Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les princes angevins du XIIIe au XVe siècle

 | 
Noël-Yves Tonnerre
, 
Élisabeth Verry

Présentation

André Lardeux

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Durant tout l’été, comme vous le savez, le magnifique écrin que constitue l’abbaye de Fontevraud accueille « l’Europe des Anjou », une exposition consacrée à la présentation d’un choix d’œuvres venues de France et des différents pays d’Europe qui ont fait partie, du xiiie au xve siècle, des pays d’influence angevine. La Conservation des Antiquités et objets d’Art a été la cheville ouvrière de cette exposition, à laquelle le Conseil général a tenu à donner tous les moyens de ses ambitions, considérant qu’il s’agissait là d’une thématique tout à fait essentielle qui, non seulement permettait de mettre en valeur le grand passé de l’Anjou mais s’inscrivait également pleinement dans le mouvement d’évolution de l’Europe d’aujourd’hui, et renforçait de manière très actuelle les liens de coopération scientifiques et culturels qui, déjà, transcendent les frontières. Les Archives départementales, référence de la mémoire de notre département, placées sous la direction d’Élisabeth Verry, ont bien sûr été associées dès l’origine à ce projet, dont elles ont appuyé la construction historique, et auquel elles ont voulu donner, dès l’ouverture, l’assise scientifique en réunissant dans le cadre de ce colloque, les chercheurs de huit pays, spécialistes de l’histoire de l’« Europe angevine ».

2J’adresse donc mes très sincères et très chaleureux remerciements à vous tous universitaires de grand renom, qui avez bien voulu vous rendre en Anjou, et qui allez durant ces deux journées dresser le panorama des connaissances actuelles sur ce sujet qui nous réunit. J’adresse des remerciements particuliers à l’université d’Angers, et notamment au professeur Noël Tonnerre, dont je sais l’engagement sincère au service de l’histoire de l’Anjou et le rôle essentiel qu’il a joué dans l’organisation de cette réunion et l’établissement de son programme. Que tous ici sachent que l’apport de vos travaux, dont le Conseil général soutiendra également la publication, demeurera comme le témoignage d’une coopération exemplaire et comme l’invitation, à laquelle sans nul doute répondront de nombreux étudiants et chercheurs, à poursuivre sur la voie que vous leur avez tracée.

3Je ne vous ferai pas l’offense de parler devant vous du Moyen Âge angevin, qui fut grand à tous égards, que ce soit celui de sa vitalité religieuse, à laquelle nous devons les murs de cette abbaye, ou celui du gouvernement de ses princes, auquel nous devons cette étonnante et ambitieuse aventure. Qu’il me soit simplement permis, comme historien, de rappeler que l’histoire de l’Anjou est en Anjou une longue tradition et, comme responsable politique, que ce regard vers le passé n’est en rien passéiste, mais qu’il veut permettre un meilleur échange entre les peuples et, plus concrètement encore, favoriser des rapprochements qui sont le gage du dynamisme de demain.

4L’histoire tout d’abord : faut-il invoquer Grégoire de Tours, le prestigieux historien des Gaules, ou Marbode, l’écolâtre d’Angers, pour rappeler que l’Anjou s’est inscrit, dès les plus hauts temps, comme un centre intellectuel réputé. Au Moyen Âge, son école épiscopale, puis son université, l’une des plus anciennes de France, en font un centre recherché qui déjà accueille de nombreux étudiants étrangers. Au xvie siècle, dès que la science historique se dégage de la relation hagiographique ou légendaire, dès que l’imprimerie nouvellement née permet une diffusion plus large des écrits, apparaissent les premiers historiens angevins : Jehan de Bourdigné et son « histoire agrégative des annales et chroniques d’Anjou » ; des juristes, comme Pétrineau, Hiret, Le Loyer, puis surtout au xviiie siècle le trio constitué par Rangeard, Thorode et Audouys, rédigent les premiers travaux historiques qui sont autant de sources aujourd’hui précieuses. Mais ce sont surtout les xixe et xxe siècles qui permettent à l’histoire de l’Anjou de se fixer dans sa dimension moderne. Si le département souffre de l’absence de son université, supprimée à la Révolution, elle bénéficie cependant de l’intérêt de grands chercheurs : les archivistes-paléographes, au premier rang desquels Paul Marchegay et Célestin Port, les premiers archéologues, comme Victor Godard-Faultier, sont les grands noms du xixe siècle. Au versant du xxe siècle, des érudits, comme Lecoy de la Marche, des enseignants comme Louis Halphen, Jacques Boussard, ont marqué leur temps par des publications majeures. Dans la deuxième moitié du siècle le tournant est pris d’une plus grande diffusion des savoirs vers le public. Jacques Levron, François Lebrun sont alors les grandes plumes de l’histoire de l’Anjou.

5Aujourd’hui l’Anjou n’a pas, je crois, à rougir de sa place dans le monde de l’histoire : universités, services publics, sociétés savantes, unissent leurs travaux et leurs efforts en des rencontres et des réalisations souvent exemplaires. J’ai eu moi-même l’occasion de le rappeler, en accueillant, l’année passée, au château du Plessis-Macé, propriété départementale, le congrès des historiens médiévistes réunis pour trois jours à l’initiative de monsieur Tonnerre et de ses collègues. Plus récemment encore, la Société de l’école des Chartes choisissait l’Anjou pour cadre de son assemblée générale annuelle.

6Le Conseil général, pour sa part, apporte sa contribution au soutien et au développement de l’histoire : par l’appui à l’organisation de manifestations, à l’édition de publications, par la responsabilité qui lui incombe depuis les lois de décentralisation du fonctionnement des Archives départementales, lieu de conservation des sources mais aussi de rencontre des chercheurs et du grand public, il s’inscrit dans une démarche d’incitation et de proposition. Les services culturels qu’il a peu à peu développés au cours de ces dernières décennies enrichissent très largement ce tableau : service d’archéologie, d’inventaire, conservation des musées, direction du patrimoine qui, avec la charge des propriétés départementales dont deux – le château du Plessis-Macé et le château de Montsoreau tout proches – sont des monuments historiques, remplit également une mission de valorisation et d’animation.

7Voici donc pour l’Anjou. Mais, au-delà, le Conseil général que je représente a pleinement conscience de l’enjeu que signifie, aujourd’hui, une insertion réussie de notre département dans le mouvement plus vaste des échanges européens et internationaux. Je me contenterai de souligner l’importance que j’attache à la notion d’échange, et à sa concrétisation dans les divers aspects de la politique départementale : en matière d’enseignement, en favorisant, par le soutien aux classes transplantées, la découverte par les jeunes, particulièrement au sein des collèges dont nous avons la charge, du mode de vie et de culture de leurs voisins européens : dans les divers pays qui forment le territoire départemental, en apportant sur le terrain, par l’intermédiaire des « points-information-Europe » de la Bibliothèque départementale de prêt, une information directe, accessible et commentée sur les institutions européennes et leur évolution : en soutenant par ailleurs les projets de partenariat développés par les structures de pays, comme celui du Pays des Mauges autour des « journées de la Langue française » ; en matière économique et touristique, en valorisant à l’étranger les productions angevines, et en donnant une dimension nouvelle à l’axe ligérien, récemment classé par l’Unesco parmi le patrimoine mondial. En matière culturelle enfin, mais la matière culturelle n’est-elle pas présente dans toutes les autres également, en soutenant tous les partenariats littéraires, musicaux, patrimoniaux, qui permettent d’ouvrir l’Anjou sur le monde et de l’enrichir tout en le situant à un haut niveau de réalisation et de projet.

8Vous le voyez, vos séances d’aujourd’hui et de demain, l’exposition inaugurée ce soir, si elles nous plongent dans l’univers des temps médiévaux, si elles font appel aux connaissances et aux méthodes scientifiques qui permettent d’en restituer l’exactitude et d’en mesurer la valeur, sont aussi pour tous une incitation très puissante à agir dans le sens d’une meilleure connaissance mutuelle et d’une meilleure coopération entre les peuples et les états. Certes, l’ambition conquérante des princes du xiiie au xve siècle n’est plus de mise. Mais les échanges d’hommes, de savoirs, de pensées sont plus que jamais nécessaires. La Renaissance aurait-elle été ce qu’elle fut, si les artistes italiens n’étaient pas venus irriguer l’inspiration des artistes français ? Les pays d’Europe centrale auraient-ils connu une évolution identique, si la greffe angevine ne les avait pas, pour toujours, liés avec notre pays dans une histoire commune ? Que sera l’Europe, que sera le monde de demain, si nous ne lui donnons pas ensemble un contenu intellectuel et artistique qui sache préserver l’identité de chacun, mais transcende les particularismes et soit à la fois possesseur et créateur ? Tel est le vœu que je forme en souhaitant bonne chance à vos travaux pour ces deux journées si riches que j’ai l’honneur d’ouvrir, et en remerciant encore très sincèrement le Centre Culturel de l’Ouest qui nous accueille et tous ceux qui, par leur engagement et leur dévouement, en ont permis l’organisation.

9François Chanteux
Vice-président du conseil général de Maine et Loire
chargé de la culture et des affaires internationales

10Puisqu’il me revient aujourd’hui de donner le coup d’envoi de la deuxième journée des travaux du colloque consacré à l’évocation de ce que fut, du xiiie au xve siècle, l’aventure européenne des princes qui portèrent le nom d’Anjou, permettez-moi tout d’abord de saluer une autre étonnante aventure : elle est de moins d’ampleur sans doute, elle prend place dans un autre contexte, mais elle nous permet d’être là ensemble, aujourd’hui pour nous projeter dans le temps, pour échanger des connaissances, apprendre, écouter, comprendre : je veux parler de l’aventure de l’exposition « L’Europe des Anjou », installée ici à Fontevraud pour plusieurs mois. Après plusieurs années d’efforts, voici enfin le projet abouti, grâce à l’accueil du centre Culturel de l’Ouest, à la libéralité des prêteurs et à l’engagement des équipes qui, sans relâche, ont œuvré pour le mettre en place. Cette manifestation permettra sans nul doute de rendre sensible à un très grand public la foisonnante richesse des témoignages artistiques et la diversité des pays de la sphère d’influence angevine, ainsi que leur parcours entrecroisé dans cette histoire complexe, mais bel et bien européenne de la fin du Moyen Âge.

11Le Conseil général de Maine-et-Loire ne pouvait qu’être sensible à ce projet, pour deux raisons. Tout d’abord pour l’attachement qu’il porte à la Culture, dont il a fait un axe important de ses orientations politiques, souhaitant encourager l’accès de tous à une offre diversifiée et de qualité, et préserver un environnement patrimonial exceptionnel qui marque très fortement l’identité de notre département ; ensuite, parce que l’Anjou, dont les princes portèrent autrefois le nom aux quatre coins de l’Europe, est aujourd’hui conscient qu’il doit se situer et se développer, en prenant en compte, au-delà du contexte national, les dimensions européennes et mondiales.

12La culture, d’abord : il n’était pas indifférent que l’histoire ait sa place, et une place éminente, parmi l’éventail des préoccupations culturelles du Département. Son passé, son héritage, les services qui s’y sont développés l’y conduisent naturellement. Ainsi celui-ci soutient-il la recherche au sein des deux Universités et encourage-t-il la publication d’ouvrages et la tenue de colloques et de séminaires, chaque fois que ceux-ci apportent une contribution marquante à la connaissance, à l’illustration de notre département. À travers le développement des services patrimoniaux dont il a la charge, le Département œuvre pour une meilleure préservation et valorisation de notre richesse commune. Il est particulièrement attentif à l’accueil du public, et à l’apport des technologies nouvelles. Conduisant l’année 1999 et une partie de l’année 2000, une réflexion approfondie pour redéfinir les orientations départementales en matière culturelle, j’ai pu mesurer les attentes tant de nos concitoyens que des professionnels et proposer d’agir pour impulser de nouvelles actions et améliorer des coordinations : ainsi en matière de lecture publique, de musique, d’art contemporain. Les conventions culturelles qui font du département le partenaire des autres collectivités, dans le cadre des pays du territoire angevin, permettent de se situer au plus près des préoccupations de nos contemporains.

13Il s’agit là du socle de la politique culturelle. Mais celle-ci, pour être réactive et efficace, doit aussi s’attacher à créer des occasions exceptionnelles de rencontre entre le public et la culture dans toutes les formes et selon tous les modes de son expression. Tel est le sens de l’événement que vous vivez aujourd’hui. Vos travaux, ouverts au plus grand nombre et bientôt publiés, seront essentiels dans la progression de la connaissance historique. Je tiens donc à saluer particulièrement tous les historiens qui, hier comme aujourd’hui, ont bien voulu inclure dans leur lourde charge de travail ce passage en Anjou, permettant ainsi de réunir, en deux journées d’une exceptionnelle qualité, les grandes voix de l’histoire mondiale qui peuvent et savent parler de l’Anjou.

14Car ouvrir l’Anjou sur le monde est bien, je l’ai dit, une autre de nos préoccupations. Elle s’est particulièrement incarnée, ces dernières années, dans la coopération étroite entretenue avec la Hongrie, et plus spécialement avec le comitat de Vezprem, avec lequel nous avons conclu, en 1997, puis récemment renouvelé, en juin 2000, une convention de coopération. L’origine de ce partenariat est – et, comme universitaires, vous ne manquerez pas d’y être sensible – un souci de formation. En 1990, le président du Conseil général avait proposé à l’Assemblée départementale de soutenir, par l’attribution de bourses, les efforts de jeunes ressortissants des pays de l’Est, qui, profitant de l’ouverture de leurs frontières, demandaient à venir suivre une ou plusieurs années d’étude au sein des établissements d’enseignement supérieur de Maine-et-Loire. Depuis, ce soutien, amplifié par l’action propre des établissements et de l’université, s’est poursuivi et élargi. Avec le comitat de Vezprem se sont développées coopérations institutionnelles, économiques et culturelles. La promotion de la langue française n’est pas oubliée, concrétisée par la création récente, sur place, d’un département de français.

15La réussite de cette coopération encourage le Conseil général à poursuivre ces initiatives. Les nombreux contracts initiés au cours de la préparation et de la réalisation de cette exposition et des journées d’étude qui l’accompagnent, l’accueil ouvert et chaleureux des pays partenaires et de la communauté scientifique, laissent à penser que de tels projets peuvent être renouvelés et approfondis. Déjà, des liens sont tissés par l’action des services culturels avec d’autres pays : le Canada – et je ne peux manquer de rappeler la belle exposition organisée au château d’Angers par les Archives départementales, sur « les Angevins et le Canada » – ; l’Italie, et je rappelle là aussi l’extrême amabilité de l’accueil que le président Lardeux et moi-même avons reçu lors de notre séjour à Naples voici maintenant deux ans, et les relations de confiance nées de ces rencontres. Autant de pistes prometteuses qu’il nous faut désormais suivre.

16Devant un tel aréopage d’historiens, je me garderai bien pour conclure de parler histoire. Mais le juriste que je suis, sensible aux belles constructions, qu’elles soient monumentales ou intellectuelles, ne peut s’empêcher d’éprouver un sentiment d’admiration pour l’empire étendu et éphémère dont vous retracez les contours. Deux princes, Charles Ier et Charles II, l’établirent ; leurs successeurs, Robert de Naples et Charles-Robert de Hongrie, en consolidèrent les fragments disjoints. Dans les cinquante années qui suivirent, Louis Ier de Hongrie puis Charles III de Naples en rappelèrent l’unité. De ces hommes puissants, la vertu essentielle fut sans doute qu’ils surent être à la fois ambitieux et actifs, mais aussi souples et prompts à l’adaptation. Ainsi réussirent-ils à s’imposer aux pays soumis à leur domination et leur laissèrent-ils pour héritage, outre les œuvres d’art et les monuments, des pratiques de gouvernement et d’administration qui sont demeurées au-delà de leur présence même. Nous tirons des leçons aussi de leurs défaites. Tant que les Ageins surent rester eux-mêmes, ils ont pu dominer les peuples qu’ils avaient à conduire. Lorsque la longévité de leur présence les a conduits à une plus grande assimilation, ils ont perdu cette maîtrise et le pouvoir leur a échappé. C’est aussi, pour qui réfléchit au mouvement des hommes et des peuples, une grande leçon de politique.

17« L’histoire est la porte de toutes choses » disait Michelet. L’histoire des princes angevins nous ouvre les portes d’un Moyen Âge étonnamment moderne qui transcende les frontières et nous invite à faire de même aujourd’hui. Merci à l’université d’Angers, à son représentant, le professeur Noël-Yves Tonnerre, aux Archives départementales, sous la conduite de leur directrice, Élisabeth Verry, d’avoir uni leurs efforts afin que les journées d’étude apportent à l’ensemble de la manifestation une dimension scientifique supplémentaire, tout à fait exceptionnelle. Merci à la communauté des historiens – je ne peux ici tous vous citer – d’avoir répondu présent à leur invitation, et d’être là aujourd’hui pour nous livrer le fruit de vos travaux dont je sais la très grande qualité. Je vais maintenant me joindre à vous pour vous écouter.

Auteur

Président du conseil général de Maine-et-Loire

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540