Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les princes angevins du XIIIe au XVe siècle

 | 
Noël-Yves Tonnerre
, 
Élisabeth Verry

Le règne de Robert d’Anjou1

Michel Hébert

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Voir, en général, sur Robert : Saint-Clair Baddeley, Robert the Wise and His Heirs, Londres, 1897. (...)

1Fils et petit-fils des deux premiers Angevins qui ont assuré la domination française sur le royaume de Sicile et sur l’héritage de Frédéric II, Robert n’est cependant plus comte d’Anjou depuis qu’en 1290 son père a renoncé à l’apanage français en même temps qu’il donnait la main de sa fille Marguerite à Charles de Valois, dans une vaste opération diplomatique qui valut, entre autres, à l’Angevin de consolider sa domination sur la ville d’Avignon. Il est ainsi le dernier de cette lignée que les historiens modernes, français comme italiens, continueront de nommer « d’Anjou ». Sa petite-fille Jeanne qui lui succède en 1343 sera plus communément dite « de Naples », manifestant ainsi l’italianisation de la lignée au milieu du xive siècle. Plus vraiment français, pas encore totalement italien, Robert apparaît déjà comme un souverain de transition.

  • 2 Cette date communément admise n’est peut-être pas la bonne. On a proposé récemment de corriger la (...)

2Robert est né, selon la tradition, en 1278, au palais royal de Capoue2, fils de Charles II et de Marie de Hongrie. Il appartient à ce qu’on appellerait aujourd’hui une « famille nombreuse » : huit garçons, d’abord, qui non seulement ont servi l’expansion de la dynastie, notamment en Hongrie, en Piémont, en Albanie, mais ont aussi fourni une caution spirituelle au lignage, en la personne de Louis, le saint de la famille. Cinq filles, ensuite, dont trois ont été mariées dans la maison des rois d’Aragon ou de Majorque en vue de sceller une hypothétique réconciliation des puissances méditerranéennes rivales. Des stratégies d’expansion pas toujours couronnées de succès qui, bien souvent, par leur descendance nombreuse et concurrente, compliqueront singulièrement les événements du règne de Robert et encore plus ceux du règne de sa petite-fille Jeanne dans la seconde moitié du siècle.

  • 3 Sur Sancia, voir notamment M. Greiner, « Une reine méconnue, Sancia de Majorque, reine de Jérusale (...)

3Marié une première fois en mars 1297 à Yolande (ou Violante) d’Aragon, sœur de Jacques II, mais devenu veuf dès 1302, il épouse en juin 1304 à Perpignan Sancia, fille du roi Jacques de Majorque qui restera sa compagne jusqu’à la mort en 1343 et lui survivra, retirée au monastère napolitain de Santa Croce, en 13453. Durant sa brève union, Yolande lui donne deux garçons qui – ce sera le grand malheur de son règne – ne lui survivront pas : le cadet, Louis, meurt à l’âge de neuf ans en 1310 ; l’aîné, Charles, duc de Calabre, l’héritier désigné, mourra en novembre 1328, n’ayant pas encore atteint la trentaine et laissant deux très jeunes filles, Jeanne et Marie, la seconde née quelques mois après sa mort. Sans enfant de son second mariage, Robert devra consacrer les plus grands efforts àassurer la stabilité de cette succession délicate. Évoquons pour mémoire sa descendance illégitime : on lui connaît une fille, Maria d’Aquino, « bellissima di persona e molto colta », qui serait la Fiammetta de Boccace ; un fils aussi, Charles Artus, apparemment né d’une dame de l’hôtel de Sancia, qui sera élevé dans la maison du roi et, bien qu’exclu de la succession paternelle, sera désigné par le testament de Robert pour siéger au conseil restreint de tutelle de la jeune reine Jeanne à la mort de son grand-père.

  • 4 Le texte de son testament est publié par Johannes Lünig, Codex Italiae diplomaticus, II, Francfort (...)
  • 5 Illustration dans L’Europe des Anjou. Aventure des princes angevins du xiiieau xvesiècle, Paris, S (...)

4Le roi meurt à Naples, le 20 janvier 1343, la soixantaine bien avancée, et quatre jours après avoir dicté ses dernières volontés4. Un cortège funèbre conduit le lendemain sa dépouille depuis ses appartements du Castel Nuovo vers sa chère église de Santa Chiara et une sépulture provisoire, en attendant que le magnifique tombeau monumental commandé par Sancia aux sculpteurs florentins Pacio et Giovanni Bertini vienne en 1345 consacrer la dignité royale de sa dernière demeure. Le tombeau de Robert, en effet, aujourd’hui restauré dans l’église de Santa Chiara après les destructions de la Seconde Guerre mondiale, illustre de façon exemplaire non seulement le destin singulier de Robert (l’homme, le roi) mais aussi l’impérissable dignité royale. Ainsi la figure du roi apparaît-elle trois fois sur ce monument : vivant, il est figuré assis, en majesté, entouré des siens ; mort, il est représenté gisant, les yeux fermés, pieds nus et vêtu de l’habit franciscain adopté à la fin de sa vie ; enfin, au-dessus du tombeau, de nouveau assis en majesté et les yeux ouverts, le roi qui ne meurt jamais5.

5Ainsi présentée dans la sécheresse des données d’état civil, la notice biographique de Robert est comparable à celle de bien des souverains de son époque : pour lui, ses frères et sœurs, ses enfants, on contracte des alliances qui disent l’histoire de la politique et de la diplomatie de l’heure ; mais intervient la fortune (ou l’infortune) qui ici et là vient contrer les plans les plus subtils des puissants : les mariages des sœurs de Robert ne ramènent pas la paix avec l’Aragon ; la mort de ses fils ouvre tout grands les aléas de sa succession… S’il nous faut tenter de comprendre la fortune de ce roi que, de son vivant, l’on a presque universellement qualifié de « sage », il convient de s’intéresser successivement aux circonstances de son accession à la couronne, puis aux aléas de son gouvernement et de ses interventions dans les affaires italiennes et pontificales tout au long du règne, enfin à sa culture et à ce rôle de mécène dont tous les auteurs soulignent l’importance et l’originalité.

Une couronne mal assise

6Troisième fils de Charles II, donc, après Charles-Martel et Louis, Robert n’était pas a priori destiné au métier de roi. Il a tout de même reçu une éducation digne de son rang. Envoyé en Provence avec ses frères aînés dès l’enfance, il est confié aux mêmes précepteurs que l’héritier présomptif de la couronne, Charles-Martel. De cette éducation nous ne savons à peu près rien. Mais la vie des enfants royaux, entre Aix et Brignoles où sont les palais de prédilection de Charles II, se trouve fortement perturbée par les événements dramatiques qui suivent les déboires de Charles dans la déconfiture de la croisade d’Aragon. Prisonnier en Espagne de 1284 à 1288, le roi n’obtient sa libération qu’au prix de la mise en otage de ses fils aînés, y compris Robert, à Barcelone. C’est là que de 1288 à novembre 1295 le futur roi passera son adolescence et recevra l’essentiel de son éducation. Les conditions de la détention, certes, ne sont pas bien contraignantes – on parlerait aujourd’hui d’assignation à résidence – et Robert n’est pas seul : avec ses frères se trouvent aussi en otage soixante chevaliers provençaux et vingt notables marseillais. Précepteurs, médecins et confesseurs sont aussi du groupe. Ces « éducateurs » étant des Franciscains, sans doute faut-il y voir la marque de la reine, sa mère : Marie n’est-elle pas la nièce de cette grande sainte franciscaine, Élisabeth de Hongrie ? Les traces que laisseront cette éducation, cette dévotion, cette spiritualité souvent proche des courants apostoliques qui rongent le franciscanisme de l’intérieur, vont marquer pour toujours les jeunes princes. La suite des événements le montre assez bien.

  • 6 Sur ce personnage, voir E. Pasztor Per la storia di san Ludovico d’Angiò, Rome, 1955 ; J. Paul, «  (...)

7Et justement dans les années qui suivent immédiatement la libération des enfants royaux, entre 1295 et 1297, deux épisodes presque simultanés transforment le destin de Robert. Charles-Martel, d’abord, meurt prématurément, laissant un jeune fils, Charles-Robert, qui assoira les destinées de la maison d’Anjou en Hongrie dont il est le prince héritier. Louis, le second, que la bure des Franciscains attire plus que les brocarts royaux, sous l’influence des François le Brun et Pierre Scarrier qui l’accompagnent depuis la prison de Barcelone où il a reçu une première tonsure, renonce alors au trône en faveur de Robert. On connaît son destin ultérieur : nommé évêque de Toulouse en décembre, reçu dans l’ordre franciscain en février 1297, il meurt dès l’été suivant à Brignoles auprès de son père, en odeur de sainteté. Il sera canonisé par Jean XXII en 1317, dans un geste qui donne un air de sacralité à la lignée angevine de Naples, doublant la sainteté d’une souche capétienne, qui voit ses deux Louis canonisés à quelques années d’intervalle6.

8Si la voie apparaît désormais libre pour Robert, devenu l’aîné des survivants en 1297, dans les faits la situation n’est pas si évidente pour les contemporains. On chuchote – à commencer par Dante lui-même – que Robert a manœuvré pour exclure non pas Louis, dont la vocation religieuse apparaît sincère, mais bien Charles-Robert, celui qui par la règle de la primogéniture aurait dû naturellement recevoir la couronne napolitaine et pas seulement celle de Hongrie. Bien plus tard, après la mort de Robert, l’anonyme complainte provençale sur la mort du roi présente le souverain des dernières années comme ayant voulu le mariage de sa petite-fille Jeanne avec le prince héritier du royaume de Hongrie, André, petit-fils de Charles-Robert, comme un destin naturel, comme une réparation, voire même une pénitence accompagnée d’une restitution du royaume au descendant de son ayant droit naturel.

9L’hypothèque qui pèse sur la légitimité de Robert donnera aussi naissance à une magnifique œuvre de propagande picturale, s’il faut en croire l’interprétation qui en est traditionnellement donnée. Le tableau bien connu de Simone Martini (aujourd’hui au musée de Capodimonte à Naples) qui représente saint Louis d’Anjou couronnant son frère Robert daterait de l’été 1317, soit immédiatement après la canonisation de Louis. Le motif, commandé par le roi lui-même (on connaît un paiement de 50 onces d’or au peintre par le trésor napolitain, très certainement associé à cette œuvre), serait une légitimation a posteriori du couronnement de Robert. Louis, recevant une couronne spirituelle portée par deux anges, dépose à son tour la couronne terrestre sur la tête de son frère agenouillé.

  • 7 Illustration dans L’Europe des Anjou, op. cit., p. 111 ; voir J. Gardner, « St. Louis of Toulouse, (...)

10Certes un beau coup de propagande à double effet : droit divin des Angevins de Naples en général, désignation légitime de Robert en particulier ! Le tableau ne pouvait faire de tort à l’image de Robert qui en avait tout de même bien besoin7.

  • 8 Sur ce couronnement, voir J.-P. Boyer, « Sacre et théocratie. Le cas des rois de Sicile Charles II (...)

11Cette couronne incertaine, il faudra bien des démarches pour l’assurer à Robert. La renonciation de Louis est immédiatement suivie de l’entrée en chevalerie de Robert, de son investiture comme duc de Calabre, de la convocation d’un parlement général à Naples pour reconnaître l’héritier, de l’investiture comme vicaire général pour le royaume (pendant le séjour en Provence de Charles II), enfin d’une bulle pontificale de reconnaissance de la renonciation de Louis. Si l’on a tant fait, c’est que les choses n’allaient peut-être pas de soi, ce dont témoigne aussi le couronnement royal de Robert, célébré à Avignon en 1309, non sans que les controverses juridiques aient été apaisées par une nouvelle sentence pontificale8. La question de la légitimité de la succession napolitaine restera, au cours du xive siècle, une sorte de cas d’école chez les juristes, notamment dans l’entourage de Balde.

Un règne mouvementé

12Voici donc Robert couronné (Charles II étant mort à Poggioreale près de Naples en mai 1309). Il va règner trente-quatre ans sur un royaume démembré, dans une Italie déchirée, contre des empereurs déchaînés. C’est dire que son règne ne sera pas de tout repos et que les affaires siciliennes, les affaires guelfes et pontificales, les affaires impériales, toutes inextricablement mêlées, marqueront l’ensemble des actions (voire des inactions) d’un roi qui, sans toujours l’avoir choisi, sera à la fois le fer de lance de la reconquête de la Sicile, le bras séculier des ambitions pontificales au moins jusqu’à sa rupture avec le pape Jean XXII, et le porte-étendard de toutes les factions et ligues guelfes contre le gibelinisme impérial : ne faisons pas de lui le héraut de l’unité italienne – on en est bien loin encore – mais sachons reconnaître que bien des esprits éclairés de l’Italie du xive siècle ont su voir qu’il incarnait un destin nettement plus large (géographiquement et culturellement) que celui d’un simple roi de Naples.

  • 9 Sur ces événements, voir dans le présent ouvrage, la contribution de Patrick Gilli.

13Toute l’aventure politique du règne de Robert commence, peut-on dire, avec l’élection au trône impérial d’Henri de Luxembourg – Henri VII – en novembre 1308. Contrairement à ses prédécesseurs, Henri entreprend une expédition transalpine dès 1310 en vue de recevoir l’hommage des États italiens et, à Rome, une couronne impériale promise par le pape. Or l’Italie demeure divisée depuis longtemps entre la tradition gibeline qui appelle de ses vœux une restauration de l’autorité impériale, incarnée au siècle précédent par Frédéric II, et la tradition guelfe qui, en gros, s’y oppose ; mais le clivage se complique d’une fracture dans la tradition guelfe elle-même, où certains (on pense tout de suite à Dante lui-même) se rallient à une certaine idée impériale, plus italienne qu’allemande, plus culturelle que politique, et surtout anti-pontificale, alors que les autres demeurent fidèles à un guelfisme traditionnel : parmi ces derniers, les papes, bien évidemment, Florence – qui a banni Dante et ses partisans – et Robert d’Anjou, placé ainsi au cœur des réactions d’hostilité que suscitera la « descente » de l’empereur. Dès 1305, Robert avait été élu capitaine général de la ligue toscane guelfe anti-impériale. C’est donc tout naturellement vers lui qu’on se tourne pour résister aux forces impériales à partir de 1310. Prudent au début (n’y a-t-il pas tractations en vue du mariage du propre fils de Robert avec Béatrice, fille d’Henri VII ?), Robert prend plus nettement parti lorsqu’Henri, à Rome, sur la défensive, annonce son soutien à Frédéric d’Aragon (l’ennemi mortel de Robert sur cet autre front qu’est la Sicile) et condamne le roi de Sicile pour lèse-majesté, provoquant ainsi une sorte d’union sacrée de toute l’Italie guelfe contre lui. Robert se voit tour à tour élu seigneur de Parme, de Crémone, de Brescia, de Florence, de tant d’autres, comme une sorte de sauveur de l’Italie. S’il n’a pas eu à livrer combat, c’est que la mort inopinée de l’empereur en Toscane en août 1313 a provisoirement affaibli la coalition gibeline qu’il menait. L’Italie – une certaine Italie – était sauve et on pouvait aisément voir Robert comme le capitaine naturel des destinées de la péninsule. N’est-il pas nommé par son protecteur le pape Clément V, en 1314, à la fois sénateur de Rome et vicaire impérial pour l’Italie9 ?

14Commence alors pour Robert une longue période de succès diplomatiques et de projets ambitieux qu’il mènera avec ses alliés guelfes et surtout avec sa « créature », le pape Jean XXII, élu en 1316, ce Jacques Duèze serviteur des Angevins, qui avait été chancelier du royaume sous Charles II. Certes, tout n’est pas rose. Le roi a vu périr son frère cadet et son neveu à la bataille (désastreuse pour les guelfes) de Montecatini en 1315. Mais tout de même : il marie son fils et héritier Charles de Calabre à la veuve d’Henri VII, Catherine d’Autriche, manifestant un souci de rapprochement entre les grands partis qui affichent des ambitions italiennes ; il ramène la paix dans toute l’Italie du Nord en 1317, pansant les plaies ouvertes par la descente d’Henri VII quelques années auparavant ; enfin il accepte l’appel des guelfes gênois qui, ayant expulsé peu de temps auparavant les grandes familles gibelines de la ville, redoutent les visées conjointes des nouveaux hommes forts du gibelinisme, les Visconti de Milan et le candidat à l’empire, celui qui fera frémir de nouveau toute l’Italie guelfe au cours des années qui viennent, Louis de Bavière. C’est dans ce contexte d’un certain répit des opérations militaires qu’il faut comprendre le très long séjour de Robert dans ses terres de Provence entre 1319 et 1324. Mais ne nous y trompons pas. Robert séjourne à Avignon, qui est bien encore dans son comté (jusqu’à ce que la reine Jeanne vende la ville au pape en 1348) ; mais c’est auprès de la cour pontificale qu’il demeure et c’est en vue de mener une vaste opération diplomatique qu’il reste si longtemps dans la capitale de l’Occident chrétien. Non pas pour y mener « requêtes importunes et conspirations » comme l’a écrit son biographe italien, Romolo Caggese, toujours sévère à l’égard des agissements d’un roi qu’il juge trop mou dans sa défense et sa promotion de l’unité italienne, mais plutôt, selon le jugement d’Émile Léonard, pour mener un « grand dessein » d’unification de l’Italie guelfe en y ralliant son candidat à l’empire, Frédéric d’Autriche, le fils d’Henri VII que le mariage de Charles et de Catherine a singulièrement rapproché de la mouvance angevine. Le dessein était peut-être grand mais les fruits de cette diplomatie furent amers : ce n’est pas Frédéric d’Autriche mais Louis de Bavière qui portera le flambeau impérial ; une croisade anti-gibeline menée par Robert contre lui et les Visconti aboutit à une nouvelle et terrible défaite guelfe en 1325 et partout en Italie même en territoire guelfe, le sentiment anti-impérial s’affaiblit : Louis n’est pas nécessairement perçu comme l’incarnation du mal, malgré l’excommunication fulminée contre lui par Jean XXII dès 1324.

  • 10 Sur cette affaire, voir M. Dykmans (éd.), Robert d’Anjou. La vision bienheureuse. Traité envoyé au (...)

15C’est pendant ce long séjour d’Avignon que se prépare la rupture entre Robert et le souverain pontife, rupture lourde de conséquences pour toute la fin du règne. Les deux piliers de l’Italie guelfe, en effet, nonobstant leurs intérêts communs, ne se sont pas bien longtemps entendus. Plusieurs affaires les ont opposés. Que Robert ait refusé d’intervenir en Sardaigne sur la demande du pape (il avait bien assez à faire ailleurs !) a jeté un froid dès 1324. Le pape, furieux, l’aurait traité de « miséreux et misérable ». Mais ce n’était encore rien. Trois affaires au cours des années suivantes consomment la rupture. C’est, dans la sphère politique, le « grand dessein » de Jean XXII, pas du tout compatible avec la diplomatie robertienne, de créer un État, une seigneurie, pourquoi pas un royaume même, dans cette Italie du Nord de mouvance lombarde, gibeline, décidément toujours rétive à l’influence pontificale. Et d’en destiner la future couronne soit à un Allemand (Jean, roi de Bohême) soit, au Français Philippe de Valois, celui-là même qui devient Philippe VI en 1328, et qui ne cache pas sa convoitise pour le vieux royaume d’Arles, jetant une ombre menaçante sur les comtés angevins de Provence et de Forcalquier. Le dessein pontifical ne se concrétisera pas plus que celui de Robert. Mais les deux hommes se retrouvent à partir de ce moment – y compris, à l’occasion, sur le champ de bataille – dans des camps opposés. Les deux autres sources de conflit sont d’ordre religieux et théologique mais on ne saurait en sous-estimer l’importance au moment où elles surviennent : c’est la protection que Robert et les siens (on songe immédiatement à Sancia, son épouse) accorderont aux Franciscains spirituels après la publication de la constitution Cum inter nonnullos qui, en 1323, condamne leurs positions sur la pauvreté du Christ ; c’est encore, peu de temps après, l’opposition du roi aux positions pontificales discutables sur la question de la « vision béatifique ». Jean XXII ayant prêché sur ce problème controversé une opinion très personnelle, le roi-théologien a pris la peine d’envoyer au pape, sans doute en 1332-1333, son propre traité, réfutant l’opinion à laquelle Jean XXII renoncera lui-même peu de temps avant sa mort en décembre 133410. L’effet cumulatif de tous ces événements est désastreux pour les relations entre Robert et la cour pontificale et les dernières années du règne, jusqu’à la mort du roi en 1343, en resteront marquées.

16L’influence du roi de Naples, après 1330-1335, dans les affaires italiennes, ne sera plus jamais la même. La mort en 1328 de son fils Charles de Calabre, qui avait en 1325 été élu seigneur de Florence, porte un coup dur au roi. « La couronne m’est tombée de la tête ! » se serait-il exclamé, devant la disparition de son héritier. Charles ne laissait (de son second mariage, tout récemment célébré, avec Marie de Valois, sœur de Philippe VI) qu’une fille, Jeanne, et une épouse enceinte qui devait accoucher, au désespoir du roi, d’une autre fille, Marie. Désormais Robert devra assurer sa succession. On a vu comment le mariage arrangé de la petite Jeanne avec André de Hongrie pouvait être interprété comme un repentir de Robert face à la branche hongroise écartée de la succession paternelle. Le royaume (et les comtés) allaient « tomber en quenouille », ce qui ne pouvait manquer d’exciter la convoitise non tant des Hongrois (en principe rassurés par le mariage de Jeanne avec André), que des branches cadettes, celle des Duras, issue de Jean, et surtout celle des Tarente, issue de Philippe, dont les enfants ne manqueront pas de faire valoir des droits fondés désormais sur l’exclusion des successions féminines. Par ailleurs, dans les dernières années de sa vie, le roi se brouille avec les Florentins qui, poussés par les principaux banquiers, mènent une politique expansionniste que n’approuve pas Robert. Appelé à l’aide, le roi refuse d’intervenir et lorsque la seigneurie florentine indignée lorgne du côté impérial et gibelin, en complète contradiction avec sa « ligne politique » traditionnelle, un climat d’insécurité et de méfiance s’établit qui contribuera aux spectaculaires faillites des grandes banques de la république. Triste rupture de cet axe guelfe qui avait si longtemps uni les destinées politiques et culturelles de la république toscane et du royaume méridional…

17La question sicilienne, enfin, ne connaît pas un dénouement plus heureux. La révolte des Siciliens en 1282 avait ouvert une crise diplomatique à l’échelle de la Méditerranée occidentale et la question n’avait jamais été réglée malgré les différents traités, notamment celui de Caltabellotta en 1302. Constamment fouettés par un parlement sicilien audacieux dans ses interventions politiques et farouchement anti-angevin, les Aragonais tiennent tête à toutes les tentatives du règne de Robert : que ce soit par la voie diplomatique ou par des interventions militaires aussi nombreuses qu’inefficaces, les campagnes de Robert et de ses lieutenants ne font qu’exacerber la passion anti-angevine de la Sicile et la mort du roi marque ici aussi un échec que les générations suivantes ne pourront jamais effacer. Tout au long du règne de Robert, le royaume de Sicile, amputé de ce que le roi lui-même appelait sa partie principale, n’est bel et bien que le « royaume de Naples ».

  • 11 Sur les assemblées représentatives, voir M. Hébert, « Les assemblées représentatives dans le royau (...)
  • 12 R. Trifone, La legislazione angioina, Naples, 1921.

18Ce royaume, du moins, il ne semble pas l’avoir trop mal administré. Certes, il ne consulte pas beaucoup : le parlement de Naples se réunit moins souvent sous son règne que sous celui de son père et les états de Provence ne prendront leur réelle importance que sous le règne de Jeanne11. Mais il légifère beaucoup, surtout en matière de justice12. Et les importantes ressources du royaume, provenant notamment de la subventio generalis, lui permettent de rembourser au pape avant sa mort les 100 000 onces d’or d’arrérages qui restaient dus, pour le cens du royaume.

19Le bilan politique du règne de Robert, on le voit, est ambigu et on est tenté de partager la sévérité de certains de ses biographes envers un roi parfois hésitant, qui n’est ni un bon stratège ni sans doute un bon diplomate, égaré dans les voies tortueuses de la politique du premier xive siècle italien. Mais pouvait-il faire mieux, ce roi accablé par trop de couronnes : la sienne propre, scindée entre Naples et Sicile ; l’impériale, deux fois décernée à Rome quasiment sous ses yeux et contre sa volonté ; les couronnes « virtuelles » de Lombardie ou d’Arles que convoite son encombrant voisin le roi de France et surtout la couronne de son incertaine succession, celle qui lui tombe de la tête et qui sera peut-être trop lourde à porter pour sa petite-fille Jeanne, bien mal préparée à cette succession malgré la tendre affection que lui portait son grand-père.

20Mais d’autres « couronnés » encore l’observaient. Les tre corone de la nouvelle littérature italienne n’étaient pas indifférents à son œuvre. Si Dante, on devine pourquoi, le tenait en aversion, Pétrarque et Boccace ne tarissaient pas d’éloges envers ce roi « sage comme Salomon ». C’est que Robert entretenait un rapport complexe, étroit, actif avec le monde de l’esprit, des arts et des lettres. Il y a laissé une marque très personnelle et c’est là peut-être que nous apprécierons le mieux la profonde originalité du souverain.

Affaires de foi, affaires de culture13

Robert vu par Pétrarque, Boccace et Dante

  • 14 Sur cet épisode, voir en particulier E. H. Wilkins, « The Coronation of Petrarch », Speculum, 18 ( (...)

21Des trois gloires de la littérature italienne, c’est sans conteste Pétrarque qui nous laisse le plus vibrant plaidoyer en faveur du souverain : « roi des rois », « digne du ciel, indigne de la terre », le « plus illustre roi d’Europe ». Le poète, invité à la fois par le Sénat romain et par l’Université de Paris, à recevoir une couronne de lauréat, choisira Rome, non sans ajouter qu’il désirait se soumettre au préalable, à Naples, au jugement du roi lui-même : « Heureuse Naples, toi qui parus déjà douce à Virgile, combien dois-tu le sembler davantage maintenant que réside en tes murs un juge si sage des études et des talents ! » Et en effet, en mars 1341, l’épisode est bien connu, pendant trois jours, le poète se soumet à un examen de culture générale proposé par l’Angevin, à la suite duquel, dûment agréé, il se rend à Rome, revêtu du manteau royal de pourpre offert par Robert et il y reçoit les lauriers décernés par son ami le sénateur Orso del l’Anguillara14. Ce couronnement de Pétrarque appelle déjà deux remarques, sur la culture de Robert (ou sur l’attitude de Robert face à la culture) : d’abord, son rôle de mécène. Ce rôle, le roi l’a joué, tout le monde le reconnaît, avec « conviction et efficacité » (É.-G. Léonard). Et c’est bien le mécène, le protecteur, l’ami des lettres que Pétrarque honore sans réserve dans son œuvre. Mais en même temps, l’intérêt spécifique de Robert pour ce que nous appelons les « belles-lettres » et en particulier la poésie, semble assez secondaire, en tout cas tardif. Le couronnement de Pétrarque intervient deux ans seulement avant la mort du roi. Et le poète écrivait lui-même, à propos de la culture du roi,qu’il était très sage dans les Écritures, très bon élève de la philosophie, orateur insigne et fin connaisseur de la médecine, mais peu intéressé, sinon de façon superficielle et dans sa vieillesse, à la poésie.

  • 15 E.-G. Léonard, Boccace et Naples, Paris, 1944.

22Boccace, lui aussi, loue le « roi le plus savant que les mortels aient vu depuis Salomon ». Installé dans la ville depuis 1328, le jeune Florentin a accompagné son père banquier non seulement à Naples mais à la cour même du roi où les maisons florentines font d’excellentes affaires avant le grand séisme financier des années 134015. Le jeune banquier devenu juriste puis littérateur voit surtout la sagesse du roi par le prisme de la douceur de vivre dans cette ville « lieta, pacifica, abbondevole, magnifica ». Son enthousiasme n’est certes pas atténué, bien au contraire, par la liaison qu’il entretient, s’il faut l’en croire, avec la douce Fiammetta, la propre fille du roi. Mais les louanges de Boccace sont plus tièdes que celles de Pétrarque. N’a t-il pas contribué à stigmatiser l’image d’une certaine lourdeur d’esprit du roi en racontant avoir ouï dire (mais de source bien informée, dirions-nous aujourd’hui), que dans sa jeunesse le roi avait l’esprit plutôt lourd, qu’il avait eu le plus grand mal à se mettre aux études et que c’est seulement à travers la lecture des fables d’Ésope qu’il avait laborieusement commencé à s’intéresser aux choses de l’esprit. Sous une telle plume, l’anecdote, vraie ou fausse, a bien sûr affligé depuis ce temps le pauvre roi sage d’une sorte de pesanteur d’esprit qui cadre d’ailleurs assez bien avec ce que nous savons par ailleurs de sa culture propre.

23Dante enfin, faut-il y insister, d’un trait de plume – mais quelle plume ! – a rabaissé ce roi entiché de culture au rang d’un vulgaire prédicateur : ce « re tal ch’e da sermone », ce roi de sermons est évidemment un ennemi politique et il faut lire le jugement sévère de Dante à la lumière de tout ce que nous savons des jeux subtils sur l’échiquier politique italien de la première moitié du xive siècle. Pourtant les inimitiés politiques ne peuvent pas tout expliquer : le Robert des dernières années qui résiste aux projets pontificaux d’un royaume de Lombardie, après tout, n’est pas si loin, dans le spectre des idées politiques, du Dante de la Monarchie. Mais l’image du roi de sermons était là pour durer. Réductrice, elle n’était pourtant pas fausse. C’est que ce roi avait un singulier rapport à la culture : la sienne propre d’abord, qui nous intéresse surtout ici, mais aussi celle qu’il protège, nourrit, encourage dans sa ville, à sa cour, dans son palais et sa maison.

La culture de Robert

24Robert n’a pas eu un historiographe aussi attentif que l’ont été Joinville pour son lointain aïeul saint Louis, ou Christine de Pizan pour son presque contemporain Charles V, sages, pieux et Capétiens comme lui. Mais nous connaissons un peu ses goûts et sa culture à travers ses écrits, et, au moins indirectement, à travers la constitution de sa bibliothèque.

  • 16 Sur ce traité, voir M. Dykmans, op. cit., p. 35*
  • 17 Ci-dessus, note 10.
  • 18 L’inventaire en est donné dans W. Goetz, op. cit., p. 46-68 ; voir D. Pryds, « Rex prædicans : Rob (...)

25Contrairement à bien des souverains dont les seuls écrits sont des actes de chancellerie dont on sait bien qu’ils ne sont pas des écrits propres, Robert nous a laissé des lettres, beaucoup de ces sermons qui ont tant nui à sa réputation, des traités de théologie. À deux reprises, en effet, le roi a pris la plume pour se colleter avec ce pape qu’il avait voulu créer mais qui le servait si mal. Pendant le séjour avignonnais, sans doute en 1323, au plus fort des débats suscités par le courant franciscain spirituel autour de la pauvreté du Christ, Robert écrit de sa main un traité sur la question, prenant, en substance, la défense des Spirituels et refusant de qualifier d’hérétique leur proposition fondamentale sur la pauvreté du Christ et de ses apôtres, sans non plus condamner ouvertement toutes les positions pontificales16. Quelque dix ans plus tard, il récidive, adressant cette fois au vieux pape et à son successeur à peine élu un Traité sur la Vision béatifique, plus œuvre de théologie que de combat politique17. Poliment, Benoît XII en accuse réception et l’encourage à poursuivre dans cette voie mais le roi aura d’autres soucis et l’œuvre demeure inachevée. Les sermons du roi, presque tous inédits, sont certainement plus importants dans la « production culturelle » du souverain18. Près de trois cents textes nous sont conservés. C’est qu’en toute circonstance, le roi non seulement « discourait » mais véritablement prêchait, selon les règles classiques des Arts de prêcher, suivant les canons du « sermon moderne ». Dans les églises et les couvents, pour les grandes fêtes religieuses, à l’Université pour les collations de grades, dans les grands rassemblements politiques pour célébrer la paix ou quérir des subsides, le roi prononçait des sermons. « Absolument arides » pour les uns (F. Sabatini), « stérile magasin de citations » pour les autres (G.-B. Siragusa), les sermons n’en sont pas moins pour le roi une « expression de l’office royal » (J.-P. Boyer). Les rois, et surtout les « très catholiques » Capétiens, ne sont-ils pas selon le modèle biblique les ministres de Dieu ? En tout cas ils ne sont pas totalement des laïcs. Et si les Angevins de Naples ne semblent pas avoir guéri des écrouelles, du moins l’un d’entre eux a-t-il eu soin non pas d’usurper, mais d’assumer, cette fonction sacerdotale de la prédication. Ainsi ce n’est ni le style ni l’originalité des sermons de Robert qui doivent retenir notre attention, mais le fait même que le roi les compose, qu’il les prononce, qu’il les envoie aux uns ou aux autres comme autant d’admonestations spirituelles dans le champ de leurs activités temporelles. En cela, œuvres de circonstance, ils sont à étudier comme les deux traités, ce sont des traces de l’activité proprement politique du roi et des intentions de son gouvernement.

  • 19 J.-P. Boyer, « Ecce rex tuus », p. 109.

26Ceci dit, tous s’accordent aussi à reconnaître le peu d’originalité de la culture royale telle qu’elle s’exprime dans ces œuvres. Un éclectisme superficiel, qui recourt à nombre de sources ou, devrions-nous dire, d’autorités, et procède essentiellement par un assemblage ou un collage de citations (bibliques, patristiques, classiques parfois), qui elles-mêmes ne sont généralement pas de première main. Citant à plusieurs reprises Virgile dans son Traité sur la Vision béatifique, le roi avoue avec candeur que depuis nombre d’années il ne possède plus les œuvres de cet auteur ; citant de même le Philosophe dans ses sermons, il le fait en démarquant, dirions-nous dans notre langage contemporain, de bien plus fins connaisseurs que lui, Thomas d’Aquin ou Gilles de Rome19.

  • 20 Sur la bibliothèque du roi, voir C. C. Coulter, « The Library of the Angevin Kings at Naples », Tr (...)
  • 21 N. Barone, « La ratio thesaurariorum della cancelleria angioina », Archivio storico per le provinc (...)

27Cette culture est ainsi, au sens propre, une culture encyclopédique, fondée en grande partie sur des abrégés, des digestes, des compendia. La constitution de la bibliothèque du roi le montre assez20. Malheureusement dispersée sans doute dès la descente de Louis de Hongrie à Naples en 1348, cette bibliothèque était sans nul doute remarquable. Aucun catalogue ne permet d’en connaître précisément le contenu ou d’évaluer le nombre des ouvrages qu’elle pouvait contenir mais une multitude de notations, soit dans des épaves de comptabilité royale publiées avant la destruction des archives en 194321, soit dans les très nombreuses dédicaces de livres au roi, permettent tout de même de se faire une idée de l’intérêt exceptionnel que Robert portait aux livres. Il eut son bibliothécaire en la personne de Paolo da Perugia ; il eut une maison à Naples où œuvraient à son service scribes, enlumineurs, relieurs ; il commandait des traductions et entretenait des traducteurs (du grec au latin, pas du latin au vernaculaire comme on commençait à le faire à la cour de France à la même époque) ; il faisait rédiger des abrégés et des dictionnaires. La diversité des œuvres que rassemblait cette bibliothèque (théologie et dévotion, patristique, philosophie, mais également droit, sciences naturelles, médecine, quelques auteurs classiques) témoigne d’une curiosité et d’un éclectisme indéniables. Mais peu de belles-lettres et de poésie, encore moins d’histoire : autant de traits qui caractérisent le milieu des hommes que Robert a attirés auprès de lui et sur lequel il faut maintenant nous arrêter quelques instants.

Le mécénat et la cour

28En effet, si Robert (que les mauvaises langues pourtant soupçonnaient d’avarice) n’a pas regardé à la dépense pour sa bibliothèque, il n’a pas non plus hésité à apporter son soutien matériel, sa protection et ses encouragements à tout un milieu, lui aussi éclectique et diversifié.

  • 22 Sur ce personnage, voir J.-M. Vidal, « Un ascète de sang royal. Philippe de Majorque », Revue des (...)
  • 23 Sur cette question, voir R. Paciocco, « Angioini e “spirituali”. I differenti piani cronologici e (...)

29Des hommes d’église, d’abord, se pressent à la cour. On ne peut comprendre l’entourage du roi (et de sa famille) si on néglige le rôle de tout premier plan qu’y ont joué les Franciscains. Il faut remonter aux jeunes années de la captivité des enfants royaux pour le comprendre. La canonisation de Louis en 1317, à laquelle travaille Robert dès le commencement de son règne, inaugure un cycle de dévotions royales à coloration franciscaine qui passe, entre autres, par la translation des reliques de saint Louis d’Anjou à Marseille en 1319, la construction de cet exceptionnel monastère napolitain des Franciscaines de Santa Chiara, sous l’instigation de la reine Sancia, ardente protectrice de l’ordre, et aboutit dans les années postérieures à la rupture avec Jean XXII, à la protection à des titres et à des degrés divers, à la cour de Naples, des proscrits du franciscanisme officiel : Michel de Césène, le Ministre général déchu en 1328, des spirituels convaincus comme Pierre de Cadenet ou André de Gagliano, ou encore le propre frère de la reine, Philippe de Majorque22. Mais on aurait bien tort de voir la cour tout entière, ou le roi lui-même séduits sans partage par la rigueur austère des Franciscains spirituels23. Le roi accueille aussi des frères Mineurs d’obédience pontificale (Paolino da Venezia ou Guillelmo da Sarzano, auteur d’un traité sur le pouvoir pontifical dédié à Jean XXII).

  • 24 Sur ce personnage, voir en dernier J.-P. Boyer, « Florence et l’idée monarchique. La prédication d (...)

30Toujours parmi les ordres mendiants, qui décidément forment le premier cercle de l’entourage du roi, bien d’autres figures se pressent. Chez les Dominicains d’abord (n’est-ce pas dans leur couvent qu’a vécu, sans doute, le roi, pendant les années du séjour avignonnais ?) : c’est Jean Regina, universitaire dont le cursus reflète bien l’ouverture du milieu intellectuel napolitain de l’époque. Formé à Bologne, professeur à Paris, courtisan à Avignon, il sera attaché à la cour napolitaine jusqu’à sa mort survenue vers 1350. Chargé de plusieurs missions par le roi, il se dévoue notamment à la cause de la canonisation de Thomas d’Aquin, dont le procès à Naples en 1319 suscite une vénération dans tous les milieux et élève la figure du Docteur angélique au statut d’une sorte de saint national, peu de temps après que saint Louis soit devenu une sorte de saint dynastique. Le roi est aussi vénéré à distance par un autre Dominicain, Remigio dei Girolami qui prononce des sermons en son nom à Florence24. Chez les Augustins, pluralisme et diversité des figures encore : intellectuels, auteurs de traités politiques, Gilles de Rome, Jacques de Viterbe, mais surtout Augustin d’Ancône, bien en cour auprès de Robert comme auprès de son père Charles II, défendent des idées bien différentes de celles des Spirituels franciscains. Augustin n’est-il pas l’un des plus redoutables pourfendeurs des thèses eschatologiques qui proliféraient chez ceux-ci ? N’est-il pas l’un des plus ardents défenseurs de la tradition théocratique pontificale ? Certes, son opposition farouche à Louis de Bavière peut expliquer ses succès auprès du roi de Naples mais il arrive à la cour de Robert en 1322 et il y est surtout actif après la rupture survenue entre le roi et le pape. Que le même roi ait pu entretenir et protéger dans son palais des courants de pensée non seulement divers mais aussi franchement concurrents forcera l’admiration des uns, qui verront l’éclectisme d’une pensée originale et personelle, mais nourrira la critique des autres, plus enclins à y voir des signes de faiblesse ou d’indécision.

31Le soutien que Robert apporte aux juristes et aux médecins est moins porteur d’ambiguïtés. Parmi les juristes praticiens, dont le profil se dessine dans l’œuvre législative du roi et dont les idées se lisent dans les préambules des chartes et des ordonnances du règne, le fidèle entre les fidèles, Barthélémy de Capoue, serviteur du père, demeure à la chancellerie de Robert jusqu’à sa mort en 1328 ; lui succède, à l’Université et à la cour, Giovanni Grilli de Salerne, vice-protonotaire, jurisconsulte très apprécié, mort peu de temps après le roi. Et il ne faut pas oublier le provençal Philippe de Cabassole, vice-chancelier pendant quelques années, cet ami de Pétrarque qui plus tard deviendra évêque de Cavaillon et recteur du Comtat Venaissin. Les théoriciens, s’ils se pressent moins nombreux qu’à la fin du xiiie siècle, ne sont pas absents : il suffit de rappeler la présence continue du grand feudiste Andre à d’Isernia au commencement du règne, ou le séjour – certes bref – d’un autre grand nom de la science juridique italienne de la première moitié du xive siècle, Cino da Pistoia. C’est le roi lui-même qui le fait venir à Naples en 1330, qui lui achète son Apparatus sur le Code. Ce savant gibelin, qui ne reste pas très longtemps dans le royaume méridional, témoigne cependant lui aussi indirectement de la capacité de la cour (et de la ville, et de l’Université, qui ne se distinguent pas toujours clairement) à accueillir des courants de pensée divers voire antagonistes.

32Robert manifeste aussi un goût – que Pétrarque ne prisera pas particulièrement – pour la médecine, pour cette médecine « aristotélo-philosophique » aux marges de laquelle astrologues et alchimistes trouvent sans peine leur place. Ici aussi, les passages de la cour à l’université et de l’université à la cour sont aisés et fréquents. Et les praticiens côtoient les théoriciens, qui écrivent, traduisent, résument pour le roi la médecine grecque et la médecine arabe, quand ce ne sont pas les secrets des mages, des astrologues ou des cabbalistes. Ne sommes-nous pas dans le royaume de l’université de Salerne, qui depuis deux siècles brille de tout son éclat ? De Salerne, par exemple, viennent François de Piémont, dont le Complementum est un parfait résumé des connaissances de médecine pratique de l’époque ; ou Matteo Silvatico qui, en plus de son art médical, possède des talents d’herboriste et fonde le jardin botanique du roi au palais du Castel Nuovo. D’Arménie, Robert importe un médecin accompagné de son interprète, car il ignore le latin ; de Provence, il fait venir Jean Blaise, médecin, chirurgien (qui finira ses jours comme prospère commerçant à Marseille) et surtout le grand médecin juif Calonimos ben Calonimos d’Arles, que l’on surnomme Callo ou Callos, dont la culture scientifique et philosophique, de même que la connaissance des langues orientales sont autant d’atouts dans l’entourage de ce roi collectionneur de tous les talents, de tous les genres, de toutes les curiosités. Et de même que depuis Florence, Remigio lui dédiait des sermons, depuis les confins du monde ibérique, Arnaud de Villeneuve et Ramon Lull n’hésitent pas à lui écrire et à le consulter, sur des questions d’alchimie et de transmutation des métaux. Rien de ce qui intéresse la science comme on la concevait en son temps ne semble échapper à sa curiosité. Risquons-nous d’oublier la géographie ? Son fidèle Paolino de Venise lui a offert une Mappa mundi qu’il étudiait avec attention avant de recevoir des ambassadeurs étrangers, ce qui ne manquait pas évidemment d’impressionner et de propager sa réputation de sagesse et de science.

  • 25 Voir P. Leone De Castris, Arte di corte nella Napoli angioina, Florence, Cantini, 1986 ; F. Bologn (...)

33Enfin, on ne peut achever ce survol des innombrables facettes de l’œuvre de Robert sans évoquer son lien avec les artistes et, ici aussi, avec certains des plus grands noms de son temps25. Au début du règne déjà, Montano d’Arezzo peint des fresques au Castel Nuovo et le Romain Pietro Cavallini décore la chapelle Brancacci de l’église Saint-Dominique. Simone Martini, nous l’avons vu, met son art au service d’une légitimation soit de la succession royale, soit de la sainteté de Louis d’Anjou, si ce n’est des deux prétentions habilement fondues en une seule très grande œuvre. Mais nul n’ignore que c’est Giotto, par son œuvre peint, comme Pétrarque par ses louanges, qui a placé Robert en une position aussi éminente dans la première Renaissance comme dans le premier humanisme. Car bien qu’elles soient aujourd’hui à peu près disparues, les fresques napolitaines du maître ont été sans doute aussi importantes que celles de Florence ou de Padoue. Selon Vasari, ce serait Charles, duc de Calabre, pendant son bref mais si fécond séjour florentin de 1327-1328, aidé par les banquiers du roi (ces Peruzzi qui avaient commandé à Giotto l’une des magnifiques chapelles de Santa Croce à Florence) qui aurait convaincu le peintre déjà illustre de se rendre à Naples auprès de son père. Il y restera environ cinq ans, peignant à Santa Chiara une Apocalypse, à la grande chapelle du Castel Nuovo des histoires bibliques, à la chapelle secrète des histoires dont on ignore le sujet, et surtout (en 1332-1333) dans la grande salle du palais, des Uomini famosi, un cycle héroïque d’hommes et de femmes célèbres issus de l’Antiquité païenne qui fut assez reconnu et admiré pour influencer directement des œuvres analogues commandées par Azzone Visconti pour son palais de Milan en 1339 ou Francesco da Carrara pour son palais de Padoue quelques années plus tard. C’est dire que, avant le De viris illustribus de Pétrarque, la cour de Robert s’ouvrait déjà avec une certaine assurance sur les courants nouveaux d’un pré-humanisme laïc, historique, résolument tourné vers l’Antiquité et rompant dans son esthétique visuelle avec les canons du gothique siennois qu’incarnait encore un Simone Martini.

Conclusion

  • 26 On a proposé récemment une évaluation beaucoup plus nuancée, cependant, du rôle de ces « humaniste (...)

34Toute appréciation de la portée de l’œuvre de Robert, en tout cas dans le champ de la culture, hésite entre deux courants, deux styles, deux milieux qui sont aussi peut-être deux temps dans la vie du roi. Résolument « conservateur » par une culture fortement teintée d’un aristotélo-thomisme scolastique, superficiel peut-être par son goût des encyclopédies, des abrégés, des résumés, le roi est aussi un collectionneur qui, à la manière des princes orientaux (ou des humanistes des cabinets de curiosité des siècles suivants), s’entoure d’hommes et de livres, de plantes et d’animaux, de fresques et de trésors de toute nature. Est-il vraiment critique, lui-même, dans cette galerie savante qu’il constitue autour de sa personne ? Le jugement des historiens, là-dessus, est mitigé. Une chose est sûre, en tout cas, c’est qu’il y a une nette évolution au cours des trente et quelques années de son règne, une évolution qui reflète celle de l’Italie du temps – sans nécessairement la précéder ni la provoquer cependant : le roi des dix dernières années, après la rupture avec le pape, après la mort de Barthélémy de Capoue, après le séjour florentin de son fils surtout, s’il continue de protéger clercs, savants et artistes de tous les bords, s’ouvre maintenant vers des courants nouveaux. Les premiers humanistes qui avaient suivi Charles de Calabre à Florence, le trio des Barbato da Sulmona, Giovanni Barrili, Niccolò d’Alife, auront une place et une influence beaucoup plus grande26. Giotto, Boccace, Pétrarque appartiennent tous trois à cette dernière « période » du règne et rien ne traduit mieux cette évolution que la confession ultime du vieux roi, ému par le triomphe et le couronnement de Pétrarque en 1341, qui dit regretter d’être venu si tard à cette poésie qui représente pour les humanistes un acquis essentiel de leur combat pour une culture moderne. Nous eût-il laissé un peu plus d’églogues ou de sonnets, un peu moins de sermons, que bien des historiens de notre temps auraient certainement été moins sévères dans le jugement qu’ils ont porté sur lui.

  • 27 Sur ce thème, voir notamment P. Gilli, « L’intégration manquée des Angevins en Italie : le témoign (...)

35Dans le champ du politique, l’appréciation aussi se doit d’être nuancée. Au-delà du topos de la mala signoria angevine, il convient de saisir la tension permanente entre deux pôles, toujours très vive pendant le règne de Robert : le premier est celui de l’italianisation de la dynastie, que l’on pose fréquemment comme achevée. Lorsque Convenevole da Prato écrit que tout le peuple italien connaît Robert et l’appelle son roi, il y a là sans doute plus qu’un simple pamphlet guelfe. Le second pôle est celui de la permanence capétienne, donc française, qui, loin de disparaître en ce début de xive siècle, se manifeste dans les rituels de funérailles, les sermons, les tombeaux royaux27. Propagande, des deux bords, certes. Mais une propagande nécessaire, car elle camoufle un enjeu beaucoup plus fondamental, celui de l’intégration manquée de la lignée angevine dans son royaume d’adoption.

Le royaume de Naples

Le royaume de Naples

Notes

1 Voir, en général, sur Robert : Saint-Clair Baddeley, Robert the Wise and His Heirs, Londres, 1897. R. Caggese, Roberto d’Angiò e i suoi tempi, 2 vol., Florence, 1922-1931 ; W. Goetz, König Robert von Neapel (1309-1343), seine Personlichkeit und Sein Verhältnis zur Humanismus, Tübingen, 1910 ; É. G. Léonard, Les Angevins de Naples, Paris, PUF, 1954 ; C. Minieri Riccio, « Genealogia di Carlo II d’Angiò re di Napoli », Archivio storico per le provincie napoletane, 7 (1882), p. 5-67 ; 201-262 ; 461-496 ; 653-684 ; 8 (1883), p. 5-33 ; 197-226 ; 381-396 ; 587-600 ; G.-B. Siragusa, L’ingegno, il sapere e gl’intendimenti di Roberto d’Angiò, Turin-Palerme, 1891. Sur l’État angevin : L’État angevin. Pouvoir, culture et société entre xiiie et xive siècle, Rome, École française de Rome, 1998 ; G. Galasso (dir.), Storia d’Italia. XV, I : Il regno di Napoli. Il Mezzogiorno angioino e aragonese, 1266-1494, Turin, 1992.

2 Cette date communément admise n’est peut-être pas la bonne. On a proposé récemment de corriger la date de naissance de son cadet Philippe, qui serait né en 1276, obligeant ainsi à vieillir Robert de 3 ans et à le faire naître plutôt en 1275 : A. Kiesewetter, « Das Geburtsjahr König Roberts von Anjou und Fürst Philipps I von Tarent », Quellen und Forschungen aus Italienischen Archiven und Bibliotheken, 74 (1994), p. 664-672.

3 Sur Sancia, voir notamment M. Greiner, « Une reine méconnue, Sancia de Majorque, reine de Jérusalem et de Sicile (1286-1345) », Études roussillonnaises, 18 (2000-2001), p. 117-128, et R. G. Musto, « Queen Sancia of Naples (1286-1345) and the Spiritual Franciscans », J. Kirshner S. F. Wemple (dir.), Women in the Medieval World. Essays in Honor of John H. Mundy, Oxford, 1985, p. 179-214.

4 Le texte de son testament est publié par Johannes Lünig, Codex Italiae diplomaticus, II, Francfort, 1726, col. 1101-1110.

5 Illustration dans L’Europe des Anjou. Aventure des princes angevins du xiiie au xve siècle, Paris, Somogy, 2001, p. 43 ; sur ce type de tombeau, voir E. Kantorwicz, Les Deux Corps du roi. Essai sur la théologie politique au Moyen Âge, Paris, Gallimard, 1989, spéc. p. 278-325.

6 Sur ce personnage, voir E. Pasztor Per la storia di san Ludovico d’Angiò, Rome, 1955 ; J. Paul, « Saint Louis d’Anjou, Franciscain et évêque de Toulouse (1274-1297) », Les évêques, les clercs et le roi (1250-1300), Toulouse, 1972, Cahiers de Fanjeaux, 7, p. 59-90.

7 Illustration dans L’Europe des Anjou, op. cit., p. 111 ; voir J. Gardner, « St. Louis of Toulouse, Robert of Anjou and Simone Martini », Zeitschrift für Kunstgeschichte, 39 (1976), p. 12-33 ; A. Martindale, Simone Martini. Complete Edition, Oxford, Phaidon, 1988, p. 192-194. F. Bologna, I pittori alla corte angioina di Napoli, 1266-1414, Rome, 1969, p. 161-167, y voit plutôt l’illustration du destin de Louis lui-même qui abandonne la couronne terrestre pour la couronne incorruptible, spirituelle, de la sainteté que vient de lui reconnaître sa canonisation.

8 Sur ce couronnement, voir J.-P. Boyer, « Sacre et théocratie. Le cas des rois de Sicile Charles II (1289) et Robert (1309) », Revue des sciences philosophiques et théologiques, 81 (1997), p. 561-607.

9 Sur ces événements, voir dans le présent ouvrage, la contribution de Patrick Gilli.

10 Sur cette affaire, voir M. Dykmans (éd.), Robert d’Anjou. La vision bienheureuse. Traité envoyé au pape Jean XXII, Rome, 1970.

11 Sur les assemblées représentatives, voir M. Hébert, « Les assemblées représentatives dans le royaume de Naples et dans le comté de Provence », L’État angevin, op. cit., p. 475-490.

12 R. Trifone, La legislazione angioina, Naples, 1921.

13 Sur ces questions en général, outre les ouvrages cités note 1 ci-dessus, voir F. Sabatini, Napoli angioina. Cultura e società, Naples, 1975 [= Storia di Napoli, IV, 2, Naples, 1974, p. 1-314] ; I. Heullant-Donat, « Quelques réflexions autour de la cour angevine comme milieu culturel au xive siècle », L’État angevin, op. cit., p. 173-191 ; A. Barbero, « Éducation et culture à la cour angevine (1266-1343) », I. Heullant-Donat (dir.), Cultures italiennes (XIIe-XVe siècle), Paris, Cerf, 2000, p. 145-168.

14 Sur cet épisode, voir en particulier E. H. Wilkins, « The Coronation of Petrarch », Speculum, 18 (1943), p. 180-185.

15 E.-G. Léonard, Boccace et Naples, Paris, 1944.

16 Sur ce traité, voir M. Dykmans, op. cit., p. 35*

17 Ci-dessus, note 10.

18 L’inventaire en est donné dans W. Goetz, op. cit., p. 46-68 ; voir D. Pryds, « Rex prædicans : Robert d’Anjou and the Politics of Preaching », J. Hamesse et X. Hermand, De l’homélie au sermon. Histoire de la prédication médiévale, Louvain-la-Neuve, Publ. de l’Institut d’études médiévales, 1993, p. 239-262 ; J.-P. Boyer, « Ecce rex tuus. Le roi et le royaume dans les sermons de Robert de Naples », Revue Mabillon, 67 (1995), p. 101-136 ; idem, « Une théologie du droit. Les sermons juridiques du roi Robert de Naples et de Barthélémy de Capoue », F. Autrand et al., Saint-Denis et la royauté. Études offertes à Bernard Guenée, Paris, Publ. de la Sorbonne, 1999, p. 647-659.

19 J.-P. Boyer, « Ecce rex tuus », p. 109.

20 Sur la bibliothèque du roi, voir C. C. Coulter, « The Library of the Angevin Kings at Naples », Transactions and Proceedings of the American Philological Association, 75 (1944), p. 141-155 ; I. Heullant-Donat, art. cit., p. 186-191 ; eadem, « Une affaire d’hommes et de livres. Louis de Hongrie et la dispersion de la bibliothèque de Robert d’Anjou », N. Coulet et J.-M. Matz (dir.), La noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge, Rome, EFR, 20 000, p. 689-708.

21 N. Barone, « La ratio thesaurariorum della cancelleria angioina », Archivio storico per le provincie napoletane, 10 (1885), p.413-434 ; 653-664 ; 11 (1886), p. 5-20 ; 175-197 ; 415-432 ; 577-596.

22 Sur ce personnage, voir J.-M. Vidal, « Un ascète de sang royal. Philippe de Majorque », Revue des questions historiques, 88 (1910), p. 391-403.

23 Sur cette question, voir R. Paciocco, « Angioini e “spirituali”. I differenti piani cronologici e tematici di un problema », L’État angevin, op. cit., p. 253-287.

24 Sur ce personnage, voir en dernier J.-P. Boyer, « Florence et l’idée monarchique. La prédication de Remigio dei Girolami sur les Angevins de Naples », La Toscane et les Toscans autour de la Renaissance. Cadres de vie, sociétés, croyances. Mélanges offerts à Charles-M. de La Roncière, Aix-en-Provence, Publ. de l’Université, 1999, p. 363-376.

25 Voir P. Leone De Castris, Arte di corte nella Napoli angioina, Florence, Cantini, 1986 ; F. Bologna, op. cit. ; L’Europe des Anjou, op. cit., p. 72-134.

26 On a proposé récemment une évaluation beaucoup plus nuancée, cependant, du rôle de ces « humanistes » et des milieux florentins : S. Kelly, « Noblesse de robe et noblesse d’esprit à la cour de Robert de Naples. La question d’“italianisation” », La noblesse, op. cit., p. 347-361.

27 Sur ce thème, voir notamment P. Gilli, « L’intégration manquée des Angevins en Italie : le témoignage des historiens », L’État angevin, op. cit., p. 11-33 ; A. Barbero, Il mito angioino nella cultura italiana e provenzale fra Duecento e Trecento, Turin, 1983 ; idem, « La propaganda di Roberto d’Angiò re di Napoli (1309-1343) », Le forme della propaganda politica nel due e nel trecento, Rome, EFR, 1994, p. 111-131 ; J.-P. Boyer, « La “foi monarchique” : royaume de Sicile et Provence (milieu xiiiemilieu xive siècle) », ibidem, p. 85-110 ; idem, « Une oraison funèbre pour le roi Robert de Sicile, comte de Provence (m. 1343) », De Provence et d’ailleurs. Mélanges offerts à Noël Coulet. Provence historique, 49 (1999), p. 115-132.

Table des illustrations

Titre Le royaume de Naples
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18334/img-1.png
Fichier image/, 825k

Auteur

Professeur à l’Université du Québec à Montréal

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540