Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Révolution du livre et de la presse en Bretagne

 | 
Patricia Sorel

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Rouannet Gustave, « La Correspondance de Bretagne », Annales révolutionnaires, t. X, 1918, p. 545.

1Dans une province où l’imprimerie et la librairie restaient peu développées, la Révolution accéléra de façon spectaculaire un processus de mutation en gestation. La production des livres religieux s’effondra. Le commerce du livre devint celui des brochures politiques, des almanachs civiques, des pièces de théâtre et des romans. La Révolution contribua à faire de l’imprimé un objet familier : affiche, compte rendu des États généraux ou feuille périodique, il était lu et commenté collectivement dans la rue, dans les clubs et les cafés ; objet d’évasion, il pouvait être loué, moyennant quelques sous, dans les cabinets de lecture, dont le succès alla grandissant. Les bouleversements politiques engendrés par 1789 eurent pour autre conséquence le nouveau rôle joué par les hommes du livre. Devenus de véritables « médiateurs », certains firent leur entrée sur la scène politique et œuvrèrent pour la diffusion des principes révolutionnaires, tandis que d’autres manifestaient, de manière plus ou moins ostensible, leur hostilité aux nouvelles autorités. Dans un contexte de démocratisation de l’information, on assista à la naissance de la presse départementale et c’est là, assurément, l’un des faits les plus remarquables des premières années de la Révolution. Si les tirages restaient modestes, les journaux avaient une audience qui dépassait largement le cercle des abonnés. « Et ces journaux, limités dans leur matière, quelques semaines avant, aux petits potins locaux, étaient d’autant plus lus qu’ils publiaient des nouvelles ou des articles d’un intérêt politique général1 ». Mais la liberté de la presse prit fin dès 1793 et la Terreur frappa aussi bien les royalistes que les patriotes, accusés de fédéralisme. Thermidor ne fit pas disparaître le sentiment d’amertume des imprimeurs, qui avaient alors pour principale préoccupation de maintenir en activité une entreprise fragilisée par la crise économique. La liberté du commerce avait suscité la multiplication des officines, dont beaucoup n’étaient pas viables, et seuls subsistaient les ateliers les plus solides, pour l’essentiel ceux fondés sous l’Ancien Régime. La mise en place d’un numerus clausus sous l’Empire acheva le retour à la situation prérévolutionnaire : la volonté de contrôler la production et la diffusion des imprimés conduisit le gouvernement impérial à réduire, à terme, le nombre d’ateliers typographiques dans chaque ville. L’instauration du système des brevets, promis à un bel avenir, fit renaître d’anciens réflexes chez les professionnels du livre, peu désireux de connaître de nouveau la concurrence débridée de la décennie révolutionnaire. Imprimeurs et libraires adoptèrent l’attitude conservatrice de leurs prédécesseurs : une solidarité de circonstance, pour interdire l’accès à la profession à tout nouveau venu, et la transmission des entreprises de père en fils (ou, à défaut, gendre ou fille). Le titre d’imprimeur du roi, celui des administrations et du clergé, entretenaient l’émulation et furent de nouveau considérés comme des « privilèges » dont la propriété ne pouvait être contestée. L’imprimerie bretonne se caractérisait en outre par ses techniques de production traditionnelles, sans faire là non plus figure d’exception – on sait que les petites entreprises familiales constituaient au xixe siècle la grande majorité des imprimeries du pays. Les techniques de fabrication du livre n’avaient guère évolué et, dans les années 1820, seuls les ateliers les plus importants purent acquérir une presse métallique. La modernisation ne viendra bouleverser l’imprimerie qu’après 1830, constituant une véritable rupture, rapportée notamment par Victor Mangin fils, dit « le Bonhomme », dans un roman de Giraud-Mangin.

  • 2 Giraud-Mangin Maxime, Ceux de jadis, Paris, La Renaissance du livre, 1921, p. 34-36.

« Dans l’atelier de son père, à l’époque de la Révolution, on ne connaissait que l’antique presse “à vis” et en bois, ne différant guère de celle de Gutenberg. On devait aux Anglais les immenses perfectionnements obtenus. […]
– Hein, Honoré? dit le Bonhomme, te souviens-tu du vieux temps? Te rappelles-tu la nauséabonde préparation des tampons? C’étaient des balles en laine recouvertes de peau de chien, qui ne donnaient un bon encrage que quand cette peau approchait de la putréfaction. Souvent, on les faisait macérer dans l’urine. Les “rouleaux”, composés de mélasse et de gélatine, ont remplacé avantageusement ces vilains instruments de travail…2 ».

  • 3 Même situation, entre autres, dans le Limousin : cf. Boutier J. et Cassan M. (sous la dir. de), Le (...)

2La production imprimée demeurait elle aussi traditionnelle. La réédition des ouvrages les plus courants constituait encore l’essentiel de l’activité de bien des imprimeurs. Des ateliers typographiques bretons sortaient de nouveau massivement des livres religieux, des travaux de ville, des manuels scolaires et des almanachs3. Quelques imprimeurs parvinrent cependant à sortir de la médiocrité générale. Après le coup d’arrêt porté par l’Empire, la disproportion entre les imprimeries s’accrut sous la Restauration. À la veille de la Révolution de 1830, les imprimeurs des Côtes-du-Nord, du Finistère et du Morbihan ne pouvaient rivaliser avec leurs confrères de Rennes et, surtout, de Nantes.

3La décennie révolutionnaire avait marqué plus profondément le commerce de l’imprimé. La multiplication des librairies, des cabinets de lecture et des sociétés littéraires constituent autant de témoignages de l’élargissement du lectorat. Un double marché subsistait : celui massif du petit peuple des villes et des campagnes, consommateur d’ouvrages traditionnels, et celui plus réduit des élites sociales. Dans les petites localités, les boutiques se bornaient à offrir les ouvrages les plus usuels ; elles étaient d’ailleurs souvent tenues par des femmes, seulement désireuses d’apporter un complément au salaire modeste de leur époux.

  • 4 AD 56, T 195 : lettre de l’imprimeur-libraire Le Coat Saint-Haouen au sous-préfet de Lorient (17 a (...)

4Tradition et modernité, telle était donc l’image contrastée qu’offrait le monde du livre et de la presse périodique dans la Bretagne de 1830. Le « monopole injuste4 » exercé par Paris était de plus en plus mal supporté dans les départements. Les protestations des professionnels du livre se firent plus vives. Quelques hommes ambitieux, les Nantais Mangin et Mellinet notamment, déployèrent tous leurs efforts pour rivaliser avec leurs confrères de la capitale et réussirent à donner à certaines de leurs publications, périodiques ou non, un rayonnement qui dépassa le cadre de la province. Plus encore, ils jetèrent les fondements d’entreprises solides, capables à la fois de relever les défis de l’ère industrielle qui s’ouvrait, de surmonter les diverses crises politiques et de s’accommoder d’une législation qui restera instable jusqu’à la fin du xixe siècle.

Notes

1 Rouannet Gustave, « La Correspondance de Bretagne », Annales révolutionnaires, t. X, 1918, p. 545.

2 Giraud-Mangin Maxime, Ceux de jadis, Paris, La Renaissance du livre, 1921, p. 34-36.

3 Même situation, entre autres, dans le Limousin : cf. Boutier J. et Cassan M. (sous la dir. de), Les Imprimés limousins, 1788-1799, Limoges, PULIM, 1994, p. 145.

4 AD 56, T 195 : lettre de l’imprimeur-libraire Le Coat Saint-Haouen au sous-préfet de Lorient (17 avril 1821).

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540