Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les princes angevins du XIIIe au XVe siècle

 | 
Noël-Yves Tonnerre
, 
Élisabeth Verry

La chute des Hohenstaufen et l’installation de Charles Ier d’Anjou

Henri Bresc

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Salvatore Fodale, Comes et legatus Siciliæ. Sul privilegio di Urbano e la pretesa Apostolica Legaz (...)

1Rappelons la relation complexe qui existe entre l’Église romaine et le royaume du Sud italien : depuis 1059 les Normands ont placé leurs conquêtes sous l’investiture féodale du siège de Pierre. Pour eux, qui étaient encore des aventuriers isolés au sein du monde lombard d’Italie du sud, il s’agissait d’établir un lien avec un pouvoir suprême, mais lointain, qui légitime leurs acquisitions et leur fournisse un drapeau de guerre, qui devient drapeau de pré-Croisade à partir de 1061, quand Roger et Robert Guiscard entreprennent la libération de la Sicile et de ses chrétiens de la domination musulmane. À mesure de la conquête de l’île, cependant, le pouvoir de Roger Ier passe autant par l’établissement d’un réseau épiscopal qui n’a rien de grégorien que par une féodalisation hésitante. Les évêques sont entre les mains du prince qui n’entend recevoir aucun légat qui établisse un lien direct entre ce clergé et Rome et qui exige d’accorder son autorisation au voyage de ses évêques au concile, comme son placet à toute correspondance reçue par eux de Rome. Urbain II entend au contraire établir les relations avec ce nouveau clergé suivant un modèle grégorien, d’autorité directe et universelle ; il négocie en position de faiblesse et accepte d’accorder aux princes siciliens un privilège exceptionnel, celui d’être légats-nés dans l’île1. Le paradoxe d’une Église de type impérial, système ecclésiastique d’État, dans un État qui devient monarchie en 1130, mais reste fief de l’Église, est consolidé par une série de compromis : les concordats successifs élargissent le privilège dit ensuite de la Legazia apostolica à l’ensemble du royaume, qui s’étend à l’Italie du sud toute entière jusqu’aux limites du Patrimoine de Saint-Pierre, de l’Ombrie et de la Marche d’Ancône. Ces concordats qui scandent le xiie siècle concluent une série de conflits extrêmement violents, mais le compromis est rendu nécessaire par la commune menace que fait peser sur le pouvoir pontifical et sur les Normands la revendication impériale de la totalité de l’héritage romain en Italie.

2On sait que le mariage de Constance, fille et unique héritière légitime de Roger II, après l’extinction de la lignée des Hauteville, et d’Henri VI de Souabe, héritier de l’Empire, avait réalisé, contre tous les vœux de l’Église, le changement dynastique, la fusion des maisons royales, mais aussi et surtout l’ancrage de la politique impériale en Italie méridionale. Pour la maison de Souabe, les Staufen, le royaume des Hauteville jouait le rôle qu’assument à l’époque moderne la Hongrie pour les Habsbourg et la Prusse pour les Hohenzollern : situé en dehors de l’Empire, il est insaisissable dans le cas d’une élection impériale contestée et offre un point de repli solide. Héréditaire, il contamine par sa coutume successorale celle de l’Empire. Placé à l’avant-garde de la frontière, encore mobile, de l’Islam, il offre de plus une base commode pour la mission impériale de Croisade des Staufen, que les Hauteville s’étaient refusé d’assumer.

3La longue lutte de la papauté contre Frédéric II et ses successeurs souligne la conscience que l’administration pontificale a du péril encouru, hérédité de fait de l’Empire et prise à revers de l’État pontifical, et la continuité de son dessein, en dépit des incertitudes et des divisions au sein du sacré collège. Il s’agit de rompre l’unité entre royaume de Sicile et Empire, de libérer la Lombardie et la Toscane de la domination impériale et de l’épiscopat impérial, de rattacher Spolète et les Marches, puis la Romagne au patrimoine de Saint-Pierre, de rétablir enfin – ou plutôt d’établir – un lien de dépendance entre les évêques méridionaux et Rome.

  • 2 Henri Bresc, La Correspondance de Pierre Ameilh, archevêque de Naples, puis d’Embrun (1363-1369), (...)

4La succession de Frédéric II semble marquer le triomphe de la politique pontificale en Italie du sud. Pendant plus de trente ans, avec une continuité et un acharnement remarquables, les papes ont veillé à anéantir l’héritage des Souabes. Ils réalisaient successivement en peu d’années chacune des deux options entre lesquelles la monarchie pontificale hésite depuis 1050, la gérance directe, qui sera encore l’objectif de Pierre Ameilh en 1363, lors de la quasi-légatie de cet archevêque avignonnais de Naples2, et la délégation du royaume vassal de Sicile à une nouvelle dynastie. Ils faisaient pour cela appel à une troisième invasion : après les Normands et les Allemands, c’étaient les Français et les Provençaux, qui réalisaient une mutation profonde des cadres aristocratiques de l’Italie méridionale.

  • 3 H. Bresc, « 1282 : classes sociales et révolution nationale », dans La Società mediterranea all’ep (...)

5Plusieurs points attirent cependant l’attention : d’abord, l’absence de troubles graves dans le Sud après la mort de Frédéric. L’État est fort et son destin ne repose pas seulement sur l’énergie des princes. La victoire pontificale est par bien des aspects un faux semblant : un parti royal, gibelin, existe, qui survit à l’écrasement du royaume par l’armée de Charles d’Anjou, tandis que les guelfes ne sont qu’une faction inconsistante, et ce rapport de forces idéologiques conduit aux Vêpres de 1282, à la coagulation révolutionnaire d’une nation sicilienne, impuissante cependant à rassembler tout le Regno3.

  • 4 H. Bresc, « La “mala signoria” ou l’hypothèque sicilienne », dans L’État angevin. Pouvoir, culture (...)

6L’échec de l’Église, comme celui des Staufen, laisse en effet au prince angevin un héritage difficile, celui d’un État fort dans un royaume faible : l’Italie méridionale est épuisée par la guerre musulmane, qui dure de 1190 à 1240 en Sicile. Elle manque des énergies que donnent au Nord la richesse, la capacité navale, la réussite commerciale et l’unité des organismes urbains ; s’il dispose d’une précoce armée permanente, le prince n’obtient de grandes mobilisations qu’au prix d’un fiscalisme exaspéré ; la sécurité du royaume dépend en effet de flottes dont l’armement, l’équipement dépendent de l’effort de l’État seul, qu’aucune société civile ne soutient. Le royaume est d’autre part un pays insuffisamment féodalisé pour lever de grandes armées. La différence des statuts juridiques qui distingue longtemps Lombards, Grecs et Francs en fait enfin une mosaïque qui ne se recompose qu’en 1282 et dans l’île de Sicile seulement4.

L’héritage de Frédéric

  • 5 Nicola de Jamsilla, Historia de rebus gestis Friderici II imperatoris ejusque filiorum Conradi et (...)
  • 6 Jean-Marie Martin, « L’organisation administrative et militaire du territoire », dans Potere, soci (...)

7Alors qu’au témoignage du chroniqueur Nicola de Jamsilla5, aucune révolte n’éclate après la mort de l’empereur, les effets négatifs de sa politique apparaissent quelque temps après. Un vaste mouvement communaliste révèle la vitalité de villes adossées sur leur terroir et sur l’économie rurale et la volonté de détruire, ou au moins de réduire l’État frédéricien, avec la complicité active de l’Église : en 1251, L’Aquila, Atri, Barletta, Capoue, Teramo, Naples et de nombreuses autres villes des Abruzzes, de Pouille, de Campanie et de Basilicate se donnent des gouvernements autonomes et s’unissent en confédérations, en conjurations6. Des ligues locales se constituent, où entrent des barons ; Innocent IV distribue à tous privilèges, immunités, jusqu’au droit de légiférer, de promulguer les statuts. Plusieurs des membres de l’aristocratie de service qui avait porté l’action de l’empereur participent au mouvement comme podestats, Riccardo Filangieri à Naples, Giacomo Vulcano et Gualterio Cicala à Capoue. Un thème politique fait l’unité de l’Église et des cités, celui du retour aux « libertés » du temps de Guillaume II. La référence est mensongère, et efficace : elle rejette et ancre dans un passé mythique le programme révolutionnaire d’État fédéral décentralisé. Conrad IV étouffe le mouvement communaliste et restaure la discipline : il exile également les parents et les alliés de son demi-frère Manfred.

8De 1254 à 1257, de nouveau, profitant de l’incertitude qui règne sur la légitimité du pouvoir, les villes de Principat et de Terre de Labour s’organisent sous l’autorité pontificale, tandis que Messine se donne une commune aristocratique et se constitue un district, embryon d’un futur contado. En 1255 Nardò est prise et pillée par une alliance constituée autour de Brindisi, qui tente de fonder un district, et où entrent Lecce, Otrante et Gallipoli. De son côté, Palerme adhère au parti de l’Église, accueillant le légat du pape, frère Rufin de Plaisance, et établissant un pacte de fraternité avec Caltagirone, grosse ville rurale de la Sicile du sud-est. La révolte est calmée par Conrad IV à coups de privilèges et de faveurs accordées aux cités : il confirme sa foire à Trani, accorde en 1252 des exemptions pour les marchands messinois à Acre, et d’autres pour les agriculteurs, massari, de Palerme aux portes de la ville en 1254. Manfred ajoutera encore en 1258 le « for particulier » pour les Palermitains, c’est-à-dire le privilège d’être jugés dans leur cité. Le mouvement communaliste débouche donc sur des formes longtemps réprimées par l’État monarchique, la commune, la domination territoriale urbaine sur un district rural, l’alliance entre les cités autonomes. Une première mouture de la communitas de 1282 se dessine en Sicile englobant dans une série d’alliances les villes des Lombards des montagnes, fondés par des immigrants du Montferrat vers 1100, Polizzi, Nicosia, Mistretta, Castrogiovanni, Piazza, ainsi que Vizzini et Lentini. En 1282, une autre ville lombarde, Corleone, sera l’un des moteurs de la fédération. C’est un milieu de chevaliers urbains, appartenant à des familles de notaires, de juges, de propriétaires de domaines ruraux, qui anime ces ambitions collectives, traversées au demeurant par un esprit factionnel proche de celui de l’Italie du nord.

9L’État frédéricien apparaît en effet comme une nouveauté insupportable : la perception continue de l’impôt direct, année après année, s’est accompagnée d’innovations fiscales, nova statuta, monopoles ; dans l’île de Sicile, l’application rigoureuse du droit féodal a permis de rompre la continuité familiale, comme, par exemple, dans le comté de Geraci, et l’alliance des nobles avec les Sarrasins révoltés a clairement souligné leur hostilité au clergé impérial et au milieu de Cour qui gouverne au nom de l’empereur. La faiblesse générale de l’aristocratie féodale et les confiscations qui l’ont aggravée interdisent toute efficacité à l’opposition nobiliaire, réduite sous Frédéric à des conspirations impuissantes (à Capaccio, en 1246). Elle dispose pourtant de chefs, les Sanseverino, les Fasanella, les Lentini, contraints à l’exil et qui rejoignent le parti pontifical. Son programme rassemble de vieilles rancœurs : abolir le contrôle princier des mariages, établi depuis Roger Ier, limiter le service militaire, en particulier hors du royaume, élargir les cas où la division des fiefs entre les fils et leur vente sont autorisées. Il s’agit donc d’échapper aux règles de dévolution et de permettre la constitution de lignées collatérales unies au sein de puissants lignages.

  • 7 Enrico Pispisa, Il regno di Manfredi. Proposte di interpretazioni, Messine, 1991 ; repris par E. C (...)

10L’attaque contre l’État frédéricien a été permise par les longues difficultés de Conrad IV. Le fils et héritier légitime de Frédéric a dû faire face aux rébellions dans l’Empire, ainsi qu’à la concurrence sournoise de son frère légitimé, Manfred, prince de Tarente et seigneur de l’honneur du Monte Sant’Angelo, dont l’ambition et l’extrême faiblesse viennent justement de ce statut de bâtard, puis d’usurpateur : né en 1232, fils de Bianca Lancia, époux de Béatrice, fille d’Amédée de Savoie, il était destiné à gouverner le royaume d’Arles et avait été doté largement par Frédéric. Sa vaste culture, qui allait du latin, de l’hébreu, de l’arabe à la théologie, en faisait l’héritier spirituel de Frédéric. Il avait reçu la baylie du royaume par son testament ; et il cherche dès l’abord à consolider sa principauté en négociant avec Innocent IV7.

  • 8 Ernesto Pontieri, Ricerche sulla crisi della monarchia siciliana nel secolo XIII, Naples, 1950.

11En l’absence de Conrad, il soumet les cités révoltées et gouverne avec l’aide de ses parents, les Lancia. Le moment délicat est celui de la descente de son frère d’Allemagne. L’empereur chasse les Lancia, mais ne va pas jusqu’à exiler le prince de Tarente. Conrad doit céder largement aux revendications des cités et accepter, dans les Nova Capitula de Foggia, en 1252, de renoncer à l’impôt annuel. À sa mort prématurée, en 1254, Manfred bouscule Berthold de Hohenburg, désigné par son frère comme régent du jeune Conradin, demeuré en Allemagne, et tente de se faire reconnaître par l’Église. Son souci est la légitimation d’un pouvoir doublement contestable : il reprend en 1254 une longue négociation avec Innocent IV, que Manfred reçoit et à qui il remet la régence directe du royaume, puis avec Alexandre IV (Ottaviano degli Ubaldini, pape de 1254 à 1261), cardinal philogibelin. Innocent IV a rapidement transformé un paysage ecclésiastique qui lie le prince : il a désigné cinquante évêques parmi les nobles guelfes et proclamé la souveraineté directe de l’Église sur le Midi italien, tandis que l’entourage du jeune Conradin n’a confirmé à Manfred qu’une régence temporaire. En décembre 1254, le prince se lance dans un coup de force qui lui vaut l’excommunication : il saisit la ville forte de Lucera et le trésor impérial, et, muni de ces gages, impose sa régence au nom de Conradin. Il doit lutter deux ans contre Berthold de Hohenburg et contre le maréchal Pietro Ruffo qui a constitué un gouvernement autonome à Messine au nom de Conrad IV puis d’Alexandre IV, et qui l’exerce jusqu’à la révolte de Messine qui le chasse en 12558. Manfred doit donc manœuvrer pour obtenir l’investiture féodale. Il y parviendra seulement en 1258 par un mensonge audacieux, en faisant courir le bruit de la mort du jeune roi des Romains. L’établissement d’un État libre de toute implication impériale est nécessaire pour obtenir une reconnaissance pontificale, mais cela ne peut suffire à l’Église qui entend réaliser enfin un contrôle direct, grégorien, d’un épiscopat qui a toujours été royal, puis impérial, permettre le déploiement d’une autorité sans limites de ses légats et interdire l’usage du privilège de « Monarchie », qui réservait les appels des évêques au tribunal royal.

12En face du prince, l’Église dispose de la durée. Elle mène une politique traditionnelle et ancienne, à double détente et elle alterne les initiatives menaçantes. De 1251 à 1254, après l’échec d’une première tentative de confier le royaume à une nouvelle dynastie, à Richard de Cornouailles, puis au prince Edmond d’Angleterre, elle a pour objectif d’établir ce qui lui a toujours manqué, une base locale : les négociations avec Conrad IV permettent de faire passer une vague d’évêques pontificaux et d’obtenir en 1252 la restitution des biens et des libertés des églises. Ce démembrement du système politique autorisait, dans un deuxième temps, une gérance directe par l’envoi de légats appuyés aux pouvoirs urbains locaux : ce sont des mendiants qui portent alors l’étendard pontifical, frère Roger de Lentini, puis frère Rufin de Plaisance, en 1255-1256, qui installe les franciscains en Sicile et tente d’implanter une principauté féodale capable de soutenir l’action du légat. Roger Fimetta, d’une vieille maison normande, est installé dans le sud est de la Sicile, à Modica, Vizzini, Palazzolo et Scicli. Mais Manfred parvient sans trop de peine à éliminer les légats et à restaurer l’unité et l’obédience de l’Église monarchique : quatre ans lui sont nécessaires pour restaurer l’église royale. En 1258, l’œuvre est achevée : quarante-cinq évêques ont été nommés et une vingtaine attirés au parti de Manfred, mais il a fallu exiler des prélats napolitains toujours fidèles au pape, Bartolomeo Pignatelli, Marino Filomarino. En 1258, la reconstitution d’une église royale permet le couronnement de Manfred, qui marque le retour apparent à la discipline.

Le règne de Manfred

13Le gouvernement de Manfred, avant même son couronnement, manifestait un retour à la Sicile des « rois catholiques », les Hauteville. À la tête d’un espace réduit au seul royaume méridional, il coupait les ponts avec l’Empire, sans renoncer toutefois aux ambitions de ses parents sur la Lombardie et les Marches, mais il reprenait une politique orientale active qui avait été celle de Robert Guiscard comme duc de Pouille, de Roger II, puis de Guillaume II encore. Il revenait aussi à la méthode d’exercice du pouvoir qui avait été celle de Roger II : un gouvernement par la parenté. La nouveauté absolue, cependant, mise en lumière par Enrico Pispisa, consistait à proposer un accord durable à l’Église : reposant sur une alliance anti-grecque et sur la revivification de la Croisade, cet accord aurait établi une monarchie guelfe en Italie du sud, mais, dans la réalité, la méfiance profonde qui sépare Manfred de Rome conduit le roi à conserver des outils de chantage, des monnaies d’échange. Manfred est en même temps prisonnier de ses parents et de ses alliés. La politique italienne de Manfred, en effet, est déterminée par la faiblesse de sa base politique dans le royaume.

  • 9 Le marquis Lancia, puis le fils de Frédéric, Enzio, à Pavie, et ses autres fils, Frédéric d’Antioc (...)

14Cette base est toujours familiale, dans une tradition dynastique forte : Frédéric II avait partiellement conservé la méthode de gouvernement mise au point par Roger II, son grand-père, et qui consistait à s’appuyer sur un réseau de comtés tenu par des membres de sa parentèle, mais il l’avait en quelque sorte exportée vers l’Italie du nord : les membres du vaste lignage des marquis de la région d’Asti auquel l’empereur était allié par son union, d’abord adultérine, avec Béatrice Lancia, mère de Manfred, avaient reçu des fonctions politiques. Ils partageaient avec les fils de l’empereur les grands commandements territoriaux instables dans les régions disputées par les ambitions pontificales, Ombrie, Tuscie, Marches, ainsi qu’en Lombardie9. Manfred revient d’abord à la politique de Roger II : comme lui, il remodèle la carte administrative du royaume, créant une quinzaine de nouveaux comtés confiés aux membres de sa parentèle, Lancia, Agliano et Semplice, aux Antiochia, autres bâtards de Frédéric II, et à un cercle étroit de fidèles, les Maletta, Manfredi, Federico et Niccolò, Enrico di Sparavaira, Enrico Ventimiglia, Tommaso d’Aquino et Filippo Chinardo. Ces barons « faméliques », selon l’expression de Saba Malaspina, se partagent les comtés, établis ou rétablis selon un principe simple, un comté par province, mais concentrés sur peu de têtes. Les Lancia reçoivent cinq comtés, le Principat de Salerne allant à Galvano, qui reçoit aussi en Sicile Butera, Paternò, héritage de sa mère, et Argirò ; Squillace va à Federico et Acerenza à Manfredi, qui gagne aussi Cammarata en Sicile ; les Maletta obtiennent également cinq comtés, dont l’honneur de Monte Sant’Angelo, qui échoit à Manfredi. Giordano Agliano reçoit Sanseverino et Boniface Agliano Montalbano. La Sicile se peuple de comtés confiés aux marquis italiens, en rupture, ici, avec la tradition dynastique, qui en faisait le « jardin de l’Empire », entièrement dans les mains du roi.

  • 10 Saba Malaspina, « Istoria delle cose di Sicilia », G. del Re, Cronisti e scrittori sincroni napole (...)

15Le gouvernement familial se durcit au niveau supérieur, celui des hautes charges auliques, qui se conjoignent à des commandements militaires et à des fonctions de justice : Galvano Lancia, oncle de Manfred, assume la tâche de la répression en 1251, il est capitaine général, de concert avec Riccardo Filangeri, au Nord, en 1255-1256, tandis que Federico Lancia, son frère, partage la même charge au Sud avec Federico Maletta. Il est également maréchal. Bartolomeo Semplice est sénéchal, Giordano d’Agliano bouteiller et Filippo Chinardo amiral. Une politique matrimoniale rigoureuse unit les comtes et les fidèles entre eux et au prince. Les comtes d’Acerra, Tommaso d’Aquino, et de Caserte, Riccardo Sanseverino, épousent des sœurs de Manfred ; le fils et la fille de Tommaso sont unis à la fille et au fils de Galvano ; Manfredi Maletta épouse la sœur de Conrad d’Antiochia, lui-même gendre de Galvano. La parentèle tend à envahir a posteriori l’espace du parti. Ce pouvoir familial, personnel, est à la fois compact, efficace, et fragile : on le voit en 1260 quand Federico Maletta, cousin du prince, comte de Vizzini et capitaine en Sicile, est tué dans une embuscade devant Monte San Giuliano10 (Erice). En 1262, cependant, on note un changement : ce sont des partisans, Conrado Capece et Riccardo de Caserta, et non des parents, qui sont faits capitaines généraux.

16La restauration de l’État passe en effet par la concentration des pouvoirs délégués : un maître rational unique surveille les finances, l’Amalfitain Jozzelino della Marra ; les deux capitaines, du Nord et du Sud, recrutés parmi les proches (Galvano Lancia, Federico Lancia, Federico Maletta, Riccardo Filangieri, Conrado Capece), sont de véritables vice-rois ; cinq ressorts sont établis pour les pourvoyeurs des châteaux, provisores castrorum. Le mouvement de construction des cités lancé par Frédéric continue : le port de Manfredonia remplace Siponto ensablé et L’Aquila se constitue comme ville centrale des Abruzzes, par synœcisme, en 1253. L’unification administrative du royaume se fait, comme déjà au xiie siècle, sur le modèle sicilien : des secreti sont établis aux finances avec des vicesecreti provinciaux, et ces offices administratifs sont généralement tenus par des Amalfitains. La collecte est toujours annuelle, et la traite, le droit d’exportation des blés, est fixée au tiers du prix du grain, par une sorte d’échelle mobile, mais les Vénitiens payeront un cinquième seulement sur les 10 000 salmes qu’ils exportent de Pouille. Par un paradoxe apparent, les régnicoles connaissent un régime douanier plus lourd que les étrangers privilégiés (et tous le sont peu à peu).

  • 11 Émile G. Léonard, dans son ouvrage touffu, mais lucide, Les Angevins de Naples, Paris, 1954, p. 40 (...)

17Le souci principal de Manfred est d’assurer la reconnaissance du Saint-Siège à son gouvernement et de légitimer son accession au pouvoir. En 1251 et en 1254, il négocie avec Innocent IV, qui a pourtant mis la barretrès haut, en déclarant la Sicile domaine de l’Église. C’est un pape ami des gibelins, Alexandre IV, qui met fin aux tractations en investissant du royaume Edmond d’Angleterre en 1255 et en choisissant de soutenir la révolte de Pietro Ruffo, maréchal de Frédéric II, maître de la Calabre méridionale, et qui tente d’établir une seigneurie sur Messine, réputée « guelfe », et à cheval sur le Détroit. Alexandre IV proclame la Croisade contre Manfred, sans grand succès. La paix revient en août. Dans les années qui suivent et jusqu’en 1261, Manfred recherche constamment la reconnaissance pontificale, évitant de s’engager trop auprès des gibelins d’Italie centrale et pourtant frappé d’excommunication. Il recherche également longtemps, jusqu’en 1260, l’accord avec Florence11. Dès l’élection d’Urbain IV, Manfred s’offre pour rétablir l’empereur latin Baudouin IV, chassé de Constantinople, tandis que le pape demande en priorité la restitution des baronnies confisquées aux partisans de l’Église.

  • 12 G. Del Giudice, Codice diplomatico del regno di Carlo I e II d’Angiò, II, 1, Naples, 1869, p. 1-21

18Une politique orientale ambitieuse reprend en effet des éléments de la tradition normande et autorise Manfred à faire des propositions alléchantes au Saint-Siège. Manfred a d’abord entretenu des rapports personnels cordiaux avec Jean Vatatzès, empereur grec de Nicée. C’est à Nicée que se sont réfugiés ses parents, les Lancia, chassés du royaume par Conrad IV, ainsi que les comtes de Vintimille, qui en ont rapporté leur nouveau nom de Lascaris, au hasard d’un mariage prestigieux avec une fille de la dynastie impériale. En 1258, la rupture des liens avec Nicée s’est accompagnée d’un rapprochement, puis d’une alliance avec les despotes d’Épire, les Ange, sanctionnée, en 1259, par le mariage de Manfred et d’Hélène Ange. Dans l’espace, cette alliance permet de retrouver la vieille route normande des Balkans : sur les traces de Robert Guiscard, les Siciliens avaient déjà pris possession de l’Albanie en 1257. Une politique adriatique active renoue avec les ambitions de Roger II, sanctionnée par la construction d’un port nouveau, Manfredonia. Mais l’échec frappe vite : l’armée de Jean Paléologue, venue de Nicée, met fin au rêve en 1259, en brisant l’armée sicilienne à Palagonia. Les ambitions de Manfred rebondissent alors en Occident ; Gilberto de Santa Sofia est envoyé comme capitaine en Sardaigne, dans l’entreprise de conquérir le judicat de Torres12.

19Le programme de Manfred pouvait susciter l’intérêt de la cour pontificale, et l’offre d’une reconquête conjointe de Constantinople devait rester un des thèmes récurrents de la politique angevine, qui alléchait la papauté romaine, puis avignonnaise, pour en tirer à son tour une légitimation de ses conquêtes éventuelles. Mais la politique italienne de Manfred offrait un prétexte permanent, ou une raison sérieuse, de retarder l’accord. En Italie du nord, en Tuscie et dans les Marches, les marquis de Haute Italie ont en effet un projet politique qu’ils héritent de la pratique frédéricienne, mais qu’ils ont en quelque sorte privatisé. Galvano Lancia est actif en Lombardie dès 1251 ; il laisse la place aux partisans de Conrad IV, Ezzelino da Romano, Obberto Pelavicino et Brancaleone degli Andalò. À partir de 1258, les marquis et leurs alliés se lancent à nouveau dans une politique de création de seigneuries : Francesco Semplice s’installe en Tuscie, Giordano d’Agliano à Fermo et Enrico Ventimiglia dans les Marches et à Gubbio, tandis que Brancaleone degli Andalò s’installe à Rome, comme sénateur. Mais Manfred ne se laisse p !as tenter, refusant de prendre la tête d’une coalition gibeline et écartant les propositions d’alliance d’Obberto Pelavicino et d’Ezzelino, d’ailleurs divisés et opposés. Il soutient longtemps des guelfes comme Ubertino degli Anditò, Gênes et Venise contre Ezzelino, finalement tué en 1259 par Oberto Pelavicino, il recherche l’amitié de Florence, et lui sacrifie Pise. Pour lui, le parti gibelin, foyer de contradictions et d’ambitions personnelles, est un outil de chantage, une monnaie d’échange éventuel dans les négociations avec la papauté. Mais il intervient comme seigneur de villes qui l’appellent, Fermo, Iesi, Senigallia, Fabriano, Gubbio, et la présence armée de Siciliens dans les Marches et l’Ombrie ne laisse pas d’inquiéter le Saint-Siège et de justifier sa raideur.

20Le refus systématique de Rome de reconnaître Manfred est évidemment renforcé et soutenu par la présence en Cour romaine d’émigrés philo pontificaux, comme les Sanseverino, les Oria, les Gesualdo, les Anglone : Innocent IV lanterne Manfred. Son programme se dessine parfaitement dans son action en 1254 : il proclame la Sicile et la Calabre domaine de l’Église, marche sur la Pouille en affichant partout la liberté, et nomme un podestat à Naples, qui devient la capitale d’un État pontifical destiné à durer jusqu’en 1257. En 1261 Manfred offre de rétablir l’Empire latin de Constantinople, mais les exigences d’Urbain IV (1261-1265), qui entend imposer la restitution des biens pris aux églises, lèsent gravement les intérêts des Lancia, et les négociations capotent alors. Le mariage de Constance, fille de Manfred, avec Pierre d’Aragon, en 1262, révèle la force et l’absence d’isolement international du roi de Sicile, et confirme qu’il peut faire peser une menace sur le Saint-Siège. La clef, pour Manfred, consiste dans l’occupation des Marches et de la Toscane, unique moyen de chantage sur le pape ; mais le seul levier pour la mettre en œuvre est la force des gibelins.

  • 13 Il faut en effet se défier d’une conception « géologique » du gibelinisme et du guelfisme, ou plut (...)

21La politique pontificale inquiète alors les villes italiennes, qui sont guelfes, ma non troppo13. C’est la carte que joue le roi, mais on n’échappe pas longtemps à son parti : la crainte d’une défaite totale de la ligue gibeline finit par contraindre Manfred à une intervention pourtant chichement mesurée : entre Florence et Sienne, il fait le choix provisoire de Sienne que préside un podestat sicilien, Francesco Torgisio. L’envoi d’un contingent sicilien s’avère décisif en 1260 : la victoire gibeline de Montaperti, le 4 septembre, ensevelit les maigres chances d’un accord avec Alexandre IV, puis avec le pape français Urbain IV, élu le 29 août 1261. Mais, en dépit des rebuffades et des longueurs d’une négociation destinée à le tromper, Manfred ne se lance pas dans une offensive contre Rome : il avait sans doute médité la faiblesse de son père, et généralement de tous les empereurs, face à une papauté fuyante. C’est en effet une donnée permanente du rapport entre les deux puissances : à la hâte, au besoin de décision et au souci de règlement rapide des Impériaux, la papauté oppose la durée, le repli éventuel sur la France et Manfred, comme son père déjà, ne peuvent plus lui opposer un parti, dans le sacré collège, ou un épiscopat cohérent capable d’élire et de soutenir un antipape. C’est seulement en 1265, et trop tard, que Manfred, devant la menace que l’élection, le 5 février, de Clément IV, le Français Gui Fouquois, fait peser sur sa couronne, lance enfin un manifeste impérialiste et une marche sur Rome, destinée à une totale faillite et en pleine contradiction avec quinze années de sa politique.

Charles Ier roi de Sicile : rupture et continuités

  • 14 La Noblesse napolitaine sous la dynastie angevine : l’aristocratie des comtes (1265-1435), Univers (...)
  • 15 Isabella sœur de Manfredi Maletta, Federico, Orlando, Mactiotta et Nicola Maletta, Federico Musca, (...)
  • 16 Guglielmo de Gallano, Rinaldo et Vitulo de Fasano de Polizzi, Roberto de Sparto, Gualterio et Giov (...)
  • 17 Leonardo de Aldigerio, Gerardo Magnicti, Bernardo Mustacii, Bonaventura de Astasio, tous de Messin (...)
  • 18 En dépit de la destruction par les troupes nazies des archives angevines, la documentation se mult (...)

22Comme l’a souligné dans sa thèse Sylvie Pollastri14, la victoire de Bénévent et la mort de Manfred, le 26 février 1266, et l’effondrement subit du régime n’ont pas constitué la principale des ruptures entre le royaume de Manfred et celui de Charles. Ils montrent seulement la fragilité du gouvernement par la parentèle après une bataille décisive. Les proches de Manfred rescapés à Bénévent s’exilent et l’aristocratie comtale doit donc nécessairement être renouvelée. Mais l’année 1266 montre aussi la versatilité des partisans du jeune roi : les Maletta, les Filangieri, les Camerana, Enrico Ventimiglia, un Sparavaira et même un Agliano, Boniface, rejoignent les rangs de la noblesse soumise, tandis que le vieux parti guelfe s’insère avec aisance dans les rouages de l’État, comme la famille des Lentini. La révolte de 1268-1269 manifeste une seconde fois la versatilité des Siciliens : partis de Tunis, Conrado Capece et les exilés gibelins entraînent dans la rébellion des insulaires, parmi lesquels on compte des grands de l’aristocratie ralliée15, des membres de la petite noblesse féodale, de rang chevaleresque et titulaires de fiefs modestes16 et des membres de la noblesse municipale en voie de consolidation, surtout messinoise17. De longues listes de traîtres, proditores, conservées dans la chancellerie angevine, attestent le succès de la révolte18.

  • 19 Attestées dans Luciano Catalioto, Terre, baroni e città in Sicilia nell’età di Carlo I d’Angiò, Me (...)

23Cette première révolte est destinée à laisser des traces profondes dans l’île19 ; les Français ont dû assiéger Caltanissetta et Sciacca, la répression est sévère, suivie de larges confiscations ; de plus, la famine a frappé les Siciliens de 1269 à 1272. Appauvrie, privée de ses archives fiscales, l’île souffre de l’arbitraire lors de la levée de la subvention générale de 1271-1272. Mais les confiscations se sont étendues aussi à tous les partisans qui ont rejoint les forces de Conradin dans le nord du royaume, jusqu’à sa défaite de Tagliacozzo et à son exécution.

  • 20 Albe (Coucy), Andria (Baux), Ariano (Vaudémont), Avellino (Montfort, puis Baux), Caserte (Beaumont (...)
  • 21 Acerra et Belcastro (Aquino), Altavilla (Capua), Catanzaro (Ruffo), Chiaromonte, Marsico, Potenza (...)
  • 22 RCA, XIII, p. 96 ; reg. 60, n° 226.

24Les saisies de 1266 et celles de 1269 ont entraîné la transformation radicale de la géographie politique et ont élargi la base féodale de l’État : dix-huit comtés ont été établis ou rétablis, nouveaux pour la plupart, aux titulatures et aux limites encore incertaines pour quelque temps, mais généralement plus petits que les grands commandements qu’avait érigés Manfred. Au total, une trentaine de comtés de petit format constitue l’assise administrative du royaume. En comptant les comtés créés ou attribués sous Charles Ier et sous Charles II, quatorze sont dévolus à des Français20. Dix échoient à des régnicoles21. Cette base féodale prolonge et accomplit le dessein de Roger II et de Manfred de confier à une féodalité de parents et de fidèles le premier contact avec les sujets et la surveillance. La répartition entre les Franco-Provençaux et les Régnicoles ralliés montre par ailleurs le souci royal d’établir des pôles de force, tout en tenant compte que les Français peuvent être trop puissants, agités et peu fidèles. Les Montfort sont ainsi expulsés de Nola et d’Avellino en 1271, tandis que la monarchie favorise la pénétration précoce de familles romaines (Orsini, Gaetani). En 1275, les mêmes Montfort se lancent en Calabre dans une guerre privée contre les Ruffo22.

25En Campanie et en Basilicate, au centre du dispositif, sur quinze comtés, trois seulement, Fondi (des Aquila), Marsico (des Sanseverino) et Acerra (de Tommaso d’Aquino), sont laissés à l’aristocratie régnicole. En Abruzze et en Calabre, au contraire, sa part s’élève à chaque fois à un comté sur trois, Catanzaro des Ruffo et Celano de Roger de Celano. Par un retour à la tradition normande et frédéricienne, on ne laisse pas subsister de comté en Sicile. Un seul a été rétabli, en 1271, pour Jean de Montfort, celui de Geraci, mais il est aussitôt récupéré. Ici la continuité politique est forte, elle ne laisse qu’une faible emprise à la féodalité, qu’elle soit française ou ralliée, à peine 10 % des feux de Sicile en 1277 ; on ne connaît pas non plus de concession du mère et mixte impère, c’est-à-dire de pouvoirs judiciaires élargis, avant les Vêpres.

26La parentèle ne joue plus le rôle qu’elle assumait sous Roger II et sous Manfred : le fils du roi (Charles, prince de Salerne), les gendres (Philippe de Courtenay, Robert d’Artois) et les cousins royaux (Raoul de Courtenay) tiennent cependant des points forts, Chieti, Alife, Eboli et l’honneur du Monte Sant’Angelo, mais d’importance stratégique et économique inégale. Le régime repose sur les comtés donnés à des Français ou créés pour des Régnicoles, mais acquis par mariage ; une politique systématique de mariages d’héritières permet de capter les grands fiefs tenus par des épiclères, veuves ou filles de Ricardo Filangieri, de Tipoldo Dragone, de Bernardo de Caltagirone, tandis que des mariages entre maisons françaises et provençales contribuent à l’homogénéisation de la noblesse des vainqueurs.

  • 23 Tenu successivement par Geoffroy de Sargines, Gelran d’Ivry, Jean d’Eppe, Geofroi de Milly et Jean (...)
  • 24 Eudes de Toucy, Philippe d’Herville et Ermengaud de Sabran.
  • 25 Jean d’Acy, doyen de Meaux, Geoffroi de Beaumont chancellier de Bayeux, Jean du Mesnil chapelain r (...)

27Les grands offices sont pratiquement tous aux mains de Français. Et d’abord les grands offices de Cour, qui deviennent graduellement la chasse gardée des comtes ; le connétable est ainsi Jean Britaud de Nangis, puis Jean de Montfort, comte de Squillace ; l’amiral est Guillaume de Beaumont, puis Guillaume Estandart, avec quatre vice-amiraux basés à Bari, en Sicile, en Principat, et à Tarente ; le camérier est Pierre de Beaumont, comte de Montescaglioso, puis Jean de Montfort, comte de Squillace. D’autres offices sont ouverts aux chevaliers : celui de grand sénéchal23, et celui de maître justicier24. L’innovation la plus remarquable est la constitution d’un office clérical peuplé de Français, principalement à la chancellerie25: ces clercs français sont des hommes âgés appelés à l’épiscopat, le renouvellement est donc rapide. Deux offices seulement sont laissés aux juristes régnicoles : le logothète est Sparano da Bari, juriste chevalier et maître rational ; et le protonotaire Roberto da Bari, puis Bartolomeo de Capoue, juriste, maître rational et feudataire. Le pouvoir utilise donc concurremment une noblesse française, originaire du centre du domaine royal, et appelée au titre comtal, une cléricature à vocation épiscopale et philopontificale, et une noblesse du droit, vraie « chevalerie de lois », cette dernière régnicole et héritée de Manfred.

  • 26 Le comptage de S. Morelli, « I Giustizieri nel regno di Napoli al tempo di Carlo I d’Angiò : primi (...)
  • 27 RCA, XIX, p. 63 ; reg. 81, n° 251 ; 22.07.1278.
  • 28 RCA, I, p. 80, n° 216-221.
  • 29 RCA, XIII, p. 76, reg. 60, n° 129.
  • 30 RCA, XVII, p. 85 ; reg. 79, n° 156.
  • 31 RCA, XIV, p. 259 ; reg. 76, n° 470.
  • 32 RCA, XVIII, p. 355-356 ; reg. 80, n° 712-716, et XIX, p.19 ; reg. 81, n°63.

28Au-dessus de la base féodale élargie, le représentant du prince est le justicier provincial. Français et Provençaux, « Ultramontains », dominent statistiquement cette instance politique : j’en ai compté 96 sur les 119 qui se partagent les tâches administratives et judiciaires entre 1266 et 1282, 80 %, pour seulement 23 « Latins26 ». Même si les juges auxiliaires qui flanquent le justicier et exercent effectivement la fonction judiciaire sont des juristes régnicoles, la présence dans les capitales provinciales et la circulation dans les assises des bourgs de corps compacts d’Ultramontains, le justicier, ses gardes, sa mesnie, devait être insupportable. Les Franco-Provençaux se voient également réserver les tâches militaires et policières : surveillance des pas des Abruzzes (Guillaume de Grollay, puis Dreux de Bordello), garde des routes en Capitanate et en Terre de Labour (Hugues de Vivariis), fonctions de châtelains, les prévôtés navales (Palerme, 1278) et les postes de portulan : en Sicile, un sur trois doit être français27, et c’est bien le cas à Girgenti, à Mazara, à Messine, à Palerme, à Sciacca, à Termini dès 126728. On note que les commissions d’enquête déléguées pour contrôler les excès des officiers sont composées de manière hétéroclite, mais expriment l’hégémonie française : un clerc français, un juge provençal et un notaire régnicole en Abruzze en 1274 ; un clerc et un officier, tous deux français en Terre de Labour et Molise en 1275-127629. Seule la Sicile reçoit dès l’abord des commissions en quelque sorte paritaires : un clerc français et un juge de Pouille en 127630, un clerc français, un juge calabrais et un notaire sicilien en Sicile en 1276-127731, sans doute pour tenir compte de sensibilités plus aiguës. En 1277-1278, ces commissions mixtes s’étendent au Principat, à la Pouille, à la Basilicate et à la Calabre : elles comprennent un clerc français, un juge régnicole et un notaire local32.

  • 33 Il a été mis en lumière par Léon Cadier, Essai sur l’administration du royaume de Sicile sous Char (...)
  • 34 Patrick Gilli, « L’intégration manquée des Angevins en Italie : le témoignage des historiens », L’ (...)
  • 35 En 1276, ils semblent tous ultramontains : Dreu de Sallico, Dreu de Senibus, Guillaume de Lions, P (...)
  • 36 En particulier maître Pierre de Bayeux, Thomas de Chisney, Étienne et Pierre d’Étampes, Guillaume (...)
  • 37 Ainsi à la Pentecôte 1278, 24 Français pour quatorze Italiens seulement, dont trois Romains et un (...)
  • 38 L. Cadier, Essai, p. 19, note que l’interdiction du port d’armes, le 15 février 1277, est spéciale (...)

29Le poids des Franco-Provençaux dans l’aristocratie et dans la représentation de l’autorité aggrave la perception d’une conquête et d’une oppression étrangère33. La conscience des origines françaises aurait pu déterminer un ralliement général des nobles, fréquemment d’origine normande, tant dans l’aristocratie baronniale que dans la chevalerie urbaine. Et c’est sans doute un des éléments qui expliquent l’adhésion des Sanseverino et des Filangieri, des Ruffo de Calabre, des Aquila (L’Aigle), mais tous n’ont pas été sensibles à une évocation des origines : les Maletta, les Chiaromonte (Clermont de l’Oise), les Melia (Milly), d’abord ralliés, ont trahi par la suite. La volonté de Charles de chercher des références hors du modèle capétien, chez les rois catholiques de Sicile et dans l’héritage carolingien, fait ressortir le malaise sous-jacent34. Les origines françaises manifestes des valets royaux, qui assurent les relations directes avec les officiers locaux35, des chapelains royaux36 et d’un grand nombre de jeunes nobles décorés du baudrier de chevalerie37 souligne symétriquement la difficulté à sortir de l’épopée victorieuse et à organiser la sicilianisation des vainqueurs38.

  • 39 Giovanna Vitale, « Nobiltà napoletana della prima età angioina. Élite burocratica e famiglia »,L’É (...)

30Dans l’ensemble, cependant, c’est la continuité politique qui l’emporte : d’abord, le personnel de l’administration fiscale se recrute toujours dans la noblesse d’argent et de lois d’Amalfi, de Salerne, de Barletta et de Messine. Ce sont les mêmes familles de la nébuleuse amalfitaine, Scala (les Pando, les Trara, les d’Afflitto), Ravello (les Pironto, et surtout les Rufolo), unis à la noblesse urbaine de Barletta et de Messine par des mariages et par une émigration durable, qui assument les grands offices de secreto, de portulan et de maître procurateur des provinces, ainsi que ceux de maîtres des monnaies de Messine, Brindisi et Naples, tandis que les juges professionnels se recrutent aussi en Pouille. Un certain nombre de familles chevaleresques de l’entourage frédéricien qui avaient assumé des offices de justicier, Fasanella, Montefusculo, Eboli, Galluccio, Acquaviva, Mansella, effectuent aussi leur ralliement, mais pour recevoir une place mineure dans l’appareil de l’État. Cette continuité s’accompagne cependant d’un lent glissement vers Naples, où se fixent des Amalfitains, tandis que les lignées de la chevalerie napolitaine sont plus nombreuses dans l’élite bureaucratique39.

31En Sicile, où l’abondance de la documentation permet de mieux connaître les maisons de la chevalerie urbaine, on peut suivre ainsi le ralliement des lignées anciennes et les services qu’ils prêtent à l’État nouveau : les Bosco et les Manuele à Trapani, les Ebdemonia et les Faylla à Palerme, les Licata et les Naro autour de Girgenti, se partagent des tâches de capitaines, de responsables des arsemaux, de vicesecreto, de conservateurs des naufrages.

  • 40 RCA, XI, p. 232, reg. 59, n° 177.

32La continuité politique passe aussi par la permanence de la politique royale, ce qui implique la transmission de personnels, de consignes et de dossiers au sein de la Chancellerie et une réflexion commune aux clercs français et aux juristes régnicoles de Manfred : à l’intérieur, l’État angevin prolonge et renforce la stratégie d’établissement d’un échelon local de responsabilité, qui puisse assumer la levée de l’impôt, la distribution de la nouvelle monnaie et la mobilisation de forces supplétives de police. Ce sont des commissions élues, qui assument la définition de l’assise de la taxation, des juges annuels élus et non renouvelables, et enfin des maîtres jurats, qui sont chargés de la surveillance dans les bourgs et les casaux. On retrouve ici à la fois la méthode de Frédéric II et le projet, appliqué également en Provence, d’instituer des « universités », nouvelles communes constituées sur la base du syndicat, à la place des consulats et des républiques urbaines abolies. Comme pour les bayles, dont le choix par l’autorité sur une liste de trois propositions rédigée par l’assemblée populaire est attesté à Cefalù en 1224, la désignation des syndics et des maîtres jurats par une proposition unanime des conseillers ou un tirage au sort n’entame pas la souveraineté du prince, qui fait casser en 1273 les délibérations indues de l’université de Palerme40, mais elle assure un relais local à son autorité. On sent que le frémissement communaliste est bien loin d’être épuisé et que les cités et les « terres » qui ont participé aux grandes vagues de 1251 et 1255 sont prêtes à recommencer.

  • 41 RCA, XXIV, p. 81, reg. 100, n° 366 ; 5.11.1280.
  • 42 RCA, XII, p. 270 ; add. 54, n°8 ; 30.11.1273 ; ils sont confiés à Guillaume de Grollay, maître des (...)

33La continuité s’exprime également dans la sévérité, toute frédéricienne, d’une justice conçue comme sacerdoce, mission providentielle, et assumée par un corps de juges intimement convaincu de disposer d’un mandat suprême pour assurer l’ordre. Les représailles, en particulier, sont féroces : les maisons des déserteurs sont rasées, les arbres et les vignes arrachés41 ; la torture est instituée contre les brigands, les larrons, des Abruzzes, et l’arson décrété contre les casaux et les massarie qui les abriteront : on les brûlera sans pitié42. La terreur est pleinement utilisée contre les ennemis de l’ordre et les loups qui s’attaquent au troupeau confié par Dieu à ses bergers, le roi et les juges.

  • 43 Saba Malaspina, Istoria, VI, 2. Sur lui, C. Carozzi, « Saba Malaspina et la légitimité de Charles (...)
  • 44 L. Cadier, Essai, p. 84.
  • 45 Biblioteca comunale, Palerme, ms. QqH7, fol.501 ; 23.3.1268 ; pour 156 onces 20 tari.
  • 46 RCA, VIII, p. 33 ; reg. 34, n° 32.

34La continuité politique passe encore par un contrôle étroit de la monarchie sur les églises : Charles a certes dû abandonner la désignation unilatérale des évêques et il est contraint à des enquêtes fréquentes (1266, 12701272, 1274-1277) sur les abus des officiers royaux aux dépens des églises, mais ce rôle de protecteur implique des devoirs et des droits. À défaut de pouvoir faire payer l’impôt sur les revenus ecclésiastiques, la monarchie soumet le patrimoine de l’Église à « l’utilité » royale, interdisant l’exportation des denrées par les ports des domaines épiscopaux et la réservant à ceux du Domaine royal. Cette mesure régalienne, le devetum, suscite la colère du chroniqueur romain Saba Malaspina, reflet du mécontentement du parti pontifical43. Les ordonnances de San Martino, destinées à réformer le royaume après les Vêpres et à assouvir les revendications de l’Église, montrent en creux les « excès » des officiers : ils refusaient de payer la dîme des revenus royaux sans une lettre ad hoc, ils soumettaient les clercs à la justice générale sans respect du for séparé, ils refusaient de respecter le droit d’asile, et ils soumettaient les logements des prélats au droit de gîte. Quant aux élections épiscopales, elles étaient étroitement contrôlées par la monarchie44. On est bien loin de la dévotion filiale qu’un prince guelfe devrait à l’Église. Et, dans son sillage, les nobles, qu’ils soient français ou « latins »,n’hésitent pas à s’approprier les biens de l’Église : en 1268, l’évêque de Cefalù est contraint de louer en gabelle à l’homme de paille du comte Enrico Ventimiglia, maître Pierre de Turin, les revenus de l’évêché45, et, dans la même zone des Madonies, trois ans après c’est le Français Jean de Burlais, seigneur de Collesano, qui s’empare du fief de l’abbaye cistercienne du Santo Spirito de Palerme46.

  • 47 Synthèse dans J.-M. Martin, « Fiscalité et économie étatique dans le royaume angevin de Sicile à l (...)
  • 48 RCA, III, p. 233 ; reg. 13, n° 683.

35La fiscalité, en effet, est lourde sur tous : Charles n’a pas démantelé l’appareil fiscal frédéricien47. Les collectes se succèdent avec régularité, se chevauchant même en 1272-1275, cinq levées en trois années indictionnelles. Bien plus, la monarchie impose en 1276-1277 au baronnat une « contribution volontaire » qui permet d’équiper 54 tarides. Les services ministériaux assumés par les municipes et dénoncés par Saba Malaspina, les prêts forcés, l’institution de la Foresta ne sont pas des nouveautés, alors qu’ils focalisent l’opposition à la tyrannie fiscale et donnent l’occasion de premiers mouvements de résistance, en 1270 et en 1272-1273. Charles d’Anjou maintient en effet l’essentiel du système frédéricien : le droit de réquisition, au nom du fodrum, permet de « fourrager » pour nourrir l’armée. 13 666 salmes de blé, plus de 37 500 hectolitres, plus de 2 700 tonnes, sont exigées en mars 1269 pour l’expédition contre Lucera insurgée. Le fodrum est exceptionnel, certes, mais on y revient en 1277. Les gabelles instituées par Frédéric, les nova statuta, ne sont pas abolies et les prestations de travail pour les châteaux royaux sont toujours exigées ; de véritables districts de service entourent ainsi Ariano, Acerenza, Boiano, Calanna, Canossa, Crepacore, etc. D’autres bassins de service entourent les massarie royales du Capitanate48. La discipline du « fondaco », enfin, est maintenue, qui impose aux marchands importateurs le dépôt des marchandises et une résidence obligatoire.

36Charles d’Anjou maintient également les pratiques économiques de Frédéric, héritage de Roger II : le commerce de Cour, en interaction avec les relations diplomatiques, permet de réaliser quelques coups superbes, en 1274 et en 1275, à l’occasion des sécheresses qui sévissent en Afrique. Il se combine avec l’exploitation du domaine propre de la monarchie, les entreprises de céréaliculture de la Cour, massarie, et avec une utilisation toujours cynique de la puissance publique. Le pouvoir joue avec l’autorisation d’exporter, la « traite » : il peut interdire tout à fait l’exportation, en cas de famine (1272) ; il peut imposer des directions sélectives et interdisant de ravitailler les pays ennemis : l’embargo devient une arme stratégique ; il peut enfin se réserver le revenu de la traite en interdisant d’utiliser les ports de l’Église (1277) et imposer aux exportateurs des contrats léonins (1274) qui laissent à la monarchie la collecte des grains exportés et un profit assuré. Dans ce domaine, cependant, Charles et son équipe n’ont pas eu la lucidité et la vision prophétique de Frédéric : ce dernier, après une réflexion sur les effets de frein qu’avait une taxation lourde, avait décidé en 1239 de baisser la traite ; il retrouvait là une pensée sans doute ancienne et dont on trouve les traces dans la réforme fiscale des ‘Abbâssides. Le fiscalisme de Charles est plus strict : le revenu de l’exportation n’atteint pas 10 000 onces, 5 % d’un revenu fiscal qui tourne autour de 200 000 onces, un million de florins, et il ne concerne que deux provinces, Pouille et Sicile, qui attiraient l’attention de Frédéric, mais ne sont plus le centre d’intérêt de la monarchie.

  • 49 Ainsi l’assignation de 1200 onces sur le Principat et la Terre de Labour pour rembourser le prêt c (...)

37La présence d’assignations sur les organismes fiscaux provinciaux, les Secrezie, montre au demeurant que le royaume vit au-dessus de ses moyens49. Cette pratique, entamée sous Frédéric, interdit d’établir un budget et oblige les officiers locaux à des acrobaties dangereuses.

  • 50 RCA, VI, p. 201 ; reg. 22, n° 1067.
  • 51 RCA, XII, p. 261 ; reg. 68, n° 365 ; XIV, p. 148, reg. 76, n° 115, et p. 240, reg. 76, n° 410 ; XV (...)

38Au-delà des pratiques administratives et fiscales, c’est une conception hautaine, souveraine, démiurgique, de l’État, qui anime l’administration « angevine » : la construction de nouveaux habitats ou le peuplement forcé de localités stratégiques constitue ainsi un chaînon entre la tradition byzantine des déplacements autoritaires assumée par Roger II (Collesano), la pratique des fondations nouvelles multipliée par Frédéric II, la destruction des villes rebelles (Bari, Butera, Centorbi) et la réflexion sur la « peuplade » qui anime les créateurs de bastides et de Villeneuves de l’espace français et provençal. Charles Ier, s’il continue la technique normande et souabe en concentrant en 1271 des Provençaux pour habiter Augusta50, puis Lucera, apparaît aussi comme un créateur de villages : en 1276, Taverna, en Val de Crati, après sa révolte, est partagée en cinq casaux de 200 foyers ; l’année suivante, Belvedere en Terre de Labour reçoit 60 familles, et Petrolla, devenue Villanova, en Terre d’Otrante, peut en accueillir 300, tandis qu’en 1278 Mauli, en Terre de Bari, rebaptisée également Villanova, est reconstruite pour 150 maisonnées51.

39Une étrange continuité se fait enfin jour en politique étrangère, où le pouvoir angevin reprend les grandes lignes directrices de celle de Manfred, d’abord dans l’espace italien. Le retour à des dimensions régionales de l’État frédéricien laisse cependant entrevoir des ambitions égales à celles de Manfred et de Frédéric et qui suscitent la méfiance pontificale ; plus limitées géographiquement, mais plus concrètes, elles reposent d’abord sur la fonction de chef du parti guelfe. Charles Ier assume ainsi la sénatorerie de Rome, viagère en 1263, puis pour trois ans ; abandonnée après Bénévent, elle est restaurée en 1268 à l’occasion de la descente de Conradin. Depuis 1266, Charles revêt la charge de vicaire impérial en Toscane, à laquelle il a été nommé par le pape ; elle lui permet de procéder à la désignation des podestats des villes toscanes. Un même conflit est en germe en Ombrie, en Marche, en Romagne. Au Parlement de 1266 tenu à Milan, c’est toute la Lombardie qui entre dans la sphère des ambitions angevines ; Charles nomme le sénéchal de Provence, Guillaume Estendart, vicaire de Lombardie. À son tour, dès 1269, il manifeste des ambitions sur la Sardaigne : Philippe, son fils, est élu roi de Sardaigne à Torres. Sur tous ces fronts, la politique de Charles continue celle de Manfred.

40De manière symétrique, la politique de Conradin renoue avec le grand jeu des Staufen. Il tente de prendre appui sur l’Italie pour préparer la conquête de l’Empire ; la diète gibeline le finance pour se débarasser de lui en direction de l’Italie. La connotation idéologique est ici bien plus forte : l’expédition de 1267 reçoit le soutien d’Henri de Castille, sénateur de Rome pour les gibelins, et de son frère Frédéric ; le débarquement des forces venues de Tunis soulève un immense enthousiasme sicilien : il alimente les rangs des « traîtres », les proditores, aussitôt dépossédés après le retour de l’ordre angevin. Cette réaction pro-impériale n’est pas isolée : en 1270 les gibelins l’emportent à Gênes. L’entente de Guillaume VII de Montferrat avec Alphonse X de Castille conduit à un double mariage à la nette connotation anti-angevine. En 1274-1275 la Ligue connaît un développement impétueux en Lombardie à Verceil, à Novare, à Vérone, à Mantoue, et même dans la guelfe Alessandria, tandis que les raids des Génois imposent une surveillance coûteuse des côtes siciliennes.

41La stratégie méditerranéenne de Charles Ier reprend également les principes de la politique de Manfred. Une union matrimoniale avec la famille des empereurs latins de Constantinople prépare la restauration de l’Empire. L’occupation de l’Albanie est menée à bien dès 1271 et, en 1278, elle se complète par l’administration de la Morée (Achaïe) assumée par les Siciliens ; Charles n’hésite pas à utiliser à cette fin une famille du cercle de Manfred, les Chinardo, d’origine chypriote. Une alliance matrimoniale avec la Hongrie arpadienne complète ce qui semble bien un encerclement de la Constantinople des Paléologues. L’inquiétude pontificale n’est pas cachée : la puissance d’un allié aussi entreprenant doit être circonscrite. Au concile de Lyon de 1274, Grégoire X procède hâtivement à l’union avec les Grecs pour géner l’expédition projetée contre Constantinople.

42La stratégie de Charles d’Anjou hérite aussi d’ambitions plus anciennes et qui remontent aux Normands et à Frédéric : en 1270 il obtient le rétablissement du tribut que versaient les Hafsides de Tunis et envoie des commissions qui comprennent des notaires arabophones de Palerme pour prélever ces sommes. En 1277, Charles récupère des droits, au demeurant confus, sur le royaume d’Acre et retrouve ainsi la position de Frédéric et de Conrad, son fils, comme rois titulaires de Jérusalem : l’envoi de Roger Sanseverino, comte de Marsico, comme bayle d’Acre sanctionne cette nouvelle responsabilité. En 1281, enfin, retrouvant les ambitions de Frédéric, désormais réalistes, puisque Charles est maître des comtés de Provence et de Forcalquier, le roi de Sicile prépare la restauration du royaume d’Arles pour Charles-Martel, gendre de Rodolphe de Habsbourg.

43L’inquiétude pontificale se nourrit donc sur plusieurs fronts : la force de Charles en Italie fait craindre une prise en tenailles de la papauté, tandis que la restauration du royaume d’Arles isole et assiège le patrimoine provençal du Saint-Siège ; le prestige du titre de Jérusalem, qui sera relevé par la dynastie savoyarde, est encore immense, et peut aider à mettre en tutelle la papauté. L’effort consenti pour affaiblir Charles Ier est donc légitime : Grégoire X, en 1278, oblige le roi de Sicile à abandonner la sénatorerie de Rome et se la fait attribuer à vie. Il favorise l’alliance entre les gibelins lombards, dirigés par Otton Visconti, à la fois archevêque et seigneur de Milan, avec Gênes, et il pousse à la réconciliation entre les factions, en particulier à Florence. Le désastre qui frappe les positions angevines en Piémont permet de rétablir l’équilibre italien, absolument nécessaire à la papauté. C’est seulement avec Martin IV que la papauté favorise enfin l’alliance entre Charles, l’empereur titulaire latin de Constantinople et Venise, contre Michel VIII Paléologue.

  • 52 H. Bresc, « Sous le drapeau du roi Charles : Draguignan dans l’Union d’Aix et la guerre civile », (...)
  • 53 H. Bresc, « La féodalité sicilienne et la vision de Michele Amari, 1250-1290 », Atti del Seminario (...)
  • 54 L. Cadier, Essai, p. 85.

44La revendication révolutionnaire des Siciliens, comme celle des Provençaux en 138252, aurait sans doute permis, dans d’autres contextes, la construction d’un État « alternatif », fondé sur la fédération des communes, la « Suisse méditerranéenne » moquée par le comte de Saint-Priest, qui s’en prenait à la vision lucide et prophétique de Michele Amari53. Au contraire, les visées conjointes de la noblesse, de la papauté et du clergé ne pouvaient qu’ébranler la structure de l’État hérité des Normands : la noblesse obtenait en 1283 de faire sauter tous les contrôles étatiques, la liberté des mariages aristocratiques, la limitation du service militaire à 90 jours, le jugement par les pairs, la liberté d’exiger des aides sans licence de la Cour54. Les communautés participaient également, mais plus modestement, à la démolition de l’État frédéricien, sans voir que son affaiblissement rendait leur position plus fragile face à la féodalisation : le retour aux usages fiscaux de l’époque de Guillaume II, au demeurant inconnus, n’était qu’une base de négociation, mais d’autres décisions de 1283 entamaient sérieusement l’édifice, suppression des corvées de réfection des châteaux, fin de l’obligation de porter les fruits des taxes à la Cour.

45D’autres mesures, plus réfléchies, ou naïves, allaient au contraire dans le sens de l’effort de l’État méridional pour assurer l’unité de son espace (suppression des droits intérieurs sur le commerce infra Regno), la liberté de ses habitants (interdiction aux comtes de faire des enquêtes, d’arrêter, de torturer, de saisir, habeas corpus partout et pour tous, défense de pratiquer la torture ou d’exécuter une condamnation sans l’avis du juge) et la sécurité économique (fin des mutations monétaires, arrêts des obligations, comme les achats pour l’Hôtel à prix taxé ou les réparations de navires de la Cour) : elles manifestent ce qui était insupportable dans l’édifice étatique, la structure ministériale, la réquisition, le gîte, les services forcés, plus ou moins coûteux, l’autorité extrajudiciaire des officiers de police.

46On le voit, la continuité de l’appareil administratif et judiciaire, une formation et un recrutement communs, et la force aussi des contraintes géographiques ont assuré une longue permanence de l’État méridional. La « descente » des Impériaux, puis celle des Français ont engendré plus que des nuances à l’ordre institué par les Normands, mais elles ne l’ont pas fondamentalement modifié : un gouvernement autoritaire, de majesté, repose sur une église non grégorienne et sur une base politique étroite, la famille royale et quelques fidèles. C’est seulement avec 1282 et la révolte sicilienne, suivie au demeurant en Terreferme, que cet État est ébranlé, d’abord par la revendication communale et fédérale, vite suffoquée, puis par la féodalisation rampante et tardive, qui étouffera à son tour l’État angevin.

Chronologie

Les Normands

471059 Investiture pontificale : Robert Guiscard, duc de Pouille, reçoit l’Italie du Sud et la Sicile à conquérir.

481060 Débarquement normand à Messine.

491072 Conquête de Palerme.

501101 Mort du comte Roger Ier.

511112 La régente Adélaïde transfère la capitale à Palerme.

521130 Roger II reconnu roi par le pape Anaclet et couronné à Palerme le jour de Noël. 1146-1149 Expéditions et conquêtes des côtes de l’Afrique du Nord et de Corfou.

531154 Mort de Roger II. Guillaume Ier roi. Maion de Bari premier ministre.

541160-1161 Conspiration contre Maion, assassiné ; pogrom anti-musulman ; répression de la révolte des feudataires.

551166 Mort de Guillaume Ier ; la reine Marguerite de Navarre régente pendant la minorité de Guillaume II.

561168 Expulsion du chancelier Étienne du Perche.

571178 Fondation de Monreale.

581186 Mariage de Constance, fille de Roger II, et d’Henri (VI), fils de Frédéric Barberousse.

591189 Mort de Guillaume II.

601190 Violences anti-musulmanes. Tancrède élu roi.

Les Hohenstaufen

611194 Mort de Tancrède ; triomphe d’Henri VI et de Constance ; naissance de Frédéric II ; « fureur teutonique ».

621197 Mort d’Henri VI ; Constance régente.

631198 Mort de Constance ; le pape Innocent III tuteur de Frédéric. 1198-1208 Révolte musulmane ; luttes entre les Allemands et les Pontificaux.

641208 Majorité de Frédéric II.

651212 Départ pour l’Allemagne ; élection impériale.

661220 Retour en Italie ; édit sur les privilèges : 1221-1223 Écrasement des Musulmans ; déportation à Lucera.

671225 Frédéric roi de Jérusalem par son deuxième mariage.

681228-1229 Croisade de Frédéric II.

691231 Constitutions de Melfi.

701232-1233 Révoltes de Sicile orientale ; déportation des habitants à Palerme. 1237 Fondation de Corleone par les Lombards d’Oddone de Camerana.

711246 Derniers bastions musulmans enlevés en Sicile.

721250 Mort de Frédéric ; Conrad IV empereur et roi. 1254 Mort de Conrad IV ; Manfred, prince de Tarente, régent.

731256 Enrico Abbate, pour Manfred, reprend Palerme sur les Pontificaux.

741258 Manfred couronné roi à Palerme.

751262 Constance, fille de Manfred, épouse Pierre III d’Aragon.

761265 Investiture pontificale du royaume de Sicile à Charles d’Anjou.

771266 Manfred vaincu et tué à Bénévent ; occupation française.

Les Angevins

781267 Révolte des gibelins venus de Tunisie en Sicile ; descente de

79Conradin en Italie.

801268 Conradin vaincu à Tagliacozzo, exécuté à Naples.

811270 Croisade de Louis IX en Tunisie.

821272 Conquêtes angevines en Grèce et dans les îles ioniennes.

8330 mars 1282 Révolte des Vêpres siciliennes.

Les Aragonais

84Août 1282 Arrivée de Pierre III d’Aragon ; guerre en Calabre et sur mer.

851285 Mort de Pierre ; son fils Jacques roi de Sicile.

861291 Jacques hérite l’Aragon ; son frère Frédéric lieutenant général dans l’île.

871296 Les Siciliens élisent Frédéric III roi de Sicile ; couronné le 25 mars ; rupture avec l’Aragon.

881297-1300 Guerre à outrance contre Naples, Rome, la France et l’Aragon ; défaites de Frédéric III, qui tient bon.

891302 Paix de Caltabellotta ; constitution du royaume provisoire de Sicile insulaire, dit de Trinacrie.

901314 Reprise de la guerre gibeline.

911321 Interdit pontifical sur la Sicile.

921326-1327 Expéditions siciliennes au secours de l’empereur Louis de Bavière en

93Italie.

Notes

1 Salvatore Fodale, Comes et legatus Siciliæ. Sul privilegio di Urbano e la pretesa Apostolica Legazia dei Normanni di Sicilia, Palerme, 1970.

2 Henri Bresc, La Correspondance de Pierre Ameilh, archevêque de Naples, puis d’Embrun (1363-1369), Paris, 1972, in-8°, p. LIV.

3 H. Bresc, « 1282 : classes sociales et révolution nationale », dans La Società mediterranea all’epoca del Vespro, XI congresso di Storia della Corona d’Aragona, Palerme-Trapani-Erice, avril 1982, Palerme, 1983, p. 241-258.

4 H. Bresc, « La “mala signoria” ou l’hypothèque sicilienne », dans L’État angevin. Pouvoir, culture et société entre xiiie et xve siècle, Rome-École française de Rome, 1998, p. 577-599. Je renvoie à cet article pour toutes les références qui concernent l’administration angevine.

5 Nicola de Jamsilla, Historia de rebus gestis Friderici II imperatoris ejusque filiorum Conradi et Manfredi Apuliæ et Sicilæ regum ab anno MCCX usque ad MCCLVIII, RIS, VIII, p. 494-584.

6 Jean-Marie Martin, « L’organisation administrative et militaire du territoire », dans Potere, società e popolo nell’età sveva (1210-1266), Atti delle seste giornate normanno-sveve, Bari, Castel del Monte-Melfi, 17-20 ottobre 1983, Bari, 1985, p. 71-121.

7 Enrico Pispisa, Il regno di Manfredi. Proposte di interpretazioni, Messine, 1991 ; repris par E. Cuozzo, « Modelli di gestione del potere nel regno di Sicilia. La “restaurazione” della prima età angioina », L’État angevin, p. 519-534.

8 Ernesto Pontieri, Ricerche sulla crisi della monarchia siciliana nel secolo XIII, Naples, 1950.

9 Le marquis Lancia, puis le fils de Frédéric, Enzio, à Pavie, et ses autres fils, Frédéric d’Antiochia en Toscane et Richard de Chieti à Ancône, son gendre Thomas de Savoie et les Del Carretto en Lombardie occidentale.

10 Saba Malaspina, « Istoria delle cose di Sicilia », G. del Re, Cronisti e scrittori sincroni napoletani, 2, 1868, p. 205-408. Il est aussitôt remplacé par Federico Lancia, comte de Squillace.

11 Émile G. Léonard, dans son ouvrage touffu, mais lucide, Les Angevins de Naples, Paris, 1954, p. 40,avait déjà souligné « l’accord paradoxal d’un fils de Frédéric II excommunié par l’Église avec les guelfes, idéologiquement défenseurs de la papauté, mais pratiquement en conflit avec le pape », accord qui échoue avec la décision d’aider les gibelins.

12 G. Del Giudice, Codice diplomatico del regno di Carlo I e II d’Angiò, II, 1, Naples, 1869, p. 1-21.

13 Il faut en effet se défier d’une conception « géologique » du gibelinisme et du guelfisme, ou plutôt y voir des glissements et des failles multiples.

14 La Noblesse napolitaine sous la dynastie angevine : l’aristocratie des comtes (1265-1435), Université de Paris X-Nanterre, novembre 1994.

15 Isabella sœur de Manfredi Maletta, Federico, Orlando, Mactiotta et Nicola Maletta, Federico Musca, Enrico Ventimiglia.

16 Guglielmo de Gallano, Rinaldo et Vitulo de Fasano de Polizzi, Roberto de Sparto, Gualterio et Giovanni de Fisaula, Anselmo de Landolina, Nicola et Bernardo de Aspello, Orlando de Milia, Guarino de Conterato.

17 Leonardo de Aldigerio, Gerardo Magnicti, Bernardo Mustacii, Bonaventura de Astasio, tous de Messine, et Roberto de Montoro.

18 En dépit de la destruction par les troupes nazies des archives angevines, la documentation se multiplie après 1266, en contraste avec la pauvreté de l’information sur le Midi des Souabes ; I Registri della Cancelleria angioina ricostruiti con la collaborazione degli archivisti napoletani, R. Filangieri (dir.), I-XXV, Naples, 1950-1978, qui sont cités RCA.

19 Attestées dans Luciano Catalioto, Terre, baroni e città in Sicilia nell’età di Carlo I d’Angiò, Messine, 1995.

20 Albe (Coucy), Andria (Baux), Ariano (Vaudémont), Avellino (Montfort, puis Baux), Caserte (Beaumont), Celano (par mariage aux Beaumont), Chieti et Manopello (Courtenay), Conza (Melun), Eboli (Robert d’Artois), Loreto (Soissons), Montescaglioso (Beaumont), Nola (Montfort, puis Orsini), Squillace (Montfort).

21 Acerra et Belcastro (Aquino), Altavilla (Capua), Catanzaro (Ruffo), Chiaromonte, Marsico, Potenza et Tricarico aux Sanseverino), Fondi (Aquila, puis Gaetani), Telese (Siginulfo).

22 RCA, XIII, p. 96 ; reg. 60, n° 226.

23 Tenu successivement par Geoffroy de Sargines, Gelran d’Ivry, Jean d’Eppe, Geofroi de Milly et Jean de Lagonesse ; les maréchaux sont également des chevaliers, Jean de Brayselve, Guillaume de Milly, Ade Morier, Dreu de Beaumont, Anselme de Chevreuse, Philippe et Guillaume de Lagonesse, Guillaume Estendart.

24 Eudes de Toucy, Philippe d’Herville et Ermengaud de Sabran.

25 Jean d’Acy, doyen de Meaux, Geoffroi de Beaumont chancellier de Bayeux, Jean du Mesnil chapelain royal, Simon de Paris, Guillaume de Faronville.

26 Le comptage de S. Morelli, « I Giustizieri nel regno di Napoli al tempo di Carlo I d’Angiò : primi risultati di un’indagine prosopografica », L’État angevin, p. 491-517, donne des chiffres légèrement différents : 92 sur 132, 70 %.

27 RCA, XIX, p. 63 ; reg. 81, n° 251 ; 22.07.1278.

28 RCA, I, p. 80, n° 216-221.

29 RCA, XIII, p. 76, reg. 60, n° 129.

30 RCA, XVII, p. 85 ; reg. 79, n° 156.

31 RCA, XIV, p. 259 ; reg. 76, n° 470.

32 RCA, XVIII, p. 355-356 ; reg. 80, n° 712-716, et XIX, p.19 ; reg. 81, n°63.

33 Il a été mis en lumière par Léon Cadier, Essai sur l’administration du royaume de Sicile sous Charles Ier et Charles II d’Anjou, Paris, 1891.

34 Patrick Gilli, « L’intégration manquée des Angevins en Italie : le témoignage des historiens », L’État angevin, p. 11-33.

35 En 1276, ils semblent tous ultramontains : Dreu de Sallico, Dreu de Senibus, Guillaume de Lions, Pérot de Manuens, Robin de Fresnaye, Reynaud de Trivorzio, Pérot de Lakyerra, Thibaut Carrellus ; RCA, XVII, p. 69 ; reg. 69, n° 120.

36 En particulier maître Pierre de Bayeux, Thomas de Chisney, Étienne et Pierre d’Étampes, Guillaume de Faronville, Pierre de Lafay, Gilles et maître Pierre de La Ferté, Jean du Mesnil, Jean Petit d’Excravello, Simon de Paris, maître Gobert de Saint-Quentin ; ils partagent les tâches administratives avec des clercs formés à Rome, comme Étienne de Urbe, maître Jean de Capoue, Leonard de Ferentino, Paul de Reate.

37 Ainsi à la Pentecôte 1278, 24 Français pour quatorze Italiens seulement, dont trois Romains et un Génois ; RCA, XX, p. 73 ; reg. 85, n° 118. Alors qu’en 1272, pour la même fête couronnée, le roi avait armé 25 chevaliers, tous régnicoles ; RCA, XV, p. 81 ; add. 20, n° 73.

38 L. Cadier, Essai, p. 19, note que l’interdiction du port d’armes, le 15 février 1277, est spécialement destiné aux Ultramontains : sive sint Gallici vel Provinciales aut quavis alii Ultramontani vel Latini.

39 Giovanna Vitale, « Nobiltà napoletana della prima età angioina. Élite burocratica e famiglia »,L’État angevin, p. 535-576.

40 RCA, XI, p. 232, reg. 59, n° 177.

41 RCA, XXIV, p. 81, reg. 100, n° 366 ; 5.11.1280.

42 RCA, XII, p. 270 ; add. 54, n°8 ; 30.11.1273 ; ils sont confiés à Guillaume de Grollay, maître des pas, hors tout contrôle judiciaire.

43 Saba Malaspina, Istoria, VI, 2. Sur lui, C. Carozzi, « Saba Malaspina et la légitimité de Charles Ier », dans L’État angevin, p. 81-97.

44 L. Cadier, Essai, p. 84.

45 Biblioteca comunale, Palerme, ms. QqH7, fol.501 ; 23.3.1268 ; pour 156 onces 20 tari.

46 RCA, VIII, p. 33 ; reg. 34, n° 32.

47 Synthèse dans J.-M. Martin, « Fiscalité et économie étatique dans le royaume angevin de Sicile à la fin du xiiie siècle », L’État angevin, p. 601-648.

48 RCA, III, p. 233 ; reg. 13, n° 683.

49 Ainsi l’assignation de 1200 onces sur le Principat et la Terre de Labour pour rembourser le prêt consenti par le Siennois Bonaventura Bernardini ; RCA, XVII, p. 67, reg. 79, n° 116 ; 12.11.1276.

50 RCA, VI, p. 201 ; reg. 22, n° 1067.

51 RCA, XII, p. 261 ; reg. 68, n° 365 ; XIV, p. 148, reg. 76, n° 115, et p. 240, reg. 76, n° 410 ; XVIII, p. 388, reg. 80, n° 805.

52 H. Bresc, « Sous le drapeau du roi Charles : Draguignan dans l’Union d’Aix et la guerre civile », Provence historique, 195-196 (1999), p. 133-144.

53 H. Bresc, « La féodalité sicilienne et la vision de Michele Amari, 1250-1290 », Atti del Seminario di Studi Michele Amari storico e politico (Palerme, 27-30 novembre 1989), Palerme, 1991, p. 169-182.

54 L. Cadier, Essai, p. 85.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540