Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les princes angevins du XIIIe au XVe siècle

 | 
Noël-Yves Tonnerre
, 
Élisabeth Verry

Introduction

Élisabeth Verry

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Exposition, abbaye de Fontevraud, 16 juin-16 septembre 2001.

1Lorsque le Conseil général de Maine-et-Loire, sous l’impulsion de Guy Massin Le Goff, conservateur des antiquités et objets d’art du département, envisagea le projet d’une manifestation de grande ampleur, rappelant l’étonnant parcours des princes angevins durant les trois derniers siècles du Moyen Âge, il apparut aussitôt que la forme devait en être une exposition, donnant à connaître les sources parvenues jusqu’à nous, et témoignant de la richesse et de la diversité de la production artistique qu’il suscita à travers l’Europe. Ainsi est née « L’Europe des Anjou », une exposition belle et complète qui tenta de rendre compte de l’ampleur du sujet, l’un des plus foisonnants de l’histoire de l’Europe médiévale1.

2La collaboration entretenue de longue date entre les Archives départementales de Maine-et-Loire et l’université d’Angers permit également d’élaborer, aux côtés de l’exposition, le programme d’un colloque plus particulièrement centré sur la perspective historique et sur les développements actuels de la recherche, pendant naturel de l’exposition qui offrait à voir les productions artistiques et les témoignages de cette fascinante épopée. C’est ainsi que se déroulèrent, en l’abbaye de Fontevraud, les 15 et 16 juin 2001, deux journées d’études assidûment suivies par un public nombreux. Noël-Yves Tonnerre, professeur à l’université d’Angers, en assura avec moi-même la conception scientifique, et doit être pour cela particulièrement remercié, ainsi que l’ensemble des chercheurs présents dont la contribution fera date dans l’historiographie angevine.

  • 2 La noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge, actes du colloque international o (...)

3Ce grand sujet qu’est l’histoire des princes qui marquèrent pendant trois siècles l’histoire de l’Europe autant que celle de la France attire et effraie à la fois. Sa compréhension nécessite de travailler sans cesse en double perspective : chronologique et dynastique d’une part, pour suivre les ramifications des maisons et de leurs alliances ; géographique et territoriale d’autre part, pour couvrir les différents lieux et principautés qui, pour un temps donné, relevèrent de l’influence angevine. Philippe Contamine, dans son introduction aux actes du récent colloque consacré à « la noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge2 », souligne les principaux éléments qui fondent cette double complexité. Tout d’abord, la succession de deux maisons d’Anjou, à l’identité bien distincte : la première, issue de Charles, frère de Saint Louis, qui reçut Anjou et Maine en apanage en 1246, l’année même où il devenait aussi comte de Provence par son mariage avec l’héritière de ce comté ; la seconde, issue de Louis Ier, fils de Jean Le Bon, investi lui aussi en 1356 des deux provinces qui avaient fait, entre-temps, retour à la couronne de France. Mais ces deux maisons ne sont pas l’une à l’autre étrangères : c’est Charles II d’Anjou-Sicile, fils de Charles Ier, qui se défit de l’Anjou et du Maine en offrant en dot ces domaines à sa fille Marguerite, future épouse de Charles de Valois, frère du roi de France ; de leur fils, Philippe VI, est issu Jean Le Bon, père de ce Louis qui devait à son tour recevoir l’apanage angevin. Ainsi Anjou-Sicile et Anjou-Valois peuvent-ils revendiquer un indiscutable lien de parenté, en même temps qu’une proximité sans égale avec la couronne de France.

4Non seulement les liens ont été de sang, mais ils ont été aussi de choix et de droit. Dans cette saga, plus romanesque encore qu’une œuvre de fiction, l’adoption intervient pour brouiller le jeu à deux reprises : Jeanne Ire, reine de Naples, héritière de Charles Ier, voyant lui échapper le royaume faute de descendance, choisit un champion parmi les princes et fit porter son choix sur Louis, duc d’Anjou, qui pendant dix longues années déjà, comme gouverneur du Languedoc, avait prouvé sa vaillance face aux ennemis anglais ; plus tard Jeanne II, issue de la branche secondaire des Duras, mais également descendante de la lignée du fondateur, réitéra le choix de la maison d’Anjou en faisant de Louis III son fils et héritier, puis à la mort de celui-ci, en investissant son frère René.

5La composition, l’étendue, la nature des territoires qui, à un moment donné de leur histoire, peuvent être considérés comme angevins, sont également des réalités d’appréhension difficile, car fluctuantes : s’il est certain que c’est en 1266 que la première maison d’Anjou fit délibérément, avec la conquête du royaume de Sicile, ses premiers pas hors du royaume de France, de nombreux territoires entrèrent, ou sortirent de l’orbite angevine au long des deux siècles et demi qui séparent cette première conquête de la dispersion définitive de l’héritage angevin. L’île de Sicile fut la première à la quitter définitivement en 1282 à la suite de la sanglante insurrection des Vêpres siciliennes ; la Hongrie, qui se donna en 1308-1310 un roi d’ascendance angevine, s’en éloigna au début du xve siècle, après la disparition successive de Marie et d’Hedwige, les deux filles de Louis Le Grand ; en Italie, après maints épisodes tantôt romanesques, tantôt tragiques, toujours incertains, le royaume de Naples échappa à son tour à René, défait par Alphonse V d’Aragon en 1442 ; enfin, après la mort du roi René en 1480, et celle de son neveu Charles du Maine l’année suivante, se dispersèrent les dernières possessions angevines : Anjou, Maine et Provence tombèrent alors dans l’escarcelle du roi de France, tandis que Bar et Lorraine étaient déjà dans la maison de Lorraine-Vaudémont, même si René II, petit-fils du roi René par sa mère Yolande, pouvait encore revendiquer une part du sang angevin.

6L’instabilité permanente des pouvoirs et des alliances, qui caractérisent cette longue époque, a rendu bien mince le bilan politique de l’épopée angevine. Dans une histoire qui se construit d’abord à partir de celle d’un homme (ce Charles, frère de roi, se cherchant hors de France un destin à sa mesure et croisant, au hasard des opportunités politiques du temps, une royauté offerte des mains de la papauté), la perpétuation de l’héritage ne pouvait reposer que sur la lignée. Tout accident survenant dans son déroulement (disparition prématurée de l’héritier, succession en ligne féminine, caractère moins affirmé des descendants, rupture d’alliance), compromettait l’édifice tout entier. Alors surgissent, inévitables, les rivalités dynastiques et politiques, dans le contexte exacerbé de la Méditerranée. Certes, un semblable phénomène n’est pas propre à cette époque aux territoires angevins. Il est général dans cette Europe de la fin du Moyen Âge, dont les pays ne sont pas encore des États. Mais peut-être est-il dans ce cas, en raison du caractère circonstanciel de la conquête et de la dispersion de ses objets, encore plus marqué qu’ailleurs. L’histoire n’y est jamais en repos, les alliances toujours prêtes à se retourner, les affrontements violents, les haines tenaces. L’assassinat de la reine Jeanne, qui frappa les esprits pour tant de siècles, en est à cet égard un exemple extrême.

  • 3 L’Europe des Anjou : l’aventure des princes angevins du xiiieau xvesiècle. Paris, Somogy éditions (...)

7Ainsi ce rameau de la maison de France, parti un jour d’été 1265 chercher fortune sous le ciel de l’Italie, était-il promis à ce destin chaotique et exceptionnel. Un tel parcours ne pouvait qu’inspirer artistes et chroniqueurs, avant de passionner les historiens. L’exposition « L’Europe des Anjou », dont demeure aujourd’hui le précieux catalogue3, a donné la mesure de l’importance du mouvement artistique et littéraire dans les terres d’influence angevine, de son caractère d’unité que ne rompt pas sa grande diversité. Charles, Robert, Louis le Grand de Hongrie, Jeanne de Naples, Louis d’Anjou et René en furent les plus grandes figures, celles qui ont impressionné leurs contemporains et ont été maintes fois représentées. De l’Anjou à la Provence, de Naples à la Croatie, la Hongrie, la Pologne, le lien existe, et il fait aujourd’hui partie du présent comme il fit l’histoire passée. Telle n’est pas la moindre force de l’aventure angevine.

Notes

1 Exposition, abbaye de Fontevraud, 16 juin-16 septembre 2001.

2 La noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge, actes du colloque international organisé par l’Université d’Angers, Angers-Saumur, 3-6 juin 1998, École française de Rome, 2000, 841 p. (collection École française de Rome, n° 275).

3 L’Europe des Anjou : l’aventure des princes angevins du xiiie au xve siècle. Paris, Somogy éditions d’art, 2001.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540