Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Révolution du livre et de la presse en Bretagne

 | 
Patricia Sorel

Chapitre IV. Le commerce du livre (1810-1830)

Texte intégral

  • 1 AD 44, 153 T 2 : rapport du préfet au directeur général de la Librairie (2 juillet 1810) et répons (...)
  • 2 Ravier, Répertoire de la librairie…, Paris, 1807, note p. XXI.

1Sous le régime impérial, tous les départements bretons subirent, de façon plus ou moins aiguë, les répercussions désastreuses de la guerre et du blocus. Dans une province meurtrie économiquement et socialement – frappée par la ruine du commerce, le chômage et la disette –, les affaires des libraires, comme celles des imprimeurs, ne pouvaient prospérer, ni profiter des quelques trêves dans le déroulement des guerres napoléoniennes. En 1810, le préfet de Loire-Inférieure informait le directeur général de la Librairie que l’interruption du commerce maritime avait « rendu nul » celui de la librairie étrangère, ce qui le contraignait d’attendre un moment plus favorable pour établir à Nantes un dépôt de livres venant de l’étranger1. Nombre de libraires complétaient les maigres profits que leur procurait leur état en vendant les articles les plus divers, d’épicerie et de mercerie. Comme le constatait Ravier, à l’exception de cinq ou six villes en France, dans toutes les autres, la librairie n’était plus que « l’accessoire d’un état ou d’une profession quelconque2 ». Une autre caractéristique, que l’on retrouve dans toutes les villes de province, est le fort engouement pour les cabinets de lecture : les vendeurs de livres étaient devenus aussi et, pour certains, surtout, loueurs de livres.

  • 3 AN, F18 2 : circulaire du ministre de l’Intérieur (19 mars 1822).

2Le décret du 5 février 1810 portait que les libraires seraient eux aussi brevetés et assermentés à partir du 1er janvier 1811. En fait, dans les départements, la procédure fut plus longue : ce ne fut que le 1er septembre 1812 qu’une circulaire du directeur général de la Librairie prévint que les brevets seraient expédiés « sur le vu de la quittance des frais d’expédition » (fixés à 25 francs). Les libraires devaient présenter en outre leur patente et fournir un certificat, « dûment légalisé, du maire de leur commune, constatant leurs bonnes vie et mœurs, et leur attachement à la patrie et au souverain ». Contrairement aux imprimeurs, le nombre des libraires n’était pas limité officiellement, mais le pouvoir veilla constamment à ne pas donner trop d’extension à cette branche du commerce ; il s’agissait d’assurer aux titulaires les moyens de vivre honorablement et de ne pas être tentés de se livrer à des spéculations hasardeuses ou à un trafic prohibé. Sous les ministères Mounier (mars 1820 – décembre 1821) et Villèle (décembre 1821 – janvier 1828), il s’avéra particulièrement difficile d’obtenir un brevet. Les préfets furent plus que jamais appelés à la vigilance dans leur charge « d’éclairer l’autorité supérieure » sur la moralité des postulants à la librairie, car on ne pouvait « préparer avec trop de soin le choix des hommes admis à exercer une profession d’où peuvent naître tant de dangers3 ». Le ministère Martignac (janvier 1828 – août 1829) se montra beaucoup moins intransigeant et voulut bien accorder les brevets refusés par son prédécesseur.

Le réseau des librairies

La Loire-Inférieure

  • 4 AM de Nantes, I2 carton 27, dossier 3 : lettre du préfet au maire de Nantes (5 juin 1810).

3En 1810, Nantes comptait neuf libraires : outre les imprimeurs Mellinet-Malassis, Mangin, Lamorée-Forest et Busseuil jeune, cinq individus exerçaient simplement comme libraires. Nicolas-Louis Busseuil, frère aîné de Pierre-François, avait ouvert sa boutique de livres sous la Révolution (vers 1794-1795) et tirait ses livres de Paris, Lyon et Rouen. Jean Sicard continuait de tenir son cabinet de lecture et vendait des livres tirés de Paris. Quant à Pierre Guichard, qui avait succédé à Gigougeux (décédé au début de l’année 1801), il était « sur le point de quitter son état ». Les deux autres libraires, Yves Clech et Jean-Marc Baudin, s’étaient installés au début de l’Empire (vers 1805-1806). Le premier vendait des romans et tenait cabinet de lecture ; le second possédait un magasin « bien assorti de livres neufs », achetait des bibliothèques, faisait des échanges et tenait également un cabinet de lecture. Cet état des libraires ne donna pas entière satisfaction au directeur général de la Librairie, qui réclama au préfet « quelques détails, les plus grands même possibles », sur plusieurs libraires dont la conduite n’était pas irréprochable, les frères Busseuil particulièrement – tout en assurant que la réponse serait « confidentielle » et qu’il n’en userait qu’avec « discrétion »4. Faute d’avoir pu trouver ces « détails » supplémentaires, nous supposons seulement qu’ils ne furent pas trop négatifs, puisque tous les individus mentionnés dans l’état de 1810 furent brevetés en 1813, hormis Sicard qui exerça sans brevet jusqu’en 1818.

  • 5 La Feuille commerciale du 20 juillet 1818 annonça sa faillite, prononcée le 17 juillet.
  • 6 AN, F18 I 16.
  • 7 BM de Nantes, 59349 : Catalogue des livres en lecture qui se trouvent chez Mme Clech, libraire, ru (...)
  • 8 AM de Nantes, I2, carton 27, dossier 4 : lettre du préfet au maire (10 janvier 1826).
  • 9 Sous la Révolution, Jean-Marc Baudin avait publié dans les Affiches de Nantes de nombreux poèmes o (...)

4En décembre 1815, Nicolas Boissel, âgé de 26 ans et ancien commis libraire à Paris, vint occuper la place laissée vacante par Guichard. Mais il fit faillite dès 18185. L’année suivante, Jean Villemin obtenait à son tour un brevet (21 juin 1819). Originaire de Genève, avocat licencié à la faculté de Paris et ancien professeur de belles-lettres, Villemain n’exerça guère plus longtemps que Boissel – en 1822, il avait « disparu » et son brevet fut par conséquent annul6. Les quatre imprimeurs-libraires et les quatre libraires brevetés sous l’Empire étaient toujours en activité. Clech et Baudin avaient en fait chargé leur femme de tenir leur commerce. Les autorités n’interdisaient pas cette pratique, tout en veillant au respect de la législation – ainsi Jeanne Clech, qui s’était qualifiée de « libraire » dans le catalogue de son cabinet de lecture7, fut-elle rappelée à l’ordre par le préfet pour s’être appropriée un titre qui ne lui appartenait pas8. Si les Clech étaient jugés bons royalistes, on reprochait en revanche à Jean-Marc Baudin, qui exerçait comme prote chez Mangin, de partager « l’opinion et les principes » de son patron9 et à sa femme de louer à de jeunes écoliers de « mauvais livres contraires aux mœurs et à la religion ». Quant à Jean Sicard, présenté dans l’état de juin 1816 comme un « homme tranquille, fort occupé de son état », il n’exerçait plus lorsqu’il reçut son brevet en juillet 1818. Le mois précédent, il avait cédé une partie de son fonds à son apprenti relieur et gendre, Joseph Vetit, qui prit sa succession (avant d’être breveté le 3 janvier 1820).

  • 10 AD 44, 152 T 4 : lettre de Monselet au préfet (28 décembre 1818). Pierre Monselet, né à Nantes en (...)
  • 11 Feuille commerciale, 5 septembre 1822, 9 juillet 1823 et 12 février 1824. L’Ami de la Charte, 30 m (...)
  • 12 Almanach nantais, 1827.
  • 13 Feuille commerciale, 9 août 1822.
  • 14 AN, F18 1962 : dossier Van Goor femme Busseuil : rapport du préfet (15 mai 1823).

5Quatre autres libraires furent nommés en 1820 et 1821. Ce fut d’abord Pierre Monselet, qui avait tenu un cabinet de lecture à Bordeaux avant d’ouvrir un établissement semblable à Nantes10. Averti que cette activité nécessitait d’être pourvu d’un titre de libraire, il s’empressa de déposer sa demande à la préfecture et fut breveté le 11 septembre 1820. Il s’employa dès lors à faire connaître avantageusement son établissement, situé rue Dauphine. Sa librairie proposait un assortiment d’ouvrages neufs à des prix « très modérés ». Quant au « salon littéraire », il était présenté comme un « beau local », accueillant « une société choisie, parmi laquelle régn[ait] la plus grande tranquillité » ; on y recevait journellement un grand nombre de journaux et la bibliothèque ne comptait pas moins de dix mille volumes11. Deux mois après Monselet, un brevet fut délivré à Joseph Macé (20 novembre 1820), devenu bouquiniste pour suppléer à la « modicité » de sa pension de retraité de l’armée et qui avait pour projet d’élargir son commerce aux livres neufs. En 1821, la direction de la Librairie accorda deux brevets : l’un à Antoinette Guérineau (21 mai) – qui tenait une boutique, « À l’Image de Saint-Anne », composée essentiellement d’ouvrages de piété et d’éducation tirés de Paris12–, l’autre à Jean-Baptiste Burolleau (12 juillet), employé dans la librairie de Mellinet-Malassis. Toutefois Burolleau n’ouvrit sa librairie et son cabinet littéraire qu’un an plus tard – en annonçant qu’il se chargeait des commissions, « aux prix de Paris, et sans rétribution pour le port », tandis que la musique était fournie « au tiers de remise des prix marqués »13. Les deux derniers brevets délivrés dans la ville le furent en 1823, en faveur de François Juguet (5 février) et de sa bellemère Sophie Van Goor (28 mai). Juguet avait d’abord été commis pendant quatre années chez Mellinet-Malassis, puis s’était associé à Pierre-François Busseuil, dont il avait épousé l’une des filles. Quant à la dame Van Goor, séparée de Busseuil (par jugement du tribunal civil de Nantes du 29 août 1822), elle avait fait valoir dans sa demande qu’elle avait tenu la librairie de son mari pendant dix-sept années. Elle bénéficia surtout de l’appui du préfet, qui estimait que ce nouveau commerce concurrencerait efficacement la « librairie libérale » de Busseuil14.

  • 15 AD 44, 152 T 4 : rejet de la demande de Minguet fils (29 décembre 1824) et rejet de la demande de (...)
  • 16 Breveté en 1821 à Chinon, Suirau avait quitté cette ville à la fin de l’année 1826 pour acheter la (...)
  • 17 AN, F18 1963 : dossier Mangin : rapport du préfet (31 mai 1828).
  • 18 Le procès fut rapporté dans L’Ami de la Charte du 17 juillet 1828.

6Après Sophie Van Goor, aucun brevet de libraire ne fut accordé jusqu’en 1827. Franchet d’Esperey rejeta la demande d’un nommé Minguet, puis celle de Louis Odé, sur le motif que le nombre de libraires à Nantes était déjà « bien considérable15 ». Tout individu désirant s’installer devait désormais attendre qu’une place se libérât. Le premier fut Auguste Lebourg, âgé de 28 ans, ancien commis chez Mellinet-Malassis, qui remplaça Yves Clech – ou plutôt sa femme – en août 1827. Puis en avril 1828, Henri Suirau, auparavant librairie à Chinon, succéda à Pierre-François Busseuil16. Un mois plus tard, le relieur René Legros reçut lui aussi un brevet qu’il convoitait depuis plusieurs années. Legros avait déposé sa première demande en janvier 1823, mais s’était heurté au refus de la direction de la Librairie. Il réitéra sa demande cinq ans plus tard, en décembre 1827, pourvu cette fois de la démission de Mangin fils en sa faveur. Mais les autorités s’avisèrent alors que ce dernier voulait démissionner d’un titre « qui ne lui appartenait pas et dont il ne jouissait que par fraude17 ». Après le décès de son père, Mangin avait en effet continué de tenir l’imprimerie-librairie, alors qu’il n’était muni que du seul brevet d’imprimeur. Poursuivi pour exercice illégal de la profession de libraire, il fut relaxé par le tribunal de police correctionnelle de Nantes qui considéra que le règlement du 28 février 1723 avait été abrogé par la loi du 2-17 mars 1791 et que la loi du 21 octobre 1814 ne prévoyait aucune sanction (3 mai 1828). La cour royale de Rennes confirma le jugement du tribunal de Nantes et exonéra même Mangin des dépens (12 juillet 1828)18. Quant à Legros, il fut breveté en tant que successeur de Mangin père (30 mai 1828). Le dernier remplacement eut lieu l’année suivante (le 29 mai 1829), suite au décès de l’imprimeur-libraire Lamorée-Forest, dont les brevets revinrent à sa veuve, Henriette-Geneviève-Joséphine Goudet.

  • 19 En 1826, Camille Mellinet épousa la fille d’un négociant, Séraphie-Félicité Baudoux.
  • 20 Le dossier de Joseph-Auguste Laurant manque dans la sous-série F18 des Archives nationales. Un éta (...)
  • 21 La « librairie industrielle » et son cabinet de lecture avaient ouvert leurs portes en mars 1829. (...)

7Les années 1828-1829 virent en outre la création de trois places de libraire. Ce fut d’abord Henri Baudoux, associé à son beau-frère Mellinet19 et collaborateur du Journal de Nantes, qui obtint l’autorisation de transférer sa librairie de Paimboeuf à Nantes (18 août 1828). Toutefois, dès la fin de l’année 1829, il fut remplacé par Joseph-Auguste Laurant20, qui tint la « librairie industrielle » et le cabinet de lecture fondés par Mellinet et ses collaborateurs de la Revue de l’Ouest21. Les deux autres places de libraire furent créées en faveur de Pierre-François-Casimir Merson (21 février 1829), également breveté imprimeur, et de Prosper Sébire (7 décembre 1829), ancien commis chez Mellinet. Le nombre de libraires à Nantes doubla ainsi en moins de quinze ans, passant de huit en 1816 à dix-sept en 1829. Cette évolution reflète l’épanouissement de la ville sous la Restauration – la population augmenta (gagnant un peu plus de 9 500 habitants de 1821 à 1831) pour atteindre quelque 78 000 habitants. Le commerce prit de l’essor et, en 1830, le mouvement du port avait enfin dépassé celui de 1790. Surtout, Nantes apparaissait comme une ville dynamique, avec des sociétés littéraires et scientifiques actives, dont les travaux étaient connus des élites de la province et parfois commentés jusque dans les salons parisiens.

8En dehors de Nantes, il ne fut délivré qu’un seul brevet de libraire. La veuve Thibault du petit port de Paimboeuf en fut la bénéficiaire, et put ainsi continuer de tenir la boutique fondée par son feu époux dans la décennie 1780. Malgré le faible nombre d’habitants que comptait la ville, la librairie pouvait tirer quelques profits de la présence d’un collège communal et d’une école d’hydrographie, mais aussi du passage de riches armateurs. Après le décès de la veuve, le 29 novembre 1820, Paimboeuf resta sans libraire pendant six années, jusqu’à l’arrivée d’Henri-François Baudoux (breveté le 24 octobre 1826). Mais moins d’un an plus tard, nous l’avons vu, Baudoux demanda le transfert de son brevet pour Nantes, affirmant que Paimboeuf n’était « point assez considérable pour qu’une librairie pût s’y soutenir ». Sa demande fut reçue favorablement (août 1828) et la place laissée vacante fut accordée, en juin 1829, à Léon-Charles Huyon, « professeur d’écriture » au collège de Paimboeuf.

  • 22 AN, F18 2147.
  • 23 Ibidem : lettre du ministre de l’Intérieur au préfet (20 septembre 1827).

9Aucune librairie ne fut autorisée dans les trois autres sous-préfectures du département – Savenay, Châteaubriant et Ancenis. À Guérande, Marguerite Simon femme Bernus affirmait dans sa requête que la population de sa ville et des environs « souffr[ait] beaucoup de cet état de choses ». Pourtant, malgré l’appui du maire, du sous-préfet et du préfet – lequel mit en avant le fait que la ville ne pouvait « s’approvisionner de livres que difficilement et d’une manière onéreuse » –, la petite « marchande » guérandaise ne put obtenir un brevet. Elle fut seulement autorisée à vendre et à louer de vieux livres (mars 1827)22. Jérôme Bernus déposa alors à son tour une demande, mais n’eut pas plus de succès que sa femme : le directeur de la Librairie déclara ne pouvoir accorder un brevet dans une ville qui ne comptait que 2 200 habitants (Guérande en comptait pourtant plus de 6 000 !)23. On voit là encore la profonde réticence du pouvoir à multiplier les librairies dans des localités isolées, et donc bien éloignées de la surveillance du préfet et des commissaires de police.

L’Ille-et-Vilaine

Rennes

10Les bouleversements politiques et sociaux engendrés par la Révolution, puis par le régime napoléonien, avaient profondément transformé le commerce du livre à Rennes. Le premier fait notable est la baisse du nombre des libraires : seulement six en 1813, contre dix en 1788.

  • 24 BM de Rennes : réclame sur une facture de 1822.
  • 25 AN, F7 9665 : lettre de l’avocat général près la cour royale de Rennes au garde des Sceaux (octobr (...)
  • 26 AD 35, 2 T 1 : lettre du ministre de la Police au préfet (15 janvier 1816).

11Sous l’Empire, Frout fut le seul à cumuler les deux brevets d’imprimeur et de libraire. La veuve Vatar et Bruté continua certes de tenir sa belle librairie, mais sans être pourvue du brevet exigé. Outre Frout, quatre individus obtinrent un brevet de libraire : Pélagie Vatar, Hélène Blouet, Gilles Duchesne et Jean-Marie de Kerpen. La doyenne, Pélagie Vatar, mourut le 7 février 1817, après avoir exercé pendant plus de quarante années. Son brevet revint à sa nièce Suzanne Vatar (15 novembre 1818), laquelle ne tarda pas à confier la librairie à son frère, l’imprimeur Joseph-Marie, avant de démissionner en sa faveur en 1822 pour entrer comme religieuse à la Visitation. Joseph-Marie Vatar continua de tenir la boutique ouverte sans attendre la délivrance de son brevet ; il fit bien, car le bureau de la Librairie, qui avait apparemment quelques difficultés à tenir ses dossiers à jour, ne lui envoya son titre qu’à la fin du mois de janvier 1824. Gilles Duchesne et Jean-Marie de Kerpen étaient alors toujours en activité. Le premier, qui s’était installé en 1806, avait su faire fructifier ses affaires : il achetait et vendait « toutes sortes de livres anciens et nouveaux, particulièrement ceux de jurisprudence », possédait « la collection complète des stéréotypes de Didot et Herhan », se chargeait de toutes les commissions en librairie, prisait les bibliothèques, abonnait aux journaux et tenait les fournitures de bureau24. Surtout, il pouvait se vanter d’être le propriétaire d’un cabinet de lecture composé de plus de 8 000 volumes et affirmait, « sans crainte d’être démenti », que son assortiment était « le plus considérable qu’on [eût] vu à Rennes depuis quarante ans ». De son côté, Kerpen tenait un cabinet de lecture plus modeste, présenté par l’avocat général près la cour royale de Rennes comme un « petit club de libéraux, quoique fréquenté par plusieurs officiers, particulièrement du régiment d’artillerie en garnison à Rennes25 ». Hélène Blouet, qui avait pris la direction de la boutique au décès de son père Emmanuel-Georges, était au contraire connue pour ses opinions royalistes. Son attachement prononcé à la monarchie lui valut d’ailleurs d’être inquiétée pour une affiche qualifiée d’« incendiaire », placardée dans la nuit du 29 au 30 décembre 1815 et intitulée Crimes des fédérés, moyens d’anéantir cette secte d’anarchistes et de cimenter le trône des Bourbons. La demoiselle Blouet ayant déclaré n’avoir reçu qu’une seule affiche et deux exemplaires de l’ouvrage de J.-P. Gavand, imprimé à Lyon, le préfet demanda à Decazes toute son indulgence pour cette « libraire très royaliste » qui n’avait agi que par « un faux zèle ». Le ministre de la Police voulut bien prendre en compte « la pureté des opinions » de la contrevenante et consentit à ne pas donner suite à ce délit pourtant « très grave »26. Hélène Blouet mourut en 1823 elle fut remplacée par sa sœur Marie-Victoire (brevetée le 23 avril), qui l’avait toujours secondée dans la librairie.

  • 27 Ibidem.
  • 28 Buès exerçait depuis plusieurs années à Rennes. Dans le Journal du Nord-Ouest du 9 juin 1800, on t (...)
  • 29 Jean-Baptiste-Laurent Garnier-Dufougeray (1768-1843) : député de 1815 à 1828 ; royaliste, arrêté p (...)
  • 30 AN, F18 1941 : dossier Moulin : lettre de Moulin au directeur de la Police (24 mars 1827). Guy-Mar (...)

12Au lendemain de la chute de l’Empire, le directeur général de la Librairie accorda une autorisation provisoire à l’imprimeur Cousin-Danelle pour ouvrir une librairie et un cabinet de lecture (23 mai 1814). Mais un état dressé le 1er juillet 1816 nous apprend que Cousin-Danelle avait déjà cédé son fonds à Marc-Malo Molliex27, né en 1790 à Saint-Malo. Dans son Annuaire du département d’Ille-et-Vilaine pour 1818, Cousin-Danelle déclarait avoir renoncé à la vente et à la location des livres « afin de pouvoir donner tous ses soins à son imprimerie et y faire les augmentations dont elle était encore susceptible ». Molliex obtint un brevet le 17 juin 1818. Quelques semaines plus tard (31 octobre), la direction de la Librairie répondit aussi favorablement à la demande de Jean Buès, relieur, âgé de 66 ans28. Mais après lui, le ministère refusa constamment l’ouverture d’une nouvelle librairie dans la ville. Seule Augustine-Julienne Jausions obtint les brevets d’imprimeur-libraire, le 11 juin 1823, comme successeur de sa grand-mère la veuve Vatar et Bruté (décédée le 25 mai). François Hamelin et Florent Moulin durent patienter pendant de longues années avant de voir leur demande aboutir. Le premier, qui avait été employé dans une librairie parisienne avant de s’établir comme relieur à Rennes, déposa sa requête en décembre 1821 avec l’avis favorable de la préfecture ; mais ce fut l’opinion négative du député Garnier-Dufougeray29 qui l’emporta – les libraires étaient déjà « très nombreux » à Rennes et l’on ne pouvait accorder un brevet à un homme qui avait été « un fédéré détestable et acquéreur de domaines nationaux ». Le nombre déjà élevé de libraires fut également la cause du rejet de la demande de Moulin, pourtant appuyée par le député Aubert de Trégomain30. Les deux postulants obtinrent finalement un brevet en 1828, bénéficiant à la fois de la plus grande tolérance du ministère Martignac et de l’avis favorable du préfet, qui ne voyait aucun obstacle à l’ouverture de nouvelles librairies à Rennes.

  • 31 Ibidem : dossier Hamelin (février 1828).

« Le commerce de librairie qui s’étend de cette ville à toutes les parties de l’ancienne Bretagne a pris un tel accroissement qu’un établissement de plus ne me semble pas devoir nuire sensiblement à ceux qui existent déjà. Les écoles de droit et de médecine et le siège de la Cour royale amènent aussi à Rennes un grand nombre d’étrangers auxquels serait profitable une nouvelle concurrence31 ».

13Les deux derniers brevets délivrés sous la Restauration, en février et en octobre 1829, furent des renouvellements. Les bénéficiaires en étaient deux jeunes hommes : Jean-Marie Ganche (24 ans), qui succéda à son oncle Buès décédé, et Armand Tourneux (22 ans), relieur, qui remplaça Moulin démissionnaire.

Saint-Malo. Vitré. Fougères

14Trois libraires exercèrent à Saint-Malo jusqu’en 1821, date à laquelle Valais partit s’établir à Paris. Outre les deux imprimeurs Hovius et Valais, Henri-Pierre Rottier – qui tenait depuis 1800 un « assortiment de livres nouveaux » et un cabinet de lecture – obtint lui aussi un brevet (1813). En 1821, Rottier succéda à Valais comme imprimeur. Six ans plus tard, il céda sa librairie à Edmond Carruel (breveté le 2 mai 1827), avant de renoncer à son imprimerie (décembre 1829). Deux autres libraires reçurent un brevet à la fin de la Restauration : Mathurin Lebreton (24 décembre 1828), ancien libraire à Fougères et relieur à Saint-Malo, et Louis Hue (16 février 1830), marchand de papier et de fournitures de bureau. Le commerce du livre était donc particulièrement florissant dans le petit port breton, avec deux imprimeurs- libraires et deux libraires, qui trouvaient leur clientèle au sein même de la ville, mais aussi parmi les armateurs et négociants de passage et, probablement, dans la population plus alphabétisée de la Normandie toute proche.

  • 32 AD 35, 2 T 1 : lettre de Royer au préfet (1er janvier 1811).
  • 33 Ibidem : rapport du préfet (1816).

15La ville de Vitré, qui comptait également quelque 10 000 habitants, ne bénéficiait pas d’une position géographique aussi avantageuse, handicapée notamment par la proximité de Rennes. L’imprimeur Louis Royer avait d’ailleurs préféré renoncer à la librairie, reconnaissant qu’elle n’y était pas « indispensablement nécessaire32 ». Seul Claude Boulay sollicita et obtint un brevet, ce qui lui permit de conserver le petit commerce de livres qu’il tenait depuis 1780. Il mourut le 15 janvier 1814 et sa veuve Françoise-Renée Miette continua de tenir la boutique ; toutefois, par ignorance des démarches à accomplir, elle ne reçut un brevet qu’en 1818 – comme elle ne vendait « que du papier, des estampes communes, des livres classiques, pour les jeunes gens étudiant la langue latine, et des journées chrétiennes, M. le maire de Vitré crut qu’elle ne devait point avoir de brevet et ne la fit pas prévenir33 ». À sa mort en 1821, son fonds « peu considérable » fut vendu aux enchères. L’année précédente, deux individus avaient obtenu chacun un brevet : le bouquiniste Urbain Lépinay (15 mars 1820) et Jeanne Venot femme Ménager (23 octobre) – laquelle avait déclaré ne vouloir vendre que « les livres de classe et d’église, ainsi que les vieux livres », pour compléter le modeste émolument de son mari, professeur au collège de Vitré. Les deux nouveaux brevetés s’entendirent d’emblée pour empêcher l’implantation d’une troisième librairie et tentèrent de faire fermer le commerce de Louis Rébillé, jeune relieur qui vendait des livres sans brevet.

  • 34 AD 35, 2 T 10 : lettre de la femme Ménager et de Lépinay au préfet (25 octobre 1825).

« Rébillé exerce la librairie depuis quelques années dans notre ville, sans brevet, ni autorisation ; malgré les plaintes qui ont été portées, il continue. Cependant déjà il y a trois librairies à Vitré et une maison de retraite ; la ville est petite ; de plus, Rébillé n’ayant aucuns droits à acquitter vend fréquemment au-dessous du prix ordinaire et nous fait un tort considérable ; il est seul, sans famille à soutenir. Nous nous sommes adressés à M. le procureur du roi, il nous a engagés à vous écrire directement, en disant qu’il n’attendait que des ordres pour agir34 ».

  • 35 AN, F18 2145 : lettre d’Antignac, de la femme Ménager et de Lépinay au directeur de la Police (20 (...)
  • 36 AD 35, 2 T 10 : rapport du sous-préfet de Vitré (22 août 1829). Vitré ne comptait en fait que deux (...)

16Se heurtant sans cesse à l’opposition active de Lépinay et de la femme Ménager, Louis Rébillé ne put obtenir un brevet qu’en août 1829. Les deux libraires établis avaient certes tout intérêt à noircir quelque peu leur situation, mais ils n’avaient sans doute pas tort en affirmant que « les ressources en librairie » étaient « de peu de conséquence » – d’autant plus que la maison de retraite remplaçait presque un libraire et que les communautés fournissaient à leurs élèves les livres nécessaires35. Ce constat était assurément plus proche de la réalité que celui du sous-préfet qui, soucieux de la réputation de sa ville, présentait les trois librairies de Vitré comme « fort achalandées36 ». En fait, l’étroitesse de la clientèle locale et la proximité de Rennes limitaient la librairie vitréenne aux livres de dévotion et aux manuels scolaires.

  • 37 AN, F18 1942 : lettre du directeur de la Police au député d’Ille-et-Vilaine Louis-Joseph Lebeschu (...)
  • 38 Ibidem : rapport du sous-préfet de Fougères (24 mars 1825).

17Ces deux handicaps se retrouvaient également à Fougères, où les lecteurs durent se contenter pendant plusieurs années de l’imprimerie-librairie Vannier. En juillet 1820, un brevet de libraire fut délivré à Mathurin Lebreton, mais celui-ci quitta la ville dès le début de l’année 1824 pour s’installer comme relieur à Saint-Malo. La fille de la veuve Vannier, Françoise-Michelle, sollicita alors l’autorisation de lui succéder. Sa demande avait évidemment pour but d’empêcher un autre libraire de s’établir et donc de s’attribuer l’exclusivité du commerce. Cette manœuvre n’échappa pas au directeur de la Librairie, qui jugea qu’il n’était pas « convenable » d’admettre deux libraires de la même famille dans une petite ville, ce qui n’établirait aucune concurrence37. L’enjeu était si important pour la famille Vannier que Françoise-Michelle n’hésita pas à se rendre à Paris, où elle put obtenir une entrevue avec le ministre de l’Intérieur (mars 1825). Elle n’avait pas fait ce long déplacement en vain, puisqu’elle parvint à convaincre Corbière de la légitimité de sa demande. La demoiselle Vannier acheta le fonds de Lebreton et reçut un brevet le mois suivant (10 mai 1825). Les Vannier étaient parvenues à leurs fins : un rapport du préfet de 1827 nous apprend en effet que Françoise-Michelle vivait avec sa mère sans exercer son état. La direction de la Librairie refusa cependant l’ouverture d’une librairie concurrente dans la ville, rejetant la demande de Pierre Lheutelier, pourtant recommandé par le député Rallier (juin 1827). Lheutelier, qui avait dû renoncer à l’état ecclésiastique en raison de troubles de l’élocution, avait déjà déposé une demande en 1825 : sa requête n’avait pas abouti car elle ne comportait que trois signatures de libraires – le sous-préfet rapporta qu’il n’avait pu obtenir la quatrième signature exigée du fait de l’« esprit de rivalité et de jalousie38 ». Comme Rebillé à Vitré, Lheutelier dut attendre le changement de ministère pour obtenir un brevet (13 septembre 1828) et donc mettre fin au monopole de la librairie Vannier.

Redon et Saint-Servan

  • 39 AD 35, 2 T 10 : demande de brevet de Louis-Alexandre Dufour (septembre 1817).
  • 40 Ibidem : le 15 avril 1825, le ministère rejeta la demande du relieur Jean-Marie Delaunay, sous pré (...)

18La sous-préfecture de Redon était dépourvue de librairie depuis 1789. Mais il est vrai qu’elle ne comptait que 3 700 habitants et qu’elle présentait le handicap de se situer entre Rennes et Nantes. Ce fut en tout cas les deux raisons invoquées par le préfet pour s’opposer à la demande d’un nommé Louis-Alexandre Dufour, qui souhaitait quitter Falaise (Calvados) où il exerçait pour s’installer à Redon, sans préciser les motifs de son choix39. Redon finit par obtenir une librairie en février 1822, mais la boutique de Zoé Brizard femme Thorel resta la seule autorisée dans la ville jusqu’à la fin de la Restauration40.

  • 41 En janvier 1829, le nouveau ministère délivra un brevet d’imprimeur lithographe à Hyacinthe-Jean L (...)

19La ville de Saint-Servan était plus importante, avec un peu plus de 9 000 habitants, mais elle était éclipsée par sa dynamique voisine limitrophe, Saint-Malo. Marie-Jeanne Leroux veuve Basset obtint un brevet de librairie le 30 décembre 1823, alors qu’elle se livrait à ce commerce depuis près de vingt ans (son certificat de capacité fut signé par quatre libraires de Paris, ses fournisseurs). En février 1826, elle s’enhardit à solliciter un brevet d’imprimeur, mais sa demande fut rejetée par Franchet d’Esperey qui considérait que la ville, bien proche de Saint-Malo, n’éprouvait pas « le besoin réel d’une imprimerie »41. Saint-Servan put au moins, contrairement à Redon, se doter d’une seconde librairie. Il s’agissait en fait d’un « magasin de bons livres », créé à l’initiative de plusieurs ecclésiastiques soucieux de propager les « doctrines religieuses et monarchiques » dans leur ville. Ces hommes d’Église avaient conçu de mettre à la tête de leur entreprise Louis- Gilles Duval, ancien capitaine de marine. Dans sa requête, celui-ci déclara souhaiter procurer « à tout le monde, mais plus particulièrement à la jeunesse, la faculté d’avoir gratuitement de bons livres », en n’exigeant une « légère rétribution » que des personnes aisées. Un si louable projet ne pouvait que s’attirer les faveurs des autorités et Duval obtint un brevet sans difficulté (5 juillet 1828).

Le Finistère

Brest

  • 42 Kardovick apparaît pour la première fois dans l’Almanach typographique ou Répertoire de la librair (...)
  • 43 AD 29, 2 T 3 : état de juin 1816.
  • 44 AD 29, 2 T 15 : état de juin 1827.
  • 45 AN, F18 15 : état de 1818.

20Brest reçut en 1813 autant de brevets de libraire que Rennes : cinq brevets, dont deux pour les imprimeurs Guillaume Michel et Jean-Baptiste Le Fournier. Ce dernier et son cousin Pierre-Clair Deperiers secondaient leur oncle Alain Le Fournier dans la gestion de la librairie. Ils prirent sa suite et, munis chacun d’un brevet de libraire, continuèrent leur association. Les deux autres bénéficiaires d’un brevet étaient les nommés Louis-Joseph Kardovick et Jean-François Freund, déjà installés comme marchands de livres42. Après 1815, ces deux individus furent en butte à l’hostilité de la préfecture, qui leur reprochait leur opposition déclarée au régime. Si Freund paraissait seulement « très circonspect » en 181643, il était qualifié, dix ans plus tard, de « libéral prononcé » et « fortement soupçonné » d’avoir des ouvrages contre la morale et de vendre secrètement tout ce qui se publiait contre la monarchie et le gouvernement44. Quant à Kardovick, qualifié de « républicain, ou plutôt révolutionnaire, sans moralité ni principes », il n’inquiéta pas longtemps la préfecture. En 1817, il vendit son fonds à Luc Auger, professeur de dessin à l’école d’hydrographie de Brest, qui confia la librairie à son épouse Jeanne, née Maillard. Celle-ci exerça illégalement jusqu’au 1er juillet 1822, date de la délivrance de son brevet – sa boutique n’avait pas de caractère prononcé, on y trouvait de tout, « bon et mauvais45 ». À la fin de l’année 1822, l’imprimeur Michel renonça à son tour à la librairie et son brevet échut à Caroline Aubrée femme Cuzent, institutrice (25 février 1823). Puis en 1827, Jean-Baptiste Le Pontois, commis-libraire – qui inspirait « toute confiance » aux autorités locales –, succéda à sa tante Jeanne Auger démissionnaire.

  • 46 François-Joseph Bouvet (1753-1832) : capitaine de vaisseau, puis contre-amiral sous la Révolution  (...)
  • 47 AN, F18 1914 : dossier Egasse : rapport du secrétaire général de la préfecture (4 juin 1822).
  • 48 AD 29, 2 T 4 : rapport du préfet (sans date : début 1823).
  • 49 Il s’agit probablement d’Anne-Louis-Christian Montmorency-Tancarville (1769-1844) : élu député du (...)
  • 50 AN, F18 1914 : dossier Egasse : autorisation du directeur de la Police (18 août 1827).

21Aux côtés de ces libraires munis d’un titre en bonne et due forme, Denis- Jean Egasse tenait, depuis nombre d’années, une librairie et un cabinet de lecture en toute illégalité. Il avait bien déposé une demande à la fin de l’Empire, mais s’était heurté à une fin de non-recevoir. Il présenta une nouvelle requête en 1822, appuyée cette fois par plusieurs recommandations (celles du maire, du directeur des postes, et des deux officiers de marine en retraite, le baron de Bouvet et Vrignaud46). Mais le directeur de la Police ne voulut prendre en compte que l’appréciation lapidaire du secrétaire général de la préfecture : « ce libraire ne passe pas pour être favorable au gouvernement et ne peut offrir aucune garantie sous le rapport des opinions politiques et religieuses47 ». Dans son rapport, le préfet nouvellement installé se montrait toutefois plus indulgent : puisqu’Egasse avait reconnu « ses torts antérieurs », il ne voyait aucune raison de lui ôter son état et ses moyens d’existence48. Mais cet avis favorable ne fut pas suffisant pour faire fléchir Franchet d’Esperey, qui ordonna la fermeture du commerce d’Egasse et la vente de son fonds (15 mars 1823). En juin 1825, le père d’Egasse, domicilié à Triel (Seine-et-Oise), se rendit à Paris, accompagné du curé de sa paroisse, pour solliciter l’appui du marquis de Montmorency49. En 1827 encore, Egasse fournit de nouveaux certificats. Mais toutes ces démarches restèrent vaines, le directeur de la Police persistant dans son refus de créer une nouvelle place de libraire à Brest. Franchet d’Esperey permit seulement l’ouverture du cabinet de lecture, tout en prévenant Egasse de s’abstenir soigneusement de vendre toute espèce de livres et de brochures sous peine de se voir retirer son autorisation et d’être poursuivi devant les tribunaux50. Egasse dut attendre un an encore avant d’obtenir, sous le ministère Martignac, le brevet si ardemment convoité (18 août 1828).

  • 51 AD 29, 2 T 4 : rapport du préfet (s. d.).
  • 52 AN, F18 1914 : dossier Hébert : lettre du directeur de la Police au député Dufougeray (26 octobre (...)

22Richard-Frédéric Hébert n’avait pas eu plus de succès. Établi comme libraire en 1821, il n’avait pu obtenir un brevet en raison de ses « opinions libérales et antireligieuses » – son dossier contient une dénonciation anonyme, qui le qualifie de « libéral très connu » et de « brocanteur de mauvais ouvrages ». Le préfet déclara pourtant que, malgré son jeune âge – qui le rendait « susceptible d’être égaré s’il trouvoit un grand avantage à vendre des ouvrages prohibés » –, rien dans sa conduite ne paraissait de nature à faire rejeter sa demande51. Par tolérance des autorités locales, Hébert continua d’exercer, à l’insu de l’administration de la Librairie. En juillet 1827, fort de l’appui du préfet, du sous-préfet, du député Dufougeray et du marquis de Bellevue, il renouvela sa demande. Ce fut encore en vain, Franchet d’Esperey estimant que cinq librairies suffisaient à Brest. Le souspréfet l’informa alors que la ville ne comptait en réalité que quatre librairies, puisque Le Fournier et Deperiers étaient associés. En outre, la position de Hébert méritait des encouragements car, « lorsque tout le commerce illumina dans cette ville en réjouissance du retrait de la loi sur la police de la presse », il n’avait pas pris part aux festivités et, pour cette raison, s’était attiré « la haine » des libéraux. Mais Franchet d’Esperey se montra inflexible : il avait fallu « des motifs très graves et une raison politique fondée » pour le déterminer à accorder à Egasse la permission d’ouvrir un cabinet de lecture et il était « absolument impossible » de tolérer un second établissement de ce genre dans une ville de garnison52. En définitive, Hébert obtint lui aussi son brevet après le changement de ministère (15 avril 1828). Il mourut un mois plus tard (19 mai 1828), à l’âge de 29 ans, et ce fut à sa veuve, Marie- Thérèse née Briens, que fut remis le titre de libraire.

  • 53 AN, F18 2142 : demande de brevet par Jean-Baptiste Adelus (né le 28 octobre 1801 à Agon), déposée (...)

23Les brevets d’Hébert et d’Egasse furent les deux derniers délivrés à Brest. La direction de la Librairie rejeta ensuite la demande de Jean-Baptiste Adelus, qui travaillait comme commis depuis dix années chez ses cousins Le Fournier et Deperiers. Le préfet considérait certes que les libraires de la ville ne pouvaient souffrir beaucoup d’une nouvelle concurrence, mais il reconnut aussi que huit librairies suffisaient amplement aux besoins de la population53.

Quimper et Morlaix

  • 54 AD 29, 2 T 4 : rapport du maire de Quimper (4 avril 1822).
  • 55 Idem (19 juillet 1825).
  • 56 AN, F18 1916 : dossier Blot : lettre du préfet au directeur de la Police (10 septembre 1825).
  • 57 Ibidem.
  • 58 Ibid. : rapport du préfet au ministre de l’Intérieur (4 décembre 1831). Eugène Blot, qui succéda à (...)

24Trois individus furent autorisés à exercer la librairie à Quimper : l’imprimeur Derrien, Antoine-Marie Lecas et Emmanuel-Marie Lefebvre. En 1818, l’administration de la Librairie renouvela ces trois brevets et répondit en outre favorablement à la demande de Corentin Chapalain, relieur, qui prit le titre de « libraire de Mgr l’Évêque et du Clergé ». Mais la ville ne conserva pas longtemps ses quatre librairies. Lecas fut le premier à renoncer, dès 1818, après avoir été nommé précepteur. Quant à Lefèbvre, il restreignit peu à peu son commerce : en 1822, il ne vendait plus que quelques romans – que le maire aurait d’ailleurs bien voulu faire saisir54– ; et un rapport de juillet 1825 signale qu’il se limitait désormais « au seul commerce de papiers, plumes, crayons et autres fournitures de bureau55 ». Lefèbvre et Chapalain étaient tous deux considérés par le préfet comme des hommes « absolument illettrés, rangés encore dans la classe du peuple, dont la conduite exclu[ai]t toute confiance et toute considération56 ». Ils restèrent pourtant les deux seuls libraires brevetés de la ville car la direction de la Librairie refusa constamment d’accorder un brevet au gendre et successeur de Derrien, Simon Blot. Celui-ci avait bien reçu un titre de libraire (daté du 20 juillet 1818), mais, du fait d’une confusion de l’administration, le brevet avait été libellé au nom de son beau-père. Le préfet demanda la rectification de cette erreur, sans obtenir de réponse. Blot continua donc de tenir boutique, ce qui lui permettait notamment de vendre les ouvrages sortis de son imprimerie. En septembre 1825, le directeur de la Police ordonna la fermeture de sa librairie, faute d’un brevet en bonne et due forme. Le préfet protesta, affirmant que cette mesure priverait la ville de librairie car on ne pouvait « regarder comme libraires » Chapalain et Lefebvre57. Mais ce fut peine perdue – peut-être faut-il chercher la cause de ce refus obstiné dans l’hostilité du ministre de l’Intérieur Corbière envers les « opinions constitutionnelles de l’impétrant », comme le pensait le préfet nommé après la Révolution de 183058. Le directeur de la Police rejeta également la demande d’un nommé Louis Rateau, jeune homme de 26 ans, qui souhaitait ouvrir un cabinet de lecture. On répondit à ce dernier que sa requête ne pourrait être reçue qu’après la démission de l’un des libraires en exercice. Lecas, qui avait abandonné son commerce sans renvoyer son brevet, accepta d’y renoncer définitivement en faveur de Rateau. Mais cette démission fut encore jugée insuffisante. Le directeur de la Police daigna seulement délivrer à Rateau une autorisation d’une année pour son cabinet de lecture (11 février 1826). L’année suivante, le décès de Chapalain rendit vacante une nouvelle place de libraire, mais celle-ci revint à sa veuve, Julie née Bodin (brevetée le 31 juillet 1827). Rateau obtint finalement un brevet le 29 avril 1828, sous le ministère Martignac.

25Deux brevets de libraire furent accordés à Morlaix : l’un à François Guilmer, imprimeur héréditaire, et l’autre à la tante de son épouse, Marie Philippe. Toutefois Lédan, déjà éprouvé de n’être plus qu’un imprimeur toléré, ne put se résoudre à renoncer à sa librairie. Il profita de ses bonnes relations avec Guilmer et de la complaisance des autorités locales pour continuer ses ventes de livres. La ville perdit bientôt ses deux libraires brevetés : Marie Philippe mourut le 15 juin 1816 et François Guilmer 2 décembre 1818. Le peu de livres que Marie Philippe possédait fut partagé entre ses héritiers. Quant à la veuve Guilmer, elle reçut seulement un brevet d’imprimeur (4 mars 1819). Morlaix comptait donc trois libraires, mais aucun d’eux ne possédait de brevet. Outre la veuve Guilmer et Lédan, il faut ajouter en effet François-Frédéric Petit de Granville, réfugié de l’île de Saint-Domingue, qui s’était établi en 1817. Tous trois ayant déposé une demande de brevet au cours de l’année 1822, la préfecture les autorisa à continuer leur commerce jusqu’à ce que le ministère fît connaître sa décision. Mais les trois dossiers, sans doute égarés, ne furent jamais traités. Le 27 décembre 1823, le directeur de la Police ordonna la fermeture de la boutique de Lédan, lequel lui avait été dénoncé comme faisant « courir dans les campagnes, après les avoir imprimées, les chansons les plus incendiaires et d’autant plus dangereuses qu’il compos[ait] lui-même en basbreton ». Le sous-préfet de Morlaix s’empressa d’apporter son soutien à Lédan, affirmant qu’on ne pouvait lui reprocher des opinions auxquelles il avait renoncé depuis le retour du roi.

  • 59 AD 29, 2 T 4 : lettre du sous-préfet de Morlaix au préfet (20 janvier 1824).

« Je savais que, dans les Cent-Jours, il avait imprimé l’acte additionnel et des chansons composées dans le plus mauvais esprit. Il me l’avoua lorsqu’il demanda son brevet de libraire. Cet ouvrage lui fut commandé par des particuliers de Morlaix et il affirma avoir toujours été étranger à la distribution qui en fut faite dans le temps. Il m’exprima ses regrets d’avoir consenti à s’en charger. Depuis, j’ai su qu’il avait été souvent employé par le clergé, et je n’ai jamais eu aucun reproche à lui faire59 ».

26Le préfet voulut bien prendre en compte ce « bon témoignage » ; il reconnut aussi qu’il aurait été « injuste » de poursuivre Lédan devant les tribunaux, puisque celui exerçait sur une autorisation provisoire délivrée par son prédécesseur. Il chargea donc seulement son subordonné de surveiller Lédan et de lui faire fermer boutique au moindre écart. Quatre ans plus tard, le 26 octobre 1827, c’était au tour de Petit de Grandville d’être frappé d’interdiction ; mesure motivée elle aussi par une dénonciation anonyme : « Étale d’habitude sur sa boutique toutes les lithographies à la gloire de la vieille armée. Sa femme est détestable » ! Toutefois rien n’indique que l’ordre de fermeture fut effectivement exécuté par le maire. Cette situation confuse prit fin sous le ministère Martignac, qui jugea préférable de faire entrer dans la légalité les trois libraires morlaisiens : chacun d’eux reçut un brevet, le 7 mai 1828 – Petit de Granville obtint en outre le titre d’imprimeur lithographe (13 septembre 1828).

Châteaulin. Saint-Pol-de-Léon. Landerneau. Quimperlé

27Quatre autres petites villes du département purent elles aussi avoir leur libraire, dès 1813 pour Châteaulin et Saint-Pol-de-Léon. Pierre Morice exerça à Châteaulin jusqu’à son décès, en 1827 ; il fut remplacé quelques mois plus tard par un nommé Jean-Marie Mignon (breveté le 20 avril 1829). En revanche, après le décès de Marie-Guillaume Le Guevel, en mars 1823, Saint-Pol-de-Léon resta quelque temps sans libraire breveté – mais non sans librairie puisque Yves Le Gall, qui avait acheté le petit fonds de livres de piété de Le Guevel, exerçait sans brevet. La petite ville ne retrouva une librairie légale qu’en 1828 avec Joseph Labbé (breveté le 15 avril).

  • 60 AD 29, 2 T 3 : lettre du maire au sous-préfet de Landerneau (31 octobre 1816).
  • 61 Ibidem : état de juin 1816.
  • 62 AN, F18 1916 : dossier Desmoulins : état de juin 1827. Desmoulins obtint un brevet d’imprimeur à L (...)
  • 63 AD 29, 2 T 4 : rapport du sous-préfet (avril 1822).

28L’ouverture d’une librairie autorisée à Landerneau et à Quimperlé fut plus tardive. À Landerneau, Georges-Marie Guyon vendait et louait des livres sans brevet et ne déposa une demande qu’après avoir obtenu le renouvellement de son titre d’imprimeur à vie, en août 1816. Malgré l’avis favorable du maire, convaincu que le passé devait être « oublié » et qu’on ne devait avoir « les yeux ouverts que sur le présent »60, le ministère de la Police refusa de délivrer un brevet à un fervent partisan de « l’ursurpateur », accusé par le préfet de débiter des nouvelles « contraires au gouvernement » et d’avoir fait de sa maison « le rendez-vous de tous les fédérés de Landerneau »61. La première librairie autorisée dans la ville n’ouvrit ses portes qu’en 1822, à l’initiative de Julien-Jacques Desmoulins, jeune relieur de 26 ans (breveté le 20 avril). Cette boutique resta toutefois fort modeste – un état de 1827 note que Desmoulins se limitait à la « petite librairie » et que son commerce était « très borné »62. À Quimperlé, un brevet fut accordé à Pierre Caen dit Lion. Apprenti chez Michel à Brest, Caen avait ouvert un cabinet de lecture à Quimperlé en mars 1815. Ayant atteint son vingtième anniversaire l’année suivante, il avait déposé une demande de brevet et le préfet l’avait autorisé à continuer d’exercer en attendant la décision du ministère. Après six années sans réponse, Caen s’était résolu à renouveler sa demande, en y joignant l’avis favorable du préfet et du sous-préfet – lequel garantissait que le postulant était de « mœurs très douces » et ne louait aucun ouvrage dangereux63. Pour une fois, Franchet d’Esperey voulut bien reconnaître que Caen avait été « victime d’un oubli » du ministère Decazes et délivra à Caen un brevet de libraire (18 février 1823).

29Signalons enfin qu’un brevet de libraire fut délivré à Lesneven, en décembre 1829, en faveur de Thymothée Guyho, ancien avoué à Châteaulin. Mais, pour des raisons que nous ignorons, ce brevet resta inexploité.

Le Morbihan

  • 64 AD 56, T 188 : rapport du sous-préfet de Lorient (6 juillet 1816).

30À Lorient, outre les imprimeurs Baudoin et Le Coat Saint-Haouen, qui tenaient chacun une librairie et un cabinet de lecture, trois marchands de livres reçurent un brevet de libraire. Jean-Baptiste Fauvel et Jeanne Le Pontois avaient ouvert boutique dans la décennie 1780, tandis que Françoise Guillemot veuve Quinard s’était installée plus tardivement, en l’an IX (1800-1801) ; tous trois tiraient une partie de leurs livres de Paris et proposaient des abonnements pour la lecture. Lorient compta bientôt une sixième librairie : le 24 juin 1814, quelques semaines après la chute de l’Empire, le directeur général de la Librairie délivra une autorisation à Joseph-Marie Caris – « très honnête homme, bon royaliste et mérit[ant] toute confiance » –, qui souhaitait quitter Hennebont64. L’état de la librairie dans le département ne faisait sans doute pas partie des principales préoccupations de l’administration car Caris et les libraires morbihannais déjà établis sous l’Empire ne reçurent leur nouveau brevet au nom du roi qu’à la fin du mois de mai 1820.

  • 65 Idem.

31Bien que Lorient fût déjà bien pourvu en librairies, le ministère de l’Intérieur accepta de créer un nouveau brevet, le 12 juillet 1821, en faveur de Martin Corfmat. Originaire de Vannes, celui-ci avait tenu un cabinet de lecture à Paris après avoir travaillé à l’Imprimerie royale pendant plus de trente ans. L’année suivante, survint le décès Jean-Baptiste Fauvel (31 mars 1822) – « paralytique, presque dans l’enfance » et qui « ne compt[ait] pour rien dans la société »65 ! Il fut remplacé par Jeanne-Françoise Cassard femme Leroux (brevetée le 10 août 1824). Puis la veuve Quinard cessa d’exercer à la fin de l’année 1823 ; elle vendit son fonds à Thomas-Isidore Prevel (breveté le 27 janvier 1824), qui tenait déjà un magasin de papiers et de fournitures de bureau. Les deux derniers brevets délivrés à Lorient le furent en 1827, l’un à Jean-Baptiste Charles (2 mai) et l’autre à Pierre Leroux (17 juillet). Le premier, jeune relieur de 27 ans, succéda à son beau-père Corfmat, décédé le 21 février 1827. Quant à Leroux, il obtint le brevet de Jeanne Le Pontois veuve Fauvel, démissionnaire. Lorient comptait donc six librairies et ce nombre, sans doute excessif, amena Caris à solliciter, en juillet 1829, l’autorisation de s’installer à Quimper. Prudent, il envisageait de laisser une partie de son magasin à sa femme et à son fils aîné, afin de ne pas prendre le risque de perdre la petite clientèle qu’il avait à Lorient et conserver la faculté d’y revenir si par hasard ses projets d’établissement à Quimper devenaient « infructueux ». Mais sa demande fut rejetée – le brevet ne permettant pas d’exercer hors de la ville pour laquelle il avait été délivré. Nous ignorons si Caris parvint à remonter ses affaires ; son brevet, inexploité depuis plusieurs années, fut annulé en novembre 1859.

  • 66 AD 56, T 188 : rapport du maire au préfet (19 avril 1822).

32Dans le reste du département, la librairie resta peu développée. À Vannes, les deux imprimeurs Galles et la veuve Bizette continuaient d’offrir les ouvrages les plus courants ; ils ne tenaient pas de cabinet de lecture et ne faisaient venir de nouveautés que lorsqu’il leur en était demandé « spécialement66 ». Il fallut attendre la fin de la Restauration pour que le ministère acceptât de créer un troisième brevet de libraire (14 février 1829), en faveur d’Anne-Catherine Siméon veuve Cudennec, laquelle avait été contrainte de fermer son cabinet de lecture deux ans auparavant.

33Deux autres villes, Pontivy et Hennebont, furent autorisées à conserver leurs librairies en 1813. Situé dans l’intérieur des terres et relativement éloigné de Lorient et de Vannes, Pontivy obtint trois brevets pour des individus qui exerçaient la librairie depuis plusieurs années. La petite ville d’environ 3 500 habitants bénéficia donc d’un nombre de brevets supérieur à Vannes, peut-être grâce à sa distinction par l’Empereur (Pontivy fut rebaptisé Napoléonville en 1805). Ses trois libraires étaient Jean-François Le Maître – originaire de Paris, fils de libraire et ancien militaire –, propriétaire d’une boutique et d’un cabinet de lecture depuis l’an VII (1798-1799) ; Hugues- Florent-Nicolas Jouslain, greffier de la justice de paix du canton, qui vendait des livres de dévotion depuis l’an VIII ; et Pierre Pujet, ancien directeur de l’école communale, qui avait ouvert une librairie et un cabinet de lecture en l’an XIII (1804-1805). Mais le commerce des trois libraires pontivyens était fort modeste et leurs affaires ne s’améliorèrent pas dans les années suivantes ; bien au contraire, comme en témoigne notamment une lettre de Pujet à l’un de ses fournisseurs, Prud’homme de Saint-Brieuc.

  • 67 AD 22, 135 J 16 : lettre de Pujet à Prud’homme (septembre 1817).

« Les malheurs des temps m’ont arriéré cette année : je suis écrasé par les crédits que je suis obligé de faire. Le collège royal que je fournis me doit encore en ce moment plus de 600 francs. À moins d’avoir recours à la voie onéreuse de l’emprunt […], je ne pourrois vous solder les 185 francs avant la fin d’octobre, après la rentrée du collège […]. Il dépend de vous de ne pas m’envoyer vos livres. Cela me sera préjudiciable et m’exposera à du retard dans ma fourniture au collège67 ».

  • 68 AD 56, T 188 : rapport du sous-préfet (25 mai 1827).

34Pujet cessa son commerce de livres, au cours de l’année 1823, pour se consacrer uniquement à sa tâche d’instituteur. La boutique de Jouslain disparut à son tour au début de l’année 1827 ; le libraire décédé laissait un fonds de livres « pour ainsi dire nul68 ». Informé de cette situation pour le moins médiocre, le directeur de la Librairie refusa à François Le Maître, fils de Jean-François, la place laissée vacante par le décès de son beau-père.

35En fait, d’après un rapport du sous-préfet, les Le Maître père et fils exerçaient déjà « de concert » – chacun d’eux tenant magasin, l’un rue Royale et l’autre rue de Neuillac. François Le Maître obtint finalement un brevet, le 7 août 1827, après avoir ajouté à sa requête la démission officielle de Pujet (qui avait omis de renvoyer son titre). Il mourut le mois suivant, le 19 septembre 1827, à l’âge de 27 ans et son brevet fut transmis à sa veuve, Florence Jouslain.

  • 69 Idem (11 août 1810).

36Hennebont, qui comptait près de 3 900 habitants en 1810, possédait deux librairies. Celle de François Quelo, libraire et relieur depuis 1784, n’offrait guère que « quelques heures et cantiques aux paysans et fort peu d’ouvrages, n’y ayant pas en cette ville, très rapprochée de celle de L’Orient, assez de débouché pour l’engager à bien monter et tenir assorti un magasin de librairie69 ». Quelo mourut à la fin de l’année 1812 ou au début de l’année suivante ; le brevet qu’il avait sollicité fut délivré à sa veuve, Marie-Louise Duparc. Le second vendeur et loueur de livres de la ville, Joseph-Marie Caris, exerçait depuis 1808 – après avoir travaillé chez l’un des imprimeurs de Brest, puis chez Quelo. Mais le marché d’Hennebont étant trop restreint pour faire vivre deux libraires, Caris préféra solliciter un brevet pour la ville de Lorient, où il s’installa en 1814. La veuve Quelo resta seule libraire à Hennebont jusqu’en août 1829, date à laquelle un brevet fut délivré au relieur Julien Guégan, qui vendait des livres sans autorisation depuis 1825.

  • 70 AN, F18 2001 : dossier Delespine-Falaise : rapport du préfet (2 décembre 1824).

37Enfin la ville d’Auray obtint l’autorisation de posséder une librairie à la fin de l’année 1824. Marie-Françoise Fages femme Delespine-Falaise, qui tenait un bureau de loterie depuis que la fortune de son mari avait été « anéantie par la suppression des fiefs », avait formulé une première demande de brevet en octobre 1824. Mais sa demande avait été rejetée, le directeur de la Police considérant qu’une librairie n’était pas nécessaire dans une ville qui ne comptait qu’un peu plus de 3 000 habitants. Le préfet fit valoir qu’Auray était voisine du collège Sainte-Anne, que la ville possédait en outre son propre collège et une école de frères, autant d’établissements qui offraient des débouchés non négligeables. Surtout, il paraissait « d’autant plus urgent d’augmenter les dépôts des productions religieuses, monarchiques et morales, que c’[était] le seul moyen de neutraliser les effets dangereux des mauvais ouvrages dont la circulation clandestine se répand[ait] sur tous les points avec une incroyable rapidité70 ». L’argument était de poids et il porta ses fruits : la femme Delespine-Falaise fut brevetée trois semaines plus tard (21 décembre 1824).

38Sous la Restauration, Auray fut donc la seule ville du Morbihan à obtenir pour la première fois un libraire breveté. Dans l’ensemble du département, le commerce du livre ne se développa guère. En 1829, on comptait quatorze libraires brevetés, soit seulement trois de plus qu’en 1816. Pourtant le Morbihan n’était pas le département breton le plus défavorisé, les Côtesdu- Nord présentaient un état plus déficitaire encore.

Les Côtes-du-Nord

39Département le moins pourvu en imprimeries, les Côtes-du-Nord occupaient également la dernière place quant au nombre et à la densité des librairies. Sous l’Empire, on ne comptait que cinq libraires brevetés dans l’ensemble du département (dont trois étaient aussi imprimeurs) – trois à Saint-Brieuc, un à Dinan et un à Guingamp.

Saint-Brieuc

  • 71 AN, F18 1897 : dossier Corfmat : lettre du maire de Saint-Brieuc au ministère de la Police (24 jui (...)

40En 1813, les trois librairies du chef-lieu du département furent conservées : celles des deux imprimeurs, Louis-Mathieu Prud’homme et Gabriel Bourel, et celle de Guillaume Lemonnier, qui tenait une boutique « ancienne et moderne » depuis 1779. L’établissement Prud’homme était de loin le plus important de la ville et du département. Il entretenait de nombreuses relations avec des maisons de Paris, Lyon, Besançon ou Dijon, et approvisionnait plusieurs petits libraires et marchands des alentours – tel Pujet, qui fournissait le collège de Pontivy, ou Lozach de Guingamp, qui achetait régulièrement des ouvrages classiques, des petits livres religieux et des almanachs. Incapable de rivaliser avec ce puissant concurrent, Bourel renonça à son état d’imprimeur-libraire en février 1816. L’année suivante, François Corfmat, qui tenait un cabinet de lecture et un atelier de reliure depuis 1803, demanda à occuper la place de libraire laissée vacante. Contrairement à bien d’autres, Corfmat ne put échapper à l’application stricte de la loi. Après le dépôt de sa demande en mai 1817, le ministre de la Police ordonna la fermeture de sa boutique et la mise sous scellés de ses livres jusqu’à l’obtention de son titre, qui lui fut accordé dès le 3 juin. Cependant le maire de Saint-Brieuc, lequel n’était autre que Prud’homme père, constata que le catalogue du cabinet de lecture contenait « les titres des plus infâmes romans : Les Liaisons dangereuses, Le Compère Mathieu, Boccace, Jacques Le Fataliste, Faublas, Le Sopha de Crébillon, etc. », tandis que le registre d’abonnements révélait que Corfmat prêtait à des militaires « le Censeur européen, etc. », et aux élèves des maisons d’éducation « Le Citateur [de Pigault-Lebrun], les Contes de Boccace et d’autres romans aussi licencieux »71. Approuvé par le préfet, Prud’homme prit la décision de suspendre la délivrance du brevet. Mais le ministre de la Police relativisa la gravité de l’affaire et fit savoir à ses subordonnés qu’ils avaient dépassé quelque peu le cadre de leurs pouvoirs.

  • 72 Ibidem : lettre de Decazes, ministre de la Police, au préfet (août 1817).

« Quoique les livres saisis chez le sieur Corfmat soient de nature à ne pas être tolérés dans les établissemens où l’on élève la jeunesse, ils n’offrent pas cependant un tel degré d’immoralité qu’on en puisse faire la base d’une condamnation judiciaire. D’ailleurs, quels que soient les torts du sieur Corfmat, ils me paraissent suffisamment expiés par les pertes qu’il a éprouvées depuis plusieurs mois72 ».

  • 73 AD 22, 2 T 1 : rapport du maire de Saint-Brieuc au préfet (7 avril 1818).
  • 74 AN, F18 15 : état du 28 mars 1818.
  • 75 AN, F18 1897 : dossier Guyon : lettre du directeur de la Police au préfet (20 juillet 1826).

41Decazes donna l’ordre de faire remettre à Corfmat son brevet de libraire, tout en invitant le préfet à exercer une surveillance « active » sur son établissement, qui serait irrévocablement fermé dans le cas d’une nouvelle contravention. Corfmat put donc continuer d’exercer, mais pour peu de temps semble-t-il puisque nous le trouvons mentionné pour la dernière fois en avril 1818 dans un rapport de Louis-Jean Prud’homme au préfet73. Le maire y manifestait toute sa rancœur de voir tolérer le commerce d’un libraire qui ne jouissait que d’un brevet « d’impunité » : Corfmat n’avait pas changé la nature de son commerce, mais puisqu’il avait été « récompensé d’un brevet de libraire pour avoir répandu dans le département les plus mauvais livres, l’autorité aurait [eu] mauvaise grâce à lui demander compte de sa conduite » ! Prud’homme souhaitait d’ailleurs que le ministre de la Police désignât le genre de brochures politiques « dont il se déclarait l’ennemi », car c’était une chose qui n’était « point aisée à deviner ». Guillaume Lemonnier n’avait pas ces états d’âme : « moins sévère dans ses principes » que Louis-Mathieu Prud’homme, il était accusé de faire venir tout ce qui paraissait et qui pouvait lui donner des bénéfices74. Quant à l’imprimeur Georges Guyon, venu de Landerneau en 1819, il ne possédait qu’une simple autorisation provisoire pour exercer la librairie (délivrée par le ministre de l’Intérieur le 27 décembre 1819). On lui fit savoir ensuite qu’il ne pourrait obtenir un brevet qu’en cas de remplacement, surtout dans une période où l’exercice de cette profession « délicate » n’était « presque jamais sans danger »75. En juillet 1828, le ministère moins rigoureux de Martignac délivra un brevet à sa veuve, Angélique-Renée Catros. Celle-ci put ainsi travailler en collaboration avec son beau-fils, Simon Guyon, détenteur d’un brevet d’imprimeur (depuis 1826).

Dinan et Guingamp

42L’imprimeur Jean-Baptiste-Toussaint Huart, qui avait succédé à sa mère en 1788, était détenteur du seul brevet de libraire délivré à Dinan sous l’Empire. La ville comptait pourtant un autre marchand et loueur de livres, Paul Delarue, qui exerçait depuis 1804. Toutefois, les relations entre Huart et Delarue n’avaient pas lieu d’être conflictuelles : le premier vendait essentiellement des livres religieux et classiques, tandis que le second tenait une librairie « moderne et de nouveautés ». Delarue était en outre bien vu des autorités locales – l’état de 1810 porte qu’il était « d’une bonne conduite et attaché au gouvernement ». En 1816, Delarue crut bon de se mettre enfin en conformité avec la législation : il réunit les pièces nécessaires et déposa son dossier à la préfecture, où il fut égaré. En l’absence de réponse, Delarue continua d’exercer tranquillement pendant six années. En janvier 1823, le préfet récemment nommé s’inquiéta du cas Delarue et, après avoir cherché vainement son dossier dans les bureaux de la préfecture, l’invita à renouveler sa requête. Delarue fut finalement breveté le 28 octobre 1823, soit après quelque vingt années d’exercice illégal de la librairie !

  • 76 AD 22, 2 T 1 : rapport du commissaire de police de Guingamp au préfet (25 juillet 1815).
  • 77 AD 22, 2 T 4 : rapport du maire au préfet (1er avril 1822).
  • 78 Ibidem : lettre de Gérard au ministre de la Police (29 octobre 1817) et rapport du maire au préfet (...)
  • 79 Gérard exerça probablement jusqu’à son décès. Nous le trouvons encore mentionné dans un rapport d’ (...)

43À Guingamp, Louis Gérard, libraire depuis 1778, reçut un brevet en 1813, à l’âge de 62 ans. « Citoyen probe, incapable d’entreprendre un commerce illicite ou tendant à porter le trouble dans la société76 », il vendait des livres de dévotion « en abondance » et quelques fournitures de bureau77. Si Gérard estimait qu’à deux, « le métier ne saurait rien valoir dans une sphère aussi resserrée que la petite ville de Guingamp », le maire voyait au contraire d’un bon œil l’établissement d’une concurrence dans sa commune78. Ce fut son avis qui l’emporta : le 19 mai 1818, le ministère de la Police délivra un brevet à François Lozach, instituteur. Après le décès de Gérard79, Lozach resta seul libraire dans la ville jusqu’en mai 1828, date à laquelle un brevet fut accordé à Jacquette Tudo femme d’Yves Tanguy. La nouvelle libraire, âgée de 30 ans et mère de huit enfants, avait toutefois des ambitions fort modestes : elle déclara souhaiter tenir un petit commerce pour compenser le « modique émolument » de son mari, régent au collège de Guigamp.

Premiers brevets de libraire à Tréguier, Lannion et Paimpol

  • 80 AD 22, 2 T 1 : état de 1822.
  • 81 AD 22, 2 T 5 : rapport du sous-préfet de Tréguier (17 décembre 1824).
  • 82 AN, F18 2140 : rejet de la demande de Balcou (23 février 1825).

44François Tallibart fut le premier libraire breveté à Tréguier, en avril 1821. « Excellent homme, très attaché au gouvernement », il vendait des livres de dévotion et des auteurs classiques dans la « librairie scholastique » qu’il avait ouverte en 181880. En décembre 1824, le préfet envoya à Paris une nouvelle demande de brevet, formulée par Jean Balcou, « dénué de tout emploi ». Le préfet et le sous-préfet émirent un avis favorable à l’établissement d’une seconde boutique dans la ville car Tallibart, père de seize enfants, ne faisait pas « grand-chose81 ». Mais Franchet d’Esperey estimait au contraire qu’une librairie suffisait amplement aux besoins de Tréguier, dont la population était peu considérable82. La ville abritait pourtant une autre boutique. Né à Guingamp en 1782, Louis-Marie Le Digou s’était installé à Tréguier en 1806 ; bouquiniste, il louait des livres de sciences et de littérature. En 1827, enfin informée de son existence, la direction de la Librairie donna l’ordre de lui faire cesser son commerce. Toutefois Le Digou obtint un brevet l’année suivante (17 novembre 1828), sous le ministère Martignac. Personnage original, Le Digou l’était assurément. Sa réputation était telle qu’elle engagea Michelet, de passage en Bretagne, à faire un détour par Tréguier. Sa rencontre avec le petit libraire breton marqua profondément le grand homme ; le 13 août 1831, dans une lettre à Pauline, il écrivait :

  • 83 Michelet Jules, Correspondance générale. T. I : 1820-1832, Paris, H. Champion, 1994, p. 819.

« Je me suis écarté de ma route pour venir voir à Tréguier un libraire antiquaire qui est à peu près fou et dont on m’avait dit merveilles. On l’appelle M. Digou-Système. Tu ne te figureras jamais un lieu de sabbat aussi étrange que son magasin. Cet homme est lui-même la plus curieuse antiquité que j’aie rencontrée jusqu’ici83 ».

45Et, dans son Journal, Michelet précisait :

  • 84 Michelet Jules, Journal (1828-1848). T. I, Paris, Gallimard, 1959, p. 89.

« M. Système-Digou : désordre aussi sale et pittoresque que pourrait le souhaiter Walter Scott ; un homme miné par la fièvre, ancien ami de Le Brigant, qui parle contre la prêtraille, dans une bergère immense de paille.
Oignons, pendule cassée, livres sous les pots, carré et escalier à jour. Il apprendrait l’irlandais comme l’hébreu, en quinze jours. Il nous vend une tragédie et nous la chante84 ».

46Le fameux « bonhomme Système » fut également immortalisé par Renan, qui voyait en lui « un véritable sage ».

  • 85 Renan Ernest, Souvenirs d’enfance et de jeunesse, [Paris], Gallimard, 1983, p. 68-69.

« Un personnage singulier, qui resta longtemps pour nous une énigme, compta pour quelque chose parmi les causes qui firent de moi, en somme, bien plus un fils de la Révolution qu’un fils des croisés. C’était un vieillard dont la vie, les idées, les habitudes, formaient avec celles du pays le plus singulier contraste. Je le voyais tous les jours, couvert d’un manteau râpé, aller acheter chez une petite marchande pour deux sous de lait dans un vase de fer blanc. Il était pauvre, sans être précisément dans la misère. Il ne parlait à personne ; mais son œil timide avait beaucoup de douceur. […]
Un temps fut où il avait eu des rapports avec les gens du pays, leur avait dit quelques-unes de ses idées ; personne n’y comprit rien. Le mot système, qu’il prononça deux ou trois fois, parut drôle. On l’appela Système, et bientôt il n’eut plus d’autre nom. […] On le laissait tout à fait tranquille ; on le respectait même. Sa résignation, sa mine souriante, paraissaient une vision d’un autre monde. On ne comprenait pas, mais on sentait en lui quelque chose de supérieur ; on s’inclinait.
Il n’allait jamais à l’église et évitait toutes les occasions où il eût fallu manifester une foi religieuse matérielle. Le clergé le voyait de très mauvais œil. […] Une circonstance particulière augmentait cette animosité et créait autour du vieux solitaire une sorte d’atmosphère de diaboliques terreurs. Il possédait une bibliothèque très considérable, composée d’écrits du xviiie siècle. Toute cette grande philosophie, qui, en somme, a plus fait que Luther et Calvin, était là réunie. Le studieux vieillard la savait par cœur et vivait des petits profits que lui rapportait le prêt de ses volumes à quelques personnes qui lisaient. C’était là pour le clergé une sorte de puits de l’abîme, dont on parlait avec horreur. L’interdiction de lui emprunter des livres était absolue. Le grenier de Système passait pour le réceptacle de toutes les impiétés85 ».

47Ce petit libraire singulier, qui avait tant impressionné deux des plus grands écrivains de son temps, sans chercher pourtant ni les honneurs ni la gloire, s’éteignit en 1838.

  • 86 AD 22, 2 T 5 : rapport du sous-préfet (28 octobre 1816).
  • 87 AN, F18 1897 : dossier Le Biller : lettre de Le Biller au ministre de l’Intérieur (9 avril 1829).

48À Lannion, non loin de Tréguier, un nommé Tugdual Hamon, dont on sait seulement qu’il était père de six enfants et « sans fortune », fut breveté libraire le 5 juin 1827. Les lecteurs de la petite ville s’approvisionnaient auparavant chez Yves Lemonnier, lequel avait repris la petite boutique de son père. Lemonnier avait déposé une première demande de brevet en mars 1817, mais en vain – peut-être en raison du rapport négatif du sous-préfet qui l’accusait d’avoir des « opinions mauvaises » et de s’être signalé, pendant les Cent-Jours, comme « l’un des plus ardents fédérés de Lannion »86. Il avait pourtant continué d’exercer, « par la tolérance de l’autorité locale », jusqu’à l’arrêté préfectoral du 17 septembre 1825, qui ordonna la fermeture de tous les commerces de livres non autorisés dans le département. Cet arrêté frappa aussi Pierre Le Biller à Paimpol, qui tenait boutique depuis nombre d’années sans brevet. Mais le petit marchand paimpolais s’obstina. Au début de l’année 1829, il démontra de nouveau au ministre toute l’utilité d’une librairie dans une ville « éloignée de dix lieues du chef-lieu du département, posséd[ant] une école d’ydrographie [sic], deux d’enseignement mutuel, dont une pour chaque sexe, une école chrétienne et une de filles tenue par les sœurs de la Providence87 ». Ses arguments furent cette fois reçus favorablement. Le 3 juillet 1829, le ministère de l’Intérieur lui délivra un brevet, ainsi qu’à Lemonnier de Lannion.

49Les brevets de libraire refusés par Franchet d’Esperey, directeur de la Police et de la Librairie dans le ministère Villèle, furent donc généralement accordés par Martignac. Celui-ci fut peut-être plus sensible que son prédécesseur aux doléances des autorités locales, mais il craignait sans doute surtout de voir se multiplier des commerces qui échappaient à tout contrôle.

50Trente-huit brevets furent délivrés de 1820 à 1827 et trente-deux pour les seules années 1828-1829.

Délivrance des brevets de libraire

Délivrance des brevets de libraire

51La courbe du nombre des libraires suivit donc une évolution inverse à celle des imprimeurs : de quarante-neuf libraires brevetés en 1816, on passe à quatre-vingt-deux en 1829. Mais ce n’est qu’à la fin de la Restauration que le ministère de l’Intérieur céda enfin aux demandes pressantes de la population, en permettant notamment à plusieurs individus qui exerçaient sans brevet de se mettre en règle avec la législation. Cette évolution eut pour corollaire la hausse du nombre de villes possédant au moins un libraire breveté (18 villes en 1816 et 26 en 1829). La Restauration autorisa l’établissement d’une librairie à Redon et à Saint-Servan (Ille-et-Vilaine), à Châteaulin et à Quimperlé (Finistère), à Auray (Morbihan), enfin à Lannion, Paimpol et Tréguier (Côtes-du-Nord) ; en revanche, elle ne permit pas un essaimage de la librairie en Loire-Inférieure, qui resta concentrée à Nantes – exception faite de Paimboeuf.

Évolution du nombre des libraires brevetés en activité (1816-1829)

Évolution du nombre des libraires brevetés en activité (1816-1829)

52L’évolution de la librairie ne fut pas la même dans les cinq départements. Si tous enregistrèrent une augmentation du nombre des libraires, cette hausse est faible pour le Morbihan, mais remarquable pour les Côtes-du-Nord – qui restèrent cependant le département le plus déficitaire. La répartition des librairies dans la province souligne en outre le retard du Morbihan, du Finistère et des Côtes-du-Nord sur les deux autres départements bretons.

Densité des librairies (autorisées) en 1829

Densité des librairies (autorisées) en 1829

53Malgré tout, la Restauration marqua bien un essor du livre dans l’ensemble de la Bretagne. Si nombre de libraires tenaient un commerce fort modeste, il n’en demeure pas moins que le développement de la librairie dans les départements est révélateur d’un élargissement de la clientèle locale et de la banalisation de l’acte d’achat du livre, même s’il n’était souvent que simple brochure.

Les marchands sédentaires non brevetés

Une législation complexe

  • 88 Une loi antérieure, celle du 25 mars 1822, ordonnait que nul dessin gravé ou lithographié ne pût ê (...)
  • 89 AM de Nantes, I2, carton 28, dossier 7 : police générale.
  • 90 « Les loueurs de livres sont soumis aux mêmes règlements que les libraires, et notamment à l’oblig (...)

54Dans les départements, on avait souvent une définition bien floue du terme « libraire » et la législation, pour le moins ambiguë, ne pouvait guère éclairer en la matière. N’étaient pas tenus au brevet les marchands merciers – qui vendaient des abécédaires, des almanachs, des petites chansons, ou des brochures n’excédant pas deux feuilles d’impression en caractère cicero (règlement de 1723, réaffirmé le 26 juin 1824) –, non plus que les marchands de gravures et d’estampes (3 mars 1827)88. Les étalagistes, qui exposaient des livres en vente sur la voie publique sans avoir de magasin ouvert aux acheteurs, étaient eux aussi dispensés du brevet, mais devaient obtenir de l’autorité locale une permission toujours révocable (décrets du 5 février 1810 et du 11 juillet 1812). Les mesures concernant les étalagistes s’appliquaient également aux bouquinistes en boutique, pourvu que leur commerce se limitât aux seuls livres d’occasion. Tous ces revendeurs de livres étaient simplement soumis au paiement d’une patente, mais qui leur semblait souvent bien lourde au vu de la modestie de leur marchandise. Les gouvernements successifs de la Restauration s’employèrent à combler lacunes de la législation, dans le sens d’une sévérité accrue à l’égard de tous ces commerçants marginaux. En 1823, le ministre de l’Intérieur recommanda aux préfets la plus grande rigueur dans la délivrance des permissions aux étalagistes et déclara que les bouquinistes ne pouvaient prétendre exercer sans brevet89. Une autre catégorie que le pouvoir tenta de soumettre à l’obtention d’un brevet était celle des loueurs de livres : dans l’instruction ministérielle de 1823 on peut lire que « les cabinets et salons de lecture ou d’abonnement ne peuvent être tenus que par des libraires brevetés, les locations et la vente des livres faisant partie du commerce de librairie, pour lequel un brevet est indispensable » ; un arrêt de la Cour de cassation du 30 décembre 1826 confirma cette obligation du brevet90.

  • 91 AD 35, 2 T 10 : rapport du sous-préfet de Saint-Malo et réponse du préfet (mai 1825).
  • 92 AD 56, T 188 : rapport du sous-préfet de Lorient (11 août 1810).
  • 93 AD 44, 151 T 2 : rapport du sous-préfet d’Ancenis (7 avril 1810).
  • 94 161 94. AD 56, T 191 : rapport du sous-préfet de Ploërmel (21 mars 1812).
  • 95 AD 22, 2 T 3 : état des libraires et bouquinistes dressé en 1816.
  • 96 AD 35, 2 T 1 : rapport du sous-préfet de Redon (4 mars 1818).
  • 97 AD 35, 2 T 10 : rapport du sous-préfet de Vitré (25 novembre 1825).
  • 98 AD 56, T 188 : rapport du sous-préfet de Pontivy (25 mai 1827).

55Tandis que le ministère de l’Intérieur considérait que la catégorie des libraires englobait tous les individus qui s’occupaient de vendre ou de louer des livres, les représentants de l’ordre dans les départements donnaient en général un sens beaucoup plus restrictif au terme libraire. En 1825, le préfet d’Ille-et-Vilaine répondit au sous-préfet de Saint-Malo qu’un libraire est « celui qui fait profession de vendre et d’acheter des livres » et que, par conséquent, on ne pouvait soumettre au brevet les loueurs de livres91. Les autorités locales refusaient également de considérer comme libraires les petits marchands qui s’occupaient de vendre quelques imprimés car, comme le déclarait le sous-préfet de Lorient, la librairie dans les petites villes n’était qu’un « très faible accessoire à une autre profession92 ». Le flou législatif explique en grande partie les états fort lacunaires dressés par les sous-préfets ; jamais le ministère ne put obtenir une liste exhaustive des libraires non brevetés exerçant dans les départements. Ainsi celle établie en 1810 pour l’ensemble de la Loire-Inférieure ne comporte-t-elle qu’une localité où l’on avait recensé des marchands de livres ! Le sous-préfet d’Ancenis fut en effet le seul à signaler que sa ville comptait trois « épiciers quincailliers » qui vendaient, « en très petite quantité, des croix de par Dieu, des psautiers pour apprendre à lire aux enfans, des heures d’église très communes pour les artisans et gens de campagne93 ». Dans le Morbihan, le sous-préfet de Ploërmel affirma que, dans tout son arrondissement, il ne connaissait aucun colporteur, bouquiniste ou loueur de livres, tout en précisant qu’il n’appelait pas marchand de livres, « celui qui a quelques almanachs, livres de dévotion ou autres menus objets de ce genre, dont toute la boutique en fait de librairie vaut à peine 12 à 25 francs94 ». Le maire de Lamballe partageait ce point de vue : dans sa commune, trois individus seulement vendaient des alphabets et quelques livres à l’usage des petites écoles, mais un « si mince objet » ne pouvait les classer dans la catégorie de « ce qu’on appelle marchand de livres95 ». À Redon, il n’y avait pas de libraire « à proprement parler » : seule la femme Grenier, qui tenait le bureau de loterie, faisait venir des livres pour les enfants du collège96. De son côté, le sous-préfet de Vitré n’avait « jamais pu voir dans le sieur Rébillé un libraire », puisque celui-ci n’avait dans sa boutique que quelques livres de piété97. Citons encore le sous-préfet de Pontivy, qui reconnaissait qu’il était bien possible qu’à Locminé et au Faouët « il se vendît aussi quelques livres de prières, mais ce commerce serait si borné qu’il n’en vaut pas la peine d’en porter la qualification98 ».

56Les lois et les directives ministérielles furent donc appliquées souvent de manière peu rigoureuse. L’attitude personnelle des maires et des sous-préfets pouvait certes évoluer en fonction de la situation politique locale, mais la plupart de leurs rapports témoignent surtout de leur indifférence, voire de leur mépris, à l’égard de ces petits marchands. Les représentants du pouvoir dans les départements semblaient penser qu’il y avait des mesures plus urgentes et plus importantes que la surveillance de commerces si modestes et apparemment bien inoffensifs.

La forte présence des bouquinistes dans les villes

  • 99 AD 44, 151 T 2 : états de 1812, 1816, 1820, 1821, 1822 et 1827.
  • 100 « Avis » paru dans la Feuille nantaise du 27 novembre 1812.
  • 101 AM de Nantes, I2, carton 27, dossier 4 : rapport du maire au préfet (4 août 1822).

57Nantes est la ville pour laquelle le plus grand nombre d’états a été conservé. En 1812, la municipalité recensa dix bouquinistes et neuf loueurs de livres99. Parmi ces derniers, Jean-Baptiste Derouault cessa son activité à la fin de cette année100, renonçant à un cabinet de lecture qu’il avait créé vingt ans auparavant. Pierre-François Busseuil, Jean-Marc Baudin et Yves Clech obtinrent un brevet en 1813, Jean Sicard en 1818. Les quatre autres individus recensés étaient Auguste Kermen, Jean-Baptiste Mercier, Jacques- Philippe Dessentis et Julien Godefroy. Kermen, un « républicain » qui « aimait peu Bonaparte et moins encore le roi », mourut en 1819 ou au début de l’année 1820. Sa veuve, chargée de quatre enfants, s’établit au n° 10 de la place de Bretagne, où elle louait des romans, des livres d’histoire, de voyages et des mémoires ; en octobre 1827, elle obtint l’autorisation d’exercer comme bouquiniste, moyennant le paiement d’une patente (d’un montant de 60 francs). Quant à Jean-Baptiste Mercier, né en 1773 à Tours, il avait effectué un apprentissage d’imprimeur dans sa ville natale avant de partir travailler à Paris chez Firmin Didot. Il s’était ensuite installé à Nantes, peut-être en 1800, avait repris le commerce de boîtes de sa mère et était entré comme ouvrier imprimeur chez Gaudin. Rarement occupé dans une imprimerie quasi inactive, dont il devint le « gérant perpétuel » en 1810, Mercier exerçait surtout comme « libraire-bouquiniste » dans la rue Saint- Nicolas. Selon un rapport préfectoral de juin 1816, cet homme « fort pauvre, fort ignorant et adonné à la boisson », était l’un de ceux qui approvisionnaient le plus les colporteurs ; le maire de la ville eut toutefois un jugement plus modéré, présentant les « principes moraux et politiques » de Mercier exempts de tout reproche101.

  • 102 Feuille commerciale, février 1826. La demoiselle Bardet était installée au n° 1, quai Flesselles.
  • 103 Ibidem, 28 juin 1828 et L’Ami de la Charte, 25 septembre 1828 et sqq.

58En avril 1821, la préfecture dressa un nouvel « état des libraires et bouquinistes non brevetés de Nantes », soit au total seize individus (dont quatre déjà recensés dans l’état de 1812), alors que la ville comptait douze libraires brevetés. Seule Antoinette Guérineau sollicita et obtint un brevet (mai 1821). Une dernière liste fut dressée en 1827 : elle ne comporte plus que sept noms, dont celui de René Legros, breveté libraire l’année suivante. Le directeur de la Police ordonna la fermeture des boutiques de tous ces contrevenants (22 juin et 28 août 1827). Marie Bardet, qui ne tenait qu’un « assortiment de livres d’occasion », échappa à cette sanction102. Cependant, elle ne tarda pas à dépasser sa simple activité de « bouquinerie » : en 1828 en effet, elle était « chargée de vendre un très grand nombre des meilleurs ouvrages de littérature, voyages, etc., etc., des plus belles éditions et au-dessous du prix de tous les catalogues de Paris » ; quelques semaines plus tard, elle offrait « la collection des classiques de Didot, 75 volumes in-8°, édition entièrement terminée, à 3 fr. 50 c. le vol. ; les belles éditions de Voltaire et Rousseau, de Lequien ; un grand nombre d’ouvrages convenables, par leur bas prix, aux capitaines, pacotilleurs, etc.103 ».

  • 104 AM de Nantes, I2, carton 28, dossier 7 : lettre du préfet au maire (10 avril 1821).
  • 105 Ibidem : lettre des « libraires brevetés de Nantes » au maire (26 mai 1826).

59Comme la demoiselle Bardet, nombre d’individus purent tenir un débit de livres en toute impunité, au grand dam des libraires brevetés. Avec le décret du 5 février 1810 qui instituait le régime des brevets, les libraires avaient retrouvé les réflexes corporatistes des communautés d’imprimeurslibraires de l’Ancien Régime. Les plaintes contre les marchands de livres non autorisés se firent de nouveau entendre, les arguments présentés n’avaient pas changé et les autorités locales répugnaient plus que jamais à sévir. En 1821, la « réclamation » des libraires de Nantes contre les personnes qui vendaient des livres sans être munies d’un brevet resta lettre morte104. Les libraires renouvelèrent leurs plaintes quelques années plus tard, en invoquant le respect de la législation en vigueur105. Outre l’article 4 de la loi du 21 octobre 1814, ils s’appuyaient sur l’arrêt du Conseil du 10 septembre 1735 et, surtout, sur le règlement du 28 février 1723, relançant ainsi la polémique sur la validité de son application en Bretagne – question qui avait déjà opposé les libraires et le parlement de Bretagne au siècle précédent. Mais toutes ces considérations restèrent vaines. La municipalité se contenta d’exercer sur les non-brevetés une simple surveillance, refusant de condamner plusieurs familles à la misère et, par là, de prendre le risque de nuire à la tranquillité de la ville.

Commerce interdit : livres interdits ?

  • 106 Ibid. : lettre du préfet au maire de Nantes (10 avril 1821).
  • 107 AD 35, 2 T 10 : lettre du maire de La Guerche au sous-préfet (12 décembre 1827) et rapport du sous (...)
  • 108 AN, F18 2001 : dossier Cudennec : rapport du procureur du roi à Vannes (27 août 1827) et ordre de (...)

60Les quelques sanctions prises par les autorités locales à l’encontre des individus non brevetés étaient motivées plus par la crainte de voir se développer le commerce des « mauvais » livres que par le souci de protéger les intérêts des libraires. Ainsi le préfet de Loire-Inférieure faisait-il remarquer au maire de Nantes que l’interdiction des boutiques de livres non autorisées était certes « dans l’intérêt » des libraires, mais aussi « dans celui du bon ordre », du fait des « inconvénients » qui pouvaient résulter de la vente clandestine des livres et brochures106. La même crainte amena le sous-préfet de La Guerche à se prononcer pour la fermeture des commerces de Gérard et de la veuve Desmote – le sous-préfet estimait en effet qu’il n’était pas difficile à ces petits marchands de procurer des livres « dangereux » aux « amateurs de lectures contre les mœurs, la religion et le gouvernement107 ». À Vannes, Anne Siméon veuve Cudennec dut elle aussi fermer son cabinet de lecture en raison de ses « dispositions politiques ». Puisque le département était encore « en dehors des passions politiques », entretenues par « des ouvrages dangereux », le procureur du roi avait souligné l’importance de le « préserver autant que possible d’une contagion que tant de gens s’ingéni[ai]ent à propager108 ».

  • 109 AD 29, 2 T 4 : rapport du préfet du Finistère au ministère de l’Intérieur (3 avril 1822).
  • 110 AD 29, 2 T 3 : lettre du ministre de la Police au préfet (3 octobre 1816).
  • 111 Ibidem : rapport du sous-préfet (2 novembre 1816).

61Tout au long de la Restauration, les préfets du Finistère semblent s’être montrés particulièrement soucieux de limiter le nombre de revendeurs et loueurs de livres, accusés de « faire beaucoup de mal et [de] répandre des ouvrages fort dangereux pour les mœurs et la tranquillité publique109 ». Dès octobre 1816, la veuve Colbert, limonadière à Morlaix, recevait l’ordre de cesser ses locations de livres. Le ministre de la Police fit savoir au préfet que, pour continuer son commerce, la veuve devait fournir un certificat de bonne vie et de fidélité au roi110. Mais le maire de Morlaix refusa de se porter garant de la pureté des mœurs de la postulante : la veuve Colbert vivait « publiquement » avec un individu avec lequel elle n’était pas mariée et sa fille, âgée de 13 ou 14 ans, louait de « mauvais romans, la plupart nuisibles aux bonnes mœurs ». Dès réception de ce rapport négatif, le préfet interdit à la veuve et à sa fille de continuer leurs abonnements de livres. Cette sanction eut pour résultat d’émouvoir plusieurs Morlaisiens « extrêmement recommandables », prêts à se charger de toute « épuration » qui serait jugée nécessaire dans le magasin111. Craignant que le maire n’eût apporté un peu trop de sévérité dans son rapport, le sous-préfet de Morlaix tenta de faire revenir le préfet sur sa décision. Il proposa de faire examiner le fonds de livres par l’adjoint de la mairie de Morlaix et, sur son rapport, de faire enlever « tout ce qui pourroit être nuisible aux bonnes mœurs » ; on pourrait alors permettre à la veuve Colbert de continuer un commerce qui était son seul moyen d’existence et, par là, concilier « l’intérêt public et particulier ». Nous ignorons la suite de cette affaire, toujours est-il que les femmes Colbert n’apparaissent plus dans les états postérieurs.

  • 112 Ibid. Dans une nouvelle liste dressée en juin 1827, on retrouve Anner, Egasse, Hébert, Mondot, San (...)
  • 113 Né en avril 1795, relieur, Sanlecque exerçait depuis 1817 (date à laquelle il avait succédé à son (...)
  • 114 AN, F18 2142. Mondot fit de nouvelles démarches en mai 1828 (avec les certificats du maire et du p (...)

62À Brest, cinq libraires non brevetés furent recensés en juillet 1822 : l’imprimeur Pierre Anner, Denis-Jean Egasse, Richard Hébert, Jean-Julien Mondot et Jean-François Sanlecque112. Mais puisqu'ils avaient l’intention de présenter une demande, le sous-préfet jugea « trop rigoureux » de leur faire fermer boutique avant que leur dossier fût traité. Il proposa donc que seuls ceux qui étaient connus comme vendant des « ouvrages suspects ou dangereux » fussent menacés de saisie et d’interdiction. Le préfet partagea ce point de vue : bienveillante envers les individus les plus sages, l’autorité devait en revanche faire preuve d’une sévérité inflexible à l’égard de ceux qui menaçaient les intérêts du gouvernement, des mœurs et de la religion. En l’absence de réponse du ministère, les autorités locales laissèrent les cinq libraires poursuivre leur commerce. Ce ne fut que le 31 juillet 1827, après avoir sollicité une nouvelle liste des non-brevetés, que le directeur de la Police ordonna au préfet de mettre fin à « une pareille infraction ». Si Egasse et Hébert parvinrent à obtenir un brevet en 1828, Jean-François Sanlecque113 dut attendre la monarchie de Juillet (13 juillet 1831). Quant à Jean-Julien Mondot, il avait contre lui une dénonciation anonyme, qui affirmait que sa pauvreté risquait de l’amener à chercher du profit dans des trafics douteux. Ces renseignements « défavorables » semblent avoir constitué l’unique cause des refus qu’essuya ensuite Mondot dans ses tentatives réitérées pour obtenir un brevet114.

  • 115 AD 35, 2 T 10 : rapport du sous-préfet de Saint-Malo (13 mai 1825).
  • 116 Dans les Affiches de Nantes du 30 décembre 1820, on trouve l’avis suivant : « Le sieur Malarey, ma (...)
  • 117 Affiches de Nantes, 18 juin et 24 octobre 1821. Le cabinet de lecture était ouvert de 7 heures du (...)
  • 118 AN, F18 2147 : rapport du préfet (15 janvier 1822).

63Les archives publiques ne livrent que deux cas de poursuite en justice, ceux de Colette et de Mercier à Nantes. On peut donc en déduire que la plupart des bouquinistes ne se livraient pas au commerce des livres prohibés, ou alors qu’ils étaient particulièrement habiles. À moins que les autorités locales ne préférassent user de simples menaces verbales à l’égard des fraudeurs. En mai 1825, par exemple, on confisqua dans le cabinet de lecture de Chauvin, « interprète hollandais » à Saint-Malo, quelques ouvrages « contraires aux bonnes mœurs » ; mais puisque le contrevenant paraissait « de bonne foi » et qu’il n’avait pas cherché à dissimuler ses livres, le procureur du roi ne jugea pas nécessaire de le poursuivre en correctionnelle115. Colette fut moins chanceux, mais il est vrai que son stock d’ouvrages interdits ne se réduisait pas à quelques volumes épars. Né en 1796 à Blainville (Manche), Louis-Alexandre Colette était arrivé à Nantes à la fin de l’année 1820116. Installé rue de la Fosse, il tenait un cabinet de lecture et vendait des « livres classiques et autres, gravures, cartes géographiques, dessins et généralement tout ce qui concerne la librairie et la papeterie117 ». Son cabinet de lecture acquit bientôt la réputation d’être le « rendez-vous où les ennemis connus du gouvernement » venaient lire les journaux et brochures « publiés dans le sens ultra libéral »118. Le 12 janvier 1822, le commissaire de police perquisitionna chez Colette et saisit 157 volumes, sans nom d’auteur ni d’imprimeur, contenant « des principes pernicieux », ainsi que 221 « gravures obcènes ou relatives à la politique et dont le dépôt prescrit par la loi n’avait pas été fait ». Contraint de fermer son commerce sur ordre de la préfecture, Colette se rendit à Paris pour tenter d’obtenir un brevet. Mais le directeur de la Police, informé par le préfet de la saisie opérée chez Colette, considéra qu’il ne pouvait plus être question de lui accorder un brevet dont il paraissait « indigne sous tous les rapports ». Bien plus, il souhaitait que les poursuites engagées par le procureur du roi aboutissent à « un juste exemple de sévérité », afin de retenir « dans le devoir » les libraires de Nantes qui seraient tentés de s’en écarter. Cette espérance fut déçue : l’inculpé fut acquitté par la cour d’assises de Nantes, le 22 mars 1822. Colette dut néanmoins renoncer à son cabinet de lecture. Simple « marchand d’estampes », il ne vendait plus que du papier et des fournitures de bureau, faisait la reliure et encadrait les tableaux, tout en continuant de faire « les commissions en tous genres » et de donner en lecture « tous les journaux de Paris et de Nantes ». Mais ces activités ne furent pas suffisantes pour lui permettre de remonter ses affaires : un rapport du préfet du 30 août 1823 nous apprend que Colette avait récemment « laissé la clef sous sa porte » et que ses fournisseurs de Paris avaient fait saisir et vendre le peu d’ouvrages qu’il avait laissé. Au lever des scellés, le commissaire Boyer avait découvert qu’une des caisses destinées à la vente se composait d’ouvrages « misérables » mais « insaisissables ». En accord avec le procureur du roi, le préfet prit la décision d’acheter la caisse incriminée (pour la somme de 60 francs, prélevée sur le fonds de police) et la brûla sur le lieu.

  • 119 AN, F18 1963 : dossier Mercier : rapport du préfet (24 novembre 1827). Les ouvrages saisis apparte (...)

64Quelques années plus tard, c’était au tour de Jean-Baptiste Mercier, installé dans la rue Saint-Nicolas, d’être inquiété pour avoir vendu des ouvrages prohibés. L’affaire avait débuté en août 1827 par l’arrestation en Vendée de François Vaqué (originaire des Hautes-Pyrénées) et de Simon Redonnet (de la Haute-Garonne), lesquels transportaient des livres de la Bibliothèque bleue presque tous sans nom d’auteur ni d’imprimeur et, surtout, contenant des « caractères d’outrage à la morale publique et religieuse et aux bonnes mœurs119 ». Les deux colporteurs déclarèrent avoir acheté tous ces ouvrages à Nantes chez Mercier, qui fut à son tour traduit en justice. Pour sa défense, Mercier déclara que toutes ces brochures, imprimées chez Gaudin, étaient « si vieilles » qu’il ne les avait vendues, « en sa qualité de bouquiniste, que comme bouquins ». L’argument pouvait paraître un peu faible, il fut cependant suffisant pour tirer d’affaire le « bouquiniste » nantais, acquitté par le tribunal de première instance le 10 novembre 1827.

La bienveillance des autorités locales

  • 120 AD 22, 2 T 1 : lettre du ministre de la Police au préfet (26 septembre 1816).
  • 121 AD 22, 2 T 3.

65Le faible nombre de libraires brevetés que comptait le département des Côtes-du-Nord amena le ministre de la Police à soupçonner que bien d’autres individus devaient se livrer au commerce des livres. En septembre 1816, il fit part de son inquiétude au préfet et le chargea de procéder à un recensement des marchands de livres sans brevet qui exerçaient dans les villes du département120. Les maires, à leur tour sollicités par le préfet, s’exécutèrent de mauvaise grâce et leurs rapports révèlent surtout leur peu d’empressement à satisfaire la demande du ministre121. Les réponses de Saint-Brieuc, Dinan, Lannion, Lamballe et Paimpol furent toutes négatives.

66Pourtant, nous savons que Michel Maggy exerçait déjà à Saint-Brieuc ; à Dinan, Paul Delarue vendait et louait divers ouvrages depuis 1804, tandis que Jeanne Martin tenait une boutique de livres d’instruction et de prières ; à Lannion, Yves Lemonnier avait repris la boutique ouverte par son père sous la Révolution. Le maire de Quintin reconnut seulement que l’on trouvait, dans quelques boutiques, des « livres de dévotion, almanachs, grammaires françaises et petits objets à l’utilité des enfants ». Les maires de Châtelaudren et de Moncontour furent les plus zélés. Le premier mentionna trois marchands merciers – Louis Couar, Louis Verdun et Jean-Pierre Huet –, qui vendaient des livres de dévotion, quelques grammaires et des almanachs. Le second envoya une liste détaillée des « marchands de livres et images » de sa commune :

Mme Chalus : « supérieure de l’hospice, vend des livres et images aux personnes qui viennent à la retraite. Nulle part tant de vertu et de dévoûment au Roi ».
René Thomas : « ne vend que des livres de piété et images du même genre ; sa moralité, sa conduite et sa fidélité au Roi sont à toute épreuve ».
Jérôme Lucas l’Ancien : « bonne vie et mœurs, moins prononcé pour l’opinion ».
Marie Lucas veuve Jean Gallais : « fort douteuse pour l’opinion politique, de bonne vie et mœurs ».

  • 122 AD 22, 2 T 1.
  • 123 AN, F18 2140 : rapports des maires de Lamballe, Quintin et Paimpol au préfet (avril-septembre 1825 (...)

67Nous ignorons quelle fut la réaction du ministre devant la liste si peu fournie que lui envoya la préfecture. Quoi qu’il en fût, les marchands de livres purent continuer d’exercer leur petit commerce en toute impunité pendant plusieurs années. En 1822, Franchet d’Esperey réclama au préfet un nouvel état des libraires non brevetés. Une fois encore, les maires ne se montrèrent pas très coopératifs. Celui de Moncontour affirma qu’il n’y avait pas de libraire dans sa commune ; même les colporteurs de livres avaient « disparu ». De son côté, le maire de Lamballe répondit qu’il ne connaissait que deux seuls marchands de livres dont le commerce se bornait à des almanachs, des catéchismes et des petites heures à l’usage des enfants. Le préfet parvint à grand-peine à dresser une liste, sans aucun doute bien lacunaire, de dix individus : Delarue à Dinan, Adélaïde Guesnier veuve Guernion, Yves Bernard et François Botrel à Lamballe, Yves Lemonnier à Lannion, René Thomas à Moncontour, François Treffegain et Jacques Rabin à Paimpol, enfin Pierre Georgelin et René Basset à Quintin122 – notons, qu’exception faite de Dinan, toutes les localités recensées étaient dépourvues de librairie. La décision du ministère sur le sort de ces non-brevetés, tous jugés « honnêtes » et « bons royalistes », se fit un peu attendre. Elle tomba comme un couperet le 31 mars 1825 : le directeur de la Police ordonna la fermeture des commerces de la veuve Guernion, Bernard, Botrel, Treffegain, Rabin, Georgelin et Basset. Mais les maires des communes concernées refusèrent d’exécuter un ordre qui émanait pourtant de la plus haute autorité123. Le maire de Paimpol fit savoir au préfet que Treffegain et Rabin ne pouvaient être considérés comme libraires, puisque l’un exerçait la profession d’horloger et l’autre celle de mercier. Le maire de Lamballe tint le même discours :

« La dame veuve Guernion, la veuve Bernard et le sieur Botrel de cette commune n’exercent aucunement la profession de libraires, mais bien celle d’épicier, bimblotier [sic] et de marchand de blanc en détail ; ils y joignent seulement quelques livres de dévotion tels que des heures, des cantiques, des catéchismes, des almanachs, des croix de par Dieu et quelques feuilles d’images pour les enfants, qu’ils tirent de chez M. Prud’homme ».

68À Quintin, Basset et l’instituteur Georgelin déclarèrent que les faibles bénéfices de leur commerce ne leur permettaient pas de couvrir les frais d’un brevet. Tous deux ne vendaient que quelques manuels et livres de dévotion pour les écoliers.

  • 124 Ibidem : lettre du directeur de la Police au préfet (23 mai 1825).
  • 125 Idem (10 septembre 1825).
  • 126 AN, F18 2140 : lettre du percepteur et receveur municipal de Vitré (mars 1825).
  • 127 Ibidem : lettre du directeur de la Police au préfet (19 mars 1825).
  • 128 Idem (24 décembre 1825).
  • 129 AD 22, 2 T 1 : état dressé par le préfet (1827).

69Mais toutes ces plaintes ne purent infléchir la position du directeur de la Police, profondément convaincu que les ventes de livres dans les campagnes présentaient de « graves inconvénients124 ». Un nouveau courrier rappela au préfet que son devoir était de faire respecter la loi ; tous les commerces dont les propriétaires n’étaient pas brevetés devaient être fermés, de gré ou de force125. Quelques-uns des contrevenants se résolurent à déposer une demande de brevet. René Thomas de Moncontour fournit les certificats des imprimeurs Prud’homme et Huart, les avis favorables du maire et du préfet, ainsi qu’une lettre de recommandation du percepteur et receveur municipal de Vitré. Celui-ci déclara que Thomas désirait exercer l’état de libraire pour les missions et les retraites et pour le prochain jubilé, qu’il était bien connu des ecclésiastiques de son canton, auxquels il aurait servi d’« intermédiaire » pour la vente des livres de dévotion. Le percepteur espérait que le ministère de l’Intérieur ne permettrait pas « à la folle classe des révolutionnaires de triompher de sa disgrâce126 ». Mais le directeur de la Police fit savoir qu’il ne pouvait accorder un brevet de libraire à Moncontour, simple justice de paix qui ne comptait que 1 550 habitants. En avril 1825, l’adjoint au maire de Moncontour informa le préfet que Thomas s’était plié aux ordres en fermant sa boutique, composée seulement d’almanachs, d’alphabets et de quelques livres de piété. L’adjoint ne manqua pas de souligner qu’il était « fâcheux » que cette mesure ôtât à Thomas « les moyens d’être utile à la légitimité à laquelle il a[vait] toujours été entièrement dévoué ». La demande de brevet de Michel Maggy n’eut pas plus de succès. Celui-ci était vendeur ambulant dans le département, pendant que sa femme tenait son « principal établissement » de gravures et de livres de piété à Saint-Brieuc. Malgré les avis favorables du maire et du préfet et un certificat signé par cinq libraires parisiens, le directeur de la Police estima que les trois librairies déjà ouvertes au chef-lieu du département suffisaient amplement aux besoins de la population127. Quelques mois plus tard, la requête de Jeanne Martin de Dinan – « omise » dans l’état de 1822 – fut elle aussi rejetée pour le même motif. Âgée de 64 ans, celle-ci tenait un petit commerce de « livres d’instruction et de prières ». Elle fournit des certificats signés par Prud’homme et Huart, ainsi que les avis favorables du maire et du préfet, lequel rapportait que son père avait été emprisonné et ruiné pendant la Révolution « à raison de son dévouement à la famille royale ». Mais tous ces soutiens furent là encore insuffisants : le directeur de la Police répondit qu’il était hors de question d’autoriser une troisième librairie à Dinan128. Les « libraires » non brevetés furent donc contraints de fermer boutique. Ces sanctions ne dissuadèrent pas pour autant d’autres individus de tenter à leur tour leur chance – l’état dressé en mars 1827 contient en effet quatre nouveaux noms (Blin à Dinan, Baron à Lannion, la veuve Guyon à Saint-Brieuc et Louis Guégon à Tréguier129). Les autorités locales espéraient toujours quelques signes de clémence de la part du ministère. Ainsi le préfet insista-t-il sur le fait que la veuve Guyon, mère de six enfants, n’avait pas d’autres moyens d’existence et que son petit commerce ne présentait « aucun danger » ; en outre, elle ne portait aucun tort au libraire breveté Corfmat puisque celui-ci se bornait à louer des romans. De son côté, le sous-préfet de Lannion dut reconnaître, qu’à Tréguier, Louis Le Digou avait repris la petite boutique de livres tenue auparavant par sa mère. Bien qu’il fût « présumable » que Le Digou tombait sous la même sanction que celle qui avait frappé Guégon, le sous-préfet avait « cru cependant, avant d’aller plus loin, devoir laisser les choses dans l’état… ». La veuve Guyon et Le Digou obtinrent chacun un brevet l’année suivante, sous le ministère Martignac.

  • 130 AD 29, 2 T 4 : lettre du directeur de la Police au préfet (31 juillet 1827).

70Dans le département du Finistère, on entreprit également en 1822 de dresser un état des non-brevetés. Le sous-préfet de Morlaix donna aux imprimeurs Lédan et veuve Guilmer, ainsi qu’à Petit de Grandville et à la demoiselle Tanguy, l’autorisation de continuer leur commerce en attendant la décision du ministère. Celle-ci se fit attendre jusqu’au 31 juillet 1827, date à laquelle le directeur de la Police fit savoir qu’il était impossible d’autoriser plus de deux libraires, qui devraient être choisis « soit à raison de leur bonne conduite, soit par l’ancienneté ou l’importance de leur établissement130 ». Mais le maire de Morlaix déclara tout net au préfet qu’il refusait de faire un tel choix.

  • 131 Ibidem : lettre du maire de Morlaix au préfet (11 septembre 1827).

« […] Je ne puis me dissimuler, dis-je, que le choix de deux d’entre eux étant l’exclusion positive de deux autres, je serais appelé à prononcer la ruine de deux de mes administrés en leur enlevant un commerce qui était leur propriété incontestable depuis longues années, propriété qui est la seule à l’appui de laquelle ils peuvent soutenir leur existence et élever leur famille131 ».

  • 132 Ibid. : lettre du directeur de la Police au préfet (24 septembre 1827).
  • 133 AN, F18 1916 : dossier Lédan : rapport du préfet (11 octobre 1827).

71Le préfet sollicita lui aussi la clémence du directeur de la Police. Mais ce dernier répondit que ces quatre individus avaient non seulement contrevenu à la loi, mais qu’ils portaient en outre aux libraires brevetés « un préjudice considérable »132. Le sous-préfet dut se résigner : il désigna le commerce de la demoiselle Tanguy, ouvert depuis 1819, comme pouvant être supprimé « sans inconvénient »133. Ce fut cependant la seule concession qu’il voulût bien accorder à l’intransigeance de Franchet d’Esperey. Le changement de ministère l’année suivante permit aux trois autres – Lédan, la veuve Guilmer et Petit de Grandville – d’obtenir l’indispensable brevet.

  • 134 AD 29, 2 T 4 : Marie Lepoix fut bevetée libraire en mai 1832.
  • 135 AD 35, 2 T 10 : rapport du sous-préfet de Redon (20 avril 1825).
  • 136 Ibidem : rapport du sous-préfet de Vitré (25 novembre 1825).
  • 137 AD 29, 2 T 4 : rapport du sous-préfet de Quimperlé et réponse du préfet (avril 1822).
  • 138 AN, F18 2140 : Côtes-du-Nord : lettre du maire de Paimpol au préfet (13 avril 1825).

72D’autres petites villes du Finistère avaient également leur libraire non breveté. C’était le cas de Landerneau, où l’imprimeur Georges Guyon exerça la librairie jusqu’en 1819, date de son départ pour Saint-Brieuc. À Quimperlé, Marie Lepoix vendait « des livres de prières, principalement en langue bretonne, et des alphabets » ; elle tint sa petite boutique – où l’on trouvait « tout au plus une soixantaine de livres de cette espèce » – jusqu’à l’ordre de fermeture du sous-préfet en avril 1822134. À Saint-Pol-de-Léon, Yves Le Gall, marchand de chandelles, acheta le fonds de Le Guevel (décédé en mars 1823) et poursuivit son commerce sans être inquiété. Quant à Marie-Louise Vauchel veuve Kisit, brevetée à Pont-Croix en 1832, elle déclara dans sa demande qu’elle exerçait « depuis nombre d’années » la librairie, tenue auparavant par « les auteurs de feu son mari ». C’est également en consultant le dossier de Laurent Pochard, négociant et conseiller municipal, que l’on apprend que celui-ci avait ouvert boutique à Lesneven dix ans avant de solliciter et d’obtenir un brevet (en 1833). À Redon, dans le département d’Ille-et-Vilaine, le quincaillier Odet fut dénoncé par la libraire de sa ville, Zoé Thorel. Le sous-préfet reconnut que le nommé Odet avait sans doute tort d’approvisionner en livres quelques petits colporteurs ; « mais livrés en gros, sous cordes, comme moyens d’échanges, et le quincaillier justifiant de l’achat de ces livres approuvés et portés sur la facture du libraire breveté », il lui semblait que c’était « outrepasser la loi » que de lui interdire ces « moyens d’échanges »135. Le préfet ne partagea pas cet avis et donna raison à Zoé Thorel. Il se montra tout aussi sévère à l’égard de Louis Rébillé, lequel tenait un commerce de livres à Vitré depuis 1822 sans avoir pu obtenir de brevet. Suite aux plaintes réitérées des libraires de la ville, le préfet ordonna la fermeture de sa boutique (17 septembre 1825). Rébillé put malgré tout continuer d’exercer jusqu’au 1er janvier 1826, couvert par le sous-préfet, qui déclara que Rébillé était un orphelin issu d’une famille « distinguée par ses sentiments religieux et monarchiques » et qu’il tenait « une excellente conduite » ; surtout, il ne nuisait en rien à Ménager et à Lépinay, desquels on avait attendu en vain « la même indulgence qui leur avait été accordée dans un temps à eux-mêmes136 ». Pourvu que le commerce des non-brevetés ne provoquât pas les plaintes des libraires autorisés, les autorités locales préféraient, selon les propres termes d’un préfet, « fermer les yeux là-dessus ». Ainsi les religieuses de la Retraite de Quimperlé purent-elles continuer à vendre des livres de piété, à condition de « ne pas trop étendre au-dehors le débit de ces livres, dans la crainte que les libraires brevetés qui payent patente ne fussent portés à se plaindre du tort que ce débit pourroit faire à leur commerce137 ». Bref, comme le déclara tout aussi clairement le maire de Paimpol, pourquoi sévir contre des individus qui ne faisaient point un commerce « ostensible » de livres138 ?

  • 139 Ibidem : rapport du préfet des Côtes-du-Nord (5 mai 1825).
  • 140 AN, F18 1963 : dossier Mercier : lettre du directeur de la Police au préfet (12 décembre 1827).

73Si plusieurs individus non brevetés purent continuer d’exercer grâce à la protection des autorités locales, d’autres obtinrent gain de cause devant des tribunaux qui ne manquaient jamais l’occasion de manifester leur opposition au pouvoir parisien. Ce fut notamment le cas de Michel Maggy, « libraire ambulant » à Saint-Brieuc, poursuivi au début de l’année 1825 pour contravention à l’article 11 de la loi du 21 octobre 1814. Le tribunal de la ville désavoua le procureur du roi, estimant que cette loi ne renfermait aucune disposition pénale et que l’arrêt du Conseil du 28 février 1723 n’avait pas été enregistré au Parlement de Bretagne139. Jean-Baptiste Mercier fut ensuite relaxé pour les mêmes motifs. À la fin de l’année 1827 en effet, le directeur de la Police avait relancé les poursuites judiciaires contre le bouquiniste nantais, qui venait d’être acquitté par le tribunal de Nantes dans une affaire de vente de livres prohibés. Franchet d’Esperey estimait que Mercier, « comme bouquiniste », n’était pas moins passible des peines portées en l’article 4 de l’arrêt du Conseil du 28 février 1723140. Le procureur du roi avait donc fait appel. Mais la cour royale de Rennes refusa encore une fois de prendre en compte le règlement de 1723 et l’ordonnance de 1827 ; elle se contenta de condamner Mercier, comme coupable de contravention à la loi du 21 octobre 1814, au remboursement des frais de procédures (4 janvier 1828).

74Certains libraires non brevetés furent ainsi parmi les heureux bénéficiaires de cette volonté d’indépendance dont semblaient faire preuve les magistrats, comme aux plus beaux temps du parlement de Bretagne. Le régime juridique particulier dont jouissait la province bretonne avant 1789 avait encore des répercussions au xixe siècle et ces questions de droit, notamment celle du non-enregistrement du règlement de 1723, furent l’objet de polémiques récurrentes.

Les colporteurs

  • 141 AD 29, 2 T 4 : rapport du sous-préfet de Quimperlé (avril 1822).

75La Révolution n’avait pas fait disparaître le colportage. Ses réseaux, sans doute quelque peu désorganisés par la chouannerie et les guerres vendéennes, s’étaient reconstitués. Continuellement sur les routes, ne faisant que de courts séjours dans les villes, les colporteurs étaient souvent des êtres insaisissables pour les autorités d’alors. Ils le sont aussi pour nous aujourd’hui, et l’on s’évertue sans grand succès à retrouver ces ombres fugitives dans les archives de la police. Parfois, un rapport signale la visite de colporteurs dans une ville, mais presque toujours sans fournir plus de précisions. Quelques indications témoignent cependant de l’existence d’un véritable réseau de colportage – tel ce rapport du sous-préfet de Quimperlé qui notait que des « libraires ambulants » faisaient des passages fréquents dans la ville, avant de se rendre à Quimper en passant par Rosporden141. Présents dans les foires et sur les marchés, les colporteurs profitaient aussi des manifestations religieuses pour écouler leur marchandise.

76Parce qu’ils ne faisaient que passer, les colporteurs ne pouvaient prétendre obtenir la protection que les autorités accordaient souvent aux bouquiniers de leur ville. Les maires se montraient toutefois en général assez tolérants envers ces marchands itinérants, qui visitaient périodiquement leur commune et étaient bien accueillis par la population. En revanche, pour le pouvoir central dont les préfets se faisaient l’écho, les colporteurs restaient des personnages inquiétants, les principaux propagateurs des nouvelles et des écrits « nuisibles » aux mœurs, à la religion et au gouvernement.

  • 142 AD 22, 1 M 27 : circulaire du préfet des Côtes-du-Nord aux sous-préfets (1er mai 1807).

« […] Il est une multitude de petits écrits que les presses reproduisent sans cesse. Tels sont les recueils de contes, d’anecdotes, de chansons, de pronostiques [sic], de cantiques, de complaintes, les relations des événemens récents. Ces ouvrages, pour la plupart, sont méprisés autant qu’ils sont méprisables ; mais ils ont une influence directe sur l’esprit du peuple des villes et des campagnes, ses opinions, ses préjugés en dépendent plus ou moins ; on s’étonne quelquefois du progrès universel de certaines opinions nuisibles ; il provient de la distribution de ces écrits142 ».

  • 143 En novembre 1810, dans une circulaire aux préfets, le directeur général de la Librairie Portalis s (...)
  • 144 AD 35, 4 M 164 : arrêté du préfet d’Ille-et-Vilaine (6 vendémiaire an XI : 28 septembre 1802).

77Ce type de discours revient comme un leitmotiv, tout au long du xixe siècle, chez des autorités profondément convaincues de la puissance de l’écrit et de son influence dans les classes populaires143. C’est pourquoi les gouvernements successifs s’employèrent à favoriser la diffusion des « bons » livres comme contre-feu aux « mauvais » écrits, dont les colporteurs étaient accusés d’être les principaux propagateurs. Les marchands ambulants paraissaient d’autant plus dangereux que la majeure partie de leur clientèle se composait de paysans, perçus comme des êtres ignorants, naïfs et facilement corruptibles. Dès 1802, le régime napoléonien renforça la législation sur le colportage – basée sur l’arrêt du 28 février 1723 – en soumettant les colporteurs à l’autorisation des maires. Ceux-ci ne devaient délivrer de permissions qu’après s’être assurés que les imprimés « ne contiennent rien de contraire aux mœurs, ni qui puisse réveiller l’esprit de parti ou tromper le peuple144 ». Les colporteurs non munis d’une permission seraient condamnés par le tribunal de police à trois jours d’emprisonnement.

  • 145 AD 22, 1 M 24 : lettre du préfet au magistrat de sûreté de Saint-Brieuc (13 juillet 1805).
  • 146 AD 22, 1 M 25 : lettre du préfet aux sous-préfets de Dinan et de Lamballe (16 juillet 1805).

78Les sources concernant le colportage sont relativement fournies pour le département des Côtes-du-Nord. On le doit en grande partie à la personnalité du préfet Jean-Pierre Boullé, en fonction du 24 germinal an VIII (14 avril 1800) au 27 mai 1814, qui veilla à la stricte exécution des lois et directives ministérielles. Plusieurs marchands ambulants furent arrêtés sur son ordre, pour n’être pas munis de l’autorisation exigée ou pour avoir vendu des brochures jugées nuisibles à l’ordre publique. Ce fut le cas de Pierre-Louis-Mathieu Guiller – originaire de Dol, ancien canonnier garde-côtes –, arrêté à Saint-Brieuc le 13 juillet 1805 pour avoir débité des « relations de prétendus miracles qui s’étoient opérés récemment à Sainte-Anned’Auray145 ». Le préfet ordonna au maire de Saint-Brieuc de faire saisir ces imprimés et de mettre un terme à « une jonglerie si scandaleuse ». Il désavoua en outre le commissaire de police, lequel avait écrit dans son procès-verbal qu’il n’avait rien trouvé de contraire aux lois dans les imprimés vendus par le colporteur. Boullé considérait au contraire que le fait de produire et de diffuser des « relations mensongères, propres à faire naître de fausses idées en matières religieuses et à entretenir un fanatisme grossier plus susceptible de porter atteinte à la religion que de l’honorer », constituait « un véritable délit ». Les maires de Dinan et de Lamballe, qui avaient autorisé le colporteur à vendre sa marchandise dans leur ville, furent eux aussi vertement réprimandés et sommés d’examiner désormais avec plus d’attention les écrits vendus par de tels « aventuriers »146.

  • 147 Ibidem : lettre du préfet au commissaire de police de Saint-Brieuc (31 juillet 1805).
  • 148 Ibid. : circulaire du préfet aux sous-préfets et aux maires de Saint-Brieuc, Lamballe, Moncontour, (...)

79L’ignorance de la législation en vigueur permet d’expliquer l’attitude complaisante des autorités municipales, du moins de certaines d’entre elles. Ainsi le commissaire de police de Saint-Brieuc, sans doute pour éviter de s’attirer un nouveau blâme, pria-t-il le préfet de lui tracer la marche à suivre à l’égard de colporteurs qui sollicitaient une permission pour vendre des imprimés contenant « des relations des miracles du saint Suaire » et d’autres ouvrages « de cette espèce ». Le préfet lui fit savoir que le décret du 7 germinal an XIII exigeait que seuls les livres d’église revêtus de la permission de l’évêque diocésain pouvaient être imprimés et diffusés. Le décret avait pour but d’empêcher des colporteurs « avides et ignorans » de parvenir à « s’attirer l’argent du pauvre, en répandant dans le public des erreurs grossières sur des matières religieuses147 ». Soucieux de combler d’éventuelles lacunes chez d’autres de ses subordonnés, le préfet saisit l’occasion pour rappeler aux sous-préfets et aux maires du département qu’il était de leur devoir d’empêcher de pareils « abus ». Il leur était « très expressément » recommandé non seulement de ne pas permettre la distribution de ces imprimés, mais encore de porter au pied du passeport des distributeurs l’ordre de quitter leur arrondissement dans les vingt-quatre heures148.

  • 149 AD 22, 1 M 27 : circulaire du préfet aux sous-préfets (1er mai 1807).
  • 150 Ibidem : lettre du préfet au sous-préfet de Guingamp (17 décembre 1811).
  • 151 Ibid. : lettre du préfet au maire de Saint-Brieuc (23 mai 1812).

80Mais le peu de zèle dont continuaient à faire preuve de nombreux maires amena le directeur général de la Librairie à confier aux préfectures l’examen des ouvrages vendus par colportage (1807). À leur arrivée dans une commune, les colporteurs devraient désormais présenter au maire leurs exemplaires paraphés par le préfet et revêtus d’un permis de vente. Ces précautions avaient pour but d’empêcher les colporteurs de déjouer la surveillance de l’administration, « en présentant à l’examen une ou deux pièces tolérables et insérant ensuite dans leurs recueils des pièces qui n’auraient pas été permises149 ». Toutes ces formalités ne pouvaient que gêner les marchands ambulants dans leur commerce, et elles devaient également sembler bien lourdes aux municipalités, sans doute peu convaincues de la dangerosité de la littérature de colportage. Le 1er mai 1811, informé que des maires et des sous-préfets continuaient de délivrer des permissions sans son autorisation, le préfet leur rappela qu’il détenait le droit « exclusif » d’approuver ou de rejeter les recueils distribués par les chanteurs et les colporteurs. Ce rappel à l’ordre eut cependant peu d’effet puisque, quelques mois plus tard, le sous-préfet de Guingamp était de nouveau sèchement invité à « se renfermer à l’avenir dans le cercle de [ses] attributions sur ce point150 » ; l’année suivante, le maire de Saint-Brieuc essuya les mêmes reproches151.

81Cette volonté sans cesse affirmée d’empêcher la diffusion d’imprimés jugés « nuisibles » se situait dans le courant des idées de la Révolution et s’inscrivait dans une politique de contrôle général de la société. Le pouvoir menait deux luttes parallèles : la première avait pour but de tarir à la source la production des « mauvais » ouvrages, par un contrôle accru des imprimeries, et la seconde visait à empêcher la circulation des imprimés qui avaient pu échapper à la vigilance des autorités. Plus difficiles à surveiller que les libraires sédentaires, les colporteurs étaient désignés comme les principaux fournisseurs du commerce clandestin, voire comme de véritables ennemis du gouvernement.

  • 152 AD 22, 4 M 28 : circulaire du ministre de la Police (15 décembre 1815).
  • 153 AD 22, 1 M 28 : circulaire du préfet aux sous-préfets (20 janvier 1816).

82De 1815 à 1820, le colportage put néanmoins se développer. Il ne s’agissait plus de sanctionner systématiquement les colporteurs, mais avant tout d’en faire des agents de propagande utiles : « Après avoir fait beaucoup de mal, ils pourront faire beaucoup de bien. Pour les empêcher de nuire, il faut les surveiller ; pour les rendre utiles, il faut les diriger152 ». Le préfet des Côtes-du-Nord informa ses subordonnés de ce nouvel état d’esprit, en soulignant qu’ils devaient se montrer toujours vigilants à l’égard des « marchands de livres, d’almanachs, de chansons, de recueils en contes, d’anecdotes, de pronostics », dont l’influence était « très grande sur le peuple »153. Les sous-préfets avaient pour tâche d’obliger les marchands ambulants à se faire enregistrer par l’administration et à se pourvoir d’un livret visé par les maires. Les colporteurs se plieraient d’autant plus facilement à cette surveillance, qui devait toutefois rester « discrète », si l’autorité savait faire naître chez eux à la fois « la crainte » et « l’espérance ».

« Qu’ils sachent que la vigilance des autorités les suit partout, pour les punir s’ils abusent de votre confiance, pour les récompenser s’ils exécutent fidèlement vos ordres. Quelques exemples de libéralité et de sévérité placés à propos les en auront bientôt convaincus. Je vous engage à organiser ce nouveau genre de surveillance et à la confier particulièrement à un petit nombre de maires ou de juges de paix d’un zèle bien connu et d’une discrétion convenable de telle manière qu’elle soit partout et qu’elle ne soit visible nulle part ».

  • 154 AD 44, 1 M 801 : note « très confidentielle » du préfet au commissaire de police à Nantes (27 sept (...)
  • 155 AD 35, 8 M 28 : lettre du ministre de la Police au préfet d’Ille-et-Vilaine (26 octobre 1817).

83Le préfet de la Loire-Inférieure avait lui aussi bien reçu les directives du nouveau gouvernement et, désireux de leur donner la plus grande efficacité possible, il proposa même de « tirer parti » de l’influence de la librairie de colportage en faisant composer des chansons et des almanachs qui auraient pour objet d’« exciter le peuple à s’attacher à la famille régnante154 ». Ces imprimés de propagande seraient délivrés gratuitement aux colporteurs – pour lesquels la vente serait donc tout bénéfice – et, en seule contrepartie, « on exigerait d’eux qu’ils signalassent les individus qui paraîtraient être opposans au gouvernement actuel ». Tous les représentants du pouvoir ne furent cependant pas aussi zélés : en octobre 1817, informé que des colporteurs continuaient leur commerce sans être munis d’un livret, le ministre de la Police réclama « la plus grande exactitude à faire exécuter envers eux toutes les mesures de précaution que l’intérêt public a[vait] dictées155 ». Ce fut à partir de l’année 1820, semble-t-il, que la surveillance du colportage fut réellement renforcée, tandis que le ministère paraissait abandonner l’idée de faire des colporteurs des agents au service du régime.

  • 156 AN, F18 2 : circulaire du ministère de l’Intérieur (19 mars 1822).
  • 157 AD 29, 2 T 4 : rapport du sous-préfet de Quimperlé (19 avril 1822).
  • 158 AM de Nantes, I2, carton 28, dossier 15 : lettres du préfet au maire de Nantes (28, 29 mars et 2 a (...)

84Après l’assassinat du duc de Berry (13 février 1820), le colportage fut soumis à des restrictions plus sévères et les lois de mars 1822 déterminèrent les poursuites à exercer contre les auteurs et les distributeurs de mauvais ouvrages. Le ministre de l’Intérieur jugea toutefois ces mesures encore insuffisantes pour dissuader des individus, « sans connaissances et sans moralité », de continuer d’« inonder » les petites villes et les campagnes d’ouvrages à bas prix, « plus ou moins dangereux »156. Pour mettre fin à de tels « ravages », seuls les colporteurs qui justifieraient de leur « bonne conduite » pourraient obtenir une autorisation ; quant aux individus sans brevet qui s’occupaient de vendre des livres, ils seraient déférés sur-le-champ devant les tribunaux. Mais ces nouvelles instructions ministérielles ne comblèrent pas pour autant les lacunes de la législation : comme le constatait le sous-préfet de Quimperlé, « la loi du 21 octobre 1814 impose bien l’obligation pour exercer la profession de libraire d’être muni d’un brevet et assermenté, mais ne prononce aucune peine ni amende » contre les contrevenants157. Colporteurs et libraires non brevetés purent donc poursuivre leur commerce sans trop d’inquiétude et parfois même en annonçant haut et fort leur passage dans une ville – comme Nantes, où des libraires ambulants faisaient connaître la durée de leur séjour et la nature de leur marchandise en publiant des « avis » dans la Feuille commerciale. Les libraires établis ne cessèrent de dénoncer cette concurrence et ils parvinrent parfois à faire entendre leur voix, ainsi lors du jubilé de Nantes en mars 1827. Cette célébration avait attiré dans la ville de nombreux colporteurs, qui voyaient là une excellente occasion d’écouler leurs ouvrages de dévotion. Considérant que les plaintes des libraires nantais, contre cet « immense débit » qui se faisait à leur préjudice, étaient « aussi justes que modérées », le préfet ordonna au maire de faire perquisitionner les boutiques installées près des églises, de dresser procès-verbal de toute contravention à la loi du 21 octobre 1814, et d’opérer la saisie des ouvrages, notamment tous ceux relatifs à de « prétendus miracles »158. Quelques jours plus tard, averti que les colporteurs continuaient de vendre « clandestinement » leurs ouvrages, le préfet engagea de nouveau le maire à sévir, mais nous ignorons si cet ordre fut cette fois suivi d’effet.

  • 159 Revue de l’Ouest. Journal de la librairie industrielle de Nantes, n° 6, 4 mars 1829.

85Les efforts des préfets pour appliquer au mieux les directives ministérielles concernant les droits des colporteurs révèle combien cette question était sensible. Elle donna lieu à divers débats et projets de réforme et, suite à plusieurs séances particulièrement vives à la Chambre, la Revue de l’Ouest tint elle aussi à présenter sa position sur ce problème, dans un article intitulé « Du colportage159 ». Après avoir affirmé qu’il ne refusait nullement aux marchands forains le droit de vendre, l’auteur de l’article comparait les montants des patentes versées par les marchands ambulants et celles versées par les marchands domiciliés, « car là où il y a inégalité dans les charges, il y a privilège, il n’y a plus liberté ».

Marchands forains

Marchands forains

Marchands (en détail) domiciliés

Marchands (en détail) domiciliés

86Un premier constat était que les marchands domiciliés étaient soumis à une patente moins lourde que celle des marchands forains de première classe, voire, pour un grand nombre, des forains de deuxième classe. Quant aux simples porte-balles, ils étaient aussi imposés que les marchands domiciliés dans les villes de 5 000 à 10 000 habitants. Or ces colporteurs avaient leur clientèle habituelle dans les campagnes et dans les villes de moins de 5 000 habitants, où ils se trouvaient en concurrence avec des marchands domiciliés payant seulement 15 francs de patente. Force était donc de reconnaître que le colportage souffrait de « charges particulières » que, « dans une stricte justice », il n’aurait pas dû supporter. En définitive, c’était les marchands ambulants qui auraient dû se plaindre, tandis que les revendications des marchands domiciliés étaient « injustes » et prouvaient « qu’ils compren[ai]ent peu la véritable liberté du commerce » ! Cependant, l’article ne se concluait pas sur cette affirmation pour le moins surprenante. Au contraire, on poursuivait en déclarant que la législation en vigueur semblait « sage et à conserver » car, si elle imposait quelques surcharges aux colporteurs, c’était dans le but de restreindre le nombre de ces individus à la moralité douteuse, qui n’étaient ni plus ni moins que des « charlatans ».

  • 160 AD 22, 2 T 4 : rapport du maire de Dinan au préfet (23 octobre 1816).

87En fait, les libraires n’étaient pas totalement hostiles aux colporteurs et autres revendeurs de livres, pourvu qu’ils se limitassent aux localités dépourvues de librairie. Honnis lorsqu’ils venaient les concurrencer sur leur propre terrain, bouquiniers et colporteurs devenaient en revanche des alliés des libraires en écoulant une partie importante de leurs fonds dans les campagnes. Georgelin à Quintin, la veuve Guernion, la veuve Bernard et Botrel à Lamballe, Marie Le Biller à Paimpol déclarèrent tous tirer leurs ouvrages de chez Prud’homme à Saint-Brieuc ; à La Guerche, Gérard s’approvisionnait chez Vannier de Fougères, tandis que la veuve Desmote vendait « pour le compte » de son gendre Lepinay, libraire à Vitré. Les colporteurs se fournissaient eux aussi en almanachs et en petits livres de dévotion chez les libraires établis – le maire de Dinan signala que de petits marchands forains venaient acheter chez l’imprimeur-libraire Huart quelques journées chrétiennes, quelques catéchismes ou « cantiques spirituels »160.

□□

  • 161 AD 56, T 191 : rapport du sous-préfet de Ploërmel (21 mars 1812).
  • 162 AD 29, 2 T 3 : rapport du sous-préfet de Morlaix (2 novembre 1816).
  • 163 AD 35, 2 T 10 : lettre du maire de La Guerche au sous-préfet (12 décembre 1827).
  • 164 AD 22, 2 T 3 : lettre de Marie Le Biller au maire de Paimpol (1827).

88En permettant aux livres de sortir de la ville et d’atteindre de petites localités dans lesquelles un libraire n’aurait pu subsister, bouquiniers et colporteurs restaient à la fin de la Restauration des agents essentiels de la diffusion de l’imprimé. Relais du livre dans les campagnes, les petits revendeurs, pour lesquels la vente des livres n’était souvent que le complément d’un commerce plus important, rendaient service aux habitants de leur commune et représentaient souvent « toute la librairie » de leur arrondissement161. C’est pourquoi les ordres d’interdiction émanant du ministère de l’Intérieur suscitaient généralement l’incompréhension et les protestations des autorités locales, qui se faisaient là l’écho de leurs administrés. Ainsi l’interdiction du commerce de livres de la veuve Colbert à Morlaix provoqua-t-elle des « plaintes assez fondées » puisqu’il était le seul dans la ville162. À La Guerche, le maire refusa d’exécuter l’ordre de fermeture des boutiques de Gérard et de la veuve Desmote, où l’on ne trouvait qu’une « très petite quantité » de livres d’église et de piété mais que les habitants de la commune et des environs étaient « fort contents » de pouvoir se procurer. Par conséquent, le maire souhaitait qu’on n’interdît pas ce « genre de commerce », jugé plus utile à la population qu’il n’était profitable à ceux qui l’exerçaient163. De la même façon, le maire et le curé de Paimpol apportèrent leur soutien à Marie Le Biller : sa petite boutique de livres de dévotion et d’almanachs était d’une « très grande utilité », notamment à « la classe indigente » qui n’avait pas les moyens de s’approvisionner à Saint- Brieuc164.

  • 165 AD 29, 2 T 4 : lettre du maire de Morlaix au préfet (11 septembre 1827).
  • 166 AN, F18 2001 : dossier Cudennec : rapport du préfet (14 septembre 1827).
  • 167 AN, F18 2002 : dossier Pelter : demande de brevet (rejetée) en 1829.

89Les autorités locales répugnaient en outre à ôter à des individus, et à leur famille, ce qui constituait parfois leur seul gagne-pain. Le sous-préfet de Morlaix notamment considérait qu’il n’était pas dans ses « attributions » de causer « la ruine » de ses administrés, mais au contraire de les protéger et de « réclamer en leur faveur la bonté, l’équité de l’autorité supérieure165 ». Le préfet du Morbihan lui-même pria instamment le directeur de la Police de « daigner prendre en considération la position malheureuse » à laquelle la veuve Cudennec et Feutray allaient être réduits si on leur interdisait de tenir leur cabinet de lecture166. Nombre de libraires non brevetés purent ainsi exercer à l’insu du pouvoir parisien, sans pour autant faire figure de clandestins dans leur commune. Particulièrement significative est la demande de brevet de Jean Pelter, relieur à Lorient, qui fit valoir, un peu naïvement certes, qu’il tenait un cabinet de lecture depuis une année « avec la permission des autorités167 ».

  • 168 AN, F18 22 : circulaire du ministère de l’Intérieur (juin 1830).
  • 169 AN, F18 1963 : dossier Mercier : rapport du préfet au ministre de l’Intérieur (27 juin 1837).

90Les ouvrages diffusés par ces marginaux du commerce du livre étaient les plus lus : almanachs, chansons, livres de dévotion, cantiques, abécédaires, constituaient toujours les principaux objets de leur commerce. Mais parce qu’ils mêlaient parfois à leur marchandise des ouvrages plus érudits, des livres « philosophiques » ou des libelles politiques, les ministères successifs tentèrent de mieux les contrôler. Le pouvoir fut toutefois rapidement confronté à un dilemme : soumettre ces petits marchands au brevet aurait permis de combler les lacunes de la législation et aurait constitué un moyen supplémentaire dans la lutte contre la diffusion des ouvrages prohibés ; mais, en même temps, c’était, « en quelque sorte, prodiguer ce titre, que de l’accorder à des hommes dépourvus d’instruction168 ». En 1837, le préfet de Loire-Inférieure renvoya au ministre trois brevets de libraire, les titulaires les ayant refusés : Mercier, parce qu’il ne possédait que « deux à trois cents vieux bouquins » qu’il vendait à la livre, la veuve Bergeneau et Louis Chapin, parce qu’ils étaient tombés dans la misère et ne vendaient plus de livres169. Ces trois individus exerçaient le « métier de bouquiniste » et, selon le préfet, il était à regretter qu’on leur accordât le même titre qu’aux libraires : c’était en effet « jeter sur cette profession une déconsidération bien grande et vivement sentie par plusieurs d’entr’eux ». Il revenait donc au ministère la tâche fort délicate de concilier la liberté et les intérêts du commerce avec le maintien de l’ordre public. Plus que les bouquinistes, les colporteurs furent l’objet de mesures particulièrement répressives, qui perdurèrent jusqu’à la fin du xixe siècle – les livrets de colportage créés sous l’Empire restèrent en vigueur jusqu’à la loi de 1849, qui leur substitua un permis (en usage jusqu’en 1877).

Notes

1 AD 44, 153 T 2 : rapport du préfet au directeur général de la Librairie (2 juillet 1810) et réponse de celui-ci (25 juillet).

2 Ravier, Répertoire de la librairie…, Paris, 1807, note p. XXI.

3 AN, F18 2 : circulaire du ministre de l’Intérieur (19 mars 1822).

4 AM de Nantes, I2 carton 27, dossier 3 : lettre du préfet au maire de Nantes (5 juin 1810).

5 La Feuille commerciale du 20 juillet 1818 annonça sa faillite, prononcée le 17 juillet.

6 AN, F18 I 16.

7 BM de Nantes, 59349 : Catalogue des livres en lecture qui se trouvent chez Mme Clech, libraire, rue Bertrand-Molleville, près la poste aux lettres, à Nantes, Nantes, impr. Hérault, [1825].

8 AM de Nantes, I2, carton 27, dossier 4 : lettre du préfet au maire (10 janvier 1826).

9 Sous la Révolution, Jean-Marc Baudin avait publié dans les Affiches de Nantes de nombreux poèmes ou textes en prose célébrant le nouveau régime. Il est aussi l’auteur d’un recueil intitulé La Muse fugitive ou Le Charadiste breton, publié en 1825.

10 AD 44, 152 T 4 : lettre de Monselet au préfet (28 décembre 1818). Pierre Monselet, né à Nantes en 1791, est le père de Charles Monselet, l’écrivain (né à Nantes en 1825). Ernest Labadie signale la présence à Bordeaux de Monselet : « libraire-cabinet de lecture, vers 1800-1814, foss. du Chapeau-Rouge, 27, à côté de la préfecture. Puis cabinet de lecture à Nantes et, en 1834, retour à Bordeaux, tient magasin de comestibles » (Notices bibliographiques sur les imprimeurs et libraires bordelais…, Bordeaux, [1900], p. 165).

11 Feuille commerciale, 5 septembre 1822, 9 juillet 1823 et 12 février 1824. L’Ami de la Charte, 30 mars 1823 et sq.

12 Almanach nantais, 1827.

13 Feuille commerciale, 9 août 1822.

14 AN, F18 1962 : dossier Van Goor femme Busseuil : rapport du préfet (15 mai 1823).

15 AD 44, 152 T 4 : rejet de la demande de Minguet fils (29 décembre 1824) et rejet de la demande de Louis Odé (octobre 1826). Rappelons qu’Odé avait exercé pendant quelques années, après avoir acquis la boutique de la veuve Despilly en 1797.

16 Breveté en 1821 à Chinon, Suirau avait quitté cette ville à la fin de l’année 1826 pour acheter la boutique de Busseuil ; ayant négligé de solliciter un nouveau brevet, il avait été contraint sur ordre du préfet de cesser son commerce (juin 1827).

17 AN, F18 1963 : dossier Mangin : rapport du préfet (31 mai 1828).

18 Le procès fut rapporté dans L’Ami de la Charte du 17 juillet 1828.

19 En 1826, Camille Mellinet épousa la fille d’un négociant, Séraphie-Félicité Baudoux.

20 Le dossier de Joseph-Auguste Laurant manque dans la sous-série F18 des Archives nationales. Un état préfectoral, conservé aux Archives départementales, signale seulement qu’il était âgé de 22 ans et qu’il avait travaillé pendant trois années chez Mellinet (AD 44, 152 T 3).

21 La « librairie industrielle » et son cabinet de lecture avaient ouvert leurs portes en mars 1829. L’abonnement pour la lecture était de 20 F par an, 11 F par semestre, ou 2,50 F par mois.

22 AN, F18 2147.

23 Ibidem : lettre du ministre de l’Intérieur au préfet (20 septembre 1827).

24 BM de Rennes : réclame sur une facture de 1822.

25 AN, F7 9665 : lettre de l’avocat général près la cour royale de Rennes au garde des Sceaux (octobre 1820).

26 AD 35, 2 T 1 : lettre du ministre de la Police au préfet (15 janvier 1816).

27 Ibidem.

28 Buès exerçait depuis plusieurs années à Rennes. Dans le Journal du Nord-Ouest du 9 juin 1800, on trouve l’annonce suivante : « À Vendre : La partie géographique ancienne et moderne de l’Encyclopédie, par ordre de matières, 12 volumes in-4°, et atlas grand papier, broché, cartonné, chez le citoyen Buès, relieur, place de la Visitation ».

29 Jean-Baptiste-Laurent Garnier-Dufougeray (1768-1843) : député de 1815 à 1828 ; royaliste, arrêté par le régime impérial (1813) ; grand ami du ministre Corbière.

30 AN, F18 1941 : dossier Moulin : lettre de Moulin au directeur de la Police (24 mars 1827). Guy-Marie-Eloy Aubert de Trégomain (1774-1860) : député de 1822 à 1830 ; un des chefs de la chouannerie ; royaliste convaincu.

31 Ibidem : dossier Hamelin (février 1828).

32 AD 35, 2 T 1 : lettre de Royer au préfet (1er janvier 1811).

33 Ibidem : rapport du préfet (1816).

34 AD 35, 2 T 10 : lettre de la femme Ménager et de Lépinay au préfet (25 octobre 1825).

35 AN, F18 2145 : lettre d’Antignac, de la femme Ménager et de Lépinay au directeur de la Police (20 décembre 1825).

36 AD 35, 2 T 10 : rapport du sous-préfet de Vitré (22 août 1829). Vitré ne comptait en fait que deux librairies, Antignac ayant préféré limiter son activité à l’imprimerie.

37 AN, F18 1942 : lettre du directeur de la Police au député d’Ille-et-Vilaine Louis-Joseph Lebeschu de Champsavin (17 avril 1824).

38 Ibidem : rapport du sous-préfet de Fougères (24 mars 1825).

39 AD 35, 2 T 10 : demande de brevet de Louis-Alexandre Dufour (septembre 1817).

40 Ibidem : le 15 avril 1825, le ministère rejeta la demande du relieur Jean-Marie Delaunay, sous prétexte qu’il n’était pas « assez instruit en littérature » !

41 En janvier 1829, le nouveau ministère délivra un brevet d’imprimeur lithographe à Hyacinthe-Jean Lorette, professeur de dessin ; mais celui-ci ne donna aucune suite à son projet.

42 Kardovick apparaît pour la première fois dans l’Almanach typographique ou Répertoire de la librairie de Tardieu (Paris, [s. n.], an VII). Quant à Freund, on sait seulement de lui qu’il n’était âgé que de 27 ans.

43 AD 29, 2 T 3 : état de juin 1816.

44 AD 29, 2 T 15 : état de juin 1827.

45 AN, F18 15 : état de 1818.

46 François-Joseph Bouvet (1753-1832) : capitaine de vaisseau, puis contre-amiral sous la Révolution ; croix de la Légion d’honneur (1804), préfet maritime à Brest (1813) ; créé baron (ordonnance royale du 9 juillet 1814), vice-amiral (juillet 1816) et retraité (octobre 1816). Joseph-Marie Vrignaud (1769-1841) : contre-amiral honoraire ; « après une glorieuse carrière dans la marine de 1792 à 1817 […], il se retira à Brest, où il consacra quatorze années au service des pauvres comme administrateur de l’hospice civil » (R. Kerviler).

47 AN, F18 1914 : dossier Egasse : rapport du secrétaire général de la préfecture (4 juin 1822).

48 AD 29, 2 T 4 : rapport du préfet (sans date : début 1823).

49 Il s’agit probablement d’Anne-Louis-Christian Montmorency-Tancarville (1769-1844) : élu député du département de la Seine-Inférieure en août 1815, réélu en octobre 1816, puis en novembre 1820, enfin en mars 1824 ; maréchal de camp depuis septembre 1822, il fut nommé pair de France en novembre 1827.

50 AN, F18 1914 : dossier Egasse : autorisation du directeur de la Police (18 août 1827).

51 AD 29, 2 T 4 : rapport du préfet (s. d.).

52 AN, F18 1914 : dossier Hébert : lettre du directeur de la Police au député Dufougeray (26 octobre 1827).

53 AN, F18 2142 : demande de brevet par Jean-Baptiste Adelus (né le 28 octobre 1801 à Agon), déposée le 27 août 1828 et rejetée le 22 novembre suivant.

54 AD 29, 2 T 4 : rapport du maire de Quimper (4 avril 1822).

55 Idem (19 juillet 1825).

56 AN, F18 1916 : dossier Blot : lettre du préfet au directeur de la Police (10 septembre 1825).

57 Ibidem.

58 Ibid. : rapport du préfet au ministre de l’Intérieur (4 décembre 1831). Eugène Blot, qui succéda à son père en mars 1831, obtint les deux brevets.

59 AD 29, 2 T 4 : lettre du sous-préfet de Morlaix au préfet (20 janvier 1824).

60 AD 29, 2 T 3 : lettre du maire au sous-préfet de Landerneau (31 octobre 1816).

61 Ibidem : état de juin 1816.

62 AN, F18 1916 : dossier Desmoulins : état de juin 1827. Desmoulins obtint un brevet d’imprimeur à Landerneau le 5 mai 1832.

63 AD 29, 2 T 4 : rapport du sous-préfet (avril 1822).

64 AD 56, T 188 : rapport du sous-préfet de Lorient (6 juillet 1816).

65 Idem.

66 AD 56, T 188 : rapport du maire au préfet (19 avril 1822).

67 AD 22, 135 J 16 : lettre de Pujet à Prud’homme (septembre 1817).

68 AD 56, T 188 : rapport du sous-préfet (25 mai 1827).

69 Idem (11 août 1810).

70 AN, F18 2001 : dossier Delespine-Falaise : rapport du préfet (2 décembre 1824).

71 AN, F18 1897 : dossier Corfmat : lettre du maire de Saint-Brieuc au ministère de la Police (24 juin 1817).

72 Ibidem : lettre de Decazes, ministre de la Police, au préfet (août 1817).

73 AD 22, 2 T 1 : rapport du maire de Saint-Brieuc au préfet (7 avril 1818).

74 AN, F18 15 : état du 28 mars 1818.

75 AN, F18 1897 : dossier Guyon : lettre du directeur de la Police au préfet (20 juillet 1826).

76 AD 22, 2 T 1 : rapport du commissaire de police de Guingamp au préfet (25 juillet 1815).

77 AD 22, 2 T 4 : rapport du maire au préfet (1er avril 1822).

78 Ibidem : lettre de Gérard au ministre de la Police (29 octobre 1817) et rapport du maire au préfet (21 janvier 1818).

79 Gérard exerça probablement jusqu’à son décès. Nous le trouvons encore mentionné dans un rapport d’avril 1822.

80 AD 22, 2 T 1 : état de 1822.

81 AD 22, 2 T 5 : rapport du sous-préfet de Tréguier (17 décembre 1824).

82 AN, F18 2140 : rejet de la demande de Balcou (23 février 1825).

83 Michelet Jules, Correspondance générale. T. I : 1820-1832, Paris, H. Champion, 1994, p. 819.

84 Michelet Jules, Journal (1828-1848). T. I, Paris, Gallimard, 1959, p. 89.

85 Renan Ernest, Souvenirs d’enfance et de jeunesse, [Paris], Gallimard, 1983, p. 68-69.

86 AD 22, 2 T 5 : rapport du sous-préfet (28 octobre 1816).

87 AN, F18 1897 : dossier Le Biller : lettre de Le Biller au ministre de l’Intérieur (9 avril 1829).

88 Une loi antérieure, celle du 25 mars 1822, ordonnait que nul dessin gravé ou lithographié ne pût être publié, exposé, ou mis en vente, sans l’approbation préalable du gouvernement.

89 AM de Nantes, I2, carton 28, dossier 7 : police générale.

90 « Les loueurs de livres sont soumis aux mêmes règlements que les libraires, et notamment à l’obligation du brevet » (C. de c., 30 décembre 1826. S. 26.1.493), cité dans : Bories J. et Bonassies F., Dictionnaire pratique de la presse, de l’imprimerie et de la librairie, Farnborough, Hants., Gregg, 1971, p. 75 (réimpr. de l’éd. de Paris et Auch, 1847).

91 AD 35, 2 T 10 : rapport du sous-préfet de Saint-Malo et réponse du préfet (mai 1825).

92 AD 56, T 188 : rapport du sous-préfet de Lorient (11 août 1810).

93 AD 44, 151 T 2 : rapport du sous-préfet d’Ancenis (7 avril 1810).

94 161 94. AD 56, T 191 : rapport du sous-préfet de Ploërmel (21 mars 1812).

95 AD 22, 2 T 3 : état des libraires et bouquinistes dressé en 1816.

96 AD 35, 2 T 1 : rapport du sous-préfet de Redon (4 mars 1818).

97 AD 35, 2 T 10 : rapport du sous-préfet de Vitré (25 novembre 1825).

98 AD 56, T 188 : rapport du sous-préfet de Pontivy (25 mai 1827).

99 AD 44, 151 T 2 : états de 1812, 1816, 1820, 1821, 1822 et 1827.

100 « Avis » paru dans la Feuille nantaise du 27 novembre 1812.

101 AM de Nantes, I2, carton 27, dossier 4 : rapport du maire au préfet (4 août 1822).

102 Feuille commerciale, février 1826. La demoiselle Bardet était installée au n° 1, quai Flesselles.

103 Ibidem, 28 juin 1828 et L’Ami de la Charte, 25 septembre 1828 et sqq.

104 AM de Nantes, I2, carton 28, dossier 7 : lettre du préfet au maire (10 avril 1821).

105 Ibidem : lettre des « libraires brevetés de Nantes » au maire (26 mai 1826).

106 Ibid. : lettre du préfet au maire de Nantes (10 avril 1821).

107 AD 35, 2 T 10 : lettre du maire de La Guerche au sous-préfet (12 décembre 1827) et rapport du sous-préfet au préfet (19 décembre).

108 AN, F18 2001 : dossier Cudennec : rapport du procureur du roi à Vannes (27 août 1827) et ordre de fermeture du directeur de la Police (5 septembre 1827). Cette mesure concernait également le loueur de livres Pierre Feutray (fils de l’imprimeur de Lorient). Les deux contrevenants purent de nouveau exercer dès février 1829 : la veuve Cudennec fut brevetée libraire et Feutray obtint la permission de tenir son cabinet de lecture.

109 AD 29, 2 T 4 : rapport du préfet du Finistère au ministère de l’Intérieur (3 avril 1822).

110 AD 29, 2 T 3 : lettre du ministre de la Police au préfet (3 octobre 1816).

111 Ibidem : rapport du sous-préfet (2 novembre 1816).

112 Ibid. Dans une nouvelle liste dressée en juin 1827, on retrouve Anner, Egasse, Hébert, Mondot, Sanlecque et un nouveau venu, Jean-Marie Faudant ; s’y ajoutaient deux « bouquinistes », Hervé femme et Menez femme.

113 Né en avril 1795, relieur, Sanlecque exerçait depuis 1817 (date à laquelle il avait succédé à son père, qui s’était établi en 1810).

114 AN, F18 2142. Mondot fit de nouvelles démarches en mai 1828 (avec les certificats du maire et du préfet et la recommandation du député Kératry), en 1829 et encore en 1830. Sa demande fut ajournée le 18 mai 1830 jusqu’à la fin des élections : « doutant qu’il offrît les garanties nécessaires, l’autorité ne [voulait] pas prendre sur elle de répondre de sa conduite future. »

115 AD 35, 2 T 10 : rapport du sous-préfet de Saint-Malo (13 mai 1825).

116 Dans les Affiches de Nantes du 30 décembre 1820, on trouve l’avis suivant : « Le sieur Malarey, marchand d’estampes, de Paris, est arrivé dans cette ville, où il demeure place Royale, avec un assortiment considérable d’estampes françaises et étrangères ; Et le sieur Colette, libraire, arrivant de Paris, avec un bon assortiment de livres nouveaux, demeure place Royale, à côté du marchand d’estampes. »

117 Affiches de Nantes, 18 juin et 24 octobre 1821. Le cabinet de lecture était ouvert de 7 heures du matin à 9 heures du soir ; on pouvait y lire les journaux de Paris et « toutes les nouveautés ». L’abonnement était de 3 F par mois, ou 4 sous par séance ; pour les journaux « à lire chez soi », il fallait débourser 2 F par mois.

118 AN, F18 2147 : rapport du préfet (15 janvier 1822).

119 AN, F18 1963 : dossier Mercier : rapport du préfet (24 novembre 1827). Les ouvrages saisis appartenaient depuis longtemps au répertoire de la Bibliothèque bleue et connaissaient toujours un grand succès : Le Jardin d’amour (15 exemplaires), le Catéchisme poissard (14 exemplaires), l’Instruction à l’usage des grandes filles (12 exemplaires), L’Oiseau bleu (10 exemplaires), [Entrée de M.] l’Abbé Chanu [dans le Paradis…] (8 exemplaires), [Pasquille nouvelle sur] les Amours de Lucas et Claudine (8 exemplaires), l’Explication des songes (5 exemplaires), La Méchanceté des filles (5 exemplaires), La Confession de la bonne femme (4 exemplaires), L’Éloge funèbre de Michel Morin (4 exemplaires), Le [fameux] devoir des savetiers (3 exemplaires) et l’[Alphabet de] l’Imperfection [et malice] des femmes, de Jacques Olivier (1 exemplaire).

120 AD 22, 2 T 1 : lettre du ministre de la Police au préfet (26 septembre 1816).

121 AD 22, 2 T 3.

122 AD 22, 2 T 1.

123 AN, F18 2140 : rapports des maires de Lamballe, Quintin et Paimpol au préfet (avril-septembre 1825).

124 Ibidem : lettre du directeur de la Police au préfet (23 mai 1825).

125 Idem (10 septembre 1825).

126 AN, F18 2140 : lettre du percepteur et receveur municipal de Vitré (mars 1825).

127 Ibidem : lettre du directeur de la Police au préfet (19 mars 1825).

128 Idem (24 décembre 1825).

129 AD 22, 2 T 1 : état dressé par le préfet (1827).

130 AD 29, 2 T 4 : lettre du directeur de la Police au préfet (31 juillet 1827).

131 Ibidem : lettre du maire de Morlaix au préfet (11 septembre 1827).

132 Ibid. : lettre du directeur de la Police au préfet (24 septembre 1827).

133 AN, F18 1916 : dossier Lédan : rapport du préfet (11 octobre 1827).

134 AD 29, 2 T 4 : Marie Lepoix fut bevetée libraire en mai 1832.

135 AD 35, 2 T 10 : rapport du sous-préfet de Redon (20 avril 1825).

136 Ibidem : rapport du sous-préfet de Vitré (25 novembre 1825).

137 AD 29, 2 T 4 : rapport du sous-préfet de Quimperlé et réponse du préfet (avril 1822).

138 AN, F18 2140 : Côtes-du-Nord : lettre du maire de Paimpol au préfet (13 avril 1825).

139 Ibidem : rapport du préfet des Côtes-du-Nord (5 mai 1825).

140 AN, F18 1963 : dossier Mercier : lettre du directeur de la Police au préfet (12 décembre 1827).

141 AD 29, 2 T 4 : rapport du sous-préfet de Quimperlé (avril 1822).

142 AD 22, 1 M 27 : circulaire du préfet des Côtes-du-Nord aux sous-préfets (1er mai 1807).

143 En novembre 1810, dans une circulaire aux préfets, le directeur général de la Librairie Portalis s’exprimait dans les mêmes termes : « Il est une multitude de petits écrits que nos presses produisent chaque jour en grand nombre et qui sont la bibliothèque du pauvre et les premiers livres de l’enfance […]. Ils ont une influence directe sur l’esprit des villes et des campagnes […]. On s’étonne quelquefois du progrès universel de certaines opinions nuisibles, qui frappe trop tard les regards de l’autorité, mais on en aurait prévenu les effets si l’on avait, dès l’origine, empêché la circulation de quelques écrits obscurs qu’on a méprisés autant qu’ils paraissaient méprisables […] ».

144 AD 35, 4 M 164 : arrêté du préfet d’Ille-et-Vilaine (6 vendémiaire an XI : 28 septembre 1802).

145 AD 22, 1 M 24 : lettre du préfet au magistrat de sûreté de Saint-Brieuc (13 juillet 1805).

146 AD 22, 1 M 25 : lettre du préfet aux sous-préfets de Dinan et de Lamballe (16 juillet 1805).

147 Ibidem : lettre du préfet au commissaire de police de Saint-Brieuc (31 juillet 1805).

148 Ibid. : circulaire du préfet aux sous-préfets et aux maires de Saint-Brieuc, Lamballe, Moncontour, Quintin et Châtelaudren (31 juillet 1805).

149 AD 22, 1 M 27 : circulaire du préfet aux sous-préfets (1er mai 1807).

150 Ibidem : lettre du préfet au sous-préfet de Guingamp (17 décembre 1811).

151 Ibid. : lettre du préfet au maire de Saint-Brieuc (23 mai 1812).

152 AD 22, 4 M 28 : circulaire du ministre de la Police (15 décembre 1815).

153 AD 22, 1 M 28 : circulaire du préfet aux sous-préfets (20 janvier 1816).

154 AD 44, 1 M 801 : note « très confidentielle » du préfet au commissaire de police à Nantes (27 septembre 1815).

155 AD 35, 8 M 28 : lettre du ministre de la Police au préfet d’Ille-et-Vilaine (26 octobre 1817).

156 AN, F18 2 : circulaire du ministère de l’Intérieur (19 mars 1822).

157 AD 29, 2 T 4 : rapport du sous-préfet de Quimperlé (19 avril 1822).

158 AM de Nantes, I2, carton 28, dossier 15 : lettres du préfet au maire de Nantes (28, 29 mars et 2 avril 1827).

159 Revue de l’Ouest. Journal de la librairie industrielle de Nantes, n° 6, 4 mars 1829.

160 AD 22, 2 T 4 : rapport du maire de Dinan au préfet (23 octobre 1816).

161 AD 56, T 191 : rapport du sous-préfet de Ploërmel (21 mars 1812).

162 AD 29, 2 T 3 : rapport du sous-préfet de Morlaix (2 novembre 1816).

163 AD 35, 2 T 10 : lettre du maire de La Guerche au sous-préfet (12 décembre 1827).

164 AD 22, 2 T 3 : lettre de Marie Le Biller au maire de Paimpol (1827).

165 AD 29, 2 T 4 : lettre du maire de Morlaix au préfet (11 septembre 1827).

166 AN, F18 2001 : dossier Cudennec : rapport du préfet (14 septembre 1827).

167 AN, F18 2002 : dossier Pelter : demande de brevet (rejetée) en 1829.

168 AN, F18 22 : circulaire du ministère de l’Intérieur (juin 1830).

169 AN, F18 1963 : dossier Mercier : rapport du préfet au ministre de l’Intérieur (27 juin 1837).

Table des illustrations

Titre Délivrance des brevets de libraire
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18308/img-1.png
Fichier image/png, 12k
Titre Évolution du nombre des libraires brevetés en activité (1816-1829)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18308/img-2.png
Fichier image/png, 30k
Titre Densité des librairies (autorisées) en 1829
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18308/img-3.png
Fichier image/png, 35k
Titre Marchands forains
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18308/img-4.png
Fichier image/png, 7,4k
Titre Marchands (en détail) domiciliés
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18308/img-5.png
Fichier image/png, 19k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540