Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Révolution du livre et de la presse en Bretagne

 | 
Patricia Sorel

Chapitre VI. La presse sous l’Empire et la Restauration

Texte intégral

1La presse de province était sortie exsangue des années révolutionnaires, victime à la fois de la censure et des tracasseries financières mises en place par le Directoire. Si Napoléon favorisa paradoxalement la création de feuilles périodiques (puisque le Code de procédure civile rendait obligatoire la publicité des actes administratifs et judiciaires), ce fut toutefois pour en limiter le nombre et soumettre leur contenu à la surveillance la plus étroite. Dès le lendemain de la proclamation de la Constitution de l’an VIII, et bien avant les décrets de 1810, le gouvernement se rendit maître de la presse. Un arrêté des consuls du 27 nivôse an VIII (17 janvier 1800) limita à treize le nombre des journaux à Paris et interdit « de publier aucun nouveau journal, soit dans la Seine, soit dans les autres départements ». À cette date, paraissaient en Bretagne Le Publicateur de Nantes et du département de la Loire-Inférieure (Malassis), la Feuille nantaise (Mangin), le Journal du Nord-Ouest de la République française (Rennes, Chausseblanche), le Courrier de Brest et du Finistère, les Petites Affiches de Brest (Michel), ainsi qu’une feuille spécialisée, le Journal des arrêts de la Cour impériale (fondée à Rennes par les frères Vatar). Le Morbihan et les Côtes-du-Nord ne se dotèrent d’un journal qu’un peu plus tard, respectivement en 1802 et en 1810. La quasi-inexistence de la presse en Bretagne eut au moins cet avantage qu’aucun des imprimeurs ne fût dépouillé de son journal lorsque la loi imposa, en 1810, une seule feuille politique par département.

  • 1 Mellinet Camille, La Commune et la milice de Nantes, t. XI, Nantes, 1843, p. 160.

2L’arrêté du 27 nivôse an VIII menaçait en outre de supprimer sur le champ les journaux qui publieraient « des articles contraires au respect dû au pacte social, à la souveraineté du peuple, à la gloire des armées, ou des invectives contre les gouvernements et les nations amis ou alliés de la République ». Les premières campagnes de Napoléon interdirent bientôt toute allusion aux mouvements des armées de terre et de mer (29 pluviôse an VIII et 11 prairial an XI). Le 9 thermidor an IX (28 juillet 1801), le ministre de la Police générale menaça de supprimer les journaux qui inséreraient des nouvelles dont l’objet pouvait « alarmer le commerce et troubler l’esprit public » ; l’interdiction fut étendue à tout ce qui concernait « la religion, les ministres et les cultes divers » (19 thermidor). Ainsi le gouvernement « dépassa bientôt toutes les bornes, et la liberté de la presse n’exista plus1 ».

Le carcan de la législation

  • 2 AD 44, 155 T 2 : lettre du ministre de la Police générale au préfet de Loire-Inférieure (5 mai 180 (...)
  • 3 AD 22, 1 M 27. Ainsi, en mai 1812, le préfet dut-il essuyer les reproches du ministre de la Police (...)

3À partir de l’année 1807, la presse provinciale fut uniquement autorisée à reproduire les informations politiques publiées par Le Moniteur, journal officiel depuis décembre 1799. Fouché, ministre de la Police générale, fit preuve d’une extrême vigilance pour réprimer toute originalité ou tentative d’indépendance. Il reprocha notamment au préfet de Loire-Inférieure les abus du Publicateur de Nantes, qui se permettait d’insérer des nouvelles extraites des journaux de Paris, au lieu de se borner à copier Le Moniteur2. Mais ce fut apparemment le Journal des Côtes-du-Nord qui eut le plus de difficultés à respecter la stricte législation en vigueur, ce qui lui valut plusieurs rappels à l’ordre3. Si les préfets veillaient à ce que les directives ministérielles fussent scrupuleusement respectées par le journal de leur département, c’est avant tout parce qu’ils craignaient de s’attirer les reproches de l’autorité supérieure et de perdre leur place. Position bien difficile que celle du préfet, partagé entre la crainte de laisser supposer en haut lieu que son administration était défaillante et le désir d’entretenir de bonnes relations avec les éditeurs d’un journal qui lui était utile.

  • 4 AN, F18 466: affaires générales.

4Le décret du 3 août 1810 réduisit la presse à un journal politique par département, toujours soumis à l’administration préfectorale : en Bretagne, le Journal politique du département de la Loire-Inférieure (Malassis), le Journal d’Ille-et-Vilaine (Chausseblanche), le Courrier de Brest et du Finistère (Michel), le Journal des Côtes-du-Nord (Chevalier et Beauchemin), le Courrier de Lorient et du département du Morbihan (Le Coat Saint-Haouen). Les feuilles d’annonces et les journaux non politiques étaient autorisés de manière provisoire (article 3). Le 14 décembre suivant, un nouveau décret fournit la liste des villes dans lesquelles une feuille d’annonces était définitivement autorisée : on y trouve Nantes et Brest, déjà pourvues d’Affiches, et Saint-Malo. En 1811, Lorient put à son tour figurer dans cette liste, Le Coat Saint-Haouen ayant reçu l’autorisation de transformer son Courrier de Lorient en Affiches. Enfin un décret du 22 mars 1813 ajouta Rennes à ces quatre villes à forte vocation commerciale et maritime. Les feuilles d’annonces étaient soumises à des normes de présentation bien précises : elles devaient porter le titre d’Affiches, annonces et avis divers de [nom de la ville]. L’imprimeur recevait entièrement rédigés les articles à insérer dans sa feuille, ce qui le dispensait des frais d’un rédacteur. Le format était l’inoctavo, la longueur de la ligne d’un décimètre et la hauteur du texte imprimé de cinquante lignes ; les annonces et avis devaient être imprimés en caractères petit romain et étaient tarifés à 25 centimes la ligne4.

  • 5 AD 44, 155 T 1 : lettre du ministre de la Police au préfet de Loire-Inférieure (15 novembre 1813).
  • 6 Idem.

5La presse fut entièrement asservie au régime et devint un instrument essentiel du système de propagande napoléonien. La « direction de l’esprit public » était l’ » affaire spéciale » des préfets, qui relisaient les feuilles avant leur impression, pour y supprimer tout ce qui pouvait donner lieu à de « fâcheuses allusions » et tout ce qui était « de nature à rester secret5 ». Les préfets devaient en outre faire rédiger des articles susceptibles de « flatter » leurs administrés – « en leur rappelant les actions glorieuses et désintéressées qui ont illustré leur pays » – et recueillir tout ce qui pouvait « exciter l’émulation, inspirer l’amour du Prince et de la Patrie ». À la fin de l’Empire, alors que la situation militaire était désastreuse sur tous les fronts, les journaux eurent la mission « de ranimer, de fortifier notre esprit public et d’opposer à cette aveugle rage des ennemis de la France, le langage de la raison, de la fermeté et du patriotisme6 ». Personnages-clés du puissant appareil administratif napoléonien, les préfets restèrent sous la Restauration l’un des maillons essentiels de la chaîne qui reliait le gouvernement à ses administrés et leur rôle en matière de presse demeura considérable. Ils étaient chargés de nommer le rédacteur du journal de leur département – d’où le choix d’un homme « sûr », qui pouvait en contrepartie compter sur leur appui. Par ailleurs, les abonnements étaient reçus dans les bureaux de la préfecture, ou des sous-préfectures, et les préfets étaient invités à recommander fortement aux maires l’abonnement au journal parisien qui avait la faveur du gouvernement (après le Journal des campagnes sous le Consulat, ce fut le Bulletin des lois, puis le Journal des maires, sous la Restauration).

  • 7 Après les Cent-Jours, l’ordonnance du 8 août 1815 annula les autorisations en cours, invitant les (...)
  • 8 Les commissions départementales mirent plus de temps à s’organiser que la commission parisienne. L (...)

6Les Bourbons de retour au pouvoir conservèrent la même législation rigoureuse. Les dispositions de la loi du 21 octobre 1814 restèrent en vigueur pour l’essentiel jusqu’en 18197. La presse fut libre pendant quelques mois après le vote des lois de Serre, qui abolirent l’autorisation et la censure – une simple déclaration fut imposée aux propriétaires de journaux –, confiaient les procès de presse au jury (cour d’assises), mais exigeaient le versement d’un cautionnement (lois des 17, 26 mai et 9 juin 1819). L’assassinat du duc de Berry (13 février 1820) fit reparaître la censure (lois du 31 mars 1820 et du 26 juillet 1821). Une ordonnance de Louis XVIII, rendue le 1er avril 1820, institua une commission de trois censeurs près du préfet de chaque département. Chargées de l’examen préalable des journaux et des écrits périodiques, ces commissions devaient rendre compte de leurs opérations au moins une fois par mois au Conseil de surveillance de la censure séant à Paris8. Les lois de Villèle écartèrent la censure, sauf en cas de circonstances graves (17-18 mars 1822), mais aggravèrent le système répressif en confiant les procès aux tribunaux correctionnels (25 mars). La censure fit sa réapparition pendant deux courtes périodes, du 15 août au 29 septembre 1824 et du 24 juin au 5 novembre 1827. Sous le ministère Martignac, si la loi du 18 juillet 1828 confirma l’abolition de la censure, elle laissa la presse soumise au cautionnement et à la justice correctionnelle (pour la première fois, le propriétaire d’un périodique devenait responsable de la publication avec le titre de gérant).

  • 9 AN, F7 6770 : rapport du préfet de Loire-Inférieure (4 janvier 1826).
  • 10 AN, F7 6769 : rapports du préfet d’Ille-et-Vilaine (5 juillet et 14 novembre 1828).
  • 11 AN, F7 9665 : rapport du préfet d’Ille-et-Vilaine (15 février 1821).

7L’influence des journaux sur l’état d’esprit de la population fut l’une des préoccupations constantes des représentants de l’ordre. Les feuilles de l’opposition ne cessèrent d’être désignées comme responsables de la dégradation de la situation politique et morale dans les départements. Au début de l’année 1826, le préfet de Loire-Inférieure s’inquiéta auprès du ministre de l’Intérieur des « fausses directions » données par ces journaux, de « l’aigreur » qu’ils communiquaient aux esprits, des « espérances » ou des « craintes » qu’ils faisaient naître9. En 1828, le préfet d’Ille-et-Vilaine déplorait à son tour les « rapides progrès » des doctrines professées par Le Constitutionnel et attribuait aux journaux, de quelque couleur qu’ils fussent, « l’agitation » qui régnait alors chez les élites sociales10. Hostiles à la liberté de la presse, qui aurait fait vaciller leur pouvoir, les préfets souhaitaient que le gouvernement favorisât la création et la diffusion d’un « bon journal, mis à la portée de tout le monde et propre à éclairer l’esprit crédule et facile du peuple des villes et des campagnes11 ». Les hommes au pouvoir avaient changé, mais les moyens de propagande idéologique restaient les mêmes. La presse était avant tout un instrument d’éducation politique, dont l’efficacité était liée à l’ampleur de sa diffusion. Placé entre toutes les mains, un « bon journal » permettrait à la fois de faire reculer les opinions hostiles au régime, présentes surtout chez les couches sociales aisées, et attacherait le peuple, jugé naïf et donc facilement malléable, à son souverain et à ses représentants. On sait que cette volonté de bâillonner la presse fut fatale au régime – les ordonnances signées le 25 juillet 1830 par le roi et les ministres, dont une remettait en vigueur l’autorisation préalable et la censure, provoquèrent le soulèvement de la population et sonnèrent le glas de la Restauration.

8À cette surveillance plus ou moins étroite du pouvoir sur l’information politique, s’ajoutait celle portant sur la gestion des journaux. Depuis la loi du 9 vendémiaire an VI (30 septembre 1797), les publications périodiques étaient soumises à la taxe du timbre, qui portait sur tous les exemplaires (vendus ou non) ; seuls étaient exemptés les périodiques relatifs aux sciences et aux arts et ne paraissant qu’une fois par mois. L’ordonnance du 5 mars 1823 fixa la surface de la feuille d’impression à 25 dm2 de superficie et reconduisit les tarifs postaux appliqués depuis la loi du 4 thermidor an IV (21 juillet 1796) – les feuilles dépassant 25 dm2 devaient acquitter un centime par 5 dm2 d’excédent. À partir du 1er janvier 1828, de nouveaux tarifs postaux (fixés par la loi du 15 mars 1827) entrèrent en vigueur (envois hors du département : 5 centimes pour les feuilles d’une superficie inférieure ou égale à 30 dm2 et 5 centimes pour chaque supplément ; envois dans le même département : une demi-taxe par 30 dm2). Aux frais de timbre et de la poste, fut ajoutée, à partir du 1er janvier 1808, une retenue de deux douzièmes sur le produit des périodiques départementaux, comme pour les journaux parisiens. Ce prélèvement disparut sous la Restauration : la loi de finances du 15 mai 1818 et les suivantes le remplacèrent en majorant le droit de timbre d’une surtaxe d’un demi-centime par feuille pour la province (un centime et demi pour Paris). Mais ce fut la loi du 9 juin 1819 (art. 1er) qui, la première, imposa aux journaux politiques le versement d’un cautionnement.

Pour les départements (autres que Seine, Seine-et-Oise et Seine-et-Marne) :

Pour les départements (autres que Seine, Seine-et-Oise et Seine-et-Marne) :

9Les éditeurs nantais furent donc plus lourdement taxés que leurs confrères bretons, puisque leur ville était la seule de la province à dépasser les 50 000 habitants. Ces montants furent ensuite abaissés par la loi du 18 juillet 1828 (art. 2 et 3).

  • 12 Sur les taxes imposées aux journaux : cf. Feyel Gilles, « La distribution des gazettes et des jour (...)

10Les journaux littéraires, les feuilles d’affiches, les mensuels et les périodiques paraissant moins d’une fois par mois étaient exempts du cautionnement12. Les propriétaires de journaux portèrent l’essentiel de leurs revendications sur la lourdeur de toutes ces taxes qui grevaient leur budget et ne cessèrent de se lamenter sur leur faible marge bénéficiaire. Mais malgré le soutien de préfets soucieux de préserver l’existence de l’unique feuille de leur département, leurs récriminations restèrent généralement vaines. Exaspérés par les diverses ponctions financières, muselés en matière politique et souffrant de voir leur feuille dédaignée par leurs concitoyens, les éditeurs se montraient d’autant plus pointilleux quant au respect de leur « privilège ». La stricte répartition des matières entre le journal politique et la feuille d’annonces fit naître d’âpres querelles, les éditeurs s’accusant mutuellement de dépasser le cadre de leurs attributions respectives.

11Une législation aussi rigoureuse avait évidemment pour but de limiter le développement de la presse et elle y parvint effectivement. Exception faite de Nantes, qui fit preuve d’un certain dynamisme éditorial sous la Restauration, la presse périodique en Bretagne n’était qu’à l’état embryonnaire à la veille de la Révolution de 1830.

Heurs et malheurs de la presse en Ille-et-Vilaine

Le journal politique du département (1797-1819)

  • 13 L’abonnement s’élevait à 30 F par an, 15 F par semestre et 7,50 F par trimestre (36 F, 18 F et 9 F (...)
  • 14 Dans le 1er numéro, l’éditeur précise que « ce Journal particulièrement affecté au département d’I (...)

12Lancé le 21 avril 1797, le journal de Chausseblanche continua de paraître tout au long de l’Empire. Le 15 floréal an XI (6 mai 1803), il s’intitula Journal de l’Ouest de la République française et prétendit être capable de rivaliser avec les feuilles parisiennes. Selon Chausseblanche, si Paris avait l’avantage de procurer une grande variété de nouvelles politiques et littéraires, les départements avaient celui d’offrir des « sujets d’observation particuliers » qui étaient « dignes de fixer les regards des personnes instruites de tous les pays ». Le Journal de l’Ouest abrégerait donc la partie politique (rapports officiels, lois et actes diplomatiques) – « de manière que ceux qui les auraient déjà lus dans les autres journaux puissent ne pas craindre de les retrouver dans un récit court et fidèle » – pour accorder une place plus importante aux événements survenus dans les départements de l’Ouest. Il traiterait en outre de littérature, tâcherait de répandre « le goût des sciences », les progrès de l’agriculture et des arts, et continuerait de publier toute espèce d’annonces. Composé d’une feuille in-quarto formant huit pages, le journal parut d’abord trois fois par semaine, puis tous les jours pairs (31 mai 1803)13. Le 2 vendémiaire an XII (25 octobre 1803), il prit le titre moins ambitieux de Journal du département d’Ille-et-Vilaine, mais l’éditeur s’engageait à conserver ses correspondances dans les départements circonvoisins et à rester fidèle aux objectifs définis dans le Journal de l’Ouest14. De la liberté des opinions politiques, imprudemment revendiquée en 1797, il n’en était cependant plus question. Chausseblanche avait jugé plus prudent de joindre sa voix à celle de ses confrères pour célébrer le nouveau régime – les lecteurs étaient assurés que « l’amour du gouvernement et celui de nos institutions présider[aie]nt à la rédaction […], qu’on évitera[it] soigneusement tout ce qui pourrait favoriser l’esprit de parti, qu’on s’efforcera[it] de propager la concorde entre tous les citoyens ».

  • 15 AN, F7 8350 : rapport du préfet d’Ille-et-Vilaine (9 mars 1807).
  • 16 Idem (8 mai 1811).
  • 17 AD 35, 2 T 56 : lettre du ministre de la Police générale au préfet (23 janvier 1809).
  • 18 Idem (10 février 1809).
  • 19 AN, F18 13 : « Notes explicatives sur la proposition du directeur général de l’Imprimerie et de la (...)
  • 20 AN, F18 462A : état envoyé par Chausseblanche au directeur général de la Librairie (1er décembre 1 (...)
  • 21 Le Journal de l’Orne, hebdomadaire publié à Alençon, présentait un état assez similaire. Il tirait (...)
  • 22 Elle fut tirée à 60 exemplaires en 1812 (AN, F18 IX 1-39 : déclarations des imprimeurs).
  • 23 La publication des actes judiciaires était rendue obligatoire par l’article 683 du Code de procédu (...)

13Au cours des années suivantes, Chausseblanche dut renoncer à tout projet d’embellissement de sa feuille (devenue Journal d’Ille-et-Vilaine le 21 juillet 1807). Sa présentation devint de plus en plus médiocre : composée de quatre à douze pages, de format variable, « papier, caractères, compositions, tout est au plus mauvais15 ». Le nombre d’abonnés ne cessa de diminuer : à peine 130 en 1807 et environ 80 en 181116. En janvier 1809, un rapport de la préfecture informait le ministre de la Police que le journal était déficitaire pour l’année 1808 et demandait par conséquent qu’il fût dispensé de verser la rétribution des deux douzièmes exigée par la loi. Mais le ministre réclama l’état détaillé des dépenses et bénéfices du journal17, et ayant constaté qu’il ne prenait pas en compte le produit des insertions – alors qu’elles étaient « une branche assez lucrative de la recette des journalistes » –, il estima le bénéfice annuel de Chausseblanche à 900 F et exigea une rétribution de 150 F18. Après l’entrée en vigueur du décret du 26 septembre 1811, qui attribuait la publication des annonces et avis aux seules Affiches, le Journal politique du département d’Ille-et-Vilaine resta une affaire peu rentable. En 1812, le directeur général de la Librairie suivit cette fois l’avis du préfet, qui considérait que le journal ne faisait « tout au plus que payer les frais d’impression » et qu’on ne pouvait lui demander une rétribution annuelle supérieure à 75 F19. À la fin de l’année 1814, Chausseblanche déclara au directeur général de la Librairie, qu’avec cent abonnés (à 30 F par an) et 2768 F de frais20, son bénéfice pour l’année s’élevait à la somme modique de 232 F21. Il désigna le préfet comme le principal responsable de la faible diffusion du journal. Depuis août 1809 en effet, la préfecture faisait imprimer chez Cousin-Danelle les actes administratifs du département. Chausseblanche affirma que ce recueil se tirait à plus de 600 exemplaires, qu’il nuisait au journal politique et, par conséquent, privait le gouvernement d’une partie des recettes qu’il tirait du timbre et de la rétribution. Mais l’inspecteur de la Librairie à Rennes rejeta cette accusation, déclarant que le manque d’intérêt pour une feuille qui ne contenait que des extraits des journaux de la capitale constituait la seule cause de son insuccès. En faisant des journaux départementaux de simples répétiteurs du journal officiel, Napoléon avait effectivement réduit le nombre de leurs lecteurs à une peau de chagrin. En outre, point n’était besoin d’ouvrir sa bourse pour être informé des événements politiques : la population avait pu suivre le déroulement des campagnes militaires par l’affichage – dans toutes les communes – des bulletins des armées et des dépêches télégraphiques. Le préfet veillait seulement à ce que quelques fonctionnaires fussent abonnés au Journal politique, pour ne pas voir sombrer une entreprise voulue par l’Empereur et placée sous sa responsabilité. Quant à la Feuille d’annonces de Rennes, hebdomadaire, elle était le plus souvent limitée à un quart de feuille in-octavo et ne comptait que vingt-cinq abonnés (à 12 F par an)22. Cette feuille si fragile produisait cependant un bénéfice évalué par l’inspecteur de la Librairie à 1450 F – donc largement supérieur à celui du journal politique –, grâce essentiellement au produit des avis (qui représentait plus de 86 % des recettes). Mais là encore, Chausseblanche reprochait au préfet de ne pas le faire bénéficier de la promulgation de ses arrêtés, ce qui réduisait sa feuille aux seules insertions judiciaires23.

  • 24 Le sénatus-consulte du 1er avril 1814 porte que « la liberté de la presse sera maintenue et procla (...)

14La chute de l’Empire en avril 1814 et la proclamation de la liberté de la presse causèrent d’autres inquiétudes à l’éditeur rennais24. L’imprimeur Frout, royaliste convaincu, profita du retour des Bourbons pour lancer son propre journal, avec le soutien déclaré du commissaire du roi. « Oubliant » qu’il avait lui-même profité de la liberté de la presse sous la Révolution, Chausseblanche protesta vigoureusement contre une concurrence qui menaçait les maigres bénéfices qu’il tirait de son « privilège ».

  • 25 AN, F18 462A : lettre de Chausseblanche au ministre de l’Intérieur (1er décembre 1814).

« Le 11 avril arriva ; le courier [sic] nous apporta l’heureuse nouvelle du changement de gouvernement ; je croyais pouvoir jouir de mon privilège qui m’avait été accordé et retirer un bénéfice, lorsque M. Frout se permit, malgré toutes les lois, règlements et même les arrêtés du gouvernement provisoire, de faire un journal sans autorisation ni censure, où il y insérait tous les extraits des journaux, et qu’il en publia un grand nombre de numéros sans timbre, malgré les défenses réitérées de M. le Préfet, qui envoya plusieurs fois les commissaires de police pour lui faire la défense expresse de cesser le journal, ou qu’il se verrait forcé de fermer son imprimerie… Il répondit aux commissaires que la liberté de la presse était décrétée : qu’il imprimerait et qu’il imprimerait et qu’il s’en…25 ».

  • 26 Ibidem : lettres du préfet au ministre de la Police générale (22 septembre, 10 et 12 octobre 1815) (...)

15Nous n’avons pu retrouver aucun exemplaire du journal de Frout, qui dut se limiter à quelques numéros. Après les Cent-Jours, le nouveau préfet estima que Chausseblanche, partisan de « l’usurpateur », s’était « trop montré l’ennemi du gouvernement ». Puisque « dans de telles mains le journal exige[ait] une surveillance continuelle », il proposa au ministre de la Police générale d’en confier l’impression à la veuve de Frout (assassiné par un fédéré en juillet 1815) et la rédaction à Courné, secrétaire de la mairie. Il demanda en outre que la feuille d’annonces fût également attribuée à la veuve. Decazes consulta les députés d’Ille-et-Vilaine et, sur leur avis, répondit favorablement à la proposition du préfet (arrêté du 24 octobre 1815)26. Dépouillé de son gagne-pain, Chausseblanche adressa au ministre une lettre éplorée.

  • 27 Ibid. : lettre imprimée de Chausseblanche au ministre Decazes (9 novembre 1815).

« Votre arrêté, Monseigneur, m’enlève tout et me réduit à la plus profonde misère, moi, ma femme et nos six enfans ! […] Monseigneur vous m’avez tué ! Vous avez immolé, du même coup, ma nombreuse famille ! Vous avez enlevé à mes créanciers leurs gages, leurs espérances ; et pourquoi ? Pour favoriser une intrigue, une rivalité de commerce, une jalousie de métier ! Hélas ! La veuve Frout, qui a le plus grand commerce de librairie de toute la province, une grande imprimerie et une fortune réelle, n’avait pas besoin de cela pour être dans l’abondance ; vous ajoutez à son superflu et vous m’enlevez le nécessaire ! Quel est mon crime ?27 »

  • 28 Ibid. : lettre de la veuve Frout au préfet (20 mai 1817), transmise au ministre (27 mai). En provi (...)

16Chausseblanche put seulement se consoler devant le peu de réussite de la veuve Frout, qui dut bientôt éprouver quelques regrets d’avoir bénéficié de cette « faveur ». En mai 1817, elle sollicita l’autorisation de réunir le journal politique et la feuille d’annonces, à l’instar de Michel à Brest, dans l’espoir de « faire un journal qui offrira[it] alors beaucoup plus d’intérêt aux habitants du département et sera[it] par conséquent plus répandu28 ». Le 1er juillet suivant, le ministre autorisa la publication du Journal, affiches, annonces et avis divers du département d’Ille-et-Vilaine. Mais cette nouvelle formule ne remporta pas le succès escompté et le journal d’Ille-et-Vilaine finit par disparaître en 1819, faute d’avoir pu acquitter le montant du cautionnement exigé par la nouvelle législation sur la presse.

La presse libérale à Rennes (1819-1822)

  • 29 Le journal de Dijon devint politique en juillet 1819, avec le titre de Journal littéraire et polit (...)
  • 30 La presse était alors soumise à l’ordonnance du 8 août 1815, qui imposait la censure à tous les éc (...)

17Chausseblanche prit sa revanche dès mars 1819 en lançant un nouveau journal, porte-parole du parti libéral. L’imprimeur rennais faisait là figure de précurseur, puisque la plupart des journaux libéraux de province furent créés après le vote des lois de Serre (17 et 26 mai 1819)29. De périodicité irrégulière, L’Organe du peuple échappait pour cette raison à la législation sur la presse : il devait paraître quatre fois par mois, « à des époques indéterminées, selon l’abondance des matières » ; on ne pouvait souscrire que pour huit cahiers, « afin d’éviter toute apparence de périodicité30 ». Cette manière de tourner la législation s’inspirait des procédés utilisés par les journaux parisiens – Chausseblanche avait pu apprécier le succès de cette ruse puisque son propre fils travaillait chez Fain, l’imprimeur du plus important des « semi-périodiques », La Minerve française (qui donnait à des dates indéterminées treize livraisons par trimestre depuis février 1818). La souscription à L’Organe du peuple était de 3,20 F (4 F franc de port) et le prix de chaque cahier de 50 centimes (60 c. franc de port) ; on pouvait souscrire au bureau de L’Organe du peuple, chez Chausseblanche, auprès du libraire Kerpen et chez tous les libraires de Paris et des départements. Le titre même du journal, accompagné de l’épigraphe « Union et force », indique son principal objectif. « Nés parmi le peuple », les rédacteurs affirmaient en connaître « les besoins et les désirs » et savaient « comment il faut parler pour être entendu de lui ». Cette « société de libéraux bretons » voulait s’adresser à la province toute entière comme à un « ancien foyer du patriotisme ». Son programme était clairement annoncé ; il s’agissait :

  • 31 AD 35, 2 T 66 : prospectus pour L’Organe du peuple.

« De propager les principes constitutionnels […].
De mettre à la portée du peuple tout ce qui peut concourir à ce but dans les excellents recueils que chaque jour voit éclore […].
De l’instruire de la marche du gouvernement constitutionnel, le seul qui puisse aujourd’hui lui convenir.
D’appeler son attention sur tous les actes de l’autorité qui contrarieraient cette marche.
De lui faire connaître qu’il a des droits à exercer, il a aussi des devoirs à remplir.
De le guider dans l’accomplissement de ces devoirs.
De l’éclairer par leurs conseils dans les occasions où il pourra en avoir besoin.
De recueillir tous les faits propres à lui montrer où sont ses ennemis, et de qui il peut attendre des secours.
De rétablir l’union et la concorde entre ceux parmi lesquels existe conformité d’intérêts.
De lui prouver que ce nombre est plus grand qu’on ne tend à le lui faire croire.
De lui faire sentir enfin que son bonheur dépend de lui, et qu’il suffit pour qu’il soit heureux qu’il le veuille fortement31 ».

  • 32 L’Organe du peuple, 1re livraison : « lettre à Le Graverend » (13 mars 1819). Jean-Marie Legravere (...)

18Ce prospectus fut envoyé à Legraverend, député d’Ille-et-Vilaine, accompagné d’une lettre dans laquelle on sollicitait son « approbation » et sa participation comme rédacteur32. Nous ignorons si le député participa, de près ou de loin, à la rédaction du journal, les articles restant anonymes.

  • 33 Les déclarations d’impression indiquent le nombre de 300 exemplaires pour chaque livraison (AN, F1 (...)
  • 34 L’Organe du peuple, 2e livraison, p. 8-10 : « Sur la liberté de la presse ».

19L’Organe du peuple publiait fréquemment des extraits de semi-périodiques parisiens (La Minerve, Les Lettres normandes, La Bibliothèque historique, L’Homme gris…) et s’était assuré du concours d’informateurs dans diverses villes de Bretagne. Tirant à 300 exemplaires33, il comptait de nombreux dépositaires, le plus souvent des libraires, à Rennes, Nantes, Lorient et Brest, puis à Guingamp, Quimper, Pontrieux, Lannion, Pontivy et Saint-Malo, autant de foyers notoires du libéralisme. Ses rédacteurs, libéraux intransigeants, lançaient de violentes attaques contre les ultras et contre le clergé. Les débats à la Chambre sur la liberté de la presse retinrent évidemment toute l’attention de L’Organe du peuple, qui ne manqua pas de relever les « grandes lacunes » des projets présentés34.

« Dans l’un de ces projets, nous eussions dû trouver une nouvelle organisation de la librairie et de l’imprimerie. Le nombre des libraires et des imprimeurs sera-t-il encore limité ? Devront-ils toujours craindre qu’une simple décision ministérielle les prive arbitrairement de leur état ? La formalité de la déclaration et les obstacles qu’elle met à la publication seront-ils conservés ? Le dépôt ne sera-t-il enfin regardé que comme une simple formalité à remplir pour publier […] ? Si tous ces abus ne cessent, on peut craindre encore de ne pas jouir par cette nouvelle loi d’une liberté plus grande que celle que l’on trouve aujourd’hui si restreinte, en droit au moins ».

  • 35 L’Organe du peuple, 8e livraison, mai 1819, [p. 1].
  • 36 AN, BB30 238 : dans un rapport au ministre de l’Intérieur (27 juillet 1820), le préfet notait que (...)
  • 37 Les Opinions sont libres, Paris, Corréard, 29 avril 1820, p. 4. En déclarant que le journal de Ren (...)

20Surtout, on s’inquiétait de l’institution d’un cautionnement, qui aurait pour résultat de faire disparaître la plupart des feuilles départementales, incapables de faire des « avances si exorbitantes ». On faisait néanmoins confiance aux députés libéraux pour faire disparaître les « nombreuses imperfections » des projets législatifs. Cet espoir fut déçu : les lois de Serre (17, 26 mai et 9 juin 1819) supprimèrent la censure, mais imposèrent un cautionnement aux périodiques politiques paraissant plus d’une fois par mois. L’Organe du peuple n’eut alors d’autre choix que de faire appel à la générosité de tous ceux qui s’intéressaient « au triomphe de la liberté et à la propagation des idées libérales35 ». Mais faute d’avoir pu réunir la somme nécessaire assez rapidement, Chausseblanche dut mettre fin à la publication de son journal. Il ne s’avoua pas vaincu pour autant. Dès septembre 1819, une neuvième et dernière livraison de L’Organe du peuple annonça la renaissance du journal sous le titre de L’Écho de l’Ouest, dont le premier numéro parut le 5 octobre suivant – le prix au bureau était de 8 F pour trois mois, 16 F pour six mois et 32 F pour un an (9,50 F, 19 F et 38 F par la poste ou à domicile). Si l’on en croit une brochure publiée à Paris, les étudiants en droit, ardents défenseurs de la cause libérale36, étaient à l’origine de cette nouvelle feuille. L’auteur de la brochure se montrait particulièrement flatteur pour L’Écho de l’Ouest, présenté comme le « seul journal indépendant qui se lit dans toute la province, et qui avant la censure, était sans contredit le mieux fait et le plus utile des journaux des départements37 ». Le principal rédacteur du journal libéral rennais fut d’abord un nommé Taillandier, remplacé ensuite – après son arrestation au cours des manifestations des 8-11 juin 1820 – par un autre étudiant en droit, Morin Jouaust. Le réseau des correspondants du journal recoupait en partie celui de sa diffusion : outre les principales villes de Bretagne, il comptait trois centres de diffusion à Paris et un à Grenoble (les étudiants en droit rennais entretenaient une correspondance active avec les écoles de ces deux villes). Il est probable que son tirage devait être égal, voire supérieur, à celui de L’Organe du peuple.

  • 38 AN, BB30 238 : rapport du préfet (11 juin 1820).
  • 39 La loi du 31 mars 1820 rétablit la censure pour les périodiques politiques, de date fixe ou non.
  • 40 AD 35, 2 T 66 : rapports des censeurs au préfet. À Rennes, la commission de censure fut établie le (...)

21Le journal prit une part active aux troubles qui agitèrent Rennes au début du mois de juin 1820 et, d’après le préfet, l’imprimerie de Chausseblanche était devenue le siège où se tramaient toutes les manifestations38. Depuis le rétablissement de la censure, le 31 mars 182039, un bras de fer s’était engagé entre les rédacteurs du journal et les censeurs, qui ne faisaient que constater le caractère « impie et séditieux » de chaque numéro présenté40. L’Écho de l’Ouest utilisa un procédé classique, adopté par les autres journaux libéraux : on narguait les autorités tout en révélant au public le poids de la censure en remplaçant les articles supprimés par des lignes de points.

  • 41 AN, F18 16 : rapport du préfet (6 mai 1820).

« Lorsque les censeurs retranchent quelques phrases ou des articles du journal intitulé L’Écho de l’Ouest, presque toujours les phrases ou les articles supprimés sont indiqués par des points. Ainsi le journal de ce jour commence par un article ainsi conçu :
Nouvelles étrangères.
Espagne.
Madrid 22 avril.
Puis onze lignes de points et l’on passe à un autre objet.
La seconde page commence de même par dix lignes de points41 ».

  • 42 AN, F7 9665 : « Prospectus » de L’Écho de l’Ouest (15 février 1821).
  • 43 AD 35, 2 T 66 : lettre du censeur Rabillon au préfet (15 août 1820).
  • 44 Ibidem : lettre des censeurs Rabillon et Huillet au préfet (17 décembre 1821).
  • 45 AN, F18 462A : rapport du préfet (25 mai 1822).
  • 46 AN, F18 1940 : lettre du maître des requêtes au ministre de l’Intérieur (10 septembre 1822).

22Cependant ces suppressions continuelles conduisirent plusieurs abonnés à suspendre leur abonnement à un journal devenu « presque insignifiant » ; partout en France, « il devint aussi dégoûtant de composer [les journaux] que de les lire42 ». Il fallait donc trouver une nouvelle stratégie : on publia les comptes rendus des débats des chambres, ce qui permettait aux discours des députés libéraux d’échapper aux ciseaux des censeurs. L’Écho de l’Ouest promettait en outre de s’exprimer « comme s’il n’existait point de censure » et de conserver pour l’histoire tous les articles interdits, qui constitueraient autant de preuves des « abus » du régime. Dans l’un de ses rapports, Rabillon déclarait qu’il avait dû « effacer la presque totalité » du numéro du 15 août43 ; et il craignait encore « n’avoir pas été assez sévère » car le rédacteur semblait « avoir pris à tâche de s’élever contre tout ce qui existe et d’attaquer tout ce qui constitue l’ordre ». Ces actes réitérés d’insoumission eurent pour principal résultat de lasser les censeurs. En décembre 1821, ils avertirent le préfet que, puisque Chausseblanche persistait dans sa résolution de ne pas leur soumettre les comptes rendus des séances des deux chambres, ils renonçaient à constater périodiquement ces « transgressions44 ». Le 18 mai 1822, l’éditeur était traduit devant le tribunal de police correctionnelle par le procureur du roi, comme prévenu d’avoir « excité à la haine ou au mépris du gouvernement du Roi ; d’avoir commis une attaque contre les droits ou l’autorité des Chambres ; de s’être rendu coupable de diffamation et d’injures envers les cours, tribunaux, corps constitués et autorités publiques ; d’avoir cherché à troubler la paix publique en excitant le mépris ou la haine contre le clergé catholique et contre les Chevaliers de Malte45 ». Il fut condamné à 5 000 F d’amende et à trois mois de prison. Le préfet se réjouit de ce jugement, espérant qu’il rendrait « plus circonspect un journal auquel […] les feuilles de Paris donnaient beaucoup plus d’importance qu’il n’en avait dans ce pays ». Quelques semaines plus tard, le décès de Chausseblanche sonna le glas de ce journal « incendiaire », accusé d’être « un foyer de nouvelles mensongères et de principes d’anarchie préjudiciables à la paix publique et aux sentimens de fidélité que tout Français doit ressentir pour son souverain légitime46 ». Espérant que les héritiers de Chausseblanche orienteraient l’esprit de L’Écho de l’Ouest dans un sens plus favorable au gouvernement, le préfet autorisa dans un premier temps la continuation d’un journal qui lui était utile pour faire connaître les actes judiciaires et administratifs. Mais il dut bientôt se résoudre à interdire à la veuve et à ses fils toute impression et l’atelier Chausseblanche ferma définitivement ses portes.

  • 47 Cremieux A., La Censure en 1820 et 1821…, Paris, 1912, p. 89.
  • 48 « Notre but peut être le même, mais nous voulons y parvenir par un chemin différent » (L’Ami de l’ (...)

23L’Écho de l’Ouest constitue un exemple remarquable du rôle politique que pouvaient jouer les journaux départementaux. Sa naissance et l’ampleur de son influence furent étroitement liées à l’importance de la résistance libérale dans la capitale bretonne. Devenu l’une des plus importantes feuilles libérales publiées en province, L’Écho de l’Ouest contribua notamment à la formation des sociétés secrètes en France durant les années 1820-182147. Sa disparition priva les libéraux rennais d’une tribune importante et, surtout, elle laissa le département d’Ille-et-Vilaine dépourvu de tout périodique politique jusqu’en 1830. L’Organe du peuple avait pourtant suscité un émule : le premier numéro de L’Ami de l’ordre sortit des presses de Cousin-Danelle le 29 avril 1819 (son prix était de 60 c. et de 70 c., franc de port, par la poste). Rédigé par « un citoyen de Rennes », L’Ami de l’ordre portait pour épigraphe « Il faut un Dieu, des lois, des vertus et des arts ». Les personnes qui voulaient faire connaître « des abus ou des actes arbitraires » étaient priées de s’adresser au bureau du journal, chez le libraire Duchesne. Afin de tourner les dispositions législatives, l’éditeur de L’Ami de l’ordre adopta une tactique différente de celle de Chausseblanche : il opta pour une pagination continue d’un exemplaire à l’autre, ce qui donnait au journal l’apparence d’un ouvrage édité en fascicules. L’Ami de l’ordre et L’Organe du peuple partageaient le même objectif – la diffusion des idées libérales –, mais ils s’opposaient sur les méthodes à mettre en œuvre48. L’Ami de l’ordre souhaitait voir « exécuter franchement la Charte constitutionnelle » (29 avril 1819) et se donnait pour tâche de développer les principes de la Charte en les comparant à la manière dont ils étaient réellement exécutés (24 mai). Le « citoyen de Rennes » s’affirmait « bon royaliste », « ami de la Constitution et du Roi », ce qui ne l’empêchait pourtant pas d’accabler le gouvernement. Un lecteur anonyme lui ayant exprimé son désir de le voir prendre « une teinte plus prononcée », l’éditeur publia cette réponse : « Si l’on veut faire imprimer, à Rennes, un petit Conservateur, qu’on s’adresse à d’autres. Je n’ai ni le mérite, ni les principes de M. Chateaubriand. » Surtout, L’Ami de l’ordre rejetait l’anticléricalisme virulent de L’Organe du peuple et refusait de « critiquer le corps ecclésiastique en entier ». Le « citoyen de Rennes » désapprouvait les procédés des rédacteurs du journal de Chausseblanche et leur demandait de renoncer à leur anonymat, mais il justifiait le sien : n’étant « l’organe » de personne, il ne s’estimait pas tenu de faire connaître son identité (29 avril).

24Pour Ch.-A. Cardot, ces deux journaux « témoignent de la vitalité du libéralisme breton » sous le ministère Decazes :

  • 49 Cardot Charles-Antoine, « Les débuts de la presse libérale à Rennes (mars-octobre 1819) », Actes d (...)

« Nous retrouvons dans L’Organe du peuple et dans L’Ami de l’ordre les principaux traits du libéralisme parisien, mais nous y découvrons aussi les reflets de données propres à la Bretagne, où l’Église dispose encore d’une considérable influence et où les souvenirs des guerres civiles demeurent présents à tous les esprits49 ».

  • 50 AN F18 IX 1-39 : déclarations d’impression (1819). L’Ami de l’ordre publia des lettres anonymes de (...)

25L’Ami de l’ordre eut toutefois une diffusion plus restreinte que celle de L’Organe du peuple – son tirage se situant entre 150 et 200 exemplaires50 – et il ne semble pas avoir eu de relations avec la presse libérale parisienne. Sa publication fut en outre de courte durée : victime lui aussi de l’entrée en vigueur du cautionnement, L’Ami de l’ordre ne compta que quatre livraisons et disparut après le 24 mai 1819.

Les Affiches de Rennes et de Saint-Malo

  • 51 AD 35, 2 T 66 : affiche.

26Après la disparition, en mai 1819, du Journal, affiches, annonces et avis divers du département d’Ille-et-Vilaine de la veuve Frout, les Rennais durent attendre l’année 1824 pour bénéficier d’une nouvelle feuille d’annonces, à l’initiative d’un certain Randoux, « officier retraité ». Celui-ci avait établi à Rennes un « Bureau d’annonces et de placements », afin de faciliter « la publicité de tout ce qui est relatif aux sciences, au commerce, à l’industrie, au placement des domestiques des deux sexes, des ouvriers sans travail, aux objets à vendre, louer, affermer ou placer, et la recherche des objets perdus51 ». Pour donner à son établissement « toute l’étendue nécessaire », Randoux annonça la publication d’une feuille hebdomadaire, les Petites affiches de Rennes, dont le premier numéro sortit des presses de Vatar le jeudi 20 mai 1824 (l’abonnement s’élevait à 3 F par trimestre).

27À partir de mars 1828, la feuille de Randoux subit la concurrence des Annonces, avis et renseignements divers, publiés par Cousin-Danelle. Les deux feuilles cohabitèrent peu de temps : Marteville, qui succéda à Cousin-Danelle comme imprimeur, préféra s’associer avec Randoux et la réunion des deux feuilles donna naissance aux Petites affiches et feuille judiciaire, industrielle et commerciale d’Ille-et-Vilaine, hebdomadaires (l’abonnement annuel était de 14 F pour Rennes et de 15 F par la poste). Cette fusion ne fut cependant pas suffisante pour donner une véritable impulsion à la feuille d’annonces, qui ne parvint pas à dépasser les 300 exemplaires. C’est pourquoi les Petites affiches cessèrent de paraître pour céder la place, le 1er janvier 1830, à une feuille plus ambitieuse, l’Auxiliaire breton : journal politique, judiciaire, industriel et d’annonces du département d’Ille-et-Vilaine et des départements de l’Ouest, qui parut jusqu’en 1849.

  • 52 AD 35, 2 T 56 et 2 T 66 : rapport du préfet au directeur général de la Librairie (8 mai 1811).
  • 53 AN, F18 13.
  • 54 Ibidem.
  • 55 AN, F18 462A : rapport du préfet (15 décembre 1814).
  • 56 Ibidem : rapport de l’inspecteur de la Librairie Lefeuvre à Rennes (15 décembre 1814). Rappelons q (...)

28La seule autre ville du département dotée d’une feuille d’annonces était Saint-Malo. Le 15 février 1810, sur l’avis favorable de la préfecture, le ministre de la Police générale avait autorisé la publication des Affiches malouines, ou Feuille d’annonces et avis divers de la ville de Saint-Malo, département d’Ille-et-Vilaine. Hebdomadaires, elles étaient imprimées par Hovius et rédigées par un huissier, Dutarte. Soucieuses de conserver une feuille utile au commerce de leur ville, les autorités locales se firent l’écho des récriminations de l’éditeur. En 1811, le préfet estimait que le nombre d’abonnements annuels (d’un montant de 15 F) n’excédait pas quatre-vingt et que les frais de la feuille étaient « à peine couverts52 ». L’année suivante encore, il proposait de réduire la taxe de 75 à 30 F, somme « qui peut-être même serait trouvée trop forte et ferait cesser la publication de cette feuille ». Mais le directeur général de la Librairie considéra qu’il était « impossible » que des Affiches qui comptaient 113 abonnés n’eussent pas « un bénéfice net assez considérable », et il laissa la feuille malouine soumise à la rétribution de 75 F53. Faute d’état détaillé, il est difficile de savoir ce qu’il en était réellement ; il paraît toutefois certain que la crise économique endémique ne pouvait que mettre en difficulté une feuille dont la vocation première était la publication des annonces commerciales. La chute de l’Empire, qui laissait présumer la fin de la guerre et la reprise du commerce, donna à l’éditeur l’espoir d’augmenter ses recettes. Il sollicita la participation des armateurs et commerçants de la ville, appelés à apporter leurs avis, et annonça que sa feuille compterait désormais huit pages (au lieu de quatre), moyennant une hausse du prix des abonnements (20 F par an au lieu de 15 F)54. Mais Dutarte vit ses espérances rapidement déçues. Dès le 8 décembre 1814, il informait ses lecteurs que le « petit nombre » d’abonnés ne lui permettait pas de réaliser son projet ; la feuille fut donc de nouveau limitée à quatre pages et le prix des abonnements réduit de moitié (10 F pour un an, 6 F pour six mois, 3 F pour trois mois). Pour le préfet, cet échec prouvait que les feuilles d’annonces de Rennes et de Saint-Malo suffisaient amplement aux besoins des particuliers et du commerce et qu’un journal « purement commercial » ne pouvait subsister dans le département55. Avec seulement vingt abonnés en 1814, les Affiches de Saint-Malo semblent cependant avoir été une affaire un peu plus rentable que celles de Rennes. L’inspecteur de la Librairie Lefeuvre estimait en effet que la feuille malouine rapportait 2 000 F à son propriétaire, grâce – là encore – au produit des insertions (2 600 F, soit près de 93 % des recettes)56.

  • 57 Ibid. : lettre du ministre de la Police au préfet (30 octobre 1815).
  • 58 AD 35, 2 T 66 : lettre du ministre de la Police au préfet (30 avril 1816) et rapport du sous-préfe (...)

29Après les Cent-Jours, Hovius eut contre lui d’avoir été « partisan du retour de l’usurpateur ». Il subit pour cette raison le même sort que son confrère rennais Chausseblanche : en octobre 1815, le ministre de la Police générale remis à Valais la concession des Affiches de Saint-Malo. Ce choix avait été motivé par les députés d’Ille-et-Vilaine, qui avaient assuré à Decazes que la conduite d’Hovius « n’avoit jamais été sans reproche », tandis que Valais s’était toujours distingué par « la pureté » de ses principes politiques57. En outre, le ministre reprocha à Dutarte le non règlement de ses taxes annuelles (fixées à 75 F pour 1812, 1813 et 1814, et à 100 F pour 1815). Ce dernier affirma au contraire avoir régulièrement versé toutes ses rétributions. Malade, il mourut (en août ou septembre 1816) avant d’avoir pu fournir la moindre preuve de paiement – le sous-préfet de Saint-Malo informa la préfecture que Dutarte, qui « menait une existence très dissipée », n’avait laissé aucun bien58.

  • 59 AD 35, 1 M 32 : « prospectus ».

30La feuille d’annonces conserva la même présentation pendant l’année 1816. À partir du 1er janvier 1817, elle compta huit pages in-octavo et le prix de l’abonnement passa à 15 F par an (au lieu de 10 F)59. Les Affiches de Saint-Malo atteignirent là leur plénitude et furent publiées sans changement, par Valais puis par Rottier (à partir de 1821), jusqu’à la fin de la Restauration.

L’épanouissement de la presse à Nantes

Le journal politique du département

  • 60 AN, F7 8350 : rapport du préfet (18 avril 1807).
  • 61 Pierre-Marie Renou (1763-1815), l’un des fondateurs de la Société académique de Nantes, était prof (...)

31Fondé en 1797 par Augustin-Jean Malassis (décédé l’année suivante), le Journal du département de la Loire-Inférieure avait été conservé par sa veuve, puis continué par sa fille Rosalie-Marie Mellinet-Malassis (1805). Devenu Le Publicateur de Nantes et du département de la Loire-Inférieure (24 juillet 1798), il était, aux yeux du préfet, « utile » et « rédigé dans un fort bon esprit60 ». On y trouvait chaque jour les actes administratifs, les mouvements du port, les annonces commerciales et autres avis divers. La rédaction avait été confiée à deux professeurs : Renou, qui était chargé des articles de politique et de littérature, et Boullault, qui rédigeait les articles de spectacles et de variétés61.

  • 62 AD 44, 155 T 3 : lettre de Rosalie Mellinet-Malassis au préfet (24 août 1810).
  • 63 Rappelons que le journal d’Ille-et-Vilaine comptait seulement 130 abonnés en 1807 et 80 en 1811. À (...)
  • 64 AD 44, 155 T 4 : état envoyé par Mellinet au préfet et rapport du préfet au directeur général de l (...)

32En août 1810, Rosalie Mellinet-Malassis sollicita auprès du préfet « la justice d’être conservée propriétaire de cette feuille », en compensation des « pertes énormes » dues au non paiement des travaux administratifs réalisés par ses parents. Son journal lui était en outre « nécessaire pour le soutien et l’établissement de sa maison » par les relations qu’il lui donnait62. Le Publicateur ne cessa pourtant de voir le nombre de ses abonnés diminuer (532 en 1807, 460 en 1810, 300 en 181263) et l’état pour 1811 envoyé à la préfecture était nettement déficitaire, avec une perte estimée à 1 084 F64.

33Dans son rapport, le préfet n’hésita pas à porter le déficit du journal à 2 700 F, déclarant que l’imprimeur ne poursuivait sa publication « que dans l’espérance de voir augmenter le nombre de ses abonnés et, qu’en conséquence, il n’y a[vait] pas lieu de l’assujettir à une rétribution ». Mais le directeur général de la Librairie mit en doute la réalité des chiffres présentés et maintint la rétribution du journal à 200 F.

  • 65 Ibidem : lettre de madame Mellinet-Malassis et de Mangin au préfet (14 septembre 1812).
  • 66 Ibid. : lettre du baron de Pommereul au préfet (31 août 1813).
  • 67 AN, F18 471A : rapport du préfet (20 novembre 1814).
  • 68 Ibidem : rapport de l’inspecteur de la Librairie à Nantes (5 décembre 1814).
  • 69 Depuis 1816, l’abonnement au Journal de Nantes s’élevait à 11 F pour trois mois, 20 F pour six moi (...)
  • 70 AD 44, 156 T 4 : lettre de madame Mellinet-Malassis au préfet (18 décembre 1822) et réponse du min (...)
  • 71 Ibidem : lettre de madame Mellinet-Malassis au ministre de l’Intérieur (15 février 1823).
  • 72 Ibid. : rapports du préfet (mars-mai 1823).
  • 73 Journal privé de C. Mellinet-Malassis, cité dans : Manceron P., « Les journaux que lisaient les Na (...)

34Le déficit devait toutefois être bien réel car Rosalie Mellinet-Malassis décida de ne pas assumer plus longtemps les frais d’un journal qui s’étiolait. En septembre 1812, elle conclut avec Mangin un traité qui stipulait que ce dernier se chargerait de la rédaction, de l’impression et de l’édition du journal politique, tandis que Mellinet-Malassis fils en conserverait seulement la propriété65. Mais ce traité, soumis à l’accord du préfet, ne fut pas du goût du directeur général de la Librairie qui fit savoir, un peu tardivement certes, que le cumul des Affiches et du journal politique était contraire à la législation en vigueur et qu’il fallait par conséquent mettre fin à cet « abus66 ». Le journal politique revint donc entièrement à Camille Mellinet, qui continua de se lamenter sur la lourdeur des frais de publication. En 1814, le préfet indiquait que le journal politique n’avait guère que « le nombre d’abonnés suffisant pour se maintenir67 ». L’inspecteur de la Librairie Walsh confirma ces propos, estimant qu’avec 14 580 F d’abonnement (405 abonnés à 36 F) et des frais évalués à 12 000 F, le bénéfice se réduisait à peu de chose après versement de la rétribution68. En décembre 1822, Camille Mellinet présenta un état déficitaire de 660 F – avec une recette annuelle de 16 500 F (fournie essentiellement par les 350 abonnés annuels69) et une dépense de 17 160 F – ; cette perte était attribuée en grande partie au changement de format du journal, de l’in-quarto à l’in-folio, qui avait nécessité l’emploi de deux ouvriers supplémentaires. Rosalie Mellinet-Malassis, qui gardait toujours l’œil sur la gestion de l’imprimerie, sollicita par conséquent une aide financière pour une feuille publiée « dans l’intérêt de l’Administration ». Le ministre de l’Intérieur accueillit favorablement cette requête et envisagea une indemnité prélevée sur le fonds des dépenses imprévues de son ministère70. En février 1823, Rosalie profita d’un séjour à Paris pour tenter à nouveau d’obtenir de Corbière le versement de l’indemnité promise. Sans ce « secours », affirma-t-elle, son fils serait contraint de renoncer à un journal entièrement dévoué au gouvernement et qui luttait contre les principes libéraux propagés par L’Ami de la Charte de Mangin71. Le préfet apporta encore une fois son appui, en déclarant que le Journal de Nantes contrebalançait les « funestes effets de la feuille révolutionnaire du sieur Mangin » et méritait, pour cette raison, d’être exempté du cautionnement72. Plus tard, Camille Mellinet relativisa quelque peu les démarches effectuées par sa mère auprès des autorités ; il voulut bien reconnaître que son journal « défendait le pouvoir », mais nia en avoir reçu des subventions73. Bien plus, malgré la « certitude d’obtenir », Mellinet affirma s’être constamment refusé de solliciter les autorités car il ne pouvait « jamais convenir à un homme d’honneur de se vendre ».

  • 74 Abonnement par la poste dans le département : 56 F par an, 29 F pour six mois, 17 F pour trois moi (...)
  • 75 Manceron P., art. cit., p. 138-139.
  • 76 AN, BB18 1302 : rapport du procureur général de Rennes (20 juin 1829).
  • 77 Élu député de la Loire-Inférieure, le 21 juin 1834, comme candidat républicain, Dubois s’était sig (...)
  • 78 Louise-Swanton Belloc, née à La Rochelle en 1799, se distingua dans la carrière des lettres.

35Le 7 janvier 1828, le Journal de Nantes fusionna avec Le Breton (journal littéraire trihebdomadaire fondé à la fin du mois de novembre 1826). Malgré « les charges immenses imposées aux journaux » – qui avaient forcé ceux de Paris à porter leur abonnement à 80 F par an (au lieu de 72 F) –, Mellinet informa le public que l’abonnement à son nouveau quotidien ne s’élèverait qu’à 48 F par an (24 F par semestre ou 13 F par trimestre)74. Six mois plus tard, le 18 juillet 1828, était votée la loi qui rendait l’éditeur responsable des articles publiés dans son journal. Cette nouvelle mesure législative posa un cas de conscience à l’éditeur du Journal de NantesLe Breton car « il ne s’agissait plus d’imprimer le journal, en laissant la responsabilité morale aux rédacteurs ». Mellinet rejetait l’idée de « sacrifier » son nom à un parti et, pourtant, il ne pouvait « renoncer à une clientèle nombreuse et formée depuis de longues années, sans courir le risque de ruiner [s]a maison, [s]a famille ». Dans cette position délicate, il choisit de donner à son journal une « neutralité complète » et de laisser ses lecteurs se faire leur propre opinion en publiant, « mais non pas sans principes fixes de morale », des extraits des feuilles des deux partis opposés. Il s’efforcerait de rester « dans cette voie de progrès, indépendante de la politique », qui lui permettrait de « se prononcer hautement pour l’instruction du peuple et l’avancement de la patrie75 ». Le Journal de NantesLe Breton tint cette ligne de neutralité politique, demeurant « inoffensif et sans couleur », pour reprendre les termes du procureur général de Rennes76. Cette attitude permit d’ailleurs à Mellinet de nouer des liens d’amitié avec Dubois, directeur du Globe77, et de recevoir « les témoignages de flatteuse estime de madame Belloc78 ». Le Journal de Nantes survécut à la Révolution de 1830, mais disparut quelques mois plus tard (le 20 décembre 1830).

Les feuilles d’annonces

  • 79 Voir la Feuille nantaise du 28 fructidor an XII (15 septembre 1804).

36Après la faillite de Pierre-Jean Brun, Victor Mangin avait réussi à s’attribuer la propriété exclusive de la feuille d’annonces. Dépouillé d’une feuille qu’il avait acquise en 1781, Brun manifesta toute sa rancœur dans un violent pamphlet anonyme de deux pages, intitulé Avis à nos abonnés et lecteurs79. La Révolution avait causé la ruine de l’un, elle permit l’ascension de l’autre : Mangin allait s’affirmer bientôt comme un journaliste de talent, doté d’un sens aigu des affaires.

  • 80 Feuille nantaise, 19 septembre 1802 et sqq. La feuille offrait aussi des suppléments « chaque fois (...)
  • 81 AN, F7 8350. Dans la liste des abonnés pour 1807, on compte effectivement 166 commissionnaires et (...)

37Composée de quatre pages in-quarto, la Feuille nantaise offrait les mouvements des ports, les annonces commerciales, le prix courant des marchandises à Nantes, les nouvelles des colonies, les « actes publics » (administratifs et judiciaires), un « précis des journaux » (qui prétendait donner « l’analyse exacte des nouvelles politiques les plus intéressantes ») et des « variétés » (c’est-à-dire tout ce qui pouvait « piquer la curiosité, amuser ou instruire »)80. En 1807, elle comptait 426 abonnés et Mangin eut à cœur de signaler au ministre de l’Intérieur qu’il s’agissait de « tout ce qu’il y a[vait] de mieux dans la ville, et plus des trois quarts des négociants et des marchands81 ». Mais l’anéantissement du commerce dans le port de Nantes menaça de plus en plus sérieusement la feuille d’annonces. En juin 1811, pour ne pas perdre ses lecteurs, Mangin dut réduire le prix de l’abonnement annuel de 48 à 32 F (de 51 à 38 F par la poste). Après le décret impérial du 4 novembre 1811, qui fixait les attributions du Journal politique et de la Feuille nantaise, celle-ci dut prendre le titre d’Affiches, annonces et avis divers de Nantes (1er décembre 1811) et Mangin fut encore contraint de réduire le coût de l’abonnement (25 F pour Nantes, 36 F par la poste). En 1812, le préfet déclara à la direction de la Librairie que le bénéfice net de la feuille s’élevait à 3 970 F et proposa une taxe d’un montant de 400 F au plus (au lieu des 800 F versés les années précédentes). Mais le directeur général de la Librairie rejeta cet état comme inexact : observant que le produit des insertions atteignait 10 950 F par an, il estima le bénéfice de la feuille de Nantes à 16 000 F « au moins » et l’assujettit à une rétribution de 6 000 F ! Le 1er janvier 1814, Mangin augmenta ses abonnements, mais proposa un tarif privilégié aux personnes qui s’abonneraient également au Prix courant des marchandises en gros, bihebdomadaire qu’il imprimait depuis 1804.

38Dans le même temps, il s’accorda avec Mellinet-Malassis pour proposer un abonnement annuel aux Affiches et au Journal de Nantes à 60 F.

  • 82 AN, F18 471A : lettres de Mangin au directeur général de la Librairie (6 et 10 décembre 1814).
  • 83 Ibidem : rapport de l’inspecteur de la Librairie à Nantes (5 décembre 1814).
  • 84 Ibid. : lettre de Royer-Collard à l’inspecteur de la Librairie (24 décembre 1814).
  • 85 Ibid. : état dressé par l’inspecteur de la Librairie (31 décembre 1814).

39Le changement de régime perturba quelque peu la publication de la feuille d’annonces. Le 6 avril 1814, Mangin avertit qu’elle ne paraîtrait plus que trois fois par semaine, tout en garantissant à ses abonnés de les dédommager, « jour pour jour », dès qu’elle reprendrait son « cours ordinaire ». En fait dès le numéro suivant (11 avril), « pour satisfaire aux désirs » d’un grand nombre de lecteurs, la feuille reparut tous les jours, exceptés le dimanche. À la fin de l’année 1814, Mangin fit part à Royer-Collard de ses difficultés financières et demanda, par conséquent, que sa rétribution fût réduite à 400 F. Sa feuille ne comptait plus que 252 abonnés payants et 58 « d’obligation ou d’échange » ; elle ne pourrait devenir prospère qu’avec « le rétablissement du commerce tel qu’il était en 1789 ». La « misère publique » l’avait contraint de baisser le prix des avis, tandis que ceux des administrations, du gouvernement et des adjudications des travaux publics ne lui étaient pas payés. D’autre part, outre les frais de correspondance, il versait 400 F par an aux commis des courtiers – pour les notes maritimes qu’ils lui fournissaient – et 900 F de ferme à la compagnie des courtiers, propriétaire du Prix courant des marchandises en gros82. Enfin Mangin accusait les sociétés littéraires de lui faire perdre plus de 600 abonnements, puisque la plupart des commerçants faisaient partie d’un cercle où ils pouvaient consulter un exemplaire des Affiches. Dans son rapport, l’inspecteur de la Librairie nuança quelque peu ces propos : si la feuille d’annonces comptait effectivement 252 abonnés « fixes », une « grande quantité d’exemplaires » était vendue tous les jours à la bourse aux négociants. Walsh estimait que les Affiches devaient rapporter à son propriétaire à peu près 4 000 F. Considérant néanmoins que Mangin avait été « surimposé » sous l’Empire, il se prononça pour une réduction de la taxe de 6 000 à 600 F83. Mais Royer-Collard déclara que ces contributions n’étaient pas « aussi exagérées » qu’on aurait bien voulu « le faire présumer », puisque Mangin n’avait pas de rédacteur à rémunérer et que, d’autre part, il n’avait pas de concurrent dans les sous-préfectures du département. Il rappela à Walsh que le gouvernement avait certes l’intention de laisser aux « concessionnaires » un salaire « convenable » mais, parce qu’ils exploitaient « un privilège exclusif », cette « propriété de l’État » ne devait pas « faire la fortune d’un seul homme au détriment de l’affectation qui lui a[vait] été donnée ». Royer-Collard réclama une copie exacte du registre des recettes et dépenses de Mangin84 et l’inspecteur de la Librairie dut s’exécuter. Dans ce nouvel état, le bénéfice global des Affiches et du Prix courant s’élevait à un peu plus de 5 900 F pour l’année 1814. Les recettes étaient fournies de manière assez égale par les avis et par les abonnements, tandis que le salaire des ouvriers et le timbre représentaient ensemble près des trois quarts des dépenses (respectivement 42,7 % et 30,7 %)85.

  • 86 AD 44, 156 T 1 : lettre de Mangin au préfet (30 janvier 1815). Mangin avait adopté le format infol (...)

40L’inspecteur de la Librairie fit remarquer que si Mangin « n’avoit pas craint la concurrence d’une autre feuille commerciale », il n’aurait pas accepté de verser 900 F aux courtiers car cette somme, ajoutée au droit de timbre, lui ôtait « une grande partie de ses bénéfices ». En conséquence, il proposait une taxe de 1 000 F, qui pourrait être augmentée lorsque le commerce aurait repris son activité. Mais cet exposé ne convainquit toujours pas le bureau de la Librairie, qui fixa la taxe annuelle à 3 000 F. Mangin s’obstina. À la fin du mois de janvier 1815, il envoya un nouvel état comptable qui comportait des dépenses beaucoup plus lourdes (14 936 F au lieu de 11 700 F), avec des frais de poste et de distribution trois fois plus élevés (1 220 F contre 400 F) et le salaire de deux commis (1 500 F) – autant de dépenses qui, curieusement, ne figuraient pas dans l’état antérieur ! Malgré l’augmentation du tarif des abonnements, Mangin affirmait que les dépenses ne lui laissaient que le bénéfice de 3 784 F, somme réduite à 784 F après l’acquittement de sa taxe86.

  • 87 AN, F18 471A : rapport du préfet au directeur général de la Librairie (22 février 1815).
  • 88 Ibidem : réponse du directeur général de la Librairie au préfet (s. d.).
  • 89 Ibid. : lettre de Rosalie Mellinet-Malassis au directeur général de la Librairie (1er février 1815 (...)
  • 90 Mangin cessa d’assurer la livraison du Journal politique à partir du 1er juillet 1818.
  • 91 AD 44, 155 T 3.
  • 92 AN, F18 471A : lettre du ministre de l’Intérieur à Rosalie Mellinet-Malassis (16 juillet 1819).

41Avec l’appui du préfet, Mangin tenta encore une fois d’obtenir une diminution de sa rétribution, en modérant toutefois ses premières prétentions puisqu’il acceptait de verser 2 000 F au gouvernement87. Mais le directeur général de la Librairie, convaincu que le bilan financier qu’on lui présentait était toujours inexact, rejeta cette nouvelle demande88. Il était d’autant plus décidé de ne pas céder qu’il avait déjà dû subir les « vives représentations » de Rosalie Mellinet-Malassis. Celle-ci avait en effet dénoncé la « faveur » qui, depuis le 1er janvier 1815, autorisait Mangin à insérer dans sa feuille des nouvelles politiques et littéraires, tandis qu’il était interdit au Journal de Nantes de publier des annonces commerciales89. Elle était d’autant plus amère que, depuis un an, elle cédait à son rival deux cents exemplaires de son journal, avec une remise de 6 F par abonnement90. En fait, les extraits du Moniteur occupent une place bien discrète dans la feuille de Mangin ; les Affiches tiraient tout leur intérêt des annonces commerciales et souffrirent par conséquent davantage de la dépression des marchés – notamment pendant les Cent-Jours – que de la stérilité des nouvelles politiques. Le 17 septembre 1815, un arrêté du ministre de la Police générale apaisa la querelle entre les deux éditeurs en fixant les attributions de chacun : à Mellinet-Malassis, les matières relatives à la politique, à la littérature, à l’administration publique, avec faculté d’insérer, concurremment avec la feuille d’annonces, les cours du change, les affiches de spectacle, les ventes de livres et les tirages de loteries ; à Mangin, les ventes judiciaires, les affaires générales et particulières du commerce, avec faculté d’insérer, concurremment avec le journal politique, des extraits de la gazette officielle91. Ce partage entre le Journal de Nantes et les Affiches fut confirmé par la loi du 30 décembre 1817 et par une circulaire ministérielle du 10 février 1818. Puis les lois sur la presse de 1819 donnèrent au journal de Mellinet le « droit de publier les annonces de toute espèce », mettant ainsi fin au « privilège » de Mangin92.

  • 93 Le 1er janvier 1817, suite à l’augmentation du timbre et la création du nouveau droit d’un demi-ce (...)
  • 94 Affiches… de Nantes, 1er janvier 1820.
  • 95 Feuille commerciale…, 17 mai 1823. Abonnement à la Feuille commerciale : 48 F par an, 25 F pour si (...)
  • 96 Abonnement à la Feuille commerciale et au Prix courant : 66 F par an (80 F par la poste) ; abonnem (...)
  • 97 Abonnements par an hors Nantes : 68 F pour la Feuille commerciale, 32 F pour le Prix courant, 40 F (...)
  • 98 Feuille commerciale…, 4 décembre 1827.

42Ce dernier fut cependant davantage préoccupé par les taxes de plus en plus lourdes imposées aux feuilles d’annonces, qui contraignaient leurs éditeurs à augmenter les abonnements93. Les Affiches de Nantes restèrent malgré tout une affaire rentable, ce dont témoigne notamment l’amélioration progressive de leur présentation. Le 29 juin 1819, elles prirent le titre d’Affiches, annonces judiciaires et avis divers. Feuille commerciale et littéraire de Nantes et proposèrent désormais une rubrique « variétés ». Six mois plus tard, la justification était agrandie et les pages « allongées » pour insérer un plus grand nombre d’articles94. Le 1er janvier 1822, les Affiches s’intitulèrent Feuille commerciale, d’affiches, annonces judiciaires et avis divers, et parurent sur grand format. Ses nouvelles dimensions soumettant la Feuille commerciale à une surtaxe d’un centime et le dixième sur le timbre (à trois centimes), les abonnements furent augmentés de 8 F95. Soucieux d’atténuer le mécontentement de ses lecteurs, Mangin fils tint à leur signaler que ses prix restaient toujours au-dessous de ceux des feuilles des autres villes, d’autant plus que ceux qui cumulaient les abonnements bénéficiaient d’un tarif privilégié – les Nantais pouvaient avoir à la fois la Feuille commerciale et L’Ami de la Charte pour le même prix que l’on payait un journal parisien du même format96. Le 1er janvier 1828, l’entrée en vigueur d’une nouvelle loi postale contraignit Mangin à relever proportionnellement le prix des abonnements expédiés par la poste97. Cette augmentation n’était toutefois que la contrepartie d’une nouvelle organisation du service des postes, désormais journalier sur toutes les routes. D’après Mangin, tous les abonnés trouveraient dans cette nouvelle mesure un « avantage inappréciable » : les nouvelles commerciales et politiques seraient publiées « avec plus de célérité » et les « abonnés du dehors » recevraient ses journaux plus souvent98.

  • 99 Ibidem, 3 octobre 1825. Mangin se chargeait des rubriques commerciales et il confia à « quelques a (...)
  • 100 En mars 1826, Mangin recherchait « plusieurs jeunes gens », lesquels n’auraient « aucun prix d’app (...)
  • 101 Feuille commerciale…, 1er septembre 1825. Le lendemain, on précisa, qu’afin de bien connaître leur (...)
  • 102 Depuis le 1er janvier 1828, la Feuille commerciale ne paraissait plus le dimanche, en raison de la (...)
  • 103 Feuille commerciale, 18 mars 1829.
  • 104 Ibidem, 23 octobre 1829.

43Mangin fils – seul « éditeur-propriétaire » depuis le 13 août 1821 – perdit son père le 23 septembre 1825. La Feuille commerciale se trouva privée d’un rédacteur de talent et il fallut trouver rapidement une nouvelle plume pour les articles de littérature et de théâtre. Mangin n’eut pas à chercher longtemps : dès le 1er octobre, un certain « Bureaucrate » – duquel on sait seulement qu’il n’avait pas vingt-cinq ans – offrait ses services et, deux jours plus tard, le public était informé que l’éditeur lui avait accordé sa confiance99. La Feuille commerciale continua de prospérer et, pour pouvoir assurer son impression et celle de L’Ami de la Charte, on chercha de nouveaux bras, en promettant toujours la plus grande largesse100. Mangin veillait en outre particulièrement à la bonne distribution de sa feuille dans la ville. Plusieurs abonnés s’étant plaints de leur « inexactitude », les « petits distributeurs » furent remplacés par des hommes expérimentés – le seul « désir de satisfaire » ses souscripteurs avait engagé l’éditeur à faire d’ » assez grands sacrifices » pour mettre en place cette nouvelle organisation101. Le 24 août 1828, du fait de « l’accroissement journalier » du nombre d’abonnés dans le département et au-dehors, la feuille parut sous le titre de Feuille commerciale et maritime de la Loire-Inférieure, d’Affiches, Annonces commerciales et judiciaires, et d’Avis divers ; elle adopta en même temps un nouveau format, bien qu’il occasionnât « pour le timbre et pour le travail typographique une assez forte augmentation102 ». Les négociants furent en outre informés qu’on mettait à leur service un employé capable d’écrire et de parler la langue anglaise. Mangin s’attachait ainsi davantage les gros négociants nantais, tout en espérant peut-être attirer dans son établissement les quelques commerçants anglophones qui séjournaient dans la ville. Quelques mois plus tard, grâce à de nouvelles correspondances, la Feuille commerciale et maritime était à même de donner des nouvelles maritimes des côtes du midi « avec plus de certitude et de célérité » – sans augmentation de l’abonnement103. Puis Mangin annonça aux armateurs et négociants qu’ils pourraient désormais recevoir la Feuille commerciale et maritime au cours de leurs voyages en France ou à l’étranger ; désireux de prouver son « dévouement au commerce », il ne ferait payer ce second abonnement, ne fût-il que de quinze jours, que d’après le prix de l’abonnement annuel104.

  • 105 AN, F18 471A : rapport du préfet au directeur général de la Librairie (20 novembre 1814).
  • 106 L’Écho du commerce : journal commercial, maritime et industriel de Nantes. Annonces légales et avi (...)

44« Centre des opérations commerciales de tout le département et séjour habituel des capitalistes et des grands propriétaires105 », Nantes était certes une terre particulièrement fertile pour une feuille d’annonces. Mais le contexte n’avait pas toujours été aussi favorable et si la feuille des Mangin parvint à surmonter les crises économiques et l’alourdissement des taxes, ce fut bien grâce à la persévérance et à l’habileté de ses éditeurs. Publiée sans interruption depuis sa création (1757), la feuille d’annonces était désormais bien installée et ceux qui tentèrent de remettre en cause son monopole échouèrent dans leur entreprise – L’Écho du commerce de Pierre-François Busseuil et les Petites affiches réunies de la ville de Nantes de Merson ne parvinrent pas s’imposer106. Les Mangin laissèrent leur marque dans le monde du commerce nantais ; ils s’illustrèrent aussi, et le fils plus que le père, dans les débats politiques qui agitèrent la Restauration.

Les journaux d’opposition

45À l’instar de Chausseblanche à Rennes, Mangin profita de l’assouplissement du régime de la presse pour clamer ses opinions libérales et critiquer l’action du gouvernement : le 4 août 1819, parut le premier numéro de L’Ami de la Charte : journal politique, littéraire et d’avis de Nantes. Publié tous les deux jours, le journal de Mangin souleva dès ses débuts une certaine émotion dans la ville, mettant aux prises les partisans des deux courants politiques opposés.

  • 107 Affiches… de Nantes, 18 août 1819.

« Les ennemis de L’Ami de la Charte, et probablement de la Charte même, ont couvert dans nos prospectus affichés le mot Charte qu’ils ont remplacé par un mot très sale ; depuis, ils n’ont pas discontinué de déchirer nos placards ou de les couvrir, et le tout pendant la nuit, comme c’est leur usage. Nous croyons devoir charitablement les prévenir qu’ils peuvent se livrer à cet amusement, même pendant le jour, toute annonce nous étant désormais inutile. Ils seront peut-être flattés d’apprendre que, dès son origine, la recette de ce journal a couvert ses frais, et que le nombre de ses abonnés augmente chaque jour107 ».

  • 108 L’article refusé par Mangin parut dans un Aviso politique de Nantes, ou Coup d’œil général sur l’é (...)
  • 109 D’après l’auteur de l’Aviso politique, « on a eu beaucoup de peine […] à trouver des hommes qui vo (...)
  • 110 AD 44, 156 T 1 : rapport des censeurs de Nantes (12 novembre 1820).
  • 111 Ibidem : note du censeur Guillet (1er juin 1820).
  • 112 AN, F18 471A : rapport du préfet au ministre (1er décembre 1822).

46Pendant la première année de son existence, L’Ami de la Charte conserva néanmoins un ton beaucoup plus modéré que L’Écho de l’Ouest. Après l’assassinat du duc de Berry et le rétablissement de la censure (31 mars 1820), Mangin père choisit la prudence, au grand dépit notamment d’un certain « C. H. R. », qui souhaitait répondre aux invectives des monarchistes – publiées dans le Journal de Nantes – à l’encontre des souscripteurs en faveur de Louvel. Or le soir même où « C. H. R » remit son article au bureau de L’Ami de la Charte, arriva la nouvelle que la censure avait été rétablie. Mangin refusa alors d’insérer l’article polémique, envisageant même de le remplacer par « une dissertation agronomique qu’il venait de recevoir, sur la betterave et sur la pomme de terre108 ». Quelques semaines plus tard, les manifestations organisées par les libéraux nantais (14-18 juin 1820), qui répondaient aux troubles de Rennes, décidèrent le gouvernement à organiser sans plus attendre la censure à Nantes, jusque-là provisoirement exercée par le préfet. Trois censeurs furent nommés vers le milieu du mois de juillet : Jean-Baptiste Dufay de Livoys, homme de lettres et professeur de dessin, Mathurin Guillet, bibliothécaire, et Jegou, professeur de rhétorique au collège royal109. En novembre 1820, ils rapportèrent au conseil de surveillance de la censure à Paris que L’Ami de la Charte « se montrait, plus que jamais, dévoué au côté gauche110 ». Cette radicalisation était en fait l’œuvre de Mangin fils, et elle alla jusqu’à provoquer la désapprobation de son père – qui se rendit un jour chez les censeurs pour « se désolidariser et blâmer » des articles rédigés par son fils et supprimés par la censure111. Mais le fils prit peu à peu le pas sur le père et, après qu’il fut devenu seul « éditeur-propriétaire » (13 août 1821), les articles de L’Ami de la Charte se firent plus agressifs. L’ » anéantissement de cette dangereuse feuille » devint alors pour le préfet « le plus important résultat à obtenir112 ».

  • 113 L’Ami de la Charte, 30 décembre 1828.
  • 114 La découverte de ce complot avait entraîné l’inculpation de plusieurs hauts gradés. Leur acquittem (...)
  • 115 Le 10 août 1822, le tribunal de première instance de Nantes l’avait condamné à deux mois de prison (...)
  • 116 AN, F18 471A : rapport du préfet (1er décembre 1822).
  • 117 Jacques-Antoine Manuel (1775-1827) : élu député libéral de la Vendée en 1818, il devint la bête no (...)

47Les élections donnaient l’occasion à L’Ami de la Charte de faire entendre sa voix : lors des législatives de 1821 et de 1824, il soutint ardemment les candidats libéraux (toutefois ses campagnes de presse eurent peu de succès puisque, en 1821, Louis Rousseau de Saint-Aignan fut le seul député élu appartenant à l’opposition ; en 1824, ce furent les candidats acquis au gouvernement qui sortirent vainqueurs). Le journal participa aussi aux grandes souscriptions libérales, telle celle en faveur de Béranger à la fin de l’année 1828113. Mangin ne cessa de subir les foudres de la commission de censure et fut condamné à plusieurs reprises. Mais ni les frais de justice, ni les amendes, ni même les séjours en prison ne parvinrent à le décourager. Au contraire, bien loin de renoncer à son combat politique, l’éditeur nantais ne manqua jamais de saisir la moindre occasion de s’opposer au gouvernement. Il s’illustra entre autres lors de l’affaire du complot carbonariste, découvert à Nantes en février 1822114. Ses articles injurieux contre le lieutenant-général comte Despinoy valurent à Mangin, après appel à Rennes, deux mois de prison et 1 000 F d’amende115. Dans son rapport au ministre de l’Intérieur, le préfet dénonça avec virulence les « provocations odieuses » de L’Ami de la Charte, « tendant à armer la population nantaise contre les troupes du Roi et à soulever une jeunesse effervescente contre le général » ; il rapportait qu’on avait vu Mangin « figurer à la tête des groupes dont les actes séditieux [avaient] été si mollement punis par la Cour116 ». Le 27 mars 1823, l’imprimeur nantais était de nouveau poursuivi pour un article « ayant implicitement pour but de provoquer des souscriptions pour faire un hommage public au sergent Mercier » (lequel avait été condamné par ordonnance royale après son refus d’expulser le député Manuel de la Chambre des députés lors de la discussion sur la guerre d’Espagne117). Mangin et le négociant Verger, auteur de l’article, furent condamnés par le tribunal de police correctionnelle de Nantes à un mois de prison et à 150 F d’amende (12 avril) ; mais, après appel, la cour royale de Rennes cassa ce jugement (arrêt du 6 juin 1823).

  • 118 L’ordonnance royale du 15 août 1824 remettait en vigueur les lois des 31 mars 1820 (art. 5) et 26 (...)
  • 119 Feuille commerciale…, 20 août 1824.
  • 120 AD 44, 156 T 1 et AN, F18 471A. Sur les démêlés de Mangin avec la justice : cf. MANGIN V., L’Ami d (...)
  • 121 L’Ami de la Charte, 19 juillet 1828.

48L’année suivante, l’ordonnance du roi du 15 août, qui rétablissait la censure et l’autorisation préalable118, ne provoqua pas – contre toute attente – les protestations de Mangin. Au contraire, ce dernier assura au préfet qu’il se plierait à la nouvelle législation, tout en garantissant à ses lecteurs que, par « le choix et la variété » des articles, il tâcherait de les « dédommager » de ce qu’il était « momentanément forcé de leur faire perdre119 ». Cet acte de soumission trahissait peut-être simplement une certaine lassitude. En tout cas, le répit fut de courte durée. La censure ayant été supprimée dès le 29 septembre suivant, le journal libéral nantais reprit la lutte et participa notamment à la recrudescence de l’anticléricalisme, qui marqua le début du règne de Charles X. Le 17 juin 1825, il attaqua les capucins et les moines, dénonça la prolifération des couvents et critiqua plus particulièrement les trappistes de la Meilleraye et « leur fortune colossale » – cet article eut une telle répercussion que Le Constitutionnel le cita dans son numéro du 22 juin. La mission d’avril 1827 à Nantes offrit une nouvelle occasion à L’Ami de la Charte de reprendre ses attaques. Un article publié le 8 mai ayant été jugé particulièrement « outrageant à la religion de l’État » par le préfet, Mangin fut cette fois appelé à comparaître devant le tribunal correctionnel. Sous le coup des délits prévus par les articles 1er et 10 de la loi du 25 mars 1822, il fut condamné à trois mois de prison, à 300 F d’amende et aux dépens (28 juillet 1827) ; la cour royale de Rennes réduisit sa peine à un mois de prison, à 150 F d’amende et aux dépens (27 août)120. Après le vote de la loi du 18 juillet 1828, Mangin se réjouit de la suppression de « l’odieuse censure » et de l’abolition du délit de tendance121. Quant à l’institution des gérants-responsables, elle fut l’objet de tous ses sarcasmes. Mangin affirmait avoir toujours été responsable de son journal et il ne voyait donc aucun inconvénient à se soumettre à l’article 8 de la loi, qui obligeait le gérant à apposer sa signature au bas de chaque numéro. Cette mesure serait « nulle » pour tous les gérants des journaux indépendants, qui signeraient même avec une certaine fierté des articles qui exprimaient toute leur pensée. Elle serait en revanche beaucoup plus gênante pour les périodiques au service du gouvernement : « les écrivains salariés du pouvoir » trouveraient-ils un gérant-responsable « assez simple pour consentir à leur servir de plastron » ? Ces gérants-là risquaient d’être bien « embarrassés de leur responsabilité personnelle et morale ». De ce point de vue, concluait fort ironiquement Mangin, l’institution des gérants-responsables s’avérait vraiment utile : on saurait désormais « à qui s’en prendre des injures journalières de la Gazette et de la Quotidienne » !

  • 122 En 1822, l’abonnement était de 28 F pour un an, 14 F pour six mois, 7 F pour trois mois (hors Nant (...)
  • 123 AD 44, 155 T 2 : état dressé par la mairie de Nantes (7 novembre 1822). Cette enquête répondait à (...)
  • 124 Ibidem : réponse du préfet à la circulaire ministérielle (22 novembre 1822).
  • 125 L’Ami de la Charte, 13 mai 1823. Cet avis précise : « Afin que chacun de messieurs nos abonnés pui (...)
  • 126 Lefeuvre Francis, Souvenirs nantais et vendéens, Paris, 1913, p. 186-187. Dans son Histoire de la (...)

49Porté par le militantisme politique et le talent de rédacteur de son éditeur, L’Ami de la Charte connut un succès rapide et grandissant dans les milieux libéraux nantais, malgré l’augmentation du tarif des abonnements122. D’après un état dressé en novembre 1822 par la mairie de Nantes, sur les soixante-quatorze établissements publics de la ville qui recevaient des journaux, cinquante-sept étaient abonnés à la feuille de Mangin et trente-huit ne recevaient qu’elle123. Le préfet fit part au ministre de ses profondes inquiétudes sur l’influence d’un journal qui s’était « constamment fait remarquer par ses principes hostiles et dangereux ». À ses yeux, L’Ami de la Charte ne pouvait qu’être néfaste à la tranquillité publique et risquait de susciter l’effervescence dans les milieux ouvriers, pauvres, peu instruits et jugés facilement influençables124. L’audience croissante de L’Ami de la Charte est également attestée par les nouvelles dispositions prises par Mangin pour sa distribution dans la ville. Afin de réduire autant que possible les retards et les erreurs dans les livraisons aux abonnés, d’autres distributeurs furent recrutés et chacun d’eux fut chargé d’un quartier bien délimité125. Par ailleurs, des comités locaux de rédaction furent établis à Rennes, Angers et Bourbon-Vendée (La Roche-sur-Yon). La renommée du journal dépassa les limites du département et Mangin put s’enorgueillir de voir ses articles fréquemment cités par d’autres journaux provinciaux et même parisiens. L’Ami de La Charte parut sans interruption tout au long de la Restauration – et même au-delà –, réussissant toujours à surmonter les périodes de durcissement du régime législatif. Si les libéraux de Rennes furent quelque peu réduits au silence après la disparition de L’Écho de l’Ouest, leurs amis nantais eurent l’avantage de disposer d’une véritable tribune politique dont l’ardeur à promouvoir les opinions libérales ne s’essouffla jamais. Ni les amendes ni la prison ne parvinrent à bâillonner Mangin, qui mourut en 1853, à l’âge de 66 ans. Francis Lefeuvre s’en souvint comme d’une « singulière figure », « trop disgracieusement traité du côté des agréments physiques par la Providence qui l’avait fait gros, court, myope et boiteux. Par contre, elle l’avait mieux doué du côté de l’intelligence et du caractère. […] Pour défendre sa cause, Mangin paya toute sa vie de sa personne comme de sa bourse et de sa liberté126 ».

  • 127 « L’Omnibus ne pouvant traiter que de la jurisprudence », ce n’était que sous le rapport de ce qu’ (...)
  • 128 BNF, JO-2339 : prospectus pour L’Ami de l’ordre (1829 et 1830).

50L’Ami de la Charte resta la seule feuille libérale publiée dans la ville, puis dans l’ensemble de la Bretagne. Sans concurrent, il n’eut pas à craindre non plus l’opposition d’une véritable feuille monarchiste, le Journal de Nantes étant nettement moins virulent – même s’il soutint toujours avec conviction les candidats de droite lors des campagnes électorales. Pierre Merson fut le premier à vouloir offrir à ses concitoyens une troisième feuille politique, remettant en cause à la fois le contenu du Journal de Nantes et les principes prônés par L’Ami de la Charte. Il lança d’abord L’Omnibus, hebdomadaire paraissant le dimanche, dont l’abonnement était fixé à 12 F par an, 7 F par semestre, ou 4 F par trimestre (14,50 F, 8,25 F et 4,60 F par la poste). Présenté comme un « journal de jurisprudence, en forme d’entretiens familiers, de littérature et d’avis divers », L’Omnibus se bornait en fait à critiquer la politique financière des autorités locales127. Il ne compta que six numéros, du 17 août au 21 septembre 1828. Cette première expérience ne découragea pas Merson qui annonça, l’année suivante, son projet de publier une feuille plus ambitieuse, tant dans son contenu que dans l’aire de diffusion visée. L’Ami de l’Ordre : journal politique, religieux, littéraire et d’avis divers de Nantes et des départements de l’Ouest devait paraître trois fois par semaine à partir du mois d’octobre 1829 ; l’abonnement était fixé à 30 F par an, 16 F pour six mois, ou 8 F pour trois mois (38 F, 20 F ou 10 F par la poste). Un prospectus affirmait que la religion serait défendue avec zèle et que la monarchie et la Charte constitueraient « le rempart » pour repousser « les criminelles entreprises des sophistes politiques » ; on ajoutait que le commerce et l’industrie seraient « l’objet de la constante sollicitude » des rédacteurs et que les belles-lettres seraient « défendues avec un juste sentiment d’orgueil national contre l’envahissement du journalisme », qui contribuait à « leur dégradation »128. Précisons – il est des hasards bien étranges – que l’on pouvait s’abonner à l’imprimerie de Merson, passage de la rue Charles X, et à sa librairie « de piété et d’éducation », rue de l’Évêché. Cette nouvelle tentative de Merson pour fonder un journal – dont le titre seul exprimait toute son opposition à L’Ami de la Charte – ne manqua pas de provoquer les railleries de Mangin.

  • 129 L’Ami de la Charte, 18 septembre 1829. Par ailleurs, Mangin ne manquait jamais de relever les erre (...)

« On demande, on implore des souscriptions pour l’Ami de l’Ordre : si l’on ne s’empresse pas de répondre à cet appel, il est à craindre que ce chef-d’œuvre ne paraisse pas… Quelle privation, grand Dieu !… Hâtez-vous donc, Nantais, de satisfaire au vœu du gérant responsable de l’Ami de l’Ordre : vous répondez à la postérité de la perte immense qu’il éprouverait, si vous l’abandonniez à son triste destin129 ».

  • 130 Le premier numéro de L’Ami de l’ordre ne parut que le 1er janvier 1831, après la promulgation de l (...)

51Mais L’Ami de l’ordre fut abandonné à « son triste destin », faute d’un nombre suffisant de souscripteurs130.

  • 131 BNF, 8-Lc9-41 : prospectus pour Le Mémorial breton et vendéen, recueil politique et littéraire, pa (...)
  • 132 Le Mémorial s’attira plusieurs répliques mordantes de Mangin : on trouve, par exemple, dans L’Ami (...)

52Le Mémorial breton et vendéen, qui avait pour propriétaire-gérant un nommé Planson, ne parvint pas non plus à s’imposer. Sa création avait été motivée par la volonté de doter la Bretagne et la Vendée d’un organe voué à la cause royaliste. Le Mémorial – dont la devise était « Dieu, mon Roi et mon Pays » – proposait d’offrir, à partir de mai 1829, un « résumé » de tout ce qu’il y aurait eu d’important en matière politique et littéraire131. Une première section était consacrée à la politique ; une seconde traitait du commerce, de l’industrie et de l’agriculture, mais aussi de la littérature et des beaux-arts ; la dernière section contenait des articles sur « les mœurs, les modes, les nouvelles diverses, un bulletin bibliographique, etc. ». L’abonnement était fixé à 12 F par an pour Nantes (14 F par la poste) ; on pouvait souscrire à Nantes chez Hérault, qui était l’imprimeur de ce nouveau mensuel, ou chez les libraires Juguet-Busseuil et Macé. Le Mémorial dénonça l’opportunisme du Journal de Nantes, accusé de prendre la couleur des administrations successives, et, surtout, annonça sa volonté de lutter contre la doctrine libérale propagée par L’Ami de la Charte132. Mais faute d’avoir pu récolter les fonds suffisants pour se maintenir, Le Mémorial se limita à quatre numéros (mai-août 1829). On s’efforça malgré tout de poursuivre l’entreprise avec un nouveau journal, qui devait s’intituler Le Correspondant de l’Ouest, imprimé par Hérault. L’Ami de la Charte salua cette fois encore de manière fort sarcastique l’arrivée d’une « succursale de la Quotidienne », laquelle ne coûterait pas moins de 30 F par an à ses abonnés.

  • 133 L’Ami de la Charte, 22 septembre 1829.

« Abondance de bien ne nuit pas. […]
Trente francs par an !… Nul doute qu’un plein succès ne couronne l’espérance des pieux et monarchiques rédacteurs de cette future feuille, puisqu’en s’y abonnant on prouvera son zèle pour la religion et la monarchie : ce n’est assurément pas une bagatelle de 30 francs qui arrêtera la ferveur des fidèles pour la bonne cause, c’est-à-dire pour l’absolutisme, la congrégation et les jésuites133 ».

53Mangin pouvait jubiler : Le Correspondant de l’Ouest ne vit jamais le jour.

La difficile implantation de la presse en Basse-Bretagne

Le Finistère

  • 134 AN, F7 8350 : rapport du préfet (14 mars 1807).
  • 135 « Prospectus » paru dans la Feuille nantaise du 16 janvier 1811.

54Depuis 1800, Michel était l’imprimeur et le rédacteur du Courrier de Brest et du Finistère, seul journal publié dans le département, auquel étaient jointes les Petites affiches de Brest. Trihebdomadaire, Le Courrier de Brest comptait seulement 150 abonnés en 1807, ce qui n’empêcha pas les autorités locales d’affirmer qu’il était « de la plus grande utilité pour le département134 ». Le 6 juin 1810, un arrêté du préfet sépara le journal politique des Petites affiches. Le journal fut confié au Quimpérois Yves-Jean-Louis Derrien, la feuille d’annonces à Michel. Composées de quatre pages in-quarto (avec parfois des suppléments), les Petites affiches de Brest continuèrent de paraître trois fois par semaine, offrant toutes les annonces susceptibles d’être « utiles à MM. les notaires, avocats, avoués, armateurs, négociants, marchands », mais aussi « des articles de sciences, d’arts, de littérature, d’hygiène, de modes, etc.135 ». L’abonnement « extrêmement modique » s’élevait à 15 F par an, 8 F pour six mois et 4,50 F pour trois mois (18 F, 10 F et 5,50 F par la poste).

  • 136 AD 29, 2 T 30 : état envoyé au directeur général de la Librairie (10 mars 1812).
  • 137 AN, F18 13 : « Notes explicatives sur la proposition du directeur général de la Librairie relative (...)

55En 1812, le préfet adressa au directeur général de la Librairie l’ » état du produit net » des deux feuilles de son département136. Le Journal administratif du département du Finistère, hebdomadaire, tirait à 700 exemplaires et comptait 672 abonnés – nombre qui dépassait donc largement celui des abonnés au journal de Nantes et, plus encore, d’Ille-et-Vilaine. Le prix de l’abonnement annuel, fixé à 8 F, procurait à Derrien la recette de 5 376 F. Mais des dépenses estimées à 4 849 F ne lui laissaient qu’un bénéfice de 526 F. Les frais d’impression étaient les plus lourds (3 120 F, soit 64 % des dépenses) ; le salaire du rédacteur s’élevait à 1 000 F par an (soit environ 20 % des dépenses) – rappelons que, pour le journal de Nantes, les frais de rédaction n’étaient que de 500 F (soit moins de 5 % des dépenses) – ; en revanche, en se contentant du Moniteur, Derrien limitait ses frais d’abonnement à 100 F. Les Petites affiches de Brest, qui ne comptaient que 50 abonnés, présentaient elles aussi un bilan positif – avec un bénéfice estimé à 350 F –, grâce aux recettes fournies par l’insertion des annonces. Dans la rubrique des dépenses, on trouve des frais de rédaction estimés à 600 F par an (soit le quart des dépenses), alors que le décret de 1811 ne permettait pas aux feuilles d’annonces d’employer un rédacteur – ce qui nous amène à douter de nouveau de la fiabilité des bilans dressés par les éditeurs, dont l’intérêt évident était de présenter le bénéfice le plus réduit possible. Le préfet évoqua « la modicité des produits, le prix des denrées, l’utilité des journaux et la crainte d’un abandon qui serait nuisible » pour proposer une taxe équivalant au quinzième du produit net – soit 35,05 F pour Derrien et 23,41 F pour Michel. Des sommes aussi modiques ne pouvaient satisfaire le directeur général de la Librairie, qui contesta la réalité des bilans présentés et estima que les Petites affiches devaient rapporter au moins 4 000 F à son éditeur137. En définitive, le journal politique fut assujetti à une rétribution de 250 F et la feuille d’annonces à celle de 1 000 F.

  • 138 AN, F18 456A : lettre de Michel au directeur général de la Librairie (23 mai 1814).
  • 139 Ibidem : rapport du préfet au directeur général de la Librairie (3 décembre 1814).
  • 140 Ibid. : lettre de Michel au directeur général de la Librairie et note de ce dernier au préfet
  • 141 Ibid. : rapport du préfet (16 mai 1815). Une lettre de l’imprimeur Anner au ministre de la Police, (...)
  • 142 Ibid. : lettre d’Anner au ministre de la Police (4 avril 1815) et réponse du ministre (18 avril).

56La chute de l’Empire fit espérer à Michel de pouvoir recouvrer le journal politique. Dès le mois d’avril 1814, il sollicita auprès du « gouvernement bienfaisant de Louis XVIII » le rétablissement d’un journal dont il avait été « dépouillé sans égard, sans motif et sans nécessité, même sans avoir reçu aucune indemnité138 ». Michel bénéficia des appuis du maire, du procureur du roi et du préfet, lequel estimait que la publication d’un journal dans une ville aussi importante que Brest ne pouvait nuire au journal publié à Quimper139. Le préfet considérait en outre que « l’attachement connu » de Michel à la famille des Bourbons suffisait à garantir qu’il n’insérerait dans son journal que des articles « tendant à donner une bonne direction à l’esprit public ». Tous ces arguments restèrent vains : la révision du décret du 3 août 1810 qui n’autorisait qu’un journal politique par département n’était pas encore à l’ordre du jour. Michel eut en outre la désagréable surprise de voir sa feuille d’annonces rester soumise à la taxe annuelle de 1 000 F. L’imprimeur brestois put seulement se consoler en obtenant le monopole de la publication de l’ensemble des annonces du département – conformément au décret du 3 août 1810 – et donc l’interdiction pour Derrien de continuer d’en insérer dans son journal politique140. Pendant les Cent-Jours, Michel sollicita de nouveau l’autorisation de publier un journal, mais il ne put obtenir cette fois l’appui du nouveau préfet, qui considérait qu’une seule feuille politique suffisait au département et que celle de Derrien présentait en outre l’avantage de s’imprimer sous ses yeux141. Michel ne fut pas le seul dans la ville à tenter de tirer profit des bouleversements politiques. Le décret du 24 mars 1815 et le retour de l’Empereur décidèrent en effet son confrère Pierre Anner à lancer un journal. En ne manquant pas de faire valoir qu’il était toujours « resté fidèle » à la cause de Napoléon, Anner adressa au ministère de l’Intérieur les trois premiers numéros de sa feuille, intitulée le Furet, ou Journal politique et littéraire. Mais le ministre lui fit rapidement savoir que, si le décret du 24 mars avait effectivement supprimé la direction de l’Imprimerie et de la Librairie, les règlements antérieurs étaient maintenus, dont celui qui fixait le quota d’un journal politique par département. Anner jugea plus prudent de ne pas s’obstiner ; son journal se limita donc à quatre numéros142.

  • 143 Au Journal administratif ne succéda qu’un simple Recueil des actes administratifs, imprimé success (...)
  • 144 AN, F18 456A : autorisation du ministre de la Police (26 septembre 1815).
  • 145 Ibid. : demande de Michel au ministre de la Police (18 novembre 1816) ; réponse positive du minist (...)

57Ce ne fut qu’à la fin du mois de septembre 1815 que Derrien offrit à Michel l’occasion de réaliser le projet qui lui tenait tant à cœur. Son grand âge (74 ans) et l’amertume qu’il dut éprouver lors de la seconde chute de Napoléon furent sans doute les deux raisons essentielles qui portèrent l’imprimeur de Quimper à renoncer au Journal administratif143. Michel put alors lui succéder comme éditeur d’un Journal politique du Finistère, tout en conservant la Feuille d’affiches144. L’année suivante, il obtint l’autorisation de fondre ses deux feuilles, sous le titre de Courrier de Brest, feuille politique, commerciale et d’annonces du département du Finistère, bihebdomadaire145. Seul journal publié dans le Finistère jusqu’à la fin de la Restauration – par la veuve Michel (1824), puis par son neveu Jean-Baptiste Rozais (1826) –, Le Courrier de Brest ne dépassa pas les bornes d’une simple feuille d’annonces. Contrairement aux libéraux de Nantes et de Rennes, ceux de Brest – pourtant fortement présents dans le commerce et la marine – ne parvinrent pas à rallier le Courrier de Brest à leur cause, ni à fonder leur propre journal. La censure n’eut donc pas ici à sévir. Il fallut attendre le 1er janvier 1830 pour voir dans le département la naissance d’une nouvelle feuille, qui sortit des presses de Lédan : le Journal de Morlaix, auquel était jointe une Feuille d’annonces, parut jusqu’en 1885.

Le Morbihan

  • 146 AD 56, T 197 : prospectus manuscrit envoyé au préfet le 6 brumaire an XI (28 octobre 1802).
  • 147 Ibidem : rapport du sous-préfet de Lorient (10 mars 1807). Faute de liste d’abonnés, les propos du (...)

58En l’an X (1802), Le Coat Saint-Haouen, qui venait d’ouvrir son imprimerie, sollicita l’autorisation de publier un journal, « à la demande de toutes les autorités, du commerce et des habitans de Lorient ». La situation économique restait certes difficile, mais certaines mesures gouvernementales lui laissaient espérer un « avenir bien plus heureux ». Lorient avait en effet été choisi pour être le quatrième des arrondissements maritimes qui divisaient le littoral français (27 avril 1800) ; il devenait ainsi le lieu de résidence d’un préfet maritime (installé le 5 décembre 1800), ce qui impliquait un développement des structures administratives et annonçait une reprise des activités maritimes. Ce fut donc avec confiance que Le Coat entreprit, à l’instar d’autres villes portuaires (Nantes, Brest, Bordeaux, Le Havre, Marseille), de publier un « journal commercial, politique, littéraire et d’indications » – contenant les arrivées et départs des navires, les prix courants, les annonces et avis du commerce, « un précis des lois et arrêtés du gouvernement », les actes des autorités administratives et militaires, mais aussi des « événements intéressants et curieux », des articles de littérature, logogriphes, énigmes, charades…146. Composé de quatre pages de format in-quarto, le Courrier de Lorient et du département du Morbihan parut trois fois par décade ; l’abonnement s’élevait à 20 F pour l’année, 10 F par semestre et 6 F par trimestre (22 F, 11 F et 6,50 F par la poste). En 1807, il comptait entre 150 et 200 abonnés, « tant à L’Orient que dans le département et dans diverses villes de l’Empire, telles que Paris, Anvers, Bordeaux, Nantes, Bruxelles, Blaye, Brest, La Rochelle, Le Havre, Rouen, etc. », du moins si l’on en croit un rapport du sous-préfet147.

  • 148 Ibid. : rapport du sous-préfet de Lorient (26 novembre 1807) ; rapport du préfet au ministre de l’ (...)
  • 149 Ibid. : rapport du commissaire de police de Lorient au préfet (4 novembre 1810).

59Comme ses confrères des autres départements, l’imprimeur lorientais tenta d’obtenir, avec le soutien des autorités locales, une diminution de sa taxe. À la fin de l’année 1807, le sous-préfet faisait part de ses craintes qu’une rétribution trop lourde forçât Le Coat à renoncer à une feuille présentée comme « indispensable » pour les habitants de Lorient et des environs. Mais, encore une fois, le ministère maintint ses exigences, qui restèrent d’ailleurs modérées jusqu’en 1813 – 45 F en 1808 (pour un bénéfice estimé à 458 F), 64 F en 1810, 74 F en 1809, 1811 et 1812148. La guerre maritime et la stagnation du commerce préoccupaient sans doute davantage Le Coat Saint-Haouen, qui vit bientôt ses abonnements réduits « à très peu de chose149 ». Le 1er janvier 1812, le Courrier de Lorient devint une simple feuille d’Affiches, annonces et avis divers de la ville de Lorient et parut tous les deux jours sur huit pages de format in-octavo. Bien qu’elle fût une affaire peu lucrative, l’éditeur lorientais tenait à sa « propriété » et il accepta de verser la somme de 400 F pour l’emporter sur ses concurrents.

  • 150 AN, F18 482 : requête de Le Coat Saint-Haouen à Dassier, chef du bureau de la comptabilité à la di (...)

« À l’époque où l’on proposa à tous les imprimeurs le privilège des affiches des villes qu’ils habitoient, chacun fit ses offres. J’envoyai à cette époque une soumission de 100 F. Certes, c’étoit plus que je ne le pouvois, mais j’étois prévenu que mes confrères de cette ville fesoient [sic] des offres pécuniaires plus considérables. Je craignis que sous ce rapport ils ne m’enlevassent ma propriété. […] Ma soumission de 100 F avoit pour base l’expérience de trois années consécutives, celles de mes confrères de cette ville étoient aussi hasardées qu’erronées, mais ils n’avoient pour but que d’obtenir ma feuille à mon préjudice sans calculer la perte qui en résulteroit pour eux. M. le Directeur général s’en apperçut [sic] bien ; en m’écrivant le 17 décembre 1811, il me disoit cependant : “Les soumissions de messieurs vos collègues pour l’impression de la feuille d’affiches, annonces et avis divers de la ville de Lorient surpassant de beaucoup la vôtre, ce n’est Monsieur qu’en les couvrant que vous pourrez obtenir la préférence sur eux. Je vous propose en conséquence l’impression de cette feuille à raison de 400 F pour 1812”. Je n’avois pas à choisir et je ne pus hésiter. J’adressai à M. le Directeur général une nouvelle soumission de 400 F pour 1812. Ce fut ainsi que j’obtins la continuation de ma feuille150 ».

  • 151 Ibidem : note du chef du bureau de la Librairie (fin 1814).
  • 152 AD 56, T 197. 31 exemplaires étaient distribués gratuitement et 15 en échange d’autres journaux.

60La « soumission » de Le Coat révèle aussi la volonté du gouvernement de n’accorder les feuilles d’annonces qu’au plus haut prix. Cet effort financier n’était pas le dernier demandé à l’imprimeur, qui dut supporter une taxe de plus en plus lourde (237 F pour 1813 et 400 F pour 1814), d’où ses vives protestations. À la fin de l’année 1814, la nouvelle administration de la Librairie rejeta toute possibilité d’un allégement de sa rétribution mais, en compensation, on voulut bien lui accorder une « extension de privilège ». Le Coat obtint le droit d’insérer dans sa feuille des extraits du Moniteur et d’autres journaux autorisés, afin de satisfaire « les désirs du public souvent privé, à 120 lieues de Paris et dans un pays isolé, de toutes nouvelles politiques151 ». Son monopole fut en outre préservé, le bureau de la Librairie refusant à l’imprimeur Baudoin l’autorisation de publier une seconde feuille qui n’aurait eu aucune chance de subsister – « lorsqu’il n’existe qu’un seul journal dans le département, et que pour l’y soutenir il a fallu le placer dans l’une de ses extrémités, où quelques mouvemens maritimes pouvoient en étayer la frêle existence, pourroit-on adopter une mesure rejetée même par les sous-préfectures les plus populeuses et les plus importantes du royaume ? ». Après les Cent-Jours, Le Coat présenta un nouveau « calcul présumé du produit annuel » d’une feuille qui tirait à 84 exemplaires et ne comptait plus que 38 abonnés152. Avec 2 274 F de recettes (dont 1 500 F étaient fournis par les annonces) et des dépenses évaluées à 1906 F, Le Coat réalisait un bénéfice de 368 F. Peut-être pour ne pas menacer davantage l’existence d’une feuille bien fragile, le bureau de la comptabilité accepta cette fois de réduire sa taxe à 200 F – ce qui représentait encore plus de la moitié du bénéfice déclaré.

  • 153 Ibidem : lettre du sous-préfet de Lorient au préfet (4 septembre 1824), après le rétablissement pr (...)

61Cette modeste feuille d’annonces resta le seul journal publié dans le département. La lourdeur de la législation sur la presse paraissait donc là quelque peu disproportionnée et le sous-préfet de Lorient ne se priva pas d’ironiser sur la nomination d’un censeur, exigée par le ministre de l’Intérieur, pour une feuille qui ne contenait que des annonces de commerce. Un peu irrité, il déclara en outre au préfet que personne d’ailleurs ne voudrait « se charger d’une pareille corvée153 ». L’absence d’un journal politique dans le Morbihan ne semble pas être imputable à la réticence des autorités locales. Le préfet déplorait au contraire que son département en fût dépourvu et, à la fin de décembre 1814, il fit part au ministre de son intention d’en établir un au chef-lieu, mais ce projet n’eut aucune suite. Il paraît plus vraisemblable d’attribuer l’absence de périodique politique à la prudence des imprimeurs morbihannais, peu désireux de s’engager dans une entreprise qui n’offrait guère de perspective de profit et, sans doute aussi, soucieux de rester en dehors des débats politiques qui agitèrent toute la période de la Restauration.

Les Côtes-du-Nord

  • 154 AN, F18 15 : prospectus.

62La législation impériale permit la création d’un journal dans un département qui en était dépourvu. Suite au décret du 3 août 1810, la préfecture créa à Saint-Brieuc le Journal des Côtes-du-Nord, dont le premier numéro parut le 10 novembre suivant. Trihebdomadaire, il était rédigé par Pierre-Ange Chevalier et imprimé par Beauchemin. Son « but essentiel » était d’être « utile », en fournissant notamment les « nouvelles maritimes » ; « l’agréable » n’était destiné qu’à occuper l’espace éventuellement restant154. À partir de 1812, le journal fut accompagné, mais peu souvent et irrégulièrement, d’Annonces, renseignements, affiches, avis divers. Feuille commerciale et judiciaire du département des Côtes-du-Nord. L’abonnement fut fixé à 24 F par an, 13 F par semestre et 7 F par trimestre (28 F, 15 F et 8 F par la poste).

  • 155 AN, F18 13.
  • 156 Une circulaire du 8 novembre 1810 informait les maires que les frais d’abonnement devaient être su (...)
  • 157 AD 22, 1 M 19 : rapport du préfet au directeur général de la Librairie (29 novembre 1814).

63Bien que l’état comptable dressé pour l’année 1812 présentât un bénéfice net de 1030 F, le préfet proposa de reconduire la taxe de 50 F exigée pour les années précédentes. Mais le directeur général de la Librairie porta la rétribution du journal au quart de son bénéfice (256 F)155. Si le Journal des Côtes-du-Nord présentait un bénéfice nettement plus important que celui des autres journaux politiques bretons, il le devait essentiellement au préfet Jean-Pierre Boullé, qui veilla à ce que tous les maires et sous-préfets fussent abonnés, répliquant à ceux qui rechignaient que le journal était « indispensable » à l’exercice de leurs fonctions156. Le préfet se préoccupait surtout de la survie de l’unique feuille de son département et il déclara tout net au directeur général de la Librairie que le Journal des Côtes-du-Nord était en fait « sans intérêt pour le public », qui préférait recevoir directement les journaux de Paris157. Quant aux feuilles d’annonces, elles étaient « tellement rares » qu’il en paraissait à peine une par mois, sous forme de supplément, et l’on n’y trouvait que les actes judiciaires, dont la publicité était obligatoire.

  • 158 AN, F18 450 : lettre de Beauchemin au directeur général de la Librairie (15 novembre 1814).
  • 159 Ibidem : rapport du préfet au directeur général de la Librairie (19 novembre 1814).
  • 160 Ibid. : arrêté du directeur général de la Librairie (15 janvier 1815).
  • 161 Ibid. : lettre de Beauchemin au directeur général de la Librairie (2 mars 1815).
  • 162 Ibid. : lettre de Beauchemin au préfet (24 avril 1815). Après avoir présenté le bilan financier du (...)
  • 163 Ibid. : lettre de Chevalier au ministre de la Police (16 mai 1815).

64La médiocrité du journal s’accrut encore en raison du conflit né entre le rédacteur, choisi par le préfet, et l’imprimeur. Ce dernier représenta au directeur général de la Librairie que le travail de rédaction était superflu, qu’il constituait une charge pour l’entreprise et que, pour cette raison, il ne pouvait donner à son journal « toute l’étendue » souhaitée158. Mais Chevalier était soutenu par le préfet, qui le présenta comme un rédacteur réunissant « beaucoup de talent naturel » à « une instruction distinguée159 ». Pour « concilier des intérêts si opposés », un arrêté du 15 janvier 1815 partagea la concession du Journal politique entre l’imprimeur et le rédacteur, tandis que la feuille d’annonces était séparée du journal et confiée entièrement à Beauchemin160. Invoquant « la stérilité et la sécheresse des matières », celui-ci obtint l’autorisation d’insérer dans sa feuille tout ce qui pouvait intéresser « l’agriculture, les sciences et les arts, et les articles variétés qui pourraient être présentés par les abonnés ». La feuille d’annonces paraîtrait tous les samedis, dans le format in-folio à deux colonnes, avec en tête « l’écusson aux trois fleurs de lys161 ». Cette initiative ne témoigne en rien des opinions politiques de l’imprimeur, qui sut toujours s’adapter aux changements de régime. En avril 1815, il faisait valoir sa fidélité constante à l’Empereur pour réclamer l’entière propriété du journal politique, dont le bénéfice n’était pas « assez fort pour pouvoir être partagé162 ». Avec 5 685 F de recettes annuelles (alimentées par les abonnements de 379 communes à 15 F par an) et des dépenses évaluées à 2 830 F (dont 2 310 F de frais de timbre), les deux associés devaient donc se partager 2 855 F, soit 1 427,50 F chacun. Or Beauchemin affirmait que les frais d’impression du journal s’élevaient à 2160 F (dont 1560 F pour deux ouvriers). L’imprimeur espérait que les nouvelles autorités prendraient enfin en considération le fait que le journal, composé d’actes administratifs et d’extraits de journaux, n’exigeait en aucune façon « les soins d’un rédacteur particulier ». Mais le rédacteur en question, ayant eu connaissance de cette lettre, accusa à son tour Beauchemin de présenter un bilan financier falsifié – « mais pourquoi aurait-il donc deux ouvriers, serait-ce pour publier, tous les deux jours, et souvent tous les quatre […], une feuille bien moins remplie de matières que de fautes typographiques, et qui n’exige aujourd’hui même que le concours de deux enfants, apprentis du sieur Beauchemin, pour être, sans son secours, composée, tirée et expédiée163 ». Et Chevalier ne manqua pas de souligner que l’imprimeur cumulait deux feuilles périodiques « au mépris du décret du 26 septembre 1811 ». Le 2 juin 1815, le ministre de la Police fit savoir que les choses resteraient en l’état jusqu’au vote d’une prochaine loi sur la presse. Mais la loi promise se faisant attendre, le préfet réclama de nouveau l’intervention du ministre : le conflit incessant entre les deux hommes nuisait au journal des Côtes-du-Nord, qui ne paraissait plus que fort irrégulièrement et était devenu « tout à fait inutile » aux communes qui y étaient abonnées. Decazes trancha l’affaire le 26 septembre : Chevalier eut le journal politique, tandis que Beauchemin dut se contenter de la feuille d’annonces, chacun devant respecter les limites de ses attributions.

  • 164 Ibid. : rapport du préfet (14 août 1815) et arrêté du ministre de la Police (26 septembre).

« Le Journal des Côtes-du-Nord se composera de toutes les matières relatives à la politique, à la littérature et à l’administration publique. Il pourra en outre insérer concurremment avec la feuille commerciale et judiciaire, les cours de change, les affiches de spectacle, les ventes de livres et les tirages de la loterie.
La feuille commerciale et judiciaire se composera […] de toutes les indications relatives aux ventes judiciaires, aux affaires générales de commerce, et à celles d’un intérêt particulier. Elle pourra en outre insérer, concurremment avec le Journal des Côtes-du-Nord, des extraits copiés littéralement de la Gazette officielle, ainsi que les cours de change, les affiches de spectacle, les ventes de livres et les tirages de la loterie164 ».

  • 165 Ibid. : rapport du préfet (18 septembre 1819).

65Le Journal des Côtes-du-Nord ne parut plus qu’une fois par semaine et continua de survivre, grâce aux communes, jusqu’au début de l’année 1818. En interdisant d’inclure son abonnement dans les budgets municipaux – les maires qui le souhaitaient devraient désormais s’abonner à leurs frais –, le préfet Conen de Saint-Luc porta le coup de grâce au journal. L’année suivante, la faillite de Beauchemin condamna à son tour la feuille d’annonces. Celle-ci put toutefois reparaître rapidement, avec pour nouveau propriétaire Chevalier et pour imprimeur Prud’homme (puis Guyon à partir de 1831)165. Comme dans le Morbihan, la feuille d’annonces resta, tout au long de la Restauration, le seul périodique publié dans le département.

Les périodiques non politiques

  • 166 Le Lycée armoricain. Prospectus, Nantes, 1823, 6 p.

66C’est essentiellement à Camille Mellinet qu’il faut attribuer la naissance et le développement d’une presse littéraire et scientifique en Bretagne. L’éditeur nantais y vit là un moyen de réaliser son grand œuvre : faire naître dans sa province un mouvement intellectuel et littéraire assez puissant pour rayonner dans l’ensemble du pays et remettre en cause le « monopole » exercé par Paris. Le 1er janvier 1823, il lançait, avec Édouard Richer, Le Lycée armoricain, journal « consacré exclusivement à la philosophie, aux sciences physiques et naturelles, à la littérature et aux beaux-arts166 ». Chaque livraison mensuelle, formée de 50 à 80 pages in-octavo, était terminée par un bulletin bibliographique ; la réunion de douze livraisons formait deux volumes. L’abonnement annuel s’élevait à 12 F (sans le port) ; on pouvait souscrire chez tous les libraires de Bretagne, mais aussi à Paris chez Raynal. S’inscrivant dans le sillage de la défunte Académie celtique, Le Lycée se donnait pour tâche de promouvoir le patrimoine culturel breton. Le premier numéro s’ouvre sur un long « Appel aux Bretons », qui annonce son orientation essentiellement régionaliste.

« Levez-vous à ma voix, enfants de l’Armorique !
Rassemblez les débris de votre gloire antique […] »

  • 167 Le Lycée armoricain, 3e vol., 1824.

67La revue visait notamment à offrir aux Bretons, « jaloux de conserver le souvenir de leurs contemporains, le seul ouvrage de littérature auquel tous les amis des lettres de leur province aient contribué167 ».

« La France est le seul pays dont la capitale absorbe tout, et la faute en est aux provinciaux eux-mêmes ; trop souvent ils préfèrent les ouvrages qui, à mérite égal, leur arrivent de Paris, à ceux qui s’impriment en province ; mais ces préjugés, lorsque les Parisiens ont commencé à les oublier, doivent-ils donc régner encore dans les départements ? Nous nous félicitons d’avoir trouvé, dans notre patrie, un assez grand nombre d’amis des lettres qui fussent exempts de ces préventions ; ce sont ceux qui ont soutenu le Lycée pendant une année entière. Le premier pas était le plus difficile à faire. Nous espérons maintenant donner à la Bretagne un ouvrage vraiment utile […]. »

  • 168 La seule indication dont nous disposons est le nombre de tirages pour l’année 1823 : la revue fut (...)
  • 169 Levot P., Biographie bretonne, op. cit. Mangin lui-même considérait Le Lycée armoricain comme un « (...)

68Le Lycée publia les écrits de jeunes talents d’origine bretonne – tels le bibliothécaire de Nantes Ludovic Chapplain, le poète Émile Souvestre, le médecin Ange Guépin, ou encore la poétesse Élisa Mercœur. Il s’agissait de « rivaliser » avec les journaux littéraires des autres départements et, surtout, « combattre cette injuste prévention qui discrédite tout ce qui s’écrit ou s’imprime en province ». Si la revue avait commencé avec un nombre insuffisant de souscripteurs, ils étaient deux fois plus nombreux pour le deuxième volume168. En 1826, on comptait des abonnés « dans toutes les villes de Bretagne, dans la capitale, dans les principales cités du royaume et dans plusieurs pays étrangers ». Parallèlement, le nombre des collaborateurs ne cessa de croître et, en 1830, cinquante rédacteurs enrichissaient la revue de leurs œuvres littéraires ou de leurs comptes rendus scientifiques. P. Levot considère Le Lycée armoricain comme la « première revue littéraire qu’ait vue naître notre province […] et tout ce que la Bretagne eut d’actif et d’intelligent dans les années qui suivirent les grandes guerres de l’Empire y a déposé quelques pensées169 ».

  • 170 Prospectus pour Le Breton, 1826.
  • 171 « Avis » paru dans le Journal de Nantes – Le Breton, 7 janvier 1828.
  • 172 L’abonnement était de 15 F par an pour le département (18 F pour les autres).
  • 173 Le Lycée Armoricain, 1829, vol. 13, p. 126.

69À partir du 23 novembre 1826 et jusqu’au 5 janvier 1828, Camille Mellinet et Ludovic Chapplain furent aussi les éditeurs du journal Le Breton, créé pour propager les progrès de l’agriculture et de l’industrie, mais aussi pour « ranimer le goût des lettres et des beaux-arts » dans la province. Si ce nouveau périodique avait de « nombreux points de contact » avec Le Lycée armoricain, il était toutefois destiné à un public moins érudit, les « questions de haute philosophie » étant réservées au Lycée170. L’abonnement au Breton, trihebdomadaire, s’élevait à 30 F par an (32 F par la poste) ; un tarif préférentiel fut ensuite proposé aux personnes qui s’abonnaient aux deux revues (36 F par an et 42 F par la poste). Le Breton ne parut qu’un peu plus d’une année : le 7 janvier 1828, il se fondit dans le Journal de Nantes, sur le motif que ses éditeurs « regrettaient de ne pouvoir satisfaire le désir manifesté par beaucoup de leurs abonnés, en insérant dans leur feuille les nouvelles politiques171 ». Un an plus tard, le 28 janvier 1829, parut le premier numéro de La Revue de l’Ouest, journal de la librairie industrielle de Nantes172. Hebdomadaire, puis mensuelle (à partir d’octobre 1829), La Revue de l’Ouest avait pour objectif de « tenir la Bretagne au courant de toutes les publications utiles aux arts et aux sciences », paraissant « tant en France qu’à l’étranger ». Surtout, son « but principal » était de « contribuer à l’affranchissement de la province sur laquelle Paris exerç[ait] le monopole de la librairie », et de prouver aux Bretons qu’ils avaient parmi eux des « hommes capables de faire des livres, et aussi dignes d’être écoutés que les écrivains manufacturiers des bords de la Seine173 ». Trop proches l’un de l’autre, La Revue de l’Ouest et Le Lycée armoricain fusionnèrent en mai 1830 pour former le Lycée armoricainRevue de l’Ouest. Camille Mellinet publia d’autres périodiques, qui témoignent de son intérêt pour les disciplines les plus diverses : La Lyre armoricaine (douze cahiers, 1826-1827), où l’on trouve des morceaux inédits et composés en Bretagne, le Journal de la section de médecine de la Société académique de Nantes (1825-1866), les Annales de la Société académique du département de la Loire-Inférieure (1830-1953).

  • 174 AN F18 471A : rapport du préfet au ministre de l’Intérieur (24 février 1824).

70Les entreprises des concurrents de Mellinet ne furent guère heureuses. Hérault s’était lancé le premier dans l’impression d’une revue littéraire, les Lettres bretonnes, rédigées par l’instituteur Mathurin-Joseph Boullault ; mais elles se limitèrent à onze numéros, parus d’avril à septembre 1818. Puis le mois de février 1824 vit la naissance d’un Portefeuille littéraire, d’abord imprimé par Busseuil jeune, puis par Hérault, avec de nouveau Boullault pour rédacteur. Ce recueil suscita d’emblée l’inquiétude du préfet, qui doutait fort que Busseuil, « bien connu pour son opinion plus que libérale », et Boullault, « homme sans talent, mais l’un des prôneurs les plus actifs de la faction anti-monarchique », se bornassent à « des discussions purement littéraires ou grammaticales174 ». Effectivement, le Portefeuille littéraire, qui paraissait tous les dix jours, ne manqua pas de parsemer ses articles littéraires de quelques allusions politiques, de s’oublier à certaines plaisanteries douteuses sur la religion, ou encore de se livrer à quelques estocades contre la censure – les rédacteurs ne faisant là qu’imiter les procédés utilisés par les périodiques « littéraires » parisiens (Le Miroir notamment). Les Nantais ne purent goûter longtemps les distractions littéraires offertes par le Portefeuille. Son avant-dernier numéro (n° 18) contient l’énigme suivante :

« Avec sept pieds vous me voyez marcher
..............................................................
Quelques malins ont été me chercher
Trois sœurs au fond du sombre empire.
Chez les Romains, j’étais utile aux mœurs :
À la corruption, je déclarais la guerre ;
Mais j’aurais, aujourd’hui, sans doute, trop à faire :
Aux écrivains je borne mes rigueurs. »

71Le numéro suivant, du 10 septembre 1824, se conclut en fournissant la solution de l’énigme : il s’agissait du mot… « censure ». Mentionnons aussi L’Abeille bretonne, « feuille de littérature, théâtre, sciences, arts et industrie », qui fut annoncée en 1826. Elle avait pour éditeur un nommé Louis Doulcet et pour imprimeur Victor Mangin. L’Abeille devait paraître trois fois par semaine, mais elle ne put trouver sa place aux côtés des revues de Mellinet.

  • 175 AD 35, 2 T 66 : lettre des frères Vatar au préfet (26 frimaire an X).
  • 176 AN, F18 13 : rapport du préfet d’Ille-et-Vilaine au directeur général de la Librairie (1812).
  • 177 AN, F18 462A : rapport de l’inspecteur de la Librairie Lefeuvre (15 décembre 1814). Les déclaratio (...)

72En dehors de Nantes, on ne recense que deux périodiques non politiques, l’un à Rennes et l’autre à Brest. Le premier est un Recueil des jugements rendus par le tribunal d’appel, créé sous le Consulat à l’initiative des hommes de loi. Ce recueil – dont le titre révèle toute la spécificité – était publié par les frères Vatar, qui consacraient déjà une grande partie de leur activité à l’édition d’ouvrages de droit. En décembre 1801, dans leur demande d’autorisation au préfet, les deux frères associés précisaient qu’ils publieraient leur recueil par cahiers ; la livraison ne serait pas périodique mais dépendrait de la « quantité suffisante de matières »175. Le recueil devint Journal des arrêts de la Cour impériale de Rennes et fut publié par Cousin-Danelle à partir de 1811. Rédigé par Carré – professeur de droit et assesseur à la cour prévôtée de Rennes –, avec la collaboration de plusieurs avocats, le journal resta entièrement consacré à la jurisprudence. Il paraissait tous les deux mois, dans le format in-quarto ; l’abonnement annuel s’élevait à 8 F pour Rennes (10 F pour les autres villes du ressort). En 1812, le préfet affirma que le bilan financier du journal était déficitaire et demanda par conséquent que sa rétribution ne dépassât pas 50 F176. Le directeur général de la Librairie voulut bien se contenter de cette faible somme, qui fut même réduite à 25 F les années suivantes. Si le « très petit nombre d’abonnés » des premières années avait occasionné des pertes « assez considérables », Cousin-Danelle connut ensuite des temps un peu plus prospères – en 1814, le journal comptait 120 abonnés et l’inspecteur de la Librairie estima son bénéfice net à 595 F177. L’éditeur rennais affirma tenir moins aux profits tirés de son entreprise qu’au « désir de se rendre utile » à la Cour, dont il était l’imprimeur depuis plusieurs années. Le Journal des arrêts lui permettait d’entretenir des relations importantes pour son commerce, de faire connaître le fonds de sa librairie et de fidéliser une clientèle aisée.

  • 178 Dessoye A., Brest sous la Restauration : le parti libéral et les missions, 1818-1827, Brest, 1895, (...)
  • 179 Exception faite de la première livraison, qu’Anner déclara avoir tirée à 500 exemplaires.

73La revue publiée à Brest était d’une tout autre nature. Apparue en novembre 1818, elle avait pour rédacteur un ardent libéral brestois, Édouard Corbière, et pour imprimeur Anner. La Guêpe, tel est son titre, offrait « un peu de tout, des récits de faits du jour, des variétés littéraires et morales, jusqu’à des vers178 ». Présentée comme un « ouvrage moral et littéraire », elle se signala surtout par ses attaques contre les missions religieuses, qui eurent lieu dans le Finistère au début de l’année 1819. Sa diffusion ne dépassa probablement pas les limites de la ville – les déclarations d’impression indiquent un tirage de 200 exemplaires179 – et ses critiques ne pouvaient trouver un écho que chez les libéraux. La Guêpe ne piqua pas longtemps : elle disparut en juin 1819, après sa quinzième livraison, victime des lois de Serre.

□□

  • 180 AN, F18 471A : lettre de Mme Mellinet-Malassis au directeur général de la Librairie (1er février 1 (...)
  • 181 Crémieux A., La Censure en 1820 et 1821…, Paris, 1912, p. I.
  • 182 AN, F7 6770 : rapport du préfet (16 janvier 1827). Seul Mellinet avait refusé de signer la pétitio (...)

74Après avoir été bâillonnée et délaissée sous l’Empire, la presse put prendre son essor sous la Restauration Les feuilles politiques furent de nouveau recherchées et souvent lues « avec avidité » – pour reprendre une formule fréquemment utilisée par les autorités. Mais les journaux départementaux restaient encore peu nombreux et ne pouvaient rivaliser avec ceux tirés de Paris. Le mouvement libéral breton fut toutefois assez puissant pour faire naître et subsister, à Rennes puis à Nantes, deux feuilles qui s’affirmèrent comme de véritables journaux d’opinion. La volonté de propager les idées d’un parti fut l’une des motivations pour continuer ou lancer une entreprise qui pourtant n’offrait guère de perspective de profit. Le désir de conserver des liens tissés avec des personnalités politiques et avec d’autres confrères en fut une autre – ainsi Rosalie Mellinet-Malassis se déclarait-elle soucieuse de conserver un journal qui lui permettait d’entretenir « des relations utiles à [s]on état180 ». L’histoire de la presse sous la Restauration est étroitement liée aux événements politiques, et le militantisme de L’Écho de l’Ouest et de L’Ami de la Charte illustre bien le dynamisme et la fécondité de la presse départementale. Rétablie en 1820 et 1821, la censure eut pour résultat de séparer « deux générations et deux méthodes », de provoquer pour chaque journal « une crise de transformation » ; elle offrit « l’exemple le plus remarquable des luttes opiniâtres et quotidiennes qu’eurent à soutenir les journalistes pour maintenir ou conquérir leur liberté181 ». À la fin de l’année 1826, l’annonce du projet de Peyronnet, déposé par le gouvernement le 20 décembre, provoqua une forte opposition dans l’ensemble du pays. Des mouvements de protestation eurent lieu en Bretagne contre un projet qui visait à la fois les journaux et l’imprimerie. À Nantes, les menaces qui pesaient sur la liberté de la presse devinrent « l’objet principal de l’attention publique » et les imprimeurs adressèrent une pétition aux chambres législatives182. Les ouvriers typographes, menacés de perdre leur emploi, présentèrent au député-maire de Nantes les conséquences désastreuses qu’aurait pour eux l’adoption d’une telle loi.

  • 183 Cité dans le Phare de la Loire, 18 septembre 1888.

« Ce n’est, certes, ni par esprit d’opposition, ni par intention de scandale que nous venons réclamer votre voix contre la nouvelle loi de la presse ; mais, si elle passe, les journaux auxquels nous sommes employés tombent nécessairement et nous et nos familles nous sommes réduits à la misère ; car où trouver ailleurs de l’occupation avec une loi qui anéantit tous les travaux de l’imprimerie en France, à moins de nous expatrier avec nos familles et d’aller demander un asile aux Belges ?183 ».

75Le retrait du projet représenta un échec pour le gouvernement et il fut surtout une victoire pour les imprimeurs des départements, qui manifestèrent publiquement leur joie – notamment à Nantes, à Brest et à Saint-Malo.

  • 184 Déplorant l’ampleur de la diffusion de L’Ami de la Charte, Rosalie Mellinet-Malassis écrivait : «  (...)
  • 185 Dans l’ensemble des provinces du royaume, on ne recensait, en 1828, que 29 journaux politiques, pu (...)

76Sur un théâtre plus modeste et sans pouvoir bénéficier de la plume d’un Chateaubriand ou d’un Benjamin Constant, les journaux départementaux ne furent pas moins d’ardents défenseurs de leurs idées politiques et certains rédacteurs firent preuve d’un incontestable talent. D’ailleurs, loin de les négliger, le gouvernement était bien conscient de leur puissance et les feuilles départementales restèrent l’objet de toute sa vigilance, au même titre que celles publiées à Paris. En Bretagne, la diffusion et l’influence des journaux de Chausseblanche et de Mangin ne peuvent être dissociées du fait que l’Ouest constituait l’un des principaux centres de la résistance libérale, où agissaient activement de nombreuses sociétés secrètes particulièrement bien organisées. Les libéraux bretons, massivement issus de la bourgeoisie, prirent une part active dans la création de ces deux journaux d’opposition, contribuèrent à leur survie – notamment en participant aux frais des procès – et à leur dynamisme184. Outre la censure, la presse se heurta aussi à un obstacle d’ordre financier : le manque de capitaux et la lourdeur des taxes furent une autre cause des diverses tentatives avortées que nous avons évoquées. L’échec de l’implantation d’une véritable presse en Bretagne se vérifiait dans l’ensemble des départements, comme en témoigne notamment un « État de la presse périodique en province », paru dans La Revue de l’Ouest du 18 mars 1829185. S’appuyant sur les données de la Bibliographie de la France des années 1827 et 1828, l’auteur de cet article avait recensé 270 titres dans les 86 départements français (cinq départements n’avaient aucun périodique) : outre 157 feuilles d’annonces, on ne comptait que 45 « recueils scientifiques d’agriculture, de médecine, de jurisprudence, etc. », 39 journaux littéraires ou industriels et 29 journaux politiques. Nantes était la seule ville bretonne à publier des journaux qui n’étaient pas de simples feuilles d’annonces. Dans la Revue de l’Ouest du 16 septembre 1829, Camille Mellinet estimait que les habitants de sa ville jouissaient d’un choix de périodiques comparable à celui des habitants de la capitale :

« Paris possède 180 journaux à peu près, dont on peut évaluer le nombre d’abonnés dans Paris à 20 000, c’est un journal pour 40 habitants. Le nombre des journaux à Nantes est de 8, celui des abonnés est de 2 000 environ, c’est donc aussi 1 pour 40 habitants ».

  • 186 Après la Révolution de 1830, Mangin se déclara ouvertement républicain. Sous la IIe république, al (...)
  • 187 La Gazette de Bretagne, hostile au gouvernement de la monarchie de Juillet, parut de 1830 à 1835 ; (...)

77Mais, même si l’on choisit de retenir ce constat plus optimiste, il n’en demeure pas moins que Nantes constituait une exception en Bretagne. La ville devait sa situation privilégiée à une population plus nombreuse et cultivée, mais aussi à la présence d’hommes entreprenants qui luttèrent sans relâche pour défendre leurs idées. Mangin s’illustra comme l’éditeur et le rédacteur de L’Ami de la Charte, dans lequel il défendit, courageusement et avec talent, ses idées libérales186. Camille Mellinet préféra mettre son énergie dans une autre cause. Profondément attaché à sa province natale, il entreprit de mieux faire connaître son histoire, rêva de lui donner un grand rayonnement littéraire, et fit ainsi partie de ceux qui donnèrent une impulsion décisive au mouvement régionaliste breton, qui se développa après 1830. Rennes était loin de connaître le même dynamisme. La capitale bretonne s’était pourtant distinguée en publiant la première feuille libérale de la province – comme elle avait été la première, quelques années auparavant, à se doter d’un bulletin révolutionnaire – ; mais la mort de Chausseblanche avait brutalement mis fin à la publication de L’Écho de l’Ouest, qui n’eut pas de successeur. Rennes offrait pourtant des conditions favorables au développement d’une presse politique et la Gazette de Bretagne, née de la Révolution de 1830, en fournira la preuve187 (ce sera une femme déjà âgée, la veuve Frout, qui offrira enfin à ses concitoyens un véritable journal politique).

  • 188 LA Gorce Pierre de, La Restauration. II : Charles X, Paris, libr. Plon, 1928, p. 87.

78Concluons sur une note positive en rappelant la position de P. de La Gorce, qui considérait que le petit nombre de journaux « est pour eux un avantage plutôt qu’une faiblesse, car la presse se diminue en multipliant à l’excès ses organes » ; si, « aujourd’hui, le journal n’attire qu’un négligent coup d’œil, en ce temps-là, on le lisait d’un bout à l’autre parce qu’il gardait le prestige des choses nouvelles et rares188 ».

Notes

1 Mellinet Camille, La Commune et la milice de Nantes, t. XI, Nantes, 1843, p. 160.

2 AD 44, 155 T 2 : lettre du ministre de la Police générale au préfet de Loire-Inférieure (5 mai 1808). Joseph Fouché, né en 1759 près de Paimboeuf, avait été député de Loire-Inférieure à la Convention, puis représentant en mission ; ministre de la Police générale sous le Directoire, il fut maintenu de 1800

à 1802 et de 1804 à 1810 (René Savary lui succéda, jusqu’en 1814).

3 AD 22, 1 M 27. Ainsi, en mai 1812, le préfet dut-il essuyer les reproches du ministre de la Police générale, cette fois pour un article dans lequel les rédacteurs du Journal des Côtes-du-Nord louaient « la bienfaisance des magistrats et des principaux habitans de Saint-Brieuc ». Or le tableau présenté « d’une infinité de malheureux existant dans cette ville, sans pain, sans ouvrage et dans une position affreuse », pouvait « servir de prétexte aux malveillans pour accréditer des bruits mensongers » (lettre du préfet aux éditeurs du Journal des Côtes-du-Nord, 23 mai 1812).

4 AN, F18 466: affaires générales.

5 AD 44, 155 T 1 : lettre du ministre de la Police au préfet de Loire-Inférieure (15 novembre 1813).

6 Idem.

7 Après les Cent-Jours, l’ordonnance du 8 août 1815 annula les autorisations en cours, invitant les journaux à en demander le renouvellement ; l’autorisation préalable fut maintenue par les lois du 28 février et du 30 décembre 1817.

8 Les commissions départementales mirent plus de temps à s’organiser que la commission parisienne. Le Conseil de surveillance dressa d’abord une liste de tous les chefs-lieux où l’existence d’une presse active exigeait une commission : au total, 21 villes, dont Nantes et Rennes. En attendant la nomination des trois membres nécessaires, les préfets furent chargés de la surveillance provisoire. Cf. Crémieux Albert, La Censure en 1820 et 1821. Étude sur la presse politique et la résistance libérale, Paris, É. Cornély, 1912, p. 71.

9 AN, F7 6770 : rapport du préfet de Loire-Inférieure (4 janvier 1826).

10 AN, F7 6769 : rapports du préfet d’Ille-et-Vilaine (5 juillet et 14 novembre 1828).

11 AN, F7 9665 : rapport du préfet d’Ille-et-Vilaine (15 février 1821).

12 Sur les taxes imposées aux journaux : cf. Feyel Gilles, « La distribution des gazettes et des journaux de 1740 à 1830 », La Distribution et la diffusion de la presse du xviiie siècle au IIIe millénaire, Paris, Éd. Panthéon-Assas, 2002, p. 17-53.

13 L’abonnement s’élevait à 30 F par an, 15 F par semestre et 7,50 F par trimestre (36 F, 18 F et 9 F par la poste).

14 Dans le 1er numéro, l’éditeur précise que « ce Journal particulièrement affecté au département d’Ille-et-Vilaine n’en a pas moins pour objet de transmettre, avec exactitude, les nouvelles des départements de l’Ouest ».

15 AN, F7 8350 : rapport du préfet d’Ille-et-Vilaine (9 mars 1807).

16 Idem (8 mai 1811).

17 AD 35, 2 T 56 : lettre du ministre de la Police générale au préfet (23 janvier 1809).

18 Idem (10 février 1809).

19 AN, F18 13 : « Notes explicatives sur la proposition du directeur général de l’Imprimerie et de la Librairie relative à la fixation d’une rétribution sur les journaux des départements ». Chausseblanche versa 200 F pour sa feuille d’annonces.

20 AN, F18 462A : état envoyé par Chausseblanche au directeur général de la Librairie (1er décembre 1814) et rapport de l’inspecteur de la Librairie Lefeuvre (15 décembre). Les frais se répartissaient ainsi : composition et tirage : 1 872 F, timbre : 520 F, abonnement aux journaux (Le Moniteur, Journal des débats, Journal de Paris) : 220 F, papier : 156 F.

21 Le Journal de l’Orne, hebdomadaire publié à Alençon, présentait un état assez similaire. Il tirait à 140 exemplaires en 1812 pour 70 abonnés (à 12 F par an) ; son bénéfice était évalué à 228 F (avec des recettes qui s’élevaient à 2 920 F et des frais à 2 692 F) : cf. Jouanne René, « La presse alençonnaise de la Révolution au Second Empire », Société historique et archéologique de l’Orne, t. XLV,1926, p. 359-360.

22 Elle fut tirée à 60 exemplaires en 1812 (AN, F18 IX 1-39 : déclarations des imprimeurs).

23 La publication des actes judiciaires était rendue obligatoire par l’article 683 du Code de procédure civile (1806) et par l’article 569 du Code de commerce.

24 Le sénatus-consulte du 1er avril 1814 porte que « la liberté de la presse sera maintenue et proclamée, sauf la répression légale des délits qui pourraient naître de l’abus de cette liberté » (art. 6) ; la liberté de la presse fut réaffirmée dans l’article 23 de la Constitution française (6 avril).

25 AN, F18 462A : lettre de Chausseblanche au ministre de l’Intérieur (1er décembre 1814).

26 Ibidem : lettres du préfet au ministre de la Police générale (22 septembre, 10 et 12 octobre 1815) et arrêté de Decazes (24 octobre). Nul doute que le député Jacques-Joseph comte de Corbière dût appuyer vigoureusement la proposition du préfet. Corbière était né à Corps-Nuds (Ille-et-Vilaine) en 1766 ; avocat à Rennes, il fut député d’Ille-et-Vilaine au Conseil des Cinq-Cents et président du Conseil général d’Ille-et-Vilaine sous l’Empire ; réélu député (le 22 août 1815, le 4 octobre 1816 et le 20 septembre 1817), il siégea à droite et déclara : « le moyen d’avoir de bons députés, c’est un ministère monarchique avec des journaux censurés » ; nommé ministre de l’Intérieur en décembre 1821 (cabinet Villèle), il déploya tous ses efforts pour neutraliser la presse.

27 Ibid. : lettre imprimée de Chausseblanche au ministre Decazes (9 novembre 1815).

28 Ibid. : lettre de la veuve Frout au préfet (20 mai 1817), transmise au ministre (27 mai). En province, plusieurs propriétaires de journaux en difficulté obtinrent l’autorisation de réunir en une seule feuille celle des annonces et avis divers et le journal politique du département (ce fut par exemple le cas du Journal du département de l’Orne qui devint, à la fin de l’année 1817, Feuille hebdomadaire du département de l’Orne, affiches, annonces et avis divers).

29 Le journal de Dijon devint politique en juillet 1819, avec le titre de Journal littéraire et politique de la Côte-d’Or ; à Nantes, L’Ami de la Charte commença à paraître en août 1819 ; à Bordeaux, la Tribune de la Gironde fut fondée le 1er décembre ; à Strasbourg encore, le Patriote alsacien ne fut créé qu’en janvier 1820 (cf. Histoire générale de la presse française, t. II, Paris, PUF, 1969, p. 155-156).

30 La presse était alors soumise à l’ordonnance du 8 août 1815, qui imposait la censure à tous les écrits périodiques, et à la loi du 30 décembre 1817, qui soumettait à l’autorisation préalable les journaux et les écrits périodiques politiques. Pour la législation sur la presse périodique, cf. Ledré Charles, La Presse à l’assaut de la monarchie 1815-1848, Paris, A. Colin, 1960.

31 AD 35, 2 T 66 : prospectus pour L’Organe du peuple.

32 L’Organe du peuple, 1re livraison : « lettre à Le Graverend » (13 mars 1819). Jean-Marie Legraverend (Rennes, 1776 – Paris, 1827) : jurisconsulte, conseiller à la cour royale de Rennes ; député d’Ille-et-Vilaine à la Chambre des représentants pendant les Cent-Jours, puis à la Chambre des députés de 1817 à 1820.

33 Les déclarations d’impression indiquent le nombre de 300 exemplaires pour chaque livraison (AN, F18 IX 1-39).

34 L’Organe du peuple, 2e livraison, p. 8-10 : « Sur la liberté de la presse ».

35 L’Organe du peuple, 8e livraison, mai 1819, [p. 1].

36 AN, BB30 238 : dans un rapport au ministre de l’Intérieur (27 juillet 1820), le préfet notait que l’école de droit de Rennes comptait quelque 250 étudiants, appartenant pour la plupart à la haute bourgeoisie et « tous dévoués avec ardeur » au triomphe de la cause libérale.

37 Les Opinions sont libres, Paris, Corréard, 29 avril 1820, p. 4. En déclarant que le journal de Rennes était la seule feuille indépendante de la province, l’auteur de cette brochure oublie L’Ami de la Charte, publié à Nantes depuis août 1819 ; mais il est vrai que la feuille de Mangin n’avait pas encore atteint l’importance de L’Écho de l’Ouest. L’éditeur parisien Corréard fut l’un des plus farouches opposants à la censure et continua de publier brochures et pamphlets même après la loi du 31 mars 1820 ; il fut condamné à payer une amende de 3 700 F et dut passer quatre mois à Saint-Pélagie (cf. Crémieux Albert, La Censure en 1820 et 1821, Paris, 1912, p. 30-34 et p. 40-41).

38 AN, BB30 238 : rapport du préfet (11 juin 1820).

39 La loi du 31 mars 1820 rétablit la censure pour les périodiques politiques, de date fixe ou non.

40 AD 35, 2 T 66 : rapports des censeurs au préfet. À Rennes, la commission de censure fut établie le 19 avril 1820 et fournit son premier rapport le 8 juin. Les trois censeurs étaient Le Priol, Poirrier (inspecteur d’académie) et Rabillon (professeur de rhétorique).

41 AN, F18 16 : rapport du préfet (6 mai 1820).

42 AN, F7 9665 : « Prospectus » de L’Écho de l’Ouest (15 février 1821).

43 AD 35, 2 T 66 : lettre du censeur Rabillon au préfet (15 août 1820).

44 Ibidem : lettre des censeurs Rabillon et Huillet au préfet (17 décembre 1821).

45 AN, F18 462A : rapport du préfet (25 mai 1822).

46 AN, F18 1940 : lettre du maître des requêtes au ministre de l’Intérieur (10 septembre 1822).

47 Cremieux A., La Censure en 1820 et 1821…, Paris, 1912, p. 89.

48 « Notre but peut être le même, mais nous voulons y parvenir par un chemin différent » (L’Ami de l’ordre, 1re livraison, 29 avril 1819, p. 23).

49 Cardot Charles-Antoine, « Les débuts de la presse libérale à Rennes (mars-octobre 1819) », Actes du 91e Congrès national des Sociétés savantes, t. III, 1966, p. 37.

50 AN F18 IX 1-39 : déclarations d’impression (1819). L’Ami de l’ordre publia des lettres anonymes de Saint-Malo, de Derval et de Landerneau (3e livraison, 24 mai).

51 AD 35, 2 T 66 : affiche.

52 AD 35, 2 T 56 et 2 T 66 : rapport du préfet au directeur général de la Librairie (8 mai 1811).

53 AN, F18 13.

54 Ibidem.

55 AN, F18 462A : rapport du préfet (15 décembre 1814).

56 Ibidem : rapport de l’inspecteur de la Librairie Lefeuvre à Rennes (15 décembre 1814). Rappelons qu’en 1814 la feuille d’annonces de Rennes avait 25 abonnés et que son bénéfice fut évalué à 1 450 F. Les Affiches de Nantes, nous y reviendrons, comptaient 257 abonnés et produisaient un bénéfice de près de 6 000 F.

57 Ibid. : lettre du ministre de la Police au préfet (30 octobre 1815).

58 AD 35, 2 T 66 : lettre du ministre de la Police au préfet (30 avril 1816) et rapport du sous-préfet de Saint-Malo (10 octobre 1816).

59 AD 35, 1 M 32 : « prospectus ».

60 AN, F7 8350 : rapport du préfet (18 avril 1807).

61 Pierre-Marie Renou (1763-1815), l’un des fondateurs de la Société académique de Nantes, était professeur de rhétorique au lycée de Nantes. Mathurin-Joseph Boullault était professeur de grammaire et de littérature ; il composa plusieurs poèmes et pièces de théâtre, publiés à Nantes et à Paris.

62 AD 44, 155 T 3 : lettre de Rosalie Mellinet-Malassis au préfet (24 août 1810).

63 Rappelons que le journal d’Ille-et-Vilaine comptait seulement 130 abonnés en 1807 et 80 en 1811. À l’inverse, le Journal de Rouen, quotidien, tirait à 600 exemplaires et comptait 515 abonnés en 1810 : cf. Wauters Éric, Une presse de province pendant la Révolution française : Journaux et journalistes normands 1785-1800., Paris, Éd. du CTHS, 1993, p. 304.

64 AD 44, 155 T 4 : état envoyé par Mellinet au préfet et rapport du préfet au directeur général de la Librairie (février 1812).

65 Ibidem : lettre de madame Mellinet-Malassis et de Mangin au préfet (14 septembre 1812).

66 Ibid. : lettre du baron de Pommereul au préfet (31 août 1813).

67 AN, F18 471A : rapport du préfet (20 novembre 1814).

68 Ibidem : rapport de l’inspecteur de la Librairie à Nantes (5 décembre 1814).

69 Depuis 1816, l’abonnement au Journal de Nantes s’élevait à 11 F pour trois mois, 20 F pour six mois et 40 F pour un an (50 F par la poste). Aux 350 abonnements payants, il faut ajouter cent exemplaires pour les administrations et les échanges avec d’autres journaux.

70 AD 44, 156 T 4 : lettre de madame Mellinet-Malassis au préfet (18 décembre 1822) et réponse du ministre de l’Intérieur (8 février 1823). Cette « indemnité » n’avait rien d’exceptionnel : le ministère jugeait légitime d’accorder des subventions secrètes ou des faveurs publiques aux journaux favorables au gouvernement.

71 Ibidem : lettre de madame Mellinet-Malassis au ministre de l’Intérieur (15 février 1823).

72 Ibid. : rapports du préfet (mars-mai 1823).

73 Journal privé de C. Mellinet-Malassis, cité dans : Manceron P., « Les journaux que lisaient les Nantais… », Bull. de la Soc. archéo. et hist. de Nantes et de la Loire-Inf., 1954, p. 137-139.

74 Abonnement par la poste dans le département : 56 F par an, 29 F pour six mois, 17 F pour trois mois ; hors le département : 66 F, 34 F et 17 F. Le Journal de Nantes – Le Breton parut tous les jours, excepté le dimanche, jour réservé à un « Bulletin hebdomadaire ».

75 Manceron P., art. cit., p. 138-139.

76 AN, BB18 1302 : rapport du procureur général de Rennes (20 juin 1829).

77 Élu député de la Loire-Inférieure, le 21 juin 1834, comme candidat républicain, Dubois s’était signalé dans le parti libéral comme directeur du Globe. Ses relations amicales avec Mellinet apparaissent notamment dans la correspondance que les deux confrères s’échangèrent : cf. Goblot Jean-Jacques, « Le Globe » 1824-1830. Documents pour servir à l’histoire de la France littéraire, Paris,Champion, 1993, p. 173, p. 191 et p. 214.

78 Louise-Swanton Belloc, née à La Rochelle en 1799, se distingua dans la carrière des lettres.

79 Voir la Feuille nantaise du 28 fructidor an XII (15 septembre 1804).

80 Feuille nantaise, 19 septembre 1802 et sqq. La feuille offrait aussi des suppléments « chaque fois que l’abondance des matières » l’exigeait.

81 AN, F7 8350. Dans la liste des abonnés pour 1807, on compte effectivement 166 commissionnaires et négociants, 50 marchands, épiciers, courtiers et agents de change, et 77 petits commerçants ; le reste des abonnés étaient des fonctionnaires publics, des propriétaires, des hommes de loi, mais aussi des cercles et sociétés de lecture (15 au total).

82 AN, F18 471A : lettres de Mangin au directeur général de la Librairie (6 et 10 décembre 1814).

83 Ibidem : rapport de l’inspecteur de la Librairie à Nantes (5 décembre 1814).

84 Ibid. : lettre de Royer-Collard à l’inspecteur de la Librairie (24 décembre 1814).

85 Ibid. : état dressé par l’inspecteur de la Librairie (31 décembre 1814).

86 AD 44, 156 T 1 : lettre de Mangin au préfet (30 janvier 1815). Mangin avait adopté le format infolio, « plus commode que le format in-octavo », d’où une augmentation du tarif des abonnements (36 F par an pour Nantes et 44 F par la poste).

87 AN, F18 471A : rapport du préfet au directeur général de la Librairie (22 février 1815).

88 Ibidem : réponse du directeur général de la Librairie au préfet (s. d.).

89 Ibid. : lettre de Rosalie Mellinet-Malassis au directeur général de la Librairie (1er février 1815). Pour conserver le monopole des articles politiques, Rosalie Mellinet-Malassis avait proposé en vain à Mangin de lui verser la somme de 800 F par an.

90 Mangin cessa d’assurer la livraison du Journal politique à partir du 1er juillet 1818.

91 AD 44, 155 T 3.

92 AN, F18 471A : lettre du ministre de l’Intérieur à Rosalie Mellinet-Malassis (16 juillet 1819).

93 Le 1er janvier 1817, suite à l’augmentation du timbre et la création du nouveau droit d’un demi-centime (en avril 1816), les abonnements aux Affiches furent portés à 40 F par an pour Nantes (21,50 F pour six mois, 11,50 F pour trois mois) et à 48 F par la poste (25,50 F pour six mois, 13,50 F pour trois mois).

94 Affiches… de Nantes, 1er janvier 1820.

95 Feuille commerciale…, 17 mai 1823. Abonnement à la Feuille commerciale : 48 F par an, 25 F pour six mois, 13 F pour trois mois (hors Nantes : 58 F, 30 F et 16 F).

96 Abonnement à la Feuille commerciale et au Prix courant : 66 F par an (80 F par la poste) ; abonnement à la Feuille commerciale et à L’Ami de la Charte : 72 F par an (84 F par la poste) ; abonnement aux trois feuilles : 90 F par an (111 F par la poste).

97 Abonnements par an hors Nantes : 68 F pour la Feuille commerciale, 32 F pour le Prix courant, 40 F pour L’Ami de la Charte, 95 F pour la Feuille commerciale et le Prix courant, 100 F pour la Feuille commerciale et L’Ami de la Charte, 130 F pour les trois feuilles. Abonnements pour l’étranger : 20 F de plus pour la Feuille commerciale et 6 F de plus pour le Prix courant.

98 Feuille commerciale…, 4 décembre 1827.

99 Ibidem, 3 octobre 1825. Mangin se chargeait des rubriques commerciales et il confia à « quelques amis » les articles relatifs aux sciences et aux travaux publics.

100 En mars 1826, Mangin recherchait « plusieurs jeunes gens », lesquels n’auraient « aucun prix d’apprentissage à payer » et qui pourraient « gagner quelque chose » avant même la fin de leur temps, à condition d’être « assidus au travail ».

101 Feuille commerciale…, 1er septembre 1825. Le lendemain, on précisa, qu’afin de bien connaître leur quartier, les cinq nouveaux distributeurs feraient des « tournées préparatoires ».

102 Depuis le 1er janvier 1828, la Feuille commerciale ne paraissait plus le dimanche, en raison de la loi qui assimilait les feuilles d’annonces aux ouvrages de labeur et donc rendait nécessaire son dépôt en cinq exemplaires à la préfecture (fermée le dimanche).

103 Feuille commerciale, 18 mars 1829.

104 Ibidem, 23 octobre 1829.

105 AN, F18 471A : rapport du préfet au directeur général de la Librairie (20 novembre 1814).

106 L’Écho du commerce : journal commercial, maritime et industriel de Nantes. Annonces légales et avis divers, Pierre-Fr. Busseuil éditeur et imprimeur, (21 novembre 1828 – 20 juin 1829). Quotidien (sauf dimanches et fêtes). Abonnement : 40 F par an pour Nantes, 56 F pour les départements, 72 F pour l’étranger. Petites affiches réunies de la ville de Nantes, Merson éditeur (Busseuil imprimeur, du n° 1 au n° 9 ; Merson à partir du n° 10), (3 février 1829-1830). Trihebdomadaires, puis bihebdomadaires (à partir du n° 5, 18 février 1829). Abonnement : 12 F par an, puis 18 F (3 novembre 1829).

107 Affiches… de Nantes, 18 août 1819.

108 L’article refusé par Mangin parut dans un Aviso politique de Nantes, ou Coup d’œil général sur l’état actuel des affaires, Nantes, impr. de Hérault, 18 mai 1820, 16 p.

109 D’après l’auteur de l’Aviso politique, « on a eu beaucoup de peine […] à trouver des hommes qui voulussent seconder les bénignes intentions du ministère. Enfin, c’est au collège qu’on est allé chercher ceux qui doivent régenter les rédacteurs de nos innocentes feuilles » (p. 13).

110 AD 44, 156 T 1 : rapport des censeurs de Nantes (12 novembre 1820).

111 Ibidem : note du censeur Guillet (1er juin 1820).

112 AN, F18 471A : rapport du préfet au ministre (1er décembre 1822).

113 L’Ami de la Charte, 30 décembre 1828.

114 La découverte de ce complot avait entraîné l’inculpation de plusieurs hauts gradés. Leur acquittement fut salué par des manifestations de joie devant le palais de justice ; perdant son sang-froid, le lieutenant-général comte Despinoy donna l’ordre à la police et aux cuirassiers de charger les manifestants (15 juin 1822).

115 Le 10 août 1822, le tribunal de première instance de Nantes l’avait condamné à deux mois de prison, à 4000 F d’amende et aux dépens.

116 AN, F18 471A : rapport du préfet (1er décembre 1822).

117 Jacques-Antoine Manuel (1775-1827) : élu député libéral de la Vendée en 1818, il devint la bête noire des royalistes, qui le firent expulser militairement de la Chambre le 3 mars 1823 ; cet incident conféra aussitôt à Manuel une grande popularité.

118 L’ordonnance royale du 15 août 1824 remettait en vigueur les lois des 31 mars 1820 (art. 5) et 26 juillet 1821 (art. 2) : censure et autorisation préalable pour tout article de journaux ou tout écrit périodique. Elle s’appuyait sur l’article 4 de la loi du 17 mars 1822, ainsi conçu : « Si dans l’intervalle des sessions des chambres, des circonstances graves rendaient momentanément insuffisantes les mesures de garantie et de répression établies, les lois des 31 mars 1820 et 26 juillet 1821 pourront être remises immédiatement en vigueur, en vertu d’une ordonnance du Roi, délibérée en conseil et contresignée par trois ministres. Cette disposition cessera de plein droit un mois après l’ouverture de la session des chambres si pendant ce délai elle n’a pas été convertie en loi. Elle cessera pareillement de plein droit le jour où sera publiée une ordonnance qui prononcerait la dissolution de la chambre des députés. »

119 Feuille commerciale…, 20 août 1824.

120 AD 44, 156 T 1 et AN, F18 471A. Sur les démêlés de Mangin avec la justice : cf. MANGIN V., L’Ami de la Charte en prison, ou un mois de retraite…, Nantes, [1827]. Comme nous l’avons constaté à plusieurs reprises, les magistrats bretons répugnaient à sévir. Une telle attitude n’était pas isolée : un rapport du 12 février 1825 déplorait la clémence de la cour royale de Paris, qui n’avait presque jamais appliqué la loi de « tendance » du 17 mars 1822, alors que Le Constitutionnel, Le Courier et le Journal du commerce méritaient d’être poursuivis et condamnés

(AN, F18 261).

121 L’Ami de la Charte, 19 juillet 1828.

122 En 1822, l’abonnement était de 28 F pour un an, 14 F pour six mois, 7 F pour trois mois (hors Nantes : 32 F, 16 F et 8 F) ; le 19mai 1823, les tarifs furent portés à 30 F, 15 F et 7,50 F (hors Nantes : 34 F, 17 F et 8,50 F) ; en 1828, seul l’abonnement par la poste fut augmenté (40 F, 20 F et 10 F).

123 AD 44, 155 T 2 : état dressé par la mairie de Nantes (7 novembre 1822). Cette enquête répondait à une circulaire ministérielle du 22 octobre 1822. Le ministre de l’Intérieur projetait d’envoyer gratuitement « certains journaux royalistes de la capitale » aux cafés et cabinets littéraires qui recevaient exclusivement les journaux de l’opposition.

124 Ibidem : réponse du préfet à la circulaire ministérielle (22 novembre 1822).

125 L’Ami de la Charte, 13 mai 1823. Cet avis précise : « Afin que chacun de messieurs nos abonnés puisse plus facilement reconnaître en bourse le distributeur qui le sert, nous ferons porter au bras de chacun de ces derniers un numéro qui indiquera le quartier dont il est chargé. »

126 Lefeuvre Francis, Souvenirs nantais et vendéens, Paris, 1913, p. 186-187. Dans son Histoire de la Révolution française, Michelet cite les Mangin, « de patriotisme, de talent héréditaires, famille dès ce temps chère à l’art, à la liberté » (t. VII, livre XVI, chap. II).

127 « L’Omnibus ne pouvant traiter que de la jurisprudence », ce n’était que sous le rapport de ce qu’ils avaient de « contraire à la loi » qu’on proposait d’examiner les budgets de la ville (n° 2, 24 août 1828).

128 BNF, JO-2339 : prospectus pour L’Ami de l’ordre (1829 et 1830).

129 L’Ami de la Charte, 18 septembre 1829. Par ailleurs, Mangin ne manquait jamais de relever les erreurs de syntaxe de Merson, regrettant par exemple très ironiquement que « M. le rédacteur des Petites Affiches ne soit pas très familiarisé avec la langue » ! (9 novembre 1829).

130 Le premier numéro de L’Ami de l’ordre ne parut que le 1er janvier 1831, après la promulgation de la loi sur le cautionnement des journaux (et disparut en juin 1832).

131 BNF, 8-Lc9-41 : prospectus pour Le Mémorial breton et vendéen, recueil politique et littéraire, paraissant du 20 au 25 de chaque mois.

132 Le Mémorial s’attira plusieurs répliques mordantes de Mangin : on trouve, par exemple, dans L’Ami de la Charte du 31 mai 1829, un article intitulé : « Le Mémorial breton et vendéen, ou le ballon de la Congrégation ».

133 L’Ami de la Charte, 22 septembre 1829.

134 AN, F7 8350 : rapport du préfet (14 mars 1807).

135 « Prospectus » paru dans la Feuille nantaise du 16 janvier 1811.

136 AD 29, 2 T 30 : état envoyé au directeur général de la Librairie (10 mars 1812).

137 AN, F18 13 : « Notes explicatives sur la proposition du directeur général de la Librairie relative à la fixation d’une rétribution sur les journaux des départemens » (1812).

138 AN, F18 456A : lettre de Michel au directeur général de la Librairie (23 mai 1814).

139 Ibidem : rapport du préfet au directeur général de la Librairie (3 décembre 1814).

140 Ibid. : lettre de Michel au directeur général de la Librairie et note de ce dernier au préfet

(février 1815).

141 Ibid. : rapport du préfet (16 mai 1815). Une lettre de l’imprimeur Anner au ministre de la Police, en date du 27 avril 1815, nous apprend que Michel n’avait pas attendu l’autorisation des nouvelles autorités : Anner y déclarait en effet qu’un « Journal politique et littéraire » paraissait à Brest trois fois par semaine. Mais nous n’avons pu retrouver aucun exemplaire de ce journal.

142 Ibid. : lettre d’Anner au ministre de la Police (4 avril 1815) et réponse du ministre (18 avril).

143 Au Journal administratif ne succéda qu’un simple Recueil des actes administratifs, imprimé successivement par Derrien et par Blot.

144 AN, F18 456A : autorisation du ministre de la Police (26 septembre 1815).

145 Ibid. : demande de Michel au ministre de la Police (18 novembre 1816) ; réponse positive du ministre (10 décembre) ; autorisation du ministre pour le Journal politique du département du Finistère, affiches, annonces et avis divers, petit in-folio à deux colonnes (12 mars 1817).

146 AD 56, T 197 : prospectus manuscrit envoyé au préfet le 6 brumaire an XI (28 octobre 1802).

147 Ibidem : rapport du sous-préfet de Lorient (10 mars 1807). Faute de liste d’abonnés, les propos du sous-préfet sont difficilement vérifiables ; il paraît cependant pour le moins douteux qu’une si modeste feuille eût une diffusion aussi étendue.

148 Ibid. : rapport du sous-préfet de Lorient (26 novembre 1807) ; rapport du préfet au ministre de l’Intérieur (31 décembre) ; réponse du ministre (14 janvier 1808).

149 Ibid. : rapport du commissaire de police de Lorient au préfet (4 novembre 1810).

150 AN, F18 482 : requête de Le Coat Saint-Haouen à Dassier, chef du bureau de la comptabilité à la direction générale de la Librairie, pour obtenir le renouvellement de son autorisation, conformément à l’arrêté du 23 octobre 1814 (30 novembre 1814).

151 Ibidem : note du chef du bureau de la Librairie (fin 1814).

152 AD 56, T 197. 31 exemplaires étaient distribués gratuitement et 15 en échange d’autres journaux.

153 Ibidem : lettre du sous-préfet de Lorient au préfet (4 septembre 1824), après le rétablissement provisoire de la censure le 15 août 1824 (jusqu’au 29 septembre suivant).

154 AN, F18 15 : prospectus.

155 AN, F18 13.

156 Une circulaire du 8 novembre 1810 informait les maires que les frais d’abonnement devaient être supportés non par eux mais par les communes (AD 22, 1 M 27).

157 AD 22, 1 M 19 : rapport du préfet au directeur général de la Librairie (29 novembre 1814).

158 AN, F18 450 : lettre de Beauchemin au directeur général de la Librairie (15 novembre 1814).

159 Ibidem : rapport du préfet au directeur général de la Librairie (19 novembre 1814).

160 Ibid. : arrêté du directeur général de la Librairie (15 janvier 1815).

161 Ibid. : lettre de Beauchemin au directeur général de la Librairie (2 mars 1815).

162 Ibid. : lettre de Beauchemin au préfet (24 avril 1815). Après avoir présenté le bilan financier du journal, Beauchemin affirmait tout son patriotisme et celui de sa famille : « Et s’il faut avoir servi la Patrie et l’Empereur pour avoir des droits à votre bienveillance, vous saurez que ma famille entière s’est dévouée : que mon frère aîné, capitaine de grenadiers, est mort au champ d’honneur en combattant les brigands de la Vendée, que mon second frère et moi avons servi volontairement pendant deux ans dans les colonnes mobiles du département ; que mon quatrième frère sert depuis douze ans en qualité d’officier de santé sur les vaisseaux de Sa Majesté l’Empereur ; qu’enfin mon plus jeune frère, chirurgien major au 93e régiment, légionnaire d’honneur, est mort en Russie […] ».

163 Ibid. : lettre de Chevalier au ministre de la Police (16 mai 1815).

164 Ibid. : rapport du préfet (14 août 1815) et arrêté du ministre de la Police (26 septembre).

165 Ibid. : rapport du préfet (18 septembre 1819).

166 Le Lycée armoricain. Prospectus, Nantes, 1823, 6 p.

167 Le Lycée armoricain, 3e vol., 1824.

168 La seule indication dont nous disposons est le nombre de tirages pour l’année 1823 : la revue fut tirée à 500 ou à 1 000 exemplaires par mois pour cette année (AN, F18 IX 1-39).

169 Levot P., Biographie bretonne, op. cit. Mangin lui-même considérait Le Lycée armoricain comme un « précieux recueil » (L’Ami de la Charte, 4 décembre 1828).

170 Prospectus pour Le Breton, 1826.

171 « Avis » paru dans le Journal de Nantes – Le Breton, 7 janvier 1828.

172 L’abonnement était de 15 F par an pour le département (18 F pour les autres).

173 Le Lycée Armoricain, 1829, vol. 13, p. 126.

174 AN F18 471A : rapport du préfet au ministre de l’Intérieur (24 février 1824).

175 AD 35, 2 T 66 : lettre des frères Vatar au préfet (26 frimaire an X).

176 AN, F18 13 : rapport du préfet d’Ille-et-Vilaine au directeur général de la Librairie (1812).

177 AN, F18 462A : rapport de l’inspecteur de la Librairie Lefeuvre (15 décembre 1814). Les déclarations d’impression pour les années 1820-1823 indiquent un tirage compris entre 100 et 200 exemplaires (AN, F18 IX 1-39).

178 Dessoye A., Brest sous la Restauration : le parti libéral et les missions, 1818-1827, Brest, 1895, p. 1.

179 Exception faite de la première livraison, qu’Anner déclara avoir tirée à 500 exemplaires.

180 AN, F18 471A : lettre de Mme Mellinet-Malassis au directeur général de la Librairie (1er février 1815).

181 Crémieux A., La Censure en 1820 et 1821…, Paris, 1912, p. I.

182 AN, F7 6770 : rapport du préfet (16 janvier 1827). Seul Mellinet avait refusé de signer la pétition, mais il avait remis au préfet « des observations détaillées et précises sur l’effet que produirait infailliblement le projet de loi présenté sur les divers établissements d’imprimerie et de librairie de cette ville et sur le sien en particulier ».

183 Cité dans le Phare de la Loire, 18 septembre 1888.

184 Déplorant l’ampleur de la diffusion de L’Ami de la Charte, Rosalie Mellinet-Malassis écrivait : « les libéraux le soutiennent, payent les amendes auxquelles il se fait condamner, le protègent et le maintiennent » (AD 44, 156 T 4 : lettre au ministre de l’Intérieur, 15 février 1823).

185 Dans l’ensemble des provinces du royaume, on ne recensait, en 1828, que 29 journaux politiques, publiés dans 20 départements seulement (état fourni par La Revue de l’Ouest, n° 8, 18 mars 1829). Les 20 départements dotés d’une feuille politique, ou plus, étaient les suivants : Ain, 1. Aube, 1. Bouches-du-Rhône, 1. Corse, 1. Côte-d’Or, 1. Haute-Garonne, 3. Gers, 1. Gironde, 2. Loire-Inférieure, 2. Marne (Haute-), 1. Meurthe, 1. Nord, 2. Puy-de-Dôme, 1. Pyrénées (Basses-), 1. Rhin (Bas-), 2. Rhône, 2. Saône, 1. Seine-Inférieure, 3. Var, 1. Vienne (Haute-), 1.

186 Après la Révolution de 1830, Mangin se déclara ouvertement républicain. Sous la IIe république, alors qu’il était de nouveau emprisonné pour délit de presse, il demanda à son avocat « …comment faire pour ne pas aller en prison ? La Restauration, et je ne l’avais pas volé, m’y a envoyé. La royauté de Juillet, que j’avais contribué à fonder, a fait de même ; et c’est maintenant la République, ce gouvernement que j’ai appelé de tous mes vœux, qui me traite comme m’ont traité ses devanciers ! » : cité dans Lefeuvre Francis, Souvenirs nantais et vendéens, Nantes, 1913, p. 186. L’Ami de la Charte devint National de l’Ouest en 1837, puis Phare de la Loire en 1851. Il fut continué par Victor et Évariste Mangin, après la mort de leur père (le 25 décembre 1853).

187 La Gazette de Bretagne, hostile au gouvernement de la monarchie de Juillet, parut de 1830 à 1835 ; elle fut plusieurs fois poursuivie et condamnée (la veuve Frout fut incarcérée en 1832, malgré ses 67 ans et ses infirmités). Comptant 258 abonnés dès son lancement, elle tirait à 1 000 exemplaires trois ans plus tard (pour 600 à 800 abonnés).

188 LA Gorce Pierre de, La Restauration. II : Charles X, Paris, libr. Plon, 1928, p. 87.

Table des illustrations

Titre Pour les départements (autres que Seine, Seine-et-Oise et Seine-et-Marne) :
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18310/img-1.png
Fichier image/png, 14k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18310/img-2.png
Fichier image/png, 14k
Titre BÉNÉFICES
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18310/img-3.png
Fichier image/png, 25k
Titre DÉPENSES
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18310/img-4.png
Fichier image/png, 28k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18310/img-5.png
Fichier image/png, 28k
Titre RECETTES
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18310/img-6.png
Fichier image/png, 20k
Titre DÉPENSES
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18310/img-7.png
Fichier image/png, 30k
Titre RECETTES
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18310/img-8.png
Fichier image/png, 11k
Titre DÉPENSES
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18310/img-9.png
Fichier image/png, 22k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18310/img-10.png
Fichier image/png, 39k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540