Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Les princes angevins du XIIIe au XVe siècle

 | 
Noël-Yves Tonnerre
, 
Élisabeth Verry

Charles Ier et Charles II d’Anjou, princes italiens

Giuseppe Galasso

Indexeinträge

Géographique :

France

Volltext

1Le règne de Charles Ier en Sicile fut relativement long, il dura en effet environ vingt ans de 1266 à 1285. Mais si l’on considère que les trois ou quatre premières années furent employées à consolider un pouvoir récemment acquis et qu’en 1282 éclata la révolte des Vêpres siciliennes, on peut facilement remarquer que la décennie 1270-1280 constitue la période véritable de son action de souverain. Ce sont ces dix années qui constituent la période de son personnage de prince italien. C’est un fait bien connu, même si parfois on ne tient pas suffisamment compte du fait que la désignation de Charles Ier au trône sicilien n’a pas été du tout due au hasard.

2Le choix de ce prince français comme prétendant au trône de Sicile par Urbain IV s’explique par l’origine française du pape mais on sait à ce sujet que Louis IX, qui considérait la présence des Souabes sur ce trône tout à fait légitime, manifesta beaucoup d’hésitation. Il est du reste significatif qu’en premier lieu le pape ait pensé au fils cadet de Louis IX et que par suite des difficultés à persuader le souverain français, son choix se tourna vers le dernier frère du roi, c’est-à-dire Charles d’Anjou. Et il ne faut pas non plus négliger le fait qu’auparavant, le pape Innocent IV avait orienté son choix vers la Couronne de France dans la lutte contre les Souabes, sans vouloir parler du pape Innocent III au temps de Bouvines.

3Avec le successeur d’Urbain IV, les rapports entre Rome et la monarchie française devinrent encore plus étroits. En effet, nous savons que Guy Foulcois qui devait devenir Clément IV s’était formé et avait fait ses premiers pas d’homme public dans le comté de Toulouse. Il avait suivi ensuite en 1249 le frère du roi, Alphonse de Poitiers, dont la mère Blanche de Castille, déjà régente du royaume de France, prit aussi la régence à cause de son départ comme croisé en Terre sainte. Nous savons également que le futur pape avait immédiatement trouvé une bonne entente avec les nouveaux titulaires du comté de Toulouse et que cette alliance lui avait permis aussi de faire connaissance avec l’autre frère du roi de France, c’est-à-dire le comte de Provence, Charles d’Anjou, et avec le roi lui-même, Louis IX. Nous savons aussi que, lorsque le futur pape s’engagea dans la carrière ecclésiastique (vers 1255 semble-t-il), il fut attaché à la Chapelle des rois de France et que, lorsqu’au début de 1261 il devint archevêque de Narbonne (sa nomination datant déjà de presque un an et demi), ses liens avec la monarchie française restèrent étroits. Il fut aussi envoyé en 1263 par le pape Urbain IV à Paris pour obtenir, avec le légat pontifical, Simon de Brie, le consentement de Louis IX à la désignation de Charles d’Anjou comme roi de Sicile. Son action comme pape fut sans aucun doute conforme à ce qu’elle avait été précédemment.

4Parmi les acteurs de la politique italienne, les papes n’étaient pas les seuls à avoir noué des relations plus étroites avec la Cour du roi de France. Dès le règne de Philippe Auguste s’étaient tournés vers cette monarchie les partis les plus différents : guelfes et gibelins, marchands toscans et barons méridionaux ; et la monarchie avait été très sensible à ces sollicitations. Vers le milieu du siècle, tout cela s’était concrétisé dans l’expansion de Charles d’Anjou, comte de Provence, en terre de Piémont, s’insérant entre Saluzzo et la Savoie, le Montferrat, entre les Langhe (sud-est du Piémont, province de Cuneo) et Asti. Des actions diplomatiques, d’une part, un constant travail secret de ses agents avec les partis, les factions et les familles puissantes, la corruption, d’autre part, mais aussi des conjurations de nobles en opposition avec des associations entre gens du peuple, la peur des communes plus ou moins importantes en lutte contre Asti ou contre les seigneurs des villages voisins, tout cela avait rendu plus facile cette avancée, rapide et, pendant deux ans, pacifique. En 1251 Cuneo, puis Alba, Mondovi, Chertasco, Savigliano se donnèrent au comte de Provence. Quelques abbayes lui cédèrent leur temporel. La bienveillante neutralité des comtes de Savoie qui voyaient toute cette activité des Angevins se tourner particulièrement contre Asti, leur grand ennemi, lui fut utile.

5Il est probable que cette pénétration angevine dans la péninsule italienne ait encouragé, si ce n’est déterminé, le choix d’Urbain IV pour la France, alors qu’Alexandre IV son prédécesseur avait pensé aux Plantagenêts pour le trône sicilien. Mais il est aussi probable que la pénétration même des Angevins ait provoqué chez le pape un soin très attentif à négocier le « pacte angevin ». Le point le plus délicat des négociations finit par être, en fait, celui qui concernait la succession du souverain désigné au trône qu’on lui offrait. Du côté du pape, on aurait souhaité une succession en ligne directe (même par les femmes, pour autant qu’elles n’épousassent point des princes dont les titres et possessions n’étaient pas consentis aux nouveaux souverains de Sicile) ; du côté angevin, on préférait, et c’est ce que l’on obtint, que la succession fût étendue aux branches collatérales de la Maison de France, avec juste la timide couverture d’entendre comme telles les personnes d’Alphonse de Poitiers et du second fils de Louis IX. La différence était de taille : par la succession directe, l’arrivée de la dynastie française en Italie, avec les Anjou en Sicile, restait limitée à sa branche cadette ; par la succession collatérale, c’était toute la maison de France qui obtenait un titre capital pour une politique d’hégémonie en Italie.

6La nature expressément italienne de ces critères n’est pas contredite par les projets de croisade du pape, dont on connaît la particulière dévotion au Saint-Sépulcre et les projets d’administrer les Lieux Saints après leur reconquête. D’un côté, pour faire accepter à Louis IX l’accession de son frère au trône de Sicile, on présenta cette dernière comme le premier acte d’une croisade sur le modèle – peut-on dire – de ce qu’on avait fait pour Constantinople à l’occasion de la croisade de 1204. De l’autre côté, le contrôle du royaume de Sicile constituait effectivement la base logistique et stratégique de premier ordre disponible pour une initiative militaire dans un Proche-Orient assez différent dans ses coordonnées géopolitiques de ce qu’il était du temps de la première croisade. Mais il est également vrai que s’engager dans un projet de croisade signifiait, pour le pape, détourner le nouveau souverain du sud de l’Italie, c’est-à-dire d’une action menée exclusivement comme prince italien : et là aussi on doit en quelque sorte rappeler le précédent entre le pape Honorius III et Frédéric II, tout en tenant compte de toutes les différences qui s’imposent.

7Excès de précaution ou politique très indirecte ? Point de vue de l’historiographie postérieure ? Non, si nous pensons que déjà en 1263 se présenta l’événement difficilement prévisible de l’élection de Charles d’Anjou au Sénat de Rome. Nous ne connaissons pas précisément les raisons et les modalités de cette entrée du prince français sur l’une des scènes politiques italiennes les plus importantes et significatives à cause du rapport direct et immédiat qu’on pouvait y avoir avec l’autorité pontificale dans le lieu même où elle exerçait son pouvoir aussi bien civil qu’ecclésiastique. Ce n’est pas par hasard qu’en consistoire il fut décidé que le titre de sénateur romain aurait pour Charles une durée quinquennale et non à vie. C’était une façon de limiter le pouvoir du sénateur romain tout comme on le faisait pour celui du futur roi de Sicile sur la question de la succession.

8C’était une préoccupation qui, concernant le siège même de la papauté, apparaissait de manière plus immédiate mais qui, certainement, dut s’accroître avec l’entrée plus qu’évidente de Charles dans le système politique italien. Désormais, ce n’était plus seulement la zone piémontaise qui était investie par les initiatives politiques du prince français. Son influence commençait à se faire clairement sentir au-delà du seuil de la Lombardie et en Italie centrale. En Lombardie, Milan, Bergame, Côme et Brescia, ainsi que d’autres villes importantes, finirent par se déclarer favorables à l’expédition angevine en Italie du Sud. Les négociations pour financer l’expédition sicilienne constituèrent à leur tour l’occasion pour qu’entre Charles et les banquiers toscans s’instaurassent les rapports qui resteraient toujours à la base de ce que deviendrait en Italie le système guelfo-angevin pendant un siècle environ, jusqu’au milieu du xive siècle. Dans les Marches, la région frontière du Royaume du Sud, on sentait de façon claire la présence angevine. On comprend que déjà dans le « pacte angevin », l’obligation de ne pas aspirer à la couronne impériale et de ne pas l’unir à la couronne sicilienne s’accompagnât de celle de ne prendre possession ni de l’Italie du Nord ni de la Toscane. En outre, obligation était faite de ne prendre aucun titre dans l’État de l’Église. C’est pourquoi l’élection comme sénateur romain, qui constituait déjà une entorse au contrat, fit naître de grandes inquiétudes dans la Curie romaine pour l’équilibre politique italien, contrairement aux sentiments de Manfred et de ses « partisans gibelins » qui prirent trop à la légère le danger provenant des Angevins. Et, du reste, ce fut justement ce patient travail de maillage, basé sur la solidarité politique et guelfe, qui constitue la raison pour laquelle Charles put passer des Alpes à Rome sans rencontrer de vraies difficultés, ce que tous les historiens soulignent comme si cela était surprenant, après ce que nous venons de dire.

9La transformation du réseau guelfo-angevin en vue de faciliter la conquête du royaume de Sicile et le maintien d’un équilibre politique favorable dans la péninsule fut par la suite une ligne de conduite trop évidente de Charles d’Anjou après 1266 et, surtout, après 1268, quand l’expédition de Conradin montra que le nouveau souverain du Sud était encore bien loin de pouvoir être sûr de contrôler avec ses alliés les voies d’accès à son royaume. Dans le but de faciliter ses rapports avec les papes, il était allé jusqu’à renoncer après la victoire de Bénévent au titre de sénateur romain ; mais, un peu moins de deux ans après, il en obtenait confirmation de la part du pape Clément IV, et pour une durée bien plus longue (10 ans). Bien plus, il obtint du pape lui-même sa nomination comme vicaire impérial en Toscane, ce qui était possible par suite de l’absence de souverain sur le trône impérial depuis la mort de Conrad IV en 1254 ; raison pour laquelle le pape s’octroyait le droit de disposer des pouvoirs de l’Empire. À juste raison, on a en effet observé que, en ce qui concerne Charles, sa forteresse était depuis 1267 Florence, où localement les Guelfes se firent les promoteurs d’une idée guelfe de collaboration entre la Papauté, les Anjou et les « libres » communes contre les souverains allemands. La tendance à choisir Naples comme résidence, tout en ne négligeant pas l’assise sicilienne du Royaume, confirmait, une fois de plus, les visées sur la péninsule que – suivant une ligne déjà tracée par Frédéric II – Charles d’Anjou nourrissait dans toute son action.

10Les événements des années 1270 (visées sur la zone des Balkans et du Danube par des fiançailles et des mariages, et intervention en Tunisie pour Louis IX) n’amoindrirent pas l’attention que Charles portait aux rapports de force en Italie. Alors qu’on se préparait à mettre fin à l’interrègne en Allemagne qui durait depuis 1254, et à élire un nouvel empereur, l’idée de Charles que la couronne fût offerte à son neveu, Philippe III, le nouveau roi de France – pour que ce dernier pût ensuite le nommer vicaire impérial en Italie – se heurta inévitablement à la claire et nette opposition, fort compréhensible, du pape Grégoire X, déjà inquiet de l’action très hardie menée par le souverain sicilien en Toscane. Cette tentative pouvait de surcroît représenter une violation plus qu’évidente du « pacte angevin ». Le pape alla jusqu’à préférer solliciter pour cette élection les princes allemands qui mirent tout de suite fin à cet interrègne en élisant comme empereur le 1er octobre 1273 pour la première fois un Habsbourg, Rodolphe. L’année suivante, Grégoire X obtint de lui l’annexion des terres impériales de Romagne aux États de l’Église, en plus de la Sardaigne et de la Corse, comme compensation pour la reconnaissance de son élection. Puis le pape lui-même pensa à un mariage entre la fille du nouvel empereur, Clémence, et un prince angevin, en vue d’une pacification et d’une stabilisation politique qui favoriseraient l’expédition envisagée contre Byzance. Charles demanda alors que le Piémont fût détaché de l’Empire, de façon à pouvoir consolider l’hégémonie seigneuriale dont il jouissait désormais et qu’il avait ultérieurement renforcée au cours de ces dernières années, tout comme s’était renforcé le parti guelfe en Lombardie.

11Sur ce point, les négociations étaient vouées à l’échec mais cet épisode aussi révèle encore mieux la portée des ambitions italiennes du roi de Sicile, qui était pour le moment encore sénateur romain, et, par attribution du pape, vicaire impérial en Toscane. Innocent V, qui succéda en juin 1276 à Grégoire X et ne resta en vie que quelques mois, confirma Charles dans ces fonctions. En 1276 le pape Jean XXI renouvelait à Charles les obligations prévues par le « pacte angevin », mais nous savons qu’il s’agissait d’une inquiétude propre à Charles face à tout risque de collusion entre le pape et Rodolphe de Habsbourg, collusion qui aurait amené ce dernier à être plus actif en Italie. Dans la curie romaine, les inquiétudes face à l’activisme politique angevin n’étaient pas plus faibles. Après l’élection du pape Nicolas III en 1277, ces inquiétudes apparurent dans toute leur plénitude. Le premier acte essentiellement politique de Nicolas III fut, en effet, que les titres gouvernementaux romains ne pouvaient être donnés à des étrangers et qu’ils ne pouvaient se prolonger au-delà de l’année, sans une particulière autorisation pontificale. Comme en 1278, c’est-à-dire quelques mois plus tard, se terminait son mandat de dix années comme sénateur romain, Charles fut le premier à faire les frais de cette décision. Les buts recherchés étaient également bien différents : celui de Charles était de renforcer dans tous les cas le parti guelfe, c’est-à-dire le parti sur lequel s’appuyait son influence ; celui du pape visait surtout la pacification des partis, surtout en Italie centrale, là où cela pouvait servir à la pénétration de la puissance pontificale, et tout particulièrement en Toscane : une région vers laquelle, depuis Rome, on louchait avec des intentions à caractère expansionniste.

12On a même parlé de l’intention du pape Nicolas III de faire naître en Italie deux nouveaux royaumes (en Lombardie et en Toscane) pour s’opposer à l’hégémonie angevine dans le sud et en Sicile. Toujours est-il qu’en 1279 Charles perdit le vicariat impérial en Toscane. Il dut effectivement s’inquiéter de la succession de Nicolas III, mort en 1280. L’année suivante Martin IV (le Français Simon de Brie) fut élu pape et cette élection marqua une nette amélioration de la position angevine. Pour l’Italie, furent abolies les dispositions de Nicolas III et Charles put être de nouveau élu sénateur romain, et cette fois-ci à vie. On ne parla pas de reconnaître Rodolphe de Habsbourg comme empereur et le petit-fils de Charles, Charles-Martel, put épouser Clémence selon un projet plusieurs fois caressé auparavant, en rapport avec différents aménagements de territoires et dans l’intention tantôt de favoriser Charles, tantôt d’en amoindrir le pouvoir. On dut aussi au pape Martin IV la pleine reconnaissance de Charles comme chef du parti guelfe en Italie centrale et en Romagne, mais on ne parla plus du réaménagement de la partie d’Italie qui revenait à l’Empire.

13De l’analyse de tous ces éléments, nous devons déduire, semble-t-il, que Charles a de plus en plus clairement nourri un projet d’hégémonie en Italie, fondé sur ses positions de domination directe dans différentes parties de la péninsule, sur une entente très étroite avec la Papauté, sur le leadership du guelfisme italien, sur la volonté d’assumer ou bien d’usurper des fonctions impériales, sur l’alliance avec les grandes puissances financières toscanes, sur l’exclusion de la péninsule des autres puissances qu’elles soient méditerranéennes, comme l’Aragon, de plus en plus présent sur les mers italiennes, ou qu’elle soit continentale avec les revendications bien prévisibles des empereurs allemands. Toutefois il apparaît aussi en même temps que l’hégémonie recherchée en Italie n’est pas, pour Charles Ier, une fin en soi. Elle n’est qu’un élément, tout aussi décisif qu’il soit, d’aspirations et d’actions qui ne se cantonnent pas à la péninsule italienne. La zone des Balkans, l’Empire byzantin, l’aire hongroise, celle du Levant des croisades, constituent en effet la toile de fond de l’hégémonie que le premier des Anjou de Sicile considère manifestement comme d’intérêt primordial pour lui.

14À notre avis, ce vaste théâtre ne forme pas pourtant un échiquier cohérent et planifié de l’action du souverain angevin. Au moment où éclatent les Vêpres siciliennes, son action nous semble encore dans une phase très mouvante de recherche des objectifs sur lesquels concentrer les efforts à partir des ressources de la puissance déjà obtenue. Les territoires sont en effet dispersés : le royaume de Sicile, les autres possessions en Italie, les fiefs et les apanages en France, les pointes esquissées dans les Balkans, vers l’Empire et le Danube, au Levant. C’est encore essentiellement un prince français qui est assis sur le trône sicilien. Lui et sa famille considèrent encore le roi de France comme l’indiscutable senior de la maison royale à laquelle ils sentent qu’ils appartiennent toujours. Leur présence et leur activité dans le cadre méditerranéen apparaissent encore comme une projection de cet extraordinaire raz-de-marée expansionniste français du xiiie siècle, qui ne fut pas – on le sait bien – uniquement d’ordre politique et militaire, puisque, tout particulièrement en Italie, il envahit tout le domaine artistique et culturel, et fit du français « la parleure plus délitable et plus commune à toutes gens » selon la définition de Brunetto Latini – et d’autres dans une plus ou moins grande mesure en Italie – et « presque seconde langue des Italiens ».

15Un artisan actif et attentif est, pouvons nous dire, au travail mais la matière qu’il travaille ne peut être considérée comme composée selon un modèle bien défini, dont la fonction apparaît comme fondamentale pour de futurs projets. La possession même du royaume de Sicile et l’hégémonie recherchée en Italie – qui, pourtant, sont les points fixes les plus évidents de l’action politique de Charles Ier – ne semblent pas composer les éléments d’un projet qui se suffirait à lui-même dans son dessein vu en entier. On lit dans des sources historiques que, lorsqu’on lui annonça la révolte des Vêpres, le souverain pria Dieu de ne pas le faire chuter, s’il en avait ainsi décidé, du sommet auquel il l’avait d’abord élevé, d’un seul coup, mais de le faire descendre le plus en douceur possible : et on ne peut donc s’empêcher de penser que Charles Ier avait lui-même tout à fait conscience de la nature encore très fluide de ses projets.

16Le déclenchement et l’expansion inexorable des Vêpres en Sicile bouleversèrent tous les projets du souverain, quel que fût le stade où ils en étaient. Dès lors, l’idée dominante des Angevins serait de ramener la grande île de la Méditerranée sous leur autorité ; et à juste titre, on a parlé d’une guerre de « quatre-vingt-dix ans » pour indiquer la série d’efforts accomplis en vue de cette reconquête par ceux-là mêmes qui devenaient de plus en plus, et même en titre, rois de Naples et de moins en moins rois de Sicile. Dans les réactions qui suivirent immédiatement les Vêpres siciliennes, allait pleinement se confirmer, dans l’offensive politique contre l’Aragon, le lien dynastique d’étroite solidarité avec la France. Dans ses dernières dispositions testamentaires, par lesquelles il confiait à son frère Robert d’Artois la régence du royaume jusqu’à la libération de son fils, Charles, alors prisonnier, ou jusqu’à la majorité de son petit-fils, Charles-Martel, le lien avec la France n’est pas seulement évident, il apparaît encore renforcé par les épreuves du moment. Mais il faut surtout remarquer que, avec la perte de la Sicile, ce fut tout le système guelfo-angevin patiemment construit par l’activité politique de Charles Ier en Italie, qui connut une grave crise.

17Le parti guelfe ou, pour mieux dire, les partisans guelfes en Italie perdirent leur chef politique. Déjà, dans les années 1270, la suprématie guelfe en Italie du Nord avait révélé de nombreuses failles : les Savoie, les Montferrat, les Visconti, des villes puissantes comme Asti, Gênes, Vérone, les Saluzzo et d’autres seigneurs du Piémont et de la Lombardie avaient au fur et à mesure posé de nombreux problèmes de diplomatie et de conflit armé, avec quelques graves échecs pour Charles Ier. Dans le bassin du Pô étaient réapparues d’autres puissances : d’abord la Castille d’Alphonse X, puis – bien plus actif et redoutable – l’Aragon du roi Pierre III, mari de Constance, fille de Manfred, et donc éventuel prétendant au trône de Sicile, qui en 1280 alla jusqu’à programmer avec Guillaume de Montferrat la conquête des terres de Savoie qu’ils devraient ensuite se partager : les terres piémontaises allant à ses alliés, les terres savoyardes lui revenant. Les Vêpres amenèrent l’Aragon en Sicile et le révélèrent fort et victorieux pour longtemps dans la lutte contre les Anjou, la France et les papes qui, l’un après l’autre, continuèrent à soutenir la cause angevine. C’est seulement en 1288 que Charles II put être libéré de la captivité dans laquelle il se trouvait depuis plus de quatre ans. Dès cette date, il concentra tous ses efforts sur la possibilité de trouver une paix honorable avec les Aragonais, qui lui permettrait de récupérer la Sicile même au prix de gros sacrifices et même contre l’opiniâtre volonté des papes désireux de s’opposer aux Aragonais et à leur pénétration dans le sud de l’Italie.

18La crise angevine avait également affaibli la position du pape et les successeurs de Martin IV virent leur autorité s’effriter considérablement dans les terres des États de l’Église, de la Romagne jusqu’aux Marches et au Latium. En outre, sur le trône de saint Pierre se succédèrent, de la mort de Clément IV en 1269 à l’élection de Boniface VIII en 1294, pas moins de neuf papes, et la courte durée de leurs pontificats nuisit à la vigueur de la politique romaine. Charles II tenta habilement de jouir de la plus grande influence possible sur la curie romaine. Le bref pontificat de Célestin V sembla pleinement réaliser cette intention, fondamentale dans un monde politique où le rôle de la papauté était déterminant, même s’il n’était pas le seul. L’élection de Boniface VIII porta ensuite sur le Saint-Siège une personnalité hors du commun à qui il serait difficile de s’opposer. C’est pourquoi le consentement du pape à la paix d’Anagni en 1295 que Charles II obtint à des conditions somme toute avantageuses, étant donné la suprématie militaire que les Aragon avaient largement prouvée, fut un succès.

19On doit pourtant remarquer combien Charles II avait montré, comme lors des précédentes tentatives de paix ébauchées depuis 1288, une grande disponibilité face à des propositions intéressantes pour mieux définir son personnage de prince italien. En premier lieu, il allait jusqu’à renoncer aux fiefs hérités de son père dans l’Anjou et dans le Maine, en vue d’obtenir l’accord de la Couronne française pour la paix ; en second lieu, il consentait à une passation de la Sardaigne à l’Aragon en échange du retour de la Sicile à sa souveraineté. Avec la première condition, c’étaient quelques-uns des liens de la dynastie de Naples avec son pays d’origine qui étaient coupés, même si le lien avec la maison royale de France demeurait indiscutable. Avec la seconde condition les Anjou consentaient à une présence permanente des Aragonais dans la sphère politique italienne, reconnaissant ainsi que l’échec subi par l’hégémonie des Anjou en Italie lors de la révolte des Vêpres n’était pas chose facile à arranger.

20La paix d’Anagni fut – on le sait bien – tout de suite invalidée par l’attitude des populations siciliennes qui ne voulurent pas accepter de revenir sous la domination des Anjou et qui proclamèrent roi de Sicile Frédéric, frère cadet du roi Jacques d’Aragon. Le pape Boniface VIII en personne devait prendre acte de cet état d’esprit des Siciliens et envisager avec eux la possibilité de nommer un roi qui ne serait, bien sûr, pas français mais pas italien non plus, ou même encore sicilien, avant de se décider lui aussi, comme ses prédécesseurs à recourir aux armes pour reconquérir la Sicile. Le jeu à quatre (Anjou, Aragon, France et Rome) se transformait ainsi en jeu à cinq, avec un nouveau participant : le royaume de Sicile de Frédéric d’Aragon. Mais ce qui fut encore plus négatif pour les Anjou, ce fut qu’avec Jacques d’Aragon, devenu son allié, Boniface VIII établit un lien étroit de collaboration qui, en 1297, permit à Jacques d’obtenir la couronne de Corse et de Sardaigne. Jacques déçut par la suite le pape mais le souverain aragonais avait désormais acquis un titre officiel et légitime pour justifier sa présence sur l’échiquier politique italien, allant au-delà de la disponibilité de Charles II à lui reconnaître la possession de la Sardaigne. En outre, Boniface VIII s’immisçait, bien plus que ses prédécesseurs, dans les affaires de la Toscane, autrement dit dans un domaine où les Anjou avaient acquis une de leurs plus importantes positions pour leur influence en Italie et que le pape envisageait selon toute probabilité d’acquérir pour l’Église.

21Le fait que le pape se servait là pour son action d’un autre prince français, Charles de Valois (celui-là même à qui il avait eu recours lorsque, au cours des années précédentes, après avoir excommunié et destitué les souverains de leur trône et à qui il avait passé la couronne d’Aragon, et à qui, disait-on, il voulait aussi offrir la couronne impériale), n’amoindrissait pas beaucoup le sens de son activité en Toscane. Le pape favorisa ensuite les noces de Charles de Valois avec Catherine de Courtenay, l’héritière des prétentions latines au trône de Constantinople, sur lequel Charles Ier, dès le début de son aventure sicilienne, avait eu des visées. En conséquence, la concurrence entre Charles de Valois et son parent angevin – sans oublier que Charles de Valois avait été aussi nommé recteur des terres pontificales de Romagne, des Marches et de l’Ombrie, un titre qui auparavant avait été offert à Charles Ier – apparaissait comme une éventualité objective, au-delà des plans des protagonistes, et même si les services de Charles de Valois étaient prévus pour reconquérir la Sicile. De toute manière, la présence et le rôle que Charles de Valois était en train de tenir en Italie, ne pouvaient qu’avoir comme effet de prolonger encore plus fortement les conditions des Angevins comme princes de la maison royale de France, car ce n’est que dans cette situation qu’ils pouvaient trouver la garantie que les ambitions et la collaboration de Charles de Valois ne se transformassent pas en rivalité.

22La guerre menée par Charles de Valois contre Frédéric d’Aragon et ses partisans siciliens donna ensuite, en vérité, une idée fort médiocre des capacités du prince français, mais fit aussi supposer qu’il mettrait de la mauvaise volonté à conduire les hostilités. Dans la guerre alors en cours contre Édouard Ier d’Angleterre, Philippe IV le Bel était vaincu en juillet 1302 à Courtrai et cet événement rappelait en France Charles de Valois, qui ouvrit les négociations, raison pour laquelle en août de la même année on en arriva à la paix de Caltabellotta avec Frédéric de Sicile. L’accord de Charles II pour cette paix était tenu pour sûr, d’autant plus qu’il conservait le titre de souverain de toto Regno Sicilie et qu’il obtenait d’avoir l’île à la mort de Frédéric, appelé uniquement Rex Tanacrie. Le pape aussi, quoique plutôt réticent, dut approuver ces conditions.

23Les prédispositions de Charles II pour la paix que nous avons remarquées chez lui dès le début de son règne étaient désormais un passage obligé. La reconquête de l’île par les armes s’était révélée bien plus difficile que prévu, même lorsque les Siciliens étaient restés isolés, et Frédéric d’Aragon avait révélé une personnalité de politicien fort habile. L’Italie du Sud avait besoin des soins attentifs de son souverain afin que le pouvoir royal ne payât pas un tribut trop lourd à la crise engendrée par les Vêpres. En Italie, le sort du guelfisme lié aux Anjou était incertain dans différentes parties de la péninsule ; au Piémont la domination angevine s’était réduite dès 1287 aux zones de la plus ancienne influence provençale, comme la haute vallée de la Stura. Le rapport avec la Maison de France devait être aussi revu au moment où elle avait trouvé un accord avec l’Aragon. Enfin, ce n’est qu’une fois libérée de la guerre en Sicile que la puissance angevine pourrait, d’un côté, se faire pleinement valoir dans ses rapports avec Rome, où le pontificat de Boniface VIII posait des problèmes de juridiction et de politique générale particulièrement graves (on soupçonne le pape de pousser Frédéric d’Aragon à mettre fin à la paix de 1302 et à attaquer les Anjou) ; de l’autre côté, le retour à la paix permettrait de maintenir présence et aspirations dans les Balkans.

24En d’autres termes, la paix était utile à Charles II pour reprendre en main l’organisation politique de Charles Ier en Italie et en Méditerranée avant qu’il ne fût trop tard pour les objectifs angevins, sans se laisser immobiliser plus qu’il ne le fallait par le conflit sicilien, même si, dans un avenir moins proche, l’objectif de reprendre la souveraineté de l’île était un point ferme. Les succès ne firent pas défaut au second souverain angevin. Car on peut parler de succès pour la reconstruction d’une nouvelle puissance angevine au Piémont et dans les Balkans. La restauration angevine fut ensuite couronnée par la nomination du fils du roi, Raymond Bérenger, comme comte de Piémont, titre que le roi garda pour lui après la mort de son fils. Son autre fils, Charles – Martel se fit ouvrir la voie au trône de Hongrie. Mais, en Toscane, Charles II procéda de façon plus incertaine, alors que dans cette région avaient lieu des événements décisifs comme ceux relatifs à la lutte politique à Florence après la prise du pouvoir des guelfes noirs que le roi appuya. En 1305, le troisième fils de Charles II, Robert, qui allait être son héritier, fut nommé capitaine en chef des villes guelfes de Toscane.

25Le conflit franco-pontifical occupait depuis quelques années déjà le devant de la scène politique italienne, conflit qui brisa la vie de Boniface VIII, qui avait en vain prié le souverain angevin de l’aider contre Philippe le Bel. Charles II avait ensuite fait obstacle aux agissements des Colonna qui voulaient profiter de la mort du pape. Le nouveau pape, Benoît XI, lui accorda son appui dans la question hongroise et le tint aussi à l’écart du conflit qui s’éternisait avec le roi de France ; car il savait que, de toute évidence, l’Angevin ne se liguerait pas contre sa propre Maison royale, et quand Frédéric, roi de Trinacrie, lui écrivit en s’arrogeant le titre de roi de Sicile, le pape protesta contre cette manifeste violation de la paix de Caltabellotta. L’action de Charles II, menée par les soins de son fils Robert lors du conclave réuni à Pérouse à la mort de Benoît XI, donne la ennième preuve des liens angevins avec la politique et les intérêts de la France. En effet, c’est à lui, Robert, que revint le rôle décisif dans l’élection de Clément V, c’est-à-dire dans l’élection d’un pape assurément favorable à la France, étant lui-même français, mais qui pourtant allait donner à la politique pontificale une orientation dont Charles II ne tirerait aucun bénéfice. Son fils Robert suivit le pape quand il se rendit en France où il resta, naissance pour l’Église à la « captivité de Babylone », destinée à durer soixante-dix ans. Mais ce talonnage ne donna pourtant pas les résultats espérés.

26Alors que les accords entre Frédéric de Trinacrie et Jacques d’Aragon en vue de devenir roi d’Aragon pour le roi de Sicile et réciproquement rois de Sicile pour le roi d’Aragon – si chacun n’avait pas d’héritiers – n’aboutissaient pas, Clément V confirma au roi d’Aragon son investiture pour la Sardaigne et pour la Corse, qu’il avait précédemment obtenue de Boniface VIII. Charles II, en revanche, sauvegarda la politique d’entente avec la Maison d’Aragon en nouant avec elle d’étroits liens de parenté grâce à des mariages, comme celui de son fils, Robert, avec Sancia, cousine de feu sa première épouse, Yolande d’Aragon, et celui d’un fils de Jacques d’Aragon avec Marie, sa propre fille. Le but de Charles II était aussi de retirer à ses adversaires en Italie – en premier lieu les Gibelins d’Italie septentrionale et centrale – la possibilité de s’entendre avec les puissants souverains espagnols, de plus en plus actifs sur la scène politique italienne.

27Il ne semble pas que le souverain angevin mesurât toutes les implications d’une telle politique. La présence manifeste des Aragon en Sardaigne faisait qu’une commune toscane aussi guelfe que Florence se rapprochait de Jacques d’Aragon à cause de son hostilité avec Pise, qui en Sardaigne avait une position dominante. De la même façon (comme aussi avec Lucques et avec Sienne), une raison politique expliquait le rapprochement des grandes puissances marchandes comme les villes catalanes et toscanes. Pourtant l’accord qu’en 1308 Charles II réussit à passer avec Gênes, traditionnel point d’appui antiguelfe, peut-être également considéré comme un succès. On dirait que le roi avait tendance à suivre aussi cette direction dans sa politique italienne. Déjà en 1305, il avait marié une de ses filles, Béatrice, au marquis de Ferrare, Azzo d’Este, autre potentat gibelin. Ce n’est pas pour cela qu’en Émilie-Romagne le sort du guelfisme s’améliora. Quand, par la suite, la mort d’Azzo d’Este fut suivie d’un conflit entre le pape et Venise pour cette succession, Charles II resta pratiquement inactif, tout comme pour ce qui concerne les contacts entre les Guelfes toscans et Jacques d’Aragon, qui ne progressaient pas uniquement à cause des lenteurs de ces guelfes.

28C’est en partie seulement que nous pouvons imputer ce manque de tonus politique au fait que depuis le début de 1307 jusqu’au mois de juin 1308 le souverain resta en France, où il s’était rendu pour ce qui se passait en Provence, laissant le gouvernement du Royaume à son fils Robert. D’ailleurs, le fils suivait les directives du père, appuyant entre autres l’action du pape contre des villes rebelles comme Ascoli et Ancône. De toute évidence, on comptait sur les raisons de fond qui rendaient presque inévitable l’alliance guelfo-pontifico-angevine et qui pouvaient rendre donc tolérants face à d’éventuels pas de deux esquissés par ses propres alliés avec le roi d’Aragon. Mais le bilan substantiel que l’on pouvait par conséquent tirer de la politique italienne de Charles II quand il mourut un an après son retour de France, n’en devient pas pour autant plus positif. La position angevine était en 1309 plus faible que vers 1280 et ses points forts étaient encore ceux établis par Charles Ier avant les Vêpres.

29Peu à peu, la cause angevine, qui s’était identifiée à la cause guelfe, avait cessé de représenter l’élément dynamique de la situation italienne qu’elle avait représenté à la mort de Frédéric II. Après les Vêpres, cet élément se transforma en une logique de défense, qui n’impliquait pas un « grand projet » d’hégémonie dans la péninsule que dans les années centrales du règne de Robert. Entre-temps, les forces spontanées de l’histoire italienne avaient plié aussi l’élément angevin – comme d’ailleurs l’élément guelfe et l’élément gibelin – à leur logique. Quand on parle de « coordination guelfe et gibeline d’Italie », il ne faut pas oublier l’irrésistible poussée du « particularisme » italien à son époque la plus créative. C’est ainsi que l’on peut comprendre comment « partis » guelfes et « partis » gibelins, forces pro-angevines et forces pro-aragonaises, ont agi comme de puissants éléments de connexion et de coagulation des groupes et alliances de la société, des associations féodales ou nobles (les « Grands ») et des expressions du « peuple » des Communes, dans leurs rapports avec les institutions et dans le débat politico-culturel à l’intérieur de la ville, dans les rapports entre ville et campagne, et entre villes et villes ou ligues de villes, dans les luttes des papes et de leurs partisans contre leurs antagonistes, dans la progressive transformation du régime des communes en celui des oligarchies et seigneuries à la structure de plus en plus complexe et de plus en plus éloignée de la physionomie originelle qui opposait « grands » et « peuple », « guelfes » et « gibelins », Anjou et Aragon, même si, en même temps il peut sembler qu’il y ait eu, au début du xive siècle, un certain durcissement du nom de guelfe et du nom de gibelin dans chaque grande famille et dans chaque collectivité citadine.

30Ce n’est qu’avec Jeanne Ire que les Anjou deviendront vraiment et uniquement des princes napolitains et italiens et verront pratiquement se dissoudre leur physionomie de princes de la maison de France. Pourtant, après la crise des Vêpres, l’action politique des Anjou prit nettement les caractéristiques d’une puissance essentiellement italienne. Ce fut là la différence fondamentale entre Charles II et son père Charles Ier, se mouvant encore dans des dimensions plus vastes que celles de la péninsule italienne. À ce point de vue, la continuité entre la politique des deux Charles fut moindre que ce qu’apparemment elle peut paraître. C’est surtout avec Charles II, après les Vêpres, que se profile « l’histoire moderne » du Sud de l’Italie, dans ses composantes sociales, morales, idéologiques, profondément influencées par l’action des Anjou déjà au temps de Charles Ier. Le « vaste et infirme royaume » placé entre trois mers sera à partir de là, et jusqu’en 1860, c’est-à-dire jusqu’à l’unité italienne, un acteur essentiel de l’histoire italienne aussi bien pour l’équilibre plus ou moins réel et dynamique qui se réalisera en son sein que pour le rôle qu’il jouera dans la politique générale, méditerranéenne, italienne, européenne.

L’Italie à la mort de Robert d’Anjou

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift L’Italie à la mort de Robert d’Anjou
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18332/img-1.png
Datei image/png, 428k

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540