Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Révolution du livre et de la presse en Bretagne

 | 
Patricia Sorel

Chapitre II. La décennie révolutionnaire (1789-1799)

Texte intégral

  • 1 Les députés bretons se trouvèrent à l’avant-garde de toutes les grandes décisions de 1789 et cette (...)
  • 2 AD 35, 5 E 19 : Imprimeurs et libraires de Rennes : délibération du 16 juillet 1789, signée par Ro (...)
  • 3 Cf. notamment Diderot Denis, Lettre sur le commerce de la librairie, Paris, Parangon, 2001.

1Les premiers troubles parisiens et la nouvelle du renvoi de Necker (le 11 juillet 1789) jetèrent l’inquiétude dans la population bretonne, d’autant plus que ses députés jouaient un rôle de premier plan dans l’opposition du Tiers aux ordres privilégiés et dans sa constitution en Assemblée nationale1. La communauté des imprimeurs et libraires de Rennes s’aligna sur l’opinion générale. Respectueuse de la personne du roi, elle manifesta son souhait de la continuation des États généraux dans le calme et la sérénité ; elle souhaitait le « rappel instant » de Necker, perçu comme seul capable de mener à bien les réformes nécessaires, et elle déclara adhérer aux décisions prises par l’Assemblée nationale2. Mais dans les délibérations de la communauté qui ont été conservées, on ne trouve nulle trace de revendication quant à l’organisation des professions du livre, non plus que de remise en cause du carcan de la censure. Le nouveau pouvoir, qui se mettait en place à Paris, allait pourtant bientôt trancher des questions abondamment débattues dans les décennies précédentes3. Le 26 août 1789, la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen proclama la liberté de la presse – « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme ; tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi » (art. 11). À partir du mois de mars 1790, il ne fut plus accordé de privilèges ou de permissions d’impression. Alors qu’elles n’avaient déjà plus lieu d’être, les communautés furent définitivement condamnées à disparaître par la loi d’Allarde du 2 mars 1791, qui supprima les maîtrises et jurandes (art. 2) et institua la liberté du commerce (art. 7). La communauté des imprimeurs et des libraires de Rennes disparut avant la fin du printemps 1791.

Le développement de l’imprimerie

  • 4 La suppression des anciennes provinces et la division du royaume en départements, eux-mêmes subdiv (...)

2La liberté de la presse, le libre exercice de toute profession (seulement soumis au paiement d’une patente, conformément à l’article 9 de la loi du 2 mars 1791), ainsi que la permanence des techniques artisanales de fabrication de l’imprimé constituent autant de facteurs qui permettent d’expliquer la floraison des ateliers typographiques, à Paris et dans les départements, au début de la Révolution. Les nouveaux venus dans le métier pouvaient en outre espérer rentrer rapidement dans leurs frais d’équipement en obtenant les commandes des nouvelles administrations, celles du district et surtout celles du département (tenues de publier leurs actes et de faire réimprimer les lois et décrets)4.

  • 5 AN, V6 1147.
  • 6 AD 35, 5 E 19 et 2 Ev 2 : « Mémoire » des Vatar au garde des Sceaux.

3À la veille de la Révolution, Rennes comptait quatre imprimeries. Un arrêt du Conseil d’État du 22 février 1790 y créa une cinquième place d’imprimeur en faveur du libraire Jean-François Robiquet, bien qu’il n’eût pas rempli « les formalités prescrites par les règlements, dont Sa Majesté, par grâce et sans tirer à conséquence, l’a[vait] dispensé5 ». Dans sa requête, Robiquet prétendait que les quatre ateliers rennais ne pouvaient répondre à la demande de manière satisfaisante, que cela « occasionnait habituellement des retards dans la distribution des mémoires et autres ouvrages relatifs à l’instruction des juges ». Ce point de vue n’était évidemment pas celui des trois Vatar établis, qui envoyèrent au garde des Sceaux leurs « protestations légitimes et respectueuses6 ». Ils faisaient valoir que la création d’une place d’imprimeur était en contradiction avec la législation et, surtout, qu’elle menaçait l’existence de « familles consacrées depuis des siècles en cet état » et qui souffraient déjà du manque d’ouvrage. Mais tous leurs arguments ne purent aboutir : le pouvoir préféra faire montre d’un semblant d’autorité en apportant sa caution à une situation qu’il ne contrôlait en fait déjà plus.

  • 7 AN, V6 1148.
  • 8 AN, V1 552 : demande de Courné pour être reçu libraire (27 décembre 1788), accompagnée d’une lettr (...)
  • 9 AD 35, 5 E 19 et A. N., V1 553.
  • 10 AN, V6 1148.

4Les imprimeurs rennais anciennement établis avaient tout lieu de s’alarmer car, un mois plus tard, un nouvel arrêt autorisa René-Étienne Courné à ouvrir une sixième imprimerie, quoique lui non plus n’eût pas rempli les formalités prescrites7. Professeur émérite du collège de Rennes, Courné avait épousé, le 1er octobre 1787, la fille aînée de l’imprimeur Julien-Charles Vatar, Marie-Charlotte-Julienne. Cette alliance l’avait conduit à solliciter d’abord une place de libraire, en étant dispensé du temps d’apprentissage et de compagnonnage8 ; admis à subir l’examen, il avait été reçu par arrêt du Conseil d’État en janvier 17909. Toutefois, l’ambition de Courné ne se limitait pas à ce seul titre, aussi s’empressa-t-il de profiter de la déliquescence du pouvoir royal pour réclamer ce qu’il désirait vraiment, une place d’imprimeur. Dans sa requête, il affirmait que sa demande avait pour but d’aider Vatar à réaliser le projet « d’offrir aux pauvres familles de Rennes un moyen de procurer gratuitement un état à leurs enfants, en instruisant ceux qui se présenteroient de tout ce qui concerne le travail de l’imprimerie10 ». Reçu imprimeur le 22 mars 1790, Courné consacra en fait son activité à une tout autre tâche, devenant l’associé de son beau-frère René Vatar, l’éditeur du Bulletin de la correspondance de Rennes.

  • 11 AD 35, L 1325 : délibérations du conseil général du district de Rennes (21 août et 25 septembre 17 (...)
  • 12 En 1803, Jeanne-Félicité Vatar épousa le futur baron Rapatel et abandonna l’imprimerie à ses frère (...)
  • 13 C’est vraisemblablement au cours de cette année que Frout acquit la librairie de la veuve de Guill (...)

5L’annonce de la nomination de l’imprimeur du district contribua à entretenir la concurrence entre les imprimeurs, qui s’empressèrent de présenter chacun leur « soumission » au conseil général du district. Ce fut Jeanne Castre veuve de Nicolas-Paul Vatar qui, ayant présenté « les conditions les plus avantageuses », eut la préférence des membres du directoire11. À sa mort, le 12 août 1792, sa fille Jeanne-Félicité, âgée de 20 ans seulement, prit la direction de l’imprimerie « sous le Temple de la Loi12 ». Quant au choix de l’imprimeur du département, il se porta sur Jean-François Robiquet, qui devint aussi l’imprimeur de la Société des Amis de la Constitution, de l’évêque constitutionnel, puis du district en août 1793. Après son implication dans la crise fédéraliste, le marché des administrations départementales revint à un imprimeur récemment établi, Michel Chausseblanche. Celui-ci avait exercé pendant douze années à Paris, chez Didot jeune et à l’Imprimerie nationale. Il s’était installé à Rennes (sa ville natale) au cours de l’an II, probablement après avoir acquis l’atelier de Julien- Charles Vatar. Si la chute de la monarchie permit l’installation à Rennes de nouveaux venus (Robiquet, Courné, René Vatar et Chausseblanche), elle n’entraîna pas pour autant une augmentation durable du nombre d’imprimeries. Six fonctionnaient dans la ville en 1792 et ce nombre retomba à quatre dès 1794 (après la fuite de Courné et le transfert de l’atelier d’Audran à Brest). Il fallut ensuite attendre l’année 1800 pour voir s’ouvrir une nouvelle imprimerie, à l’initiative de Julien Frout, relieur sous la monarchie et libraire depuis 179113. Le contexte économique difficile n’était guère favorable à l’établissement de nouveaux établissements. La paralysie de la justice, l’exode des familles nobles, la fuite des membres du clergé, le chômage, la disette, autant de facteurs qui affectèrent profondément l’activité des imprimeurs, et que ne pouvaient compenser les commandes des nouvelles administrations.

  • 14 Cf. Paris-Jallobert Paul (abbé), Journal historique de Vitré ou documents pour servir à l’histoire (...)
  • 15 AD 35, L 50 13/18.

6Plus largement, la Révolution ne bouleversa pas la carte des centres de production imprimée dans le département. Saint-Malo conserva ses deux ateliers et seule la ville de Fougères se dota pour la première fois d’une imprimerie, créée en 1790 par le libraire Jean-Marie Vannier. Aucun individu n’osa faire les frais d’un établissement dans les autres chefs-lieux de districts, Bain, Dol, La Guerche, Montfort, Redon et Vitré. Dans cette dernière ville notamment, l’absence d’imprimeur était un sujet d’embarras pour les autorités locales, qui devaient avoir recours à Rennes pour toutes leurs impressions administratives. En 1794, l’agent national de Vitré déplorait cette situation de dépendance, qui occasionnait des retards dans la livraison des commandes14. Il fit pourtant son possible pour fixer un imprimeur dans la ville et demanda au directoire du département de bien vouloir autoriser l’administration du district à « faire des avances », car les intéressés réclamaient tous une presse et des caractères. Mais l’autorisation nécessaire ne fut apparemment pas accordée car Vitré dut attendre l’année 1806 pour voir s’installer enfin une petite imprimerie dans ses murs. Quant à Redon, son cas paraît incertain. Quelques « républicains » semblent avoir profité de la liberté du commerce pour redonner un souffle de vie à l’imprimerie de feu Guemené : les Archives départementales conservent en effet une Loi sur la fabrication du salin…, par Billaud-Varenne, sortie de « l’imprimerie des républicains Guemené » (sans date)15. Mais cette pièce est la seule que nous ayons pu trouver, ce qui laisse supposer que, s’il y eût réellement une imprimerie « républicaine » à Redon, son activité dut être limitée, autant en quantité que dans le temps.

  • 16 AD 35, 1 F 1643 : réception de Despilly à la chambre syndicale de Nantes (7 et 10 mai 1790). AN, V(...)
  • 17 AD 35, 1 F 1643 : réceptions de Guimar et de Gigougeux à la chambre syndicale (13 et 16 août 1790) (...)

7Comme Rennes, Nantes comptait quatre ateliers en 1789, mais ce nombre augmenta rapidement et resta ensuite supérieur à celui de la capitale bretonne. Si Joseph-Nicolas Vatar cessa probablement en 1790, cette même année vit les réceptions à la chambre syndicale de trois individus déjà établis comme libraires. Ce fut d’abord Robert Despilly, dispensé du « concours d’usage » et dont la nomination provoqua, là aussi, l’inquiétude de la communauté des imprimeurs, laquelle observa « que l’augmentation d’une nouvelle place en faveur du sieur Despilly sembl[ait] priver les fils de maîtres de cette ville de concourir de conformité aux règlements16 ». Les règlements n’avaient en effet plus cours puisque Michel Guimar et Jacques Gigougeux furent à leur tour reçus imprimeurs au mois d’août suivant17. Ces nouvelles nominations ne furent cependant pas superflues car Augustin- Jean Malassis, nommé « imprimeur du département et de la municipalité », se trouva bientôt dans l’incapacité de répondre aux commandes pressantes des administrateurs du directoire, qui s’en plaignirent auprès du ministre de l’Intérieur :

  • 18 AN, F7 3681/6 (3 février 1791).

« Comme notre imprimeur n’avance pas dans ses travaux, il nous retient des décrets depuis plus de deux mois ; de sorte que, s’il nous faut les attendre de sa presse, les membres du directoire ne peuvent pas s’en instruire pour se mettre au courant de l’administration18 ».

  • 19 AD 44, L 627 : requête de Hérault au directoire de Machecoul (février 1791).
  • 20 Baras semble avoir laissé rapidement l’imprimerie à son confrère Gaudin ; on trouve en effet dans (...)
  • 21 Procès-verbal dressé par deux commissaires du conseil général, le 8 vendémiaire an III (29 septemb (...)
  • 22 En décembre 1792, l’estimation de l’imprimerie de feu Robert Despilly s’éleva à la somme de 3 600 (...)

8L’ampleur du marché des impressions au chef-lieu du département fut probablement l’une des raisons qui convainquirent un nommé Pierre- Firmin Hérault – lequel avait d’abord manifesté son intention de s’établir à Machecoul19– d’ouvrir à son tour une imprimerie au début de l’année 1791. Puis l’année suivante, Baras et Jean Gaudin s’associèrent pour reprendre l’atelier de la veuve d’André-Antoine Querro20. Mais ce fut aux deux plus anciens imprimeurs, réputés pour leur savoir-faire et, par ailleurs, bons « patriotes », que l’on continua de confier l’essentiel des commandes. Aucun des nouveaux venus ne parvint à supplanter Malassis et Brun, qui restèrent à la tête des établissements les plus importants de la ville – d’après un procès-verbal de 179421, Malassis possédait cinq presses et employait quinze ouvriers, Brun quatre presses et dix ouvriers ; tandis que la veuve Despilly ne déclara que trois presses et cinq ouvriers22, Hérault et Guimar chacun deux presses et quatre ouvriers, enfin Baras une seule presse et deux ouvriers.

  • 23 Odé père dirigeait l’imprimerie, tandis que son fils Louis tenait la librairie. Dans la Feuille na (...)
  • 24 F. Berjou fut associé pendant quelque temps à Mellinet : on trouve en effet, dans la Feuille nanta (...)
  • 25 Caetano ou Gaëtan Carcani, homme de lettres et bibliothécaire à Naples, s’était réfugié à Nantes. (...)

9Signalons encore trois nouveaux venus à la fin de la décennie révolutionnaire : Odé père, qui acquit l’imprimerie de la veuve Despilly (peut-être en 179723) ; F. Berjou, ancien avocat, qui prit le titre d’« imprimeur de l’Institut départemental24 » ; et Gaëtan Carcani, homme de lettres25. Nantes profita donc de la Révolution pour devenir la ville bretonne la mieux pourvue en imprimeries. Elle put désormais prendre le pas sur son éternelle rivale, laquelle avait perdu son statut privilégié de capitale de la province pour n’être plus qu’un simple chef-lieu de département.

  • 26 AN, V1 553 : lettre de Malassis au garde des Sceaux (17 décembre 1789).
  • 27 Archives de la Marine, fonds Levot : lettre du ministre de la Marine (11 thermidor an V : 29 juill (...)

10Le Finistère est le département qui connut la plus forte croissance du nombre de ses imprimeries, prenant en quelque sorte sa revanche sur une monarchie qui l’avait atrophié en ce domaine. En 1789, il ne possédait que trois ateliers (un à Brest, un à Quimper et un à Morlaix) ; en 1795, ce nombre passa à sept, dont trois à Brest. Romain-Nicolas Malassis, membre de l’administration municipale de Brest, puis député du Finistère à l’Assemblée législative, avait d’abord réussi à écarter toute concurrence. À la fin de l’année 1789, il s’était opposé avec succès à la création d’un second atelier en faveur du libraire Alain Le Fournier26, lequel renonça ensuite à son projet. En revanche, François-Paul Gauchlet profita lui sans attendre de la loi du 2 mars 1791 pour mettre un terme au monopole de Malassis, chez lequel il exerçait comme commis depuis son arrivée à Brest en 1786. Gauchlet établit une imprimerie de six presses, au n° 25 de la rue de la République (ancienne Grande-Rue), et, après la mise en cause de son ancien patron dans la crise fédéraliste, il devint l’imprimeur de la douane, des représentants du peuple, des troupes de la marine et d’une partie de celles de terre (tout en occupant la place de notable dans la seconde municipalité Berthomme, de novembre 1793 à avril 1795). Mais l’urgence des publications administratives et militaires rendait nécessaire l’établissement d’une autre imprimerie. Ce fut celle de Nicolas-Xavier Audran, transférée de Rennes à Brest, en 1794, sur l’ordre du représentant du peuple Jean Bon- Saint-André. Installé au n° 11 de la rue de la Rampe, Audran ouvrit en outre un bureau de placements et de renseignements, l’Indicateur général, ou Salon du commerce, des arts et des étrangers. En 1797, il proposa de former un établissement d’imprimerie, de reliure et une fonderie de caractères pour le service du port et de l’armée ; grâce à l’emploi de forçats, il prétendait faire « économiser à la République au moins 40 000 livres sur le prix annuel des frais d’impression27 ». Ce projet généreux – mais non dénué d’intérêt – fut cependant rejeté, la marine refusant de se « charger, seule, des frais d’un imprimeur qui travaillerait également pour la guerre et pour les départements de l’intérieur ».

11À Quimper, promu chef-lieu de département, Derrien resta seul imprimeur jusqu’à la fin de l’année 1794. En 1793, la ville avait payé son implication en faveur des girondins par la perte de son statut – le 19 juillet, la Convention avait décrété d’accusation les administrateurs du Finistère, remplacés par une commission administrative qui siégea à Landerneau. En novembre 1794, l’administration départementale put se réinstaller à Quimper et ce fut probablement cet événement qui amena un nommé Pierre-Marie Barazer à ouvrir la seconde imprimerie dans la ville.

  • 28 Leurs noms sont parfois associés, parfois séparés. On trouve le nom de Teurnier à Brest en 1791 ; (...)

12Dans le nord du département, Morlaix suscita les convoitises de François Guilmer, qui tenait une librairie à Saint-Pol-de-Léon depuis 1787. La ville de Morlaix ne lui était pas complètement étrangère puisque son beau-père, Jacques Nicole, y tenait une boutique de livres depuis plusieurs années (sans aucun titre). Guilmer ouvrit donc son imprimerie en 1791, à côté de celle de Pierre Guyon. La concurrence fut de courte durée puisque Guyon quitta Morlaix en 1792 pour installer l’une de ses presses à Landerneau. En 1794, Guyon laissa son fils Georges-Marie seul à la tête de l’atelier landernéen et partit pour Guingamp (dans les Côtes-du-Nord). Outre celle de Guyon fils, il semble que Landerneau ait abrité une imprimerie éphémère, tenue par les nommés Jean-Louis Teurnier et Nicolas Havard28 ; elle n’aurait peut-être fonctionné que le temps du séjour de la commission administrative dans la ville. En tout cas, Landerneau fut la seule ville du Finistère à se doter pour la première fois d’une imprimerie, qu’elle allait conserver pendant vingt-cinq années.

  • 29 Nous ignorons les origines de Beauchemin. En 1818, Prud’homme, alors maire de Saint-Brieuc, affirm (...)
  • 30 AD 22, 1 L 774 : arrêté de Prieur de La Marne (29 thermidor an II : 16 août 1794).
  • 31 Ibidem.
  • 32 Nous ne connaissons rien du premier. Quant à Maréchal, né à Plancoët et mort à Lamballe (d’après F (...)
  • 33 Prud’homme avait combattu avec vigueur le projet de la Convention qui visait à fixer le siège de l (...)

13En 1789, le département des Côtes-du-Nord n’abritait que deux imprimeries, celles de Prud’homme à Saint-Brieuc et de Huart à Dinan. Puisque Prud’homme ne paraissait pas « disposé à prêter son ministère aux progrès de la Révolution », l’assemblée du district engagea en 1791 un certain J.- M. Beauchemin, qui prit le titre d’« imprimeur de l’évêque », puis celui d’« imprimeur du département »29. Mais Beauchemin ne put assurer seul toutes les commandes et l’administration dut faire appel à d’autres imprimeries des environs, dont celle de Guyon à Guingamp et surtout celle de Bourel à Lamballe (la plus proche de Saint-Brieuc). Le 29 thermidor an II (16 août 1794), le représentant du peuple Prieur de La Marne avait en effet autorisé Pierre Guyon à s’établir à Guingamp, pour le service de cette ville, mais aussi celui de Pontrieux, Lannion et Rostrenen. Il lui accorda la « maison dite des Sœurs grises » pour son logement et la « ci-devant chapelle de la Délivrance » pour son atelier30. Mais un rapport du 17 germinal an III (7 avril 1795) signale que l’imprimeur n’était toujours pas installé dans la chapelle, les travaux d’aménagement s’étant avérés trop coûteux31. On déploya donc beaucoup d’efforts pour établir une imprimerie qui cessa de fonctionner dès le mois de mai 1797, à la mort de Guyon. Quant à l’imprimerie de Lamballe, elle avait été fondée par Gabriel Bourel et Louis-Auguste Maréchal en 179332. Après quelques années, Bourel préféra abandonner une entreprise peu prospère pour s’installer à Saint-Brieuc, où il espérait obtenir le marché des impressions de l’École centrale (inaugurée le 30 mai 1799). Mais ce fut Prud’homme qui eut la préférence33 et le coup fut d’autant plus rude pour Bourel qu’il avait fondé la réussite de son établissement sur les commandes sûres et fructueuses d’une école nouvellement créée. Après les tentatives avortées à Lamballe et à Guingamp, les villes de Saint-Brieuc et de Dinan demeurèrent les seuls centres d’imprimerie dans les Côtes-du-Nord. La parenthèse de la Révolution refermée, Prud’homme et Huart se partagèrent de nouveau l’essentiel du marché du département.

  • 34 Le 27 avril 1800, Lorient devint le quatrième arrondissement maritime du littoral français.

14Dans le Morbihan également, on ne comptait que deux imprimeries en 1789, l’une à Lorient et l’autre à Vannes. La Révolution ajouta seulement un second établissement dans chacune de ces deux villes. Lorient avait été particulièrement défavorisé par les premières mesures du gouvernement révolutionnaire. La ville n’était pas parvenue à s’imposer comme chef-lieu de district, fonction qui revint, en juin 1790, à Hennebont – ancien chef-lieu de la sénéchaussée et qui présentait notamment l’avantage de sa position géographique. Le seul dédommagement qu’obtinrent les Lorientais fut l’installation dans leurs murs du tribunal du district. Tout au long de la Révolution, le rôle de la ville se réduisit à être un réservoir de troupes et un point militaire stratégique dans la lutte contre les chouans. La mise en place de structures administratives militaires et l’arrivée d’un préfet maritime34 ne suscitèrent pas un besoin d’impressions suffisant pour bouleverser l’activité typographique dans la ville. Seul Feutray, ancien ouvrier relieur chez la veuve Baudoin, créa sa propre imprimerie en 1790 ; mais son atelier bien modeste ne pouvait prétendre inquiéter sérieusement l’ancienne maison Baudoin. À Vannes, ce fut le libraire Laurent Bizette qui prit l’initiative d’ouvrir la seconde imprimerie (janvier 1791). Il se substitua en quelque sorte à Galles, qui refusait toute coopération avec les nouvelles administrations. Le changement de régime ne provoqua donc pas un réel essor de l’imprimerie dans le Morbihan. Trop lourdement handicapés par l’étroitesse du marché local, les deux départements des Côtes-du-Nord et du Morbihan, déjà peu pourvus en ateliers sous l’Ancien Régime, le restèrent sous la Révolution – et encore au-delà.

15Au total cependant, la Bretagne des premières années de la Révolution vit une hausse sensible du nombre de ses imprimeries, qui passa de dix-huit en 1788 à vingt-huit en 1792.

16Notons que les nouveaux établissements s’étaient créés dans des villes déjà pourvues d’une ou de plusieurs imprimeries, avec pour seules exceptions Fougères et Landerneau. Pour des raisons difficiles à déterminer, la Bretagne ne connut pas la même évolution que d’autres provinces, où l’on observa des créations d’imprimerie dans des villes promues chefs-lieux de district. Ce phénomène de concentration dans quelques villes – le cas extrême étant celui de Nantes en Loire-Inférieure – y provoqua l’effondrement de la hiérarchie établie sous l’Ancien Régime. À Brest, Morlaix, Quimper, Lorient, Vannes et Saint-Brieuc, l’installation d’un second atelier mit fin au monopole du seul imprimeur autorisé sous la monarchie, tandis que Rennes voyait la fin du règne de la dynastie Vatar. L’esprit de rivalité fut en outre attisé par les autorités, desquelles dépendait l’obtention de certains marchés. Le titre d’imprimeur du roi céda la place à celui, non moins envié, d’imprimeur du département. Les nouveaux venus dans l’imprimerie n’étaient pas complètement étrangers au commerce du livre, la plupart exerçant déjà comme libraire ou ouvrier typographe. Mais pour s’imposer face à des imprimeurs réputés pour leur savoir-faire, ils n’avaient que leur audace et leur confiance dans un régime qui leur avait permis de réaliser une ambition contrariée sous la monarchie.

La naissance de la presse départementale

  • 35 Jean-François Chasseboeuf, né à Craon en 1757, prit le nom de Volney en 1783 (formé à partir de Vo (...)
  • 36 Gaulmier Jean, Un grand témoin de la Révolution et de l’Empire, Volney, Paris, Hachette, 1959, p. (...)
  • 37 La Sentinelle du peuple s’adressait aux « gens de toutes professions, sciences, arts, commerces et (...)

17Dès l’été 1788, l’annonce de la convocation des États généraux engendra, dans tout le royaume, une violente campagne de pamphlets entre les partisans du vote « par tête », avec le doublement du Tiers, et les privilégiés attachés au statu quo. Le conflit fut d’autant plus exacerbé à Rennes qu’il s’ajoutait à celui né de la réunion des États de Bretagne, qui se tint pendant les derniers jours de l’année 1788. C’est dans ce climat d’extrême tension qu’apparut, le 10 novembre, le premier numéro d’un virulent pamphlet anti-nobiliaire, La Sentinelle du peuple, attribué à Volney35. Attentive à déjouer tous les complots ourdis par les aristocrates, La Sentinelle voulait être le soldat vigilant qui veillait au respect des droits du peuple, en réclamant le changement de l’organisation des États de Bretagne dans un sens plus favorable au Tiers et l’égalité devant l’impôt. Au matin, après avoir été imprimée dans le château de Maurepas (à un quart de lieue de Rennes), « la feuille humide encore d’impression était apportée furtivement dans le panier d’une laitière et déposée sur le comptoir de la librairie Vatar, le plus célèbre imprimeur de Rennes, d’où elle était enlevée par d’avides lecteurs36 ». Le succès de La Sentinelle suscita l’apparition de quelques imitations, issues du parti « patriote » ou du camp opposé, mais qui se limitèrent toutes à un ou deux numéros (La Confession de la Sentinelle, Le Cousin de la Sentinelle du peuple, La Sentinelle de la noblesse, La Véritable Sentinelle du peuple, Le Caporal37). Le cinquième et dernier numéro de La Sentinelle parut le 25 décembre 1788, à la veille de la session des États de Bretagne – Volney quitta Rennes un mois plus tard, au moment des affrontements qui opposèrent la jeunesse bourgeoise aux nobles bretons. Le Hérault de la Nation prit en quelque sorte le relais. Attribué à Michel-Ange Mangourit du Champ-Daguet, ancien lieutenant criminel au présidial de Rennes, il fut diffusé dans la province bretonne mais sans doute publié à Paris. Faisant figure de pionnier dans la presse révolutionnaire, Le Hérault compta soixante-trois numéros, entre la fin de l’année 1788 et les premiers jours de juillet 1789.

  • 38 Le 6 mai 1789, un arrêt du Conseil du roi ordonna « l’exécution des règlements de la Librairie » e (...)
  • 39 P. Rétat a recensé quarante-sept titres provinciaux pour le début de l’année 1789 (en grande major (...)

18Rappelons qu’au début de l’année 1789 seulement trois feuilles d’annonces étaient publiées dans la province : deux à Nantes (les Affiches générales de la Bretagne et la Feuille maritime de Nantes) et une à Rennes (les Affiches de Rennes). L’ouverture des États généraux le 5 mai 1789 conduisit quelques imprimeurs, peut-être inspirés par l’exemple du Hérault, à passer outre l’arrêt du Conseil du roi du 6 mai38. Au cours de cette année, six périodiques virent le jour : trois à Rennes, deux à Nantes et un à Brest39.

Rennes

  • 40 Un arrêt du Conseil du roi du 7 mai 1789 supprima les États généraux de Mirabeau, « comme injurieu (...)
  • 41 États Généraux. Correspondance de Bretagne, n° 36, 27 juillet 1789 : « Avis de l’imprimeur ».
  • 42 « Avis » paru dans les Affiches de Rennes du 30 septembre 1789. Le prix de l’abonnement s’élevait (...)
  • 43 Né à Rennes en 1735, écrivain, nommé censeur en 1776 et secrétaire particulier d’Amelot jusqu’en 1 (...)
  • 44 Affiches de Rennes, 18 novembre 1789 : « Le public ayant désiré la réimpression de Lettres de M. R (...)

19Dès le mois d’avril 1789, un Bureau de correspondance se constitua dans la capitale bretonne, avec pour double mission d’informer les députés bretons de la situation en Bretagne et de communiquer à la population leurs comptes rendus des séances des États généraux. Le 1er mai, parut le premier numéro des États généraux. Correspondance de Bretagne, publié par René Vatar. L’imprimeur rennais et ses associés prenaient donc le pas sur les patriotes parisiens, puisque les deux livraisons des États généraux de Mirabeau parurent quelques jours plus tard, les 6 et 7 mai, avant d’être interdites40. Trihebdomadaire, le bulletin de l’« imprimeur de la Correspondance de Rennes à l’Assemblée nationale » était disponible chez les principaux libraires de la province, moyennant un abonnement mensuel de 2 livres 5 sols pour Rennes ou de 3 livres par la poste. Son impression fut d’abord assurée par Julien-Charles Vatar, qui se trouva rapidement confronté à des difficultés de travail inédites, liées à l’urgence de la publication. Habitué à fournir des travaux soignés, Vatar père crut bon de prier le public « d’excuser les fautes qui échappent de ces feuilles », en invoquant le travail de nuit et le manque de temps qui ne permettait pas la relecture des épreuves41. Le bulletin de René Vatar eut pour concurrent immédiat les États généraux. Collection des bulletins de la correspondance de Bretagne…de Nicolas Audran, propriétaire d’une imprimerie devenue celle « du Bon Citoyen ». Son bulletin offrait quotidiennement des extraits des procès-verbaux de l’Assemblée nationale, des extraits de journaux parisiens, ainsi que des « variétés », composées de témoignages des « événements remarquables dans chaque province du royaume42 ». À ces deux bulletins, il faut ajouter les vingt-deux Lettres de Jean-Baptiste-René Robinet, publiées par Jean-François Robiquet43. D’abord distribuées « gratis », puis vendues « au profit des pauvres », ces Lettres sur les débats de l’Assemblée nationale relatifs à la Constitution parurent du 6 septembre 1789 au 27 février 1790 et semblent avoir connu un grand succès en Bretagne44.

  • 45 On ajouta aux comptes rendus de l’Assemblée nationale et à la correspondance des députés, les acte (...)
  • 46 Journal des départements, 20 novembre 1790.
  • 47 Ibidem, 16 juin 1792.
  • 48 Interdit à douze reprises, suspendu de décembre 1798 à juin 1799, le Journal des hommes libres de (...)
  • 49 Le 27 août 1792, la Société des Amis de la Constitution décida d’insérer dans le journal les copie (...)

20Le bulletin de Vatar élargit son contenu et s’intitula, à partir du 17 juillet 1790, Journal des départements, districts et municipalités de la ci-devant province de Bretagne45. Débarrassé de la concurrence d’Audran à partir du 18 octobre 1790, le Journal des départements devint quotidien en janvier 1791 et Vatar put même annoncer à ses lecteurs une baisse du prix de l’abonnement annuel, qui passa à 24 livres 4 sols (32 livres par la poste) ; le 31 mars 1792, il absorba les Affiches de Rennes et le prix de l’abonnement fut arrondi à 24 livres par an pour la ville. René Vatar s’affirma d’emblée comme l’un des propagateurs les plus actifs des idées révolutionnaires et il fit de son journal un instrument politique, une véritable tribune où s’exprimaient les opinions des patriotes les plus avancés. Ses prises de position en faveur de l’installation des curés constitutionnels allèrent jusqu’à provoquer la réprobation de sa famille et la colère de son père, qui voulut « déchirer les feuilles et rompre les formes d’un journal que l’on avoit peint à ses yeux sous de mauvaises couleurs46 ». Mais le militantisme de René Vatar ne s’essouffla jamais. Il appela à maintes reprises ses concitoyens et tous ses « frères des départemens » – en leur garantissant l’anonymat – à lui fournir toutes les informations dont ils auraient cru « la publicité utile au public ». Son objectif était de former « un centre commun d’instruction et de surveillance », qui s’avérait « indispensable dans l’état de crise où nous [avaient] plongés l’antique aristocratie et le fanatisme toujours renaissant47 ». Sans doute désireux d’être au plus près des événements, Vatar quitta Rennes en août 1792 pour s’établir à Paris – il y devint imprimeur du Comité de Salut public et publia le Journal des hommes libres de tous les pays, à partir du 2 novembre 179248. Abandonné par son fondateur, mais pris en mains par la Société des Amis de la Constitution, le Journal des départements continua de paraître à Rennes jusqu’au 27 octobre 179549.

Nantes

  • 50 AN, V1 552 : lettre de l’inspecteur de la Librairie au garde des Sceaux (15 juillet 1789).

21Les imprimeurs nantais ne tardèrent pas à suivre l’exemple de leurs confrères rennais. Dès le 5 mai 1789 – donc cinq jours après Vatar –, Augustin-Jean Malassis fit paraître le premier numéro d’un Bulletin des États généraux, trihebdomadaire, dont l’abonnement était fixé à 2 livres par mois (3 l. par la poste). Cette initiative, de la part d’un individu réputé être une « forte tête », ne manqua pas de préoccuper les autorités locales, qui n’étaient déjà plus en mesure de sévir. L’inspecteur de la Librairie Grelier considérait qu’il aurait été « très dangereux » pour lui « de paraître vouloir gêner cette publication, d’autant plus qu’on [était] convaincu dans ce pays que cela [était] juste et nécessaire » ; les esprits avaient atteint un tel degré d’excitation que le maire lieutenant-général de police n’avait pu s’opposer à l’impression de crainte de « se faire assommer »50 ! Malassis était membre du bureau de correspondance établi par l’assemblée des électeurs de Nantes ; son bulletin offrait les procès-verbaux des députés de la sénéchaussée aux États généraux, des lettres et des extraits de journaux parisiens. Devenue Journal de correspondance de Paris à Nantes et du département de la Loire- Inférieure en novembre 1790, la feuille de Malassis parut pour la dernière fois le 29 septembre 1793. Le vote de la loi des suspects, l’affaiblissement du parti des patriotes modérés – auquel Malassis adhérait –, l’annonce du séjour de Carrier à Nantes et l’épuration des administrations, autant d’événements qui contraignirent l’imprimeur à renoncer à une publication qui risquait fort de lui coûter sa liberté.

  • 51 BM de Nantes, 60587-60589.
  • 52 Le 1er octobre 1789, dans un avis aux abonnés, le rédacteur Lemarquant déclare que « l’accueil que (...)
  • 53 BM de Nantes, 60587 : « Prospectus » (s. d.).
  • 54 D’après A. Guéraud, « Louis avait acheté des caractères chez Didot avec lesquels il avait voulu co (...)

22Les autres feuilles révolutionnaires de la ville n’eurent qu’une existence bien courte. L’Abeille bretonne, lancée par le libraire Louis le 14 septembre 1789, se limita à douze numéros. « Journal politique, littéraire et critique, par une Société de gens de lettres », son abonnement s’élevait à 2 livres 8 sols par mois (ou 3 l. par la poste). Dans un « prospectus », on considérait qu’à « cette époque où la liberté de la presse ouvr[ait] à la faculté de penser une carrière digne d’elle, il y a[vait] lieu de croire que la province de Bretagne recevroit favorablement un journal, composé de manière à intéresser toutes sortes de lecteurs51 ». Puisque « les privilèges, les censeurs et autres entraves désolantes pour un écrivain » n’existaient plus, on souhaitait offrir au public une feuille périodique qui se caractériserait par « la variété des matières », réparties en cinq rubriques – « Politique » (débats de l’Assemblée nationale, lettres des députés, extraits des journaux de Paris, correspondances avec d’autres villes), « Spectacles », « Poésie », « Variétés » (charades, énigmes, logogriphes…) et « Librairie » (annonces de livres nouveaux) –, auxquelles s’ajouteraient les annonces commerciales de la ville et les cours du change. Mais L’Abeille bretonne essuya quelques critiques acerbes52 et sa publication fut abandonnée dès le 7 novembre 1789. Louis tenta de lui donner une seconde vie en publiant, à partir du 1er janvier 1791, le Courrier de la veille, de Paris à Nantes, qui offrait au public l’avantage de pouvoir lire le Journal de Paris pour un coût réduit (24 l. par an au lieu de 33 l. pour l’original). L’éditeur s’engageait en outre à y insérer tout ce que les autres journaux auraient « journellement de plus piquant53 » (à partir du n° 60, le journal adopta le titre plus explicite de Journal de Paris, réimprimé à Nantes, auquel on a joint une analyse exacte de tout ce que les autres papiers publics offrent d’intéressant aux nouvelles diverses, anecdotes, critiques, etc.). Par ailleurs, le prospectus insistait sur la qualité du journal, qui serait imprimé sur beau papier, avec des caractères de Firmin Didot54. Mais Louis ne put longtemps faire face à l’hostilité des républicains de la ville ; il fut contraint d’abandonner son journal et de prendre la fuite.

  • 55 BM de Nantes, 50192 : « Prospectus ».
  • 56 La Chronique réapparut ensuite, mais de manière éphémère, en mars 1792, sous le nom de Courrier du (...)

23La feuille républicaine, qui portait le titre de Chronique du département de la Loire-Inférieure, était rédigée par « une société de patriotes » et imprimée par Brun. Apparue le 28 novembre 1790 et de périodicité variable, elle avait pour objectif de « mettre en lumière les actes de bienveillance et de patriotisme », mais aussi de « dénoncer les injustices, […] les abus de pouvoir, les brigues, les cabales55 ». Les rédacteurs reprochaient au journal de Malassis de ne consacrer qu’« une petite place » aux affaires du département et, surtout, de ne pas assumer le rôle de « sentinelle du peuple ». Avec pour cibles principales les prêtres réfractaires et le journal de Louis, la Chronique milita activement pour la propagation de l’idéologie révolutionnaire ; elle parut pour la dernière fois le 31 décembre 179156.

  • 57 En 1789, l’abonnement à la Feuille maritime s’élevait à 12 livres pour Nantes (13 l. 4 s. par la p (...)
  • 58 La Feuille maritime du 25 novembre 1791 offre le récit des « Événements relatifs à la révolte des (...)
  • 59 L’abonnement s’élevait à 4 livres par mois et à 44 livres par an (50 l. pour les autres départemen (...)
  • 60 « Avis » paru dans la Feuille maritime du 29 fructidor an II (15 septembre 1794).

24À partir du mois d’octobre 1793, ne subsistèrent donc plus à Nantes que les deux feuilles d’annonces créées sous l’Ancien Régime. Plusieurs facteurs peuvent expliquer leur longévité : le caractère parfaitement neutre de leurs rubriques, la fidélité de la clientèle et les bonnes relations des éditeurs avec les nouvelles autorités. La Feuille maritime de Mangin prospéra au début de la Révolution : bimensuelle, elle devint bihebdomadaire en mars 1792, puis trihebdomadaire l’année suivante57. Mais la guerre maritime, la révolte de Saint-Domingue58 et la suppression de la traite des Noirs entraînèrent bientôt la quasi-disparition du trafic maritime, tandis que la guerre de Vendée et le développement de la chouannerie ruinaient le commerce intérieur. Les négociants et armateurs de Nantes virent leurs affaires s’effondrer et ne renouvelèrent pas leur abonnement à une feuille vidée de son contenu essentiel. Le désistement de cette importante clientèle – l’Almanach de la Petite Poste pour 1793 recensait quelque 330 maisons de négociants à Nantes – était un rude coup pour Mangin, qui avait pour autre sujet de préoccupation la désorganisation du service de la Petite Poste et de la Poste maritime. Persuadé que deux feuilles d’annonces ne pouvaient plus survivre dans le port nantais, Mangin parvint à convaincre Brun, propriétaire des Affiches, que leur réunion était nécessaire. Le 1er vendémiaire an III (22 septembre 1794), la Feuille maritime et les Affiches fusionnèrent donc pour donner naissance à la Feuille nantaise, quotidienne, rédigée par Mangin et imprimée par Brun59. Accusé d’avoir spolié Brun dans cette affaire, Mangin tenta de faire taire les rumeurs en affirmant publiquement que la fusion des deux feuilles était le résultat d’« un accord libre et volontaire » entre les deux éditeurs et que chacun avait établi ses « droits respectifs »60. En tout cas, ce fut bien Mangin qui, quelques années plus tard, resta seul propriétaire de la Feuille nantaise, d’ailleurs promise à un bel avenir.

25Les villes des trois autres départements bretons ne connurent pas la même effervescence éditoriale que Rennes et Nantes. Brest eut certes un Bulletin de correspondance dès le 12 mai 1789, mais il parut de façon irrégulière et le dernier numéro sortit des presses de Romain-Nicolas Malassis le 31 décembre 1790. Dans le Morbihan également, on ne recense qu’un seul périodique, la Feuille hebdomadaire de la ville de Lorient, publiée par un nommé Duré-Dejordanis et imprimée chez la veuve Baudoin. Outre un résumé des débats de la Constituante, la feuille lorientaise rapportait les discours des autorités locales et les procès-verbaux des clubs révolutionnaires. Lancée le 1er mars 1790, elle cessa de paraître le 1er septembre de l’année suivante. Si ces deux feuilles, aux ambitions bien modestes, ne parvinrent pas à s’implanter durablement, elles eurent toutefois le mérite d’être le premier journal publié dans leur département. Les Côtes-du-Nord restèrent en revanche totalement dépourvues de périodique ; seul Prud’homme à Saint- Brieuc eût été capable de se lancer dans une telle entreprise, mais il refusa très vite de prêter ses presses à la propagation des idées révolutionnaires.

  • 61 La loi du 22 août 1791 fixa les tarifs postaux pour les journaux à 8 deniers par feuille pour les (...)

26Faute de documents comptables, il s’avère impossible d’avancer des chiffres de tirage, ni d’apprécier les bénéfices, ou les pertes, de ces diverses entreprises. Mais il est certain que le développement de la presse dans les départements fut entravé par des difficultés multiples : les contraintes techniques (un matériel archaïque, l’heure d’arrivée du courrier de Paris, l’augmentation du prix du papier et du prix de la main-d’œuvre), le coût de l’information61, tirée essentiellement des journaux de la capitale, et l’étroitesse du lectorat potentiel. Ajoutons que le mauvais état des routes et l’insécurité des communications (surtout au moment de la chouannerie) limitaient sans doute l’aire de diffusion à la ville ou, au mieux, au département.

27La population bretonne disposa malgré tout, pour la première fois, d’une véritable presse départementale. L’implication particulièrement active des députés bretons dans le déroulement des événements de l’été 1789 ne put que stimuler le zèle des entrepreneurs de journaux, convaincus de l’importance de leur mission. En rapportant les lettres des députés, les débats et les comptes rendus de l’Assemblée, les journaux offrirent au public une vue plus large des bouleversements révolutionnaires ; en proposant un mélange équilibré d’informations nationales et locales, ils lui permirent d’exercer son esprit critique. Pour certains éditeurs, tel René Vatar à Rennes, un journal était avant tout une tribune politique, un moyen de mobiliser l’opinion publique en faveur du nouveau régime. En interpellant directement leurs lecteurs, les journalistes visaient à faire d’eux, non pas de simples spectateurs, mais des acteurs de la Révolution.

Des imprimeurs « patriotes »

28Malgré la disparition de leurs privilèges, nombreux furent les imprimeurs qui accueillirent la Révolution avec ferveur et témoignèrent d’emblée leur confiance aux nouvelles autorités. Ainsi le Nantais Malassis célébra-t-il l’ère de liberté à laquelle il aspirait depuis si longtemps :

  • 62 Almanach du département de la Loire-Inférieure et de la ville de Nantes, Nantes, Malassis, 1791.

« Dans tous les temps j’ai consacré mes presses à répandre des vérités utiles, le despotisme m’en a puni tant qu’il l’a pu : j’ai livré ma fortune au hasard des premiers événements d’une Révolution dont le succès étoit encore incertain, et j’ai vu s’armer contre moi toute la ligue insolente et vile des hypocrites et des méchants. J’ai vu les combats de la liberté, j’ai publié ses triomphes. Je respire et je jouis enfin de mes sacrifices […]62 ».

  • 63 Mellinet Camille, La Commune et la milice de Nantes, tome VI, Nantes, 1841, p. 172-173.

29Ce « sentiment de gratitude » envers les « bienfaiteurs de la Patrie » était partagé par les ouvriers typographes de Nantes. Lors d’une réunion en l’honneur de Franklin, le 22 juin 1790, ceux-ci prêtèrent serment à la Constitution et firent la promesse solennelle de « briser leurs composteurs plutôt que d’y placer une ligne obscène ou un mot qui fût contre la liberté63 ».

  • 64 À Brest également, le libraire Alain Le Fournier fut nommé notable (mars 1790), puis officier muni (...)
  • 65 Ollivier Joseph, Catalogue bibliographique de la chanson populaire sur feuilles volantes…, Quimper (...)
  • 66 Cf. Kerviler René, Répertoire de bio-bibliographie bretonne, Rennes, 1886-1908.
  • 67 AM de Saint-Malo, LL 45 : lettre de Valais aux maire et officiers municipaux (2 mars 1790).
  • 68 AD 56, L 1611. Le 21 juillet 1792, un nommé Robien dit Loqueltas fut condamné à huit jours de déte (...)
  • 69 AD 56, Lz 1529 f° 118.
  • 70 Cf. Frélaut Bertrand, Au fil de la Marle, Vannes, 1984, p. 63-83.

30Certains imprimeurs ne se contentèrent pas de mettre leurs presses au service de l’idéal révolutionnaire, mais s’impliquèrent dans la vie politique en prenant place parmi les nouvelles autorités. Les cas de René Vatar et d’A.-J. Malassis, déjà évoqués, ne furent pas des exceptions. À Brest, Romain-Nicolas Malassis participa à la préparation des États généraux en tant que « député-électeur », ce qui lui valut la place d’officier municipal en mars 1790. Élu député à l’Assemblée législative (septembre 1791), où il fit partie du comité de la marine, il devint ensuite maire de Brest (janvier-novembre 1793)64. Son beau-frère Yves-Jean-Louis Derrien siégea lui aussi à l’Assemblée législative. Directeur de l’hospice civil en 1792-1793, l’imprimeur de Quimper remplit ensuite les fonctions de membre du bureau de conciliation (1794-1795), de membre du conseil du district (1795-1796) et de conseiller de préfecture (an VIII)65. Son beau-fils et futur successeur, Simon-Marie Blot, partit comme sergent-major de la division des fédérés – envoyés par l’administration départementale à Paris pour protéger la Convention contre la Montagne (23 janvier 1793). Dragon national en juillet 1793, lieutenant du bataillon du district de Pont-Croix en novembre, Blot fut réquisitionné comme imprimeur en décembre 1794 ; il devint ensuite canonnier garde-côte, expéditionnaire, puis sous-chef de bureau à la préfecture du Finistère en 180066. À Saint-Malo, Louis-Philippe Hovius reprit sa place d’imprimeur de l’Hôtel de Ville et remporta également celle d’imprimeur de la municipalité de Saint-Servan. Valais eut beau s’indigner, accusant son concurrent d’avoir profité de ses relations avec plusieurs membres du conseil municipal pour le « dépouiller » de l’un de ses principaux marchés, ses protestations restèrent vaines67. Tandis qu’Hovius père assurait la solidité commerciale de son entreprise, son fils et associé connaissait une ascension politique remarquable. Dès 1789, Henri-Louis Hovius adhéra à la Société patriotique malouine ; en 1792, il était nommé imprimeur du district et imprimeur des corps administratifs (1792-1794) ; en novembre 1795, il obtint le siège de juge suppléant au tribunal de district, puis fut élu par le directoire exécutif président de l’administration du canton de Saint-Malo (23 avril 1799) et maire de la ville (jusqu’au 6 juin 1800). La période révolutionnaire profita donc pleinement à la famille Hovius, en lui permettant à la fois d’acquérir des fonctions politiques et de perpétuer un commerce condamné à disparaître sous l’Ancien Régime. À Rennes encore, René-Étienne Courné, le beau-frère et l’associé de René Vatar, fut successivement officier municipal (1790-1791), élu au conseil général du département (novembre 1792), membre du comité de sûreté générale (mai 1793), puis suppléant de la Convention (nommé le 27 juillet 1793, il ne siégea pas). Enfin le nouvel imprimeur de Vannes, Laurent Bizette, n’occupa pas de charges politiques, mais il adhéra en février 1790 à la Société des Amis de la Constitution, « affiliée à celle des jacobins de Paris ». Pendant qu’il vaquait à l’imprimerie, son épouse tenait la librairie, place de la Réunion, où les Vannetais arborant la cocarde tricolore pouvaient lire les journaux révolutionnaires parisiens68. Nommé imprimeur du département du Morbihan, puis des représentants du peuple (sous la Terreur), Bizette consacra la majeure partie de son activité à l’impression des documents officiels et se trouva bientôt à la tête d’une entreprise florissante. En 1793, il acquit pour 23 100 francs l’immeuble dans lequel il était locataire ; puis, en mars 1799, il acheta, avec un certain Alexis La Marzelle, le moulin à papier de Trédion pour la somme de 25 200 francs. Bizette fut toutefois moins heureux dans son ménage qu’en affaires : le 16 août 1798, son épouse Julienne Corrolas veuve Mahé obtint le divorce, en raison des « mauvais procédés, maltraitements […], sévices et injures graves » dont elle se déclarait victime69. Bizette continua son activité d’imprimeur-libraire jusqu’au début de l’année 1802, puis céda la place à son ex-épouse (à partir de cette année en effet, la mention « veuve Mahé-Bizette » se substitue à celle « Laurent Bizette et Cie »). Il quitta Vannes et mourut à Metz, en 1814, où il exerçait comme « employé de première classe aux hôpitaux de l’armée70 ».

  • 71 Feuille nantaise, 4 et 8 pluviôse an VII (24 et 28 janvier 1799).
  • 72 Située place de l’Égalité, cette maison était « susceptible de produire annuellement un revenu de (...)
  • 73 Ibidem, 26 floréal an VIII (16 mai 1800).

31L’adhésion au nouveau régime n’était pas pour autant un moyen sûr pour consolider ses affaires et l’ancien imprimeur du roi à Nantes l’apprit à ses dépens. Malgré la perte de son titre, Pierre-Jean Brun avait accueilli favorablement la Révolution. Comme ses confrères, il baissa ses prix pour obtenir les commandes des nouvelles autorités et se lança avec ardeur dans l’impression des pièces officielles. Mais les administrations refusèrent d’honorer plusieurs de leurs dettes et la mauvaise volonté de ses débiteurs mit Brun dans une situation fort délicate. Après avoir contracté plusieurs emprunts successifs, il fut finalement contraint à la faillite71. En avril 1800, l’un des créanciers mit en vente sa demeure72 et l’on procéda à la vente des livres reliés de sa librairie73. À la fin du mois de juin, Brun dut transférer son atelier « vis-à-vis la Bourse, au-dessus du café du Commerce » ; mais l’imprimerie ne put retrouver son ancienne prospérité : elle végéta quelque temps encore, puis disparut au début de l’Empire.

Les victimes du régime révolutionnaire

32Au cours de l’année 1792, un sentiment d’insécurité, alimenté à la fois par les troubles du peuple, les émeutes royalistes et la menace extérieure, gagna tout le pays. Après la prise des Tuileries le 10 août et la proclamation de la République le 22 septembre, un décret du 4 décembre 1792 porta peine de mort contre tous ceux qui travailleraient au rétablissement de la monarchie. Le 30 mars 1793, la Convention prit un nouveau décret, qui menaçait directement les imprimeurs, les libraires et les colporteurs :

«

  • Quiconque sera convaincu d’avoir composé ou imprimé des écrits qui proposent le rétablissement de la royauté en France ou la dissolution de l’Assemblée nationale sera traduit devant le tribunal révolutionnaire et puni de mort.
  • Peine de mort contre ceux qui conseilleront dans des écrits le meurtre et le pillage.
  • Les colporteurs, vendeurs et distributeurs des écrits prohibés seront punis de trois mois de détention, s’ils en découvrent les auteurs, et de deux ans de fers, s’ils ne les découvrent pas. »

33Cet arsenal législatif culmina avec la fameuse loi des « suspects » du 17 septembre 1793 : étaient réputés gens « suspects » tous ceux qui « soit par leur conduite, soit par leurs propos ou par leurs écrits », s’étaient montrés « partisans de la tyrannie, du fédéralisme, et ennemis de la liberté » (art. 2, alinéa 1). Les prisons furent vite remplies et il fallut aménager d’anciens couvents pour accueillir tous les individus jugés « suspects », souvent de petites gens qui avaient enfreint des lois dont ils ignoraient l’existence, mais aussi des hommes et des femmes simplement soupçonnés de nourrir des sentiments hostiles au gouvernement montagnard.

La liberté malmenée (1789-1792)

  • 74 AM de Nantes, FF 103 : arrêté de Cornet, « conseiller, magistrat, échevin, faisant les fonctions d (...)
  • 75 Le 24 juillet 1789, un arrêté du comité provisoire de l’Hôtel de Ville de Paris menaça d’emprisonn (...)

34Dès la fin de l’année 1789, les autorités locales s’alarmèrent de la diffusion massive des libelles et pamphlets et tentèrent de remettre en vigueur les mesures répressives de l’Ancien Régime. À Nantes, un arrêté ordonna que tout imprimé portât le nom de l’auteur ou de l’imprimeur, sous peine d’amende, et réduisit à six le nombre des colporteurs dans la ville74. Ces mesures, qui s’inspiraient de celles prises par la nouvelle administration parisienne75, déclenchèrent les protestations de la communauté des imprimeurs- libraires. Celle-ci estima, qu’en l’absence de toute législation sur la liberté de la presse, le siège de police outrepassait le cadre de son autorité.

  • 76 AD 35, 1 F 1643 : registre de la chambre syndicale de Nantes, « signé : Guimar, Louis, Brun aîné, (...)

« Un des membres a dit que cette ordonnance était entièrement attentatoire aux droits de la communauté et aux règlements de la librairie qui doivent toujours subsister jusqu’à ce que l’Assemblée nationale en ait prononcé autrement. L’article 11 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, décrétée par l’Assemblée nationale et sanctionnée par le Roi, porte que la libre communication des pensées étant un des droits les plus précieux de l’homme, tout citoyen peut parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi ; l’Assemblée nationale s’occupe bien de faire la loi pour limiter la liberté de la presse, mais cette loi n’est pas encore faite, par conséquent, Mrs de la police de Nantes, qui n’ont qu’une portion du pouvoir exécutif, n’ont pas eu le droit de créer une loi nouvelle. Les libraires ayant une jurisdiction particulière, la communauté ne peut reconnaître le siège de police pour ses juges76 ».

  • 77 C’est nous qui soulignons.

35Par ailleurs, les libraires s’offusquaient d’être confondus dans une même ordonnance avec les colporteurs, ces « gens sans aveu », ce que n’avaient pas fait « messieurs de la police de Paris » (jugés par conséquent plus clairvoyants que leurs confrères de Nantes !). Ils affirmaient souhaiter que cessât la diffusion des « écrits et libelles incendiaires » ; mais, en déclarant qu’il était « de toute injustice que le public [leur] attribuât exclusivement cette circulation77 », ils reconnaissaient leur part de responsabilité. Pour mettre fin au commerce clandestin, ils proposaient de s’en remettre à l’inspecteur de la Librairie de Nantes, « seul tribunal des libraires et imprimeurs ». Après s’être moqués ouvertement du procureur de police, puisqu’il était su que l’inspecteur de la Librairie n’avait plus la moindre autorité, les libraires rendaient le siège de police responsable « des voies de fait » qui ne manqueraient pas de se produire si on les forçait de se soumettre à l’inspection de leur boutique.

  • 78 AN, F7 3682/18 : rapport des commissaires Bertolio, Deléon et Daniel au ministre des Finances (Ren (...)

36La communauté, entrée en rébellion ouverte, n’avait probablement pas tort en affirmant que « beaucoup de particuliers » se procuraient les écrits les plus dangereux par la poste. Les nombreuses saisies opérées tout au long de la décennie révolutionnaire révèlent en effet que la propagande royaliste et les brochures condamnant la constitution civile du clergé empruntaient souvent cette voie. Le décret-loi du 18-22 juillet 1791 répondit aux inquiétudes des représentants de l’ordre, qui ne cessaient de se plaindre d’être « inondés d’un déluge de pamphlets incendiaires partout très dangereux78 ».

37L’article premier porte que :

« Toutes personnes qui auront provoqué le meurtre, le pillage, l’incendie, ou conseillé formellement la désobéissance à la loi, soit par des placards ou affiches, soit par des écrits publiés ou colportés […], seront regardées comme séditieuses ou perturbatrices de la paix publique, et, en conséquence, les officiers de police sont autorisés à les faire arrêter sur-le-champ et à les remettre aux tribunaux pour être punies suivant la loi. »

38Cette nouvelle phase dans la répression eut cependant peu d’impact : les imprimeurs et les libraires purent continuer d’exercer avec une relative liberté jusqu’en 1793.

  • 79 Cf. Guyon Gilbert, « Le vrai visage de Monseigneur Le Mintier, dernier évêque de Tréguier », Mémoi (...)
  • 80 AD 35, 1 Bf 1602 : arrêt sur remontrances de Joseph-Marie Brossays-Dupervoy, procureur général du (...)

39Dès septembre 1789 toutefois, on reprocha à Pierre Guyon d’avoir imprimé un Mandement de M. l’Évêque comte de Tréguier, qui ordonne des prières publiques pour le rétablissement de l’ordre et de la paix dans l’intérieur du Royaume. Répondant à la lettre du roi aux évêques de France (du 3 septembre), Monseigneur Le Mintier y proscrivait les « pamphlets atroces et séditieux », dénonçait « un système de tyrannie et d’oppression » et appelait à l’organisation de processions dans toutes les paroisses pour « éviter la ruine de la foi catholique et la chute de la première monarchie du monde » (14 septembre)79. Le procureur général du roi condamna cette « production inconsidérée » et interdit à « tous imprimeurs, libraires, colporteurs et autres de l’imprimer, vendre et débiter, ou autrement distribuer »80. Accusé par le conseil de la ville de Morlaix d’avoir imprimé un mandement qui renfermait « des semences de discorde et de trouble », Guyon déclara au contraire n’y avoir vu « rien de blâmable » et refusa de remettre le manuscrit. L’affaire en resta là.

  • 81 Prud’homme imprima aussi la Déclaration de la noblesse (signée par le comte de Boisgelin, 19 avril (...)
  • 82 AD 22, 112 L 63 : « Extrait du registre des délibérations du Directoire du département des Côtesdu (...)
  • 83 Le 19 juin 1790, l’Assemblée nationale avait prononcé l’abolition de la noblesse héréditaire, des (...)
  • 84 AD 22, 112 L 63 : « Extrait du registre de délibérations de la municipalité de Saint-Brieuc » (24 (...)
  • 85 Ibidem : Ordo divini officii recitandi, missaeque celebrandae, Juxta ritum Breviarii et Missalis R (...)
  • 86 AD 22, 135 J 19 : lettre de Prud’homme au représentant du peuple Boursault (s. d.).

40Louis-Jean Prud’homme se trouvait dans une situation beaucoup plus difficile. Membre de la communauté de ville, capitaine dans la milice bourgeoise du Martray où il demeurait, premier lieutenant du maire Poulain de Corbion, l’imprimeur de Saint-Brieuc s’était attiré la haine des patriotes. Il avait en effet dénoncé les édits Lamoignon et soutenu la délégation des gentilshommes bretons envoyés à Versailles pour remettre au roi un mémoire contre les réformes du ministre ; il avait ensuite pris parti en signant et en imprimant la Déclaration des notables habitants de Saint-Brieuc du 30 décembre 1788, favorable à une attitude conciliante avec les deux premiers ordres81. En avril 1789, Prud’homme avait remplacé dans ses fonctions Poulain de Corbion, élu député de la sénéchaussée de Saint-Brieuc aux États généraux. Mais dès le 28 juillet, sous la pression du parti des patriotes, il fut contraint de démissionner au profit du docteur Bagot. L’année suivante, les républicains remportèrent les élections municipales (février 1790) et, sous l’impulsion du maire, s’employèrent à épurer la ville de ses éléments jugés contre-révolutionnaires, dont Prud’homme faisait évidemment partie. Celui-ci refusait obstinément d’imprimer la constitution civile du clergé et les procès-verbaux des séances s’y rapportant. Cette attitude était d’autant plus inquiétante pour la municipalité qu’elle s’inscrivait dans un contexte de mécontentement général, la population de la ville manifestant à plusieurs reprises son hostilité aux prêtres assermentés. L’imprimerie-librairie fut perquisitionnée et l’on saisit entre autres un Ordo pour l’usage de Saint- Brieuc aux armoiries de Monseigneur Le Mintier. L’occasion était belle de mettre hors d’état de nuire un adversaire particulièrement gênant. Le procureur général syndic dénonça aux membres du directoire les « épithètes fastueuses » de l’Ordo et son « ridicule encadrement », qui prouvaient le « fol attachement » de l’imprimeur à un « régime proscrit »82. Mais que cet écrit fût « l’effet de l’ignorance ou du mépris du décret du 19 juin83 » n’était pas la question essentielle, l’important était que cette infraction pouvait « devenir contagieuse ». Le directoire du département saisit l’accusateur public près le tribunal du district ; il réclama l’interdiction de l’Ordo « inconstitutionnel » et demanda que l’imprimeur, « déjà violemment soupçonné d’employer ses presses à propager le fanatisme et ses impostures », fût blâmé et condamné à verser une aumône aux pauvres. Malgré ce premier avertissement et faisant fi des menaces des républicains les plus avancés de sa ville, Prud’homme continua d’imprimer et de diffuser des brochures jugées « incendiaires et fanatiques84 ». En décembre 1791, il eut encore maille à partir avec les autorités pour avoir imprimé un nouvel Ordo85, qui ne comportait aucune dédicace de l’évêque constitutionnel du département. Ce manquement fut considéré comme « un attentat à la Constitution » et « un abus d’état » de la part de l’imprimeur. Prud’homme parvint encore une fois à éviter la prison, « mais la diffamation resta86 ».

  • 87 Archives curieuses de Nantes et des départements de l’Ouest…, t. IV, Nantes, Forest, 1840, p. 286.
  • 88 Avis paru dans les Affiches de Nantes du 4 septembre 1791.
  • 89 Jean-François-Hubert Guillot, libraire de Monsieur (1782-1791), avait monté une imprimerie en 1790 (...)

41Rapportons aussi les mésaventures du libraire nantais François Louis, d’abord condamné par le conseil général, le 14 mai 1790, à 36 livres d’amende et aux frais du jugement pour avoir vendu des Délibérations des citoyens catholiques de la ville de Nîmes – brochure jugée « contraire à la Constitution et pouvant égarer les citoyens87 ». Quelques mois plus tard, sa maison manqua d’être brûlée « sous le prétexte absurde d’un magasin d’armes dans son imprimerie, de l’impression d’une vie imaginaire d’un Évêque constitutionnel, et de la bulle du Pape88 ». Pourchassé par une foule de ses concitoyens, Louis parvint à s’échapper, déguisé en femme ; il se réfugia à Paris, où il ouvrit une nouvelle librairie après avoir acquis le fonds de livres de Guillot, libraire de Monsieur89.

  • 90 BM de Rennes, 48058/35 : extrait des minutes du greffe du tribunal de district de Rennes (7 novemb (...)

42En définitive, seuls Blouet et Frout perdirent la liberté, dès la fin de l’année 1791, pour avoir diffusé deux catéchismes jugés « fanatiques » – le Catéchisme à l’usage des fidèles de la campagne dans les circonstances actuelles, sans nom d’auteur ni d’imprimeur, et le Catéchisme à l’usage des fidèles, ou Préservatif contre l’hérésie dans les circonstances actuelles. Aux yeux de l’accusateur public, ces imprimés ne pouvaient qu’inspirer, « aux gens simples et crédules, une aversion outrée contre les prêtres et contre les temples établis par la loi » ; ils constituaient par conséquent « un trouble à l’ordre public »90. Le tribunal de district de Rennes décréta « de prise de corps » les deux libraires et ordonna que les deux catéchismes fussent « lacérés et brûlés, par l’exécuteur criminel, au pied du grand escalier du Palais » – comme aux plus beaux temps de l’Ancien Régime !

La Bretagne sous la Terreur

43L’année 1793 vit la mise en place d’une dictature violente et intransigeante. Il ne s’agissait plus seulement d’anéantir les ennemis de la République, mais aussi de neutraliser les suspects. La loi du 17 septembre permit de sanctionner les « fanatiques » et les « partisans de la royauté » ou du fédéralisme. Quelques imprimeurs et libraires bretons firent partie de ses victimes.

  • 91 Cf. Delourmel Louis, « L’imprimerie à Brest », Bulletin de la société académique de Brest, t. XXVI (...)

44La chute des girondins fut d’abord fatale à l’imprimeur brestois Romain- Nicolas Malassis, élu député à l’Assemblée législative en 1791 et qui avait rallié la gauche girondine. Mandé à la barre de la Convention (par le décret du 9 août 1793), il fut placé sous la surveillance du comité de Salut public à Paris et ne recouvra la liberté que le 26 vendémiaire an III (17 octobre 1794). Après ces longs mois de captivité, Malassis reprit ses activités d’imprimeur-libraire et exerça de nouveau les fonctions de maire de Brest (avril-novembre 1795). En 1797, ruiné par la paralysie du commerce, il accepta le poste d’assesseur de juge de paix puis, trois plus tard, céda l’imprimerie à son fils Romain-Guy-Marie91.

  • 92 Le représentant du peuple en mission Jean-Baptiste Carrier arriva à Rennes le 1er septembre 1793 ; (...)
  • 93 AD 35, L 1474 : rapport du comité de salut public de Rennes (13 décembre 1793).
  • 94 Isaac-René-Louis Le Chapelier : avocat au parlement de Bretagne et publiciste, député du Tiers aux (...)
  • 95 AD 35, L 223.
  • 96 Cette décision de Robiquet nous est connue par une annonce insérée dans son Almanach pour la IIIe (...)

45Les deux autres imprimeurs bretons qui eurent à pâtir de la crise fédéraliste furent Robiquet et Courné. Le premier fut emprisonné le 23 septembre sur ordre de Carrier ; élargi le 1er octobre, il fut de nouveau incarcéré le 13 décembre92. Le comité de salut public de Rennes reconnaissait que Robiquet avait « manifesté du patriotisme aux mois de mai, juillet et octobre 1789 » et qu’il avait fait son service dans la garde nationale « avec zèle et en personne »93. Mais, au 10 août 1792, il s’était montré « partisan de la royauté » et avait signé « une pétition de félicitations à Capet » ; « partisan du fédéralisme, il n’a[vait] pas accepté la Constitution, il étoit partisan de La Fayette et de Chapellier94 ». Robiquet avait en outre contre lui d’avoir conservé dans sa boutique des imprimés datés de septembre 1792, comportant deux colonnes de texte séparées par une fleur de lys95. Libéré le 22 novembre 1794, il abandonna la librairie pour se consacrer entièrement à son activité d’imprimeur96.

  • 97 Le 1er numéro de ce Bulletin fut publié le 5 juin 1793, in-f° sous forme d’affiche ; il en parut a (...)
  • 98 Pocquet Du Haut-Jussé Barthélemy-A., Terreur et terroristes à Rennes : 1792-1795, Mayenne, J. Floc (...)

46Quant à Courné, il avait déclaré ouvertement son soutien aux girondins en tant qu’éditeur et rédacteur du Bulletin de l’administration d’Ille-et- Vilaine, qui prétendait combattre la crise montagnarde97. Décrété d’arrestation par Carrier en octobre 1793, il put s’enfuir à temps et échapper ainsi à la guillotine. Le district le considéra comme émigré et saisit ses biens ; son épouse, affirmant qu’elle était sans nouvelles de lui, obtint le divorce le 3 octobre 179498. La Terreur passée, Courné fit sa réapparition à Rennes et devint président de l’administration du département (1795) ; il renonça définitivement à exercer comme imprimeur ou libraire.

  • 99 AD 35, 2 T 1.
  • 100 AD 35, L 1482 : dossier Blouet.

47Dans sa chasse aux « suspects », le comité révolutionnaire de Rennes s’avisa en outre que Frout et Blouet, déjà incarcérés à la fin de l’année 1791, appartenaient sans doute à cette catégorie d’ennemis de la Révolution. Les perquisitions effectuées dans les boutiques des deux libraires convainquirent les membres du comité que leurs soupçons étaient bien fondés. Chez Frout, on découvrit « des heures et des journées soi-disant chrétiennes » et des « almanachs à double face » (comportant le calendrier grégorien et le calendrier républicain), qui furent saisis et brûlés. Le comité accusa Frout d’avoir distribué des « pièces incendiaires », d’avoir négligé son service dans la garde nationale, de ne fréquenter que les « aristocrates », de n’avoir pas accepté la Constitution ; des patriotes avaient en outre rapporté « qu’il jurait et murmurait lorsqu’il voyait passer devant sa porte des conspirateurs qui allaient subir le sort de leurs forfaits »99. Frout fut écroué (du 27 décembre 1793 au 21 décembre 1794), laissant son épouse, chargée de quatre enfants en bas âge, tenir seule la librairie. Chez Emmanuel-Georges Blouet, les membres du comité révolutionnaire saisirent 361 exemplaires de Véritables prophéties de Nostradamus contenant une chanson qualifiée d’« incendiaire » (11 janvier 1794)100.

Air : O filii et filiae !
Les factieux tremblent déjà ;
Et le moment bientôt viendra
Où nous les mettrons à quia.
Alléluia, etc.

Lorsqu’enfin la loi parlera,
Plus d’un changement se fera.
Que de prodiges on verra !
Alléluia, etc.

Notre bon Louis règnera ;
Mais, qui pis est, il dînera
Partout où bon lui semblera.
Alléluia, etc.

Le peuple se repentira,
Ses faux amis il reconnoîtra,
Dans le devoir il rentrera.
Alléluia, etc.

En attendant ce bon tems là,
De vous, nouveaux Catilina,
Sagement on se méfiera.
Alléluia, etc.

Antoinette toujours plaira,
Bien malgré vous on l’aimera,
Son courage on admirera.
Alléluia, etc.

  • 101 Ibidem : lettre de Blouet au comité révolutionnaire de Rennes (18 février 1794).
  • 102 AD 35, L 1474.
  • 103 AD 35, L 1492 : dossier Vannier.
  • 104 Les Actes des Apôtres, en prose et en vers, parurent du 2 novembre 1789 jusqu’en octobre 1791. Jea (...)
  • 105 AN, F18 1942 : lettre de Vannier (7 juin 1814).
  • 106 AN, F7 3679/2 : extrait des registres du département d’Ille-et-Vilaine, séance du 8 nivôse an VI ( (...)
  • 107 Ibidem : séance du 10 nivôse an VI (30 décembre 1797).

48Blouet déclara avoir reçu ces almanachs de l’imprimeur Vannier de Fougères, au début de l’année 1792, et en avoir lui-même envoyé plusieurs exemplaires à divers marchands merciers. Il estimait n’avoir commis « aucun délit » puisque la prophétie avait été imprimée en 1791 : or à cette époque, « les objets des louanges » existaient encore et « cette chanson étoit très patriotique » ; par conséquent, elle devait être considérée comme « nulle »101. Si le libraire rennais ne manquait pas de repartie, ce fut en pure perte. Arrêté « comme favorisant l’aristocratie par les écrits incendiaires qu’il faisait colporter dans les campagnes pour les fanatiser [et] ayant toujours été opposé à la Révolution », le comité refusa de lui rendre la liberté102. Suite à cette affaire, des perquisitions eurent lieu chez Vannier (30 janvier 1794)103. Le comité de surveillance de Fougères ne saisit dans la boutique de l’imprimeur-libraire qu’un seul livret des Véritables prophéties de Nostradamus. Mais Vannier reconnut en avoir livré, trois ans auparavant, plusieurs milliers d’exemplaires à Blouet et à Marion Vatar. Les membres du comité confisquèrent une lettre de cette dernière, dans laquelle elle déclarait : « Nous n’avons pas pu vendre une de vos prophéties ; il y a à la fin des choses qui pourroient compromettre dans les circonstances présentes » ; Vannier avait inscrit sa réponse au bas de la lettre : « Répondu d’en faire ce que l’on voudroit et que j’en déchargeois son compte ». Interrogée à son tour, Marion Vatar déclara qu’elle avait préféré déchirer les prophéties – et ce fut probablement à sa prudence que la demoiselle Vatar dut de conserver la liberté. Les membres du comité révolutionnaire n’étaient cependant pas repartis les mains vides de chez Vannier : 87 brochures jugées « suspectes » (63 titres) furent confisquées. Il s’agissait en grande majorité d’écrits politiques, parus entre 1790 et 1793 – entre autres, La Monarchie vengée des attentats des républicains modernes (Paris, 1791), Les Bienfaits de Louis XVI (Paris, 1793), la Traduction fidèle et littérale du bref du Pape à Mgr l’Archevêque de Sens, L’Église constitutionnelle confondue par elle-même (Paris, 1792), ou encore quatre suppléments des Actes des Apôtres104. Vannier tenta de se justifier en déclarant qu’il avait déménagé, que sa boutique était encore en désordre, qu’il avait l’intention de trier ses livres et de « mettre au feu toutes ces brochures qu’il regard[ait] comme inutiles ». Comme Blouet, il se défendit d’avoir enfreint la loi puisque ces brochures étaient toutes du début de la Révolution « où la liberté de la presse étoit permise ». Mais ses doléances demeurèrent aussi vaines que celles de son confrère. Les doutes des membres du comité quant à la sincérité des opinions révolutionnaires de Vannier étaient d’ailleurs peut-être bien fondés. En 1814 en effet, l’imprimeur vantait à l’administration de Louis XVIII son « zèle » et son « dévouement » sans faille au service de la monarchie – dès le début de la Révolution, il avait imprimé et distribué « tous les écrits propres à réchauffer le parti royaliste », il avait aidé « de ses travaux et de ses soins Mrs le Marquis de la Rouërie, […] le Comte Joseph de Puisaye […], du Boisguy, de Chalus, du Mollans et autres chefs royalistes »105 ! Après avoir subi un emprisonnement de dix mois, Vannier reprit ses activités d’imprimeur-libraire et ne fut plus inquiété. Blouet en revanche n’avait pas vu la fin de ses épreuves. Libéré le 12 septembre 1794, il fut réincarcéré en décembre 1797, pour avoir entretenu une correspondance « contre-révolutionnaire » pendant les élections législatives de germinal et floréal (mars-avril 1797)106. Son correspondant était l’imprimeur malouin Julien Valais, lequel fut accusé à son tour d’être « fortement attaché au parti royaliste » et de « détourner les citoyens de la fidélité » qu’ils devaient au gouvernement républicain. Valais fut mis en arrestation dans sa commune sous la surveillance des autorités constituées107.

  • 108 Rossignol avait été nommé commandant en chef à Rennes le 26 octobre 1793.
  • 109 AD 35, L 1482 : dossier Audran.

49Il faut rapporter aussi le cas quelque peu particulier de Nicolas-Xavier Audran, « imprimeur de la représentation nationale » à Rennes, incarcéré le 22 janvier 1794. Chargé par le général Rossignol108 de l’impression d’un écrit intitulé Dialogue du Général Rossignol et du ci-devant Prince de Talmond, Audran avait eu le tort d’en vendre et d’en distribuer quelques exemplaires. Furieux de cette diffusion qu’il n’avait pas autorisée, le général avait fait briser les formes de l’imprimeur et ordonné à quatre gendarmes de le conduire directement dans l’une des prisons de Rennes109. Audran recouvra la liberté deux mois plus tard, à la demande du représentant du peuple Jean Bon-Saint-André qui réclamait l’établissement d’une imprimerie à Brest, devenu indispensable après l’arrestation de Malassis. Le 9 avril, Audran fut donc élargi, mais contraint de transférer son atelier dans le port du Finistère.

  • 110 AD 22, 135 J 19 : lettre de Prud’homme au représentant du peuple Boursault (s. d.).
  • 111 Après quatorze mois d’emprisonnement, Prud’homme fut envoyé en détention à Lannion « pour avoir si (...)
  • 112 AD 22, 1 Q 493 : dossier Prud’homme. L’inventaire estimatif de l’imprimerie s’éleva à la somme de (...)
  • 113 AD 22, 135 J 5 : lettre de Prud’homme à Audran (20 brumaire an III : 10 novembre 1794).
  • 114 Ibidem : lettre de Prud’homme à la commission de la représentation nationale à Brest (15 pluviôse (...)
  • 115 Ibid. : lettre de Prud’homme aux maire et officiers municipaux (18 pluviôse an III).

50À Saint-Brieuc enfin, le durcissement de la législation permit aux républicains de se débarrasser de Prud’homme. Les troubles qui suivirent la levée des 300 000 hommes, proclamée le 23 février 1793, furent d’abord l’occasion pour les membres du directoire du département d’ordonner l’arrestation de l’imprimeur et de sept de ses concitoyens, tous envoyés en détention à Guingamp. Élargi au bout de quatre mois, Prud’homme déclara s’être alors résigné à « attendre paisiblement le temps de la justice110 ». Mais cette attente paisible ne lui fut pas accordée. Après le vote de la loi des suspects, il était de nouveau arrêté, le 12 vendémiaire an II (3 octobre 1793), pour « aristocratie notoire et constante, fanatisme religieux et nobiliaire » et pour avoir « abusé de son état contre la Révolution ». Le comité révolutionnaire de Saint-Brieuc lui reprocha ses « liaisons avec les prêtres réfractaires et autres ennemis les plus prononcés de la Révolution » ; l’imprimeur était jugé d’autant plus dangereux qu’il réunissait à « de l’esprit et des connaissances des sentimens fanatiques et anti-civiques ». Prud’homme fut incarcéré au ci-devant séminaire, transformé en prison, et son épouse, qui tenait la librairie, subit le même sort111. En exécution du décret de l’Assemblée nationale du 8 ventôse an II (26 février 1794) et d’un arrêté du département du 15, les scellés furent apposés sur les biens familiaux, malgré les protestations de Louis-Mathieu Prud’homme fils112. Sans trop de scrupules, l’imprimeur du département Beauchemin profita de la situation pour s’approvisionner chez son ancien concurrent de plusieurs livres d’encre et de quelques rames de papier. Puis le représentant du peuple Jean Bon-Saint- André ordonna la réquisition des presses de Prud’homme « pour le service de la représentation nationale » (15 juin 1794) : on leva donc les scellés et Nicolas-Xavier Audran, récemment installé à Brest, choisit les deux meilleures presses de l’atelier. Mais dès qu’il eût connaissance du décret du 11 brumaire an III (1er novembre 1794), Prud’homme sollicita la prompte exécution de l’article 6, qui ordonnait la mainlevée à tous les détenus suspects, et s’employa à obtenir la réparation des pertes subies. Les scellés furent levés le 26 brumaire et le représentant du peuple Boursault, de passage à Saint-Brieuc, ordonna l’élargissement des époux Prud’homme, qui recouvrèrent la liberté le 13 frimaire (3 décembre). Prud’homme s’empressa de réclamer ses deux presses, tout en faisant part de sa surprise de voir « un ancien confrère montrer cette ardeur à [le] dépouiller et à démonter [s]on imprimerie113 ». Mais Audran, peu désireux de se défaire de presses si facilement acquises, fit la sourde oreille aux ordres de la commission de la représentation nationale à Brest. Prud’homme dut renouveler sa demande, appuyée de certificats du district de Saint-Brieuc qui constataient « le besoin urgent que les corps constitués réunis dans cette ville avaient de ces presses pour le service de la République114 ». Il réclama en outre d’être dédommagé de l’encre et du papier utilisés par Beauchemin115, lequel mit lui aussi de la mauvaise volonté à s’acquitter de sa dette. La municipalité porta l’affaire devant l’administration du département, qui renvoya le pétitionnaire se pourvoir devant les tribunaux (6 mars 1795). Le 3 mai 1795, le directoire arrêta que Beauchemin payerait l’encre « à raison de 12 l. la livre » à Prud’homme. Bien déterminé à obtenir la réparation de tous les préjudices subis, Prud’homme réclama sans se décourager que justice lui fût rendue. Le 3 ventôse an III (22 février 1795), il adressa aux administrateurs du district le montant des dédommagements qui lui étaient dûs, soit 2 744 livres. Mais le conseil général accepta seulement de lui rembourser les frais de transport de ses presses (801 livres) et de lui verser une indemnité de 900 livres.

  • 116 AD 22, 135 J 16. À la fin du mois de novembre 1796, Prud’homme envoya son fils se réfugier chez Ga (...)
  • 117 AD 22, 135 J 19. Le 20 décembre 1810, le ministère l’autorisa à rouvrir la chapelle, Prud’homme ay (...)
  • 118 AD 22, 1 M 30 : lettre du préfet à Portalis, conseiller d’État (24 pluviôse an X : 13 février 1802 (...)

51Après cinq années d’excès, une relative accalmie s’établit à Saint-Brieuc. Lors des élections cantonales du 10 brumaire an IV (1er novembre 1795), la population exprima son aspiration au calme en choisissant des modérés et Prud’homme fit partie de cette nouvelle administration. Le 22 germinal an V (11 avril 1797), l’imprimeur fut élu député des Côtes-du-Nord ; il siégea au Conseil des Anciens du 29 floréal an V (18 mai 1797) jusqu’au coup d’État du 18 fructidor. Parallèlement à son activité politique, et malgré un contexte économique guère favorable, Prud’homme parvint à relancer rapidement ses affaires – en décembre 1796, il pouvait écrire à son fils, hébergé par Galles à Vannes, que son imprimerie était « surchargée » de travaux116. Il reprit également ses fonctions d’imprimeur de l’évêché et, le 24 fructidor an IV (9 septembre 1796), il acquit la chapelle Saint-Pierre de Saint-Brieuc et ses dépendances (l’adjudication se monta à 900 francs)117. Mais le répit fut de courte durée. Après le coup d’État du 18 fructidor, les républicains revinrent à la direction de la ville (octobre 1797), tandis que les prêtres non assermentés durent reprendre la route de l’exil. Prud’homme reprit la lutte pour la liberté du culte catholique et la disparition des « actes arbitraires et tyranniques » – en février 1802, après la signature du Concordat, il fut condamné par le tribunal correctionnel à 100 francs d’amende pour avoir distribué deux brefs du pape « contenant une improbation de la conduite des archevêques et évêques constitutionnels de France118 ».

  • 119 Discours prononcé sur la tombe de V. M. Lamorée-Forest, imprimeur-libraire, le 16 janvier 1829, pa (...)
  • 120 Annales nantaises, ou Abrégé chronologique de l’histoire de Nantes, depuis les temps anciens jusqu (...)
  • 121 Levot P., Biographie bretonne, op. cit., t. I, p. 880.

52La majorité des imprimeurs et libraires n’eurent cependant jamais maille à partir avec les autorités. Soucieux avant tout d’assurer la survie de leur commerce, ils se montrèrent simplement obéissants au gouvernement en place, refusant de s’impliquer davantage dans le déroulement des événements. Tel fut le cas du Nantais Lamorée-Forest qui, pendant les orages de la Révolution, « se montra ce que devait être un homme sage et sans ambition : soumis aux lois, fidèle à l’honneur et dévoué à la Patrie. Avant son hymen, il lui arriva plusieurs fois d’abandonner sa maison à des mains étrangères, pour remplir les ordres que lui donnaient les autorités du tems119 ». Tel fut aussi le cas de Michel Guimar qui rédigea des Annales nantaises, publiées en l’an III120 ; et bien qu’il écrivit « sous l’impression et dans le courant des idées révolutionnaires, il ne semble dans son ouvrage les partager que par circonstance et ne les répéter que par écho121 ». Les imprimeurs et libraires nantais eurent la chance d’échapper aux mesures répressives de la Terreur et, surtout, aux massacres de Carrier. Sur leurs activités pendant cette période, les sources sont muettes : la peur régnait dans la ville et chacun se réfugia dans le silence en attendant la fin de l’horreur. Cet épisode tragique de la vie des Nantais fut évoqué par Victor Mangin, dans la Feuille nantaise du 1er nivôse an III (21 décembre 1794).

« La terreur glaçoit toutes les âmes, on osoit à peine regarder la lumière commune à tous, parce qu’elle avoit éclairé tant de massacres, ni respirer l’air, de peur qu’il ne fût infecté de l’odeur putride des cadavres qu’on avoit amoncelé autour de nous. On n’envisageoit qu’avec chagrin les meilleurs amis lorsqu’on les rencontroit, parce qu’on croyoit toujours les voir pour la dernière fois. On trembloit sans cesse pour soi-même entouré d’espions le jour, qui pouvoient interpréter à leur gré vos actions, vos paroles, vos regards mêmes et empoisonner les intentions les plus innocentes ; on ne trouvoit pas la nuit, destinée par la nature au délassement des travaux du jour ; le moindre bruit étoit pris pour celui d’une voiture qui venoit vous recevoir pour vous conduire sous les verroux […] ».

  • 122 BrutÉ de RÉmur Charles (abbé), Vie de Mgr Bruté de Rémur, premier évêque de Vincennes (États- Unis (...)
  • 123 AD 35, L 1492 : dossier de la veuve Vatar et Bruté.

53D’autres surent déjouer la surveillance des autorités en jouant double jeu. La veuve Vatar et Bruté, femme de tempérament, restée fidèle à la religion catholique, n’hésita pas à secourir et à cacher des prêtres. La veuve, qui avait ses appartements dans le palais du parlement de Bretagne, avait fait ériger dans une chambre un autel secret et, « pendant deux ans, la sainte messe fut célébrée dans cette chambre, au-dessous de la chapelle qui était […] occupée par le comité révolutionnaire, et même, pendant un certain temps, par un des tribunaux qui approvisionnaient la guillotine122 ». Les membres du comité révolutionnaire avaient pourtant quelques doutes quant au « patriotisme » de la veuve : ils perquisitionnèrent dans sa boutique, mais ne purent y découvrir rien de suspect (3 janvier 1794)123.

Les imprimés de la Révolution

54La période révolutionnaire marque une nette rupture dans la nature de la production imprimée. Les brochures, souvent peu soignées et mal rognées, se substituèrent au livre relié. Les imprimeurs virent se tarir les commandes du clergé et celles des institutions scolaires. Monopolisés par l’impression des pièces administratives, les ateliers ne produisaient plus que ponctuellement des ouvrages qui constituaient auparavant les piliers de l’imprimerie bretonne. Les libraires durent eux aussi s’adapter aux changements d’orientation du régime. Contraints de renouveler leur fonds, ils se trouvèrent en outre confrontés à la concurrence des cabinets de lecture, qui louaient pour quelques sous les ouvrages les plus divers.

Le renouvellement de la production imprimée

  • 124 AM de Saint-Malo, LL 45 : lettre de Valais aux maire et officiers municipaux (2 mars 1790).
  • 125 Leur réimpression par les autorités départementales fut obligatoire du 5 novembre 1790 au 10 juin (...)

55Le marché des nouvelles administrations – administrateurs des départements, directoires de districts, municipalités, mais aussi représentants du peuple, tribunaux, gardes nationales et clubs – fit naître bien des espérances de profit chez les imprimeurs. Chacun tenta d’obtenir sa part et, comme Valais, demanda ardemment « la faveur de participer au travail de l’immensité d’impressions ordonnées […] par le Conseil permanent124 ». Les lois et les décrets125, les arrêtés, les proclamations, délibérations, imprimés relatifs aux biens des émigrés, travaux de ville (en-têtes de lettres, tableaux, bordereaux, certificats, accusés de réception, etc.) constituèrent donc l’essentiel de la production imprimée de la décennie révolutionnaire. Sous le Directoire cependant, les commandes administratives se firent beaucoup moins nombreuses et les imprimeurs durent se mettre en quête de nouveaux débouchés.

  • 126 AD 56, L 298 : lettre du directoire du Morbihan à Bizette (23 fructidor an V : 9 septembre 1797).
  • 127 AD 22, 1 L 300 : lettre du directoire des Côtes-du-Nord à Bourel (11 frimaire an VII : 1er décembr (...)
  • 128 AD 56, L 1385-1386 : correspondance du district de Rochefort (1794-1795).

56Si la fonction d’imprimeur du département permettait d’alimenter régulièrement ses presses, elle avait aussi pour inconvénient l’obligation d’être toujours disponible pour répondre aux exigences de l’administration. Ainsi le 23 fructidor an V (9 septembre 1797), l’administration centrale du Morbihan requit-elle Bizette de « s’occuper sur le champ, toute affaire cessante et sans interruption », de l’impression de pièces envoyées par le directoire exécutif ; il lui fut enjoint de réunir ses ouvriers et de « rendre compte sur le champ au département de ses diligences »126. Intransigeantes sur les délais, les autorités l’étaient aussi sur la qualité du travail : les administrateurs du département des Côtes-du-Nord ne manquèrent pas de reprocher à Bourel d’avoir envoyé des exemplaires comportant des « fautes typographiques » et l’invitèrent à soigner davantage son travail à l’avenir127. Les impressions devaient être exécutées conformément au modèle fourni et, à cette fin, les commandes étaient accompagnées d’indications précises sur les caractères, les marges, les blancs, etc. Mais la piètre qualité des imprimés révolutionnaires s’accentua avec la crise du papier, devenu rare et cher ; il fallut par conséquent faire preuve d’économie, par exemple en utilisant des imprimés périmés ou en coupant des feuilles doubles. Le 23 prairial an III (12 juin 1795), le district de Rochefort annula une commande de procès-verbaux d’adjudication de domaines nationaux, préférant attendre que Galles disposât de « meilleurs papiers »128.

57Les commandes administratives laissaient peu de place à des travaux d’autre nature et les imprimeurs durent en outre renoncer aux ouvrages condamnés par la nouvelle idéologie. Au début de la Révolution toutefois, quelques imprimeurs continuèrent de rééditer les livres de dévotion les plus usités, sans doute dans le but de répondre à la demande constante d’une partie de leur clientèle. Mais cette volonté de ne pas rompre brutalement avec la production des années antérieures traduit peut-être aussi leur difficulté à renoncer à des pratiques éditoriales héritées de leurs aïeuls et qui avaient assuré la prospérité commerciale de leur entreprise pendant des décennies. Il semble en effet que la réédition de livres religieux ait concerné essentiellement des imprimeurs anciennement établis et qui avaient appuyé l’essentiel de leur activité sur ce secteur du marché – tels Huart à Dinan, Prud’homme à Saint-Brieuc, Galles à Vannes, la veuve Vatar et Bruté à Rennes, Hovius et Valais à Saint-Malo. Les années 1789-1793 apparaissent en quelque sorte comme une phase de transition entre la pléthore des ouvrages religieux sous l’Ancien Régime et leur disparition des imprimeries sous la Terreur. En 1795, les livres d’église firent une timide réapparition dans les imprimeries, l’exercice des cultes étant de nouveau autorisé à condition que cela ne troublât pas l’ordre public. Mais le coup d’État de fructidor an V (septembre 1797) remit en vigueur la législation antireligieuse. Ce ne fut qu’après l’arrivée au pouvoir de Bonaparte en novembre 1799 que la Bretagne put enfin sortir de la guerre civile.

  • 129 AM de Brest : Registre de délibérations municipales, t. II, 17 germinal an II (6 avril 1794).

58La production des manuels scolaires subit également le contrecoup de la politique religieuse du régime révolutionnaire. Les abécédaires et les ouvrages de dévotion pour l’apprentissage de la lecture n’avaient plus cours. L’éducation des futurs citoyens nécessitait de nouveaux manuels, comme en témoigne cet Envoi aux citoyens du district de Pontivy, en leur annonçant des prix pour leurs enfans, âgés depuis huit ans jusqu’à seize, qui réciteront mieux, I° aux fêtes de Pâques, l’abrégé et la traduction en vers des 17 articles des Droits de l’Homme, 2° pour ceux qui réciteront mieux au 14 juillet l’Almanach du Père Gérard (Vannes, Bizette, 1792). De son côté, la municipalité de Brest, considérant qu’il était de son devoir de « propager les principes révolutionnaires dans toutes les parties confiées à son administration et particulièrement dans les écoles publiques », décida de consacrer la somme de 67 livres 10 sols à « l’achat de livres et d’images patriotiques pour les écoles publiques et les hospices »129. Mais la fermeture de nombreux établissements scolaires tarit les commandes. Le Directoire et l’ouverture des écoles centrales permirent ensuite une reprise de la production des livres scolaires, dont les imprimeurs se disputèrent à nouveau le marché.

  • 130 Bruté de Rémur Gabriel, « Notice sur Mgr Gabriel Bruté : premier évêque de Vincennes (États- Unis) (...)
  • 131 AD 44, 152 T 4 : lettre d’Odé au préfet (1826).

59La nouvelle organisation administrative et la révolution culturelle mirent aussi en difficulté bon nombre de libraires, qui se trouvèrent en possession d’un stock de livres qu’ils ne pouvaient plus écouler. À Rennes, la veuve Vatar et Bruté vit son important fonds d’ouvrages de jurisprudence, coutumes et ordonnances de la province, perdre toute valeur : « il y avait pour 130 000 francs de ces livres en magasin lorsque l’Assemblée constituante abolit toutes les lois et coutumes locales, ce qui enleva toute valeur à ce capital de livre130 ». De même à Nantes, Louis Odé, qui avait acheté la librairie de la veuve Despilly en 1797, « se trouva quelques années après forcé de quitter le susdit commerce, ce fonds ne consistant, en grande partie, qu’en livres d’éducation et de religion, qui se trouvaient malheureusement à cette époque de nulle valeur131 ».

  • 132 Le 13 janvier 1791, l’Assemblée constituante abolit la censure royale et tout privilège en matière (...)

60Parallèlement à l’effondrement de la production des ouvrages religieux et scolaires, peu d’œuvres classiques – qui trouvaient auparavant une partie de leurs débouchés dans les écoles – sortirent des imprimeries bretonnes. Les imprimeurs « patriotes » manifestèrent leur préférence pour les nouveautés, souvent des œuvres de leurs concitoyens qui tiraient leur inspiration des événements de l’actualité – citons, chez Hérault, les Œuvres patriotiques présentées à la Société populaire séant au quartier général à Nantes (1793 ?), ou le Dialogue des morts, entre saint Louis, saint Rémi, saint Georges, Brutus, Mirabeau et les volontaires français morts à Paris dans la journée du 10 août 1792, par Lhommeau (1793 ?). Les pièces de théâtre, genre en plein essor132, s’attaquaient aux nobles et aux prêtres réfractaires et exaltaient les valeurs républicaines – Le Patriotisme triomphant (Rennes, Audran, 1789), Le Réveil d’Epiménide ou les Étrennes de la liberté de Claude-Marie-Louis- Emmanuel Carbon de Flins des Oliviers (Nantes, Malassis, 1790), ou encore Lucrèce ou la Royauté abolie, tragédie « représentée pour la première fois par les citoyens comédiens de la ville de Brest, le 5 juillet 1793 » (Brest, Gauchlet) – ; d’autres rendaient hommage à la bravoure des soldats républicains – Les Chouans, ou la Républicaine de Malestroit, de François-Marie- Joseph Riou de Kersalaun et Joseph Pain (Brest, Audran, an III), Le Retour du soldat de l’armée d’Italie, ou la Fête de la paix au village, de J.-G.-M. Legal- Lalande (Quimper, Barazer, 1797). La Révolution vit aussi le triomphe de la chanson patriotique : citons le Recueil de chansons, hymnes et couplets patriotiques, imprimé par ordre du représentant du peuple Carrier (Nantes, Malassis, s. d.), l’Hymne des Nantais. Musique du citoyen Fridzeri (chez le même, 1793 ?), ou encore l’Hymne à l’Être suprême [par Junius Menegaut, musique de Fridzeri] (Nantes, Brun, 1794).

61Sans pouvoir avancer la moindre hypothèse sur l’importance des tirages, il paraît toutefois certain que la production des « nouveautés » demeurait largement insuffisante pour alimenter les librairies, qui continuaient donc de faire venir de Paris la plupart des ouvrages au goût du jour. Pierre-Jean Brun notamment annonçait régulièrement dans les Affiches de Nantes les « livres nouveaux » disponibles dans sa librairie. Outre les oeuvres des philosophes du siècle des Lumières et les romans des écrivains à la mode (Bernardin de Saint-Pierre, Florian, Mercier, Pigault-Lebrun ou Rétif de La Bretonne, mais aussi des auteurs anglais comme Miss Inchbald), Brun proposait des récits de l’actualité politique (telle l’Histoire du départ du Roi, des événements qui l’ont précédé et suivi, Paris, 1791), des manuels administratifs (Méthode courte et facile pour apprendre aisément et retenir sans peine la nouvelle géographie de la France, « par M. Mentelle, historiographe de M. d’Artois »…), différentes brochures ayant trait aux événements révolutionnaires, des pièces de théâtre (La Boussole nationale, ou Aventures historico-rustiques de Jaco surnommé Henri quatrième, laboureur descendant du frère de lait de notre bon roi Henri IV, recueillies par un vrai patriote… de Pochet, Paris, 1790 ; Les Victimes cloîtrées de Monvel, Paris, 1791 ; ou encore Le Club des bonnes gens, ou le Curé français, Paris, 1791), des opéras et des chansons (dont « la chanson du Marseillais, chantée sur l’emplacement de la Bastille, avec l’air noté »), ainsi que de nombreux almanachs patriotiques.

La propagation de l’idéologie révolutionnaire dans les campagnes

  • 133 Michel Gérard (1737-1815), élu député le 17 avril 1789, était cultivateur à Tuel, commune de Montg (...)
  • 134 Ce projet éditorial est rapporté par : Broudic Fanch, La Pratique du breton de l’Ancien Régime à n (...)

62Les almanachs devinrent rapidement l’un des instruments privilégiés de propagande et d’instruction civique du peuple. Ce fut l’Almanach du Père Gérard de Collot d’Herbois qui, on le sait, remporta le concours lancé en septembre 1791 par le club des Jacobins, destiné à couronner l’almanach qui inculquerait le mieux « l’histoire de notre révolution, le changement dans la condition d’un Français, l’idée de lui-même, de ses droits, de ses devoirs, de ses espérances ». Collot d’Herbois avait fait le choix significatif d’un personnage bien réel, élu député de Bretagne à l’Assemblée Constituante133. Cet almanach était un véritable manuel d’éducation civique, dans lequel le père Gérard s’efforçait d’expliquer à ses compatriotes des campagnes les principes de la Révolution, sous forme de douze entretiens familiers. Le directoire du Finistère envisagea, en février 1792, d’en faire une édition en langue bretonne afin de « propager l’esprit public et de répandre principalement dans les campagnes la connaissance des principes constitutionnels134 ». Les membres du directoire espéraient que les « bons cultivateurs » recevraient avec intérêt « les leçons du vénérable député d’Ille-et-Vilaine, revêtues des formes picquantes [sic] et de l’expression énergique et naïve de l’idiome celtique ».

63S’inspirant peut-être de celui de Collot d’Herbois, plusieurs imprimeurs bretons firent paraître leur almanach « républicain ». Ouvrages avant tout pratiques et utiles, les almanachs révolutionnaires contiennent les mêmes rubriques que sous l’Ancien Régime (liste des foires et des marchés, départ des courriers, lever et coucher du soleil et de la lune, etc.), auxquelles on ajouta les changements engendrés par la Révolution et qui affectaient la vie quotidienne de chacun – le calendrier républicain (en vigueur à partir d’octobre 1793) en regard du grégorien, les nouvelles structures administratives, la valeur de la nouvelle monnaie, les nouveaux poids et mesures (adoptés en août 1793), les nouveaux noms donnés aux rues, places et quais. Certains almanachs s’engageaient plus en avant, se présentant comme de véritables manuels d’éducation politique, avec des articles explicatifs de la nouvelle Constitution ou des chansons patriotiques. Ce fut à Nantes qu’ils furent les plus nombreux, à l’initiative de Malassis et de Brun. En 1793, l’Almanach du département de la Loire-Inférieure de Malassis contient un supplément de trente pages consacré à la Loi qui détermine le mode de constater l’état civil des citoyens, du 20 septembre 1792 ; l’année suivante, l’Almanach républicain, pour l’an II de la République française, une et indivisible, à l’usage des Sans-Culottes nantais, porte pour épigraphe « La République ou la mort » et propose deux « couplets patriotiques », sur l’air de la Carmagnole ; l’Almanach républicain de Brun offre quant à lui le « décret de la Convention, du 14 frimaire an II, sur le mode de gouvernement provisoire et révolutionnaire », ainsi que la « Constitution du peuple français ».

  • 135 AD 35, L 499 : lettre du ministre de la Police générale au commissaire du directoire exécutif près (...)
  • 136 Grégoire, Rapport sur la nécessité et les moyens d’anéantir les patois et d’universaliser l’usage (...)

64Les anciens titres publiés en Bretagne finirent par disparaître : les Etrennes nantaises de Brun parurent pour la dernière fois en 1792 et celles de Despilly en 1793 ; à Rennes, Jeanne-Félicité Vatar renonça à publier les Tablettes historiques pour 1794. Seules les Etrennes malouines d’Hovius traversèrent paisiblement la Révolution. Les almanachs qui portaient les stigmates de l’Ancien Régime furent accusés d’être des instruments contrerévolutionnaires et devinrent l’objet des dénonciations les plus violentes. Avec le développement de la chouannerie, la Bretagne apparut comme une contrée peuplée d’êtres ignorants, attachés de la façon la plus bornée au roi et à ses prêtres réfractaires. En décembre 1797, informé qu’il se distribuait dans l’Ouest « une grande quantité d’almanachs remplis de mensonges atroces, de faits controuvés avec perfidie, aussi propres à éveiller les honteux et fatals préjugés du royalisme et de la superstition, qu’à ridiculiser, à faire détester le gouvernement républicain et proscrire tous les généreux amis de la liberté », le ministre de la Police générale enjoignit au commissaire du directoire d’Ille-et-Vilaine « de rechercher les lieux d’impression et de distribution de ces sortes d’écrits, de les séquestrer, d’en empêcher la vente et la circulation » et de faire arrêter leurs auteurs, qui seraient traduits en justice « comme provocateurs au retour de la royauté, à la destruction du gouvernement républicain »135. Plus que jamais, l’imprimé apparut comme « une puissance à laquelle rien ne résiste » et dont dépendait le triomphe de la Révolution : « si on laissait distribuer impunément dans les contrées de l’Ouest, naguère théâtre malheureux des excès du royalisme en fureur, les ouvrages empoisonnés des partisans de l’esclavage, il faudrait s’attendre à une seconde guerre civile ou à l’impossibilité d’établir jamais les institutions républicaines dans ce pays ». Seuls des Français alphabétisés et instruits seraient capables de comprendre les bienfaits de la Révolution. Aux almanachs remplis de « sottises astrologiques », il fallait substituer des « opuscules patriotiques » renfermant « des notions simples et lumineuses », facilement assimilables par des hommes « à conception lente » et aux idées « obtuses »136. Les directoires des départements étaient chargés de réaliser ce grand œuvre : républicaniser les campagnes, remplacer les croyances religieuses par des dogmes philosophiques, faire connaître les nouvelles techniques agraires et dispenser des conseils d’hygiène. Mais ces almanachs porteurs des Lumières eurent bien du mal à s’imposer, ce qui eut pour effet d’irriter au plus haut point le directoire de Rennes, découragé par « l’idiotisme du peuple ».

  • 137 AD 35, L 499 : lettre du directoire de Rennes au ministre de la Police générale : renseignements s (...)

« [Le peuple] retrouve dans les almanachs les fêtes qui servent sa paresse, les saints qu’il invoque, les mois qui règlent ses travaux. À côté de cette ancienne nomenclature, il voit des noms qu’il ne connaît pas, des cérémonies dont le but politique est au-dessus de sa conception. Bientôt les ennemis incorrigibles de la liberté et de la philosophie lui persuadent que la religion est détruite parce que décade remplace dimanche et que la commémoration des spasmes de Thérèse est effacée par l’image utile d’une plante ou d’un instrument aratoire. Il n’est pas douteux que tandis que l’on conservera à l’enfance morale des hommes ses hochets et ses poupées, les imbéciles iront pleurer Capet aux pieds de l’effigie de saint Louis et les fanatiques décomposeront la divinité pour avoir leur Christ et leur Marie137 ».

  • 138 Ibidem : « Le Ministre de la Police générale de la République, aux administrations centrales et mu (...)

65Les principaux responsables de la déchéance intellectuelle des campagnards étaient clairement désignés : toutes les « sottises dont le peuple compose sa morale » sortaient des hottes des colporteurs. Les marchands ambulants contribuaient à aviver « cette résistance opiniâtre qui s’opposa au progrès de la raison et de la liberté » ; ils n’étaient ni plus ni moins que des « assassins de la morale publique », contre lesquels la loi devait sévir de toute urgence. Le ministre de la Police générale invita toutefois le directoire de Rennes à une plus grande tolérance envers les almanachs qui persistaient à offrir le calendrier grégorien – nettement moins dangereux que les imprimés visant à « saisir tous les moyens d’attaquer la Constitution et les principes de liberté sur lesquels elle repose »138.

66Tout au long de la Révolution, les imprimés populaires restèrent au centre des préoccupations des autorités politiques. Le livre en librairie effrayait moins car il était plus facile à surveiller et, surtout, ne touchait qu’un nombre restreint de lecteurs. Diffusés à plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires, les almanachs s’adressaient au contraire à la classe la plus modeste – et la plus nombreuse – de la population, peu instruite et jugée facilement influençable. Or les hommes au pouvoir avaient en mémoire les exemples de la promptitude du peuple à s’emporter, de sa violence pendant l’été 1789 et, plus encore, dans la guerre de Vendée et la chouannerie.

  • 139 Grégoire, op. cit., p. 8.
  • 140 Cité dans : Lettres à Grégoire sur les patois de France 1790-1794, Paris, 1880, p. 287. Joseph-Mar (...)
  • 141 Bernard Daniel, « La Révolution française et la langue bretonne », Annales de Bretagne, t. XXVIII, (...)
  • 142 Le décret du 8 pluviôse an II (27 janvier 1794) ordonna « l’établissement d’instituteurs de langue (...)
  • 143 Cf. Gervais P., « L’autre Bretagne : les clubs révolutionnaires bretons, 1789-1795 », Annales hist (...)

67La Constituante et la Convention s’employèrent en outre à faire disparaître ce qu’elles appelaient le « fédéralisme des idiomes », considérés par Grégoire comme « un obstacle à la propagation des Lumières139 ». Cette opinion était aussi celle du député Lequinio, convaincu que « les patois ont pour résultat d’entretenir les peuples des campagnes dans l’isolement, l’ignorance et la défiance des citadins140 ». La commission administrative du Finistère envoya aux districts le rapport de Grégoire et leur confia la tâche d’en propager les principes avec « zèle », afin de faire « disparaître du territoire français cette aristocratie de langues » qui ne pouvait être tolérée « chez un peuple de frères »141. La guerre civile, qui ravagea l’Ouest de la France à partir de 1793, favorisa l’assimilation de la langue bretonne à la contre- Révolution (le 27 janvier 1794, Barère identifiait le « féodalisme et la superstition » au bas-breton). Le français devint obligatoire dans tous les actes publics et notariés, et des instituteurs en langue française furent prévus en Bretagne (ainsi qu’en Corse, dans le Pays Basque, le Roussillon et la Lorraine)142. La vision des contemporains, empreinte des clichés diffusés tout au long du siècle des Lumières, demande évidemment à être relativisée. L’usage du breton ne semble pas avoir constitué une aide au développement de la contre-Révolution. La Bretagne se dota d’un réseau de clubs révolutionnaires aussi dense que dans les autres provinces et, parmi les cinq départements bretons, ce fut celui du Finistère qui en compta le plus grand nombre143.

  • 144 Le 7 novembre 1792, des bureaux rattachés au ministère de la Justice furent chargés de traduire le (...)
  • 145 Jacques Le Brigant (1720-1804), avocat à Tréguier et ami intime de la Tour d’Auvergne, démontra ce (...)
  • 146 Jacques Cambry était né à Lorient en 1749. Précepteur dans une riche famille lorientaise, il voyag (...)

68L’usage de la langue bretonne, dénoncé comme un obstacle à l’unité de la nation française, semble avoir été mieux toléré après Thermidor. La politique d’éradication des idiomes régionaux, prônée par Grégoire, avait échoué et les autorités locales avaient dû bien souvent faire traduire les textes officiels, afin qu’ils pussent être connus des campagnes bretonnantes des départements du Finistère, des Côtes-du-Nord et d’une partie du Morbihan144. Des ouvrages d’apprentissage du breton furent réédités : ainsi, à Brest, la Grammaire française-celtique, ou française-bretonne du capucin Grégoire de Rostrenen (A. Le Fournier, an III), les Élémens succincts de la langue des Celtes-Gomérites ou Bretons de Jacques Le Brigant (Gauchlet, an VII), le Rudiment du Finistère, composé en français et mis en breton, de l’instituteur Tanguy Le Jeune (Malassis, an VIII). Au mépris qui avait longtemps frappé le breton, on prétendait désormais substituer le respect pour une langue que certains érudits, dans un excès de celtomanie, considéraient comme la mère de toutes les langues145. Cette réhabilitation de la culture bretonne culminera au xixe siècle, sous l’impulsion de l’Académie celtique fondée en 1805 par Cambry146.

La vogue des cabinets de lecture

  • 147 Feuille nantaise, 6 messidor an VI (24 juin 1798) et sqq.

69Faute de sources, il serait tout autant hasardeux de dresser la courbe d’évolution du nombre des librairies pendant la décennie révolutionnaire que de tenter une analyse de leurs fonds. L’existence de certaines boutiques nous est simplement connue par une ou plusieurs petites annonces parues dans les feuilles locales. En parcourant la Feuille nantaise du 12 avril 1795 par exemple, on apprend qu’un nommé Langard, « libraire et relieur », s’était installé place de l’Égalité. C’est dans la même feuille que, trois ans plus tard, le dit Langard faisait savoir qu’il fermait boutique et qu’il désirait trouver quelqu’un « à qui l’ensemble de ses fonds pût convenir »147. La liberté du négoce semble avoir suscité davantage d’ouvertures de cabinets de lecture que de librairies, mais on ne saurait s’étonner du succès d’une formule qui bénéficiait déjà des faveurs du public à la fin de l’Ancien Régime. La plupart des loueurs de livres, souvent des relieurs ou des papetiers, ne proposaient qu’un éventail de titres peu étendu ; ils ne faisaient pas imprimer de catalogue et n’avaient pas les moyens de mettre un local à la disposition de la clientèle.

  • 148 Voir aussi : Marcetteau-Paul Agnès, « Lectures nantaises de la Révolution », Le Livre et l’histori (...)
  • 149 Affiches de Nantes, 1er avril 1792.
  • 150 Ibidem, 23, 30 mai et 6 juin 1792. Le 7 octobre, on apprend que l’on pouvait se procurer son catal (...)
  • 151 Ibid., 20, 23 octobre et 8 novembre 1793, 9 et 19 frimaire an II (29 novembre et 9 décembre 1793)  (...)
  • 152 Catalogue des livres qui se donnent en lecture, par abonnement, chez le citoyen Derouault, librair (...)

70Le cabinet de lecture de Jean-Baptiste Derouault nous est mieux connu, d’abord grâce aux nombreux « avis » qu’il publia dans les Affiches de Nantes148. En février 1791, Derouault n’était encore qu’« épicier et peintre en bâtiments » ; mais dès le 3 juin suivant, il faisait connaître la nouvelle nature de son commerce : il vendait, louait, achetait « toutes sortes de vieux livres » et « appareill[ait] les ouvrages incomplets ». À partir du 30 septembre, il prit le titre de « marchand de livres » et fit savoir qu’il abonnait à l’année, au mois, ou au volume. Quelques mois plus tard, il informa les « amateurs de la bonne littérature » qu’il n’avait rien négligé pour rendre le plus complet possible son cabinet de lecture, composé de trois mille ouvrages « en tous genres »149. Son commerce était déjà devenu prospère car il se préoccupa de faire imprimer un catalogue150. Le 23 novembre 1792, il mettait en loterie l’Encyclopédie en 180 volumes (in-4°, dernière édition, avec cartes et figures) et, à partir de cette date, il prit le titre de « libraire ». L’année suivante, le citoyen Derouault pouvait se vanter d’être propriétaire d’un cabinet de lecture composé de plus de 10 000 volumes151. Le lecteur pouvait emporter quatre volumes à la fois, ou huit volumes en payant un tiers de plus. L’abonnement, qui se payait à l’avance, s’élevait à 40 livres par an, 21 livres par semestre, 12 livres par trimestre, ou 5 livres pour un mois ; s’y ajoutaient 12 livres d’arrhes, rendus à la fin de l’abonnement152. Le cabinet de lecture était ouvert « tous les jours, excepté les dimanches et fêtes, depuis huit heures du matin jusqu’à une heure, et depuis trois heures jusqu’à huit heures du soir ». Le jour de fermeture hebdomadaire devait frustrer une partie de la clientèle car le catalogue débute par un « avis » qui réaffirme fermement « qu’on ne changera pas les livres, ni les fêtes, ni les dimanches ; on s’en procurera la veille ; ainsi il sera inutile de venir, ni de frapper, on n’en donnera absolument point ; une fois la boutique fermée, on n’ouvrira pas ».

  • 153 Avec quelque 1 300 titres répartis sur 10 000 volumes, le cabinet de lecture de Derouault était sa (...)

71Le catalogue des livres contient environ 1 300 titres, classés dans un ordre alphabétique approximatif ; les pages 106 à 113 font exception, en proposant les « œuvres » d’auteurs privilégiés (déjà mentionnées dans le classement alphabétique par titre)153. Les livres d’histoire et de « voyages » font jeu égal avec les belles-lettres. Celles-ci offrent les classiques grecs et latins (Hésiode, Ovide, Thucydide, ou Plutarque), ceux des xvie et xviie siècles (Corneille, Érasme, Mme de La Fayette, Machiavel, Montaigne ou Racine) et les auteurs de la première moitié du xviiie siècle (Crébillon fils, Lesage, Marivaux, ou l’abbé Prévost). Surtout, les romans sont massivement majoritaires, avec les auteurs français à la mode – Mme de Riccoboni (12 titres), Rétif de La Bretonne (17 titres), ou Florian (11 titres) – et les traductions d’auteurs britanniques (176 titres). Les livres philosophiques occupent également une place de choix, avec les « œuvres » de Voltaire (24 titres), celles de Rousseau et de Mably (9 titres), mais aussi les Études de la nature de Bernardin de Saint-Pierre, l’Essai sur l’origine des connaissances humaines de Condillac, les écrits controversés d’Helvétius (De l’homme et de ses facultés, De l’Esprit, Les Helviennes), ceux de Mercier (L’An 2440, le Tableau de Paris), l’Histoire philosophique et politique de l’établissement et du commerce des Européens dans les deux Indes de l’abbé Raynal, ou encore Les Ruines de Volney. D’autres ouvrages autrefois censurés sont également présents ; parmi eux, des œuvres légères ou obscènes (les Amours du chevalier de Faublas, L’Arrétin de Du Laurens, Le Cousin de Mahomet de Fromaget, Les Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos, Les Mille et une faveurs du chevalier de Mouhy, le Tableau de l’amour conjugal de Venette, ou Les Faiblesses d’une jolie femme de Mme de Vilfranc), des traités et satires sur la religion (Le Bon sens de d’Holbach, Le Compère Matthieu de Du Laurens), des libelles politiques (Anecdotes sur Madame la Comtesse du Barry, L’Espion dévalisé de Baudouin de Guémadeuc, Des lettres de cachet et des prisons d’État de Mirabeau). Le catalogue contient en outre plusieurs récits traitant, sous différentes formes, des événements récents (signalons un Bréviaire des jolies femmes, ou nouvelle poésie galante, trouvée manuscrite, dans le portefeuille de madame la princesse de Lamballe, massacrée à l’hôtel de la Force, le 3 septembre 1792, des Fastes de la République française, contenant la Révolution de 1792, un Précis de l’histoire de la Révolution française, ou encore Les Révolutions de Paris de Prudhomme). Derouault pouvait ainsi prétendre être à même de combler les besoins de lecture les plus divers et, soucieux de satisfaire au mieux sa clientèle, il tentait parfois de la guider dans ses choix – ainsi les Anecdotes des reines et régentes de France sont-elles présentées comme un « ouvrage plein d’intérêt et rempli d’anecdotes piquantes », le Manuel des boudoirs, ou Essai érotique sur les demoiselles d’Athènes, est « plus moral qu’on ne pense » ; quant au Siècle de Louis XIV de Francheville, il « diffère beaucoup de celui de M. de Voltaire » car « plus étendu et rempli d’anecdotes très curieuses ».

  • 154 Feuille nantaise, 20 brumaire an V (10 novembre 1796).

72À la fin de juin 1796, Derouault déménagea pour s’installer « maison Mesnard, dans la douve Saint-Nicolas », près la place Égalité. Il annonça qu’on trouverait chez lui de nouveaux titres et notamment des ouvrages relatifs à l’éducation des enfants. Il continuait d’acheter ou d’échanger « toutes sortes de livres » et assurait les abonnements pour la campagne « à dix lieues à la ronde »154. Derouault exerçait encore sous le régime napoléonien, mais ses années de prospérité étaient passées – sous l’Empire, les rapports préfectoraux le qualifient de simple « bouquiniste ». En 1812, après l’institution du régime des brevets, il cessa son activité et se débarrassa de la totalité de son fonds.

  • 155 BM de Nantes, 59366 : Catalogue de livres en lecture, par abonnement (chez Sicard). Prix 8 sous, N (...)

73Parmi ses concurrents, Derouault compta notamment Sicard, « relieurlibraire, rue de Crébillon, près la Comédie », dont le Catalogue de livres en lecture est lui aussi conservé à la Bibliothèque municipale de Nantes155. Son tarif d’abonnement était un peu moins élevé que celui pratiqué par Derouault – 36 francs pour l’année, 18 francs pour six mois, 3 francs 10 sous par mois, ou 5 sous par volume –, mais son fonds de livres était beaucoup plus modeste. Son catalogue de 48 pages, publié en l’an VI, présente un classement alphabétique par titre et par format, avec l’indication du nombre de volumes et, parfois, celle du nom de l’auteur. Au total, le public pouvait faire son choix entre 874 titres ; le petit format, l’in-12 ou l’in-18, domine largement (90 % du fonds). Les centres d’intérêt sont les mêmes que chez Derouault, avec la prédominance des belles-lettres et, surtout, le foisonnement des romans. Parmi les « oeuvres », mentionnons celles de Ducray-Duminil (en 18 vol.), de Florian (14 vol.), ou de d’Arnaud (12 vol.). Tous les écrivains à succès sont présents, parfois de façon massive – Les Contemporaines, ou Aventures des plus jolies femmes du xviiie siècle, « ornées de 108 gravures », par Rétif de La Bretonne, ne comptent pas moins de 42 volumes (d’où des conditions de prêt spécifiques : « on ne pourra déposer moins de 18 fr. pour cet ouvrage, et prendre plus de trois à quatre volumes à la fois »)– ; les traductions d’auteurs de langue anglaise ont elles aussi leur place (Fielding, Richardson, Sterne ou Young). On trouve également des poésies et des contes (telle la Collection choisie des Contes de fées, et autres contes merveilleux, ornés de figures, en 41 vol.). La plupart des ouvrages « philosophiques » et libertins présents chez Derouault l’étaient aussi chez Sicard. La place accordée aux écrits de Voltaire (dont son Théâtre en 12 volumes et la collection de ses œuvres en 30 volumes) témoigne encore une fois de l’engouement des républicains pour le grand philosophe. Après les belles-lettres, les ouvrages d’histoire sont les plus nombreux, avec des travaux de référence (ceux de Rollin ou l’Histoire de France de Velly en 30 volumes), mais aussi la panoplie des « mémoires », « vies » et « voyages ». Relevons enfin quelques écrits sur l’histoire la plus récente : des Remarques sur la Bastille, sa démolition, et révolution de Paris, en juillet 1789, mais aussi les Réflexions sur la Révolution de France d’Edmund Burke.

  • 156 Mellinet Camille, La Commune et la milice de Nantes, t. VI, Nantes, 1841, p. 399-400.

74Ces deux cabinets de lecture au fonds bien garni et leurs nombreux concurrents plus modestes témoignent à la fois de l’engouement du public pour cette institution et du développement de la lecture de divertissement. Face au succès de cette formule, les libraires anciens ou récemment établis n’eurent guère d’autre choix que de l’adopter. En offrant la possibilité de lire à moindre coût, les cabinets de lecture touchaient un public plus étendu que celui des librairies, contribuant ainsi à la désacralisation du livre et à la démocratisation du savoir. Outre les romans, les feuilles politiques étaient également très recherchées par les lecteurs. La location des journaux s’avéra toutefois bientôt beaucoup moins lucrative que celle des livres. La panoplie des périodiques se réduisit en effet considérablement après le 10 août 1792. À Nantes, le conseil de district, « considérant que certains journaux dénaturent constamment les faits, tendent à pervertir l’opinion publique, avilissent les autorités, sèment enfin la division et la discorde parmi les citoyens », interdit de vendre ou distribuer Les Actes des Apôtres, L’Ami du roi, la Gazette de Paris, Dieu et l’homme, la Gazette universelle, le Courrier extraordinaire, le Journal de Paris, le Mercure de France, le Journal de France, L’Indicateur, le Journal de la cour et de la ville, La Rocambole des journaux et le Bulletin de Mme de Beaumont156. L’année suivante, après la victoire de la Montagne sur la Gironde, le choix des périodiques fut plus limité encore ; ne subsistèrent que les journaux dévoués au gouvernement montagnard et les feuilles non politiques.

La presse sous le Directoire

  • 157 L’article 353 de la Constitution de l’an III porte que : « Nul ne peut être empêché de dire, écrir (...)

75Après la floraison de la presse dans les premiers temps de la Révolution, la plupart des journaux avaient disparu et la Terreur avait annihilé toute nouvelle initiative. Les périodiques publiés en Bretagne en 1794 se réduisaient à deux quotidiens : un journal politique, le Journal des départements à Rennes, et une feuille d’annonces, la Feuille nantaise. Ni la chute de Robespierre, suivie d’une politique de pacification des représentants en mission dans les départements, ni la Constitution de l’an III (22 août 1795), dont l’article 353 entérinait pourtant la liberté de la presse157, ne modifièrent cet état déficitaire. Si la nouvelle législation permit la renaissance d’une presse d’opposition – souvent violente – à Paris, elle ne marqua pas l’histoire de la presse bretonne. Les imprimeurs ne se risquèrent pas à sortir de leur prudente réserve, d’autant plus que la situation économique restait difficile et que la persistance du mouvement chouan rendait les routes peu sûres. D’ailleurs, dès le 27 germinal an IV (16 avril 1796), une nouvelle loi déclara « coupables de crimes contre la sûreté intérieure de la République et contre la sûreté individuelle des citoyens tous ceux qui, par leurs discours ou par leurs écrits imprimés, provoqueraient la dissolution de la représentation nationale ou du Directoire exécutif, le meurtre de leurs membres, le rétablissement de la royauté ou des constitutions de 1791 ou de 1793, l’invasion des propriétés publiques, le pillage ou le partage des propriétés particulières, la loi agraire ». Le lendemain, on contraignait les « journaux, gazettes ou autres feuilles périodiques », ainsi que les affiches, de porter le nom et l’adresse de l’imprimeur et le nom de l’auteur ; les contrevenants étaient menacés d’une peine de six mois de prison pour la première fois, de deux ans en cas de récidive. Dès le lendemain du coup d’État du 18 fructidor an V, la loi prévue par l’article 355 de la Constitution soumit la presse au contrôle de la police, pour la durée d’une année : tout entrepreneur de journal était contraint à la déclaration et devait déposer deux exemplaires de sa feuille au bureau de la Police. En 1798 et jusqu’au vote de la loi du 14 thermidor an VII (1er août 1799), plusieurs périodiques parisiens et provinciaux furent interdits. La loi du 14 thermidor abrogea le droit de supprimer les journaux, mais la presse resta sous la surveillance des commissaires du directoire dans les départements.

  • 158 Un sou par feuille pour le port des quotidiens et 1 sou 6 deniers pour les non-quotidiens (loi du (...)
  • 159 5 centimes pour une feuille de 25 dm2 et 3 centimes pour une demi-feuille ; surtaxe d’1 centime pa (...)

76Diverses contraintes d’ordre financier furent en outre mises en place pour entraver le développement de la presse. Alors que la crise monétaire qui sévissait dans l’ensemble du pays contraignait les éditeurs à relever leurs abonnements dans des proportions sensibles, les droits de port des journaux furent progressivement augmentés158. Puis les lois des 9 et 13 vendémiaire an VI (30 septembre et 4 octobre 1797) établirent un timbre sur les journaux159 – seuls « les ouvrages périodiques, relatifs aux sciences et aux arts, ne paraissant qu’une fois par mois et contenant au moins deux feuilles d’impression » en étaient exemptés – ; la loi du 3 brumaire an VI (24 octobre 1797) contraignit les imprimeurs à timbrer leurs feuilles avant l’impression (art. 3). Les feuilles de supplément des journaux furent elles aussi taxées, à 3 ou 5 centimes, par la loi du 6 prairial an VII (26 mai 1799).

  • 160 BM de Nantes, 60596 : « Lhommeau à ses concitoyens », Nantes, impr. Brun, (1794 ?), 5 p. Lhommeau (...)
  • 161 BM de Nantes, 60597. À partir du n° 2, le public pouvait s’abonner chez Forest et « les citoyennes (...)

77En Loire-Inférieure, après la disparition du journal de Malassis en octobre 1793, le département resta dépourvu de tout périodique politique jusqu’en 1797. On tenta certes de combler ce vide, mais sans succès. Le premier des deux projets parvenus à notre connaissance émanait d’un nommé Lhommeau, qui s’étonnait qu’il n’y eût pas au moins un journal dans l’une des plus grandes villes de la République : Nantes et ses environs avaient vécu « les événements les plus remarquables » et c’était à Paris qu’on les imprimait160. Les « braves Nantais » étaient appelés à mettre un terme au silence de leur ville en rapportant « les traits de bravoure, d’héroïsme ou d’humanité » dont ils seraient bien certains, car Lhommeau souhaitait avant tout « dire la vérité ». Il ne voulait pas écrire pour les lettrés, ni pour les riches, mais être « intelligible à tous les hommes » et notamment aux ouvriers. Son journal, dont le titre n’était pas dévoilé, devait paraître deux fois par décade (le prix de l’abonnement était fixé à 12 livres par an, 7 livres 10 sous pour six mois, ou 4 livres pour trois mois). Il bénéficierait d’une correspondance avec les municipalités et les clubs du département et, surtout, il rejetterait toute information venue de Paris pour se consacrer uniquement aux événements concernant la Loire-Inférieure. Lhommeau remettait ainsi directement en cause le monopole des journaux de la capitale. Mais son projet venait trop tôt sans doute car son journal mourut avant de naître. La seconde tentative en matière de presse ne fut guère plus heureuse. Le premier numéro de Vaille que vaille, composé de huit pages in-octavo, imprimé sur un papier de piètre qualité avec de mauvais caractères, sortit de chez Hérault le 28 pluviôse an IV (16 février 1796). Il devait paraître « de trois jours l’un » et l’abonnement s’élevait à 3 livres par mois « en numéraire » (le premier numéro fut vendu 2 sous et les suivants 4 sous)161. Le rédacteur anonyme reconnut que son projet était ambitieux, et le peu d’empressement du public ne lui facilita pas la tâche. Le deuxième numéro du journal contient en effet une lettre d’un lecteur dans laquelle on peut lire : « Je dois vous instruire que le premier numéro de Vaille que vaille a été encore plus mal accueilli que son prospectus. Certaine bienséance m’empêche de vous dire, mot pour mot, l’usage auquel les connaisseurs le destinent… » ! Il est vrai que, en soufflant sur des braises encore vives – deux ans seulement après les massacres de Carrier –, le discours radical du journal ne pouvait que lui attirer l’hostilité de certains républicains. Le rédacteur dénonçait avec violence la politique des jacobins, en accusant les sociétés populaires d’être responsables de « tous les maux » qui avaient affecté le pays après le 10 août : c’était là « qu’on se jou[ait] de toutes les vertus, qu’on prêch[ait] l’humanité en faisant dresser des échaffauds [sic], qu’on parl[ait] de fraternité en égorgeant ses frères ». Vaille que vaille disparut le 22 mars 1796, cinq jours après l’arrêté du Directoire relatif à l’épuration des administrations de leurs éléments jacobins. Le rédacteur informa le public que sa tâche était accomplie. Il estimait avoir fait son « devoir », en défendant les lois et « l’autorité légitime » et en provoquant « la surveillance des magistrats sur des hommes connus par leur immoralité profonde » ; son intention n’était pas de « faire usage » de toutes les notes en sa possession, car « pour nettoyer les étables d’Augias » il eût fallu avoir « le courage et la force d’Hercule ». Il confia son journal à l’un de ses « intimes amis » et partit pour Paris ; mais Vaille que vaille acheva là son existence.

  • 162 Mathieu-Guillaume-François Villenave (1762-1846), avocat, s’établit en 1792 à Nantes, où il demeur (...)

78Il fallut donc attendre le 19 juin 1797 pour voir la publication du premier numéro du Journal du département de la Loire-Inférieure, imprimé par Malassis et rédigé par Villenave162. Paraissant d’abord tous les deux jours, le journal devint ensuite quotidien et prit le titre de Publicateur de Nantes et du département de la Loire-Inférieure (24 juillet 1798). Malassis concurrença en outre directement la Feuille nantaise de Mangin en joignant à son journal une feuille d’annonces et d’avis, Le Publicateur nantais (qui se fondit en juillet 1798 dans le Publicateur de Nantes).

  • 163 Feuille nantaise, 23 fructidor an III (10 septembre 1795).
  • 164 Ibidem, 22 fructidor an IV (7 septembre 1796).
  • 165 L’évolution des tirages a été étudiée dans : Barrault Éric, Presse et Terreur à Nantes (septembre (...)

79En définitive, seule la Feuille nantaise réussit à paraître régulièrement tout au long de la Révolution, malgré l’augmentation du prix du papier et le désistement d’une partie de ses abonnés. Victor Mangin avait dû se résoudre lui aussi à relever peu à peu ses abonnements. Le 25 janvier 1795, le tarif fut porté à 6 livres pour un mois, 18 livres pour trois mois et 27 livres pour six mois (au lieu de 4 l., 12 l. et 22 l.) ; il passa ensuite à 10 livres par mois (25 l. par trimestre) le 20 juin de la même année, puis à 18 livres (50 l. par trimestre) le 25 septembre. Les citoyens qui avaient l’intention de continuer leur abonnement étaient « priés de vouloir bien prévenir », car le tirage serait ajusté au nombre d’abonnés163. Mangin leur affirma que l’effort financier demandé était partagé, puisque les recettes tirées des abonnements ne suffisaient pas encore à couvrir ses frais d’impression164. Le public était invité par conséquent à faire preuve d’indulgence à l’égard d’entrepreneurs qui n’avaient pas « la ressource ou le dédommagement des journalistes de Paris qui, en général, tir[ai]ent leur feuille à trois, quatre, cinq mille exemplaires, et quelques-uns même beaucoup au-delà ». Les feuilles de province ne pouvaient atteindre un tel tirage et, selon Mangin, sa feuille tout particulièrement car le département avait été « trop maltraité par l’anéantissement du commerce, la dégradation considérable des propriétés, et toutes les calamités qu’entraînent les guerres civiles ». En septembre 1799, Mangin révisa une nouvelle fois ses tarifs, portés à 12 francs par trimestre, 23 francs par semestre et 42 francs par an (12 F, 24 F et 48 F par la poste). Outre la hausse du prix de l’abonnement, il est vrai que la désorganisation du commerce avait fait perdre à Mangin une bonne partie de ses abonnés. De septembre 1794 à la fin de l’année 1795, les tirages oscillèrent entre 600 et 750 exemplaires, pour s’effondrer au début de l’année 1796 à 300 exemplaires ; ils remontèrent péniblement l’année suivante à 500 exemplaires et se stabilisèrent à ce niveau jusqu’au début de l’année 1799165. Au cours des années suivantes, la Feuille nantaise continua de végéter, subissant le contrecoup des guerres napoléoniennes et leurs conséquences désastreuses sur le commerce.

  • 166 Le Journal du département d’Ille-et-Vilaine devint Journal du Nord-Ouest de la République français (...)

80À Rennes, le journal du département paraissait depuis le 21 avril 1797166. On le trouvait tous les deux jours – le lendemain de l’arrivée du courrier de Paris – au bureau de Chausseblanche, « imprimeur de l’Administration centrale ». L’abonnement avait été fixé à 6 livres pour trois mois ou 24 livres pour un an (7 l. et 27 l. par la poste) ; mais dès le 13 octobre 1797, Chausseblanche informa ses lecteurs que l’obligation du timbre l’obligeait de relever ses tarifs : 7 livres 10 sous pour trois mois, 15 livres pour six mois et 30 livres pour un an (9 l., 18 l. et 36 l. par la poste). Notons toutefois que, contrairement à la plupart de ses confrères, l’éditeur rennais parvint ensuite à éviter toute nouvelle augmentation – grâce à une gestion rigoureuse, à une stricte économie de papier et à un tirage limité au nombre exact d’abonnés. Le journal offrait des nouvelles de la République et de l’étranger, que les abonnés étaient assurés de recevoir à des dates « aussi fraîches » que par les journaux de Paris. Chausseblanche et le rédacteur Ducouëdic ne craignirent pas d’affirmer d’emblée leur volonté d’indépendance vis-à-vis du pouvoir.

  • 167 Journal du département d’Ille-et-Vilaine, 18 juin 1797.

« Sans manquer au respect qu’on doit au gouvernement, lorsqu’on peut proclamer les actes méritoires de ses agens, on doit pouvoir parler de ceux qui blesseraient les intérêts généraux. C’est un attribut de notre Liberté, et il en sera usé dans toute l’étendue des droits de l’homme et du citoyen libre167 ».

  • 168 Cf. Histoire générale de la presse française, t. I, Paris, PUF, 1969, p. 544.
  • 169 Journal des départemens de l’Ouest…, 16 frimaire an VI (6 décembre 1797).
  • 170 Cf. Histoire générale de la presse française, t. I, Paris, PUF, 1969, p. 547.
  • 171 AN, F18 462A : lettre de Chausseblanche au ministre de l’Intérieur (1er décembre 1814).

81Si en juin 1797 une telle attitude était encore possible, elle devint nettement plus difficile après le coup d’État du 18 fructidor an V – le 19 fructidor (5 septembre 1797), une loi soumit toute la presse à la surveillance de la police pour la durée d’un an (trois jours plus tard, les propriétaires ou rédacteurs de 44 journaux étaient déportés168). Ducouëdic se retira du journal au début du mois de décembre 1797. Désormais seul propriétaire, Chausseblanche informa le public qu’il s’était assuré du concours de nouveaux rédacteurs, dont « la moralité » pouvait seule « égaler le républicanisme ». Ces citoyens, « essentiellement dévoués au triomphe de la Constitution et de la République », s’attacheraient à dénoncer courageusement leurs « ennemis » et « particulièrement à combattre le fanatisme, le plus redoutable de tous les fléaux »169. Puisque la ville de Rennes était devenue le quartier-général de l’armée d’Angleterre, elle devait « exciter l’intérêt de toute la France ». Mais Chausseblanche dut bientôt renoncer à ses prétentions. La loi du 19 fructidor fut prolongée, tandis que plusieurs journaux de Paris et de province étaient interdits. Le 16 fructidor an VII (2 septembre 1799), le gouvernement accusa les journalistes de conspiration et soixante-cinq d’entre eux furent internés à Oléron170 – Chausseblanche déclara en avoir fait partie, mais nous n’avons pu le vérifier171. En tout cas, le Journal du Nord-Ouest se cantonna désormais dans un simple rôle d’information.

  • 172 L’abonnement était fixé à 36 livres par an ou 3 livres par mois pour la ville (10 sous de plus par (...)
  • 173 AN, F7 3450 : lettre de Ducouëdic au ministère de la Police (14 juillet 1798).

82Après avoir abandonné la rédaction du journal du département, Ducouëdic lança la Feuille de Rennes, « journal agricole, commercial, politique et littéraire », imprimé par Jeanne-Félicité Vatar172. Dans le premier numéro (21 janvier 1798), le rédacteur déclara avoir pour but d’informer le « peuple des campagnes » et celui « peu fortuné » des villes des « avantages infinis » qu’ils pouvaient espérer de la Révolution. Tous les « désagréments » devaient être oubliés : la France, « régénérée » et « florissante », touchait « au moment de la paix générale » et à celui « des jouissances douces, agréables à ses heureux habitants ». Dans le cinquième numéro, il exprimait ouvertement ses opinions politiques, avertissant « les royalistes, comme les anarchistes », qu’il était « de ces vieux Jacobins » qui avaient jeté « les fondements de notre heureuse révolution ». Mais, dès juin 1798, Ducouëdic dut renoncer à sa feuille, à l’issue d’une ténébreuse affaire dans laquelle il se présenta comme la victime d’un véritable complot – on avait intercepté ses correspondances avec les autres journaux, ainsi que des lettres particulières ; on avait tenté de le faire poursuivre pour contravention à la loi sur le timbre des journaux ; enfin, il avait été prévenu que des « anarchistes » avaient projeté d’incendier sa maison173. Surtout Ducouëdic reconnut lui-même qu’un seul journal était « suffisant » pour le département et c’est là, sans doute, que l’on doit chercher la principale raison de l’échec de la Feuille de Rennes.

  • 174 Gough Hugh, « Continuité ou rupture ? Les transformations structurelles de la presse provinciale 1 (...)

83En dehors de Nantes et de Rennes, les autres entreprises de presse se réduisirent à deux feuilles éphémères. Le Moniteur de Brest et du Finistère, quotidien, lancé le 22 octobre 1794 et imprimé par Audran, ne compta que dix-neuf numéros. Dès le 10 novembre suivant, il céda la place à un tridécadaire, L’Ami des principes, ou Annales républicaines de Brest, imprimé par Gauchlet, et qui disparut à son tour en 1795 après l’installation de son rédacteur (Picquenard) à Paris. Si la Bretagne, et plus précisément Rennes, avait joué un rôle pionnier dans la presse révolutionnaire, elle ne put ensuite la développer et lui donner autant d’ampleur que dans d’autres départements. Le nombre maximum de journaux publiés dans la province bretonne fut atteint en 1791, avec dix périodiques (sept à Nantes, deux à Rennes et un à Lorient) ; puis, à partir de 1793, ce nombre ne dépassa pas trois ou quatre. Au total, quelque vingt-sept journaux virent le jour au cours de la décennie révolutionnaire, dont quinze à Nantes et sept à Rennes. Les deux principales villes bretonnes se situaient donc loin derrière Bordeaux (avec 62 nouveaux titres), Rouen (33 titres) et Lyon (32 titres), mais aussi derrière des villes moyennes comme Angers (22 titres) ou Grenoble (17 titres)174. Toutefois Bonaparte allait bientôt s’employer à faire disparaître la plupart des journaux, rétablissant ainsi l’égalité entre les départements.

□□

  • 175 AD 22, 135 J 19 : lettre de Prud’homme au représentant du peuple Boursault (s. d.).

84La liberté de la presse proclamée dans les premiers temps de la Révolution n’avait donc été qu’une illusion et, la Terreur passée, grande était l’amertume des imprimeurs et des libraires. Ainsi Prud’homme clamat-il son indignation d’avoir été « dépouillé » de son état – pourtant « déclaré libre par la Constitution, consacré par la déclaration des Droits de l’homme et garanti par la Convention » –, ceci dans l’unique but de « comprimer en même temps tous les efforts de l’opinion publique et individuelle, détruire à la fois tout genre de liberté et élever sur ces monceaux de cadavres une tyrannie dont les siècles passés ne s’étoient pas formé l’idée »175. Plus que jamais l’imprimé apparut comme un instrument de propagande à double face : néfaste entre les mains de l’ennemi – il devenait alors un moyen d’entretenir les troubles ou de déclencher les révoltes –, utile pour répandre les progrès des sciences et les valeurs républicaines. Les individus qui s’occupaient de le fabriquer et de le diffuser ne pouvaient donc que susciter méfiance et suspicion chez les hommes au pouvoir. Comme sous l’Ancien Régime, ils demeuraient des individus potentiellement dangereux, qui devaient être étroitement surveillés et, le cas échéant, durement sanctionnés. C’est cet opprobre qui frappait sa profession que Prud’homme dénonça clairement après sa libération :

« Ma cause, citoyen, n’est pas celle d’un homme isolé ; elle intéresse une classe très nombreuse des plus ardens patriotes et, pour bien dire, tous les vrais amis de l’humanité. Vous voyez en ma personne un homme qui fait profession de penser par lui-même et un homme dont la profession est d’imprimer les pensées des autres. Sous ce double rapport, j’ai paru un monstre pendant la révolution. Dans ce pays, qui n’est pas celui des Lumières, on a cru voir un ennemi très dangereux qu’il falloit s’empresser de détruire. Quoi ! avoit-il abusé de ses moyens ? Non, mais il pouvoit abuser et, sur ce beau raisonnement très digne de Machiavel, on a par provision mis sa personne en chartre privée et son imprimerie sous les scellés […].
On a donc d’un même coup fait le procès à la liberté d’opinion, à la liberté de la presse et à l’humanité, c’est-à-dire à tout ce qui constitue les droits de l’homme, pour mieux assurer le triomphe de la liberté. »

85Malgré les risques du métier et la dégradation de la situation économique, le nombre d’imprimeurs en Bretagne continua de s’accroître et doubla en moins de vingt ans, passant de dix-huit en 1788 à trente-six en 1806.

86La hausse concerna les cinq départements et ce fut le Finistère qui connut la croissance la plus remarquable. En 1806, six imprimeurs exerçaient à Brest (soit un imprimeur pour 3 700 habitants), alors que Malassis était seul en 1788. Nantes comptait sept imprimeries (soit une pour 11 000 habitants), Rennes cinq (soit une pour 5 800 habitants), Lorient et Saint- Brieuc trois chacun (respectivement une imprimerie pour 6 850 habitants et une pour 3 000 habitants). Exception faite de celle de Brun, les maisons fondées sous l’Ancien Régime furent assez solides pour traverser la décen- nie révolutionnaire – en 1800, on retrouve Malassis à Brest, Huart à Dinan, la veuve Baudoin à Lorient, la veuve Malassis à Nantes, Derrien à Quimper, la famille Vatar à Rennes, Prud’homme à Saint-Brieuc, Hovius et Valais à Saint-Malo, les Galles à Vannes. La plupart des nouvelles imprimeries survécurent elles aussi aux aléas de la Révolution et certaines s’imposèrent comme des entreprises durables (Feutray à Lorient, Guilmer à Morlaix, Hérault à Nantes, Robiquet à Rennes, Bizette à Vannes). Les autres, sorties exangues de la Révolution, allaient bientôt disparaître, emportées par la crise économique endémique et le régime répressif mis en place par Napoléon.

Notes

1 Les députés bretons se trouvèrent à l’avant-garde de toutes les grandes décisions de 1789 et cette combativité leur valut d’être surnommés « grenadiers des États généraux »

2 AD 35, 5 E 19 : Imprimeurs et libraires de Rennes : délibération du 16 juillet 1789, signée par Robiquet adjoint, Julien-Charles Vatar doyen, R. Vatar fils et Blouet syndic.

3 Cf. notamment Diderot Denis, Lettre sur le commerce de la librairie, Paris, Parangon, 2001.

4 La suppression des anciennes provinces et la division du royaume en départements, eux-mêmes subdivisés en districts, furent votées par l’Assemblée nationale le 12 novembre 1789 et réalisées le 15 janvier 1790.

5 AN, V6 1147.

6 AD 35, 5 E 19 et 2 Ev 2 : « Mémoire » des Vatar au garde des Sceaux.

7 AN, V6 1148.

8 AN, V1 552 : demande de Courné pour être reçu libraire (27 décembre 1788), accompagnée d’une lettre de recommandation d’Yves-Vincent de La Motte Fablet (maire de Rennes, 1781-1788).

9 AD 35, 5 E 19 et A. N., V1 553.

10 AN, V6 1148.

11 AD 35, L 1325 : délibérations du conseil général du district de Rennes (21 août et 25 septembre 1790) ; L 1327 : délibérations du directoire du district de Rennes (25 août 1790).

12 En 1803, Jeanne-Félicité Vatar épousa le futur baron Rapatel et abandonna l’imprimerie à ses frères Félix et Joseph-Marie.

13 C’est vraisemblablement au cours de cette année que Frout acquit la librairie de la veuve de Guillaume Remelin, qui annonça la vente de son fonds dans les Affiches de Rennes du 11 mars 1791.

14 Cf. Paris-Jallobert Paul (abbé), Journal historique de Vitré ou documents pour servir à l’histoire de cette ville, Mayenne, Éd. régionales de l’Ouest, 1995, p. 472-473 (reprod. en fac-sim. de l’éd. de 1880).

15 AD 35, L 50 13/18.

16 AD 35, 1 F 1643 : réception de Despilly à la chambre syndicale de Nantes (7 et 10 mai 1790). AN, V6 1149 : arrêt du Conseil d’État du roi établissant une nouvelle imprimerie à Nantes en faveur de Despilly (7 juin 1790).

17 AD 35, 1 F 1643 : réceptions de Guimar et de Gigougeux à la chambre syndicale (13 et 16 août 1790). AN, V6 1150 : arrêts du Conseil d’État du roi établissant deux imprimeries à Nantes, en faveur de Guimar (30 août 1790) et de Gigougeux (6 septembre 1790).

18 AN, F7 3681/6 (3 février 1791).

19 AD 44, L 627 : requête de Hérault au directoire de Machecoul (février 1791).

20 Baras semble avoir laissé rapidement l’imprimerie à son confrère Gaudin ; on trouve en effet dans la Feuille nantaise du 2 messidor an VIII (21 juin 1800) : « le citoyen Baras, rue du moulin, n° 3, tient une manufacture de toutes sortes de papiers de tapisserie et d’ornement d’architecture… »

21 Procès-verbal dressé par deux commissaires du conseil général, le 8 vendémiaire an III (29 septembre 1794) : cité par A. Guéraud.

22 En décembre 1792, l’estimation de l’imprimerie de feu Robert Despilly s’éleva à la somme de 3 600 livres : cf. Guéraud Armand, Notes pour servir à l’histoire de l’imprimerie et de la librairie en Bretagne, ms, BM de Nantes, 2 066.

23 Odé père dirigeait l’imprimerie, tandis que son fils Louis tenait la librairie. Dans la Feuille nantaise du 22 prairial an VII (11 juin 1799), les Odé avertirent le public qu’ils quittaient la haute Grande- Rue (n° 46) pour s’installer place Égalité. Odé père transféra ensuite son atelier « vis-à-vis la Bourse, n° 1 » (ibidem, 29 juillet 1803) ; mais il ne fut pas heureux en affaires et dut vendre son imprimerie à Mangin au début de l’année 1804.

24 F. Berjou fut associé pendant quelque temps à Mellinet : on trouve en effet, dans la Feuille nantaise du 9 ventôse an VII (28 février 1799), « l’imprimerie Mellinet et Berjou, carrefour de la Casserie, n° 9, au 3e étage ». Il imprima des Etrennes du département de la Loire-Inférieure, pour l’an VIII de la République française.

25 Caetano ou Gaëtan Carcani, homme de lettres et bibliothécaire à Naples, s’était réfugié à Nantes. Busseuil lui acheta son imprimerie vers 1806. Carcani fut bibliothécaire et rédacteur de la bibliothèque de Nantes de 1809 à 1815.

26 AN, V1 553 : lettre de Malassis au garde des Sceaux (17 décembre 1789).

27 Archives de la Marine, fonds Levot : lettre du ministre de la Marine (11 thermidor an V : 29 juillet 1797). Cité par Delourmel Louis, « L’imprimerie à Brest », Bulletin de la Société académique de Brest, t. XXVIII, 1902-1903, p. 70-71.

28 Leurs noms sont parfois associés, parfois séparés. On trouve le nom de Teurnier à Brest en 1791 ; celui de Havard à Quimper en 1792 et en février 1793. Selon P. Levot, Havard, en tant qu’imprimeur des administrations du Finistère, fut cité comme témoin au procès des vingt-six administrateurs (mai 1794), mais il ne put achever sa déposition et fut emprisonné : cf. Levot Prosper-J., Histoire de la ville et du port de Brest pendant la Terreur, Brest, 1871, p. 314-315.

29 Nous ignorons les origines de Beauchemin. En 1818, Prud’homme, alors maire de Saint-Brieuc, affirmait que son concurrent s’était installé sans « aucune connaissance préliminaire de l’état », ni « aucun moyen pécuniaire ».

30 AD 22, 1 L 774 : arrêté de Prieur de La Marne (29 thermidor an II : 16 août 1794).

31 Ibidem.

32 Nous ne connaissons rien du premier. Quant à Maréchal, né à Plancoët et mort à Lamballe (d’après F.-M. Habasque), on a de lui L’Armorique littéraire, ou Notices sur les hommes de la ci-devant province de Bretagne qui se sont fait connaître par quelques écrits, imprimée à Lamballe en 1795.

33 Prud’homme avait combattu avec vigueur le projet de la Convention qui visait à fixer le siège de l’École centrale à Guingamp.

34 Le 27 avril 1800, Lorient devint le quatrième arrondissement maritime du littoral français.

35 Jean-François Chasseboeuf, né à Craon en 1757, prit le nom de Volney en 1783 (formé à partir de Voltaire et Ferney). Il se fit connaître par la publication de son voyage en Égypte et en Syrie en 1787. En octobre 1788, il se rendit en Bretagne, sans doute envoyé par Necker pour soutenir les exigences du Tiers contre la noblesse.

36 Gaulmier Jean, Un grand témoin de la Révolution et de l’Empire, Volney, Paris, Hachette, 1959, p. 75.

37 La Sentinelle du peuple s’adressait aux « gens de toutes professions, sciences, arts, commerces et métiers, composant le Tiers État de la province de Bretagne » ; elle compta cinq numéros (10 et 20 novembre, 5, 15 et 25 décembre 1788). Sur le contenu de La Sentinelle et de ses imitations à Rennes : cf. Dupuy Roger, Aux origines idéologiques de la Révolution. Journaux et pamphlets à Rennes (1788-1789), Rennes, PUR, 2000.

38 Le 6 mai 1789, un arrêt du Conseil du roi ordonna « l’exécution des règlements de la Librairie » et fit « défenses à tous imprimeurs, libraires ou autres, d’imprimer, publier et distribuer aucun prospectus, journal ou autre feuille périodique, sans la permission de Sa Majesté » (BNF, ms fr. 22070). Le 19 mai, dans une lettre au Journal de Paris, le directeur général de la Librairie permettait aux journaux « autorisés » (c’est-à-dire la Gazette, le Mercure et le Journal de Paris) de publier des comptes rendus des séances des États généraux, mais « en se bornant aux faits dont ils pourraient se procurer la connaissance exacte, sans se permettre aucune réflexion, ni aucun commentaire ».

39 P. Rétat a recensé quarante-sept titres provinciaux pour le début de l’année 1789 (en grande majorité des Affiches) et vingt-huit créations de journaux en province au cours de cette année : Labrosse Claude et Rétat Pierre, Naissance du journal révolutionnaire. 1789, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1989, p. 19-21.

40 Un arrêt du Conseil du roi du 7 mai 1789 supprima les États généraux de Mirabeau, « comme injurieux et portant avec lui, sous les apparences de la liberté, tous les caractères de la licence ».

41 États Généraux. Correspondance de Bretagne, n° 36, 27 juillet 1789 : « Avis de l’imprimeur ».

42 « Avis » paru dans les Affiches de Rennes du 30 septembre 1789. Le prix de l’abonnement s’élevait à 3 livres par mois pour Rennes (5 livres par la poste).

43 Né à Rennes en 1735, écrivain, nommé censeur en 1776 et secrétaire particulier d’Amelot jusqu’en 1783, J.-B.-R. Robinet revint à Rennes au début de la Révolution et publia un écrit en faveur de la Constitution civile du clergé (cf. Levot P., Biographie bretonne…).

44 Affiches de Rennes, 18 novembre 1789 : « Le public ayant désiré la réimpression de Lettres de M. Robinet […], M. Robiquet les a fait réimprimer, et on les trouvera chez les différents libraires de cette ville et de la province. Pour en faciliter l’acquisition, on ne les a mises qu’à la moitié du prix actuellement usité dans la librairie, et M. Robiquet s’engage envers le public, les frais seuls d’impression prélevés, à verser l’excédent dans la caisse patriotique des travaux de charité ». Voir aussi Journal général de France, n° 58, 29 décembre 1789.

45 On ajouta aux comptes rendus de l’Assemblée nationale et à la correspondance des députés, les actes de l’administration des départements, districts et municipalités, « les jugements des nouveaux tribunaux, les ouvrages instructifs, les anecdotes et surtout les traits de patriotisme, les délibérations des gardes nationales ».

46 Journal des départements, 20 novembre 1790.

47 Ibidem, 16 juin 1792.

48 Interdit à douze reprises, suspendu de décembre 1798 à juin 1799, le Journal des hommes libres de tous les pays finit par disparaître en septembre 1800. Sur la carrière de René Vatar à Paris, voir : Woloch Isser, Jacobin legacy, Princeton, 1970, appendice IV. Éxilé par Fouché à Cayenne, Vatar y mourut en 1835.

49 Le 27 août 1792, la Société des Amis de la Constitution décida d’insérer dans le journal les copies des lettres qu’elle recevrait de Vatar (la première parut dans le numéro du 29 août). Prigent devint le rédacteur du Journal ; il fit partie de la liste des « patriotes à placer » dressée par Carrier après la crise fédéraliste.

50 AN, V1 552 : lettre de l’inspecteur de la Librairie au garde des Sceaux (15 juillet 1789).

51 BM de Nantes, 60587-60589.

52 Le 1er octobre 1789, dans un avis aux abonnés, le rédacteur Lemarquant déclare que « l’accueil que cette Feuille obtient de beaucoup de personnes estimables la venge suffisamment des critiques nombreuses qui ont cherché à l’anéantir à sa naissance ».

53 BM de Nantes, 60587 : « Prospectus » (s. d.).

54 D’après A. Guéraud, « Louis avait acheté des caractères chez Didot avec lesquels il avait voulu commencer une imprimerie qui fut achetée par Brun ».

55 BM de Nantes, 50192 : « Prospectus ».

56 La Chronique réapparut ensuite, mais de manière éphémère, en mars 1792, sous le nom de Courrier du département, journal composé par cinquante citoyens, dont le but est de chercher à dire la vérité sur tout et à tous, imprimé par Hérault.

57 En 1789, l’abonnement à la Feuille maritime s’élevait à 12 livres pour Nantes (13 l. 4 s. par la poste). En 1793, il fut porté à 18 livres (21 l. par la poste).

58 La Feuille maritime du 25 novembre 1791 offre le récit des « Événements relatifs à la révolte des esclaves, à Saint-Domingue, le 18 août, jusqu’au 16 septembre » ; la « Suite » est rapportée dans le supplément du 25 janvier 1792.

59 L’abonnement s’élevait à 4 livres par mois et à 44 livres par an (50 l. pour les autres départements).

60 « Avis » paru dans la Feuille maritime du 29 fructidor an II (15 septembre 1794).

61 La loi du 22 août 1791 fixa les tarifs postaux pour les journaux à 8 deniers par feuille pour les quotidiens, à 12 deniers pour les non-quotidiens.

62 Almanach du département de la Loire-Inférieure et de la ville de Nantes, Nantes, Malassis, 1791.

63 Mellinet Camille, La Commune et la milice de Nantes, tome VI, Nantes, 1841, p. 172-173.

64 À Brest également, le libraire Alain Le Fournier fut nommé notable (mars 1790), puis officier municipal (novembre 1791) et de nouveau notable (janvier-novembre 1793) ; il devint ensuite membre du comité révolutionnaire de Brest (établi par un arrêt du 7 vendémiaire an III), puis occupa de nouveau la place d’officier sous la seconde municipalité Malassis (avril-novembre 1795). Le Fournier semble toutefois n’avoir joué qu’un rôle effacé et, en mars 1797, il préféra se retirer de la vie politique pour se consacrer exclusivement à sa librairie.

65 Ollivier Joseph, Catalogue bibliographique de la chanson populaire sur feuilles volantes…, Quimper, 1942, p. 431-437.

66 Cf. Kerviler René, Répertoire de bio-bibliographie bretonne, Rennes, 1886-1908.

67 AM de Saint-Malo, LL 45 : lettre de Valais aux maire et officiers municipaux (2 mars 1790).

68 AD 56, L 1611. Le 21 juillet 1792, un nommé Robien dit Loqueltas fut condamné à huit jours de détention et à 150 livres d’amende pour propos insultants et défaut de port de cocarde tricolore dans la librairie Bizette.

69 AD 56, Lz 1529 f° 118.

70 Cf. Frélaut Bertrand, Au fil de la Marle, Vannes, 1984, p. 63-83.

71 Feuille nantaise, 4 et 8 pluviôse an VII (24 et 28 janvier 1799).

72 Située place de l’Égalité, cette maison était « susceptible de produire annuellement un revenu de plus de 6 000 francs », qui promettait d’augmenter « à la paix » ; toutefois, on avertissait le futur acquéreur qu’il devrait « se charger d’une plus ou moins forte quotité de rentes viagères cautionnées par le débiteur », dont la somme totale s’élevait à environ 9 000 francs (Feuille nantaise, 27 floréal an VIII : 17 mai 1800).

73 Ibidem, 26 floréal an VIII (16 mai 1800).

74 AM de Nantes, FF 103 : arrêté de Cornet, « conseiller, magistrat, échevin, faisant les fonctions de procureur du Roi de police absent » (mardi 29 décembre 1789).

75 Le 24 juillet 1789, un arrêté du comité provisoire de l’Hôtel de Ville de Paris menaça d’emprisonnement les colporteurs ou distributeurs d’imprimés sans nom d’imprimeur ; puis le 24 août, un arrêté du comité de police défendit de publier les écrits sans nom d’auteur ni d’imprimeur. Le 1er septembre, un arrêté de l’assemblée des représentants de la Commune interdit aux colporteurs de proclamer dans les rues d’autres écrits que les actes publics, décrets et ordonnances. Enfin, le 20 décembre, un règlement de police limita le nombre des colporteurs et des afficheurs et fit défense de crier aucun journal.

76 AD 35, 1 F 1643 : registre de la chambre syndicale de Nantes, « signé : Guimar, Louis, Brun aîné, Gigougeux, Despilly syndic » (5 janvier 1790).

77 C’est nous qui soulignons.

78 AN, F7 3682/18 : rapport des commissaires Bertolio, Deléon et Daniel au ministre des Finances (Rennes, 25 février 1791).

79 Cf. Guyon Gilbert, « Le vrai visage de Monseigneur Le Mintier, dernier évêque de Tréguier », Mémoires de l’Association bretonne, 1994, p. 125-148.

80 AD 35, 1 Bf 1602 : arrêt sur remontrances de Joseph-Marie Brossays-Dupervoy, procureur général du roi (14 octobre 1789). Remontrance faite en la chambre des vacations du Parlement de Bretagne, contre le mandement de M. Le Mintier, évêque de Tréguier, du 14 septembre 1789, Rennes, Audran, [1789], 27 p.

81 Prud’homme imprima aussi la Déclaration de la noblesse (signée par le comte de Boisgelin, 19 avril 1789) et les Déclaration et protestation de l’Ordre de l’Église assemblé à Saint-Brieuc (signées par Fr. Bareau de Girac, évêque de Rennes, 20 avril 1789).

82 AD 22, 112 L 63 : « Extrait du registre des délibérations du Directoire du département des Côtesdu- Nord. Du 26 janvier 1791 ».

83 Le 19 juin 1790, l’Assemblée nationale avait prononcé l’abolition de la noblesse héréditaire, des titres, ordres militaires, armoiries, livrées et de toute espèce de distinction entre Français.

84 AD 22, 112 L 63 : « Extrait du registre de délibérations de la municipalité de Saint-Brieuc » (24 mars 1791) et « Extrait du procès-verbal des séances de la Société des Amis de la Constitution de Saint- Brieuc » (24 mai 1791).

85 Ibidem : Ordo divini officii recitandi, missaeque celebrandae, Juxta ritum Breviarii et Missalis Romani, Pro anno bissextili M. DCC. XCII. – Brioci : Apud L. J. Prud’homme, typographi ac bibliopolae, M. DCC. XCII. – 42 p.

86 AD 22, 135 J 19 : lettre de Prud’homme au représentant du peuple Boursault (s. d.).

87 Archives curieuses de Nantes et des départements de l’Ouest…, t. IV, Nantes, Forest, 1840, p. 286.

88 Avis paru dans les Affiches de Nantes du 4 septembre 1791.

89 Jean-François-Hubert Guillot, libraire de Monsieur (1782-1791), avait monté une imprimerie en 1790 ; arrêté en mars 1792, il fut condamné à mort le 29 juin 1792 pour avoir fabriqué de faux assignats dans une imprimerie clandestine de Passy (cf. Mellot Jean-Dominique et Queval Élisabeth, Répertoire d’imprimeurs/libraires…, Paris, 1997). P. Delalain mentionne « François Louis, libraire, commissionnaire en librairie », établi, en février 1795, rue Séverin, n° 25 (puis, à partir de janvier 1797, au n° 110 de la même rue). En 1801, il était installé rue de Savoie, n° 12, près des Augustins ; « en 1802, il continuait la publication de l’Almanach des Muses, qui, jusqu’en 1794, avait été du fonds de Nicolas-Augustin Delalain » (Delalain Paul, L’imprimerie et la librairie à Paris de 1789 à 1813, Paris, 1899, p. 137).

90 BM de Rennes, 48058/35 : extrait des minutes du greffe du tribunal de district de Rennes (7 novembre 1791) et jugement du tribunal (16 novembre).

91 Cf. Delourmel Louis, « L’imprimerie à Brest », Bulletin de la société académique de Brest, t. XXVIII, 1902-1903, p. 35-74.

92 Le représentant du peuple en mission Jean-Baptiste Carrier arriva à Rennes le 1er septembre 1793 ; le 12 septembre, en coopération avec Pocholle, il forma un comité révolutionnaire, chargé de se livrer à la chasse aux suspects (ce comité disparut le 20 mars 1795). Carrier partit pour Nantes le 6 ou le 7 octobre. Pocholle quitta Rennes le 25 novembre ; le jour même de son départ, le représentant Prieur de la Marne fit réincarcérer tous les individus suspects que la clémence de Pocholle avait fait libérer.

93 AD 35, L 1474 : rapport du comité de salut public de Rennes (13 décembre 1793).

94 Isaac-René-Louis Le Chapelier : avocat au parlement de Bretagne et publiciste, député du Tiers aux États généraux de 1789, puis membre et président de l’Assemblée nationale ; il fut condamné à mort et exécuté à Paris le 22 avril 1794.

95 AD 35, L 223.

96 Cette décision de Robiquet nous est connue par une annonce insérée dans son Almanach pour la IIIe année républicaine… : « Librairie à vendre. Le citoyen Robiquet, imprimeur-libraire, rue de la République, prévient ses concitoyens qu’il désire quitter le commerce de la librairie, et qu’il va s’occuper à faire un catalogue de ses livres ; mais en attendant qu’il soit prêt, il les offre aux plus bas prix possibles. Ledit citoyen Robiquet offre de nouveau ses services au public pour tout ce qui concerne l’imprimerie ; il espère que ceux qui s’adresseront à lui seront satisfaits de son exactitude. »

97 Le 1er numéro de ce Bulletin fut publié le 5 juin 1793, in-f° sous forme d’affiche ; il en parut au moins trois.

98 Pocquet Du Haut-Jussé Barthélemy-A., Terreur et terroristes à Rennes : 1792-1795, Mayenne, J. Floch, 1974, p. 19 et p. 41.

99 AD 35, 2 T 1.

100 AD 35, L 1482 : dossier Blouet.

101 Ibidem : lettre de Blouet au comité révolutionnaire de Rennes (18 février 1794).

102 AD 35, L 1474.

103 AD 35, L 1492 : dossier Vannier.

104 Les Actes des Apôtres, en prose et en vers, parurent du 2 novembre 1789 jusqu’en octobre 1791. Jean-Gabriel Peltier, fils d’un armateur nantais, y lança les plus vives critiques contre l’Assemblée constituante et contre Mirabeau, avant de s’exiler à Londres.

105 AN, F18 1942 : lettre de Vannier (7 juin 1814).

106 AN, F7 3679/2 : extrait des registres du département d’Ille-et-Vilaine, séance du 8 nivôse an VI (28 décembre 1797). Les élections, qui avaient vu le succès des royalistes à Rennes et dans les cantons ruraux, furent cassées en septembre suivant.

107 Ibidem : séance du 10 nivôse an VI (30 décembre 1797).

108 Rossignol avait été nommé commandant en chef à Rennes le 26 octobre 1793.

109 AD 35, L 1482 : dossier Audran.

110 AD 22, 135 J 19 : lettre de Prud’homme au représentant du peuple Boursault (s. d.).

111 Après quatorze mois d’emprisonnement, Prud’homme fut envoyé en détention à Lannion « pour avoir signé 123e une pétition par laquelle les détenus se plaignoient d’un règlement absurde et des rigueurs inutiles exercées contre eux ».

112 AD 22, 1 Q 493 : dossier Prud’homme. L’inventaire estimatif de l’imprimerie s’éleva à la somme de 22196 livres 3 sous (19-22 germinal an II) – rappelons qu’en décembre 1792 l’imprimerie de Despilly à Nantes avait été estimée à 3 600 livres.

113 AD 22, 135 J 5 : lettre de Prud’homme à Audran (20 brumaire an III : 10 novembre 1794).

114 Ibidem : lettre de Prud’homme à la commission de la représentation nationale à Brest (15 pluviôse an III : 4 février 1795).

115 Ibid. : lettre de Prud’homme aux maire et officiers municipaux (18 pluviôse an III).

116 AD 22, 135 J 16. À la fin du mois de novembre 1796, Prud’homme envoya son fils se réfugier chez Galles, afin qu’il échappât au service dans la marine.

117 AD 22, 135 J 19. Le 20 décembre 1810, le ministère l’autorisa à rouvrir la chapelle, Prud’homme ayant déclaré la destiner à des « ouvrages profanes ».

118 AD 22, 1 M 30 : lettre du préfet à Portalis, conseiller d’État (24 pluviôse an X : 13 février 1802). Il s’agit probablement des brefs des 11 mars et 13 avril 1791, dans lesquels le pape condamnait la constitution civile du clergé.

119 Discours prononcé sur la tombe de V. M. Lamorée-Forest, imprimeur-libraire, le 16 janvier 1829, par Victor Mangin, Nantes, Forest, 1829, p. 2-7.

120 Annales nantaises, ou Abrégé chronologique de l’histoire de Nantes, depuis les temps anciens jusqu’à nos jours, Nantes, Guimar, an III, 696 p. (rééditées en l’an X).

121 Levot P., Biographie bretonne, op. cit., t. I, p. 880.

122 BrutÉ de RÉmur Charles (abbé), Vie de Mgr Bruté de Rémur, premier évêque de Vincennes (États- Unis), Rennes, Plihon et Hervé, 1887, p. 64.

123 AD 35, L 1492 : dossier de la veuve Vatar et Bruté.

124 AM de Saint-Malo, LL 45 : lettre de Valais aux maire et officiers municipaux (2 mars 1790).

125 Leur réimpression par les autorités départementales fut obligatoire du 5 novembre 1790 au 10 juin 1794, puis du 27 janvier au 4 octobre 1795.

126 AD 56, L 298 : lettre du directoire du Morbihan à Bizette (23 fructidor an V : 9 septembre 1797).

127 AD 22, 1 L 300 : lettre du directoire des Côtes-du-Nord à Bourel (11 frimaire an VII : 1er décembre 1798).

128 AD 56, L 1385-1386 : correspondance du district de Rochefort (1794-1795).

129 AM de Brest : Registre de délibérations municipales, t. II, 17 germinal an II (6 avril 1794).

130 Bruté de Rémur Gabriel, « Notice sur Mgr Gabriel Bruté : premier évêque de Vincennes (États- Unis) », Revue de Bretagne et de Vendée, t. VIII, 1860, p. 287.

131 AD 44, 152 T 4 : lettre d’Odé au préfet (1826).

132 Le 13 janvier 1791, l’Assemblée constituante abolit la censure royale et tout privilège en matière théâtrale. Selon Jacques Cambry, « le théâtre forme les moeurs, répand des maximes utiles, propage des vérités » (Voyage dans le Finistère, Paris, Éd. du Layeur, 2000, p. 283).

133 Michel Gérard (1737-1815), élu député le 17 avril 1789, était cultivateur à Tuel, commune de Montgermont (Ille-et-Vilaine). Membre des Jacobins, il rejoignit les Feuillants (juillet 1791), puis rentra à Tuel ; mais il avait acquis une telle popularité dans la capitale que l’on joua au théâtre de Molière, le 31 octobre 1791, une pièce intitulée Le Retour du Père Gérard à sa ferme.

134 Ce projet éditorial est rapporté par : Broudic Fanch, La Pratique du breton de l’Ancien Régime à nos jours, Rennes, PUR, 1995, p. 273.

135 AD 35, L 499 : lettre du ministre de la Police générale au commissaire du directoire exécutif près le département d’Ille-et-Vilaine (3 nivôse an VI : 23 décembre 1797).

136 Grégoire, Rapport sur la nécessité et les moyens d’anéantir les patois et d’universaliser l’usage de la langue française, 16 prairial an II, p. 18.

137 AD 35, L 499 : lettre du directoire de Rennes au ministre de la Police générale : renseignements sur les almanachs contre-révolutionnaires (nivôse an VI : janvier 1798).

138 Ibidem : « Le Ministre de la Police générale de la République, aux administrations centrales et municipales, et aux commissaires du Directoire exécutif placés près d’elles » (26 frimaire an VII : 16 décembre 1798).

139 Grégoire, op. cit., p. 8.

140 Cité dans : Lettres à Grégoire sur les patois de France 1790-1794, Paris, 1880, p. 287. Joseph-Marie Lequinio de Kerbley avait été élu député du Morbihan à l’Assemblée législative en 1792.

141 Bernard Daniel, « La Révolution française et la langue bretonne », Annales de Bretagne, t. XXVIII, 1912-1913, p. 292.

142 Le décret du 8 pluviôse an II (27 janvier 1794) ordonna « l’établissement d’instituteurs de langue française dans les campagnes de plusieurs départements dont les habitants parlent divers idiomes ».

143 Cf. Gervais P., « L’autre Bretagne : les clubs révolutionnaires bretons, 1789-1795 », Annales historiques de la Révolution française, 1986, p. 422-447. Les 25 districts de Basse-Bretagne abritèrent 78 clubs, tandis que la Haute-Bretagne gallo compta 67 clubs répartis dans 20 districts.

144 Le 7 novembre 1792, des bureaux rattachés au ministère de la Justice furent chargés de traduire les lois en langues allemande, basque, basse-bretonne, catalane et italienne.

145 Jacques Le Brigant (1720-1804), avocat à Tréguier et ami intime de la Tour d’Auvergne, démontra cette idée dans plusieurs traités.

146 Jacques Cambry était né à Lorient en 1749. Précepteur dans une riche famille lorientaise, il voyagea beaucoup en Allemagne, Suisse et Italie. Membre du club des Amis de la Constitution de Lorient dès 1790, procureur sous la Terreur, il fut nommé président du district de Quimperlé après la chute de Robespierre et fut chargé de faire l’inventaire des objets échappés aux destructions de la Révolution. Cette tâche fut à l’origine de son Voyage en Finistère ou État de ce département en 1794 et 1795, publié à Paris en l’an VII (1798).

147 Feuille nantaise, 6 messidor an VI (24 juin 1798) et sqq.

148 Voir aussi : Marcetteau-Paul Agnès, « Lectures nantaises de la Révolution », Le Livre et l’historien…, Genève, Droz, 1997, p. 667-678.

149 Affiches de Nantes, 1er avril 1792.

150 Ibidem, 23, 30 mai et 6 juin 1792. Le 7 octobre, on apprend que l’on pouvait se procurer son catalogue pour 15 sous.

151 Ibid., 20, 23 octobre et 8 novembre 1793, 9 et 19 frimaire an II (29 novembre et 9 décembre 1793) ; Feuille nantaise, 4 vendémiaire an III (25 septembre 1794) et sqq.

152 Catalogue des livres qui se donnent en lecture, par abonnement, chez le citoyen Derouault, libraire, demeurant place de l’Égalité, maison du citoyen Gautier, proche le jeu de paume, à Nantes, 1793, 155 p., Prix : 1 liv. 10 sols (BM de Nantes, 59351).

153 Avec quelque 1 300 titres répartis sur 10 000 volumes, le cabinet de lecture de Derouault était sans doute l’un des plus importants de province. En 1781, le cabinet parisien de Mérigot offrait environ 1000 titres ; en 1783, le catalogue de l’un des plus gros cabinets de la capitale, celui de Le Jay, annonçait 3 000 titres et 20 000 volumes. Cf. Pailhès Jean-Louis, « En marge des bibliothèques : l’apparition des cabinets de lecture », Histoire des bibliothèques françaises, t. II, Paris, 1988, p. 415-421.

154 Feuille nantaise, 20 brumaire an V (10 novembre 1796).

155 BM de Nantes, 59366 : Catalogue de livres en lecture, par abonnement (chez Sicard). Prix 8 sous, Nantes, an VI, IV-48 p.

156 Mellinet Camille, La Commune et la milice de Nantes, t. VI, Nantes, 1841, p. 399-400.

157 L’article 353 de la Constitution de l’an III porte que : « Nul ne peut être empêché de dire, écrire, imprimer et publier sa pensée. Les écrits ne peuvent être soumis à aucune censure avant leur publication. Nul ne peut être responsable de ce qu’il a écrit et publié que dans les cas prévus par la loi ». Toutefois, l’article 355 limitait ces dispositions dans le temps : « Toute loi prohibitive de ce genre, quand les circonstances la rendent nécessaire, est essentiellement provisoire et n’a d’effet que pendant un an, au plus, à moins qu’elle ne soit formellement renouvelée ».

158 Un sou par feuille pour le port des quotidiens et 1 sou 6 deniers pour les non-quotidiens (loi du 27 nivôse an III) ; 15 deniers pour le port des journaux (loi du 3 thermidor an III) ; puis 1 livre 5 sous par feuille pour les journaux envoyés de Paris en province (loi du 6 nivôse an IV). Suite aux violentes protestations déclenchées par une nouvelle hausse (loi du 6 messidor an IV), les droits de port des journaux furent abaissés à 4 centimes par feuille, 2 centimes par demi-feuille et 1 centime par quart de feuille (loi du 4 thermidor an IV).

159 5 centimes pour une feuille de 25 dm2 et 3 centimes pour une demi-feuille ; surtaxe d’1 centime par 5 dm2 d’excédent pour les feuilles dépassant ces deux superficies.

160 BM de Nantes, 60596 : « Lhommeau à ses concitoyens », Nantes, impr. Brun, (1794 ?), 5 p. Lhommeau était l’auteur d’un Dialogue des morts, entre saint Louis, saint Rémi, saint Georges, Brutus, Mirabeau et les volontaires français morts à Paris dans la journée du 10 août 1792 (imprimé par Hérault), où il exprimait nettement ses convictions antiroyalistes et antireligieuses (BMde Nantes, 40812).

161 BM de Nantes, 60597. À partir du n° 2, le public pouvait s’abonner chez Forest et « les citoyennes Camus, épicières, vis-à-vis le café de la Glacière ».

162 Mathieu-Guillaume-François Villenave (1762-1846), avocat, s’établit en 1792 à Nantes, où il demeura jusqu’en 1803. Fondateur du Journal de Nantes et du département de la Loire-Inférieure, il en fut le rédacteur jusqu’en l’an IX.

163 Feuille nantaise, 23 fructidor an III (10 septembre 1795).

164 Ibidem, 22 fructidor an IV (7 septembre 1796).

165 L’évolution des tirages a été étudiée dans : Barrault Éric, Presse et Terreur à Nantes (septembre 1793-novembre 1795), mémoire de maîtrise d’histoire, sous la dir. de J.-C. Martin, Université de Nantes, 1994, annexe I.

166 Le Journal du département d’Ille-et-Vilaine devint Journal du Nord-Ouest de la République française le 10 juillet 1797.

167 Journal du département d’Ille-et-Vilaine, 18 juin 1797.

168 Cf. Histoire générale de la presse française, t. I, Paris, PUF, 1969, p. 544.

169 Journal des départemens de l’Ouest…, 16 frimaire an VI (6 décembre 1797).

170 Cf. Histoire générale de la presse française, t. I, Paris, PUF, 1969, p. 547.

171 AN, F18 462A : lettre de Chausseblanche au ministre de l’Intérieur (1er décembre 1814).

172 L’abonnement était fixé à 36 livres par an ou 3 livres par mois pour la ville (10 sous de plus par la poste). Les trois premiers numéros de la Feuille de Rennes parurent sans nom d’imprimeur ; tombant sous le coup de la loi, Ducouëdic justifia cette omission par la crainte de se voir « enlever encore la rédaction de cette Feuille » (Feuille de Rennes, n° 5, 25 janvier 1798).

173 AN, F7 3450 : lettre de Ducouëdic au ministère de la Police (14 juillet 1798).

174 Gough Hugh, « Continuité ou rupture ? Les transformations structurelles de la presse provinciale 1789-1799 », Annales historiques de la Révolution française, juillet-septembre 1988, p. 250-251.

175 AD 22, 135 J 19 : lettre de Prud’homme au représentant du peuple Boursault (s. d.).

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540