Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Révolution du livre et de la presse en Bretagne

 | 
Patricia Sorel

Chapitre V. Le livre entre tradition et modernité

Texte intégral

  • 1 Journal typographique et bibliographique : rédigé par Pierre Roux, puis par Dujardin-Sailly, enfin (...)

1Comme pour la décennie précédente, l’étude de la production imprimée s’avère fort difficile pour les années 1800-1810. Le Journal typographique et bibliographique, qui parut du 22 septembre 1797 au 16 octobre 18101, ne comporte aucune table ou index qui permettrait de retrouver rapidement les ouvrages publiés en Bretagne. Les seules sources dont nous disposons sont les catalogues des bibliothèques municipales et quelques bibliographies rétrospectives. Mais si ces sources permettent de fournir des indications sur la production d’une ville, elles ne peuvent être utilisées dans la perspective d’une étude comparée, la conservation et le catalogage des ouvrages imprimés étant trop inégaux.

  • 2 AN, F18 IX 1 à 39 : dépôt légal : départements (1810-1830).
  • 3 Bibliographie de l’Empire français… (puis Bibliographie de la France), par Adrien-J.-Q. Beuchot.

2L’étude de la production devient beaucoup plus sûre avec l’entrée en vigueur du décret du 5 février 1810, qui mettait en place un strict régime de contrôle du livre. Le titre III du décret, « de la police de l’imprimerie », porte que : « Chaque imprimeur sera tenu d’avoir un livre coté et paraphé par le préfet du département, où il inscrira, par ordre de date, le titre de chaque ouvrage qu’il voudra imprimer, et le nom de l’auteur, s’il lui est connu » (art. 11). Les préfets devaient adresser les déclarations d’impression au directeur général de l’Imprimerie et de la Librairie (art. 12), lequel pouvait surseoir à l’impression d’un ouvrage et l’envoyer à un censeur (art. 13 et 14). Suite à ce décret, tous les ouvrages périodiques et non périodiques publiés en France furent enregistrés à la direction de l’Imprimerie et de la Librairie. Les registres du dépôt légal comportent le lieu de résidence et le nom de l’imprimeur, le titre de l’ouvrage, parfois son auteur, le format, le nombre de volumes et de feuilles, le tirage2. Les bulletins de déclarations des imprimeurs provinciaux sont en outre conservés dans la série F18 des Archives nationales (pour les années 1817-1835 seulement) et dans la série T des Archives départementales (plus ou moins lacunaire). Ces déclarations doivent être considérées comme de simples projets de publication, que l’on peut vérifier dans la Bibliographie de la France qui enregistre tous les livres déposés au dépôt légal3. Chaque volume comporte trois tables : alphabétique des ouvrages, alphabétique des noms d’auteurs, et méthodique pour la classification des ouvrages ; les notices bibliographiques contiennent le nom de l’imprimeur, l’adresse du libraire, le nombre de feuilles et souvent le prix du livre.

  • 4 Cf. Bellos David, « Le marché du livre à l’époque romantique… », Revue française d’histoire du liv (...)
  • 5 AD 35, 2 T 1 : rapport du sous-préfet de Rennes au préfet (13 janvier 1813).
  • 6 AD 22, 1 M 19 : lettre du préfet à la direction de la Librairie (3 décembre 1814).

3Mais, on le sait, les enregistrements administratifs ne sont pas exhaustifs4. Les publications provinciales et les ouvrages de petit format sont particulièrement sous-représentés. Il semble en outre avéré que les imprimeurs des départements n’aient pas toujours rempli avec exactitude les formalités de déclaration et de dépôt, notamment pendant les premières années d’entrée en vigueur du décret de 1810 – en janvier 1813, le sous-préfet de Rennes informait son supérieur qu’il avait enfin pu réunir les déclarations des imprimeurs pour les trimestres de 1811 et 1812, hormis celles de Frout qui s’était « obstiné » à ne pas répondre aux injonctions de la sous-préfecture5. Dans le département de la Loire-Inférieure, le soulèvement vendéen, qui entraîna la profonde désorganisation des administrations de 1810 à 1817 (le service de la poste ne fut officiellement rétabli que le 24 juillet 1815), constitue vraisemblablement l’une des causes du faible nombre d’ouvrages déposés au dépôt légal au cours de ces années. Ajoutons que le défaut de déclaration était parfois imputable aux autorités locales elles-mêmes – à la fin de l’année 1814 encore, le préfet des Côtes-du-Nord s’interrogeait sur « ce qui distingue les ouvrages dits de labeur de ceux réputés bilboquets », avouant que ses connaissances à cet égard n’étaient pas « suffisamment fixées »6.

4Le croisement de toutes ces sources, complétées par la consultation des catalogues de la Bibliothèque nationale de France, ainsi que ceux des bibliothèques municipales, permet néanmoins de constituer une base solide pour la connaissance de la production imprimée, plus précisément des ouvrages connus en imprimerie sous le nom de « labeurs ». Les deux autres catégories d’ouvrages (les petites brochures et les ouvrages de ville) relevaient seulement de la surveillance locale – ils étaient soumis, avant l’impression, à l’examen du préfet et ne pouvaient être imprimés qu’avec son approbation.

  • 7 Circulaire du directeur général de la Librairie aux préfets (5 août 1812).

« La première [catégorie] se compose des ouvrages ou labeurs dont l’impression est le produit principal des presses françaises, dont la vente forme le commerce le plus important de la librairie […].
La seconde est formée des petites compositions qui, bien qu’appartenant à la classe des labeurs, ont été, en considération de leur faible importance individuelle, laissées à la surveillance particulière de MM. les Préfets, et soumises, pour leur publication, à leur autorisation. (Tels sont les récits d’événemens, les extraits de journaux, de jugements des tribunaux, les chansons populaires, les complaintes, etc.).
Enfin, la troisième comprend tous les ouvrages de ville appelés à Paris bilboquets, et qui, imprimés pour le compte des administrations ou des particuliers, sont toujours étrangers aux spéculations de la librairie7 ».

  • 8 AN, F18 1 : décret du 29 avril 1811.

5Ajoutons que le décret du 29 avril 1811 instaurait une taxe d’un centime par feuille d’impression sur les labeurs tombés dans le domaine public ; les ouvrages de ville n’étaient pas soumis à cet impôt8.

Une production dans la continuité de l’Ancien Régime

L’Ille-et-Vilaine

  • 9 Pierre-François Massey de Tyronne : né à Nantes vers 1793-1795, il fut avocat, puis magistrat. Dém (...)
  • 10 Jean-Baptiste-François Delaporte (Rennes, 1755-1824) : avocat, magistrat, député des Côtes-du-Nord (...)

6À Rennes, la veuve Vatar et de Bruté, autrefois à la tête de l’établissement le plus considérable de la province, consacrait la majeure partie de son activité à l’impression de « bilboquets » et d’ouvrages « intermédiaires ». Les registres du dépôt légal ne contiennent que neuf titres de « labeurs » sortis de ses presses : des Cours de thèmes et de versions pour le collège royal de la ville, deux traités de droit, un catéchisme, une « nouvelle dédiée aux Dames de Rennes » intitulée Ce que c’est que le magnétisme, ou Le magnétisme en défaut, par Mampon (1818, in-8°, 300 ex.), un Panégyrique de Saint-Louis, prononcé dans la cathédrale de Rennes […] le 26 août 1816 (in-4°, 500 ex.) et Un mot aux démagogues de Massey de Tyronne9 (1819, in-8°, 200 ex.). Augustine Jausions, qui succéda à la veuve en 1823, ne déposa que deux déclarations : l’une pour les Souvenirs historiques du grammairien et avocat Jean-François Daniel (1826, in-12, 1000 ex.) et l’autre pour les Récréations grammaticales du même auteur (1828, in-8°, 1500 ex.). Les déclarations de Joseph-Marie Vatar sont également peu nombreuses : vingt-deux titres, parmi lesquels sept de droit et cinq de religion (dont le Catéchisme de 1812, imprimé à 8000 exemplaires). Dans cette courte liste, on trouve néanmoins les Recherches sur la Bretagne de J.-B. Delaporte Jean-Baptiste-François Delaporte10(Rennes, 1755-1824) : avocat, magistrat, député des Côtes-du-Nord au Conseil des Cinq-Cents en 1795 ; auteur de Recherches sur l’ancienne législation et l’organisation judiciaire en Bretagne (Rennes, Chausseblanche, 1809), il fut l’un des fondateurs de la Société des sciences et des arts de Rennes. (tome I, 1819, in-8°, 1 300 ex. ; tome II, 1823, 1 000 ex.), The Guide to the English…de Poussard (1822, in-12, 1 200 ex.), et une Traduction héroïcomique des deux premiers livres de l’Enéide par J.-F. Lagogué, bachelier ès lettres de la faculté de Rennes (1826, in-8°, 1 000 ex.).

  • 11 Armand-Louis-Bon Maudet de Penhouët : né au château de Penhouët (paroisse d’Avessac) en 1764 ; col (...)

7L’imprimerie Frout fournit le plus grand nombre de déclarations (69 sur 241 recensées pour Rennes), mais il s’agit essentiellement de livres religieux (26 titres) et d’almanachs (19 titres), tirés à plusieurs milliers d’exemplaires – dont l’Almanach journalier (in-12, 12 000 ex. en 1823), l’Almanach journalier et par quartier (in-12 et in-18, 10 000 ex. en 1823, 1824 et 1825), ou encore l’Almanach de Liège (in-12, 10 000 ex. en 1824 et 1825). Un autre marché important pour la maison Frout était celui des écoles, qu’elle approvisionnait en manuels d’apprentissage pour la lecture et l’écriture (tel cet Alphabet, in-12, imprimé à 6 000 exemplaires en 1822 et 1824). Un seul ouvrage se distingue dans cette production uniforme : l’Archéologie armoricaine du comte de Penhouët, en deux volumes in-4° (Description des médailles, 1824, 500 ex. ; Dissertation sur les pierres de Carnac, 1825, 1 000 ex.)11.

  • 12 Guillaume-Louis-Julien Carré (Rennes, 1777-1832), juge suppléant près le tribunal civil de Rennes (...)
  • 13 Charles-Bonaventure-M. Toullier (Rennes, vers 1760-1835), reçu avocat en 1775, fut « l’un des juri (...)

8Après Frout, ce fut Cousin-Danelle qui fournit le plus grand nombre de déclarations (66 titres), mais sa production était nettement moins traditionnelle que celle de son confrère. Cousin-Danelle consacrait une grande partie de son activité à la publication d’ouvrages de droit – à destination des hommes de loi et des étudiants de la ville –, parmi lesquels il faut mentionner les traités réputés de Carré12 et les douze tomes du Droit civil français de Toullier13 (les tomes X et XI furent tirés à 4 500 exemplaires, le tome XII à 6 500 exemplaires, en 1826). Il publia aussi quelques ouvrages de belles-lettres (dix titres) : deux romans de Désirée de Castéra (L’Étrangère dans sa famille, ou L’obstacle invincible, 1814, 4 vol. in-12, 850 ex. ; Le Portrait, ou La vallée des tombeaux, 1814, 3 vol. in-12, 800 ex.), des pièces de théâtre représentées à Rennes (La Vengeance, ou Le fou par amour, par Mlle Vanhove, 1814, 3 vol. in-12, 800 ex. ; Le Tasse, de Coudurier, 1816, in-8°, 1 000 ex.), ou encore des poésies (Les Babioles d’un vieillard, de Le Bouvier-Desmortiers, 1818, in-8°, 500 ex. ; Le Sacre du roi, de Leroy- Keraniou, 1825, in-8°, 1 000 ex.). Signalons également deux ouvrages imprimés pour le compte de deux libraires parisiens : l’Art du peintre doreur, vernisseur, et du fabricant de couleur, de Watin (1815, in-8°, 1 500 ex.), pour Belin Le Prieur, et le Fablier des enfants (1816, in-12, 3 000 ex.) pour Dabo.

9Marteville succéda à Cousin-Danelle en 1828 et travailla lui aussi pour le monde du droit (dix ouvrages, sur un total de vingt-cinq, dont le tome XIII de Toullier tiré à 5 000 exemplaires). Il fit paraître en outre deux poésies – La Jobiane, ou Les songes du père Job, poème en sept chants, par René Fruneau ancien marin (1828, in-8°, 100 ex.), Ulrich, ou Le songe d’un époux (1829, in-8°, 250 ex.) – et une pièce de théâtre – Laure, ou Souffrance et repos (1828, in-8°, 500 ex.). Citons également l’étude historique de Maudet de Penhouët, Esquisses sur la Bretagne…, 1re livraison (avec planches gravées), in-4°, tirée à 400 exemplaires en 1829. Enfin l’imprimerie Chausseblanche, d’où sortait la feuille libérale rennaise, avait elle aussi sa spécificité. Sur les dix-neuf déclarations déposées par l’imprimeur, décédé en 1822, dix sont des traités politiques de tendance libérale (dont certains furent publiés à l’occasion d’élections). Michel Chausseblanche fit en outre paraître l’ouvrage de l’écrivain rennais Jean- Baptiste-René Robinet (1735-1820), Les Vertus. Réflexions morales en vers (1814, in-12), tiré à 1 000 exemplaires.

10L’imprimerie la plus productive du département ne se trouvait pas à Rennes, mais à Saint-Malo, où Louis-François Hovius déclara 122 publications. Plus de la moitié des titres (soixante-six) sont des ouvrages de religion, à l’usage des fidèles ou des écoles, tirés à plusieurs milliers d’exemplaires – tels des Exercices spirituels pour les retraites et les missions (in-18, 1817, 6 000 ex.) ou des Instructions et prières pour la messe (1825 et 1827, 7 000 ex.). Les almanachs représentent ensuite la part la plus importante avec trente titres (soit 24,6 %). Hovius imprimait également des manuels scolaires – comme les Cours de grammaire française de Hoslin (1826, in-12, 3 000 ex.), ou des Elémens d’arithmétique (1827, in-12, 3 000 ex.) –, ainsi que divers ouvrages pratiques à l’usage des marins (Table des marées, Petit flambeau de la mer…), tirés à quelque 2000 exemplaires. Louis Valais avait une production beaucoup plus restreinte que son concurrent : il déposa treize titres, dont six almanachs et trois ouvrages de dévotion. Henri Rottier, qui lui succéda au cours de l’année 1821, fit preuve d’un peu plus d’audace. Il ne déclara que seize ouvrages mais, parmi eux, les Mémoires de Du Guay- Trouin (1822, in-18, 1200 ex.), suivis, deux ans plus tard, de la Biographie des Malouins célèbres, depuis la fin du xve siècle jusqu’à nos jours, précédée d’une notice historique sur la ville de Saint-Malo depuis son origine, par l’abbé François Manet (in-8°, 1 000 ex.), puis, en 1827, d’une Notice sur le capitaine Robert Surcouf de Saint-Malo (in-32, 100 ex.). Toutefois, la rentabilité de l’imprimerie exigeait la publication d’ouvrages plus classiques et ce furent Les Aventures de Télémaque de Fénelon, œuvre au succès assuré – car toujours utilisée par les écoliers –, qui donnèrent lieu au plus fort tirage (1822, in-12, 4 500 ex.).

  • 14 AD 35, 4 E 3885 : inventaire après décès de Joseph-Désiré Antignac, le 22 octobre 1829, par Ulysse (...)

11À Fougères, l’imprimerie Vannier consacrait l’essentiel de son activité aux livres de dévotion (53 titres sur 67). Quant à l’imprimerie vitréenne, elle était sans doute la moins active du département. Sous l’Empire, Louis Royer travaillait essentiellement pour les personnalités locales et, quinze ans plus tard, l’activité de l’atelier n’avait pas évolué. L’inventaire après décès de Joseph-Désiré Antignac, le successeur de Royer, révèle toute la modestie de son imprimerie, d’où sortaient seulement des livres de dévotion et quelques manuels scolaires14.

Nantes

  • 15 Édouard Mennechet (Nantes, 1794-1845), surnommé le Plutarque français, était le petit-neveu du cél (...)
  • 16 Édouard Richer (1792, Noirmoutier – 1834, Nantes) était tout à la fois féru d’antiquités, de scien (...)
  • 17 Grand vicaire à Laon au moment de la Révolution, Jean-Baptiste Duvoisin avait été déporté en septe (...)
  • 18 Ce Précis fut d’abord publié à Brunswick en 1790, puis à Leipzig en 1801 (selon Quérard).
  • 19 Le Bouvier des Mortiers avait écrit une Réfutation des calomnies publiées contre le général Charet (...)

12L’imprimerie la plus importante de Nantes et de Bretagne, celle de Camille Mellinet, fournit 380 publications. Quatre-vingt (soit 20 %) sont des livres religieux – dont plusieurs furent publiés à l’occasion du jubilé (ouvert le 31 décembre 1826) et du séjour dans la ville des missionnaires de France (mars-avril 1827). L’» imprimeur de Mgr l’Évêque et du clergé » publiait aussi les comptes rendus de la Société académique de Nantes et de la Loire-Inférieure, dont il était membre. Surtout, il se donna pour tâche de mieux faire connaître les auteurs bretons contemporains. Quelque soixante-dix œuvres littéraires sortirent de ses presses : des poésies (La Croix d’argent et Le Sage et Montménil de Mennechet15, 1823, in-8°, 500 ex. ; La Grèce délivrée de Hubert de Bercy, 1828, in-8 ; ou encore les Poésies d’Élisa Mercœur, 1827, in-18), des pièces de théâtre (tel Le Tableau de famille, ou La Saint Charles du chevalier Deniset, 1825, in-8°) et quelques romans, dont certains émanaient de l’Œuvre des bons livres (fondée à Nantes en 1827). Avec 52 titres, les ouvrages d’histoire et de géographie représentent près de 14 % des publications : outre les études d’Édouard Richer16– dont le Précis de l’histoire de Bretagne (1821-1822, in-4°, 1 000 ex. en 5 livraisons), ou le Voyage pittoresque dans le département de la Loire-Inférieure (1823, in-4°, 1 000 ex.) –, mentionnons la Notice historique sur Anne de Bretagne du Nantais Marie-Joseph Trébuchet (deux éditions parues en 1822, chacune tirée à 1 000 exemplaires). Viennent ensuite les almanachs (30 déclarations, soit environ 8 %), dont l’Almanach de Nantes (tiré à 30 000 exemplaires pour 1821). On trouve aussi quelques ouvrages politiques, qui s’accordaient avec les opinions monarchistes de Rosalie Malassis – la Défense de l’ordre social contre les principes de la Révolution française de l’évêque de Nantes J.-B. Duvoisin17 (in-8°, 1820, 1 000 ex.), un Précis sur la vie et les derniers moments de S. A. R. Mgr le duc de Berry, assassiné le 13 février 1820 par l’infâme et exécrable Louvel (in-12, 1820, 000 ex.)18, suivi de Stances sur la naissance du duc de Bordeaux par J. Cadoret (in-8°, 500 et 1 000 ex.), ou encore la Vie du général Charette par Le Bouvier des Mortiers19 (in-8°, 1823, 2 000 ex.) – ; l’avènement de Charles X, en 1824, puis le séjour à Nantes de la duchesse de Berry, à la fin du mois de juin 1828, furent d’autres occasions de faire paraître quelques panégyriques. Camille Mellinet publia également des ouvrages très divers : traités pratiques d’agriculture et de jardinage (à l’usage de la Société d’horticulture de Nantes), de droit, de sciences et de médecine, d’éducation, d’industrie, d’économie, ou d’autres très spécialisés, tel Le Cheval et le cavalier dont il était l’auteur (1822, in-18, 1 000 ex. ; seconde édition en 1823).

  • 20 Une partie des ouvrages de François-Joseph de La Serrie (1770-1819) sortit des presses de Didot ; (...)
  • 21 Mangin vanta la beauté de cette édition dans ses Affiches : « Les Recherches historiques formeront (...)
  • 22 Jean-Alexandre Cavoleau (Légé, 1754 – Fontenay, 1839) : évêque constitutionnel de la Vendée en 179 (...)

13L’imprimerie des Mangin père et fils se distinguait elle aussi par une politique éditoriale rompant avec la tradition, et de façon d’autant plus marquée qu’elle excluait les livres religieux (un seul titre). Sur 129 publications, 26 sont des ouvrages de belles-lettres : des ballets (ainsi en 1821, Les Six ingénus du danseur L. Duport, Zoraïme d’Oudard, Les Jeux gymniques, ou Les fêtes d’Eleusis d’Oudard et Rhénon, tous tirés à 500 exemplaires in-12), des pièces de théâtre (La Bonne nouvelle, écrite par Mangin père lui-même, 1814, in-8°, 500 ex. ; Don Carlos, infant d’Espagne de Charles Malinas, 1820, in-8°, 1 000 ex.), des romans (Les Trois petites nouvelles de La Serrie20, 1817, in-12, 1 000 ex.) ; relevons aussi La Muse fugitive, recueil de poésies du libraire Baudin (1825, petit in-8°), ou encore un Panégyrique des femmes par Henri Arnaudeau (1822, in-8°, 1 000 ex.). Après les belles-lettres, ce sont les traités politiques que l’on trouve en plus grand nombre (21 titres, soit un peu plus de 16 %) ; ils expriment toujours les idées du parti libéral et furent publiés le plus souvent au moment des élections (sous forme de simples Lettres aux électeurs des arrondissements). Viennent ensuite les almanachs (20 titres), puis les ouvrages de médecine (13 titres) – notamment les cours du professeur Darbefeuille à la faculté. On ne relève que cinq ouvrages d’histoire, mais, parmi eux, les Recherches historiques sur la Bretagne (1814, in-4°, 500 ex.)21, la Description du département de la Vendée, et considérations générales sur la guerre civile de 1793, 1794 et 1795, de Cavoleau22(1818, petit in-4°, 550 ex.), La Vendée poétique et pittoresque, ou Lettres descriptives et historiques sur le bocage de la Vendée, depuis Jules César jusqu’à l’année 1791 exclusivement, de Charles Massé-Isidore (1829, in-8°).

  • 23 Louis Say (né à Lyon vers 1775), négociant, économiste et membre de la Société académique de Nante (...)

14Les autres imprimeurs de Nantes étaient moins actifs, mais avaient une production assez diversifiée. Lamorée-Forest déposa 86 déclarations, dont 26 pour des almanachs (30 %), 13 pour des livres de droit, 8 pour des ouvrages de médecine et autant de belles-lettres. Relevons l’Ancienneté de la langue française par Simonin, correspondant de la Société académique de Nantes (1822, in-8°, 1 000 ex.), une Notice sur les principales villes et les principales communes du département de la Loire-Inférieure par Jean-François Boyer (1823, in-12 ; 2e éd., 1825) et deux essais de l’économiste Louis Say23, le Traité élémentaire de la richesse individuelle et de la richesse publique…(1827, in-8°) et An Elementary treatise on individual and public wealth, in which the principal questions of political economy are explained and elucidated (1829, in-8°). L’imprimerie Hérault totalise 76 ouvrages divers (17 titres de droit, 12 de religion, 10 de belles-lettres). Les frères Busseuil fournirent ensemble 54 publications, dont 14 livres religieux et autant d’œuvres littéraires – parmi elles, Le Joyeux Breton, ou Recueil de bons mots, calembours, chansons, épigrammes, poésies diverses, par Ant. B. (1827, in-18), la traduction d’un poème de Lord Byron, Le Pèlerinage de Childe Harold (1828, in-18), la « nouvelle persane » de Florian, Bathmendi (1827, in-18), ou encore Elzine et Deliska, « nouvelle dédiée aux jeunes personnes chrétiennes » (1828, in-18). Relevons par ailleurs la publication en 1826 de trois ouvrages de sciences en langue espagnole, probablement destinés à être exportés en Amérique du Sud : Algebra escrita, en frances por S. F. Lacroix (in-8°), Elementos de geometria, escritos en frances por A. M. Legendre (in- 8°), Curso completo de matematicas puras (in-8°). Enfin Merson, breveté imprimeur en février 1829, fit paraître 13 titres au cours de cette année – dont L’Adroit escamoteur, ou Recueil de nouveaux tours de société démontrés par M. Benoît Lombral (in-12), un Recueil de chansons nouvelles (in-18), et le Supplément à la première livraison de Henri IV, modèle des gouvernans et des gouvernés, par Foulaines (in-8°).

Les Côtes-du-Nord

  • 24 AD 22, 135 J 10.
  • 25 Certains ouvrages apparaissent plusieurs fois dans des formats différents ; en ne les prenant pas (...)
  • 26 Rappelons qu’en 1786 Prud’homme en avait publié une nouvelle édition, revue et corrigée par son am (...)

15Les Archives départementales conservent un inventaire de l’établissement le plus important du département, l’imprimerie-librairie Prud’homme, réalisé en 181024. Louis-Jean Prud’homme, qui souhaitait transmettre son entreprise à ses fils, fit appel à Hovius de Saint-Malo et à Huart de Dinan pour procéder à l’estimation de ses fonds. Les premières pages de l’inventaire recensent les « articles de fonds en feuilles », c’est-à-dire ceux imprimés par la maison : au total, 112 titres répartis sur 184667 exemplaires (auxquels il faut ajouter sept ballots non détaillés)25. Pour chaque ouvrage, sont précisés le « prix séparé des reliures », le nombre d’exemplaires, le titre, le format, le prix du volume et le prix total. La production de l’imprimerie briochine ne présentait guère d’originalité. Les livres de religion, destinés à la fois aux fidèles et aux écoliers, sont les plus nombreux – 74 titres (soit 66 % du fonds), répartis sur 131062 exemplaires (soit 71 %) – et donnaient lieu aux plus forts tirages – entre autres 23745 Heures diverses (en français, latin ou breton), 11995 Journée du chrétien de différents formats, 4640 Figures de la Bible de Royaumont, 4 000 Eucologe parisien, 3 877 Bréviaire laïque, 3 657 Catéchisme historique de Fleury, 3 499 Cantiques des missions, 3 457 Couronne de la Vierge. Le reste du fonds est constitué en grande partie de livres à vocation pédagogique : 13 445 alphabets, 6 513 grammaires (auxquelles il faut ajouter sept ballots de Grammaire de Fromaget), de nombreux ouvrages de littérature latine (dont 15903 exemplaires de divers écrits de Cicéron), des œuvres d’auteurs classiques (2 050 exemplaires des Œuvres complètes de Boileau, 979 Œuvres de Gresset « pour les écoles », ou encore 93 Fables de La Fontaine), enfin quelques traités d’histoire (notamment 1 586 exemplaires de l’Histoire des révolutions arrivées dans le gouvernement de la République romaine, en 3 vol., de l’abbé Vertot). Les ouvrages plus spécifiques paraissent bien isolés : relevons l’Histoire politique et philosophique des établissements et du commerce des Européens dans les deux Indes, de l’abbé Raynal (8 vol., 1 714 exemplaires)26, les Annales briochines, ou Abrégé chronologique de l’histoire ecclésiastique, civile et littéraire du diocèse de Saint-Brieuc, de l’abbé Ruffelet (140 exemplaires) ; en littérature, les Œuvres de Gresset (619 exemplaires) ; deux ouvrages de la Bibliothèque bleue : l’Arithmétique de Calvet (2164 exemplaires) et Le Jardin d’amour, où est enseignée la méthode et adresse pour bien entretenir une maîtresse, ensemble, comme il faut inviter aux noces les parens et amis (267 exemplaires) ; un ouvrage pratique : Le Secrétaire à la mode, par Jean Pujet de La Serre, augmenté d’une instruction d’escrire des lettres […] et des compliments de la langue française (1436 exemplaires). Signalons enfin la quasi-absence des titres en langue bretonne (puisqu’ils concernent seulement quatre livres de dévotion).

  • 27 AD 22, 135 J 11.

16Louis-Mathieu Prud’homme, qui prit la direction de l’établissement en 1811, resta fidèle à la politique éditoriale de son père. Sur 171 ouvrages recensés de 1811 à 1829, 106 sont des livres religieux (62 %) et 37 des manuels scolaires. Les almanachs (13 titres) faisaient toujours l’objet des plus forts tirages (12 500 exemplaires de l’Almanach journalier en 1812 et en 1813, 10 000 exemplaires en 1814, 1815, 1816 et 1817), ce qui s’explique notamment par le fait que la maison fournissait les petits libraires et bouquinistes des environs – tel Tanquerey, négociant à Lorient, qui commanda, en novembre 1814, 3000 Almanach journalier, quinze douzaines d’Etrennes mignonnes, vingt douzaines d’Almanach chantant et trente douzaines d’Almanach de cabinet27. L’atelier Prud’homme assurait à lui seul la quasi-totalité de la production imprimée de la ville. Ses concurrents, Beauchemin, Bourel, puis Guyon, n’imprimaient guère que des ouvrages de ville.

17À Dinan, la production était de même nature qu’à Saint-Brieuc : sur 90 ouvrages sortis de l’imprimerie Huart, 58 (soit près de 65 %) sont des livres de dévotion populaire ou d’éducation religieuse, de petit format et tirés à plusieurs milliers d’exemplaires (entre autres, 8 000 Heures pour les enfants à l’usage de Rome en 1811, ou 6 000 Heures de Notre-Dame à l’usage de Rennes en 1815 et 1828). On trouve ensuite 16 titres d’almanachs (dont l’Almanach journalier, tiré à 10000 exemplaires en 1815). Les seuls ouvrages spécifiques sont des traités de médecine (12 titres), rédigés par le docteur Bigeon de Dinan – dont des Observations sur l’abus des remèdes et de la saignée (1813, in-8°), des Recherches sur l’influence des évacuans (1816, in-8°, 600 exemplaires), ou L’Utilité de la médecine démontrée par les faits… (1818, in-8°, 850 exemplaires).

Le Finistère

18Doté du plus grand nombre d’imprimeries, Brest fut, de loin, la ville la plus productive du Finistère, avec 186 titres (sur 259 recensés pour le département, soit près de 72 %).

19Jean-Baptiste Le Fournier, breveté imprimeur en 1813, déposa 84 déclarations (soit 45 %), dont 30 concernent des ouvrages destinés à la marine ; viennent ensuite les livres de religion (19 titres), les livres d’éducation (11 titres) et les almanachs (9 titres). Les livres en langue bretonne apparaissent vers 1819-1820 ; les treize titres enregistrés au dépôt légal sont des livrets de dévotion (Canticou, Taulennou, Soungit ar-vad, tirés à plusieurs milliers d’exemplaires), des Almanac brezonnec et un ouvrage d’éducation, rédigé par Y. Poullaouec, « instit e Sant-Renan » (Facoun neves evit desquit lenn er ber amzer gant ma veza heuliet ar brononciation naturel eus al lizerennou). Signalons en outre la publication du Combat des Trente, poème du xive siècle, par de Fréminville (1819, in-8°; 1 000 ex.) et des Antiquités de la Bretagne, du même auteur (2e et 3e partie, 1828, in-8°).

20Guillaume-François Michel, remplacé par sa veuve en 1824, fournit 60 titres (soit 32 %). Pendant les années 1814, 1815 et 1816, Michel fit paraître 19 œuvres littéraires, dont de nombreuses pièces de théâtre : La Bonne cause et le bon parti, « par un habitant de Brest » (1814, in-8°, 600 ex.), La Partie de chasse d’Henri IV, par Charles Collé (1814, in-8°, 500 ex. ; 1815, 2 000 ex.) et plusieurs pièces de La Harpe (en format in-8°) – Le Comte de Warwick (1815, 1 450 ex.), Coriolan (500 ex.), Jeanne de Naples (500 ex.), Mélanie (500 ex.), Philoctète (500 ex.), Virginie (500 ex.) et Théâtre choisi (1816, 1 000 ex.). Signalons aussi les Campagnes de l’abbé Poulet en Espagne, pendant les années 1809, 1810 et 1811, par Picquenard (1816, in-12, 2 000 ex.). L’histoire n’est représentée que par trois ouvrages, mais l’un est l’œuvre érudite de l’avocat Miorcec de Kerdanet, Notices chronologiques sur les théologiens, jurisconsultes, philosophes, artistes, littérateurs, poètes, bardes, troubadours et historiens de la Bretagne, depuis le commencement de l’ère chrétienne jusqu’à nos jours (1818, in-8°, 300 ex.). Les deux autres sont en langue bretonne : Abrege eus a gaptivite ag eus a varo Louis C’huezec, roue a Franc, Marie-Antoinette, e bried… du poète breton Goësbriand (1818, in-12, 900 ex.) et Abrege eus a vuez Cathelineau…, par Jacqès Abalan « scolaër e Plouescat » (1823, in-12, 1000 ex.). Successeur de la veuve Michel en 1826, Jean-Baptiste Rozais publia 18 ouvrages, dont deux livres d’histoire – le premier volume de l’Itinéraire descriptif du département du Finistère, par Gilbert Villeneuve (1828, in-8°, 600 ex.) et une étude en langue portugaise (Dezembarque do conde de Saldanka…, 1829, in-8°).

21La production de Quimper, ville d’évêché, resta cantonnée aux ouvrages de religion et d’éducation, dont certains en langue bretonne – on trouve, imprimés par Derrien en 1812-1814, trois Catechis (deux tirés à 2 000 exemplaires, un à 3 000) et un recueil d’Heuriou (2 000 ex.). Simon Blot, qui succéda à Derrien en 1817, poursuivit la tradition éditoriale familiale. Sur les 18 titres enregistrés au dépôt légal, 15 sont des ouvrages de dévotion en langue bretonne, déjà publiés au siècle précédent : l’Imitation hor Salver…(« Imitation de Jésus-Christ » ; 1824, 3 000 ex.) et la Buez ar Saent (« La Vie des Saints » ; 1829, 2 500 ex.) du recteur de Beuzec-Conq Dom Claude Marigo (1693-1759), les Collocou ar C’halvar (« Colloque du Calvaire » ; 1824, 2 500 ex.), ou les Heuriou brezounec ha latin (« Heures bretonnes et latines » ; 1829, 4 000 ex.) du recteur léonard Charles Le Bris (1660/65-1737).

  • 28 Davy Samuel, Vignettes et réclames de librairies bretons aux xviiie et xixe siècles…, dactylogr., (...)
  • 29 J. Ollivier, dans son Catalogue bibliographique de la chanson populaire bretonne… (Quimper, 1942), (...)

22Mais ce fut Lédan de Morlaix qui consacra la plus grande partie de son activité à l’impression de brochures et de feuilles volantes en langue bretonne. Parfaitement bilingue, Lédan recueillit et composa lui-même de nombreuses chansons, que les colporteurs et les chanteurs ambulants diffusaient dans les campagnes. Il recevait « les bardes paysans qui venaient lui chanter leurs dernières créations dans sa boutique. Quelque temps après, le barde revenait prendre possession des petits livrets de 6 ou 8 feuilles in-12 qu’il n’avait plus qu’à écouler dans les foires et les pardons28 ». Ces petits imprimés populaires n’étaient pas soumis à autorisation et n’apparaissent donc pas dans les déclarations d’imprimer29. Les registres du dépôt légal ne contiennent que les titres d’ouvrages les plus importants, seulement 27 titres de 1810 à 1829, dont 20 en langue bretonne. Comme Blot à Quimper, Lédan réédita des textes religieux, mais aussi des œuvres littéraires et des pièces de théâtre : Dialog entre un Doctor hac ur buguel (« Dialogue entre un docteur et un enfant » ; 1810, in-32), Buez ar pevar mad Emon, duc d’Ordon, laquet e form un drajedi (« Vie des quatre fils Aymon, sous forme de tragédie » ; 1818, in-8°), Meuleudiguez ur gueguin gaër cure Sant-Yan-ar-Bris (« Louanges du beau geai du vicaire de Saint- Jean-du-Doigt » ; 1824, in-8°, 1 000 ex.), Rimou ha goulennou evit an eureujou (« Rimes et demandes pour les mariages » ; 1825, in-18, 1 000 ex.), Conferançou curius, util hac interessant evit amusamant an dud divar ar meaz (« Conférences curieuses, utiles et intéressantes, composées pour l’amusement des gens de la campagne » ; 1829, in-18, 1 000 ex.), Histor ar Bonom Mizer (1829, in-18, 1 000 ex.). L’autre imprimerie de Morlaix, celle des Guilmer, avait une production plus modeste. Les registres du dépôt légal ne contiennent que cinq titres, tous en breton : des livres de dévotion, une pièce de théâtre – Tragedien sant Guillarm, condt deus a Petou (« Tragédie de saint Guillaume, comte de Poitiers » ; 1815, in-12) – et des fables d’Esope traduites par le Trémelois Guillaume Ricou – Fablou Esop troët en brezonec gant G. Ricou (1827, in-12, 1 000 ex.).

  • 30 Le Menn Gwennolé, « Une « bibliothèque bleue » en langue bretonne », Annales de Bretagne et des Pa (...)

23Mais, répétons-le, les registres du dépôt légal n’offrent qu’une vision tronquée de la production imprimée en langue bretonne. Des milliers de chansons sur feuilles volantes, de nature religieuse ou profane, étaient distribuées par des colporteurs à l’occasion des grands rassemblements. G. Le Menn parle même de la présence à Morlaix d’une « véritable bibliothèque bleue » en langue bretonne30. En 1829, un Gallois, le révérend Thomas Price, de passage dans la ville, s’étonnait :

  • 31 Cité par Le Menn G., art. cit., p. 230.

« Je trouvai ses magasins remplis de publications bretonnes et ses presses toujours employées à composer du breton […]. Je vis de nombreux paysans parlant breton venir demander plusieurs “small tracts” en breton. Cette classe du peuple formait la masse de sa clientèle. M. Lédan m’assura que les paysans bretons sont mieux disposés à développer le goût de la lecture que la même catégorie de personnes dans la France, et je puis ajouter, en confirmation de ce témoignage, que je ne crois pas à l’existence dans une autre partie de la France d’une imprimerie entièrement soutenue par la paysannerie et les classes populaires31 ».

  • 32 AD 56, T 188 : rapport du maire de Vannes au préfet (19 avril 1822).

24Le département du Morbihan se situait au dernier rang dans la production des ouvrages de « labeur », avec seulement 73 publications, dont 56 pour Vannes. Dans le chef-lieu du département, les travaux d’imprimerie de Jean-Marie Galles et de la veuve Bizette se bornaient aux ouvrages de ville et à la réimpression des livres de piété le plus en usage dans le diocèse32. Galles déposa 28 déclarations pour des ouvrages de religion (20 titres), tirés à plusieurs milliers d’exemplaires, et des livres d’instruction. La veuve Bizette déclara également 28 ouvrages, dont 11 almanachs et 8 livres de piété ; un seul titre mérite d’être mentionné, les Antiquités égyptiennes dans le département du Morbihan, par le comte de Penhouët (1812, in-f°, 300 ex.). À Lorient, l’édition était plus médiocre encore : les trois imprimeurs de la ville – Baudoin, Feutray et Le Coat Saint-Haouen –, ne fournirent que 17 déclarations (dont 12 pour des almanachs).

25Le Morbihan constitue l’exemple extrême de la faiblesse de l’édition en province. Les ouvrages de ville demeuraient la base de l’activité des imprimeurs, avec les livres religieux, les almanachs, les manuels et les classiques à destination des écoles. Pour l’ensemble de la Bretagne, la production d’ouvrages de « labeurs » commença véritablement d’augmenter à partir de 1822. Mais si le nombre de déclarations s’élevait à 187 en 1829, contre une soixantaine seulement au début de la Restauration, l’édition bretonne demeurait encore bien modeste.

Déclarations des imprimeurs par année (journaux exclus)

Déclarations des imprimeurs par année (journaux exclus)

26Les années 1826-1829 furent les plus florissantes : avec 631 titres, elles totalisent plus du tiers des déclarations de la période étudiée (35,4 %) ; toutefois cette hausse est largement due à la ville de Nantes, qui fournit 384 titres au cours de ces quatre années (soit près de 61 % des 631 titres). Les grandes lignes de l’évolution en Bretagne ne sont donc pas celles relevées pour l’ensemble de la France :

  • 33 Bellos David, « La conjoncture de la production », art. cit., p. 730.

« une croissance sous l’Empire, une chute dramatique dans les dernières années du règne de Napoléon, une explosion brutale entre 1816 et 1820 suivie par une croissance régulière jusqu’en 1826, quand une crise financière générale met un frein à la production qui piétine33 ».

27Ne participant que de façon marginale à l’édition française, les imprimeurs bretons ne semblent pas avoir été affectés par les crises qui ébranlèrent l’imprimerie parisienne. Par ailleurs, les maxima et les minima de la production imprimée ne sont pas les mêmes pour les cinq départements et, au sein d’une même entité géographique, la croissance fut irrégulière. Plus que les aléas conjoncturels de l’édition nationale, l’évolution du contexte politico-économique propre à chaque département, mais aussi l’arrivée d’imprimeurs plus entreprenants, peuvent expliquer ces variations parfois importantes d’une année à l’autre.

  • 34 Chasles Ph., « Statistique littéraire et intellectuelle de la France pendant l’année 1828 », Revue (...)

28Comme sous l’Ancien Régime, les ouvrages de ville, les commandes des autorités religieuses et des institutions scolaires permettaient le fonctionnement régulier de bien des presses de province. D’après la statistique dressée par Chasles pour l’année 182834, sur les 7616 publications parues au cours de cette année en France, 4 600 avaient vu le jour dans la capitale, tandis que quatre-vingt-six départements se partageaient les quelque 3 000 ouvrages restant. La participation des cinq départements bretons demeurait marginale : seulement 62 publications en 1818 (soit 1,3 % des 4837 titres enregistrés dans la Bibliographie de la France) et 208 en 1829 (soit 2,7 %). Dans La Revue de l’Ouest du 25 mars 1829, L. Chapplain s’attacha pourtant à relativiser la faiblesse de l’édition provinciale. Elle pouvait paraître bien faible, « au premier coup d’œil », mais elle devenait « considérable » lorsque l’on prenait en compte « les chances défavorables » qui pesaient sur les imprimeries des départements, ainsi que « le monopole » exercé par Paris sur « tous les ouvrages de littérature, de sciences ou d’arts ». Si la majorité des départements ne fournissaient que « quelques publications éparses, la plupart peu intéressantes », on pouvait néanmoins distinguer une amorce de changement, avec l’apparition d’ouvrages « qui n’auraient pu, il y a quelques années, voir le jour que dans la capitale ». Mais l’ouverture à la modernité restait bien timide. Dans les fonds d’imprimerie et de librairie, le livre était bien souvent livret de dévotion ou manuel scolaire. Il se présentait généralement sous son aspect le plus simple et s’adressait au plus grand nombre – rarement à la clientèle réduite que formaient les membres érudits du clergé. Les catéchismes et les livres de prières donnaient lieu à des tirages d’autant plus importants qu’ils étaient utilisés dans les écoles. Les autres ouvrages à l’usage des scolaires restaient également bien traditionnels, puisque destinés à un enseignement limité à l’étude des classiques – enseignement qui constitua encore la base de l’éducation d’Ernest Renan, brillant élève de l’école ecclésiastique de Tréguier.

  • 35 Renan Ernest, Souvenirs d’enfance et de jeunesse, Paris, Gallimard, 1993, p. 21.

« L’éducation que ces bons prêtres me donnaient était aussi peu littéraire que possible. Nous faisions beaucoup de vers latins ; mais on n’admettait pas que, depuis le poème de la Religion de Racine le fils, il y eût aucune poésie française. Le nom de Lamartine n’était prononcé qu’avec ricanement ; l’existence de Victor Hugo était inconnue. Faire des vers français passait pour un exercice des plus dangereux et eût entraîné l’exclusion35 ».

29En dehors de Paris, les impressions d’ouvrages érudits ou à compte d’auteur n’étaient que des pis-aller, imprimés à quelques centaines d’exemplaires faute de débouchés. L’imprimerie bretonne ne faisait pas exception en ce domaine ; elle s’inscrivait dans le contexte général du monde du livre avant 1830. La capitale était le lieu des nouveautés, la ville qui donnait le jour aux œuvres des écrivains romantiques et qui s’appropriait les plus grands noms de la littérature. Mais ce monopole parisien eut pour effet d’aiguillonner la fierté de quelques éditeurs provinciaux, qui ripostèrent en publiant leurs écrivains. N’est-ce pas, en partie, en raison de l’amour-propre blessé d’un Mellinet à Nantes que des hommes de lettres bretons purent voir leurs écrits publiés ?

  • 36 La Revue de l’Ouest, n° 1, mercredi 28 janvier 1829. Article signé par le « directeur de la Librai (...)

« Paris exerce depuis trop longtemps le monopole de l’impression : nous tâcherons de prouver que le génie peut aussi germer sous notre ciel breton, et qu’un ouvrage n’a pas besoin de porter le cachet de la capitale pour contenir des choses dignes d’être lues et apprises. Nous sentons, d’avance, combien de préjugés nous aurons à surmonter, quelle profonde indifférence il faudra vaincre chez nos compatriotes, qui, je ne sais par quelle fatale habitude, commune à tous les provinciaux, ont jusqu’ici accueilli avec une sorte de défiance dédaigneuse, les productions créées au milieu d’eux ; mais la persévérance nous tiendra lieu d’autre secours […] ; nous lasserons l’insouciance des Bretons jusqu’à ce qu’enfin le préjugé en faveur du monopole littéraire ne fléchisse sous nos publications réitérées. Heureux si nos efforts amènent, quelque jour, un affranchissement entier de la centralisation parisienne, et si nous pouvons hâter cette époque où un homme supérieur ne sera pas forcé de quitter son pays et de chercher la capitale pour donner cours à son génie36 ».

30La diffusion de ces publications locales était certes bien restreinte, mais l’essentiel n’était-il pas d’avoir le sentiment d’être les entrepreneurs d’un mouvement éditorial qui prendrait un jour toute son ampleur ? Refusant toute résignation, L. Chapplain concluait l’un de ses articles en faisant part de son optimisme sur l’avenir du livre en province :

  • 37 Idem, n° 8, 25 mars 1829.

« Les presses départementales ne seront plus enfin condamnées à n’imprimer que des livres de prières, ou quelques livres élémentaires, et un auteur pourra espérer un jour d’écouler deux éditions de ses œuvres, sans avoir recours à la métropole des arts et de l’industrie. La Bretagne, nous avons tout lieu de le croire, ne restera pas en arrière de ce mouvement intellectuel et industriel37 ».

La publication d’ouvrages « instructifs »

  • 38 Dès l’an VII, Barazer avait publié un Annuaire du Finistère pour l’an VII. Contenant les foires et (...)
  • 39 AD 29, 2 T 14 : lettre de Michel au préfet (3 mars 1810).
  • 40 Cet annuaire avait été précédé par une Statistique du département de la Loire-Inférieure, par J.-B (...)
  • 41 L’Annuaire de Nantes se divise en trois parties : un annuaire (131 p.), un catalogue des pièces de (...)
  • 42 AD 22, 1 M 32 : rapport du préfet des Côtes-du-Nord (20 avril 1807).
  • 43 Sa fonction pratique était réaffirmée dans la préface : « Tout le monde, en effet, éprouve le beso (...)

31La politique d’éducation du peuple menée sous la Révolution n’avait pas eu les résultats espérés et les hommes au pouvoir ne cessèrent de s’affliger de la diffusion massive des almanachs, complaintes, récits miraculeux, fables, et autres histoires extraordinaires, dont le succès n’avait pas faibli. Dans la continuité de l’idéologie révolutionnaire, on s’efforça de porter les « lumières » dans les campagnes, en favorisant la production et la diffusion d’ouvrages instructifs. Dès le début du Consulat, le gouvernement fut à l’origine de la publication d’un nouveau genre d’imprimés, les annuaires départementaux, qui se situaient autant dans le mouvement d’intérêt porté à la statistique que dans la vaste entreprise d’» éducation » du peuple. Destinés à être mis à jour annuellement, les annuaires furent imprimés « sur l’invitation du préfet » et « d’après le plan tracé par le ministre de l’Intérieur ». Ils comportent trois parties : un calendrier, une liste des administrations civiles, militaires et religieuses (avec les noms de leurs titulaires), et des articles d’histoire locale, de géographie, de sciences, etc. La réalisation de cette publication nécessitait d’importants travaux de recherche et de rédaction. Malgré les « obstacles » et les « difficultés » rencontrés, les éditeurs semblent s’être investis avec ardeur dans cette nouvelle entreprise : les annuaires sont en général des ouvrages soignés et offrent des notices intéressantes sur le département. Les imprimeurs bretons chargés de cette lourde tâche furent Robiquet à Rennes (Annuaire statistique du département d’Ille-et-Vilaine…), Prud’homme à Saint-Brieuc (Annuaire du département des Côtes-du-Nord), Le Coat Saint-Haouen à Lorient (Annuaire statistique, civil, maritime et commercial du département du Morbihan…), Derrien à Quimper (Annuaire statistique du département du Finistère)38, en concurrence avec Michel de Brest (Annuaire civil, maritime et commercial du port de Brest et du département du Finistère). Mais les bénéfices obtenus furent bien modestes au regard des efforts déployés. S’adressant à un public plus restreint que celui de l’almanach, l’annuaire ne donnait lieu qu’à un faible tirage, même si les préfets encourageaient sa diffusion en autorisant les maires à payer l’abonnement sur le budget municipal. Ces publications qui devaient paraître tous les ans furent par conséquent rapidement abandonnées. Michel fit paraître son annuaire en l’an XI, XII et XIII, puis renonça « après avoir perdu, chaque année, une somme assez considérable39 ». À Nantes, les Recherches économiques et statistiques sur le département de la Loire-Inférieure ne parurent que pour l’an XII (1803-1804)40. L’année suivante, Huet de Coëtlizan porta ses statistiques aux Etrennes nantaises de la veuve Malassis. Mangin tenta bien de reprendre l’entreprise en publiant un Annuaire de Nantes, ou Etrennes du commerce, pour l’année 180841, mais cet ouvrage n’eut pas de suite. Derrien se limita lui aussi à une édition (an XII). L’annuaire de Robiquet semble avoir disparu après 1807. Quant à Prud’homme, son « défaut de réussite » pour les années 1805 et 1806 l’amena à ne pas renouveler cette « petite entreprise42 ». Seul l’annuaire de Le Coat Saint-Haouen parut pendant quatre années consécutives, jusqu’en 1808, sans autres modifications que les changements de fonctionnaires. La réalisation de cet ouvrage avait été d’autant plus ardue pour l’imprimeur lorientais qu’il venait d’ouvrir son imprimerie et qu’il n’avait pu s’appuyer sur aucun précédent (ni annuaire, ni almanach, n’avait été publié jusqu’alors dans le Morbihan). Les imprimeurs abandonnèrent donc leur annuaire pour publier un ou plusieurs almanachs, au succès toujours assuré. Le genre n’avait pourtant pas disparu définitivement. Des « annuaires » firent leur réapparition sous la Restauration, tel l’Annuaire commercial de Nantes publié par Mangin pour les années 1815, 1816 et 1817. À Rennes, l’entreprise de Cousin-Danelle fut plus durable : l’Annuaire du département d’Ille-et-Vilaine, ou Tableau de tout ce qui intéresse dans ce département l’homme d’affaires, l’étranger et l’habitant, lancé en 181843, paraissait encore sous la monarchie de Juillet. Signalons aussi l’Annuaire maritime, administratif, commercial et judiciaire de la ville et du port de Brest, publié par Anner de 1829 à 1832.

  • 44 AD 35, 2 Ev 2 : lettre du directeur général de la Librairie à l’imprimeur Vatar de Rennes (16 déce (...)

32Faute d’avoir pu imposer ses annuaires, le pouvoir impérial porta ses efforts sur les almanachs. Une instruction du directeur général de la Librairie, en date du 30 juin 1811, en réglementait l’impression dans ses moindres détails. Les fêtes de l’Ascension, de l’Assomption, de la Toussaint, de Noël et celles qui avaient lieu un dimanche devaient être inscrites en lettres majuscules, et toutes les autres confondues avec les jours ordinaires de la semaine, imprimées en mêmes caractères et sans signe distinctif. À la date du 15 août, la fête de l’Assomption et celle de Napoléon devaient être accolées et imprimées en lettres majuscules dans les mêmes caractères. Enfin, les anniversaires du couronnement et de la victoire d’Austerlitz devaient figurer en majuscules à la date du 1er décembre. Bien mal en pris aux imprimeurs qui jugèrent ces dispositions futiles ou trop contraignantes : faute de les avoir respectées, Joseph-Marie Vatar fut avisé que ses Tablettes de Rennes et du département d’Ille-et-Vilaine pour l’année 1812 étaient « à refaire en entier44 ».

33Le régime impérial tenta en outre de faire disparaître les prévisions astrologiques, qui ne pouvaient qu’entretenir la crédulité du peuple, troubler les consciences et faire naître des inquiétudes sur l’avenir de l’Empire. Ce fut peine perdue. Les almanachs continuèrent d’offrir leurs pronostics à l’occasion de chaque nouvelle année. Les critiques virulentes des autorités contribuèrent malgré tout à accentuer une évolution déjà entamée sous la Révolution. La publication d’un almanach devint plus que jamais un acte d’utilité publique et les éditeurs omettaient rarement de souligner que leur édition n’avait aucun but commercial, mais qu’elle était uniquement destinée à rendre service à leurs concitoyens. L’Almanach du département d’Illeet- Vilaine de Robiquet porte pour épigraphe en l’an XI :

« L’instruction du peuple est son premier besoin
es almanachs sont les premiers des ouvrages populaires. »

34Son objectif était « d’offrir, dans un cadre resserré, tout ce qui peut sembler le plus généralement utile dans le cours des affaires ». De même, les Etrennes instructives de Rennes, publiées par Frout, contiennent des informations pratiques (liste des administrations, « traité expliqué des droits d’entretien des routes », « départ des postes et messageries », « tableau comparatif des anciennes mesures de capacité, pour les grains, avec les nouvelles… », « tableau des anciens poids avec les nouveaux… », etc.), des nouveaux procédés d’agriculture, des conseils d’hygiène et de médecine, et parfois des événements de l’histoire locale. Il s’agissait de faire reculer l’ignorance et les « superstitions », accusées d’affaiblir l’économie du pays et, par là, de porter atteinte à la puissance de l’Empire. Et si le gouvernement impérial porta une attention particulière à la Bretagne, c’est qu’elle apparaissait toujours comme une province retardataire, hostile à tout progrès.

Le nouveau marché du livre

35Dans le premier tiers du xixe siècle, le lectorat des villes s’élargit et les pratiques de lecture nées sous la Révolution continuèrent de se développer. Après avoir fait une timide réapparition sous l’Empire, les sociétés littéraires, où l’on lisait livres et journaux, fleurirent dans les années 1820, se créant même dans les villes les plus modestes. Ces sociétés s’approvisionnaient directement dans les boutiques de leur ville ou faisaient venir les ouvrages de Paris, la plupart des libraires pratiquant la commission. Si le développement des nouveaux marchés pour le livre ne profita pas encore aux imprimeries des départements, il commença d’influencer l’offre des libraires. Surtout, les cabinets de lecture avaient gagné les faveurs du public. Après avoir connu un premier âge d’or sous la Révolution, ils prospérèrent sous la Restauration, proposant un large choix d’ouvrages à une clientèle particulièrement friande de « nouveautés ».

La lente évolution des fonds de librairie

  • 45 BNF, Q10/B : Catalogue de la librairie de Boissel, cours Saint-Pierre, Hôtel de Bellisle, Paris, d (...)
  • 46 Almanach nantais, 1827.
  • 47 AD 35, 4 Fc 27 : prospectus (s. d.).

36Les catalogues conservés étant fort rares, nous devons souvent nous contenter des rapports des autorités locales et des annonces de librairie parues dans la presse. Ces quelques sources éparses permettent néanmoins de constater l’extrême prudence des libraires en matière de politique commerciale. Les livres de religion et d’éducation constituaient toujours l’essentiel du fonds des petits libraires. C’était entre autres le cas de Boissel à Nantes45 ou de la demoiselle Guérineau, laquelle était « assortie en livres de piété, d’éducation, classiques, et autres bons ouvrages propres à être offerts à la jeunesse46 ». Certaines boutiques offraient d’ailleurs un assortiment de livres de piété pour le moins remarquable : telle celle du Lorientais Fauvel, où les fidèles pouvaient se procurer « tous les usages du diocèse, comme missel, bréviaire parisien, eucologe, paroissien, heures bretonnes, latines et françaises, rituel, processionnal, propre, diurnal, antiphonaire, graduel, vespéral, etc., noëls, cantiques bretons, cantiques des missions, journée du chrétien, double ou simple, catéchisme breton, catéchisme français47 ».

  • 48 BNF, Q10/B : Catalogue des livres de fonds et d’assortiment […]. Qui se trouvent chez Lefournier e (...)

37D’autre part, comme dans les décennies précédentes, la librairie présentait des spécificités propres à chaque ville. Dans les ports notamment, la marine constituait une clientèle non négligeable. À Brest, Le Fournier et Deperiers, qui avaient pris le titre de « libraires pour la marine », proposaient des livres « sur la marine en général, et particulièrement sur l’architecture et la tactique navale, le gréement et la manœuvre des vaisseaux, la navigation, l’hydrographie ou pilotage ; les vocabulaires, ordonnances et règlemens, etc. ; cartes hydrographiques et instructions nautiques48 ». Parmi les 150 ouvrages que contient leur catalogue, certains étaient d’usage courant et accessibles à un grand nombre de marins – tels les divers Cours de Bezout, les Tables de marées de Labatut (in-24, 75 c.), ou encore l’Explication et usage du quartier sphérique par Delonchamps (in-18, 50 c.) – ; d’autres étaient plus luxueux et donc destinés aux armateurs fortunés – entre autres, le Voyage à la recherche de La Pérouse, de Dentrecasteaux (Paris, 1808, 2 vol. in-4°, grand papier, avec 32 planches, et atlas de 39 cartes ; 120 F « prix cartonné »), l’Art de la marine, en forme de dictionnaire, faisant partie de l’Encyclopédie, par Vial du Clairbois (6 parties in-4° et atlas de 174 planches ; 72 F), le Traité d’astronomie de Lalande (3 vol. in-4° ; 72 F relié) ; et, parmi les 33 cartes hydrographiques, le Neptune oriental par de Mannevillette (2 vol. très grand in-f° ; 200 F relié).

  • 49 AD 22, 135 J 10.

38Les librairies les plus importantes de la province offraient un éventail de livres beaucoup plus large. On peut le constater déjà dans l’inventaire « des livres neufs, tant en feuilles que reliés, de la boutique et des magasins », réalisé chez Prud’homme en 1810, qui contient 1735 titres pour un total de 27 438 exemplaires49. Les ouvrages de religion y sont moins présents que dans l’inventaire du fonds d’imprimerie (639 titres, soit 37 %), au profit notamment des belles-lettres. Prud’homme offrait des livres érudits et parfois coûteux – le Dictionnaire de l’Académie, en cinq exemplaires (2 vol. in-4° ; 18 F), le Dictionnaire dramatique de l’abbé de La Porte et de Chamfort (3 vol. in-8°), ou encore l’Histoire de l’Académie royale des inscriptions et belles-lettres (94 vol. in-12). Les amateurs de littérature pouvaient trouver en outre des romans français d’auteurs à succès (les romans de Florian étant les plus nombreux), quelques œuvres légères – Cécile fille d’Achmet III et Le Nègre comme il y a peu de blancs, par J. Lavallée ; La Nuit champêtre, ou Les mariages par dépit, par Mague de Saint-Aubin ; les Œuvres de Mme Riccoboni –, mais aussi des romans d’outre-Manche, alors particulièrement prisés – The Vicar of Wakefield de Goldsmith, Simple histoire de Mistriss Inchbald, Zeluco de John Moore, L’Italien, ou le confessional des pénitents noirs et les Mystères d’Udolphe d’Anne Radcliffe, Voyages de Cyrus de Ramsay, Pamela, ou La vertu récompensée de Richardson, Voyage sentimental de Sterne, Voyage de Gulliver de Swift –, des poésies (entre autres, Voltaire, Jean-Baptiste Rousseau, le Suisse Gessner, les poètes anglais Milton, Thompson et Young, l’Allemand Klopstock) et du théâtre (celui de Voltaire, Demoustier et La Chabeaussière). Ajoutons-y des contes et des nouvelles pour enfants (de Berquin, Ducray- Duminil, ou Mme de Genlis) et des écrits de la Bibliothèque bleue (310 volumes non détaillés). Prud’homme possédait aussi des ouvrages critiques et philosophiques – l’Essai sur l’entendement humain de Locke, les Pensées sur la religion et la morale de Leibniz, les Entretiens sur la pluralité des mondes de Fontenelle, les Helviennes, ou Lettres provinciales philosophiques de l’abbé Barruel, ou Le Génie du christianisme de Chateaubriand –, des ouvrages d’histoire et des traités politiques, certains controversés – ainsi les écrits de l’abbé Barruel (33 exemplaires Du Pape et de ses droits religieux, à l’occasion du Concordat, 7 de l’Histoire du clergé pendant la Révolution française, un des Mémoires pour servir à l’histoire du jacobinisme), les Œuvres de Mably, De l’homme, de ses facultés intellectuelles et de son éducation, par d’Helvétius, l’Examen politique et critique d’un ouvrage intitulé « Histoire secrète de la cour de Berlin… » [par le comte de Mirabeau], du baron de Trenck, ou encore un Examen de l’esclavage (non identifié). Enfin, le reste des fonds de la librairie et des magasins se composait de livres pratiques (jardinage, artisanat, commerce) et de quelques traités scientifiques (chimie, histoire naturelle, astronomie et médecine notamment).

  • 50 AN, F18 17 : « État des imprimeurs et libraires qui diffusent des brochures politiques à Nantes et (...)
  • 51 A. Crevel publia bon nombre d’ouvrages politiques entre 1816 et 1818, avant d’être poursuivi devan (...)
  • 52 Les notes concernant les journaux sont extraites de : Ledré Charles, La Presse à l’assaut de la mo (...)
  • 53 Le Censeur, organe « indépendant » (12 juin 1814 – 6 septembre 1815) ; devient Le Censeur européen (...)
  • 54 Joseph Esneaux : officier dans les troupes impériales, il fut rayé des cadres lors de la Restaurat (...)
  • 55 Lettres normandes, par Thiessé, semi-périodique, libéral (septembre 1817 – septembre 1820).
  • 56 AN, F7 9665 : rapport du préfet d’Ille-et-Vilaine (15 novembre 1820). Un procès-verbal d’octobre 1 (...)
  • 57 BNF, Q 10/B : Catalogue des livres de la librairie de Molliex, rue Royale, n° 3, à Rennes, Nantes, (...)

39Ce fut après la chute de l’Empire que le commerce du livre put véritablement s’épanouir. L’adoption de la Charte fit d’abord entrer les ouvrages politiques dans les librairies, qui offrirent désormais aux concitoyens de quoi nourrir leurs réflexions sur la légitimité et l’action du pouvoir en place. En 1818, lors d’une enquête réalisée sur l’ordre du ministère de la Police50, Pierre-François Busseuil se signala comme étant le mieux pourvu à Nantes en ouvrages politiques (37 titres, 233 exemplaires). Les brochures (30 titres) concernent le Concordat, les troubles pendant les Cent-Jours ou traitent des principales polémiques politiques du moment, avec des auteurs tels qu’Alexandre Crevel (5 titres) et René-Th. Chatelain (5 titres)51 ; s’y ajoutaient sept titres de périodiques : la Bibliothèque historique52, Le Censeur européen53, la Correspondance politique et administrative de Fiévée, Le Don Quichotte moral et politique d’Esneaux54, L’Homme gris, ou Petite chronique, de Creton, les Lettres bretonnes de l’imprimeur nantais Hérault, enfin les Lettres normandes, ou Petit tableau moral, politique et littéraire, de Thiessé55. La librairie de Mangin était également connue pour son fonds d’ouvrages politiques de tendance libérale, ce qui lui permettait de compter parmi sa clientèle une bonne partie des libéraux nantais – à l’inverse, bien rares devaient être les monarchistes de la ville qui poussaient la porte de sa librairie. À Rennes, Marc Molliex, qui avait succédé à Cousin-Danelle en novembre 1817, était lui aussi en butte à l’hostilité du préfet, qui lui reprochait de vendre les « ouvrages les plus piquants » et l’accusait d’avoir déclaré qu’il fallait que « chaque cordonnier [eû]t son Voltaire56 ». Le libraire rennais fournissait « tous les livres de piété », mais aussi « les meilleurs ouvrages sur l’histoire, les sciences et les arts, et la jurisprudence ancienne et moderne57 ». Son catalogue, publié en 1827, révèle un fonds important d’ouvrages de grande qualité et fort onéreux, ce qui laisse supposer que la boutique était fréquentée par les plus grosses fortunes de la ville. La première partie du catalogue contient 199 titres d’ouvrages, classés par ordre alphabétique de noms d’auteurs. Les publications luxueuses proposées au public laissent rêveur : ainsi les Voyages d’Anacharsis de Barthélemy, en 7 volumes in-8°, vélin, « atlas in-folio, gravures doubles avec les eaux fortes » (250 F) ; les Œuvres complètes de Buffon, 22 volumes in-8°, avec un atlas de 200 planches (238 F) ; ou encore la Biographie des contemporains, 20 volumes in-8°, avec 240 portraits (180 F). On pouvait également acquérir de belles éditions de littérature classique (notamment les Œuvres complètes de Cicéron, 30 vol. in-8°, 210 F ; les Classiques français, ou bibliothèque portative de l’amateur…, 100 vol. in-32, sur papier vélin, Didot, portraits, 300 F), ainsi que les écrivains à succès de la seconde moitié du xviiie siècle (telles les Œuvres complètes de Bernardin de Saint-Pierre, avec gravures, 19 vol. in-18, 50 F ; 12 vol. in-8°, 96 F ; 12 vol. in-8° sur cavalier vélin, 120 F). La philosophie des Lumières était en outre bien présente avec, entre autres, les Œuvres complètes de Condillac (16 vol. in-8°, 96 F), celles de Diderot (22 vol. in-8°, 132 F), de Jean-Jacques Rousseau (21 vol. in-18, 60 F ; 21 vol. in-8°, 90 F) et évidemment celles de Voltaire (70 vol. in-8° satinés, imprimés par Didot, sur papier surfin, 350 F ; 41 vol. in-8°, édition Crapelet, 266 F ; 60 vol. in-18, 120 F). Molliex offrait par ailleurs les Œuvres complètes de Volney (8 vol. in-8°, 64 F), plusieurs récits de la Révolution française, des ouvrages retraçant la vie et les campagnes de Napoléon, et les libéraux rennais pouvaient acquérir tous les écrits de Jouy (25 vol. in-12, avec gravures, 93,75 F). Surtout, Molliex était à l’affût de toutes les nouveautés littéraires : mentionnons notamment les Œuvres complètes de Chateaubriand (1827, 27 vol. in-8°, 202,50 F) et celles de Walter Scott (30 vol. in-8°, 180 F ; 84 vol. in-18, sur grand raisin vélin, « ornés de très jolies vignettes » et avec des cartes géographiques, 300 F). Ces nouveautés étaient parfois accompagnées d’un commentaire : ainsi, on signale que l’Histoire de la vie et des ouvrages de Jean-Jacques Rousseau, par Musset, « se recommande particulièrement, et les lecteurs qui aiment la vérité jugeront si l’auteur a atteint le but qu’il s’est proposé ». Enfin, le catalogue consacre quelques pages à une « Collection des écrivains du xixe siècle », qui réunit 24 titres. À l’instar d’autres éditeurs, Molliex abandonna les stéréotypes bon marché pour privilégier les nouvelles réimpressions des grands écrivains. Il intégra ainsi le groupe encore restreint des libraires de province amoureux de la littérature et désireux de la faire connaître, tout en portant la plus grande attention à la beauté de l’objet imprimé.

  • 58 Etrennes royales de Nantes, Nantes, Mellinet-Malassis, 1821.
  • 59 Etrennes nantaises, 1830.
  • 60 La Revue de l’Ouest, n° 1, mercredi 28 janvier 1829. Article signé par le « directeur de la Librai (...)

40Ce fut toutefois Camille Mellinet qui s’employa le plus énergiquement à mettre la librairie bretonne sur la route de la modernité. Dès ses débuts dans le commerce, l’éditeur nantais se préoccupa de multiplier les relations avec les libraires de la capitale, ce qui lui permit d’offrir des ouvrages de littérature et les brochures nouvelles publiées à Paris58. Surtout, Mellinet avait le profond désir de mettre la littérature et les sciences à la portée du plus grand nombre. En mars 1829, il réalisa ce grand projet en ouvrant une « librairie industrielle », à laquelle était joint un cabinet de lecture. Outre un « but commercial », cette entreprise avait le dessein « plus généreux » de « contribuer à la propagation des lumières en livrant au plus bas prix possible tous les ouvrages élémentaires ». La « librairie industrielle » était « composée de tous les bons ouvrages de littérature, de sciences, arts, et des classiques en usage dans les maisons d’éducation59 ». Le public pouvait y trouver les nouveautés « en même temps que leur publication à Paris », mais aussi des publications locales. Des relations entretenues avec les libraires des cinq départements « armoricains » laissaient espérer au directeur de la « librairie industrielle » que son établissement, « le premier de ce genre en Bretagne », serait une réussite60.

41Mais l’initiative de Mellinet resta isolée. Au début de la monarchie de Juillet, les romans, les belles-lettres et l’histoire n’occupaient encore qu’une place discrète dans la plupart des librairies de la province. A. Guépin constatait que les livres en magasin chez les libraires de Nantes étaient bien traditionnels et qu’ils ne dépassaient pas la valeur totale de 300 000 F.

  • 61 Guépin Ange, Nantes au xixe siècle, statistique topographique, industrielle et morale…, Nantes, P. (...)

« Les romans et autres livres des cabinets de lecture se vendent peu dans notre ville. Les livres de vente sont la théologie, dont la place du Pilory a le monopole, la jurisprudence, mais en petite quantité, parce que notre barreau n’est pas bibliomane, la médecine, les autres sciences et les arts industriels, quelques ouvrages de belles-lettres et d’histoire. La consommation de la marine se borne aux livres qui lui sont indispensables : connaissances des temps, tables de logarithmes, instructions pour les côtes, manœuvriers, et ne s’élève guères à plus de 2 mille francs par an61 ».

  • 62 Cité dans Parent-Lardeur Françoise, Lire à Paris au temps de Balzac…, Paris, Éd. de L’ehess, 1981, (...)

42Il attribuait ce déficit au fait qu’une partie des ventes consistait en « livres venus par commission ou sur demande », pratique qui se développa en effet de manière importante sous la Restauration. Un rapport de la commission d’enquête formée par le bureau de la Librairie en 1829 note que, dans les villes de province, « les publications nouvelles, à l’exception peut-être de quelques productions qui se font jour à force de scandale, ne parviennent […] qu’avec une difficulté excessive62 ».

L’âge d’or des cabinets de lecture

  • 63 Guépin A., Nantes au xixe siècle…, p. 428.

43L’« état lamentable63 » de la librairie constitua assurément l’une des raisons du succès des cabinets de lecture sous la Restauration. Si certains individus se contentaient de louer quelques romans et journaux, d’autres proposaient un large choix d’ouvrages, inventoriés dans un catalogue à destination des abonnés. Quelques catalogues de cabinets de lecture de Rennes et de Nantes sont parvenus jusqu’à nous, apportant de précieux témoignages sur les lectures des contemporains.

  • 64 BM de Rennes, 89922 : Catalogue des livres du cabinet de lecture de Duchesne, libraire, rue Impéri (...)

44Le Catalogue des livres du cabinet de lecture de Duchesne, à Rennes, est daté de 181164. Il se divise en deux parties : la première consacrée aux « Sciences et arts », la seconde aux « Romans, contes, nouvelles, etc. » ; les titres y sont classés par ordre alphabétique et sont suivis de l’indication du nombre de volumes et du format (majoritairement l’in-12 ou l’in-18). Les ouvrages marqués d’un astérisque étaient les plus coûteux : il s’agit en général de livres du format in-octavo ou d’œuvres composées d’un grand nombre de volumes. Leur location donnait lieu au versement d’un abonnement plus élevé (supplément de 50 centimes par mois ou de 10 centimes par volume) et l’on ne pouvait en emprunter plus de deux en même temps (au lieu de huit). Avec un choix de 1 685 titres, le cabinet de Duchesne était plus modeste que ceux, contemporains, de Baudin et de Dessentis à Nantes (qui comptaient quelque 3 000 titres) ; l’abonnement était par conséquent moins onéreux – 2 F par mois (contre 3 F à Nantes), 6 F pour trois mois, 10 F pour six mois ou 20 F par an. Duchesne proposait également la location au volume, moyennant 10 centimes par ouvrage.

45La première partie du catalogue (438 titres) se divise en plusieurs rubriques :

  • Jurisprudence : 3 titres.
  • Philosophie, métaphysique, morale, éducation, économie : 56 titres.
  • Politique, finances, commerce : 14 titres.
  • Histoire naturelle, physique, médecine, botanique, chiromancie, agriculture, art gymnique : 3 titres.
  • Mythologie : 3 titres.
  • Polygraphies, mélanges de littérature, critiques, satyres, apologies : 91 titres.
  • Poètes anciens et modernes, français et étrangers : 40 titres.
  • Epistolaires : 11 titres.
  • Géographie, voyages : 112 titres (dont 82 avec *).
  • Histoire universelle, générale ; histoire ancienne et romaine : 20 titres.
  • Histoire de France, mémoires, recueils et mélanges qui y ont rapport : 60 titres.
  • Mélanges et dictionnaires historiques, mémoires et vies des hommes illustres : 25 titres.

46Les ouvrages de littérature (« polygraphies… », poésies et « épistolaires ») y sont les plus nombreux (142 titres) ; ils sont suivis par la géographie et les voyages (112 titres) et par l’histoire (105 titres). Précisons cependant que ce classement est peu rigoureux : certains titres ont été intégrés dans des catégories qui correspondent fort peu au contenu réel de l’ouvrage (comme les Lettres persanes classées dans les « épistolaires » !). Relevons la présence des deux oeuvres de Chateaubriand nouvellement parues, Le Génie du christianisme et Les Martyrs, qui voisinent avec des ouvrages plus anciens, dont certains avaient été condamnés sous l’Ancien Régime – tels L’An 2440 et le Tableau de Paris de Mercier, l’Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des Européens dans les deux Indes de l’abbé Raynal (10 vol. in-12, avec atlas), Le Contrat social de J.-J. Rousseau, Les Ruines de Volney, La Pucelle d’Orléans de Voltaire.

  • 65 S’y ajoutent deux pages de supplément (p. 127-128), contenant trente-quatre titres.

47La seconde partie du catalogue est beaucoup plus fournie avec 1 247 titres65 (soit 74 % du fonds) et contient les auteurs les plus prisés du public. Certains romans de la première moitié du xviiie siècle connaissaient toujours un grand succès, notamment ceux de Lesage et de l’abbé Prévost ; pour la seconde moitié du siècle, citons Bernardin de Saint-Pierre, Ducray- Duminil, Florian, Mme de Genlis, Mlle de Lussan, Pigault-Lebrun, Rétif de La Bretonne, ou Mme Riccoboni. L’engouement pour la littérature anglaise est attesté par la présence de Miss Burney, Fielding, Anne Radcliffe, Richardson, Charlotte Smith ou Sterne ; la place de la littérature allemande est plus modeste : relevons toutefois les œuvres de Goethe (Werther, évidemment), les romans d’August Lafontaine et ceux de Kotzebue. Au fil des titres, on trouve inévitablement quelques ouvrages mis à l’index ou condamnés : les Contes de Boccace, Les Liaisons dangereuses de Laclos, ou Jérôme de Pigault-Lebrun.

  • 66 Sur la mode des romans historiques et notamment ceux de Walter Scott : cf. Lukacs G., Le roman his (...)
  • 67 BM de Rennes : réclame sur une facture de 1822.

48Au catalogue de 1811 est annexé un « supplément » de trente-neuf pages, non daté. Ce supplément a dû être offert aux lecteurs aux alentours de 1820 ; il contient 599 titres, répartis dans les mêmes catégories. Sans surprise, la partie « Romans, contes, nouvelles, etc. » est toujours la plus dense, avec 498 titres (soit quelque 83 % du supplément). Si l’on y retrouve les mêmes auteurs (particulièrement le prolifique Lafontaine), il faut souligner la place plus importante prise par des femmes à la plume féconde : notamment Mme Barthélemy-Hadot, Mme Bournon-Mallarmé, Mme Cottin, Mme Guénard, Mme de Genlis, Mme de Montolieu, Mme Armande Roland. Relevons également l’apparition des romans gais de Paul de Kock et surtout des œuvres de Walter Scott (15 titres), qui connaissaient alors une grande vogue dans la bourgeoisie66. Au début des années 1820, le libraire pouvait se vanter de proposer l’assortiment « le plus considérable » de la ville, avec « plus de 8 000 volumes en histoire, littérature, voyages, romans67 ».

  • 68 BNF, M-2700 (47) : Catalogue des livres du cabinet de lecture de De Kerpen, libraire, rue Impérial (...)

49Duchesne avait parmi ses concurrents le libraire Kerpen, qui tenait toutefois un cabinet de lecture plus modeste. Son catalogue, daté de 1813, est divisé en deux parties68. La première contient les ouvrages de « Sciences et arts », répartis en quatorze rubriques.

  • Jurisprudence.
  • Philosophie – Métaphysique – Morale – Éducation – Économie.
  • Politique – Finances – Commerce.
  • Histoire naturelle – Physique – Médecine.
  • Polygraphes – Mélanges de littérature – Critiques – Satyres – Apologies, etc.
  • Poètes anciens et modernes.
  • Mythologie.
  • Épistolaire.
  • Géographie – Voyages.
  • Histoire universelle – Histoire ancienne et romaine.
  • Histoire de France – Mémoires – Recueils et mélanges qui y ont rapport.
  • Histoires étrangères – Anecdotes – Recueils et mélanges qui y ont rapport.
  • Mélanges – Mémoires et vies des hommes illustres.

50Mais c’est la seconde partie du catalogue, celle consacrée aux « Romans – Contes – Nouvelles, etc. », qui est la plus fournie (avec 57 pages contre 23 pages pour les « sciences et arts ») ; elle offre les auteurs à succès, déjà cités pour Duchesne. L’abonnement au cabinet de lecture était un peu plus cher que chez Duchesne et Kerpen proposait deux tarifs différents : 18 F par an ou 2 F par mois pour les Rennais, qui ne pouvaient avoir que deux ouvrages à la fois (à moins de payer un supplément), et 24 F par an ou 2,50 F par mois pour les habitants de la campagne, qui pouvaient emprunter quinze à vingt volumes à la fois. Le tarif pour la location au volume était le même que chez Duchesne, soit 10 centimes (20 c. pour les ouvrages de qualité).

  • 69 AD 35, 4 Fc 27 : prospectus (s. d.).

51Les habitants de la capitale bretonne étaient donc loin d’être lésés en matière de lecture. La frange alphabétisée de la population avait la possibilité de lire, et à moindre coût, des ouvrages d’une tout autre nature que ceux présents dans les librairies. Frout lui-même, qui imprimait et vendait de façon massive livres religieux et manuels scolaires, avait entrepris de constituer « une collection complette de plus de 2 000 volumes, comme histoires, voyages et romans les mieux choisis », qu’il louait moyennant 2 livres 10 sous par mois69.

52Pour Nantes, nous disposons de cinq catalogues du début du xixe siècle, inventoriant les fonds de Jacques-Philippe Dessentis (1806 et 1810), de Jean-Marc Baudin (1812), de Monselet (1824) et de Jeanne Clech (1825).

53Dessentis apparaît pour la première fois dans un « avis » inséré dans la Feuille nantaise du 20 septembre 1804 : on y apprend que son « cabinet littéraire et musical », rue Contrescarpe, n° 42, était désormais établi rue de la Fosse, n° 34, près du café du Commerce. Dessentis limitait son activité à la location des livres, ce qui lui valut d’être qualifié de simple « bouquiniste » dans l’état de 1810. Son catalogue, publié en 1806, compte 95 pages contenant 2368 titres (auxquels il faut ajouter 23 titres de « livres anglais », 15 titres de « livres italiens » et 5 d’» ouvrages nouveaux ») 70. On pouvait emporter six volumes à la fois, moyennant un abonnement (3 F par mois, 7,50 F pour trois mois, 15 F pour six mois ou 24 F par an) et le versement d’un nantissement (12 F). Dessentis proposait en outre aux personnes qui ne souhaitaient pas s’abonner la possibilité de lire au volume (10 centimes pour un in-18, 15 c. pour un in-12, 25 c. pour un in-8°). Le catalogue est divisé en quatorze rubriques, dans lesquelles les titres sont classés par ordre alphabétique, accompagnés parfois du nom de l’auteur et suivis de l’indication du nombre de volumes et du format. La catégorie « romans » fournit plus de la moitié des titres (1501 titres, soit 63,4 %) ; viennent ensuite les « voyages » avec 166 titres (7 %), et les ouvrages d’histoire avec 126 titres (5,3 %).

  • Art militaire, mémoires, campagnes et vies de grands généraux : 83 titres.
  • Beaux-arts, antiquité, mythologie : 19 titres.
  • Belles-lettres, critique, philosophie, vies, mémoires de célèbres écrivains : 87 titres.
  • Éducation, morale, etc. : 59 titres.
  • Épistolaires : 23 titres.
  • Facéties, bons mots, calembours, anecdotes, amusements de société : 45 titres.
  • Histoire, anecdotes, mélanges et mémoires historiques : 126 titres.
  • Poésie : 114 titres.
  • Politique, administration, législation, commerce : 35 titres.
  • Révolution : 40 titres.
  • Romans : 1501 titres.
  • Sciences : 41 titres.
  • Théâtres, proverbes et comédies détachées : 29 titres.
  • Voyages : 166 titres (« Voyages en Europe » :70 ; « Voyages en Asie » : 30 ; « Voyages d’Afrique » : 29 ; « Voyages d’Amérique » : 24 ; « Voyages autour du monde et dans le nord » : 13).

54À l’instar des autres cabinets de lecture, les formats in-12 et in-18 dominent largement et certains ouvrages comptent un grand nombre de volumes. Dans les « belles-lettres… », on trouve aussi bien le Cours de littérature de La Harpe (19 vol. in-18), que les Essais de Montaigne (14 vol. in-18), les Œuvres de Mably (23 vol. in-12) et celles de J.-J. Rousseau (33 vol. in-12) ; l’Éloge de la folie voisine avec les Mélanges de Florian et L’an 2440 de Mercier ; notons d’autre part, parmi les ouvrages récemment parus, le Génie du christianisme (9 vol. in-18). Les livres d’» éducation » ont pour auteurs Berquin (notamment ses Œuvres complètes, 28 vol. in-18), Condillac (idem, 24 vol. in-18), ou Mme de Genlis. En « histoire », mentionnons l’Histoire universelle (partie ancienne) (14 vol. in-4°), les Mémoires et Lettres de Mme de Maintenon (16 vol. in-12), les Mémoires et œuvres du duc de Saint-Simon (13 vol. in-8°), les Siècles de Louis XIV et de Louis XV de Voltaire (5 vol. in-18), mais aussi l’Histoire politique et philosophique… de l’abbé Raynal (7 vol. in-12). Pour les amateurs de poésie, le cabinet offrait les Fables de La Fontaine et de celles de Florian, les Œuvres de Delille, Gessner, Racine, J.-B. Rousseau, du comte de Tressan (12 vol.in-8°), de Voltaire ou de Young. Parmi les ouvrages politiques, on trouve Le Contrat social de J.-J. Rousseau, les Constitutions des principaux États de l’Europe et des États-Unis, par Delacroix (5 vol. in-8°), L’Espion anglais, ou Correspondance secrète entre Milord All’eye et Millord All’ear, de Pidansat de Mairobert (10 vol. in-12), les Nouvelles causes célèbres, recueillies par Gayot de Pitaval (15 vol. in-12), De la monarchie prussienne de Mirabeau (8 vol. in-8°), les OEuvres de Montesquieu (7 vol. in-12), les Recherches politiques et historiques sur les Américains de Condorcet (4 vol. in-8°), ou encore De la richesse des nations de Smith (4 vol. in-8°). Les « romans » offrent tous les auteurs à succès, déjà relevés dans le catalogue de Duchesne à Rennes – Bernardin de Saint-Pierre, Mme Cottin, Ducray-Duminil, Florian, Mme de Genlis, August Lafontaine, Lesage, Marmontel, Pigault-Lebrun, l’abbé Prévost, Rétif de La Bretonne (notamment Les Contemporaines, 42 vol. in-12 ; l’Année des Dames nationales, 12 vol. in-12) – ; la littérature anglaise est bien représentée avec les ouvrages de Richardson (Clarice Harlove, 14 vol. in-12 ; l’Histoire du chevalier Grandisson, 11 vol. in-18 ; ou Paméla, 12 vol. in-18), ceux d’Anne Radcliffe, de Fielding, ou de Miss Burney. Enfin, on trouve là aussi quelques ouvrages condamnés : les OEuvres de Fréret (20 vol. in-18), celles d’Helvétius (10 vol. in-18), le Faublas complet de Louvet (13 vol. in-18), Les Liaisons dangereuses de Laclos.

  • 71 BNF, M-2700 (22) : Catalogue des livres qui se donnent en lecture par abonnement, au cabinet litté (...)

55La Bibliothèque nationale de France conserve un autre catalogue de Dessentis, daté de 181071. Le cabinet, qui n’était plus que « littéraire » (l’adjectif « musical » a disparu), possédait un fonds plus riche – le catalogue de 126 pages compte 3 243 titres (soit 832 titres supplémentaires, qui représentent le quart du fonds du cabinet de lecture) – et la présentation des rubriques a été quelque peu remaniée.

  • Anecdotes plaisantes, facéties, bons mots : 46 titres.
  • Éducation : 71 titres.
  • Histoire : 332 titres.
  • Langues étrangères : Anglaise : 36 titres.
  • Espagnole : 13 titres.
  • Italienne : 36 titres.
  • Littérature : 221 titres.
  • Poésies : 143 titres.
  • Politique, législation, commerce : 51 titres.
  • Romans : 1883 titres.
  • Sciences et beaux-arts : 77 titres.
  • Voyages en Europe : 129 titres : France, Angleterre, Portugal, Espagne, Italie, Suisse, Allemagne et Hongrie, Grèce, Turquie, Crimée, Russie, Laponie, Norvège et Islande, Voyages d’Europe sans désignation particulière.
  • Voyages en Asie : 52 titres.
  • Voyages en Afrique : 41 titres.
  • Voyages en Amérique : 42 titres.
  • Voyages autour du monde, dans le nord et à la mer du Sud : 19 titres.
  • Théâtres complets : 47 titres.
  • Pièces détachées : 4 titres.

56Les « romans » sont toujours les plus massivement présents, mais ne représentent plus que 58 % du fonds, avec 1883 titres. Si toutes les rubriques ont profité des nouvelles acquisitions de Dessentis, trois en ont plus particulièrement bénéficié. Tout d’abord, l’» histoire » s’est notablement enrichie, en partie toutefois grâce à l’ajout des ouvrages auparavant classés dans la « Révolution » et dans l’» Art militaire, mémoires, campagnes et vies de grands généraux » (deux rubriques supprimées en 1810) ; ce regroupement et l’achat de nouveaux ouvrages permettent à l’histoire d’occuper le deuxième rang (avec 332 titres, soit 10,2 %). Viennent ensuite les « voyages » (avec 283 titres, contre 166 en 1806), qui représentent désormais 8,7 % du fonds (contre 7 %). Notons enfin que les « langues étrangères » ont quitté la place fort discrète de la fin du catalogue de 1806 pour former une catégorie à part entière ; elles comprennent désormais, en plus des ouvrages en anglais et en italien présents en 1806, des livres en langue espagnole (soit au total 85 titres, contre 38 en 1806).

  • 72 BM de Nantes, 59346 et BM de Rennes, 93837 : Catalogue des livres qui se donnent en lecture, par a (...)

57L’envahissement des belles-lettres, et plus particulièrement des romans, se retrouve dans le Catalogue des livres qui se donnent en lecture, par abonnement, chez Jean-Marc Baudin aîné, publié en 181272. Contrairement au catalogue de Dessentis, celui de Baudin ne comporte aucune division thématique : les titres y sont présentés par ordre alphabétique, avec parfois l’indication du nom de l’auteur. Au total, les abonnés pouvaient faire leur choix entre 3076 titres, dont 2480 titres de littérature (soit quelque 80 % du fonds) ; les livres d’histoire, les mémoires et les « voyages » sont ensuite les plus nombreux (526 titres, soit 17 %). Baudin précisait qu’en plus des ouvrages du catalogue, il donnait en lecture « généralement toutes les nouveautés, au fur et à mesure qu’elles paraiss[ai]ent, après leur insertion dans la Bibliographie de l’Empire français ». On pouvait s’abonner pour 28 F par an, 15 F pour six mois, 8 F pour trois mois, ou 3 F par mois ; s’y ajoutait un nantissement de 10 F.

  • 73 BM de Nantes, 59349 : Catalogue des livres en lecture qui se trouvent chez Mme Clech, libraire, ru (...)

58Les deux autres catalogues nantais conservés datent des années 1820 ; mais seuls quelques nouveaux venus dans la littérature s’ajoutent aux auteurs cités précédemment. Le catalogue de la femme Clech, qui tenait le cabinet de lecture créé par son époux sous l’Empire, fut publié en 182573. Moins fourni que ceux de Dessentis et de Baudin, il contient 1697 titres, répartis dans quatre rubriques : « Romans » (1 195 titres), « Livres à l’usage des jeunes personnes et des enfants » (84 titres), « Morale, politique, histoire » (236 titres) et « Littérature, poésie, correspondances, anecdotes, voyages » (182 titres). Sans surprise, les « romans » constituaient l’essentiel du fonds (70,4 %), certains occupant une large place – la Bibliothèque des romans (en 50 vol. in-12), les Œuvres complètes de Mme Riccoboni (14 vol. in-12), les Œuvres du comte de Caylus (12 vol. in-12), Les Mille et une nuits (10 vol. in-12). On retrouve les mêmes auteurs à succès que sous l’Empire : Bernardin de Saint-Pierre, Ducray-Duminil, Fénelon, Florian, Charles P. de Kock, August Lafontaine, Lavallée, Legay, Lesage, Marivaux, Marmontel, Nodier, Nougaret, Picquenard, Pigault-Lebrun, l’abbé Prévost, Rétif de La Bretonne ; les femmes sont aussi massivement présentes – Mme Choiseul- Meuse, Mme Cottin, Mme de Courval, Mme de Genlis, Mme Gottis, Mme Guénard, Mme Barthélemy-Hadot, Mme de Montolieu, Mme Régina- Maria Roche, Mme Armande Roland, Mme de Souza –, ainsi que les auteurs anglais – Miss Bennet, Miss Burney, Cooper, Fielding, Miss Opie, Anne Radcliffe, Richardson, Walter Scott. Comme ses confrères, Mme Clech offrait en lecture quelques œuvres jugées suspectes ou condamnées : les Contes de Boccace, La Religieuse de Diderot, les Lettres persanes de Montesquieu, La Nouvelle Héloïse de Rousseau, [Les Amours du Chevalier] de Faublas de Louvet (en 8 vol. in-12), Jérôme de Pigault-Lebrun, Le Poète de Desforges, ou encore quelques romans de Crébillon fils et de Victor Ducange. Voltaire et Rousseau apparaissent à différentes reprises (les Œuvres de Rousseau étaient proposées en 27 vol. in-8°). La catégorie « morale, politique… » contient, entre autres, plusieurs ouvrages traitant de la Révolution et du régime napoléonien – l’Histoire du jacobinisme de l’abbé Barruel, l’Histoire de la Révolution française de Necker, celle de Lacretelle, les Considérations sur les causes de la Révolution française par Mme de Staël, l’Histoire de la guerre de Vendée de Bonchamps, les Mémoires pour servir à la guerre de la Vendée de Mme de La Rochejaquelein, Napoléon et la Grande- Armée, les Pièces officielles de l’Armée d’Egypte, le Journal de Sainte-Hélène d’O’Méara, une Histoire de Napoléon (non identifiée) – ; également présents dans cette catégorie, Le Génie du christianisme et Les Martyrs de Chateaubriand, ou encore L’Europe et l’Amérique en 1822 de Pradt. La rubrique « littérature, poésie… » contient les œuvres de Delille, Fréron (dont l’Année littéraire, en 12 vol. in-12), La Harpe (Cours de littérature française, 12 vol. in-8°), les Lettres de Mme de Maintenon (16 vol. in-12) et celles de Mme de Sévigné (12 vol. in-18), les Œuvres de Beaumarchais, Corneille, Crébillon, Gessner, Homère, ou Racine, les Poésies du cardinal de Bernis et celles de Fabre d’Églantine, le Théâtre de Florian et de Voltaire, de nombreux Voyages et, parmi eux, le Voyage philosophique aux deux Indes (sic) de Raynal (22 vol. in-8°).

  • 74 BNF, M-2700 (22) : Catalogue des livres qui se donnent en lecture, par abonnement, chez Monselet, (...)
  • 75 L’Ami de la Charte, 30 mars 1823 et sqq.

59Enfin, le Catalogue des livres qui se donnent en lecture, par abonnement, chez Monselet, est le moins épais, avec quarante pages74. Il contient, sans distinction, des ouvrages d’» histoires, voyages, poésies, théâtres, polygraphe, etc. », classés par ordre alphabétique de titres. En 1823, Monselet informait le public que son « salon littéraire » recevait « journellement 22 journaux différents, un journal anglais (le Galignani’s Messenger) et l’Indicateur de Bordeaux » ; il offrait « les meilleures nouveautés en politique, théâtre, poésie, mémoires, voyages, et une bibliothèque choisie, composée de dix mille volumes75 ». Comme chez la femme Clech, une large place était accordée aux romancières du début du xixe siècle, ainsi qu’aux écrivains de langue anglaise. Parmi les ouvrages de ces derniers, mentionnons notamment les œuvres non traduites de Walter Scott (en 74 volumes in-32), de l’Américain Washington Irving (8 vol. in-12) et les romans traduits de James-Fenimore Cooper (dont Le Dernier des Mohicans) ; on trouve d’autre part plusieurs ouvrages du romancier allemand Vandervelde. Quelques nouveautés françaises méritent également d’être signalées : les Œuvres d’André Chénier (publiées pour la première fois en 1819), Bug-Jargal de Victor Hugo, les Méditations poétiques d’Alphonse de Lamartine, Cinq Mars, ou une Conjuration sous Louis XIII par Alfred de Vigny, ou encore les derniers romans de T. Dinocourt, V. Ducange, Jouy, P. de Kock, Pixerécourt.

  • 76 Feuille commerciale, 9 août 1822.
  • 77 Ibidem, 23 septembre 1827.

60Par leur grand choix de romans, les cabinets de lecture conservaient leur vocation première, celle de procurer aux lecteurs quelques moments de distraction. Mais, à la différence des établissements ouverts sous l’Empire, ils affirmaient également une fonction politique. Avec l’essor de la presse, journaux et brochures d’actualité occupèrent une place croissante chez les loueurs de livres, qui tentèrent d’attirer à la fois les « amateurs de politique et de littérature ». Chez Burolleau, « les personnes de la campagne » pouvaient s’abonner aux journaux de Paris, en les faisant prendre une ou deux fois par semaine, moyennant 3 francs par mois (au lieu de 6 francs que coûtait l’abonnement aux journaux parisiens)76. Le tarif proposé était donc relativement intéressant, à condition toutefois que l’on ne vît pas d’inconvénient à prendre connaissance de nouvelles qui n’étaient plus très fraîches. De son côté, Auguste Lebourg, qui succéda à Clech en août 1827, s’employa à développer son cabinet de lecture, mettant à la disposition des abonnés « 8 000 volumes d’histoire, voyages, romans, etc., etc., et tous les ouvrages nouveaux […] publiés à Paris », ainsi que « les principaux journaux politiques et littéraires77 ». Ses affaires durent d’ailleurs être fructueuses car, deux ans plus tard, le cabinet de lecture fut transféré au premier étage et prit le nom de « salon littéraire » – enseigne qui révèle également la volonté de séduire les couches sociales aisées, peut-être davantage portées à intégrer l’un des nombreux cercles de la ville.

61Dans le reste de la province, les sources nous font encore une fois défaut : seules des annonces parues dans la presse locale, ainsi que des enquêtes préfectorales, attestent de l’existence de cabinets de lecture dans les trois autres départements bretons. Là aussi, les lecteurs avaient la possibilité de louer – au mois, à l’année, ou au volume – des romans, des ouvrages de littérature, des brochures politiques et des journaux. Mais parce qu’ils étaient établis dans des villes moins peuplées et où les élites sociales étaient moins fortement présentes, ces maîtres de lecture ne pouvaient offrir un choix d’ouvrages aussi riche que leurs confrères de Rennes et de Nantes.

  • 78 Parent-Lardeur Françoise, Lire à Paris au temps de Balzac. Les cabinets de lecture à Paris 1815-18 (...)
  • 79 Lire à Paris au temps de Balzac…, op. cit., p. 266-277.
  • 80 Cf. Daubignard Patrick, Imprimerie-librairie, cabinets de lecture et presse à Blois (1790-1850), B (...)

62Les travaux de Françoise Parent-Lardeur sur les cabinets de lecture à Paris sous la Restauration nous fournissent quelques éléments de comparaison78. F. Parent-Lardeur a étudié vingt-six catalogues de librairies-abonnements de lecture et trente-quatre catalogues de librairies-cabinets-abonnements de lecture, qui contiennent respectivement de 600 à 1 500 titres et de 2 000 à 3 000 titres. Les établissements bretons proposaient donc un éventail d’ouvrages autant, voire plus étendu que leurs confrères parisiens. Rappelons que le catalogue de Dessentis (1810) contient 3 243 titres, celui de Baudin (1812) 3 076 titres, celui de Duchesne (vers 1820) 2 284 titres, celui de Clech (1825) 1697 titres. Les cabinets de lecture de Nantes et de Rennes peuvent sans doute être considérés comme faisant partie des plus importants en province. À Avallon (Yonne), le catalogue pour 1824 du libraire François-Nicolas Comynet ne comporte que 725 titres79. À Blois, le catalogue de Jahyer (1815) offre 621 titres et celui de Darneaux (1816) 535 ; les catalogues blésois des années suivantes sont toutefois plus fournis : 1817 titres chez Aucher-Eloy (1822), 1300 chez Darneaux-Berruer (1824), 2 506 chez Lebarbier-Poulet (1826) et 1788 chez Giroud (1828)80.

  • 81 Les Cabinets de lecture…, op. cit., p. 42.
  • 82 Ibidem, p. 157, note 1.

63Une deuxième similitude avec les établissements parisiens est la nature des ouvrages mis en lecture. Les rubriques les plus importantes des catalogues sont les mêmes : « … le pourcentage de romans est écrasant : de 50 % à 100 %, le plus grand nombre se situant entre 80 % et 100 %81 » ; viennent ensuite les ouvrages d’histoire, les mémoires et les voyages. Les écrivains les plus en vogue à Paris l’étaient aussi en province : « en tête, Mme de Genlis et Walter Scott ; puis, Mmes de Montolieu, Guénard de Méré, de Flahaut de Souza et Cottin ; MM. Pigault-Lebrun et August Lafontaine ; Mme Barthélemy-Hadot et Anne Radcliffe ; Fenimore Cooper, Ducray-Duminil, Mme Gottis, le comte d’Arlincourt ; MM. Victor Ducange, de Dinocourt, Paul de Kock, Picard ; enfin, Mme de Choiseul-Meuse82 ». Cet alignement des goûts littéraires n’est en rien surprenant : la mode parisienne continuait de séduire les élites culturelles de province et les cabinets de lecture, confrontés à une concurrence de plus en plus forte, suscitaient la demande du public en promettant d’offrir les ouvrages « les plus nouveaux », toujours tirés de Paris.

  • 83 Gury Jean, « Lire à Rennes de Louis XVI à Louis-Philippe », Mémoires de la Société d’histoire et d (...)

64Les registres de prêt – où l’on consignait le nom et le lieu de résidence des abonnés – n’ayant pas été conservés, nous ignorons tout de la composition sociale de la clientèle, de ses pratiques et de ses choix de lecture. Il semble toutefois assuré que les abonnés ne se réduisaient pas aux seuls notables des villes. Les formules d’abonnement permettaient à un public plus modeste d’avoir accès au livre, sans grever ses économies (rappelons qu’un in-octavo coûtait environ 7,50 F et un in-12, 3 F) – « à l’époque, une livre de pain valait 30 c. et une couseuse gagnait 1,50 F par jour83 ». Les cabinets de lecture contribuèrent ainsi à l’élargissement de la diffusion des livres et des périodiques, qui dépassa sans doute le cercle de la bourgeoisie pour atteindre les artisans et les petits commerçants.

Notes

1 Journal typographique et bibliographique : rédigé par Pierre Roux, puis par Dujardin-Sailly, enfin par de Villevielle. Le Journal général de l’Imprimerie et de la Librairie, publié par Pillet, lui succéda le 4 décembre 1810 et parut jusqu’au 30 septembre 1811 ; il laissa la place au Journal officiel de la Librairie, dont le premier numéro parut le 1er novembre 1811.

2 AN, F18 IX 1 à 39 : dépôt légal : départements (1810-1830).

3 Bibliographie de l’Empire français… (puis Bibliographie de la France), par Adrien-J.-Q. Beuchot.

4 Cf. Bellos David, « Le marché du livre à l’époque romantique… », Revue française d’histoire du livre, 20, 1978, p. 647-660 ; et du même auteur, « La conjoncture de la production », Histoire de l’édition française, t. II, Paris, 1990, p. 730-740.

5 AD 35, 2 T 1 : rapport du sous-préfet de Rennes au préfet (13 janvier 1813).

6 AD 22, 1 M 19 : lettre du préfet à la direction de la Librairie (3 décembre 1814).

7 Circulaire du directeur général de la Librairie aux préfets (5 août 1812).

8 AN, F18 1 : décret du 29 avril 1811.

9 Pierre-François Massey de Tyronne : né à Nantes vers 1793-1795, il fut avocat, puis magistrat. Démissionnaire en 1825, il fut condamné en 1827 à six mois de prison et à 600 francs d’amende pour outrage aux députés comme auteur d’une « Biographie des députés de la Chambre septennale ».

10 Jean-Baptiste-François Delaporte (Rennes, 1755-1824) : avocat, magistrat, député des Côtes-du-Nord au Conseil des Cinq-Cents en 1795 ; auteur de Recherches sur l’ancienne législation et l’organisation judiciaire en Bretagne (Rennes, Chausseblanche, 1809), il fut l’un des fondateurs de la Société des sciences et des arts de Rennes.

11 Armand-Louis-Bon Maudet de Penhouët : né au château de Penhouët (paroisse d’Avessac) en 1764 ; colonel de gendarmerie en 1816, archéologue et maréchal de camp en 1829, il était correspondant de la Société royale des Antiquaires de France, de l’Académie de Lyon et des Sociétés académiques de Caen et de Nantes.

12 Guillaume-Louis-Julien Carré (Rennes, 1777-1832), juge suppléant près le tribunal civil de Rennes de l’an XIII à 1815, devint professeur à la faculté de droit érigée en 1806, membre du collège électoral d’arrondissement en 1810, premier assesseur à la cour impériale des douanes en 1811, membre du conseil académique et secrétaire du collège électoral en 1814, enfin conseiller à la cour d’appel de Rennes pendant les Cent-Jours. Redevenu simple professeur sous la Restauration, il succéda à Toullier comme doyen de la Faculté de droit (cf. Kerviler).

13 Charles-Bonaventure-M. Toullier (Rennes, vers 1760-1835), reçu avocat en 1775, fut « l’un des jurisconsultes les plus célèbres du xixe siècle », selon Quérard ; agrégé à la faculté de droit de Rennes avant la Révolution, puis professeur au rétablissement de l’Université en 1803, il devint le doyen de cette faculté. Connu pour ses opinions libérales, il fut révoqué pour motifs politiques en 1815 et se consacra alors à la rédaction de son Droit civil français.

14 AD 35, 4 E 3885 : inventaire après décès de Joseph-Désiré Antignac, le 22 octobre 1829, par Ulysse-Nicolas Raoul notaire, à Vitré (23 grand’rue Notre-Dame).

15 Édouard Mennechet (Nantes, 1794-1845), surnommé le Plutarque français, était le petit-neveu du célèbre poète Lapeyrouse (ancien secrétaire de la Chambre du roi et lecteur de Louis XVIII et de Charles X).

16 Édouard Richer (1792, Noirmoutier – 1834, Nantes) était tout à la fois féru d’antiquités, de sciences naturelles et de philosophie spiritualiste ; il fréquenta les cercles les plus éclairés de sa province et de la capitale. Ami des Mellinet, il rencontra Cuvier, Lamarck, puis devint un ami d’Honoré de Balzac. Ils adhérèrent ensemble aux doctrines du philosophe suédois Swedenborg et furent des partisans convaincus de Mme de Saint-Amour, dont les « guérisons » opérées à Nantes en 1828 et 1829 suscitèrent d’ardentes controverses.

17 Grand vicaire à Laon au moment de la Révolution, Jean-Baptiste Duvoisin avait été déporté en septembre 1792. Nommé évêque de Nantes en octobre 1802, il conserva cette charge jusqu’à son décès en 1813.

18 Ce Précis fut d’abord publié à Brunswick en 1790, puis à Leipzig en 1801 (selon Quérard).

19 Le Bouvier des Mortiers avait écrit une Réfutation des calomnies publiées contre le général Charette… (Paris, 1809), puis un Supplément à la vie de Charette…(Paris, 1814), qui furent saisis par le gouvernement impérial. Les deux parties de 1809 et le volume de 1814 ont été réimprimés ensemble, en 1823, sous le titre Vie de Charette…, seconde édition (Nantes, Mellinet-Malassis, et Paris, Raynal) : cf. QuÉrard.

20 Une partie des ouvrages de François-Joseph de La Serrie (1770-1819) sortit des presses de Didot ; l’autre de celles de Mangin et, remarque Beuchot, « la typographie en est très soignée ». Comme La Serrie n’écrivait que pour ses amis, il ne faisait tirer qu’un petit nombre de chacun de ses ouvrages (cf. Quérard).

21 Mangin vanta la beauté de cette édition dans ses Affiches : « Les Recherches historiques formeront […] huit parties ou livraisons, ornées chacune de six gravures, et imprimées en format de grand in-4°, sur beau papier, avec des caractères neufs, fondus par M. Firmin Didot. Le prix de chaque livraison est, pour les souscripteurs, de 7,50 F ; et pour les non souscripteurs de 9 F » (10 septembre 1814).

22 Jean-Alexandre Cavoleau (Légé, 1754 – Fontenay, 1839) : évêque constitutionnel de la Vendée en 1792, il abjura ensuite la prêtrise et se maria. Nommé professeur d’histoire naturelle à l’École centrale de Luçon en 1796, secrétaire général du département de la Vendée du 15 floréal an VIII jusqu’en 1814, il fonda un Journal politique et littéraire et rédigea des Annuaires. Il devint membre de la Société académique de Nantes, de plusieurs sociétés d’agriculture et d’horticulture et de plusieurs sociétés savantes (cf. Kerviler).

23 Louis Say (né à Lyon vers 1775), négociant, économiste et membre de la Société académique de Nantes, était le frère d’Horace Say (chef de bataillon du génie et membre de l’Institut d’Égypte) et de l’économiste Jean-Baptiste. D’après la Biographie universelle et portative des contemporains, « ses ouvrages renferment une foule de vérités plus ou moins niaises, digne de servir de supplément à la chanson de M. de La Palisse ».

24 AD 22, 135 J 10.

25 Certains ouvrages apparaissent plusieurs fois dans des formats différents ; en ne les prenant pas en compte, on parvient à un total de 99 titres. À titre de comparaison, Anne Sauvy a recensé, dans son étude de l’inventaire de la maison Chalopin dans les années 1820, 127 titres de livres de fonds, soit plus de 130 000 volumes (Sauvy Anne, « La librairie Chalopin. Livres et livrets de colportage à Caen au début du xixe siècle », Bulletin d’histoire moderne et contemporaine, n° 11, 1978, p. 95-140).

26 Rappelons qu’en 1786 Prud’homme en avait publié une nouvelle édition, revue et corrigée par son ami le marquis de Loz-Beaucours (avocat général au parlement de Bretagne). Cette version « expurgée » n’eut pas de succès, comme le prouvent les 1714 exemplaires restant encore en magasin vingt-quatre ans après leur impression.

27 AD 22, 135 J 11.

28 Davy Samuel, Vignettes et réclames de librairies bretons aux xviiie et xixe siècles…, dactylogr., [s. d.], p. 35.

29 J. Ollivier, dans son Catalogue bibliographique de la chanson populaire bretonne… (Quimper, 1942), fournit une bibliographie riche et détaillée de cette production spécifique (p. 409-421).

30 Le Menn Gwennolé, « Une « bibliothèque bleue » en langue bretonne », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 92, 3, 1985, p. 229-240.

31 Cité par Le Menn G., art. cit., p. 230.

32 AD 56, T 188 : rapport du maire de Vannes au préfet (19 avril 1822).

33 Bellos David, « La conjoncture de la production », art. cit., p. 730.

34 Chasles Ph., « Statistique littéraire et intellectuelle de la France pendant l’année 1828 », Revue de Paris, t. 7, 1829, p. 191-243. Chasles évalue à 104 le nombre d’ouvrages publiés en Bretagne en 1828 ; pour notre part, nous en avons comptabilisé 155.

35 Renan Ernest, Souvenirs d’enfance et de jeunesse, Paris, Gallimard, 1993, p. 21.

36 La Revue de l’Ouest, n° 1, mercredi 28 janvier 1829. Article signé par le « directeur de la Librairie industrielle », É. Souvestre.

37 Idem, n° 8, 25 mars 1829.

38 Dès l’an VII, Barazer avait publié un Annuaire du Finistère pour l’an VII. Contenant les foires et marchés du département ; le tableau de la valeur d’opinion du papier monnaie ; celui des cantons, commissaires du Directoire exécutif et juges de paix ; les administrations et les tribunaux ; le tableau comparatif des nouvelles mesures et des nouveaux poids ; celui des heures anciennes et nouvelles ; celui des marées ; une table des hauteurs ; une des vitesses ; une des différens nombres utiles ou curieux, etc., etc. (Quimper, an VII, 36-12 p).

39 AD 29, 2 T 14 : lettre de Michel au préfet (3 mars 1810).

40 Cet annuaire avait été précédé par une Statistique du département de la Loire-Inférieure, par J.-B. Huet, secrétaire général de la préfecture…, Paris, impr. des Sourds-Muets, an X et an XI.

41 L’Annuaire de Nantes se divise en trois parties : un annuaire (131 p.), un catalogue des pièces de théâtre de Paris et de Nantes (90 p.), enfin un recueil de poésies (30 p.).

42 AD 22, 1 M 32 : rapport du préfet des Côtes-du-Nord (20 avril 1807).

43 Sa fonction pratique était réaffirmée dans la préface : « Tout le monde, en effet, éprouve le besoin d’un petit ouvrage portatif rédigé de manière à offrir, dans un cadre resserré, tout ce qui peut sembler le plus généralement utile dans le cours des affaires. […] Pour faciliter les recherches, l’annuaire est divisé en dix chapitres : 1. Calendrier ; 2. Puissances ; 3. Gouvernement français ; 4. Ordre judiciaire ; 5. Administrations civiles ; 6. Culte ; 7. Instruction publique ; 8. État militaire ; 9. Revenus publics ; 10. Foires et marchés, et objets divers. »

44 AD 35, 2 Ev 2 : lettre du directeur général de la Librairie à l’imprimeur Vatar de Rennes (16 décembre 1811).

45 BNF, Q10/B : Catalogue de la librairie de Boissel, cours Saint-Pierre, Hôtel de Bellisle, Paris, de l’imprimerie de Rignoux, 1823, 32 p. Ce catalogue comporte 791 titres d’ouvrages dans deux rubriques : la première contient les « livres de piété, d’éducation, d’histoire et classiques » (679 titres) et la seconde les « livres classiques » (112 titres).

46 Almanach nantais, 1827.

47 AD 35, 4 Fc 27 : prospectus (s. d.).

48 BNF, Q10/B : Catalogue des livres de fonds et d’assortiment […]. Qui se trouvent chez Lefournier et Deperiers, libraires pour la marine, rue Royale, n° 84, à Brest, Brest, impr. Lefournier, 1816, 15 p.

49 AD 22, 135 J 10.

50 AN, F18 17 : « État des imprimeurs et libraires qui diffusent des brochures politiques à Nantes et de celles qui sont en leur possession » (avril 1818).

51 A. Crevel publia bon nombre d’ouvrages politiques entre 1816 et 1818, avant d’être poursuivi devant la quatrième chambre de la cour d’appel de la police correctionnelle ; un arrêt du 2 mai 1818 ordonna la destruction de ses ouvrages. R.-Th. Chatelain, qui avait servi dans l’armée impériale (1808-1815), collaborait au Censeur.

52 Les notes concernant les journaux sont extraites de : Ledré Charles, La Presse à l’assaut de la monarchie, Paris, A. Colin, 1960, p. 251-258 (« table des journaux cités »). Bibliothèque historique, par Chevalier, Raynaud, Cauchois-Lemaire ; libérale, tendances bonapartistes, semi-périodique (mars 1818 – avril 1820).

53 Le Censeur, organe « indépendant » (12 juin 1814 – 6 septembre 1815) ; devient Le Censeur européen, semi-périodique (février 1817 – 17 avril 1819).

54 Joseph Esneaux : officier dans les troupes impériales, il fut rayé des cadres lors de la Restauration. Très hostile aux Bourbons, il tenta de faire paraître un journal politique, Le Don Quichotte moral et politique, qui fut saisi dès les premiers numéros.

55 Lettres normandes, par Thiessé, semi-périodique, libéral (septembre 1817 – septembre 1820).

56 AN, F7 9665 : rapport du préfet d’Ille-et-Vilaine (15 novembre 1820). Un procès-verbal d’octobre 1821 signale que Molliex avait vendu douze exemplaires des Chansons de Béranger (AD 35, 2 T 1).

57 BNF, Q 10/B : Catalogue des livres de la librairie de Molliex, rue Royale, n° 3, à Rennes, Nantes, V. Mangin, 1827, 16 p.

58 Etrennes royales de Nantes, Nantes, Mellinet-Malassis, 1821.

59 Etrennes nantaises, 1830.

60 La Revue de l’Ouest, n° 1, mercredi 28 janvier 1829. Article signé par le « directeur de la Librairie industrielle », É. Souvestre.

61 Guépin Ange, Nantes au xixe siècle, statistique topographique, industrielle et morale…, Nantes, P. Sébire, 1835, p. 428 (article « Librairie »).

62 Cité dans Parent-Lardeur Françoise, Lire à Paris au temps de Balzac…, Paris, Éd. de L’ehess, 1981, p. 95-96.

63 Guépin A., Nantes au xixe siècle…, p. 428.

64 BM de Rennes, 89922 : Catalogue des livres du cabinet de lecture de Duchesne, libraire, rue Impériale, n° 2 ; Et au Palais de Justice, pour la jurisprudence. Prix : 50 centimes. – À Rennes : de l’impr. De J.-M. Vatar, 1811, 128 p. Pour une étude de ce catalogue, cf. Gury Jacques, « Lectures du catalogue d’un cabinet de lecture », Lectures, systèmes de lecture, Paris, PUF, 1985, p. 71-80.

65 S’y ajoutent deux pages de supplément (p. 127-128), contenant trente-quatre titres.

66 Sur la mode des romans historiques et notamment ceux de Walter Scott : cf. Lukacs G., Le roman historique, Paris, Payot, 1972.

67 BM de Rennes : réclame sur une facture de 1822.

68 BNF, M-2700 (47) : Catalogue des livres du cabinet de lecture de De Kerpen, libraire, rue Impériale, n° 4, à Rennes. Prix : 1 franc, Rennes, impr. Cousin-Danelle, août 1813, 80 p.

69 AD 35, 4 Fc 27 : prospectus (s. d.).

70 BM de Nantes, 59352 : Catalogue des livres qui se donnent en lecture par abonnement, au cabinet littéraire et musical tenu par M. Desentis, rue de la Fosse, n° 34, maison Châtelier, café du Commerce, Nantes, 1806, 95 p.

71 BNF, M-2700 (22) : Catalogue des livres qui se donnent en lecture par abonnement, au cabinet littéraire, tenu par M. Desentis, rue de la Fosse, n° 21, maison Châtelier, café du commerce, Nantes, [Forest], 1810, 126 p.

72 BM de Nantes, 59346 et BM de Rennes, 93837 : Catalogue des livres qui se donnent en lecture, par abonnement, chez Jean-Marc Baudin aîné, libraire, près du pont de Sauvetout, n° 10, à Nantes, [Nantes], V. Mangin, 1812, 188 p.

73 BM de Nantes, 59349 : Catalogue des livres en lecture qui se trouvent chez Mme Clech, libraire, rue Bertrand Molleville, près la Poste aux lettres, à Nantes, Nantes, impr. Hérault, [s. d.], 62 p. (La date de 1825 est celle de la déclaration d’impression par Hérault, relevée dans les registres du dépôt légal).

74 BNF, M-2700 (22) : Catalogue des livres qui se donnent en lecture, par abonnement, chez Monselet, libraire, rue Dauphine, à l’entresol, n° 14, à Nantes. Prix du catalogue : 50 centimes, Nantes, Mellinet-Malassis, [s. d.], 40 p. (La déclaration d’impression du catalogue fut déposée par Mellinet en 1824).

75 L’Ami de la Charte, 30 mars 1823 et sqq.

76 Feuille commerciale, 9 août 1822.

77 Ibidem, 23 septembre 1827.

78 Parent-Lardeur Françoise, Lire à Paris au temps de Balzac. Les cabinets de lecture à Paris 1815-1830, Paris, Éd. de L’ Ehess, 1981 ; rééd. Les Cabinets de lecture. La lecture publique à Paris sous la Restauration, Paris, Payot, 1982. F. Parent-Lardeur a étudié 80 catalogues parisiens, conservés à la BNF.

79 Lire à Paris au temps de Balzac…, op. cit., p. 266-277.

80 Cf. Daubignard Patrick, Imprimerie-librairie, cabinets de lecture et presse à Blois (1790-1850), Blois, 1991.

81 Les Cabinets de lecture…, op. cit., p. 42.

82 Ibidem, p. 157, note 1.

83 Gury Jean, « Lire à Rennes de Louis XVI à Louis-Philippe », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, tome LXII, 1985, p. 404.

Table des illustrations

Titre Déclarations des imprimeurs par année (journaux exclus)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18309/img-1.png
Fichier image/png, 24k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18309/img-2.png
Fichier image/png, 62k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540