Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Révolution du livre et de la presse en Bretagne

 | 
Patricia Sorel

Chapitre III. L’Empire et la Restauration : l’imprimerie sous contrôle

Texte intégral

  • 1 Pour les aspects législatifs, cf. Vouillot Bernard, L’Imprimerie et la librairie à Paris sous le C (...)
  • 2 AD 22, 2 T 1 : circulaire du directeur général de la Librairie aux préfets (13 juillet 1810).
  • 3 Ibidem.

1Le décret du 5 février 1810 confia la surveillance de la production et de la diffusion des imprimés à une direction de la Librairie, dépendant du ministère de l’Intérieur, et mit fin au libre exercice des professions d’imprimeur et de libraire1. Le décret impérial prévoyait qu’à partir du 1er janvier 1811 le nombre des imprimeurs à Paris et dans les autres villes serait fixé (titre II, art. 3). Les ateliers des départements devraient être pourvus d’au moins deux presses (quatre à Paris) (titre II, art. 6). L’« esprit du règlement » était donc, non seulement que le nombre des imprimeurs n’augmentât pas « indéfiniment », mais qu’il fût « calculé de manière à donner à la profession plus de consistance et de sûreté » et même diminué si cela s’avérait nécessaire pour atteindre ce but2. Les lettres de maîtrise en vigueur sous l’Ancien Régime réapparurent sous la forme de brevets, dont les détenteurs pourraient seuls exercer l’état d’imprimeur ou de libraire. Après enquête, les brevets seraient délivrés par la direction de la Librairie aux postulants qui auraient « justifié de leur capacité, de leurs bonnes vie et mœurs, et de leur attachement à la patrie et au souverain ». Tout en leur garantissant « discrétion et prudence », le directeur général de la Librairie chargea les préfets de lui fournir des informations scrupuleuses sur tous les imprimeurs exerçant dans leur département, afin de déterminer lesquels pourraient être éventuellement supprimés3. L’ancienneté et l’importance de leur atelier, « leur activité dans un genre utile », mais aussi leur « bonne conduite », devaient être pris en considération. Il était en outre impératif que les individus conservés fussent capables de verser des indemnités à leurs confrères supprimés – indemnités dont le montant serait fixé en fonction des particularités de chaque département, voire de chaque ville. Enfin, lorsque se présenterait un cas de remplacement, il était prévu « des égards particuliers pour les familles des imprimeurs décédés » (titre II, art. 8).

  • 4 AM de Nantes, I2 carton 27, dossier 3 : tableau envoyé par le préfet de Loire-Inférieure au maire (...)
  • 5 AD 22, 2 T 1 : circulaire du directeur général de la Librairie aux préfets (13 juillet 1810).
  • 6 AD 44, 151 T 1 : lettre du directeur général de la Librairie au préfet de Loire-Inférieure (18 jui (...)
  • 7 AD 44, 153 T 2 : arrêté du ministre de l’Intérieur (28 août 1810). Joseph-Alexis Walsh (1782-1860) (...)

2Dans les préfectures, on s’efforça de satisfaire au mieux les exigences de la direction de la Librairie en chargeant les maires de remplir des fiches de renseignements sur les imprimeurs et les libraires exerçant dans leur ville. Les capacités professionnelles des individus, la nature et l’ampleur de leur commerce n’étaient pas le plus important. Le critère majeur dans ce processus de sélection était d’ordre politique. Les maires furent invités à communiquer à la préfecture, « dans une lettre séparée », des observations de « nature confidentielle », concernant « la moralité de MM. les imprimeurs et les libraires ou leur plus ou moins de dévouement à la chose publique ». Il était recommandé que ces enquêtes eussent lieu dans le plus grand secret, afin de ne pas « exciter de l’inquiétude parmi les imprimeurs et libraires »4. La maîtrise du métier n’était plus qu’un critère secondaire – en cela du moins, les dispositions du régime impérial différaient de celles en vigueur sous l’Ancien Régime. Les professionnels du livre devaient être avant tout des hommes irréprochables dans leurs opinions politiques : l’Empereur voulait « restituer à la plus belle découverte de nos tems modernes son lustre et sa dignité » et « trouver dans les imprimeurs des espèces d’officiers ministériels de la pensée qui soient parmi les hommes pour la transmission des lumières ce que sont les notaires pour la transmission des propriétés »5. Délivré par le directeur général de la Librairie et soumis à l’approbation du ministre de l’Intérieur, le brevet devait être enregistré au tribunal civil du lieu de résidence de l’impétrant, qui y prêterait serment « de ne rien imprimer de contraire aux devoirs envers le Souverain et à l’intérêt de l’État » (titre II, art. 9). La fonction d’inspecteur de la Librairie fut rétablie et l’on créa des postes de commissaire vérificateur de l’estampille. Ce dernier serait chargé de vérifier les ballots de livres arrivés au dépôt, d’apposer l’estampille, de calculer les droits d’estampillage et d’enregistrer les quittances délivrées par le receveur des douanes. Le directeur général de la Librairie avait estimé qu’il pouvait être « très utile » que ces fonctions fussent confiées à un libraire : ce serait à la fois « un principe d’émulation parmi eux, une marque de confiance à laquelle ils seraient sensibles et un moyen de calmer les allarmes [sic] que leur inspir[ait] l’estampillage pour la sûreté et l’intégrité de leurs livres, qui ne passeraient de cette manière que dans des mains exercées à les soigner6 ». En Bretagne, cette responsabilité échut aux imprimeurs- libraires Lamorée-Forest de Nantes et Jean-Marie Galles de Vannes (août et septembre 1810), tandis qu’un arrêté du ministre de l’Intérieur nomma Walsh inspecteur de la Librairie7.

  • 8 En 1811, d’après G. Peignot, 279 villes de France furent autorisées à avoir des imprimeries : 114 (...)

3Le décret du 5 février 1810 eut pour conséquence immédiate d’exacerber les rivalités entre les imprimeurs, qui virent tout à coup planer sur eux la menace d’être interdits. Tous, des plus aisés aux plus démunis, s’empressèrent d’envoyer au préfet de leur département un long mémoire, dans lequel ils vantaient leurs compétences professionnelles et leur attachement au gouvernement, chacun s’efforçant de justifier son « droit » à être « conservé ». Cependant, à la différence de Paris, aucune mesure de suppression immédiate ne frappa l’imprimerie bretonne. Les imprimeurs des départements durent cet avantage en grande partie à la pression des autorités locales, soucieuses de conserver des entreprises utiles à la population et participant au prestige de leur ville ; en outre, le maintien de tous les imprimeurs était le moyen le plus simple de résoudre le délicat problème des indemnités. Mais puisque la réduction du nombre des ateliers était l’une des priorités du régime, il fallut faire un choix dans la délivrance des brevets : on distingua donc des imprimeurs « conservés », auxquels furent accordés des brevets héréditaires, et des imprimeurs « tolérés », qui reçurent de simples brevets « à vie ». Ce système des deux brevets fut largement adopté dans l’ensemble des départements de l’Empire et permit à de nombreux imprimeurs d’échapper à la suppression immédiate8 ; il donna aussi aux imprimeurs « tolérés » le mince espoir de réussir à obtenir, dans un avenir qui leur serait peut-être plus favorable, un brevet héréditaire.

  • 9 Sur la législation, cf. notamment Conihout Isabelle de, Recherches sur l’administration de la libr (...)

4Le gouvernement de la première Restauration tenta d’effectuer une transition en douceur9. Le ministre de l’Intérieur invita les imprimeurs des départements à ne pas interrompre leurs rapports avec l’administration et un arrêté du gouvernement provisoire porte que :

  • 10 AN, F18 2 : imprimerie et librairie : circulaire du 4 avril 1814.

« … Aucune adresse, proclamation, feuille publique, ou écrit particulier, ne contiendra d’injures ou expressions outrageantes contre le gouvernement renversé, la cause de la patrie étant trop noble pour adopter les moyens odieux dont il s’est servi […]. Le règne de la paix publique et privée doit enfin succéder à toutes nos dissensions politiques et un sage emploi de l’imprimerie peut seul obtenir cet heureux résultat10 ».

  • 11 Ibidem : lettre de Royer-Collard au préfet d’Ille-et-Vilaine (13 décembre 1814).

5Une ordonnance du 10 juin 1814 maintint la législation en vigueur en matière de librairie et l’article 8 de la Charte reconnaissait aux Français « le droit de publier et de faire imprimer leurs opinions en se conformant aux lois qui devaient réprimer les abus de cette liberté ». Toutefois le titre I de la loi du 21 octobre 1814 institua une censure préalable pour tous les écrits de moins de vingt feuilles d’impression et soumit les périodiques à autorisation. Le titre II reprit les obligations du décret du 5 février 1810 : obligation du brevet et du serment pour les imprimeurs et les libraires, déclaration d’impression à la préfecture et dépôt de cinq exemplaires d’un ouvrage avant sa publication. Le changement de régime provoqua quelque confusion dans les démarches administratives effectuées par les imprimeurs – en décembre 1814, le directeur général de la Librairie pria le préfet d’Ille-et- Vilaine de prévenir les imprimeurs de son département qu’ils ne devaient pas envoyer leurs déclarations au ministère, mais les déposer à la préfecture11. Après les Cent-Jours, les inspecteurs de la Librairie furent supprimés et la surveillance des imprimeries et des librairies confiée à des commissaires de police, sous les ordres des maires et du préfet. Les commissaires devaient présenter un rapport hebdomadaire au préfet sur tout ce qui touchait « l’intérêt des individus » et tout ce qui pouvait « influencer l’opinion publique » ; de leur côté, les préfets étaient tenus d’envoyer un compte rendu au ministre de la Police générale deux fois par mois. La suppression de la censure par Napoléon, durant les Cent-Jours (décret du 24 mars 1815), fut confirmée par une ordonnance du 20 juillet 1815 ; cependant, dès le 9 novembre suivant, une loi sur les écrits séditieux prévoyait des sanctions sévères contre les délits de presse envers le roi, sa famille et le gouvernement.

  • 12 AD 35, 2 T 1 : lettre du directeur général de la Librairie au préfet d’Ille-et-Vilaine (11 juillet (...)
  • 13 Ibidem : lettre du ministre de la Police Decazes au préfet d’Ille-et-Vilaine (27 mai 1816).

6Si l’ordonnance du 24 octobre 1814 conserva les imprimeurs brevetés sous l’Empire, le nouveau pouvoir tint néanmoins à distinguer ceux qui n’avaient jamais renié leur fidélité au régime des Bourbons en les nommant imprimeurs du roi. Ce titre prestigieux ne fut délivré qu’après enquêtes et rapports des préfets, qui durent renseigner le directeur général de la Librairie sur « l’ancienneté et l’importance commerciale de chaque imprimerie », mais aussi et surtout fournir des notes « sur les principes et sur l’ensemble de la conduite publique et privée de chaque imprimeur » – Royer-Collard voulait « avoir la certitude de ne proposer à la nomination du Roi que les imprimeurs les plus recommandables sous tous les rapports12 ». Une décision du ministère de la Police, en date du 27 mai 1816, ordonna que tous les brevets d’imprimeurs et de libraires « donnés au nom de l’usurpateur » fussent échangés contre de nouveaux brevets « délivrés au nom du roi »13. Le nombre des imprimeurs était toujours strictement limité à Paris et en province. Les postulants devaient fournir un certificat de bonnes vie et mœurs et de fidélité au roi, délivré par le maire de la ville, un certificat de capacité, délivré par quatre individus brevetés et légalisé par les autorités locales, et un mandat de 25 francs. Les préfets furent une nouvelle fois chargés de dresser un état des imprimeurs et des libraires exerçant dans leur département et d’enquêter sur leurs opinions politiques. L’ordonnance du 8 octobre 1817 étendit ensuite aux imprimeurs lithographes l’obligation du brevet.

La prédominance de Nantes

  • 14 Chiffres donnés par Huet de Coëtlizan J.-B., Recherches économiques et statistiques sur le départe (...)
  • 15 Abbad Fabrice (sous la dir. de), La Loire-Atlantique des origines à nos jours, St-Jean-d’Angély, E (...)

7Nantes demeurait la sixième plus grande ville de France (derrière Paris, Marseille, Lyon, Bordeaux et Rouen) ; avec près de 74 000 habitants en 1801, elle concentrait environ 20 % de la population du département (Guérande comptait seulement un peu plus de 6 000 habitants, Blain et Paimboeuf environ 4 00014). La Révolution eut des conséquences désastreuses pour le port nantais. La guerre de Vendée et la Terreur avaient ruiné le trafic intérieur, tandis que la guerre maritime, la révolte de Saint- Domingue et l’abolition de l’esclavage (par le décret de la Convention du 16 pluviôse an III : 4 février 1794) provoquaient la quasi-disparition de l’activité maritime. En 1795, la Chambre de commerce notait que la révolte de Saint-Domingue et sa perte pour la France avaient été « une véritable ruine pour Nantes15 ». La paix d’Amiens (mars 1802) et le rétablissement de l’esclavage ne mirent pas fin au marasme économique : jusqu’en 1815, les activités commerciales subirent les conséquences de la guerre et du blocus continental. Le commerce intérieur put toutefois reprendre un cours quasi normal et la grande foire nantaise, supprimée sous la Révolution, fut rétablie (1806). Ces difficultés économiques, le chômage et la disette (qui sévit particulièrement pendant l’année 1812) expliquent qu’au cours des vingt premières années du xixe siècle, Nantes vit sa population diminuer, perdant près de 4 500 habitants sous l’Empire.

8Malgré ce contexte défavorable et un réseau d’enseignement peu développé, Nantes se caractérisait par son dynamisme culturel. Elle abritait deux sociétés savantes : la Société d’agriculture (fondée en 1757) et, surtout, la Société académique (fondée en 1798 par Volney et le frère de Monge), ainsi qu’une bibliothèque publique, inaugurée le 16 février 1809 et composée de quelque 30 000 volumes, et un musée d’histoire naturelle (ouvert en 1810). La présence en son sein d’une élite sociale ouverte aux sciences et aux arts fut l’un des atouts qui permirent à Nantes de s’affirmer rapidement comme la principale ville d’édition en Bretagne.

L’état de l’imprimerie en 1810

  • 16 AD 44, 151 T 2 : état préfectoral d’avril 1810.
  • 17 AD 44, 151 T 3 : lettre du maire de Nantes au préfet (16 avril 1810).

9Au début de l’année 1810, Nantes comptait sept imprimeurs16. Ce nombre était considéré comme excessif par le maire, qui souhaitait la suppression des « modernes imprimeries », arguant que quatre ateliers suffisaient aux besoins de la ville et, surtout, qu’ils seraient « plus faciles à surveiller »17.

10Particulièrement recommandée par le maire de Nantes, Rosalie-Marie Malassis-Mellinet avait succédé à sa mère (devenue veuve en 1798) au cours de l’année 1805. Elle était l’« imprimeur des Autorités constituées » et celui de « M. l’Évêque et du clergé ». Un incident, qui témoigne surtout des vives tensions engendrées par la politique religieuse du Consulat, faillit d’ailleurs lui faire perdre ce fructueux marché des livres d’église.

  • 18 Mellinet Camille, La Commune et la milice de Nantes, t. XI, Nantes, 1843, p. 138. Ce « scandale » (...)

« Par la maladresse d’un compositeur d’imprimerie, les armes épiscopales, sur le premier mandement, furent imprimées du haut en bas : ce fut un énorme scandale : il fallait presque mettre l’imprimeur en jugement, ou, pour le moins, lui retrancher à tout jamais les impressions du clergé. Mais la tolérance de l’évêque Duvoisin n’accepta et ne proféra aucune de ces menaces : il répondit avec sang-froid à un énergumène qui lui mettait sous les yeux le mandement aux armes retournées, comme une trahison de l’imprimeur : “C’est une erreur facile à réparer : il suffira de réimprimer le mandement… Que voulez-vous, les presses républicaines n’étaient plus habituées à imprimer des armes quelconques, et surtout des armes épiscopales”. En effet, on réimprima, et tout fut dit18 ».

  • 19 Journal privé de Camille Mellinet-Malassis, cité dans : Manceron Paul, « Les journaux que lisaient (...)
  • 20 AD 44, 152 T 4 : lettre de Rosalie Malassis au préfet (6 décembre 1811).

11En 1810, l’imprimerie comptait trois presses actives et employait dixhuit ouvriers, dont une partie était occupée à l’impression du Publicateur de Nantes et du département de la Loire-Inférieure. Rosalie-Marie Mellinet- Malassis devait alors faire face à une situation financière délicate, « en grande partie du[e] à une créance de près de 100 000 francs pour impressions faites sous la République, créance, qui, sous l’Empire [fut] liquidée à 10 000 ou 15 000 francs !19 ». Divorcée du général Anne-François Mellinet depuis l’an XII, Rosalie-Marie élevait seule ses deux fils. En avril 1811, elle sollicita un brevet d’imprimeur pour l’aîné, qui sortait du lycée impérial de Nantes avec l’attestation la plus honorable du proviseur. Camille fut breveté en juillet de la même année, alors qu’il n’était âgé que de seize ans. Sa mère avisa le préfet que sa maison porterait désormais le nom de Mellinet- Malassis car son établissement, « connu depuis un siècle sous la raison de Malassis », aurait perdu « beaucoup de sa valeur » s’il n’avait conservé aucun souvenir de ses prédécesseurs20. Trop jeune pour s’occuper seul de la gestion des affaires, Camille travailla sous la direction de sa mère jusqu’en 1820.

12Un autre imprimeur recommandé par le maire était Marcellin-Aimé Brun, l’imprimeur de la Chambre du commerce. Brun s’était installé à Nantes, probablement en 1806, pour tenter de relancer les affaires de son père Pierre- Jean. Il avait acquis rapidement une grande réputation pour la qualité de ses impressions – il fut notamment le premier dans la ville à utiliser les grosses anglaises de Didot et gravait même les lettres qui lui manquaient. D’après l’état d’avril 1810, il faisait fonctionner quatre presses et employait huit ouvriers ; il avait en outre commandé deux presses à cylindre pour taille-douce et un assortiment complet des caractères poétiques de Molé.

  • 21 Au début de la Révolution, Mangin avait établi « un atelier et un magasin de meubles, des assortim (...)
  • 22 Feuille nantaise, 30 août et 10 novembre 1811.
  • 23 Ibidem, 27 octobre 1811 : Mangin informa le public qu’il avait acheté des caractères d’écriture an (...)
  • 24 Ibid., 26 janvier 1813.
  • 25 Ibid., 17 janvier 1813.

13Louis-Victor-Amédée Mangin, l’ancien associé de Brun père, s’était établi comme imprimeur au cours de l’année 1804, après avoir acheté à Odé ses deux presses et son matériel21. En décembre 1810, pour redresser des affaires qui souffraient toujours de la désorganisation du commerce, l’éditeur de la Feuille nantaise élargit ses activités par l’acquisition d’une presse en taille-douce. Maître de la publicité dans la ville, Mangin entreprit de vanter tous les avantages de ce nouvel établissement, « monté dans le genre des meilleurs de Paris » ; il déclara être à même de satisfaire à la fois les particuliers (qui auraient besoin de « billets de visite »), les négociants (pour la réalisation de lettres de change et de mandats), les armateurs (pour des placards de navires), mais aussi les « apothicaires, pharmaciens, droguistes, confiseurs et autres qui désireraient des cartouches ou étiquettes »22. Mangin n’eut pas à regretter son investissement. L’abondance des commandes lui offrit les moyens de renouveler son assortiment de caractères typographiques23 et de faire venir de Paris un « habile » graveur en taille-douce24. Son succès amena Rosalie-Marie Malassis à se lancer à son tour dans cette entreprise – en janvier 1813, le public fut averti qu’on venait de faire monter « une superbe presse en taille-douce » dans l’établissement Mellinet-Malassis25.

  • 26 Guéraud A., op. cit.
  • 27 AD 44, 151 T 3.

14La concurrence était alors particulièrement rude sur le marché nantais. Marcellin-Aimé Brun, nous l’avons dit, s’installa en 1806 et ce fut probablement au cours de cette année que Vincent-Marie Lamorée-Forest et Pierre-François Busseuil ouvrirent chacun leur imprimerie. Lamorée-Forest se consacrait surtout à sa librairie, ouverte depuis 1791 ; en 1810, il possédait trois presses, mais une seule était active. Sa « bonne réputation » lui valut d’être nommé vérificateur à l’estampille ; d’après Guéraud, il était un homme « d’une extrême probité, jouissant d’une grande considération dans le commerce26 ». Busseuil jeune, qui faisait fonctionner trois presses au service des particuliers, était en revanche fort mal vu des autorités – le maire de Nantes le qualifiait d’individu « dangereux », susceptible d’« imprimer secrettement [sic] des pamphlets ou livres prohibés »27. Les deux dernières imprimeries de la ville avaient été fondées au début de la Révolution et elles avaient pour autre point commun d’être peu actives. Jean Gaudin ne possédait que deux presses et de mauvais caractères, tandis que la veuve Hérault et son fils n’avaient qu’une seule presse et de vieux caractères.

15Après avoir reçu cet état des imprimeries nantaises, le directeur général de la Librairie put faire son choix. Le 9 juillet 1811, un arrêté du ministre de l’Intérieur désigna cinq imprimeurs héréditaires : Brun, Lamorée-Forest, Mangin, Mellinet-Malassis et, malgré la modestie de son atelier, Hérault. Busseuil et Gaudin n’obtinrent qu’un brevet à vie : le premier vraisemblablement en raison de sa mauvaise réputation, le second du fait de sa quasi-inactivité.

Le dynamisme des imprimeurs sous la Restauration

16Nantes, qui avait pour principal souci de retrouver sa prospérité commerciale et industrielle, accueillit favorablement le nouveau régime. Le 9 avril 1814, la ville salua le rétablissement des Bourbons et, à l’annonce du retour de Napoléon, le 12 mai 1815, le maire et le préfet affirmèrent leur fidélité à Louis XVIII. Nommé commissaire de police le 24 octobre 1815, le vicomte de Condillac s’installa le 9 novembre et prit aussitôt les mesures les plus sévères à l’encontre des bonapartistes (surveillance des lieux publics, expulsion des colporteurs, suppression de la Société des Sciences et des Arts, fermeture des loges maçonniques). C’est dans ce climat de terreur blanche que les administrations se réorganisèrent et que les imprimeurs et les libraires en exercice durent effectuer des démarches auprès de la préfecture pour que leur fût délivré un nouveau brevet. Marcellin-Aimé Brun reçut le titre d’imprimeur du roi (4 juillet 1814) et sa lettre de remerciements pour cette distinction révèle encore une fois l’influence que pouvaient avoir les préfets dans le choix des imprimeurs à conserver ou à distinguer.

  • 28 AD 44, 151 T 2 : lettre de Brun au préfet (29 octobre 1814).

« Je n’oublierai pas, Monsieur, qu’à défaut de vos conseils, j’eusse peutêtre été frustré à jamais de cet ancien héritage de famille, que la Révolution seule avait pu faire sortir un instant de chez moi, et que vous êtes la première cause à laquelle je suis redevable de l’y voir rentrer28 ».

  • 29 Les Archives municipales de Nantes (D3) conservent la pièce suivante : Tribunal de commerce de Nan (...)
  • 30 Avis paru dans les Affiches de Nantes du 14 août 1818.
  • 31 Le Lycée Armoricain, vol. 7, 1826, p. 448.

17Mais Brun connut la même destinée que son père : mauvais gestionnaire, il fut déclaré en faillite le 17 janvier 181829 et sa belle imprimerie fut vendue, « au plus offrant et dernier enchérisseur », le 28 septembre suivant30. Camille Mellinet rendit un vibrant hommage à son confrère, qu’il considérait comme « l’imprimeur le plus distingué » de la ville et « l’un des meilleurs typographes de l’Europe »31.

  • 32 Le Manuel de typographie fut imprimé chez Didot en 1825. Brun fut breveté imprimeur à Paris le 9 s (...)

« Il n’a manqué certainement à M. Brun que quelques richesses pour surpasser, ou pour égaler au moins les plus célèbres imprimeurs de notre époque. Instruction profonde, goût parfait, connaissances théoriques et pratiques les plus étendues, esprit d’invention remarquable et tendant sans cesse aux perfectionnements : voilà ce qu’on trouvait dans M. Brun. Il y joignait la conduite d’un excellent père de famille, les manières les plus aimables ; le public et ses ouvriers se louaient à la fois de ses relations, les auteurs trouvaient en lui un critique modeste et éclairé ; il était juge impartial des productions des beaux-arts, qu’il cultivait lui-même avec succès. Que lui a-t-il donc manqué pour réussir ? Un théâtre plus vaste et un plus grand nombre de personnes capables de l’apprécier. Si M. Brun avait dépensé, pour élever une imprimerie dans la capitale, ce que lui a coûté celle qu’il avait établie à Nantes, son nom serait cité comme celui des Didot. Mais la fortune lui a été contraire : il calculait moins en spéculateur qu’en artiste, et, aujourd’hui, prote ignoré d’une imprimerie parisienne, il n’a réussi à se faire connaître que par la publication d’un Manuel de typographie qu’on peut citer comme l’ouvrage le mieux conçu et le plus complet sur la matière32 ».

  • 33 AD 44, 151 T 2 : rapport du préfet (19 juin 1816).

18L’auteur de cet article élogieux était alors à la tête de l’imprimerie la plus importante de Nantes et de Bretagne. Imprimeur du duc d’Angoulême (depuis juillet 1814) et du duc de Bourbon (août 1815), Camille Mellinet bénéficiait des marchés des administrations civiles, militaires et religieuses, ceux du collège royal et de la Société académique. Dans son rapport, le préfet affirmait que la famille Mellinet-Malassis avait donné « les preuves les plus constantes de son attachement à l’auguste famille des Bourbons ; ses principes à cet égard étaient tellement connus des partisans de l’usurpateur que, pendant les trois mois de l’interrègne, elle s’[était] vue exposée à leurs injures et à leurs menaces et que sa sûreté personnelle a[vait] été plus d’une fois compromise dans ces temps de trouble et de licence33 ». En fait, Camille Mellinet confia à son journal intime que ses opinions politiques « sympathisaient peu » avec celles de sa mère. Mais il pensait que l’imprimé ne devait pas être une arme politique et c’est pourquoi il s’efforça de conserver la plus grande neutralité dans l’exercice de sa profession.

  • 34 Manceron Paul, art. cit., 1954, p. 138.

« J’imprimais ce qui m’était adressé par les Administrations ; suivant en cela l’exemple de nos plus célèbres imprimeurs et notamment de Firmin Didot, qui ne croyaient point renoncer à leurs opinions en prêtant leurs presses à l’Autorité reconnue et même en imprimant des journaux dont ils ne partageaient pas les principes. Mais cela n’influait en rien sur leur conduite comme citoyens, comme individus34 ».

  • 35 Mellinet ne fut breveté imprimeur lithographe qu’en mai 1823. En avril, le directeur de la Police (...)
  • 36 « Rapport sur la presse nantaise de M. Bertrand Fourmand », Société académique de Nantes, 1826, p. (...)
  • 37 Phare de la Loire, 18 septembre 1888.
  • 38 Levot P., Biographie bretonne, op. cit.

19Moyennant une rente de 2 000 francs pour sa mère et de 1 000 francs pour son frère Émile, Camille Mellinet devint seul propriétaire, en 1820, d’un établissement composé d’une imprimerie et d’une librairie, où l’on réalisait en outre la gravure en taille-douce, la lithographie35 et la reliure. En 1827, il était le premier à utiliser la presse nantaise, mise au point par son concitoyen Bertrand Fourmand. Une commission, dont Mellinet faisait partie, rapporta tous les avantages de cette « ingénieuse » invention : « une extrême précision mécanique, qui produit une grande netteté d’impression, sans détériorer le caractère ; une force de foulage qui, suffisante pour l’impression, donne le moins de fatigue à l’ouvrier ; une grande promptitude dans le tirage ; enfin, une extrême solidité dans la confection de la presse, et néanmoins un prix moins élevé que celui de toutes les autres presses en fonte36 ». À la tête d’une entreprise employant soixante-neuf ouvriers et ouvrières37, Mellinet avait désormais les moyens de réaliser son grand projet, « donner un mouvement d’études à la ville de Nantes et à la Bretagne ». Membre, puis secrétaire général de la Société académique de Nantes (1825), il fit paraître, en collaboration avec quelques érudits bretons, plusieurs revues spécialisées : Le Lycée armoricain (1823-1830), La Lyre armoricaine (1826-1827), Le Breton (1826-1828), La Revue de l’Ouest (1829-1830). Il encouragea les jeunes talents, notamment Élisa Mercœur, dont il publia le premier recueil de vers. Il écrivit lui-même sur divers sujets : la typographie, la musique, l’élevage des chevaux, et laissa une œuvre majeure, La Commune et la milice de Nantes, en douze volumes, parus de 1839 à 1843. Mellinet devint en outre associé correspondant de la Société industrielle de Mulhouse en novembre 1829 et, soucieux des conditions de vie et de travail de ses concitoyens, tenta de fonder à Nantes une Société industrielle pour l’amélioration de la classe ouvrière ; mais ce ne fut qu’après la Révolution de 1830 qu’il obtint l’aval du gouvernement. Devenu, « sans contredit, un des hommes les plus utiles et les plus justement influents de la grande cité à laquelle il appartenait38 », le grand éditeur nantais s’épuisa à la tâche.

  • 39 Manceron Paul, art. cit., 1954, p. 159.

« Savez-vous ce que c’était que mon travail d’homme ? Je vais vous le dire : levé à 5 heures du matin et souvent à 4, je composais quelques lignes pour terminer le journal ; je les mettais ensuite en pages ; il était prêt avant l’arrivée des ouvriers. On l’emportait, je lisais les épreuves, je distribuais le travail ; je le surveillais tout le jour et partout, je tenais tous mes livres. Le soir, au retour du spectacle où je m’étais rendu pour en rendre compte, j’écrivais un article pour le journal du lendemain et je n’étais couché qu’à minuit, pour me relever à 4 ou 5 heures du matin ; ou bien j’employais mes soirées à quelques rapports pour la Société Académique ; ou bien je restais à l’imprimerie s’il y avait des travaux pressés. Pendant quinze jours, je n’ai pas quitté mes ateliers de 5 heures du matin à 11 heures du soir, y travaillant comme un nègre, mais à la fois d’imagination, d’écriture et matériellement aujourd’hui usé (et j’ai à peine 37 ans), je ne me sens plus de forces : deux heures de travail me tuent, ma mémoire s’en va, je m’afflige de cet avenir que ma faiblesse prépare à ma famille, je vais à la ruine, je le crains…39 »

20Décoré de la croix de la Légion d’honneur en 1841, Camille Mellinet mourut à Nantes le 8 août 1843, à l’âge de 48 ans.

  • 40 AN, F18 1963 : dossier Mangin : lettre du directeur de la Police au préfet (18 octobre 1820).
  • 41 Maillard Émile, Nantes et le département au xixe siècle…, Nantes, 1891, p. 102-103.

21Louis-Victor-Amédée Mangin avait su lui aussi développer son entreprise – en 1816, l’imprimerie abritait quatre presses et employait dix ouvriers. Il était secondé par son fils, Charles-Victor-Amédée, qui sollicita la place rendue vacante par la faillite de Brun. Mangin fils fut breveté imprimeur le 26 mai 1819, mais continua de travailler avec son père. Cette association ne fut pas du goût du directeur de la Police, qui fit signifier aux Mangin qu’ils devaient tenir chacun leur atelier, à moins que l’un d’eux ne renonçât à son brevet40. Les Mangin n’avaient guère le choix. Le père démissionna (13 janvier 1821) et l’établissement préservé porta désormais le nom de Victor Mangin fils. Mangin père continua de rédiger la Feuille nantaise et il put se consacrer pleinement à l’art de la poésie et de la prose (ses oeuvres complètes furent réunies par lui-même en un volume manuscrit, intitulé Recueil de poésies fugitives) ; il fit en outre de nombreuses traductions de Martial et de Catulle et traduisit l’Amphitryon de Plaute. É. Maillard le qualifie d’« homme de lettres d’une grande fécondité » et de « latiniste distingué »41.

22Les Mangin s’illustrèrent surtout par leur opposition déclarée au régime royal. Dès 1816, le commissaire spécial de Nantes ne manqua pas d’avertir le préfet qu’il faudrait faire preuve à leur égard de la plus grande vigilance.

  • 42 AD 44, 151 T 2 : rapport du commissaire spécial de Nantes (27 mai 1816).

« Depuis le commencement de la Révolution, [Mangin] a été un zélé patriote et il a fait passer son esprit dans toute sa famille ; lui et son fils sont fort avancés dans la franc-maçonnerie. Son établissement est fort considérable et il occupe beaucoup d’ouvriers qui partagent ses opinions et ses principes. Il n’y a pas à Nantes de presses qu’on doit plus surveiller que celles des sieurs Mangin père et fils. Tous les deux ont marqué d’une manière fâcheuse pendant l’interrègne ; tous les deux sont fort actifs et très intrigants. […] Si des malveillans voulaient faire venir de Paris quelque mauvais ouvrage, ils s’adresseraient aux sieurs Mangin avant de s’adresser à aucun autre et trouveraient là plus de facilité qu’ailleurs42 ».

  • 43 Ibidem : rapport du préfet (1822).
  • 44 Ibid. : rapport du préfet (janvier 1828).
  • 45 L’Ami de la Charte en prison ou un mois de retraite…, Nantes, Mangin, [1827], p. 11-13.
  • 46 Feuille commerciale, 18 mai et 27 juillet 1824.
  • 47 Ibidem, 27 octobre 1824.
  • 48 L’Ami de la Charte en prison ou un mois de retraite…, op. cit., p. 13.

23Le fils se montra bientôt beaucoup plus avancé que le père (décédé le 23 septembre 1825). Qualifié d’« ultra libéral dangereux43 », Mangin fils fut poursuivi en justice à plusieurs reprises en tant qu’éditeur de L’Ami de la Charte, journal considéré par le préfet comme une « véritable calamité » pour la ville44. Son militantisme politique l’obligea même de quitter le local qui abritait l’imprimerie fondée par son père. Le mandataire de ses propriétaires ne voulut en effet lui renouveler son bail qu’à condition qu’il renonçât à publier L’Ami de la Charte45. On devine quelle fut la réponse de Mangin à un tel chantage… Il lui fallut donc trouver un autre local pour accueillir l’imprimerie. Celle-ci fut d’abord transférée, le 19 avril 1824, au n° 1 de la rue du Calvaire ; la papeterie et le bureau pour les journaux s’y établirent le 2 juillet suivant. Mangin relança immédiatement son entreprise, tirant profit des avantages d’un atelier plus vaste, qui permettait de meilleures conditions de travail et donc une plus grande rapidité dans la réalisation des ouvrages. Il acheta de nouveaux caractères et, en raison du « grand nombre de commandes », embaucha un nouvel ouvrier46. Les commerçants de la ville furent en outre informés que la maison avait renoué ses relations avec plusieurs graveurs en taille-douce de la capitale et qu’elle pouvait fournir « des planches d’adresses, de lettres de change, de billets de visite, d’étiquettes, de factures et autres47 ». Mais Mangin dut maudire le mauvais sort qui semblait s’acharner contre lui car bientôt les fondations de l’établissement s’avérèrent peu sûres, le contraignant encore une fois à supporter les frais d’un déménagement48. En août 1825, l’imprimerie s’installa au n° 25 du quai de la Fosse, « près de la Douane et des bateaux à vapeur, au bas de la petite rue des Capucins ». Mangin fit savoir que son nouveau local était divisé de manière que l’on pût « imprimer dans une pièce séparée les ouvrages importants que l’on ne voulait pas faire connaître avant leur publication ». Le bureau des journaux, ainsi que le magasin de papiers et fournitures diverses – « ouvert en été depuis cinq et en hiver depuis six heures du matin jusqu’à dix heures du soir » – accueillirent le public au n° 28 du même quai. Malgré les déménagements successifs, les presses fonctionnèrent sans interruption (le transfert du matériel avait lieu la nuit) et ces dépenses imprévues ne dissuadèrent pas Mangin de continuer d’investir dans un matériel de meilleure qualité – il ne manquait jamais d’avertir « MM. les notaires, courtiers de commerce, avoués, commissaires-priseurs, huissiers et tous autres », de ses nouvelles acquisitions en caractères neufs. En 1827, il ouvrit un atelier de réglure et de reliure ; en janvier 1829, il put annexer un nouvel atelier à son établissement, ayant enfin obtenu le brevet d’imprimeur lithographe qu’il sollicitait depuis plusieurs années. Mangin réussit ainsi le tour de force de gérer et de développer ses affaires, tout en militant activement pour le triomphe des idées libérales. Ni le temps passé à la rédaction de L’Ami de la Charte, ni ses séjours en prison ne mirent en danger une entreprise qui au contraire ne cessa de prospérer.

  • 49 AD 44, 151 T 2 : rapports du préfet (1816 et 1822).
  • 50 . Ibidem.
  • 51 AD 44, 160 T 1. L’épouse de Busseuil protesta auprès de Decazes, qui ordonna au préfet de faire li (...)
  • 52 AN, F18 1963 : dossier Merson : rapport du préfet (16 décembre 1828).

24Ce fut le libraire Nicolas-Louis Busseuil qui succéda à Victor Mangin père comme imprimeur (brevet du 30 mars 1821). Busseuil, dit l’aîné, était connu pour « son attachement aux bons principes » – dans un rapport de janvier 1822, le préfet affirmait que c’était les royalistes de Nantes qui avaient engagé Busseuil à embrasser cette profession, afin d’avoir un imprimeur qui partageât leurs opinions49. Son jeune frère en revanche, Pierre- François, était considéré comme un « homme douteux » et qui devait « être surveillé de près »50. On lui reprochait ses opinions libérales et la police avait l’oeil sur son établissement, situé dans le quartier Graslin, partie riche et marchande de la ville. En octobre 1815, il fut arrêté plusieurs jours pour avoir imprimé les Réflexions sur la Révolution de la France du comte Duchaffault (ouvrage dont la saisie avait été ordonnée le 29 août 1815)51. Malgré la divergence de leurs opinions politiques, les deux frères Busseuil réunirent leurs ateliers, en juin 1824, dans le local que Mangin fils venait de quitter. Les Mangin protestèrent auprès du préfet : de quel droit pouvait-on tolérer une association qui leur avait été refusée cinq ans plus tôt ? Mais le ministère avait changé et Franchet d’Esperey estimait lui que les associations entre imprimeurs n’étaient pas interdites par les règlements ; si elles présentaient l’inconvénient de diminuer la concurrence, elles avaient en revanche l’avantage de faciliter la surveillance. Les frères Busseuil associés exercèrent jusqu’en 1829 : Pierre-François démissionna en faveur de son fils Louis-William, qui hérita d’un atelier de huit presses, et le brevet de Nicolas- Louis échut à Pierre-François-Casimir Merson. Ce dernier, arrivé à Nantes huit ans auparavant, avait d’abord exercé comme avoué et s’était fait remarquer comme éditeur d’un hebdomadaire, L’Omnibus, « qui n’avait d’autre objet que de critiquer les actes de l’administration » et qui avait rapidement cessé de paraître « faute d’abonnés »52. Malgré cette expérience journalistique guère appréciée du préfet, Merson fut breveté le 21 février 1829 ; il installa son imprimerie rue Charles X et sa librairie rue de l’Évêché.

  • 53 AD 44, 151 T 2 : rapport du préfet (19 juin 1816).
  • 54 Ibidem : rapport du préfet (avril 1822).
  • 55 AD 44, 152 T 3 : lettre de Franchet d’Esperey (15 octobre 1823).

25Les trois autres ateliers de la ville étaient plus modestes. Vincent Lamorée-Forest était toujours en activité. Travaillant peu comme imprimeur, il était surtout considéré comme le meilleur libraire de Nantes. Sous l’Empire et sous la monarchie, il exerça ses fonctions de commissaire vérificateur de l’estampille avec le même « zèle » et le préfet salua « la sagesse de ses opinions ». Lamorée-Forest mourut le 15 janvier 1829 ; sa veuve Henriette-Geneviève-Joséphine Goudet lui succéda, avant de transmettre l’établissement à l’un de ses fils en 1836. Quant à Alexandre Hérault, rue de Guérande, il avait repris l’imprimerie de son père (décédé en 1808). D’après le préfet, il était « le moins employé de tous les imprimeurs » ; surtout, ses « liaisons » avec d’autres jeunes gens de la ville exigeaient toute la vigilance des autorités53. L’imprimerie Gaudin enfin, rue Saint-Léonard, abritait quatre presses et occupait six ouvriers en 1822 ; on n’y imprimait pourtant que « des images de religion et petites caricatures, la Bibliothèque bleue, plusieurs petits romans tels que Floriant [sic], La Fontaine, Contes de Perreau [sic], etc. », ainsi que quelques travaux pour les particuliers et les administrations54. Jean Gaudin mourut en septembre 1823 ; le directeur de la Police voulut bien autoriser la veuve à achever les impressions commencées, mais il refusa de transmettre le brevet à son gendre. Gaudin ne détenait qu’un titre à vie et, aux yeux de Franchet d’Esperey, le nombre d’imprimeurs dans la ville restait excessif55. Les scellés furent apposés le 4 novembre 1824 et le matériel d’imprimerie fut vendu aux frères Busseuil le mois suivant.

  • 56 AN, F18 2 : circulaire du ministre de l’Intérieur aux préfets (8 septembre 1829).
  • 57 AN, F18 1962 : dossier Charpentier : le 21 juin 1824, le ministère de l’Intérieur donna l’ordre au (...)

26Le pouvoir se montra également peu enclin à multiplier les presses lithographiques, persuadé que l’influence des « mauvaises » images était plus néfaste encore que celle des écrits, notamment chez le petit peuple des villes et des campagnes. Les préfets étaient donc priés de se montrer vigilants à l’égard de la production et de la diffusion des gravures et lithographies et d’interdire notamment toutes celles qui n’avaient pour objet que de « rappeler à l’imagination et à la mémoire du peuple les insignes et les souvenirs d’un pouvoir illégitime56 ». La délivrance des brevets d’imprimeur lithographe fut donc particulièrement limitée. Le ministère plus tolérant de Decazes accorda deux brevets : l’un à Mangin père (26 mai 1819) et l’autre, mais qui resta inexploité, à un nommé François-Paul Sandobal, d’origine portugaise (5 octobre 1819). En mai 1823, Mellinet, homme « sûr » aux yeux des autorités, obtint à son tour un brevet. Dans les années suivantes, le ministère de l’Intérieur rejeta toute nouvelle demande, celle d’un nommé Charpentier notamment, qui renouvela pourtant sa requête à plusieurs reprises57. Après le décès de Mangin, en 1825, Mellinet resta donc le seul dans la ville à pratiquer l’art de la lithographie. Ce fut sous le ministère Martignac que Pierre- Henri Charpentier obtint enfin son brevet d’imprimeur lithographe (29 avril 1828), quelques mois avant Mangin fils (7 janvier 1829).

L’Ille-et-Vilaine

Rennes : une ville somnolente

  • 58 Statistique du département d’Ille-et-Vilaine. Par le citoyen Borie, préfet, Paris, Imprimerie des (...)
  • 59 Meyer J., Histoire de Rennes, op. cit., p. 328.

27La Révolution avait ôté à la capitale bretonne ses institutions les plus prestigieuses – le parlement et les États – et cette perte ne put être compensée par la création de la cour d’appel (mars 1800), devenue cour impériale (1810). Rennes connut sous l’Empire une importante activité militaire, qui lui donna une nouvelle physionomie – huit couvents furent transformés en casernes ou en dépôts de matériel et la garnison regroupait quelque 3 000 hommes. Au tournant du siècle, la ville comptait à peine 26 000 habitants58. Le réseau d’enseignement se reconstitua peu à peu. En 1800, Rennes abritait une école centrale, deux bibliothèques publiques et un musée des arts. L’école spéciale de médecine ouvrit ses portes en 1803 et l’école de droit, supprimée en 1793, fut réorganisée en 1804 (en 1812, elle comptait cinq professeurs et cent cinquante élèves) ; puis une faculté de lettres fut ouverte en 181059. Mais sous la Restauration, la ville paraissait encore bien somnolente, sans ce foisonnement intellectuel et ce rayonnement culturel qui caractérisaient Nantes.

  • 60 AD 35, 2 T 1 : état de 1810.
  • 61 Journal du département d’Ille-et-Vilaine, 22 nivôse an XIII (12 janvier 1805).
  • 62 Ibidem, 11 juin 1805. Les numéros suivants annoncent des ventes de livres et d’objets les plus div (...)

28Le département possédait neuf imprimeries, dont cinq à Rennes60. Si la capitale bretonne disposait du même nombre d’ateliers qu’en 1788, leur hiérarchie avait été profondément modifiée. Les nouveaux venus avaient mis un terme au monopole de la famille Vatar, qui ne pouvait plus prétendre au titre de dynastie. Témoignage d’une prospérité passée, l’imprimerie de la veuve Vatar et Bruté possédait sept presses, avec un grand assortiment de caractères ; mais elle n’employait plus que trois ouvriers, occupés surtout par les commandes de la mairie et de l’académie impériale. Le second atelier Vatar était tenu par les fils de Nicolas-Paul Vatar et de Jeanne Castre : Joseph-Marie, issu de l’École des Ponts-et-Chaussées de Bretagne, et Félix, qui avaient succédé à leur sœur en 1803. Les deux frères faisaient fonctionner trois presses et travaillaient surtout pour le barreau et l’évêché. À la fin de l’année 1811, Félix fut reçu docteur en droit et laissa Joseph- Marie seul à la tête de l’imprimerie. Jean-François Robiquet se retira lui aussi, après vingt années d’exercice, et confia son établissement à son neveu et gendre François Cousin-Danelle. Son imprimerie possédait quatre presses et un grand assortiment de caractères ; dix ouvriers y étaient « toujours très occupés », en grande partie par des travaux destinés aux administrations. L’atelier de Michel Chausseblanche, établi depuis l’an II dans la rue de Bordeaux, avait en revanche une activité fort limitée – avec un seul ouvrier, un petit assortiment de caractères et deux presses, qui fonctionnaient essentiellement pour l’impression du Journal du département. Pour compléter les maigres revenus que lui procurait son état d’imprimeur, Chausseblanche tenait, depuis le début de l’année 1805, « une fabrique d’ouvrages en cartons de toutes espèces », où l’on pouvait trouver en outre « tous les papiers fins, ceux pour le dessin, encre à écrire, et tout ce qui est relatif aux bureaux »61. Quelques mois plus tard, il ouvrait un « magasin de confiance », en invitant ses concitoyens à y déposer « tous les effets et marchandises » destinés à être vendus, « soit à prix fixe ou par vente publique »62. Ces divers commerces donnaient à Chausseblanche les moyens d’assurer la subsistance de sa famille et de continuer à faire fonctionner son imprimerie. Enfin le dernier imprimeur de la ville était Julien Frout, qui avait annexé un atelier à sa librairie au cours de l’an VIII (1799-1800). En 1810, il employait quatre ouvriers et possédait trois presses, d’où sortaient surtout des livres de dévotion.

  • 63 AN, F18 5436 : lettre du directeur général de la Librairie, le baron de Pommereul, au ministre des (...)
  • 64 Dans une circulaire du 13 mars 1811, le baron de Pommereul précisait l’article III du décret du 5 (...)
  • 65 AN, F18 5436 : lettre du directeur général de la Librairie au ministre des cultes (14 mai 1812).
  • 66 AD 35, 2 Ev 2 : lettre de Royer-Collard, directeur général de la Librairie, à J.-M. Vatar (18 juil (...)

29L’arrêté du 9 juillet 1811 fut beaucoup moins favorable à Rennes qu’à Nantes : seuls J.-M. Vatar, Cousin-Danelle et Frout reçurent un brevet héréditaire, tandis que la veuve Vatar et Chausseblanche devaient se contenter d’un brevet à vie. La concurrence était rude entre les imprimeries rennaises et le marché lucratif des livres religieux à l’usage du diocèse constitua notamment un objet de conflit. L’évêque de Rennes ayant refusé d’accorder son approbation à d’autres éditions du catéchisme que celles publiées par son imprimeur J.-M. Vatar, Frout protesta auprès du directeur général de la Librairie (août 1811). Le baron de Pommereul lui répondit qu’il pouvait effectivement imprimer le Catéchisme à l’usage des églises de l’Empire français, au nombre des ouvrages du domaine public, avec pour seule obligation de faire approuver son édition par l’évêque du diocèse et d’imprimer cette approbation en regard du frontispice63. Confirmé dans son droit, l’imprimeur se heurta pourtant une nouvelle fois au refus de l’évêque, profondément attaché à une prérogative qui n’avait plus cours. De nouveau sollicité par Frout, Pommereul représenta au prélat qu’il avait « mal saisi le sens du décret du 7 germinal, dont le but avait été non de laisser à l’évêque d’un diocèse la faculté de conférer un privilège à l’imprimeur de son choix pour tous les livres d’église, d’heures ou de prières, mais seulement d’empêcher que le texte de ces divers ouvrages ne fût altéré64 ». L’évêque s’obstina, et Pommereul dut se résoudre à donner à Frout la permission d’imprimer le catéchisme sans l’approbation épiscopale. L’édition se fit donc mais, au moment de la mettre en vente, Frout fut « arrêté dans son débit par un avis que M. l’Évêque donn[a] au curé de son diocèse65 ». Nous ignorons la suite de cette affaire, mais les tensions assez vives entre imprimeurs perdurèrent après la chute de l’Empire. Dès 1814 en effet, Vatar s’empressa de demander au nouveau directeur de la Librairie si le « privilège exclusif », qu’il était sur le point d’obtenir de l’évêque de Rennes pour l’édition d’un nouveau catéchisme, lui donnait le droit d’en poursuivre « les contrefacteurs ». Royer-Collard lui fit rapidement savoir que le décret du 7 germinal an XIII était toujours en vigueur et que, par conséquent, la permission des évêques ne conférait aucun monopole66. On voit là que, vingt-cinq ans après 1789, l’apprentissage de la concurrence s’avérait encore bien difficile.

  • 67 AD 35, 2 T 1 : rapport du préfet (1er juillet 1816).

30L’accueil populaire fut favorable au retour des Bourbons. L’annonce de l’abdication de Napoléon, le 24 juin 1815, provoqua seulement quelques rixes entre des militaires, hostiles au drapeau blanc, et des civils qui avaient crié « Vive le roi ! ». Les imprimeurs Cousin-Danelle, Frout, la veuve Vatar et J.-M. Vatar firent sans doute partie de ceux qui se réjouirent du rétablissement de la monarchie. Bénéficiant tous les quatre des appréciations élogieuses du préfet67, il s’avéra particulièrement délicat de choisir celui qui porterait le titre d’imprimeur du roi. D’abord délivré à Cousin-Danelle, le 6 août 1814, ce titre lui fut ensuite retiré, « pour éviter toute rixe » avec Frout, et finalement remis à la veuve Vatar et Bruté (8 octobre). Celle-ci eut surtout la satisfaction de voir son brevet à vie transformé en brevet héréditaire ; à son décès, en mai 1823, il revint à sa petite-fille Augustine-Julienne Jausions, qui gérait l’imprimerie-librairie depuis deux années.

  • 68 Dans son ouvrage, Le Sueur plaidait pour que les contributions, imposées à la France par le traité (...)
  • 69 AD 35, 1 M 100 et AN, F18 16.
  • 70 AN, F18 1940 : dossier Frout : lettre de Victoire Frout au bureau de la Librairie (20 septembre 18 (...)
  • 71 La veuve Frout céda l’imprimerie-librairie à sa fille Victoire, épouse De Caila, le 20 janvier 183 (...)

31L’autre femme imprimeur de la ville était Jeanne Laurent veuve de Julien Frout, poignardé par un fédéré pour avoir arboré un œillet blanc (7 juillet 1815). La veuve partageait les opinions politiques de son feu époux et son « dévouement prononcé pour la cause des Bourbons » l’amena même à dépasser certaines limites. En décembre 1815 en effet, on trouva dans son atelier 884 exemplaires de la Seconde épître au Roi sur la question de savoir qui doit payer les frais de la guerre, de l’avocat rennais Le Sueur68. Le ministre de la Police ordonna la saisie de cet ouvrage « dangereux » – dont l’auteur, « bon royaliste », avait été « égaré par un faux zèle » – et laissa au préfet la liberté de saisir la justice. L’affaire en resta là, le préfet n’ayant pas souhaité poursuivre un imprimeur dont le « dévouement au roi » était bien connu69. Mais la veuve eut bientôt des soucis d’une tout autre nature : le décès de son seul fils, qui laissait une femme et un enfant en bas âge, posa le problème de sa succession. Désireuse de conserver son nom à son établissement, la veuve forma le projet de le céder à son petit-fils plutôt qu’à sa fille Victoire. En 1828, elle démissionna en faveur de sa belle-fille, Louise- Victorine Angran de Fonpertuis, afin qu’elle fît tourner l’entreprise au profit de la famille avant de la transmettre à son fils, âgé de deux ans seulement. Mais celle qui ne devait être que gérante se brouilla avec sa belle-mère et sa belle-sœur, lesquelles se trouvèrent alors sans ressource et dans la crainte de voir passer l’établissement « dans des mains étrangères70 ». Victoire, qui travaillait dans l’imprimerie depuis l’âge de 15 ans, sollicita un brevet. Mais les autres imprimeurs de la ville s’opposèrent à l’établissement d’un nouvel atelier et sa demande fut rejetée (28 octobre 1828). Les Frout mère et fille eurent cependant leur revanche deux ans plus tard : suite à de mauvaises affaires, Louise Angran de Fonpertuis dut vendre son matériel d’imprimerie à sa belle-mère, qui se remit à la tâche sans solliciter de brevet71.

  • 72 Annuaire du département d’Ille-et-Vilaine…, Rennes, Cousin-Danelle, 1826 et 1827.
  • 73 Ibidem, 1828.

32L’année 1828 vit aussi la démission de Cousin-Danelle, imprimeur réputé pour la qualité de ses travaux, toujours soucieux de maintenir son atelier « à la hauteur de ceux de Paris72 ». Son successeur et neveu, Alphonse-Edmond Marteville (breveté le 21 mars 1828), travaillait depuis plusieurs années sous sa direction. Il obtint l’année suivante un brevet d’imprimeur lithographe (14 février 1829) et continua d’embellir l’imprimerie, par « l’acquisition de deux nouvelles machines, dites presses anglaises, entièrement en fer, dont le foulage, toujours parfaitement égal, donne à l’impression une uniformité de nuance presqu’impossible à saisir avec les presses ordinaires, de deux fontes nouvelles, ainsi que d’un superbe assortiment de caractères, de titres, de vignettes et d’encadremens les plus à la mode, pour tous les formats, des fonderies de MM. Didot et Molé73 ».Ce jeune imprimeur – il n’avait que 24 ans – se trouva ainsi à la tête d’un bel atelier composé de sept ou huit presses.

  • 74 Le 23 avril 1815 se forma, à Rennes, une fédération bretonne : s’inspirant du serment prêté par le (...)
  • 75 AN, F7 9665.
  • 76 AD 35, 2 T 1 : Mémoire pour les sieurs Gaultier père, avoué près la Cour royale de Rennes ; Gaulti (...)
  • 77 AD 35, 2 T 66 : lettre du directeur de la Police au préfet (11 septembre 1822).
  • 78 Michel Chausseblanche avait deux fils, tous deux imprimeurs à Paris, place de l’École : Julien, éd (...)
  • 79 Auguste-Hilarion comte de Kératry (1769-1859) : conseiller de préfecture en 1814, député du Finist (...)
  • 80 F18 1940 : dossier Chausseblanche : rapport du préfet (17 mars 1828). Chausseblanche fils était ac (...)

33Si les quatre imprimeurs mentionnés ci-dessus étaient bien vus des autorités, ce n’était pas le cas de Michel Chausseblanche. L’éditeur du Journal du département d’Ille-et-Vilaine avait eu le tort de faire partie de la fédération74 et il ne craignait pas d’affirmer haut et fort ses opinions politiques, ce qui lui valut quelques démêlés avec la justice. Considérant que Chausseblanche s’était « trop montré l’ennemi du gouvernement », le préfet souhaita que le privilège du journal fût remis à la veuve Frout. Ce qui fut fait dès le 24 octobre 1815. L’imprimeur libéral rennais fut alors en butte à l’hostilité des autorités locales. Le 16 juin 1816, le préfet ordonna une perquisition dans son atelier, dans l’espoir d’acquérir la preuve qu’un pamphlet intitulé Les Choses comme elles vont, adressé par les étudiants en droit de Rennes à ceux de Grenoble, sortait bien de ses presses75. La même année, Chausseblanche fut traduit devant la cour d’assises de Rennes pour avoir « remis et communiqué » à la veuve Boulay, libraire à Vitré, un écrit « séditieux », intitulé le Nain tricolore76. À partir de 1819, il entreprit la publication de L’Organe du peuple, auquel succéda L’Écho de l’Ouest, l’une des feuilles libérales les plus virulentes de province. Chausseblanche mourut le 25 août 1822, des suites d’une violente attaque de goutte. Sa veuve, désormais sans ressource et avec deux filles à charge, demanda au préfet la permission de poursuivre les impressions commencées en attendant la décision du ministère. Celle-ci ne se fit pas attendre : le directeur de la Police ordonna l’apposition des scellés sur le matériel de l’imprimerie77. Julien Chausseblanche fils78, employé à Paris chez l’imprimeur Guiraudet, tenta de sauver l’atelier paternel, menacé d’être vendu par les créanciers. Il fit valoir que deux arrêts – l’un de la cour royale et l’autre de la cour de cassation – avaient mis fin aux poursuites judiciaires engagées contre lui en tant qu’éditeur de L’Écho de l’Ouest et, surtout, il s’engagea à renoncer à l’impression de tout ouvrage politique. Mais Franchet d’Esperey se montra inflexible et Julien Chausseblanche renouvela en vain sa demande de brevet en 1823 et 1824. En février 1828 encore, il présenta les recommandations des deux députés bretons Kératry et Saint-Aignan79, mais il se heurta à l’opposition du préfet – qui estimait que le nombre d’imprimeurs à Rennes était déjà « surabondant » et que Chausseblanche fils ne méritait pas la confiance qu’on attendait d’un imprimeur, puisqu’il avait participé à « presque toutes les émeutes » qui avaient agité Rennes depuis la Restauration80. Le ministre de l’Intérieur rejeta donc la demande de Chausseblanche, mettant ainsi fin à tout espoir de voir ressusciter une imprimerie qui avait révolutionné le petit monde de la presse rennaise.

Saint-Malo, Fougères et Vitré

  • 81 AN, F18 1943 : lettre de Valais au ministre de la Police générale (31 janvier 1816).

34En 1810, les deux imprimeries malouines étaient toujours en activité, après la disparition de leur fondateur respectif (Julien Valais était décédé en 1804 et Louis-Philippe Hovius en 1806). L’imprimerie de la veuve Valais et fils fonctionnait au ralenti, avec trois presses mais un seul ouvrier ; ses travaux se limitaient aux ouvrages de ville et aux livres de dévotion. L’établissement concurrent était beaucoup plus prospère : les Hovius père et fils possédaient quatre presses, dont deux « roulantes », et employaient dix ouvriers. Depuis la Révolution, Henri-Louis Hovius faisait partie des notabilités politiques locales – comme maire (1800), puis adjoint (1804-1814) –, ce qui lui facilitait l’obtention des commandes de l’administration de Saint- Malo. Ce fut à son fils Louis-François, né en 1788, que revint fort logiquement le brevet d’imprimeur héréditaire. Valais dut se contenter d’un brevet à vie et manifesta toute sa rancœur, accusant son concurrent d’avoir obtenu un titre successible grâce au maire Thomas qui avait « servi de toutes ses intrigues le sieur Hovius, dont le fils avait épousé l’une des filles81 ».

  • 82 Auguste-Joseph Baude comte de La Vieuville (1761-1835) : député de 1820 à 1827, pair de France. Ém (...)

35Rivaux sur le marché du livre, les deux imprimeurs-libraires affirmaient en outre des opinions politiques opposées et accueillirent le retour des Bourbons avec des sentiments bien différents. Après les années difficiles de l’Empire, Louis Valais put enfin espérer des jours meilleurs : parce qu’il avait « toujours eu des sentimens très prononcés de dévouement au roi, à sa famille et à son gouvernement », son brevet à vie fut transformé en brevet héréditaire et il reçut le titre prestigieux d’imprimeur du roi (28 février 1816). Pourtant Valais n’exerça pas longtemps à Saint-Malo : en 1820, à l’âge de 35 ans, il démissionna et partit s’établir à Paris. Ce fut le libraire Henri-Pierre Rottier qui lui succéda (brevet du 21 février 1821), malgré l’opposition de Louis-François Hovius, qui voyait s’échapper l’occasion d’être le seul imprimeur dans la ville. Hovius put toutefois se consoler avec le titre d’imprimeur du roi (2 mai 1822), distinction qu’il obtint avec les recommandations des députés La Vieuville et Duplessis de Grenedan82 – l’ancien « partisan du fédéralisme et du retour de l’usurpateur » s’était donc apparemment bien accommodé du nouveau régime. C’est avec lui que se conclut l’histoire des Hovius comme imprimeurs-libraires : nommé maire de Saint-Malo le 15 septembre 1830 – à la place de son beau-père Augustin Thomas des Essarts –, Louis-François renonça définitivement à son brevet, trois ans plus tard, pour devenir négociant armateur. Quant à Rottier, il démissionna de son brevet d’imprimeur en 1829 et vendit son atelier à Carruel (breveté le 7 décembre), auquel il avait déjà cédé sa librairie deux ans auparavant.

  • 83 AD 22, 135 J 18 : lettre de Prud’homme fils (19 décembre 1808).

36À Fougères, l’imprimerie née au début de la Révolution continua de végéter sous l’Empire. En apprentissage chez Jean-Marie Vannier, Prud’homme fils écrivit à son père que l’atelier était petit, la casse placée dans un faux jour et qu’il n’y avait qu’un tuyau de poêle pour réchauffer l’appartement83. Le travail y était bien routinier et peu formateur pour un jeune homme impatient d’acquérir la maîtrise de son art.

« Ne manquant cependant pas de bonne volonté, je ne puis faire que mon possible et apprendre à lever vivement la lettre, car ici c’est une vraie routine : renouveler des éditions épuisées et aller page par page, cela ne forme pas, ni n’excite ».

  • 84 AD 35, 6 M 1003 : rapport du sous-préfet (1812).

37La majeure partie de l’activité de Vannier consistait en effet à rééditer des livres de dévotion – d’après l’état de 1810, il possédait trois presses, dont deux « constamment occupées aux livres d’église ». Vannier obtint pourtant sans difficulté un brevet d’imprimeur héréditaire, puis celui de libraire : peut-être la direction de la Librairie prit-elle en compte le rapport favorable du sous-préfet, qui soulignait que Vannier était père d’une nombreuse famille et qu’il jouissait de « l’estime de ses concitoyens ». Mais ses affaires restèrent peu florissantes, du moins si l’on en croit un nouvel état dressé en 1812 : l’imprimeur-libraire se plaignait toujours du peu de commandes qu’il avait pour occuper ses quatre ouvriers, affirmant qu’il ne faisait « presque plus rien » et que, « n’ayant aucun débit, il n’os[ait] faire aucunes entreprises » de crainte qu’elles ne restassent à sa charge84.

  • 85 AN, F18 1942 : dossier Vannier : lettre de Vannier au directeur de la Librairie (7 juin 1814).

38Après l’abdication de l’Empereur, Vannier s’empressa de solliciter le titre d’imprimeur du roi, comme juste récompense de l’aide qu’il avait apportée au parti royaliste sous la Révolution85. Il reçut cette distinction le 6 février 1815 et mourut un an plus tard, le 27 février 1816. Sa veuve Madeleine Brissier lui succéda, sur les chaudes recommandations du souspréfet, qui fit l’éloge des « sentimens d’honneur, de piété, de charité et de dévouement au roi de cette digne mère et de ses enfans », et rapporta avec emphase le courage dont la veuve avait fait preuve pendant la Révolution :

  • 86 AD 35, 2 T 1 : rapport du sous-préfet de Fougères (11 juin 1816).

« Il y a plusieurs années, dans le tems de nos troubles civils, un malheureux royaliste massacré par les colonnes mobiles est apporté sanglant, à demi mort, dans les prisons de Fougères où il est laissé sans secours et sans nourriture ; tout le monde tremblait alors et la terreur enchaînait le courage et l’humanité, la dame Vannier seule osa se hasarder, au risque de se compromettre, à prendre soin de cet infortuné86 ».

  • 87 AN, F18 1942 : réponse du ministre de la Police à la veuve Vannier (27 mars 1818).
  • 88 Louis-Antoine-Esprit Rallier (1749-1829) : capitaine du génie en 1793, il participa à la défense d (...)

39La veuve Vannier ne put cependant porter le titre honorifique d’imprimeur du roi – uniquement accordé « à ceux qui, réunissant à une bonne conduite l’ancienneté de la profession et des connaissances étendues dans l’art typographique, se seraient distingués parmi les imprimeurs87 ». Elle démissionna en 1828 pour céder la place à son gendre Jean-Marie Couanon, qui bénéficia de l’avis favorable du préfet et de la recommandation du député Rallier88.

  • 89 AD 35, 2 T 1 : état de 1810.

40Si sous l’Empire la situation de Vannier n’était guère confortable, celle de Louis-Charles Royer à Vitré était bien plus précaire encore. Auparavant imprimeur à La Flèche, Royer s’était établi à Vitré en 1806. Il ne possédait qu’une seule presse, mais déclara à la préfecture être disposé à en acquérir une seconde. Pur vœu pieux sans doute, formulé par la seule crainte de voir son imprimerie supprimée. D’après le sous-préfet, Royer était « extrêmement mal assorti » et il n’avait pas « de quoi occuper une demi-presse » ; il était l’imprimeur le plus pauvre du département, avec un revenu estimé à 80 francs seulement89. Soutenu par le maire de sa ville, Royer s’efforça de convaincre le préfet que son imprimerie, toute modeste fût-elle, était indispensable à la commune, voire à tout l’arrondissement.

  • 90 AD 35, 2 T 10 : lettre de Royer au préfet (21 février 1810).

« La population de la ville de Vitré, son commerce, la proximité de la ville de La Guerche, étaient des motifs bien capables de former un pareil établissement et de fixer un imprimeur. Ils sont infiniment plus pressans et plus forts depuis qu’une sous-préfecture a réuni dans cette ville une administration étendue, un tribunal, une recette, un contrôle des droits réunis, un collège considérable, et y a multiplié les relations extérieures. Aussi je suis continuellement occupé et je me trouve dans le cas de seconder dans ma patrie tous les besoins que ces établissemens et le public ont journellement90 ».

  • 91 AD 35, 4 E 3885 : inventaire après décès d’Antignac, par Ulysse-Nicolas Raoul notaire (22 octobre (...)
  • 92 AD 35, 2 T 10 : rapports du sous-préfet de Vitré (22 août et 1er octobre 1829).
  • 93 Aimée-Jeanne-Angélique Dugué veuve Antignac exerça jusqu’en 1847.

41Royer vit ses efforts récompensés : le directeur général de la Librairie lui accorda un brevet d’imprimeur héréditaire, peut-être en considération de son activité administrative. Le petit imprimeur vitréen mourut le 9 décembre 1814, à l’âge de 45 ans. Sa veuve fut autorisée à lui succéder (15 janvier 1815), avant de recevoir, après de longs mois d’attente, les deux brevets d’imprimeur et de libraire (1er septembre 1816). Elle démissionna en 1820 et laissa son établissement à son jeune prote Désiré-Joseph Antignac (breveté le 28 octobre). Celui-ci succomba à une maladie de poitrine neuf ans plus tard, âgé de 30 ans seulement. L’inventaire après décès estima à 2 000 francs « une imprimerie avec sa presse, outils de relieur, encre à imprimer, poîle en fonte et tous autres accessoires à l’imprimerie » ; s’y ajoutaient quelques douzaines de livres religieux et scolaires et plusieurs rames de papiers91. Le sous-préfet déclara pourtant que l’imprimerie, « assez bien garnie », était « nécessaire » à Vitré et il apporta son soutien à la veuve Antignac, chargée de deux enfants en bas âge92. Le ministère voulut bien délivrer un brevet à la veuve (27 octobre 1829) et ainsi maintenir la seule imprimerie de la ville93.

Le lent développement de l’imprimerie en Basse-Bretagne

Le Finistère

  • 94 AD 29, 2 T 2-3 : état de 1810.

42Le Finistère présentait l’originalité d’être le département breton dans lequel avait réussi à subsister le plus grand nombre d’imprimeurs. En 1810, on y recensait onze imprimeries : six à Brest94– la ville la plus importante du Finistère (avec près de 25 000 habitants) –, deux à Morlaix (environ 9 000 hab.) et à Quimper (environ 6 800 hab.), une enfin dans la petite ville de Landerneau.

Brest

  • 95 Louis-Marie-Joseph Caffarelli : nommé préfet maritime de Brest le 20 juillet 1800, il occupa ce po (...)
  • 96 AD 29, 2 T 3 : lettre du directeur général de la Librairie au préfet (18 octobre 1813).

43Aux six ateliers de la ville, il faut encore ajouter l’imprimerie maritime et de l’armée navale, établie par le préfet maritime Caffarelli95. Cette imprimerie, qui occupait quatre ouvriers, était dirigée par Jean-Jacques Forestier. Elle fut fermée à la fin du mois d’octobre 1813 sur l’ordre du baron de Pommereul, qui fit savoir à Forestier que son brevet de tolérance était par conséquent devenu « nul et comme non avenu »96. La plus ancienne imprimerie était tenue par Romain-Guy Malassis, qui en avait pris la direction en 1800 en succédant à son père Romain-Nicolas. Bénéficiant de l’appréciation favorable du préfet, qui le présenta comme « un homme moral et instruit », Malassis obtint un brevet d’imprimeur héréditaire. Mais il mourut l’année suivante (le 8 novembre 1812), à l’âge de 38 ans, et sa disparition mit un terme à l’activité de la famille Malassis dans l’imprimerie. Sa veuve céda les quatre presses et l’ensemble du matériel au libraire Alain Le Fournier, qui fit cette acquisition à l’intention de son neveu Jean-Baptiste Le Fournier, lequel fut breveté imprimeur héréditaire (le 6 septembre 1813).

  • 97 AD 29, 2 T 14 : lettre de Michel au préfet (3 mars 1810).
  • 98 Levot P., Biographie bretonne, op. cit., I, p. 75.
  • 99 AD 29, 2 T 14 : lettre de Michel au préfet (3 mars 1810).
  • 100 AN, F18 456A : lettre de Michel au ministre de l’Intérieur (29 avril 1814).

44L’autre établissement important de la ville était celui de Guillaume Michel. Apprenti dans une imprimerie parisienne en 1790 et 1791, Michel avait dû interrompre sa formation et intégrer les troupes de la Moselle et du Nord (1792-1794). Il s’établit à Brest en 1800 et se montra d’emblée très actif. Dès la fin de cette année, il dota la ville d’un journal, le Courrier de Brest et du Finistère, ce qui lui permit de prendre le titre d’imprimeur du commerce (1er février 1802). Après avoir obtenu les commandes du tribunal de commerce, Michel remporta d’autres marchés importants : il devint l’imprimeur de la mairie, du commissariat général de police, du tribunal civil et de diverses administrations (l’hospice civil, les vivres de la marine, etc.). Maître de son art, Michel était également un homme instruit et amoureux des lettres. Il avait fait ses humanités au collège de Montaigu à Paris, avant de suivre des cours de mathématiques et de physique à Nantes97. En 1807, il rédigea le catalogue de la belle bibliothèque de feu l’abbé bibliophile Béchennec (1728-1804), travail minutieux qui lui valut d’être qualifié de « bibliographe distingué » par P. Levot98. En 1810, son atelier abritait deux presses actives, employait quatre compositeurs, deux pressiers et un apprenti. Michel envoya au préfet un long mémoire dans lequel il exposait ses droits à être conservé. Il avait jusqu’alors « regardé comme inutile d’importuner les autorités de sollicitations équivoques », mais, ayant appris que ses confrères « mettoient depuis longtems tout en usage pour obtenir leur conservation », il ne pouvait plus se taire, dans la crainte qu’on ne prît son silence « ou pour abnégation ou pour insouciance ». Il affirma être attaché à un état qu’il exerçait « plus encore par goût que par intérêt ». Son « ancienneté », les « avantages de son établissement », sa « capacité » et enfin sa « moralité » étaient autant d’arguments qui, selon lui, justifiaient la conservation de son imprimerie99. Fort de tous ces avantages et du soutien des personnalités de la ville, il obtint un brevet d’imprimeur héréditaire. Après l’abdication de l’Empereur, Michel s’empressa de faire part de son « enthousiasme le plus pur » de voir la famille des Bourbons remonter sur le trône100. Ce témoignage de fidélité, conforté par l’envoi d’une contribution de 12 francs pour relever la statue du « bon Henry », lui valut d’être nommé imprimeur du roi le 15 septembre 1814. À son décès, son brevet d’imprimeur revint à sa veuve (brevetée le 6 avril 1824), laquelle avait en fait pour seul but d’assurer la transmission de l’atelier à son neveu Jean-Baptiste Rozais. Celui-ci s’occupait de la rédaction du Journal de Brest ; il prit la direction de l’imprimerie, puis succéda officiellement à sa tante démissionnaire (20 juin 1826).

  • 101 La Muse bretonne, Brest, Binard, 1809-1811.
  • 102 AN, F18 I 22 : le 24 août 1813, le ministre de l’Intérieur déclara le brevet de Binard « nul et co (...)
  • 103 AD 22, 2 T 14. Le 1er décembre 1821, Binard sollicita en vain auprès du ministre de l’Intérieur l’ (...)

45Les quatre autres imprimeries recensées en 1810 – celles de Binard, Gauchlet, Audran et Anner – avaient pour point commun une extrême précarité. François-Marie Binard fut le premier à renoncer à un état qu’il exerçait depuis 1808, après avoir acquis l’établissement de Denis-Jean Egasse (qui s’était installé en l’an X). Son imprimerie comptait quatre presses, occupées seulement par des travaux de ville et par l’impression d’un almanach littéraire, La Muse bretonne101. En 1810, Binard revendit la librairie à Egasse, mais conserva l’imprimerie. D’après le préfet, « l’intention dans laquelle il sembl[ait] être de quitter son commerce sembl[ait] nécessiter sa suppression ». Il reçut pourtant un brevet d’imprimeur héréditaire, mais il fit faillite dès l’année suivante et quitta Brest (1812)102. Son matériel d’imprimerie fut acheté, trois ans plus tard, par un nommé Pottier, qui le transporta en Martinique103.

  • 104 AN, F18 30 : rapport de l’inspecteur de la Librairie Princey au directeur général de la Librairie (...)
  • 105 AD 29, 2 T 3 : rapport du préfet au directeur général de la Librairie (6 janvier 1814).
  • 106 Ibidem : lettre du directeur général de la Librairie au préfet (11 mai 1812) : « Ce serait une con (...)

46François-Paul Gauchlet et Nicolas-Xavier Audran connaissaient alors les plus grandes difficultés pour assurer leur subsistance. Gauchlet, qui avait été le premier à concurrencer Malassis en 1792, possédait six presses inactives : il ne faisait « rien de son état et de son imprimerie, dont le sieur Rioux, négociant et son principal créancier, [était] le vrai propriétaire depuis fort longtems104 ». Selon le même rapport, Audran servait de prête-nom à Gauchlet et tous deux n’imprimaient guère que des affiches de comédie et « autres misères semblables ». Leur conduite était jugée « déshonorante » et leurs confrères « rougiss[ai]ent de voir leurs noms figurer sur la liste des imprimeurs ». En 1810, le préfet s’était prononcé pour la suppression de l’imprimerie de Gauchlet, « homme immoral » et ruiné par la direction de spectacles. Ce souhait ne tarda pas à se réaliser. Le 3 décembre 1813, Gauchlet était condamné à deux mois de prison et à 7,64 francs d’amende, pour faillite et pour négligence sur ses livres. Le directeur général de la Librairie donna l’ordre d’apposer les scellés sur ses presses et ses créanciers firent une vente publique de tout son matériel d’imprimerie, qui fut adjugé au négociant Rioux. « Par commisération », celui-ci laissa une petite presse à Gauchlet et lui permit de s’établir dans l’un de ses magasins, où il se borna désormais à imprimer quelques affiches105. La situation de Nicolas-Xavier Audran, installé à Brest depuis le transfert forcé de son atelier à la fin de l’année 1793, était tout aussi misérable. D’après le rapport de la préfecture de 1810, « le seul désir d’obtenir une indemnité » avait engagé cet imprimeur « depuis longtemps inoccupé » à faire une demande de brevet. Audran avait en outre contre lui l’accusation d’être « un homme immoral, condamné par la police correctionnelle pour attentat contre les bonnes mœurs ». Son état de gêne était tel qu’il ne put verser les 34,50 francs requis pour retirer son brevet d’imprimeur. Sa détresse émut le baron de Pommereul, qui enjoignit le préfet de faire lever les scellés apposés sur les deux presses et d’autoriser Audran à reprendre son activité106. Après la chute de l’Empire, Gauchlet et Audran obtinrent le renouvellement de leur brevet d’imprimeur à vie, acte charitable à l’égard de deux hommes miséreux et toujours condamnés pour leur conduite répréhensible. Âgé de plus de soixante ans, Audran n’exerça pas longtemps – il disparaît des états postérieurs à 1817. Quant à Gauchlet, il mourut à l’hospice de Brest le 3 mars 1820.

  • 107 AD 29, 2 T 4 : état de 1818.
  • 108 Édouard Corbière (Brest, 1793 – Morlaix, 1875) : licencié de la marine en 1816, en raison de ses o (...)
  • 109 AN, F18 1914 : rapport du préfet au directeur de la Police (13 novembre 1820).
  • 110 D’après Isabelle de Conihout, vingt et un imprimeurs et libraires se virent retirer leur brevet, d (...)
  • 111 AN, F18 1914 : rapport du préfet au directeur de la Police (19 juillet 1821).
  • 112 Ibidem : rapport du préfet au directeur de la Police (27 octobre 1821).
  • 113 AD 29, 2 T 4 : lettre du préfet au ministre des Finances (septembre 1822).
  • 114 Ibidem : rapport du préfet (sans date).
  • 115 AN, F18 1914 : lettre d’Honoré Anner au ministre de l’Intérieur (25 janvier 1828).

47Pierre Anner enfin s’était établi la même année que Michel (1800) ; il possédait un atelier de deux presses, une librairie et une papeterie. Contrairement à Audran et à Gauchlet, il avait « la réputation d’un homme très probe », mais « des malheurs, de fausses spéculations » avaient « dérangé sa fortune » et le tribunal de Brest déclara sa faillite ouverte. Le préfet reconnaissait que sa position malheureuse, exempte de tout reproche, plaidait sans doute en sa faveur ; néanmoins, la « dignité » de « la plus belle découverte de nos tems modernes » semblait « faire un devoir d’écarter de cette profession cet imprimeur dont le crédit [avait] éprouvé un revers public ». Anner obtint pourtant un brevet à vie, qui devint héréditaire après la faillite de François-Marie Binard (en septembre 1813). Son brevet fut renouvelé le 8 août 1816, malgré l’appréciation négative du nouveau préfet – « banqueroutier, rédacteur pendant l’interrègne de toutes les productions les plus infâmes et imprimant les écrits et chansons des fédérés ; […] soupçonné avec raison d’être le propagateur des mauvais écrits ; il a[vait] été le rédacteur d’un journal intitulé Le Furet impérial, rempli d’invectives contre la famille royale107 ». Anner était en outre accusé de vendre et de louer des brochures politiques, « dans le sens révolutionnaire », sans être muni du brevet de libraire. Le 28 avril 1820, il fut traduit en police correctionnelle et condamné à une amende de 1 000 francs pour n’avoir pas déclaré l’impression de la brochure d’Édouard Corbière108, Trois jours d’une mission à Brest, et d’un écrit intitulé Aux habitants de la Bretagne. Le 30 septembre, il était de nouveau poursuivi pour le même motif. Cette fois, les brochures imprimées sans déclaration préalable étaient des couplets chantés lors des banquets offerts aux députés libéraux du Finistère (Kératry, Guilhem, Borgnis-Desbordes et Daunon), à Landerneau et à Brest. Cette récidive lui valut d’être condamné, le 12 novembre 1820, à 2 000 francs d’amende. Le défaut de déclaration, exigée par la loi du 21 octobre 1814, ne constituait en fait qu’un prétexte pour poursuivre un imprimeur connu pour son opposition au gouvernement. Ce fut en invoquant « le mauvais emploi » qu’il faisait de ses presses, d’où sortaient « tous les pamphlets et les productions les plus antimonarchiques », que le préfet finit par demander au directeur de la Police qu’on retirât à Anner un brevet qui ne pouvait « être placé en de plus mauvaises mains109 ». Le 10 février 1821, un arrêté ministériel annula le brevet d’Anner, qui fut le seul imprimeur breton à avoir pâti de cette mesure extrême110. En juin 1821, Honoré Anner, ouvrier imprimeur à Troyes, demanda à bénéficier du brevet retiré à son père. Mais le préfet avertit le directeur de la Police qu’il y aurait « un danger réel et des inconvénients graves » à donner un brevet au fils Anner : selon lui, les « libéraux » de Brest, qui avaient toujours considéré le père comme un « homme du parti », auraient mis tout en œuvre pour attirer le fils « dans le même bord »111. En outre, la destitution d’Anner avait inspiré « une crainte salutaire » à quelques imprimeurs du département, devenus « beaucoup plus circonspects dans toute leur conduite ». Une telle intransigeance fit toutefois hésiter le baron Mounier, qui fit part de son souci d’« excéder les bornes d’une juste sévérité » en paralysant plus longtemps les moyens d’existence d’une famille entière dont le chef était seul coupable. Le préfet voulut bien reconnaître qu’Anner avait été suffisamment puni, mais il estima que la réunion des Chambres – occasion de « fermentation des esprits » – était un moment tout à fait inopportun pour rétablir à Brest une imprimerie qui serait « à la dévotion des ennemis du gouvernement »112. Ce fut donc après la session des Chambres que le baron Mounier accorda un brevet à Honoré Anner (21 décembre 1821), en exigeant toutefois que l’imprimerie fût installée dans un autre local que celui de son père. L’imprimerie fut par conséquent transférée au n° 32 de la rue Saint-Yves, tandis que la librairie restait rue Royale. Enhardi par la bienveillance du directeur de la Police, Pierre Anner réclama pour lui le brevet délivré à son fils, affirmant que celui-ci, en renonçant à la gestion de l’imprimerie de la veuve André à Troyes, perdait l’occasion d’un établissement très avantageux (24 décembre). Le directeur de la Police fit connaître sa décision le 11 février suivant, mais elle était loin d’être celle attendue. Le gouvernement avait changé et Franchet d’Esperey ordonna au préfet de suspendre la délivrance du brevet accordé par son prédécesseur à Anner fils. Honoré se rendit à Paris pour tenter de faire revenir le directeur de la Police sur sa décision, mais celui-ci refusa de le recevoir (25 avril 1822). Il n’eut alors d’autre choix que de repartir à Troyes. Avec l’appui du maire et du sous-préfet de Brest, Pierre Anner sollicita la remise du restant de ses amendes qui s’élevait encore à 2008 francs. Le préfet lui-même, touché par sa « position malheureuse » et par le « repentir » qu’il témoignait, le recommanda à la bienveillance du ministre des Finances113. Nous ignorons quelle fut la réponse du ministre, s’il y en eut une… Quelque temps plus tard, Pierre Anner demanda qu’on lui accordât au moins un brevet de libraire, qui lui permettrait de nourrir sa famille « déjà réduite à un état voisin de la misère114 ». Mais cette demande fut elle aussi rejetée. Anner passa outre, couvert par le sous-préfet et le maire de Brest. Le 31 juillet 1827, le préfet ordonna la fermeture de sa boutique de livres, mais permit « verbalement » à Hippolyte-Édouard Anner fils d’imprimer tout ce qui n’était pas sujet à dépôt – ouvrages de ville et travaux destinés aux administrations civiles et militaires115. Cet épisode douloureux de l’histoire de la famille Anner trouva une conclusion heureuse en 1828 : Honoré fut breveté imprimeur à Troyes le 12 mai, tandis que son frère Hippolyte-Édouard obtenait les brevets d’imprimeur et de libraire à Brest (27 juin et 26 septembre). Quant à Pierre Anner, il semble avoir travaillé quelque temps en collaboration avec son fils puisque l’on constate le maintien de la raison sociale « P. Anner et fils » sur les travaux sortis de leurs presses.

48Après avoir compté sept imprimeries sous l’Empire, Brest n’en posséda donc bientôt plus que deux, puis trois à partir de 1828. À l’excès se substitua une situation plus conforme aux besoins de la population et, si la baisse du nombre des ateliers était pour le moins remarquable, il resta néanmoins plus élevé que sous l’Ancien Régime, où Malassis exerçait sans concurrent.

49Ajoutons que la ville bénéficia aussi, à la fin de la Restauration, de deux ateliers de lithographie, l’un tenu par Luc Auger (breveté le 1er mars 1825) et l’autre par Jean-Baptiste Cuzent, sculpteur (breveté le 15 avril 1828).

Morlaix, Quimper, Landerneau et Quimperlé

50En 1810, deux imprimeries fonctionnaient à Quimper, deux à Morlaix et une à Landerneau. Le préfet considérait ni plus ni moins que ces imprimeurs n’étaient pas « nécessaires » et proposa de ne leur délivrer qu’un brevet à vie. Toutefois la direction de la Librairie ne retint pas cette proposition extrême : les villes de Quimper et de Morlaix eurent chacune leur imprimeur héréditaire.

51Yves-Jean-Louis Derrien, qui exerçait depuis plus de trente ans à Quimper, reçut un brevet héréditaire. Il possédait trois presses et imprimait tout ce qui était « relatif à l’administration et au commerce, des livres en langue bretonne, classiques, des ouvrages de ville ». Outre son ancienneté et l’importance de son commerce, il avait pu se prévaloir du soutien de Monseigneur Dombidau de Crouseilhes, dont il était l’imprimeur attitré. Quant à Pierre-Marie Barazer, installé depuis 1795, il préféra ne pas poursuivre plus longtemps une activité qui lui était peu lucrative ; il vendit à Derrien ses deux presses, son matériel d’imprimerie et sa librairie pour la somme de 40 000 francs (1811). Derrien retrouva donc la place privilégiée qu’il occupait sous l’Ancien Régime et fut nommé imprimeur du roi le 24 septembre 1814. L’état de 1816 le qualifie de « vieux révolutionnaire, mais d’ailleurs honnête homme et bon père de famille » ; « grand partisan de l’usurpateur », il était « très circonspect » depuis le retour du roi et ne paraissait pas agir contre le gouvernement. D’ailleurs, puisqu’il était seul imprimeur, l’administration était « forcée de s’en servir ». Démissionnaire en 1817, Derrien confia son établissement à son gendre Simon-Marie-Joseph- Marin Blot (breveté imprimeur le 16 septembre) ; il mourut trois ans plus tard, le 20 octobre 1820.

  • 116 Cf. Kerviler R., Répertoire général de bio-bibliographie bretonne, op. cit.
  • 117 AN, F18 2142 : rejet de la demande d’un brevet d’imprimeur par Hyacinthe de Saint-Pray, prote chez (...)

52Percepteur des contributions à Quimper en l’an XI, puis régisseur de l’octroi, le beau-fils de Derrien avait été nommé contrôleur des octrois à Ostende en 1813, mais la présence de l’ennemi l’avait empêché de s’y installer. Commissaire des fédérés à Quimper pendant les Cent-Jours, il occupait le siège de secrétaire général de la préfecture du Finistère depuis le 27 mai 1815 (il fut remplacé peu après la seconde Restauration). Membre de la société pantomatique de Quimper (de 1798 à 1809), Blot était aussi l’un des fondateurs de la société épicurienne du Finistère (affiliée au Caveau moderne en 1809), dont il était grand maître des cérémonies. Devenu correspondant de l’Athénée de la langue française, membre de la Société d’agriculture du Finistère et du Comité d’instruction primaire de l’arrondissement de Quimper, notre imprimeur participait donc activement à la vie politique et culturelle du département116. Blot eut la satisfaction de voir son monopole d’imprimeur préservé. Si le préfet échoua à faire accorder un brevet de libraire à son protégé, du moins réussit-il à convaincre le ministère que les besoins de la ville étaient déjà « insuffisans pour occuper toute l’année les presses du sieur Blot117 ». En mars 1831, Eugène Blot succéda à son père, qui put désormais se consacrer pleinement à ses nouvelles fonctions – nommé maire de Quimper en juin 1831, Simon Blot occupa ensuite le poste de conseiller de préfecture du Finistère (1833-1838).

  • 118 AD 29, 2 T 3 : lettre de Guilmer au préfet (11 avril 1810).
  • 119 Ibidem : lettre de Lédan au préfet (18 avril 1810).
  • 120 Breveté le 10 avril 1820, Victor Guilmer exerça jusqu’en 1862.

53À Morlaix, le choix de l’imprimeur héréditaire s’avéra peu aisé. Les deux imprimeurs possédaient chacun deux presses et travaillaient pour l’administration et le commerce. François Guilmer fit valoir son ancienneté (il exerçait depuis 1791), sa moralité, son attachement au gouvernement, le besoin enfin d’assurer la subsistance d’une famille nombreuse118. Son rival était son ancien prote, qui s’était établi comme imprimeur-libraire en 1805 grâce à la générosité d’un prêtre, l’abbé David (lequel avait déjà pris en charge les frais de son apprentissage). Alexandre Lédan ne manqua pas de signaler qu’il était muni d’un brevet d’apprentissage, preuve de savoir-faire que nombre d’imprimeurs ne possédaient pas. Un autre de ses avantages était de parler breton, ce qui lui donnait « la facilité de pouvoir utilement traduire et imprimer tous les arrêtés que le gouvernement se proposeroit de faire circuler d’une manière particulière119 ». Lédan obtint le soutien d’un certain nombre de personnalités de Morlaix et, probablement, celui de l’évêque de Quimper, Mgr Dombidau de Crouseilhes. Ces divers appuis ne furent cependant pas suffisants car ce fut à Guilmer que revint le brevet d’imprimeur héréditaire, tandis que Lédan devait se contenter d’un titre à vie. Guilmer mourut le 2 décembre 1818 et sa veuve Jeanne Nicole fut autorisée à lui succéder (4 mars 1819). Un an plus tard, elle démissionna en faveur de son fils unique Victor-Marie, âgé de 22 ans, qui avait fait son apprentissage chez son père et à Paris chez Didot120.

  • 121 AD 29, 2 T 14 : lettre de Guyon au préfet (23 avril 1810).
  • 122 AN, F18 1897 : dossier Guyon : lettre de Guyon au ministre de la Police (4 octobre 1819).
  • 123 Ce ne fut qu’en novembre 1842 qu’un brevet d’imprimeur fut délivré à Landerneau (le bénéficiaire e (...)
  • 124 Caen fut ensuite breveté imprimeur à Quimper (1838).

54Dans la petite ville de Landerneau, Georges Guyon était seul imprimeur. Père de cinq enfants en bas âge, ce fut avec de « cruelles inquiétudes » qu’il sollicita le maintien d’un atelier modeste121, créé en 1792 et composé de deux presses. Ses craintes étaient bien fondées : il ne reçut qu’un brevet d’imprimeur à vie et n’obtint même pas celui de libraire. Quelques années plus tard cependant, Guyon saisit l’opportunité d’une place plus avantageuse. Avisé du départ de Beauchemin de Saint-Brieuc, il sollicita l’autorisation de lui succéder, arguant que Landerneau, situé entre Morlaix et Brest – villes pourvues d’imprimeries –, le mettait « dans la nécessité de chercher ailleurs des ressources plus abondantes122 ». Le ministre Decazes accueillit favorablement sa requête et lui délivra un brevet d’imprimeur héréditaire à Saint-Brieuc (19 octobre 1919). Après le départ de Guyon, Landerneau resta sans imprimeur pendant plus de vingt ans123. Quimperlé, en revanche, put se doter d’une imprimerie avant la fin de la Restauration : un brevet fut accordé au libraire Pierre Caen dit Lion (14 février 1829), qui devint ainsi le premier à exercer la typographie dans la ville124.

Les Côtes-du-Nord

  • 125 AD 22, 2 T 1 : état de 1810.
  • 126 AN, F18 15 : rapport du préfet au ministre de la Police (31 juillet 1815).

55En 1810, le département des Côtes-du-Nord restait le moins pourvu en imprimeries, avec seulement trois ateliers à Saint-Brieuc – dont deux ne faisaient que végéter – et un à Dinan, celui de Jean-Baptiste-Toussaint Huart125. Un rapport préfectoral de 1815 affirmait que « le peu de travail » des imprimeurs se limitait à quelques ouvrages de ville126.

  • 127 AD 22, 135 J 4 : lettre de Prud’homme à Rupérou, membre du tribunal de cassation (26 février 1810) (...)
  • 128 AD 22, 135 J 10.
  • 129 Ibidem : estimation du 26 septembre 1811.
  • 130 Ibid. : « Traité de partage entre Louis-Mathieu, Jean-Louis et Mathieu-Charles Prud’homme frères d (...)
  • 131 Prud’homme Ludovic, La famille Prud’homme à Saint-Brieuc…, Saint-Brieuc, 1912, p. 85.
  • 132 AD 22, 135 J 1.

56Après les avatars de la Révolution, l’entreprise de Louis-Jean Prud’homme était de nouveau très active, avec « quatre presses roulantes et [des] caractères suffisans pour en faire rouler douze ». Le décret du 5 février 1810 lui causant quelque inquiétude sur l’avenir d’un établissement qu’il avait prévu de transmettre à ses deux fils aînés, Prud’homme fit valoir son ancienneté, la prospérité de son entreprise et s’assura du soutien de diverses personnalités127. Sans attendre la décision de la direction générale de la Librairie, il pria Hovius et Huart, « comme ses anciens confrères et bons amis », de procéder à l’estimation de son imprimerie et de sa librairie, afin d’établir une « balance d’équité » entre ses trois enfants128. Les deux experts convenus procédèrent donc à l’estimation de l’établissement pendant les mois d’avril et mai 1810. Au total, c’était une affaire d’un montant de 146 000 francs que Prud’homme cédait à ses enfants : le montant de l’imprimerie fut fixé à 32 959,75 francs et celui de la librairie à 113 040,25 francs129. Le 24 mars 1812, on procéda au traité de partage entre Louis-Mathieu, Jean-Louis et leur jeune frère, Mathieu-Charles130. Le brevet étant un titre personnel, ce fut à l’aîné que fut délivré celui d’imprimeur héréditaire, puis celui de libraire en 1813. Louis-Mathieu avait très tôt travaillé sous la direction de son père et avait complété sa formation à Poitiers, Bordeaux et Bayonne. Veuf en 1801, il s’était remarié l’année suivante avec Marie-Jeanne-Julienne Couessurel de La Villenizan, de Moncontour, et cette seconde union lui avait permis d’accroître sa fortune – en 1808, il figurait au vingt-cinquième rang sur la liste des cent contribuables les plus imposés de la commune (son père figurait sur la même liste)131. Le 28 février 1815, considérant qu’« un commerce d’imprimerie et librairie ne peut se transmettre par indivis à des héritiers » et que seul Louis-Mathieu était breveté, les deux frères passèrent un traité prononçant la dissolution de leur « société de commerce » : il fut convenu, qu’à partir du 1er janvier 1822, les fonds de l’établissement resteraient « au compte seul et à l’entière disposition » de Louis-Mathieu132.

  • 133 Prud’homme L., op. cit., p. 71.
  • 134 Ibidem : discours du préfet M. de Saint-Luc, prononcé à l’occasion de l’installation de Prud’homme (...)
  • 135 Ibid., p. 78.

57Ayant définitivement renoncé à une entreprise qu’il dirigeait depuis 1777, Prud’homme père ne resta pas pour autant inactif. Entretenant d’étroites relations avec Jean-Marie de Lamennais, il consacra son temps et sa fortune à des œuvres charitables et religieuses133. Le 1er août 1816, le préfet du département le nomma maire de Saint-Brieuc, comme « récompense du courage » dont il avait fait preuve « dans les moments les plus orageux de la Révolution » et du combat qu’il avait mené sans relâche contre « les principes destructeurs » qu’elle avait enfantés134. Prud’homme occupa cette charge pendant trois années, puis préféra démissionner plutôt que de transiger sur une question de principes religieux. Il vécut alors « une vie paisible et retirée, quittant peu son cabinet où il se livrait à l’étude et à des travaux littéraires. Il y recevait ses amis et tout spécialement l’évêque, le préfet, qui avaient fréquemment recours à ses conseils. […] La situation politique de la France le préoccupait beaucoup, car il aimait son pays et eût voulu conjurer les dangers qui le menaçaient135 ». Prud’homme mourut en 1832, à l’âge de 87 ans. Son entreprise était alors entre de bonnes mains et l’annuaire de F.-M. Habasque en donne une présentation élogieuse.

  • 136 Habasque F.-M., Notions historiques, géographiques, statistiques et agronomiques, sur le littoral (...)

« L’imprimerie est belle, et riche en caractères extrêmement amples ; elle possède aussi un fort bel assortiment de garnitures provenant de la fonderie de M. Mahé.
M. Prud’homme a quatre presses montées, dont deux à deux coups. […] Il en possède une troisième dans le même genre et à un coup. À l’égard de la quatrième, c’est une presse nantaise toute en fer, de l’invention de Louis- Bertrand Fourmand. […] Il suit de ce qui précède que M. Prud’homme peut faire rouler quatre presses à la fois, et il a infiniment plus de caractères qu’il n’en faut pour occuper le nombre de compositeurs à ce nécessaire, dût-on même ne tirer les ouvrages qu’en petit nombre. En effet, outre les caractères ordinaires, cette imprimerie se compose d’un assortiment complet de financières, et de la majeure partie des belles anglaises et des rondes de Didot136 ».

  • 137 AN, F18 450 : lettre de Beauchemin au directeur général de la Librairie (15 novembre 1814).
  • 138 AD 22, 135 J 1 : traité passé entre G. Bourel et L.-M. Prud’homme (6 février 1816).
  • 139 AN, F18 1897 : dossier Beauchemin : rapport du préfet (27 août 1818).
  • 140 AN, F18 450 : rapport du préfet (18 septembre 1819).
  • 141 Idem (19 octobre 1819).
  • 142 AD 22, 135 J 6 : traité passé entre Mme Beauchemin et Prud’homme (28 septembre 1819).
  • 143 AN, F18 1897 : lettre de Beauchemin au ministre de l’Intérieur (15 novembre 1840).

58Les deux autres ateliers de Saint-Brieuc, fondés sous la Révolution, ne pouvaient rivaliser avec l’ancienne maison Prud’homme. Gabriel Bourel et Charles Beauchemin ne possédaient chacun que deux presses. Beauchemin avait succédé à son père en l’an XIII (1804-1805), après avoir travaillé pendant deux années comme compositeur à l’Imprimerie nationale. L’impression du Journal des Côtes-du-Nord et de sa feuille d’annonces constituait « la majeure partie » de son activité ; l’imprimeur déclara avoir épuisé « le peu de fortune » qu’il avait pour faire l’acquisition de différents caractères137. Il dut se contenter d’un brevet d’imprimeur à vie, tandis que Bourel obtenait un titre héréditaire. Mais ce dernier préféra bientôt renoncer à son état : en février 1816, il vendit ses fonds d’imprimerie et de librairie à Louis- Mathieu Prud’homme, moyennant la somme de 19 138,83 francs et le versement d’une rente viagère de 300 francs138. Quant à Beauchemin, réduit à n’imprimer que sa modeste feuille d’annonces et de rares affiches139, il quitta « furtivement » la ville en 1819, « abandonnant son entreprise et laissant, suivant le bruit public, des affaires en assez mauvais état140 ». Après s’être renseigné plus précisément, le préfet informa le ministre de l’Intérieur que, bien qu’il eût laissé des affaires « un peu dérangées », l’imprimeur n’était pas en faillite et qu’aucune saisie n’avait été faite sur son mobilier. Mais il ne restait presque rien de l’imprimerie, que Beauchemin avait commencé à démanteler depuis plusieurs années, en vendant peu à peu outils et caractères141. Le 28 septembre 1819, la femme de Beauchemin vendit le reste à Prud’homme pour la somme de 742,10 francs (dont une presse à 100 francs et 1 800 livres de caractères à 630 francs142). Dans une lettre, datée du 15 novembre 1840 et adressée au ministre de l’Intérieur, Beauchemin expliquait que, n’ayant pu faire face à « une concurrence ruineuse », il avait préféré quitter Saint-Brieuc pour s’établir à Paris143– sans préciser toutefois si ses affaires y avaient été plus florissantes.

  • 144 Guyon Gilbert, Recherches sur la famille et l’imprimerie Guyon, Saint-Brieuc, 1998, mémoire dactyl (...)
  • 145 Monjaret de Kerjégu (1781-1863) : maire de Montcontour ; élu député des Côtes-du-Nord le 25 févrie (...)
  • 146 AN, F18 1897 : lettre du directeur de la Police au préfet (10 octobre 1826).

59Prud’homme l’avait emporté sur ses deux concurrents. Mais il ne resta pas longtemps seul imprimeur dans la ville puisque, rappelons-le, Guyon obtint, en octobre 1819, l’autorisation de transférer son atelier de Landerneau à Saint-Brieuc. L’imprimerie de Guyon était toutefois bien modeste, avec deux presses de la première invention et quelques caractères usés. Les premières années furent difficiles – en 1824, Guyon affirmait qu’après avoir passé trois ans sans ouvrage, il commençait seulement à en avoir un peu144. Mais pour obtenir des commandes de l’administration, il devait accorder des rabais importants, qui lui laissaient une faible marge bénéficiaire ; en outre, il ne possédait pas le capital nécessaire pour faire face à la lenteur des paiements. Guyon parvint cependant à maintenir un équilibre financier précaire ; il exerça jusqu’en septembre 1826, date de son décès. Son fils Louis-Simon sollicita l’autorisation de reprendre l’imprimerie, en joignant à sa demande une lettre de recommandation des députés Monjaret de Kerjégu et du marquis de La Boëssière145, ainsi que les attestations de l’évêque, du procureur du roi et des curés de Saint-Brieuc. Malgré l’appui de ces diverses personnalités, Franchet d’Esperey émit une réponse négative, invoquant le trop grand nombre d’imprimeurs à Saint-Brieuc146. Le préfet avisa alors le directeur de la Police que Prud’homme était seul imprimeur dans la ville puisque Bourel et Beauchemin avaient cessé d’exercer. Un second atelier s’avérait d’autant plus « indispensable » qu’il permettrait de mettre fin au monopole de Prud’homme.

  • 147 Ibidem : rapport du préfet (16 octobre 1826).

« Le sieur Guyon père, avant son décès, avait obtenu l’adjudication de l’impression des registres de l’état civil de 1827 […]. Depuis longtemps on donnait tous les ans à l’impression les registres d’état civil sans adjudication. Pendant 10 à 12 ans, le sieur Prudhomme avait cette entreprise à raison d’1 franc par registre ; mais, depuis mon arrivée dans les Côtes-du-Nord, je l’ai donnée en adjudication et j’ai obtenu un rabais de 7 à 800 francs par an en faveur des communes […] : bénéfice dû à la concurrence. Je comptais établir cette même concurrence à l’égard du recueil des actes administratifs dont l’impression absorbe une grande partie de mes frais de bureau ; et la suppression de l’imprimerie du sieur Guyon m’ôterait cette faculté147 ».

60L’argument porta : Guyon fut breveté imprimeur un mois plus tard, le 21 novembre 1826.

61Signalons enfin que le ministère Martignac accorda à un nommé Théodore Jacques un brevet d’imprimeur lithographe (le 16 septembre 1828) ; mais ce brevet resta inexploité, le dit Jacques ne disposant pas des capitaux suffisants pour s’établir.

Le Morbihan

62À la différence des autres départements, le Morbihan conserva le même nombre d’imprimeries du début de l’Empire jusqu’à la fin de la Restauration : trois à Lorient et deux à Vannes. Les imprimeurs morbihannais furent ceux qui déposèrent le plus faible nombre de déclarations, se situant même loin derrière le département des Côtes-du-Nord, qui ne possédait pourtant que trois imprimeries.

Lorient

  • 148 AD 56, T 188 : rapport du sous-préfet de Lorient (6 juillet 1816).
  • 149 AN, F18 2002 : dossier Bardon veuve Baudoin : lettre de la direction de la Librairie (22 août 1825 (...)

63Des trois imprimeries de Lorient, la plus importante était celle fondée sous l’Ancien Régime et tenue depuis 1786 par la veuve Jeanne Durand veuve Baudoin. L’atelier se composait de quatre presses, avec un assortiment complet de caractères. Simon-Louis Baudoin fils obtint un brevet héréditaire en 1811, puis le titre d’imprimeur du roi le 4 juillet 1814. Ce titre récompensait en fait surtout la veuve, connue comme une femme « respectable par son âge et sa piété » et qui, secondée par sa bru, assumait les tâches que son fils, presque aveugle, ne pouvait accomplir148. Simon-Louis mourut le 19 mars 1825 ; son brevet revint à sa veuve Victoire Bardon – mais pas son titre d’imprimeur du roi, réservé aux personnes qui, « pendant un long exercice de leur profession », s’y étaient distinguées « par une probité éprouvée et par des connaissances spéciales »149.

  • 150 Ibidem : lettre de la veuve Jeanne Baudoin au préfet (24 février 1810).
  • 151 AD 56, T 188 : rapport du sous-préfet de Lorient (10 avril 1810).
  • 152 Idem (6 juillet 1816).

64Le deuxième établissement de la ville avait été créé en 1790 par Pierre Feutray, qui s’était attiré par là l’hostilité de la veuve Baudoin. Celle-ci avait pu toutefois se consoler devant le peu de réussite de son ancien ouvrier, lequel n’avait pas été « longtemps à reconnoître la faute qu’il avoit commise par le peu d’ouvrage que la ville et les environs fournissoient150 ». Feutray était mort en 1799 et sa veuve, née Marie-Françoise Letoux, avait pris la direction de l’imprimerie, aidée par son fils François. Leur établissement restait peu actif, avec deux presses et un atelier de reliure. Le sous-préfet appuya pourtant la demande de brevet que la veuve Feutray sollicita pour son fils, considérant qu’« il ne faudroit pas faire à son égard une injustice, par la seule raison qu’elle fai[sai]t peu d’impressions151 ». François Feutray obtint un brevet à vie ; mais il ne s’occupa pas de l’atelier, préférant le métier de boulanger à celui de typographe. Au début de la Restauration, le souspréfet souhaita que l’imprimerie fût confiée à son frère Laurent, qui en était le véritable gestionnaire et semblait être « dans de meilleurs principes » que François, accusé d’avoir manifesté « hautement » son « attachement prononcé à l’usurpateur »152. Reconnaissant l’« incompatibilité » du métier de boulanger avec celui d’imprimeur, mais soucieux de ne pas être à l’origine d’une querelle entre les deux frères, le ministre de la Police choisit de délivrer le brevet à leur mère, tandis que Laurent continuerat dans les faits à diriger l’atelier. La veuve Feutray, âgée de 68 ans, fut donc brevetée le 18 février 1818. En 1825, elle tenta de démissionner en faveur de son fils, mais sa demande fut rejetée au motif qu’elle ne détenait qu’un brevet à vie ; en outre, Laurent était accusé par le préfet et le sous-préfet d’avoir imprimé des libelles au cours des dernières élections. Après le décès de sa mère, survenu en mars 1830, Laurent Feutray réitéra sa demande et, bénéficiant cette fois des avis favorables des autorités locales, reçut un brevet le mois suivant (il exerça jusqu’en 1842).

  • 153 Idem.

65Le troisième imprimeur de la ville était Antoine Le Coat Saint-Haouen, qui avait épousé la fille de la veuve Baudoin en 1792. Devenu veuf en 1802, Le Coat avait monté sa propre imprimerie-librairie, ce qui l’avait brouillé avec sa belle-mère. Celle-ci était d’autant plus amère qu’elle s’était engagée, au décès de sa fille, à verser à Le Coat une somme annuelle de 24 000 livres – et elle ne manqua pas de signaler aux autorités que, sans cette rente, elle doutait fort qu’il eût pu continuer son commerce. Mais Le Coat bénéficia du soutien de la préfecture et obtint un brevet héréditaire en 1811. Il possédait deux presses, travaillait pour le commerce, les militaires, quelques administrations et imprimait le Courrier de Lorient, le seul journal du département. En 1816, le sous-préfet rapportait que sa conduite et l’esprit de son journal pendant l’interrègne avaient « laissé de la méfiance sur son compte », mais qu’il professait les « bons principes » depuis le retour du roi153. Le Coat souffrait surtout du manque d’ouvrage : en avril 1821, au préfet qui s’étonnait de ne pas avoir reçu de déclaration d’impression depuis huit mois, il répondit exaspéré que le monopole de Paris ne lui permettait pas d’en faire.

  • 154 AD 56, T 195 : lettre de Le Coat Saint-Haouen au sous-préfet de Lorient (17 avril 1821).

« Depuis qu’un monopole injuste a été établi sur l’imprimerie et que l’on juge à propos de concentrer à Paris toutes les impressions des premières autorités administratives, judiciaires, militaires et financières, nécessairement nos ateliers s’en ressentent. Plusieurs imprimeurs des départements ont réclamé, en observant que ce monopole préjudiciait autant à l’intérêt général qu’à l’intérêt particulier. Ils ont fait des observations bien probantes ; on n’a pu s’empêcher de le reconnaître en leur répondant ; mais, ajoutait-on, on a pris la marche de tout imprimer à Paris, et puisqu’on a commencé, il faut bien continuer. Je vous laisse à juger quelle qualification on peut donner à un pareil raisonnement154 ».

66Le Coat Saint-Haouen mourut deux ans avant son beau-frère Baudoin, le 28 octobre 1823. Sa seconde épouse, Marie-Thérèse Michaud, prit la direction de l’imprimerie-librairie avant de la transmettre à son fils Antoine en 1833.

Vannes

  • 155 AD 56, T 191 : état de 1810.

67L’ancienne maison Galles restait la plus importante de la ville et du département. Depuis le décès de Jean-Baptiste Galles, survenu en novembre 1801, elle était gérée par l’avocat et notaire René Jollivet, oncle et tuteur des six enfants Galles. Un inventaire réalisé en janvier 1802 constatait « un actif net en mobilier, caisse et fonds de commerce d’imprimerie et librairie » supérieur à 80 000 francs (dans cet actif, le fonds de commerce était estimé à 66 000 francs)155. Le même local regroupait l’imprimerie, deux magasins pour les livres d’assortiment, deux autres pour la papeterie et un atelier de reliure ; quatre magasins externes stockaient les impressions et les livres de fonds. L’imprimerie abritait cinq presses, un bel assortiment de caractères et une collection de gravures en bois et de gravures en taille-douce ; on y imprimait des livres de piété, des travaux de ville, des classiques pour les écoles et quelques livrets en langue bretonne. La librairie offrait un large choix d’ouvrages – provenant de l’atelier familial ou tirés de Paris, Lyon, Toulouse ou Avignon – et fournissait en gros aux libraires établis dans les villes voisines. Dans son rapport d’août 1810, le préfet estimait que la disparition de cet établissement aurait représenté « une perte irréparable pour le département ». L’aîné des garçons Galles, Jean-Marie, âgé de 21 ans, prit la direction de l’établissement. Malgré son jeune âge, le directeur général de la Librairie le distingua en le nommant vérificateur à l’estampille (septembre 1810) et lui délivra un brevet d’imprimeur héréditaire (juillet 1811).

  • 156 Idem.
  • 157 Le 18 juin 1799, Jeanne-Mathurine Mahé avait épousé à Vannes Alexis La Marzelle, « chef du bureau (...)

68L’autre atelier de la ville, celui de Julienne Corrolas veuve Mahé et exfemme de Laurent Bizette, abritait deux presses et un nombre de caractères « plus que suffisant156 ». On y imprimait des livres de dévotion en langues française et bretonne, des travaux de ville et, surtout, toutes les pièces nécessaires aux diverses administrations du département. La veuve devait ce monopole à un gendre riche et influent, Alexis de La Marzelle, nommé conseiller municipal en 1804, puis maire de Vannes en 1808157. En 1810, elle sollicita et obtint pour son fils un brevet d’imprimeur (juillet 1811), mais Eugène n’exerça pas, préférant rejoindre l’armée d’Espagne. Ce fut sans doute une déception bien amère pour sa mère, qui préféra alors se remettre à la tâche plutôt que de céder son imprimerie-librairie à des mains étrangères ; elle obtint que le brevet d’Eugène fût annulé et remplacé par un brevet à son nom (décembre 1811).

69Après la chute de l’Empire, la maison Galles put enfin prendre sa revanche sur l’« imprimerie née de la Révolution ». Jean-Marie Galles fut nommé imprimeur du roi (4 juillet 1814), ce qu’il considéra comme la juste récompense de l’attachement constant de sa famille au régime monarchique.

  • 158 . AN, F18 2001 : dossier Galles : lettre de Jean-Marie Galles au directeur général de la Librairie (...)

« Dans les premières années de la malheureuse période qui vient de prendre fin, la reconnaissance et le devoir imposaient à mon père de refuser son travail et ses presses aux libelles par lesquels on réussit trop à égarer une partie de la nation. […] Héritier de son attachement et de son dévouement à la mémoire de Louis seize et à l’auguste famille des Bourbons, je me suis trouvé comme lui écarté de tous les travaux dirigés par les nouvelles autorités publiques qui jugèrent à propos de n’accorder et de ne continuer leur confiance qu’à une nouvelle maison d’imprimerie née de la Révolution. […] Il est résulté de là, M. le Directeur général, que, me bornant à l’impression d’ouvrages qui peuvent être avoués de tous les tems par les hommes honnêtes et au travail que le clergé et les amis de la religion me procuraient, j’ai, avec une famille composée de plusieurs frères et sœurs mineurs, supporté d’une manière sensible le poids de l’impôt assis sur les impressions, lors que des presses créées et favorisées par l’esprit de parti ont toujours été, depuis la fatale ère républicaine, exclusivement occupées et salariées sur les fonds publics […]158 ».

70Le changement de régime était en revanche une mauvaise nouvelle pour la famille Bizette. La Marzelle quitta la mairie de Vannes, ce qui menaça fortement le monopole de la maison Bizette sur les impressions administratives. Mais la plus grande crainte de la veuve était de perdre son brevet. Elle s’empressa donc de justifier sa conduite passée en déclarant qu’elle avait été l’« imprimeur exclusive » des autorités pendant plus de vingt ans « pour cause de sécurité publique ». La volonté du gouvernement de ne pas attiser les rancunes permit à la veuve Mahé-Bizette d’obtenir le renouvellement de son brevet héréditaire. En 1825, elle démissionna en faveur de son petitfils, Alexandre de Lamarzelle (breveté le 19 avril), qui dirigea la maison familiale pendant près de vingt-cinq années.

□□

71Au total donc, la Bretagne perdit sept imprimeries en l’espace de deux décennies (1810-1830). Le Premier Empire avait choisi de reprendre le système mis en place sous l’Ancien Régime. Il était temps de refermer la parenthèse de la Révolution, qui avait entraîné un accroissement excessif du nombre d’ateliers. Trente-six imprimeurs exerçaient en 1810 et seulement vingt-trois d’entre eux obtinrent un brevet héréditaire.

Brevets délivrés en 1811

Brevets délivrés en 1811

72Treize imprimeries étaient donc, à terme, condamnées à disparaître. Toutefois l’état de précarité de certaines était tel que la mesure qui les frappait ne faisait qu’entériner une disparition inéluctable. Les brevets accordés sous la Restauration ne furent pas le résultat de la création de nouvelles officines (exception faite de celle de Quimperlé), mais du renouvellement de titres, délivrés aux successeurs d’imprimeurs décédés ou démissionnaires. Ainsi, la diminution du nombre d’imprimeurs, amorcée en 1811, se poursuivit- elle jusqu’en 1830.

Évolution du nombre d’imprimeurs (1810-1829)

Évolution du nombre d’imprimeurs (1810-1829)

Densité des imprimeries en 1829

Densité des imprimeries en 1829

73Seul le Morbihan parvint à conserver ses cinq ateliers, tandis que la Loire- Inférieure, l’Ille-et-Vilaine et les Côtes-du-Nord perdaient chacun un imprimeur. La baisse affecta le département qui avait le plus profité de la liberté du commerce proclamée sous la Révolution : le Finistère vit en effet disparaître quatre de ses ateliers. Malgré tout, le nombre d’imprimeries dans l’ensemble de la province restait largement supérieur à celui relevé à la veille de la Révolution (dix-huit) et à celui fixé par le pouvoir impérial en 1811.

  • 159 Chasles Ph., « Statistique littéraire et intellectuelle de la France pendant l’année 1828 », Revue (...)

74Les déclarations d’impression traduisent beaucoup plus précisément tout le contraste des situations. Elles font apparaître d’abord la prédominance de la Loire-Inférieure et de l’Ille-et-Vilaine : sur les 1783 déclarations d’impressions (journaux exclus), que nous avons comptabilisées de 1810 à 1829 pour l’ensemble de la Bretagne, les deux tiers proviennent de ces deux départements. Les imprimeurs des Côtes-du-Nord déposèrent 273 déclarations (15 %), ceux du Finistère 259 et ceux du Morbihan seulement 73 (4 %). Une seconde distinction doit ensuite être faite entre la Loire- Inférieure (ou plus précisément Nantes), qui fut de loin la plus productive (avec 745 déclarations, soit près de 42 %), et l’Ille-et-Vilaine (433 déclarations, soit 24 %). La statistique pour 1828, dressée par Chasles159 et commentée par Chapplain dans la Revue de l’Ouest du 25 mars 1829, distingue les trente départements français qui avaient fourni le plus grand nombre de publications. Le département du Rhône y apparaît comme « le plus riche en produits de la presse » – ses dix-sept imprimeurs ayant été plus productifs que ceux, pourtant plus nombreux (vingt-huit), du département du Nord.

75Surtout, le rédacteur de la Revue de l’Ouest n’omit pas de souligner le sixième rang occupé par la Loire-Inférieure, place d’autant plus remarquable que le département ne possédait qu’une seule ville dotée d’imprimeries : avec six ateliers, Nantes rivalisait avec la Gironde, qui avait quinze imprimeries, et la Seine-Inférieure, qui en avait seize, et dépassait les Bouches-du-Rhône, qui en avaient vingt-deux. L’Ille-et-Vilaine occupait elle aussi un rang « assez distingué » (le dix-neuvième), surtout si l’on considère que, sur un total de huit imprimeries, plusieurs étaient « peu convenablement exploitées ou en non-activité ». En revanche, les autres départements de la Bretagne n’étaient « pas aussi avancés » : avec respectivement six et trois imprimeries, le Finistère et les Côtes-du-Nord ne fournissaient que quelques publications, tandis que la production des cinq ateliers du Morbihan était nulle. D’après Chapplain, la raison en était essentiellement d’ordre économique :

« La presse ne tire sa prospérité que de l’activité industrielle et commerciale des grandes villes, c’est ainsi que Nantes sera toujours, sous ce rapport, au-dessus de toutes les autres cités de la Bretagne, et que Vannes ne pourra jamais lutter avec Brest, port de mer, animé par un mouvement continuel, et avec Rennes, ville d’étude, siège d’une Cour Royale, d’une école de droit et d’artillerie ».

76L’activité des imprimeurs des petites villes consistait en grande partie dans la production de menus ouvrages, travaux de ville et petites brochures, qui n’étaient pas soumis à déclaration. Là se trouve la principale cause du retard des trois départements de Basse-Bretagne.

Notes

1 Pour les aspects législatifs, cf. Vouillot Bernard, L’Imprimerie et la librairie à Paris sous le Consulat et l’Empire (1799-1814), thèse de l’École nationale des chartes, 1979 ; du même auteur, « La Révolution et l’Empire : une nouvelle réglementation », Histoire de l’édition française, t. II, Paris, 1990, p. 694-708.

2 AD 22, 2 T 1 : circulaire du directeur général de la Librairie aux préfets (13 juillet 1810).

3 Ibidem.

4 AM de Nantes, I2 carton 27, dossier 3 : tableau envoyé par le préfet de Loire-Inférieure au maire de Nantes (3 avril 1810).

5 AD 22, 2 T 1 : circulaire du directeur général de la Librairie aux préfets (13 juillet 1810).

6 AD 44, 151 T 1 : lettre du directeur général de la Librairie au préfet de Loire-Inférieure (18 juillet 1810).

7 AD 44, 153 T 2 : arrêté du ministre de l’Intérieur (28 août 1810). Joseph-Alexis Walsh (1782-1860) fit une carrière administrative et littéraire sous le nom de Vicomte Walsh. Inspecteur de la Librairie dans les départements de l’Ouest sous l’Empire et sous la Restauration, il obtint ensuite la place de commissaire du roi près la Monnaie de Nantes, puis celle de directeur des postes. Il entra dans la polémique militante d’inspiration légitimiste et écrivit dans plusieurs organes de son parti. Walsh fut aussi le directeur, avec Max Raoul, puis avec l’abbé Glaire, de l’Encyclopédie catholique, répertoire universel et raisonné des sciences, des lettres, des arts et des métiers… (Paris, 1839-1849).

8 En 1811, d’après G. Peignot, 279 villes de France furent autorisées à avoir des imprimeries : 114 villes ont pu en avoir chacune plusieurs, 165 n’ont eu droit qu’à une seule. 509 imprimeurs, répartis dans 164 villes, obtinrent des brevets transmissibles ; 193 imprimeurs, répartis dans 115 villes, eurent seulement des brevets à vie. Cf. Peignot Gabriel, Essai historique sur la liberté d’écrire : Chronologie des lois sur la presse de 1789 à 1831, Genève, Slatkine, 1970, p. 142 (reprod. de l’éd. de Paris, 1832).

9 Sur la législation, cf. notamment Conihout Isabelle de, Recherches sur l’administration de la librairie (1815-1848), thèse de l’École nationale des chartes, 1980 ; du même auteur, « La Restauration : contrôle et liberté », Histoire de l’édition française, t. II, Paris, 1990, p. 709-717.

10 AN, F18 2 : imprimerie et librairie : circulaire du 4 avril 1814.

11 Ibidem : lettre de Royer-Collard au préfet d’Ille-et-Vilaine (13 décembre 1814).

12 AD 35, 2 T 1 : lettre du directeur général de la Librairie au préfet d’Ille-et-Vilaine (11 juillet 1814).

13 Ibidem : lettre du ministre de la Police Decazes au préfet d’Ille-et-Vilaine (27 mai 1816).

14 Chiffres donnés par Huet de Coëtlizan J.-B., Recherches économiques et statistiques sur le département de la Loire-Inférieure, Nantes, an XII (1803-1804).

15 Abbad Fabrice (sous la dir. de), La Loire-Atlantique des origines à nos jours, St-Jean-d’Angély, Ed. Bourdessoules, 1984, p. 291.

16 AD 44, 151 T 2 : état préfectoral d’avril 1810.

17 AD 44, 151 T 3 : lettre du maire de Nantes au préfet (16 avril 1810).

18 Mellinet Camille, La Commune et la milice de Nantes, t. XI, Nantes, 1843, p. 138. Ce « scandale » eut lieu le 10 octobre 1802, à l’occasion de l’installation du nouvel évêque, Jean-Baptiste Duvoisin.

19 Journal privé de Camille Mellinet-Malassis, cité dans : Manceron Paul, « Les journaux que lisaient les Nantais au temps de la Restauration et de Louis-Philippe », Bull. de la Soc. archéo. et hist. de Nantes et de la Loire-Inf., t. 93, 1954, p. 137.

20 AD 44, 152 T 4 : lettre de Rosalie Malassis au préfet (6 décembre 1811).

21 Au début de la Révolution, Mangin avait établi « un atelier et un magasin de meubles, des assortiments complets d’outils, ustensiles et ornements pour les ouvriers ; un dépôt de quincaillerie, mercerie et bijouterie pour les pacotilles ; des collections de gravures, de dessins, de peintures et d’autres objets d’art, etc., etc. » ; mais ce commerce pour le moins hétéroclite avait été bientôt anéanti par « la dévorante Révolution et ses suites cruelles » (Feuille commerciale, 24 septembre 1825 : discours prononcé sur la tombe de Victor Mangin).

22 Feuille nantaise, 30 août et 10 novembre 1811.

23 Ibidem, 27 octobre 1811 : Mangin informa le public qu’il avait acheté des caractères d’écriture anglaise de Firmin Didot.

24 Ibid., 26 janvier 1813.

25 Ibid., 17 janvier 1813.

26 Guéraud A., op. cit.

27 AD 44, 151 T 3.

28 AD 44, 151 T 2 : lettre de Brun au préfet (29 octobre 1814).

29 Les Archives municipales de Nantes (D3) conservent la pièce suivante : Tribunal de commerce de Nantes. Extrait des minutes du greffe. Jugement déclaratif de la faillite de Marcellin-Aimé Brun, imprimeur à Nantes, vis-à-vis la Bourse, n° 38 et 40, du 17 janvier 1818 (imprimé par V. Mangin fils, s. d., placard in-folio).

30 Avis paru dans les Affiches de Nantes du 14 août 1818.

31 Le Lycée Armoricain, vol. 7, 1826, p. 448.

32 Le Manuel de typographie fut imprimé chez Didot en 1825. Brun fut breveté imprimeur à Paris le 9 septembre 1831.

33 AD 44, 151 T 2 : rapport du préfet (19 juin 1816).

34 Manceron Paul, art. cit., 1954, p. 138.

35 Mellinet ne fut breveté imprimeur lithographe qu’en mai 1823. En avril, le directeur de la Police avait averti le préfet que Mellinet ne pouvait se livrer à la lithographie sans brevet. Toutefois, « en considération de la conduite du sieur Mellinet-Malassis, connu pour n’imprimer que de bons ouvrages », il jugea inutile de provoquer des poursuites judiciaires contre un imprimeur qui avait pu se croire suffisamment autorisé (AD 44, 152 T 4).

36 « Rapport sur la presse nantaise de M. Bertrand Fourmand », Société académique de Nantes, 1826, p. 37 et p. 123-133. Cette presse permettait un tirage de 300 à 350 exemplaires à l’heure (contre 200-250 pour les anciennes presses en bois) ; son coût s’élevait à 1 000 francs (tandis que le prix des autres presses en fonte se situait entre 1200 et 3 000 francs).

37 Phare de la Loire, 18 septembre 1888.

38 Levot P., Biographie bretonne, op. cit.

39 Manceron Paul, art. cit., 1954, p. 159.

40 AN, F18 1963 : dossier Mangin : lettre du directeur de la Police au préfet (18 octobre 1820).

41 Maillard Émile, Nantes et le département au xixe siècle…, Nantes, 1891, p. 102-103.

42 AD 44, 151 T 2 : rapport du commissaire spécial de Nantes (27 mai 1816).

43 Ibidem : rapport du préfet (1822).

44 Ibid. : rapport du préfet (janvier 1828).

45 L’Ami de la Charte en prison ou un mois de retraite…, Nantes, Mangin, [1827], p. 11-13.

46 Feuille commerciale, 18 mai et 27 juillet 1824.

47 Ibidem, 27 octobre 1824.

48 L’Ami de la Charte en prison ou un mois de retraite…, op. cit., p. 13.

49 AD 44, 151 T 2 : rapports du préfet (1816 et 1822).

50 . Ibidem.

51 AD 44, 160 T 1. L’épouse de Busseuil protesta auprès de Decazes, qui ordonna au préfet de faire libérer l’imprimeur. Accusé d’avoir contrevenu aux lois relatives à la librairie, Busseuil n’était pas « à la disposition de la police, mais à celle de la justice qui [devait] prononcer sur son sort ».

52 AN, F18 1963 : dossier Merson : rapport du préfet (16 décembre 1828).

53 AD 44, 151 T 2 : rapport du préfet (19 juin 1816).

54 Ibidem : rapport du préfet (avril 1822).

55 AD 44, 152 T 3 : lettre de Franchet d’Esperey (15 octobre 1823).

56 AN, F18 2 : circulaire du ministre de l’Intérieur aux préfets (8 septembre 1829).

57 AN, F18 1962 : dossier Charpentier : le 21 juin 1824, le ministère de l’Intérieur donna l’ordre au préfet de faire apposer les scellés sur sa presse.

58 Statistique du département d’Ille-et-Vilaine. Par le citoyen Borie, préfet, Paris, Imprimerie des Sourdsmuets, an IX (1800-1801).

59 Meyer J., Histoire de Rennes, op. cit., p. 328.

60 AD 35, 2 T 1 : état de 1810.

61 Journal du département d’Ille-et-Vilaine, 22 nivôse an XIII (12 janvier 1805).

62 Ibidem, 11 juin 1805. Les numéros suivants annoncent des ventes de livres et d’objets les plus divers au « Magasin de confiance ». Le 3 septembre 1805, Chausseblanche se déclara satisfait de son nouvel établissement : « les ventes multipliées que l’on a faites au magasin depuis son établissement prouvent la confiance qu’on lui accorde ».

63 AN, F18 5436 : lettre du directeur général de la Librairie, le baron de Pommereul, au ministre des cultes (14 mai 1812). Le décret du 7 germinal an XIII (28 mars 1805) précise que : « 1. Les livres d’église, les heures et les prières ne pourront être imprimés ou réimprimés que d’après la permission donnée par les évêques diocésains, laquelle permission sera textuellement rapportée et imprimée en tête de chaque exemplaire. 2. Les imprimeurs, libraires, qui feroient imprimer, réimprimer des livres d’église, des heures ou des prières, sans avoir obtenu cette permission, seront poursuivis conformément à la loi du 19 juillet 1793. »

64 Dans une circulaire du 13 mars 1811, le baron de Pommereul précisait l’article III du décret du 5 février 1810 : « Il est à remarquer que cette censure ecclésiastique, applicable seulement aux livres de prières destinés au culte public, ne porte que sur le fond des ouvrages, qu’elle ne confère aucun privilège, et que l’Administration conserve toujours la plénitude de son droit, de permettre ou de suspendre l’impression du livre approuvé : mais comme il est juste que MM. les évêques puissent s’assurer que l’ouvrage imprimé est en tout conforme à l’ouvrage qu’ils ont approuvé, un exemplaire doit être déposé à leur secrétariat, suivant la décision de son Exc. le Ministre de l’Intérieur, en date du 10 octobre 1810 ». (AD 35, 2 T 1).

65 AN, F18 5436 : lettre du directeur général de la Librairie au ministre des cultes (14 mai 1812).

66 AD 35, 2 Ev 2 : lettre de Royer-Collard, directeur général de la Librairie, à J.-M. Vatar (18 juillet 1814).

67 AD 35, 2 T 1 : rapport du préfet (1er juillet 1816).

68 Dans son ouvrage, Le Sueur plaidait pour que les contributions, imposées à la France par le traité du 20 novembre 1815, ne fussent supportées que par les hommes qui avaient contribué au retour de Napoléon. D’après le préfet, cet ouvrage ne pouvait produire qu’un « très mauvais effet » en s’opposant « aux mesures adoptées par le gouvernement ».

69 AD 35, 1 M 100 et AN, F18 16.

70 AN, F18 1940 : dossier Frout : lettre de Victoire Frout au bureau de la Librairie (20 septembre 1828).

71 La veuve Frout céda l’imprimerie-librairie à sa fille Victoire, épouse De Caila, le 20 janvier 1834.

72 Annuaire du département d’Ille-et-Vilaine…, Rennes, Cousin-Danelle, 1826 et 1827.

73 Ibidem, 1828.

74 Le 23 avril 1815 se forma, à Rennes, une fédération bretonne : s’inspirant du serment prêté par les « jeunes gens » en février 1789 à Rennes (et renouvelé en janvier 1790 à Pontivy), les jeunes bourgeois de Rennes, Nantes et Saint-Malo se mobilisèrent pour lutter contre les troupes chouannes reconstituées.

75 AN, F7 9665.

76 AD 35, 2 T 1 : Mémoire pour les sieurs Gaultier père, avoué près la Cour royale de Rennes ; Gaultier fils, étudiant en droit, et Chausseblanche, imprimeur ; accusés devant la Cour d’Assises de Rennes de distribution d’un écrit intitulé le Nain tricolore, Rennes, impr. Chausseblanche, 1816, 23 p.

77 AD 35, 2 T 66 : lettre du directeur de la Police au préfet (11 septembre 1822).

78 Michel Chausseblanche avait deux fils, tous deux imprimeurs à Paris, place de l’École : Julien, éditeur de L’Écho de l’Ouest, et Michel-François.

79 Auguste-Hilarion comte de Kératry (1769-1859) : conseiller de préfecture en 1814, député du Finistère de 1817 à 1824 et de 1827 à 1837. Il fut dans l’opposition sous la Restauration. Louis-Marie-Rousseau de Saint-Aignan (1767-1837) : maire de Nantes en 1815, chevalier de Saint- Louis, préfet des Côtes-du-Nord, il fut élu député au Grand Collège de la Loire-Inférieure le 15 mars 1819. Il se plaça à la gauche de l’assemblée et s’opposa aux lois d’exception. Battu aux élections de 1824, il fut réélu en 1827.

80 F18 1940 : dossier Chausseblanche : rapport du préfet (17 mars 1828). Chausseblanche fils était accusé d’avoir participé aux manifestations et charivaris des libéraux, hostiles aux légitimistes, qui avaient agité Rennes pendant le printemps et l’été 1820. Les libéraux étaient regroupés dans une fédération similaire à celle des Cent-Jours, qui recrutait notamment parmi les étudiants en droit et en médecine. Les manifestations cessèrent après 1820, mais les passions politiques se traduisirent par des heurts fréquents, qui se terminèrent parfois par des duels, entre les étudiants et les officiers.

81 AN, F18 1943 : lettre de Valais au ministre de la Police générale (31 janvier 1816).

82 Auguste-Joseph Baude comte de La Vieuville (1761-1835) : député de 1820 à 1827, pair de France. Émigré sous la Révolution, il se rallia à l’Empire. Ami de Corbière et de Villèle, il siègea parmi les royalistes intransigeants. Louis-Joseph-Anne-Marie comte Duplessis-Mauron de Grenedan (1767-1842) : député de 1815 à 1816 et de 1820 à 1830. Élu maire de Rennes le 10 décembre 1792, poursuivi, il se cacha jusqu’en l’an III. Conseiller à la cour impériale de Rennes (1811), rallié à la Restauration et hostile au Cent- Jours, il fut lui aussi un royaliste intransigeant.

83 AD 22, 135 J 18 : lettre de Prud’homme fils (19 décembre 1808).

84 AD 35, 6 M 1003 : rapport du sous-préfet (1812).

85 AN, F18 1942 : dossier Vannier : lettre de Vannier au directeur de la Librairie (7 juin 1814).

86 AD 35, 2 T 1 : rapport du sous-préfet de Fougères (11 juin 1816).

87 AN, F18 1942 : réponse du ministre de la Police à la veuve Vannier (27 mars 1818).

88 Louis-Antoine-Esprit Rallier (1749-1829) : capitaine du génie en 1793, il participa à la défense de Fougères. Député d’Ille-et-Vilaine aux Anciens en 1795, puis des Cinq-Cents en 1799, et membre du Corps législatif à plusieurs reprises sous l’Empire, il se rallia finalement à la Restauration et revint de nouveau au Parlement. Il y finit sa carrière dans l’opposition libérale et présida la Chambre des députés comme doyen d’âge.

89 AD 35, 2 T 1 : état de 1810.

90 AD 35, 2 T 10 : lettre de Royer au préfet (21 février 1810).

91 AD 35, 4 E 3885 : inventaire après décès d’Antignac, par Ulysse-Nicolas Raoul notaire (22 octobre 1829).

92 AD 35, 2 T 10 : rapports du sous-préfet de Vitré (22 août et 1er octobre 1829).

93 Aimée-Jeanne-Angélique Dugué veuve Antignac exerça jusqu’en 1847.

94 AD 29, 2 T 2-3 : état de 1810.

95 Louis-Marie-Joseph Caffarelli : nommé préfet maritime de Brest le 20 juillet 1800, il occupa ce poste pendant neuf années.

96 AD 29, 2 T 3 : lettre du directeur général de la Librairie au préfet (18 octobre 1813).

97 AD 29, 2 T 14 : lettre de Michel au préfet (3 mars 1810).

98 Levot P., Biographie bretonne, op. cit., I, p. 75.

99 AD 29, 2 T 14 : lettre de Michel au préfet (3 mars 1810).

100 AN, F18 456A : lettre de Michel au ministre de l’Intérieur (29 avril 1814).

101 La Muse bretonne, Brest, Binard, 1809-1811.

102 AN, F18 I 22 : le 24 août 1813, le ministre de l’Intérieur déclara le brevet de Binard « nul et comme non avenu ».

103 AD 22, 2 T 14. Le 1er décembre 1821, Binard sollicita en vain auprès du ministre de l’Intérieur l’autorisation de reprendre son activité d’imprimeur à Brest : « En 1812, un procès malheureux m’obligea d’abandonner Brest […]. Le mauvais succès de mon voyage en pays lointain […] obligea mon épouse à me joindre. La cabale des confrères profita de notre absence pour faire suspendre mon atelier, que dirigeait alors un ouvrier de confiance. Elle triompha dans cette violation de toutes les lois et fit rendre […] à un intru [sic] dans l’état mon imprimerie et ses dépendances. Cet intru, ex-huissier […], transféra mon atelier aux colonies françaises […]. Cet homme est mort insolvable à la Martinique. Mon atelier, quoique bien démembré, sans doute, existe néanmoins et je le revendique aujourd’hui. » Le mois suivant, le préfet informait le ministre que Binard venait d’être emprisonné à Quimper, pour malversation dans l’exercice des fonctions de receveur des douanes à Tréhou.

104 AN, F18 30 : rapport de l’inspecteur de la Librairie Princey au directeur général de la Librairie (5 décembre 1813).

105 AD 29, 2 T 3 : rapport du préfet au directeur général de la Librairie (6 janvier 1814).

106 Ibidem : lettre du directeur général de la Librairie au préfet (11 mai 1812) : « Ce serait une contradiction, en même tems qu’une injustice, d’ôter à un homme son état, lorsque sa détresse prouve combien il en a besoin pour son existence et celle de sa famille. J’engagerai le sieur Audran à faire tous ses efforts pour acquitter la petite somme dont il est débiteur, et j’ai lieu de croire qu’il y employera le premier produit de son imprimerie ».

107 AD 29, 2 T 4 : état de 1818.

108 Édouard Corbière (Brest, 1793 – Morlaix, 1875) : licencié de la marine en 1816, en raison de ses opinions libérales, il prit la plume et fut tour à tour « polémiste ardent, littérateur, poète, novateur par le fond comme par la forme » (Levot P., Notice biographique sur Édouard Corbière, Brest, impr. de Lefournier aîné, 1877, p. 7).

109 AN, F18 1914 : rapport du préfet au directeur de la Police (13 novembre 1820).

110 D’après Isabelle de Conihout, vingt et un imprimeurs et libraires se virent retirer leur brevet, de 1821 à 1827, dans l’ensemble du royaume (« La Restauration : contrôle et liberté », Histoire de l’édition française, art. cit., p. 714).

111 AN, F18 1914 : rapport du préfet au directeur de la Police (19 juillet 1821).

112 Ibidem : rapport du préfet au directeur de la Police (27 octobre 1821).

113 AD 29, 2 T 4 : lettre du préfet au ministre des Finances (septembre 1822).

114 Ibidem : rapport du préfet (sans date).

115 AN, F18 1914 : lettre d’Honoré Anner au ministre de l’Intérieur (25 janvier 1828).

116 Cf. Kerviler R., Répertoire général de bio-bibliographie bretonne, op. cit.

117 AN, F18 2142 : rejet de la demande d’un brevet d’imprimeur par Hyacinthe de Saint-Pray, prote chez Rozais, le 20 mai 1828.

118 AD 29, 2 T 3 : lettre de Guilmer au préfet (11 avril 1810).

119 Ibidem : lettre de Lédan au préfet (18 avril 1810).

120 Breveté le 10 avril 1820, Victor Guilmer exerça jusqu’en 1862.

121 AD 29, 2 T 14 : lettre de Guyon au préfet (23 avril 1810).

122 AN, F18 1897 : dossier Guyon : lettre de Guyon au ministre de la Police (4 octobre 1819).

123 Ce ne fut qu’en novembre 1842 qu’un brevet d’imprimeur fut délivré à Landerneau (le bénéficiaire en était Louis Vallet).

124 Caen fut ensuite breveté imprimeur à Quimper (1838).

125 AD 22, 2 T 1 : état de 1810.

126 AN, F18 15 : rapport du préfet au ministre de la Police (31 juillet 1815).

127 AD 22, 135 J 4 : lettre de Prud’homme à Rupérou, membre du tribunal de cassation (26 février 1810). Le 20 mars, Prud’homme priait Jauffret, auditeur à Paris, de bien vouloir présenter sa pétition au directeur général de la Librairie, « ou du moins la faire classer avantageusement dans les bureaux ».

128 AD 22, 135 J 10.

129 Ibidem : estimation du 26 septembre 1811.

130 Ibid. : « Traité de partage entre Louis-Mathieu, Jean-Louis et Mathieu-Charles Prud’homme frères des fonds de librairie, imprimerie et autres objets de commerce existant dans la maison de leurs père et mère communs, du consentement et sous l’approbation des dits père et mère » (24 mars 1812). Mathieu-Charles avait choisi de travailler à Paris dans une maison de commerce « pour y suivre à son compte les affaires de librairie, tout en correspondant avec sa maison par des intérêts distincts ou communs ». P. Delalain mentionne Mathieu-Charles Prud’homme, libraire, établi rue Hautefeuille, n° 5, en octobre 1812 (L’Imprimerie et la librairie à Paris de 1789 à 1813, Paris, 1899, p. 176).

131 Prud’homme Ludovic, La famille Prud’homme à Saint-Brieuc…, Saint-Brieuc, 1912, p. 85.

132 AD 22, 135 J 1.

133 Prud’homme L., op. cit., p. 71.

134 Ibidem : discours du préfet M. de Saint-Luc, prononcé à l’occasion de l’installation de Prud’homme dans les fonctions de maire (p. 71-72).

135 Ibid., p. 78.

136 Habasque F.-M., Notions historiques, géographiques, statistiques et agronomiques, sur le littoral du département des Côtes-du-Nord, t. II, Saint-Brieuc, 1832, p. 231-232. En 1833, Louis-Mathieu Prud’homme confia à son tour l’entreprise à son fils Ludovic.

137 AN, F18 450 : lettre de Beauchemin au directeur général de la Librairie (15 novembre 1814).

138 AD 22, 135 J 1 : traité passé entre G. Bourel et L.-M. Prud’homme (6 février 1816).

139 AN, F18 1897 : dossier Beauchemin : rapport du préfet (27 août 1818).

140 AN, F18 450 : rapport du préfet (18 septembre 1819).

141 Idem (19 octobre 1819).

142 AD 22, 135 J 6 : traité passé entre Mme Beauchemin et Prud’homme (28 septembre 1819).

143 AN, F18 1897 : lettre de Beauchemin au ministre de l’Intérieur (15 novembre 1840).

144 Guyon Gilbert, Recherches sur la famille et l’imprimerie Guyon, Saint-Brieuc, 1998, mémoire dactylogr.

145 Monjaret de Kerjégu (1781-1863) : maire de Montcontour ; élu député des Côtes-du-Nord le 25 février 1824, il prit place au centre ; il fut réélu le 17 novembre 1827. Marc de La Boëssière de Lennuie (1766-1846) : partisan zélé de la Restauration, il se rendit à Gand pendant les Cent-Jours, dirigea la prise d’armes de 1815 en Bretagne et fut promu maréchal de camp. Élu député du Morbihan le 25 février 1824, il siégea au côté droit ; il fut réélu le 17 novembre 1827.

146 AN, F18 1897 : lettre du directeur de la Police au préfet (10 octobre 1826).

147 Ibidem : rapport du préfet (16 octobre 1826).

148 AD 56, T 188 : rapport du sous-préfet de Lorient (6 juillet 1816).

149 AN, F18 2002 : dossier Bardon veuve Baudoin : lettre de la direction de la Librairie (22 août 1825).

150 Ibidem : lettre de la veuve Jeanne Baudoin au préfet (24 février 1810).

151 AD 56, T 188 : rapport du sous-préfet de Lorient (10 avril 1810).

152 Idem (6 juillet 1816).

153 Idem.

154 AD 56, T 195 : lettre de Le Coat Saint-Haouen au sous-préfet de Lorient (17 avril 1821).

155 AD 56, T 191 : état de 1810.

156 Idem.

157 Le 18 juin 1799, Jeanne-Mathurine Mahé avait épousé à Vannes Alexis La Marzelle, « chef du bureau à l’administration centrale du Morbihan ». La Marzelle avait profité de la Révolution pour accroître sa fortune : propriétaire d’un grand nombre de biens nationaux et ecclésiastiques, il figurait, en décembre 1799, parmi les « citoyens les plus aisés de la ville de Vannes » et au 24e rang dans la liste des soixante « citoyens les plus distingués du département » (il payait alors 1274 francs de contribution annuelle). Cf. FrÉlaut Bertrand, Au fil de la Marle, Vannes, 1984, p. 63-83.

158 . AN, F18 2001 : dossier Galles : lettre de Jean-Marie Galles au directeur général de la Librairie (10 mai 1814).

159 Chasles Ph., « Statistique littéraire et intellectuelle de la France pendant l’année 1828 », Revue de Paris, t. VII, 1829, p. 191-243.

Table des illustrations

Titre Brevets délivrés en 1811
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18307/img-1.png
Fichier image/png, 19k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18307/img-2.png
Fichier image/png, 20k
Titre Évolution du nombre d’imprimeurs (1810-1829)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18307/img-3.png
Fichier image/png, 30k
Titre Densité des imprimeries en 1829
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18307/img-4.png
Fichier image/png, 59k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18307/img-5.png
Fichier image/png, 60k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540