Version classiqueVersion mobile

Espagne : Nations, nationalités, nationalismes

 | 
Juan Pablo Fusi

Chapitre 4. L'État national

Texte intégral

1Le grand problème des xixe et xxe siècles allait être, par conséquent, la construction d'un véritable État national. Ce problème, d'une complexité énorme en soi, allait être encore plus compliqué en Espagne, pour les raisons et circonstances suivantes :

  • la simultanéité dès le début du xixe siècle de deux processus : le développement d'une conscience espagnole véritablement nationale (un nationalisme espagnol sentimental et émotionnel) et l'apparition des pré-nationalismes puis des nationalismes catalan, basque et galicien ;
  • la faiblesse du nationalisme sentimental espagnol comme force de cohésion sociale et de structuration territoriale de l'État espagnol. Car il n'exista pas de nationalisme espagnol doctrinal dans l'Espagne du xixe siècle1 ou il ne s'exprima pas au travers de partis politiques nationalistes ;
  • le développement comparativement tardif d'un appareil moderne de gouvernement et d'administration ;
  • les forts déséquilibres régionaux qui définirent l'évolution de l'économie espagnole tout au long des xixe et xxe siècles (surtout l'industrialisation de la Catalogne et à partir des années 1880, des provinces de Biscaye et Guipuzcoa au Pays-Basque).

2Cette question fut donc capitale. Manuel Azaña (1880-1940), le politicien républicain, fut convaincu que l'absence d'un véritable État moderne constituait le principal problème de l'Espagne des xixe et xxe siècles. Dans la conférence intitulée « Trois générations de l'Athénée », qu'il prononça dans ce centre madrilène le 20 novembre 1930, il dit que l'État libéral né de la crise de l'Ancien Régime fut « un État sans défense, une entéléchie qui n'intimide personne, et qui s'étend à peine au-delà des personnes chargées de le conduire ». Sa grande ambition politique fut précisément de refaire l'État, de construire un État nouveau, fort et véritablement national, comme instrument de la grande réforme dont l'Espagne, selon lui, avait besoin. Dans les articles qu'il écrivit en 1939 à Collonges-sous-Salève réunis en 1986 dans un livre intitulé Causas de la guerra de España [Causes de la guerre d'Espagne], et abordant la question du rôle de la Catalogne dans cette guerre, Azaña disait que si le catalanisme avait subsisté après deux cents ans de centralisme étatique, c'était parce que - et je le cite littéralement - « en Espagne, pendant une grande partie des deux siècles en question, l'État était dépourvu d'un tel prestige et d'un tel pouvoir, et il y avait peu d'écoles ».

  • 2 Écrit en 1927-1928 et publié en 1931

3Ortega y Gasset (1883-1956) pensait qu'en Espagne il n'existait pas de véritable émotion nationale, de véritable nationalisme espagnol : « depuis longtemps — dit-il en présentant à Madrid la revue de Bilbao Hermes, en mai 1917 — l'Espagne est dépourvue de toute émotion nationale sur laquelle les camps ennemis pourraient se rejoindre ». Ce qui, selon lui, définissait l'Espagne, c'était « le torrent des émotions provinciales locales ». Le localisme, titre de l'article qu'il publia dans El Sol le 12 octobre 1917, c'est-à-dire, « l'organisation et l'affirmation de la vie locale », lui semblait la seule « attitude claire » des espagnols, et tout le reste lui paraissait soit « caduc », soit « vague » ou « problématique ». La thèse centrale de son petit grand livre La Redención de las provincias2 soulignait le fait que l'Espagne n'était qu'une province, que la province était « la seule réalité énergique existant en Espagne », que l'espagnol moyen était l'homme des provinces et que par conséquent, « la grande réforme » qu'il fallait faire en Espagne, était une réforme à partir des provinces et pour les provinces. Avec un objectif clair : bâtir une véritable vie nationale, « faire une Espagne nationale ». « [...] la vraie solution consiste précisément - écrivait-il dans ce livre - à forger, en s'appuyant sur le localisme existant, un magnifique nationalisme inexistant » (c'est moi qui souligne).

4Pour Azaña donc, en Espagne (dans l'Espagne des années 1930) il n'y avait pas encore de véritable État national. Pour Ortega, il n'y avait ni vitalité nationale, ni Espagne nationale : il n'y avait pas - nous venons de le voir - de nationalisme. Ils avaient tous les deux raisons. L'Espagne du xixe siècle fut un pays au centralisme officiel mais au localisme réel. Malgré les tendances nationalisatrices qui inspirèrent la création de l'État espagnol moderne, la fragmentation économique et géographique du pays resta considérable jusqu'à ce que les transformations sociales et techniques finissent par créer un système national cohésif, ce qui ne fut pas fait avant les premières décennies du xxe siècle. Cela ne fut pas exceptionnel. Dans L'Identité de la France, livre auquel nous avons déjà fait allusion, Braudel rappelait qu'en France - archétype de l'État jacobin et centralisateur - il n'y eut pas de véritable économie nationale avant 1945.

État national et réalité locale

5L'État moderne fut le résultat d'un long processus d'assimilation nationale qui finit par aboutir à la formation d'une nationalité commune. Cela exigea que le corps national se structurât comme une véritable unité nationale, ce qui exigea à son tour, en Espagne comme ailleurs, la croissance et l'intégration de marchés, de régions et de villes ; le développement d'un système d'éducation unitaire et commun ; la création d'un service militaire national obligatoire et l'expansion des moyens modernes de communication de masse (presse, télégraphes, transports interurbains, chemins de fer, etc.). Il s'agit donc de processus lents de cristallisation d'une volonté et d'une conscience véritablement nationales et de processus plus ou moins longs d'apprentissage social et de contrôle. Tout cela exigea en outre que la collectivité devînt la base de l'autorité politique et de la légitimité du pouvoir.

6En Espagne, l'intégration de l'économie fut accélérée par l'établissement d'institutions comme la Bourse de Madrid (1831) et la Banque d'Espagne, disposant du monopole de l'émission de la monnaie (1856), et lorsque le système fiscal (1845) autant que la monnaie (1868) furent unifiés sur des bases nationales. Les communications sociales se multiplièrent grâce à l'extension du réseau routier et à la construction du chemin de fer, commencée en 1848. Le processus d'agrandissement des villes, bien que lent, s'accéléra à partir des années 1850 et 1860. Le contrôle de l'État sur la société fut renforcé après la création de la Guardia Civil en 1844. L'unification du droit progressa avec la promulgation du Code Pénal en 1848, avec le Code de Procédure Civile, la Loi Organique du Pouvoir Judiciaire (1870), le Code de Procédure Criminelle (1870) et la compilation du Code Civil en 1889. L'introduction de systèmes nationaux d'éducation secondaire et supérieure en 1845 et 1857 favorisa l'homogénéisation culturelle du pays. L'apparition d'une presse nationale (bien qu'il n'y eût pas de presse bon marché et populaire avant la dernière décennie du xixe siècle) eut le même effet. L'Administration centrale se modernisa à mesure que s'affirma (années 1830 et 1840) le système ministériel de gouvernement. Le gouvernement local s'uniformisa avec la réforme de l'administration des provinces de 1833.

7L'effet combiné de tout cela changea graduellement la perception politique et la préoccupation des espagnols. Il se produisit une nationalisation progressive de la vie sociale et de la vie culturelle. Vers les années 1830-1840, des écrivains comme Estébanez Calderón, Durán, Gallardo et Mesonero Romanos découvrirent le théâtre de Calderón (si décrié par les Lumières) et le romancero ; ils furent attirés, selon Estébanez lui-même,

  • 3 Cette peinture prit forme dans des œuvres comme La Rendición de Bailén [La Reddition de Bailén], d (...)

8par le goût de l'authenticité espagnole. Zorrilla créa (1845) avec le Tenorio [Don Juan Tenorio] l'un des grands stéréotypes nationaux. Le drapeau national fut adopté en 1843. La peinture historique, qui exaltait les grands faits de l'histoire nationale3, acquit une grande vigueur sociale à partir des années 1850.

9Les guerres que L'Espagne entreprit autour de 1860 dans le nord de l'Afrique provoquèrent, selon Raymond Carr, une « émotion politique unificatrice », une véritable exaltation patriotique dans tout le pays. La révolution de 1868, qui provoqua la chute d'Isabelle II (1833-1868) et qui ouvrit une période de changements politiques qui culminèrent avec la proclamation en 1873 de la Ire République espagnole, fut la révolution de « L'Espagne dans l'honneur », une révolution casticista*, comme l'appela Unamuno. Le langage des politiciens du xixe siècle - que l'on pense, par exemple, à Castelar — devint intensément espagnol.

10Mais en même temps, le xixe siècle vit l'élaboration administrative de la province et connut même les premiers débats et projets sur le rôle que la région pourrait avoir dans cette administration. Après la division provinciale de 1833 — dont il sera question ultérieurement — les assemblées provinciales se transformèrent en organes dirigeants de la vie provinciale, et les capitales de provinces, en véritables centres névralgiques de la vie régionale. Les députations, bien que dépendantes dès leur naissance de l'administration centrale et privées, sauf dans les cas basques et navarrais, de ressources propres suffisantes, consolidèrent les bases d'un pouvoir provincial particulier et différencié. Dans les cas basque et navarrais, malgré la modification des fueros basques en 1839 — comme conséquence de la guerre carliste de 1833-1840 — et la transformation de la Navarre de royaume en province (1841), les quatre provinces vécurent entre ces années et 1868, leur pleine maturité foral.

11L'idée de province imprégna profondément la perception qu'eurent les espagnols de leur territoire national. L'uniformisation culturelle progressive du pays lutta à chaque instant contre la survivance dans les contrées, les régions et les provinces de structures différentes, de coutumes, de traditions et de formes de vie. En 1910 encore, l'écrivain basque José Maria Salaverría disait qu'il se décidait à écrire sur la province de Guipuzcoa dans la presse nationale - dans ABC, concrètement — « pour que nous, les espagnols, nous nous connaissions mutuellement, chose hautement nécessaire, car nous nous ignorons tellement que parler de Guipuzcoa à beaucoup d'espagnols c'est comme leur mentionner un pays étranger ». « Nous ne nous connaissons pas - concluait-il, dans l'article qu'il publiait dans le même journal le 16 mars de cette année 1910 — et nous ne savons même pas qui nous sommes. »

  • 4 Larra, Mesonero Romanos, Estébanez Calderón ; l'œuvre collective Los Españoles pintados por sí mis (...)

12La littérature de mœurs4 fut dans une large mesure une littérature régionale, quand bien même le fut-elle faussement, c'est-à-dire criblée de stéréotypes et de clichés pittoresques. La Renaixença catalane, la renaissance linguistique, littéraire et culturelle de la Catalogne qui commença dans les années 1830 et connut son apogée avec Verdaguer, Guimerá et Oller dans les années 1880 et 1890, mit fin à près de deux cents ans d'éclipse de l'identité littéraire catalane.

  • 5 Historia compendiada del Reino de Navarra [Histoire abrégée du Royaume de Navarre, 1832] et Antigü (...)

13À l'occasion de la première guerre carliste et de l'abolition (ou plutôt de la modification) des fueros, apparut au Pays-basque la thèse d'un fuerismo* modéré, une vision qui identifiait l'essence du fait basque avec les fueros et la religion catholique. En Navarre, les travaux de l'historien officiel Yanguas5 jetèrent les bases du navarrisme, thèse qui faisait de la Navarre une entité territoriale différenciée et singulière sur la base de sa propre foralidad* sanctionnée par la loi dite « paccionada* » de 1841.

14Le développement de la presse locale renforça le localisme des espagnols. Des journaux comme El Diario de Barcelona, El Mercantil Valenciano, El Faro de Vigo, El Cantábrico de Santander, El Norte de Castilla, El Noticiero Bilbaíno, La Voz de Guipúzcoa, El Diario de Cádiz, El Carbayón et d'autres semblables, et non la presse nationale, furent les organes qui formèrent les opinions publiques locales.

15Plus encore, l'appareil administratif de l'État central fut au xixe siècle petit, de dimensions réduites, limité à sept ou huit ministères : la dépense de l'État fut absorbée durant des décennies par les ministères de la Guerre, de la Marine et le paiement de la dette. La fonction publique ne commença à être régulée qu'à partir du décret de Bravo Murillo du 18 juin 1852 (qui ne concernait que les Finances, l'Intérieur et la Justice). L'instrument le plus efficace de l'État espagnol du xixe siècle, la Guardia Civil, était pourtant avec 18 000 membres en 1900, totalement insuffisant compte tenu de la superficie du pays, et de nombreuses provinces étaient littéralement dégarnies.

16Le localisme, de ce fait, domina la vie sociale et politique espagnole jusqu'à une date avancée du xxe siècle. En 1910, 4011 villages étaient encore privés de moyens de communication sur un total de 9 266, ce qui représentait environ 20 % de la population du pays (13,3 millions d'habitants en 1834 ; 15,6 millions en 1860 ; 18,6 millions en 1900 ; 23,3 millions en 1930).

Madrid : la précarité d'un État national

17L'État et l'histoire de la capitale, Madrid, étaient la preuve de cette précarité. Malgré l'impulsion que lui donnèrent les Bourbons au xviiie siècle, et tout en ayant avec le Palais Royal (1738-1764) l'un des meilleurs palais européens, Madrid était au début du xixe siècle, pour quelqu'un comme Alcalá Galiano qui venait d'une ville propre et florissante comme Cadix, une ville laide, pauvre et sale, qui était loin d'être une véritable cour (ce qui était vrai, puisque les rois vivaient aux Reaies Sitios*).

18Et elle le fut encore pour longtemps. Jusqu'à ce qu'en 1837-1838, la desamortización permît la vente de propriétés urbaines appartenant au clergé - dans ces années quelques 540 propriétés furent vendues, 8,18 % de l'ensemble des édifices de Madrid — et la destruction ultérieure de quelques couvents et de leurs murailles et murs de clôtures, l'aspect de la capitale ne changea pas. À partir de ce moment-là il devint possible de tracer quelques places et d'aligner quelques rues, bien que seule la transformation de la Puerta del Sol entre 1857 et 1862 ressemblât à un travail d'urbanisme (qui ne fut pas excessif). Madrid conserva son périmètre du xviie siècle jusqu'aux années 1860 au cours desquelles d'une part furent mis en chantier les plans de l'Ensanche* de Carlos Maria de Castro qui donneraient lieu à la construction des quartiers d'Argüelles, Chamberí, Salamanca, et Retiro et d'autre part l'impulsion donnée à la construction du chemin de fer provoqua un autre agrandissement, celui-ci à caractère industriel, vers le sud (zone où ultérieurement seraient édifiées les gares d'Atocha et de Delicias, les marchés généraux les grands abattoirs et ensuite les services municipaux du gaz et de l'électricité).

  • 6 Le Ritz et le Palace furent construits vers 1910-1914

19Le contraste que la capitale espagnole offrait avec d'autres capitales européennes - surtout avec Paris et Londres, miroir dans lequel se regardaient ceux qui commencèrent à s'inquiéter du retard de la ville, comme Mesonero Romanos et Fernández de los Ríos — était saisissant. Ce n'était pas seulement que le Madrid de la moitié du xixe siècle eût une population incomparablement moins nombreuse que les capitales mentionnées (vers 1850, par exemple, Madrid avait environ 240 000 habitants ; Paris dépassait le million et Londres les deux millions et demi) ; c'était surtout que Madrid était dépourvue de tout ce qui définissait alors la grande ville moderne : boulevards, espaces verts, grandes avenues, commerces de luxe, maisons élégantes, rues éclairées, monuments, théâtres, opéra, transports urbains, gares, hôtels, centres bancaires. Des édifices comme la Banque d'Espagne, la Bibliothèque Nationale, la Bourse, la Banque Espagnole de Crédit, les gares d'Atocha, Príncipe Pío, et Delicias, le siège de l'Académie, les Palais de Velazquez et de Cristal et la Escuela de Carninos dans le Jardin du Retira (ouvert au public à partir de 1868), furent bâtis dans le dernier tiers du xixe siècle, époque où furent également construits les quartiers élégants de Salamanca, Retira, Recoletos et Almagro-Castellana : avant que ces constructions ne fussent achevées, Madrid était une petite capitale, aux rues étroites, sales, mal empierrées et encore plus mal éclairées, enfermée dans un centre urbain congestionné, aux édifices pauvres, aux logements sombres et insalubres, aux petites places minuscules et mal entretenues et encore dominée par la présence de nombreuses églises et couvents ; c'était une ville sans transports collectifs, car les tramways à traction animale ne s'y implantèrent qu'en 1870, et sans grands hôtels6, avec une seule avenue importante, la rue d'Alcala (la Gran Via fut réalisée entre 1910 et 1931), et avec une seule zone urbaine distinguée de type boulevard, le Salón del Prado mais située à une extrémité de la ville et de ce fait privée de toute activité commerciale.

20C'était la capitale qui correspondait - comme l'écrivit Mesonero Roma-nos avec insistance et de façon réitérée — à cet État faible, pauvre et inefficace qu'était, ainsi que nous l'avons indiqué, l'État espagnol du xixe siècle. Madrid était, elle aussi, plongée dans son propre localisme : jusqu'en 1864 il n'y eut pas de liaison ferroviaire ni avec la frontière d'Irún ni avec Barcelone. En outre, bien qu'elle fût, par son rang de capitale, empreinte d'un certain cosmopolitisme, Madrid, comme le fit remarquer Ortega y Gasset dans La Redención de las provincias, ne fut pas un centre de création culturelle. Dans le même livre, Ortega indiqua clairement qu'au xixe siècle, c'est même le contraire qui arriva avec le triomphe du dandysme ou, pour dire les choses de façon plus aimable, du casticismo populaire, qui ne fut rien d'autre qu'une forme de sous-culture de quartier, transformée en stéréotype du madrilénisme, grâce au succès de la comédie de mœurs et de la zarzuela.

  • 7 Dans sa Rápida ojeada sobre el estado de la capital y los medios de mejorarla [Rapide coup d'œil s (...)

21Longtemps auparavant, Mesonero Romanos7, avait fait apparaître qu'à Madrid il n'existait ni monument commémorant les gloires du passé -l'obélisque du 2 mai ne fut érigé qu'en 1848 — ni rues portant les noms des grands hommes de l'histoire de L'Espagne. Mesonero considérait littéralement comme une « honte » qu'il existât des rues appelées « Va-t-en au Diable », « Quoi qu'il vous coûte », « Grand Dieu ! », « À la traîne » et d'autres encore, et qu'il n'y eût aucune rue Cervantès, Quevedo, Moratín, Daoiz, Velarde, Philippe II, Philippe V ou Charles III, ou qu'il n'existât pas de panthéon national du style de l'Abbaye de Westminster à Londres ou du cimetière du Père Lachaise à Paris. On fit bien peu pour corriger cela. Le grand rêve d'Angel Fernández de los Ríos lorsque se produisit la révolution de 1868 était que la révolution fît de l'église de San Francisco el Grande ce grand panthéon national que L'Espagne n'avait pas, et que la municipalité révolutionnaire procédât immédiatement, par le biais d'expropriations et de destructions expéditives, à l'ouverture d'une grande avenue nationale qui unirait le panthéon ainsi créé et le Congrès des Députés. On ne fit ni l'un ni l'autre. Ce qui s'en rapprocha le plus fut le Panthéon des Hommes Illustres de la basilique d'Atocha qui fut construit entre 1891 et 1901. Il est significatif que le projet ne fut pas achevé faute de moyens financiers.

La division provinciale

22Ce qui précède permet de comprendre l'importance du Décret Royal du 30 novembre 1833 du ministre du Développement, Javier de Burgos. Ce décret créa la structure administrative fondamentale de L'Espagne des xixe et xxe siècles : la province, à la tête de laquelle apparaîtront, une fois approuvées diverses dispositions ultérieures, le représentant de l'État central - qui finirait par recevoir le nom de gouverneur civil — et la députation, organe électif de représentation de ladite province. Avec l'importante législation qui vint réguler la vie municipale à partir de 1835 ; avec la division judiciaire entreprise en 1834, qui vint s'ajuster à celle de la province, sur la base de tribunaux de première instance dans les districts et de tribunaux territoriaux ; avec la division militaire en régions, districts et arrondissements maritimes ; avec les dispositions des années 1839 à 1844 qui intégrèrent l'administration des provinces basques et de Navarre au modèle général de l'administration territoriale, grâce au transfert des douanes à la frontière, au remplacement des vieilles Juntas Generales forales par des assemblées provinciales, et le passage de la Navarre de royaume en province foral ; avec tout cela, et de cette façon, la structure territoriale de base de l'État se trouva dessinée. La province en constituait l'échelon administratif nécessaire pour la prestation des services de l'État.

23La nécessité de réformer l'Administration territoriale ne naquit pas en 1833. Elle était antérieure. Le problème préoccupa des régimes et des gouvernements à la signification sociale et politique très différente, signe qu'il s'agissait d'une question d'intérêt général et étrangère, de ce fait, à des intérêts sectoriels. La question fut abordée par Floridablanca en 1789 ; par le régime de Joseph Bonaparte en 1810 ; par les Cortès de Cadix en 1812, et par le régime constitutionnel de 1820-1823. Il s'agissait dans tous les cas de substituer le conglomérat de territoires et d'administrations locales et régionales de l'Ancien Régime, qui subdivisait jusqu'à l'atomisation l'Administration territoriale - au travers de provinces, d'intendances, de districts, de villes, de conseils, de confréries, de bailliages, de mairies, d'unions, de corregimientos*, d'assemblées, de quartiers, de banlieues, de compagnies, etc. — par un système uniforme et rationnel.

24C'est ce que fit la division de 1833, qui créait un ensemble de quarante-neuf provinces et supprimait définitivement toute cette organisation antérieure si confuse. La division reprenait des propositions relevées aussi bien dans la carte des préfectures envisagée par le régime de Joseph Bonaparte en 1810, que dans les prévisions de la Constitution de Cadix, ébauchées dans le décret des Cortès du 23 mai 1812 - sur les élections des députés aux Cortès -, qui énuméraient un total de trente-deux provinces. Mais surtout elle ressemblait à la division ordonnée par le régime constitutionnel de 1820, par décret du 27 janvier 1822, qui implantait un total de cinquante-deux provinces. Néanmoins, il y avait au moins deux différences significatives : premièrement, la division de 1833 respectait les dénominations d'Alava, Guipuzcoa, Biscaye et Navarre, expression de la reconnaissance du caractère spécial, foral, de ces territoires qui n'existait pas dans la division de 1822, laquelle donnait à ceux-ci le nom de leurs capitales ; deuxièmement, la division de 1833 faisait référence de façon explicite, dans son article 2, aux anciens royaumes, bien qu'elle ne leur concédât pas de personnalité administrative, en hommage à l'ancienne division géographique et historique de la monarchie espagnole, royaumes au nombre de treize ou dix-huit selon que l'on considérât l'Andalousie comme une seule entité ou comme quatre (royaume de Jaén, de Séville, de Cordoue et de Grenade), et selon la façon de comptabiliser les îles.

25Ainsi, la réforme de Javier de Burgos implanta, comme cela a été dit tant de fois, l'uniformité provinciale et la centralisation administrative. Mais avec les nuances suivantes :

  • la centralisation de l'État répondit davantage à des critères bureaucratiques et administratifs qu'à des critères idéologiques ou politiques. Ce que l'on voulait faire en 1833, c'était rationaliser l'Administration, ne pas imposer un projet national et encore moins nationaliste. Javier de Burgos (1778-1849), protégé de Meléndez Valdés et de Jovellanos, afrancesado, qui en 1810 avait été sous-préfet d'Almería sous le régime de Joseph Bonaparte, collaborateur ensuite de Ferdinand VII, était un homme éclairé et un administrateur. Certes, il n'était pas un nationaliste du xixe siècle : en témoigne le langage des textes des décrets royaux du 30 novembre, celui qui créait les provinces et celui qui contenait les instructions aux sous-délégués au Développement sur la tâche qu'ils auraient à réaliser à la tête de celles-ci ;
  • la division de 1833 fut très loin d'être un simple exercice d'insensibilité centralisatrice. Elle voulut conjuguer des paramètres très divers : administratifs, démographiques, géographiques, économiques et historico-culturels. Pour cette raison, il en résulta une division disproportionnée et privée d'homogénéité, à un point tel qu'il y avait des provinces dont l'étendue était onze fois supérieure à celle d'une autre, et que les différences en densité de population, réseau routier, richesse, communes, etc., d'une province à l'autre étaient considérables. Burgos n'opta pas pour une solution à la française : il ne voulut ni en finir avec les vestiges des territoires historiques ni créer des régions géométriquement uniformes ;
  • la division de 1833 supposa une avancée sensible par rapport à l'organisation de l'Ancien Régime, puisqu'elle introduisit dans l'administration provinciale et locale l'éligibilité des fonctions et la participation électorale des citoyens.

26Le système de 1833 ne suscita pas de résistances. Le problème foral basquo-navarrais, qui éclata à partir de 1837, fut davantage lié à la guerre carliste qu'à la division provinciale ; et en outre le cas navarrais fut résolu grâce à l'accord conclu autour de la Loi du 16 août 1841, et le cas basque, à partir du Décret Royal du 4 juillet 1844 : il a déjà été dit qu'à partir de ces dates et jusqu'en 1876, ces provinces vécurent une période de pleine maturité foral. La division de 1833 perdurerait sans grandes modifications. En 1876, après la deuxième guerre carliste (1872-1876), les fueros basques seraient abolis. Les provinces d'Alava, de Guipuzcoa et de Biscaye restèrent pleinement intégrées aux système général, mais cela n'affecta pas l'organisation territoriale, puisque tant dans le système foral que dans le système constitutionnel, la province fut toujours l'unité essentielle juridico-administrative, et même politique, de ces territoires. En outre, la singularité basque apparut à partir de 1878 en vertu du Décret Royal du 28 février qui établissait pour les trois provinces citées un régime d'accords économiques par lequel les contributions de celles-ci à l'État seraient établies selon une quote-part, administrée par les assemblées provinciales respectives.

27Par ailleurs, une loi du 11 juillet 1912 créa les conseils insulaires, un pour chacune des sept îles Canaries, division intermédiaire donc entre la commune et la province ; et en 1927 la province unique des Canaries fut divisée en deux, Ténériffe et Las Palmas, ce qui porta ainsi le nombre de provinces à cinquante.

28Le système de 1833, adapté au gré des différents systèmes constitutionnels qui régirent le pays, fonctionna bien ; il servit au moins à la consolidation de la structure territoriale du régime libéral de la bourgeoisie espagnole du xixe siècle. Cette structure ne serait en crise que dans les dernières années du xixe siècle, et surtout à partir du changement de siècle, c'est-à-dire à partir de l'irruption dans la politique espagnole du nationalisme catalan (car les autres, y compris le basque, furent initialement trop minoritaires).

29Malgré tout, l'éventualité de créer un échelon administratif entre l'État et la province ne fut pas écartée. Ainsi, en 1847, Patricio de la Escosura proposa la création de onze gouvernements régionaux : ceux de Nouvelle-Castille, de Catalogne, d'Andalousie, de Valence et Murcie, de Galice, d'Aragon, de Grenade, de Vieille-Castille, d'Estrémadure, de Navarre - celui-ci intégrait les trois provinces basques — de Burgos, des Baléares et des Canaries. C'était un division évidemment arbitraire d'un point de vue historique. Mais le simple fait d'évoquer la question révélait que le concept de région avait quelque vigueur dans la conception que les espagnols (ou certains d'entre eux) avaient de L'Espagne. Nous verrons ultérieurement que l'idée ne disparaîtrait pas.

30Les projets de fédéralisme espagnol qui commencèrent à s'élaborer vers le milieu du xixe siècle et qui imprégnèrent l'expérience de la Ire République espagnole en 1873, eurent beaucoup plus de portée et d'envergure politique. Néanmoins il convient de ne pas se tromper. Que L'Espagne tente de s'appliquer, à cette occasion, une formule fédérale d'État répondit davantage à des raisons d'ordre idéologique qu'à des raisons de caractère fonctionnel, c'est-à-dire à des dysfonctionnements de l'administration territoriale. En d'autres termes, le fédéralisme ne fut ni la réponse à une crise de l'État, ni la réponse aux aspirations des régions. Le fédéralisme fut une abstraction doctrinale, une forme extrême de républicanisme, qui arriva au pouvoir - la République fédérale fut proclamée le 7 juin 1873 - sans véritable appui social ou politique, comme conséquence du très rapide épuisement des solutions politiques que connurent les années 1868-1872. Les fédéraux ne furent portés au pouvoir ni par les urnes ni par les régions : il furent portés au pouvoir par des Cortès monarchiques.

31Dans le fédéralisme, à l'exception du fédéralisme pré-nationaliste catalan personnifié par Valentí Almirall ( 1841 -1904), la décentralisation politique était peut-être moins le résultat d'une prise de conscience de la réalité régionale et territoriale de L'Espagne, que le complément doctrinal de ce que l'on croyait être la quintessence de la démocratie politique. Certes, Pi i Margall (1824-1901), le leader du fédéralisme espagnol, voulait un État qui fût une fédération de nationalités ou de peuples. Mais, dans son idée de fédération, les nationalités ou les peuples restaient subordonnés à l'organisme unitaire, à la « nation » (tout en disant que ces peuples et ces nationalités devaient se structurer en provinces). Mais cela-même n'était pas le plus significatif. Pi i Margall concevait le fédéralisme avant tout comme une philosophie, comme une conception rationaliste et métaphysique de l'homme, de la liberté, de la justice et du progrès historique ; une philosophie qui aspirait fondamentalement à la liberté de l'individu par le biais, d'une part, de l'autodétermination de la volonté guidée par la raison, et, d'autre part, de son insertion dans une nation dont le fondement ne pouvait être que le libre consentement des individus et des groupes qui le composent. Pi i Margall, de ce point de vue, n'était ni un nationaliste ni même un régionaliste : dans sa conception, pour le moins, il n'entrait pas d'arguments basant l'identité régionale ou la nationalité sur la langue, l'histoire, les frontières naturelles, la race ou tout autre facteur mis en avant par les nationalistes et les régionalistes.

32En outre, dans la pratique, le projet de Constitution fédérale de 1873, inspiré davantage par Emilio Castelar que par Pi i Margall lui-même — et qui ne parvint pas à être appliqué — fut l'expression, dans le meilleur des cas, d'un fédéralisme modéré. Il reconnaissait comme forme de gouvernment la République fédérale constituée de dix-sept États. Parmi ceux-ci, treize étaient péninsulaires : Haute-Andalousie, Basse Andalousie, Aragon, Asturies, Nouvelle-Castille, Vieille-Castille, Catalogne, Estrémadure, Galice, Murcie, Navarre, Valence et les Régions Basques ; deux insulaires, Baléares et Canaries, et les deux autres, étaient des territoires d'outre-mer : Cuba et Porto Rico. Les démarcations correspondaient donc aux territoires ou royaumes historiques ; il ne manquait que le León puisque Santander et Logroño étaient toujours considérées comme parties intégrantes de la Vieille-Castille.

33Le projet reconnaissait l'autonomie politico-administrative des États de la fédération, mais il s'agissait d'une autonomie limitée par l'existence de l'État central et la souveraineté de la nation. Cela rendait ainsi explicite l'impossibilité pour la constitution de chaque État de contrevenir aux dispositions de la Constitution de la République ; le pouvoir fédéral conservait de vastes prérogatives et, naturellement, les plus fondamentales : les forces militaires, l'ordre public fédéral, le maintien de la paix et la déclaration de guerre, l'unité et l'intégrité nationales, la forme même de l'État. Certes, de nombreuses facultés et responsabilités étaient transférées aux États fédéraux, comme celles relatives à leur constitution interne, à l'industrie, aux finances, aux travaux publics, à la voirie, à l'assistance publique, à l'instruction et même aux forces de police et de sécurité intérieure. Mais, de fait, le projet n'était rien d'autre qu'un système de décentralisation régionale dans laquelle l'unité de l'État restait pleinement sauvegardée.

34C'était en outre un projet naïf et immature, qui ne posait ni ne réglait aucune des questions essentielles quant aux relations entre le pouvoir fédéral et le pouvoir des États s'agissant de la répartition des compétences. C'était donc davantage une déclaration de bonnes intentions pour la réorganisation territoriale - imposée, de plus, d'en-haut - qu'autre chose. Mais comme le projet d'Escosura, et ceux qui seront mentionnés ultérieurement, le projet fédéral de 1873 mettait de nouveau en relief l'existence d'une certaine conscience régionale.

35En tout cas, la restauration monarchique de décembre 1874 - grâce au pronunciamiento* du général Martnez Campos - ramena les choses à leur cours initial : au système provincial créé en 1833. On n'essaierait plus de solution fédérale en Espagne : le plus proche de cela étant peut-être la Constitution « fédéralisable » de 1978. Sans doute, des idées et des principes fédéralistes imprégnèrent après 1873 les projets de quelques mouvements républicains et des différents groupes nationalistes, surtout en Catalogne, comme l'illustreraient la pensée et l'activité politique d'Antoni Rovira i Virgili (1882-1949). Mais le fédéralisme, comme corps de doctrine, comme projet d'État et comme mouvement politique, sortit de 1873 profondément discrédité, identifié à la situation de chienlit gouvernementale que L'Espagne vécut cette année-là : les républicains de 1931 eux-mêmes ne dissimuleraient pas les nombreuses réserves que méritait selon eux la Ire République.

36Précisément, la structure territoriale de l'État ne fut pas modifiée avant cette année 1931. Mais, entre 1876 et cette date, la question régionale acquit de nouvelles dimensions dans la vie sociale et politique de L'Espagne : l'apparition des nationalismes catalan et basque, et dans une moindre mesure, galicien, et les aspirations régionalistes dans d'autres territoires du pays finirent par remettre en question le type d'État créé tout au long du xixe siècle.

Idée de nation et sentiment national : L'Espagne de la Restauration

37Le régime de 1876 fut basé, certainement, sur une conception unitaire de L'Espagne en tant que nation. La Constitution du 30 juin de cette année — en vigueur tout au long des règnes d'Alphonse XII et d'Alphonse XIII, c'est-à-dire jusqu'en 1923 puis, en 1930-1931 - n'envisageait pas, dans son titre X, un autre type de division territoriale que les provinces, qui seraient dirigées par une assemblée provinciale, et les mairies. C'était une conception basée sur, ou pour le moins en phase avec, les idées du principal inspirateur de ce régime, Antonio Cánovas del Castillo (1828-1897).

  • 8 Bosquejo histórico de la Casa de Austria en España [Abrégé historique de la Maison d'Autriche en E (...)

38En effet, Canovas fut un homme mû par un profond sentiment national et doté d'un extraordinaire sens de l'État, qualités qu'il devait à une connaissance approfondie de l'histoire de L'Espagne et surtout de la décadence espagnole du xviie siècle, thème auquel il consacra un premier livre en 1854, qu'il renia par la suite, et deux autres plus tard8 ainsi que divers articles et travaux. Canovas, effectivement, croyait non seulement que L'Espagne était une nation et était, en tant que telle, comme il le dit dans son discours prononcé à l'Athénée le 6 novembre 1882, indissoluble ; mais qu'en outre, il jugeait indiscutable que son unité avait pour lien une nationalité unique et commune, née pendant la Reconquête et forgée au cours des siècles. Pour cette raison il écrivit que L'Espagne était « une nation permanente » lorsque se produisit l'avènement de la Maison d'Autriche au début du xvie siècle, et que cette dernière, à laquelle il attribuait l'apogée de L'Espagne en tant que nation, avait créé et protégé une « nationalité hispanique commune ». Ainsi, l'essentiel de sa pensée se résumait à deux idées :

  • la nation ou la patrie, et par voie de conséquence, L'Espagne, est une communauté historique et territoriale, étatique et culturelle, essentielle et permanente ;
  • la monarchie héréditaire est la forme politique idéale et le fondement de la continuité et de la stabilité de la nation (et donc de L'Espagne).

39Canovas, c'est bien connu, attribuait la décadence espagnole à un nombre complexe de causes et de circonstances diverses - les guerres stériles, le désordre administratif, l'absence de liens entre les différents territoires de la Couronne, les échecs militaires, la médiocrité des derniers Habsbourgs et de leurs hommes d'État, et d'autres encore - et surtout, à l'incapacité des Finances castillanes à soutenir l'effort économique que la défense des nombreux territoires de la monarchie impliquait. Mais il est significatif que Canovas ait également mis l'accent sur deux facteurs : l'absence de liens communs entre les territoires de la Couronne à laquelle il a été fait allusion plus haut - « aucun amour collectif », écrivit-il, si l'on s'en souvient, « n'unissait les Castillans et les Aragonais, les Valenciens, les Catalans, les Navarrais et les Basques » — et sur la structure confédérale de la monarchie hispanique, qui transformait ses territoires en États particuliers où seule la Couronne de Castille assumait véritablement des responsabilités ou assumait, au moins, les responsabilités les plus importantes. En bonne logique, Canovas voulait pour son époque un État centralisateur, uni par un sentiment national commun, sans territoires dotés d'institutions politiques particulières et personnelles, et dans lequel il n'y aurait qu'un seul et indiscutable principe de souveraineté : les Cortès et le roi.

40Bien avant la Restauration, en 1861, il avait clairement indiqué que, selon lui, la « centralisation » était, en Espagne, une garantie de la liberté. Ensuite, en diverses occasions, il exprimerait son désaccord avec toute idée de fédéralisme ou avec toute forme de décentralisation qui irait plus loin que la simple décentralisation administrative. Finalement, c'est dans son discours de l'Athénée du 6 novembre 1882, déjà cité, qu'il précisa sa pensée avec la plus grande clarté, qu'il manifesta son désaccord total avec les deux thèses alors les plus en vogue : l'idée austro-hongroise de nation qui considérait comme la formule optimale un État formé par plusieurs nations - thèse popularisée en Europe par l'historien britannique Lord Acton - et avec la thèse de l'essayiste français Renan, exposée en 1882, qui concevait la nation comme un plébiscite quotidien. Face à la thèse austro-hongroise, Canovas soutint dans son discours l'opinion selon laquelle l'État était bien mieux constitué là où il y avait une nation unique (bien qu'il rejetât l'idée de recourir à l'usage de la force pour maintenir unies des nations qui l'avaient été au cours de l'histoire et dans lesquelles, pour quelque raison que ce fût, le sentiment d'appartenance à une patrie commune s'était brisée). Et face à la thèse de Renan, Canovas réaffirma sa double idée selon laquelle, d'une part, les nations, comme L'Espagne, constituaient une réalité indissoluble, et, d'autre part, le lien de nationalité qui les unissait ne pouvait en aucune façon être l'œuvre d'un assentiment collectif constamment ratifié par ses membres :

« les nations [dit-il] sont l'œuvre de Dieu, ou si certains ou nombre d'entre vous le préfèrent, de la nature [...] ; la patrie est pour nous aussi sacrée que notre propre corps et plus encore, comme notre propre famille et davantage ; et c'est à juste titre qu'elle éveille en l'homme la plus vive et la meilleure des passions ».

  • 9 Que Cánovas pensât que L'Espagne était désormais une nation modeste, qu'elle ne récupérerait plus (...)

41Le cosmopolitisme lui semblait, comme il le dit, artificiel et faux. Il ne croyait pas non plus à des confédérations supranationales : il croyait uniquement à l'idée de nation9.

  • 10 Dont le titre était Memoria en defensa de los intereses morales y materiales de Cataluña [Rapport (...)

42Canovas, par conséquent, ne doutait pas que L'Espagne fût une nation et une nationalité unitaire en vertu de son histoire, de sa géographie et de sa langue. Dans son discours de l'Athénée, il ne fit aucune référence ni au Pays-Basque où quelques années auparavant seulement les fueros avaient été abolis par lui-même, avec tout ce que cela impliquait, ni à la Catalogne, où en 1882 les signes étaient encore plus évidents qui mettaient en relief l'existence d'un indéniable sentiment particulariste. De fait, la question catalane prendrait corps officiellement en mars 1885, quand diverses entités de la région présentèrent au roi Alphonse XII ce qui serait connu sous le nom de Memorial de agravios10 ; Canovas était, à cette date, chef du gouvernement).

43Les idées de Canovas sur ce sujet étaient néanmoins claires et tranchées. Comme il le dit dans le prologue qu'il écrivit en 1873 pour le livre de Miguel Rodríguez Ferrer, Los Vascongados [Les Basques], il pensait qu'il n'y avait jamais eu de véritable indépendance dans les provinces basques, et que les basques avaient participé probablement de façon plus importante que d'autres peuples d'Espagne à l'effort militaire et à l'administration de l'Empire espagnol des xvie et xviie siècles. De la Catalogne il disait qu'elle était « indissolublement unie à L'Espagne » par des sentiments, une histoire et des intérêts. De ses études sur la Maison d'Autriche il déduisit que la Catalogne avait retenu la leçon de 1640, et qu'à cette occasion elle avait « perdu ses illusions » - s'agissant de ses rêves d'indépendance probablement - et que depuis lors elle savait qu'elle ne pouvait qu'appartenir à L'Espagne. Le régionalisme catalan lui semblait, en 1888, quelque chose de « plus ou moins superficiel », et il pensait probablement que la politique douanière protectionniste qu'il commença à défendre de façon déterminée vers les années 1880 - conséquence naturelle de sa conception nationale -suffirait à satisfaire les aspirations de la Catalogne : il est révélateur que ce fut l'un des thèmes favoris de ses interventions publiques au cours des rares fois où il visita la Catalogne.

44Canovas aimait par-dessus tout le paysage basque, avec lequel il se familiarisa au cours des nombreux étés qu'il passa en Guipuzcoa. Il connaissait bien les théories sur les origines de la langue basque et l'histoire même du Pays-Basque, comme il le montra dans son long prologue au livre de Rodríguez Ferrer. Il disait même apprécier et estimer les « libertés basques », c'est-à-dire les fueros, et par conséquent, la décentralisation administrative qu'ils conféraient à ces provinces, jusqu'à affirmer, toujours dans le même prologue, que loin de vouloir leur disparition, il verrait avec plaisir leur extension à d'autres provinces. Et néanmoins, c'est Canovas qui serait à l'origine de l'abolition des fueros, rendue effective avec les nuances dont nous reparlerons, par la loi du 21 juillet 1876. Les raisons premières de cette décision furent principalement au nombre de deux : la très intime conviction de Canovas que l'unité nationale exigeait la pleine unité constitutionnelle de l'État espagnol et que, de ce fait, il n'était pas admissible que les provinces basques fussent exemptées des contributions aux dépenses de l'État et du service militaire ; et la nécessité d'en finir avec un système, le système foral, dans lequel une grande partie de l'opinion espagnole voyait le principal fondement du carlisme. Cette perception était injuste car elle ignorait, d'une part, que les provinces basques avaient vécu sans conflits excessifs avec l'État sous le régime foral entre 1845 et 1872 ; d'autre part, que la guerre de 1872-1876 éclata pour des raisons qui n'avaient rien à voir avec les fueros, et enfin, que de nombreux basques qui avaient combattu dans cette guerre contre le carlisme étaient à la fois favorables aux fueros et libéraux ; que tout cela fût ainsi importait peu. La réalité était que, comme on le vit lors de la discussion sur la question foral au Parlement, la majorité du pays voulait l'abolition des fueros basques comme une sanction pour la dernière guerre carliste.

45Malgré tout, Canovas voulut maintenir en 1876 un certain équilibre entre la conservation des fueros, défendus par quelques politiciens parmi les plus conservateurs de la monarchie nouvellement restaurée, comme Alejandro Pidal y Mon (et bien entendu par des députés et sénateurs basques et navarrais), et leur abolition totale, réclamée par la quasi totalité de la presse du pays et les représentants des principales minorités et tendances parlementaires. Tant et si bien que le principal organe d'opinion, El Imparcial, dirait dans son éditorial du 26 juillet 1876 que la loi du 21 juillet était en réalité une « transaction entre fueristas et antifueristas ». Canovas lui-même avait parlé dans son intervention parlementaire du 12 de ce mois de « modifier » l'état des choses (toujours, bien entendu, compte tenu de sa détermination à étendre aux provinces basques l'unité constitutionnelle et à pénaliser d'une façon ou d'une autre le carlisme) : « mais je ne crois pas - ajouta-t-il en se référant à ce dernier point - que cela sera suffisant pour apporter la rigueur à son terme ultime ». Il pensa peut-être à un moment à une sorte de solution comme celle obtenue avec la Navarre en 1841, c'est-à-dire à une adaptation des fueros à l'organisation constitutionnelle au moyen d'un pacte et la concession d'un certain degré de décentralisation administrative et économique. Il convoqua même à Madrid les représentants des assemblées forales d'Alava, Guipuzcoa et Biscaye avec lesquels il se réunit les 1,7, 12 et 14 mai 1876. Mais il n'y eut aucun accord. Les délégués basques eurent dès la première réunion la conviction que Canovas ne voulait que leur assentiment à ce qu'ils voyaient comme l'abolition totale des fueros ; Canovas ne vit dans l'attitude des basques que des échappatoires légalistes, de la rhétorique dilatoire, derrière lesquelles il croyait voir l'aspiration à maintenir le régime foral tel qu'il avait été configuré à partir des années 1839-1845.

46La loi du 21 juillet 1876 établissait donc l'unité constitutionnelle dans tous les territoires de l'État. On verrait vite que Canovas n'excluait aucun degré de décentralisation régionale : un régime d'accords économiques serait établi dans les provinces basques deux ans plus tard seulement. Mais pour le moment, en 1876, ce qui s'imposa, parallèlement aux sentiments antifueristas générés par la guerre de 1872-1876, ce fut une conception strictement centralisatrice de L'Espagne en tant que nation et patrie commune à tous les espagnols : le fait que ni les fueristas basques ni les rares voix qui se firent alors entendre pour les soutenir, comme celle de Mañé i Flaqué, pour prendre un exemple, n'aient nié que L'Espagne fut cette patrie commune, compta très peu, et pour tout dire, pas du tout.

47A cet égard, la Restauration ne fit que se consolider sur le même genre de sentiments nationaux, de théories de l'Espagne et d'interprétations du fait national qui imprégnaient la politique espagnole et probablement la conscience collective d'une grande partie de la société hypothèse quasiment invérifiable — au cours du xixe siècle, et cela en outre de façon progressivement plus structurée et plus explicite. Les exemples de ce patriotisme espagnoliste vague et générique — qui n'était pas encore un nationalisme politique mais en tout cas, une émotion nationale pure et simple - étaient extrêmement abondants et se manifestaient à différents niveaux.

48Ainsi, Azorín put-il écrire vers 1912 - dans un article sur Galdós qu'il reprit dans son livre Lecturas españolas - que sa génération s'était forgé sa propre image de l'Espagne dans les idées de Menéndez Pelayo, Galdos et Costa. Si c'était le cas — et cela semble vraisemblable compte tenu du prestige et de la diffusion que connurent les œuvres de ces trois personnalités — la génération d'Azorín, terme à cette époque ambigu, dut se faire une idée de l'Espagne basée sur trois points de vue différents :

  • l'exaltation ardente et démesurée que Menéndez Pelayo éprouvait pour la tradition espagnole — littéraire, religieuse, scientifique, politique — dans laquelle le catholicisme apparaissait comme le facteur déterminant de la nationalité.
  • le patriotisme libéral et populiste de Galdós, dont la vision de l'Espagne au xixe siècle donnait un relief particulier au peuple et aux classes populaires, un peuple parfois vulgaire et féroce, changeant et contradictoire dans ses loyautés et ses idéaux, mais toujours généreux et castizo, très souvent héroïque comme à Saragosse, Gérone et d'autres épisodes nationaux et doté, en tout cas, malgré sa pauvreté et son ignorance, d'un sens inné et admirable de sa dignité.
  • finalement, l'idée de Costa de la nécessité impérative de la régénération nationale, d'une révolution d'en-haut, d'une européanisation profonde du pays par le développement économique et la réforme de l'éducation, comme opération chirurgicale face à la décadence accélérée par l'oligarchie des politiciens et des caciques de la Restauration.

49Ces idées n'étaient pas en outre des idées nécessairement contradictoires. Quelqu'un comme Azorín lui-même pouvait être d'accord sur le fait que le catholicisme — il parla lui-même de prêtres, de théologiens, de dominicains et d'augustins, de jésuites, de frères de la Merci et de capucins — avait fait l'Espagne, que les racines nationales étaient dans le peuple, qu'Azorín sans doute associerait aux aventuriers, navigateurs, soldats, hidalgos et capitaines des vieilles cités castillanes aux rues silencieuses et aux bâtisses blasonnées, comme Olmedo, Infantes ou Arévalo ; et sur le fait que l'Espagne avait besoin, de façon urgente, de régénérer sa vie politique (bien qu'Azorín, de plus en plus absent, impassible et réservé, verrait, en 1912, toute idée de réforme avec un scepticisme certain).

Patriotisme populaire : la nationalisation de la culture

  • 11 Lorsqu'un bateau de guerre allemand pénétra dans la baie de Yap, l'une de ces îles, et que l'Allem (...)

50Les classes populaires auraient une idée moins culturelle de l'Espagne, mais non moins intense. Ainsi, le conflit qui, l'été 1885, se produisit avec l'Allemagne à propos des Îles Carolines11 fit resurgir le patriotisme de la rue, populaire et vociférant, qui s'était déjà manifesté bruyamment quelques années auparavant, en 1859-1860, à l'occasion des expéditions militaires au nord de l'Afrique, qui avaient atteint leur point le plus sensible à l'entrée des troupes espagnoles à Tétouan (1860).

51En 1885 il y eut des manifestations antiallemandes et belliqueuses dans différentes villes : à Madrid (le 23 août et le 4 septembre), à Séville, Murcie, Haro, Talavera, Orihuela, Valence, Soria, Carthagène, Salamanque, Tolède, Barcelone, le jeudi 27 août, puis à Lugo, Saragosse, Orense, Greproclama ses droits sur cet archipel du Pacifique sous souveraineté espagnole. nade et dans de nombreuses autres villes. Parmi celles-ci, les manifestations de Barcelone et de Madrid furent particulièrement significatives. Celle de Barcelone, par son importance, environ 125 000 manifestants, d'après le correspondant de El Impartial (30 août 1885). Elle eut lieu en outre cinq mois seulement après que fut présenté au roi à Madrid, comme cela a été indiqué, à l'initiative du Centre Catalan - qui prit part également à la manifestation des Carolines - le Memorial de agravios de Catalogne qui, comme cela a été dit, révéla à l'opinion publique espagnole l'importance que la conscience particulariste catalane était en train d'acquérir : malgré tout, la manifestation du 27 août prouvait que les sentiments d'espagnolisé avaient encore une force considérable et pouvaient mobiliser une partie substantielle de la population barcelonaise.

52Les manifestations de Madrid étaient importantes pour diverses raisons. Par leur ampleur, naturellement, car, toujours selon El Impartial, ce furent « des milliers et des milliers de citoyens » qui participèrent à celle du 23 août. Mais aussi par leur caractère populaire, spontané, et l'absence de meneur (ce qui révélait l'intensité du sentiment patriotique) ; et les appels continuels à l'Armée qui furent lancés à cette occasion, exprimant autant la confiance démesurée et insensée que l'opinion avait dans la capacité à combattre de ses forces armées, que l'existence dans la mentalité populaire du xixe siècle d'une forte identification Armée-peuple. C'est ce que sembla signifier dans la manifestation du 23 le fait que ne soient invités à prendre la parole que deux hommes de gauche très populaires à Madrid, Manuel Becerra et Cristino Martos, que ceux-ci parlent depuis les balcons du Casino Militaire, et que leurs interventions se limitent quasiment à acclamer l'Espagne, son Armée et la Marine.

53La réaction populaire face au conflit des Carolines avec l'Allemagne fut une anticipation de ce qui se produirait plus tard, en 1898, face à la guerre avec les États-Unis à cause de Cuba, Porto Rico et les Philippines. Dans les deux cas, le patriotisme populaire, alimenté par une presse violemment belliqueuse - par exemple, en 1885, El Impartial se montra clairement partisan de la guerre avec l'Allemagne et spécula même devant ses lecteurs sur la possibilité d'une victoire espagnole — exerça une considérable pression sur les gouvernements. En 1885, la prudence et l'habileté de Canovas parvinrent à éviter le conflit qui, finalement, serait soumis à l'arbitrage du Pape, lequel réussit à satisfaire les deux parties ; en 1898, l'opinion entraîna le pays dans la guerre.

  • 12 Que tout cela ne servît pas à grand chose a peu d'importance pour notre propos car, en fin de comp (...)

54Le conflit des Carolines serait encore à l'origine d'une manifestation supplémentaire de patriotisme populaire. En septembre 1885, Isaac Peral, un officier de la Marine intéressé par l'expérimentation scientifique, concrètement par l'électricité et la navigation sous-marine, rendit publics à Cadix, devant l'éventualité de la guerre avec l'Allemagne, ses projets pour la construction d'un torpilleur sous-marin, projets qui furent finalement approuvés, après avoir réussi à briser les multiples entraves administratives : le navire fut lancé le 8 septembre 1888 et essayé à de nombreuses reprises, de façon semble-t-il satisfaisante, au cours des années 1889 et 1890. Quand le 7 juin de cette année le capitaine général de Cadix dit que l'essai que l'on disait définitif avait été « parfait et complet », l'enthousiasme patriotique éclata de nouveau comme à l'été 1885, et pour les mêmes raisons et à des endroits identiques : au Congrès et au Sénat et surtout dans la rue. Plus encore, lorsque peu après s'évanouirent les appuis officiels, Peral devint, pour un temps, le catalyseur de ce patriotisme populaire et de la rue : où qu'il se rendît, les masses le recevaient en l'acclamant et en l'ovationnant ; nombre de localités lui dédièrent une rue ; la reine alla même jusqu'à lui offrir un sabre d'honneur12.

  • 13 N.d.T. : en français dans la version originale

55Néanmoins, de nombreux Espagnols de valeur et à la portée intellectuelle significative — Mallada, Ganivet, Unamuno, Costa lui-même -regretteraient à peu près dans les mêmes années, avant le désastre de 1898, qu'il n'y eût pas en Espagne de véritable patriotisme (ou ce qu'ils entendaient, eux, par patriotisme). Des réactions comme celles que suscita la question des Carolines et l'affaire13 Peral, n'étaient rien d'autre que des expressions - braillardes et populacières, intermittentes et éphémères, quoiqu'intenses - du sentiment d'espagnolité qui imprégnait l'opinion publique du pays, de plus en plus structuré en tant que tel par la presse qui, dans les mêmes années et grâce aux innovations technologiques dans le domaine des procédés d'impression, se transformait en presse populaire et de masse visant à exploiter l'excitation du moment (précisément, les reportages et chroniques sur l'affaire Peral et ceux du crime de la rue Fuencarral de Madrid, de l'année 1889, marqueraient le début d'un journalisme « jaune » en Espagne).

  • 14 Que l'on pense à la popularité des taureaux et de la tonadilla au XVIIIe siècle

56Ces quelques manifestations de la culture populaire serviraient peut-être à cimenter, renforcer et étendre ce sentiment. Les taureaux et la zarzuela* — en particulier le fameux género chico* - et, dans une moindre mesure, le flamenco, furent l'instrument principal de ce processus de nationalisation de la culture qui, émergeant dans la première moitié du xixe siècle et même avant14, finit par se réaliser définitivement dans les années de la Restauration. Entre 1865-1867 et 1890-1893, deux toreros, Lagartijo et Frascuelo, accaparèrent l'attention du public et donnèrent aux corridas une popularité très supérieure même à celle, déjà considérable, qu'elles avaient eue à des époques antérieures.

  • 15 Avec des œuvres comme Bibliografia de la Tauromaquia [Bibliographie de la Tauromachie], 1879, de C (...)

57La presse contribua de façon décisive à cette diffusion. À partir des années 1870 spécialement, les revues taurines proliférèrent. L'érudit Carmena y Millán parvint en 1900 à en répertorier un total de 303. Parmi celles-ci, La Lidia, qui fut publiée à partir de 1887, et Sol y Sombra (à partir de 1897) furent particulièrement remarquables et influentes. La modernisation des transports et surtout l'extension du réseau ferroviaire rendirent plus facile le déplacement des élevages et des toreros. Les festivités taurines se multiplièrent. Lagartijo et Frascuelo pouvaient toréer près d'une centaine de fois par an, chiffre inaccessible auparavant. Le journalisme taurin créa un langage et un style nouveaux et différenciés, et ceux qui s'y adonnèrent (López Pelegrín, Velázquez y Sánchez, Peña y Goñi, Mariano de Cavia, Alegrías, Don Exito, Aficiones, Sentimientos, Don Modesto, Félix Borrell, etc.) acquirent un prestige et une reconnaissance exceptionnels. Ceux-ci et l'érudition bibliographique, qui atteignit également sa maturité dans le dernier tiers du xixe siècle15, donnèrent à la tauromachie le fondement culturel et la respectabilité intellectuelle qu'elle n'avait pas auparavant. Ce processus atteindrait son apogée dans le premier tiers du xxe siècle, lorsque la tauromachie deviendrait un art dont l'esthétique et le caractère dramatique fascineraient poètes, écrivains, artistes et intellectuels, comme Valle-Inclán, Pérez de Ayala, Garcia Lorca et Bergamín en Espagne, Montherlant et Hemingway à l'étranger.

58De façon significative, les chroniques sur la manifestation de Madrid du 23 août 1885, déjà mentionnée, motivée par l'affaire des Carolines, mettaient en relief la présence de deux toreros à cheval très connus (l'un d'entre eux, « Tabardillo », montait un cheval paré des couleurs nationales) ; plus tard, en pleine guerre avec les États-Unis, le 12 mai 1898, eut lieu à Madrid une grande corrida patriotique qui vit la prestation des meilleurs toreros du moment (Mazzantini, Guerra, Fuentes, Bombita, jusqu'à un total de dix). Comme le disait le titre du livre du Comte de las Navas mentionné en note, les taureaux étaient « le spectacle le plus national ».

  • 16 Publiée en 1881 sous le titre La Ópera española y la música dramática en el siglo XIX [L'Opéra esp (...)
  • 17 II fut aussi l'auteur d'un livre intitulé Lagartijo y Frascuelo y su tiempo [Lagartijo, Frascuelo (...)
  • 18 Car le seul opéra proprement dit et de qualité fut Marina, d'Arrieta, créé en 1871

59De la même façon, la zarzuela était dans les mêmes années la musique la plus nationale. Ce n'est pas un hasard si la première histoire de la zarzuela16, fut l'œuvre d'Antonio Peña y Goñi (1846-1896), le journaliste basque - il était de Saint-Sébastien - cité comme l'un des créateurs de la critique taurine17 : Peña y Goni voyait dans la zarzuela, comme dans la tauromachie, une expression authentique du peuple espagnol. Quoi qu'il en soit, il avait un peu raison : la récupération et le renouvellement de la zarzuela à partir de la moitié du xixe siècle étaient dûs à la volonté d'un groupe de musiciens — Hilarión Eslava, Arrieta, Barbieri, Hernando, Gaz-tambide et quelques autres, associés en 1847 à La España Musical- de créer un opéra espagnol en réaction à la mode véritablement déferlante de l'opéra italien (et en particulier de Rossini). Cet effort les conduisit à la récupération de genres musicaux espagnols des périodes antérieures - tout spécialement de la tonadilla* scénique du xviiie siècle — et à l'invention d'un genre authentiquement espagnol, la zarzuela18, genre qui, sur des textes légers et comiques, des atmosphères et des personnages toujours espagnols et surtout madrilènes dûs à des auteurs de métier et à l'habileté indubitable comme Ricardo de la Vega, Carlos Arniches, L. Silva, C. Fernández Shaw et d'autres, alternaient des parties chantées et parlées, sur une musique joyeuse et facile d'inspiration clairement populaire.

  • 19 Parmi les plus grands, on peut citer des œuvres comme La Verbena de la Paloma [Le Bal de la colomb (...)

60Surtout, après le succès de Pan y Toros [Du pain et des taureaux, 1864] et de El Barberillo de Lavapiés [Le Petit barbier de Lavapiés, 1874], toutes deux de Barbieri, la zarzuela conquit les scènes espagnoles. Si son immense popularité put se voir menacée pendant quelques années, à partir de 1866, par la concurrence de l'opéra bouffe, elle s'imposa définitivement sous la Restauration, à travers sa version plus courte, le « género chico* », qui eut son centre au Théâtre Apolo de Madrid, construit en 1886 et démoli en 1929, ses auteurs comme Tomás Breton, Manuel Fernández Caballero, Ruperto Chapi et Federico Chueca, et ses succès19, jusqu'à ce qu'elle laisse la place à l'opérette viennoise et à d'autres genres. La zarzuela mettrait néanmoins du temps à perdre sa vigueur car dans les années 1920 et 1930 elle produirait encore des œuvres d'une grande qualité musicale qui connurent une extraordinaire diffusion publique comme Doña Francisquita, d'Amadeu Vives ( 1923), et Katiuska (1931), La del manojo de rosas [La Fille au bouquet de roses, 1934], La Tabernera del puerto [La Tavernière du port, 1936], toutes trois de Pablo Sorozábal. De Chueca, Mariano de Cavia écrivit en 1888, dans un article qu'il reprendrait plus tard dans son livre Azotes y galeras [Coups de fouet et galères, 1891], qu'il était au Madrid de la Restauration ce qu'Offenbach était au Paris du Second Empire et il fit remarquer que les personnages de ses œuvres - « souris d'hôtel », dandys, toreros, chômeurs, cochers, serenos*, laveuses de vaisselle, mendiants - avaient un caractère éminemment populaire.

61De ce fait, c'est bien dans les années de la restauration que ce casticismo populaire madriléniste de préférence - qui se prolongerait dans le premier tiers du xxe siècle, surtout dans le théâtre de Carlos Arniches - commença à faire partie, à côté de l'andalousisme, invention romantique perpétuée par le goût pour les taureaux, du stéréotype populaire espagnol et à constituer, dans la mentalité populaire, l'une des références essentielles de la perception de l'identité espagnole. Le género chico et les taureaux, le madrilénisme et l'andalousisme étaient, dans une large mesure, l'idée populaire de l'Espagne.

« Oui, le flamenquisme, le tauromachisme, la pornographie, le « générochiquisme », tout cela, c'est pareil ! [écrivait Unamuno à Eugenio Noel en décembre 1911] c'est un fléau et un fléau démentiel. Ils ne font pas réfléchir le peuple, ils ne savent pas rendre la pensée vive et passionnelle, et ne se préoccupent que d'idioties et d'absurdités ».

62Comme conception historico-politique (cas de Canovas) ; comme interprétation ou théorie de l'Espagne (cas de Menéndez Pelayo, Galdos et Costa) ; comme sentiment populaire, le patriotisme espagnoliste constituait par conséquent une réalité indéniable dans l'Espagne de la Restauration. Ce n'était pas la seule : le sentiment régional, un régionalisme intégré et apolitique, était évident dans une majorité de régions et de provinces espagnoles ; à partir des années 1890 le nationalisme ferait irruption en Catalogne et au Pays Basque. Mais l'Espagne constituait déjà, sans aucun doute, une culture unitaire.

Notes

1 Ce que quelques historiens français (Girardet, Winock) appelleraient « le nationalisme des nationalistes ».

2 Écrit en 1927-1928 et publié en 1931

3 Cette peinture prit forme dans des œuvres comme La Rendición de Bailén [La Reddition de Bailén], de Casado de Alisal ; El Fusilamiento de Torrijos [L'Exécution de Torrijos], d'Antonio Gisbert ; El 3 de mayo de 1808 [Le 3 mai 1808] de Vicente Palmaroli ; Doña Juana la Loca contemplando el féretro de don Felipe el Hermoso [Jeanne la Folle contemplant le cercueil de Philippe le Beau], de Francisco Padilla ; El Testamento de Isabel la Católica [Le Testament d'Isabelle la Catholique], d'Eduardo Rosales, et de nombreux autres

4 Larra, Mesonero Romanos, Estébanez Calderón ; l'œuvre collective Los Españoles pintados por sí mismos [Les Espagnols peints par eux-mêmes], 1843-1844 ; Ayer, hoy y mañana [Hier, aujourd'hui, demain], 1863-1864, d'Antonio Flores...

5 Historia compendiada del Reino de Navarra [Histoire abrégée du Royaume de Navarre, 1832] et Antigüedades del Reino de Navarra [Antiquités du Royaume de Navarre, 1840].

6 Le Ritz et le Palace furent construits vers 1910-1914

7 Dans sa Rápida ojeada sobre el estado de la capital y los medios de mejorarla [Rapide coup d'œil sur l'état de la capitale et sur les moyens de l'améliorer], qu'il écrivit en 1836 après un voyage qu'il réalisa en France et en Angleterre

8 Bosquejo histórico de la Casa de Austria en España [Abrégé historique de la Maison d'Autriche en Espagne], de 1869 et Estudios del reinado de Felipe Etudes sur le règne de Philippe V], en deux volumes, de 1888-1889

9 Que Cánovas pensât que L'Espagne était désormais une nation modeste, qu'elle ne récupérerait plus sa grandeur passée et qu'elle n'était disposée à aucune aventure extérieure d'aucune sorte, est une autre question : L'Espagne n'était pas disposée, comme il le dit, « à se livrer à des fanfaronnades futiles ».

10 Dont le titre était Memoria en defensa de los intereses morales y materiales de Cataluña [Rapport en faveur des intérêts moraux et matériels de la Catalogne].

11 Lorsqu'un bateau de guerre allemand pénétra dans la baie de Yap, l'une de ces îles, et que l'Allemagne

12 Que tout cela ne servît pas à grand chose a peu d'importance pour notre propos car, en fin de compte, le projet n'eut pas de suite

13 N.d.T. : en français dans la version originale

14 Que l'on pense à la popularité des taureaux et de la tonadilla au XVIIIe siècle

15 Avec des œuvres comme Bibliografia de la Tauromaquia [Bibliographie de la Tauromachie], 1879, de Carmena y Millán, Gran diccionario taurómaco [Grand dictionnaire tauromachique], 1896, de Sánchez de Neira, El Espectáculo más national [Le Spectacle le plus national], 1900, du Comte de las Navas, et de nombreuses autres

16 Publiée en 1881 sous le titre La Ópera española y la música dramática en el siglo XIX [L'Opéra espagnol et la musique dramatique au XIXe siècle],

17 II fut aussi l'auteur d'un livre intitulé Lagartijo y Frascuelo y su tiempo [Lagartijo, Frascuelo et leur temps] et d'une biographie de Guerrita, et directeur pendant quelque temps de La Lidia.

18 Car le seul opéra proprement dit et de qualité fut Marina, d'Arrieta, créé en 1871

19 Parmi les plus grands, on peut citer des œuvres comme La Verbena de la Paloma [Le Bal de la colombe, 1894], El Tambor de Granaderos [Le Tambour des grenadiers, 1894], La Revoltosa [La Rebelle, 1897], La Gran Vía [Grand-rue, 1886], Agua, azucarillos y aguardiente [Eau, sucreries et eau de vie, 1897]

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search