Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voix de femmes à la scène, à l'écran

 | 
Nicole Vigouroux-Frey

Avant-Propos

Nicole Vigouroux-Frey

Texte intégral

1Voix de femmes... à la scène, à l’écran, constitue le second volume de la collection Le Spectaculaire. Il est l’aboutissement d’une entreprise collective de réflexion, organisée dans le cadre des journées d’études internationales de l’équipe de recherche du TASC (Technicité des Arts du Spectacle Contemporain), à l’université de Rennes 2, Haute-Bretagne, en décembre 1993.

2L’explosion soudaine de voix féminines qui caractérise le spectacle contemporain nous invite à réfléchir à des modes de discours qui, loin d’être nécessairement révolutionnaires, restent complémentaires des voix antérieures.

3Chacun des auteurs a, selon sa spécialité ou son activité, centré son étude sur un sujet plus ou moins récent.

4Diverses sont les approches, comme le sont encore les problématiques, soulignant à l’envi le caractère pluridisciplinaire de notre entreprise, la présence de voix de femmes là où on ne les attend guère (voix en quête de voie) : au musée par exemple, par la voie du “marketing”. La féministe d’aujourd’hui s’étonnera sans doute que l’actrice victorienne affirme sa voix par la voie de la respectabilité, tandis que la publicité d’aujourd’hui fait la part mesquine, découvre-t-elle, à ses congénères.

5“Les voix du spectacle vivant” prolongent les échos vibrants de voix chères venues d’ailleurs, venues de loin ; inflexions de tendresse, d’amitié, de pugnacité, d’intolérance aussi.

6Voix de femmes qui ont été d’inoubliables personnages féminins, voix d’hommes qui se sont exprimés par la parole de femmes éternelles : Deirdre, Junon, Desdémone... et quelques autres.

7Enfin, “voix et traduction” termine en contrepoint le second volume d’une collection inaugurée, voici un an, par une interrogation : “traduire le théâtre, aujourd’hui ? ” la voix de la traductrice est-elle parthénogénèse ou parturition ? Le regard traducteur / vocérateur rassure, entraîne à sa suite celui du lecteur qui, apaisé, s’arrête aux accents de la “voix humaine” de l’écrivain argentin féminin : Griselda Gambaro. À n’en pas douter, l’image phonique des voix de femmes soutient ici sa gageure.

© Presses universitaires de Rennes, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540