Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les princes angevins du XIIIe au XVe siècle

 | 
Noël-Yves Tonnerre
, 
Élisabeth Verry

L’aristocratie napolitaine au temps des Angevins

Sylvie Pollastri

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1L’image habituelle de la présence angevine à Naples est partagée entre l’installation d’hommes nouveaux, des chevaliers français et provençaux pour la plupart, et l’affirmation arrogante d’une aristocratie féodale, dont les vicissitudes ne peuvent être séparées pourtant de l’histoire politique du royaume sud-italien, bien au-delà de la fin de la dynastie capétienne.

  • 1 B. Croce, Storia del Regno di Napoli, Laterza, Bari, 1925. R. Moscati, « Ricerche e documenti sull (...)
  • 2 L.-V. Artefeuil, Histoire héroïque et universelle de la noblesse de Provence, Avignon, 1776 (2 vol (...)
  • 3 S. Ammirato, Famiglie nobili napoletane, Florence, 1580 (rist. anast., A. Forni, Bologne, 1973).
  • 4 C. De Lellis, Famiglie nobili del regno di Napoli, Naples, 1654 (réimpr. anast., A. Forni, Bologne (...)
  • 5 C. Tutini, Della varietà della fortuna, Naples, 1644.
  • 6 G. A. Summonte, Dell’historia della città e regno di Napoli, Naples 1675.
  • 7 A. Di Costanzo, Storia del Regno di Napoli, Naples 1710.
  • 8 M. A. Visceglia, « La nobiltà nel Mezzogiorno d’Italia in età moderna », Storica, 7 (1997), p. 499 (...)

2Reprenant l’opinion communément établie par les historiens, je voudrais souligner deux points. La recherche italienne insiste plus sur les notions de « rupture » – dynastique, humaine – et de « domination », alors que l’on peut se demander combien ces idées doivent aux événements de 1799 et à l’Unité italienne1. Du côté français, prévaut l’idée d’« évolution » dans la continuité2. Elle a quelque affinité avec la pensée des généalogistes et des premiers historiens du royaume de Naples des xvie-xviie siècles (Scipione Ammirato3, Carlo De Lellis4, Camillo Tutini5, Giovanni Summonte6, Angelo Di Costanzo7). Même si l’histoire de la noblesse était célébrée autour de la renommée ou de la défaillance de chaque famille aristocratique (en accord avec l’ethnocentrisme et le campanilisme de l’histoire européenne des monarchies modernes), ils soulignaient que les dynasties changeaient tandis que les hommes restaient, simple constat lucide devenu l’expression d’une fatalité quelque peu paralysante. Cette observation permet de renouer avec un débat plus général, conduit depuis plus de trente ans par les Français et les Napolitains, sur l’identité sociale de la noblesse : combien les processus de construction des pouvoirs locaux et nationaux influencent ceux de la formation de l’identité nobiliaire, une identité économique, familiale et politique8 ?

  • 9 E. Cuozzo, Quei maledetti normanni. Cavalieri e organizzazione militare nel Mezzogiorno normanno, (...)
  • 10 Loin d’être brutale, la « rupture » est tout d’abord un retour (vivement sollicité par le pape dan (...)

3Sous les Angevins, la noblesse du royaume de Naples connaît des transformations dans sa substance et ses modalités. Elle assume, pour ainsi dire, une identité renouvelée, apparemment en rupture avec l’époque précédente, normande et souabe, où dominait l’image du chevalier, dont l’existence est tributaire des faveurs du seigneur-souverain, et du comte, un chef de conquête qui participe à l’élection du souverain et qui devient ensuite un seigneur relevant de l’entourage parental et familial du roi9 ; c’est une noblesse que l’état sicilien contrôlait par ses lois, un droit féodal qui trouve son expression la plus complète dans les constitutions de Melfi (1231), et par la force coercitive et la puissance du souverain, incarnées par les figures centrales de Roger II et de Frédéric II10.

  • 11 M. Keen, La cavalleria, Guida (ed.), Naples, 1986 ; J. d’A. Boulton, Knights of the Crown. Monarch (...)

4Cette image reste toutefois conforme aux schémas médiévaux de domination de l’univers féodal du bas moyen Âge. Elle est marquée, aux xive et xve siècles, par le passage d’une conception strictement personnelle du lien entre feudataire et souverain à celle de « contrat », par lequel le lien, dont est exalté le caractère volontaire au détriment d’une plus générique soumission, est garanti par un serment et comporte des obligations réciproques garantissant statut et dignité. Cette nouvelle éthique féodale trouve son expression dans les ordres de chevalerie11. La notion de contrat pénètre aussi la sphère personnelle, familiale, du noble qui, tout particulièrement à Naples, négocie, avec le souverain, non plus une simple survie, mais sa postérité, au sein d’un territoire, ses fiefs, qu’il fait sien et auquel il s’identifie.

5Les documents utilisés proviennent des régestes tirés des registres angevins. J’ai privilégié les résumés de Carlo de Lellis, en particulier les quatre volumes partiels des règnes de Charles II et de Robert conservés auxArchives d’État de Naples, et les volumes des Registres reconstruits de la Chancellerie angevine. En complément, il faut ajouter la documentation consultée lors de la préparation de ma thèse de doctorat et de l’édition des documents sur les Gaetani de Fondi, provenant des Archives napolitaines, en particulier des différents fonds d’archives privées.

6Les limites de la documentation dérivent, d’une part, de la discontinuité documentaire. Elle n’est pas seulement due aux pertes répétées des registres angevins originaux ou des régestes ; ou aux lenteurs matérielles pour consulter toute la documentation. Les problèmes chronologiques proviennent des doutes sur la certitude de la datation des documents.

  • 12 Paru à Naples en 1654. J’ai utilisé l’édition anastatique (Arnoldo Forni, Bologne) de 1968.

7D’autre part, le choix des régestes à transcrire réduit encore la variété documentaire. Tributaire du travail de Carlo de Lellis, je me suis rendue compte que les volumes aujourd’hui consultables privilégient la noblesse de la ville de Naples, impression, certes, qui perdure, même si l’auteur a fait une large part aux informations, transcrites sans idée préconçue, provenant des cahiers des différents justiciers du royaume. Mais surgit un autre doute : qu’il ait privilégié certaines familles, comme le ferait un généalogiste s’intéressant à une famille en particulier et celles qui leur sont apparentées. Et nous savons que Carlo de Lellis a utilisé sa documentation pour réaliser son « Famiglie nobili del regno di Napoli12 ». Soit dit en passant la sélection délibérée des informations, par les érudits et les chercheurs qui ont pu consulter les registres originaux, est évidente dans les Registres reconstruits de la chancellerie angevine dès les volumes contenant les actes des années 1278-1279, pour s’aggraver après 1282.

  • 13 ASN, Riscostruzione Angioina, S. Sicola, Nomina de illustrissima progenie de Aquino, vol. 13. De L (...)
  • 14 Publiée par Litta, vol. 16, « Aquino di Capua » par F. Scandone. S’opposant aux affirmations de F. (...)
  • 15 De Lellis recherche surtout les épouses qui apportent des fiefs ; Sicola n’oublie pas di citer les (...)

8Pour illustrer ma pensée, je prendrai comme exemple le cas des « Cancellario », seigneurs de Cancellara et de Pietragalla (Pz) en Basilicate (voir généalogie). On ne saurait rien de cette famille si Pietro Cancellario n’avait été marié à Tommasa d’Aquino mais surtout si ne s’était posée la question de la tutelle de ses enfants mineurs et de ses cousines, et de la destination du fief de Pietragalla. Dans un volume contenant les régestes des actes regardant les Aquino, attribué à F. Sicola13 et dont Scandone s’est servi pour établir la généalogie des Aquino14, les informations concernent la tutelle. De Lellis15, le premier, et dans un but de reconstruire la généalogie, a copié les informations spécifiques sur la famille. Les informations se trouvent d’elles-mêmes en transcrivant sans discrimination les informations contenues dans les registres adressés aux justiciers du royaume. À l’occasion, nous découvrons que son père, Nicola, avait été banni en 1322, pour avoir tué l’évêque de Gravina. Cet épisode passé, la documentation sur cette famille chevaleresque se raréfie pour disparaître complètement chez Sicola.

Une noblesse renouvelée

Les apports

  • 16 H. Bresc, « 1282 : classes sociales et révolution nationale », Società mediterranea all’epoca del (...)
  • 17 Voir note 2. P. Durrieu, « Étude sur la dynastie angevine de Naples. Le Liber donationum Caroli Pr (...)
  • 18 Car la documentation est relativement abondante et continue, grâce aux notes de Carlo de Lellis.
  • 19 En raison du temps et de l’espace impartis, il a fallu faire un choix. La région de Basilicate m’e (...)

9On a beaucoup insisté sur l’installation de chevaliers ultramontains à la suite de la conquête du royaume de Sicile par Charles Ier d’Anjou. On a vu en cela le début de la dilapidation du domaine royal par les Angevins ainsi que la francisation de la cour et de l’administration centrale et périphérique, au détriment des régnicoles, même s’il faut, aujourd’hui, nuancer une telle affirmation16. À partir des listes de Saint Priest et de Durrieu17, j’ai voulu retrouver les chevaliers bénéficiaires de fiefs et j’ai tenté de les suivre dans le temps, au moins jusqu’à la fin du règne du roi Robert18. Pour des raisons pratiques, je me suis intéressée au justiciérat de Basilicate au xive siècle19.

  • 20 Ce second cas de figure se retrouve le plus souvent dans les « procès en réintégration de fiefs » (...)
  • 21 S. Pollastri, La noblesse napolitaine sous la dynastie angevine : l’aristocratie des comtes (1265- (...)
  • 22 Ibid., p. 175-183. Sur l’itinéraire voir F. Lenormant, À travers l’Apulie et la Lucanie. Notes de (...)
  • 23 E. Pispisa, Il regno di Manfredi. Proposte di interpretazione, Sicania, Messine, 1991.

10Les Ultramontains s’installent, à partir de 1268, une fois la conquête et la pacification de la partie continentale du royaume accomplie, sur des fiefs pris aux opposants à Charles Ier(proditores) ou sur des fiefs vacants. Les fiefs se trouvent sans titulaires soit parce que le feudataire antérieur est décédé sans laisser de descendance directe, soit parce qu’aucun titulaire ne peut être trouvé : il a pu prendre l’exil à la venue de Charles Ier dans le royaume ou avoir été dépouillé de son fief, pour avoir été un opposant à Frédéric II ou à Manfred20. Se délimitent ainsi des zones de faible présence ultramontaine, ou de présence dispersée, comme dans les Abruzzes ou en Calabre, ou encore de présence « tampon », comme en Sicile, où elle divise la population autochtone car les concessions sont concentrées au centre de l’île. Autour de Naples, toutefois, les inféodations sont massives, presque exclusives, en Principat ultra et Basilicate, C’est-à-dire dans l’ancien comté normand de Balvano21 et le long du fleuve Basento, soit la route (la via Appia) qui va, aujourd’hui presque comme avant, d’Eboli au golfe de Tarente22. La raison d’une telle implantation est simple toutefois. Les proches et les « amis » de Manfred avaient reçu des fiefs situés dans ces zones et ils furent les victimes directes du changement dynastique23.

  • 24 En 1277, Adam de Beaumont se plaint auprès de la cour royale de l’abandon des habitants « qui dere (...)
  • 25 G. Vitale, « Potenza nel cozzo tra Svevi ed Angioini per il possesso del Regno di Napoli », ASPN, (...)
  • 26 Ils sont, pour la plupart, d’origine normande : Riccardo di Lauriosello, Guglielmo de Melionardo, (...)
  • 27 Avec tout ce que cela peut représenter en promotion sociale pour des stipendiés (fils de chevalier (...)
  • 28 RCA, vol. 14, p. 96, n. 169 ; vol. 27, p. 289, n. 221 ; vol. 35, p. 176, n. 66. RA 1301 E fol. 137 (...)
  • 29 RA 1301 E fol. 137v, 139r (op. cit.) ; RA 1340 A fol. 120r (De Lellis, IV part. 2, p. 832). Le cas (...)
  • 30 Dans un document de 1301, il est précisé que la part de Reforciat a un revenu annuel de 60 onces [ (...)

11Une analyse plus attentive du phénomène en Basilicate met en relief que sont reconstitués les blocs formés par les comtés de Chiaromonte et de Montescaglioso. Tout au plus pouvons-nous signaler que le comté de Montescaglioso, donné à Pierre de Beaumont, avec les seigneuries confiées à son frère, Adam (Pisticci, Montalbano, Petrole, Policoro24), forment un ensemble compact face aux terres possédées par Riccardo di Chiaromonte, au sud de la province, le long de la frontière avec la Calabre. Le comté de Marsico, remis aux Sanseverino, est sur la frontière vers le Principat ; mais ses fiefs sont presque tous dans cette province et regardent vers le massif du Cilento et le golfe de Policastro. Ils sont donc hors de notre enquête. Ces ensembles ferment la Basilicate à l’est et au sud. Ils paraissent confirmer les comtes dans un rôle (idéal-idéalisé) de contrôle des « marches », des frontières, même s’il s’agit ici de frontières intérieures. Les concessions ultramontaines se concentrent sur les Apennins lucains, principalement sur la frontière entre Principat et Basilicate et, ce qui est intéressant, autour de Potenza, ville royale25, à laquelle le souverain rattache le castrum de Vaglio qui lui est distant d’une dizaine de kilomètres, profitant de la tombée en quenouille du fief. Le versant sud des Apennins, qui abandonne l’âpreté de la roche calcaire pour laisser la place à des terrains argilo-calcaires et aux calanche caractéristiques du Val d’Agri et de la zone pisticcese, est laissé aux régnicoles26. Les possessions des ultramontains sont limitées à trois-quatre fiefs au maximum (à l’exclusion des fiefs d’Adam de Beaumont). Ces possessions sont caractérisées par une certaine instabilité. Les feudataires sont souvent renouvelés, semblant confirmer que le fief sert avant tout de « paiement » en nature et en droits des services rendus27. Ainsi, le castrum de Tito, à l’ouest de Potenza, est divisé à raison d’un tiers-deux tiers entre un régnicole (Giovanni de Archis) et des ultramontains (Bourgogne, Brignoles, Clignet)28. Le fief a un certain revenu puisque, en 1301, Raoul Clignet verse 52 onces d’adoha pour son tiers et qu’en 1340 Francesco di Pietrafixa oblige le castrum (pas de mention de part) en garantie de la dot de son épouse, d’un montant de 426 onces29. Nous sommes mieux renseignés pour la terre de Tursi, dont le revenu total est de 100 onces, concédé, en 1292, pour un tiers à Philippe Poilechien et pour deux tiers, à Reforciat de Castellane30.

  • 31 Bartolomeo Cernitore de Ferrentino, damoiseau du comte de Fondi, est mentionné seigneur de Gannaru (...)
  • 32 Avant 1290, Pietro Annibaldi est seingeur de Capiti Sileris. RCA, vol. 35, p. 2, n. 4. En 1294, Ri (...)
  • 33 Pietro Colonna est nommé châtelain du casal Petrole (près de Pisticci) en 1281-1283. RCA, vol. 25, (...)
  • 34 G. Galasso, op. cit., p. 95.

12L’utilisation des fiefs pour récompenser services et soutien est encore pratiquée, à la fin du xiiie siècle, en faveur des membres de l’aristocratie romaine (Gaetani31, Annibaldi32, Orsini, Colonna33), alors que le pape Boniface VIII met en œuvre une politique qui neutralise les effets désagrégeants, pour Rome, des Vêpres, en se faisant remettre l’île de Sicile par Jacques II34.

  • 35 Grâce au double mariage des frères Sanseverino : Enrico épouse Ilaria di Lauria (fille du premier (...)
  • 36 Les fiefs sont acquis soit en sollicitant des cessions par testament de seigneurs entrés dans leur (...)

13L’analyse des inféodations en Basilicate au xive siècle permet d’observer la montée en puissance des comtes, et d’une famille comtale en particulier : les Sanseverino. Le comté de Montescaglioso reste « par tradition » à des ultramontains, à cette date les Baux. Mais les Sanseverino récupèrent la succession des Chiaromonte et des Lauria35 : ils occupent ainsi toute la frontière lucano-calabraise. Une baronnie, acquise à la fin du xiiie siècle, Tricarico, devient siège de comté. Mais il est intéressant de noter leur campagne d’acquisition de fiefs autour du comté de Marsico, qu’ils recentrent ainsi en Basilicate entre 1315 et 134036.

  • 37 Nous restons donc dans la prespective du fief entant que bénéfice-paiement temporaire, comme dans (...)

14Cette constatation ne doit pas nous faire oublier que le souverain reste maître de villes et de terres, dans lesquelles il installe des hommes de son entourage promus ainsi au rang de chevaliers. Mais il est digne d’intérêt de noter que lorsque ces castra ou ces terres sont inféodés, ils ne le sont pas de façon permanente. Au contraire les feudataires se succèdent avec une certaine régularité37.

15À l’opposé, quand nous notons des changements de titulaires dans les autres fiefs, ils sont dus à des passages par mariage d’une héritière à un homme nouveau. Il y a donc continuité. Certains barons concentrent même des patrimoines importants : ils agissent en tant que groupe familial, dont le nom est unique (Della Marra), ou en tant que groupe parental (comme les Santa Sofia-Platano-Roto). Ils dénotent un comportement semblable à celui des comtes

L’idéal

  • 38 S. Pollastri, « La noblesse provençale dans le royaume de Sicile (1265-1282) », Annales du Midi, t (...)

16Déplaçant l’attention sur chaque ultramontain, sur ses origines, nous notons que cet entourage royal est composé de nobles intéressés de gré (Lagonesse, Burson, Montfort) ou de force (Baux, Galbert, qui reprennent dans le royaume le nom de Castellane) à l’aventure méridionale de Charles Ier ; qu’ils amènent avec eux des chevaliers de leur entourage38.

  • 39 Les « mercenaires chypriotes », cités par Henri Bresc dans son intervention du 15 juin (« La chute (...)
  • 40 Dans le RA 1304 B, fol. 40r (De Lellis, IV part. 2, p. 463) est cité « Nobile Caterine de Gebenne, (...)
  • 41 S. Pollastri, « Les Sanseverino », op. cit.
  • 42 S. Pollastri, « La présence ultramontaine », op. cit. ; I. Heullant-Donat, « Quelques réflexions a (...)

17Mais il apparaît plus intéressant de noter que certains sont liés à l’aventure méditerranéenne du nouveau souverain. Les Milly, Sully, Tocy (ou Toucy), Montfort, Beaujeu, Baumes, Courtenay sont liés aux feudataires latins d’Antioche ou de Constantinople. Les Milly et les Sully poursuivent dans le royaume de Naples, des alliances déjà nouées en France. Et ils entraînent à leur suite les Beaumont, les Gaulard. De même, par leurs alliances avec les régnicoles, ils font participer ces derniers au rêve méditerranéen des angevins, dont certains comme les Gaulard (ou Bollard) de Denisy et les Brienne étaient des immigrés39 installés dans le royaume sous Frédéric II40. De leur côté, les Sanseverino, avec leur alliance avec les Beczano (les Bethsan de Chypre) et leur carrière à Acre, participent pleinement à ce projet de politique internationale41. Cet élan « humain » vers l’ouest prend fin avec l’abandon même de cette politique, au début du xive siècle, et les revers biologiques des temps, dus à la fois à l’arrêt d’un flux humain venu de France et de Provence et à un changement de génération42.

  • 43 P. Gilli, « L’intégration manquée des angevins en Italie : le témoignage des historiens », L’État (...)
  • 44 Abbé Lefebvre, Mémoire pour servir à l’histoire de France du xivesiècle, contenant les statuts de (...)
  • 45 S. Pivano, « Lineamenti storici della cavalleria medievale », Accademia delle Scienze di Torino, t (...)

18Mais l’idéal reste. Au moment de l’investiture et durant la conquête du royaume par Charles Ier, partisans et détracteurs ont assez insisté sur l’idéal capétien de diffusion de la nouvelle chrétienté, la fondation du nouvel Israël43. Cette idéologie, qui a su à l’époque réunir des hommes, est reprise par deux nouveaux souverains, tous deux issus des Angevins de Naples, tous deux désireux de régner dans la continuité. Louis de Tarente fonde l’Ordre du Nœud en 135244 et Charles de Duras, l’Ordre de la Nef en 138145.

  • 46 « Pour quoy celluy qui premier jardin dessus dit et mes flours planta, une flour fist naistre et y (...)
  • 47 Lefebvre, op. cit., p. 42, reprenant la liste de A. Di Costanzo, op. cit., p. 224 pour l’Ordre du (...)
  • 48 S. Pollastri, L’aristocratie napolitaine, op. cit., p. 543-548.

19Les statuts de l’Ordre du Nœud rappellent le lien générique entre le royaume et la papauté pour se concentrer sur le rôle des membres, des chevaliers napolitains ou étrangers qui « sont tenus de jurer que tout leur pouvoir et savoir dovront abondoneement loyal conseil et aider au Prince de tout ce qu’il leur requerra, soit d’armes, soit d’autres choses loyalement et d’observer les entrescripts chapitres ». C’est exactement ce qui est exigé des membres de l’Ordre de la Nef : « Tous les compagnons serviront le prince en toutes guerres […] à leurs despens, chascun selont son pouvoir et estat […]. » Tandis que l’Ordre du Nœud a été créé dans le but de préparer la conquête de l’Achaïe, passant brièvement sur les « signes » qui montrent que Louis est digne de régner, les chapitres de l’Ordre de la Nef reprennent un thème de la propagande angevine : la France, ses rois et ses chevaliers, est le nouvel Israël dont la mission est de veiller à la sauvegarde de l’Église et de la Chrétienté46. Les membres si « français » de ces ordres, sont surtout de fervents « angevins » et parfaitement napolitains : Nicola Acciaiuoli, Luigi Sanseverino, Giacomo Caracciolo, Giovanni Bozzuto, Bernardo Visconti seigneur de Milan, et un Costanzo de Naples, dans le premier cas ; Louis d’Enghien comte de Conversano, Carlo Ruffo di Calabria comte de Montalto, Goffredo di Marzano comte d’Alife, Tommaso di Marzano seigneur de Teano, Giovanni Protogiudice de Salerne, Palamides Bozzuto de Naples, Bartolomeo Tommacelli de Naples, Francesco Villace (ou Guindazzo) de Naples et Nicola d’Allemagna, dans l’autre47. Les ordres sont utilisés pour promouvoir de nouveaux fidèles qui, désormais, ne remplacent plus les anciens alliés, mais s’intercalent entre la féodalité plus ancienne, dans la tentative de la contenir48.

L’affirmation du milieu aristocratique

  • 49 Il y avait 6 comtés sous Frédéric II. Huillard-Bréholles, Historia diplomatica Friderici secundi, (...)
  • 50 E. Pispisa, op. cit. ; E. Cuozzo, « Modelli di gestione », op. cit., p. 522-527, qui ajoute que Ch (...)
  • 51 E. Cuozzo, op. cit., p. 526.

20Au lendemain de 1266, l’ancienne structure féodale a été restaurée. Dix-huit comtés, distribués sur la base de l’organisation normande, sont rétablis mettant fin à leur radicale réduction par Frédéric II49 et au système oligarchique mis en place par Manfred50. Citant Errico Cuozzo : « Il ripristino delle contee e del sistema castellare favorì la costituzione di una struttura feudale di “nuclei forti51”. » L’exemple de la Basilicate confirme cette première conclusion (carte).

21La domination progressive des comtes sur la société féodale sous les Angevins est favorisée par deux facteurs : la vitalité biologique des maisons aristocratiques, dont la contrepartie est la relative fragilité des lignées chevaleresques ; et la capacité des grands à utiliser à leur avantage les principales règles du droit féodal, à les rendre malléables.

La vitalité biologique

  • 52 Et si la ou les unions sont bien négociées, l’épouse peut amener de nouveaux fiefs.
  • 53 Mais dans ce cas, l’accord royal est indispensable, comme en 1383 et 1420, en faveur de Sveva di S (...)
  • 54 Les biens confisqués sont distribués (en fait vendus) aux Baux et aux Sanseverino, RA 1340 A fol. (...)
  • 55 RA 1314 C fol. 118r (De Lellis IV bis, part. 2, p. 537). L’accord royal est d’autant plus facilité (...)

22Les familles aristocratiques ont une propension toute marquée à multiplier les mariages. Le fils aîné, qui dans le droit féodal napolitain est investi du patrimoine féodal paternel et maternel, est souvent marié plus d’une fois52. De même, certaines héritières, telles Ilaria de Sus ou Margarita di Chiaromonte, qui grâce aux douaires constitués par les époux sur des biens féodaux, augmentent leur patrimoine propre, tout en espérant devenir héritières de leur mari, en l’absence de descendance directe53. Les fortunes une fois établies, les grands acquièrent encore des fiefs en utilisant, cette fois, leur propre influence. Ainsi, les Baux et les Sanseverino deviennent les acheteurs préférentiels auprès de la cour de fiefs confisqués aux Pipino, rebelles à la couronne en 134054. Ils sollicitent aussi l’entrée en dépendance de chevaliers dont les fiefs sont limitrophes des leurs ou absorbent les successions. Ainsi, en 1314, Tommaso et Ruggiero di Sanseverino, fils de Enrico, connétable du royaume, obtiennent l’autorisation de succéder à Guglielmo di San Martino55.

23Le processus classique d’acquisition de fiefs et de titres demeure. Le roi intervient toujours – et il rappelle cette prérogative dès que des différends et des heurts se manifestent – et prime du titre comtal de nombreux fils de comtes. Mais, à partir du deuxième tiers du xive siècle, les concessions se multiplient dans la même zone géographique. C’est ainsi que les Sanseverino deviennent maîtres d’une grande partie du territoire de la Basilicate ou que les Ruffo dominent le sud de la péninsule calabraise. La politique royale sanctionne finalement le mouvement de structuration familiale sur le territoire.

Destinée des biens acquis : état féodal et lignage

  • 56 S. Pollastri, Les Gaetani, op. cit., p. 68-82.

24Les inféodations continues en faveur des membres de l’aristocratie durant le règne de la dynastie angevine s’accompagnent d’une progression, mais par étapes, de l’affirmation lignagère. De 1290 à 1335 à peu près, le lignage est en expansion. Les maisons aristocratiques abandonnent la structure familiale linéaire pour mettre en place le lignage proprement dit. Elles utilisent la division du patrimoine en faveur de 2 ou plusieurs fils, bien souvent les aînés de deux unions différentes. Si les cadets acquièrent des fiefs directement par faveur royale, ils ne constituent obligatoirement de lignée autonome ou pas pour longtemps. Ainsi, les Sanseverino, grâce à un système de parts sur le fief de Marsico distribués aux membres titulaires, maintiennent l’union entre les différentes branches. Les Ruffo comtes Sinopoli sont autonomes des Ruffo comtes de Catanzaro, mais à l’intérieur de leur descendance, ils organisent un système de lignage où les lignées cadettes sont contrôlées soit à travers la constitution de vitalice pour les cadets non pourvus de fiefs, soit en organisant des unions croisées entre les branches cousines. Au contraire, les Gaetani, comtes de Fondi, refusent de se diviser et maintiennent la direction d’un patrimoine constitué de part et d’autrede la frontière entre le royaume de Naples (comté de Fondi) et les États del’Église (seigneurie de Sermoneta) jusqu’au début du xve siècle, sans réussir à résoudre la question de la primogéniture d’une branche sur l’autre si ce n’est que bien plus tard56.

  • 57 En 1335, Giovanni Ruffo di Calabria, comte de Catanzaro, tente de répartir des fiefs entre ses fil (...)

25À partir de 1335-1340, le lignage met en place le contrôle du patrimoine. De nouveau, les fiefs sont concentrés entre les mains du fils aîné et les cadets deviennent bénéficiaires de vitalices et doivent subir la stricte dépendance (en particulier pour les prestations féodales – hommage, service militaire –) de leur aîné57. Du point de vue juridique, les filles sont de plus en plus exclues de la succession, grâce à l’élaboration de la « dot de parage », supplément en monnaie qui signifie le renoncement complet à toutes prétentions sur la succession féodale du père ou du frère. Seul le douaire que le mari constitue pour l’épouse représente une occasion de « fuite » d’un fief vers une famille étrangère. Mais il représente, désormais, la garantie du versement d’une somme en monnaie. De toute façon, il peut être récupéré à travers une nouvelle union matrimoniale, puisqu’il semble constituer le patrimoine particulier des femmes et peut passer de la mère à la fille. Par la suite, la monétarisation de la dot facilite le système de compensation.

26À partir de 1380 et durant le règne de la dynastie des Anjou-Duras, les incertitudes politiques et les dures atteintes portées aux maisons aristocratiques par Ladislas, provoquent un « repli lignager ». Il s’agit, en fait, d’un système compensatoire (accords successoraux, mariages croisés) entre les branches du lignage, afin d’assurer la survie familiale à travers la lignée survivante.

Conclusion

  • 58 Mis en exergue par Henri Bresc l’autre jour.

27Le rétablissement de l’échelon féodal58 (et comtal en particulier) est réalisé grâce à l’apport d’hommes appartenant à de vieux lignages (Beaumont, Baux, Montfort) ou à des maisons nouvelles très dynamiques (Gaetani) ou des chevaliers ambitieux (Burson).

28Les souverains angevins, du fait de leurs prérogatives (les rois de Naples « décident » encore entre la fin du xiiie siècle et le début du xive des mariages de la noblesse) et grâce à une ébauche idéologique, y unissent pleinement la noblesse régnicole, purgée des éléments compromis par parenté et amitié aux Hohenstaufen. Par la suite, le milieu comtal peut suivre une expansion qui aboutit à la constitution d’états féodaux gérés par des lignages forts.

29Les difficultés et ruptures dynastiques (1345, 1365, 1386) ne les inquiètent guère, même si la Couronne réagit violemment contre les désobéissances et les défections (le venir moins de la fidélité) de certaines maisons (Sanseverino, Baux). Les renouvellements des fideles concernent le strict entourage royal et les inféodations ne sont plus de remplacement, mais simplement intercalaires.

30Le rappel de l’« idéologie de sainteté » pourrait susciter des adhésions, soutenir des sympathies. Mais il semble plutôt vouloir servir la continuité, alors que Louis de Tarente ou Charles de Duras recherchent une légitimité personnelle.

31Tableau : Feudataires de Basilicate (1268-1343)

32Nous proposons ici une version réduite des données documentaires recueillies, nous limitant aux cas cités plusieurs fois dans le texte. Les données et/ou les références peuvent être parfois identiques et répétées plusieurs fois. En effet, le tableau avait été construit par fiefs, alors que nous donnons ici la version par feudataires/années. Nous avons choisi de ne rien changer.

33Les abréviations utilisées sont les suivantes :

34BF ; FA ; FN Bien féodal ; Fief Ancien ; Fief Nouveau

35B ou BSL ; Tba ; TO ; Pt Basilicate ; Terre de Bari ; Terre d’Otrante ; Principat

36c. Comte. Les comtés sont indiqués en lettres majuscules.

37Cl Casal

38Ct Castrum

39Tr Terre

40H Héritier

41W Veuve

42Pdr Proditor

43Les sommes sont respectivement données en onces-taris-grains

44Pour ne pas alourdir les références, n’est indiqué que le Registre angevin (année, lettre, folio).

45Sauf indication particulière, les références sont tirées de C. De Lellis.

Notes

1 B. Croce, Storia del Regno di Napoli, Laterza, Bari, 1925. R. Moscati, « Ricerche e documenti sulla feudalità napoletana nel periodo angioino », ASPN, 20 (1934), p. 224-256 ; ibid., 22 (1936), p. 1-14 ; M. Del Treppo, « Medioevo e Mezzogiorno : appunti per un bilancio storiografico, proposte di interpretazione », Forme di potere e struttura sociale in Italia nel medioevo, G. Rossetti (dir.), Il mulino, Bologne, 1977, p. 249-284 ; G. Galasso, Il regno di Napoli. Il Mezzogiorno angioino e aragonese (12661494), UTET (Storia d’Italia, 15), Turin, 1992 ; D. Abulafia, I Regni del Mediterraneo occidentale dal 1200 al 1500. La lotta per il dominio, Laterza, Rome-Bari, 1999, p. 6-7.

2 L.-V. Artefeuil, Histoire héroïque et universelle de la noblesse de Provence, Avignon, 1776 (2 vol.) ; A. de Saint Priest, Histoire de la conquête de Naples par Charles Ier d’Anjou frère de Saint Louis, Paris, 1849 (4 vol.) ; G. Galasso, op. cit., p. 35-41 (où il expose la « puissance du roi qui agit pour une grande politique ») ; L’État angevin. Pouvoir, culture et société entre xiiie et xive siècle, EFR (Collection del’École française de Rome, 245), Rome, 1998.

3 S. Ammirato, Famiglie nobili napoletane, Florence, 1580 (rist. anast., A. Forni, Bologne, 1973).

4 C. De Lellis, Famiglie nobili del regno di Napoli, Naples, 1654 (réimpr. anast., A. Forni, Bologne, 1968).

5 C. Tutini, Della varietà della fortuna, Naples, 1644.

6 G. A. Summonte, Dell’historia della città e regno di Napoli, Naples 1675.

7 A. Di Costanzo, Storia del Regno di Napoli, Naples 1710.

8 M. A. Visceglia, « La nobiltà nel Mezzogiorno d’Italia in età moderna », Storica, 7 (1997), p. 4996, en particulier, pour l’analyse historiographique, p. 49-59 ; article repris et augmenté dans Identità sociali. La nobiltà napoletana nella prima età moderna, Edizioni unicopli, Milan, 1998, p. 9-58

9 E. Cuozzo, Quei maledetti normanni. Cavalieri e organizzazione militare nel Mezzogiorno normanno, Guida (ed.), Naples, 1989. Sur l’organisation féodale des premiers normands, E. Cuozzo, « Intorno alla prima contea normanna nell’Italia meridionale », E. Cuozzo e J.-M. Martin, Cavalieri alla conquista del Sud. Studi sull’Italia normanna in memoria di Léon-Robert Ménager, Laterza, (Collana di Fonti e Studi, 4), Rome-Bari, 1998, p. 171-187 ; L. Feller, « Le développement des institutions féodales dans les Abruzzes adriatiques et l’épiscopat de Raynulf de Chieti (1087-1105) », ibid., p. 194-215 ; J.-M. Martin, La Pouille du VIe au XIIe siècle, Rome, (Collection de l’École Française de Rome, 179), 1993.

10 Loin d’être brutale, la « rupture » est tout d’abord un retour (vivement sollicité par le pape dans l’acte d’investiture, mais placé là avant tout comme « programme » d’un roi nouveau parachuté sur un royaume avec lequel il n’a encore aucun lien héréditaire) aux modalités normandes de gestion du fief-état sicilien. E. Cuozzo propose l’idée de « restauration » féodale de Charles Ier (« Restaurazione normanna dell’ordinamento feudale del regno ») ; la transformation n’est visible et réelle qu’à partir du xive siècle. E. Cuozzo, « Modelli di gestione del potere nel regno di Sicilia. La “restaurazione” della prima età angioina », L’État angevin, op. cit., p. 519-534.

11 M. Keen, La cavalleria, Guida (ed.), Naples, 1986 ; J. d’A. Boulton, Knights of the Crown. Monarchical orders of knighthood in the later medieval Europe (1325-1520), Woodbridge, Suffolk, 1987 ; Ph. Contamine, L’État et les aristocraties (France, Angleterre, Écosse, xiiie-XVIIe siècles), Presses de l’École Normale Supérieure, Paris, 1989 ; H. Bresc, « L’“Empresa de la Correge” et la conquête de la Sicile : le Royaume errant de Martin de Montblanc », Anuario de Estudios medievales, 23 (1993), p. 197-220 ; G. Vitale, Araldica e politica. Statuti di Ordini cavallereschi « curiali » nella Napoli aragonese, Carlone Editore, (Iter Campanum, 8), Salerno, 1999.

12 Paru à Naples en 1654. J’ai utilisé l’édition anastatique (Arnoldo Forni, Bologne) de 1968.

13 ASN, Riscostruzione Angioina, S. Sicola, Nomina de illustrissima progenie de Aquino, vol. 13. De Lellis, au début du volume IV part. 2, consacre plusieurs pages aux régestes regardant les Aquino.

14 Publiée par Litta, vol. 16, « Aquino di Capua » par F. Scandone. S’opposant aux affirmations de F. Della Marra, l’auteur choisit que Tommasa d’Aquino est la sœur de Tommaso, seigneur de Castiglione, fils d’Adenolfo d’Aquino, premier seigneur de Castiglione. Il conteste aussi tout lien de « consanguinité » entre Tommasa et Oddone de Brayda (marié à Oddolina d’Aquino), comme l’indiqueraient en fait deux régestes contradictoires. Le premier (Sicola, vol. 13, p. 56) : « Thomasius de Aquino, miles, avus Cecce de Cancellario filie quondam Thomasie de Aquino, ejus filie, quia dicta Cecca remansit pupilla filia quondam Petrutii de Cancellaria ; datur ei tutor et balius dictis Thomasius ejus avus » (RA 1348 B fol. 134r) ; le second (ibid., p. 152) : « Cecce de Cancellario, filie quondam Petrutii de Cancellario et Thomasie de Aquino, conjugum, datur balius Thomasius de Aquino, miles, ejus avunculus » (RA 1348 A fol. 144r). Oddone de Brayda a été tuteur de Clarella et de Matthia, filles de Giovanni (détenteur de Pietragalla « pro vita militia »), frère de Nicola, et du fils de ce dernier, Pietro. Sicola, vol. IV, p. 1076 (RA 1334-1335 E fol. 58r) ; p. 1052 (RA 1333-1334 D fol. 256r), p. 1381 (RA 1332-1333 fol. 88r). Je voudrais signaler aussi que la généalogie de Scandone ne résout pas le saut chronologique entre la fin du XIIe et le milieu du XIIIe siècle, qu’il comble par une multiplication des branches qui n’est autre qu’une multiplication de segments nominaux pour donner l’idée d’une abondance d’homme et de la grandeur familiale. Le même problème se présente dans la généalogie de F. Della Marra, Discorsi delle famiglie estinte forastiere e non comprese ne’seggi di Napoli, imparentate colla casa della Marra, Naples, 1641, p. 41 et suiv. Dans mon essai de reconstruction, j’ai voulu rester au plus proche des textes et de quelques principes qui régissent les tutelles des mineurs sous les Angevins : elles sont accordées, en général, à la mère ou à un oncle.

15 De Lellis recherche surtout les épouses qui apportent des fiefs ; Sicola n’oublie pas di citer les filles mariées.

16 H. Bresc, « 1282 : classes sociales et révolution nationale », Società mediterranea all’epoca del Vespro, XI Congresso di storia della Corona d’Aragona (Palermo-Trapani-Erice, avril 1982), Palerme, 1983, p. 241258 ; id., « La “mala signoria” ou l’hypothèque sicilienne », L’État angevin, op. cit., p. 577-599 ; S. Morelli, « I giustizieri nel regno di Napoli al tempo di Carlo I d’Angiò : primi risultati di un’indagine prosopografica », L’État angevin, op. cit., p. 491-517.

17 Voir note 2. P. Durrieu, « Étude sur la dynastie angevine de Naples. Le Liber donationum Caroli Primi », Mélanges d’Archéologie et d’Histoire de l’École Française de Rome, Rome, 1886 ; id., Les archives angevines de Naples, 2 vols, Paris, 1886-1887.

18 Car la documentation est relativement abondante et continue, grâce aux notes de Carlo de Lellis.

19 En raison du temps et de l’espace impartis, il a fallu faire un choix. La région de Basilicate m’estassez bien connue et, de plus, elle comptait au Moyen Âge près de 160 terres et castra. Je me suis inspirée, aussi, d’une recherche menée par A. Motta, Il sistema castellare di Federico II e l’insediamento antropico di Basilicata tra XII e XIII secolo, Quaderni « Conoscere il Vulture », Studi e ricerche, 5, Lavello, 1996. Dans l’appendice E, l’auteur donne la liste des établissements humains. J’ai repris sa carte pour établir celle des « Feudataires de Basilicate », publiée p. 53.

20 Ce second cas de figure se retrouve le plus souvent dans les « procès en réintégration de fiefs » mus par les titulaires, qui se jugeaient spoliés, auprès de la cour de justice de Charles Ier. RCA, vol. II, Liber inquisitionum regis Caroli primi pro feudatariis regni, p. 271-277. Parmi les feudataires exilés, qui réclament la restitution des fiefs, citons les Sanseverino. S. Pollastri, « Une famille de l’aristocratie napolitaine : les Sanseverino (1270-1420) », Mélanges de l’École Française de Rome, Moyen Âge, 103 (1991), p. 237-260.

21 S. Pollastri, La noblesse napolitaine sous la dynastie angevine : l’aristocratie des comtes (1265-1435), Thèse de doctorat, Université Paris-X Nanterre, 1994, p. 178 (carte).

22 Ibid., p. 175-183. Sur l’itinéraire voir F. Lenormant, À travers l’Apulie et la Lucanie. Notes de voyage, Lévy, Paris, 1883 ; traduction italienne (partie sur la Basilicate) : Tra le genti di Lucania. Appunti di viaggio, Osanna, Venosa, 1999.

23 E. Pispisa, Il regno di Manfredi. Proposte di interpretazione, Sicania, Messine, 1991.

24 En 1277, Adam de Beaumont se plaint auprès de la cour royale de l’abandon des habitants « qui derelinquerunt incolatum », malgré l’effort de repeuplement commencé cinq ans auparavant (RCAvol. IV, p. 64, n. 409). À la fin du xiiie siècle, le territoire devient le siège d’un haras royal et subit de nombreuses incursions ennemies. R. Licino, Castelli medievali, op. cit., p. 292.

25 G. Vitale, « Potenza nel cozzo tra Svevi ed Angioini per il possesso del Regno di Napoli », ASPN, 38 (1958), p. 137-151.

26 Ils sont, pour la plupart, d’origine normande : Riccardo di Lauriosello, Guglielmo de Melionardo, Lamberto et Berardo de Missanello, Rinaldo de Aspello dit aussi Riccardo di Pomarico. Les calanche sont des formations sur terrains argilo-sableux sujets à forte érosion.

27 Avec tout ce que cela peut représenter en promotion sociale pour des stipendiés (fils de chevaliers non adoubés, cives sans titre particulier) qui ont affronté le voyage en Italie. S. Pollastri, « La présence ultramontaine dans le Midi italien (1266-1330) », Studi storici meridionali, XV (1995), p. 320 ; id., « Les Burson d’Anjou, barons de Nocera puis comtes de Satriano (1268-1400) », La noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge, École Française de Rome, 2000, p. 89-114.

28 RCA, vol. 14, p. 96, n. 169 ; vol. 27, p. 289, n. 221 ; vol. 35, p. 176, n. 66. RA 1301 E fol. 137v, 139r (De Lellis, IV part. 2, p. 768) ; 1304 B fol. 32r (De Lellis, IV part. 2, p. 462) ; 1304 F fol. 251r (De Lellis, IV part. 2, p. 725).

29 RA 1301 E fol. 137v, 139r (op. cit.) ; RA 1340 A fol. 120r (De Lellis, IV part. 2, p. 832). Le castrum avait déjà été hypothéqué pour 250 onces, en 1336, auprès du maître rational Marino de Diano, pour le douaire constitué par Ciccarello de Pietrafixa pour son épouse Margarita, fille de Ruggiero di Mileto. Dans un autre document, il est précisé que le douaire est de 25 onces par an et que le revenu annuel du castrum (ou de la part du castrum que Ruggiero de Pietrafixa, père de Ciccarello, détient) est de 47 onces. RA 1336 B fol. 23r ; 1337-1338-1339, fol. 83r, 168v (De Lellis, IV bis part. 3, p. 237, p. 280, p. 301).

30 Dans un document de 1301, il est précisé que la part de Reforciat a un revenu annuel de 60 onces [RA 1301 I fol. 286v ; De Lellis, IV part. 2, p. 532]. Cette part sera reprise par la couronne et attribuée en vitalice à la reine Sancia [RA 1326 B fol. 313r ; De Lellis, III part. 1, p. 171].

31 Bartolomeo Cernitore de Ferrentino, damoiseau du comte de Fondi, est mentionné seigneur de Gannarum (Orientis) en 1301 et 1306. RA. 1301 E fol. 131v (De Lellis, IV part. 2, p. 765) ; 1301 I fol. 299r (De Lellis, IV part. 2, p. 532) ; 1304 F fol. 279v (De Lellis, IV part. 2, p. 728) ; 13061307 D fol. 174r (De Lellis, IV part. 2, p. 674).

32 Avant 1290, Pietro Annibaldi est seingeur de Capiti Sileris. RCA, vol. 35, p. 2, n. 4. En 1294, Riccardo, fils de Giacomo Annibaldi, est seigneur de Laurenzana. RA 1294 M fol. 276v (De Lellis, III part. 1, p. 1874).

33 Pietro Colonna est nommé châtelain du casal Petrole (près de Pisticci) en 1281-1283. RCA, vol. 25, p. 105, n. 69 ; vol. 27, p. 160, n. 193.

34 G. Galasso, op. cit., p. 95.

35 Grâce au double mariage des frères Sanseverino : Enrico épouse Ilaria di Lauria (fille du premier lit de l’amiral Ruggiero et déclarée héritière après que son frère – né du second mariage de Ruggiero avec Saurina d’Intensa – ait été écarté, puisque destiné à succéder aux biens catalans de sa mère). S. Pollastri, La noblesse napolitaine, op. cit., p. 420 ; id., Les Ruffo di Calabria sous les Angevins : le contrôle lignager (1268-1435), MEFREM (à paraître).

36 Les fiefs sont acquis soit en sollicitant des cessions par testament de seigneurs entrés dans leur entourage (Perticara, San Martino), soit en profitant de la détresse de certains autres (les Pipino, dont les fiefs sont achetés par les Baux et les Sanseverino. RA 1340 A fol. 63r-66v ; De Lellis, IV part. 2, p. 816-817, p. 820). Cette politique d’accroissement de part et d’autre d’une frontière interne n’est pas sans rappeler le cas des Gaetani, comtes de Fondi, qui étendent leurs possessions d’une façoncontinue de part et d’autre de la frontière entre le royaume de Naples et les États de l’Église. S. Pollastri, Les Gaetani de Fondi. Recueil d’actes (1174-1623), Fondazione Camillo Caetani, (Studi, 8), L’Erma di Breteschneider, Rome, 1998.

37 Nous restons donc dans la prespective du fief entant que bénéfice-paiement temporaire, comme dans les cas de Tito et de Tursi, cités plus haut, ou bien Salandra, Calvello (où se trouve un château royal). Il ne faut pas confondre les inféodations répétées avec la présence, contemporaine – même si la documentation, du fait de son caractère partiel, ne nous le fait que deviner – de plusieurs seigneurs, sans que l’on puisse parler vraiment de co-seigneurie puisque les possédants sont dotés de parts de fiefs bien distinctes. Nous renvoyons en cela aux cas de Tito et de Tursi. Il faut signaler. Une co-seigneurie est signalée à Vaglio, en 1290, entre Giovanni Pipino et Arturo di Monteleone [RCA vol. 32, p. 172, n. 227] et à Pietrafixa, en 1309, entre les frères Matteo et Ruggiero di Pietrafixa [RA 1308 D fol. 82r (De Lellis, IV part. 2, p. 43)]. Parfois, des chevaliers doivent défendre leurs droits contre des barons : ainsi, en 1301, Giovanni di Santa Croce doit défendre les droits de son épouse Isabella de Monteselicola, contre Richard de Lamanon qui lui nie la seigneurie du tiers du castrum de Monteslicola [RA 1301 I fol. 293r (De Lellis, IV part. 2, p. 532)] ou, en 1305, Pietro de Serpico, seigneur du castrum de Rivello, contre Rogerone di Lauria [RA 1304-1305 C fol. 239r (De Lellis, III part. 1, p. 1827)]. Et encore, en 1302, Manfredo di Santa Sofia, seigneur de Casale Marmoriis, exige que Riccardo de Casalis Marmoriis lui rende service militaire pour les biens féodaux qu’il tient dans le casal. Ce dernier réplique en déclarant qu’il tient ces biens « immediate a curie ». RA 1301 I fol. 151r, 285r ( De Lellis, vol. IV part. 2, p. 505, p. 532).

38 S. Pollastri, « La noblesse provençale dans le royaume de Sicile (1265-1282) », Annales du Midi, t. 100 (1988), p. 405-434.

39 Les « mercenaires chypriotes », cités par Henri Bresc dans son intervention du 15 juin (« La chute des Hohenstaufen et l’installation de Charles Ier d’Anjou »).

40 Dans le RA 1304 B, fol. 40r (De Lellis, IV part. 2, p. 463) est cité « Nobile Caterine de Gebenne, uxori nobilis Corradi olim comitis Casertani, consanguinae nostre ; provisio pro solutione annue provisionis unciarum 50 pro substentatione sua, quia de statu felicitatis ad extremum infelicitatis exitum eventus deduxit. »

41 S. Pollastri, « Les Sanseverino », op. cit.

42 S. Pollastri, « La présence ultramontaine », op. cit. ; I. Heullant-Donat, « Quelques réflexions autour de la cour angevine comme milieu culturel au xive siècle siècle », L’État angevin, op. cit., p. 179. Notons aussi que Charles Ier d’Anjou est suivi par un certain nombre de jeunes chevaliers, dont certains resteront à son service, comme fonctionnaires de l’administration périphérique, pendant presque 20 ans : Agout Curban, Artus, Gantelme, Roquefeuille, Lamanon, Orléans, mais aussi Mansella de Salerne et Sanseverino. Voir S. Morelli, « I giustizieri nel regno di Napoli », op. cit., p. 515.

43 P. Gilli, « L’intégration manquée des angevins en Italie : le témoignage des historiens », L’État angevin, p. 12-17, p. 32-33 ; C. Carozzi, « Saba Malaspina et la légitimité de Charles Ier », ibid., p. 80-97. Cette légitimité c’est cet idéal « capétien » ou « français », un idéal de croisade, un idéal de « sainteté » (P. Boyer, « Prédication et état napolitain dans la première moitié du xive siècle », ibid., p. 129, p. 147). Et si « l’inaptitude à rompre avec le légendaire français a vraisemblablement concouru à discréditer aux yeux des Italiens la seconde maison d’Anjou » (Gilli, p. 33), elle ne pouvait pas ne pas le faire aux yeux des régnicoles eux-mêmes, en tant que renouvellement d’un contrat passé en 1266. Sur cette idée de pacte entre le Seigneur, le roi et le peuple, une référence biblique peut être trouvée dans AT, 2 Rois, 11, v. 17. Sous Robert, l’implication « latine » des régnicoles n’est pas abandonné comme le témoigne cet acte de 1335 (De Lellis, vol. III part. 1, p. 292) : « Nobili Rogerio de Sancto Severino, Mileti comiti, cambellano, consiliario, familiario ; concessio baliatus Catarinelle filie quondam Bertrandi vicecomitis de Lautrico, quod exercebatur a speciali Catarina imperatricis Constantinopolitarum, principessa Tarenti, carissima sorore nostra, quia nunc conclutum est matrimonium inter dictam Catarinellam et Henricum de Sancto Severino, filium dicti comitis, etiam processerunt sponsaliam, dummodo fiat totum cum notitia nobilis Joannis comitis Damartini, avunculi et Roberti de Lautrico, fratris dicte Catarinelle » (RA 1335 B fol. 84v ; De Lellis, III part. 1, p. 292). En 1332, Giacomo di Sanseverino avait expédié des chevaux auprès de parents à Chypre. De Lellis, vol. IV bis, part. 3, p. 339 : « Nobili Jacobo de Sancto Severino, comiti Clarimontis, Guillelmo et Roberto ejus fratribus, militibus, consiliariis, familiariis ; provisio pro mittendis equis 8 ad arma certis consanguineis eorum quos habent in insula Cipri » (RA 1332 A fol. 63r).

44 Abbé Lefebvre, Mémoire pour servir à l’histoire de France du xive siècle, contenant les statuts de l’ofre du Saint Esprit, 1764 et H. de Viel Castel, Statuts de l’Ordre du Saint-Esprit au droit désir ou du Nœud, Paris, 1853 dans BN Paris, ms Latin 4274 ; Boulton, op. cit, p. 211-240 ; E.-G. Léonard, Histoire de Jeanne Ire, reine de Naples, Monaco-Paris, vol. 3, 1937, p. 12-23.

45 S. Pivano, « Lineamenti storici della cavalleria medievale », Accademia delle Scienze di Torino, t. LV, fasc. 2 (1965). Édition remaniée par Boulton, « The middle french statutes of the monarchical ordre of the Ship (Naples, 1381). A critical edition, with introduction and notes », Medieval Studies, 47 (1985), p. 168-271. Le fils de Charles III, Ladislas, ne fonde pas d’ordre. Mais il insiste sur la « sainteté » du lignage, à un moment de faiblesse de la dynastie (minorité), en re-inventant et en institutionnalisant le miracle de Saint Janvier-San Gennaro de Naples (19 septembre).

46 « Pour quoy celluy qui premier jardin dessus dit et mes flours planta, une flour fist naistre et yssir de tel vertu, joissance et odour comme dessus est dit pour garder et deffendre nostre foy et les III estats dessus dit ; laquelle flour nouvelle, c’est à ssavoir très excelent prince et seigneur Monser Charles de Duras, par la grâce de Dieu Roy de Jérusalem et de Sicile, qui de ce jardin de flours est yssu par la droite ligne, considérant les biensfais prouve ces vertu et foy de ses antecessour qui de ce jardin et flours en esté estrait ».

47 Lefebvre, op. cit., p. 42, reprenant la liste de A. Di Costanzo, op. cit., p. 224 pour l’Ordre du Nœud ; S. Pivano, op. cit., pour l’Ordre de la Nef. Boulton donne une liste plus longue (19 membres au lieu de 9). Mais il semble reprendre la liste d’une montre de 1382, inspirée de Di Costanzo, op. cit., p. 334.

48 S. Pollastri, L’aristocratie napolitaine, op. cit., p. 543-548.

49 Il y avait 6 comtés sous Frédéric II. Huillard-Bréholles, Historia diplomatica Friderici secundi, Paris, 1861, vol. V, 1, p. 606 et suiv.

50 E. Pispisa, op. cit. ; E. Cuozzo, « Modelli di gestione », op. cit., p. 522-527, qui ajoute que Charles Ier met « il sovrano al vertice della piramide feudale nuovamente costituita da un unico tipo fondamentale di feudo, quello del feudi di cavaliere in capite de domino rege ». Il faut pourtant répéter que les familles les plus anciennes (lombardes et normandes) sont maintenues, encadrées par des membres de l’aristocratie ultramontaine et internationale.

51 E. Cuozzo, op. cit., p. 526.

52 Et si la ou les unions sont bien négociées, l’épouse peut amener de nouveaux fiefs.

53 Mais dans ce cas, l’accord royal est indispensable, comme en 1383 et 1420, en faveur de Sveva di Sanseverino, héritière d’Enrico de Lagonesse, à la suite du décès de leur enfant commun, Carletto. S. Pollastri, Les Gaetani, op. cit. p. 297 et 323. Le mariage des chevaliers avec des héritières est la « voie royale » utilisée par Charles Ier d’Anjou pour installer nombre des nobles de sa suite. Elle est utilisée, par les membres de l’aristocratie, pour « placer » des cadets encore sans patrimoine (ex. Fulco Ruffo devenant siegneur de Sinopoli en épousant Margarita di Pavia), et par les chevaliers ambitieux, comme Pietro Gaetani, marié à Giovanna dell’Aquila, comtesse de Fondi à la suite du décès de son frère Riccardo, ou Roberto Orsini, comte de Nola grâce à son mariage avec Clémence de Montfort, ou encore Giovanni Pipino de Barletta, marié à Giovanna d’Altamura. Avec le temps les hèritières n’hésitent pas à élever le prix de la dot comme, en 1337, Elisabetta di Sanseverino, fille de Giacomo comte de Tricarico, épouse de Tommaso d’Aquino, comte de Loreto (dot : 1000 onces) [RA 1336-1337 C fol. 118r (De Lellis, IV part. 2, p. 97)] ou Ilaria di Lauria (qui a apporté la baronnie de Lauria) qui réclame, après le décès de son époux, sa dot s’élevant à 2000 onces. [RA 1340 A fol. 8v (De Lellis IV part. 2, p. 806)]. Les contrats dotaux peuvent aussi masquer des opérations immobilières que les règles du droit féodal ne permettent pas. Ainsi, dans le contrat de mariage entre Maria, fille de Giovanni Pipino, maître rational ayant acquis un patrimoine assez important en Basilicate, et Adenolfo d’Aquino, chevalier, fils cadet de Cristoforo, comte d’Ascoli, promet une dot de 1500 onces, correspondant à l’achat de biens féodaux avec pacte de revente en cas de dissolution de l’union [RA 1317 B fol. 355v 2° (De Lellis, IV part. 2, p. 180, 181)].

54 Les biens confisqués sont distribués (en fait vendus) aux Baux et aux Sanseverino, RA 1340 A fol. 64r-66r (De Lellis, IV part. 2, p. 816-817).

55 RA 1314 C fol. 118r (De Lellis IV bis, part. 2, p. 537). L’accord royal est d’autant plus facilité, que le souverain devait leur verser une rente annuelle de 60 onces « pro servitiis domus Sancti Severini ».

56 S. Pollastri, Les Gaetani, op. cit., p. 68-82.

57 En 1335, Giovanni Ruffo di Calabria, comte de Catanzaro, tente de répartir des fiefs entre ses fils ; convention finalement annullée par le souverain au profit d’un vitalice en faveur des cadets. RA 1335 D fol. 61v, 97r, 145r, 173r (De Lellis, III part. 1, p. 1308, 1314). « Nobili Joanni ruffo de Calabria, comiti Catanzarii, consiliario, familiari, asserente habere filios videlicet, Petrum primogenitum et Nicolaum et Corradum secundogenitos ; facultas posse disponere et legare predictis Nicolao et Corrado, seucundogenitis, Musuracam, Policastrum, Roccam Bernardi, Rossarnum, locum dictum Licastelli et Taczinam in Calabria, quia non sunt de dicto comitatu Catanzarii ; sed cassa quia convenrunt inter eos. » [RA 1335 D fol. 61, 145r (De Lellis, III part. 1, p. 1308)]. « Nobilibus Joanni Ruffo de Calabria, comiti Catanzarii, et Nicolao et Corrado, ejus filiis secundogenitis, et Petro Ruffo de Catanzario, ejusdem comitis primogenitis ; assensus super conventione initam inter eos cum inserta forma instrumenti, cujus vigore fuit cassa et annulata donatio facta per dictum comitem filiis suis secundogenitis, sed conveniunt quod possit donare et legare predictis filiis secundogenitis annue unciarum 250 ; super sua conventionem prestatur assensus. » [RA 1335 D fol. 97r, 173r (De Lellis, vol. III, part. 1, p. 1314)]. Citons l’exemple d’un vitalice révoqué après le décès de son bénéficiaire : « Joanni et Rostaino de Lagonissa, fratribus, asserentibus obiisse Robertum de Lagonissa, fratrem eorum, negant eis pro vita et militia an. Unc. 150 ; pro quolibet verum reliquit Catherinam de Aquino, ejus uxorem pregnantem, que puerperit masculum, qui parum vixit, remanso solo Herrichello, primogeniti dicti Roberti. Assensus super dicto testamento. » RA 1340 A fol. 25v ; De Lellis, vol. IV part. 2, p. 811. Et l’exemple d’un vitalice transmis par succession, afin d’éviter toute division du patrimoine : « Clarellae et Mathiae, filiabus et heredibus quondam Joannis de Cancellaria, asserentibus quod dictus quondam eorum pater habuit pro vita atque militia a quondam Nicolao de Canecallario, militi, fratre suo, super feudalibus perventis eidem Nicolao ex successione quondam petri de Cancellario, militis, communis patris eorum, unciarum 200 super castro Petregallae in Basilicata ; assensus super assignatione. » RA 1334-1335 E fol. 53v ; De Lellis, vol. III part. 1, p. 1507.

58 Mis en exergue par Henri Bresc l’autre jour.

Auteur

Docteur en histoire médiévale

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540