Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les princes angevins du XIIIe au XVe siècle

 | 
Noël-Yves Tonnerre
, 
Élisabeth Verry

De force ou de gré. La Provence et ses rois de Sicile (milieu xiiie siècle-milieu xive siècle)

Jean-Paul Boyer

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

« Tant que la grande dot provençale n’ôta pas la honte à mon sang, il valait peu, mais aussi ne faisait-il pas de mal. Là commença sa rapine, par la force et le mensonge. »

1Au xxe chant du Purgatoire (v. 61-65), Dante prêtait ces paroles à Hugues Capet, fils « d’un boucher de Paris » et « racine de cette mauvaise plante qui étiole toute la chrétienté ». Selon le poète, la puissance capétienne partait des noces du plus jeune frère de Louis IX, Charles Ier d’Anjou (1226-1285), le 31 janvier 1246. À cette date, il épousait Béatrice, comtesse de Provence et de Forcalquier. Il fondait la branche dite « angevine » des Capétiens, ou plutôt la première. Une seconde maison d’Anjou sortirait plus tard des Valois, et gouvernerait à son tour la Provence (1382-1481). Mais elle ne nous occupera pas ici.

2Nul ne croira que la grandeur capétienne ait commencé avec Charles Ier. Il allait pourtant lui donner une nouvelle impulsion. Le mariage de Charles représentait son premier succès. Il ne recevrait qu’ensuite son apanage du Maine et de l’Anjou, le 27 mai 1246. Toute l’aventure angevine au travers du monde méditerranéen et de l’Europe centrale, celle de Charles Ier puis de sa descendance, suivrait l’installation en Provence. On comprend que l’italien Dante, inconciliable adversaire de la maison de France, se soit exagéré l’importance de ce moment pour elle. Avec les Angevins, elle entrait en grand dans la politique italienne. Il y avait davantage. Les vers de Dante font sentir que, à ses yeux, l’établissement en Provence n’avait pas seulement précédé l’expansion angevine et capétienne. La conquête du royaume de Sicile (1266) et la domination de l’Italie, par Charles Ier et ses successeurs, découlaient de la main mise sur ce pays. Dante propose une lecture « géopolitique » de l’histoire provençale. Il invite à considérer la place de cette contrée dans la construction puis le maintien du pouvoir angevin.

  • 1 L’État angevin. Pouvoir, culture et société entre xiiieet xivesiècle, Colloque international, Rome (...)

3L’historiographie de la Provence n’a que partiellement encore adopté une telle démarche. Elle est restée longtemps enfermée dans la catégorie de l’histoire provinciale française. Ainsi s’interdisait-elle d’aborder la « grande histoire ». Depuis quelques années, toutefois, les conditions d’une nouvelle approche se dessinent. Les échanges entre spécialistes des différents espaces du monde angevin jouent un rôle essentiel dans ce changement d’optique. Une série de rencontres internationales, entamée en 1995, assure la continuité du dialogue1. Le congrès de Fontevraud en est un beau témoignage. Le développement récent des études permet d’envisager la Provence en tant qu’élément de l’État angevin. Ces recherches portent sur les assemblées représentatives du pays, comme sur l’organisation du système militaire, fiscal et administratif. Elles examinent les pratiques juridiques et la législation, qu’elles mettent en rapport avec le droit savant. Les résistances à Charles Ier se voient replacées dans la perspective de l’affrontement entre Église et gibelins. En contrepartie, l’action idéologique conduite par les comtes-rois de Provence-Sicile n’est plus ignorée. La noblesse provençale est observée dans ses relations avec le pouvoir angevin. De tous ces travaux, je donnerai par la suite des exemples, malheureusement limités.

  • 2 AD des Bouches-du-Rhône (Marseille), série B.
  • 3 AM de Marseille, série BB.
  • 4 M. Aurell, La vielle et l’épée. Troubadours et politique en Provence au xiiiesiècle, Paris, 1989.
  • 5 L’édition intégrale compte 208 pages, avec son cinquième livre consacré à la Passion de saint Porc (...)
  • 6 B. Munke (éd.), « Die Vita sancti Honorati », Beihefte zur Zeitschrift für romanische Philologie, (...)

4Cette historiographie renouvelée use, pour partie, de sources naguère négligées. Elles le demeurent un peu. Je ne prétends pas qu’il faille mépriser les sources diplomatiques traditionnelles, réunies dans le riche fonds de l’ancienne Chambre des comptes d’Aix2. Mais à leurs côtés, les délibérations municipales d’une cité comme Marseille ont encore beaucoup à livrer. Je ne mentionnerai que les rituels urbains, qui exprimaient l’attachement au prince3. Martin Aurell a fort bien mis en valeur la poésie lyrique4. La littérature religieuse, au sens le plus large, mériterait davantage à son tour. Je songe, en particulier, à l’immense poème provençal du moine de Lérins Raimond Féraut, achevé en 1300 : la Vie de saint Honorat, complétée de la Passion de saint Porcarius5. J’insisterai, tout à l’heure, sur ce texte et son modèle latin, que je placerais à la fin des années 12806. La signification des édifices religieux bâtis ou rénovés par les Angevins devrait également contribuer à la réflexion. J’en pense autant pour l’emblématique, illustrée par les sceaux et les monnaies.

5Je n’envisage pas d’analyser le contenu intégral de cette documentation. Montrer dans la Provence une réserve et un soutien pour la politique des princes angevins est une entreprise démesurée. Je me limiterai aux gouvernements de Charles Ier (1246-1285), Charles II (1285-1309) et Robert (1309-1343). La contribution provençale se révéla la plus fructueuse, pour le souverain, pendant cette période. Encore ne retiendrai-je que quelques traits significatifs de l’appui donné aux ambitions angevines, au long de ces cent ans.

6Beaucoup ont considéré ce concours comme un pur effet de l’autorité du prince. Néanmoins, « l’ordre nouveau » imposé au pays s’appuyait sur des valeurs. Encore fallait-il que les sujets partageassent un minimum de convictions et d’intérêts avec leurs maîtres. À cette condition, leur fidélité serait durable.

La fermeté de l’État

7Vers 1260, le baron Boniface de Castellane rédigeait un sirventes, une chanson polémique, qui s’entend comme le cri d’agonie de la résistance aristocratique à Charles Ier. Il épanchait d’abord son amertume contre le nouveau régime :

« La guerre, le trouble et la mêlée me plaisent […]. Mon cœur et mon esprit sont tels que, pour ce qui est des procès, j’en sais chaque jour moins. Cela m’ennuie de voir ces avocats aller en si grand équipage, et je déteste le conseil des prélats, car jamais je n’y vis d’homme joyeux. Quand quelqu’un leur apporte son droit, ils disent que cela ne vaut rien et que tout, en vérité, appartient au comte. »

8Plus bas, le baron-troubadour avertissait :

  • 7 Boniface de Castellane, Gerra e trebailh e brega. m plaz, strophes 1-2, 4-5, d’après M. Aurell (éd (...)

« Ceux d’Asti acceptent trêve et paix et perdent toute la terre à côté, jusqu’à Staffarda. J’ai bien entendu dire que leur porte se trouvait à Coni. Et je vois que maintenant [cette ville] leur nuit et ne leur obéit pas. Je vois les Génois, avec le capitaine qui les défend, trop amoindris. Car ils perdent le comté de Vintimille qu’ils avaient coutume de tenir7. »

9La chanson de Boniface de Castellane ne va pas sans rappeler les propos de Dante. Elle unissait la fin de la dissociation du pouvoir, en Provence, et les ambitions italiennes du nouveau comte. Elle faisait des références limpides à ses succès dans ce domaine. Avec Raimond Bérenger V, la puissance provençale commençait de déborder sur les hautes vallées du Piémont méridional. Charles reprenait très tôt cette politique en direction de l’Italie. Depuis les années 1240, il opérait sur les confins de la Rivière du Ponant.

10Les traités conclus, en 1258, avec des membres de la famille des Vintimille lui reconnaissaient de vastes droits sur le comté homonyme. Celui-ci incluait l’important col de Tende. Dès les environs de 1252, Charles avait un pied dans la Stura et la Maira. L’annexion de Coni datait de 1259. Désormais, le comte de Provence contrôlait fermement les cols du sud des Alpes. Cette réussite ouvrait le temps d’une politique active en Piémont. Clairement évoqué par Boniface de Castellane, le traité du 21 février 1260 entre Asti et Charles Ier en marquait un aboutissement. Gênes enrayerait rapidement l’expansion provençale sur le littoral ligure. Il demeure que la Provence devenait une zone de haute pression du pouvoir, qui se déversait vers un espace marqué, dans son ensemble, par les divisions.

11Cette situation aide à comprendre le choix par la papauté de Charles d’Anjou, pour détrôner et remplacer le roi de Sicile, Manfred. L’appartenance à la maison de France, puissante et traditionnelle alliée de l’Église romaine, ne joua pas seule. La Provence garantissait à Charles une base arrière, face à l’Italie. Le domaine piémontais lui associait bientôt une tête de pont. En 1265, Clément IV concluait les négociations. Provence et Piémont angevins contribuèrent effectivement au succès des opérations. Charles Ier s’embarqua à Marseille, le 10 mai 1265, pour se rendre à Rome par mer. L’armée franco-provençale le rejoignit par la voie de terre, après avoir descendu les cols de l’Argentera et de Tende.

12À cette date, le pouvoir de Charles d’Anjou était définitivement consolidé en Provence. Le sirventes de Boniface de Castellane rappelle qu’une opposition se manifesta longtemps. Il fallut dix-huit ans pour la mâter définitivement. Toutefois, l’essentiel était accompli depuis 1251, avec les capitulations d’Arles et d’Avignon et le ralliement de Barral des Baux, le principal chef de la contestation aristocratique. Dès ce moment, le renforcement de l’État provençal devint évident et rapide.

  • 8 É. Baratier (éd.), Enquêtes sur les droits et revenus de Charles Ierd’Anjou en Provence (1252 et 1 (...)

13À la base, une construction conceptuelle permanente guidait son développement. Vers 1252 déjà, une grande enquête entreprenait de systématiser les droits comtaux au travers de la Provence. Bien qu’il n’y réussît qu’imparfaitement, le comte visait à ce que, hors du domaine propre, on lui reconnût partout une « seigneurie majeure ». Il cherchait à l’incarner dans un faisceau de prérogatives, à savoir pour les principales : la quête (aide pécuniaire dans certains cas), l’albergue (rachat du droit de gîte), la cavalcade (service militaire), les justices majeures. À propos de la haute justice comtale, l’expression de « mère empire » apparaissait timidement. Elle se vulgarisait lors de l’enquête de 1278, dans le bailliage de Castellane8.

  • 9 D 2, 1, 3, P. Krueger (éd.), Iustiniani Digesta, Hildesheim, 1988, p. 46.
  • 10 L. F. 2, 55, K. Lehmann (éd.), Das langobardische Lehnrecht, Göttingen, 1896, p. 182.

14Connu de l’administration de Raimond Bérenger V, le concept venait du Digeste, qui citait Ulpien. Celui-ci définissait le mère empire comme « le pouvoir du glaive pour châtier les hommes chargés de crimes9 ». L’utilisation de cette notion marquait une première grande étape dans les efforts de l’administration angevine pour s’approprier les moyens du droit savant. Elle allait exploiter largement ce principe. Elle lui associait bientôt celui des regalia, des « droits royaux ». Un premier emploi est attesté en 1263. Ce concept relevait également du droit savant. Sans appartenir au droit romain, il s’amalgamait facilement à lui. Il reposait sur une constitution impériale donnée par Frédéric Ier et intégrée au Corpus juris civilis, dans les Livres des fiefs10. Elle énumérait les prérogatives que seul l’empereur détenait légitimement. Avant même de devenir roi, Charles Ier s’essayait à la souveraineté.

  • 11 Ch. Giraud (éd.), Essai sur l’histoire du droit français au Moyen Âge, t. 2, Paris, 1846, p. 36, 4 (...)
  • 12 G. Giordanengo, « Vocabulaire romanisant et réalité féodale en Provence », Provence historique, 25 (...)

15Une fois couronné, le comte de Provence et de Forcalquier affirma gouverner ces terres en tant que roi. En 1294, Charles II déclarait tout uniment, au début d’un édit destiné à la Provence : « Il convient que la prévoyance royale administre la république [respublica] et recherche le profit de ses sujets. » Il se présentait aux Provençaux comme le monarque, dans son incommensurable grandeur. Il leur écrivait avec la grandiloquence d’usage pour la chancellerie sicilienne. Il leur adressait « l’affection de la majesté royale11 ». Cette exaltation du souverain en faisait, désormais ouvertement, l’équivalent d’un empereur. Plus que jamais, cette assimilation trouvait une source d’inspiration majeure dans les modèles fournis par le droit romain. Cette origine n’est que trop manifeste dans la prétention de Charles II à servir la « république ». Davantage encore avec Robert, une « identification éclatante à l’empereur romain » triomphait, selon la formule de Gérard Giordanengo. Ainsi que Charles II l’exposait dans son préambule de 1294, le prince angevin devenait, du même mouvement, le garant de l’intérêt commun. Les termes de république et de « profit » des sujets ne désignaient rien d’autre. Voici qui pouvait justifier toutes les innovations12.

  • 13 Sur l’administration de la Provence sous le gouvernement de Charles Ier, j’adresse avant tout à : (...)

16En bref, les balbutiements de l’enquête d’environ 1252 furent vite dépassés. Le prince angevin ne s’affirmait plus seulement comme un seigneur des seigneurs. Aucune barrière théorique ne s’opposait au développement de ses droits et revenus. Les conditions étaient réunies pour que la Provence répondît au mieux à ses sollicitations. Elle fournirait abondamment hommes et argent au service de ses ambitions. À cet égard, Charles Ier sut déjà tirer un remarquable parti du pays13.

  • 14 Bertrand de Lamanon, De la ssal de Proenza. m doill, strophe 5, L. Constans, A. Brun (éd. et trad. (...)

17Le bilan de l’année fiscale 1263-1264, parfaitement ordinaire, aurait dégagé un excédent correspondant à plus de 46 % des recettes. En réalité, les droits comtaux et la réorganisation du domaine propre étaient eux-mêmes des outils d’une grande efficacité. Cependant, les finances bénéficiaient encore d’une récente réforme de la gabelle du sel. En 1259, Charles Ier imposait son monopole d’achat auprès des saliniers, au mépris des droits de l’aristocratie de basse Provence. Dans un sirventes contre la gabelle, Bertrand de Lamanon comparait les gens du comte à un « pressoir14 ». Au vrai, les revenus des salines relevaient expressément des regalia. Rien ne témoigne mieux de la revendication précoce et sans concession des prérogatives souveraines que ce coup de force.

  • 15 J.-P. Boyer, « Construire l’État en Provence. Les “enquêtes administratives” (mi-xiiie siècle-mi-x (...)

18Au cœur des années 1260, les exigences comtales se multiplièrent. L’expédition de Sicile en fut la cause principale. Je n’insiste pas sur la décime acquittée par le clergé. Elle dépendait de l’initiative du pape, qui l’avait accordée pour trois ans (1264-1267). En tant que croisade, l’entreprise permit sans doute une levée de la quête coutumière. Elle restait dans le cadre des droits comtaux. Mais Charles Ier ne recula pas devant les exactions extraordinaires : emprunts forcés, réquisitions d’avoine, comme de « chevaux armés » (cavaliers lourds), ou « quête faite pour les chevaux armés », qui racheta cette obligation militaire. En outre, Charles pratiqua un affaiblissement graduel des monnaies (1263-1267), qui l’aida à financer sa politique. L’astuce n’était pas indolore. Elle lésait les créanciers et les détenteurs de revenus fixes : clergé, aristocratie, ou patriciat urbain. L’affaire de Sicile donnait une nouvelle physionomie au pouvoir comtal. Dans une certaine mesure, elle achevait de créer l’État en Provence15.

19Éprouvés à propos de la gabelle, les ressorts de la souveraineté agissaient maintenant à plein. Notons que la définition des regalia incluait les monnaies et l’impôt extraordinaire pour l’expédition de l’empereur. Mais la souveraineté s’ouvrait sur des perspectives beaucoup plus vastes. Dépositaire d’intérêts supérieurs, l’empereur se trouvait affranchi des contraintes du droit positif, s’il le fallait. À son tour, Charles s’autorisait à transgresser les usages, en cas de nécessité. En l’occurrence, sa position était forte, car il défendait les intérêts de l’Église universelle. Cette logique du salut public joua assurément dans le domaine militaire.

  • 16 S. Pollastri, « La noblesse provençale dans le royaume de Sicile (1265-1282) », Annales du Midi, 1 (...)

20Les cavalcades liées à la seigneurie plénière ou majeure du comte, telles que l’enquête d’environ 1252 les énumérait, ne répondaient pas aux besoins. La guerre de Sicile n’entrait pas dans le cadre de ces obligations coutumières, limitées dans le temps et l’espace. Charles devait user d’un droit de convocation plus souple et plus général. Il y réussit, et mobilisa une bonne partie du potentiel militaire provençal. Édouard Baratier estime la cavalcade susceptible de fournir 180 cavaliers lourds vers 1250. Selon les calculs de Sylvie Pollastri, environ 139 milites partirent pour l’Italie en 1265. Ils représentèrent près du quart de ceux amenés par Charles Ier16

  • 17 A. de Boüard (éd.), Actes et lettres de Charles Ierroi de Sicile concernant la France (1257-1284), (...)
  • 18 M. Hébert, « Aux origines des états de Provence : La “cavalcade” générale », 110eCongrès national (...)

21En 1276, celui-ci recourait de nouveau à une levée extraordinaire. En cette occasion, il déclarait que prélats, aristocratie laïque, communautés de Provence et « autres » s’étaient « offerts à créer actuellement et à tenir prêts en Provence […] des chevaux armés17 ». Voici qui démontre qu’il outrepassait les limites de la cavalcade coutumière. Son appel suivait manifestement la défaite de Roccavione (10 novembre 1275), en Piémont. La mobilisation extraordinaire s’étendait de la protection de l’Église à celle des domaines angevins. Les cavalcades coutumières prévoyaient des circonstances qui permettaient d’étendre leur portée. Imposer une sorte de service militaire « public » représentait pourtant un pas audacieux. Aussi cette prérogative ne se consolida-t-elle qu’avec le roi Robert18.

  • 19 Ibid.
  • 20 Monumenta historiae patriae, t. 2, Leges municipales, Turin, 1833, col. 114 (1292) ; É. Baratier, (...)

22En attendant, l’aide armée non coutumière avait facilité la genèse de l’extraordinaire en matière d’impôt. L’un conduisait à l’autre, comme l’a bien souligné Michel Hébert19. Lors de ses mobilisations d’exception, Charles Ier ne demandait que des cavaliers lourds. Ceci impliquait que la majeure partie de la population contribuât de ses deniers. Ce fut ce qui se produisit pour l’affaire de Sicile. Plus tard, des aides financières continueraient de s’estimer en « chevaux armés », maintenant le lien entre les deux formes de l’extraordinaire20.

  • 21 É. Baratier, ibid., p. 24-25.
  • 22 F. Guichard (éd.), Essai historique sur le cominalat dans la ville de Digne, Digne, 1846, t.2, p. (...)

23Comme pour l’aide militaire, il y eut un écart entre les premiers secours financiers, d’ailleurs mal connus, extorqués par Charles Ier et une véritable institutionnalisation. Néanmoins, le subside pécuniaire prenait forme sur la fin du xiiie siècle. Il se banalisait dans la première moitié du xive siècle21. De la sorte, le comte-roi s’affranchissait également des limites imposées à la quête traditionnelle. Aucune coutume ni privilège ne bornaient plus ses demandes d’argent. Dès les débuts du xive siècle, elles devenaient fréquentes. Elles se rapportaient fondamentalement aux guerres d’Italie. Ainsi la communauté de Digne se voyait-elle demander une « aide », le 30 juillet 1315, « pour les affaires difficiles que le seigneur roi a dans les régions du Piémont ». Le 4 octobre, ledit roi sollicitait la générosité de toute la Provence, mais cette fois au motif du « malheureux événement militaire » survenu en Toscane, comprenons la défaite de Montecatini (29 août)22.

24La mise en coupe réglée du pays imposait un rapide essor des moyens de coercition et de contrôle. D’un côté, les libertés aristocratiques s’estompaient. La quasi-indépendance des grandes communes disparaissait.

  • 23 N. Coulet, « Aix, capitale de la Provence angevine », L’État angevin, op. cit., p. 317-338.
  • 24 É. Baratier (éd.), Enquêtes, op. cit., introd. à l’édition, p. 111-128.

25De l’autre, un authentique appareil administratif se construisait, avec des serviteurs relativement nombreux. Sur une petite échelle, la cour d’Aix connaissait un renforcement comparable à celui des administrations centrales des États. L’installation des Angevins en Italie n’entrava pas cette évolution, en dépit des tendances autoritaires de la grande cour royale23. Le pouvoir de l’administration aixoise s’appuyait sur des officiers locaux, dont la densité augmenta singulièrement vite. Multipliant les circonscriptions, Charles Ier dota la Provence d’un étroit réseau de vingt-trois vigueries et bailliages environ, attesté dès 1263-126424.

  • 25 G. Giordanengo, « Vocabulaire romanisant », article cité.

26Il y avait également la qualité des hommes. Ne considérons que la composition du « conseil royal en résidence à Aix », réuni le 16 juillet 1341. Elle laisse deviner l’esprit qui imprégnait la haute administration provençale. « Professeurs de droit civil » et « experts en droit » formaient plus des trois quarts de l’assemblée. Les juristes étaient maintenant partout, dans et autour de l’administration, des plus savants aux modestes notaires. Ces hommes accueillaient et soutenaient le modèle romanisant du pouvoir25.

  • 26 Id., « Arma legesque colo. L’État et le droit en Provence (1246-1343) », L’État angevin, op. cit., (...)

27Celui-ci se fortifiait encore de sa compétence pour légiférer. Que le prince pût dépasser les lois humaines impliquait qu’il ait la faculté de les créer, toujours à l’imitation de l’empereur romain. En 1259, Charles d’Anjou publiait une première ordonnance, sur le notariat, applicable à toute la Provence. Aux timides débuts de Raimond Bérenger V, succédait une période d’activité législative importante, intense pendant le règne de Charles II. Nous conservons, de Charles Ier à Jeanne (1343-1382), dans les soixante-sept statuts ou ordonnances, en sélectionnant les actes de caractère général et durable selon les critères les plus sévères. Car il faudrait considérer une production normative beaucoup plus ample, depuis les privilèges accordés à des villes, véritables statuts locaux, aux réponses et décisions particulières, qui contribuaient à créer le droit26.

  • 27 Sur la question de l’institution judiciaire, je renvoie globalement à J. Chiffoleau, Les justices (...)

28Le contenu des ordonnances déçoit un peu, du point de vue de la souveraineté, par la place qu’occupait la simple réglementation interne des administrations. Ce serait oublier que, en parallèle, le champ d’action de ces dernières s’élargissait considérablement. L’activité des juges mérite ici une attention spéciale. Leurs responsabilités et leur autonomie ne cessaient de s’affirmer, face aux autres officiers. Les juges publics témoignaient de la précoce efficacité de l’État. Dès lors, la procédure inquisitoire était maîtrisée et habituelle. Ses aspects les plus redoutables se renforçaient, comme un énergique emploi de la torture27.

  • 28 R. Lavoie, « Les statistiques criminelles et le visage du justicier : justice seigneuriale et just (...)
  • 29 AD des Bouches-du-Rhône, B 391.

29La « voie extraordinaire » ne représentait pas la principale activité des juges, ni le pénal. Elle manifestait, toutefois, les fins de la justice publique. Par la multiplication des amendes, celle-ci assurait certes de gros revenus : de 15 à 20 % du budget provençal, selon Rodrigue Lavoie28. Elle coûtait également cher. L’aspect fiscal ne suffirait pas à expliquer son essor. Elle soutenait les progrès d’une police sociale, confiée au prince dans la continuité de sa souveraineté. Les cours royales sanctionnaient avec un empressement particulier ce qui portait atteinte à la puissance publique. Le juge de Puget-Théniers condamnait, en 1280, un voleur pris alors qu’il fuyait vers le Piémont à l’amputation du pied droit : « Et qu’ensuite il puisse aller, s’il le veut, chez les ennemis du roi, en leur annonçant le châtiment que le transfuge […] doit subir29. »

30L’administration portait sur le pays une investigation inlassable. Les enquêtes constituaient une méthode de gouvernement. Il y avait celles à l’initiative des juges locaux. Les autorités supérieures, souverain ou cour aixoise, les multipliaient à l’envi. Il s’agissait tant d’enquêtes judiciaires, contradictoires ou d’office, qu’administratives. Elles touchaient à tous les sujets qui préoccupaient le pouvoir. Elles s’échelonnaient des questions les plus limitées aux ambitieuses enquêtes générales. Elles ne marquaient, pourtant, que les temps forts d’une inspection permanente. C’était, bien sûr, celle des officiers locaux, à commencer par les juges. Des tournées périodiques leur étaient imposées dans leur circonscription. Le sénéchal tenait des assises ambulantes. La vérification des comptabilités des bailliages et vigueries se perfectionnait pendant le xiiie siècle. Le développement de la Chambre des comptes, depuis 1288, renforçait son efficacité. Dans le contrôle exercé, celui des officiers eux-mêmes occupait une place de choix.

31Les rois angevins encouragèrent jusqu’aux dénonciations contre leur administration. À cette fin, ils provoquèrent par intervalles des enquêtes générales. La première, vers 1267, suivait les efforts considérables imposés aux sujets pour la conquête du royaume de Sicile :

« Que sur les nouveautés et injures infligées dans les comtés de Provence et de Forcalquier, depuis le temps du gouvernement du seigneur roi quand il était encore comte [donc avant son départ de mai 1265], une enquête soit très rapidement menée par quelques hommes honnêtes. Et que soit convenablement amendé ce qui entraînerait un péché mortel et serait découvert pour accompli. »

  • 30 J.-P. Boyer, « Construire l’État », article cité, p.1-26.

32La méthode rappelle les célèbres enquêtes administratives de saint Louis. Cependant, seuls Charles Ier et Charles II acceptèrent de recevoir des plaintes contre le souverain lui-même. Et ce ne fut qu’à l’occasion. Cette limite fait ressortir la volonté de servir aux fins de l’État qui inspirait de telles opérations. Elles allégeaient, entre autres, les ressentiments contre le régime, en les transférant sur l’appareil administratif. Elles encourageaient la tendance des populations à rejeter les responsabilités sur les mauvais serviteurs. De fait, cette disposition est attestée en Provence. Au retour de captivité de Charles II, longtemps prisonnier des Aragonais (1284-1288), elle s’exprimait chez le troubadour Jacme Mote d’Arles : « Il était bien nécessaire, seigneur, que vous vinssiez, car on nous volait et nous battait. Et comment Dieu pouvait-il souffrir que ceux institués pour garder le droit fussent les premiers à prendre notre avoir ? » L’attention aux doléances n’en montre pas moins que le gouvernement angevin exerçait sa vigilance sur l’état de l’opinion30.

  • 31 A. de Boüard (éd.), Actes, op. cit., p. 290-292, n°942.

33Des consultations du pays témoignaient de la même préoccupation. Elles débutèrent avec Charles Ier. Il ne méprisa pas la tradition du conseil élargi ou de la cour plénière, avec barons et prélats. En 1276, par exemple, il ordonnait au sénéchal de convoquer « prélats, barons et autres », pour aplanir des différends qui opposaient les seigneurs au roi31. Mais rappelons-nous que, la même année, Charles évoquait de façon plus originale une aide accordée par l’ensemble des Provençaux, communautés comprises.

  • 32 M. Hébert, « Les assemblées représentatives dans le royaume de Naples et dans le comté de Provence (...)
  • 33 Ch. Giraud (éd.), Essai sur l’histoire du droit, op. cit., p. 52-61.
  • 34 C. Minieri Riccio (éd.), Saggio, op. et loc. cit.

34Comme dans cet exemple, nous ne connaissons pas toujours la forme prise par les consultations. En tout cas, les assemblées représentatives sortaient des limbes pendant les règnes de Charles II et de Robert32. À son tour, Charles II faisait convoquer par son chancelier Pierre de Ferrières, en 1304, prélats, barons et nobles, pour régler des questions qui touchaient encore aux droits seigneuriaux, et aux réformes administratives. La réunion se déroula à Aix33. Le même roi déclarait, dans une ordonnance monétaire de 1298, avoir reçu l’avis des « syndics des communautés », venus en sa présence34. Mais une réunion des prélats, nobles et communautés s’était déjà déroulée en 1286, à Sisteron. Elle constitue la première attestée qui regroupât les trois ordres. Il s’agissait d’adresser des supplications au roi d’Angleterre, pour qu’il obtînt la libération de Charles II. Le principal motif des assemblées fut, cependant, de solliciter un secours pécuniaire des gouvernés. Dans l’ensemble des États d’Occident, le progrès des assemblées représentatives résulta de la nécessité d’un consentement des sujets aux aides extraordinaires.

35La souveraineté ne se confondait pas, sur la fin du Moyen Âge, avec l’absolutisme moderne. Le prince devait s’accommoder d’un « dialogue » avec le pays. Le pouvoir angevin sut se plier à cette exigence. Cette entrave apparente à sa toute-puissance lui ouvrait l’opportunité de renforcer son emprise sur les esprits. L’accord des sujets impliquait une soumission d’autant plus étroite qu’elle devenait irrécusable. Le régime poursuivit cette stratégie d’engagements explicites et directs par tous les moyens, y compris par les serments et la vassalité.

  • 35 G. Giordanengo, Le droit féodal dans les pays de droit écrit. L’exemple de la Provence et du Dauph (...)

36Il systématisa les liens féodaux-vassaliques avec l’aristocratie, laïque ou ecclésiastique. Parallèlement, il exigeait le serment de fidélité ou l’hommage de « roturiers » ou de communautés d’habitants. De grandes campagnes de réception de la fidélité, étendues à tous les degrés de la hiérarchie sociale, se multiplièrent. Sept se succédèrent entre 1271 et 1351. À compter de 1309, l’usage que les syndics des communautés s’engageassent par l’hommage lige s’établissait. Ces sujétions « volontaires » créaient une dépendance juridique précise. Le régime complétait par la « féodalité » l’encadrement des populations au moyen du droit. Mais les rituels imposés entretenaient encore un rapport évident avec les consultations du pays. Dans une certaine mesure, le prince en appelait à l’assentiment de ses hommes. En ces circonstances, il diffusait les rudiments d’une argumentation politique. Et par les serments prêtés, les sujets se soumettaient cette fois jusque dans leur conscience. Des liens de nature religieuse, voire affective, s’établissaient entre le pays et ses maîtres35.

37Ils s’accordaient avec l’image que les Angevins entendaient donner d’eux. L’approbation demandée aux gouvernés comportait nécessairement l’adhésion à une idéologie.

Grandeur et sainteté

  • 36 J.-P. Boyer, « Entre soumission au prince et consentement : le rituel d’échange des serments à Mar (...)

38Le 18 juillet 1309, Robert se tenait sur « la chaire ou siège royal » du parloir de Sainte-Marie-des-Accoules, en présence « de toute la communauté des hommes de Marseille […] assemblée là par la voix du crieur et le son des cloches ». Il se pliait à l’échange des serments, prévu par les Chapitres de paix de 1257, entre tout nouveau comte de Provence et les citoyens de la ville basse, celle de l’ancienne commune. Cette cérémonie représentait, à l’origine, un ménagement accordé aux Marseillais par Charles Ier. Robert transformait l’événement en une glorification de sa majesté36.

39Il se montrait entouré non seulement d’officiers, de grands et de prélats, mais de pieux Franciscains, liés au milieu des Spirituels. Ces religieux renvoyaient à la figure de Louis (1274-1297), le propre frère du roi et saint évêque de Toulouse, en voie de canonisation. Son corps se gardait dans le couvent des Mineurs de la ville. Robert adressait à « ses fidèles et dévots » de « nombreuses paroles très choisies et très sacrées ». Comprenons qu’il prêcha. Il affirma suivre, en cette circonstance, les « traces sacrées des très sacrés princes » Charles Ier et Charles II, ses ancêtres. Après avoir lui-même juré, il recevait les fidélités des Marseillais, qui levaient tous en même temps la main droite.

  • 37 Je renvoie globalement à J.-P. Boyer, « La « foi monarchique » : royaume de Sicile et Provence (mi (...)

40Repoussée aux limites de l’État angevin, à compter de 1266, la Provence ne témoigne pas de toute l’activité du régime en matière de « propagande ». Ses valeurs la pénétrèrent pourtant. Elle connut, à l’occasion, de spectaculaires mises en scène de la monarchie. Ceci se vérifia spécialement avec Robert. Ainsi les solennités de juillet 1309 condensaient-elles en bonne part l’argumentation du pouvoir. À la base, les sujets se voyaient invités à une authentique « foi monarchique ». Le sentiment de la sainteté et du sacré s’associait à celui de la grandeur familiale37.

  • 38 Pierre de Chastelnau, Hoimais nom cal far plus long’ atendenza, V. De Bartholomaeis (éd. et trad.) (...)

41« Charles fils de roi de France », voici le titre que Charles Ier mit en tête de sa titulature, jusqu’à l’investiture du royaume de Sicile. Dès le départ, les Provençaux n’ignoraient rien de la haute réputation de la maison de France. Après la victoire de Bénévent sur Manfred (26 février 1266), Pierre de Chastelnau, troubadour proche des Baux, se félicitait de voir la Provence revenir au service de l’empire : « Je me réjouis parce qu’à Avignon et en Provence ils ont recouvré un seigneur selon leur désir, car ils sont retournés à l’empire pour servir ». Le poète ajoutait : « Le roi Charles sera seigneur, j’en suis convaincu, de la majeure partie du monde. » Il se faisait l’écho des prophéties qui couraient sur Charles Ier, et de la croyance à leur base, l’ascendance carolingienne38.

  • 39 A. Kiesewetter (éd.), « Karl II. Von Anjou, Marseille und Neapel », Marseille et ses rois de Naple (...)

42Par la suite, le prestige de la famille de France se trouvait augmenté de la sainteté de Louis IX, reconnue bien avant la canonisation de 1297. Charles Ier comptait parmi ses grands propagandistes. Tout incitait la dynastie angevine à ne pas laisser s’éteindre, dans ses domaines, le souvenir de son ascendance française. En février 1285, un serment de fidélité était demandé aux Marseillais, alors que la monarchie traversait un moment tragique, avec Charles Ier mort et son héritier captif. Le défunt roi, prétendu vivant, était présenté pour la circonstance comme « l’illustre seigneur Charles, fils de feu l’illustre roi de France, roi de Jérusalem et de Sicile39 ». Un planh anonyme en provençal sur la mort de Robert, composé certainement en 1343, continuait de rappeler comme d’un titre de gloire que celui-ci était « issu de la race de France ».

  • 40 Glorios Dieus don totz ben ha creysensa, V. De Bartholomaeis (éd. et trad.), Poesie provenzali, op (...)
  • 41 Je ne renvoie qu’à C. de Mérindol, « Entre la France, la Hongrie et Naples : les Anjou », Veröffen (...)

43La complainte décrivait l’agonie du souverain en ces termes : « Avant de mourir, le roi Robert prononça une parole qu’il convient de transmettre : “Apportez devant moi la fleur de lys !” Puis, il la baisa. » Il recommandait encore « la fleur », maintenue par tout leur lignage, à son petit-neveu André de Hongrie, que la chanson donnait pour son successeur. Ce texte s’adressait aux Provençaux. Il avait été rédigé par un troubadour au service des Baux : de Bertrand comte de Montescaglioso, ou d’Hugues comte d’Avellino40. Il y a là une double preuve que le culte du lys imprégnait la société provençale. Les Angevins avaient gardé les armes de France, seulement brisées. Ils faisaient des lys un usage obsessionnel. Les Provençaux retrouvaient cet ornement des sceaux et des monnaies aux monuments41.

44Cependant, l’émerveillement des sujets pour la race de leurs maîtres ne venait pas que de cette ascendance carolingienne et capétienne. Le moine-troubadour Raimond Féraut dédiait sa Vie de saint Honorat à Marie de Hongrie, l’épouse de Charles II. En effet, le poète déclarait qu’Honorat et la reine appartenaient à la même famille. Il l’appelait « cette sainte maison qui fit saint Honorat, qui de Hongrie fut né, de son royal lignage ». Les Arpads jouissaient d’une aussi grande renommée de sainteté que les Capétiens. Raimond Féraut n’invitait pas qu’à se convaincre de l’excellence de ce sang. La Vie latine, qu’il traduisait pour l’essentiel, rapportait l’amitié née entre Honorat et Charlemagne, occupé à lutter contre les infidèles. En ajoutant qu’Honorat venait de la famille royale de Hongrie, Raimond Féraut donnait à cette affection une nouvelle signification. Elle préfigurait le rapprochement que la maison d’Anjou réalisait entre les grandes dynasties française et hongroise, pour le bien de la chrétienté.

45Cette alliance devenait une fusion totale chez les descendants de Charles II. Le Franciscain et théologien provençal François de Meyronnes († vers 1326-1328) l’exposait à ses compatriotes dans un sermon sur saint Louis évêque, canonisé en 1317. Issu « de l’ordre suprême des nobles du monde, à savoir des royaux de France », celui-ci appartenait également à la « race des saints », mais tant du côté maternel que paternel :

  • 42 François de Meyronnes, In festo beati Lodovici ordinis Minorum, éd. anonyme, « De S. Ludovico epis (...)

« Il fut de la race des saints du côté du père. En effet, son père fut neveu de saint Louis roi. Il fut de la race des saints du côté de la mère. En effet, sa mère, Marie de Hongrie, fut de la souche des saints Étienne, Ladislas et Émeric, rois des Hongrois. Cet Étienne fut le premier roi chrétien dans ce royaume. Et dernièrement, hors sainte Élisabeth [canonisée en 1235] à la souche de laquelle appartint la mère de saint Louis, aucune femme d’un autre sang royal n’a été canonisée42. »

46S’ils sortaient de prestigieuses familles, les Angevins en cumulaient et en développaient les vertus. Peu à peu, ils se réclamaient de leurs propres aïeux. Robert faisait de la sorte devant les Marseillais, avec ses père et grand-père. Quant au planh sur sa mort, il n’énumérait que les princes angevins pour défenseurs du lys. La maison d’Anjou offrait une claire identité dynastique à l’admiration de ses sujets provençaux. Le « capital héréditaire » dont elle se réclamait indique assez que piété et sainteté formaient la base de la réputation qu’elle se construisait. À cet égard, la sainteté « authentique » de Louis évêque apporta l’argument le plus convaincant, surtout en Provence.

  • 43 J. Paul, « Le rayonnement géographique du pèlerinage au tombeau de Louis d’Anjou », Cahiers de Fan (...)

47Louis était le second fils de Charles II. Il renonça à son héritage. Le geste parut d’autant plus méritoire que la mort de son frère aîné, Charles-Martel (1295), rendait ses droits sur le trône de Sicile effectifs. De fait, la représentation ne joua pas en faveur du fils de ce dernier, Carobert. Charles II désigna le troisième de ses propres fils pour successeur, c’est-à-dire Robert. De son côté, Louis prit secrètement l’habit franciscain (1296). Promu évêque de Toulouse malgré lui, il ne cessa de s’affirmer comme un « grand ami de la pauvreté ». Il n’avait que vingt-trois ans quand il mourut en 1297 à Brignoles, donc en Provence. Il était déjà né à Brignoles. Dans son testament, il élisait sépulture chez les Franciscains de Marseille. La contrée conserva ainsi son précieux corps. Dans ces conditions, sa sainteté connut un succès immédiat et prodigieux à Marseille, puis dans la région. Dans les quatre mois environ après le décès, 211 miracles se produisirent43. François de Meyronnes affirmait à ses auditeurs provençaux que saint Louis avait accompli huit résurrections, soit autant que celles rapportées dans l’ensemble des Écritures.

  • 44 En 1339, le couvent des Clarisses paraît en cours d’établissement, sur l’initiative de la reine Sa (...)
  • 45 Voir la reproduction en annexe, aimablement fournie par M. Bernard Terlay, conservateur au musée G (...)

48La famille royale exploita vite de tels mérites. Elle obtenait de Jean XXII qu’il prononçât la canonisation. Pourtant, le franciscanisme rigoureux de Louis avait de quoi déplaire au pape, hostile aux Spirituels. Ses liens avec les Angevins ne lui permettaient guère de refuser la faveur espérée. À partir de là, Robert donna une formidable impulsion au culte de son frère dans ses États, Provence en tête. Le musée Granet d’Aix, par exemple, conserve un retable offert aux Clarisses de la ville, certainement par le roi ou son épouse Sancia, vers 1339-134344. L’œuvre n’était pas destinée à une exposition publique, comme l’indique sa très modeste taille : 59 x 35 cm. Toutefois, elle garde un clair souvenir de l’entreprise idéologique conduite au travers de la figure de Louis45.

  • 46 Naples, musée de Capodimonte. Sur ce retable, je ne renvoie qu’à : F. Bologna, « Povertà c umiltà  (...)

49Le tableautin dépeint le saint évêque recevant une mitre de deux anges. Il porte, à la fois, le froc franciscain et une chape fleurdelisée. Sous ses pieds nus, il foule la couronne à laquelle il a renoncé. (Trop dégradé, ce détail se voit peu.) Beaucoup plus petits, Robert et Sancia se tiennent agenouillés de part et d’autre, en prière. Le roi est revêtu de sa tenue de sacre. La scène rappelle le célèbre retable de Naples, dû à Simone Martini, qui montre saint Louis couronné de deux anges et couronnant à son tour son frère46. Au contraire de celui d’Aix, le tableau de Naples négligeait le choix fait par le saint d’une sévère pauvreté. Cependant, les deux peintures développaient des thématiques communes. Elles soutenaient la légitimité de Robert. Il devait le trône au renoncement de saint Louis, approuvé de Dieu. Il n’avait pas usurpé la royauté aux dépens de son frère, et encore moins de Carobert. Car ces retables proclamaient que la couronne appartenait à Louis, avant qu’il ne l’abandonnât à Robert. Avant tout, ces représentations faisaient de Louis d’Anjou un saint hautement dynastique. Il protégeait le souverain et appelait sur lui la faveur céleste. Bien entendu, il illustrait la propension à la sainteté de sa famille.

50Au vu et au su des Provençaux, celle-ci avait déjà reçu un signe providentiel, du moins Charles II. Encore prince de Salerne, il avait conduit à Saint-Maximin des recherches qui aboutissaient, en 1279, à l’invention du corps de la Madeleine. Comme lui-même l’expliquait, il avait agi « par inspiration divine ». Là aussi, les Angevins veillèrent de près, et de toutes les façons, à la réussite de la nouvelle dévotion. Charles II obtenait de Boniface VIII, en 1295, des bulles qui accordaient des indulgences aux visiteurs et assuraient de l’authenticité des reliques. Toujours en 1295, le pape permettait au roi d’installer les Dominicains à Saint-Maximin et à la Sainte-Baume. Cette grotte représentait, en effet, le lieu supposé de pénitence de la Madeleine. Saint-Maximin devenait une espèce de ville sainte. Les conditions optimales se trouvaient réunies pour le succès du pèlerinage. Il fut rapide.

  • 47 B. Montagnes, Architecture dominicaine en Provence, Paris, 1979, p. 41-49 ; Jean Gobi l’Ancien, Mi (...)

51Or tout désignait le couvent de Saint-Maximin comme un haut lieu de mémoire angevine. Depuis 1296, Charles II avait lancé sa construction. Les bâtiments qui s’élevaient se distinguaient par leurs dimensions. La verticalité de l’église, en un gothique rayonnant venu du nord, la rendait étrangère aux traditions du pays. Plantée au cœur de la Provence, elle s’identifiait de loin avec les Angevins. Dans les années 1270, Charles Ier avait déjà reconstruit dans ce gothique septentrional l’église des hospitaliers de Saint Jean-de-Jérusalem, à Aix. Elle nous conserve un autre bel exemple d’édifice religieux portant haut sa marque dynastique47.

  • 48 Voir en dernier lieu C. de Mérindol, « Les monuments funéraires des deux maisons d’Anjou, Naples e (...)

52Les sujets se convainquaient de l’inépuisable générosité de leurs maîtres pour l’Église. De fait, ils manifestaient cette largesse de toutes les manières au travers de leurs États. Dans la religiosité ostentatoire de la famille royale, la commémoration de ses morts tenait une place spéciale. Les cultes funéraires connurent un développement exceptionnel à Naples. Comme elle, cependant, Aix reçut des sépultures royales48.

  • 49 Contrairement à ce qui s’écrit, le corps de Béatrice de Savoie († 1264), belle-mère de Charles Ier(...)

53En 1277, Charles Ier ordonnait le transfert des cendres de son épouse, Béatrice († 1267), du duomo de Naples à Saint-Jean d’Aix. Il prescrivait « à tous les prélats des églises et aux autres ecclésiastiques, et aussi aux barons, aux chevaliers et à tous les autres hommes de Provence » de se porter en procession au-devant de la dépouille, donc à la manière d’une entrée royale, de célébrer des offices solennels, de multiplier les prières et les « pieux épanchements de larmes ». L’église Saint-Jean, rebâtie sur son ordre, devenait une nécropole comtale et royale. Elle conservait, à la fois, les corps de Béatrice et de ses père et grand-père : Raimond Bérenger V et Alphonse II49. Surtout, le sépulcre de la reine organisait, par sa dimension triomphale, une prodigieuse démonstration morale. Il évoquait la résurrection des morts et le jugement des âmes. Deux anges emportaient vers le salut celle de Béatrice, que deux autres encensaient. À son tour, le corps de Charles II fut solennellement conduit de Naples à Aix, et déposé dans Notre-Dame-de-Nazareth, couvent de Dominicaines fondé par ce roi.

  • 50 AD des Bouches-du-Rhône, B 529.

54Comme le reste des domaines angevins, la Provence s’associait bien entendu aux cérémonies funéraires. Des fondations pieuses entretenaient des liturgies perpétuelles au profit des princes disparus. Il en résulta un véritable quadrillage de l’espace. Après le décès de Robert, une messe quotidienne ou une commémoration biquotidienne était établie dans 81 églises de Provence, pour les âmes du roi, de ses ancêtres et de ses successeurs. Les messes concernaient les principales cathédrales et Sainte-Marthe de Tarascon. Conformément à la piété officielle de la cour qui favorisait les Mendiants, les commémorations se trouvaient instituées dans leurs couvents50.

55Tous ces efforts avaient pour raison avouée de mobiliser des suffrages, afin de libérer les âmes du purgatoire. Toutefois, ils donnaient en exemple la piété de la famille royale. Ils suggéraient un salut mérité, voire une forme de sainteté, comme l’indique le culte organisé autour de la reine Béatrice. Les sujets honoraient les princes défunts autant qu’ils priaient pour eux. Cette vénération constituait une affaire publique, au sens propre. Les vertus des disparus servaient de modèle à tout le pays. Elles augmentaient son attachement à la dynastie. Celle-ci tenait son pouvoir de prédécesseurs irréprochables. Sa légitimité était donc incontestable. La nécropole de Saint-Jean d’Aix prouvait, ainsi, le juste transport du titre comtal aux Capétiens, par Béatrice. Les qualités des morts illustraient encore celles de tout leur lignage. Elles incluaient le bon gouvernement des hommes. Les sujets devaient se souvenir de lui.

56Charles Ier en avertissait les Provençaux, toujours à propos de Béatrice : « Entre toutes les régions et les royaumes de la terre soumis au gouvernement attentif des rois et des princes, notre noble terre de Provence s’est toujours montrée, par une prérogative spéciale, plus heureuse pour que la pureté de l’amour et la plénitude de la douceur que ses seigneurs conçoivent toujours à son égard, pendant leur vie, à leur mort ni ne cessent ni ne se fanent. » En clair, Charles invitait ses sujets à maintenir un flux de charité réciproque entre eux et son épouse. Inévitablement, cet amour engloberait la famille de la disparue. Mais cette affection commune, par-delà la mort, apprend la valeur hautement spirituelle attribuée à l’exercice du pouvoir. L’insistance sur la piété et la sainteté des princes angevins ne se comprend qu’en raison d’une union indissoluble entre religion et politique.

57Le 5 décembre 1288, Charles II se trouvait à Marseille, pour l’échange des serments voulu par les Chapitres de paix. Son prestige était amoindri. À peine libéré, il n’osa pas se prévaloir du titre royal, qu’Alphonse d’Aragon prétendait lui interdire. Selon le procès-verbal de l’événement, il se présenta comme : « Charles […] par la prévoyance divine très chrétien prince de Salerne. » Le prédicat de christianissimus ne fut pas habituel aux rois angevins. Dans l’adversité, Charles II se réclamait de ce qui représentait, malgré tout, comme l’essence de son autorité.

58L’éminente catholicité du régime inspirait et légitimait sa politique. À ce titre, les sujets le soutenaient non seulement de leurs ressources, mais de leurs oraisons. Nous voici en 1320. L’ost de la mer du roi vient de l’emporter. Robert a annoncé le succès à ses fidèles. La nouvelle parvenue au conseil de Marseille, ses membres se dressent, unis dans la surenchère, pour que l’on rende grâce à Dieu. Puis, on crie dans la ville :

« Il est ordonné qu’aucune personne privée ou étrangère ne travaille demain, ni ne tienne table ou atelier ouvert. Et que tous communément suivent la procession, demain matin, de Notre-Dame-de-la-Major [la cathédrale] pour aller à Saint-Louis. Cette procession se fera en l’honneur de Dieu et de madame sainte Marie, pour la victoire que notre seigneur roi a emporté sur ses ennemis. Et tous les chefs des métiers doivent placer, au matin, leurs bannières sur le mur d’enceinte. »

59Saint-Louis n’était autre que l’église franciscaine de la ville, redédiée au propre frère du roi. Ce lieu devenait le cœur des « liturgies politiques » marseillaises. Il suggérait une relation entre la grandeur du roi, l’appui d’un puissant intercesseur céleste et la sainteté du lignage. Ce symbole encouragerait la prière unanime qui monterait pour le prince de la communauté entière organisée en corps, avec en tête les processions du clergé, puis les laïcs structurés en métiers. La célébration enseignerait le ralliement d’un peuple à ce chef providentiel. Ce serait un moment fort de la représentation du pieux souverain élu de Dieu.

  • 51 AM de Marseille, BB 11, passim ; ibid., BB 12, passim ; N. Coulet, « Les entrées solennelles en Pr (...)

60La conception d’un roi ministre de Dieu, rassemblant et conduisant ses sujets, s’exprimait avec encore plus de netteté quand le monarque en personne participait aux cérémonies processionnelles. Marseille connut, par exemple, une série d’imposants cortèges royaux en 1319-1320. Ils ne se limitèrent pas à célébrer, selon l’usage ordinaire, l’entrée du souverain dans sa ville. Des démonstrations d’un apparat très comparable se déroulèrent quand Robert accueillit le roi et la reine de Majorque, ou même quand il sortit de Marseille. Retenons que le roi et son épouse parcouraient chacun sous un dais la cité en fête51.

  • 52 AM de Marseille, BB 11, fol. 68v ; AM de Sisteron, BB 79, fol. 1-1v.

61Qu’il y assistât ou non, les processions pour le prince signifiaient avant tout qu’il était la « sacrée majesté royale », ainsi que l’appelaient le conseil municipal de Marseille, en 1319, ou celui de Sisteron, en 134152. Si ce titre s’associait au concept juridique de souveraineté, il s’incarnait dans un personnage regardé comme sacré, voire saint. Rien ne soulignait mieux ce caractère du roi que le baldaquin dont on l’honorait. Cette distinction se réservait à des personnes ou des objets sacrés. Qu’elle fût attribuée à Robert à tout propos apprend que le monarque devenait l’objet d’une véritable ostension.

  • 53 Bibl. Marciana (Venise), Cl. 3, n° 76, fol. 373 ; J.-B. Schneyer, Repertorium, op. cit., t. 5, Mün (...)
  • 54 J.-P. Boyer, « Ecce rex tuus. Le roi et le royaume dans les sermons de Robert de Naples », Revue M (...)

62Les Angevins comptaient parmi les « oints du Seigneur ». Ils bénéficiaient du sacre, comme rois de Sicile. Ces défilés où Robert apparaissait dans sa dignité de « christ » avaient quelque chose de messianique. Dans l’un de ses sermons, lui-même révélait dans les bons rois des reflets de Jésus-Christ53. Nous savons qu’il n’épargnait pas aux Provençaux sa prédication publique. Elle faisait la preuve définitive d’une sagesse royale soutenue par la grâce. Elle achevait d’apporter force et cohérence au programme du roi comme guide de son peuple. La science qu’il étalait culminait dans la théologie, car il connaissait les vraies fins54. La conception d’un pouvoir comblé par l’Esprit inspirait tout le cérémonial orchestré autour de la monarchie.

63Toutefois, Robert finissait par outrepasser les capacités reconnues aux princes temporels. De telles ambitions étonnent chez le chef des guelfes et le vassal accepté du pape, pour ce fief d’Église que constituait le royaume de Sicile. Pourtant, Robert développait l’idéologie du souverain « très chrétien », reçue de ses ancêtres. Il ne se départait pas de l’humilité nécessaire devant l’Église. Elle fondait au contraire ses prétentions.

64Dans la pratique, les Angevins ne se conduisirent pas toujours en fils exemplaires de la papauté. Le planh sur la mort de Robert affirmait néanmoins aux Provençaux : « Toute la sainte Église doit beaucoup pleurer sa mort, car il a été estimé pendant toute sa vie comme son serviteur. »François de Meyronnes exposait que l’Église possédait un « avant-mur », à savoir le royaume de Sicile. Il continuait la tradition, déjà longue, qui voyait dans la monarchie angevine un défenseur privilégié de l’Église. Il donnait cependant une expression radicale à cette conviction. L’assistance de l’Église devenait la raison d’être du régime. Comment s’étonner qu’un théologien provençal, proche de Jean XXII et du roi Robert, ait soutenu une semblable théorie ? Dans la première moitié du xive siècle, le séjour avignonnais du siège apostolique renforçait la réputation de protecteur et d’auxiliaire de la papauté du roi de Sicile.

65Robert trouvait là l’occasion d’afficher un zèle édifiant pour le service de son seigneur. De façon très concrète, il faisait de la Provence une muraille de l’Église, davantage encore que ne l’était le royaume. Il venait sur place seconder en personne le Saint-Père. En 1309-1310 et surtout en 13191324, il résidait longuement sur ses terres provençales. Il entretenait alors d’étroites relations avec le pape, d’autant qu’il demeurait beaucoup à Avignon. Lors de son deuxième séjour, cette ville parut une double capitale, pour le souverain pontife et pour le roi. Jamais celui-ci ne sembla à ce degré le bras de l’Église romaine.

66Dans Avignon, il offrait jusqu’au spectacle de sa parfaite sujétion. Le 3 août 1309, Clément V présidait le sacre de Robert dans la cathédrale de la cité. Le rituel souligna méthodiquement la subordination du roi. Il s’ouvrit par sa prosternation devant l’autel majeur. L’onction, conférée par un cardinal à un autel latéral, n’occupa qu’une place relativement secondaire. La tradition des emblèmes royaux par le pape représenta le cœur de l’événement. Elle indiquait que Robert recevait de lui tout son pouvoir temporel. Il n’y eut pas ensuite de véritable intronisation, selon l’habitude des couronnements. Robert ne siégea en majesté que sur un faldistoire, sous le trône du pape, après lui avoir baisé les pieds. Il ne pouvait trôner en présence de ce dernier ! La conclusion de l’événement acheva la démonstration. À la sortie de l’église, Robert rendit au Saint-Père le service de l’écuyer, lui tenant l’étrier pour monter et descendre de cheval, et un moment le frein, en marchant à sa droite.

67Le cérémonial reprenait, en gros, celui utilisé pour Charles II à Rieti, en 1289. Cependant, le fait que le roi de Sicile s’y pliait sur ses domaines en augmentait cette fois la portée. Sa publicité parmi les sujets en était forcément plus grande. D’ailleurs, Robert avait convoqué les Provençaux en masse à son sacre. Il est vrai qu’il les appela sous le motif d’assurer la sécurité, mais ceci n’excluait pas le désir de renforcer l’assistance.

68Le pouvoir angevin professait son adhésion à la théocratie pontificale, et ce ralliement se faisait singulièrement bruyant pendant le règne de Robert. Mais de la sorte, la double dépendance, par le sacre et par la vassalité, du roi de Sicile envers le souverain pontife devenait prestigieuse. Elle représentait un modèle de la subordination due par les princes chrétiens. La situation du comte-roi de Provence-Sicile se révélait alors exceptionnelle dans sa perfection. Comme l’expliquait François de Meyronnes, il jouissait seul d’une soumission directe et sans restriction au « hiérarque suprême », c’est-à-dire au pape, « tant au spirituel qu’au temporel ». N’oublions pas l’absence de sacre impérial entre 1220 (Frédéric II) et 1355 (Charles IV), hors celui d’Henri VII (1312), aux suites éphémères. Ainsi, le « principat du royaume de Sicile » l’emportait sur les autres par la noblesse. Cette affirmation s’accordait avec l’enseignement du sacre. Largement copié sur l’ordo du sacre impérial, il hissait le prince angevin à une parité avec l’empereur.

  • 55 J.-P. Boyer, « Sacre et théocratie. Le cas des rois de Sicile Charles II (1289) et Robert (1309) » (...)

69Son assujettissement lui conférait jusqu’à un caractère ecclésiastique, au sens large. Toujours comme l’empereur, le roi de Sicile recevait à son sacre des episcopalia, des emblèmes épiscopaux, dont la mitre. Lors des cérémonies d’Avignon, Robert se trouva, en outre, associé symboliquement au groupe des cardinaux-diacres. On s’étonne moins que François de Meyronnes ait affirmé : « Le principat du royaume de Sicile est spirituel par participation ». Cette réflexion laisse finalement comprendre les audaces de Robert en matière de prédication55.

70La « papauté d’Avignon » favorisait la maturation de l’idéologie angevine. La Provence se trouvait au premier rang pour se convaincre du triomphe simultané de la théocratie romaine et de son propre souverain. Cette situation aidait à faire des Provençaux, ou de certains, davantage que des exécutants contraints du programme de leurs maîtres.

Des idéaux aux intérêts partagés

71Ni les convictions ni les intérêts du régime ne permettaient l’indifférence des Provençaux. À la base, les idéaux mêmes professés par les Angevins leur recommandaient, pour ainsi dire, une conversion de leurs sujets. Ils obtinrent que la Provence partageât largement les orientations spirituelles de la dynastie. Sur ce plan, la concorde fut d’autant plus sincère qu’il y eut rapprochement, plutôt qu’assimilation.

72À en croire la Vie de Douceline († 1274), Charles Ier rejoignit ses sujets dans leur vénération pour cette pieuse femme, fondatrice des béguinages d’Hyères, vers 1240, puis de Marseille, vers 1250. Il semblerait qu’il éprouvât d’abord de l’hostilité à son égard, comme à celui des Franciscains provençaux, auxquels elle était liée. Toutefois, elle devenait bientôt l’amie de la comtesse, puis du comte. Elle le conseillait. Elle l’exhortait pour qu’il acceptât la sainte mission contre Manfred, confiée par la papauté : « Qu’il n’hésitât pas à entreprendre cette affaire qui lui était offerte par la volonté de Dieu. Qu’il ne craignît rien, parce que le Seigneur voulait faire de lui le champion de son Église. »

  • 56 Vida de la benaurada sancta Doucelina, R. Gout (éd. et trad.), La Vie de sainte Douceline, texte p (...)
  • 57 A. Vauchez, La sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Âge d’après les procès de canoni (...)

73Douceline était sœur d’Hugues de Digne, Franciscain de tendance joachimite et partisan d’une interprétation rigoureuse du message de saint François. Elle-même incarnait une spiritualité marquée par la pauvreté et l’humilité, qui venait de la tradition franciscaine la plus stricte56. Les populations méridionales, provençales ou autres, étaient attirées par les dévotions mendiantes. Leurs formes extrêmes les séduisaient facilement57. Or la monarchie angevine, dans l’étalage de sa piété, partageait de plus en plus ouvertement cette sensibilité. Cette disposition devenait manifeste à compter de Charles II. Pour sa part, celui-ci choyait les Dominicains, aux orientations modérées. Mais saint Louis évêque, en choisissant la voie du franciscanisme radical, adoptait un modèle de vie religieuse particulièrement populaire. Avec Robert, la cour se rapprochait davantage encore des sentiments diffus des sujets. Elle affichait ses sympathies pour un franciscanisme sans compromis, voire pour les Spirituels.

  • 58 Id., « Elzeario de Sabran, santo », Dizionario biografico degli Italiani, t. 42, Rome, 1993, p. 53 (...)

74La Vie de la bienheureuse sainte Douceline fut assurément rédigée, entre fin xiiie et début xive siècle, par Philippine de Porcelet (en deux versions successives). Elle avait succédé à Douceline à la tête de ses béguinages. Insister sur l’amitié de Charles Ier pour leur fondatrice répondait aux intérêts de ces établissements. Issue de la meilleure noblesse, Philippine de Porcelet n’en trahissait pas moins les opinions de sa classe. Dès le règne de Charles II, celle-ci se convainquait d’une proximité spirituelle avec la nouvelle dynastie, ou la désirait. À cet égard, le célèbre couple virginal de saint Elzéar de Sabran († 1323) et de Dauphine de Puimichel († 1360) constitue le plus bel exemple d’une symbiose réussie. Il illustre la communion des orientations religieuses entre une partie de la haute aristocratie provençale et la monarchie. Il est inutile de rappeler l’ascendant sur Elzéar et Dauphine des Franciscains et des Spirituels, alors protégés par le pouvoir royal et son entourage. Les deux époux appartenaient précisément au cercle des proches du souverain. Selon son procès de canonisation, Dauphine entretenait, à Naples, « une grande familiarité » avec la reine Sancia, la fréquentant « pour parler de Dieu58 ».

  • 59 Marquise de Forbin d’Oppède, La bienheureuse Delphine de Sabran et les saints de Provence au xives (...)

75D’autre part, Elzéar de Sabran imposait, à ses familiers et sur ses terres, une stricte réglementation de la vie religieuse et morale. Pour ce, il proclamait de véritables ordonnances59. Il suivait le modèle de Charles II, qui avait légiféré dans les mêmes domaines. Le progrès des âmes était l’une des fins et même le but ultime que se fixait un bon souverain, selon ce que faisait comprendre, pour sa part, la prédication de Robert. En tant que seigneur, Elzéar devait également s’en préoccuper.

  • 60 AM de Marseille, BB 11, passim ; ibid., BB 19, passim ; M.-H. Laurent (éd.), Le culte de saint Lou (...)
  • 61 N. Coulet, « Dévotions communales : Marseille entre saint Victor, saint Lazare et saint Louis (xii (...)

76Marseille donne une autre preuve de l’assimilation des valeurs du régime par la société provençale, avec les honneurs rendus à Louis évêque. Son culte préoccupait grandement le conseil municipal. Il l’administrait, levant des tailles pour le financer. En 1339, il obtenait l’une des clefs de la nouvelle châsse destinée au chef de Louis. Craignant peut-être des troubles, le conseil demandait aux Mineurs, en 1340, de renoncer à montrer ce reliquaire en procession. À défaut, il prétendait du moins choisir parmi ses membres les quatre probes hommes qui le porteraient60. Ces célébrations devenaient un enjeu de pouvoir au sein de la communauté urbaine. Dès la première moitié du xive siècle, la vénération de Louis d’Anjou signifiait davantage qu’une marque de fidélité obligée au souverain. La ville en faisait un élément de son identité. Le saint s’affirmait comme son patron de fait et son protecteur particulier61. Certes, l’attachement à Louis d’Anjou ne s’expliquait pas uniquement par l’adhésion à un modèle de spiritualité. Il faut autant l’interpréter comme une attirance pour le prodige de la sainteté et pour la puissance mystérieuse des reliques. Mais la dévotion des Angevins à l’endroit de leur parent ne reposait pas sur des considérations très différentes. En tout cas, les Provençaux partageaient avec eux un intérêt revigoré pour le sacré et le miraculeux.

  • 62 Pour un bilan d’ensemble de cette littérature, je n’adresse qu’à : P. Meyer, « Les derniers trouba (...)

77Un indice majeur des mentalités provençales, pendant la période angevine, tient dans l’indéniable relief pris par la littérature à caractère religieux, qu’il s’agît d’œuvres reçues de l’extérieur, traduites ou rédigées sur place, ou par des Provençaux. Dans cet ensemble, hagiographie et légendaire pieux en langue vulgaire se distinguent. Ils prenaient, en quelque façon, le relais de la lyrique. Celle-ci connaissait un inexorable déclin. Quant aux « derniers troubadours », selon l’heureuse expression de Paul Meyer, ils s’adonnaient à un art désuet et désormais inoffensif. L’évolution répondait à une mutation des esprits. Elle paraît assez générale au Midi français, et accompagnait la remise en ordre des temps capétiens. Pour leur part, les Angevins n’étaient pas étrangers à ces changements dans la Provence propre62.

  • 63 M. Roques, « Le roman d’Arles », Histoire littéraire de la France, t. 38, Paris, 1949, p. 606-641  (...)

78À son propos, un corpus de longs poèmes narratifs en provençal, consacrés aux principales « légendes saintes » du pays, retient spécialement l’attention. J’entends ces récits qui donnaient au christianisme, dans la contrée, un passé merveilleux. Il est vrai qu’un seul poème se situe exactement. Il s’agit, bien sûr, de la Vie de saint Honorat par Raimond Féraut, écrite à l’extrême fin du xiiie siècle sur l’ordre de l’abbé de Lérins, selon les propres dires de l’auteur. Il faut lui joindre, cependant, une Vie de sainte Marie-Madeleine et le Roman de saint Trophime, ainsi que le Roman d’Arles, qui dans une large mesure relève de la même série. Bien qu’anonymes, tous ces textes appartiennent à la Provence sous la première maison d’Anjou. La Vie de la Madeleine remonte, manifestement, à la seconde moitié du xiiie siècle, avant 1279. La rédaction, ou la compilation, des romans d’Arles et de saint Trophime se révèle plus difficile à placer dans le temps, entre les xiiie et xive siècles. Les recherches récentes de Hans-Christian Haupt aboutissent à une datation plutôt tardive, vers le milieu ou le troisième quart du xive siècle63.

  • 64 Id., « Une version particulière de l’histoire du bois de la Croix dans Le Roman d’Arles », France (...)
  • 65 R. Flachaire de Roustan, « Les manuscrits du poème de Raimon Féraut sur la vie de saint Honorat de (...)

79Cette conclusion implique la continuité d’une activité littéraire axée sur les légendes saintes provençales, au long du premier gouvernement angevin. Une seconde démonstration de Hans-Christian Haupt donne plus de relief encore à cette permanence. Dans son état actuel, le Roman d’Arles témoignerait de remaniements résultant de transmissions orales au sein de la population arlésienne64. Du même coup, il y aurait là une manifestation de l’intérêt du public pour lesdites légendes. Ce serait une réponse aux doutes soulevés par la rareté des manuscrits médiévaux connus : une copie pour les romans d’Arles et de saint Trophime, deux pour la Vie de sainte Marie-Madeleine. Au demeurant, le triomphe de la vie provençale de saint Honorat est en revanche incontestable. Dix exemplaires médiévaux existent, en comptant un fragment, dont sept du xive siècle. Tous furent réalisés en Provence ou sur sa périphérie. Plusieurs mentions de l’ouvrage se rencontrent dans des archives anciennes. Une vie latine du saint est également citée dans les comptes du roi René65. Elle pourrait correspondre à la version traduite par Raimond Féraut. Je crois utile de rappeler qu’elle-même avait été composée pendant le règne de Charles Ier. J’ajoute sans doute à Lérins. Attesté de bien des façons encore, le succès des grandes légendes saintes de Provence est indéniable. Le pays s’affirmait comme une terre sacrée. De nouveau, l’épanouissement de cette certitude ne s’explique qu’en relation avec le pouvoir angevin.

80Pour comprendre les mécanismes complexes qui jouèrent, il suffit de revenir sur l’affaire des reliques de Saint-Maximin. Leur invention par le futur Charles II donnait un éclat encore inégalé à la principale des légendes pieuses du pays, à savoir l’apostolat provençal de la Madeleine et de ses compagnons, dont Marthe et Lazare. Tout le merveilleux sacré de la Provence se trouvait, de surcroît, conforté dans sa vraisemblance par la réalité d’un fait aussi extraordinaire. En même temps, Charles II recevait un profit d’autant plus facile de son invention qu’elle coïncidait avec une croyance déjà populaire. Il apparaissait comme celui choisi pour lui apporter la confirmation espérée. Il n’en tirait pas qu’un prestige personnel. Une convenance se révélait entre une famille et un pays également élus de Dieu. François de Meyronnes suggérait cette harmonie, dans son sermon sur Louis d’Anjou. Ce prince était saint grâce à ses ancêtres, mais aussi par son lieu de naissance : « Car il est né sur la terre que Dieu a sanctifiée devant les autres. En effet, dans cette patrie il y a sept saints qui ont vu le Christ de leurs yeux corporels. »

81De façon générale, la Provence se persuadait d’autant mieux de sa vocation à la sainteté que la nouvelle dynastie la ramenait vers ce destin providentiel. Le thème du redditus se lit en filigrane dans la Vie de saint Honorat, tant latine que provençale. Elle montrait la lutte conjointe, en Provence, de Charlemagne et d’Honorat contre les Sarrasins. Honorat affrontait encore les hérétiques d’Arles, encouragés par la corruption du paganisme. Il se retrouvait, en fait, à la tête de tout le pays, puisque l’empereur le lui remettait. Les limites de cette prétendue libéralité coïncidaient avec les frontières mêmes du comté de Provence, selon la convention de 1125 entre Alphonse de Toulouse et Raimond Bérenger III de Barcelone. Bien entendu, cette sorte de « donation de Constantin » servait les prétentions du monastère de Lérins, présenté comme l’abbaye qui avait restauré le christianisme dans la région. Mais le récit indiquait, concurremment, qu’avec les Angevins la Provence retrouvait ses protecteurs et ses maîtres légitimes. Comprenons, avant tout, les Carolingiens et l’Église. Sous leur conduite, le pays récupérait son intégrité religieuse, menacée par la grande subversion anticléricale qu’il avait naguère connue, dans la première moitié du xiiie siècle, sous l’influence des Toulousains et du parti impérial. En faisant d’Honorat un Arpade, Raimond Féraut allait cependant plus loin que son modèle latin. La reine Marie de Hongrie avait également une prédisposition à veiller sur le pays, comme sa descendance. Cette espèce de retour vers une antique perfection se parachevait donc avec le règne de Charles II. Devant cet accomplissement, l’humiliation de sa longue détention s’effaçait.

82À ce propos, les deux versions de la Vie de saint Honorat faisaient davantage pour le roi. Elles décrivaient Charlemagne pris par les païens du vivant de son père, Pépin, et conduit en Espagne. Honorat le délivrait ensuite. De semblable façon, le futur Charles II, encore prince héritier, était tombé prisonnier. Il avait connu la captivité dans cette même Espagne. Lui aussi avait souffert pour la bonne cause. Sa gloire ne pouvait pas plus en pâtir que celle de Charlemagne. Il devait toutefois son rétablissement au soutien de l’Église et de la Provence. L’intervention d’Honorat au secours de Charlemagne symbolisait très bien, également, ce double appui. Tout au long, la destinée de Charles II reproduisait celle de son grand et saint ancêtre. Évidemment, le récit de la libération de Charlemagne contenait un discret rappel de la dette des Angevins envers leurs sujets provençaux. Mais c’était aussi affirmer que la fidélité provençale renouait avec son passé.

  • 66 J.-P. Boyer, « Les Baux et le modèle royal. Une oraison funèbre de Jean Regina de Naples (1334) », (...)

83Bien sûr, toutes ces croyances ne faisaient pas l’objet d’exposés systématiques. Elles se devinent à l’arrière-plan. Un sentiment flou donnait à croire en des liens anciens, mystérieux et saints entre le pays et la dynastie angevine. Le goût pour un légendaire sacré contaminait l’aristocratie. Elle prenait conscience de son importance pour justifier le pouvoir. Du moins voyons-nous les Baux commencer de se réclamer ouvertement des rois mages pour aïeux, avec une première preuve en 1334. Dévorés d’ambitions immenses, ils s’efforçaient de conserver à leur famille un rang quasi royal. De fait, Bertrand comte de Montescaglioso († 1347) paraît le premier grand propagandiste de cette ascendance mythique. Il avait épousé, en 1307/1308, une fille de Charles II, Béatrice d’Anjou († 1315-1316). On comprend qu’il désirât un estoc digne de cette réussite. Ces prétentions généalogiques n’en apprennent pas moins le ralliement au modèle promu par les Angevins66.

  • 67 R. Flachaire de Roustan, « Étude sur la Vie de saint Honorat », article cité, p.50.

84Mais du même mouvement qu’ils réveillaient le pays à ses origines saintes, les descendants de Charlemagne le ramenaient au temps de l’épopée. Cela n’a pas échappé. La Vie de saint Honorat exploitait le filon de la littérature épique française. Elle s’appuyait sur les chansons de geste et sur la Chronique du Pseudo-Turpin, qui dérivait surtout de ces dernières67. La tradition épique imprégnait le Roman d’Arles. Elle apparaissait jusque dans le Roman de saint Trophime.

  • 68 R. Lafont, « Relecture de Cabra juglar », Revue des langues romanes, 104 (2000), p.337-377.
  • 69 J. Horrent et G. Brunel-Lobrichon, « Rollan a Saragossa », Dictionnaire des lettres françaises. Le (...)

85L’épopée française était depuis longtemps répandue dans les pays d’oc. Quelle que fût l’importance de leur propre poésie épique, eux-mêmes avaient pratiqué ce genre68. Ce n’est pas tout. Les deux principaux témoignages de cette veine épique au xiie siècle, le Ronsasvals et le Rollan a Saragossa, nous sont parvenus copiés dans un registre de notaire aptésien, de la fin du xive siècle69. On se demandera alors si le pouvoir angevin ne contribua pas à entretenir ce goût de l’épopée, déjà ancré dans la société provençale, en particulier dans l’aristocratie.

  • 70 F. Mazel, « Mémoire héritée, mémoire inventée : Guilhem des Baux, prince d’Orange, et la légende d (...)
  • 71 G. Mascle, La Vida de sant Honorat, 2 vol., Aix-en-Provence, 1998 (mémoire de maîtrise dactyl.).

86À la fin du xiie siècle, la branche des Baux d’Orange commençait de se réclamer de Guillaume d’Orange, pour ancêtre70. Bien entendu, c’était un moyen de se présenter à la fois en modèle de chevalerie et en champion de l’Église. Le légendaire pieux d’époque angevine continuait de proposer une alliance entre prouesse militaire et sainteté au public aristocratique. L’un de mes étudiants, Gilles Mascle, vient de démontrer que la Vie de saint Honorat s’adressait à lui par priorité71. Or le régime angevin donnait une apparence de réalité à cette ambition de la guerre glorieuse et sanctifiante. Il conduisit plusieurs croisades, à commencer contre Manfred, puis contre Conradin. En fait, une fois à la tête du parti guelfe, il présenta toutes ses luttes comme des sortes de croisades.

87Les Angevins ne rejetaient donc pas les traditions de violence de l’aristocratie provençale. Leur programme conduisait au contraire à les valoriser, tout en les réorientant. Elles s’associaient dorénavant au double projet de sanctification et de pacification du pays. Les conquêtes et leurs suites permettaient cette quadrature du cercle. Elles conciliaient les intérêts qui divisaient jusqu’alors la société provençale, en combinant la paix et les avantages de la force.

88Comme instaurateur d’une société policée, Charles Ier répondait aux attentes de beaucoup. Il portait à terme un mouvement de fond de l’histoire provençale, qui favorisait la restauration de la puissance publique. Des communautés de toute la Provence se tournaient vers lui, comme un recours contre les seigneurs. Dans les consulats, il avait des partisans qui expliquent ses faciles succès. Les villes avaient besoin de calme. Très vite, le nouveau comte apparut comme le garant de la sécurité, extérieure et intérieure.

  • 72 V.-L. Bourrilly, Essai sur l’histoire politique de la commune de Marseille des origines à la victo (...)

89Il protégeait les notables contre les troubles urbains. Dans les trois grandes communes, les privilèges accordés leur conservaient, par ailleurs, une participation à l’administration municipale. Surtout, ces franchises n’oubliaient pas les intérêts économiques des villes. Et nul ne défendrait ceux-ci avec la même efficacité que le prince. Le cas de Marseille illustre bien ce fait. Dans les Chapitres de paix de 1257, Charles multipliait les promesses. Il agirait pour que le port récupérât ses franchises et possessions à l’étranger, spécialement dans le Levant, où ses positions étaient menacées72.

  • 73 G. Yver, Le commerce et les marchands dans l’Italie méridionale au xiiieet au xivesiècle, Paris, 1 (...)

90Dans cette zone, l’achat de la couronne de Jérusalem et la mainmise sur Saint-Jean-d’Acre, en 1277, donnaient une nouvelle chance aux hommes d’affaires provençaux. Toute la grande politique méditerranéenne des Angevins pouvait apporter des atouts considérables à l’économie. La monarchie devint une excellente pratique, en particulier pour les armateurs marseillais. Les marchands provençaux obtinrent un lot d’alléchants privilèges dans le royaume de Sicile. Outre d’importants avantages fiscaux et l’exemption du droit d’épave, ils reçurent des « loges » dans les principaux ports : Messine, Trapani, Syracuse, Palerme, Trani, Bari et Naples. Sous l’autorité de consuls, ils constituaient là des colonies autonomes, aux mains des Marseillais73.

  • 74 G. Saige, L.-H. Labande (éd.), Documents historiques relatifs aux seigneuries de Menton, Roquebrun (...)
  • 75 É. Jordan, Les origines de la domination angevine en Italie, Paris, 1909, p. 485-487, 575.

91L’expansion angevine profitait de façon bien plus large à la société provençale. Elle bénéficiait spécialement à l’aristocratie. Pour elle, c’était la nécessaire compensation des pertes subies devant Charles Ier. Aussi ce dernier accorda-t-il très tôt sa confiance à quelques Provençaux dans la conduite des entreprises italiennes. Avant l’affaire de Sicile, il commença de les employer en Ligurie et en Piémont74. Puis, en 1264, Jacques Gantelme, d’une importante famille tarasconnaise, s’installait à Rome avec un groupe de ses compatriotes. Il représentait Charles Ier, devenu sénateur de la Ville, et gardait la tête de pont indispensable pour marcher contre Manfred. L’Angevin ne changeait donc pas d’attitude pour préparer l’attaque du Mezzogiorno. En 1265, quand Charles lui-même se trouva à Rome en position aventurée, il plaça à Milan son vieil ennemi Barral des Baux. Celui-ci se tenait au cœur du dispositif qui permettrait à l’armée des croisés de rejoindre son chef75.

92Les Provençaux participèrent à cette guerre de 1266, et à d’autres, sous la contrainte d’une mobilisation. Le plus souvent, ils servirent de leur plein gré, comme mercenaires. Le planh sur la mort du roi Robert dévoile l’importance de ce qui était devenu une spécialité du pays. De façon significative, le troubadour s’exclame : « Du roi Robert, beaucoup de bons hommes prenaient leurs gages. Il leur faudra maintenant rentrer dans leur pays ! » Plus loin, il décrit le roi ayant comme grand souci, à sa dernière heure, le paiement des soldes en retard : « L’honoré roi Robert, avant sa fin, fit venir son vice-chancelier et voulut savoir si tous les soldats avaient été payés. Celui-ci répondit que non. Le noble roi, comme sage, digne et bon, a commandé que tous les hommes soient payés, jusqu’au dernier denier, où qu’ils se trouvassent. » À en croire la chanson, le souverain avait encore la force de vanter les mérites des Marseillais, avec des paroles éloquentes : « Pour moi, ils ont souffert tourments et grandes douleurs. En Sicile, on les considère courageux, mais mal payés. »

  • 76 A. de Boüard (éd.), Actes, op. cit., p. 365-366, n°1122 ; É. Baratier, La démographie provençale, (...)

93Les sources documentaires confirment à satiété le rôle militaire des Provençaux. Je ne saurais les analyser ici. En 1282, Charles Ier transférait 4 000 onces d’or de Naples vers la Provence, pour recruter « vingt galères bien armées et 2 000 arbalétriers et lanciers ». Ces nombres paraissent notables eu égard à la population. Elle n’atteignait que de 350 000 à 400 000 habitants au début du xive siècle. Les registres des clavaires citent des pensions versées aux infirmes de guerre, aveuglés ou mutilés. Les Marseillais formaient le fer de lance de la marine angevine, ainsi que l’a exposé Henri Bresc76. Des Provençaux recevaient les plus hautes responsabilités. Ils conduisaient des flottes, et portaient le titre d’amiral ou de vice-amiral. Ils menaient des troupes. Même saint Elzéar de Sabran participa à la direction de l’armée dépêchée à Rome contre Henri VII (1312). Des Baux commandèrent sur presque tous les fronts.

  • 77 G. M. Monti, La dominazione angioina, op. cit., p. 260, 397-399.

94Pareillement, le souverain envoyait volontiers ses Provençaux le représenter dans les diverses parties de l’Italie où s’étendait sa puissance. Ces charges conservaient un caractère militaire plus ou moins dominant. Les Provençaux se taillèrent une belle place parmi les sénéchaux de Lombardie ou de Piémont. Pour toute la période angevine, je compte avec certitude dix-sept Provençaux sur quarante-cinq sénéchaux, ce qui fait presque 40 %. Je parviens même à 58 %, sept sur douze, sous Charles Ier77.

  • 78 S. Pollastri, « La noblesse provençale », article cité, p. 405-434.

95Des Provençaux dirigèrent encore d’importantes ambassades, ou s’y associèrent. Elzéar de Sabran mourut à Paris, venu en mission auprès du roi de France pour négocier le mariage entre Charles de Calabre et Marie de Valois. En revanche, la place acquise par les Provençaux dans le royaume de Sicile offre un tableau plus contrasté, à ce qu’il semble. Les travaux de Sylvie Pollastri rendent la situation assez claire pour le règne de Charles Ier, mais elle demeure moins bien connue après lui78.

  • 79 P. Durrieu, Les archives angevines de Naples. Étude sur les registres du roi Charles Ier(1265-1285 (...)
  • 80 J.-P. Papon, « Preuves de l’histoire de Provence », Histoire générale de Provence, t. 3, Paris, 17 (...)

96Charles Ier procéda à une large distribution de fiefs et d’épouses à l’avantage des non-régnicoles, surtout durant les années 1268-1272, en réaction aux grandes révoltes contre sa domination. Les Provençaux ne manquèrent pas d’en profiter. Le nouveau roi annonçait par exemple sans ambages, en 1271 : « Seville, jadis fame de Rogier de Terne [Aterno], est doneie à fame à Adenaise de Tarascon o toute sa terre79. » Ces donations ne se limitèrent pas, d’ailleurs, à l’aristocratie. À plusieurs reprises, Charles demanda des Provençaux « parmi les bons et les très fidèles » pour repeupler la colonie sarrasine longtemps rebelle de Lucera, dans les Pouilles : 1273, 1274, 1276, 127880. En 1272, Bertrand des Baux, fils de Barral, recevait le comté d’Avellino, l’un des plus importants du pays, au cœur de la Campanie. Les implantations principales des Provençaux restèrent cependant périphériques : Abruzzes et île de Sicile. Ainsi se virent-ils en charge de la surveillance des frontières ou d’un territoire à peine soumis. Ce fait rappelle les missions qu’ils assumèrent dans le reste de l’espace angevin. Il dénonce toutefois la limite des faveurs accordées.

97De plus, Charles Ier revenait, après 1272, à une gestion plus normale des fiefs. Il ne dépossédait plus l’aristocratie indigène. Dans ces conditions, le temps des gras profits prenait fin. Certes, Bertrand des Baux de Berre recevait de Charles II, en 1308, le comté de Montescaglioso, en Basilicate, et celui d’Andria avec le fief d’Acquaviva, en terre de Bari, après son mariage avec Béatrice d’Anjou. D’autres exemples se rassembleraient sans mal. Des personnages moins importants continuaient à bénéficier d’investitures, au xive siècle. Ces faveurs à des protégés ne doivent pas faire illusion sur les possibilités générales d’enrichissement rapide qui s’offraient désormais.

  • 81 Pour ces calculs, j’ai confronté les recherches de S. Pollastri (« La noblesse provençale », artic (...)

98Les Provençaux obtinrent également de Charles Ier des offices dans l’administration locale et régionale du royaume. Il les choisit d’autant plus volontiers qu’il se défiait des régnicoles. En particulier, il leur confia pour une grande part la garde des côtes et des ports. Une fois de plus, nous les trouvons donc aux avant-postes. C’étaient néanmoins des fonctions subalternes. Au niveau le plus élevé, le gouvernement des justicérats ( provinces), le bilan devient médiocre. Les Provençaux représentent 15 % des justiciers (baillis) employés par Charles Ier (20 sur 132). Ils n’atteignent qu’à un petit 20 % des 101 justiciers non régnicoles. Leur position ne s’améliore pas même comparée au total des seuls ultramontains, soit 9681.

  • 82 M. Aurell, Une famille de la noblesse provençale au Moyen Âge : les Porcelet, Avignon, 1986, p. 12 (...)
  • 83 G. Vitale, « Nobiltà napoletana della prima età angioina. Élite burocratica e famiglia », l’État a (...)

99Ils profitèrent, en échange, d’une certaine durée. Ils continuaient de se rencontrer facilement dans l’administration territoriale pendant les règnes de Charles II et de Robert. Je ne cite que l’exemple de Bertrand Porcelet († 1320), d’une famille arlésienne, qui parvint aux offices de capitaine du duché d’Amalfi, puis de la cité de Naples, et enfin de justicier des Abruzzes, à partir de 131782. Il resterait à mesurer l’importance de cette présence provençale. Elle ne pouvait s’étendre beaucoup, quand elle se heurtait au procès d’italianisation de la monarchie83.

  • 84 München Staatsbibliothek, Clm 2981, fol. 137 ; J.B. Schneyer, Repertorium, op. cit., t. 4, Münster (...)
  • 85 M. Raynouard, Lexique roman ou dictionnaire de la langue des troubadours, Paris, 1844, t.4, p. 94, (...)

100Le plus haut degré de réussite était d’entrer dans l’intimité du prince et de recevoir des responsabilités à la cour. L’existence d’un solide réseau de Provençaux à Naples, dans la première moitié du xive siècle, est démontrée par un petit fait curieux. Je le relève dans un sermon de mortuis de Federico Franconi (actif 1334-1343), Dominicain lié à la cour. Bien qu’en latin, il contient un passage en langue vulgaire. Il s’agit d’un mélange de provençal et de napolitain. Le prédicateur propose de diviser le thème Necesse habeo exire et videre illam (Luc 4,18) de la sorte : Primo ke ca non ce potemo fare longa demoransa, quia « Necesse habeo exire » ; secundo ke la averemo grande conoscensa, quia « videre illam84 ». Or l’expression longa demoransa se rencontre dans la langue des troubadours. Elle présente un net aspect provençal, surtout le substantif demoransa85.

  • 86 F. Mazel, La noblesse et l’Église en Provence (XIe-XIVesiècle). L’exemple des familles d’Agoult-Si (...)
  • 87 P. Durrieu, Les archives angevines, op. cit., p.230.

101De multiples preuves confirment la présence de nobles venus de Provence dans l’entourage immédiat des souverains. Ils y gagnaient des pensions et autres faveurs. Les Baux obtenaient jusqu’à des palais pour demeurer à Naples. Des Provençaux portaient le titre de « familier du roi », de « conseiller ». Ils s’inséraient dans l’hôtel royal comme chambellans, ou plaçaient un fils comme « valet et familier du roi86 ». Bertrand des Baux, fils de Barral, accédait à l’étroite élite des grands qualifiés de « cousins du roi », une sorte de parenté artificielle établie avec le souverain87. Son père, pour sa part, finit son existence comme maître-justicier du royaume de Sicile (1266-1268).

  • 88 Ibid., p. 189-199 ; L. Cadier, Essai sur l’administration du royaume de Sicile sous Charles Ieret (...)

102Pourtant, peu de Provençaux atteignirent aux grands offices du royaume, au sens strict. Barral fut le seul du vivant de Charles Ier, si nous négligeons le vice-maréchal Guillaume de Fos (1281-1297). Les choses s’améliorèrent un peu par la suite. Ermengaud de Sabran comte d’Ariano devenait maître-justicier, en 1297. En 1308, Hugues des Baux comte de Soleto accédait à la charge de grand-sénéchal. Avec Robert, ses titres se multipliaient : sénéchal du royaume de Sicile et du comté de Piémont, vicaire général, grand-juge et grand-trésorier de ces pays. Son fils, Raimond des Baux comte de Soleto, parvenait au rang de maréchal du royaume, en 1338 au plus tard. Par ailleurs, Charles II instituait, en 1296, une amirauté de Provence comparable à celle de Sicile, qu’il confiait à Richard de Lamanon. Mais elle disparut avec Robert, sans doute au nom du centralisme88.

103Au vrai, les grands offices n’avaient peut-être pas l’importance qu’on tendrait à leur prêter. Bertrand des Baux comte de Montescaglioso n’en exerça aucun, lui qui porta la fortune de sa race à son zénith en entrant dans la famille royale. Ses plus hautes responsabilités furent celles de maréchal de Toscane ; de vicaire du roi, capitaine de guerre et podestat de Florence ; de vicaire du roi à Rome ; de capitaine de guerre à Florence ; de capitaine général en Toscane. Cette carrière n’en confirme pas moins le rôle des Provençaux comme, par priorité, une force d’intervention aux marges des domaines angevins. En fait, les Baux eux-mêmes ne paraissent pas totalement étrangers à ce destin.

  • 89 Voir les exemples rapportés par N. Coulet, Affaires d’argent et affaires de famille en haute Prove (...)
  • 90 É-G. Léonard, Histoire de Jeanne Ire,op. cit., t. 1, p. 337-338.

104Ils s’efforçaient de garder sous leur influence une grande partie de l’aristocratie provençale. Leur rôle dirigeant n’est pas douteux parmi les immigrés, dans le royaume89. Le planh sur la mort du roi Robert témoigne de leur activité de propagande en direction des Provençaux. Il avertissait que les Baux représentaient des intermédiaires privilégiés entre leurs compatriotes et la monarchie. La chanson décrivait, en effet, Robert manifestant sa prédilection à l’égard de cette famille. Mais la complainte osait davantage. La puissance des Baux leur permettait d’intervenir jusque dans la question successorale qui s’ouvrait au décès du roi, en influençant l’opinion provençale. Par son testament, Robert laissait le pouvoir à sa petite-fille Jeanne. On se souvient que la complainte affirmait qu’il lui aurait préféré, in extremis, son époux, André de Hongrie. Bertrand comte de Montescaglioso appartenait, de fait, à l’entourage de ce dernier90. Les Baux avaient soumis à leur ascendant une portion de la noblesse provençale. Ils avaient certainement forgé leur prodigieuse ascension en manœuvrant ce groupe compact. En échange, ils en faisaient une force armée aisément utilisable par le souverain.

  • 91 S. Pollastri, « La noblesse provençale », article cité, p. 427-428 ; N. Coulet, Affaires d’argent, (...)

105La réussite des Baux ne doit pourtant pas cacher que, dans l’ensemble, les Provençaux restèrent cantonnés dans une position plutôt secondaire. Somme toute, leur participation au pouvoir demeurait proportionnelle à la dimension de leur pays parmi les domaines angevins. Elle indique que la maison d’Anjou n’appliqua pas, dans le royaume de Sicile, une durable politique de type colonial. La modestie relative des perspectives qui s’offraient à beaucoup contribue, néanmoins, à élucider l’attitude des Provençaux devant l’expatriation. Elle ne connaissait pas une vogue sans partage. D’aucuns se retiraient d’Italie. Le phénomène apparut précocement pendant le règne de Charles Ier. Après les Vêpres (1282), la perte de l’île de Sicile n’arrangea rien. La tendance au repli est incontestable pour le xive siècle. L’extinction rapide de la plupart des lignages installés dans le royaume s’explique, en partie, par le refus de l’émigration91.

  • 92 Boniface de Castellane, Era, pueis yverns es el fil, v. 36, V. De Bartholomaeis (éd. et trad.), Po (...)
  • 93 Le sénéchal Guillaume Estendart le Vieux (1262 et 1266-1267) n’était pas un Baux, comme on le dit (...)

106Dans ce contexte, les élites provençales attachaient toujours plus de prix aux charges qu’elles recevaient dans l’administration de leur propre province. Les débuts du gouvernement angevin suscitèrent un clair mécontentement, quant au recrutement des officiers. Autour de 1252, Boniface de Castellane reprochait à Charles de croire au « conseil de petites gens » (conseilh menut), donc méprisables. Dans les accusations portées contre les « baillis » ou les conseillers de Charles Ier, une tenace rancune s’exprimait à l’égard des hommes jugés infâmes qui assistaient maintenant le comte, et envers les nouveaux venus qui prenaient la place de la noblesse locale92. Toutefois, Charles Ier n’écarta jamais totalement celle-ci du pouvoir. Le premier lieutenant connu du sénéchal, en 1258, était Truand de Flayosc. En 1283, Bérenger Gantelme devenait le premier provençal à occuper le poste suprême de sénéchal93. La réintégration des autochtones dans l’administration de leur pays s’achevait. Les offices multipliés par le prince assuraient des revenus à toute une classe de « fonctionnaires ». Ils permettaient aux nobles de maintenir un rang que ce même souverain menaçait à certains égards.

  • 94 J.-L. Bonnaud, Les agents locaux de l’administration royale en Provence au xivesiècle : catalogue (...)
  • 95 É-G. Léonard, Histoire de Jeanne Ire,op. cit., t. 1, p. 368, n.1, t. 2, p. 62, n.2.

107Depuis la thèse de Jean-Luc Bonnaud, le milieu de l’administration territoriale est moins mal connu, pour les gouvernements de Robert et de Jeanne94. Toutefois, cette étude envisage les deux règnes comme un tout, contraignant au même choix. Certaines fonctions se réservaient à la noblesse, comme celles de viguier ou de grand bailli. Cette classe dominait sans doute parmi les juges. Mais ce dernier office contribuait également à l’ascension sociale de la bourgeoisie. Il permettait de la sorte un renouvellement de l’aristocratie, aussi nécessaire que son maintien. Du moins avec Jeanne, d’aucuns obtenaient des expectatives sur les postes dont ils espéraient la vacance95. Cette compétition apprend les convoitises que les emplois administratifs éveillaient dorénavant.

108Or la fin de la « colonisation » française n’empêchait pas la présence, dans le personnel, d’étrangers en nombre difficile à estimer. Ils se rencontraient parmi les clavaires, les juges et, principalement, les viguiers et les grands baillis. Maintenant, il s’agissait surtout d’Italiens. Ils représentaient au minimum 10 % des viguiers et grands baillis. Il n’échappe pas que ces charges étaient les plus élevées dans l’administration territoriale.

  • 96 Notre connaissance des officiers supérieurs continue de dépendre de F. Cortez, Les grands officier (...)
  • 97 Ce nom est porté par trois feudataires des Abruzzes, dont deux chevaliers, dans un document de 127 (...)
  • 98 Je compte le sénéchal de l’éphémère sénéchaussée indépendante du comté de Forcalquier (13071308).

109L’italianisation était nettement plus marquée au niveau du gouvernement général de la Provence, pour les hautes responsabilités96. En 1298-1301, un premier sénéchal italien dirigeait la contrée : Raynaud de Lecto97. À compter de ce moment, Charles II ne nomma plus pour sénéchaux que des Italiens, au nombre de quatre98. Au moins six des dix sénéchaux employés par Robert furent italiens, et sans doute tous régnicoles. La réunion du « conseil royal » d’Aix du 16 juillet 1341 permet de se représenter la situation. Le sénéchal Philippe de Sangineto appartenait à la grande noblesse du royaume. Notons qu’il tint son poste de 1330 à 1343. Le juge mage venait de Pise, et l’un des deux procureurs du roi de Capoue. Il semble que le poids des Italiens se fît encore plus sensible pour les envoyés en mission extraordinaire de la grande cour. La nationalité de sept des enquêteurs sur les officiers désignés par Robert est identifiable. Il s’agissait exclusivement d’Italiens.

110Dans cette composition du personnel, il faut évidemment voir un effet du centralisme napolitain, réuni à l’italianisation progressive de l’État angevin. Après le temps de l’expansion provençale vers l’est, la tendance s’inversait. Sans chasser les Provençaux de l’administration, la monarchie suscitait une concurrence désagréable pour eux. La situation leur devenait d’autant plus pénible qu’ils ambitionnaient davantage les charges publiques.

111Dans ses statuts de 1310 adressés à la Provence, Robert décidait que ne serait nommé officier royal qu’un homme né ou habitant dans ses États, c’est-à-dire le royaume de Sicile ou les comtés de Piémont, de Provence et de Forcalquier. La mesure voulait certainement répondre aux doléances reçues. Elle marquait un premier pas vers « l’indigénat », à savoir le recrutement exclusif d’autochtones dans l’administration provençale. Elle refusait tout autant ce privilège !

  • 99 É-G. Léonard, Histoire de Jeanne Ire,op. cit., t. 2, p. 71-74 ; N. Coulet, Aix-en-Provence. Espace (...)

112Il devenait bientôt l’une des grandes exigences des élites du pays. Avec les désordres qui accompagnaient le règne de Jeanne, elles craignaient pour la sécurité des carrières administratives. Celles-ci représentaient un enjeu spécialement important pour les barons et les Aixois. Ils obtenaient satisfaction de Jeanne, venue en Provence, lors de l’assemblée des états du 17 février 1348. La reine s’engageait à ne plus nommer, dans les comtés de Provence et de Forcalquier, d’officiers qui n’en fussent pas originaires. Elle désignait sans plus tarder le provençal Raimond d’Agout pour sénéchal99.

113Loin de vouloir détruire l’État, la noblesse entendait désormais s’en assurer le contrôle. Mais après avoir favorisé les ralliements à la dynastie, la question des offices allait mettre en péril la longue fidélité des Provençaux.

La constance des Provençaux

  • 100 S. Palmieri (éd.), I registri, op. cit., t. 44-2, Naples, 1999, p. 562-565, n°123 (Real Valle).

114Dans le dernier quart du xiiie siècle, le loyalisme des Provençaux à la cause angevine devenait déjà un lieu commun. Le régime cultivait avec soin leur réputation de dévouement au souverain et à sa mission. Voyons Charles Ier quand il établissait, en 1277, les monastères de Santa Maria di Real Valle, en Campanie, et de Santa Maria della Vittoria, dans les Abruzzes. Le premier célébrait sa victoire de 1266 contre Manfred, et le second celle de 1268 contre Conradin. Le roi ne voulait des abbés ou des moines « de nulle autre nation que du royaume de France et des comtés de Provence et de Forcalquier ». En effet, de ces pays provenaient également « les athlètes qui libérèrent le royaume de Sicile des mains de ses persécuteurs, avec beaucoup de fatigue et de peine, outre une grande effusion de sang, pour l’honneur de Dieu et de la sainte mère l’Église100 ».

115Le planh sur la mort de Robert usait jusqu’à la corde le thème de l’attachement indéfectible au roi. Cherchant à flatter les Provençaux, il se révèle très significatif de l’image qu’ils avaient d’eux-mêmes : « Plaintes, pleurs et cris doit pousser toute la Provence, les petits et les grands. Je vous dirai pourquoi : il [Robert] les aimait tous de bonne foi, car de tout temps il les a trouvés loyaux. » Au moment du trépas, le roi ne manquait pas de recommander ces sujets d’élite à son prétendu héritier, André de Hongrie, au nom de cette fidélité : « Et puis je te prie de gouverner les Provençaux comme loyaux et sans tromperie qu’ils sont. Si tu en as besoin, ils t’aideront, à condition que tu les aimes et les tiennes en paix. »

  • 101 C. Minieri Riccio (éd.), Saggio di codice diplomatico, op. cit., t. 2, Parte prima, Naples, 1879, (...)

116Cette belle insistance sur le dévouement n’allait pas sans quelque ambiguïté, car la grogne ou l’inquiétude gagnaient. Elle correspondait cependant au sentiment, sans doute répandu, d’avoir rendu de longs services à la dynastie. De fait, la région apporta longtemps au régime son plus ferme soutien. Les clauses négociées pour la libération de Charles II en offrent une preuve irréfragable, parmi d’autres. Outre trois fils de son prisonnier, Alphonse III d’Aragon ne voulait pour otages que des Provençaux. Il obtiendrait la Provence, si Charles ne respectait pas le traité établi avec lui. En attendant, il recevrait pour garantie les engagements du pays lui-même. Barons, nobles, châtelains et communautés d’habitants prêtèrent effectivement un « serment de fidélité et de sûreté » aux envoyés d’Alphonse101. Des gentilshommes provençaux et des notables marseillais partirent en captivité. Les exigences du roi d’Aragon rappelaient probablement les anciennes prétentions barcelonaises sur la Provence. Bien davantage, Alphonse jugeait ce territoire comme le principal appui de son adversaire, parce que le plus sûr.

117Les profits de l’aventure angevine ne paraissent pourtant pas à la hauteur des sacrifices consentis. Je n’imagine pas qu’il faille voir la seule force des convictions dans la constance provençale, pas davantage que la seule crainte. Mais on ne saurait, non plus, envisager les choses à la façon d’un bilan qui confronterait pertes et profits. Avec l’expédition de 1265-1266, les Provençaux devenaient partie prenante d’un système dont la ruine entraînerait la leur. Telle fut, précisément, la position d’un Barral des Baux promu podestat de Milan, mais isolé en terres plus ou moins hostiles. Bien entendu, il y avait une grande habileté de la part de Charles Ier à transformer ses adversaires en ses complices, ou ses associés.

118Marseille, par exemple, épuisa sa marine au service de la monarchie. Les guerres ruinèrent son commerce. Ipso facto, les revenus tirés de la collaboration avec le prince se faisaient plus nécessaires. Surtout, Naples et l’Italie méridionale formaient le dernier grand espace qui restât ouvert aux échanges maritimes. Cette situation guida les options politiques du port. Elle recommandait de maintenir l’entente avec le souverain, d’où la chaleur de la ville pour Jeanne, lors de sa visite de 1348, au rebours des barons et d’Aix. Dès 1382, Marseille optait résolument pour le duc Louis d’Anjou, fils adoptif de Jeanne et fondateur de la seconde dynastie angevine. Cette fois, la nécessité pour Louis de conquérir à son tour le Mezzogiorno, donc d’organiser des expéditions vers l’Italie, pesa sur le choix de la cité maritime.

119La même perspective contribua, certainement, à attacher au duc une solide partie de l’aristocratie. La majorité des communautés provençales, qui n’espérait pas les mêmes profits, adopta cependant une autre attitude en se ralliant à Charles III de Duras, alors maître du royaume. Les mobiles de cette adhésion furent nombreux. Mais la promesse d’entreprises lointaines et coûteuses ne contribuait sans doute pas à la popularité de Louis Ier.

  • 102 E. Martène, U. Durand (éd.), Thesaurus novus anecdotorum, Paris, 1717, t. 2, col. 406-408, n°380.

120La lassitude du pays, devant les ambitions angevines, se rencontre dès le départ. Clément IV se faisait l’écho, dans une lettre du 22 septembre 1266, des plaintes des Provençaux entraînés dans l’expédition sicilienne de Charles Ier. Selon le pape, il se disait : « Que tu aurais acheté tes Provençaux comme des esclaves astreints à des charges au-dessus de leurs forces. Et tu fraudes de leurs gages ceux qui t’ont fidèlement obéi. Beaucoup de ceux-ci ont péri de faim. Beaucoup ont végété dans les hospices des pauvres contre leur noblesse, et non moins contre ton honneur. Beaucoup t’ont suivi à pied102. »

121La victoire permit de relâcher cette pression et de faire des concessions. Par la suite, les manifestations d’opposition restèrent longtemps ténues, même après la catastrophe des Vêpres. Celle-ci ne suscita aucune rébellion, à l’inverse du royaume. Bien sûr, l’association entre perfection spirituelle et exercice du pouvoir, donnée pour modèle aux sujets, présentait quelque péril. La Vie de sainte Douceline rapporte les avertissements que cette béguine eût adressés à Charles Ier, pour ses fautes. Avec les Vêpres, le châtiment finit par le frapper, parce qu’il avait « oublié la crainte de Dieu, à qui il devait tant ». Sûrement œuvre d’une grande dame de la noblesse provençale, ce récit reflétait certaines aigreurs de l’aristocratie contre Charles Ier. Cependant, ces reproches ne remettaient pas en cause la légitimité foncière de la monarchie angevine, comme venue de Dieu, tout au contraire. Il suffisait que Charles II réparât les fautes de son père. Précisément, il s’y employait dans la période où se rédigeait la première version de la Vie de Douceline. Les critiques que son auteur se permettait rejoignaient, en réalité, la doctrine officielle. Cette idéologie convenait à la personnalité des Provençaux qui s’élaborait.

  • 103 AM de Marseille, BB 19, fol. 213-213v, 215.

122En revanche, les réticences perceptibles à Marseille en 1340, lors du recrutement de la flotte royale, me semblent inquiétantes. Le sénéchal ordonnait de crier dans la ville qu’il était interdit d’armer quelque galère sans son autorisation. De même, il défendait de sortir, sans sa permission, des comtés de Provence et de Forcalquier pour se mettre au service de quiconque. Le roi voulait équiper une escadre. Il n’entendait pas que « les gens de ces contrées aptes à cela s’emploient au service d’autrui103. »

  • 104 É-G. Léonard, Histoire de Jeanne Ire,op. cit., t. 2, p.60-61.

123Le mécontentement public se faisait manifeste avec le règne de Jeanne. Des émeutes contre les officiers éclataient à Nice, en 1344, puis à Saint-Rémy, en 1345104. En 1348, la réforme de l’indigénat prit place dans une atmosphère de fronde. Un coup de force l’imposa à la reine. De son côté, Jeanne reniait bientôt ses promesses, désignant à l’automne de 1348 un Napolitain, Giovanni Barrili, pour sénéchal. Elle provoquait la « guerre des sénéchaux » (1348-1352). Une première guerre civile déchirait la Provence. Depuis près d’un siècle, elle ignorait ce malheur.

Conclusion

124Dante voyait juste. Fort petit pays, la Provence apporta pourtant une contribution décisive à la grandeur angevine. Elle le fit avec persévérance, même au temps des difficultés. Elle s’y résolut de force et de gré.

  • 105 J.-P. Boyer, « Représentations spatiales dans les Alpes de Provence orientale. Autour d’une enquêt (...)

125Sans les moyens de coaction dont l’État se dota avec Charles Ier, le pays n’eût pas supporté le coût humain et financier qui lui fut imposé. Seul un gouvernement autoritaire et sûr de ses prérogatives parvint à le tenir longtemps dans l’obéissance. Il est vrai que cet ordre n’allait pas sans exercer quelque attrait. Les conquêtes elles-mêmes furent le creuset d’un ralliement sincère à la nouvelle dynastie. Elle réussit à rassembler autour d’elle ses sujets provençaux. Ils se convainquirent de servir un prince et une cause sacrés. Ils l’acceptèrent d’autant plus volontiers que certains en tiraient profit, ou le crurent. Notables marseillais et aristocratie, avant tout, pensèrent trouver avantage dans leur collaboration avec le régime. Les pratiques et les convictions de l’État angevin développèrent, également, une conscience de soi des Provençaux, au demeurant déjà vive105. À leur tour, ils se persuadèrent de la sainteté de leur pays avec une nouvelle force. Le sentiment de former une nation se consolida. Il encouragea, cependant, un retour de la Provence sur elle-même. L’épuisement devant des entreprises toujours plus onéreuses fut, toutefois, la grande cause de cette tentation du repli.

126Mais quelles que fussent ses aspirations, la Provence continuerait de soutenir les ambitions italiennes de ses souverains, jusqu’au roi René inclus (1434-1480). Le prix de ce mirage serait lourd. Ne songeons qu’à la destruction de Marseille par Alphonse V d’Aragon, en 1423.

Saint Louis d’Anjou entouré du roi Robert et de la reine Sancia

(second quart du xive siècle ?) Peinture sur bois, 59 x 35 cm – Aix-en-Provence, musée Granet (Photo Bernard Terlay)

Notes

1 L’État angevin. Pouvoir, culture et société entre xiiie et xive siècle, Colloque international, Rome-Naples, 7-11 novembre 1995, Rome, 1998.

2 AD des Bouches-du-Rhône (Marseille), série B.

3 AM de Marseille, série BB.

4 M. Aurell, La vielle et l’épée. Troubadours et politique en Provence au xiiie siècle, Paris, 1989.

5 L’édition intégrale compte 208 pages, avec son cinquième livre consacré à la Passion de saint Porcarius (A.-L. Sardou [éd.], La Vida de sant Honorat par Raymond Féraud, Nice, s.d.). Il n’existe d’édition critique que pour les deux premiers livres (I. Suwe [éd.], La Vida de sant Honorat, poème provençal de Raimond Féraud, Uppsala, 1943).

6 B. Munke (éd.), « Die Vita sancti Honorati », Beihefte zur Zeitschrift für romanische Philologie, 32 (1911), p. 1-133 ; R. Flachaire de Roustan, « Étude sur la Vie de saint Honorat de Raimon Féraut », Position des thèses (École des chartes), 1921-1922, p. 50.

7 Boniface de Castellane, Gerra e trebailh e brega. m plaz, strophes 1-2, 4-5, d’après M. Aurell (éd. et trad.), La vielle, op. cit., p. 271-273.

8 É. Baratier (éd.), Enquêtes sur les droits et revenus de Charles Ier d’Anjou en Provence (1252 et 1278), Paris, 1969.

9 D 2, 1, 3, P. Krueger (éd.), Iustiniani Digesta, Hildesheim, 1988, p. 46.

10 L. F. 2, 55, K. Lehmann (éd.), Das langobardische Lehnrecht, Göttingen, 1896, p. 182.

11 Ch. Giraud (éd.), Essai sur l’histoire du droit français au Moyen Âge, t. 2, Paris, 1846, p. 36, 45.

12 G. Giordanengo, « Vocabulaire romanisant et réalité féodale en Provence », Provence historique, 25 (1975), p. 255-273.

13 Sur l’administration de la Provence sous le gouvernement de Charles Ier, j’adresse avant tout à : R. Busquet, « Le règne de Charles Ier », Les Bouches-du-Rhône. Encyclopédie départementale, P. Masson (dir.), t. 2, Paris-Marseille, 1924, p. 570-587 ; R. Busquet, Études sur l’ancienne Provence, Paris, 1939, p. 40-50.

14 Bertrand de Lamanon, De la ssal de Proenza. m doill, strophe 5, L. Constans, A. Brun (éd. et trad.), « La langue et la littérature provençale », Les Bouches-du-Rhône, op. cit., p. 825.

15 J.-P. Boyer, « Construire l’État en Provence. Les “enquêtes administratives” (mi-xiiie siècle-mi-xive siècle) », Des principautés aux régions dans l’espace européen, Lyon, 1994, III, 2, p. 11-12.

16 S. Pollastri, « La noblesse provençale dans le royaume de Sicile (1265-1282) », Annales du Midi, 100 (1988), p. 409.

17 A. de Boüard (éd.), Actes et lettres de Charles Ier roi de Sicile concernant la France (1257-1284), Paris, 1926, p. 281, n° 918.

18 M. Hébert, « Aux origines des états de Provence : La “cavalcade” générale », 110e Congrès national des Sociétés savantes, Montpellier, 1985, t. 3, p. 53-68.

19 Ibid.

20 Monumenta historiae patriae, t. 2, Leges municipales, Turin, 1833, col. 114 (1292) ; É. Baratier, La démographie provençale du xiiie au xvie siècle, Paris, 1961, p. 25 (1315).

21 É. Baratier, ibid., p. 24-25.

22 F. Guichard (éd.), Essai historique sur le cominalat dans la ville de Digne, Digne, 1846, t.2, p. 139-141, n° 53 ; Ch. Perrat (éd.), « Actes du roi Robert d’Anjou relatifs à la Provence extraits des registres détruits des archives de Naples (1314-1316) », Bulletin philologique et historique, 1946-1947, p. 169-170, n°50 bis.

23 N. Coulet, « Aix, capitale de la Provence angevine », L’État angevin, op. cit., p. 317-338.

24 É. Baratier (éd.), Enquêtes, op. cit., introd. à l’édition, p. 111-128.

25 G. Giordanengo, « Vocabulaire romanisant », article cité.

26 Id., « Arma legesque colo. L’État et le droit en Provence (1246-1343) », L’État angevin, op. cit., p. 35-80. Ajouter aux indications de cet article une ordonnance monétaire du 9 juin 1298 : C. Minieri Riccio (éd.), Saggio di codice diplomatico formato sulle antiche scritture dell’Archivio di Stato di Napoli, Supplemento, Parte prima (880-1299), Naples, 1882, p.114-117, n°111.

27 Sur la question de l’institution judiciaire, je renvoie globalement à J. Chiffoleau, Les justices du pape. Déliquance et criminalité dans la région d’Avignon au xive siècle, Paris, 1984.

28 R. Lavoie, « Les statistiques criminelles et le visage du justicier : justice seigneuriale et justice royale en Provence au Moyen Âge », Provence historique, 28 (1979), p. 3-20.

29 AD des Bouches-du-Rhône, B 391.

30 J.-P. Boyer, « Construire l’État », article cité, p.1-26.

31 A. de Boüard (éd.), Actes, op. cit., p. 290-292, n°942.

32 M. Hébert, « Les assemblées représentatives dans le royaume de Naples et dans le comté de Provence », L’État angevin, op. cit., p.475-490.

33 Ch. Giraud (éd.), Essai sur l’histoire du droit, op. cit., p. 52-61.

34 C. Minieri Riccio (éd.), Saggio, op. et loc. cit.

35 G. Giordanengo, Le droit féodal dans les pays de droit écrit. L’exemple de la Provence et du Dauphiné, xiie-début xive siècle, Rome, 1988, p. 167-182 ; J.-P. Boyer, « Aux origines du pays. Le roi Robert et les hommages de 1331 en Provence », 1388. La Dédition de Nice à la Savoie, R. Cleyet-Michaud et al. (dir.), Paris, 1990, p. 215-227.

36 J.-P. Boyer, « Entre soumission au prince et consentement : le rituel d’échange des serments à Marseille (1252-1348) », La ville au Moyen Âge, N. Coulet, O. Guyotjeannin (dir.), t. 2, Paris, 1998, p. 207-219.

37 Je renvoie globalement à J.-P. Boyer, « La « foi monarchique » : royaume de Sicile et Provence (milieu xiiie-milieu-xive siècle) », Le forme della propaganda nel Due e nel Trecento, P. Cammarosano (dir.), Rome, 1994, p. 85-110. Dans la suite du chapitre, je ne donne que des notes complémentaires.

38 Pierre de Chastelnau, Hoimais nom cal far plus long’ atendenza, V. De Bartholomaeis (éd. et trad.), Poesie provenzali storiche relative all’Italia, Rome, 1931, t. 2, p. 230-234, n° 163.

39 A. Kiesewetter (éd.), « Karl II. Von Anjou, Marseille und Neapel », Marseille et ses rois de Naples. La diagonale angevine, 1265-1382, I. Bonnot (dir.), Aix-en-Provence, 1988, p. 73-74.

40 Glorios Dieus don totz ben ha creysensa, V. De Bartholomaeis (éd. et trad.), Poesie provenzali, op. cit., p. 315-327, n°190.

41 Je ne renvoie qu’à C. de Mérindol, « Entre la France, la Hongrie et Naples : les Anjou », Veröffentlichungen des Innsbrucker Stadtarchivs, N.F. 18 (1988), p. 145-170.

42 François de Meyronnes, In festo beati Lodovici ordinis Minorum, éd. anonyme, « De S. Ludovico episcopo Tolosano. Sermo Magistri Francisci de Mayronis », Analecta Ordinis fratrum minorum capucinorum, 1897, p. 305-315 ; J.B. Schneyer, Repertorium der lateinischen Sermones des Mittelalters für die Zeit von 1150-1350, t. 2, Münster i. W., 1970, p.75, n°136.

43 J. Paul, « Le rayonnement géographique du pèlerinage au tombeau de Louis d’Anjou », Cahiers de Fanjeaux, 15 (1980), p. 137-158.

44 En 1339, le couvent des Clarisses paraît en cours d’établissement, sur l’initiative de la reine Sancia (AD des Bouches-du-Rhône, B 195, fol. 16, n°121, fol. 24, n°181, fol. 26, n°210).

45 Voir la reproduction en annexe, aimablement fournie par M. Bernard Terlay, conservateur au musée Granet. Je l’en remercie, ainsi que des facilités accordées pour l’étude de cette œuvre.

46 Naples, musée de Capodimonte. Sur ce retable, je ne renvoie qu’à : F. Bologna, « Povertà c umiltà : il « San Ludovico » di Simone Martini », Studi Storici, 10 (1969), p. 231-259 ; P.-L. De Castris, Simone Martini. Catalogue complet, Paris, 1991 [éd. italienne 1990], p. 44-49.

47 B. Montagnes, Architecture dominicaine en Provence, Paris, 1979, p. 41-49 ; Jean Gobi l’Ancien, Miracula beate Marie Magdalene, J. Sclafer (éd. et trad.), Miracles de sainte Marie-Madeleine, Paris, 1997 ; A. Hartmann-Virnich, « Aix-en-Provence, église Saint-Jean-de-Malte : approche d’un premier chantier du gothique rayonnant en Provence », Bulletin monumental, 154 (1996), p. 345-350.

48 Voir en dernier lieu C. de Mérindol, « Les monuments funéraires des deux maisons d’Anjou, Naples et Provence », Cahiers de Fanjeaux, 33 (1998), p.435-474.

49 Contrairement à ce qui s’écrit, le corps de Béatrice de Savoie († 1264), belle-mère de Charles Ier, ne se trouvait pas dans cette église. La veuve de Raimond Bérenger V élut sépulture dans une église hospitalière, mais dans celle des Échelles, en Savoie (J. Raybaud, Histoire des prieurs du grand prieuré de Saint-Gilles, C. Nicolas (éd.), Nîmes, 1904, p.173-174).

50 AD des Bouches-du-Rhône, B 529.

51 AM de Marseille, BB 11, passim ; ibid., BB 12, passim ; N. Coulet, « Les entrées solennelles en Provence au xive siècle », Ethnologie française, 7 (1977), p.63-82.

52 AM de Marseille, BB 11, fol. 68v ; AM de Sisteron, BB 79, fol. 1-1v.

53 Bibl. Marciana (Venise), Cl. 3, n° 76, fol. 373 ; J.-B. Schneyer, Repertorium, op. cit., t. 5, Münsteri. W., 1974, p. 218, n°262.

54 J.-P. Boyer, « Ecce rex tuus. Le roi et le royaume dans les sermons de Robert de Naples », Revue Mabillon, 67 (1995), p.101-136.

55 J.-P. Boyer, « Sacre et théocratie. Le cas des rois de Sicile Charles II (1289) et Robert (1309) », Revue des sciences philosophiques et théologiques, 81 (1997), p. 561-607.

56 Vida de la benaurada sancta Doucelina, R. Gout (éd. et trad.), La Vie de sainte Douceline, texte provençal du xive siècle, Paris, 1927 ; A. Sisto, Figure del primo francescanesimo in Provenza. Ugo e Douceline di Digne, s.l., 1971 ; G. Brunel-Lobrichon, « Existe-t-il un christianisme méridional ? L’exemple de Douceline : le béguinage provençal », Heresis, 11 (1988), p. 41-51.

57 A. Vauchez, La sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Âge d’après les procès de canonisation et les documents hagiographiques, Rome, 1981, p.215-256.

58 Id., « Elzeario de Sabran, santo », Dizionario biografico degli Italiani, t. 42, Rome, 1993, p. 533537 ; J. Cambell, Enquête sur le procès de canonisation de Dauphine de Puimichel comtesse d’Ariano, Turin, 1978, p. 56.

59 Marquise de Forbin d’Oppède, La bienheureuse Delphine de Sabran et les saints de Provence au xive siècle, Paris, 1883, p. 83-92.

60 AM de Marseille, BB 11, passim ; ibid., BB 19, passim ; M.-H. Laurent (éd.), Le culte de saint Louis d’Anjou à Marseille au xive siècle. Les documents de Louis Antoine Ruffi suivis d’un choix de lettres de cet érudit, Rome, 1954, p.46-52, 59-63.

61 N. Coulet, « Dévotions communales : Marseille entre saint Victor, saint Lazare et saint Louis (xiiie-xve siècle) », La religion civique à l’époque médiévale et moderne (Chrétienté et Islam), A. Vauchez (dir.), Rome, 1995, p. 119-133.

62 Pour un bilan d’ensemble de cette littérature, je n’adresse qu’à : P. Meyer, « Les derniers troubadours de la Provence », Bibliothèque de l’École des chartes, 30 (1869), p. 245-297, 461-531, 649-687 ; ibid., 31 (1870), p. 412-462 ; id., « Troubadours de la fin du xiiie siècle et du commencement du XIV», Histoire littéraire de la France, t.32, Paris, 1898, p.57-78 ; id., « Légendes pieuses en provençal », ibid., p. 78-108 ; A. Brun, « La littérature en langue latine », Les Bouches-du-Rhône, op. cit., p. 782-801 ; L. Constans, A. Brun, « La langue et la littérature provençales », ibid., p. 820-845.

63 M. Roques, « Le roman d’Arles », Histoire littéraire de la France, t. 38, Paris, 1949, p. 606-641 ; H.-Ch. Haupt, « Note sur l’établissement de saint Trophime à Arles dans les copies du Roman d’Arles et du Roman de saint Trophime par Bertrand Boysset : enjeux et perspectives de recherche », France latine, 125 (1997), p. 229-241.

64 Id., « Une version particulière de l’histoire du bois de la Croix dans Le Roman d’Arles », France latine, 116 (1993), p. 139-169.

65 R. Flachaire de Roustan, « Les manuscrits du poème de Raimon Féraut sur la vie de saint Honorat de Lérins », Le Moyen Âge, 26 (1924), p. 255-284.

66 J.-P. Boyer, « Les Baux et le modèle royal. Une oraison funèbre de Jean Regina de Naples (1334) », Provence historique, 45 (1995), p.427-452.

67 R. Flachaire de Roustan, « Étude sur la Vie de saint Honorat », article cité, p.50.

68 R. Lafont, « Relecture de Cabra juglar », Revue des langues romanes, 104 (2000), p.337-377.

69 J. Horrent et G. Brunel-Lobrichon, « Rollan a Saragossa », Dictionnaire des lettres françaises. Le Moyen Âge, R. Bossuat et al. (dir.), Paris, 1992, p. 1305-1306 ; J. Horrent, « Ronsasvals », ibid., p.1320-1322.

70 F. Mazel, « Mémoire héritée, mémoire inventée : Guilhem des Baux, prince d’Orange, et la légende de Guillaume d’Orange (xiie-xiiie siècle) », Faire mémoire, Aix-en-Provence, 1999, p.193-227.

71 G. Mascle, La Vida de sant Honorat, 2 vol., Aix-en-Provence, 1998 (mémoire de maîtrise dactyl.).

72 V.-L. Bourrilly, Essai sur l’histoire politique de la commune de Marseille des origines à la victoire de Charles d’Anjou (1264), Aix-en-Provence, 1925, p. 172-173, 226-228, 449-474.

73 G. Yver, Le commerce et les marchands dans l’Italie méridionale au xiiie et au xive siècle, Paris, 1902, p. 217-218 ; G. Lesage, Marseille angevine, Paris, 1950, p. 88-89, 100-107, 113-121, 139-140.

74 G. Saige, L.-H. Labande (éd.), Documents historiques relatifs aux seigneuries de Menton, Roquebrune et La Turbie du XIe au XVIe siècle, Monaco, 1909, introd. à l’édition, p. LXIV ; G. M. Monti, La dominazione angioina in Piemonte, Turin, 1930, p. 5-7, 10, 397.

75 É. Jordan, Les origines de la domination angevine en Italie, Paris, 1909, p. 485-487, 575.

76 A. de Boüard (éd.), Actes, op. cit., p. 365-366, n°1122 ; É. Baratier, La démographie provençale, op. cit., p. 67 ; AD des Bouches-du-Rhône, B 1519, fol. 22 ; ibid., B 1734, fol. 4 v ; ibid., B 2011, fol. 164v-165 ; ibid., B 2026, fol. 44 v ; H. Bresc, « Marseille dans la guerre des Vêpres siciliennes », Marseille et ses rois de Naples, op. cit., p. 43-49.

77 G. M. Monti, La dominazione angioina, op. cit., p. 260, 397-399.

78 S. Pollastri, « La noblesse provençale », article cité, p. 405-434.

79 P. Durrieu, Les archives angevines de Naples. Étude sur les registres du roi Charles Ier (1265-1285), t. 2, Paris, 1887, p.219.

80 J.-P. Papon, « Preuves de l’histoire de Provence », Histoire générale de Provence, t. 3, Paris, 1784, p. XVIIIXX, n°12 ; A. de Bouärd (éd.), Actes, op. cit., p. 229, n°798, p. 313-314, n°997, p. 356, n° 1 100.

81 Pour ces calculs, j’ai confronté les recherches de S. Pollastri (« La noblesse provençale », article cité, p. 416-417) et de S. Morelli, « I giustizieri nel regno di Napoli al tempo di Carlo I d’Angiò : primi risultati di un’indagine prosopografica » L’État angevin, op. cit., p. 491-517.

82 M. Aurell, Une famille de la noblesse provençale au Moyen Âge : les Porcelet, Avignon, 1986, p. 123. Pour quelques exemples de justiciers provencaux entre 1289 et 1295, voir A. Kiesewetter, Die Anfänge der Regierung König Karls II. von Anjou (1278-1295), Husun, 1999, p. 536-539.

83 G. Vitale, « Nobiltà napoletana della prima età angioina. Élite burocratica e famiglia », l’État angevin, op. cit., p. 535-576.

84 München Staatsbibliothek, Clm 2981, fol. 137 ; J.B. Schneyer, Repertorium, op. cit., t. 4, Münster i. W., 1972, p. 223, n°225. Je remercie M. Pierre Pasquini qui m’a apporté l’aide de ses connaissances philologiques en napolitain et en provençal.

85 M. Raynouard, Lexique roman ou dictionnaire de la langue des troubadours, Paris, 1844, t.4, p. 94, art. long, p. 264, art. mora. En revanche, ni l’adjectif ni le substantif n’apparaissent dans la langue napolitaine, selon F. D’Ascoli, Nuovo vocabolario dialettale napoletano, Naples, 1993. Ce dictionnaire donne, tout au plus, le terme demmóra pour « demeure, séjour, habitation, retard » (p. 363-364). Je remercie M. Pierre Pasquini qui m’a apporté l’aide de ses connaissances philologiques en napolitain et en provençal.

86 F. Mazel, La noblesse et l’Église en Provence (XIe-XIVe siècle). L’exemple des familles d’Agoult-Simiane, de Baux et de Marseille, Aix-en-Provence, 2 000 (thèse dactyl.), t. 2, p.606-608, t. 3, p. 840-877.

87 P. Durrieu, Les archives angevines, op. cit., p.230.

88 Ibid., p. 189-199 ; L. Cadier, Essai sur l’administration du royaume de Sicile sous Charles Ier et Charles II d’Anjou, Paris, 1891, p. 157-285 ; É-G. Léonard, Histoire de Jeanne Ire reine de Naples comtesse de Provence (1343-1382), Monaco-Paris, 1932, t. 1, p. 28-31.

89 Voir les exemples rapportés par N. Coulet, Affaires d’argent et affaires de famille en haute Provence au xive siècle, Rome, 1992, p. 26.

90 É-G. Léonard, Histoire de Jeanne Ire, op. cit., t. 1, p. 337-338.

91 S. Pollastri, « La noblesse provençale », article cité, p. 427-428 ; N. Coulet, Affaires d’argent, op. cit. (exemple d’un désengagement du royaume de Sicile au milieu du xive siècle) ; M. Aurell, Une famille de la noblesse provençale, op. et loc. cit.

92 Boniface de Castellane, Era, pueis yverns es el fil, v. 36, V. De Bartholomaeis (éd. et trad.), Poesie provenzali, op. cit., p. 177-178 ; M. Aurell, La vielle, op. cit., p. 158-163, 177, 193.

93 Le sénéchal Guillaume Estendart le Vieux (1262 et 1266-1267) n’était pas un Baux, comme on le dit la plupart du temps, mais appartenait à une famille française (É.-G. Léonard, Histoire de Jeanne Ire, op. cit., t.1, p. 27).

94 J.-L. Bonnaud, Les agents locaux de l’administration royale en Provence au xive siècle : catalogue et étude des carrières, Montréal, 1996 (thèse dactyl.).

95 É-G. Léonard, Histoire de Jeanne Ire, op. cit., t. 1, p. 368, n.1, t. 2, p. 62, n.2.

96 Notre connaissance des officiers supérieurs continue de dépendre de F. Cortez, Les grands officiers royaux de Provence au Moyen Âge, Paris-Aix-en-Provence, 1912.

97 Ce nom est porté par trois feudataires des Abruzzes, dont deux chevaliers, dans un document de 1279 (M. Cubellis [éd.], I registri della cancelleria angioina ricostruiti, R. Filangieri [dir.], t. 43, Naples, 1996, p. 30-31, n° 165).

98 Je compte le sénéchal de l’éphémère sénéchaussée indépendante du comté de Forcalquier (13071308).

99 É-G. Léonard, Histoire de Jeanne Ire, op. cit., t. 2, p. 71-74 ; N. Coulet, Aix-en-Provence. Espace et relations d’une capitale (milieu xive siècle-milieu XVe siècle), Aix-en-Provence, 1988, p. 61-62.

100 S. Palmieri (éd.), I registri, op. cit., t. 44-2, Naples, 1999, p. 562-565, n°123 (Real Valle).

101 C. Minieri Riccio (éd.), Saggio di codice diplomatico, op. cit., t. 2, Parte prima, Naples, 1879, p. 3-4, n°3.

102 E. Martène, U. Durand (éd.), Thesaurus novus anecdotorum, Paris, 1717, t. 2, col. 406-408, n°380.

103 AM de Marseille, BB 19, fol. 213-213v, 215.

104 É-G. Léonard, Histoire de Jeanne Ire, op. cit., t. 2, p.60-61.

105 J.-P. Boyer, « Représentations spatiales dans les Alpes de Provence orientale. Autour d’une enquête de 1338 », Histoire des Alpes, 16 (2001), p. 89-103.

Table des illustrations

Légende Saint Louis d’Anjou entouré du roi Robert et de la reine Sancia
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18328/img-1.png
Fichier image/png, 537k

Auteur

professeur à l’université de Provence

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540