Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Révolution du livre et de la presse en Bretagne

 | 
Patricia Sorel

Chapitre I. Le commerce du livre en Bretagne
à la fin de l’Ancien Régime1

Texte intégral

  • 1 Ce premier chapitre doit beaucoup aux travaux pionniers de Jean Quéniart : Culture et société urba (...)
  • 2 Nières Claude, « Une province et ses villes : la Bretagne au xviiie siècle », La France d’Ancien R (...)
  • 3 Enquête réalisée en 1877-1879 et portant sur les années 1686-1690, 1786-1790 et 1816-1820. Cette e (...)
  • 4 Quéniart Jean, « Livres et lecture en Bretagne », Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéolog (...)
  • 5 Quéniart J., art. cit., p. 297-298.
  • 6 Meyer Jean, « Les Lumières en Bretagne », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, t. 83, 4, 19 (...)
  • 7 Cf. Compère Marie-Madeleine et Julia Dominique, Les collèges français 16e-18e siècles. 2. Répertoi (...)

1Province étendue, la Bretagne comptait un peu moins de 2,3 millions habitants (soit environ 9 % de la population du royaume), mais seulement 350 000 citadins (environ 15 % de la population bretonne). Dans ce pays de bocage à l’habitat dispersé, seul Nantes dépassait les 80 000 habitants – se classant ainsi au cinquième rang des villes les plus peuplées du royaume (derrière Paris, Lyon, Marseille et Bordeaux, mais devant Lille, Rouen, Strasbourg et Toulouse) – ; Rennes occupait la deuxième place, avec quelque 35 000 habitants ; elle était suivie par Brest, la ville la plus importante de Basse-Bretagne (30 000 habitants) et Lorient (près de 20 000 habitants)2. L’ensemble de la province souffrait d’un faible taux d’alphabétisation, mis en lumière par l’enquête du recteur Louis Maggiolo (le Vannetais surtout y apparaît comme l’une des régions les plus arriérées du royaume, avec moins de 10 % des hommes alphabétisés à la fin de l’Ancien Régime)3. Les résultats de Maggiolo doivent cependant être relativisés : son enquête semble en effet avoir sous-estimé le taux d’alphabétisation de la population et le classement obtenu ne révèle en aucune façon les écarts existant à l’intérieur d’un même département. Ainsi, pour certaines localités d’Ille-et-Vilaine de la fin du xviiie siècle, c’était dans 40 %, voire dans la majorité des foyers, qu’un des conjoints était capable de lire, tandis que d’autres villages présentaient des taux inférieurs à 10 %4. Par ailleurs, la conception selon laquelle les idiomes régionaux ont constitué un obstacle à l’évolution du niveau d’alphabétisation a été remise en cause par Jean Quéniart. Dans les principales villes de Bretagne, le français avait acquis une position importante ; la langue bretonne était bien souvent abandonnée par les élites provinciales, celles qui occupaient un poste administratif ou qui participaient aux échanges commerciaux avec le reste du royaume. « La langue bretonne n’est pas un obstacle à l’alphabétisation, mais elle est un outil limité à un certain cadre géographique et social, et se trouve de ce fait rejetée par ceux qui s’en évadent5 ». Le niveau de scolarisation restait également médiocre : en 1789, on ne comptait que de 3 à 4 000 étudiants du « secondaire » (soit 4 à 6 % de la population scolaire française correspondante)6 et les localités possédant un enseignement secondaire étaient inégalement réparties7. Dans la Bretagne de la fin de l’Ancien Régime, la catégorie étroite des élites intellectuelles, évaluée par Jean Meyer à 7 000 personnes, se concentrait surtout à Rennes et à Nantes, et dans une moindre mesure à Brest.

  • 8 Cf. Quéniart J., Culture et société urbaines…, op. cit.

2La capitale bretonne et le grand port de commerce qu’était Nantes demeuraient les principaux centres de production imprimée dans la province. Le nombre d’ateliers typographiques dans les villes du royaume était gelé par la volonté du Conseil d’État (arrêt du 21 juillet 1704). Ces mesures restrictives, dont la portée fut toutefois quelque peu limitée par la résistance des autorités locales, entrèrent en vigueur alors que le marché de l’imprimé s’élargissait et se diversifiait. Des chambres littéraires, des sociétés scientifiques, des loges maçonniques se formaient dans les villes les plus importantes, reflétant la curiosité croissante des hommes des Lumières pour l’histoire, la géographie, les récits de voyages, les sciences et la littérature de divertissement8. Les nouvelles exigences des élites sociales commencèrent d’influer de façon perceptible sur la librairie, encore massivement religieuse et scolaire.

Géographie de l’imprimerie bretonne

  • 9 Cette crainte est clairement affirmée dans un arrêt du 30 août 1777 qui porte que « le roi a recon (...)
  • 10 BNF, ms fr. 21832, fol. 81 : l’« État général des imprimeurs » de 1777 recense, dans l’ensemble du (...)

3L’arrêt du Conseil d’État du 12 mai 1759 fixait à quinze le nombre d’imprimeries en Bretagne : quatre pour chacune des villes de Nantes et de Rennes, mais une seule à Brest, Dinan, Lorient, Quimper, Saint-Brieuc, Saint-Malo et Vannes. L’arrêt prévoyait en outre qu’à Dol, Morlaix, Redon, Saint-Pol-de-Léon, Tréguier et Vitré, l’unique atelier serait supprimé à la mort de l’imprimeur. Cette mesure fut appliquée d’abord à Tréguier, au décès de Pierre Le Vieil (1762), puis à Saint-Pol-de-Léon, au décès de Jean-Pierre de Crémeur (1766). Ces suppressions, opérées dans l’ensemble du royaume, étaient motivées par la crainte que les imprimeurs, ne pouvant se soutenir du produit de leur travail, fussent tentés de se livrer à la contrefaçon ou à l’impression de mauvais ouvrages9. À la veille de la Révolution, la Bretagne comptait encore dix-sept imprimeurs, répartis dans dix villes10. Certains d’entre eux vivaient au bord de la misère, ne possédant souvent que deux presses (le minimum imposé par l’administration depuis 1701), avec des caractères usés et mal assortis (souvent un jeu de cinq ou six lettres, avec leurs italiques).

  • 11 Meyer J. (sous la dir. de), Histoire de Rennes, Toulouse, Privat, 1984, p. 266.
  • 12 Ogée, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, Nantes, impr. de Vatar f (...)
  • 13 Lepreux G., op. cit., p. 110. Sur les Vatar, cf. Ferrieu Xavier, « Les Vatar ou trois siècles d’im (...)
  • 14 Renée Le Saulnier du Vauhello avait pris la direction de l’imprimerie-librairie en 1771, au décès (...)

4Capitale de la province et siège d’évêché, Rennes connaissait une intense activité politique, administrative, judiciaire et religieuse. Centre politique, elle abritait l’intendance et les États, qui réunissaient tous les deux ans plus d’un millier de participants. Ville de robins, elle bénéficiait notamment de la présence du parlement, du présidial (l’un des quatre grands présidiaux bretons, avec ceux de Nantes, Vannes et Quimper) et de diverses juridictions. Au total, le monde du droit comprenait plus de mille personnes (près de trois cents officiers divers, environ deux cent cinquante procureurs, quelque deux cents avocats et plusieurs centaines d’huissiers, notaires et sergents). Le parlement était au centre des débats et des crises politiques ; l’affaire de Bretagne en 1765, puis les deux suppressions du parlement, de 1770 à 1774 et en 1788, affectèrent l’ensemble de la population. La capitale bretonne était certes une ville riche, avec quelque deux cent cinquante nobles et une bourgeoisie très aisée, mais elle était aussi « une ville très pauvre, avec un groupe d’indigents très abondant11 ». D’activité essentiellement tertiaire, Rennes n’avait qu’un faible rayonnement économique : son commerce était « de peu d’étendue, se bornant à l’importation et à l’exportation des denrées nécessaires à la vie12 ». L’imprimerie se trouvait sous le contrôle des Vatar, qui possédaient trois ateliers sur les quatre autorisés dans la ville. G. Lepreux a présenté la famille Vatar comme « la plus remarquable de toutes celles qui ont exercé l’art sublime dans la presqu’île armoricaine : elle tient la première place dans cette province par le nombre d’artisans qu’elle a donnés à l’industrie du livre et par la haute culture intellectuelle de beaucoup d’entre eux ; elle jette également un vif éclat […] par la correction et la beauté typographiques de la plupart des productions sorties des presses de ses divers membres13 ». L’établissement le plus important de la ville, et sans doute de Bretagne, était dirigé par la veuve Vatar et Bruté de Rémur14. Les deux autres Vatar, Julien-Charles et son cousin Nicolas-Paul, exerçaient depuis 1758 – le premier avait reçu le titre d’imprimeur du roi (1771) et le second était l’imprimeur des États de Bretagne. Nicolas-Paul Vatar mourut en 1788, laissant son établissement aux mains de sa veuve, Jeanne Castre. Le quatrième atelier de la ville était celui de Nicolas-Xavier Audran, qui avait succédé à son père Nicolas en 1784.

  • 15 En 1789, Nantes versait 84 478 livres de capitation ; Rennes, 56 343 livres ; Saint-Malo, 41237 li (...)
  • 16 Bois Paul (sous la dir. de), Histoire de Nantes, Toulouse, Privat, 1984, p. 179.
  • 17 Guilloux F., Précis d’histoire de Nantes, Nantes, 1922, p. 74-76.
  • 18 Fils de Pierre-Isaac Brun (décédé en 1773), Pierre-Jean avait succédé à sa mère, Marie-Marthe Mahot (...)
  • 19 Joseph-Nicolas Vatar était le fils de Joseph-Mathurin Vatar, lequel avait succédé à son beau-père (...)
  • 20 Fils d’un imprimeur du Mans (Jean-Louis Malassis, 1747-1750), Augustin-Jean avait succédé à sa bel (...)
  • 21 André-Antoine Querro, qui avait succédé à son père André en 1766, mourut en 1783.

5Contrairement à Rennes, Nantes n’était pas une ville de haute politique, abritant seulement la chambre des comptes. Mais elle pouvait s’enorgueillir d’être l’un des plus grands ports du royaume et la tête de pont du commerce en Bretagne (avec Saint-Malo et Lorient). Grâce à son importante activité commerciale, Nantes était la ville la plus riche de la province15. Ouverte sur le monde, connaissant les passages incessants de commerçants venus du reste de la France ou de l’étranger, elle était à la fois « lieu de séjour temporaire pour bien des compagnons16 » et port d’embarquement vers l’Amérique. La prospérité du port connut son apogée vers le milieu du xviiie siècle, puis déclina peu à peu, en raison notamment des guerres avec l’Angleterre. Le trafic portuaire était néanmoins encore considérable à la veille de la Révolution et la ville comptait de nombreuses industries – les principales étant les distilleries, les raffineries de sucre, et surtout les fabriques d’indiennes (qui occupaient 4 500 ouvriers). Les armateurs nantais, enrichis par la traite des Noirs, avaient élevé de magnifiques demeures sur la Fosse. Mais seules deux cents à trois cents personnes détenaient l’activité économique, laquelle n’atteignait pas la masse qui restait « rivée au boulet de sa misère ou de sa médiocrité17 ». Les quatre imprimeries établies dans la ville étaient celles de Pierre-Jean Brun18, imprimeur du roi, de Joseph-Nicolas Vatar19, d’Augustin-Jean Malassis20 et de Catherine Biron veuve d’André-Antoine Querro21.

  • 22 Henwood Philippe et Monange Edmond, Brest : un port en révolution 1789-1799, Rennes, Éd. Ouest-Fra (...)
  • 23 Ibidem, p. 24.
  • 24 Monange E., « La révolution municipale à Brest en 1789 », La Bretagne, une province à l’aube de la (...)
  • 25 Dans les vingt dernières années de l’Ancien Régime, 43 % des hommes et 5 % des femmes mariés à Sai (...)

6À l’extrémité de la Bretagne, Brest devait son développement à la prospérité de la marine, sous Louis XIV et Colbert. Au xviiie siècle, il bénéficia de la politique menée par les ministères de Sartine et de Castries et, surtout, de la guerre d’Indépendance américaine. L’arsenal, le plus important de France, voire d’Europe, était le moteur économique de la ville ; il connut cependant un ralentissement notable et une chute de ses effectifs après la signature du traité de Versailles (1783)22. Brest était avant tout une ville ouvrière : la situation de la cité n’était pas favorable au commerce et l’artisanat urbain y était peu développé. Contrairement à Nantes ou à Saint-Malo, Brest abritait fort peu de riches armateurs. La faiblesse de la bourgeoisie commerçante, mais aussi celle des professions libérales, explique la relative pauvreté de la ville (la fortune totale des Brestois a pu être évaluée à 70 millions de livres en 1789, contre 150 millions pour les Rennais et 340 millions pour les Nantais23). Port militaire, Brest se caractérisait par la sous-représentation du clergé et par une vie administrative et judiciaire quasiment nulle – une vingtaine d’hommes de loi suffisaient à assurer l’activité de trois modestes juridictions (la sénéchaussée royale, l’amirauté du Léon et la justice seigneuriale du Châtel). Seule l’administration de marine revêtait une certaine importance, avec environ deux cents employés. L’organisation administrative de la ville reflétait la physionomie particulière de la « Porte océane » : elle consacrait la prédominance des officiers d’épée sur les officiers de plume, tandis que le personnage le plus important de Brest était le commandant de marine (le comte d’Hector). Cette situation était source de nombreuses tensions, non seulement entre civils et militaires, mais au sein même du corps de la marine24. À ces antagonismes, s’ajoutait la profonde inégalité économique, sociale et culturelle entre les deux quartiers de la cité, séparés par une rivière qu’aucun pont n’enjambait : sur la rive gauche de la Penfeld, Saint-Louis abritait les plus gros contribuables (négociants, rentiers, hommes de loi, artisans les plus fortunés), tandis que les matelots, ouvriers et travailleurs modestes se concentraient sur la rive droite, à Recouvrance. La formule fréquemment usitée présentant la ville comme une « colonie française en terre bretonne » s’appliquait plus précisément à Saint-Louis : les hommes originaires d’autres évêchés de France se retrouvaient essentiellement dans cette paroisse25.

  • 26 Cf. Delourmel Louis, « L’imprimerie à Brest : Les Malassis (1685-1813) », Bulletin de la Société a (...)
  • 27 AD 35, C 1469.
  • 28 Comptant environ 8 000 habitants, Quimper avait une activité portuaire médiocre, un commerce peu d (...)
  • 29 Malassis avait épousé, en 1772, Marie-Gabrielle Périer.

7Le port ne comptait qu’une imprimerie, tenue par Romain-Nicolas Malassis, imprimeur du roi et de la marine, qui avait succédé à son père en 175826. Jouissant d’une notoriété certaine comme conseiller de la ville et capitaine de la milice bourgeoise, Malassis avait su habilement préserver son monopole, aux dépens d’Yves-Jean-Louis Derrien, qui avait sollicité en vain la création d’une seconde place d’imprimeur (1768). Après cet échec, Derrien avait dû se contenter du seul titre de libraire, comme successeur de son père Jérôme. Son avenir comme imprimeur semblait définitivement compromis quand une opportunité s’offrit à lui. En 1777, l’imprimeur de Quimper, Marin Blot, mourait, laissant son épouse seule à la tête de l’établissement. Il y avait là une veuve à courtiser et, surtout, une place d’imprimeur à prendre. L’affaire fut conclue rapidement : le 7 janvier 1779, Marie-Jacquette Périer veuve Blot démissionna en faveur de Derrien, lequel fut nommé imprimeur par un arrêt du Conseil d’État du 16 août 177927. Derrien réalisait enfin son ambition, dans une ville certes plus modeste que Brest28, mais sans concurrent. Quant à Malassis, il avait vu avec soulagement la disparition d’un rival toujours possible pour la ville de Brest – rival qui, par son mariage, était devenu son beau-frère29.

  • 30 Louis-Philippe-Claude Hovius était le petit-fils de Jean-Baptiste Hovius, imprimeur à Rennes (1694 (...)
  • 31 AD 35, 5 E 19 : registre des réceptions et interdictions.
  • 32 Louis Valais avait été reçu imprimeur à la fin de l’année 1767.
  • 33 AD 35, 5 E 19 : registre des réceptions et interdictions.

8Outre le grand centre économique qu’était Nantes, la Bretagne possédait trois ports de commerce, Saint-Malo, Lorient et Morlaix. Premier port du royaume à la fin du xviie siècle, Saint-Malo avait vu son trafic décliner au siècle suivant, alors que Nantes prenait son essor. La ville restait cependant prospère et de riches négociants y résidaient. À la veille de la Révolution, elle abritait encore deux imprimeries mais, en application de l’arrêt de 1759, celle de Louis-Philippe-Claude Hovius était condamnée à disparaître30. Un arrêt du Conseil du 5 août 1785 autorisa pourtant Henri-Louis Hovius à succéder à son père démissionnaire, à condition que l’imprimerie fût « supprimée de plein droit au jour de son décès ou de sa démission31 ». L’autre imprimeur de la ville, Julien Valais32, protesta vigoureusement et, avec l’appui de l’intendant Caze de La Bove, finit par avoir gain de cause : un arrêt du Conseil du 6 novembre 1786 cassa celui du 5 août 1785, tandis qu’en compensation l’imprimerie de Dol était rétablie en faveur d’Hovius fils33. Louis Hovius ayant échoué dans sa tentative de perpétrer son établissement décida par conséquent de reprendre sa démission et se remit à la tâche, secondé par son fils, qui renonça à Dol.

  • 34 Originaire de Givet (Ardennes), archiviste et dessinateur dans un régiment du génie, Baudoin avait (...)

9Lorient était un cas original, une enclave peu bretonne, née de la volonté du pouvoir royal d’y établir le siège de la Compagnie des Indes, créée en 1664. Bien que plus peuplée que Saint-Malo, cette ville cosmopolite ne comptait qu’une imprimerie. Louis-Claude-Roch Baudoin y avait été nommé imprimeur du roi et de la marine après le décès de son beau-père, Jean-Baptiste-Pierre Durand, en 177634. Baudoin mourut dix ans plus tard, à l’âge de 36 ans, et ce fut sa veuve qui prit la direction de l’atelier.

  • 35 AD 35, C 1467.
  • 36 Sa première femme, décédée en 1782, lui donna quatorze enfants et sa seconde femme, qu’il épousa e (...)

10Quant à la ville de Morlaix, située sur la route de Paris à Brest, elle était également pourvue d’une imprimerie, malgré la suppression prévue par l’arrêt de 1759. Abritant quelque 10 000 habitants, Morlaix était siège d’une sénéchaussée, d’un consulat et d’une amirauté. L’annonce de la fermeture définitive de l’imprimerie – au décès de la veuve de Ploesquellec en 1764 – avait suscité les protestations véhémentes des autorités locales. Leurs doléances n’étaient pas restées vaines : le 18 octobre 1767, un arrêt du Conseil d’État avait ordonné le rétablissement de l’imprimerie à Morlaix en autorisant Pierre Guyon, installé comme libraire depuis 1760, à la tenir35. Devenu l’imprimeur de l’évêque de Léon, Guyon travaillait en outre pour l’évêque et le collège de Tréguier, ce qui lui permettait, avec sa nombreuse famille, de vivre à l’abri du besoin36.

  • 37 Leguay Jean-Pierre (sous la dir. de), Histoire de Vannes et de sa région, Toulouse, Privat, 1988, (...)
  • 38 Cf. Debauve Jean-Louis, « Requiem pour une imprimerie défunte », Bulletin du bibliophile, fasc. II (...)

11Vannes et Saint-Brieuc, tous deux sièges d’évêché, apparaissaient comme des villes peu dynamiques. Vannes se signalait surtout par une forte implantation cléricale – cette ville d’environ 12 000 habitants abritait « trois à quatre cents clercs séculiers, religieux et religieuses37 ». L’imprimerie était aux mains de la famille Galles, originaire de Caen et établie dans la ville depuis plus d’un siècle. Jean-Baptiste-Marc-Joseph Galles, qui avait succédé à son oncle Nicolas en 1775, possédait le titre d’imprimeur du roi. Il travaillait pour l’évêque et le clergé, le collège, le barreau, la police, les bureaux de l’amirauté et de la marine, ceux des devoirs de la province et du tabac38.

  • 39 Nières Claude (sous la dir. de), Histoire de Saint-Brieuc, Toulouse, Privat, 1991, p. 118.
  • 40 Son père, René Prud’homme, avait exercé comme libraire à Saint-Brieuc de 1711 à 1763. Né en 1745, (...)

12Saint-Brieuc, qui abritait 6 500 habitants seulement, se caractérisait par ses professions libérales, administratives, fiscales ; en 1780, on y comptait quatorze avocats, seize procureurs, six notaires. Deux secteurs industriels étaient relativement importants : le bâtiment et le textile. Mais les élites briochines étaient loin d’être très riches, la bourgeoisie possédait « une solide aisance, sans plus39 ». Louis-Jean Prud’homme40 tenait l’imprimerie-librairie, qu’il avait achetée en 1777 à son patron Jean-Louis Mahé démissionnaire.

  • 41 Jean-Baptiste-Toussaint-Robert Huart fut reçu imprimeur par arrêt du Conseil d’État du 31 décembre (...)

13Enfin, non loin de Saint-Brieuc, la ville de Dinan possédait également une imprimerie. L’établissement était géré par Toussainte-Clémence Le Maigre, veuve de Robert-Jean-Baptiste Huart (décédé en mars 1782). En 1788, la veuve démissionna en faveur de son fils Jean-Baptiste-Toussaint-Robert Huart, lequel avait atteint l’âge requis de vingt ans41.

  • 42 AD 35, C 1467 : rapport du subdélégué de Dol (11 janvier 1774).
  • 43 AD 35, C 2592 : lettre de l’intendant de Bretagne au garde des Sceaux (15 septembre 1783) et rappo (...)
  • 44 AN, E 2615.

14À Dol, l’imprimerie disparut en 1783 à la mort d’Arnaud Caperan, qui faisait « si peu de profits dans son état d’imprimeur que le chapitre de Dol l’a[vait] nommé son porte-masse […] ; sans ce secours, le père et les enfants n’auroient pas [eu] de pain42 ». L’évêque s’éleva pourtant contre la suppression définitive de l’imprimerie, prévue par l’arrêt de 1759, en affirmant qu’un atelier était indispensable pour le service de son diocèse. Il obtint le soutien de l’intendant de La Brosse, qui présenta au garde des Sceaux tous les inconvénients qui résulteraient d’une telle mesure43. Le pouvoir royal voulut bien, encore une fois, faire preuve de complaisance : un arrêt du Conseil d’État du 6 novembre 1786 rétablit l’imprimerie à Dol et Henri-Louis Hovius fut désigné pour la tenir sa vie durant44. Cependant, nous l’avons vu, Hovius n’exerça en fait qu’à Saint-Malo. Dol ne fut pas la seule ville à perdre son imprimerie : l’atelier de François Morin à Vitré et celui de Joachim Guémené à Redon, tous deux bien précaires, s’éteignirent respectivement en 1780 et 1789, à la mort de leur propriétaire.

15La carte des imprimeries bretonnes se superposait donc, fort logiquement, à celle des villes les plus importantes, qui abritaient les autorités administratives, judiciaires et religieuses. Le dynamisme commercial d’une ville constituait un autre facteur favorable au développement de l’imprimerie, comme le prouvent l’exemple de Nantes et celui original de Saint-Malo (doté de deux ateliers pour moins de 10 000 habitants). Les imprimeries se situaient donc toutes sur le pourtour côtier. Exception faite de la capitale bretonne, la Bretagne intérieure apparaissait comme un « désert typographique ». Les petites villes qui y étaient implantées cumulaient les facteurs défavorables : éloignées des principales voies de communication et dépourvues de fonctions administratives, elles ne pouvaient en outre trouver, au sein d’une population encore peu alphabétisée, une clientèle suffisamment importante. Les ateliers de Rennes et de Nantes étaient les plus actifs, mais devaient se partager le marché de la ville, d’où une concurrence souvent rude. Les imprimeurs possesseurs d’un ou de plusieurs monopoles étaient les plus dynamiques : les marchés des livres religieux et scolaires assuraient des commandes sûres et régulières, par des tirages importants et de nombreuses rééditions.

16Les imprimeurs bretons constituaient un milieu fermé, dans lequel les professionnels établis n’oubliaient leurs rivalités que pour en interdire l’accès à tout nouveau prétendant. Une telle attitude de repli était traditionnelle dans les villes de province ; la plupart des demandes de place émanaient de fils (ou de gendres) de maîtres, qui avaient exercé comme apprentis dans la maison familiale. Cet usage de la succession de père en fils explique les longs et solides monopoles établis par quelques familles (les Vatar à Rennes, les Brun à Nantes, les Galles à Vannes, les Malassis à Brest, les Huart à Dinan). Les grands imprimeurs de la province étaient des individus instruits, ouverts à l’esprit des Lumières, qui participaient parfois à la vie politique de leur ville. Les premiers bouleversements révolutionnaires ne pouvaient les laisser indifférents et les plus engagés d’entre eux figurèrent d’emblée parmi les nouvelles autorités appelées à diriger le pays.

Les agents de diffusion de l’imprimé

17Dresser une liste des libraires s’avère fort délicat lorsque l’on sait que certains imprimeurs tenaient boutique sans avoir été reçus libraires, tandis que nombre de bouquiniers n’hésitaient pas à écouler des livres neufs en infraction aux règlements. Les états dressés par les autorités locales, ainsi que les listes contenues dans les almanachs, permettent d’évaluer approximativement le nombre d’individus exerçant la librairie dans la province, et fournissent parfois – mais de façon parcimonieuse – quelques indications sur l’ampleur des commerces.

Les libraires autorisés

  • 45 Le Scenne exerça à Rennes jusqu’à la fin 1787 ou au début 1788.
  • 46 Remelin était libraire, rue Dauphine, « à La Science » ; décédé en 1786, il fut remplacé par sa ve (...)
  • 47 AD 35, 5 E19 : René Vatar fut nommé libraire par arrêt du Conseil d’État du 19 juillet 1784.
  • 48 Frère cadet de l’imprimeur Pierre-Jean Brun, reçu libraire à la chambre syndicale de Paris en 1775 (...)
  • 49 Né à Paris et reçu libraire dans cette ville le 19 décembre 1766, il était le fils du libraire Jea (...)
  • 50 Fériau apparaît dans un état de 1764 et est encore mentionné dans les almanachs de Nantes pour 178 (...)
  • 51 Originaire de Metz et reçu libraire en cette ville en 1771, François Louis exerça pendant une anné (...)

18En 1789, les villes de Rennes et de Nantes totalisaient à elles seules plus de la moitié des librairies autorisées dans la province (dix-neuf sur trente-cinq). La capitale bretonne abritait trois imprimeries-librairies – seul Nicolas-Paul Vatar avait abandonné la librairie, « faute de débit » (selon un état de 1777). Rennes comptait en outre sept ou huit simples libraires : Amelin et Dandel, remplacés par leur veuve dans la décennie 1780 ; Emmanuel-Georges Blouet, Julien Le Scenne45, Guillaume-Marie Remelin46 et Jean-François Robiquet, tous quatre autorisés par un arrêt du Conseil d’État d’octobre 1767 ; enfin les sœurs Vatar, Marion et Pélagie, et René Vatar à partir de 178447. Nantes était nettement moins avantagé, avec neuf ou dix librairies pour une population deux fois plus nombreuse. Seuls deux imprimeurs tenaient boutique : Pierre-Jean Brun et Augustin-Jean Malassis (reçus libraires respectivement en 1763 et 1768). Querro se contentait de son atelier et Joseph-Nicolas Vatar avait vendu sa librairie, au début de l’année 1781, à Augustin-Jérôme Brun48. L’année suivante, Anne Verger veuve Vatar se retira définitivement des affaires : elle céda une partie de son fonds de livres à son gendre Robert-Jean-Baptiste Despilly49, qui avait ouvert boutique en 1767, et vendit le reste à Jacques Gigougeux, établi depuis 1774. Les autres libraires de Nantes étaient Louis Fériau, Gilbert Lahays, Jacques Saint-Aubin, Michel Guimar50 et François Louis, qui fut le dernier à ouvrir boutique dans la ville avant la Révolution51.

  • 52 François-Marie Le Jeune fut autorisé par un arrêt du Conseil du 30 décembre 1786 à succéder à sa m (...)
  • 53 Originaire d’Agon (Manche), Jean-Baptiste Fauvel fut reçu par un arrêt du 10 avril 1786.
  • 54 Nicolas Mahé avait ouvert une librairie en 1770, sans être pourvu de maîtrise, et exerça jusqu’à s (...)
  • 55 AD 35, C 1469 : rapport de l’intendant au garde des Sceaux (4 janvier 1786).

19Proportionnellement à sa population, Lorient était, avec Rennes, la ville la mieux pourvue en librairies : aux boutiques de l’imprimeur Louis-Claude-Roch Baudoin, de Jeanne Le Pontois (qui avait succédé à son frère Charles Le Pontois, décédé en 1785) et de François-Marie Le Jeune52, s’ajouta celle de Jean-Baptiste Fauvel en 178653. Brest ne comptait que trois libraires : l’imprimeur Malassis, Paul Le Huby et Alain Le Fournier (qui s’installèrent respectivement en 1781 et 1782). Quant aux Vannetais, ils avaient le choix entre la boutique de l’imprimeur Galles et celle de Mahé-Bizette54. Quimper, Saint-Brieuc et Morlaix ne possédaient qu’une seule imprimerie-librairie. À Saint-Malo, l’imprimeur Julien Valais, qui avait été reçu libraire en 1767, avait dû renoncer à sa boutique, « faute d’argent » (selon un état de 1777). Si l’on en croit un rapport de l’intendant, Valais n’avait pu faire face à la concurrence d’Hovius, qui se trouvait à la tête d’un commerce fort étendu55.

« Le sieur Hovius, au contraire [de Valais], plus intriguant et plus adroit, a su se procurer de l’ouvrage en tout tems et a fait un commerce de librairie très avantageux avec les isles de Jersey et de Guernezay [sic] ; […] Hovius est devenu riche ou fort à l’aise. Tandis que Valais n’a pas de quoi vivre, son concurrent est parvenu à envahir tout le commerce de la librairie par l’avantage qu’il avoit de pouvoir faire des avances […]. »

  • 56 Ibidem : un rapport du subdélégué indique que : « Les isles de Jersey et de Guernesey procurent ic (...)

20Outre ses relations avec Jersey et Guernesey, Hovius avait tiré avantage de ses liens étroits avec les Thomas des Essarts, gros négociants, dont les bateaux allaient jusqu’aux Indes et en Amérique56.

  • 57 Ibid. : lettre du garde des Sceaux à l’intendant de Bretagne (24 septembre 1781).
  • 58 Ajoutons qu’un nommé Quelo s’était installé à Hennebont, probablement en 1785, mais nous n’avons p (...)

21À Vitré, René Morin ne fut pas autorisé à tenir l’imprimerie de son frère François (décédé le 17 octobre 1780), mais le garde des Sceaux consentit, « par grâce et sans tirer à conséquence », qu’il fît pendant sa vie le commerce de la librairie, après avoir prêté serment devant le lieutenant de police57. Deux autres petites villes vinrent ensuite s’ajouter à la liste des localités pourvues d’une librairie. Ce fut d’abord le port de Paimbœuf (érigé en paroisse en 1762), situé à l’embouchure de la Loire et considéré comme l’« entrepôt du commerce de Nantes ». Joseph Thibault obtint la « légalisation » de sa boutique de livres, ouverte depuis plusieurs années, grâce aux demandes pressantes de la population, qui déplorait qu’aucune ville dans les environs de Nantes ne disposât d’un libraire autorisé. Reçu à la chambre syndicale le 12 juillet 1785, après avoir été dispensé par le garde des Sceaux des brevets d’apprentissage et de compagnonnage, Thibault fut nommé libraire par un arrêt du Conseil d’État du 8 août 1785. Moins de deux ans plus tard, un nouvel arrêt délivrait à Jean-Marie Vannier, jeune homme de 29 ans, le titre de libraire à Fougères (15 janvier 1787)58.

22Les libraires les plus importants continuaient de se fournir essentiellement en dehors de la province : ils tiraient de Paris et, de manière moins importante, de Lyon et de Rouen, des ouvrages pour les particuliers, mais aussi en tant que commissionnaires de confrères plus modestes. En raison de l’insuffisance de la production éditoriale bretonne, peu importante et peu diversifiée, cette pratique n’est en rien surprenante et la dépendance à l’égard de la librairie parisienne se retrouvait dans les autres villes du royaume. Certains libraires étaient assez aisés pour solliciter des permissions et publier des livres à leur adresse. Mais, le plus souvent, la seule vente de livres procurait à peine les moyens de subsistance les plus élémentaires. Pour cette raison, ou simplement pour accroître leurs bénéfices, la plupart des libraires complétaient leur commerce par la vente de papiers, de fournitures de bureau, ou d’objets les plus divers.

Revendeurs et colporteurs

  • 59 AD 35, 1 F 976.
  • 60 AM de Nantes, HH 142 (1785).
  • 61 AD 35, 1 F 1643 : délibération de la chambre syndicale de Nantes (4 janvier 1786).
  • 62 BNF, ms fr. 21937 : registre de la Librairie sous la direction de Villedeuil (1784-1787) (notammen (...)
  • 63 AN, V1 552 : lettre du syndic Blouet à Maissemy (directeur de la Librairie du 19 octobre 1788 à ju (...)

23Tout au long du xviiie siècle, les libraires établis ne cessèrent de protester contre la concurrence des « bouquiniers » qui faisaient le commerce des vieux livres. L’état dressé à Rennes en 1772 indique que « plus de vingt particuliers, fripiers-revendeurs, garçons-relieurs, imagiers et d’autres arts et de métiers exercent publiquement la librairie et font des descriptions et prisées de livres59 ». La communauté des imprimeurs-libraires dénonça à maintes reprises une pratique qui portait préjudice à ses privilèges. Mais parce qu’ils proposaient des livres à bon marché et qu’ils empêchaient les libraires de se rendre maîtres des prix de vente des bibliothèques, les « bouquiniers » bénéficiaient du soutien des particuliers et des autorités locales. Le 22 janvier 1763, les juges de police de Rennes s’étaient contentés de leur imposer la tenue d’un registre portant l’origine des livres mis en vente. De même à Nantes, la communauté n’eut de cesse de réclamer l’interdiction pour tous ceux qui n’avaient pas été reçus libraires « d’avoir, vendre ou distribuer aucun livre imprimé de quelque nature et qualité60 », mais jamais elle ne put obtenir l’arrêt qui aurait débouté les bouquinistes « de leurs fausses prétentions61 ». L’opposition opiniâtre des libraires envers les bouquiniers exerçant dans leur ville s’explique notamment par le fait que ceux-ci pouvaient être de redoutables concurrents lorsqu’ils proposaient des ouvrages de même nature que ceux vendus dans les librairies. Mais si les individus pourvus de lettres de maîtrise se montraient très sensibles quant à la distinction entre leur état et celui de bouquinier, c’est aussi parce que ce critère juridique avait une implication fiscale, les bouquiniers bénéficiant de l’avantage – non négligeable – d’être dispensés des taxes et impositions qui frappaient les communautés de métiers. Les libraires renouvelaient donc périodiquement leurs plaintes, allant jusqu’à affirmer que l’impossibilité où ils se trouvaient « d’exécuter les ordres de l’Administration et de profiter des avantages des règlements » portait non seulement atteinte à leur profession, mais remettait en cause le pouvoir même du directeur de la Librairie62. En 1789 encore, les libraires de Rennes faisaient connaître à Maissemy leur « plus grand espoir » de voir cesser « l’état d’oppression » où ils se trouvaient63. Tous leurs arguments restèrent vains.

  • 64 Bien qu’il ne fût pas autorisé, Le Meunier-La Gaudinière apparaît comme « libraire » à Fougères da (...)
  • 65 AD 35, C 1469 : rapport du subdélégué Ballay de Saint-Malo à l’intendant (24 janvier 1785).
  • 66 AD 35, 1 F 1643.
  • 67 Robert Darnton rapporte que Meunier de La Gaudinière était un client de la STN : en 1774, il comma (...)

24Dans les petites bourgades dépourvues de librairie, les revendeurs de livres et les colporteurs satisfaisaient la demande locale. Bien qu’ils dépassassent souvent les limites imposées par le règlement de 1723 – étendu à l’ensemble du royaume par le règlement du 24 mars 1744 –, ces marginaux du livre exerçaient en toute impunité. Dans la décennie qui précède la Révolution, seul Meunier de La Gaudinière, qui n’hésitait pas à prendre le titre de « libraire » à Fougères, fut poursuivi en justice. On lui reprochait d’avoir distribué un Catalogue des livres de la bibliothèque de M. D. L. D. L. V., publié à Amsterdam et contenant « une notice scandaleuse de livres impies » (arrêt du Parlement du 22 décembre 1785)64. La même année, le garde des Sceaux, instruit que Joseph Thibault, marchand à Paimbœuf, était « fortement suspecté de faire un commerce de livres prohibés », ordonna une perquisition dans sa boutique. Dans le procès-verbal adressé à l’intendant Bertrand de Molleville le 24 janvier 1785, le subdélégué Ballay rapportait qu’« à l’exception des contes de La Fontaine, qui encore se vend[ai]ent publiquement chez tous les libraires », il n’avait trouvé que d’« excellents livres65 ». La dénonciation avait été, selon lui, « bien légèrement faite » par le recteur de Paimbœuf. Celui-ci, ulcéré d’apprendre qu’une fille lisait Télémaque pendant la messe, avait cru qu’il était dans « l’intérêt de la religion » d’écrire au garde des Sceaux que Thibault vendait de mauvais livres. Cette mésaventure n’empêcha pas le petit marchand paimblotin d’être reçu libraire, quelques mois plus tard, à la chambre syndicale de Nantes66. Notons surtout que, dans ces deux affaires, Meunier de La Gaudinière et Thibault furent inquiétés, non pour exercice illégal de la librairie, mais pour avoir écoulé des ouvrages prohibés. L’un et l’autre ne portaient préjudice à aucun libraire et ils bénéficiaient en outre de soutiens locaux : leur commerce était utile à la population, ainsi qu’aux autorités de la ville, qui pouvaient s’y fournir en livres à bon marché, voire en livres interdits67.

  • 68 Mémoire au sujet des colporteurs de diverses provinces fait par M. Anisson : cité par Sauvy Anne, (...)

25Si les libraires souffraient de la concurrence des revendeurs de livres exerçant dans leur ville, ils tiraient en revanche d’importants bénéfices des ventes des colporteurs et des petits marchands dans les campagnes. « Ce commerce ne laisse pas d’être avantageux aux libraires des grandes villes où ces colporteurs se fournissent », affirme un Mémoire daté de 175568. Le libraire Blouet ne dit pas autre chose au comité révolutionnaire de Rennes, dans une lettre qui laisse entrevoir toute l’ampleur de son commerce avec ses « petits marchands ».

  • 69 AD 35, L 1482 : lettre de Blouet au comité révolutionnaire de Rennes (février 1794).

« En 1791, Vannier, imprimeur à Fougères, fit une édition de prophétie dite de Nostradamus et m’en envoya le 8 février un mille, en me marquant que j’en vendrois plus de 20 mille si je m’intéressois de les faire connoître à mes petits marchands ; mais comme ces sortes de bêtises ne se vendent ordinairement qu’avec les almanachs communs, en gros, aux merciers que dans les mois d’octobre et novembre pour le commencement de chaque année, je lui écrivis que me les ayant envoyés trop tard pour les placer et sans demande de ma part, que je les gardois à sa disposition et pour son compte69 ».

  • 70 AD 56, Lz 1393. Guyot était établi place du Marché au Seigle à Vannes (actuelle place de l’Hôtelde (...)
  • 71 Vignette vers 1770, dans : Davy Serge, Vignettes et réclames de libraires bretons aux XVIIIe et xi (...)

26Interrogé par les membres du comité révolutionnaire, Jean-Marie Vannier reconnut avoir livré plusieurs milliers de prophéties aux libraires Marie Vatar et Blouet et deux mille à un nommé Gracien, « marchand d’almanachs ». Blouet en avait envoyé trois cents à un marchand de Vannes, François Guyot70, lequel avoua en avoir vendu à son tour cent à Gilles Hénaut, fondeur dans sa ville, cent à un inconnu et vingt-cinq à Bonfrère, mercier à Auray. On voit là l’existence d’un réseau bien organisé, ce que confirme l’inventaire du stock d’almanachs du nommé Guyot (le Calendrier de Liège, l’Almanach républicain nantais, l’Almanach galant moral, Apollon et Momus ou choix de chansons délicates et gaies, les Etrennes patriotiques comiques de Cadet Roussel, Agendas à glace et sans glace) et, surtout, une commande conservée dans le procès-verbal. Le 9 octobre 1793, Guyot avait en effet demandé à Blouet de lui envoyer trois cents doubles liégeois, trois cents doubles liégeois journaliers, mille petits liégeois, cinq cents liégeois rouges, cent liégeois noirs, six cents almanachs journaliers, cinq cents postiers, trois cents prophéties de Nostradamus, six cents almanachs de Dinan, cinq cents quartiers, six cents doubles étrennes mignonnes, douze douzaines d’almanachs chantants, six douzaines d’étrennes intéressantes, douze douzaines d’étrennes désirées, dix mains en feuilles, dix douzaines sous verre, quatre douzaines de petites nationales, quatre douzaines d’étrennes des théâtres, une douzaine de roues de fortune. De cette grosse commande, Blouet avait seulement livré trois cents Nostradamus, mille calendriers de Liège, une douzaine de calendriers républicains et deux Etrennes patriotiques comiques de Cadet Roussel. Si Guyot limitait probablement son commerce aux almanachs et à la littérature de colportage, d’autres possédaient un fonds plus fourni et plus diversifié. C’était notamment le cas de Jacques Nicole, « libraire sous les Lances à Morlaix », chez lequel on pouvait trouver « toutes sortes de livres sur toutes matières » et « tous les ouvrages périodiques, tant de France que des pays étrangers71 ». Nicole se trouvait ainsi, du moins si l’on en croit ses diverses réclames, à la tête d’un commerce de livres aussi, voire plus important, que celui de certains libraires jurés.

L’offre imprimée. Livres autorisés et livres interdits

  • 72 BNF, ms fr. 21833, f° 1-67 : « Procès-verbal de l’estampillage fait dans la province de Bretagne » (...)
  • 73 BNF, ms fr. 22019. L’article 6 de l’arrêt du Conseil d’État du 30 août 1777 porte que « tous libra (...)

27À la fin du xviiie siècle encore, les livres des Lumières n’étaient lus que par une mince frange de la population et n’occupaient, de ce fait, qu’une place fort modeste dans les fonds d’imprimerie et de librairie. Si l’opération d’estampillage des contrefaçons, décidée par un arrêt du Conseil d’État du 30 août 1777, révèle l’ampleur du commerce des contrefaçons en province, elle confirme aussi la diffusion massive des ouvrages les plus traditionnels. Pour l’ensemble du royaume, seuls ont été conservés les procès-verbaux de huit chambres syndicales (couvrant quarante villes), dont celle de Nantes (avec neuf villes). Cette dernière arrive largement en tête avec 176 766 contrefaçons (soit plus de 45 % des 387 209 ouvrages estampillés dans les huit chambres syndicales)72. Les contrefaçons présentées par les vingt imprimeurs ou libraires bretons étaient, pour la plupart, des livres religieux de forte consommation (Heures, Journées du chrétien, Imitations de Jésus-Christ…) : 152 titres répartis sur 139 964 exemplaires (soit respectivement 74,5 % et 79 % des ouvrages estampillés). La plupart de ces ouvrages firent ensuite l’objet de demandes de permissions simples, qui autorisaient la réédition des écrits tombés dans le domaine public73.

  • 74 AD 35, 4 E 2806 : inventaire de l’imprimerie-librairie de la veuve Vatar et Bruté : dépôt Bourge, (...)

28En dehors des livres religieux et scolaires, il existait une production, plus modeste et moins régulière, d’ouvrages spécialisés, réservés à une clientèle réduite et parfois à un groupe socioprofessionnel bien défini – ainsi la veuve Vatar et Bruté proposait-elle un large choix de livres de jurisprudence aux hommes de loi et aux étudiants en droit74, tandis que ses confrères établis dans les ports offraient divers traités de marine et de commerce. À la veille de la Révolution, la publication de livres de littérature et d’histoire était encore réduite à la portion congrue – quelques titres chez les imprimeurs de Rennes et de Nantes, des traductions d’œuvres d’auteurs anglais chez Hovius de Saint-Malo (tel Le Paradis perdu de Milton, 1788, 1 000 exemplaires), ou plusieurs contrefaçons d’ouvrages érudits chez le Brestois Malassis (le Vocabulaire françois, ou Abrégé du dictionnaire de l’Académie françoise…, le Dictionnaire des gens du monde…, Des Incas, ou la destruction de l’Empire du Pérou de Marmontel, ou encore les Mémoires pour servir à l’histoire des égaremens de l’esprit humain par rapport à la religion chrétienne… de l’abbé Pluquet).

  • 75 AD 56, B 2584. Un théâtre de 790 places s’était ouvert à Lorient en 1779.
  • 76 AD 56, B 2603.
  • 77 Cf. notamment QuÉniart J., Culture et société urbaines…, op. cit. et Mellot Jean-Dominique, « Entr (...)

29Si le poids de la production religieuse reflète les achats du plus grand nombre, quelques libraires tiraient aussi de Paris, de Lyon ou de Rouen, des ouvrages susceptibles de satisfaire les élites locales, demandeuses de littérature légère, voire libertine, et d’ouvrages philosophiques, critiques ou polémiques. On le constate notamment en parcourant les annonces de librairie insérées dans les Affiches de Rennes. Les plus nombreuses concernent Robiquet, propriétaire du bureau d’avis depuis 1786. Outre des livres de théologie et de jurisprudence, le libraire rennais offrait des récits de voyage et des livres d’histoire – entre autres, le Troisième voyage du capitaine Cook (4 vol. in-4°, 108 livres brochés), l’Abrégé de l’histoire générale des voyages (21 vol. in-8°, 100 l. brochés), l’Histoire des troubles de l’Amérique angloise par François Soulès (4 vol. in-8°, 18 l. brochés), l’Atlas universel de Robert de Vaugondy (132 l. en grand papier, 108 l. en petit papier) –, ainsi que des poésies, des traductions d’œuvres étrangères, ou encore des traités sur l’art – tels les Chefs-d’œuvre de l’Antiquité sur les beaux-arts… (2 vol. in-f°, 82 pl. ; 120 l. en grand papier, 90 l. en petit). Fréquentées par les élites de toute la Bretagne, les librairies de Rennes se devaient d’être en mesure de satisfaire une clientèle érudite, régulière ou occasionnelle, et particulièrement soucieuse de conformer sa culture livresque sur celle de Paris. C’était aussi le cas à Nantes, où les riches bourgeois pouvaient trouver sur place les écrits des grands écrivains et les dernières nouveautés publiées à Paris. Cette ouverture aux courants novateurs concernait également des villes plus modestes. À Lorient, par exemple, l’inventaire après décès de la veuve du libraire Jacques Le Jeune, dressé en juillet 1785, contient un lot de cinq cents pièces de comédies75 ; une autre partie du fonds, mise aux enchères à la fin de l’année 1787, comprenait les principales œuvres de Voltaire, Diderot, Rousseau, Montesquieu et Buffon76. Autant d’indications qui amènent à rejeter la vision d’une « anémie » provinciale77.

  • 78 Cf. Barre Catherine, La Chambre de lecture de Rennes 1775-1875, mémoire de maîtrise, Rennes II, 19 (...)
  • 79 Pocquet du Haut-Jussé Barthélemy-A., La Vie privée à Rennes à la fin du xviiie siècle, Rennes, 193 (...)

30Les travaux de J. Quéniart et de J. Meyer ont mis en évidence cette évolution culturelle, en constatant notamment la forte proportion des œuvres littéraires récentes dans les familles de la haute noblesse et de la noblesse parlementaire, ainsi que l’orientation de la petite bourgeoisie vers la littérature moderne. C’étaient ces mêmes catégories sociales qui composaient les chambres de lecture, qui se formèrent au cours de la seconde moitié du xviiie siècle dans l’ensemble de la province. À Rennes, la Société littéraire, fondée en 1775, s’approvisionnait chez Blouet. Ses membres, dont le nombre était fixé à cent au plus, appartenaient presque tous au monde du Palais et des affaires ; ils se réunissaient dans un appartement de l’hôtel de Gennes, au n° 3 de la rue Bourbon78. Parmi eux, citons quelques noms appelés à devenir célèbres : Bigot de Préameneu (l’un des rédacteurs du Code civil), Le Chapelier (futur président de l’Assemblée nationale), Gohier (futur ministre et membre du Directoire), Lanjuinais, Poullain-Duparc, Toullier, ou encore le père de René de Chateaubriand. En 1780, la Société recevait vingt-quatre journaux, gazettes ou revues – dont la Gazette de France, les Ephémérides du citoyen, le Journal des savants, le Mercure de France, l’Année littéraire de Fréron, l’Almanach des Muses – ; la bibliothèque compta jusqu’à 3 600 volumes, parmi lesquels l’Encyclopédie (51 volumes), l’Histoire de Bretagne par Dom Morice (5 vol.), les Mémoires secrets pour servir à l’histoire de la république des lettres en France de Bachaumont (12 vol.), les Mémoires de l’Académie des Inscriptions (59 vol.), le Dictionnaire historique et géographique d’Ogée (4 vol.)79. C’était à ces sociétés littéraires que les libraires destinaient une partie de leurs nouveautés et de leurs ouvrages érudits – l’article XI du règlement de la chambre de lecture de la Fosse, la plus fameuse de Nantes, porte que :

  • 80 AD 44, C 597 : règlement de la chambre de lecture de la Fosse (10 juillet 1759).

« … le commissaire trésorier, de concert avec les autres commissaires, fera venir toutes les gazettes et tous les ouvrages périodiques qu’ils croiront les plus utiles et les plus convenables à la société ; ils emploieront par an une somme proportionnelle à la recette à acheter à Nantes ou à faire venir de Paris de bons livres, bien choisis et par préférence des in-folio et des in-quarto concernant le commerce, la marine, l’histoire, les arts, la littérature, etc., ainsi que quelques brochures nouvelles et intéressantes afin de former une collection considérable et utile aux descendants et aux citoyens qui seront admis par la suite dans la société80 ».

  • 81 AD 44, L 624.

31Le procès-verbal de fermeture des sociétés littéraires, en date du 14 mars 179381, confirme le goût des bourgeois nantais pour les ouvrages de littérature et d’histoire. La bibliothèque de la chambre de la Fosse renfermait 450 ouvrages, sans compter les périodiques : les livres religieux et de jurisprudence y occupaient une place modeste (respectivement 4 % et 5 % du fonds) ; en revanche, les livres d’histoire, les mémoires et les voyages représentaient le tiers du fonds et les œuvres littéraires près de 40 %.

  • 82 AD 44, Q 585 : « Compte du citoyen Le Chapelier chez Blouet, libraire à Rennes ».

32Par ailleurs, les étapes de la crise politique qui se noua dans la décennie 1780 furent suivies avec beaucoup d’attention par les élites de la province. Ce regain d’intérêt pour les questions d’actualité apparaît clairement dans les commandes passées par Le Chapelier à Blouet. De mai 1786 à mars 1789, l’avocat au parlement de Bretagne, récemment annobli, acheta chez le libraire rennais 118 ouvrages – livres, brochures et périodiques – pour la somme totale de 434 livres. Dans cette liste, on compte sept ouvrages de droit ou de jurisprudence, six mémoires ou biographies, deux romans, un dictionnaire historique et un ouvrage sur Cagliostro ; les 101 autres titres concernent les événements politiques des années 1788-178982. On voit là, qu’à la fin de la décennie 1780, les libraires durent prendre en compte une nouvelle demande de la part de notables locaux désireux de se situer sur l’échiquier politique. Les brochures critiques ou polémiques permirent aux libraires d’arrondir leurs bénéfices. Elles nourrirent sans doute aussi l’opposition croissante des parlementaires contre les plans de réformes du ministère.

  • 83 AD 35, C 1467 : rapport de l’intendant Varin du Colombier au garde des Sceaux (30 décembre 1775).
  • 84 Le règlement de 1723 désigne comme villes d’entrée : Paris, Rouen, Nantes, Bordeaux, Marseille, Ly (...)

33Si nombre de libraires tiraient d’importants profits du commerce des contrefacons, certains d’entre eux n’hésitaient pas non plus à se lancer dans celui, beaucoup plus dangereux, des livres prohibés. Les autorités étaient loin d’ignorer ce trafic : ainsi assura-t-on à l’intendant qu’à Rennes les bouquiniers débitaient certes de mauvais livres, mais que les libraires en vendaient encore davantage83. Ceux établis dans les villes portuaires faisaient l’objet des plus forts soupçons : on les accusait de faire venir des livres défendus de l’étranger et, grâce à des complicités locales, de les diffuser dans toute la province. Mais, là encore, les sources nous font défaut. Nous ne savons presque rien des entrées de livres à Nantes, qui faisait partie des dix villes chargées d’inspecter les ballots d’ouvrages entrant dans le royaume84. À Saint-Malo, Brest et Lorient, il n’existait pas de communauté pour exercer une surveillance professionnelle et les saisies furent peu nombreuses. Le commerce des « livres philosophiques » semble cependant y avoir été particulièrement actif, comme le prouvent les protestations réitérées des évêques. En mai 1785, celui de Quimper faisait part de son indignation à l’intendant :

  • 85 AD 35, C 1469 : lettre de l’évêque de Quimper à l’intendant. Les titres cités sont ceux de livres (...)

« Les mauvais livres y font un ravage dont il y a peu d’exemple. La jeunesse surtout en souffre au-delà de tout ce que je pourrois vous dire. Il m’est tombé entre les mains huit exemplaires de ces ouvrages abominables ; j’ose assurer, Monsieur, qu’il n’y a pas un honnête homme qui en puisse soutenir la lecture pendant un demi quart d’heure. C’est Le Portier des Chartreux, La Religieuse en chemise, L’Aloysia, L’Académie des dames, etc., etc., etc. J’ai su de science certaine qu’on en a vendu pour plus de 60 louis et qu’il y a eu des dépôts pour la distribution85 ».

  • 86 BNF, ms fr. 21937 : registre de la Librairie sous la direction de Villedeuil (1784-1787). L’évêque (...)
  • 87 AD 35, C 1469. En 1786 encore, l’intendant faisait part au garde des Sceaux de ses soupçons sur le (...)

34De son côté, l’évêque de Saint-Malo réclama que l’on fît enlever de la bibliothèque de son prédécesseur des « livres prohibés qui y avoient été déposés86 » ! Hovius était, plus que tout autre, soupçonné de profiter de la facilité des relations clandestines avec Jersey et Guernesey pour faire venir ce genre d’ouvrages87 ; mais l’imprimeur malouin, qui ne désirait certainement pas faire un nouveau séjour à la Bastille, n’offrit pas aux autorités l’opportunité de confirmer leurs accusations.

  • 88 BNF, ms fr. 21869 : lettre d’Henri-Louis Hovius au bureau de la Librairie (août 1788).
  • 89 AN, V1 552 : lettre d’Hovius à l’inspecteur de la Librairie (5 septembre 1789) et rapport de l’ins (...)
  • 90 À Nantes, le poste d’inspecteur de la Librairie était resté vacant après le départ de Cotteneuve. (...)

35Pour lutter plus efficacement contre le commerce clandestin, le ministre des Affaires étrangères Vergennes ordonna, le 12 juin 1783, que tout ballot de livres en provenance de l’étranger fût contrôlé par la chambre syndicale de Paris, laquelle avait tout intérêt à dénoncer les pratiques frauduleuses de ses concurrents de province. Mais le détour des ballots par Paris s’avéra surtout long et coûteux, d’où les protestations d’Hovius, particulièrement concerné puisque les livres qu’il recevait d’Angleterre constituaient son « principal commerce88 ». En septembre 1789, l’imprimeur-libraire malouin se plaignit encore une fois de ce que ses envois de livres dans les provinces du royaume étaient arrêtés en route pour être visités par les chambres syndicales : cette surveillance occasionnait « des retards, des détours et des frais qui ruin[ai]ent son commerce ». L’inspecteur de la Librairie Chaillou voulut bien reconnaître la réalité de la « gêne » occasionnée mais, à ses yeux, c’était là un moindre mal et il n’était pas question de transiger sur ces contrôles dans un port de mer par lequel on pouvait introduire tous les livres étrangers89. Les saisies furent cependant peu nombreuses et l’une des raisons est à chercher dans la répugnance des autorités locales à sévir. La charge de faire respecter les règlements de la librairie incombait à l’intendant de Bretagne, dont le rôle personnel en la matière était considérable. L’intendant était assisté de subdélégués, chargés de pallier l’inefficacité de la surveillance exercée par la chambre syndicale. Mais leur zèle s’avérait tout aussi douteux : les subdélégués étaient en général enclins à l’indulgence envers des imprimeurs et des libraires qui leur permettaient d’enrichir leur propre bibliothèque et dont l’établissement contribuait au rayonnement et au prestige de la ville qui dépendait de leur ressort. L’impartialité de Grelier lui-même, inspecteur de la Librairie90, fut mise en doute.

  • 91 AD 35, C 1469 : rapport de l’intendant au directeur de la Librairie Vidaud de La Tour (15 février (...)

« […] Je ne dois pas vous laisser ignorer Monsieur que le sieur Grelier est véritablement aux ordres et sans doute aux gages dans des chambres de lecture établies à Nantes. On peut décorer cet emploi du titre de bibliothécaire, mais il me semble qu’un bibliothécaire sans bibliothèque, chargé principalement de faire balayer, éclairer et chauffer la salle où la chambre de lecture tient des assemblées, et de procurer les papiers publics ou les nouveaux livres à ceux qui sont curieux de les lire, ne peut décemment concilier des fonctions aussi subordonnées qui le mettent en quelque façon dans la dépendance des libraires avec l’état d’inspecteur de la Librairie91 ».

  • 92 Ibidem : arrêt du Conseil d’État du roi (19 février 1788).
  • 93 BNF, ms fr. 21869 (15 août 1788).
  • 94 Ibidem. Malheureusement, la nature des « divers écrits » saisis chez Audran n’est pas précisée.
  • 95 Ibid. : arrêt du Conseil d’État du roi (30 septembre 1788).
  • 96 AD 35, C 1469.

36Le pouvoir se montra en outre moins répressif et les peines prévues par l’arrêt du Conseil d’État de 1777, à l’encontre des imprimeurs impliqués dans le commerce des livres prohibés, ne furent pas appliquées. Augustin-Jean Malassis fut suspendu deux mois seulement, au début de l’année 1788, pour avoir « débité plusieurs exemplaires d’un imprimé de 32 pages in-octavo ayant pour titre Lettre à M. Le Comte de *** ancien capitaine au régiment de *** sur l’obéissance que les militaires doivent au commandement du Prince », brochure renfermant des « maximes également contraires à la saine raison et au bien général de la société92 ». Cette sanction eut peu d’effet puisque, d’après la dénonciation d’un officier de Nantes, Malassis et le libraire Despilly continuèrent de vendre « tout ce qui parai[ssai]t pour ou contre le gouvernement93 ». Nicolas-Xavier Audran, accusé lui aussi d’avoir fait « un usage répréhensible de ses presses », subit la même peine (arrêt du Conseil du 29 juillet 1788)94. Après deux mois de suspension, l’imprimeur rennais fut autorisé à reprendre ses activités, le roi ayant considéré combien cette interdiction pouvait « occasionner de dommages » à Audran et à sa famille et que « la modération même de la peine qu’il avoit encourue seroit un motif pour le rendre plus circonspect à l’avenir95 ». En mars 1788, on s’était contenté de confisquer les Œuvres de Voltaire chez le libraire Thibault à Paimbœuf96.

  • 97 AN, V1 552 (6 juillet 1789).

37Assurément, dès 1788, le rapport de forces tendit à s’inverser. On ne craignait plus les représentants du pouvoir, dont l’autorité était désormais ouvertement bafouée. Dans une lettre au garde des Sceaux, l’inspecteur de la Librairie à Nantes déclarait que Malassis, « une bien mauvaise tête », avait acquis une « indépendance […] bien secondée par les circonstances97 ». Grelier poursuivait en affirmant que les « menaces directes » de Malassis et de ses partisans ne l’épouvantaient pas ; mais il voyait « avec chagrin que dans ce moment on ne p[ouvai]t compter sur les règlements les plus sages et les plus nécessaires et qu’il y a[vait] même, en quelque sorte, de l’imprudence à essayer de les faire exécuter ». Propos confirmés trois jours plus tard par l’intendant, chargé par le garde des Sceaux de faire surveiller Malassis et d’autres imprimeurs jugés « suspects ».

  • 98 AD 35, C 1469 : rapport de l’intendant au garde des Sceaux (9 juillet 1789).

« J’ai l’honneur de vous observer que dans l’état où sont les choses en Bretagne, aucun individu ne pourroit se rendre le surveillant de l’autorité sans s’exposer aux plus grands désagrémens et peut-être à perdre la vie. Je vous ai au surplus annoncé depuis longtems que le sieur Audran imprimoit à Rennes tout ce qui peut être contraire au gouvernement […] ; un acte de sévérité dans le passé eût réprimé ces abus, il est trop tard aujourd’hui, le mal est fait et il est à son comble98 ».

  • 99 Histoire générale de la presse française, tome I : Des origines à 1814, Paris, PUF, 1969, p. 409.

38Le 5 juillet 1788, l’archevêque Loménie de Brienne avait annoncé la convocation des États généraux, dont la dernière réunion remontait à 1614. L’article 8 de l’arrêt du Conseil d’État du roi, en invitant « tous les savants et personnes instruites » du royaume à faire connaître leur opinion à ce sujet, remettait en cause la censure : désormais, « aucun ouvrage publié dans le cadre de cet arrêt ne pourrait faire l’objet de poursuites légales99 ». Malassis, Audran et d’autres imprimeurs de la province l’avaient bien compris. Quelques mois plus tard, ils proclamaient leur adhésion aux idées révolutionnaires et mettaient leurs presses au service des nouveaux hommes au pouvoir.

Les feuilles périodiques

  • 100 Cf. Feyel Gilles, « La presse provinciale au xviiie siècle : géographie d’un réseau », Revue histo (...)
  • 101 Cf. Sgard Jean (sous la dir. de), Dictionnaire des journaux. 1600-1789, Paris, Universitas, 1991.
  • 102 Louis-Victor-Amédée Mangin, né à Paris en 1755, était le fils de l’architecte Charles Mangin. Créé (...)

39Longtemps inexistante en raison du monopole exercé par les journaux parisiens, la presse provinciale apparut et se développa dans la seconde moitié du xviiie siècle en adoptant le modèle des Affiches. En 1789, quarante-quatre villes du royaume en étaient pourvues100, dont Nantes et Rennes. Le négoce actif de son port explique que Nantes fut la deuxième ville de province, après Lyon, à se doter d’Affiches : dès 1757, Joseph-Mathurin Vatar faisait paraître des Annonces, affiches, nouvelles et avis divers pour la ville de Nantes, avec privilège du roi101. Bihebdomadaire, puis hebdomadaire à partir de janvier 1760, la feuille s’adressait essentiellement aux négociants, en publiant des annonces de ventes ou de locations, des « demandes » particulières, des « avis », des « nouvelles maritimes », le « cours des grains, des vins et eaux-de-vie, des effets commerçables, des changes à Paris et à Nantes », et quelques chroniques portant sur l’agriculture ou la médecine. En 1773, la feuille affirma son ambition d’élargir son lectorat à l’ensemble de la province. Elle s’intitula Affiches générales de la Bretagne et étendit son réseau de correspondants ; les abonnés pouvaient souscrire dans les bureaux d’avis répartis dans l’ensemble de la province bretonne (Rennes, Brest, Quimper, Lorient, Vannes, Saint-Malo, Saint-Brieuc, Dinan, Morlaix, Redon). La feuille compta désormais huit pages, d’où le doublement du prix de l’abonnement qui passa de 6 à 15 livres. Elle s’adressait toujours aux commerçants, mais aussi aux « savants curieux », en faisant connaître les progrès des sciences et en rapportant des comptes rendus des travaux des États de Bretagne. En 1781, Vatar fils céda le privilège des Affiches à Pierre-Jean Brun ; elles continuèrent d’être une fructueuse affaire malgré la concurrence des Affiches de Rennes à partir de 1784. Nouveau propriétaire des Affiches, Brun fut aussi l’imprimeur, à partir de 1782, de la Correspondance maritime de Nantes, exclusivement consacrée aux informations utiles aux marins et aux négociants – les départs et les arrivées des navires à Nantes et dans les autres ports français, les « accidents » et les prises, et quelques nouvelles des colonies. Contrairement aux Affiches, cette feuille bimensuelle ne possédait pas de privilège ; elle paraissait seulement « avec permission », c’est-à-dire avec une simple permission tacite. La Correspondance maritime, devenue Feuille maritime de Nantes en 1785, était rédigée par le directeur de la Petite Poste et de la Poste maritime, Victor Mangin102, qui s’était assuré des correspondants dans les principaux ports des colonies françaises.

  • 103 Cf. Sée Henri, « Note sur la presse provinciale à la fin de l’Ancien Régime : les Affiches de Renn (...)

40Avec beaucoup de retard sur Nantes, Rennes publia le premier numéro de ses Affiches le 28 juillet 1784, à l’initiative de la judicature. Rédigée par le procureur au présidial Mauger, la « feuille hebdomadaire pour la Bretagne » paraissait tous les mercredis. À l’instar des autres feuilles d’annonces du royaume, les Affiches de Rennes proposaient des « avis divers » et « intéressants » (biens immobiliers et objets à vendre ou à affermer, offres d’emplois), accompagnés d’« annonces » (publicités de librairie ou de pharmacie). L’espace rédactionnel était consacré aux articles d’« administration », de « législation » et de « jurisprudence », auxquels s’ajoutaient des informations maritimes et des nouvelles de Paris ou d’autres villes du royaume ; enfin une rubrique « variétés » rapportait des inventions et des curiosités (l’aérostation notamment fut l’objet de longs articles103). Dès le 27 juillet 1785, le texte des Affiches devint plus dense (« environ un quart de plus »), sans que l’abonnement fût augmenté (7 livres 4 sous pour Rennes et 9 livres par la poste). Après s’être fait longtemps attendre, la seule feuille périodique publiée dans la capitale bretonne était devenue rapidement une affaire rentable.

41Signalons enfin la publication éphémère à Nantes du seul journal littéraire de Bretagne. Annoncé comme bimensuel, le Journal breton était imprimé par Vatar fils « avec privilège ». Il comportait quarante-huit pages de format in-octavo, qui offraient des « pièces fugitives » (odes, poésies, chansons…), suivies de « belles-lettres » (livres nouveaux, extraits des registres de l’Académie royale…), d’une rubrique « législation », de comptes rendus de diverses sociétés savantes, enfin de « réflexions » ou d’« anecdotes » sur l’histoire de la Bretagne. L’abonnement annuel s’élevait à 24 livres. Le Journal breton ne compta que douze livraisons (du 1er juin 1780 au 15 mai 1781). La mort du rédacteur, M. de Cotteneuve, mit fin à la publication d’un journal original, qui rejetait la fonction purement utilitaire dévolue aux feuilles provinciales et prétendait concurrencer les périodiques littéraires parisiens.

  • 104 Almanach nouveau pour l’évêché et comté nantais…, Nantes, Despilly, 1782.

42Pour se tenir informés des questions politiques ou connaître les nouveautés littéraires, les élites sociales, les chambres de lecture et les cercles scientifiques n’avaient donc guère d’autre choix que de s’abonner aux journaux publiés à Paris ou à l’étranger. À Nantes, Despilly recevait les abonnements des gazettes étrangères, des « journaux encyclopédiques, politiques de Genève, de Bouillon, Mercure de France, etc.104 ». De même, dans les Affiches de Rennes, son confrère rennais Robiquet informait-il régulièrement ses concitoyens qu’il abonnait à de nombreux périodiques : le Journal de Guyenne, le Journal de Provence, le Journal de Normandie, le Journal général de France, L’Année littéraire, Les Variétés littéraires, historiques, galantes…, Le Censeur universel anglais, Le Petit voyageur anglais, le Journal de la langue française, ou le Courrier des planètes. Il fallut attendre le déclenchement de la Révolution pour voir la naissance de véritables journaux dans les provinces du royaume, et quelques imprimeurs bretons s’illustrer par des initiatives ambitieuses et surprenantes d’audace.

Notes

1 Ce premier chapitre doit beaucoup aux travaux pionniers de Jean Quéniart : Culture et société urbaines dans la France de l’Ouest au xviiie siècle, Paris, Klincksieck, 1978.

2 Nières Claude, « Une province et ses villes : la Bretagne au xviiie siècle », La France d’Ancien Régime. Études réunies en l’honneur de Pierre Goubert, Toulouse, Privat, 1984, p. 509-517.

3 Enquête réalisée en 1877-1879 et portant sur les années 1686-1690, 1786-1790 et 1816-1820. Cette enquête, qui portait sur le recensement des signatures au bas des actes de mariage, a ses limites : toutes les régions n’ont pas été sondées et certains pourcentages reposent sur des échantillons restreints.

4 Quéniart Jean, « Livres et lecture en Bretagne », Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, t. LXII, 1985, p. 289 et 292. Roudaut Fanch, « La difficile approche de l’alphabétisation en Basse-Bretagne », La France d’Ancien Régime. Études réunies en l’honneur de Pierre Goubert, Toulouse, Privat, 1984, p. 639-648.

5 Quéniart J., art. cit., p. 297-298.

6 Meyer Jean, « Les Lumières en Bretagne », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, t. 83, 4, 1976, p. 573-584.

7 Cf. Compère Marie-Madeleine et Julia Dominique, Les collèges français 16e-18e siècles. 2. Répertoire France du Nord et de l’Ouest, Paris, INRP-CNRS, 1988, 710 p.

8 Cf. Quéniart J., Culture et société urbaines…, op. cit.

9 Cette crainte est clairement affirmée dans un arrêt du 30 août 1777 qui porte que « le roi a reconnu qu’il serait dangereux de laisser subsister les imprimeries isolées, dans un état d’indépendance qui y facilite les abus… ».

10 BNF, ms fr. 21832, fol. 81 : l’« État général des imprimeurs » de 1777 recense, dans l’ensemble du royaume, cent quarante-neuf villes possédant au moins un atelier (trente-six ateliers à Paris, douze à Lyon, dix à Rouen, à Toulouse et à Nancy, huit à Bordeaux, six à Lille, cinq à Strasbourg, etc.). L’Almanach de la librairie de 1781 recense, en dehors de Paris, deux cent quatre-vingt-huit imprimeurs (dont deux cent cinquante-huit étaient aussi libraires). Sur les imprimeurs bretons sous l’Ancien Régime, cf. Lepreux Georges, Gallia typographica… Série départementale. Tome IV. Province de Bretagne, Paris, Champion, 1914.

11 Meyer J. (sous la dir. de), Histoire de Rennes, Toulouse, Privat, 1984, p. 266.

12 Ogée, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, Nantes, impr. de Vatar fils aîné, 1776-1780.

13 Lepreux G., op. cit., p. 110. Sur les Vatar, cf. Ferrieu Xavier, « Les Vatar ou trois siècles d’imprimerie à Rennes », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, t. LXII, 1985, p. 223-284.

14 Renée Le Saulnier du Vauhello avait pris la direction de l’imprimerie-librairie en 1771, au décès de son époux François-Pierre Vatar de Jouannet. En février 1778, la veuve avait épousé Simon-Gabriel Bruté de Rémur, directeur des domaines du roi à Rennes et avocat au parlement de Bretagne.

15 En 1789, Nantes versait 84 478 livres de capitation ; Rennes, 56 343 livres ; Saint-Malo, 41237 livres : MEYER J., Histoire de Rennes, op. cit., p. 266.

16 Bois Paul (sous la dir. de), Histoire de Nantes, Toulouse, Privat, 1984, p. 179.

17 Guilloux F., Précis d’histoire de Nantes, Nantes, 1922, p. 74-76.

18 Fils de Pierre-Isaac Brun (décédé en 1773), Pierre-Jean avait succédé à sa mère, Marie-Marthe Mahot, démissionnaire en novembre 1777.

19 Joseph-Nicolas Vatar était le fils de Joseph-Mathurin Vatar, lequel avait succédé à son beau-père Nicolas Verger en 1749. Joseph-Mathurin était décédé en 1757. Joseph-Nicolas fut admis à exercer par arrêt du Conseil d’État du 12 janvier 1767, comme successeur de sa mère.

20 Fils d’un imprimeur du Mans (Jean-Louis Malassis, 1747-1750), Augustin-Jean avait succédé à sa belle-mère, la veuve d’Antoine Marie, en 1770.

21 André-Antoine Querro, qui avait succédé à son père André en 1766, mourut en 1783.

22 Henwood Philippe et Monange Edmond, Brest : un port en révolution 1789-1799, Rennes, Éd. Ouest-France, 1989, p. 16-17.

23 Ibidem, p. 24.

24 Monange E., « La révolution municipale à Brest en 1789 », La Bretagne, une province à l’aube de la Révolution, Brest et Quimper, 1989, p. 389-398.

25 Dans les vingt dernières années de l’Ancien Régime, 43 % des hommes et 5 % des femmes mariés à Saint-Louis n’étaient pas originaires de Bretagne : Lévy A., Brest et les Brestois (1720-1789). Étude d’une croissance urbaine au xviiie siècle, Brest, thèse de 3e cycle, 1986, p. 144-173.

26 Cf. Delourmel Louis, « L’imprimerie à Brest : Les Malassis (1685-1813) », Bulletin de la Société académique de Brest, t. XXVIII, 1902-1903, p. 35-74.

27 AD 35, C 1469.

28 Comptant environ 8 000 habitants, Quimper avait une activité portuaire médiocre, un commerce peu développé et une administration réduite : cf. Kerhervé Jean (sous la dir. de), Histoire de Quimper, Toulouse, Privat, 1994, p. 153-167.

29 Malassis avait épousé, en 1772, Marie-Gabrielle Périer.

30 Louis-Philippe-Claude Hovius était le petit-fils de Jean-Baptiste Hovius, imprimeur à Rennes (1694-1729), et le fils de Guillaume-René, libraire dans la même ville. Il avait acheté le privilège et le matériel de l’imprimeur malouin Jean-Baptiste Leconte en 1762. Lors de l’« affaire de Bretagne », Hovius fut arrêté et incarcéré (en 1767 et en 1771) pour avoir publié les mémoires du procureurgénéral au parlement de Bretagne La Chalotais ; il dut attendre le 19 mai 1776 pour qu’un arrêt du Conseil d’État l’autorisât à exercer de nouveau comme imprimeur-libraire. Sur les avatars d’Hovius : cf. Sarazin Lucien, « Un chalotiste malouin : l’imprimeur-libraire Hovius », Annales de la Soc. hist. et archéo. de l’arr. de Saint-Malo, 1911, p. 77-123.

31 AD 35, 5 E 19 : registre des réceptions et interdictions.

32 Louis Valais avait été reçu imprimeur à la fin de l’année 1767.

33 AD 35, 5 E 19 : registre des réceptions et interdictions.

34 Originaire de Givet (Ardennes), archiviste et dessinateur dans un régiment du génie, Baudoin avait épousé Jeanne Durand en 1774.

35 AD 35, C 1467.

36 Sa première femme, décédée en 1782, lui donna quatorze enfants et sa seconde femme, qu’il épousa en décembre 1783, cinq autres.

37 Leguay Jean-Pierre (sous la dir. de), Histoire de Vannes et de sa région, Toulouse, Privat, 1988, p. 177-178.

38 Cf. Debauve Jean-Louis, « Requiem pour une imprimerie défunte », Bulletin du bibliophile, fasc. II, 1983, p. 220.

39 Nières Claude (sous la dir. de), Histoire de Saint-Brieuc, Toulouse, Privat, 1991, p. 118.

40 Son père, René Prud’homme, avait exercé comme libraire à Saint-Brieuc de 1711 à 1763. Né en 1745, Louis-Jean était le quatrième de six enfants et, en 1763, il restait le seul fils vivant, héritier de la librairie paternelle.

41 Jean-Baptiste-Toussaint-Robert Huart fut reçu imprimeur par arrêt du Conseil d’État du 31 décembre 1788 (AD 35, 5 E 19).

42 AD 35, C 1467 : rapport du subdélégué de Dol (11 janvier 1774).

43 AD 35, C 2592 : lettre de l’intendant de Bretagne au garde des Sceaux (15 septembre 1783) et rapport du garde des Sceaux (20 octobre).

44 AN, E 2615.

45 Le Scenne exerça à Rennes jusqu’à la fin 1787 ou au début 1788.

46 Remelin était libraire, rue Dauphine, « à La Science » ; décédé en 1786, il fut remplacé par sa veuve.

47 AD 35, 5 E19 : René Vatar fut nommé libraire par arrêt du Conseil d’État du 19 juillet 1784.

48 Frère cadet de l’imprimeur Pierre-Jean Brun, reçu libraire à la chambre syndicale de Paris en 1775, Augustin-Jérôme Brun obtint l’autorisation de s’établir à Nantes le 19 novembre 1777. D’après -A. Guéraud, « sa veuve a tenu pendant quelque temps la librairie et en a fait elle-même la liquidation » : Guéraud Armand, Notes pour servir à l’histoire de l’imprimerie et de la librairie en Bretagne, ms, BM de Nantes, 2 066.

49 Né à Paris et reçu libraire dans cette ville le 19 décembre 1766, il était le fils du libraire Jean-Baptiste Despilly. D’après Lottin, c’est à ce dernier que l’on doit le Journal de la Librairie, « dont la première feuille parut le 1er janvier 1763, sous le titre de Catalogue des Livres nouveaux, & c. permis : Journal, dont ne s’est jamais plaint aucun auteur, et dont ont eu et ont à se louer tous les libraires » (A.-M. Lottin, Catalogue chronologique des libraires-imprimeurs de Paris, t. II, Paris, 1789, p. 51).

50 Fériau apparaît dans un état de 1764 et est encore mentionné dans les almanachs de Nantes pour 1782. Lahays exerça de 1767 à 1777 et fut remplacé par sa veuve. Saint-Aubin avait probablement ouvert boutique en 1767 ; sa veuve lui succéda vers 1785-1786. Michel Guimar fut nommé par arrêt du Conseil d’État du 28 juin 1784.

51 Originaire de Metz et reçu libraire en cette ville en 1771, François Louis exerça pendant une année chez Brun à Nantes et fut nommé par arrêt du Conseil d’État du 24 novembre 1788.

52 François-Marie Le Jeune fut autorisé par un arrêt du Conseil du 30 décembre 1786 à succéder à sa mère décédée. Son père Julien avait été autorisé à exercer la librairie à Lorient par une sentence de police du 25 juillet 1768 ; en 1777, il avait fait banqueroute et pris la fuite (AD 35, C 1468).

53 Originaire d’Agon (Manche), Jean-Baptiste Fauvel fut reçu par un arrêt du 10 avril 1786.

54 Nicolas Mahé avait ouvert une librairie en 1770, sans être pourvu de maîtrise, et exerça jusqu’à son décès en 1782. Laurent Bizette épousa la veuve Mahé en 1783 et continua son commerce ; il légalisa sa situation en se faisant recevoir libraire (arrêt du Conseil d’État du 11 septembre 1786).

55 AD 35, C 1469 : rapport de l’intendant au garde des Sceaux (4 janvier 1786).

56 Ibidem : un rapport du subdélégué indique que : « Les isles de Jersey et de Guernesey procurent ici un débit fort considérable de livres. Il s’en exporte pour nos colonies à sucre et pour les isles de Saint-Pierre et Miquelon » (27 décembre 1785).

57 Ibid. : lettre du garde des Sceaux à l’intendant de Bretagne (24 septembre 1781).

58 Ajoutons qu’un nommé Quelo s’était installé à Hennebont, probablement en 1785, mais nous n’avons pu trouver son arrêt de réception (ce qui nous amène à douter de la « légalité » de son établissement).

59 AD 35, 1 F 976.

60 AM de Nantes, HH 142 (1785).

61 AD 35, 1 F 1643 : délibération de la chambre syndicale de Nantes (4 janvier 1786).

62 BNF, ms fr. 21937 : registre de la Librairie sous la direction de Villedeuil (1784-1787) (notamment f° 31 et f° 35).

63 AN, V1 552 : lettre du syndic Blouet à Maissemy (directeur de la Librairie du 19 octobre 1788 à juillet 1789).

64 Bien qu’il ne fût pas autorisé, Le Meunier-La Gaudinière apparaît comme « libraire » à Fougères dans l’Almanach Perrin de 1781.

65 AD 35, C 1469 : rapport du subdélégué Ballay de Saint-Malo à l’intendant (24 janvier 1785).

66 AD 35, 1 F 1643.

67 Robert Darnton rapporte que Meunier de La Gaudinière était un client de la STN : en 1774, il commanda un petit assortiment de livres obscènes et de traités philosophiques (Édition et sédition.. L’univers de la littérature clandestine au xviiie siècle, Paris, Gallimard, 1991, p. 95-96).

68 Mémoire au sujet des colporteurs de diverses provinces fait par M. Anisson : cité par Sauvy Anne, « Le livre aux champs », Histoire de l’édition française, t. II, Paris, 1990, p. 562.

69 AD 35, L 1482 : lettre de Blouet au comité révolutionnaire de Rennes (février 1794).

70 AD 56, Lz 1393. Guyot était établi place du Marché au Seigle à Vannes (actuelle place de l’Hôtelde-Ville). Requis de signer le procès-verbal, il déclara ne pas le savoir. Voir aussi : Debauve Jean-Louis, « Les ventes d’almanachs à Vannes et dans le Morbihan », Bulletin de la Société polymathique du Morbihan, 1959 (1957-58), p. 66-71.

71 Vignette vers 1770, dans : Davy Serge, Vignettes et réclames de libraires bretons aux XVIIIe et xixe siècles, dactylogr., p. 56.

72 BNF, ms fr. 21833, f° 1-67 : « Procès-verbal de l’estampillage fait dans la province de Bretagne » (février 1780). Pour l’étude des procès-verbaux qui ont été conservés : cf. Veyrin-Forrer Jeanne, « Livres arrêtés, livres estampillés : traces parisiennes de la contrefaçon », Les Presses grises. La contrefaçon du livre (XVIe-XIXe siècles), Paris, 1988, p. 101-112 (l’auteur donne le chiffre de 21 établissements pour la Bretagne, au lieu de 20 : cette erreur est probablement due au fait que Blouet apparaît à deux reprises).

73 BNF, ms fr. 22019. L’article 6 de l’arrêt du Conseil d’État du 30 août 1777 porte que « tous libraires et imprimeurs pourront obtenir après l’expiration du privilège d’un ouvrage et à la mort de son auteur une permission d’en faire une édition sans que la même édition accordée à un ou plusieurs puisse empêcher aucun autre d’en obtenir une semblable ».

74 AD 35, 4 E 2806 : inventaire de l’imprimerie-librairie de la veuve Vatar et Bruté : dépôt Bourge, Guy-Marie Richelot notaire à Rennes (13 février 1778). Les livres de droit représentent environ un quart de l’inventaire des « livres en feuilles » (10648 exemplaires, 19 titres) et plus de la moitié des livres reliés (1019 exemplaires, 77 titres).

75 AD 56, B 2584. Un théâtre de 790 places s’était ouvert à Lorient en 1779.

76 AD 56, B 2603.

77 Cf. notamment QuÉniart J., Culture et société urbaines…, op. cit. et Mellot Jean-Dominique, « Entre « librairie française » et marché du livre au xviiie siècle : repères pour un paysage éditorial », Le Livre et l’historien…, Genève, 1997, p. 493-517.

78 Cf. Barre Catherine, La Chambre de lecture de Rennes 1775-1875, mémoire de maîtrise, Rennes II, 1972 et Charil des Mazures Ad., Notice historique sur la Société littéraire de Rennes, 1882 (BM de Rennes, ms 698).

79 Pocquet du Haut-Jussé Barthélemy-A., La Vie privée à Rennes à la fin du xviiie siècle, Rennes, 1930, p. 16.

80 AD 44, C 597 : règlement de la chambre de lecture de la Fosse (10 juillet 1759).

81 AD 44, L 624.

82 AD 44, Q 585 : « Compte du citoyen Le Chapelier chez Blouet, libraire à Rennes ».

83 AD 35, C 1467 : rapport de l’intendant Varin du Colombier au garde des Sceaux (30 décembre 1775).

84 Le règlement de 1723 désigne comme villes d’entrée : Paris, Rouen, Nantes, Bordeaux, Marseille, Lyon, Amiens, Lille, Metz et Strasbourg (art. 92).

85 AD 35, C 1469 : lettre de l’évêque de Quimper à l’intendant. Les titres cités sont ceux de livres pornographiques : Histoire de dom B***, portier des chartreux, écrite par lui-même, La Religieuse en chemise ou la nonne éclairée de Barrin, L’Académie des dames, ou les entretiens galans d’Aloysia.

86 BNF, ms fr. 21937 : registre de la Librairie sous la direction de Villedeuil (1784-1787). L’évêque de Saint-Malo Gabriel Cortois de Pressigny (1786-1790) avait succédé à Antoine-Joseph de Saint-Laurent (1767-1785).

87 AD 35, C 1469. En 1786 encore, l’intendant faisait part au garde des Sceaux de ses soupçons sur le commerce d’Hovius avec les îles anglaises : « … on le soupçonnoit même de tirer de cette source et de répandre dans toute la province de Bretagne beaucoup de brochures et de mauvais livres. »

88 BNF, ms fr. 21869 : lettre d’Henri-Louis Hovius au bureau de la Librairie (août 1788).

89 AN, V1 552 : lettre d’Hovius à l’inspecteur de la Librairie (5 septembre 1789) et rapport de l’inspecteur de la Librairie au garde des Sceaux (5 octobre).

90 À Nantes, le poste d’inspecteur de la Librairie était resté vacant après le départ de Cotteneuve. Pierre Grelier (Nantes, 1754-1829) fut nommé à ce poste par arrêt du Conseil du 26 décembre 1787. Il avait été rédacteur du Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne par Ogée et il fut bibliothécaire de la première chambre du commerce jusqu’en 1790.

91 AD 35, C 1469 : rapport de l’intendant au directeur de la Librairie Vidaud de La Tour (15 février 1788).

92 Ibidem : arrêt du Conseil d’État du roi (19 février 1788).

93 BNF, ms fr. 21869 (15 août 1788).

94 Ibidem. Malheureusement, la nature des « divers écrits » saisis chez Audran n’est pas précisée.

95 Ibid. : arrêt du Conseil d’État du roi (30 septembre 1788).

96 AD 35, C 1469.

97 AN, V1 552 (6 juillet 1789).

98 AD 35, C 1469 : rapport de l’intendant au garde des Sceaux (9 juillet 1789).

99 Histoire générale de la presse française, tome I : Des origines à 1814, Paris, PUF, 1969, p. 409.

100 Cf. Feyel Gilles, « La presse provinciale au xviiie siècle : géographie d’un réseau », Revue historique, t. 272, 1984, p. 353-374.

101 Cf. Sgard Jean (sous la dir. de), Dictionnaire des journaux. 1600-1789, Paris, Universitas, 1991.

102 Louis-Victor-Amédée Mangin, né à Paris en 1755, était le fils de l’architecte Charles Mangin. Créée par un arrêt du Conseil d’État du roi du 6 octobre 1777, en faveur de Charles Mangin, la Petite Poste était un service postal desservant Nantes, ainsi que les « fauxbourgs et banlieue de Nantes et environs », et qui complétait le service de la Grande Poste : cf. Eve Armand, « La petite poste maritime à Nantes au xviiie siècle », Annales de Nantes et du pays nantais, 173-174, 1974, p. 17-23.

103 Cf. Sée Henri, « Note sur la presse provinciale à la fin de l’Ancien Régime : les Affiches de Rennes (1784-1790) », Annales historiques de la Révolution française, 1927, p. 18-25. Et Sgard J., Dictionnaire des journaux… op. cit.

104 Almanach nouveau pour l’évêché et comté nantais…, Nantes, Despilly, 1782.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540