Version classiqueVersion mobile

Espagne : Nations, nationalités, nationalismes

 | 
Juan Pablo Fusi

Chapitre 5. L'apparition des nationalismes

Texte intégral

1Commentant le déroulement du carnaval de Madrid, Mariano de Cavia fit remarquer que la principale innovation de celui de l'année 1889 fut la participation des « mascarades régionales », qui parcoururent les rues de la capitale avec leurs musiques propres et leurs costumes caractéristiques (rondallas* d'Aragon, mascarades andalouses, etc.). Et Cavia ajoutait : « ainsi, les jours de déguisements, l'Espagne apparaît telle qu'elle est sous le régime actuel ». Quelques années plus tard, en 1897, José María de Pereda, le romancier de Santander, consacra son discours de réception à l'Académie Royale d'Espagne au thème du « roman régional », et il le fit avec une conviction semblable à celle qui apparaissait dans le précédent commentaire de Cavia : parce qu'il croyait que le régionalisme qu'il considérait comme « l'amour de son terroir natal, de ses lois, de ses usages et de ses bonnes mœurs ; de ses atmosphères, de sa lumière, de ses panoramas, de ses horizons, de ses fêtes et réjouissances traditionnelles... » - que la vie régionale était la véritable réalité de l'Espagne. Le régionalisme de Pereda était un sentiment que lui-même qualifiait de « salutaire, élevé et patriotique » ; le roman régional qu'il défendait, et qui prit forme dans nombre de ses livres et principalement dans Sotileza (1885) et Peñas arriba [Là-haut dans la montagne, 1894], il le comparait au roman populaire et pour cela le qualifiait de roman « national et espagnol pur ».

L'irruption du régionalisme

2Pereda écrivait donc des romans régionaux parce qu'il croyait que la région était l'horizon réel de la vie sociale de l'Espagne du dernier tiers du xixe siècle. Il affirma même dans le discours cité plus haut que dans peu de pays le roman régional avait autant de raisons d'être qu'en Espagne. Et de fait il n'avait pas tort, comme dut le reconnaître Pérez Galdos lui-même dans le discours qu'il fit en réponse à Pereda :

« en réalité [dit Galdós] nous sommes tous régionalistes, bien qu'avec moins de force que Pereda, parce que nous travaillons tous dans un recoin, disons-le clairement, plus ou moins étendu de la terre d'Espagne. »

3Tout au moins dans l'approche de la réalité de deux formes de perception et d'interprétation de celle-ci aussi pénétrantes et sensibles que la littérature et la peinture, la perspective localiste et régionale eut en Espagne un rôle premier et déterminant. Parce que, dans une large mesure, le roman espagnol réaliste des deux dernières décennies du xixe siècle fut le roman régional ; et la peinture espagnole de paysage fut, en grande partie également, un paysagisme régional. Ou, ce qui revient au même : ce qui fut fodamental dans l'une et dans l'autre, ce fut de capter ou de définir l'essence du fait régional, de préciser et d'élaborer l'identité locale.

4Pereda fut, comme le fit remarquer Galdós, un cas extrême mais pas unique. Valera voulut également faire avec Pepita Jiménez (1874) et Juanita la larga [La Grande Jeannette, 1895] les romans de l'Andalousie, qu'il concevait comme une terre aimable et souriante, et non tragique et passionnée, comme l'avaient fait et le feraient encore d'autres approches. Pardo Bazán décrivit la Galice rurale - sordide et brutale compte tenu de l'évidente volonté naturaliste de la romancière - dans Los Pazos de Ulloa [Le Manoir d'Ulloa, 1886], et Madre Naturaleza [Mère Nature, 1887]. Clarín, dans La Regenta [La Régente, 1885], écrivit, entre autres choses, le roman d'Oviedo, comme archétype et paradigme de la capitale de province catholique et conservatrice. Unamuno voulut faire la synthèse dans Paz en la guerra [Paix dans la guerre, 1896] de l'histoire de la ville de Bilbao au xixe siècle et dans cette perspective interpréter l'esprit du peuple basque. Palacio Valdés tenta dans La Aldea perdida [Le Hameau perdu, 1909] l'évocation idyllique — dans la lignée de Pereda — de ses Asturies natales détruites par l'industrie du charbon. Blasco Ibáñez publia à partir de 1894 une série de romans - Arroz y tartana [Riz et tartane], Flor de mayo [Fleur de mai], La Barraca [ Terres maudites], Cañas y barro [Boue et roseaux] - dans lesquels il voulut englober la totalité de la vie sociale de Valence ; Narcis Oller parvint à faire avec La Febre d'or [La Fièvre de l'or, 1892] le grand roman de la Barcelone des années 1880.

  • 1 Avec les exceptions qu'il put y avoir, et indépendamment des profondes différences qu'il y eut ent (...)
  • 2 Les Zubiaurre, Zuloaga, Iturrino, Juan de Echevarría, Arteta, Tellaeche, Elias Salaverría, etc

5Dès que Carlos Haes (1829-1898) et Aureliano de Beruete (1845-1912) en eurent fini avec la théâtralité artificielle du paysagisme romantique ils introduisirent en Espagne le paysage réaliste, la peinture espagnole réaliste de paysage1. Celle-ci aurait dès lors comme le roman, une volonté localiste et régionaliste indéniable, dans le sens indiqué précédemment : définir l'essence du fait régional, capter l'identité de la nature locale (volonté beaucoup plus accentuée que celle que purent avoir d'autres paysagismes européens). Joaquim Vayreda et dans une moindre mesure, Ramón Martí Alsina, puis Modesto Urgell et Joaquim Vancells, créèrent le paysagisme catalan, que cultiveraient ensuite, à partir de positions esthétiques très diverses, des peintres associés aussi bien au modernisme qu'au noucentisme*, et en particulier Joaquim Mir et Joaquim Sunyer, dans la peinture d'inspiration classique et méditerranéenne desquels quelques critiques verraient la concrétisation du sentiment vital catalan. Agustín Riancho peignit la montagne cantabrique ; Darío de Regoyos, né dans les Asturies, fut surtout le peintre du paysage et de la lumière basques (castillanes également), et Adolfo Guiard anticipa l'apparition de ce qui serait par la suite une vigoureuse et remarquable peinture basque2, une peinture qui, dès le début du xxe siècle et presque sans interruption, se définirait par sa volonté d'interpréter, d'une façon ou d'une autre, l'identité et la réalité basques (paysages, types). À Valence, Francisco Domingo Marqués, Ignacio Pinazo et principalement Joaquín Sorolla (1863-1923) créèrent, également à leur façon, une école régionale qui se définirait, à partir de Sorolla, par l'interprétation éblouissante de la lumière élevée au rang d'élément principal du paysage méditerranéen et levantin. Dès le début du siècle, Nicanor Piñole et Evaristo Valle pour les Asturies, et Julio Romero de Torres (1880-1930) pour l'Andalousie, en firent tout autant.

  • 3 Ainsi que par Regoyos, Ricardo Baroja et Sorolla lui-même, moins influencés par la préoccupation d (...)
  • 4 À laquelle il était associé depuis sa création en 1876.

6En définitive, presque toutes les régions, et même les provinces à l'intérieur de celles-ci, eurent leur(s) peintre(s). La Castille, comme sujet pictural, fut découverte par les peintres de 1898, par Zuloaga principalement3, mais aussi par des peintres locaux comme Eduardo Chicharro et Marcelino Santa Maria (et cela, indépendamment du fait que le paysagisme de Beruete, d'une qualité exceptionnelle, se limitât de préférence à la Castille, et plus concrètement à la sierra madrilène, à Tolède, à Cuenca et aux alentours de Madrid, et qu'il ressemblât davantage à l'expression d'un sentiment éthique du paysage, sentiment que le peintre partageait avec ses amis de l'Institution Libre d'Enseignement4, qu'à une préoccupation régionale ou locale que l'artiste ne ressentit pas ; quoi qu'il en soit, Azorín lui dédia en 1912 son livre intitulé Castilla). Quand, en 1911, Archer Huntingdon commanda à Sorolla la décoration de la Hispanic Society de New-York, l'artiste choisit de peindre les régions d'Espagne à travers une grande série de tableaux dans lesquels son idée consista à mettre en forme la psychologie et le pittoresque de toutes et de chacune d'entre elles : la Castille, l'Aragon, l'Andalousie, les provinces basques... En intitulant son œuvre Vision d'Espagne, Sorolla en vint à affirmer que ce qui constituait la véritable réalité de l'Espagne, c'étaient les diverses régions et provinces qui la composaient.

  • 5 Dans les articles qu'elle réunit dans son livre La España contemporánea. 1896-1915 [L'Espagne cont (...)
  • 6 Organisation culturelle catalaniste créée par Valentí Almirall le 17 juin 1882 à laquelle avaient (...)

7De ce point de vue, Emilia Pardo Bazán n'avait pas tort non plus lorsqu'elle expliquait5, en août 1899, que le « régionalisme » était « ancien » — c'est l'adjectif qu'elle employa — dans plusieurs provinces espagnoles. Quelle que fût son ancienneté - et nous verrons bientôt les vieilles racines que l'émotion régionale avait en Catalogne — le mot « régionalisme » s'intégra au langage politique espagnol à la faveur de la présentation à Madrid, en mars 1885, du Memorial de agravios de Catalogne. L'idée de ce Mémoire apparut lors d'une réunion qui s'était tenue à la Lonja de Barcelone le 11 janvier 1885 à l'initiative du Centre Catalan6 pour débattre de l'attitude qu'il fallait adopter face à deux projets du gouvernement qui étaient considérés comme particulièrement préjudiciables pour la Catalogne : le projet d'un nouveau traité commercial avec la Grande-Bretagne et le projet d'un nouveau Code Civil, question ressuscitée par Bugallal en février 1880 et par Alonso Marínez en 1881, lequel, en tant que ministre de la Justice, présenta un projet de loi-cadre. Lors de la réunion de la Lonja, il fut décidé que l'on soumettrait au roi un document qui récapitulerait les motifs de plainte de la Catalogne, car il était unanimement admis que les deux projets menaçaient gravement l'économie catalane d'un côté et le droit particulier des Catalans de l'autre. Une commission, constituée de personnalités connues du catalanisme comme les avocats Romaní y Puigdendolas, Pella y Forgas, le professeur Permanyer y Ayats ainsi que Valentí Almirall, désigné comme rapporteur, fut chargée de la rédaction du texte. Le Mémoire fut prêt pour le 22 février, date à laquelle il fut soumis à l'approbation dans une réunion semblable à celle qui avait eu lieu le mois précédent. Rédigé en castillan et divisé en cinq parties, plus une conclusion, le document exposait en synthèse, tout d'abord ce qui était défini comme des préjudices historiques causés à la Catalogne ; il s'étendait ensuite sur les raisons de la soi-disant décadence de l'Espagne et terminait par une conclusion à la signification politique évidente : les rédacteurs affirmaient que le régionalisme, réorganisation régionale d'un État dont on dénonçait avant tout le centralisme unificateur, était la seule formule de salut à la fois nationale et catalane. Mariano Maspons, président et porte-parole de la Commission, remit le 10 mars de cette année — 1885 - à Alphonse XIII le Memorial et dirait devant le roi :

« Ce que nous souhaitons, Monsieur, c'est que s'implante en Espagne un système régional adapté aux conditions actuelles de celle-ci et semblable à ceux que l'on observe dans les très glorieux empires d'Autriche-Hongrie, d'Allemagne et au Royaume Uni de la Grande-Bretagne, système déjà adopté en Espagne aux temps de notre grandeur. »

8Si l'on en croit l'un des membres de la commission de rédaction du Memorial, Pella y Forgas, à partir de cette date, le mot « régionalisme » se répandit dans l'Espagne entière.

9Dans une large mesure, cette affirmation était exacte. Au moins trois livres comportant le mot régionalisme dans leur titre apparurent entre 1886 et 1889, écrits tous les trois par des personnalités très connues de la vie publique (journalisme, politique, université), et tous les trois régionalistes réputés : El Regionalismo gallego [Le Régionalisme galicien], de l'intellectuel galicien Manuel Murguía (1833-1923), en 1889 ; El Régionalismes [Le Régionalisme], du journaliste catalan Juan Mañé i Flaquer (1823-1901), en 1887 ; et El Regionalismo. Estudio social, histórico y lite-rario [Le Régionalisme. Étude sociale, historique et littéraire], du professeur de l'Université de Santiago, Alfredo Brañas, publié à Barcelone en 1889. En 1886, la revue La España Regional commença à être publiée à Barcelone : animée par certains des inspirateurs du Memorial de agravios — concrètement, Romaní y Puigdendolas et Pella y Forgas — elle paraîtrait sans interruption jusqu'en 1893. Il y eut même deux bruyantes polémiques intellectuelles sur la question, provoquées par les critiques adressées au régionalisme en 1886 et 1887, respectivement par Nûñez de Arce, dans un discours à l'Athénée madrilène et Juan Valera dans un article qu'il publia dans La Revista de España.

  • 7 Lié au mouvement des Jeux Floraux, spécialiste en études historico-juridiques catalanes, catholiqu (...)
  • 8 L'un des fondateurs de La Jove Catalunya en 1870, auteur d'une Historia del Ampurdán [Histoire de (...)

10La España Regional supposa un effort des plus conscients et de la meilleure qualité jamais atteinte jusqu'alors pour légitimer en termes politiques la réorganisation régionale de l'État espagnol. Elle parut pendant sept ans, avec une périodicité mensuelle, à partir du 21 mars 1886, et atteignit un total de 84 numéros. Elle eut à sa tête Francisco Romaní y Puigdendolas (1830-1914), avocat barcelonais7, et José Pella y Forgas (1852-1918), avocat et historien8, spécialiste comme Francisco Romaní des questions de droit catalan. La España Regional naquit pour prolonger à travers une publication périodique l'esprit et les points de vue qui avaient inspiré le Memorial de agravios. De ce fait, elle partait de la thèse selon laquelle c'étaient la « diversité » et la « variété prodigieuse » de ses régions qui définissaient l'Espagne et qui avaient constitué la structure minimale de la monarchie historique espagnole ; pour cela, elle rendait responsable le constitutionnalisme libéral et révolutionnaire du xixe siècle d'avoir imposé un État centralisateur et unitaire qu'elle accusait de la destruction de l'autonomie historique des régions et d'autres institutions sociales. Le propos de la revue était clair : « restaurer la vie régionale », faire en sorte que les régions recouvrent « leur voix et leur autonomie », ainsi que Romaní l'exposa dans un article du premier numéro qu'il intitula « Opinion de la revue ».

11La España Regional changea peu dans son format et dans sa structure durant le laps de temps où elle fut publiée. Elle comporta plusieurs sections fixes, consacrées à des questions politiques, juridiques, historiques, au mouvement régional, à l'industrie, aux arts et à la bibliographie, dans lesquelles elle publia des articles et des nouvelles en relation avec le nationalisme en Espagne et en Europe, avec l'histoire des régions espagnoles et des différentes littératures, économies, coutumes et droits particuliers de celles-ci - avec une attention toute particulière pour la Catalogne, mais avec une présence quasi permanente des questions basque et galicienne et un traitement plus occasionnel d'autres questions comme celles de l'Aragon, de Valence et de la Navarre - et des questions d'un intérêt spécial pour la Catalogne, comme la législation hypothécaire et notariale, la marine marchande, l'agriculture ou le Code Civil. Elle publia des articles de personnalités très connues dans les milieux culturels catalans, comme Coro-leu, J. Yxart, Ricart Giralt, Domingo Call ou Frederic Rahola, et pour les questions basque et galicienne, de quelques personnalités parmi les plus représentatives du régionalisme prénationaliste comme Fidel de Sagarmí-naga, Arturo Campión, Arístides de Artiñano ou Manuel Murguía. De façon significative — compte tenu de ce qui précède — La España Regional fit de Pereda le romancier du régionalisme, et de façon tout aussi significative, elle censura le type de patriotisme « ridicule » — c'est ainsi qu'elle le qualifia - qui avait entouré l'affaire Peral.

12La España Regional entra pleinement dans les polémiques, déjà mentionnées, suscitées par Núñez de Arce et Valera et, comme il fallait s'y attendre, elle le fit à partir de positions extrêmement critiques vis-à-vis des thèses de l'un et de l'autre. Elle se positionna ouvertement contre le Code Civil approuvé par la loi du 11 mai 1888 et fit également, de façon réitérée, l'éloge de l'attitude que lui opposèrent au congrès quelques députés catalans. Elle rapporta ponctuellement des nouvelles des Jeux Floraux et d'autres activités catalanistes ; elle accueillit favorablement l'apparition des livres déjà cités de Murguía, Brañas y Mañé, que la revue reconnut comme le précurseur du régionalisme espagnol en raison des lettres qu'il adressa en 1855 au directeur du Messager du Midi, journal du sud de la France, lettres que La España Regional reproduisit dans son tome X, 6e année, correspondant à l'année 1891. Finalement, elle rechercha à tous moments la promotion du régionalisme dans toute l'Espagne.

13La ligne politique de La España Regional— définie par Romani et Pella y Forgas — se structura autour de deux idées fondamentales :

  • la définition et la défense d'un régionalisme et d'un catalanisme catholiques, proches, comme le dirait Romani dans son article « L'Adieu de La España Regional », publié dans le dernier numéro, des positions exposées par l'évêque de Vich, Morgadas, et par le prêtre Torras y Bagés, auteur de La Tradición catalana [LaTradition catalane], publié en 1892 ;
  • l'affirmation du régionalisme comme véritable réalité de l'Espagne, fondement de l'unité nationale et clé pour la décentralisation territoriale de l'État.
  • 9 Comme, pour ne prendre qu'un exemple, les vieilles institutions forales catalanes, aragonaises et (...)

14Ce que La España Regional visait clairement, c'était la réforme en profondeur de l'Espagne centralisatrice, libérale et constitutionnelle, et son remplacement par un État monarchique, décentralisé et régionalisé dans lequel les principes unitaires, le droit commun espagnol et les institutions politiques libérales - Parlement, partis politiques, suffrage universel -seraient remplacés par des institutions régionales et des principes politiques traditionnels et historiques9 et par le droit particulier de chaque région. Par exemple, Romaní vit dans l'approbation du Code Civil en 1889 le rétablissement de l'espagnolisme dans les sphères du droit, et dans l'unitarisme constitutionnel qui prit naissance aux Cortès de Cadix, dans le libéralisme et dans les partis politiques, une agression aux nationalités et aux régions traditionnelles de l'Espagne. Il s'agit donc d'un régionalisme conservateur et même réactionnaire, antilibéral et philointégriste. La España Regional prétendit faire siennes les thèses de Torras y Bagés qui voyait dans le régionalisme une tendance moralisatrice dans sa négation du parlementarisme et du cosmopolitisme révolutionnaire. Ce fut un régionalisme qui, loin de poser la question de l'unité de l'Espagne, voyait dans la décentralisation et dans l'affirmation de la personnalité des régions, et en premier lieu, de la personnalité catalane, la meilleure formule pour sauvegarder l'unité nationale.

15La présentation du Memorial de agravios en 1885 et l'apparition en 1886 de La España Regional marquèrent, de ce fait, l'irruption du régionalisme dans la politique espagnole. Néanmoins, ce premier régionalisme échouerait presque immédiatement. La España Regional disparut en 1893. Les collaborateurs de La España Regional eux-mêmes reconnurent par moments dans les pages de leur revue que l'idée régionaliste avait des appuis limités hors de la Catalogne et du Pays Basque. Pella y Forgas, par exemple, dirait que le régionalisme aragonais manquait « d'énergie et de drapeau ». L'écrivain navarrais, défenseur des fueros, Juan Iturralde affirma — dans une lettre qu'il adressa à La España Regional— que le régionalisme se heurtait à un obstacle quasiment insurmontable : au fait que les provinces avaient perdu leur esprit, et à la méconnaissance qu'elles avaient de leur histoire et des lois traditionnelles, au « relâchement criminel — c'est ainsi qu'il le qualifia — de l'esprit régional ». Murguía lui-même, dans le discours qu'il prononça comme mainteneur des Jeux Floraux de Barcelone de 1890 — et que La España Regional reproduisit intégralement - reconnaissait que, malgré la conscience régionale des Galiciens, le sentiment galléguiste n'avait pas de traduction politique, ce qu'il expliquait par un ensemble de circonstances adverses : le retard économique et culturel de la région, l'absence de villes et de centres manufacturiers, l'émigration en Amérique, l'intégration des élites galiciennes à l'Administration centrale et la prédominance en Galice des partis politiques nationaux.

  • 10 Y compris en Catalogne même, comme semblait en témoigner la foule des 125 000 manifestants dénombr (...)

16Cette faible volonté politique régionaliste de la majorité des régions et provinces espagnoles, qui semblait contredire le régionalisme naturel et spontané qui émergeait en chacune d'elles, comme le perçut très justement Pereda, avait une explication : le régionalisme était dans la plupart des cas un sentiment vague et non politique, la simple manifestation d'un attachement et d'un orgueil localiste. Et en tout cas c'était un régionalisme intégré, c'est-à-dire complémentaire des sentiments espagnolistes qui imprégnaient en même temps la conscience d'une majorité d'Espagnols dans les différentes régions et provinces du pays10.

  • 11 Ce que Campión critiquait également dans le fédéralisme de Pi i Margall : que cela soit une doctri (...)
  • 12 Dans son ouvrage, El Oasis. Viaje al Pals de los Fueros [L'Oasis. Voyage au pays des fueros, en tr (...)

17Plus encore, quelques collaborations dans La España Regional mirent en relief les différences qui existaient entre les deux régionalismes potentiellement les plus vigoureux du pays, entre le fuerismo basquo-navarrais et le régionalisme catalan. L'avertissement le plus clair à cet égard fut l'article que Fidel Sagarmínaga, inspirateur de l'Union Basque, le parti fuerista intransigeant qui se constitua en Biscaye en 1879, publia en 1887 sous le titre « Le Régionalisme et les fueristas ». En effet, Sagarmíaga, tout en se félicitant de l'apparition de régionalismes en divers points d'Espagne, précisait dans son texte que le fuerismo basquonavarrais n'était rien d'autre que la défense stricte d'institutions et de droits propres à ces provinces. Cela revenait à dire, de ce fait, que le fuerismo n'impliquait pas de projet national espagnol et que, pour cela, il était hostile à d'éventuelles solutions globales au problème régional de l'État. Cet article donna lieu à un long commentaire d'Arturo Campíon, la personnalité la plus représentative du protonationalisme basque de Navarre, obligé à définir tout d'abord, et à préciser ensuite, les concepts de fuerismo, régionalisme et fédéralisme. Ainsi, devait reconnaître que fuerismo et régionalisme étaient des choses différentes et séparées pour les raisons déjà avancées par Sagarmínaga : parce que le fuerismo se limitait à revendiquer le rétablissement des institutions historiques basques et navarraises, alors que le régionalisme proclamait le droit de « toutes » les régions espagnoles à l'autonomie dans un dessein national commun. Il croyait malgré tout - et ce fut la thèse de son article qui fut publié, comme celui de Sagarmínaga, dans La Revista Regional, Tome III, 1887 — que fuerismo et régionalisme (et fédéralisme) pouvaient coïncider, bien qu'il ne lui échappât pas qu'il serait possible d'arriver à un État régional espagnol qui procéderait à une vaste décentralisation du pouvoir, et même donnerait leur autonomie aux provinces basques et à la Navarre, mais qui néanmoins ne restaurerait pas les fueros basquo-navarrais : qui ferait ce qu'il appelait une « décentralisation symétrique »11 En tout cas, cette affirmation de Sagarmínaga selon laquelle les fueristas basques n'étaient pas régionalistes constituait certainement une sorte de désaveu des thèses des régionalistes catalans, pour lesquels le cas basque demeurait néanmoins essentiel : pour cette raison, Mañé i Flaquer avait été l'une des seules voix à s'élever, en 1876, pour défendre les fueros basques12.

  • 13 Par exemple, Mañé i Flaquer et Romaní, pour faire référence à des noms déjà cités
  • 14 Et non à la simple décentralisation territoriale qui apparaissait dans les mouvements régionaliste (...)

18Outre cette évidente faiblesse politique du régionalisme hors de la Catalogne et du Pays Basque, et des différences entre les régionalismes basque et catalan, trois autres facteurs supplémentaires au moins contribuèrent à l'échec de ce premier éveil du régionalisme postérieur à 1885 : premièrement, le renoncement même des régionalistes catalans - et il faut faire référence à eux compte tenu du rôle moteur qu'ils assumèrent — à fonder tout type de mouvement politique, précisément à cause de l'hostilité que ressentaient certains de leurs membres les plus représentatifs à l'égard de l'idée même de parti13 ; deuxièmement, le déplacement que le régionalisme allait subir immédiatement après, dans les années 1890, face à l'apparition de mouvements politiques ouvertement nationalistes en Catalogne et au Pays-Basque et un peu plus tard en Galice, mouvements qui concevraient la Catalogne, le Pays-Basque et la Galice non plus comme de simples régions d'Espagne dotées d'un particularisme historique plus ou moins grand, mais comme des nationalités et des nations propres et distinctes, ayant droit en tant que telles au plein exercice de leur souveraineté ou, pour le moins à une autonomie radicale à l'intérieur de l'État espagnol14 ; troisièmement, l'absence d'appui de ce qui apparaissait, à la fin des années 1880 et au début des années 1890, comme l'allié naturel du régionalisme - c'est du moins ce que crurent les hommes de La España Regional- c'est-à-dire du parti conservateur.

19Dans cette confiance toute relative envers le parti conservateur - exprimée par exemple dans une note anonyme parue dans La España Regional et l'attention toute particulière que la revue accorda en 1891 au projet de réforme des lois provinciales et municipales préparé par celui qui était alors ministre de l'Intérieur, Francisco Silvela - il y avait une certaine injustice. Parce que ce ne fut pas un conservateur, Silvela, qui le premier reconsidéra après la Restauration le problème de la région dans la structure administrative de l'Espagne, ce fut un libéral, Moret. En effet, le 5 janvier 1884, Moret, comme ministre de l'Intérieur du cabinet de La Gauche Dynastique alors au pouvoir, présenta devant le Sénat un projet de réforme de l'administration territoriale qui modifiait la loi provinciale de 1882 et établissait quinze grands gouvernements civils pour chacune des « régions géographiques et économiques d'Espagne ». Moret, malgré tout, n'avait pas la moindre volonté de décentraliser et encore moins l'intention de procéder à une restructuration régionale de l'État. Son idée était plutôt à l'opposé : renforcer la structure des administrations centrale et provinciale en donnant plus de pouvoir au gouvernement civil en tant que représentant de l'action de l'Etat dans les provinces, regroupées, à cet effet, en régions.

20Mais, ce faisant, Moret réactualisa une préoccupation laissée en suspens depuis qu'il avait été procédé à la division de l'Espagne en provinces en 1833 : l'idée de créer un échelon administratif, la région, entre les provinces et l'État central. Dans le projet Moret — qui n'eut pas de suite — il était prévu la création de quinze régions : Aragon, Asturies, Baléares, Canaries, Catalogne, Estrémadure, Galice, Grenade, Vieille-Castille, Madrid, Murcie, Séville, Valence, Valladolid et Pays-Basque. Dans celui de Silvela, élaboré en réalité par son sous-secrétaire Sánchez de la Toca et présenté par le ministre au gouvernement dont il faisait partie le 20 juillet 1891 - qui n'alla pas plus loin - il était envisagé un total de treize régions : Aragon, Asturies, Nouvelle-Castille, Vieille-Castille, Catalogne, Estrémadure, Galice, Grenade, Séville, Valence, Pays-Basque, Baléares et Canaries, en quelque sorte les royaumes historiques exception faite de Léon, Murcie et Navarre qui se trouvaient englobés dans les régions pluri-provinciales de Vieille-Castille, Valence et Pays-Basque, respectivement.

21Le projet Silvela-Sánchez de la Toca répondait à des intentions très différentes de celles de Moret, et très proches de celles des régionalistes, au moins sur un point : le projet de Silvela voulait en effet revitaliser la région et décentraliser l'État en partant de celles-ci. Qu'il ne s'appuyât pas sur une conception régionaliste de l'Espagne, que son intention fût, non la reconnaissance de droits historiques supposés (ou réels) des régions, mais l'efficacité administrative et la revitalisation de l'administration locale (clé de la modernisation de l'État et de l'assainissement de la vie publique), qu'il ne reconnût d'autre idée de nation et de nationalité que l'Espagne et le fait espagnol, n'enlevait rien à sa signification. Le projet, s'il s'était matérialisé, aurait entraîné une rectification substantielle des conceptions centralisatrices et unitaristes qui avaient défini jusqu'alors la construction de l'État constitutionnel espagnol pendant tout le xixe siècle. Le projet envisageait deux institutions nouvelles : le gouverneur régional et le Conseil régional. Le gouverneur, qui aurait une autorité supérieure à celle des gouverneurs civils des provinces, assumerait la représentation de l'État et du roi dans la région, ce qui lui garantissait un rayonnement extraordinaire. Le Conseil régional, pour sa part, était conçu comme une véritable chambre de représentation politique régionale, au suffrage indirect et/ou corporatif. Les auteurs du projet lui conféraient un double rôle : de médiation entre l'État et les provinces, et de défense des intérêts locaux devant l'Administration centrale. Le projet envisageait finalement la délégation de vastes compétences aux régions en matière de finance, d'instruction publique, d'administration et de développement, et créait pour cela les Haciendas régionales auxquelles on pensait transférer les ressources et impôts de l'État jugés de la compétence régionale, et que l'on autoriserait - c'est du moins ce qui semblait se dégager de l'ensemble du projet - à établir leurs propres sources de recouvrement.

22Avec le départ de Silvela du gouvernement - qui eut lieu le 23 novembre 1891 - le projet fut définitivement enterré, et les attentes du premier régionalisme espagnol frustrées. Mais le projet suscita un indéniable intérêt dans les milieux régionalistes. Il a déjà été mentionné que La España Regional lui accorda un intérêt tout particulier et autorisé : Pella y Forgas, co-directeur de la revue, en fit une analyse très favorable dans plusieurs articles. Sa réaction semble révélatrice : même la démission de Silvela ne le découragea pas. Pella y Forgas crut, après la présentation de ce projet, que la réforme régionale de l'État était irréversible, inévitable et proche. Il n'en fut rien. Mais le projet Silvela-Sánchez de Toca resta comme un précédent pour de futures intentions de réforme des administrations locale et provinciale.

23Sauf en ce qui concerne la Catalogne, avec ce que cela peut avoir de significatif et de prémonitoire, l'irruption du régionalisme dans les années 1880 ne provoqua pas de tensions politiques. De fait, cela n'était pas possible parce que ce régionalisme n'eut en général aucune traduction politique, et parce que dans la plupart des cas il s'agissait d'un régionalisme apolitique et associé à l'idée d'Espagne ; nullement opposé à elle, bien au contraire. En revanche, l'apparition des nationalismes catalan et basque — et, plus tard, du nationalisme galicien — finirait par modifier en quelques années la nature de la politique espagnole et, à la longue, obligerait à reposer en profondeur la question de l'organisation territoriale de l'État : tout d'abord, avec la création de la Mancomunidad* catalane le 6 avril 1914 ; puis, dans les années de la IIe République (1931-1936), avec la reconnaissance du droit à l'autonomie des régions et son obtention par la Catalogne, en 1932, et le Pays-Basque, en octobre 1936.

L'apparition des nationalismes

24L'apparition des nationalismes catalan et basque, et en général l'apparition des différents nationalismes des régions d'Espagne, répondit à des raisons extraordinairement complexes. En résumé, ces nationalismes furent le résultat de longs processus historiques de consolidation d'une identité propre et particulière ; résultat, par conséquent, de processus également longs d'intégration et de structuration régionales. Cela impliqua la création d'économies régionales plus ou moins intégrées, le dynamisme unificateur des villes, l'apparition d'une opinion publique locale organisée, une éducation régionale plus ou moins commune et homogène, des moyens modernes de communication de masse ; la concrétisation, en somme, d'une conscience collective qui considérerait la personnalité régionale comme constitutive d'une nationalité propre et distincte.

25Le fondement premier des nationalismes fut l'existence dans certaines régions d'éléments linguistiques, historiques, culturels, ethnographiques et institutionnels particuliers : en Catalogne, la langue, le droit et l'histoire ; au Pays-Basque, la langue et les fueros ; en Galice, la langue également, l'histoire, les particularités de son monde rural, une influence ecclésiastique et religieuse spéciale. Dans ces régions, les plus manifestement nationalistes, existait déjà au xixe siècle une conscience de différenciation plus ou moins marquée, antérieure à l'idée moderne de nationalité mais différente de celle-ci.

  • 15 Dans La Nacionalidad catalana [La Nationalité catalane], livre qu'il écrivit en 1906
  • 16 Beaucoup plus qu'avec Oda a la patria [Ode à la patrie], de Buenaventura Aribau, de 1833, qui ne f (...)
  • 17 Qui débutèrent en 1843 avec l'apparition de Lo Verdader Catalán [Le Catalan Véridique] : entre 186 (...)

26Prat de la Riba, le principal représentant du nationalisme catalan, avait raison lorsqu'il disait15, que la véritable genèse du catalanisme était le mouvement romantique de récupération de la langue, de l'histoire et du droit civil, en raison, précisément, du sentiment catalan qui l'avait inspiré. La restauration du catalan comme langue littéraire commença avec l'apparition des poésies de Joaquín Rubió i Ors, Lo Gaiter del Llobregat [Le Jongleur du Llobregat] dans le Diario de Barcelona à partir de 184116 ; la redécouverte de l'histoire, avec la publication de Los Condes de Barcelona [Les Comtes de Barcelone], de Prósper de Bofarull, en 1836, et, peu après, avec celle du volume correspondant à la Catalogne, écrit par Piferrer, de Recuerdos y bellezas de España [Souvenirs et beautés d'Espagne], publié à partir de 1839. La Renaixença catalane ainsi commencée, renaissance linguistique, littéraire et culturelle de la Catalogne, se concrétisa et mûrit au cours des années 1850, grâce en partie à la restauration des Jeux Floraux en 1859 et d'autre part à l'immense travail musico-vocal de Clavé, à la création d'un théâtre catalan — œuvre avant tout de Frederic Soler - et finalement aux efforts visant à créer une presse en catalan17

  • 18 Par ailleurs Mañé publia l'année suivante, en novembre-décembre 1856, une série d'articles dans le (...)

27Parallèlement et toujours au cours de la même décennie, parurent les premiers écrits politiques proprement régionalistes, c'est-à-dire des écrits qui, dépassant le « provincialisme » ou le simple amour de sa province — c'est le cas d'un Balmes, par exemple - voyaient la Catalogne comme une région et non comme une simple addition de provinces. Ainsi, en 1855 furent publiés Cataluña en España [La Catalogne en Espagne], de Joan Illas i Vidal, et Catalanismo no es provincialismo [Le Catalanisme n'est pas un provincialisme], de Durán i Bas, ainsi que les lettres de Mañé i Flaquer dans Le Messager du Midi, à Montpellier, que les hommes de La España Regional, ainsi que Prat de la Riba, comme cela a été indiqué, considéreraient comme étant à l'origine du régionalisme espagnol18. Dans tous ces écrits - et dans d'autres semblables, comme Cataluña y los catalanes, de Joan Cortada, publié en 1859 — vibrait une défense passionnée de la personnalité de la Catalogne. Celle-ci était encore comprise comme une partie essentielle et inséparable de l'Espagne car, comme le dirait Prat, il manqua aussi bien à ce régionalisme catalan naissant qu'aux conceptions fédéralistes ce que quelques hommes de gauche, et particulièrement Valent ! Almirall (1841-1904), proposeraient peu après, au cours des années 1860 : la conscience de la Catalogne comme une patrie distincte. Plus encore, la Catalogne du xixe siècle participait du sentiment national espagnol. En tout cas, elle vécut très passionnément cette explosion de patriotisme que fut la guerre africaine de 1860, dans laquelle précisément un Catalan, le général Prim, deviendrait une figure héroïque et légendaire, patriotisme qui produirait de nouveau, plus tard, dans le conflit des Carolines, dans la guerre de 1898, des réactions similaires. Mais dans toutes ces manifestations régionalistes semblait déjà se dessiner un premier horizon catalaniste, c'est-à-dire le désir que cette personnalité ressuscitée, linguistique, historique et culturelle de la Catalogne soit reconnue dans la structure politique de l'Espagne : la force que le républicanisme fédéral aurait en Catalogne au cours des années du Sexennat révolutionnaire (1868-1874) vint le corroborer.

28Dans le cas basque, la revalorisation de la langue, commencée déjà au xviiie siècle, connut tout d'abord des manifestations naïvement apologétiques - et politiquement traditionalistes et même réactionnaires – comme celles des prêtres biscaïens Pablo Pedro de Astarola (1752-1806) et Juan Antonio de Moguel (1745-1804) et celle de Erro y Azpiroz, originaire de Guipuzcoa, qui se limitaient à exalter l'ancienneté de l'euskera comme langue primitive de l'humanité par exemple, ou comme étant à l'origine de l'ibère, et leurs soi-disant excellences linguistiques et morales. Mais ensuite elle suivit les cours sérieux et rigoureux de l'érudition spécialisée, comme en témoignerait, pour ne citer qu'un seul cas, l'œuvre du prince Lucien Bonaparte (1831-1891), qui fixa les variétés dialectales de la langue.

29Le romantisme eut un écho moindre et beaucoup plus pauvre qu'en Catalogne, mais son influence n'en fut pas moins significative. Il produisit quelques poètes, surtout basquo-français, comme Etchahun ou Elissamburu, associés à certains concours annuels de poésie, qui commencèrent dans la localité d'Urrugne en 1853, l'année même où Iparaguirre, le chanteur errant, composa le Gernikako arbora, l'hymne fuerista. Et il favorisa en outre la fixation de l'un des stéréotypes - latent, par exemple, dans de nombreux livres de voyageurs anglais et français qui visitèrent la région durant la guerre carliste de 1833-1840 - définissant les Basques comme un peuple noble, rude et très ancien (d'où l'archaïsme de sa langue), installé depuis toujours dans ses montagnes, fier de ses coutumes ancestrales, indomptable, courageux et ardent défenseur de ses libertés et de ses droits, c'est-à-dire de ses fueros.

30Le mythe fut systématisé et élaboré par l'écrivain basque français José Agustín Chaho (1810-1854), type curieux et atrabilaire, à la fois républicain, orientaliste, théosophe et sympathisant du carlisme, qui présenterait la première guerre carliste comme une guerre d'indépendance basque et ferait de Zumalacárregui le champion de celle-ci. Chaho inventa en outre une autre légende qui allait être durable et fructueuse : la légende selon laquelle les Basques viendraient d'un ancêtre commun, Aitor, différent de tout autre peuple — bien que la fantaisie de Chaho l'associât aux peuples indo-iraniens non chrétiens et au sanscrit, ce qui augmentait sa singularité et ses particularismes raciaux et linguistiques — ancêtre qui avait conduit son peuple à sa localisation actuelle dans les provinces des Pyrénées.

  • 19 Comme Las Leyendas vascongadas [Les Légendes basques, 1851], de José María de Goizueta ; les Tradi (...)

31La vision légendaire du peuple basque, concrétisée dans la littérature « fuerista » des années 1860-1880 avec des œuvres d'une immense popularité19 jouerait avec une série de mythes - le basquo-ibérisme, le basquo-cantabrisme, les pactes avec la Castille, les gestes médiévales - dont la valeur opérationnelle était très claire : le renforcement des sentiments particularistes des basques auquel contribuerait, à sa manière, une autre fiction littéraire à succès : l'idéalisation lyrique du milieu rural basque comme un monde heureux et harmonieux diffusée surtout par Antonio Trueba (1819-1889), l'auteur biscaïen de récits de mœurs dont certaines des œuvres, et en particulier le Libro de los Cantares [Livre des chansons, 1851], furent extrêmement lues, non seulement au Pays-Basque, mais aussi dans toute l'Espagne isabéline.

  • 20 La Defensa histórica del Señorío de Vizcayay provincias de Alava y Guipuzcoa [Défense historique d (...)
  • 21 Par exemple, dans des articles comme ceux d'Aristides de Artiñano, « Le Pouvoir législatif foral d (...)

32Le fuerismo - théorie qui réclamait pour les provinces basques et la Navarre, en raison de leur passé foral, un traitement constitutionnel différent - apparut en tant que tel comme un positionnement politique clairement constitué au cours de la première guerre carliste (même s'il eut comme antécédent immédiat les polémiques apparues lors de l'offensive de Godoy contre les fueros au début du xixe siècle). Initialement, le fuerismo fut élaboré par les modérés basques et navarrais et se forma, pour la Navarre, à l'occasion de la loi dite paccionada* du 16 août 1841, qui définit la Navarre comme une province foral dotée de vastes attributions administratives et gouvernementales et d'une certaine autonomie fiscale ; et pour les provinces basques, lors de la promulgation du décret royal du 4 août 1844, qui permit une actualisation partielle du système foral qui, de cette façon, continuerait d'exister en parallèle avec la Constitution de 1845 pendant vingt-cinq ans. Il est significatif que dans de nombreuses thèses fueristas et en particulier dans la plus influente et achevée de toutes20, il ait existé une interprétation qui identifiait fueros et religion catholique parce que cela rendrait possible - surtout après les révolutions de 1868 - un glissement graduel du fuerismo basque vers un foral-catholicisme réactionnaire et antilibéral, dans lequel cette double dimension catholique et fuerista apparaissait comme l'essence de l'identité basque (au détriment des thèses fueristas libérales qui voyaient les fueros comme des institutions démocratiques de gouvernement local). De cette façon, l'idée selon laquelle la devise « Dieu et les fueros » constituait l'incarnation du fait basque imprégna une grande partie de l'abondante production historico-fuerista qui suivit l'abolition des fueros en 1876. C'est également celle qui apparut le plus fréquemment dans La España Regional21.

  • 22 Dont l'ouvrage Hidalgos de Monforte marquait, selon Murguía, la renaissance de l'histoire galicien (...)

33Dans le discours qu'il prononça à la Ligue de Catalogne en 1890, Morguai fit remonter les origines du régionalisme en Galice à une prétendue proposition indépendantiste formulée par Antolín Faraldo (1823-1853) dans une assemblée qui s'était tenue à Lugo en 1843, et aux connotations galléguistes dont fut empreinte, sous l'influence de Faraldo lui-même, l'insurrection qui eut lieu à Lugo contre Narváez en avril 1846. Dans son livre Los Precursores [Les Précurseurs], il inclut comme tel Faraldo et Aguirre, Sánchez Deus, Moreno Astras, Pondal, Cendón, Rosalía de Castro, Avendaño, Ignotus et Benito Vicetto22. Vicente Risco, le principal théoricien du nationalisme galicien à partir de 1917-1918, qui incluait Murguía lui-même parmi ses précurseurs, considérait également Faraldo, journaliste romantique et passionné, comme le prédécesseur initial, qu'il appellerait le prophète visionnaire, du galléguisme.

  • 23 Dans des œuvres comme Historia de Galicia [Histoire de la Galice], dont les premiers tomes paruren (...)
  • 24 1837-1885 ; auteur de Cantares gallegos [Chants galiciens], 1863, premier grand livre du Rexurdimi (...)
  • 25 1835-1917 ; auteur de Queixumes dos pinos [Rumeurs des pins], 1886
  • 26 1851-1908 ; auteur de Aires da miña terra [Parfums de ma terre], 1880 et de O divino sainete [La D (...)

34Quoi qu'il en soit, le galléguisme- compris initialement comme simple « provincialisme », de par sa conception de la Galice comme « province » unitaire — naquit au milieu des années 1840 : le premier journal galléguiste, El Clamor de Galicia, animé par Vicetto, put paraître à La Corogne, en 1854. En principe, le galléguisme eut une double dimension : historiographique et littéraire. La dimension historiographique trouva en Murguía son spécialiste le plus consistant, un homme qui voulut tout englober, l'histoire, la critique, le roman, l'archéologie, l'érudition23. La dimension littéraire axée comme dans le cas catalan sur la revalorisation du galicien comme langue littéraire (Murguía, par exemple, écrivait en castillan), s'épanouit avec le Rexurdimiento, mouvement commencé dans les années 1850, coïncidant avec la restauration des Jeux Floraux - qui se produisit en Galicie en 1861, deux années après la Catalogne, mais bien avant le Pays-Basque, qui dut attendre jusqu'en 1879 - et qui se concrétisa et culmina dans l'œuvre de trois grands poètes : Rosalía de Castro24, Eduardo Pontal25, et Manuel Curros Enríquez26, trois auteurs dont certains des poèmes eurent une grande popularité et qui furent très liés en outre au galléguisme politico-culturel : Rosalía, par son mariage avec Murguía ; Pondal, en tant qu'ami et admirateur de celui-ci et, avec lui, l'un des créateurs du mythe celte de la Galice (les paroles de l'hymne galicien seraient d'ailleurs empruntées à l'un de ses poèmes) ; et Curros, comme poète social aux fortes convictions démocratiques qui voulut faire de son œuvre le véhicule de la dénonciation de la souffrance du peuple galicien : il devrait lui-même émigrer à Cuba où il collaborerait à la création de l'Académie Galicienne (1905).

  • 27 Visions i cants [Visions et chants], 1900 ; Enllá [Au-delà], 1906 ; Segiienciès [Séquences], 1911
  • 28 Dus à Domenech i Montaner, Sagnier, Gaudí, Puch i Cadafalch, Granell i Manresa, etc.

35La Renaixença catalane atteignit sa plénitude dans les grands poèmes de Verdaguer : L'Atlandida [L'Atlantide], récompensé aux Jeux Floraux de 1877, et Canigó [Le Canigou, 1885], poème consacré à cette montagne, symbole d'une Catalogne chrétienne ; dans les drames de Guimerá : María Rosa, 1894 ; Terra baixa [Terre d'en-bas, 1896] et dans les romans d'Oller. Leur valeur esthétique et littéraire entra en crise dans les années 1890 à la suite du rejet par les nouvelles générations intellectuelles (Brossa, Gener, Miquel Utrillo, Santiago Rusiñol, Casas, Maragall) déterminées, face à l'esprit provincial et archaïsant de la production de la Renaixença, à européaniser la culture catalane. Ainsi, à partir des premières années de cette décennie, à partir de l'apparition de la revue L'avenç en 1889 et l'organisation par Rusiñol de la première des Fêtes Modernistes en 1892, et jusqu'en 1910 environ, le modernisme rénova de fond en comble la vie culturelle catalane. Le modernisme catalan fut un mouvement intégral qui engloba non seulement l'architecture, la peinture ou la littérature, mais aussi, de façon remarquable, les arts décoratifs et les arts industriels (le meuble, le vitrage, la céramique, la joaillerie, la forge, l'affiche) et même le goût musical, comme le montra le succès du wagnérisme (et non de la zarzuela) à Barcelone. Il se traduisit par un héritage culturel d'une extraordinaire importance : la peinture de Casas et de Rusiñol et ensuite celle de Mir, Nonell et Sunyer, la sculpture de Llimona, Clara et Manolo Hugué, les bijoux de Masriera, la poésie de Maragall27 et, à côté d'eux, les quelques cent cinquante édifices de l'Ensanche* central de Barcelone28, l'un des grands ensembles de toute l'architecture moderniste européenne. Ce succès social du modernisme révélait une réalité évidente : la Barcelone de la fin du xixe siècle et du début du xxe avait engendré une véritable culture créatrice qui était en outre une culture personnelle et particulière ; et ce n'était pas un phénomène passager, car le Noucentisme*, tendance et projet culturel qui supplanta le modernisme à partir de 1910 et eut en Eugenio d'Ors son principal théoricien, était fondé également sur une vision particulariste de la Catalogne, identifiée à présent au classicisme et à la luminosité de la Méditerranée.

  • 29 Qui ne produisirent néanmoins qu'un seul poète d'une certaine envergure, Felipe Arrese Goitia.
  • 30 Par Angulo y Hormaza (1886), Joaquín Herrán (1876), Campión (1876), Mañé i Flaquer (1876), Hermili (...)

36Au Pays-Basque, l'abolition des fueros en 1876 provoqua une intense réaction écrite pour la défense des institutions supprimées et, par extension, de la langue et de la culture basques, réaction - à laquelle s'associa, depuis la Catalogne, Juan Mañé i Flaquer - qui se concrétisa par l'apparition de nombreuses brochures et journaux fueristas, par la création d'organisations politico-culturelles basques et par la résurgence de la culture euskaldún. Ainsi, à partir de 1879, se multiplièrent des concours comme les jeux floraux ou les fêtes eúskeras, organisées à l'imitation des fêtes catalanes soit par des institutions publiques comme la Mairie de Saint-Sébastien, soit par des sociétés privées comme la Euskalherría de Bilbao ou la Eúskera de Pampelune, et consistant en concours littéraires, principalement poétiques29, concours de danse, de ballets et de chants basques, parties de pelote et autres manifestations folkloriques. En 1877 commença à être publiée à Saint-Sébastien, sous la direction de José de Manterola, la revue Euskal-Hera, qui constitua le premier effort sérieux visant à créer une grande revue d'études basques. La philologie basque fleurit avec une virtuosité indéniable après l'apparition de la Gramática de Los cuatro dialectos de la lengua euskera [Grammaire des quatre dialectes de la langue basque, Tolosa, 1884], d'Arturo Campión, et de la Gramática Eúskara [Grammaire basque], du folkloriste et lexicologue Resurrección María de Azkue, qui fut publiée en 1891. Avec la publication de El Pueblo euskalduna [Le peuple Basque], en 1889, Telesforo de Aranzadi commença les études d'anthropologie locale. Des brochures ou des livres sur les fueros ou les régimes forales furent publiés30, lesquels furent tous dépassés après la publication de la monumentale Historia del Gobierno y régimen Foral del Señorío de Vizcaya desde el reinado de Felipe II hasta la mayoría de edad de Isabel II [Histoire du gouvernement et du régime foral de la seigneurie de Biscaye depuis le règne de Philippe II jusqu'à la majorité d'Isabelle II], de Sagarmínaga, qui parut en 1892, et de la Historia general de Bizcaya [Histoire générale de la Biscaye], de Labayru, de 1895.

  • 31 Herrán, Becerro de Bengoa, Moraza, Trueba, Campión, Delmas, Sagarmínaga, Peña y Goñi et Oloriz, en (...)

37En outre, à cette époque, entre 1876 et 1900, furent rééditées de nombreuses œuvres d'érudition historique locale écrites au cours des siècles précédents — surtout à la fin du xviiie siècle et au début du xixe — et parurent pour la première fois des ouvrages inédits d'auteurs « classiques » basques comme le Peru Abarca [Le Docteur Peru Abarca] de Moguel, écrit en 1802 et publié en 1880. Entre mai 1876 et mai 1878, un groupe d'intellectuels basques et navarrais31 publia à Madrid le journal La Paz dans le seul but de défendre les fueros. La création en Biscaye, à l'initiative de Fidel de Sagarmínaga, de la Société Euskalerría, du parti Union Basque (qui se présenta aux élections de 1879 et 1880) et du journal La Union Vasco-Navarra, en 1880, répondit au même objectif. En Navarre, les fueristas créèrent le 10 novembre 1877 l'Association Eúskara de Navarre à la tête de laquelle se trouvèrent Campión, Oloriz, Esteban Obanos, Juan Iturralde et quelques autres. Elle publia la revue Eúskara (jusqu'en 1883), qui défendait la thèse d'une politique d'unité basquo-navarraise, à partir de l'affirmation de l'identité basque de la Navarre.

38Cette réaction n'eut qu'un succès relatif. Une bonne partie de cette production en langue basque et une grande partie du travail historiographique réalisé fut de piètre qualité. La culture euskaldún resta minoritaire. La Paz et la revue Eúskara durent fermer très tôt. Euskalerriacos et eúskaros échouèrent politiquement. Mais quelques idées naquirent ici et seraient reprises ensuite et interprétées dans une autre perspective par les inspirateurs du nationalisme : l'idée d'unir politiquement les basques dans un parti centré sur la défense des intérêts basques ; la notion d'unité des quatre provinces basques ; l'identification de la personnalité basque à l'euskera et aux fueros. Il manquait au fuerismo basque de 1876-1890 la même chose que ce dont Prat de la Riba regrettait l'absence dans le régionalisme catalan : la notion de patrie basque. Et c'est ce que ferait ensuite le nationalisme : définir les fueros comme des codes de souveraineté, et la singularité ethnolinguistique des Basques, comme une nationalité.

39En Galice, finalement, culmina aussi à cette époque — années 1880, début des années 1890 - le Rexurdimiento : apparurent alors, comme nous l'avons vu, les principales œuvres historiques de Murguía, les meilleurs poèmes de Rosalía, Pondal et Curros, les livres explicitement régionalistes d'Alfredo Brañas et ceux de Murguía, et furent créées l'Association Régionaliste Galicienne (1890-1894), et la Ligue Galicienne de La Corogne, qui fonctionna entre 1897 et 1906.

40Finalement, en Catalogne, un particularisme catalan aux profondes racines populaires existait avant que n'apparût le catalanisme politique ; plus encore, les catalans semblaient installés dans une culture moderne majoritairement catalane. Au Pays-Basque, la persistance et l'extension de la conscience fuerista - malgré l'abolition des fueros en 1876 — révélait l'existence d'un fait basque antérieur à l'apparition du nationalisme (bien que les basques, au moins en ce qui concerne Bilbao, Saint-Sébastien, Vitoria et une grande partie de l'Alava, fussent installés majoritairement dans une culture espagnole ou basquo-espagnole). En Galice, le régionalisme culturel - sans traduction politique - avait, dès 1885, un profil bien défini.

Catalogne et Euskadi

  • 32 Cf. supra, p. 142

41Les mouvements politiques nationalistes apparurent en Catalogne et au Pays-Basque dans les dernières décennies du xixe siècle, et en Galice dans les premières années du xxe siècle. L'idée de nationalité catalane était probablement déjà implicite dans un certain nombre de livres, revues et écrits de différents types publiés en Catalogne après 1876, et, dans une large mesure elle apparaissait aussi dans des manifestations de ce régionalisme qui se cristallisa, comme nous l'avons vu, autour de l'année 1885, et dans les projets des nombreuses organisations catalanistes qui furent alors créées. Qu'il suffise de rappeler, à titre d'exemple, des faits comme l'apparition de La Veu de Montserrat [La Voix de Montserrat], du prêtre Jaume Collell ; la publication en 1877, par Almirall, du premier journal en langue catalane, le Diari Català (1879-1881), dans lequel son directeur se déclara ouvertement catalaniste, comme plus tard, dans son livre de 1886, Lo Catalanisme [Le Catalanisme] ; la transformation en journal, à partir de 1881, de La Renaixença, le périodique de Pere Aldavert et A. Guimerá, auquel se joindraient Prat de la Riba, Puch i Cadafalch et d'autres nationalistes notoires ; la tenue en 1880-1881 du Congrès Catalan de Jurisconsultes, représentant le mouvement qui se produisit pour la défense du droit catalan en réaction aux projets de codification du droit civil espagnol ; et la création, également par Almirall, en 1882, du Centre Catalan, qui dirigea le mouvement de protestation contre les traités du commerce de l'année 188532.

  • 33 Une association d'étudiants à laquelle appartenaient Prat de la Riba, Domenech i Montaner, Verdagu (...)

42Mais Prat de la Riba considérait, à juste titre, que la création en 1887 de la Ligue de Catalogne par un groupe scissionniste du Centre Catalan, soutenu par le Centre Scolaire Catalaniste33, fut le fait décisif. Car c'est au cours de la campagne de meetings que le Centre Scolaire et la Ligue organisèrent en 1889 pour la défense du droit civil catalan et dont le principal animateur fut Narcis Verdaguer que l'idée de nationalité catalane fut définie. Prat serait encore plus précis, et dirait que l'idée se concrétisa lors de la conférence inaugurale de l'année scolaire 1889-1890 du Centre Scolaire, donnée par Puch i Cadafalch, et à l'issue du cours que le président de la Section de Droit, Durán i Ventosa, fit sur le nationalisme et les nations espagnoles, en novembre 1889. Prat de la Riba lui-même parla au même endroit l'année suivante (1890) et le fit sur la « patrie catalane », comme seule patrie des Catalans, et sur la langue et le droit en tant qu'expressions de la nationalité catalane.

43Puis, en 1891, à l'initiative du Centre scolaire et de la Ligue de Catalogne, fut créée l'Union Catalaniste, qui réunissait des centres catalanistes de toute la Catalogne, et pas seulement de Barcelone. En mars 1892 elle tint à Manresa sa première Assemblée, au cours de laquelle furent approuvées les Bases per la Constitució Regional Catalana [Bases pour la Constitution Régionale Catalane] ; un texte chargé d'idées et de connotations traditionalistes, corporatistes et confessionnelles. L'idée était la restauration des institutions historiques de la Principauté, comme les Cortès et le Tribunal Supérieur de Catalogne, l'usage du catalan comme unique langue officielle de la région, et l'obtention par la Catalogne de vastes pouvoirs financiers, fiscaux et exécutifs. Les Bases ne posaient pas la question de l'indépendance de la Catalogne, mais réclamaient une très large autonomie pour la région.

  • 34 Voir La España Regional, tome XII, année VII, 1892

44Alors que de nombreuses organisations présentes à Manresa — et le texte final lui-même - étaient encore régionalistes et non nationalistes, le nationalisme supplantait rapidement le régionalisme en Catalogne. La España Régional, par exemple, se montra très critique à l'égard de l'assemblée de Manresa, et son opinion était que les Bases, document qui était qualifié « d'inopportun » et de « précipité », ne serviraient qu'à diviser le catalanisme34 ; quelques mois plus tard seulement, La España Regional disparaissait. À inverse, le nationalisme acquit de plus en plus de vigueur. Plusieurs journaux se mirent à s'auto-définir comme nationalistes, déclaration qu'assumerait également l'Union Catalaniste (quoique sans renoncer à son apolitisme originel). En 1895, Prat de la Riba et Pere Muntanyola publièrent une sorte de catéchisme patriotique, le Compendi de doctrina catalanista [Abrégé de la doctrine catalaniste] dont la thèse centrale était la définition de la Catalogne comme patrie ou nation propre et distincte, qui fut tiré à cent mille exemplaires, mais dénoncé et saisi par les autorités. Quand en 1897, Prat de la Riba donna à l'Athénée barcelonais une conférence sur « La Réalité de la nationalité catalane », base de son livre, de 1906, La Nacionalitat catalana, les thèses nationalistes étaient alors clairement consacrées.

45Les nationalistes contrôlaient déjà quelques institutions culturelles dont l'influence était indéniable dans la vie catalane, comme l'Athénée de Barcelone lui-même ou l'Académie de Jurisprudence et de Législation de cette ville. Il ne restait plus que l'irruption en politique, pour laquelle ne penchait, néanmoins, qu'une partie seulement des membres de l'Union Catalaniste. Ce secteur, représenté par des hommes du Centre Scolaire, forma le Centre National Catalan, dans lequel figurèrent, à côté de Prat, Verdaguer i Calís, Cambó, Puig i Cadafalch, Domenech i Montaner et quelques autres ; de la fusion entre ce centre et l'Union Régionaliste, une des diverses organisations catalanistes existantes, naquit, en 1901, peu avant les élections générales de la même année, la Ligue Régionaliste de Catalogne, qui allait être désormais le parti du catalanisme conservateur.

46La nationalisme catalan devint comme le dénouement presque naturel d'un long processus de cristallisation de la conscience de différentiation catalane. Il s'inscrivait davantage dans la continuité que dans la rupture avec ce qui constituait les éléments centraux de la culture politique catalane. Une certaine composante catalaniste apparaissait autant dans le pro-vincialisme des années 1840 et 1850 que dans le fédéralisme du sexennat révolutionnaire, dans le traditionalisme rural catalan ou dans le régionalisme conservateur des années 1870-1880. L'apparition du nationalisme supposa, certes, un point d'inflexion dans cette culture politique et un saut qualitatif évident dans la façon dont les catalans considéraient leur propre personnalité culturelle et historique mais il ne viola pas la conscience politique de la communauté catalane parce que les arguments historiques et linguistiques sur lesquels il s'appuyait ne déformaient ni l'histoire ni la réalité linguistique de la Catalogne, bien au contraire, et parce que la Catalogne formait une unité économique et culturelle largement structurée sous la conduite du pouvoir intégrateur d'une capitale pleine de dynamisme et de modernité comme Barcelone. Même s'il y eut de très nombreuses façons de comprendre le nationalisme, même si la conscience catalane ne fut pas la même sur tout le territoire catalan et même s'il subsistait d'importantes enclaves politiques et culturelles non nationalistes, le nationalisme fut un élément d'intégration politique de la société catalane.

47Cela ne fut pas le cas au Pays Basque. Le nationalisme eut initialement une portée très minoritaire et un caractère extraordinairement polémique. Dix-huit personnes seulement assistèrent au banquet de cérémonie qui eut lieu le 3 juin 1893 au hameau de Larrazábal, dans les environs de Bilbao, au cours duquel Sabino Arana, le fondateur du nationalisme basque, exposa pour la première fois ses idées. Il avait pourtant publié peu de temps auparavant le premier de ses textes essentiels intitulé Bizcaya por su independencia. Cuatro glorias patrias [Pour l'indépendance de la Biscaye. Quatre gloires de notre patrie, 1892]. Et ces dix-huit personnes polémiquèrent de façon passionnée en écoutant les propos du protagoniste de la réunion (propos publiés ultérieurement en brochure). Dans la discussion, Arana et son frère Luis — à l'influence duquel il attribuerait toujours sa conversion au nationalisme aux alentours de l'année 1882 - tentèrent de démontrer, d'après le témoignage d'Arana lui-même, que leur théorie était précisément « complètement opposée » à la thèse de la société Euskalerría, bastion du fuerismo, à laquelle avait appartenu la totalité des participants, thèse qu'il qualifia de « libérale et espagnoliste ». Puis en 1897, Arana polémiquerait également - et de façon tout aussi radicale — avec le carlisme, tout d'abord dans un document de quatre pages, El Partido carlista y los fueros vaskonabarros [Le Parti carliste et les fueros basquo-navarrais], puis dans une brochure portant le même titre dans laquelle il répondait aux critiques qui lui furent faites et qui provoquèrent de nouvelles polémiques et des écrits qui se prolongeraient bien après la mort d'Arana.

48Le fait est significatif. Car si un vague protonationalisme a pu poindre d'une façon ou d'une autre dans tout le fuerismo basque, si, comme cela a été dit, le nationalisme a pu faire siennes certaines des idées qui avaient émergé dans les années postérieures à l'abolition foral de 1876, le nationalisme basque supposait néanmoins une rupture essentielle avec la tradition politique basque. La théorie nationaliste des fueros, exposée par Arana en 1897 dans la dernière brochure citée, identifiait fueros et codes nationaux de souveraineté ; provinces basques et États basques ; intégration foral et souveraineté des « États » en question — par le biais d'une dérogation à la loi du 25 octobre 1839 qui avait supposé, pour Arana, la destruction de l'indépendance basque. Une telle théorie altérait de façon substantielle la nature du problème basque circonscrit initialement au dilemme abolition/réintégration foral ; la thèse nationaliste rendait très difficile un accommodement entre fueros basques et Constitution espagnole, dès l'instant où elle définissait ceux-ci comme des droits historiques issus d'une souveraineté distincte et antérieure à la souveraineté espagnole. La théorie nationaliste ne laisse d'autre voie d'accommodement que la voie d'un pacte de souveraineté entre les États basques et l'État espagnol. Une telle théorie allait beaucoup plus loin que les principes du fuerismo, et même du fuerismo « intransigeant », et naturellement, des principes du carlisme, dans lesquels les fueros, loin de constituer un principe quelconque de souveraineté séparée, apparaissaient comme l'un des fondements de la monarchie traditionnelle espagnole. L'interprétation historique du nationalisme basque, qui mettait l'accent sur l'idée d'une indépendance basque séculaire détruite en 1839, était en contradiction en outre avec une réalité historique qui mettait en évidence le basculement des territoires basques vers la Castille à partir du xiie siècle et l'intégration de la Navarre dans la monarchie hispanique dès le début du xvie siècle. Le nationalisme faisait de l'euskera, langue connue seulement par une frange minoritaire de la population basque et perdue en grande partie en Alava et à Bilbao, la langue nationale. Il avait pour ambition de « ré-uskalduniser » une société profondément castillanisée ; plus encore, il idéalisait le monde rural et préindustriel basque à une époque ou Biscaye et Guipuzcoa s'industrialisaient de façon accélérée. Même s'il eut un important appui social - qui en outre irait en s'élargissant progressivement - le nationalisme fut, dès le début, un élément de division - de véritable scission de la conscience collective — et non d'intégration de la société basque.

  • 35 En 1906, Prat de la Riba définirait idéologiquement dans son livre La Nacionalitat catalana cette (...)

49Le fait qui marqua l'irruption irréversible des nationalismes dans la politique espagnole fut le succès de la Ligue Régionaliste aux élections de 1901, à Barcelone. La Ligue, créée, comme cela a été mentionné, peu avant ces élections comme parti du catalanisme conservateur35, obtint quatre des sept sièges de Barcelone et deux des treize sièges de la province, succès favorisé il est vrai par une très forte abstention. Elle conserva ces résultats aux élections générales de 1903 et 1905, et en 1907, Solidarité Catalane, une coalition dirigée par la Ligue et composée de nationalistes, de républicains fédéraux et de carlistes, obtint 41 des 44 sièges de Catalogne (dont 16 étaient des sièges nationalistes). Bien qu'avec des variations et des reculs électoraux - comme en 1910, où dans la capitale, Barcelone, elle n'arriva qu'en troisième position, derrière des républicains et des nationalistes de gauche — la Ligue devint la force centrale de la politique catalane jusqu'en 1923, surtout à partir du moment où, en 1914, elle obtint la majorité absolue à la Mairie de Barcelone et à la Mancomunidad catalane. récemment créée.

50Au Pays-Basque également, les années du tournant du siècle furent décisives. En 1898, Arana, le créateur du nationalisme, fut élu député provincial de Biscaye (bien que parmi ses quatre mille voix et plus, un nombre important lui fût prêté par la droite catholique non nationaliste). L'année suivante, les nationalistes arrivaient à la Mairie de Bilbao et, en 1907, gagnaient pour la première fois la magistrature de la capitale de la Biscaye, en la personne de Gregorio de Ibarreche. Le P.N.V., dont les nationalistes eux-mêmes faisaient remonter la fondation à la date du 14 juillet 1894, jour où fut inauguré à Bilbao le premier cercle ou Batzoki du parti, le Eus-keldun Batzokija, ne se présenta pas aux élections nationales avant 1918, puisque cela aurait impliqué la reconnaissance de la souveraineté des Cortès espagnoles ; mais en mars 1917 il obtint la majorité à la Députation de Biscaye, et aux élections générales de 1918 il gagna six des sept sièges de cette province et un sur cinq en Guipuzcoa.

51Le catalanisme de la Ligue fut un catalanisme modéré et conservateur, dont les aspirations se concrétisèrent dans trois directions (selon Miguel Artola) : l'autonomie pour la Catalogne, l'unité nationale catalane, l'influence de la Catalogne sur l'État espagnol en raison du pouvoir économique de la région. Il s'agissait d'un schéma, dessiné par Prat de la Riba, dans lequel la Catalogne se constituerait naturellement en région autonome, régie par des Cortès catalanes élues de préférence selon des normes traditionnelles catalanes, avec des attributions pleines concernant l'éducation, la culture, les travaux publics, le système judiciaire et d'autres domaines. Mais ce schéma comprenait une importante dimension espagnole, préoccupation constante du catalanisme — sauf dans les formulations plus radicalement indépendantistes - particulièrement visible chez quelques individualités de premier plan : ainsi le catalanisme du poète Maragall (1860-1911) dans l'œuvre duquel vibrait, comme on le sait, une profonde préoccupation espagnole - aspirait, bien entendu, à l'affirmation de la Catalogne comme région (ou comme nation), mais il proposait en même temps un approfondissement de sa conscience ibérique et espagnole. À partir de positions proches du fédéralisme et avec une sensibilité qui dépassait même le cadre de la Péninsule, Maragall misait sur une régénération de l'Espagne qui s'appuierait sur la reconnaissance de la personnalité de ses peuples et sur le rapprochement de l'Europe et se baserait sur lui. C'étaient, peu ou prou, des idées assez peu différentes de celles que, par exemple, Prat de la Riba résumerait dans son fameux manifeste de 1916, « Per Catalunya i l'Espanya gran » [Pour la Catalogne et la Grande Espagne], et assez peu éloignées des positions de Cambo - pour ne pas dire concordantes. Parce que Cambó représenta simplement l'interventionnisme actif du catalanisme dans la politique espagnole. Tel fut le sens de ses campagnes de 1917 et 1919, aussi bien hors du gouvernement que dans celui-ci ; de son action à la tête de l'Assemblée de Parlementaires en juillet 1917 ; de la participation de la Ligue, à son initiative, au gouvernement de Garcia Prieto de novembre de la même année, et de sa propre participation au gouvernement « national » présidé par Maura de mars à novembre 1918, et même de sa campagne pour l'autonomie de 1919. Cambó voulut la participation résolue des catalans dans le jeu politique national pour transformer la politique espagnole, fit le pari dynastique, convaincu que la Catalogne autonome ne serait possible que dans une Espagne réformée, jamais sans elle ou contre elle.

52Rien de tout cela n'apparaîtrait dans le nationalisme basque. Minoritaire électoralement, s'appuyant sur des interprétations fausses de la propre histoire basque, le nationalisme basque apparaîtrait, tel que cela fut défini par Sabino Arana, comme un mouvement ethniciste et théocratique, qui faisait de la race et de la religion (sa devise était « Tout pour Euzkadi et Euz-kadi pour Dieu »), des éléments définissant la nationalité basque et dont les aspirations politiques étaient centrées sur l'unification des provinces basques espagnoles et françaises dans une confédération souveraine organisée en accord avec les lois forales et inspirées par les directives de l'Église. Bien que le nationalisme agît dans la légalité et bien qu'il existât dans le mouvement un courant régionaliste - qui s'imposerait à partir de 1914 — l'influence de l'orthodoxie sabinienne fut toujours déterminante ; au moins jusqu'en 1936, le nationalisme basque fut privé d'une « dimension espagnole » comme celle qui apparaît dans le catalanisme, et perçut toujours l'autonomie comme une aspiration minimale et non définitive. Les deux nationalismes étaient ainsi. À partir du début du siècle, ils défièrent la vieille structure territoriale de l'État espagnol.

Les limites du nationalisme

53Que la conscience régionale ait été « ancienne » dans de nombreuses régions espagnoles, et qu'un sentiment régional (politique ou non) ait imprégné la façon dont beaucoup d'Espagnols percevaient leur condition nationale, étaient des certitudes. A Valence, par exemple, fut créée en 1878, à l'initiative de Constantí Llombart, la société Lo Rat Penat, instrument d'une timide renaixença valencienne qui, au début du siècle, donna lieu à des poussées - éphémères, réduites - de valencianisme politique ( Valencia Nova, l'Assemblée Régionaliste Valencienne de 1907, Jeunesse Valencienniste...). À partir de 1894, des Jeux Floraux furent organisés à Saragosse ; El Heraldo de Aragon, journal créé en 1895, servit de porte-drapeau à l'ara-gonisme ; entre 1900 et 1904, un groupe de professeurs de l'Université de Saragosse et d'intellectuels publièrent la Revista de Aragón. En Andalousie, des groupes fédéralistes tinrent en 1883, à Antequera, une Assemblée Fédérale, qui élabora une constitution pour l'Andalousie ; à partir de 1908, des centres andalous furent créés en différents endroits et en 1913 parut la revue régionaliste Bética ; en 1915, Blas Infante publia l'Ideal Andaluz [L'Idéal Andalou], le livre qui théorisait l'andalousisme politique ; en janvier 1918, eut lieu à Ronda le Ier Congrès Andalou, qui adopta alors un drapeau et un hymne andalous comme expression d'une identité régionale différenciée.

54Néanmoins, quelle que fût l'intensité des sentiments régionaux - perçus exceptionnellement seulement - il faut insister — comme différents du sentiment d'espagnolité ou contraires à celui-ci - la traduction politique des mouvements régionalistes, quand elle eut lieu, fut faible dans la majeure partie des cas. Dans un article intitulé de façon significative, « La Question essentielle », publié dans El Sol le 4 novembre 1918, Ortega y Gasset ne distinguait que 6 régions dotées de ce qu'il définit comme une « conscience collective différenciée » : l'Aragon, la Catalogne, le Pays-Basque, la Navarre, les Asturies et la Galice. Il considérait que deux autres, Valence et Murcie, étaient en transition, et s'aventurait à dire, de façon anticipée, qu'une telle conscience ne parviendrait peut-être pas à apparaître ni en Estrémadure ni dans les deux Castilles, ni en Andalousie (Ortega répéterait ce dernier point dans sa Teoría de Andalucía, texte controversé de 1927 où il affirmait que l'Andalousie était la seule région qui n'avait eu « ni envie ni prétention particulariste »).

  • 36 Le pourcentage de sièges occupés entre 1901 et 1923 par les régionalistes catalans fut de 39% à Ba (...)
  • 37 Des écrivains comme Unamuno, Baroja, Maeztu, Salaverría, Grandmontagne et Ramón de Basterra ; des (...)

55Le nationalisme catalan lui-même fut surtout un fait de la vieille Catalogne, de Barcelone et de Gérone36. La Ligue n'obtint la majorité électorale à Barcelone, qu'en 1914 ; et la majorité municipale en 1920. Le nationalisme basque fut jusqu'aux années de la IIe République (1931-1936) un mouvement strictement biscaïen, et ensuite, jusqu'en 1936, de Biscaye et Guipuzcoa. Le « vitorianisme » définit bien mieux l'identité des habitants de la capitale alavaise (Vitoria) que leur identité basque ; il constitua au moins la base du consensus électoral qui permit au politicien monarchiste conservateur Eduardo Dato de s'emparer du district de Vitoria entre 1914 et 1921. En grande partie, les intellectuels basques des années 1900-193637 furent basquo-espagnolistes et non nationalistes.

  • 38 Avec un programme essentiellement agrarien : restitution des foros, solution à l'émigration
  • 39 Elles tinrent leur première assemblée à Lugo en 1918
  • 40 Intellectualisme incarné par Risco, professeur à l'école Normale d'Orense, timide orateur public, (...)

56Le nationalisme échoua politiquement en Galice. Solidarité Galicienne, vaste mouvement politique qui apparut en 1907, composé de carlistes, d'ecclésiastiques, de sociétés agrariennes et d'un petit noyau d'intellectuels nationalistes de La Corogne réunis autour de la vieille figure de Murguía38 fut dissoute vers 1912. Les Irmandades de Fala, association nationaliste galicienne apparue en 191639, furent surtout un mouvement d'intellectuels. La brochure Nacionalismo gallego d'Antón Villar Ponte - qui définissait la Galice comme une nation, dans une perspective républicaine et fédérale — en devint le support idéologique. Les rares aventures électorales qu'elles tentèrent échouèrent : elles n'obtinrent qu'un conseiller, à La Corogne, en 1920. Bien que cette année-là apparût l'expression la plus cohérente et la plus systématique du galléguisme réalisé jusqu'alors, Teoría do nacionalismo galego [Théorie du nationalisme galicien], de Vicente Risco - inspirateur en outre de la revue Nos, (1920-1936), la revue la plus influente dans la rénovation de la culture galicienne contemporaine - il n'y eut pas en réalité de nationalisme politique galicien avant la création en décembre 1931, une fois proclamée la IIe République, du Parti Galléguiste d'Alfonso R. Castelao (qui de plus se diviserait en 1935 à cause de la scission de la Droite Galléguiste). Le caractère agraire de la région, l'absence de villes modernes et d'une opinion publique structurée, les difficultés quasi insurmontables des voies de communications régionales internes, réduites jusqu'à une date avancée du xxe siècle à des chemins muletiers ; le fort localisme villageois qui imprégnait la société galicienne : tout cela dut contribuer de façon décisive à rendre impossible la cristallisation du nationalisme. Le divorce entre le galléguisme et le monde rural, divorce qui peut être attribué en dernière instance au caractère intellectuel et culturaliste du nationalisme galicien40 rendit le galléguisme politique marginal.

  • 41 La vision romantique de la région se perpétua alors à travers des manifestations esthétiques styli (...)
  • 42 On peut retenir Andalucía trágica [Andalousie tragique], 1905, d'Azorín, La Bodega [La Cité des fu (...)

57En Andalousie, l'andalousisme fut jusqu'en 1936, en termes politiques, pratiquement inexistant. Ganivet disait en 1898 à Unamuno dans l'une de ses lettres que l'Andalousie politiquement n'était rien et que si l'on devait créer des régions il devrait y avoir deux Andalousies. Lors de la discussion au Congrès de la loi sur les Mancomunidades en 1912, El Liberal de Séville regrettait que le sentiment régional andalou fût un peu « fumeux », « atténué », « très faible » : sur les 108 parlementaires que l'Andalousie avait alors au Parlement espagnol, 13 seulement répondirent à une enquête de ce journal sur le sujet, huit d'entre eux furent opposés à une Mancomunidad andalouse et trois seulement — Méndez Bejarano, Sánchez Pijuán et Coto Mora - y furent favorables. Malgré l'effort d'Infante et des andalousistes, la presse locale n'accorda — même pendant les années de la IIe République -que très peu d'attention aux thèmes andalousistes : à Séville, par exemple, la crise (chômage, conflits sociaux) dans laquelle la ville se vit plongée après l'Exposition Universelle de 1929, préoccupa bien davantage. C'est une autre théorie de l'Andalousie et non la théorie andalousiste qui intéressa politiquement l'Espagne41 : la théorie selon laquelle l'Andalousie est le grand problème agraire de l'Espagne, élaborée tout d'abord dans le cadre d'études réalisées par l'Institut de Réformes sociales puis dans des livres d'Azorín, Blasco Ibáñez et bien d'autres42.

L'affirmation espagnole

  • 43 Les années 1910—1920, avec Joselito et Belmonte, furent « l'âge d'or » de la tauromachie ; des zar (...)

58L'extension des sentiments nationalistes et régionalistes fut donc lente et inégale. De nombreux espagnols pensèrent peut-être comme Ganivet (comme il l'écrivit à Unamuno), qu'ils se sentaient régionalistes mais qu'ils ne croyaient pas à la création d'organisations politiques pour les régions. En outre c'est dans le premier tiers du xxe siècle que se réalisa définitivement la pleine « nationalisation » de la vie politique et sociale espagnole, c'est-à-dire que la nation et non la région ou la localité, s'imposa comme sphère de préoccupation sociale et politique (même si Ortega pensait encore que l'Espagne n'était qu'une simple province). C'est alors que fut achevée l'homogénéisation culturelle de l'Espagne, cette nationalisation de la culture dans laquelle, comme nous l'avons vu, taureaux et zarzuela avaient joué le rôle principal ; rôle qu'ils continueraient à jouer43, associés désormais à d'autres manifestations de la culture de masse : la chanson espagnole, les très populaires « cuplés* », la revue musicale, Las Corsarias [Les Corsaires, 1917] et Las Leandras [Les Pésètes, 1931], toutes deux du maître ) et, à partir des années 1920, les sports, qui produiraient immédiatement les nouveaux mythes de l'espagnolisme populaire : la « furie espagnole » dans le football (1920), le vol transocéanique de l'hydravion Plus Ultra (1926), les succès pugilistiques de l'extraordinaire boxeur basque Paulino Uzcudun.

  • 44 De la croissance même de Madrid, un demi million d'habitants en 1900 et pratiquement un million en (...)

59À partir de la fin du xixe siècle, la plus grande intégration nationale, fruit de l'intensification des modes de communication de toutes sortes, de l'augmentation de la circulation de la presse de masse, de la plus grande mobilité territoriale de la population, de l'extension de l'éducation primaire et secondaire, de la croissance parallèle de l'appareil de l'État et de son action dans les provinces44, tout cela avait fait de l'Espagne une collectivité consolidée (bien que l'idée nationale fut niée par les nationalismes catalan et basque).

60La déroute de 1898 face aux États-Unis, dans laquelle l'Espagne perdit les derniers restes de son empire colonial (Cuba, Porto Rico, les Philippines), ne provoqua pas de réaction nationaliste, comme celle qui se produisit en France en 1871 après la défaite de Sedan face à la Prusse, ou en Italie après la déroute de 1896 à Adoua (Ethiopie). Dans l'Espagne d'avant 1923, il n'y eut ni partis ni mouvements politiques nationalistes (espagnols) de masse ; il n'y eut pas non plus de nationalisme « intégral », antilibéral, réactionnaire comme celui qui apparut en France à partir de 1899 autour de l'Action Française de Maurras et Barrès (l'intellectuel catalan Eugenio d'Ors voulut redéfinir le nationalisme catalan et peut-être aussi espagnol à partir des idées de Maurras et du national-syndicalisme de Sorel, mais il échoua, en Catalogne et à Madrid).

61Au vu des succès qui se produisirent à Barcelone en 1905, lorsque des officiers de l'armée attaquèrent la rédaction de l'hebdomadaire nationaliste Cu-cut, Unamuno parla de « la crise actuelle du patriotisme espagnol » : il craignait que l'absence d'un véritable nationalisme civil espagnol incitât l'armée à monopoliser l'idée même de patriotisme espagnol. Il a déjà été mentionné qu'Ortega avait dit qu'en Espagne il y avait du localisme mais pas d'émotion nationale. L'opinion espagnole fut par exemple opposée à la guerre du Maroc qui eut lieu entre 1907 et 1926. Le Maroc ne suscita pas de manifestations patriotiques comme celles qui se produisirent en 1860 (campagne d'Afrique d'O'Donnell), 1885 (conflit des Carolines) et 1898. Le Maroc provoqua en tout cas la Semaine Tragique de Barcelone (1909), une révolte généralisée dans la capitale catalane contre l'envoi de réservistes dans cette guerre. Le 30 août 1923, à la veille du coup d'état militaire du général Primo de Rivera, José María Salaverría, l'écrivain de Guipuzcoa - maurrassien et espagnoliste — écrivit dans ABC que l'Espagne était « l'une des nations les plus libérales d'Europe », ce qui lui semblait anachronique et archaïque, et ajoutait que, tandis qu'en France le nationalisme et le militarisme avaient été intronisés, et en Italie, le fascisme, l'Espagne restait figée dans le sentimentalisme libéral.

  • 45 Unamuno, Ganivet, Azorín, Baroja, Valle-Inclán, Zuloaga, Maeztu, etc. Cf. chapitre 1
  • 46 Oligarquía y caciquismo [Oligarchie et caciquisme], de Joaquín Costa ; El Problema nacional [Le Pr (...)

62Mais la crise de 1898 avait provoqué pour le moins une profonde crise de la conscience nationale, anticipée dans les années antérieures par Ganivet et Unamuno, que l'on se souvienne du début de ce livre : la réflexion sur l'Espagne, une espèce de préoccupation métaphysique visant à définir l'essence de l'Espagne comme nation, en vint à être la question palpitante et même obsessionnelle de la vie intellectuelle espagnole. Le pessimisme critique de la génération de 98 produisit45 l'idée de l'Espagne comme problème et le mythe de la Castille comme essence de la nationalité espagnole. Le régénérationnisme46inspira la réaction intellectuelle qui se produisit après 1898, chargée d'emphase déclamatoire et de rhétorique moralisante, et mit en évidence l'exigence d'une réforme, d'une régénération profonde du pays, au moyen de travaux hydrauliques, d'investissements dans l'éducation, d'une administration efficace et de l'éradication du caciquisme. Cela ne fut pas inutile : les gouvernements de Silvela, Maura et Canalejas des années 1900 à 1914, assumèrent dans une large mesure des politiques régénérationnistes. La session au cours de laquelle le Congrès des Députés approuva, en 1908, la Ley de Reconstruction de la Escuadra du gouvernement Maura fut qualifiée de « session patriotique ». Maura lui-même dit que ce dont il s'agissait c'était de « reconstruire la nationalité ».

  • 47 Cartas de hidalgos [Lettres d'hidalgos], Los Centauros [Les Centaures]
  • 48 En Flandes se ha puesto el sol[Le Soleil s'est couché en Flandres], Los Hijos del Cid[Les Fils du (...)
  • 49 La Ruta de don Quijote, 1905 ; España, 1909 ; Lecturas españos, 1912 ; Clásicos y modernos, 1913 ; (...)

63Il n'y eut pas de nationalisme. Mais il y eut ce que José María Salaverría appellerait dans un livre de 1917 La Afirmación española [L'Affirmation espagnole]. Le livre avait pour sous-titre Estudios sobre el pesimismo español y los nuevos tiempos [Etudes sur le pessimisme espagnol et les temps nouveaux]. Il était une critique féroce depuis la droite du pessimisme de la génération de 98, critique qui s'exprima dans d'innombrables manifestations : la littérature espagnoliste d'un Ricardo León47 et d'un Eduardo Marquina48 ; la peinture lumineuse de Sorolla, antithèse de l'Espagne noire de Zuloaga ; la commémoration en 1908 du centenaire de la Guerre d'Indépendance (ce n'est pas un hasard non plus si Juderías publia son livre sur la Leyenda negra [Légende noire] en 1914) ; la guerre du Maroc elle-même, qui représenta pour l'Armée l'occasion de restaurer son prestige perdu en 1898 ; le nouvel hispanoaméricanisme ; et jusqu'à la vision évocatrice et nostalgique de l'Espagne du Siècle d'Or que transmettrait à partir de 1905 un Azorín désabusé dans des livres à la prose inimitable49.

  • 50 Vivier de politiciens qui en leur temps militèrent dans la droite monarchique autoritaire : Goicoe (...)
  • 51 Celle de Franco, Mola, Goded, etc
  • 52 Maeztu, Calvo Sotelo, Victor Pradera, Salvador Aunós, Salaverría, Sánchez Mazas

64Plus encore, des éléments, des principes, des idées d'un nouveau sentiment nationaliste espagnol - dévotion fervente à un concept abstrait et idéalisé de la patrie espagnole ; affirmation de l'unité nationale face à l'ascension des nationalismes catalan et basque — affleurèrent dans les discours et écrits d'hommes appartenant au traditionalisme de la droite comme Váz-quez de Mella et Víctor Pradera et en général dans une partie de la pensée catholique ; dans le langage des Jeunesses Mauristes, l'organisation de jeunes conservateurs qui apparut en 1913 autour de la figure charismatique de Maura50 ; dans des éditoriaux et articles de journaux conservateurs comme ABC (Salaverría collabora régulièrement au journal de 1910 à 1940) et El Debate, journal catholique créé en 1911 ; dans l'Armée, particulièrement chez les jeunes officiers de l'armée du Maroc appartenant à ce qui fut appelé la génération de 191551, qui finirait par voir dans les nationalismes un ennemi intérieur incompatible avec l'idée d'unité nationale incarnée par l'institution militaire ; dans les mouvements monarchistes qui furent créés au Pays-Basque et en Catalogne pour combattre les différents « séparatismes » : en janvier 1919, les monarchistes de Biscaye créèrent à cet effet la Ligué d'Action Monarchique et le journal de Bilbao El Pueblo Vasco accueillit dans ses pages des collaborations de nombreux intellectuels52 qui, à partir de celles-ci, et aussi depuis le Diario de Navarra, dirigé par Raimundo García « Garcilaso », formulèrent peu à peu une conception ultranationaliste de l'Espagne dans laquelle se trouveraient déjà des idées qui inspireraient les dictatures de Primo de Rivera et de Franco.

La Mancomunidad de Catalogne

65Le danger d'une éventuelle confrontation entre cet espagnolisme exalté (nationalisme national) et les nationalismes périphériques fut mis en relief en 1905, au cours du grave incident que constitua l'assaut, déjà mentionné, contre la rédaction de l'hebdomadaire Cu-cut de Barcelone, par des officiers de l'Armée ; puis, par exemple, dans les débats mouvementés qui eurent lieu aux Cortès entre 1917 et 1920 au sujet de l'autonomie catalane et du nationalisme basque. L'irruption du nationalisme catalan — Ligue Régionaliste en 1901 ; Solidarité Catalane, en 1907 — changea d'une certaine façon la politique espagnole. Il réactualisa naturellement la question, déjà posée par Silvela en 1891, de la réforme de l'Administration locale et provinciale du pays, c'est-à-dire l'idée de procéder à un type de décentralisation administrative pour les régions qui permette de canaliser les aspirations des mouvements régionaux.

  • 53 1853-1925 ; leader conservateur et chef du gouvernement en 1903-1904 et 1907-1909
  • 54 Création de mancomunidades provinciales, changement dans le fonctionnement des assemblées et dans (...)

66Le grand projet, qui en outre ouvrirait la voie à la formation en 1914 de la Mancomunidad de Catalogne, une sorte d'autonomie régionale limitée basée sur le regroupement des quatre provinces de la région, fut celui d'une réforme de l'Administration locale que présenta Antonio Mauraf53 d'abord en 1903 et ensuite en 1907, un projet - dans sa forme finale : deux livres, 409 articles, de nombreuses dispositions transitoires — qui modifiait substantiellement les régimes municipaux et provinciaux54, et qui équivalait quasiment, sous son apparence administrative, à une réforme de la Constitution.

  • 55 127 jours de débat, 2 950 discours, 1 387 amendements : Maura tomba en 1909 avant que le projet ne (...)

67Le très important débat qu'il suscita55 et qui révéla l'extraordinaire personnalité politique et parlementaire de Cambó, la tête de la Ligue catalane, qui littéralement « catalanisa » le projet et la discussion de celui-ci, mit en relief au moins deux choses :

  • la Catalogne était le grand problème de l'Espagne ;
  • le problème catalan n'était que la manifestation de quelque chose de plus profond.

68L'échec de l'Administration locale et provinciale espagnole était la cause première - en cela Silvela et Maura eurent toujours raison - de l'échec de l'État national espagnol, que rendaient évident la défaite de 1898, la persistance du caciquisme, la crise du parlementarisme, le malaise des intellectuels, les exigences de régénération et les problèmes agraires du pays (l'Andalousie tragique, la fin et la misère de l'Estrémadure, le minifundismo* galicien...).

69Bien que le projet de Maura ne parvînt pas à être approuvé, le fait est que l'idée des mancomunidades demeura et que le sujet fut ressuscité en 1911 par les assemblées catalanes qui, à l'initiative de Prat de la Riba, président de l'Assemblée de Barcelone depuis 1907, présentèrent le 26 septembre de la même année un projet de Mancomunidad qu'ils remirent au chef du gouvernement, José Canalejas, et qui fut, après diverses vicissitudes parlementaires, approuvé par un décret du gouvernement Dato en date du 18 décembre 1913. La Mancommunidad catalane - qui supposait la création d'une Assemblée Générale de députés des quatre provinces et la formation d'un conseil permanent de gouvernement pour celles-ci ainsi que l'attribution de vastes compétences en matière administrative, éducative, culturelle et interne - fut constituée, sous la présidence de Prat de la Riba, le 6 avril 1914.

70Mais il se trouve aussi qu'on ne fit rien de plus. Quand en décembre 1918, les députés catalans demandèrent la pleine autonomie pour leur région, ils recueillirent le refus pratiquement total des Cortès. On ne s'occupa pas non plus de la demande de réintégration foral déposée depuis l'été 1917 par les assemblées provinciales des trois provinces basques (bien que deux d'entre elles fussent présidées par des politiciens monarchistes et bien que la réintégration foral n'envisageât en aucune façon la formation d'une politique basque autonome).

71Comme cela a été dit, le régime de 1876 se basait sur une idée unitaire de l'Espagne comme nation. À son tour, la gauche espagnole - la tradition libérale, le républicanisme - fit preuve d'une sympathie très réservée à l'égard des nationalismes régionaux lorsque ceux-ci apparurent. À l'exception du fédéralisme, le républicanisme espagnol crut que ce qui avait échoué en Espagne dans des circonstances critiques déterminées - par exemple, en 1898 - c'était la forme de l'État, la monarchie, et non son organisation territoriale. De son point de vue, le problème de l'Espagne résidait dans le remplacement d'une monarchie vieille et oligarchique par une république démocratique et moderne : la question centralisme/autonomies était secondaire. L'anticatalanisme serait de ce fait l'un des traits caractéristiques du Parti Radical qu'Alejandro Lerroux, le jeune politicien le plus important du républicanisme de gauche au début du siècle, créa en 1907. Des républicains modérés comme Melquíades Alvarez et des libéraux monarchistes comme Montero Ríos s'opposèrent aussi bien au projet de réforme de l'Administration locale de 1907 qu'à la formation en 1914 de la Mancomunidad catalane. Le socialisme espagnol n'y fut pas plus favorable. Il n'avait aucune influence en Catalogne, était extrêmement hostile au nationalisme basque — l'un des bastions du parti - et voyait dans un État central fort l'instrument de la réforme et du changement social.

  • 56 Comme Julián Besteiro

72Le changement s'amorça dans les années de la première guerre mondiale, peut-être pour deux raisons : grâce à la reconnaissance internationale qu'obtint alors l'autodétermination des nationalités opprimées, et grâce à l'importance croissante que prirent peu à peu en Catalogne, également dans ces années, des groupes catalanistes républicains et de gauche. En tout cas, il est significatif que la revue Españ, organe de l'intelligentsia démocratique entre 1916 et 1923, dirigée successivement par Ortega y Gasset, Luis Arasquistain et Manuel Azaña, ait publié un nombre important d'articles favorables à l'autonomie catalane (bien que dans ses pages aient également été publiées des collaborations hostiles au catalanisme comme, par exemple, celles d'Unamuno). Le Parti Socialiste Ouvrier Espagnol reconnut lors de son congrès de 1918 le droit des « nationalités ibériques » à leur autogouvernement dans une « confédération républicaine ». Déjà en avril de la même année, un discours au Cortès du leader des socialistes biscaïens, Indalecio Prieto, avait indiqué que le Parti socialiste pourrait adopter une attitude réceptive vis-à-vis des aspirations basques pour autant que celles-ci seraient formulées dans une perspective fuerista et libérale. Ensuite, des députés socialistes56 défendraient l'autonomie de la Catalogne. Le Parti Réformiste de Melquíades Alvarez envisagea également la possibilité d'une telle solution et chercha même, dans les années 1918-1920, un certain rapprochement avec le nationalisme de la Ligue et de Cambó. Finalement, c'est pendant la dictature de Primo de Rivera (1923-1930) que le changement — c'est-à-dire cette ouverture de la gauche vers les nationalismes et l'idée de l'autonomie territoriale — fut achevé : quand le nationalisme catalan de gauche lutta aux côtés des républicains et des socialistes en faveur du rétablissement d'une république démocratique. La démocratie fut identifiée à la république et à l'autonomie pour les régions « nationalistes ».

  • 57 L'essai tant de fois cité dans ce livre, cf. note 2, p. 116

73L'idée qu'Ortega y Gasset exposerait par exemple dans La Redención de las provincias57 était l'organisation de l'Espagne en dix grandes « comarcas», terme qu'il utilisa pour camoufler celui de « región », non autorisé alors, en 1927, toutes autonomes et dotées d'une vaste capacité d'autogouvernement et d'institutions démocratiques propres (gouvernement régional, assemblée législative). C'était faire une Espagne nouvelle et c'était envisager une grande politique nationale, faites, l'une et l'autre — comme il le disait — pour les provinces et depuis les provinces.

  • 58 Voir son ouvrage Vieja y nueva política [Vieille et nouvelle politique], 1913

74La « grande réforme » qu'Ortega proposait était ce qui allait bientôt s'appeler État régional. Mais avec des nuances importantes. Parce que le livre d'Ortega restait dans une tradition, la tradition régénérationniste, préoccupée jusqu'à l'obsession par le problème de l'Espagne. Les régions n'intéressaient pas Ortega par leurs spécificités ethniques, culturelles ou historiques : dans son livre il ne parlait ni de nationalités ni de langues propres ni de droits historiques (des régions). Qui plus est, il éludait même le problème des mouvements nationalistes. Ortega revenait à la province et à la région considérant que la réalité de l'Espagne s'incarnait et se matérialisait en elles parce qu'il considérait qu'elles constituaient l'horizon social et vital de l'Espagnol moyen. Ortega ne croyait pas que l'État espagnol contemporain — ou le régime de la Restauration - avait échoué à cause de son centralisme : il croyait58 qu'il avait échoué parce qu'il était un système et un régime abstraits et artificiels, un système et un régime qui représentaient l'Espagne officielle mais qui méconnaissaient l'Espagne réelle. Ortega, en somme, s'occupait de l'Espagne. Il croyait que la « grande réforme » nationale - terme qui rappelait celui de « régénération » des années 1899 et 1900 - devait commencer par sa réalité la plus authentique, représentée selon lui par les provinces. Ortega voulait que les provinces assument leurs responsabilités dans le devenir national et considérait que cela supposait de les doter d'une personnalité politique propre et de leur donner de vastes attributions : mais ce qui le préoccupait c'était la renaissance de l'Espagne, construire à partir du fort localisme des régions et des provinces la conscience et la volonté nationale — c'est-à-dire espagnoles - dont le pays était encore privé.

75L'attitude d'Ortega était, jusqu'à un certain point, paradigmatique. Sa génération, celle de 1914, qui allait assumer bientôt, en 1931, les responsabilités du pouvoir, commençait à comprendre les raisons de l'autonomie régionale ; mais le fil conducteur et central de toutes ses préoccupations politiques serait, avant tout, l'Espagne et sa structuration en tant que nation :

« je parle de nation et de national [dirait Azaña en octobre 1933] parce que je suis en train de parler de politique ».

76Il convient de s'en souvenir pour comprendre le type d'État que tenteraient de construire les législateurs de 1931.

Notes

1 Avec les exceptions qu'il put y avoir, et indépendamment des profondes différences qu'il y eut entre les divers paysagismes et paysagistes espagnols, et du fait que l'œuvre de nombre d'entre eux ne se limita pas au paysage

2 Les Zubiaurre, Zuloaga, Iturrino, Juan de Echevarría, Arteta, Tellaeche, Elias Salaverría, etc

3 Ainsi que par Regoyos, Ricardo Baroja et Sorolla lui-même, moins influencés par la préoccupation didactique de la génération de 98

4 À laquelle il était associé depuis sa création en 1876.

5 Dans les articles qu'elle réunit dans son livre La España contemporánea. 1896-1915 [L'Espagne contemporaine], édition de 1972

6 Organisation culturelle catalaniste créée par Valentí Almirall le 17 juin 1882 à laquelle avaient participé de nombreuses institutions catalanes (sociétés économiques, centres culturels, groupement catholiques, associations professionnelles et d'autres semblables).

7 Lié au mouvement des Jeux Floraux, spécialiste en études historico-juridiques catalanes, catholique et conservateur il s'était présenté néanmoins comme un fédéraliste dans les années 1860.

8 L'un des fondateurs de La Jove Catalunya en 1870, auteur d'une Historia del Ampurdán [Histoire de l'Ampurdan] en 1873 et du Código Civil de Cataluña [Code Civil de Catalogne, en quatre volumes, publiés entre 1916 et 1919], président à différents moments de l'Athénée barcelonais, de la Academia de Jurisprudencia y Legislación de Barcelona et de nombreuses autres institutions, conseiller municipal de la capitale catalane, député de Gérone à un autre moment.

9 Comme, pour ne prendre qu'un exemple, les vieilles institutions forales catalanes, aragonaises et valenciennes abolies par Philippe V, ou les fueros basquo-navarrais supprimés en 1876

10 Y compris en Catalogne même, comme semblait en témoigner la foule des 125 000 manifestants dénombrés lors de la manifestation provoquée par l'affaire des Carolines peu après la présentation du Memorial de agravios

11 Ce que Campión critiquait également dans le fédéralisme de Pi i Margall : que cela soit une doctrine générale de l'État avec des solutions « symétriques » pour toute l'Espagne

12 Dans son ouvrage, El Oasis. Viaje al Pals de los Fueros [L'Oasis. Voyage au pays des fueros, en trois tomes], publié à Barcelone en 1878-1880

13 Par exemple, Mañé i Flaquer et Romaní, pour faire référence à des noms déjà cités

14 Et non à la simple décentralisation territoriale qui apparaissait dans les mouvements régionalistes traités ici

15 Dans La Nacionalidad catalana [La Nationalité catalane], livre qu'il écrivit en 1906

16 Beaucoup plus qu'avec Oda a la patria [Ode à la patrie], de Buenaventura Aribau, de 1833, qui ne fut rien d'autre qu'un heureux titre que le temps rendrait emblématique

17 Qui débutèrent en 1843 avec l'apparition de Lo Verdader Catalán [Le Catalan Véridique] : entre 1865 et 1874 furent publiés 32 journaux en langue catalane

18 Par ailleurs Mañé publia l'année suivante, en novembre-décembre 1856, une série d'articles dans le journal madrilène El Criterio de Madrid, sous le titre « Catalogne », dans lesquels était exposée la même idée, la Catalogne comme région.

19 Comme Las Leyendas vascongadas [Les Légendes basques, 1851], de José María de Goizueta ; les Tradiciones vasco-cántabras [Les Traditions basquo-cantabriques] (1866), de Juan V. Araquistain ; Amaya o los vascos en el siglo VIII [Amaya ou les Basques au viiie siècle] (1876), de Navarro Villoslada, ou Leyendas de Euskeria [Légendes du Pays-Basque, 1882], de Vicente de Arana

20 La Defensa histórica del Señorío de Vizcayay provincias de Alava y Guipuzcoa [Défense historique de la seigneurie de Biscaye et des provinces d'Alava et de Guipuzcoa], 1851, de Pedro Novia de Salcedo

21 Par exemple, dans des articles comme ceux d'Aristides de Artiñano, « Le Pouvoir législatif foral dans les provinces basques », publié dans le tome I, de l'année 1886 ; E. de Velasco, « Patrie et régionalisme », dans le même tome ; Antonio M. de Arguindóniz, « Les Libertés forales de Bizcaya et le suffrage universel », qui parut dans le tome V (années 1890) ; ou José María de Anguylo, « La Démocratie basque et la démocratie moderne », publié dans le tome IX, année V, 1890

22 Dont l'ouvrage Hidalgos de Monforte marquait, selon Murguía, la renaissance de l'histoire galicienne

23 Dans des œuvres comme Historia de Galicia [Histoire de la Galice], dont les premiers tomes parurent en 1866 et 1867 et qu'il acheva après 1891 ; El Arte en Santiago en el siglo XVIII [L'Art à Santiago au xviiiesiècle, 1884], Los Precursores [Les Précurseurs, 1886], Galicia [Galice, 1888] et d'autres encore

24 1837-1885 ; auteur de Cantares gallegos [Chants galiciens], 1863, premier grand livre du Rexurdimiento véritable, de Folios novas [Feuilles nouvelles], 1880 et de En La orillas del Sar [Sur les rives de la Sar], 1884, en castillan)

25 1835-1917 ; auteur de Queixumes dos pinos [Rumeurs des pins], 1886

26 1851-1908 ; auteur de Aires da miña terra [Parfums de ma terre], 1880 et de O divino sainete [La Divine saynète], 1888

27 Visions i cants [Visions et chants], 1900 ; Enllá [Au-delà], 1906 ; Segiienciès [Séquences], 1911

28 Dus à Domenech i Montaner, Sagnier, Gaudí, Puch i Cadafalch, Granell i Manresa, etc.

29 Qui ne produisirent néanmoins qu'un seul poète d'une certaine envergure, Felipe Arrese Goitia.

30 Par Angulo y Hormaza (1886), Joaquín Herrán (1876), Campión (1876), Mañé i Flaquer (1876), Hermilio Oloriz (1880), Eulogio Serdàn (1891), Aristides de Artiñano (1885) et d'autres encore, s'ajoutant à la publication des discours prononcés par les députés basques en 1876 pour la défense des fueros

31 Herrán, Becerro de Bengoa, Moraza, Trueba, Campión, Delmas, Sagarmínaga, Peña y Goñi et Oloriz, entre autres

32 Cf. supra, p. 142

33 Une association d'étudiants à laquelle appartenaient Prat de la Riba, Domenech i Montaner, Verdaguer i Callís et quelques autres

34 Voir La España Regional, tome XII, année VII, 1892

35 En 1906, Prat de la Riba définirait idéologiquement dans son livre La Nacionalitat catalana cette Ligue, bientôt dirigée au Congrès espagnol par Francesc Cambó

36 Le pourcentage de sièges occupés entre 1901 et 1923 par les régionalistes catalans fut de 39% à Barcelone (monarchistes : 38,4% ; républicains : 16,7%) et de 26% à Gérone (monarchistes : 38% ; républicains : 26,1 %) mais de 18% et 5,6% respectivement à Lérida et Tarragone

37 Des écrivains comme Unamuno, Baroja, Maeztu, Salaverría, Grandmontagne et Ramón de Basterra ; des peintres comme Zuloaga et Arteta ; des architectes comme Secundino Zuazo, Pedro Muguruza ou José Manuel de Aizpúrua ; des musiciens comme Usandizaga et Guridi.

38 Avec un programme essentiellement agrarien : restitution des foros, solution à l'émigration

39 Elles tinrent leur première assemblée à Lugo en 1918

40 Intellectualisme incarné par Risco, professeur à l'école Normale d'Orense, timide orateur public, intellectuel passionné et cultivé, inadapté et mécontent, séduit par l'exotisme, l'ésotérisme et la magie, nietzschéen, élitiste et irrationaliste

41 La vision romantique de la région se perpétua alors à travers des manifestations esthétiques stylisées, loin des espagnolades, comme El Amor brujo, 1915, de Falla, le Romancero gitano, 1928, et Poema del cante hondo [Poème du chant profond], 1931, de Lorca.

42 On peut retenir Andalucía trágica [Andalousie tragique], 1905, d'Azorín, La Bodega [La Cité des futailles], 1905, de Blasco Ibáñez, Del drama de Andalucía [Du drame de l'Andalousie], 1923, d'Eloy Vaquero, Bandolerismo y delincuencia subversiva en la baja Andalucía [Banditisme et délinquance subversive dans la Basse Andalousie], 1913, de Constancio Bernaldo de Quirós, Historia de las agitaciones campesinas andaluzas. Córdoba [Histoire des agitations paysannes andalouses. Cordoue], 1929, de Juan Díaz del Moral ou Los Latifundios en España [Les Latifundia en Espagne], 1932, de Pascual Carrión

43 Les années 1910—1920, avec Joselito et Belmonte, furent « l'âge d'or » de la tauromachie ; des zarzuelas comme La Corte del Faraón [La Cour du Pharaon], 1910, Doña Francisquita, de 1923, ou La Del manojo de rosas, [La Fille au bouquet de roses], de 1934, et quelques autres, comptèrent parmi les plus grands succès du genre

44 De la croissance même de Madrid, un demi million d'habitants en 1900 et pratiquement un million en 1930, devenue une ville commerçante et bancaire, dont le centre apparaissait à présent jalonnée par une architecture vigoureuse et moderne

45 Unamuno, Ganivet, Azorín, Baroja, Valle-Inclán, Zuloaga, Maeztu, etc. Cf. chapitre 1

46 Oligarquía y caciquismo [Oligarchie et caciquisme], de Joaquín Costa ; El Problema nacional [Le Problème national], de Ricardo Macías Picavea ; La Moral de la derrota [La Morale de la défaite], de Luis Morote

47 Cartas de hidalgos [Lettres d'hidalgos], Los Centauros [Les Centaures]

48 En Flandes se ha puesto el sol[Le Soleil s'est couché en Flandres], Los Hijos del Cid[Les Fils du Cid].

49 La Ruta de don Quijote, 1905 ; España, 1909 ; Lecturas españos, 1912 ; Clásicos y modernos, 1913 ; El Paisaje de España visto por los españoles, 1917 ; Una hora de España, 1924.

50 Vivier de politiciens qui en leur temps militèrent dans la droite monarchique autoritaire : Goicoechea, Lequerica, José Calvo Sotelo

51 Celle de Franco, Mola, Goded, etc

52 Maeztu, Calvo Sotelo, Victor Pradera, Salvador Aunós, Salaverría, Sánchez Mazas

53 1853-1925 ; leader conservateur et chef du gouvernement en 1903-1904 et 1907-1909

54 Création de mancomunidades provinciales, changement dans le fonctionnement des assemblées et dans les élections

55 127 jours de débat, 2 950 discours, 1 387 amendements : Maura tomba en 1909 avant que le projet ne fut approuvé

56 Comme Julián Besteiro

57 L'essai tant de fois cité dans ce livre, cf. note 2, p. 116

58 Voir son ouvrage Vieja y nueva política [Vieille et nouvelle politique], 1913

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search