se procurer de bonnes pierres, les parements furent construits en moellons par une main d’œuvre non qualifiée, alors que les fûts des colonnes étaient réalisés par des ouvriers napolitains compétents, et que les chapiteaux et les voûtes étaient dus à des sculpteurs français rémunérés à la pièce suivant un tarif plus élevé. Malgré l’érosion, la variété et la finesse du traitement des chapiteaux rappellent les meilleures sculptures des ateliers du nord de la France.

19Les dernières remarques éclairent le sens de l’expression « ad modum franciae, » qui revient à propos des toitures et notamment des tuiles. N’est elle pas utilisée précisément parce que cette construction « à la française » était difficile ?

  • 21 Il y a une importante bibliographie sur San Lorenzo : voir Krüger, 1986.

20En ce qui concerne le règne de Charles I, il faudrait aussi examiner la plus belle église de Naples, San Lorenzo Maggiore (Fig. 3). L’édifice a été de tout temps associé au roi, et on a même supposé qu’elle était destinée à devenir une sépulture royale, une sorte de Royaumont21. Toutefois, même s’il existe un lien entre Charles et San Lorenzo, aucun document des Registres ne l’atteste avec certitude. L’hypothèse d’un patronage royal ne repose que sur la tradition et sur une inscription de la façade, inscription postérieure au tremblement de terre de 1732.

21On peut s’étonner du fait que l’empreinte française, sensible dans l’aspect général de San Lorenzo, ne se retrouve pas dans les détails. Ainsi, les piliers de l’hémicycle, avec leur section trapézoïdale et leurs larges colonnes à fût unique, paraissent très éloignés des monuments français ou provençaux des mêmes décennies. (fig. 7). Par comparaison avec des bâtiments français des années 1260-1280, tels que Saint-Urbain de Troyes (bon exemple car Charles d’Anjou lui-même offrit du bois et des pierres de ses domaines de Tonnerre pour l’achèvement de la construction), les différences sont évidentes, mais il en est de même avec l’église Saint-Jean de Malte à Aix-en-Provence, fondée par Charles et reconstruite pour abriter le tombeau de sa première femme, Béatrice. En France, dans les églises qui, comme San Lorenzo de Naples, ont un chevet à déambulatoire et chapelles rayonnantes, les éléments porteurs de l’hémicycle sont, en effet, toujours des colonnes, auxquelles s’ajoute parfois une mince colonne engagée. Des dispositions similaires se retrouvent dans les ruines cisterciennes d’Ourscamp, à Séez, et dans divers autres édifices. Ce sont sans doute des églises franciscaines associées aux « studia » de l’ordre en Italie, particulièrement San Francesco à Bologne, construit dans les années 1260, qui se rapprochent le plus de San Lorenzo.

Figure 7 : Vue des supports de l’hémicycle, San Lorenzo Maggiore, Naples (Soprintenza delle Bene Ambientali e Architettonici di Napoli e Provincia)

22Le début de la guerre des Vêpres en 1282 a dû interrompre la plupart des projets de construction en cours, plus particulièrement après la captivité de Charles II qui débuta en 1284. On leva de nouveaux impôts pour soutenir l’effort de guerre et la reine Marie de Hongrie, ayant été refusé un prêt de la part de la papauté destiné à payer le rançon de son mari emprisonné en Catalogne, mit en gage ses bijoux personnels pour trouver de l’argent. Le royaume était en pleine crise politique et financière.

23Cependant, avec le retour définitif de Charles II en 1294, il y eut un regain soudain de l’activité constructive. Ce roi fut certainement le plus grand bâtisseur d’églises de l’histoire du royaume de Sicile, et peut-être même le mécène qui patronna le plus de constructions religieuses de toute l’Europe médiévale. À Naples, les travaux de San Lorenzo reprirent. Sant’Eligio fut agrandi et achevé, les travaux de San Domenico, commencés en 1283 lorsque Charles II était Prince de Salerne, mais ralentis sinon arrêtés depuis lors, reprirent de manière active ; le roi fonda une seconde église dominicaine, San Pietro Martire, ainsi que, à Naples comme dans tout le royaume, de nombreuses autres églises et monastères.

24Le projet le plus important fut la reconstruction de la cathédrale de Naples, première et remarquable expression d’un nouveau langage architectural qui allait s’imposer pendant le règne de Charles II et en devenir le caractère le plus distinctif (Fig. 8).

Figure 8 : Vue de la nef de la cathédrale de Naples (© Chester Brummel)

25Quel était ce langage ? La cathédrale ayant subi maintes transformations, c’est à San Pietro a Maille à Naples et à la cathédrale de Lucera, édifices dépouillés de leur décor baroque et rendus à l’austérité de leur structure médiévale que nous pouvons le mieux l’apprécier. Nous avons là deux monuments dont la nef est couverte d’une charpente en carène renversée, et dont les murs offrent de larges surfaces planes dépourvues de toute scansion verticale car les piliers, de forme rectangulaire, ne comportent des colonnes que sur trois côtés. Seules les absides sont voûtées d’ogives. La simplicité des volumes géométriques de la nef et du transept procure un effet de grande simplicité et de grande luminosité. Nous sommes dans un monde inspiré par le type de la basilique romaine plutôt que par celui des églises du nord, voûtées et aux travées rythmées par des supports montant de fonds.

Figure 9 : Cathédrale de Naples : le bas côté nord de la nef, vue de l’ouest, cathédrale de Naples (© Chester Brummel)

26Sous ses stucs des xviiie et xixe siècles, la cathédrale de Naples conserve une structure basilicale, avec, toutefois, une différence : des colonnes antiques sont incrustées contre la partie basse des piliers de la nef. Au-dessus, elles sont prolongées par un fût appareillé (Fig. 9).

27Les colonnes antiques remployées dans la nouvelle cathédrale peuvent se répartir en trois groupes : 46 petites colonnes en marbre et en granit appliquées aux piliers de la nef, 12 colonnes plus grandes aux supports de la croisée du transept et à l’entrée des trois absides centrales à l’est, et au moins 24 colonnes de marbre précieux dans les trois absides de l’hémicycle (dont 16 sont encore en place dans les absides latérales).

28De toute évidence, ces colonnes provenaient des deux premières basiliques chrétiennes, qui, avec leurs atria appartenaient au groupe cathédral primitif. La plus ancienne de ces basiliques, Santa Restituta, existe encore en partie ; et l’autre, la Stefania, a été démolie pour permettre la construction du transept de la nouvelle cathédrale. En fait, il y a une parfaite correspondance entre les 12 colonnes réemployées aux piliers de la croisée et celles de l’ancienne Stefania. Ainsi, non seulement le transept de la nouvelle cathédrale angevine occupait grosso modo l’emplacement de l’ancienne basilique Stefania, mais les colonnes provenant de celle-ci avaient été intégrées à sa structure.

29Ce remploi de colonnes est l’un des caractères les plus étonnants de la cathédrale, d’autant qu’elles étaient associées à une maçonnerie qui imitait la technique romaine de l’opus mixtum (où alternent assises de briques et de pierres) et de l’opus reticulatum (dont les pierres taillées en losange sont disposées de manière oblique). Ceci témoigne d’une volonté délibérée de rappeler l’antiquité et les techniques de construction antiques.

30Dans le contexte de la « pensée gothique », cette démarche est tout à fait inhabituelle, et même étrange. J’aimerais cependant rappeler que non seulement le réemploi de matériaux antiques fut courant dans tout le centre et le sud de l’Italie, mais qu’on peut également trouver des antécédents à l’exemple de la cathédrale de Naples dans la cathédrale voisine de Caserta Vecchia, où des colonnes antiques sont intégrées aux piliers de la croisée, et dans celle de Sessa Aurunca, qui offre une semblable utilisation d’éléments antiques. Il s’agit donc vraiment d’un phénomène local, dont témoigne encore vers 1300 la cathédrale de Lucera.

31Naples avait, en fait, de bonnes raisons d’être fière de son histoire du début de l’ère chrétienne et d’en perpétuer la mémoire dans le parti et le plan de la nouvelle cathédrale. Selon la légende locale, l’apôtre Pierre, qui venait de Caesarea et se dirigeait vers Rome, débarqua à Pouzzoles et s’arrêta à Naples, avant de poursuivre son chemin vers Herculanum et Pompéi. La Campanie, et tout particulièrement Pouzzoles et Naples, auraient donc été les premières étapes de l’apôtre en Europe. Lors de son séjour à Naples, saint Pierre convertit Saint Aspren, premier évêque de la ville. La présence de saint Paul est, pour sa part, attestée à Pouzzoles : il y trouva une communauté chrétienne déjà constituée, dont l’existence est attestée par les nombreuses représentations de Pierre et Paul conservées dans les catacombes de Naples. De même, le culte de Pierre et des Saints-Évêques de Naples ainsi que certains manuscrits produits à partir du ixe siècle à Naples et au mont Cassin, traduisent la force de cette tradition de l’origine apostolique de l’église de Naples.

32Cette tradition devait être particulièrement importante aux yeux des évêques de Naples qui pouvaient se targuer d’une légère antériorité historique vis-à-vis de Rome. Quant à savoir si ces légendes jouèrent un rôle important pour Minutolo et ces successeurs, peut-être les fragments de fresques, qui, dans sa chapelle, montre Pierre présentant l’archevêque au Christ en croix, fournissent-ils un élément de réponse.

  • 22 Sur la cathédrale de Naples, voir le prochain volume édité par S. Romano et N. Bock, La cattedrale (...)

33Peut-être n’est-ce donc pas une pure coïncidence si le transept de la cathédrale angevine, situé au-dessus des vestiges de la basilique Stefania, où étaient inhumés et vénérés les saints évêques de Naples, était précisément réservé à ces derniers. L’espace était organisé de telle sorte que les saints évêques étaient vénérés dans les absides principales, l’abside centrale contenant le célèbre reliquaire de San Gennaro, offert par Charles II. L’ensemble proclamait l’ancienneté de l’église de Naples ; deux chapelles latérales furent élevées à cet endroit, la première par l’archevêque napolitain Filippo Minutolo, instigateur du projet, l’autre par son successeur, l’archevêque bourguignon d’Ormont. En 1317, ce dernier instaurait une nouvelle liturgie « ad instar basilicarum patriarchalium Urbis » afin de renforcer les liens avec Rome et de réactualiser les débuts du Christianisme à Naples22.

34La cathédrale jouait également un rôle important pour la famille royale car elle contenait le tombeau de Charles d’Anjou, de Charles Martel, de Clémence, ainsi que le sarcophage vide de Béatrice de Provence. Le nouveau monument comprenait une chapelle royale adossée au bras nord du transept, où ces tombeaux furent transférés et réinstallés. Là encore, la volonté de rappeler le passé est évidente, car, selon la description de Giovanni Antonio Summonte en 1602, les fresques de la chapelle abritant ces sépultures royales représentaient des scènes de la vie de Constantin. Cette thématique de « romanitas » fut largement exploitée par la famille royale angevine, qui commanda ces peintures. Ainsi à travers l’évocation légendaire de Constantin, le roi participait-il consciemment à l’évocation des premiers temps chrétiens.

35La cathédrale avait sans doute aussi une forte connotation française, moins visible depuis la reconstruction de l’abside principale en 1581. L’abside centrale, de forme polygonale, était, comme les chapelles latérales, éclairée par de grandes fenêtres dotées de réseaux. Même si la partie inférieure des murs jusqu’à la moulure de la base des fenêtres était, comme nous l’avons vu, décorée de colonnes de marbres précieux provenant d’Orient et d’Afrique, les fûts des colonnes remployées reposent sur des plinthes et des bases médiévales, et l’ensemble était couronné de voûtes d’ogives. La disposition d’origine a été conservée dans la chapelle Tocco où l’on peut encore voir des fragments de fresques du Trecento, des tombeaux, et une niche d’autel.

Figure 10 : Santa Chiara, vue de la nef ver l’est

(Soprintendenza della Bene Ambientali e Archittetonici di Napoli e Provincia)

36C’est à cette même époque que la reine Marie de Hongrie entreprit de reconstruire la charmante église des Clarisses de Santa Maria di Donna Regina. L’abside de l’église conventuelle, qui avoisinait la cathédrale du côté nord, était tournée vers celle-ci et vers la chapelle des sépultures royales.

37Il est évident que le programme de ses fresques renforçait l’idée d’une ascendance sacrée, les « souches glorieuses » des familles royales françaises et hongroises. La cathédrale et Donna Regina, devaient, je pense, être les lieux de la mémoire et de la vénération de la famille royale sous le règne de Charles d’Anjou.

38Mais tout ceci a été anéanti par la génération suivante, notamment par la fondation, en 1310, à l’initiative de Robert et Sancia de Majorque, du grand couvent de Santa Chiara (Fig. 10). Cette église, qui fut un important monastère pour les Franciscains aussi bien que pour les Clarisses, était consacrée à l’origine au Corpus Domini. L’ensemble monastique devait devenir un havre de paix pour les Franciscains Spirituels dont la persécution était alors à son sommet. Selon un plan tout à fait inhabituel, le chœur destiné aux religieuses était placé derrière l’autel, ce qui permettait à la communauté cloîtrée des sœurs d’avoir une vision directe de l’élévation de l’hostie.

  • 23 Voir R. G. Musto, « Franciscan Joachimism at the Court of Naples 1309-1345: a new Appraisal », Arc (...)

39On a beaucoup discuté pour savoir s’il fallait attribuer le projet à Robert ou à Sancia, mais il est évident qu’une telle entreprise a dû être le fait des deux époux. Cependant certains indices permettent de considérer l’entreprise comme particulièrement révélatrice des idées et des engagements spirituels de Sancia car elle finança la majeure partie de la construction sur sa dot et ses revenus personnel, elle rédigea la règle communautaire des sœurs, et réclama inlassablement au pape des dispenses et des indulgences pour l’institution. Enfin, le choix même du plan reflète sa propre et entière dévotion à la sainte hostie. C’est à Santa Chiara qu’elle avait eu tout d’abord l’intention de se retirer, et elle fit plusieurs requêtes au pape afin d’obtenir une dispense à ce sujet. L’étonnante ressemblance du plan de l’église avec l’une des représentations qui illustre les Trois Âges de l’Esprit Saint de Joachim de Flore, suggère l’idée que le projet aurait pu, à l’origine, être inspiré par l’exemple des Franciscains Spirituels ou des Franciscains Joachimites23.

40Et c’est là, dans cette église imposante plutôt que dans la cathédrale, que beaucoup de membres de la famille royale choisirent de se faire inhumer dans les années 1320 et au-delà. Ainsi la fonction de nécropole royale de la cathédrale fut-elle « usurpée » par la soumission de Robert et de la reine aux Franciscains. Ce faisant, les souverains ont grandement contribué à déplacer le cœur de la cité vers le Castel Nuovo et les nouvelles fondations du sud-ouest de la ville.

41L’architecture de Naples témoigne donc de manière remarquable du rôle de la ville en tant que capitale internationale, caractérisée non seulement par son ouverture aux courants venus du nord, mais par la reviviscence de sensibilités architecturales et spirituelles profondément enracinées dans les traditions italiennes et méditerranéennes. L’italianisation du style gothique, qui répondait à des préoccupations à la fois pratiques et idéologiques, fut très rapide. Ainsi assista-t-on à l’émergence d’un style ayant sa propre identité, empreinte de grandeur et de simplicité.

Notes

1 Cet article reprend les thèses développées dans mon prochain ouvrage : The Stones of Naples : Church Building in the Angevin Kingdom, 1266-1343.

2 C. Enlart, Origines françaises de l’architecture gothique en italie, Paris, 1894, E. Bertaux, L’art dans l’Italie méridionale de la fin de l’Empire romain à la conquête de Charles d’Anjou, 3 vol., Paris, 1903, et A. Venditti, « Urbanistica e architettura angioina », Storia di Napoli, III, 1969, p. 667-888.

3 Pour les fortifications, voir A. Haseloff, Die Bauten der Hohenstaufen in Unteritalien, Leipzig, 1920 ; E. Sthamer, Dokumente zur Geschichte der Kastellbauten Kaiser Friedrichs II. und Karls I. von Anjou, 2 vol., (Königlich Preussisches Historisches Institut in Rome), Leipzig, 1912 et 1926.

4 G. Galasso, Il Regno di Napoli : il Mezzogiorno angioino e aragonese (1266-1494), Torino, 1992, p. 807, estime la population à 2,5 millions. Mais en 1988, le même auteur donnait une estimation faite par Pirenne de 1,5 million : Galasso, « Gli angioini di Napoli nella storia del Mediterraneo e dell’Europa », Marseille et ses rois de Naples : le diagonale angevine 1265-1382, Marseille, 1988, p. 34

5 S. Pollastri, « Les Burson d’Anjou, Barons de Nocera puis comtes de Satriano (1268-1400) », La Noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge (Collection de l’École Française de Rome, 275), 2000, p. 89-114.

6 La description de Sant’Eligio et de ses restaurations successives sont dans Venditti, 1969.

7 S. Di Giacomo, « S. Maria del Carmine », Napoli nobilissima, I, 1892, p. 18.

8 J. Krüger, S. Lorenzo Maggione in Neapel, Werl, Westfalen, 1985, p. 163.

9 Malgré le peu de restes architecturaux encore en place, les deux abbayes ont fait l’objet d’importantes études. Pour Realvalle : M. L. de Sanctis, « L’abbazia di Santa Maria diRealvalle : una fondazione cistercense di Carlo I d’Angiò », Arte Medievale, II series, vol. VII, 1993, p. 153-196 ; A. Amarotta, « Real Valle : badia Gotica sul Sarno », Atti dell’Accademia Pontaniana, n.s. XXII, 1973, p. 163-182 ; A. de Boüard, Actes et lettres de Charles Ier roi de Sicile concernant la France (12571284), Paris, 1926 1937, p. 147-153 ; and O. Francabandera, L’Abbazia di S. Maria di Realvalle presso Scafati, Bari, 1932. Pour Vittoria, voir plus récemment M. I. Pesce, « Carlo I d’Angiò e i cistercensi : la fondazione dell’abbazia di Santa Maria della Vittoria », Declino svevo, ascesa angioina e l’arte venuta da Francia, 1994, p. 47-80, et le magistral travail de P. Egidi « Carlo I d’Angiò e l’abbazia di S. Maria della Vittoria presso Scurcola, » Archivio storico per le provincie napoletane, 1909, vol. XXXIV, p. 260-291, 732-767 ; 1910, vol. XXXV, p. 125-175. Aussi Bruzelius, « ad modum franciae : Charles of Anjou and Gothic Architecture in the Kingdom of Sicily », Journal of the Society of Architectural Historians, L, 1991, p. 402-420. Voir plus récemment l’important article d’E. Cuozzo dans I Cistercensi nel mezzogiorno medievale, 1994, p. 243-284, esp. 256-269.

10 Del Giudice, Codice diplomatico, III, 93 : « Grave nobis est plurimum et molestum quod vobis, pro quibus est ecclesia Romana obligata non est de mutuatis nobis penitus satisfactum licet nobis vel nostris officialibus ascribi non possit ad culpam set potius cisterciensibus Regni Francie qui nobis ad solvendum decimam suorum proventuum per sedem apostolicam sententialiter condamnati solvere ipsam decimam vobis iuxta tenorem sententie in locis et terminis debitis non curarunt. » Voir aussi les documents du 4 août 1268 et du 11 février 1269 cités par C. Minieri Riccio, Alcuni fatti riguardanti Carlo I d’Angio dal 6 di Agosto 1252 al 30 di Dicembre, 1270, Naples, 1874, 28, 39 ; et de Boüard, Actes et lettres, 10, 14, 31-32, 36, 163, 209. Sur la situation financière et les dettes de Charles, voir G. M. Monti, « Carlo I e i debiti verso la S. Sede », ASPN, XVIII, 101-117, et pour un résumé de la controverse entre Charles et les cisterciens, N. Housley, The Italian Crusades : The Papal Angevin Alliance and The Crusades against Christian hay Powers, Oxford, 1982, p. 216-219.

11 Voir J. M. Canivez (éd.), Statuta capitulorum generalium ordines Cistercienses ab anno 1116 ad annum 1786 (Bibliothèque de la Revue d’Histoire Ecclésiastique, 10), 8 vol., Louvain-la-Neuve, 19331941, III, pour les délibérations de l’ordre en 1264 (p. 18) et 1267 (p. 49), et p. 115 pour leur capitulation en 1273 : […] Item, cum super solutione illius pecuniae tangentis decimam regis Siciliae, de qua venerabiles patres quatuor primi abbates cum illustri rege Siciliae composuerunt, et super hoc seipsos et domos suas pro se et illis omnibus, quos tangit negotium dictae decimae, obligaverunt ; quia ipsorum curialitati et caritati dignum est modo debito responderi, statuit et ordinat Capitulum generale, ut summam cuilibet a patre abbate impositam usque ad feriam quintam infra octavam Paschae praesentibus abbatibus solvere non omittant.

12 Beaucoup de mes observations sont basées sur le travail fondamental de C. M. Small, « The Crown as an Employer of Wage Habour in Angevin Basilicata », Social History, XIV, 1989, p. 323-341 sur les châteaux, et Egidi sur Santa Maria della Vittoria, op. cit., passim.

13 Francabandera 1932, p. 29.

14 Egidi 1909, p. 287.

15 Ibid., 1909, p. 284. Comme Egidi le signale, quand en septembre 1278, le roi découvrant que les abbés et les comptables de Vittoria ont déserté l’atelier, il embauche des travailleurs étrangers à un tarif élevé (18 grani au lieu de 15). Les autres, risquant de se faire expulser, doivent accepter de recevoir 12 grani par jour jusqu’à ce que la différence des salaires soit compensée. Voir id., p. 759, n. 1.

16 Ibid., p. 283, n. 7.

17 Ibid., p. 745.

18 Small, p. 328.

19 Toute la suite est basée sur les travaux d’Egidi, 1910, 125-128.

20 Le lecteur familier de l’histoire cistercienne sait déjà qu’à la seconde moitié du xiiie siècle il y avait beaucoup de conflits internes dans cet ordre et une pénurie de frères converts.

21 Il y a une importante bibliographie sur San Lorenzo : voir Krüger, 1986.

22 Sur la cathédrale de Naples, voir le prochain volume édité par S. Romano et N. Bock, La cattedrale di Napoli nel Medioevo (Atti della giornata di studio, Universita di Losanna, 23 novembre 2000).

23 Voir R. G. Musto, « Franciscan Joachimism at the Court of Naples 1309-1345: a new Appraisal », Archivum Franciscanum Historicum, vol. 90 (1997), p. 419-486; S. Kelly, « King Robert of Naples (1309-1343) and the Spiritual Franciscans », Cristianesimo nella storia, vol. 20, (1999), p. 41-80.

List of illustrations

Caption Figure 1 : Plan des églises de Naples à la mort de Robert d’Anjou en 1343 (d’après Krüger)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18339/img-1.png
File image/png, 339k
Caption Figure 2 : Le portail de Sant’Eligio al Mercato (Soprintendenza delle Bene Ambientali e Archittetonici di Napoli e Provincia)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18339/img-2.png
File image/png, 879k
Caption Figure 3 : Vue du chœur de San Lorenzo Maggiore, Naples (Caroline Bruzelius)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18339/img-3.png
File image/png, 440k
Caption Figure 4 : Vue des ruines de Santa Maria di Realvalle (© Barbara Bini)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18339/img-4.png
File image/png, 338k
Caption Figure 5 : Vue des ruines de Santa Maria della Vittoria (Rome : Istituto Centrale per il Catalogo e la Documentazione)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18339/img-5.png
File image/png, 189k
Caption Figure 6 : Plan de Santa Maria della Vittoria
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18339/img-6.png
File image/png, 49k
Caption Figure 7 : Vue des supports de l’hémicycle, San Lorenzo Maggiore, Naples (Soprintenza delle Bene Ambientali e Architettonici di Napoli e Provincia)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18339/img-7.png
File image/png, 328k
Caption Figure 8 : Vue de la nef de la cathédrale de Naples (© Chester Brummel)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18339/img-8.png
File image/png, 298k
Caption Figure 9 : Cathédrale de Naples : le bas côté nord de la nef, vue de l’ouest, cathédrale de Naples (© Chester Brummel)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18339/img-9.png
File image/png, 354k
Caption Figure 10 : Santa Chiara, vue de la nef ver l’est
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18339/img-10.png
File image/png, 355k

Author

Duke University

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Terms of use: http://www.openedition.org/6540