Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Révolution du livre et de la presse en Bretagne

 | 
Patricia Sorel

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 « L’écrit, instrument de communication » : n° spécial des Mémoires de la Société d’histoire et d’a (...)

1Les villes de Paris, Lyon et Rouen occupent une place privilégiée dans l’historiographie du livre et, si d’autres centres de production plus modestes ont également été bien étudiés, le champ des recherches sur la place et l’évolution de l’imprimé en province après 1789 est loin d’être complètement défriché. Pour la Bretagne, plusieurs articles consacrés au livre ont été rassemblés par les Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne1. Ces études riches d’enseignements sur l’activité des grandes familles d’imprimeurs – Mellinet-Malassis à Nantes, Blot à Quimper, Vatar à Rennes, Prud’homme à Saint-Brieuc – demandaient à être reprises, développées et intégrées dans une étude plus large, mettant en exergue toute la diversité des situations économiques, la place des hommes du livre dans la société, l’évolution des politiques éditoriales et des pratiques de commercialisation de l’imprimé.

  • 2 Young Arthur, Voyage en France en 1787, 1788, 1789, Paris, A. Colin, 1976, p. 234.
  • 3 Paru à Paris, à l’Imprimerie du Cercle social, en l’an VII (1798). Le texte de l’édition de 1836, (...)

2La situation géographique de la Bretagne et les mœurs particulières de ses habitants constituaient un premier enjeu. Rattachée au royaume de France en 1532, la province couvrait un vaste territoire, massivement rural et bien éloigné du pouvoir central – il fallait cinq jours en diligence pour se rendre de Paris à Rennes, neuf jours pour aller jusqu’à Brest. Surtout, la Bretagne se caractérisait par son originalité culturelle et linguistique : « On s’aperçoit que ce sont des gens absolument distincts des Français. Il est étonnant qu’on les trouve ainsi avec un langage, des coutumes, des vêtements distincts, après un séjour de 300 ans en ce pays », notait Arthur Young en 17882. La province souffrait aussi de nombreux préjugés, souvent considérée comme une terre infertile pour le développement des lettres et des arts et peuplée d’êtres arriérés, voire à moitié « sauvages ». Cette image négative s’atténua quelque peu au cours du siècle des Lumières grâce à la renommée d’une pléiade d’écrivains (Duclos, Fréron, La Chalotais, Lesage…) et d’hommes de sciences (Maupertuis, La Mettrie…) – il est vrai néanmoins que tous quittèrent rapidement leur terre natale pour s’établir dans la capitale, qui seule pouvait leur offrir les moyens de réaliser leurs ambitions. Si la Bretagne se caractérisait aux yeux de Young par une commune identité intérieure, elle présentait en fait en elle-même des contrastes nombreux, une dualité linguistique, des modes de vie différents selon le Léon, le Tréguier, le Vannetais, le pays de Nantes ou de Rennes, et toutes ces spécificités locales furent mieux perçues par Cambry, au cours de son Voyage dans le Finistère3. En novembre 1789, les frontières furent totalement reprises pour former cinq départements, découpés de manière artificielle ; la province conservait néanmoins encore l’intégrité de son territoire. La définition du champ d’application de nos recherches nous mettait face à deux possibilités : l’une aurait consisté à limiter notre étude à une partie de la Bretagne, en respectant un cadre administratif – celui d’un ou de plusieurs départements –, ou en s’en tenant à l’une des deux régions linguistiques traditionnellement distinguées, la Haute et la Basse-Bretagne ; l’autre, plus ambitieuse, était d’élargir notre recherche à l’ensemble de la province. Si un espace géographique restreint paraissait plus raisonnable dans le cadre de recherches individuelles, il présentait l’inconvénient majeur d’estomper l’étude comparative, essentielle dans notre optique. C’est pourquoi nous avons retenu la seconde solution, qui présentait certes le risque d’être moins précise dans nos observations sur les localités et sur les individus, mais qui offrait le grand avantage de révéler la place occupée par l’imprimé dans un espace juridiquement bien défini, mais d’une extrême diversité économique, sociale et culturelle. L’offre imprimée différait d’une ville à l’autre, voire parfois d’un établissement à l’autre, et elle évolua aussi dans le temps, subissant l’influence d’aléas qui n’étaient pas simplement locaux, mais nationaux – bouleversements politiques, crises économiques ou genres littéraires à la mode constituaient autant de données à prendre en compte.

  • 4 Chartier Roger et Roche Daniel, « Les livres ont-ils fait la Révolution ? », Mélanges de la Biblio (...)
  • 5 Cf. notamment Boutier Jean et Cassan Michel (sous la dir. de), Les Imprimés limousins, 1788-1799, (...)
  • 6 Chartier R. et Roche D., art. cit., p. 12.

3Le choix de la chronologie représentait un autre enjeu de notre étude. Période charnière, la décennie révolutionnaire est souvent négligée à la fois par les dix-huitiémistes, qui considèrent la date de 1789 comme un point d’aboutissement, et par les dix-neuviémistes qui s’intéressent à la période postérieure au coup d’État de Bonaparte. La Révolution constitue souvent une spécialité à part entière et, si elle a été « pendant longtemps un point faible de nos connaissances dans l’histoire du livre4 », les travaux de recherche se sont multipliés au cours de ces dernières années5, particulièrement ceux concernant la presse. Au total donc, la plupart des études, aussi riches soient-elles, sont fragmentées selon des périodes historiques bien définies et, par conséquent, ne peuvent révéler tout l’impact des événements révolutionnaires. Le colloque sur le Livre et Révolution appelait à reprendre les enquêtes visant à « recenser, à Paris et en province, les ateliers, les boutiques, les manufactures de papier, les fonderies de caractères pendant les années de déstabilisation, comme avant et comme après6 ». Or, tel était notre objectif : cerner les changements qui affectèrent l’imprimerie et la librairie dans les départements bretons, au cours d’une décennie marquée par de profonds bouleversements politiques, économiques et culturels, et constater si le retour d’un régime politique soucieux d’ordre et de stabilité – l’Empire, puis la Restauration – avait porté un coup d’arrêt à ces évolutions. La chute de la monarchie ne pouvait qu’affecter profondément le monde des professionnels du livre, désormais libérés des contraintes réglementaires de l’Ancien Régime et confrontés à une concurrence inédite, sans limites. Mais la radicalisation de la Révolution constitua bientôt une période autrement plus difficile. Le gouvernement de la Terreur s’employa à annihiler toute forme d’opposition et la liberté de la presse ne fut plus qu’une illusion. Les régimes successifs – le Directoire, le Consulat et l’Empire – affirmèrent leur volonté de rétablir un ordre troublé par la Révolution. Au début de l’année 1810, Napoléon Ier mit en place un formidable appareil de contrôle de la production et de la diffusion de l’imprimé : le décret du 5 février limita le nombre des imprimeurs et institua le système des brevets, délivrés, non pas au vu du savoir-faire des individus, mais de leur attachement à l’Empereur. Le retour de la monarchie en 1814 ne mit pas fin au carcan napoléonien. Les gouvernements de la Restauration alternèrent toutefois les mesures de répression et de libéralisation, alors que se faisait plus fortement sentir le besoin d’information. L’avènement de la monarchie de Juillet en 1830 marque la fin de notre étude : les changements politiques, économiques et sociaux qui caractérisent ce nouveau régime – l’assouplissement des lois sur la presse, la diffusion de nouvelles techniques de fabrication du livre, le développement des moyens de communication et l’élargissement du lectorat – ouvraient en effet un nouveau chapitre dans l’histoire du livre.

4Notre présentation de l’état de l’imprimerie et de la librairie en Bretagne ne pouvait acquérir tout son sens qu’en tant qu’étude comparative. Mais si nous avons pu souligner les différences entre les cinq départements bretons, la comparaison avec d’autres départements s’est avérée beaucoup moins aisée, car une grande partie de l’histoire du livre dans les villes de province sous la Révolution et le régime napoléonien reste encore à écrire. Par ailleurs, notre étude se limite volontairement aux deux premières étapes du circuit de l’imprimé : sa production et sa diffusion. La lecture aurait nécessité d’autres recherches et c’est pour cette raison que nous avons choisi de nous limiter à une simple évocation de cette troisième phase de la vie du livre.

5Enfin, plus que de la matérialité du livre, c’est de l’histoire des hommes et des femmes qui le produisaient et le diffusaient que nous avons voulu traiter. Si nombre d’entre eux, souvent les plus modestes, restent pour nous des inconnus, d’autres en revanche nous sont devenus familiers. Les rapports dressés par les autorités politiques, les témoignages de confrères – amis ou rivaux –, ou quelques écrits personnels nous ont permis d’entrer dans leur vie professionnelle, voire familiale. Et quelles que fussent leurs opinions politiques, leurs convictions religieuses, leurs qualités et leurs faiblesses, tous avaient conscience qu’un rôle important leur était dévolu, qu’ils étaient en quelque sorte des missionnaires, des porteurs du savoir et des idées au service de leurs compatriotes.

Notes

1 « L’écrit, instrument de communication » : n° spécial des Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, tome LXII, 1985.

2 Young Arthur, Voyage en France en 1787, 1788, 1789, Paris, A. Colin, 1976, p. 234.

3 Paru à Paris, à l’Imprimerie du Cercle social, en l’an VII (1798). Le texte de l’édition de 1836, accompagnée des notes du chevalier de Frémonville, a été réédité dans son intégralité en 2000 aux Éditions du Layeur.

4 Chartier Roger et Roche Daniel, « Les livres ont-ils fait la Révolution ? », Mélanges de la Bibliothèque de la Sorbonne, 9, Paris, 1988, p. 9.

5 Cf. notamment Boutier Jean et Cassan Michel (sous la dir. de), Les Imprimés limousins, 1788-1799, Limoges, 1994 ; Hesse Carla, Publishing and cultural politics in revolutionary Paris, 1789-1810, Berkeley, 1991; Kupiec Anne, Le Livre-sauveur : La question du livre sous la Révolution française : 1789-1799, Paris, 1998.

6 Chartier R. et Roche D., art. cit., p. 12.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540