Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les princes angevins du XIIIe au XVe siècle

 | 
Noël-Yves Tonnerre
, 
Élisabeth Verry

À l’ombre des fleurs de lis. Les rapports entre les rois de France Valois et les Angevins de Naples et de Provence (1320-1382)

Philippe Contamine

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Il va de soi que j’ai fait l’usage le plus large du livre fondamental d’Émile G. Léonard, Les Ange (...)

1Cet exposé, résultat de recherches attentives mais souvent de seconde main1, ne prétend pas renouveler la question – tant s’en faut – mais simplement faire le point et poser en passant quelques questions ou soulever quelques problèmes.

2Chronologiquement, il portera d’un côté sur les vingt dernières années du règne du roi Robert le Sage (1308-1343) et sur le règne agité et tragique de sa petite-fille Jeanne Ire de Naples (1343-1382) et de l’autre sur les règnes des deux derniers Capétiens directs (Philippe V le Long, 1316-1322, et Charles IV le Bel, 1322-1328) et des trois premiers Valois (Philippe VI, 1328-1350, Jean II le Bon, 1350-1364, Charles V, 1364-1380).

3Il ne s’agira pas de traiter des rapports qui purent éventuellement se nouer entre les sujets des rois de France et les sujets des rois de Sicile et comtes de Provence, ni de la façon dont les uns voyaient les autres, ni non plus des influences des uns sur les autres. C’est dire que mon propos relève de l’histoire politico-diplomatique traditionnelle : histoire de rois et de princes et non histoire de peuples. Mais une histoire des contacts entre ces peuples, ces nations est-elle ici possible, a-t-elle même un sens ?

4L’impression d’ensemble est en effet qu’il s’agit de deux histoires parallèles comportant toutefois de façon discontinue des points de contact qui furent souvent (mais non pas toujours) des points de friction.

  • 2 Chronographia regum Francorum, éd. H. Moranvillé, t. I, Paris, 1891, p. 19-23.
  • 3 Ibid., t. III, Paris, 1907, p. 9.

5En particulier, malgré les déplacements des gens de guerre et d’Église, des marchands, des diplomates, des seigneurs, des pèlerins, malgré les informations dont tous ces individus étaient porteurs et qu’ils pouvaient diffuser, très peu de gens dans le royaume de France étaient directement au courant des péripéties des règnes des souverains de Naples, très peu de gens se souciaient de suivre ces péripéties de façon continue. De temps en temps, des informations pouvaient circuler, des nouvelles se répandre, mais de façon aléatoire. Il est peu probable qu’il y ait eu à la cour de France une personne ou un groupe de personnes chargées en permanence du dossier napolitain et de son annexe provençale. Les chroniques françaises, qu’elles aient un caractère officiel comme celles de Saint-Denis ou privé comme celles de Froissart, mentionnent Robert et Jeanne mais pour ainsi dire au coup par coup, impossible à les parcourir de comprendre, même superficiellement, le déroulement de leurs règnes. Un témoignage assez intéressant est fourni par la Chronographia regum Francorum qu’on pense avoir été rédigée à partir de sources diverses par un anonyme moine de Saint-Denis au début du xve siècle. Au seuil de son récit, mettant à profit, semble-t-il, une généalogie contenue dans les Anciennes chroniques de Flandre, l’auteur insère un exposé généalogique commençant par le roi Charles Ier, se poursuivant par Charles II et tous ses descendants ainsi que leur lignée et s’achevant, chronologiquement, avec les quatre maris de la reine Jeanne : le premier fut « André, frère de Louis, roi de Hongrie, qui mourut étranglé par un lacet ; le second fut Louis, premier-né du prince de Tarente ; le troisième fut roi de Majorque, frère du roi d’Aragon ; le quatrième fut Othon, frère du duc de Brunswick en Allemagne2. » Chose à la fois curieuse et significative, le même auteur reprend la même généalogie, à quelques détails près, bien plus tard au cours de son récit, à l’occasion de l’adoption en 1380 de Louis d’Anjou, oncle de Charles VI, par la reine Jeanne et de l’intervention de son compétiteur Charles de Duras : « Qui est donc ce Charles de Duras, dit de la Paix, et quelle était sa femme, nièce de la reine, toi lecteur, écoute-moi3. » Cette bizarre répétition traduit tout simplement le manque de familiarité des chroniqueurs français – et de leur public – avec les destinées embrouillées des Angevins de Naples.

6Et pourtant aussi bien Robert que Jeanne ne manquaient pas de sang « français » dans leurs veines, et cela pas seulement parce qu’ils descendaient en ligne directe et masculine de Louis VIII.

  • 4 En effet, le roi Robert n’eut pas d’enfant de sa deuxième épouse, Sancia de Majorque (Lexikon des (...)
  • 5 Lexikon des Mittelalters, t. VI, col. 1923.

7Prenons le cas de la reine Jeanne : son père était Charles, duc de Calabre, fils du roi Robert, sa mère était Marie de Valois, une princesse française. Ses grands-parents étaient, du côté paternel, le roi Robert et sa première femme Yolande d’Aragon4 et, du côté maternel, Charles de Valois et sa troisième épouse Mahaut de Châtillon-Saint-Pol. Ses arrière grands-parents étaient Charles II le Boîteux et Marie de Hongrie, Pierre III d’Aragon et Constance de Sicile5, Philippe III le Hardi et Isabelle d’Aragon, Guy de Châtillon, comte de Saint-Pol, et Marie, fille de Jean II, duc de Bretagne. Ainsi, puisque Marie de Valois était la demi-sœur de Philippe VI, la reine Jeanne était la cousine germaine de Jean le Bon et la tante « à la mode de Bretagne » de Charles V. En revanche, aucun de ses quatre maris, déjà cités, ne fut Français – un simple fait qui traduit une nette volonté de sa part de prendre ses distances. On peut se demander d’ailleurs si Jeanne d’un côté, Jean le Bon et Charles V de l’autre eurent jamais l’occasion de se rencontrer.

8On aurait pu imaginer, dans le cadre de la chrétienté occidentale, une solidarité organique entre les deux branches capétiennes unies contre l’Empire et contre l’Aragon en vue d’étendre conjointement leur domination politique au-delà du Rhône – le royaume d’Arles – et de contrôler l’ensemble de l’Italie, du nord au sud, Sicile comprise, grâce à l’appui du parti guelfe et de la papauté. Mais pour des raisons diverses, du moins à partir des années 1320, il n’en fut rien.

9Après la mort de l’empereur Henri VII survenue à Buonconvento, le 24 août 1313, se manifesta une relative montée en puissance du roi Robert (Rome, une partie de la Toscane, du Piémont et de la Lombardie). Le 15 mars 1314, le pape Clément V institua Robert vicaire impérial en Italie, ordonnant à tous les princes et peuples de la péninsule de lui prêter hommage. Si l’année 1314 lui fut défavorable tant en Sicile qu’en Toscane, l’avènement du pape Jean XXII en 1316 aurait dû lui permettre de reprendre sa marche en avant aux dépens du parti gibelin et notamment du duc de Milan Matteo Visconti. De 1319 à 1324, Robert se fixa en Provence, ce qui lui permit de se trouver à proximité immédiate de Jean XXII et d’obtenir son appui affirmé pour la réalisation de ses grands desseins. De fait, ce fut le pape qui appela à l’aide contre les Gibelins de Lombardie le roi de France Philippe V. Celui-ci envoya son cousin Philippe de Valois qui passa par Avignon, franchit les Alpes et s’arrêta devant Verceil. Une brillante noblesse l’accompagnait. Mais Philippe tergiversa, négocia avec les Gibelins qui surent le flatter, le circonvenir, parut trahir les Guelfes (donc indirectement le roi Robert, qui pourtant avait en bonne partie financé l’expédition) et rentra en France « inglorieux et sans rien faire, dolent et courrouché ». Le malentendu était visible, il devait se révéler durable.

  • 6 « Johannes [sic] dux Calabrie miles strenuus atque potens, unicus filius Roberti Sicilie regis mor (...)

10La victoire gibeline d’Altopascio, remportée le 23 septembre 1325, marqua le retour en force des Gibelins et du parti de Louis de Bavière. Florence la guelfe crut bon pour se protéger de faire appel au preux Charles, duc de Calabre, le fils de Robert, pour qu’il prenne en charge sa défense6. Mais l’accord de Robert avec la papauté fit long feu, l’engagement du roi du côté des franciscains spirituels le rendit suspect, et Jean XXII du coup chercha à s’appuyer sur Philippe de Valois, devenu roi, allant même jusqu’à envisager en faveur d’un prince français la création d’un royaume de Lombardie dépendant du Saint-Siège au même titre que le royaume de Sicile. Tout cela, on l’imagine, ne faisait nullement l’affaire du roi Robert.

  • 7 Angevins, p. 259.
  • 8 Ph. Contamine, « Politique, culture et sentiment dans l’Occident de la fin du Moyen Âge : Jean l’A (...)
  • 9 Angevins, p. 264.

11Les divergences s’approfondirent avec l’intervention en Italie de Jean de Luxembourg, roi de Bohême (le « petit Bohémien », comme l’appelle Villani7) qui se trouvait être très proche par l’esprit et la sensibilité de Philippe de Valois8. L’idée, en cette année 1332, était qu’à la suite de l’abdication préalable de Louis de Bavière, l’Empire revienne à un parent ou un allié de Jean de Bohême qui, en revanche, aurait le champ libre en vue d’établir à son profit un royaume ou une principauté en Italie du Nord. Le nouvel empereur à son tour concéderait le royaume d’Arles à Philippe VI : reprise ici d’un projet dont on parlait déjà, en faveur de Philippe le Bel, à la fin du xiiie siècle. Tout cela au détriment du roi Robert qui aurait été de la sorte frustré de ses ambitions en Italie du Nord et serait devenu le vassal pour la Provence du nouveau roi d’Arles. Villani va même plus loin puis qu’il soupçonne Philippe de Valois ou son frère Charles, comte d’Alençon, de vouloir devenir l’un ou l’autre roi d’Italie9.

  • 10 M. Margue, « Les relations particulières de Jean et Charles de Luxembourg avec la seigneurie de Lu (...)

12Toujours est-il qu’en 1333 Jean de Bohême conduisit une expédition militaire en Italie du Nord avec le concours de Jean, comte d’Armagnac, et de Raoul, comte d’Eu, connétable de France. Cette expédition fut d’ailleurs un échec. Et Robert ne manqua pas d’affirmer hautement son désaccord, notamment dans un mémoire adressé au pape où il regrettait que le roi de France mît à la disposition du ou des candidats à l’Empire des forces en principe destinées à la croisade. De même, Robert éleva une protestation formelle lorsque Philippe de Valois, en 1334, acheta à Jean de Bohême ses droits sur la seigneurie de Lucques10.

  • 11 Jean Froissart, Chroniques, éd. S. Luce, t. I, Paris, 1869, p. 354.
  • 12 Œuvres de Froissart, Chroniques, éd. J.B.M.C. Kervyn de Lettenhove, t. III, Bruxelles, 1867, p. 21 (...)

13Ce qui ne veut pas dire que la rupture ait été totale. On n’oubliait pas les origines françaises de Robert, dont Pétrarque écrit quelque part qu’il fut « l’honneur de la France et la parure de l’Italie ». N’oublions pas non plus le mariage en 1321 de Marie de Valois et de Charles, duc de Calabre. Évoquant le projet de croisade de Philippe de Valois en 1336, Froissart écrit : « Et ja en avoit li rois de France escript au roi Robert de Cecille son cousin et priiet que il se vosist avaler en Prouvence dont il estoit sires et que sans faute en tel temps, se li nomma, il seroit en Avignon. Les quelles nouvelles et segnefiances furent a ce roi Robert moult plaisans car il s’escripsoit rois de Cecille et de Naples et de Jherusalem, duc de Puille et de Calabre et contes de Provence. Si pensoit a recouvrer son hiretage de la Saincte Terre par la poissance dou rois de France et des crestiiens puis que li voiages de la vermeille crois seroit empris. Et se departi de Sesille et de Puille et esploita tant par ses journees que il vint en Prouvence11. » Un autre passage du même chroniqueur peut nous éclairer sur la façon dont Robert et Philippe étaient considérés. En 1339, Robert, « grans astronomiiens et plains de grans prudence », aurait écrit une lettre à son « chier cousin » Philippe pour le dissuader d’affronter directement Édouard III d’Angleterre, l’avertissant même à cette occasion (une mise en garde d’ailleurs plutôt décourageante) « que li senglers de Windesore fieeroit encores ses dens moult perfont ens es portes de Paris, et chils Edouars est le senglers de Windesore, ensi que dient les prophesies de Merlin, selonch le livre de Brutus12 ».

  • 13 Jeanne, t. I, p. 223.

14Le fait est que, par son testament du 16 janvier 1343, dicté quatre jours avant sa mort, le roi Robert prévoyait qu’à défaut de Louis II, roi de Hongrie, sa seconde petite-fille Marie épouserait soit le fils aîné de Jean, duc de Normandie (autrement dit le futur Charles V), soit le frère cadet du duc de Normandie, en l’occurrence Philippe d’Orléans13. Il est vrai que cette disposition visait sans doute moins à favoriser les cousins de France qu’à écarter résolument de la succession angevine les branches de Tarente et de Duras.

15Il reste que, tandis qu’à différentes reprises les noblesses du Dauphiné et de la Savoie vinrent, sous la bannière de leur dauphin ou de leur comte, massivement à l’aide de Philippe de Valois dans sa lutte contre les Flamands et contre les Anglais, l’abstention des Provençaux fut sinon totale (il y eut un certain nombre d’exceptions tel Agout des Baux) du moins des plus marquées : autrement dit, on compte très peu de Provençaux du côté de Philippe de Valois aussi bien en 1340, lors de l’ost dit de Bouvines, qu’en 1346 lors de la bataille de Crécy.

  • 14 Dante, on le sait, s’en prit à l’avarice du roi Robert.

16D’autant que le roi Robert, peut-être par manque de générosité ou de moyens14, peut-être suite aux hésitations de Humbert II et à l’antagonisme traditionnel entre les deux terres limitrophes de Provence et de Dauphiné, vit lui échapper ce dernier territoire qui passa alors définitivement sous le contrôle des rois de France.

  • 15 Autrement dit le droit de recueillir une succession comme représentant d’une personne décédée.
  • 16 Angevins, p. 119.

17Ainsi que l’on sait, Jeanne Ire, petite-fille de Robert, alors âgée de 16 ans (elle était née en 1326, peut-être au mois de mai si du moins l’on suit Honoré Bouvet), hérita de la totalité du patrimoine angevin, y compris des prétentions persistantes sur l’île de Sicile. Notons en passant que si le royaume de Naples ou de Sicile avait connu les mêmes règles dynastiques que la France (celles qui devaient être un peu plus tard qualifiées de loi salique), il aurait dû revenir à Louis, roi de Hongrie. Nous avons à ce sujet un document fort intéressant intitulé la « genelousie du roy d’Ongrie », qui contient le passage suivant : « Item, est assavoir que par la coustume du royaume de Cezille gardee tant du royaume comme en touz fiez nobles l’aisné emporte tout, ne n’est tenuz a moins nez que d’appenage et est appellee en païs la coustume françoise. Item, en tout ledit royaume et par especial en fiez nobles a lieu representation15. Item et par ces causes appartenoit le royaume de Cezille audit Charles d’Ongrie16 », c’est-à-dire, sinon à Charles-Martel, fils aîné de Charles II (mort en 1296, donc avant le dit Charles II) du moins au fils de Charles Martel, Charles Robert (Carobert), à la mort de son grand-père Charles II en 1309. Et c’est bien pour faire taire d’éventuelles revendications et récriminations qu’était prévu et qu’eut lieu le mariage de la reine Jeanne avec son cousin issu de germain André, frère cadet de Louis de Hongrie. Mais il se trouve qu’André fut assassiné (18 ou 19 septembre 1345), que la reine fut accusée de complicité dans ce meurtre, qu’elle épousa Louis de Tarente, son oncle à la mode de Bretagne, qu’une puissante invasion hongroise la força à fuir en Provence, tout près de son protecteur le pape Clément VI auquel elle dut vendre, faute de moyens, la ville d’Avignon. Il n’est même pas exclu que, profitant de ses embarras financiers, Philippe de Valois ait songé, tout à fait à la fin de son règne, à acheter à la reine Jeanne les comtés de Provence et de Forcalquier tout comme il avait acheté le Dauphiné à Humbert II.

18Mais il importe de souligner que la succession napolitaine de Robert se trouvait avant tout sous le contrôle du pape puisqu’il s’agissait d’un fief du Saint-Siège : or, dans un contexte certes délicat et incertain, le pape avait bel et bien opté pour la reine Jeanne.

  • 17 Jeanne, t. III, p. 277.

19Ici intervient l’invasion de la Provence en 1357 par Arnaud de Cervole, dit l’Archiprêtre, venu de France, alors que Jean le Bon était prisonnier en Angleterre à la suite de sa défaite à Poitiers et que son fils aîné le futur Charles V était régent du royaume. Il est certain que l’Archiprêtre avait partie liée avec les deux plus puissantes familles du pays, les Baux et les Duras (et notamment Louis de Duras, petit-fils de Charles II), qui s’étaient liguées contre la reine Jeanne. Le fait est qu’un membre de la famille de Duras, Robert, frère de Louis, était venu en France dans l’espoir de combattre en duel judiciaire, selon la procédure du gage de bataille, devant le roi de France, Louis, roi de Hongrie, préalablement convoqué, dans l’espoir de venger la mort de son frère Charles de Duras, exécuté à Aversa le 24 janvier 1348 pour avoir lui-même fait périr André, l’époux de Jeanne. Or Robert de Duras, après avoir été fait chevalier par le roi de France17, mourut du côté français lors de la bataille de Poitiers le 19 septembre 1356. C’est dire que des liens existaient entre la maison de France et les Duras. Le pape Innocent VI devait être bien informé lorsqu’il écrivait en mai 1357 au régent Charles : « Nombreux, mon fils, sont ceux qui murmurent que certains, se recommandant de ton nom et de ton titre et ce qui est plus grave sur ton ordre, se disposent à envahir le comté de Provence qui appartient, comme tu le sais, à notre très chère fille dans le Christ Jeanne, illustre reine de Sicile, ta parente » (« consanguineam » ; un autre document pontifical dit : « consanguineam germanam »). Le bruit courait qu’avec l’accord de l’empereur Charles IV le régent deviendrait roi d’Arles. Toutefois, mis au pied du mur, le régent semble avoir effectivement désavoué l’action de l’Archiprêtre qui, au bout d’un certain laps de temps, moyennant une confortable indemnité de départ payée par les villes de Provence, rejoignit son protecteur dans sa lutte contre le roi de Navarre.

  • 18 Le pape informe ses très chers fils dans le Christ Louis et Jeanne, reine de Sicile, qu’un certain (...)
  • 19 Jeanne, t. III, p. 437 et suiv. En 1954, E.-G. Léonard annonçait la prochaine publication d’un liv (...)

20Un autre élément de friction résulta de l’usurpation du prétendu Jean Ier, le Re Giannino, ce marchand de Sienne du nom de Giovanni Guccio qui se disait le fils posthume de Louis X Hutin et donc le roi de France légitime. Au reste, Cola di Rienzo ne l’avait-il pas reconnu (ou salué) comme tel au Capitole de Rome en 1354 et n’avait-il pas été également reconnu un peu plus tard, au terme d’une apparence d’enquête, par Louis Ier, roi de Hongrie, qui le fit venir à Buda en 1357 ? Peut-être y avait-il aussi derrière ses prétentions quelque intrigue des rois d’Angleterre et de Navarre. Tout était bon alors pour déstabiliser le Valois. La cour de France eut vent de l’existence du roi Giannino et dépêcha une ambassade auprès du roi de Hongrie au début de 1359. Cette ambassade bénéficiait d’une lettre de recommandation d’Innocent VI où était rappelé à Louis de Hongrie « le lien d’affection qui doit exister entre [lui] et les princes [de France] issus du même sang généreux » (« attendentes quantum inter te et illos qui ex eodem generosi sanguinis stirpite processistis, esse debeat vinculum caritatis ». Le roi de Hongrie ne garda pas Giannino auprès de lui mais, en même temps qu’il l’expédiait ailleurs, il le recommanda à toutes sortes de pouvoirs, y compris à Louis de Tarente, roi de Naples, et à son grand sénéchal Nicolas Acciauoli. Revenu à Sienne en août 1359, Giannino projeta « d’aller à Naples pour y parler avec le roi Louis et avec les autres princes, comme il l’avait fait avec le roi de Hongrie », mais il changea brusquement d’idée et se rendit à Avignon (avril 1360). Il n’y reçut pas l’accueil escompté et reprit son idée de séjour à Naples « afin de prendre conseil du roi Louis, de la reine Jeanne et des autres princes, de conférer avec eux comme avec ses proches parents et de leur demander leur médiation entre lui et la maison de France, afin qu’il pût tranquillement retourner dans son royaume ». Avant même son départ, il fut dénoncé par un de ses proches et craignit d’être livré aux officiers du roi de France. Il se réfugia en Provence, espérant obtenir le concours des Provençaux désireux de se venger de l’invasion d’Arnaud de Cervole. Giannino se mit à la tête d’une compagnie et prit Pont-Saint-Esprit. Paniqué, le pape voulut s’emparer de Giannino, prêchant la croisade contre lui et ses hommes. Jean le Bon lui-même aurait offert 100 000 florins d’or au sénéchal de Provence Matteo di Gesualdo s’il amenait Giannino vivant à Aigues-Mortes afin qu’il puisse être de là transporté à Paris. En tout cas, le jeudi 7 janvier 1361, il fut fait prisonnier et conduit à Aix. Mais les autorités provençales se gardèrent bien de livrer Giannino aux représentants du roi de France, cela malgré une demande du pape, formulée vers la mi-avril au nom des liens du sang entre les souverains de Naples et leurs cousins de France18. Il parvint à s’évader mais sa tête fut mise à prix à 50 florins (somme cette fois bien modeste) et il fut de nouveau capturé, à Marseille, accusé de fausse monnaie et de sodomie. Les Marseillais voulurent le faire périr par le feu, ils composèrent à son sujet des chansons où il était appelé la reine Jeanne ! Cela tournait à la farce. Il fut transféré à Naples, pouilleux et dépenaillé (février 1362). Louis de Tarente lui fit plutôt bon accueil. En avril de la même année, un ambassadeur de la cour de France, Gaucher de Châtillon, arriva pour obtenir sans doute son extradition et plus sûrement pour demander à la reine la main de Jeanne de Duras, l’aînée de ses nièces, pour le quatrième fils du roi Jean, Philippe, futur duc de Bourgogne. Mais Giannino ne fut jamais extradé et la cour de France en dut ressentir pour le moins de l’agacement19.

21Louis de Tarente mourut sur ces entrefaites, le 24 mai 1362, peut-être victime de la « seconde peste ». Jeanne se voyait ainsi débarrassée d’un époux tyrannique. Son règne personnel pouvait commencer.

  • 20 Richard Lescot, op. cit., p. 153. Chronique de Guillaume de Nangis et de ses continuateurs, éd. H. (...)
  • 21 Jeanne avait en effet alors 36 ans.
  • 22 M. Camera, Elucubrazioni storico-diplomatiche su Giovanna I.a regina di Napoli e Carlo III di Dura (...)
  • 23 Angevins, p. 404.
  • 24 Angevins, p. 405.

22Mais déjà des prétendants s’offraient à elle. Des sources françaises disent même que Jean le Bon, devenu veuf de Jeanne d’Auvergne, décédée le 29 septembre 1360, se mit sur les rangs20. Plus vraisemblablement, il s’agissait de proposer, de nouveau mais cette fois à la reine et non pas à sa nièce, la main de son « figliuolo » Philippe, duc de Touraine, futur duc de Bourgogne, alors âgé de 20 ans, et cela en dépit de la différence d’âge21. Certes, la cour de France n’avait pas pu ne pas prendre conscience que l’union en question risquait d’être stérile, elle ne devait pas ignorer les bruits qui couraient sur la reine de Naples, mais il y avait cet immense héritage à recueillir ! Le nouveau pape approuvait d’ailleurs le projet. Une ambassade fut donc dépêchée à Naples, comprenant Pierre, évêque de Nevers, Gaucher de Châtillon, déjà cité, et le secrétaire du roi maître Yves Derian. Jeanne, dans la réponse qu’elle adressa à son « honorable cousin » (« honorabilis consobrinus »), relevait le souhait du roi de France de renouveler par le mariage envisagé la proximité de sang. Il était certes évident aux yeux de la reine que « de la clarté du sang de la maison de France, particulièrement dans sa tête, était descendue la sublimité des princes de ce monde et que de sa noblesse était issue l’insigne générosité des puissants du peuple chrétien », mais la réponse de Jeanne exprimait aussi l’idée qu’en raison précisément de la proximité de lignage et du fait que le roi de France était « la tête de [sa propre] maison royale », Dieu se refuserait peut-être à bénir son union avec le « jeune seigneur Philippe » et ne lui accorderait pas une descendance viable. Instruite par les expériences précédentes, elle entendait désormais refuser tout mariage consanguin22 (en fait, Jeanne n’eut que trois enfants, de ses deux premiers mariages : Charles-Martel, né d’André, et Françoise et Catherine, nées de Louis de Tarente, tous trois moururent en bas âge, aucun de ces enfants n’était vivant en 1362, ils avaient bien sûr été l’objet tout jeunes de divers projets matrimoniaux). Il y eut une nouvelle demande de la part de Jean le Bon, alors qu’il se trouvait à Avignon le 20 novembre 1362. Selon Villani, Urbain V consentait à ce mariage à condition que Philippe s’installe dans le royaume, lui prête serment, verse scrupuleusement le cens dû au Saint-Siège et bien sûr soit agréé par la reine. Mais celle-ci refusa tout net au nom de la liberté matrimoniale fièrement revendiquée : « Les mariages sont libres et je ne vois pas pourquoi ils devraient changer de nature en dérogation à ma propre liberté23. » Toujours est-il que le troisième mari de la reine Jeanne, épousé le 14 décembre 1362, fut Jacques, infant de Majorque, dont elle s’aperçut rapidement que c’était un malade, de santé très compromise, de mœurs vicieuses et qui, après avoir accepté un contrat matrimonial lui refusant toute ingérence dans les affaires de l’État, prétendait obliger sa femme à l’y admettre24.

  • 25 P. Fournier, Le royaume d’Arles et de Vienne (1138-1378). Étude sur la formation territoriale de l (...)

23Le 4 juin 1365, à l’occasion du couronnement dans la cathédrale Saint-Trophime d’Arles de Charles IV, les représentants de Charles V tentèrent vainement d’obtenir pour lui le vicariat impérial dans le royaume d’Arles. Peut-être y eut-il même une requête de ce genre émanée de Louis d’Anjou, frère du roi. Déjà prenait place l’action, à cette date plus pillarde que franchement conquérante, de Bertrand du Guesclin25.

  • 26 R. Delachenal, Histoire de Charles V, t. III, Paris, 1916, p. 387.
  • 27 Ibid., p. 439.
  • 28 « Hec carissima in Christo filia Johanna, regina Sicilie illustris, ad quam idem comitatus pertine (...)

24En 1367, nous trouvons le roi de Naples aux côtés d’Édouard, le fameux Prince Noir, fils d’Édouard III, dans l’expédition qui devait l’emporter sur du Guesclin à la bataille de Najera26. L’année suivante, le roi de Naples fut fait prisonnier à Burgos par les gens du bâtard Henri de Trastamare, l’allié de Charles V, et ne recouvrit sa liberté qu’au prix d’une rançon de 80 000 doubles payés par la reine Jeanne27. Toujours en 1368, Louis d’Anjou, prenant ouvertement à son compte un dessein déjà caressé à plusieurs reprises par la cour de France, prétendit mettre la main sur la Provence. Il fit entrer à son service le terrible Bertrand du Guesclin et ses hommes. Tarascon fut pris. Urbain V, dans une lettre datée de Saint-Pierre de Rome le 3 avril 1368, protesta auprès de Charles V pour cette guerre sans raison, menée sine diffidatione, contre une proche parente de la maison de France : « Notre fille dans le Christ, Jeanne, illustre reine de Sicile, à qui appartient le comté de Provence et qui tire son origine de ta glorieuse maison, ta parente et celle du duc en ligne directe, ne mérite pas un pareil traitement. Au contraire, elle aurait dû trouver dans le duc un appui contre ses ennemis28. » Puis les choses se calmèrent : un premier traité fut conclu entre le duc d’Anjou et les représentants de la reine Jeanne (8 et 18 mars 1370), suivi d’un second traité qui réglait les différends (avril 1371). Dans tout ceci, la reine avait largement bénéficié de la protection éclairée de la papauté.

  • 29 Chronique des quatre premiers Valois (1327-1393), éd. S. Luce, Paris, 1862, p. 249.
  • 30 E. Jarry, La vie politique de Louis de France, duc d’Orléans (1372-1407), Paris et Orléans, 1889.
  • 31 Cette clause du serment montre que Charles V se méfiait des initiatives de son frère.
  • 32 E. Jarry, op. cit.

25Mais évidemment, nul n’ignorait le problème de la succession de Jeanne, qui, on l’a dit, n’eut pas d’enfant de son troisième mari, lequel, du reste, devait mourir en février 1375. Inévitablement, cette absence de descendance suscitait des appétits. Alors même qu’il avait formellement renoncé en 1351 au royaume de Naples et au comté de Provence moyennant une confortable indemnité de 300 000 florins, alors même qu’il n’avait pas de fils mais seulement trois filles, Catherine, Marie et Edwige, Louis Ier de Hongrie eut l’idée de rouvrir le dossier en sa faveur. Pour cela, il lui fallait un appui de poids. Il crut le trouver, sinon auprès du pape Grégoire XI, du moins auprès de Charles V, auquel il envoya une ambassade au début de 1374. « Et en cel an vindrent ambaxadeurs de Honguerie a Paris pour traictier du mariage de monseigneur Louis, le second filz du roy de France, et de la fille du roy de Honguerye29. » On comprend que Charles V ait tout de suite saisi cette opportunité riche de perspectives grandioses : son fils cadet ne deviendrait-il pas, du chef de sa femme, non seulement roi de Sicile (et de Jérusalem) et comte de Provence, mais également, peut-être, roi de Hongrie ? Il y avait là de quoi se laisser tenter et griser. De fait, un traité de mariage fut formellement conclu au Louvre le 10 août 1374, puis confirmé en Hongrie le 19 décembre suivant30. Parallèlement, Grégoire XI mettait la reine Jeanne au courant : on imagine sans peine quelle fut sa réaction. Contre toute vérité, le roi de Hongrie niait avoir jamais renoncé à ses droits sur la Sicile et sur la Provence. Le 19 mars 1375, Louis d’Anjou, frère de Charles V, s’engagea entre autres par serment à user de tout son pouvoir pour décider la reine Jeanne à choisir comme héritière Catherine de Hongrie, elle-même promise à Louis de Valois31. Le roi de France escomptait que le roi de Hongrie, fort de son prétendu bon droit, recueillerait du consentement du pape l’héritage de Sicile et en détacherait au profit perpétuel et héréditaire de Charles V ou de son fils Louis les comtés de Provence, de Forcalquier et de Piémont « pour cause de fraiz, interestz et despens que le roy pourra avoir en la poursuite du recouvrement desdiz royaume de Sicile et autres terres que tient la royne32 ». Des ambassadeurs de Charles V devaient se rendre à Naples auprès de la reine Jeanne pour lui demander, d’abord courtoisement puis « aigrement et le plus poingnamment que l’on pourra », de céder ses domaines moyennant une compensation financière, en lui rappelant notamment l’hôtel dont elle était issue – toujours le thème récurrent de la maison de France – et en lui présentant tous les malheurs que son refus entraînerait pour elle et ses sujets. Il était évident que la reine Jeanne ne se laisserait pas faire, d’autant qu’elle avait trouvé en son quatrième mari, Othon de Brunswick, épousé le 25 mars 1376, un soldat, un chevalier, un champion susceptible de prendre en mains sa défense.

26Le projet franco-hongrois aurait dû faire fiasco dans la mesure où solennellement, le 1er septembre 1376, Grégoire XI donna tort à la construction juridique sur laquelle il reposait. Et pourtant la négociation se poursuivit jusqu’en 1378. Peut-être même aurait-elle abouti (on a suggéré que la reine Jeanne aurait pu adopter Catherine comme sa fille et héritière universelle) sans deux événements sans doute concomitants. D’une part, la mort de Catherine, ainsi que le dit Christine de Pizan dans le Livre de mutacion de fortune :

  • 33 Cité par S. Solente dans son édition du Livre des fais et bonnes meurs du sage roy Charles V, t. I (...)

« Le bon roy de Hongrie, a qui
Fortune ayda, tant qu’il vesqui,
Longtemps reignza ; bien gouverna
Son pays ; saigement mena
Ses guerres, et deux belles filles
Laissa, aprés lui, moult gentilles,
L’ainsnee au bon Loys de France
Fut fiancee, mais l’oultrance
De la mort cellui mariaige
Deffist33. »

27D’autre part et peut-être surtout le Grand schisme. En matière de consolation, lors de sa visite à Paris en janvier 1378, l’empereur Charles IV avait institué le dauphin Charles, futur Charles VI, son vicaire impérial dans le royaume d’Arles et les comtés de Provence, Forcalquier et Piémont.

  • 34 E. Dupré-Theseider, I papi di Avignone e la questione romana, Florence, 1939, p. 233, cité dans An (...)

28Le 27 mars 1378 mourut à Rome, âgé de 47 ans, le pape Grégoire XI. Le 8 avril suivant eut lieu l’élection du Napolitain Bartolomeo Prignano, archevêque de Bari, qui prit le nom d’Urbain VI. On l’imagine sans peine : la joie fut grande à Naples. Selon un rapport sur l’élection d’Urbain VI, le cardinal qui avait avancé le nom de l’archevêque de Bari avait insisté sur le fait que le roi de France et ses frères ne pouvaient que s’en féliciter puis qu’il s’agissait d’un sujet de la reine Jeanne, laquelle était de race française34. À la mi-mai, la reine dépêcha une ambassade auprès du nouveau pape pour le féliciter : or, cette ambassade fut très mal impressionnée. Progressivement, la reine bascula dans le camp antiurbaniste. Elle en devint, pour son malheur, une des têtes. Le 20 septembre, à Fondi, dans son royaume de Naples, eut lieu l’élection de l’antipape Robert de Genève, qui prit le nom de Clément VII. Peut-être s’était-elle inquiétée du fait qu’Urbain VI, sur le conseil du roi de Hongrie, avait appelé de sa propre initiative Charles de Duras pour en faire l’héritier présomptif du royaume de Sicile.

  • 35 E. Jarry, « Instructions secrètes pour l’adoption de Louis Ier d’Anjou par Jeanne de Naples (janvi (...)
  • 36 The Tree of Battles of Honoré Bonet. An English Version with introduction, with a hitherto unpubli (...)
  • 37 Martène et Durand, Thesaurus novus anecdotorum, op. cit., t. I, Paris, 1717, col. 1581.
  • 38 Chronique du Religieux de Saint-Denys contenant le règne de Charles VI, de 1380 à 1422, éd. L. Bel (...)
  • 39 « Quoniam estimabat eum potenciorem et ditiorem principem Christianitatis » (Chronographia, op. ci (...)

29En tout cas, malgré la pression de ses sujets, elle persista au bout du compte dans son choix et fut du même coup déchue par Urbain VI qui la dénonçait en ces termes : « Jeanne, autrefois reine de Jérusalem et de Sicile, nouvelle Athalie par son atrocité, nouvelle Jézabel et comble d’impiété ». Elle se décida alors à choisir dans son propre camp – le camp des clémentistes – un fils adoptif35, et c’est ainsi qu’avec l’accord de Clément VII (bulle du 1er février 1380) qui seul pouvait autoriser la chose car enfin l’adoption n’était ni dans les usages ni dans la mentalité médiévale36, elle jeta son dévolu sur Louis d’Anjou, frère de Charles V, « conjoint à nous par la proximité de sang, abondamment doté de magnanimité, de courage et de puissance et d’autres titres remarquables et ineffables37 ». « Considérant qu’elle-même tirait son origine de la race généreuse des Français » et qu’il était le plus puissant et le plus riche, disent en écho le Religieux de Saint-Denis38 et la Chronographia regum Francorum39. Ainsi les circonstances avaient-elles sinon contraint du moins entraîné la reine de Naples à jeter à la mer sa méfiance invétérée envers ses cousins de France.

30Je reviens pour conclure à ce que je disais au début de cet exposé. L’on est en présence de jeux de princes, situés tout au sommet de la pyramide des pouvoirs et de la société. En dessous d’eux, tant bien que mal, les peuples vivaient et survivaient. Un peu comme aujourd’hui – qu’on me permette cette comparaison – le jeu des détenteurs et des dirigeants des « multinationales », loin au-dessus des actionnaires et surtout des salariés.

31Des jeux de princes mais avec leurs règles, au premier rang desquelles, à l’évidence, les règles de succession : or, ces règles n’étaient jamais tout à fait claires ni bien établies. On pouvait toujours les discuter, les contester. Tant d’éléments pouvaient intervenir, tant d’arguments pouvaient être échangés. N’oublions pas non plus le rôle de la papauté qui, avec sérénité et authentique amour de la paix entre chrétiens, s’efforçait de calmer les appétits et de réfréner les ambitions. N’oublions pas non plus la mortalité, surtout infantile, qui venait déjouer bien des projets.

  • 40 Voir le poème évoquant la mort du roi Robert : « Aportas mi davant la flor de lis », Angevins, p. (...)
  • 41 Présence assez fréquente des fleurs de lis dans les documents reproduits dans le livre sur L’Europ (...)
  • 42 Angevins, p. 376, et Jeane, t. III, p. 81.

32On l’a vu, à de multiples reprises, les textes font état des liens de parenté étroits entre les deux branches. Cette parenté, notamment, fut rappelée à la reine Jeanne. Et il arriva aux Angevins eux-mêmes de se dire issus de l’hôtel ou de la maison de France. La fleur de lis se trouvait au cœur de leur emblématique et de leur imagerie40. Pour ne retenir qu’un exemple, dans le manuscrit de l’ordre du Nœud (1352), figurent les armoiries de son fondateur Louis de Tarente (armes de France au lambel pendant de gueules) et les armes de la reine Jeanne (mi-parti de France et de Jérusalem)41. Le même Louis de Tarente, dont l’arrière grand-père paternel était le roi Charles Ier, disait en 1354 : « Le royaume de France dont nous tirons notre origine ressemble au lion devant les traces de qui tous les animaux sont frappés de terreur42. » Mais quelle importance réelle tout cela avait-il ? Avant tout, du côté des Angevins de Naples comme du côté des Valois, ce qui comptait, c’était la défense, la survie, l’extension des biens propres et des titres : la famille la plus proche faisait prime. De fait, le but des rois de France était d’étendre leur dominium, leur seigneurie, de caser leurs cadets le mieux possible, avec l’espoir qu’une semblable politique accroîtrait leur prestige, satisferait des ambitions dans leur propre famille et leur procurerait le cas échéant des secours, la destinée des lignées collatérales leur importait beaucoup moins.

33En d’autres termes, au-delà d’une phraséologie parfois trompeuse, on ne sent entre les deux branches aucune solidarité, aucune sympathie, aucune affinité ni instinctive ni naturelle (pour Charles V en particulier la reine Jeanne devait apparaître comme plus que suspecte). Au contraire, en diverses circonstances, la méfiance est visible, sans compter bien sûr les rivalités sur plusieurs terrains (la Provence, l’Italie du Nord) où les deux branches avaient à l’évidence des intérêts antagonistes.

Notes

1 Il va de soi que j’ai fait l’usage le plus large du livre fondamental d’Émile G. Léonard, Les Angevins de Naples, Paris, 1954 [désormais Angevins] et des trois volumes publiés de sa grande Histoire de Jeanne Ire, reine de Naples, comtesse de Provence (1343-1382), t. I et II, La jeunesse de Jeanne de Naples, et t. III, Le règne de Louis de Tarente, Monaco et Paris, 1932 et 1936 [désormais Jeanne]. Publié à l’occasion de la magnifique exposition qui a été présentée à l’abbaye de Fontevraud du 15 juin au 16 septembre 2001, l’ouvrage intitulé L’Europe des Anjou. Aventure des princes angevins du xiiie au xve siècle, Paris, 2001, n’aborde que très marginalement le sujet évoqué ici.

2 Chronographia regum Francorum, éd. H. Moranvillé, t. I, Paris, 1891, p. 19-23.

3 Ibid., t. III, Paris, 1907, p. 9.

4 En effet, le roi Robert n’eut pas d’enfant de sa deuxième épouse, Sancia de Majorque (Lexikon des Mittelalters, t. VII, col. 888).

5 Lexikon des Mittelalters, t. VI, col. 1923.

6 « Johannes [sic] dux Calabrie miles strenuus atque potens, unicus filius Roberti Sicilie regis moritur [1328], qui fuerat in Ytalia totius partis Guelfe capitaneus principalis » (Chronique de Richard Lescot religieux de Saint-Denis [1328-1344] suivie de la continuation de cette chronique [1344-1364], éd. J. Lemoine, Paris, 1896, p. 7-8).

7 Angevins, p. 259.

8 Ph. Contamine, « Politique, culture et sentiment dans l’Occident de la fin du Moyen Âge : Jean l’Aveugle et la royauté française », Johann der Blinde, Graf von Luxembourg, König von Böhmen 12961346. Tagungsband der 9es Journées lotharingiennes, 22-26 Oktober 1996, Centre universitaire de Luxembourg, éd. M. Pauly, Luxembourg, 1998, p. 343-361. M. Margue (éd.), Un itinéraire européen. Jean l’Aveugle, comte de Luxembourg et roi de Bohême 1296-1346, Bruxelles et Luxembourg, 1996.

9 Angevins, p. 264.

10 M. Margue, « Les relations particulières de Jean et Charles de Luxembourg avec la seigneurie de Lucques », Le rêve italien de la maison de Luxembourg aux xive et xve siècles, Esch-sur-Alzette, Grand-Duché de Luxembourg, 1998, p. 93-95.

11 Jean Froissart, Chroniques, éd. S. Luce, t. I, Paris, 1869, p. 354.

12 Œuvres de Froissart, Chroniques, éd. J.B.M.C. Kervyn de Lettenhove, t. III, Bruxelles, 1867, p. 211.

13 Jeanne, t. I, p. 223.

14 Dante, on le sait, s’en prit à l’avarice du roi Robert.

15 Autrement dit le droit de recueillir une succession comme représentant d’une personne décédée.

16 Angevins, p. 119.

17 Jeanne, t. III, p. 277.

18 Le pape informe ses très chers fils dans le Christ Louis et Jeanne, reine de Sicile, qu’un certain Jean Gurga, citoyen de Sienne, se prétend roi de France et prétend que le royaume de France lui appartient. Il a trouvé des partisans, dont Jean de Vernay, un chevalier anglais qui se présente comme son lieutenant. Autour de lui, des gens de guerre sont allés ravageant et incendiant la région d’Avignon. Ils ont occupé la forteresse de Codolet. mais Jean de Gurga a été fait prisonnier par les hommes de Matteo di Gesualdo, chevalier, sénéchal de Provence. Prière de répondre favorablement à la juste demande d’extradition exprimée par le roi de France, lui-même prisonnier. « Cum itaque deceat excellentiam vestram honorem ac statum regis ejusdem, cui vos non mediocre vinculum consanguinitatis astringit, ac regni sui Franciae fraternae caritatis zelo et plenis desideriis affectare, ejusque quantum secundum Deum conveniat condescendere precibus et sibi in suis licitis et honestis petitionibus complacere, serenitatem vestram rogamus et hortamus attente, quatinus ejusdem rogamina, quae ipse porrigenda duxerit, prout honestas suadebit acceptare volitis » : dom E. Martène et dom U. Durand, Thesaurus novus anecdotorum, t. II, Paris, 1717, col. 924-925.

19 Jeanne, t. III, p. 437 et suiv. En 1954, E.-G. Léonard annonçait la prochaine publication d’un livre sur cette affaire : il ne semble pas que ce livre ait jamais paru. Angevins, p. 388, n. 3.

20 Richard Lescot, op. cit., p. 153. Chronique de Guillaume de Nangis et de ses continuateurs, éd. H. Géraud, t. II, Paris, 1843, p. 321.

21 Jeanne avait en effet alors 36 ans.

22 M. Camera, Elucubrazioni storico-diplomatiche su Giovanna I.a regina di Napoli e Carlo III di Durazzo, Salerne, 1889, p. 246-247. Je remercie M. François Bougard, directeur des études médiévales àl’École française de Rome, de m’avoir procuré l’extrait du livre en question, difficile à trouver à Paris.

23 Angevins, p. 404.

24 Angevins, p. 405.

25 P. Fournier, Le royaume d’Arles et de Vienne (1138-1378). Étude sur la formation territoriale de la France dans l’est et le sud-est, Paris, 1891.

26 R. Delachenal, Histoire de Charles V, t. III, Paris, 1916, p. 387.

27 Ibid., p. 439.

28 « Hec carissima in Christo filia Johanna, regina Sicilie illustris, ad quam idem comitatus pertinet, a personis inclite tue domus, a qua traxit originem et que tibi dictoque duci [Andegavensi] stricta linea jungungitur, non meretur, imo a duce prefato juvanda foret potius contra exteros invasores. » M. Prou, Relations politiques du pape Urbain V avec les rois de France Jean II et Charles V, Paris, 1888, p. 70. Lettre de contenu semblable à Charles IV où là encore sont rappelés les liens avec la maison de France.

29 Chronique des quatre premiers Valois (1327-1393), éd. S. Luce, Paris, 1862, p. 249.

30 E. Jarry, La vie politique de Louis de France, duc d’Orléans (1372-1407), Paris et Orléans, 1889.

31 Cette clause du serment montre que Charles V se méfiait des initiatives de son frère.

32 E. Jarry, op. cit.

33 Cité par S. Solente dans son édition du Livre des fais et bonnes meurs du sage roy Charles V, t. II, Paris, 1940, p. 204-205.

34 E. Dupré-Theseider, I papi di Avignone e la questione romana, Florence, 1939, p. 233, cité dans Angevins, p. 537.

35 E. Jarry, « Instructions secrètes pour l’adoption de Louis Ier d’Anjou par Jeanne de Naples (janvier 1380) », Bibliothèque de l’École des chartes, 67 (1906), p. 234-259.

36 The Tree of Battles of Honoré Bonet. An English Version with introduction, with a hitherto unpublished historical interpolation, éd. G. W. Coopland, Cambridge, Mass. 1949, p. 295 et 297. « Pour ce que aucuns dient que madame Johanna de Naples avoit le tort, je feray trois questions. La premiere si est si au royaume de Naples femme peut avoir succession de royaume et de coronne. La seconde est si madame la royne sellon droit escript a peu affilier monseigneur le duc d’Angio ne lui donner succession. La tierce si est si cieux qui ont fait homaige a Charles de la Paix se poent escuser de traïson. » Après avoir évoqué sa triste fin, Bouvet fait un vif éloge de la reine : « C’est tres grant dommage car elle estoit vraye fille de Saincte Eglise et faisoit grant bien aux povres gentilz hommes. Et bien le sceurent ceulx qui sont alez et venus dela la mer ez pelerinages lointeines, et comment elle les recevoit a Naples et leur donnoit de ses biens et comment elle a tenu en paix son royaume et sa gent de bonne franchise et sans faire taille ne imposicion et comment elle faisoit justice du riche au povre. » « La royne de Napples qui tant ot de regnon » (Cuvelier, Chanson de Bertrand du Guesclin, éd. J.-C. Faucon, t. I, Toulouse, 1990, p. 292).

37 Martène et Durand, Thesaurus novus anecdotorum, op. cit., t. I, Paris, 1717, col. 1581.

38 Chronique du Religieux de Saint-Denys contenant le règne de Charles VI, de 1380 à 1422, éd. L. Bellaguet, t. I, Paris, 1839, p. 120.

39 « Quoniam estimabat eum potenciorem et ditiorem principem Christianitatis » (Chronographia, op. cit., t. III, p. 15).

40 Voir le poème évoquant la mort du roi Robert : « Aportas mi davant la flor de lis », Angevins, p. 336.

41 Présence assez fréquente des fleurs de lis dans les documents reproduits dans le livre sur L’Europe des Anjou, cité supra, n. 1 (voir notamment p. 31, 43, 45, 86, 111 et 122). Même tendance chez les Angevins de Hongrie. Voir aussi le passage de Pierre Bersuire cité dans la communication de Christian de Mérindol.

42 Angevins, p. 376, et Jeane, t. III, p. 81.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540